Vous êtes sur la page 1sur 2

P

O
U
Banques de données scientifiques R
et techniques
E
N
par Bernard MARX
Adjoint au Responsable du Département de la Documentation et de l’Information,
Institut National de la Propriété Industrielle (INPI)
S
A
Données économiques
V
1. Coûts et tarifications des banques de données en ligne 1.2 Utilisation des banques de données
Les coûts d’utilisation des banques de données en ligne correspondent aux
différentes étapes pour atteindre des informations : réseau téléphonique,
Les deux principaux facteurs de tarification de l’utilisation des banques de
données en ligne, durée et résultats obtenus, ont fortement évolué durant les
O
réseau(x) de télétransmission, serveur et banques de données.
1.1 Réseaux téléphoniques et télétransmission
dernières années et vont être complètement remis en cause durant les pro-
chaines années avec les bouquets de services accessibles à très grande
vitesse. Le coût horaire traduit l’influence du serveur avec l’utilisation de son
I
Mise à part l’unité de base du réseau téléphonique (0,73 F), les coûts de télé-
transmission dépendent des réseaux utilisés, de la durée et, dans certains cas,
du volume transmis.
logiciel de recherche, c’est aussi le facteur unique qui intervient dans l’utili-
sation des services accessibles en kiosque télématique. R
La tarification des résultats traduit l’importance du producteur qui a
Le coût d’accès à un serveur français pour un utilisateur français par le construit la banque de données avec la limite, par exemple dans le cas des
réseau Transpac est lié : brevets, de l’intérêt d’un résultat nul qui nécessite néanmoins pour l’obtenir la
constitution coûteuse d’une banque de données.
— à la durée 25,32 F H.T./heure;
— au volume transmis 0,052 F H.T./k octet.
Généralement, le serveur facture plus simplement un coût uniquement
Actuellement, les deux facteurs interviennent encore de façon prépondé-
rante. Par exemple, les banques de données du serveur Questel-Orbit propo-
P
horaire, par exemple dans le cas de Questel-Orbit : 40 F H.T./heure.
Dans le cas des connexions à un serveur étranger, l’utilisateur a le choix
sent des coûts horaires de 300 F à 1 600 F, dont la moyenne est d’environ 500 F
mais qui correspond généralement à différents groupes et tarifs horaires de
produits : presse en texte intégral (350 F/h), marques (400 F/h), fichiers scien-
L
entre la connexion à Transpac puis aux réseaux étrangers par l’intermédiaire
du Nœud de transit international (NTI) ou l’utilisation d’un réseau privé.
L’utilisation du NTI a un coût forfaitaire mensuel (50 F) et dépend de la dis-
tifiques (450 F/h), entreprises (400-800 F/h), brevets (800 F/h).
De la même façon, le coût des résultats imprimés en ligne ou en différé est
U
tance, de la durée et du volume transmis.
très variable (de 2 à 100 F) avec une moyenne de 10 F par résultat et des diffé-
rences importantes suivant la nature d’information : fichiers scientifiques
(4,5 F), brevets (7 F), presse (6 à 12 F), marques (6-10 F), entreprises (11-21 F),
S
bilans (105 F).
Tarifs des appels vers l’étranger Mais la critique fondée du manque de signification du coût horaire entraîne
des modifications des méthodes tarifaires :
Europe et États-Unis Autres pays
Maghreb — forte diminution du coût horaire et augmentation du coût des résultats
(IRS-ESA, DIMDI, STN);
Durée/h 36 F 60 F 81 F
— tarification des termes de recherche (STN);
Volume (1 000 segments) 20 F 38 F 43 F — choix de l’utilisateur pour chaque session de choisir les différents fac-
teurs (STN) :
• coût horaire seul;
Soit un coût moyen total de 110 F/h pour un serveur européen et 180 F/h • coût par terme de recherche seul;
pour un serveur américain. • coût horaire et par terme de recherche.
Des exemples de coûts horaires sont notés pour l’utilisation de quelques D’autres natures de recherche provoquent des tarifications spécifiques :
réseaux privés (tableau A).
— recherche de famille de brevets;
— recherches structurales ou sous-structurales dans lesquelles les diffé-
rentes étapes de la recherche et les opérateurs utilisés sont tarifiés.
Tableau A – Coût d’utilisation des principaux réseaux pour Les données accessibles par les nouveaux bouquets de service proposent
l’accès un abonnement mensuel puis un paiement à l’acte (par exemple, visualisation
des résultats) en fonction du service utilisé.
à des serveurs situés en Europe et aux États-Unis
De la prédominance justement critiquée de coût à la durée, aux tarifs des
Serveurs nouveaux services plus orientés vers l’information de vie pratique, l’infor-
Réseaux mation professionnelle cherche des méthodes de tarification signifiantes et
DATA-STAR STN DIALOG LEXIS-NEXIS acceptables pour les différents utilisateurs et opérateurs concernés.

SPRINTNET 16 FS/H − 12 $/H Compris dans le coût 2. Marché des banques de données
d’interrogation des bases Le tableau B donne le chiffre d’affaires global des fournisseurs d’infor-
TYMNET 7 FS/H 65 F/H 12 $/H
mation électronique (d’après l’Observatoire du marché de l’information de
EUNETCOM 16 FS/H − 21 $/H − l’Union européenne).

