Vous êtes sur la page 1sur 25

COURS ECM 6éme

COURS ECM 5éme

LECON I : LE VILLAGE

OBJECTIFS PEDAGOGIQUES TERMINAUX:

A la fin de cette leçon, l’élève doit être capable de :

- Définir le village

-Citer les types de village

- Enumérer les matériaux utilisés pour la construction au village

INTRODUCTION

Le village est un regroupement d’habitants en milieu rural dont la principale activité des Enumérer
populations est l’agriculture. Les habitants des villages sont appelés villageois. A cause des différents
milieux climatiques ou naturels, des activités menées et des matériaux utilisés pour la construction des
cases. Les villages camerounais présentent diverses formes ou physionomies.

I- Les types de village


Le Cameroun compte dix régions, les villages sont différents selon les régions et en fonction des
climats, de la végétation.

Dans la partie sud-Cameroun nous avons :

- Les pygmées ; on trouve le campement des pygmées constitués des huttes


- Les Bantou (Bassa, Douala, Maka), on retrouve des villages linéaires (construits le long de la
route ou de la piste. Les maisons ici ont les formes rectangulaires). On trouve aussi les
maisons en tas construite autour d’une place centrale.
- Les semi-bantous (Bamiléké et Bamoun) on trouve des concessions entourées des haies. Ici
on trouve des villages dispersés.
Dans le Nord-Cameroun on trouve des villages en tas sur les montagnes ou dans les plaines et
constitués des SARES (maisons en forme ronde)

II-Les matériaux de construction dans les villages camerounais.

Les villageois utilisent les matériaux locaux (ce qu’ils trouvent dans leurs environnements.)
selon les régions. Les matériaux utilisés et les formes de cases sont différents.

- Les pygmées par exemple font un assemblement des branches et des feuilles.
- Chez les bantous, les maisons sont en terre battues ou planches. Les toits sont en feuilles de
raphia ou pailles.
- Chez les semi-bantous, les maisons sont faites en bambous et les toits sont coniques.
- Dans le grand Nord, les cases sont rondes avec les murs en terre, des toits pointus en paille.
- Chez les mousgoum par exemple on trouve les cases essentiellement faites en terre battues.
Conclusion : La physionomie des villages camerounais diffèrent selon leurs environnements où
ils tirent les matériaux de construction

LECON 2 : L’ORGANISATION ECONOMIQUE DU VILLAGE


1
OBJECTIFS PEDAGOGIQUES TERMINAUX:

A la fin de cette leçon, l’élève doit être capable de :

- Définir le village

- Citer les activités économiques

- Enumérer les problèmes rencontrés par les activités économiques du village

INTRODUCTION

Le village au même titre que les villes participes à l’évolution économique du pays. La
population camerounaise est à 70% des agriculteurs. Mais certains villages font face à plusieurs
problèmes qui freinent leur épanouissement.

I- Les activités économiques du village


Les activités dominantes sont : l’agriculture, l’élevage, l’artisanat, la pêche…, secondairement la
chasse, le ramassage.

1- L’agriculture
Elle occupe près de 70% de la population camerounaise. Cette agriculture est divisée en deux phases :

- L’agriculture vivrière ou de subsistance.


- L’agriculture industrielle ou plantation (palmier à huile, coton, café, cacao, canne-à-sucre,
banane…etc.
2- L’artisanat
Il est diversifié et varie selon les régions. Nous avons : la vannerie, la sculpture, le bois, l’ivoire, la
poterie, le tissage.

3- L’élevage
Le gros bétail est élevé dans le grand Nord. Les volailles sont retrouvées un peu partout au Cameroun.

II- Les problèmes rencontrés par les activités économiques du village.


Entre autre nous avons :

- Problèmes fonciers (Perte des terrains)


- La sorcellerie
- L’alcoolisme
- L’enclavement du village
- Le coût élevé des transports
- Les difficultés économiques
- Sols lessivés

Régions Activités Matériels utilisés Produits récoltés


économiques

Grand-Nord -Agriculture, Houes Maïs, coton, arachides


2
Herbes

-Elevage Peaux d’animaux Lait,

-Artisanat chaussures

Ouest -Agriculture, Houes, hache Maïs, tomates, arachides

-sculpture Bois -ornement des statuts,

-chasse Gibiers (animaux)

-Artisanat

Centre, Sud -Agriculture, Houes plantain, manioc


Est,
-pêche Canne-à-pêche, Poissons,
pirogue, fosses
-chasse animaux

Conclusion : Bien qu’ayant des nombreuses richesses, les villageois font face à des nombreux
problèmes mais, ils participent grandement au développement des villes à travers le ravitaillement
en produits vivriers.

Hameaux: c’est le regroupement des maisons ou des villages

II PARTIE : LA COMMUNE

3
LECON 1 : LA COMMUNE

OBJECTIFS PEDAGOGIQUES TERMINAUX:

A la fin de cette leçon, l’élève doit être capable de :

- Définir la commune

- Citer les types de communes

- Dire le fonctionnement des communes

INTRODUCTION

La commune est une collectivité locale décentralisée publique dotée d’une autonomie financière
sur un territoire bien limité. Les communes sont crées par le décret présidentiel.

