Vous êtes sur la page 1sur 3

Techniques d’expression écrite II – Socrates 2017-2018

PONCTUATION
I. Introduisez (si nécessaire) les signes de ponctuation adéquats dans les phrases
suivantes.

1. On entendit quelques heures plus tard le bruit d'une voiture qui venait
2. Votre professeur est malade dès lors l'examen est reporté à la semaine prochaine
3. Et lui le chat il penchait la tête
4. La chambre était si étroite qu'on pouvait à peine s'y déplacer
5. Ce film est intéressant toutefois je le trouve un peu trop court
6. Quand elle se redressa je perdis toute contenance
7. Paul mon frère est malade depuis que Julie sa femme l'a quitté
8. Je me levai à deux heures donnai un coup de fil et retournai me coucher
9. N'en pouvant plus d'attendre qu'elle m'appelle je me rendis seul au restaurant
10. Il n'est jamais trop tard me semble-t-il pour apprendre
11. En général je suis d'accord avec les idées de ce candidat cependant je ne voterai pas
pour lui
12. On arrive toujours avec un peu de patience à résoudre les problèmes les plus difficiles
13. Connaissez-vous Charles Michel Mademoiselle
14. Désespéré cet homme cherche un refuge c'est-à-dire un endroit où il puisse manger
boire et se reposer
15. Si ce chat est agressif c'est à cause de son maître qui le maltraite

II. Faut-il ajouter une virgule dans les phrases suivantes ?

1. Les collègues avec lesquels je m’entends le mieux sont Christian et Mélanie.

2. Cet homme avec qui elle est sortie à plusieurs reprises est tout à fait charmant.

3. L’hôtel où nous avons dormi était très luxueux.

4. Les parents dont les enfants sont turbulents sont souvent épuisés de fatigue.
5. Deux ou trois filles toujours les mêmes leur apportent un café, un croissant, puis viennent
s’asseoir derrière eux et ne les quittent plus.

1
Techniques d’expression écrite II – Socrates 2017-2018

III. Ajoutez un point-virgule, un double point, des points de suspension, des tirets ou
des guillemets aux endroits nécessaires.

1. Chaque homme a trois caractères celui qu’il a, celui qu’il montre et celui qu’il croit avoir.
2. L’histoire nous montre la manière dont cet instrument le français est entré en concurrence
avec d’autres parlers de sa famille, proches ou plus éloignés de lui.
3. Le renard dit au bouc Que ferons-nous, compère ?
4. Quand nous cherchons la vérité, méfions-nous de nos sens il n’est pas toujours sûr, par
exemple, que nous ayons bien vu et entendu de là des erreurs sur les faits et sur les
personnes.
5. Il est probable les recherches contemporaines vont dans ce sens qu’une même
organisation régit, en profondeur, toutes les langues humaines.
6. L’accusé avoua qu’il travaillait dans le cambriolage et dans le vol à main armée.
7. Bravement, cet homme revint d’Amérique pour faire une révolution dans la confiserie.

IV. Comparez les phrases suivantes :

1. Les branches de rosiers, porteuses de maladies, doivent impérativement être brûlées.


Les branches de rosiers porteuses de maladies doivent impérativement être brûlées.

2. Le vent avait jeté sur un récif la barque qui avait pris l'eau.
Le vent avait jeté sur un récif la barque, qui avait pris l'eau.

3. Elle chante si bien que nous applaudissons.


Elle chante, si bien que nous applaudissons.

4. La dame salue un voyageur du train voisin.


La dame salue un voyageur, du train voisin.

5. J'aime les arbres qui font de l'ombre.


J'aime les arbres, qui font de l'ombre.

2
Techniques d’expression écrite II – Socrates 2017-2018

6. Le médecin qui est venu ce matin l'a rassuré sur son état.
Le médecin, qui est venu ce matin, l'a rassuré sur son état.

7. Il avait acheté pour trois fois rien une vieille maison qui s'était écroulée.
Il avait acheté pour trois fois rien une vieille maison, qui s'était écroulée.

V. Ajoutez tous les signes de ponctuation nécessaires dans ces paragraphes.

l’histoire que je vais raconter est pleine de bruits et de fureurs il s’agit de l’histoire de la langue

française je vous propose de revivre les moments forts de ce combat plus que millénaire les

grandes batailles que je vais évoquer ne se résument pas toutes à des joutes oratoires parfois

il s’agit de luttes violentes et de victoires remportées dans le sang mais par-delà cette violence

je souhaite également faire partager l’exaltation que l’on peut ressentir pour l’étonnante

entreprise qui a fait du français la langue que nous parlons aujourd’hui au combat en faveur du

français ont pris part tous les écrivains illustres qui ont su lui donner son renom et contribuer

au rayonnement des valeurs qui fondent la culture française à ce combat sont associés aussi

tous ceux qui chaque jour dans le monde parlent le français qu’ils soient de France de

Wallonie de Suisse romande du Québec du Maghreb d’Afrique ou d’ailleurs à travers ce

combat nous savons nous sentons qu’il s’agit tout simplement de défendre une certaine

manière de concevoir de dire et d’écrire le monde revendiquer le français comme une langue

riche moderne et efficace telle est la clé d’une action en faveur de son rayonnement dans le

monde de demain tel est aussi le moyen de témoigner en faveur de toutes les autres langues

Claude HAGÈGE, Le français, histoire d’un combat, Paris, Hagège, 1996, p. 9.

Vous aimerez peut-être aussi