Vous êtes sur la page 1sur 45

PFA II 2017-2018

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 1


PFA II 2017-2018

Remerciements
En premier lieu, nous tenons à remercier notre encadrant Mr « Hatem KANFOUDI » Professeur
sous le département de l’hydaulique à l’ENIT, d’avoir accepté de nous encadrer pour notre
projet de fin d’année et qui n’a jamais épargné l’effort de nous aider avec ses idées et ses
conseils et essentiellement son bagage impressionnant et qui nous a offert un climat de travail
favorable.

Je souhaite également adresser un remerciement très spécial à la chère Mlle « Aicha


ABBASSI », pour ses conseils et ses idées qui nous ont permis d’avancer énormément dans
notre projet.

On témoigne reconnaissance et gratitudes aux aimables personnes, quel que soit de près ou de
loin qui nous ont soutenus durant notre projet fin d’année.

Enfin, on adresse notre gratitude à tous les membres du département Génie Mécanique surtout
les membres du jury de nous avoir accordé l’honneur d’examiner et de valoriser notre projet.

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 2


PFA II 2017-2018

Résumé

Dans le cadre de ce projet, on se propose d’étudier l’écoulement dans une veine d’essai de
cavitation de type Venturi du Laboratoire de Modélisation en Hydraulique et Environnement
(LMHE) de l’ENIT.

Pour ce faire, on a commencé par une étude approfondie du phénomène de cavitation en


présentant sa description physique, ses conséquences et ses paramètres caracteristiques.

Ensuite, nous avons passé à l’étude du modèle mathématique qui nous permet non seulement
de bien représenter le problème sous forme d’équations mais aussi de comprendre le principe
de fonctionnement du code de simulation.

Enfin, nous avons validé les résultats obtenus avec la simulation numérique sur le code ANSYS
CFX, par des essais expérimentaux sur le banc d’essai du laboratoire LMHE.
Mots clés: Mécanique des fluids, Cavitation, Simulation numérique, Veine d’essai, Modèles
numériques.

Abstract

In this project, we propose to study the flow in a test section of cavitation Venturi type in the
Laboratory of Hydraulics and Environment Modeling of ENIT.

For this, we started by studying the cavitation phenomenon so we can present its physical
description, its consequences, and its characteristics.

Then, we started to study the mathématical model of cavitation. It allow not only to represent
the problem in equations but also it helped us to understand how the simulation code works.

Finally, we validated the results obtened by numerical simulation within the code ANSYS CFX,
with experiments in the LMHE laboatory of ENIT.

Key words: Fluid mechanics, Cavitation, Numerical simulation, Test section, Numerical
model.

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 3


PFA II 2017-2018

Table des matières

Remerciements ........................................................................................................................... 2

Table des figures ........................................................................................................................ 7

Introduction générale .................................................................................................................. 9

Chapitre 1 : Etude bibliographique ...................................................................................... 10

1.1. Introduction ................................................................................................................... 10

1.2. Le phénomène de cavitation :........................................................................................ 10

1.3. Types de cavitation........................................................................................................ 11

1.3.1. Cavitation de vortex ........................................................................................... 11

1.3.2. Cavitation à bulles séparés ................................................................................. 11

1.3.3. Cavitation à poche attachée ................................................................................ 12

1.4. Conséquences de la cavitation....................................................................................... 13

1.5. Paramètres caractéristiques de la cavitation .................................................................. 13

1.5.1. Nombre de cavitation ......................................................................................... 13

1.5.2. Etat de surface .................................................................................................... 14

1.6. Choix de la géométrie de Venturi.................................................................................. 15

1.6.1. Introduction ........................................................................................................ 15

1.6.2. Les différents types de Venturi .......................................................................... 15

1.6.3. Les trois parties d’un Venturi ............................................................................. 16

1.7. Techniques et instruments de mesure et de visualisation de la cavitation .................... 16

1.8. Conclusion ..................................................................................................................... 19

Chapitre 2 : Modélisation de la cavitation ........................................................................... 20

2.1. Introduction ................................................................................................................... 20

2.2. Modélisation hydrodynamique ...................................................................................... 20

2.2.1. Equations de Navier-Stokes ............................................................................... 20

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 4


PFA II 2017-2018

2.2.2. Méthode RANS .................................................................................................. 21

2.2.3. Modèle de turbulence ......................................................................................... 22

2.3. Modèle de cavitation ..................................................................................................... 24

2.3.1. Modèle à deux fluides ........................................................................................ 24

2.3.2. Modèle homogène .............................................................................................. 25

2.4. Fraction volumique de vapeur d’eau ............................................................................. 26

2.4.1. Equation de transport ......................................................................................... 26

2.4.2. Equation d’état ................................................................................................... 27

2.5. Présentation du code ANSYS CFX ............................................................................... 28

2.5.1. CFX-pré .............................................................................................................. 29

2.5.2. CFX-solver ......................................................................................................... 30

2.5.3. Visualisation des résultats (CFX-post) ............................................................... 31

2.6. Conclusion ..................................................................................................................... 31

Chapitre 3 : Simulation numérique de cavitation dans une veine d’essaie .......................... 32

3.1. Introduction ................................................................................................................... 32

3.2. Présentation de la partie expérimentale ......................................................................... 32

3.2.1. Banc d’essai ........................................................................................................ 32

3.2.2. Veine d’essaie .................................................................................................... 33

3.2.3. Déroulement de l’expérience ............................................................................. 33

3.2.4. Résultats ............................................................................................................. 33

3.3. Présentation de la méthode numérique .......................................................................... 34

3.4. Application de la simulation sur notre cas d’étude ....................................................... 36

3.4.1. Description du problème .................................................................................... 36

3.4.2. Domaine d’étude ................................................................................................ 36

3.4.3. Le maillage ......................................................................................................... 36

3.4.3.1. Les différents types de maillages .................................................................... 36

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 5


PFA II 2017-2018

3.4.3.2. Choix du maillage ........................................................................................... 38

3.4.4. Configuration ..................................................................................................... 39

3.4.4.1. Condition d’entrée .......................................................................................... 39

3.4.4.2. Condition de sortie.......................................................................................... 39

3.5. Résultats, comparaisons et interprétations .................................................................... 39

3.5.1. Comparaison de la poche de cavitation .............................................................. 39

3.5.2. Comparaison entre les pressions ........................................................................ 40

3.5.3. Résultats et interprétations ................................................................................. 41

3.6. Conclusion ..................................................................................................................... 43

Conclusion générale ................................................................................................................. 44

Références ................................................................................................................................ 45

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 6


PFA II 2017-2018

Table des figures


Figure 1 Diagramme des états thermodynamiques d'un corps, courbe de changement ........... 10

Figure 2 Tourbillons cavitants en aval d’un obstacle [1] ......................................................... 11

Figure 3 Cavitation d’extrémité de pale d’hélice [1] .............................................................. 11

Figure 4 Cavitation à bulles sur un profil d’aile [1] ................................................................. 12

Figure 5 Cavitation à poches attachées - laboratoire Dynfluid ENSAM [2] ........................... 12

Figure 6 Naissance d'un micro-jet dirigé vers la paroi ............................................................. 13

Figure 7 Veine de Venturi asymétrique ................................................................................... 15

Figure 8 Venturi symétrique .................................................................................................... 16

Figure 9 Partie convergente du Venturi ................................................................................... 16

Figure 10 Partie divergente du Venturi .................................................................................... 16

Figure 11 Géométrie d'un Venturi ............................................................................................ 16

Figure 12 Caméra haute fréquence........................................................................................... 17

Figure 13 Débitmètre à turbine ................................................................................................ 17

Figure 14 Sonde Pt100 ............................................................................................................. 18

Figure 15 Stroboscope .............................................................................................................. 18

Figure 16 Capteur hydrophone ................................................................................................. 18

Figure 17 Un capteur de force à jauges de contrainte .............................................................. 19

Figure 18 Structure du code CFD ............................................................................................ 29

Figure 19 Banc d'essai dans le laboratoire LMHE ................................................................... 32

Figure 20 Veine d'essai du laboratoire LMHE ......................................................................... 33

Figure 21 Etapes de la simulation numérique .......................................................................... 35

Figure 22 Géométrie de l'écoulement 3D ................................................................................. 36

Figure 23 Maillage structuré .................................................................................................... 37

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 7


PFA II 2017-2018

Figure 24 Maillage non structuré ............................................................................................. 37

Figure 25 Maillage de la géométrie .......................................................................................... 38

Figure 26 Illustration des conditions limites ............................................................................ 39

Figure 27 Répartition de la pression ........................................................................................ 41

Figure 28 Répartition du champ de vitesse .............................................................................. 42

Figure 29 Répartition de la fraction volumique de vapeur ....................................................... 42

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 8


PFA II 2017-2018

Introduction générale
Le phénomène de cavitation est un phénomène qui se manifeste fréquemment dans les
industries surtout dans les machines et composants hydrauliques à très grandes vitesses. Son
apparition est liée à une vaporisation du fluide, liquide, due à la chute de pression suite à une
augmentation de vitesse. Ce phénomène engendre une baisse du rendement des machines
hydrauliques notamment les pompes et les turbines, ainsi que des bruits parfois insupportables
et des érosions au niveau des parois. De ce fait, ce phénomène est considéré un problème majeur
dans les conceptions des composants hydrauliques.