I- Les types des communes


Les types de communes dépendent de la population, de la quantité des ressources (financières,
humaines, matérielles…), mais surtout de la superficie.

Au Cameroun on distingue :

- Les communes urbaines d’arrondissement (exple : commune de Ngaoundéré I, II, III ;)


- Les communes urbaines à régime spécial (exple : Limbé, Edéa, Nkongsamba, Bertoua ;)
- Les communes urbaines des grandes villes. (exple : Yaoundé, Douala, Garoua, Maroua,
Ngaoundéré ;)
- La commune rurale : Mbe, Yabaka.
A la tête d’une commune se trouve le maire. Les premières communes ont été crées en 1928 dans
le Sud et le Nord-Ouest du Cameroun. A partir de 1957 la commune va se trouver sur toute l’étendue
du territoire nationale (dans toutes les subdivisions administratives)

II- Fonctionnement de la commune


On peut évoquer entre autre le recyclage :

- Le payement, la formation du personnel, le respect de méthode du travail.


- Elle a pour mission de maintenir l’unité, de défendre les intérêts de la collectivité, mais surtout
de rechercher et d’améliorer les conditions de vie des populations.
- La de défendre des intérêts de la communauté.
- D’informer et d’aider la population dans la lutte cotre les fléaux tels que le VIH/SIDA, la
pauvreté, le banditisme, la prostitution, l’alcoolisme.
Malgré l’autonomie financière, juridique et administrative des communes l’Etat a le droit de regard sur
le fonctionnement de la commune.

Conclusion

Le Cameroun compte plusieurs communes qui ont chacune une histoire par rapport à la région
où elle se trouve.

LECON 2 : LES RESSOURCES DE LA COMMUNE

OBJECTIFS PEDAGOGIQUES TERMINAUX:

4
A la fin de cette leçon, l’élève doit être capable de :

- Définir la source communale

- Citer les différentes sources de la commune

- Présenter les sources de provenance

- Donner l’importance des sources de la commune

INTRODUCTION

Les sources de la commune sont l’ensemble des matériels et non matériels qui entrent dans
une commune. Cet ensemble des biens qui composent la commune à une autre.

I- Les sources de la commune


Les ressources matérielles de la commune sont :

- Le patrimoine historique (bibliothèques, les monuments, ….)


- Les ressources environnementales (la forêt communale)
- Les ressources administratives (Mairie, véhicules.) exple : l’argent provenant des taxes, des
impôts, les patentes, des licences,…etc. Aussi les legs et des dons, les moyens matériels et
non matériels des communes provenant de fiscalité de l’Etat. (exple : idem sus-cité)
II- Les sources de provenance
La commune compte les biens matériels et immatériels qui doivent être budgétisés pour son
fonctionnement. Le budget communal est l’ensemble des prévisions, des recettes et des dépenses
d’une commune pendant une année. Le budget communal lorsqu’il est planifié permet de :

- Résoudre les problèmes économiques et sociaux liés à la vie de la commune.


- Résoudre les problèmes liés à l’intérieur de la population. Exple : l’électrification du
territoire communal, pratique d’hygiène par le ramassage d’ordure dans la ville.
- Les recettes de la commune sont un ensemble de biens matériels et immatériels qui entre dans
la commune. Les recettes de la commune comprennent :
1°) Les taxes communales directes.

2°) Les recettes fiscales (taxes, des impôts, les patentes, des licences) Exple : taxes sur l’eau et
l’électricité

Conclusion

L’Etat, les ONG, les personnes morales, la coopération internationales participent au


développement des communes par l’octroie des legs, des dons, la fiscalité et la dotation à celle-ci. La
commune reçoit les ressources de la population. Elle les utilise pour le développement de
l’environnement communal. Et c’est le maire qui gère le budget communal.

COURS ECM 4éme

PROGRAMME ANNUEL D’ECM

5
THEME : L’organisation du territoire.

PREMIERE PARTIE : L’organisation du Cameroun.

Leçon 1 : du district à l’arrondissement

Leçon 2 : du département à la région

Leçon 3 : Etude de la région dans laquelle se trouve l’établissement scolaire.

DEUXIEME PARTIE : L’organisation sociale et les fléaux sociaux

Leçon 1 : L’organisation sociale.

- La maisonnée
- Le clan
- Le lignage
- La tribu

Leçon 2 : Les fléaux sociaux

- Le banditisme
- Le tribalisme
- La prostitution
- La délinquance juvénile.

Leçon 3 : La lutte contre les fléaux sociaux

PREMIERE PARTIE : L’organisation du Cameroun.

Leçon 1 : L’arrondissement

O.P.O : A la fin de cette leçon l’élève doit être capable de :


6
- Définir l’arrondissement
- dire qui est à la tête de l’arrondissement
- donner les principaux services publics dans l’arrondissement.

