Vous êtes sur la page 1sur 2

Après l’indépendance: C’est une phase postcoloniale de 1956 à nos jours, où le

Maroc indépendant politiquement, s’emploie a recouvrer sa souveraineté


financière en utilisant le secteur bancaire comme instrument de politique
monétaire pour la reconstruction de son économie et son système financier afin
d’avoir une insertion dans le circuit de la mondialisation.
Dans cette étape décisive, il convient de souligner trois traits qui ont marqué, de
manière significative, la configuration du paysage bancaire et financier
national : était construit 3piliers primordial c’est : le cloisonnement, la
réglementation et l’intermédiation

 Cloisonnement :

En 1967, une loi relative à la profession bancaire et au crédit a été promulguée


cette lois établissait une distinction nette entre les banques commerciales (ou de
dépôt a vue, qui avaient pour objet d’effectuer des opérations de crédits et
recevoir des dépôts à vue) et les organismes financiers spécialisés (OFS, qui
étaient régis par des textes propres et concouraient au financement de
l’investissement et de secteurs particuliers.

Autrement dit c’est une division entre les banques de dépôt et les banques de
retrait c.-à-d séparer leurs activités de crédit par rapport aux opérations
spéculatives entre compte a vue et compte a terme, ainsi que chaque banque doit
spécialisé ou cloisonné dans un secteur.

• Par exemple au Maroc :

Par le passé, le crédit agricole est orientée exclusivement vers


l'agriculture,

CIH opérant particulièrement dans le secteur immobilier et hôtelier

Le financement de l’investissement qui appartenait presque exclusivement à


cinq institutions finacieres specialisees ou OFS ( la BNDE , le CIH ; la CDG ; la
CNCA et le credit poupulaire ) fut ouvert aux banques en 1972 :

En effet , dans le cadre de la selectivite du credit , et plus precisement des


emplois olbligatoires , les banques on été obligees de detenir un portefeuille
minimum d’effets representatifs de credits a l’investissement .
Les organismes financiers specialises dont la BNDE et le CIH qui avaient le
monopole ,furent autorises ,à partir de 1986 , à receuillie des depots a vue , à
ouvrir des agences et à consentir des credits à court terme .

 Réglementation :

Entre 1976 à 1990, la politique de crédit s'appuyait sur un système


d'encadrement visant à contenir une croissance excessive des crédits et à
influencer la composition du volume des crédits accordés par les banques, afin
de les orienter vers certains secteurs prioritaires, par la réglementation de
l'intérêt et les emplois obligatoires(Les banques commerciales étaient tenues de
financer le Trésor grâce à un système de plancher d'effets publics. Par exemple,
en 1980, les banques devaient détenir 30 % de leurs dépôts sous forme de bons
du Trésor à faible rémunération. De plus, les banques commerciales avaient
l'obligation de détenir un pourcentage spécifique d'obligations émises par les
banques de développement (des ressources imposées aux banques ont limité la
capacité du système bancaire à mobiliser les dépôts, et ont engendré une
mauvaise allocation du capital.)

Vous aimerez peut-être aussi