A cet effet, de nombreuses recherches ont était faites afin de mieux le comprendre et d’établir
des méthodes précises pour prédire son apparition.

C’est dans ce cadre que vient se situer ce travail de PFA II dont l’objectif est d’étudier
l’écoulement dans la veine d’essai de cavitation du type Venturi au Laboratoire de Modélisation
en Hydraulique en Environnement (LMHE) de l’ENIT à travers l’élaboration d’un modèle
numérique qui génère une cavitation assez proche de la réalité.

Pour bien structurer le travail, on l’a divisé en trois chapitres :

Le premier chapitre présente le phénomène de cavitation en décrivant son aspect physique, ses
conséquences et les différents paramètres qui le caractérisent ainsi que les instruments de
visualisation et de la mesure du phénomène.

Le deuxième chapitre est consacré à l’étude du modèle mathématique qui modélise la


cavitation. Nous insisterons sur les modèles de cavitation en expliquant brièvement ce qui les
distingue les uns des autres. Cela permettra de situer le modèle de cavitation choisi et
d’expliquer quelles sont les raisons de notre choix. Nous présentons dans le détail le
développement des équations de conservation et les équations d’état pour les différentes phases.

Le troisième chapitre consacrera l’expérience de l’écoulement cavitant dans la veine d’essai du


laboratoire LMHE pour valider le modèle numérique choisi.

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 9


PFA II 2017-2018

Chapitre 1 : Etude bibliographique


1.1. Introduction
Le phénomène de cavitation est généralement rencontré dans la plupart des machines
hydrauliques comme les turbines, les pompes, et les vannes. Ce phénomène a une importance
considérable dans la conception et le fonctionnement de nombreux composants industriels.
Ce chapitre traite le phénomène de cavitation en présentant sa description physique, ses types,
ses conséquences, ainsi que ses paramètres caractéristiques et les techniques de visualisation et
de mesures.

1.2. Le phénomène de cavitation :


On appelle « cavitation » (qui vient du mot « cavus » ce qui signifie « trou »), l’apparition de
bulles de gaz et de vapeur dans un liquide soumis à une dépression. Lorsque cette dépression
est suffisamment élevée, la pression peut devenir inférieure à la pression de vapeur saturante,
et une bulle de vapeur est susceptible de naître.

Figure 1 Diagramme des états thermodynamiques d'un corps, courbe de changement

La dépression peut être liée à un écoulement de liquide à forte vitesse, par exemple dans un
venturi ou au voisinage d’une pale dans une pompe ou encore sur une hélice de sous-marin. En
effet, une accélération de la vitesse de l’écoulement proche d’une surface convexe engendre
une dépression locale. On parlera alors de « cavitation hydrodynamique », découverte par Lord
Rayleigh en 1917.

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 10


PFA II 2017-2018

Elle se caractérise par un sillage de bulles, et/ou par l’apparition d’une couche de vapeur
accrochée à une pale.

1.3. Types de cavitation


La cavitation peut se manifester sur de nombreuses formes. Les formes les plus répondues sont :
la cavitation de vortex, la cavitation à bulles séparées et la cavitation à poches attachées.

1.3.1. Cavitation de vortex


Un vortex (ou tourbillon) se crée par exemple aux extrémités de pales d’hélices ou de pompes.
Ils peuvent aussi se créer en aval d’obstacles situés dans l’écoulement. La cavitation qui se
produit alors au cœur de ce tourbillon qui est une zone à forte dépression est appelée cavitation
de vortex.

Figure 2 Tourbillons cavitants en aval d’un obstacle [1]

Figure 3 Cavitation d’extrémité de pale d’hélice [1]

1.3.2. Cavitation à bulles séparés


Ce type de cavitation se produit plutôt sur des profils à faible incidence ; les structures ont
l’allure de bulles de vapeur isolées plus ou moins sphériques qui apparaissent de façon aléatoire
au sein du liquide. Afin que ces bulles puissent se créer, il est nécessaire qu’il existe, au sein du
liquide ou sur la paroi, des germes (précisément des microbulles d’air) à partir desquels les
bulles grossissent.

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 11


PFA II 2017-2018

Figure 4 Cavitation à bulles sur un profil d’aile [1]

1.3.3. Cavitation à poche attachée


Dans ce type de cavitation, la phase vapeur constitue une cavité unique, attachée au profil sur
lequel elle se développe. Elle prend naissance à partir d’un décollement sur le profil ou sur un
obstacle. A l’arrière de cette poche, se détachent des structures instationnaires, convectées par
l’écoulement et qui collapsent en aval.

Figure 5 Cavitation à poches attachées - laboratoire Dynfluid ENSAM [2]

Pour ce type de cavitation, qui est particulièrement lié au fonctionnement des turbomachines et
les pompes tournant à très grande vitesse. Ces roues, dont la caractéristique principale des pales
est une aile, présentent un extrados (fluide en dépression) et un intrados (fluide en surpression).
Sur l’extrados se crée une zone de dépression dynamique dans laquelle apparaitra à un endroit
un point de pression minimale, ce qui engendre une diminution de l’énergie cinétique. Cette
pression peut baisser au point de faire apparaitre la première bulle de vapeur. Dans le cas où le
fluide est compressible, les lignes de courant s’en trouvent écartées les unes des autres. Ce «
gradient de pression » va abaisser la pression interne de la particule fluide de façon quasi-
adiabatique et conduire cette particule à l’état de vapeur.

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 12


PFA II 2017-2018

1.4. Conséquences de la cavitation


La cavitation engendre de nombreux problèmes surtout à l’échelle industrielle. On remarque
notamment :
-Des pertes de performances : Le développement de la cavitation dans des machines ou des
organes hydrauliques peut être tel que les écoulements sont modifiés par la présence des
structures cavitantes en créant une obstruction. On observe ainsi une baisse de la hauteur
engendrée et du rendement pour une pompe, une baisse de la poussée pour une hélice, une
augmentation de la perte de charge et une limitation du débit pour une vanne.
-Le bruit : Le bruit rayonné est dû aux fluctuations de volume des bulles ou des poches de
vapeur. En fonction du développement de la cavitation, il va évoluer de petits crépitements à
un bruit qui peut dépasser les limites supportables par l’oreille humaine. Le bruit de cavitation
est, de loin, la source la plus importante de bruit liée aux écoulements des liquides.
-Les vibrations : Les vibrations sont liées aux fluctuations des structures cavitantes en présence
de parois solides. Ces fluctuations génèrent des efforts instationnaires qui se traduisent par des
vibrations.
-L’érosion : Dans la phase d’évolution des structures cavitantes, le phénomène de collapse des
volumes de vapeur est souvent très rapide et génère de très grandes vitesses locales de liquide.
Si ce collapse se produit au voisinage d’une paroi, il se forme des jets de liquides dirigés vers
la paroi ; ces jets, étant d’une très grande énergie, peuvent engendrer des dommages de type
érosion qui, si ce phénomène se multiplie, peuvent aller jusqu’à la destruction physique de la
structure.