ITRODUCTION

L’arrondissement est une circonscription plus grande que le district, mais plus petite que le
département. Il est dirigé par un sous préfet nommé par décret présidentiel. Il peut être également
définit comme une subdivision administrative des départements et certaines grandes villes. Au
Cameroun on compte plusieurs arrondissements (52). Les critères de création restent les même et ceux
de districts. Ces critères sont : l’importance numérique de la population, étendue du territoire,
importance de l’activité économique et de la vie politique de cette région.

I- Le sous-préfet et ses attributions

Les attributions du sous-préfet sont très étendues que celles des chefs des districts dont il contrôle et
coordonne l’activité. Il s’occupe de :

- L’application de décision du gouvernement et rend compte au préfet.


- Contrôle et coordonne les services publics de l’arrondissement.
- Il note les fonctionnaires et agents de l’Etat de son arrondissement.
- Il octroie (donne) des permissions et autorisation d’absence.
- Il exerce la tutelle de ces communes ;
- Il anime la vie locale et coordonne des diverses activités.

Le sous-préfet est secondé (assiste) dans sa tâche par un adjoint d’arrondissement. Les chefs
des villages, les chefs de cantons peuvent également apporter leur assistance. Le sous-préfet habite le
chef lieu d’arrondissement car il représente l’autorité centrale. C’est un administrateur sorti de
l’ENAM (Ecole Nationale d’Administration et de la magistrature.). Son service est appelé sous-
préfecture.

II- Les principaux services publics dans l’arrondissement.

L’arrondissement est une circonscription qui a plusieurs services utiles aux citoyens. On y
rencontre :

- les services administratifs : la sous-préfecture et la commune.


- les sévices de maintient de l’ordre. Il s’agit de la brigarde de la gendarmerie et de poste de
police.
- les services financiers de perception et de poste
- les services publics de délégation d’arrondissement d’agriculture, de poste forestier et de
chasse.
- le poste vétérinaire
- les services sociaux : Etablissement scolaire, centre de santé, les bureaux de syndicat et des
associations.

CONCLUSION

7
L’arrondissement est une circonscription que dirige le sous-préfet. Ce dernier doit travailler en
collaboration avec les chefs traditionnels. Les citoyens doivent respecter le sous-préfet, mais celui-ci
doit être impartial et honnête.

VOCABULAIRE

Sous-préfecture : c’est un bâtiment qui abrite l’ensemble des services du sous-préfet.

Arrêté : décision par une autorité administrative en vue de son application.

Décret : C’est une décision écrite émanant ou venant du pouvoir gouvernemental (PR).

Canton : Il est constitué de plusieurs villages.

Leçon 2 : Du département à la région

O.P.O : A la fin de cette leçon l’élève doit être capable de :

- Définir département, préfet


- Citer les services de la préfecture
8
- donner les attributions du préfet.

Introduction

Le département est une entité administrative plus grande que l’arrondissement et plus petite
que la région. Il est composé d’arrondissements et il est dirigé par un préfet nommé par décret
présidentiel. On compte 58 départements au Cameroun.

I- La structure de la préfecture.

La préfecture comprend plusieurs services et de personnalités. On a :

- le préfet
- le premier adjoint préfectoral
- le deuxième adjoint préfectoral
- le secrétaire particulier du préfet
- le bureau des associations et des partis politiques
- le bureau de courrier
- le bureau des affaires sociales et culturelles
- le bureau de la réglementation et des activités économiques.
- le secrétariat particulier est chargé du protocole et de la radio de commandement des armes et
de munitions.

II- Le préfet et ses attributions

A- Le statut du préfet

Le préfet est l’administrateur civil. Les administrateurs civils sont formés à l’ENAM de
Yaoundé. Les préfets sont nommés par décret présidentiel. Le préfet est assisté par les adjoints
préfectoraux.

B- Les attributions du préfet

Le préfet est à la fois autorité politique et administrative.

1) Les fonctions politiques du préfet.

Le préfet coordonne les services de sa compétence au niveau de son département.

- il préside toutes les réunions administratives et politiques de son département.


- il informe le gouvernement sur tout ce qui se passe dans sa circonscription administrative.
- il informe la population des engagements politiques de l’Etat.

2) Les fonctions administratives du préfet.

-le préfet coordonne les services publics dans son département.

-il exerce la police administrative

-il note le personnel administratif accorde les congés et les permissions d’absence.

-il constate les absences irrégulières.

9
-il exerce la tutelle sur les communes.

-il veille à l’exécution des lois et décisions dans son département.

-il contrôle et coordonne les activités des sous-préfets dans son unité, la section des établissements
pénitentiaire et des affaires domaniales.

-il s’occupe du maintient de l’ordre, des règlements et des décisions du gouvernement.

-il est aidé dans sa tâche par des nombreux collaborateurs (élément et agents) parmi lesquels les
responsables des services départementaux.

CONCLUSION

Le département est dirigé par le préfet et dont les attributions sont multiples.

Vocabulaire

Préfecture : Bâtiment qui regroupe les services du préfet. Le mot désigne aussi la ville du chef lieux
du département.

Constitution : ensemble des textes fondamentaux qui régissent la vie publique de l’Etat ou du
territoire national.

Délit : Infraction à la loi en vigueur passible de peines correctionnelles.

Plein droit : Délégation des pouvoir au nom de la personne qu’on représente.

