Vous êtes sur la page 1sur 2

La Place d'Annie Ernaux (Français - 1re générale)

P.23 de l'édition Folio : "Dans le train du retour le dimanche. pour leurs dire les nouvelles essentielles"

- au début du live la narratrice raconte sa réussite au CAPES pratique


- 2 mois après, le 25/06/1967, a lieu la mort de son père
- il décède dimanche, ses obsèques se déroulent mercredi
- le mari d'Annie Ernaux reste peu de temps : il n'assiste qu'aux obsèques
- quant à Annie, elle est restée jusqu'au dimanche suivant chez sa mère avec son fils (Eric)
- narration se fait à la 1re personne : livre conçu comme une autobiographie
- dans cet extrait, Annie est dans le train du retour vers Lyon, avec son fils
- dans ce passage, elle raconte ce qui lui vient à l'esprit dans ce train, une fois son père mort
- Objectif : que pense Annie Ernaux après cet événement marquant ?
- Annie révèle quel est son sujet : elle veut écrire sur elle : c'est la définition du livreI) Les étapes de la
décision d'écrire

Paragraphe 1 : "dans le train du retour le dimanche"


- décision d'écrire en liaison avec la mort du père
- "maintenant, je suis vraiment une bourgeoise " et " il est trop tard " c'est une prise de conscience : · 1
page est tournée pour Annie Ernaux· Elle se rend compte de qui elle est vraiment· elle a perdu tout lien
avec le milieu de ses parents· " il est trop tard " pour revenir en arrière· prise de conscience brutale : "
D'un seul coup, avec stupeur "· " D'un seul coup " : expression adverbiale ; " avec stupeur " : complément
circonstanciel· imparfait narratif : arrière-plan d'ennui, de longueur· " D'un seul coup, avec stupeur,
"maintenant je suis vraiment une bourgeoise " : il manque le verbeà c'est une phrase nominalede plus il
n'y a pas de lien avec ce qui précèdele discours direct reproduit la pensée d'Annie Ernaux : elle nous
transporte dans sa pensée à ce moment + présent de l'indicatif à phrase + présente, + surprenante
Paragraphe 2 : " Plus tard, au cours de l'été »- on est toujours en 1967 (l'année de la mort de son père)
- " en attendant mon premier poste, il faudra que j'explique tout cela " : arrière
-plan d'attente à phrase nominale + citation de sa penséeè élaboration d'un projet d'écriture
- Remarque : " tout cela " : en 1967, elle ne sait pas exactement ce qu'elle veut dire
- "Je voulais dire " : explication rétrospective d'Annie Ernaux, en 1982 sur une idée de projet de 1967
projet vague explicité à posteriori
Paragraphe 3 : "par la suite"
- on se situe en 1976- elle a commencé un roman sur son père- mais pas de terme , roman inachevé,
abandonné : " Sensation de dégoût au milieu du récit " phrase nominale
Paragraphe 4 : " depuis peu "
- on est en 1982, c'est à dire dans la période de l'écriture du livre
- " je sais que le roman est impossible " : prise de conscience importante sur le plan littéraire1967à 1982
pour qu'Annie Ernaux puisse mettre ses idées au claire en ce qui concerne son projet d'écritureè Elle a
porté son livre comme une mère porte un enfant sauf que la gestation a été + longue
I. Les objectifs d'Annie Ernaux

Objectif 1 : " je voulais dire, écrire au sujet de mon père, sa vie, et cette distance venue à l'adolescence
entre lui et moi "
- elle veut expliquer cette distance, cet écart creusé entre son père et elle- Remarque : conjugaison de 2
évènements ( la mort de son père et la réussite des épreuves pratiques CAPES) qui l'ont marqué. Etudes
et le savoir : part importante du malentendu entre euxà ils finissent par ne plus se ressemblerà
évènements presque concomitants- entre le père te sa fille : "distance", "Comme de l'amour séparé" ceux
qui s'aiment ne peuvent plus se rejoindre
- Annie Ernaux n'aimait pas l'image de son père
- Elle veut donc écrire pour s'expliquer à propos de cette distance mais aussi honorer son père, se
réconcilier : elle se sent coupable