Figure 6 Naissance d'un micro-jet dirigé vers la paroi

1.5. Paramètres caractéristiques de la cavitation


1.5.1. Nombre de cavitation
On utilise le nombre de cavitation (σ) pour caractériser le risque de cavitation dans une
installation. Il est obtenu en utilisant, comme référence, l'énergie cinétique d'entraînement. Il

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 13


PFA II 2017-2018

traduit l'écart entre une pression caractéristique de l'écoulement et la pression de vapeur


saturante. Fréquemment, on définit (σ) comme :

𝑃∞ − 𝑃𝑣
𝜎= (1)
1 2
𝜌𝑢
2
P∞ : Etant la pression de référence, c’est-à-dire, la pression en amant de la veine d’essai.
Pv : étant la pression de vapeur pour la température du liquide considéré.
ρ : étant la masse volumique du fluide.
u : étant la vitesse de l’écoulement à l’entrée.
Le tunnel varie la pression, donc varie le nombre de cavitation.
Plus (σ) est élevé, plus l'écart des pressions est important, et par conséquent, plus le risque de
cavitation est réduit. Inversement, lorsque le nombre de cavitation est petit, le risque de
cavitation est important.
On définit à partir de considérations expérimentales ou d’observations une valeur de
sigma critique correspondant aux conditions de début de cavitation. Dans une installation, on
évitera donc la cavitation si la valeur du sigma de fonctionnement est supérieure à celle du
sigma critique. Ainsi, cette notion de paramètre adimensionnel de cavitation devient utile à deux
points de vue :
-A partir de la connaissance du sigma critique d’une configuration, régler les paramètres de
fonctionnement (pression, vitesse de rotation, perte de charge, etc…) de façon à éviter le
domaine cavitant.
-Définir les conditions d’essais sur modèle réduit afin d’étudier la machine ou le composant
hydraulique du point de vue de la cavitation.

1.5.2. Etat de surface


La rugosité joue un rôle important quant à l’apparition de la cavitation. En effet des études ont
été faite dans le but de déterminer l’effet de la rugosité sur les écoulements, notamment la thèse
réalisée par Jean Elie MEHAL [3] (analyse de l’influence de rugosités organisées sur les
écoulements cavitants instationnaires) en 2014 montre que :
La rugosité non-organisée favorise l’apparition des cavitations.
Alors que les rugosités ordonnées dans le sens de l’écoulement diminue la turbulence et
défavorise l’apparition de la cavitation.

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 14


PFA II 2017-2018

1.6. Choix de la géométrie de Venturi


1.6.1. Introduction
Afin de bien comprendre le phénomène de cavitation et de mettre en évidence les paramètres
caractéristiques de la cavité, le choix d’un obstacle convergent-divergent de type Venturi a été
préféré à un hydrofoil, dont les caractéristiques physiques seraient proches d’un profil d’aile,
au vue de la complexité de réalisation de l’étude. En effet, l’expérimentation ayant pour objet
de faire des relevés de pression pariétale, il devenait onéreux de concevoir un profil d’aile ayant
les caractéristiques de rugosité différentes, de plus la mise en place des capteurs de pression sur
l’extrados devenait complexe.
L’avantage d’un Venturi est d’avoir un écoulement 2D et d’être capable de loger des capteurs
sur la face de mesure et de permettre une visualisation rapide et simple des phénomènes
cavitants naissants.
Les essais ayant été concluants, une étude plus approfondie a été réalisée sur les écoulements
instationnaires résultant des poches de cavitation.
De récentes études expérimentales et numériques dans ce domaine en été présentés. Ces études
consistent essentiellement sur l’utilisation des sondes optiques doubles pour analyser
l’instabilité des écoulements de cavitation en poches et des cavitations en bulles. Des
investigations expérimentales et des simulations numériques ont été réalisées pour des
écoulements de cavitation observés dans deux sections d'essais de type Venturi.
La dynamique des écoulements en régime de cavitation a été largement étudiée
expérimentalement au cours des dernières décennies pour différentes géométries telles que les
profils d’hydrofoil, sphères ou tuyères de Venturi.

1.6.2. Les différents types de Venturi


Il existe deux types de Venturi :
 Venturi asymétrique

Figure 7 Veine de Venturi asymétrique

 Venturi symétrique

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 15


PFA II 2017-2018

Figure 8 Venturi symétrique

1.6.3. Les trois parties d’un Venturi


-Le convergent : Une partie dont la section va en diminuant dans le sens de l’écoulement est
appelée partie convergente.

Figure 9 Partie convergente du Venturi

-Le divergent : Une partie dont la section va en augmentant dans le sens de l’écoulement est
appelée partie divergente.

Figure 10 Partie divergente du Venturi

-Le col : L’intersection entre la section minimale du convergent et la section minimale du


divergent s’appelle le col du Venturi.

Figure 11 Géométrie d'un Venturi

1.7. Techniques et instruments de mesure et de visualisation de la


cavitation
Pour la visualisation et la mesure de la cavitation, il existe plusieurs techniques et instrument.

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 16


PFA II 2017-2018

Caméra rapide et éclairage :


Cette caméra, Cam Record 600 avec un objectif de 100 mm Zeiss Makro planar, est capable de
prendre des images à différentes fréquences en fonction de la résolution souhaitée. Pour les
besoins des essais au laboratoire, une fréquence de 1 kHz sera adéquate.
La luminosité étant continue et homogène, assurée par une plaque de LED de SLLUB (Super
Long Life Ultra Bright) Wight LED Blacklight.

Figure 12 Caméra haute fréquence

Capteurs de pression :
Deux capteurs de pression absolue JUMO sont montés sur le Venturi DynFluidV8 affleurant
la paroi (lors des essais il a été observé que le liquide rempli bien la cavité du capteur, il n’y a
donc pas de bulle d’air piégée qui influencerait la mesure) et de telle manière à ne pas gêner la
prise de vue par la caméra rapide.
Débitmètre à turbine :
La vitesse de l’écoulement est mesurée à l’aide d’un débitmètre à turbine. (Heliflux TZN)

Figure 13 Débitmètre à turbine

Mesure de la température :
La température du fluide de travail est constamment mesurée par une sonde Pt100.

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 17


PFA II 2017-2018

Figure 14 Sonde Pt100

Technique du PIV (Particle image velocimetry) :


C’est une méthode optique pour visualiser un écoulement, utilisée essentiellement dans les
recherches afin de déterminer instantanément des mesures de vitesse relié au fluide en question.
En effet, on additionne au fluide des particules infiniment petites, et en assument qu’elles ont
la même vitesse que le fluide, on peut déterminer d’une façon quasi-exacte sa vitesse.
Stroboscope :
L’utilisation du stroboscope est la méthode la plus simple pour déterminer la fréquence des
fluctuations d’une cavitation instable. Parfois cette fluctuation n’est pas visible à l’œil nue, donc
l’utilisation d’un stroboscope est indispensable.

Figure 15 Stroboscope

Capteur hydrophone :
Un hydrophone est un transducteur électroacoustique conçu pour transformer, dans les liquides,
des oscillations acoustiques en oscillations électriques.

Figure 16 Capteur hydrophone

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 18


PFA II 2017-2018

Un capteur de force à jauges de contrainte :


Peut-être simplement défini comme étant une pièce métallique, appelée communément corps
d’épreuve, équipée de jauges de déformation conditionnées dans un pont de Wheatstone
alimenté en tension électrique.
Lorsqu’une force est appliquée au corps d’épreuve, celui-ci a logiquement tendance à se
déformer. Les jauges collées sur ce corps d’épreuve subissent dès lors également des
déformations, ce qui génère une variation de leur résistance électrique propre.
Ce capteur peut être utilisé pour connaitre les déformations que subit l’obstacle sur lequel la
cavitation aura un effet.

Figure 17 Un capteur de force à jauges de contrainte

1.8. Conclusion
Donc, contrairement à ce que l’on connait classiquement du phénomène d’ébullition, la
cavitation n’est pas due à une augmentation de la température qui dépasserait la température de
vaporisation mais à une baisse de la pression qui devient inférieure à la pression de vapeur pour
les conditions de température locale, nous avons passé en revue le phénomène de cavitation
ainsi que les mécanismes de formation et les différents types en fonction du régime
d’écoulement. Nous aussi exprimé les conséquences néfastes de ce phénomène.