Leçon 3 : Etude de la région dans laquelle se trouve l’établissement scolaire.

(Le cas de l’Adamaoua)

O.P.O : A la fin de cette leçon l’élève doit être capable de :

- De localiser la région de l’Adamaoua


10
- Décrire le milieu physique
- Distinguer les différents peuples
- Expliquer les mécanismes économiques.

INTRODUCTION

La région de l’Adamaoua est située dans la partie centrale du pays. Elle est une zone de
transition entre le plateau sud camerounais et les basses terres du Nord. Elle est située entre le 6 ème et
le 8ème degré latitude nord, et se singularise par l’intensité faible, les activités agricoles et surtout
pastorales. C’est le château d’eau du Cameroun (parce que la majorité des cours d’eaux prennent leur
source dans la zone de l’Adamaoua). La région compte 5 départements et environ 18 arrondissement.

I- Les éléments physiques et humains


A) Les caractéristiques physiques
1- Relief

Le plateau de l’Adamaoua est le socle cristallin, ancien soulevé qui se tire d’Est à l’Ouest sur
400 Km et du nord au sud sur 200 Km. Il est limité au nord par la falaise de Ngaoundéré. Son relief est
homogène, son altitude moyenne est de 1100 m. Tout fait, il faut noter que la région de l’Adamaoua
est parsemé de quelque massif volcanique appelée localement Tchabal ; Exple : Tchabal gangha
(1923m); gandaba (1960 m)

2- Le climat et la végétation

Le climat est de type tropical humide (soudanais) c’est-à-dire une zone de transition entre le
climat tropical et sahélien au nord et le climat tropical équatorial au sud. Les précipitations varient de
500 à 1500 mm d’eau par an. La température moyenne annuelle est de 29°c.

C’est le domaine de prédilection de la savane arbustive, c’est-à-dire la végétation est


constituée de toutes herbes et d’arbres nains.

3- Le sol et l’hydrographie

Les sols sont cuirassés et parsemés, entourés des petits îlots et de sols volcanique. C’est ici le château
d’eau du Cameroun. Car plusieurs cours d’eau prennent y leur source.

B) Peuplement de la région de l’Adamaoua

Son nom Adamaoua dérive du grand conquérant ADAMA, Lieutenant d’Ousman DAN
FORDIO, Emirat SOKOTO au nord du Nigéria.

On y rencontre des Boums, Diis, Foulbés, Baya… , la densité moyenne de la population est de
9.1 habitants/ Km2.

Sur le plan administratif le plateau de l’Adamaoua est constitué d’une seule région de
62000km2 dont le chef lieu est Ngaoundéré. Ce plateau compte 5 départements.

Départements Djerem Mayo-Banyo Vina Faro Mbéré

Chefs lieux Tibati Banyo Ngaoundéré Tignère Meiganga

11
II- Les activités économiques, sociales et culturelles.
A) Les activités économiques

Sur le plan économique, la région pratique l’agriculture et l’élevage. En agriculture on cultive


surtout les céréales, mais aussi quelques tubercules dans les zones marécageuses et volcaniques.
Exple : MAÏSCAM qui produit une grande quantité satisfaisante de tonne de farine.

L’élevage a trouvé dans cette région un endroit de prédilection, le cheptel bovin est estimé à
3,5millions de tête et représente 1/3 national ; cette activité est pratiquée par les pasteurs nomades et
semi-nomades soutenus par l’action gouvernemental par le biais de du centre de recherche
zootechnique.

La pêche est artisanale ici. Elle utilise un outillage archaïque. Elle est pratiquée dans les
différents cours d’eau et fleuves, mais aussi dans les lacs tels que Tision et Bakwa dont la production
est essentiellement réservée à l’autoconsommation et au petit commerce.

- Le sous-sol est riche mais très peut exploiter ; il regorge (on trouve) la bauxite à mini-martap,
les étains à Mayo Darley.
- L’industrie est basée sur les activités agro-pastorales, alimentaire (maïscam) les huile, riz et la
tannerie pour les peaux de bêtes.
- Le tourisme est en pleine transformation, car l’architecture de l’habitat, de l’artisanat, les
chutes de 40m de haut constitue les principales attractions touristiques de la région.

B-Les activités socio-culturelles.

Dans la région de l’Adamaoua on note les infrastructures et les activités socio-culturelles.

Sur le plan social on a :

- Les hôpitaux à Ngaoundéré dans les chefs lieux de département et dans les chefs lieu
d’arrondissement.

- Les centres de santé intégrée dans les zones rurales.

- Les établissements scolaires primaires, secondaires qui encadrent les jeunes.

- Les instituts (Ecoles de formation)

- L’université avec les grandes Ecoles rattachées.

- ENIEG (Ecole Normale des Instituteurs de l’Enseignements Général)

Sur le plan culturel


- Les centres de la jeunesse
- Les foyers
- Les terrains de sport, ( le stade DOUMBE Oumar)
- Les chefferies traditionnelles
- Les sites touristiques, (lac Tison)

12
CONCLUSION
L’Adamaoua est un massif plateau de l’ouest de l’Afrique centrale. C’est une zone peu
peuplée dont l’élevage des bovins est la plus principale activité économique. La savane est la
végétation prédominante.

