Vous êtes sur la page 1sur 2

Université Toulouse III Paul Sabatier L3 ME / 2016–2017 / Jeudi 16 mars 2017

Examen partiel
Algèbre 2
durée : 2 heures

La rédaction doit être soignée et détaillée.

Exercice 1 : Qualifier de vraie ou fausse chacune des assertions suivantes en justifiant :


1. L’équation x2017 + x + 1 = 0 n’admet aucune solution dans Z.
2. Si 10x ≡ 2 (mod 14), alors 5x ≡ 1 (mod 14).
3. ((ab−1 )c)−1 = (c−1 b)a−1 .
4. Dans un groupe G d’élément neutre u, si ar = a pour un élément quelconque donné
a ∈ G, alors r = u.

Exercice 2 : Division euclidienne


La division euclidienne de 1517 par l’entier strictement positif b donne pour quotient 75
et reste r.
1. Démontrer que 75 × (b − 20) = 17 − r.
2. En déduire b et r.

Exercice 3 : Equations diophantiennes


1. Montrer que l’équation x2 − y 2 = 2 n’a pas de solutions entières.
On se propose à présent de résoudre dans Z3 l’équation

x2 + y 2 = 7z 2 (1)

2. Montrer que dans Z/7Z, on a x̄2 + ȳ 2 = 0̄ ⇐⇒ x̄ = ȳ = 0̄.


3. Soit (x0 , y0 , z0 ) une solution de l’équation (1). Montrer que 7 divise x0 , y0 et z0 .
On pose x0 = 7x1 , y0 = 7y1 , z0 = 7z1 .
4. Justifier que (x1 , y1 , z1 ) est solution de l’équation (1).
5. Conclure.
Exercice 4 : Critère de divisibilité par 7
Soient n et n1 les entiers dont les écritures décimales sont respectivement

n = ak ak−1 . . . a1 a0 ,
n1 = ak ak−1 . . . a1 .

1. Justifier que n ≡ 3(n1 − 2a0 ) (mod 7).


2. Démontrer que 7 divise n si, et seulement si, 7 divise n1 − 2a0 .
3. En déduire un algorithme qui permet de vérifier si un grand nombre est divisible par 7
sans calculatrice. Appliquer cet algorithme à 65184 pour déterminer s’il est divisible par 7.

Exercice 5 : Groupes et symétrie


1. Donner la table de multiplication du groupe K des isométries qui conservent un rectangle.
2. Décrire le groupe ∆4 des isométries qui conservent un carré.
3. Exhiber en justifiant deux sous-groupes de ∆4 isomorphes à K.

Exercice 6 : Axiomes des groupes


Soit S un ensemble non vide fini avec une opération binaire associative tel que, pour tous
a, b, c ∈ S, on ait :
ab = ac ⇒ b = c, ba = ca ⇒ b = c.

On se propose de montrer que S est un groupe.


1. Démontrer que pour tout a ∈ S, la multiplication à gauche par a, i.e. l’application
s → as est une bijection de S dans S.
2. En déduire que l’équation ax = b admet pour tous a, b ∈ S une solution unique dans S.
On admet que semblablement la multiplication à droite par a ∈ S est une bijection et que
l’équation xa = b admet pour tous a, b ∈ S une solution unique dans S.
3. Soit a ∈ S. Démontrer que la solution u de l’équation ax = a est élément neutre à droite
dans S.
4. Justifier que tout élément a de S admet un inverse à droite. Conclure.
5. Si S est infini, montrer que, sous les mêmes hypothèses, S n’est pas nécessairement un
groupe.

barème indicatif : 4 – 2 – 5 – 3 – 3 – 4