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 19


PFA II 2017-2018

Chapitre 2 : Modélisation de la cavitation


2.1. Introduction
Dans ce chapitre nous présentons une classification des modèles simulant les écoulements
multiphasiques et nous insisterons sur les modèles de cavitation en expliquant brièvement ce
qui les distingue les uns des autres. Cela permettra de situer le modèle de cavitation choisi et
d’expliquer quelles sont les raisons de notre choix. Nous présentons dans le détail le
développement des équations de conservation et les équations d’état pour les différentes phases.

2.2. Modélisation hydrodynamique


2.2.1. Equations de Navier-Stokes
Les équations à résoudre sont celles de Navier-Stokes. C’est à dire les équations de la
conservation de la quantité de mouvement et celle de la conservation de la matière qui s’écrivent
en coordonnées cartésiennes:
𝜕𝜌 𝜕(𝜌𝑢𝑖 )
+ =0
𝜕𝑡 𝜕𝑥𝑗
𝜕(𝜌𝑢𝑗 ) 𝜕(𝜌𝑢𝑖 𝑢𝑗 ) 𝜕𝑃 𝜕𝜏𝑖𝑗 (2)
+ =− +
{ 𝜕𝑡 𝜕𝑥𝑖 𝜕𝑥𝑖 𝜕𝑥𝑗

𝜕
En régime permanent (𝜕𝑡 ( ) = 0 ), et les deux équations s’écrivent alors :

𝜕(𝜌𝑢𝑖 )
=0
𝜕𝑥𝑗
𝜕(𝜌𝑢𝑖 𝑢𝑗 ) 𝜕𝑃 𝜕𝜏𝑖𝑗 (3)
=− +
{ 𝜕𝑥𝑖 𝜕𝑥𝑖 𝜕𝑥𝑗

- Les hypothèses du comportement visqueux du fluide sont :


 Le fluide est considéré isotrope ;
 La relation entre les contraintes et le taux de déformation est linéaire ;
 Chacune des contraintes normales est égale et opposée en signe à la pression statique p
lorsque les gradients de vitesse ont disparu.
Ces hypothèses nous permettent d’aboutir à un modèle de fluide dit Newtonien, pour lequel
l’expression du tenseur des contraintes visqueuse est exprimée comme suit :

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 20


PFA II 2017-2018

𝜕𝑢𝑖 𝜕𝑢𝑗 (4)


𝜏𝑖𝑗 = 𝜇( + )
𝜕𝑥𝑗 𝜕𝑥𝑖
En fait, d’après la décomposition de Reynolds, (la décomposition de Reynolds appliquée aux
solutions de l'équation de Navier-Stokes permet de simplifier le problème en faisant disparaitre
les fluctuations de périodes et d'amplitudes courtes. La méthode est connue sous le nom de
RANS pour Reynolds-averaged Navier–Stokes).

2.2.2. Méthode RANS


Devant la complexité des mouvements turbulents et du fait que pour les problèmes pratiques
d'ingénieurs la connaissance des grandeurs moyennes est largement suffisante, Reynolds a
proposé de décomposer le mouvement instantané en une partie moyenne et une partie
fluctuante. Il a proposé alors un traitement statistique des équations avant toute résolution
numérique. Ce qui est tout à fait l'opposé de la simulation directe de la turbulence (sans aucune
modélisation supplémentaire) où le traitement statistique n'intervient qu'à la fin, sur l'ensemble
des réalisations numériques.

𝑢 = 𝑢𝑖 + 𝑢𝑖′
{ 𝑖 (5)
𝑝 = 𝑃 + 𝑝′

Avec :
ui, 𝑢𝑖 , ui’: désignent respectivement les composantes de la vitesse instantanée, moyenne et
fluctuante.

p , P et p : désignent respectivement la pression instantanée, moyenne et fluctuante.

La moyenne temporelle d’une grandeur instantanée φ est réalisée sur un intervalle de temps
t2  t1  supérieur à l’échelle de temps du mouvement turbulent (inférieur à l’échelle du

mouvement moyen dans les problèmes transitoires) :


𝑡2
1
𝜑= ∫ 𝜑𝑑𝑡 (6)
𝑡1 − 𝑡2 𝑡1
Les équations de Reynolds obtenues en moyennant les équations de Navier-Stokes font
intervenir des termes supplémentaires qui sont fonction des fluctuations de vitesse. En effet, les
équations de quantité du mouvement moyennes s’écrivent, si on considère les forces extérieures
sont nulles Smi=0 :

𝜕𝑢𝑖 𝜕𝑢𝑖 1 𝜕𝑃 𝜕 𝜕𝑢𝑖


+ 𝑢𝑗 =− + (𝜇 − 𝑢𝑖′ 𝑢𝑗′ ) (7)
𝜕𝑡 𝜕𝑥𝑗 𝜌 𝜕𝑥𝑖 𝜕𝑥𝑗 𝜕𝑥𝑗

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 21


PFA II 2017-2018

La non-linéarité convective des équations de Navier-Stokes introduit 6 inconnues


supplémentaires ̅̅̅̅̅̅̅̅̅
−𝑢′𝑖 𝑢′𝑗 dans un modèle 3-D (le tenseur de Reynolds est symétrique) qui jouent
le rôle de contraintes turbulentes, appelées tensions de Reynolds. De ce fait, les équations de
Reynolds ne constituent pas un système fermé à cause de la coexistence d’une gamme large et
continue d’échelles de mouvements au sein de l’écoulement turbulent.

2.2.3. Modèle de turbulence

Les fluctuations de petites échelles dans le temps dans l’écoulement conduisent à l'adoption
de méthodes particulières pour la résolution numérique des problèmes en mécanique des
fluides. La première des approches de modélisation est la méthode RANS (Reynolds
Averaged Navier-Stokes equations) ou la moyenne de Reynolds des équations de Navier-
Stokes, où les différentes variables d'état instantanées peuvent êtres décomposées en une
composante moyenne et une composante fluctuante. Les équations moyennées résultantes
comportent de nouveaux termes qui traduisent la production des fluctuations des vitesses et
constituent le transfert d'un mouvement convectif dû aux fluctuations de la vitesse. Ces
nouveaux termes sont appelés les contraintes de Reynolds, ̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅
−𝑢′𝑖 𝑢′𝑗 .Celles-ci posent un
problème de fermeture des équations gouvernantes.

Modèle standard k-ε RNG :

Les fermetures de premier ordre représentent le meilleur moyen d’approcher le tenseur de


Reynolds. L’approximation dans la modélisation de la turbulence suggère que les tenseurs de
Reynolds sont supposés être proportionnels aux gradients de vitesse moyenne. L'analogie entre
les tenseurs de contrainte et de déformation est similaire à l’écoulement laminaire newtonien:

𝜕𝑢𝑗 𝜕𝑢𝑖 2
−𝑢𝑖′ 𝑢𝑗′ ≈ 𝜇𝑡 ( + ) − 𝑘𝛿𝑖𝑗
𝜕𝑥𝑖 𝜕𝑥𝑗 3 (8)

Où le μt est la viscosité turbulente et δij le symbole de Kronecker.

Cette équation est la base des modèles de viscosité turbulente et exprime les tenseurs de
Reynolds. Les modèles décrits ci-dessous permettent d’estimer μt.

Les modèles de turbulence à deux équations sont très largement utilisés, car ils offrent un bon
compromis entre l'effort numérique et la précision de calcul. La vitesse et la longueur de
l'échelle sont obtenues à partir des équations de transport distincts (d'où le terme à deux

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 22


PFA II 2017-2018

équations). La viscosité turbulente est modélisée comme le produit d'une vitesse turbulente et
d’une échelle de longueur turbulente.

L'échelle de longueur turbulente est estimée à partir de deux propriétés du champ de turbulence,
généralement l'énergie cinétique turbulente et son taux de dissipation. L'échelle de vitesse de
turbulence est calculée à partir de l'énergie cinétique turbulente. L'énergie cinétique turbulente
et de dissipation (de l'énergie cinétique turbulente) sont fournies à partir de la solution de leurs
propres équations de transport.

Basé sur les équations semi-empiriques, le modèle standard k-ε [ (Jones, et al., 1999), (Launder,
et al., 1974)], a deux équations, une pour l'énergie cinétique turbulente (k) et l'autre pour son
taux de dissipation visqueuse (ε).