Leçon 4: L’ORGANISATION SOCIALE

O.P.O : A la fin de cette leçon l’élève doit être capable de :

- Définir la maisonnée, clan, tribu, ethnie, coutume, lignage


- Dire l’utilité et l’importance de vie en société.

13
INTRODUCTION

Au village, en ville comme partout ailleurs au Cameroun, la vie en société est bien organisée et
réglementée. La vie en société nous impose des comportements et des qualités à adopter. Chaque
homme (personne) appartient à une famille, clan, tribu, ethnie, ou à un lignage.

I-Quelques définitions ;

Maisonnée c’est l’ensemble de membres d’une famille qui habite le même logement. Le père est le
chef de famille.

Clan l’ensemble forme de plusieurs familles. Il se caractérise par des comportements communs
transmis par la tradition et par une très forte solidarité.

Tribu l’ensemble forme de plusieurs clans ; c’est aussi un groupe de personnes partageantes même
coutumes. Il se caractérise par une langue, un passé commun.

Ethnie C’est le regroupement de plusieurs tribus ayant des traditions apparentées. En d’autres termes,
l’ethnie est plus grande que la tribu, et la tribu plus grande que le clan.

Coutume C’est l’ensemble des habitudes propre aux mœurs d’un peuple

Lignage c’est l’ensemble des ascendants et des descendants d’un homme ou d’une femme.

II- Utilité et importance de la vie en société

La vie en société nous facilite les conditions de vie. A cet effet, elle nous demande d’être tolérants,
solidaire et obéissant afin que chacun garde sa place dans la société.

Tous ces devoirs nous permettent d’être unis pour éviter les querelles et pour nous donner l’éducation.

CONCLUSION

Le respect de devoir vis-à-vis de la société contribue au développement. La diversité ethnique au


Cameroun est une richesse. Pour ce faire chaque citoyen doit observer le respect scrupuleux envers les
autres tribus pour éviter les préjugés, sauvegarder la paix et l’unité nationale.

COURS ECM 3éme

THEME : L’ORGANISATION POLITIQUE DU CAMEROUN (7 leçons)

Première partie : Généralités.

Leçon 1 : Définition de quelques concepts liés à la vie politique. Exemples :

14
-Etat, Nation, Gouvernement, République, Citoyen, Droits, Devoirs, Démocratie…etc.

Leçon 2 : Les symboles nationaux :

- L’hymne national
- Devise
- Drapeau
- Les armoiries
- L’étendard
- L’emblème

Deuxième partie : La constitution du Cameroun (survol)

Leçon 1 : La constitution du Cameroun de 1960 à 1996 

Leçon 2 : Les grandes innovations de la constitution du 18 janvier 1996.

Troisième partie : Les différents pouvoirs.

Leçon 1 : Le pouvoir exécutif.

Leçon 2 : Le pouvoir législatif.

Leçon 3 : Le pouvoir judiciaire.

Leçon 1 : Définition de quelques concepts liés à la vie politique.

Etat :

Nation :
15
Gouvernement :

République :

Citoyen :

Droits :

Devoirs :

Démocratie :

Leçon 2 : Les symboles nationaux 

Introduction

Les symboles nationaux est un ensemble des signe et objets qui permet d’identifier une nation ou
un pays parmi tant d’autres. C’est tout ce qui permet à un citoyen de distinguer son pays à travers le
monde. Nous pouvons citer entre autres : L’hymne national, Devise, Drapeau, les armoiries,
l’étendard, l’emblème…etc.

1- L’hymne national
16
C’est un chant patriotique exécuté solennellement lors des grandes cérémonies telles que les
levées des couleurs, la fête nationale.

a) Création de l’hymne national du Cameroun


L’hymne national du Cameroun, dont « Ö Cameroun berceau de nos ancêtres »a été composé
en 1928 par les élèves de l’école normale de Foulassi (sud Cameroun). La chanson est adoptée pars
l’Alcam le 10 mai 1957. Ses auteurs sont : Samuel MINKIO BAMBA (compose la musique), René
JAM AFANE (parole); Elle a subit des modifications le 20 mai 1970, au sujet des termes « barbarie et
sauvagerie ».

Les idéaux qui exaltent notre hymne national sont : La liberté, le progrès, la fierté, la joie, le
travail, la paix le bonheur, unité nationale, l’amour…etc.

2- Devise
C’est l’ensemble des mots significatifs qui expriment d’une manière précises les idéaux ou
objectifs d’un groupe. Notre devise c’est « Paix-Travail-Patrie » « Peace-Work-Fatherland ». Elle
a été adoptée à la même année que l’hymne national. Chacun de ces mots a une explication dans la
vie des citoyens.

Paix : Invite tous les camerounais a éviter tous les conflits pouvant détruire l’humanité.

Travail : exige de tous les camerounais a fournir les efforts en classe, dans les bureaux, les champs,
bref partout pour le développement de notre pays.

Patrie : Demande à tous les citoyens camerounais d’aimer son pays et de donner le sens du
patriotisme.