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


est strictement interdite. − © Techniques de l’Ingénieur, traité Mesures et Contrôle Doc. R 120 − 1
P BANQUES DE DONNÉES SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES POUR LES MESURES _____________________________________________________________________
O
U 3. Coût d’utilisation d’Internet

R Tableau B – Chiffre d’affaires des fournisseurs


d’information électronique Les coûts d’utilisation d’Internet comportent plusieurs facteurs.

CA (Milliards d’Écus) ■ Coûts d’abonnement : ils varient suivant l’abonnement choisi. Pour un
abonnement non permanent de 100 à 1 000 F par mois, la moyenne étant de
en ligne CD-ROM et autres Total l’ordre de 250 F. Par exemple, dans le cas du service Wanadoo de France Télé-
E États-Unis 9,6 0,9 10,5
com (F TTC) :

— inscription : 190 F;
N Europe
Japon
3,6
1
0,6
0,3
4,2
1,3 — abonnement mensuel : 110 F (15 heures de connexions comprises);
Total 14,2 1,8 16 — heures supplémentaires : 19 F.

■ Coûts de télécommunication : ils dépendent de la distance entre le poste de


S Le tableau C donne les résultats d’une étude du GFII.
travail de l’utilisateur et le point d’entrée sur Internet de l’ordinateur du four-
nisseur, d’où l’intérêt des communications locales. Le Kiosque Micro France
Télécom permet d’offrir un même tarif pour l’ensemble du territoire.
A ■ Coûts des services : ils sont actuellement gratuits dans la plupart des cas,
Tableau C – Chiffre d’affaires de l’information électronique
V professionnelle en France (MF)
mais un paiement sécurisé devrait permettre des paiements à l’abonnement
et/ou à l’acte.

O Producteurs
Montant

616
%

13 %
Internet en quelques chiffres
— 50 millions d’utilisateurs dans le monde;

I Producteurs/Serveurs
Serveurs
3 160
762
67 %
16 %



16 millions d’utilisateurs aux États-Unis;
300 000 utilisateurs en France (dont 60 000 particuliers);
130 000 serveurs Web dans le monde, + 6 000 par mois;

R CD-ROM
TOTAL
187
4 725
4%
100 %



23 millions d’utilisateurs du WEB dans le monde;
9,5 millions d’utilisateurs du WEB aux États-Unis;
marché d’Internet : 1,1 milliard de dollars.

P Bibliographie
L Références [7] LE LOARER (P.) et NORMIER (E.). – Techni-
ques linguistiques et statistiques pour sélec-
d’annuaires européens et le défi électro-
nique, Monaco, 23-24 mai 1996, 10 pages.
U [1] BOURRETERE (M. F.). – Le point de vue d’un
utilisateur. Gazette du Palais, n° 12-13, 1994,
p. 80-82.
tionner l’information pertinente. IDT 95,
Paris, 21-23 mai 1996, p. 115-120.
[14] Le marché français de l’information électro-
nique professionnelle. Données 1994. Grou-
pement français de l’industrie de l’infor-
S [2] Des banques de données pour les étudiants,
les enseignants, les chercheurs. 7e édition.
[8] BENICHOU (P.), KLIMSZAK (C.), BORNE (P.).
– Handling Genericity in chemical structures
using the Markush Darc Software. J. Chem.
mation (GFII), janvier 1996, 60 p. et annexes.
Répertoires de banques de données
Ministère de l’Éducation nationale, de Inf. Comput. Sci. 1997, 37, p. 43-53.
l’Enseignement supérieur et de la Recherche, ● Gale Directory of Databases. Vol. 1 : Online
1995, 56 p. [9] MARX (B.). – Banques de données scientifi- Databases. Janvier 1997, Gale Research.
ques et techniques. Gazette du Palais, n° 12-
[3] WILLIAMS (J.). – The Scifinder experience. ● Répertoire des banques de données profes-
13, 1994, p. 75-79.
Actes de la Conférence internationale de sionnelles. 15e édition, 1996, ADBS, Paris, 783 p.
[10] Data and knowledge in a changing world. 3 v. ● Répertoire des banques de données Télétel
l’information en chimie, Nîmes 23-25 octobre
édit. J.-E. DUBOIS, N-GERSHON, Actes du pour l’entreprise. 1994-1995, FLA Consultants,
1995, p. 145-159.
14e Colloque international CODATA, Cham- Paris, 343 p.
[4] RAT (N.). – Les grands serveurs ciblent l’utili- béry, 18-22 septembre 1994.
● Répertoire international des banques de don-
sateur final sur l’Internet. Bases, n° 122, [11] SUTTER (E.). – Maîtriser l’information pour
novembre 1996, p. 1-5. nées par le marketing et les études. 1994, FLA Con-
garantir la qualité. AFNOR, Paris, 1993, 134 p. sultants, Paris, 375 p.
[5] Vidéotext. À Jour, Paris, n° 327, 15 juillet [12] Répertoire des membres. Édition 1994-1995, ● Annuaires des banques de données 3628-
1996, p. 6-8. Groupement français de l’industrie de l’infor- 3629. Juin 1994, À Jour, Paris, 64 p.
[6] LINK-PEZET (J.) et LACOMBE-CARRAUD (E.). mation (GFII), 169 p. ● Guide international des banques de données
– Guide pratique d’Internet. À Jour, Paris, [13] CHAMBAUD (S.). – Protection du capital sur les brevets et les marques. 1993, FLA Consul-
1995, 160 p. informationnel, Conférence : Les éditeurs tants, Paris, 279 p.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


Doc. R 120 − 2 est strictement interdite. − © Techniques de l’Ingénieur, traité Mesures et Contrôle

Vous aimerez peut-être aussi