La vitesse et l'échelle de longueur qui sont supposés être:

𝑈~ √𝑘
(9)
{ 𝑘 2/3
𝑙∞ ~
𝜀

Avec l'analogie de Prandtl-Kolmogorov, ainsi la viscosité turbulente est donnée par :

𝑘2
𝜇𝑡 = 𝐶𝑈𝑙∞ = 𝐶𝜇 (10)
𝜀

Cμ constante adimensionnelle, les scalaires k et ε sont modélisés via les équations du transport
suivantes :

Énergie cinétique turbulence:

𝜕𝜌𝑙 𝑘 𝜇𝑡
+ ∇. (𝜌𝑙 𝑘𝑈) = ∇. [(𝜇 + ) + ∇𝑘] + 𝑃𝑘 + 𝑃𝑘𝑏 − 𝜌𝑙 𝜀 (11)
𝜕𝑡 𝜇𝑘
Taux de dissipation:

𝜕𝜌𝑙 𝜀 𝜇𝑡 𝜀
+ ∇. (𝜌𝑙 𝜀𝑈) = ∇. [(𝜇 + ) ∇𝜀] + (𝐶𝜀1 . (𝑃𝑘 + 𝑃𝜀𝑏 ) − 𝐶𝜀2 𝜌𝑙 𝜀) (12)
𝜕𝑡 𝜎𝜀 𝑘

Le modèle contient cinq constantes réglables tirées d'expériences:

C  0.09  k  1.00    1.30 C 1  1.44 C 2  1.92

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 23


PFA II 2017-2018

Le modèle k-ε RNG a été développé avec la méthode Re-Normalisation Groupe (RNG) par
Yakhot (Yakhot, et al., 1986) pour normaliser les équations de Navier-Stokes et tenir compte
des effets de petites échelles du mouvement. La différence entre le modèle standard k-ε est au
niveau de la constante Cε1 qui est remplacée par Cε1 RNG :

Avec :

C 1RNG  1.42  f

  
 1  
f  
4.38  Pk
; 
1   RNG 3 l C RNG

Il inclue les améliorations suivantes:


 Dispose un terme supplémentaire dans l’équation de transport de la dissipation
turbulente qui améliore la précision pour des écoulements rapidement cisaillés.
 Inclue l'effet du tourbillonnement sur la turbulence afin d'accroître la précision pour les
écoulements tourbillonnaires.

Utilise un dispositif pour prendre en compte les effets des bas nombres de Reynolds,
contrairement au modèle standard qui est un modèle basé sur des nombres de Reynolds élevés.

2.3. Modèle de cavitation


2.3.1. Modèle à deux fluides

Le principe de base de ces modèles est de considérer les phases, vapeur et liquide, comme deux
phases distinctes et non miscibles. On y considère deux ensembles d’équations de transport de
masse, de quantité de mouvement et de chaleur pour d´écrire l’écoulement des deux fluides
(liquide et vapeur). Les interactions entre les deux phases sont modélisées par des échanges de
masse, de quantité de mouvement et d’énergie moyennant des termes sources dans les équations
de conservation.

𝜕𝛼𝑛 𝜌𝑛 (13)
+ 𝛻. (𝛼𝑛 𝜌𝑛 𝑈𝑛 ) = 𝛤𝑛
𝜕𝑡

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 24


PFA II 2017-2018

Avec la condition de transfert de masse :

2
(14)
∑ 𝛤𝑛 = 0
1

Où 𝛤n est le terme de transfert de masse entre les nièmes phases, n = 1,2 et αn la fraction
volumique avec :

𝛼𝑙𝑖𝑞𝑢𝑖𝑑𝑒 + 𝛼𝑣𝑎𝑝𝑒𝑢𝑟 = 1
(15)

Les deux fluides sont séparés par une interface discrète au travers de laquelle il subsiste un saut
de température, de vitesse et de pression due à l’existence de deux ensembles d’équations de
conservation. Tous ces aspects rendent nécessaire de supposer le non équilibre
thermodynamique. Ces modèles posent de nombreuses difficultés numériques. On peut citer la
non hyperbolicité des équations qui complique la tâche du programmeur et le coût de calcul qui
augmente jusqu’à devenir exorbitant dans le cas de l’interaction entre une onde de choc et
l’interface liquide-vapeur. Sans oublier la nécessité d’incorporer un algorithme pour traquer
l’interface. Cette démarche est rarement utilise pour simuler les écoulements cavitants. Ils
peuvent néanmoins être utilisés pour simuler le comportement d’une bulle isolée (collapse
d’une bulle de vapeur).

2.3.2. Modèle homogène

Il existe deux grandes familles de modèles à mélange homogène; les modèles qui se basent sur
l’équation d’état (EOS) ou modèles barotropes et les modèles qui se basent sur l’équation de
transport de la fraction volumique de vapeur (TEM).

Le but de ces modèles est de fournir une approche qui permet de gérer la grande variation de la
masse volumique dans un écoulement soumis à une dépression locale. Certes, la résolution des
équations de Navier-Stokes pour un écoulement 1-fluide est nécessaire pour la modélisation de
la cavitation, ces équations sont représentées ci-dessous :
 L’équation de conservation de la masse :
𝜕𝜌𝑚
+ ∇. 𝑔(𝜌𝑚 . 𝑢) = 0 (16)
𝜕𝑡

Avec ρm et Um dénotent respectivement la masse volumique et la vitesse du mélange.

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 25


PFA II 2017-2018

 L’équation de quantité de mouvement :


𝜕(𝜌𝑚 𝑢𝑚 )
+ ∇. (𝑢𝑚 × 𝑢𝑚 ) = −∇𝑃 + ∇. 𝜏 + 𝑆𝑚 (17)
𝜕𝑡

Où τle tenseur des contraintes est liée aux taux de déformation par :

2 (18)
𝜏 = 𝜇. (∇𝑢 + (∇𝑢)𝑇 − 𝛿∇. 𝑢)
3
(19)
𝜇 = 𝜇𝑚é𝑙𝑎𝑛𝑔𝑒 + 𝜇 𝑇𝑢𝑟𝑏𝑢𝑙𝑒𝑛𝑡
𝜇𝑚é𝑙𝑎𝑛𝑔𝑒 = (1 − 𝛼)𝜇𝑙𝑖𝑞𝑢𝑖𝑑𝑒 + 𝛼𝜇𝑣𝑎𝑝𝑒𝑢𝑟 (20)

En employant un modèle à mélange homogène pour modéliser un écoulement cavitant


turbulent, le système d’équation a besoin de deux fermetures ; une fermeture pour la fraction
volumique de vapeur et une fermeture pour la viscosité turbulente t.

Pour la fermeture de la fraction volumique de vapeur α, deux méthodes sont proposées dans la
littérature, l’équation d’état et l’équation de transport de la fraction volumique de vapeur.

2.4. Fraction volumique de vapeur d’eau


2.4.1. Equation de transport

Il s’agit d’une équation de transport de la fraction volumique de vapeur. Cette méthode assume
que la pression, la vitesse et la température des différentes phases sont égales (hypothèse de
mélange homogène). La transition d'une phase à l'autre est assurée par le transfert interphasique
via des termes source dans l'équation de transport. Cette méthode a l'avantage de pouvoir
prendre en compte la dépendance temporelle des phénomènes de transfert de masse par des lois
empiriques dans les termes source.

Une autre approche populaire, le modèle basé sur l’équation de transport de la fraction
volumique avec un terme source (TEM) (Merkle, et al. 1998), (Kunz, et al., 2000), et (Senocak,
et al., 2002))]. Une équation de transport de de la fraction volumique avec un terme source pour
le transfert de masse entre les deux phases (liquide/vapeur) est résolue pour déterminer les
valeurs de la fraction volumique.

Différentes formes de modèles TEM ont été proposées dans la littérature. La plupart ont
introduit des facteurs empiriques pour régler le transfert de masse.

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 26


PFA II 2017-2018

Jusqu'à présent, les résultats issus de ces modèles sont satisfaisants. Cependant, la dérivation
de ces modèles n'a pas été clarifiée dans la littérature, pas d’argumentations satisfaisantes
concernant la source des facteurs empiriques.

