Vous êtes sur la page 1sur 6

GROUPE DE RECHERCHE ET D’APPUI

NOTE CONCEPTUELLE A LA PRODUCTION AGRICOLE


(GRAPA)

Titre du projet AMENAGEMENTS AGRO-SYLVO-PASTORAL DU BARH ERGUIG

Localisation du Projet Région du Chari Baguirmi-Massenya

Organisme en charge du Groupe de Recherche et d’Appui à la Production Agricole (GRAPA)


Dossier ONG NATIONALE INTERVENANT DANS LA REGION ET DISPOSANT D’UN CENTRE REGIONAL
DES TECHNOLOGIES AGRICOLES A MASSENYA (CRTA)
Porteur du Projet Djibrine NGARMIG NIG, Secrétaire Exécutif du GRAPA. Tél : +235 66 29 04 59.
E-mail : ngarmig_dt@yahoo.fr , ong.grapa@gmail.com
Ingénieur du Génie Rural (22 ans)
Expert Consultant International Eau-Assainissement-Infrastructures
Logique et objectifs Le Barh Erguig qui est alimenté par le Chari à Miltou est un fleuve saisonnier de plus de 306
km et se rejette dans le Chari à Méfi au sud de Bougoumène.
Le Barh Erguig qui peut drainer en période de crues (1 fois tous les 5 ans), plus de
275 000 000 m3/j est alimenté :

 Par les eaux de ruissellement provenant d’un bassin versant de plus 9 180 km² et qui
représentent 1/5 des apports en eau,
 Par le Chari à Miltou qui fournit la moitié des eaux et dont le déversement dans le
Barh Erguig est conditionné par une pluviométrie satisfaisante au sud, ce qui arrive 1
fois tous les 5 ans en raison des changements climatiques mais aussi de l’ensablement
du lit du fleuve à sa source.
Deux sources importantes ont été identifiées en 1962, 1963 et confirmées en 1974 par
l’ORSTOM, le Talèbo et le Djoumboul Goria qui prennent-elles mêmes leur source dans le
Barh Salamat qui devraient couvrir le GAP hydrique qui représente 30%
A Massenya où il entame sa descente vers le Chari, les coordonnées géographiques relevées
sont :
Massenya : 11°23’48,9’’N 16°10’38,5’’ E

L’objectif de ce projet est de reprendre les études réalisées par l’ORSTOM et de les actualiser
au regard des conditions climatiques, hydrologiques, morphologiques, pédologique et des
caractéristiques hydrauliques pour confirmer la faisabilité de l’augmentation des apports en
eau pour le Barh Erguig.
Sur la base de ces études, réaliser une étude générale d’impact environnemental de la
permanence du fleuve en terme de :

 Possibilités d’aménagements hydroagricoles (l’Union Européenne a financé une


étude portant sur les pôles de développement régionaux et a placé Massenya comme
une zone à vocation rizicole horticole et céréalière) ;

 L’impact du projet sur la régénération du couvert végétal (la Région du Chari


Baguirmi a recouvert plus de 70% de son couvert végétal depuis 2009 grâce aux
mesures prises par les autorités contre la coupe abusive du bois et est devenu un
sanctuaire pour les animaux sauvages : éléphants malgré le braconnage qui est en
train d’être combattu efficacement, le phacochère, les antilopes, les singes, les
panthères repérés à la frontière avec le Parc de Zakouma…) ;

 Les opportunités de pâturage pour plus de 1 200 000 d’animaux domestiques


(Bovins, Caprins, Ovins, Camelins) obligés de descendre plus au Sud à partir de
décembre ;

 Le développement des activités de la pêche qui sont actuellement saisonnières et liées


aux crues du fleuve.

Résultats attendus et Les résultats attendus de ce projet sont :


activités attenantes
1. Des études hydrologiques, des levés topographiques des profils en long
et de 36 profils en travers et l’étude d’impact environnemental sont
réalisées ;
2. Un dossier technique d’aménagement des sources d’alimentation est
monté et porte sur :

 Le dégagement de l’exutoire du Chari à Miltou (élargissement, approfondissement et


dragage) ;

Grapa-Note Conceptuelle PND Septembre 2017


 L’aménagement du bassin versant aval du Talabo et jonction avec le Barh Erguig
(défrichage, excavation sur 150 m de large et 15 km avec une pente deversante de
2%)

