Vous êtes sur la page 1sur 6

CHAPITRE III: ASTABLES ET MONOSTABLES

I. ASTABLES

1. Définition
Un montage astable est un générateur autonome, délivrant une tension rectangulaire
périodique évoluant entre deux états instables. Les 4 paramètres les plus
importantes de l’astable sont:
Le temps durant lequel le signal est à l’état HAUT (« temps haut » noté t H)
Le temps durant lequel le signal est à l’état BAS (« temps bas » noté t B)
L’amplitude (D.D.P. entre le niveau haut et le niveau bas)
La valeur moyenne

2. Schéma synoptique d’un montage réalisant la fonction astable :

3. Caractéristiques des signaux générés :

Connaissant le temps haut et le temps bas du signal rectangulaire, on peut en


déduire 2 autres caractéristiques (le temps tH+tB étant égal à la période T du signal) :

La fréquence

le rapport cyclique

Exemple de signal rectangulaire :

B. MONNE Electronique numérique L2 1


4. Réalisation de la fonction astable
Plusieurs structures électroniques existent, nous pouvons citer parmi les plus
employés :
montage astable à NE555
montage astable à 2 portes logiques C-MOS inverseuses
montage astable à 1 porte logique inverseuse à entrée Trigger

L’ensemble des structures énumérées est à connaître, et à reconnaître dans des


schémas électroniques plus compliqués (par exemple lors de l’étude d’un système
électronique).
De nombreux circuits intégrés permettent la réalisation de la fonction astable.
Les documents constructeur de ces circuits indiquent des schémas d’applications
ainsi que des relations permettant de déterminer la fréquence et le rapport cyclique
du signal de sortie.

II. MONOSTABLES

Un montage réalisant la fonction MONOSTABLE est, comme son nom l’indique, un montage
dont la sortie ne possède qu’un seul état stable.
Cela signifie qu’il est possible de lui faire quitter son état stable (par exemple l’état bas) suite
à un ordre de commande (déclenchement impliquant le passage de la sortie à l’état haut par
exemple), mais cette sortie reprendra automatiquement son état stable au bout d’un temps tw
fixé par des composants externes et une relation propre à un circuit spécialisé dans la
réalisation de la fonction monostable.

Schéma synoptique d’un montage réalisant la fonction Monostable :

B. MONNE Electronique numérique L2 2


MONOSTABLES REDECLENCHABLE ET NON REDECLENCHABLE
.
De nombreux circuits intégrés permettent la réalisation de la fonction monostable. Dans la
majorité des cas le circuit doit être accompagné de composants externes (résistances,
condensateurs) pour pouvoir réaliser la fonction. L’exemple le plus connu pour un signal de
sortie monostable est celui de la cage d’escaliers d’un immeuble.
En effet le fonctionnement d’un monostable est similaire à celui de la gestion de l’éclairage
dans une cage d’escaliers d’un immeuble : En bas des escaliers, on déclenche l’éclairage pour
une durée tw , et on trouve à chaque palier une commande de déclenchement qui permet de
relancer une durée tw même si la durée précédente est en cours.
Ce type de fonctionnement qui permet un redéclenchement de la durée de base à n’importe
quel moment s’appelle un MONOSTABLE REDECLENCHABLE.

Il existe en électronique un autre mode de fonctionnement d’un monostable : C’est le


MONOSTABLE NON REDECLENCHABLE. Pour ce type de fonctionnement, il est
nécessaire d’attendre la fin d’un état instable de durée tw , avant d’envoyer une autre
commande de déclenchement. Si la commande est envoyée avant la fin de la durée instable
précédente, cette commande n’est pas prise en compte.

B. MONNE Electronique numérique L2 3


Les documents constructeurs de ces circuits présentent des schémas d’applications ainsi que
des relations et des abaques (courbes) permettant de déterminer la durée de l’impulsion
instable tw , ainsi que le mode de déclenchement (front montant ou descendant).
Les caractéristiques électriques du signal de sortie dépendent de la technologie et de
l’alimentation du circuit spécialisé utilisé.
Cette sortie se comportant comme un générateur, sera bien entendu soumises à toutes les
imperfections qui caractérisent les générateurs.
Il faudra donc en tenir compte lors du branchement de cette sortie sur d’autres structures pour
éviter les problèmes de compatibilité.

Exemples de circuits intégrés permettant la réalisation de la fonction monostable :

B. MONNE Electronique numérique L2 4


Exemple de câblage de circuit monostable :

FONCTIONNEMENT :
Au repos : Hc =1, Q1=0 et la LED est allumée.
Une impulsion négative Hc provoque le déclenchement du monostable ; Q1= 1 (UQ1=5V) et
la LED s’éteint pendant une durée tw = 0,45xR10xC5.
Au bout du temps tw, Q1=0 et la LED se rallume.

B. MONNE Electronique numérique L2 5


L’étude des documents constructeurs est indispensable au choix et à la mise en œuvre d’un
circuit monostable ou astable.

EXEMPLE :

NE 555 R.T.C.
BROCHAGE
CIRCUIT INTEGRE MONOSTABLE / ASTABLE
Le circuit intégré NE 555 permet d'effectuer des commandes d'une grande stabilité afin Masse 1 8 VCC
de générer des impulsions de durée précise ou des signaux rectangulaires. Des broches
Déclenchement 2 7 Décharge
annexes permettent le déclenchement ou la remise à zéro. La sortie peut fournir ou 555
consommer jusqu'à 200 mA ou commander des circuits TTL. SORTIE 3 6 SEUIL

Remise à zéro 4 5 REF

+Vcc UTILISATION EN MODE MONOSTABLE :


R Le circuit intégré NE 555 est un monostable de longue durée qui permet la réalisation de temporisation
4 8
allant de quelques microsecondes à quelques heures.
555 Son rôle est de délivrer une impulsion au niveau haut de durée déterminée T pour une impulsion de
2
commande d'une durée quelconque, mais inférieure à T.
6 3
Ve déclenche le circuit quand sa tension est inférieure à 1/3 VCC (sur le front descendant).
7
Quand la tension aux bornes du condensateur C atteint 2/3 VCC la sortie VS revient à zéro et C se
C
Ve
Vs
décharge instantanément.
5 1
Le circuit peut alors être à nouveau déclenché.
C' Durée de l'impulsion de sortie : T = RC In 3 = 1,1 RC

+Vcc
UTILISATION EN MODE ASTABLE :
Son rôle est de délivrer un signal périodique, sans avoir recours à un signal de commande. C'est un
RA
4 8 générateur de signaux carrés.
7 Le condensateur C1 se charge à travers les résistances RA et RB.
555 3 VC (tension aux bornes du condensateur C1) croît jusqu'à 2/3 VCC, ce qui a pour effet de mettre la sortie
RB du circuit à un niveau bas. C1 se décharge alors à travers la résistance RB jusqu'à 1/3 VCC.
A cet instant le cycle recommence.
2
6 5 Vx En régime établi la période du signal de sortie est donné par la relation : T = 0,7 x ( RA + 2 x RB ) x C1
C1 C2
On a aussi : th = 0,7 x ( RA + RB ) x C1 et tb = 0,7 x RB x C1
1

B. MONNE Electronique numérique L2 6