L'équation de transport pour la fraction volumique de la phase vapeur peut être présentée sous
cette forme :

v
    vU m   S (21)
t

2.4.2. Equation d’état

Méthode basé sur l’équation d’état (EOS), ou modèle barotrope. Delannoy et Kueny (Delannoy,
et al., 1990) ont proposé une formulation qui couple la masse volumique du mélange à la
pression à travers une loi barotrope. La masse volumique du mélange varie allant de la densité
du liquide passant par une zone de transition jusqu’à la densité de vapeur. L’intensité de
production de tourbillon est importante dans les écoulements cavitants, en particulier dans la
région de la fermeture de la poche de vapeur (Gopalan, et al., 2000). Plus précisément, cette
production tourbillonnaire est une conséquence de la génération du terme barocline de
1
l'équation de transport de tourbillon ∇ 𝜌 × ∇𝑝 (Senocak, et al., 2004).

Cependant, quand une relation barotrope est employée, les gradients de masse volumique et de
pression sont toujours en parallèle, donc le couple barocline est égal à zéro. Néanmoins, de
nombreux chercheurs ont appliqué ce modèle avec des lois barotropes différentes, voir : Reboud
et Delannoy (Reboud, et al., 1994), Hoeijmakers, et al. (Hoeijmakers, et al., 1998), Arndt, et al.
(Arndt, et al., 2000), Coutier-Delgosha et al. [ (Coutier-Delgosha, et al., 2007), (Coutier-
Delgosha, et al., 2005), (Coutier-Delgosha, et al., 2003)], Reboud, et al. (Reboud, et al., 2003),
Qin (Qin, 2004) et Sinibaldi, et al. (Sinibaldi, et al., 2006).

Le principe de cette méthode est de relier la densité du mélange à la pression au moyen d'un
rapport d'état ou de diagramme d'état, généralement considéré comme isotherme. L'équation
d'état servira à introduire un changement de phase, ou plutôt un changement de la masse
volumique, lorsque la pression diminue en dessous de la pression de vapeur.

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 27


PFA II 2017-2018

La masse volumique est maintenue constante dans les zones pures (liquide / vapeur) et dans la
zone de transition une variation de cette propriété est exprimé en fonction de l'équation d'état.
La masse volumique du mélange est définie comme :

2
m   n n    1    l (22)
n 1

Ainsi la fraction volumique de vapeur est exprimée :

 m  l (23)

v  l

La fermeture de ce modèle est basée sur une expression de la masse volumique en fonction de
la pression :

m  f ( p) (24)

Pour la fermeture du système d’équation, et le calcul de la fraction volumique α de la phase


vapeur ; une équation supplémentaire est nécessaire.

2.5. Présentation du code ANSYS CFX


Le code CFX est un code industriel de la CFD. Il est l’un des codes les plus utilisés
actuellement, en fait, il propose de modéliser une large gamme de problèmes liés à la mécanique
des fluides par le biais des différents schémas numériques et modèles multi-physiques qu’il
présente. Aussi, le CFX apporte une technologie de pointe au niveau de la génération de
maillage, le solveur et le post-traitement, tout en réduisant la durée de la simulation à réaliser.

On se propose de présenter dans le paragraphe suivant la structure du code CFX ainsi que ses
fonctionnalités. La modélisation des écoulements à l’aide d’ANSYS CFX se fait en trois étapes,
cette démarche est illustrée dans la figure 30.

 La mise en place du maillage avec la spécification des conditions aux limites. Celle-
ci est réalisée au moyen du préprocesseur (CFX - Pré)

 La résolution des équations à l'aide du solveur (CFX - Solver)

 Le traitement et la présentation des résultats au moyen du post-processeur (CFX -


Post).

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 28


PFA II 2017-2018

ANSYS CFX

PRE

ANSYS CFX
ANSYS CFX
SOLVER

ANSYS CFX

POST
Figure 18 Structure du code CFD

2.5.1. CFX-pré
La première étape, avant d’accéder à ANSYS CFX-17, consiste à définir le domaine de
l’écoulement avec la création du maillage le plus adéquat. Dans ce travail, cette étape a été
réalisée à l'aide du logiciel CATIA V5R20. On a passé après vers le logiciel « Pointwise 18 »
ce logiciel permet de générer le maillage de la géométrie en fixant les paramètres de maillage
nécessaires qu’on souhaite avoir sur les courbes, les surfaces et dans les volumes. Une fois le
maillage effectué, Pointwise 18 créé un fichier portant l’extension « GRD » qui regroupe les
informations relatives au maillage, exploitable par le module CFX-Pré. Ce logiciel permet par
ailleurs l'introduction des conditions aux limites et permet également la définition du domaine
d’étude sans le recours au logiciel de CAO.

Après avoir maillé la géométrie à étudier, le préprocesseur CFX-Pré s’intervient alors pour
définir les conditions aux limites et les conditions initiales du système. Ceci se fait en
déterminant les propriétés de chaque domaine défini, les équations à résoudre (les équations de
la dynamique et de la thermique), le type de résolution (soit en régime permanent, soit en régime
transitoire), et finalement les paramètres du solver (le nombre d’itération, le pas de temps, le
critère de convergence ainsi que la nature des fluides (ou solides) en présence).

Pour insérer les conditions aux limites, il faut choisir entre l’un de ces types :

 Inlet : Ces conditions sont utilisées pour définir les propriétés de l’écoulement qui va
entrer à l'intérieur du domaine.

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 29


PFA II 2017-2018

 Outlet : Ces conditions sont utilisées pour définir les caractéristiques de l’écoulement
qui est en train de sortir à l'extérieur du domaine.

 Opening : Cette condition est utilisée généralement dans le cas où la nature de


l’écoulement est inconnue, c’est-à-dire qu’elle peut être une entrée ou bien une sortie.

 Wall : On attribue cette condition aux parois imperméables à l’écoulement.

 Symétrie : En cas de présence d’un plan de symétrie, on peut alors attribuer cette
condition à ce plan.

Finalement et après avoir défini tous les paramètres, le CFX-pré génère un fichier de
type «.def» qui contient toutes les données introduites précédemment. Ce fichier sera ensuite
transmis au Solveur afin de lancer le calcul numérique.

2.5.2. CFX-solver

Le rôle du module CFX-solver consiste principalement à effectuer les calculs. Il est basé sur la
méthode des volumes finis en intégrant les équations de Navier Stockes dans chaque maille. Il
dispose aussi de plusieurs modèles additionnels afin de prendre en compte de l’effet de la
turbulence, le transfert thermique.

Vu la non linéarité de système d’équations, le module Solver adopte une approche itérative pour
effectuer leur résolution. Un critère de convergence doit être défini par l’utilisateur. Dès que la
différence entre deux itérations successives est inférieure à ce critère, le code arrête le calcul.
Dans certains cas, il est possible que le critère ne puisse être atteint. Dans ce cas, une option
permet de fixer le nombre maximal d’itérations permises et le code s’arrête une fois le nombre
maximal d’itérations atteint.

En effet, en cas d’une résolution qui se produit en régime permanent, le code continue à calculer
jusqu’à atteindre le nombre maximal d’itération que l’utilisateur a fixé dans le module CFX-
Pré, le calcul peut s’arrêter automatiquement lorsque la solution satisfait au critère de
convergence. Quant à la résolution qui se produit en régime transitoire, lorsque la durée de
résolution du phénomène étudiée est atteinte, le calcul s’arrête.

En finissant le calcul, le CFX-solver procure deux types de fichiers :

 Un fichier « .out » : C’est un fichier lisible par un éditeur de texte. Ce dernier résume
les étapes de déroulement du calcul. Il contient, aussi, les informations du fichier « .def », ainsi
que le bilan masse du système.

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 30


PFA II 2017-2018

 Un fichier « .res » : C’est un fichier qui contient l'ensemble des résultats. Il est
directement exploitable par le module CFX-post.

2.5.3. Visualisation des résultats (CFX-post)

Le post-processeur CFX-post est un outil graphique qui permet le traitement et la visualisation


des résultats. Il permet, aussi, d'appliquer des textures sur la géométrie, de visualiser des
contours, des iso-surfaces, des lignes de courant, des champs de vitesses. Il permet également
l'exportation des résultats sous forme numérique, comme par exemple la valeur des différentes
variables sur chaque nœud, sous forme photographique et même sous forme d'animation.