3- Le drapeau
C’est une étoffe qui représente les couleurs d’un Etat d’une collectivité. La couleur de notre
drapeau est Vert-rouge-jaune avec une étoile dorée sur la bande rouge.

- L’étoile est le symbole de l’unité de notre pays.


- Le Vert symbolise la forêt danse
- Le rouge symbolise le sang des patriotes, des martyres (ce sont des personnes qui ont donné
leur vie pour leur pays.)
- Le jaune symbolise la savane du nord.
a) L’évolution du drapeau du Cameroun
Du 10 mai 1957 au 1er octobre 1961 il est vert-rouge-jaune.

Du 1er octobre 1961 au 20 mai 1972 il est vert-rouge-jaune avec deux étoiles dorées sur la bande
rouge, respectant les deux Etats fédérés.

Et du 20 Mai 1972 il est vert-rouge-jaune avec une étoile dorée sur la bande rouge, respectant l’Etat
unitaire.

4- Le sceau
C’est un cachet officiel portant la devise d’un Etat et qui authentifie les actes. Le sceau du
Cameroun est rond avec au centre le profile de la tête d’une fille portant aussi la dévise du pays.

17
5- Les armoiries
C’est l’ensemble des emblèmes qui distingue un groupe. C’est aussi l’ensemble des signes de
devise et thermes précis d’un Etat. L’armoirie du Cameroun constitue de l’écu. Les armoirie du
Cameroun sont constituées de l’écu comprennent la carte du Cameroun, la devise, son
drapeau.

Conclusion

Somme toute, le Cameroun comme tous les autres pays dans le monde a ses symboles que
nous devons tous respecter dans notre vie quotidienne, afin de manifester notre devoir patriotique.

6- L’étendard

7- L’emblème

Deuxième partie : La constitution du Cameroun (survol)

Leçon 1 : La constitution du Cameroun de 1960 à 1996 

INTRODUCTION

La constitution est la loi fondamentale d’un Etat qui doit être respectée. C’est la loi des lois
qui déterminent l’organisation d’un Etat, fixent les attributions des différents organes du
gouvernement, ainsi que les droits et les devoirs des citoyens. Depuis l’indépendance le Cameroun a
connu quatre (4) constitutions qui correspondent aux grands contextes du pays.

I- Les caractéristiques des trois premières constitutions du Cameroun


1°) la constitution du 4 mars 1960.

18
Elle affirme l’indépendance du Cameroun oriental et créer un régime parlementaire. C’est l’acte de
naissance juridique de la république unie.

2°) la constitution du 1er septembre 1961.

Elle établit la république fédérale du Cameroun doté de deux(2) Etats fédérés. Elle crée un régime
présidentiel où le président de la république est à la fois chef d’Etat et chef du gouvernement.

3°) la constitution du 2 Juin 1972.

Elle consacre l’unification et instaure la république unie du Cameroun. Les Etats fédérés disparaissent
et forme un seul.

II- Les grandes articulations des constitutions de 1960 à 1984


1°) la constitution du 4 mars 1960.

Promulgué par le feu Ahmadou AHIDJO premier ministre et chef de l’Etat de l’époque, elle est
constituée d’un préambule de 52 articles et 12 titres.

- Un organe exécutif constitué d’un président de la République chef de l’Etat et d’un premier
ministre chef de gouvernement.
- Un organe législatif constitué d’une assemblée nationale de 100 membres appelés députés.
- Un organe judiciaire constitué des tribunaux et de la haute cours de justice.
2°) la constitution du 1er septembre 1961.

Elle crée un Etat fédéral dont les institutions sont les suivantes:

Dirigé par le président de la république chef de l’Etat et du gouvernement et du vice-président de la


république fédérale.

Un organe législatif détenu par une Assemblée de 40 membres. Chaque Etat a son Assemblée
législative.

Un organe judiciaire détenu par la cours générale de justice et par la haute cours de justice fédérale.

3°) la constitution du 2 Juin 1972.

Elle est adoptée par le référendum organisé le 10 mai 1972 et promulguée le 2 juin de la même
année par le président Ahmadou AHIDJO.

Elle précise que le Cameroun est un Etat unitaire et apporte les changements profonds :

- Le président de la république n’est plus assisté d’un vice-président.


- Les Etats fédérés disparaissent et font place à un seul.
- Les trois (03) assemblées du système fédéral sont réduites en une seule qui comprend 150
membres en 1983, et 180 en 1998.
- Le nombre de gouvernement passe de trois(03) à un(01)
Cette constitution qui organise l’Etat unitaire connaitra une dizaine de constitutions dont la principale
est celle du 4 février 1984 qui crée la république du Cameroun.

Conclusion
19
En définitive, la constitution du Cameroun est le résultat de plusieurs textes successifs
marquant les étapes de l’évolution du pays. Cette modernisation du Cameroun est considérée comme
tournant décisif de la constitution du 18 janvier 1996.

VOCABULAIRE

Préambule : Introduction d’un texte

Amendement : Modification apportée à un projet, à une proposition de loi.

Référendum : c’est la consultation du peuple sur une question d’intérêt général où il doit répondre
par oui ou par non.