Objectif 2 : "rendre compte de la vie de son père "


- " je rassemblerai les paroles, les gestes, les goûts de mon père, les faits marquants de sa vie, tous les
signes objectifs d'une existence que j'ai aussi partagée " volonté d'objectivité
- Remarque : l'objectivité est un idéal impossible à atteindre réellement- Cette entreprise est impossible à
réaliser pour A. Ernaux car la charge affective pour son père l'empêche d'atteindre une totale objectivité
- Parfois Annie Ernaux a manqué d'honnêteté : quand elle a méprisé et eut honte de son père bien qu'il ne
le méritait pasè double aspects de l'écriture biographique :elle effectue une biographie en tentant de
rendre compte de la vie de son père + elle se livre par la même occasion à une autobiographie indirecte

II. Quelle écriture choisir ?

La première tentation d'Annie Ernaux : écrire un " roman " & Le refus de prendre le parti de l'art- Le
roman : cependant elle y renonce- pourquoi ?: "Je n'ai pas le droit de prendre le parti de l'art"
- Annie Ernaux voudrait dire qu'elle utiliserait son père pour faire de l'art

1
- Elle refuse le " passionnant " et " émouvant " du genre romanesque
- " Je n'ai pas le droit de prendre le parti de l'art " : connotation morale du verbe " avoir le droit "
- " aucune poésie du souvenir, pas de dérision jubilante "
- Vocabulaire : " jubilante " = quand on est extrêmement heureux
- C'est pourquoi elle va choisir ce qu'elle appelle l'écriture plateà écriture simple et donc en adéquation
avec le personnage principal qu'est son pèreà écriture neutre, pour plus d'objectivité : Annie veut "
rassembler " les éléments d'une vie et non pas enjoliver visée informative : c'est la même écriture que
celle utilisées pour donner les "nouvelles essentielles " écriture dépouillé, sans ornement, pas de procédé
rhétorique : elle fait l'écrivain qui est en elle
- Dans ce passage, on a un exemple de l'écriture plate à phrases courtes, juxtaposées, phrases
nominales, introduction brutale de style direct comme pour une prise de notes
- emploi d'un vocabulaire courant mais qui ne correspond pas non plus à celui du milieu populaire (comme
"dérision jubilante ") Annie recherche le mot juste, précis, sans pittoresque.
- l'écriture plate n'est pas forcément une écriture facile : le dépouillement, l'objectif permanent et ne pas
céder à la tentation du littéraire
Conclusion
- plus loin dans l'oeuvre, Annie Ernaux précise : " j'écris lentement "
- Elle opte pour une écriture de rigueur, qui doit coller à la réalité au plus près de façon a ce que le lecteur
se rendre compte de la réalité comme il pourrait le faire en regardant une photo
- D'ailleurs, Annie Ernaux décrit des photos dans son livre- Passage intéressant sur la genèse, l'explication
et le choix de l'écriture de l'oeuvre
- Elle se fait témoin de la vie de son père
- Remarque : elle est bien placée pour mener cette " enquête biographique"car elle a vécu avec son père
- Annie Ernaux tente d'y voir clair
- Elle veut régler ses comptes avec la bourgeoisie (cf. La Femme gelée, autre oeuvre d'Annie Ernaux)
- Cette pensée, volonté d'écrire est née juste après la mort de son père- Volonté d'écrire réalisée en
1982è 15 après y avoir pensé
- Annie veut retrouver l'endroit d'où elle est sorti, renouer avec l'homme qui l'a élevé
- Double aspect biographique de La Place : d'une part, elle y fait la biographie de son père et d'autre part,
cette oeuvre relève de l'écriture autobiographique puisqu'elle y raconte les souvenirs partagés avec son
père
Retour Note cette fiche