2.6. Conclusion
Les diverses approches existantes pour la modélisation physique de la cavitation ont été
abordées dans cette partie. Elles se scindent en deux grandes catégories de modèles, les modèles
reliant la masse volumique du mélange diphasique à la pression qui sont les modèles bases sur
une loi d’état barotrope, et les modèles intégrant un terme source qui gère le transfert de masse
entre les deux phases et qui sont bases sur l’équation du transport du taux de vide. La seconde
catégorie de modèles englobe deux approches différentes : une approche basée sur le
déséquilibre de la pression locale qui peut être issue de la dynamique de l’interface qui sépare
les deux phases liquide et vapeur, et une approche basée sur l’équation de Rayleigh-Plessset,
qui décrit la dynamique d’une bulle de gaz dans un champ de pression variable.

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 31


PFA II 2017-2018

Chapitre 3 : Simulation numérique de


cavitation dans une veine d’essaie
3.1. Introduction
Dans cette partie, nous allons faire la simulation numérique de l’écoulement dans une géométrie
de Venturi du laboratoire LMHE de l’ENIT. Ainsi, des calculs numériques ont été réalisés dans
les cas d’un écoulement dans un canal pourvu d’un Venturi de convergent 10° et de divergent
20°, afin de mettre en évidence le phénomène de cavitation au sein de cette géométrie.

3.2. Présentation de la partie expérimentale


3.2.1. Banc d’essai

Sur le banc d’essai montré sur la figure ci-dessous, qui est par ailleurs implanté dans le
laboratoire de l’hydraulique à l’ENIT, plusieurs boucles sont imbriquées. Une boucle est
destinée spécifiquement aux besoins des études de la cavitation à différents températures ce qui
explique l’existence du thermomètre. La pression est contrôlée en trois positions du Venturi à
l’aide de trois manomètres. Le Venturi est transparent afin de pouvoir visualiser l’écoulement.

Figure 19 Banc d'essai dans le laboratoire LMHE

La pompe utilisée peut générer un débit entre l’intervalle [20…160] l/min.

La variation de la pression en aval du Venturi est gérée par une vanne.

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 32


PFA II 2017-2018

3.2.2. Veine d’essaie

La veine d’essai utilisée dans cette expérience est de forme en révolution admettant trois
capteurs de pression, positionnés en amant, au col, et en aval du Venturi comme l’indique la
figure ci-dessous.

Figure 20 Veine d'essai du laboratoire LMHE

3.2.3. Déroulement de l’expérience

Le but de cette expérience est de visualiser la cavitation dans un Venturi, et de connaitre les
paramètres qui la déclenchent. Pour cela on a joué sur la variation de la vitesse en amant et da
la pression en aval du Venturi, tout en calculant le nombre de cavitation σ.

3.2.4. Résultats
Capteur en Capteur au Capteur en Nombre de cavitation σ Illustration
Débit Q (l/h)
amant (bar) col (bar) aval (bar)
1.5 -0.9 -0.1 0.45

680

1.5 -0.95 0.2 0.6

1.5 -0.95 0.5 0.76

1.5 -0.9 1 1

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 33


PFA II 2017-2018

1 -0.95 0 0.64

600

1 -0.93 0.3 0.84

1.2 -0.8 0.7 1.11

0.5 -0.9 -0.1 0.85


500

0.5 -0.9 0.1 1.05

0.5 -0.9 0.2 1.15

On remarque que le nombre de cavitation augmente lorsque la poche diminue de volume.


D’ailleurs on peut considérer un σcritique~1 au-dessous duquel on a une poche de cavitation mais
pas en dessus.

Par la suite on essayera de concevoir un modèle numérique qui approchera cette expérience, et
déduira ces avantages et ces limites.

3.3. Présentation de la méthode numérique


Les méthodes de simulation numériques sont des outils très efficaces pour la résolution des
équations. Elle permet d’établir toutes les informations instantanées (vitesse, pression…) en
chaque point et à chaque instant du domaine de calcul. En effet, la résolution du problème en
mécanique de fluide passe par trois étapes principales :

 Présentation du problème : ceci passe par définition d’une géométrie et d’un


maillage discrétisant le domaine de calcul.

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 34


PFA II 2017-2018

 Résolution numérique du problème par exécution d’un programme


informatique.
 L’exploitation des résultats : cette étape est la plus importante, au cours de
laquelle on vérifie la cohérence entre les résultats numériques obtenus et les
résultats expérimentaux.

La figure suivante récapitule les différentes étapes de la procédure du calcul numérique.

Géométrie

Maillage

Conditions aux limites

Non Validation
du maillage

Oui

Résolution numérique

Résultat et interprétation
Figure 21 Etapes de la simulation numérique

Donc, la simulation numérique commence par la création de la géométrie de notre objet étudié,
suivi par la génération du maillage. Afin de garantir une bonne qualité des résultats, on raffine
le maillage dans les zones particulière, une fois nous avons fixé notre maillage, nous passons à
l’étape de calcul en régime cavitant afin de tester notre profil vis à vis la cavitation.

Au cours de cette étude, nous allons utiliser le code ANSYS CFX, il s’agit d’un outil numérique
permettant la résolution des problèmes de la mécanique des fluides dans divers applications
afin de permettre aux ingénieurs de tester les systèmes dans un environnement virtuel.

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 35


PFA II 2017-2018

3.4. Application de la simulation sur notre cas d’étude


3.4.1. Description du problème

On se propose de résoudre les équations hydrodynamiques et turbulentes à l’aide du code CFD


ANSYS CFX. Nous présentons les aspects numériques à tenir en compte pour initier aux
écoulements cavitants en régime turbulent.

Pour la validation des résultats numériques, nous devons les confronter aux mesures
expérimentales. Nous avons délibérément restreint notre étude à une configuration géométrique
3D en régime stationnaire. Ceci nous permettra de faire une analyse exhaustive de la dynamique
de l’écoulement hors cavitation et en régime cavitant associé à la poche de cavitation partielle
que cette configuration entraîne.

3.4.2. Domaine d’étude

L’étude va s’effectuer sur la géométrie de Venturi présente dans le laboratoire LMHE de


l’ENIT, dont la forme est une forme de révolution et est expliqué en détail dans la figure de
l’annexe.

Figure 22 Géométrie de l'écoulement 3D

3.4.3. Le maillage
3.4.3.1. Les différents types de maillages

Comme indiqué, la première étape consiste donc à discrétiser l’espace en un ensemble de petits
volumes, suffisamment petits pour que les différentes variables ne varient pas (ou peu) dans ces

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 36


PFA II 2017-2018

cellules, mais il ne faut pas qu’ils soient très petits pour ne pas engendrer des problématiques
liées aux ressources informatiques.

Trois grandes approches existent : un maillage structuré, un maillage non structuré et un


maillage hybride.

 Maillage structuré

Un maillage structuré tridimensionnel est généralement composé d’hexaèdres.

Figure 23 Maillage structuré

Avantages  limiter énormément les ressources nécessaires en termes de stockage


et de temps.

Désavantages  certaines configurations se révèlent complexes, voire impossibles, à


mailler. Ainsi, toute surface courbe posera inévitablement des
problèmes.
 pose des problèmes au niveau du raffinement, car le raffinement
d’une zone du maillage pourrait influencer l’entièreté du maillage,
ce qui peut induire à d’autres problématiques.

Donc ce type de maillage est donc complexe à mettre en place. Toutefois, dans des cas
relativement simples et qui possèdent des formes géométriques simples, il pourra être
intéressant d’évaluer l’apport d’une telle approche. La figure (3-5) présente un exemple de
maillage structuré.

 Maillage non structuré


Cette approche se base sur une décomposition de l’espace en tétraèdres (ou polyèdres).

Figure 24 Maillage non structuré

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 37


PFA II 2017-2018

Avantages  Universelle
 simple à mettre en place
 Possibilité de raffinage d’une zone particulière du domaine

Désavantages  Cette technique implique un stockage du maillage beaucoup


plus complexe. Pour ces raisons, les échanges des flux entre
les différentes cellules seront plus difficiles à implémenter

Cette méthode, vu sa simplicité de mise en œuvre, est la plus fréquemment utilisée. Un exemple
de maillage non structuré est présenté dans la figure.