Révision constitutionnelle : C’est l’opération qui consiste à modifier une constitution.

Leçon 2 : Les grandes innovations de la constitution du 18 janvier 1996.

Introduction

L’actuelle constitution promulguée par le PR le 18 Janvier 1996 résultant de la révision


constitutionnelle, est destinée à moderniser et à démocratiser les institutions politiques a fin de les
adopter aux nécessités actuelles du pays et aux normes internationales de l’heure.

I-Présentation de la constitution

Adoptée par l’Assemblée Nationale et promulguée par le PR son excellence Paul Biya le 18 janvier
1996, date à laquelle elle entre en vigueur dans notre pays. Notre constitution actuelle comprend :

- Un préambule par lequel un peuple camerounais affirme sa spécificité, indique ses


engagements, proclame son attachement au droit de l’homme et liberté fondamentale.
- 13 titres et 69 articles qui définissent la nature de l’Etat, les institutions de la république et
leurs fonctionnements.

20
Parmi les grands changements apportés par la présente constitution on peut citer :

- Le PR est désormais élu pour un mandat de sept (07) ans renouvelable une (01) fois.
- Le pouvoir législatif est exercé par le parlement qui comprend désormais deux
chambres formées de :
a) L’Assemblée Nationale qui compte 180 députés élus.
b) Le Sénat formé de 10 sénateurs, dont sept (07) élus et trois (03) nommés par le PR.
NB : Le sénat représente les collectivités territoriales décentralisées.

- La création du conseil constitutionnelle. C’est l’organe régulateur du fonctionnement des


institutions qui statuent sur la constitutionalité des lois.
- La création des régions et communes. Elles jouissent d’une autonomie administrative et
financière par la gestion des intérêts régionaux et locaux.
Les collectivités territoriales et décentralisé ont pour mission d’assurer le développement économique,
social, sanitaire, éducatif, culturel et sportif de leurs localités respectives.

Conclusion

En définitive, l’actuelle constitution camerounaise vise à moderniser et démocratiser notre pays à


travers les institutions nouvelles qu’elle crée, et la décentralisation des pouvoirs de l’Etat parmi lequel
le pouvoir judiciaire.

Troisième partie : Les différents pouvoirs.

Leçon 1 : Le pouvoir exécutif.

INTRODUCTION

Le gouvernement désigne l’ensemble de tout ceux qui sont investis par le pouvoir de l’Etat
pour conduire les affaires de la Nation. Il comprend : le service du PR et les départements ministériels.
Il est chargé de représenter et d’assurer le fonctionnement de l’Etat. D’assurer la mise en œuvre de la
politique de la nation telle que définie par le PR.

I- Composition et structure du gouvernement au Cameroun.


Au sens strict, le gouvernement de la République comprend :

- Le Premier Ministre : qui propose les ministres.


- Les ministres d’Etat.
- Les ministres sans portefeuilles.
21
- Les ministres chargés de mission
- Les ministres délégués
- Les secrétaires d’Etat.
Au sens large, le gouvernement comprend toutes les activités qui sont chargés par le chef de
l’Etat. De diriger les services centraux et les services extérieurs de la nation. Nous pouvons citer entre
autres : Les ambassadeurs, les gouverneurs, les préfets, les sous-préfets et les chefs du village.

II- Le fonctionnement du pouvoir exécutif.


Il est exercé par le PR qui incarne la nation et chargé de :

- Administrer le bien n’être de l’Etat.


- Veiller à l’exécution des lois.
Le président de la république est élu au suffrage universel égal et secret à la majorité des suffrages
exprimé pour un mandat de sept (07) ans renouvelable une(01) fois. Le chef de l’Etat a des attributions
nombreuses et importantes

III- Les attributions du PR.


- Il dirige la politique de la nation.
- Il veille au respect de la constitution.
- Il assure le fonctionnement régulier du pouvoir.
- Il veille à la sécurité intérieure et extérieure de la république.
- Il dispose des pouvoirs spéciaux.
- Il exerce le droit de grâce aux condamnés.
- Il peut programmer l’Etat d’urgence et d’exception.
En cas de vacance présidentielle, la constitution camerounaise prévoit l’intérim qui est exercé par le
sénat. Mais comme le sénat n’existe pas encore opérationnel au Cameroun, c’est le président de
l’Assemblée Nationale qui assure celui-ci.

CONCLUSION : En somme, la mission du gouvernement est d’assurer le bon fonctionnement de


l’Etat. Le pouvoir exécutif est incarné par le chef de l’Etat. Le gouvernement doit donc promouvoir le
bien être des populations. Celle-ci doit apporter son soutien à l’action gouvernementale à travers le
respect strict et l’accomplissement des devoirs des citoyens.

Leçon 2 : Le pouvoir législatif.

INTRODUCTION

Le peuple camerounais exerce sa souveraineté à travers les députés élus. D’après la constitution de
1996, le pouvoir législatif comprend deux chambres: l’Assemblée Nationale et le Sénat.

I- Généralité sur le parlement camerounais.