 Maillage hybride
Ce type de maillage est généré par un mélange d’éléments de types triangulaires ou
quadrilatéraux en 2D et tétraédriques, prismatiques ou pyramidaux en 3D. Il combine les
avantages du maillage structuré et ceux du maillage non structuré.

3.4.3.2. Choix du maillage

Une fois le domaine généré, il est indispensable de le subdiviser en volumes de contrôle pour
pouvoir résoudre le problème par la méthode des volumes finis, cette étape est dite génération
du maillage.

En réalité, la première étape du calcul réside dans l’élaboration d’un maillage qui assure la
convergence de la procédure numérique, et qui est capable de capter toutes les variations des
paramètres dans le domaine de calcul.

Le maillage de calcul adopté finalement pour notre cas est un maillage structuré, vue la
simplicité de la géométrie, et la facilité de son raffinage.

Figure 25 Maillage de la géométrie

On a maillé le domaine de façon à avoir un maillage raffiné au col du Venturi. Voici quelques
caractéristiques du maillage choisi :

-Nombre de nœuds : 365 670.

-Nombre d’éléments : 343 575.

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 38


PFA II 2017-2018

3.4.4. Configuration

Après avoir maillé la géométrie à étudier, le préprocesseur CFX-Pré s’intervient alors pour
définir les conditions aux limites et les conditions initiales du système. On doit jouer sur ces
paramètres afin d’avoir un modèle numérique proche de la réalité, et donc bien simuler notre
phénomène de cavitation.

3.4.4.1. Condition d’entrée

Elle simule l’entrée de l’écoulement dans le domaine du calcul considéré. Des conditions de
Dirichlet sont imposées pour les composantes de la vitesse et pour les grandeurs turbulentes k
et ε. La vitesse d’entrée est fixée de façon constante sur toute la frontière U ref .

3.4.4.2. Condition de sortie

Elle permet de fixer les contraintes sur la valeur de pression statique à la sortie du domaine.
Nous avons choisi dans nos calculs de fixer la valeur de la pression statique à une valeur
constante sur toute la frontière p .

Figure 26 Illustration des conditions limites

3.5. Résultats, comparaisons et interprétations


Dans cette partie, nous allons présenter les résultats numériques issus du calcul à l’aide du code
ANSYS CFX des écoulements cavitants dans une veine d’essai. Et nous allons les comparer
avec les résultats expérimentaux trouvés.

3.5.1. Comparaison de la poche de cavitation


Uref Capteur Nombre de Illustration Résultats de la simulation

(m.s-1) (3) cavitation σ
(bar)
19.67 -0.1 0.45
1

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 39


PFA II 2017-2018

19.67 0.2 0.6


2

19.67 0.5 0.76


3

17.32 0 0.64
4

14.23 -0.1 0.85


5

On a considéré dans ces simulations que la poche de cavitation est observable quand la fraction
de la vapeur d’eau α admet une valeur supérieure ou égale à 0,25.

On a superposé les résultats expérimentaux avec les résultats numériques et on a remarqué que
le modèle est adéquat pour des σ faibles (σ < 0.7), mais pas autant fiables pour les grandes σ.

3.5.2. Comparaison entre les pressions

La pression en aval étant imposée initialement, on veut comparer entre les résultats
expérimentaux et numériques de la pression dans le col du Venturi. Les pressions considérées
sont des pressions relatives.

expérience Pression expérimentale (bar) Pression numériquement (bar) erreur

(1) -0.9 -0.91 0.011

(2) -0.95 -0.92 0.031

(3) -0.95 -0.93 0.021

(4) -0.95 -0.93 0.021

(5) -0.9 -0.91 0.011

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 40


PFA II 2017-2018

D’après les résultats trouvés, l’erreur entre l’expérimental et le numérique est, dans ce cas,
infinitésimale.

3.5.3. Résultats et interprétations

On restreint notre étude sur le premier cas, où on étudie la distribution de la pression, de la


fraction α et de la vitesse sur un plan passant par l’axe du Venturi.

 Champs de pression :

Figure 27 Répartition de la pression

D’après la figure ci-dessus, le champ de pression présente une zone à faible pression au niveau
du col et au début de la zone divergente, la pression dans cette zone est inférieure à la pression
de vapeur saturante (Psat=3200Pa). Dans cette zone, le processus de vaporisation s’active et la
poche de vapeur prenne naissance. Cette baisse de pression est due au changement de la
géométrie.

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 41


PFA II 2017-2018

 Champs de vitesse :

Figure 28 Répartition du champ de vitesse

Cette figure montre que la vitesse du fluide Dans le Venturi augmente rapidement jusqu’à
atteindre un maximum au niveau du col, cette augmentation de vitesse s’explique par la
diminution de la section du passage du fluide.

 La fraction de la vapeur d’eau :

Figure 29 Répartition de la fraction volumique de vapeur

Cette figure qui présente la distribution de la fraction volumique de vapeur, met en évidence la
présence de la poche de vapeur attachée sur la paroi divergente. En quittant cette zone, où la

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 42


PFA II 2017-2018

pression devient supérieure à la pression de vapeur saturante, le processus de condensation


commence, on assiste au retour d’un état de vapeur à l’état liquide.

3.6. Conclusion
Dans ce chapitre, nous avons réalisé des simulations numériques des écoulements cavitants en
régime stationnaire à l’aide du code ANSYS CFX en utilisant la technique RANS. Nous avons
comparé les résultats obtenus avec les mesures expérimentales disponibles au niveau d’une
veine d’essai.

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 43


PFA II 2017-2018

Conclusion générale

Afin de comprendre quelques phénomènes physiques complexes, nous avons recours à la


modélisation numérique qui permet de simuler et de tester différentes possibilités
envisageables, ce qui réduit énormément les efforts de conception et d’expérimentation. En
conclusion, la simulation représente une source assez flexible d'informations utiles et peu
coûteuse.
Une étude bibliographique a été réalisée, dans laquelle nous avons présenté le phénomène de
cavitation, ses types et ses effets sur l’écoulement et les machines hydrauliques.
En second lieu, nous avons développé les formulations mathématiques de la modélisation de la
cavitation à savoir le modèle barotrope et le modèle à équation de transport. Les simulations
des écoulements cavitants turbulents ont été réalisées à l’aide du code ANSYS CFX.
La comparaison entre les résultats numériques obtenus par ANSYS CFX et ceux donnés par les
mesures expérimentales réalisé sur le banc d’essai du laboratoire LMHE.
En perspectives certains autres travaux pourront être visés. En effet, et comme suite des travaux
dans cette thématique concernant la modélisation et la simulation de la cavitation dans les
Venturis, des études de l’érosion des matériaux des obstacles due à l’implosion des poches de
cavitation devraient être menées, ou encore l’étude de l’état de surface et son effet sur
l’apparition de la cavitation.

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 44


PFA II 2017-2018

Références
(1)
PERRET René. La cavitation : une introduction

(2)
Petar TOMOV Étude expérimentale et numérique de la cavitation et la cavitation aérée. Vers
une application à l’alimentation en carburant d’un moteur d’avion... Mécanique [physics.med-
ph]. Ecole nationale supérieure d’arts et métiers - ENSAM, 2016. Français. <NNT :
2016ENAM0011>. <tel-01315546>

Jean ELI MEHAL. Analyse de l’influence de rugosité sur les écoulements cavitants
(3)

instationnaires. Mechanics. Ecole nationale supérieure d'arts et métiers - ENSAM, 2014.

French. <NNT : 2014ENAM0013>. <pastel-01062146>

(4)
M. Dular • I. Khlifa • S. Fuzier • M. Adama Maiga •O. Coutier-Delgosha. Scale effect on
unsteady cloud cavitation.
(5)
Stutz, B., & Reboud, J.-L. 2000. Measurements within unsteady cavitation. Experiments in
Fluids, 29, 545-552.
(6)
Knapp, R. T., Daily, J. T., & Hammit, F. G. 1970. Cavitation. Mc Graw Hill.
(7)
Patankar, S. V. 1981. Numerical heat transfer and uid ow. Hemisphere Publishing

Corporation.
(8)
GUENNOUN Fayçal, 2001 : «La cavitation par poche attachée et ses effets sur la portance
d’un profil isolé » (Projet de fin d’étude- Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne - 2001)

Ecole Nationale des ingénieurs de Tunis 45

Vous aimerez peut-être aussi