Le parlement camerounais exerce le pouvoir législatif qui établit les lois exécuté par le pouvoir
exécutif. Il est bicaméral, c’est-à-dire constitué de deux chambres à savoir : l’Assemblée Nationale et
le Sénat. Il contrôle l’action du gouvernement. Les chambres du parlement se réunissent au même en
session ordinaire d’une durée de trente (30) jours. Et les deux chambres peuvent se réunir sur la
demande du PR. Dans ce cas, le bureau de l’A.N. préside les débats. Nul ne peut appartenir à la fois à
l’A.N et au Sénat.

II- Formation, rôle et fonctionnement de l’A.N


a) Formation de l’AN.
22
L’Assemblée Nationale camerounaise est composée de 180 députés élus par le peuple au suffrage
universel direct secret pour un mandat de cinq (05) ans renouvelable. Actuellement cinq (05) partis
politiques se partage le siège de l’A.N

- RDPC (149); - SDF (22) ; - UDC (05) ; - UPC (03) ; UNDP (01)


Pour être électeur il faut remplir faut remplir les mêmes conditions que celles requise à l’élection
présidentielle.

NB : En dehors des conditions communes à l’élection présidentiel et celle de législatif, on ajoute :

1- Avoir 23 ans révolus à la date du scrutin.


2- Ne pas avoir une fonction incompatible (membre du gouvernement, Directeur des sociétés)
3- Verser une caution donc le montant est fixe par le code électoral.
Immunité parlementaire: c’est l’ensemble des privilèges dont bénéficie de l’irresponsabilité et
l’invincibilité qui le des poursuites judiciaire pouvant paralyser son action.

b) Les attributions de l’A.N


L’A.N détient le pouvoir législatif. A ce titre elle est :

- Voter le budget de l’État.


- Contrôler l’action gouvernementale
- Veiller à l’application de la constitution.
NB : Pour un bon fonctionnement du gouvernement il faut que le pouvoir parlementaire soit un parti
d’opposition.

c) Fonctionnement de l’AN
Les réunions de l’AN s’appelle session parlementaire. On distingue :

- Les sessions ordinaires qui se tiennent trois (03) fois par ans et qui dure trente (30) jours
chacune. (juin ; novembre ; mars.)
- Les sessions extraordinaires qui a une durée de 15 jours maximum sur ordre du jour
déterminé à la demande du PR ou du tiers (1/3) de députés.
Au cours de l’une des sessions l’A.N vote le budget de l’Etat : c’est la session budgétaire.

d) Composition du bureau de l’A.N


Le bureau de l’A.N est composé de :

- Un (01) président voté par la chambre des repentants


- Cinq (05) vice-présidents élus au scrutin de liste.
- Douze (12) secrétaires
- Quatre (04) questeurs tous élus au scrutin de liste.
Le bureau de l’A.N préside les délibérations et organise les services. Le président de l’A.N
dirige les conférences des présidents, les débats en séance plénière. On appelle conférence des
présidents la réunion qui regroupe les membres suivants :

 Le président de cette conférence


 Les membres du bureau
 Les présidents des groupes parlementaires.
 Les présidents des différentes commissions générales (05 commissions)

23
Cette conférence établi l’ordre du jour et de tableau de l’A.N et se prononce sur la recevabilité
des projets, des propositions de lois et des résolutions.

L’A.N compte neuf (09) commissions permanentes.

- La commission des finances et du budget.


- La commission de l’éducation et de la formation professionnelle, et de la jeunesse.
L’A.N tient deux (02) types de séances:

1. Les séances plénières (le public et les membres ont accès).


2. Les séances à huis clos (ils sont secrets et interdites au public).
L’A.N adopte les lois et la majorité simple des textes définitivement adoptés sont transmis

par le président de l’A.N pour promulgation au journal officiel.

Les membres du gouvernement on accès à l’A.N. Au cours de chaque session une séance
parlementaire est réservée par priorité aux questions des membres du parlement et aux réponses du
gouvernement.

Conclusion : L’A.N. est formée par les représentants élus du peuple appelés députés. Leur travail
consiste en somme à voter les lois de la nation et à contrôler l’action du gouvernement.

Vocabulaire:

Députés : c’est un représentant du peuple à l’A.N

Session : c’est une séance de travail

Groupe parlementaire: Un ensemble des députés regroupés par affinité politique. (Exple : les
députés du RDPC, et un groupe compte 15 membres chacun.)

Questeur: c’est un membre du bureau de l’A.N chargé du contrôle de finance et d’administration.

Bureau d’âge : c’est conseil composé du doyen d’âge et des deux plus jeunes députés.

Législative: c’est la durée de mandat d’une assemblée législative.

Bulletin nul : c’est le suffrage non exprimé, mais qui est jeté dans l’urne.

Abstention : refus de prendre part au vote

Permission : c’est une demande de s’adresser oralement au parlement.

Navette : se sont les allés et venu d’un texte de loi d’une chambre à l’autre dû au désaccord sur
l’adaptation en discussion.

Leçon 3 : Le pouvoir judiciaire.

COURS ECM 2nde

COURS ECM 1ére

24
COURS ECM Tle

25

Vous aimerez peut-être aussi