 L’aménagement du bassin versant aval du Djoumboul Goria ((défrichage, excavation


sur 150 m de large et 15 km avec une pente deversante de 2%)
3) Des études d’aménagement et d’équipement d’un périmètre pilote de 1200 hectares à
Massenya en phase II sont réalisées avec un Business plan pour la réalisation des
travaux en PPP.
De façon globale, le Bassin traversé par le Barh Erguig peut contribuer à des fortes activités
agro-sylvo-pastorales sur une superficie de plus de 9 000 km² :
3. Agriculture : Possibilité d’aménager plusieurs milliers d’ha pour la
riziculture, le maraîchage et la production d’arbre fruitiers (mangue,
goyave, citron, papaye…) mais aussi d’aliments de bétail destiné à
l’exportation;
4. Sylviculture : la création de fermes piscicoles pour produire des
milliers de tonnes de poisson ;
5. Pastorale : Cette zone peut servir de tampon pour plus de 500 000 têtes
de bétail en transhumance vers le Sud. La stabilisation de ces animaux
contribuera à éviter les conflits agriculteurs éleveurs et soulagera la
zone soudanienne par rapport à la forte pression du bétail en quête de
pâturage.

Alignement avec les axes La sécurité alimentaire est la priorité du Gouvernement tchadien inscrite dans le Plan
stratégiques du PND et la National de Développement (PND). Elle couvre l’axe stratégique 4.
Vision 2030, le Tchad que
Le projet contribuera à diversifier l’économie de la région avec une augmentation de la
nous voulons production agricole y compris en contre saison, la pêche, l’écotourisme… qui correspondent à
l’axe 3 du PND.
Le Projet s’inscrit également dans l’un des piliers du Top 5 de la Banque Africaine de
Développement portant sur la transformation de l’agriculture africaine et la création de la
richesse.

Alignement avec le La Région du Chari Baguirmi a recouvert 70% de son couvert végétal perdu au cours de 40
principe de l’adaptation dernières années, du fait de sa proximité à la capitale dont il est le principal pourvoyeur en
aux changements bois de chauffe et en charbon de bois.
climatique La pluviométrie a gagné 120 mm supplémentaire pour se situer autour de 700 mm plus que la
moyenne du Sahel.
La mise en eau du Barh Erguig permettra de consolider ces acquis, voire d’intensifier la
régénération du couvert végétal qui peut atteindre 90% de son importance d’il y a 40 ans et
même plus car, il se créera des sanctuaires écologiques inaccessibles pour l’homme du fait
des bras du fleuve et cela constituera un refuge pour la plupart des animaux menacés par
l’homme (éléphants, panthères, phacochères etc…)

Grapa-Note Conceptuelle PND Septembre 2017


Résumé exécutif Objectif de développement global : Transformer le bassin du Chari en un véritable
réservoir d’activités agro sylvo pastorales et contribuer à l’autosuffisance
alimentaire de façon durable et gagner plus de 300 km de zone tropicale contre
l’avancée du désert vers le Sud.
Résultat (Objectif du projet immédiat) : Réalimenter le Barh Erguig pour en faire un
fleuve permanent et un bassin de production vivrière et pastorale
Extrant (produit) 1: Réaliser les études techniques hydrologiques d’actualisation des
études hydrologiques réalisées par l’ORSTOM en 1963 et 1974 pour comprendre le
fonctionnement des sources d’alimentation du Barh Erguig : Talebo, Djoumboul
Goria et le Chari à Miltou
Extrant (produit) 2 : Actualiser les études socio-économiques du bassin de
Massenya comme bassin d’activités agro-sylvo-pastorales réalisées sur financement
de l’Union Européenne.
Extrant (produit) 3…. Etudes socio-économiques et élaboration d’un plan général
d’aménagement hydro agricole et pastorale autour du Barh Erguig

Extrant (produit) 4. Elaboration des dossiers techniques de Consultations pour la


réalisation des aménagements autour de l’embouchure du fleuve :

 Aménagement de 1200 ha pour la production de Maïs et de Luzerne en trois


productions annuelles ;

 Plantation de 10 000 arbres fruitiers pour la production d’agrumes.

 Plantation de 10 000 aciacia pour produire en moyenne 75 tonnes par an à


partir de la 5ème année.

Le Projet comporte les Composantes suivantes :


Composante 1 : Mobilisation des financements en PTF, réalisation des études, aménagement
des sources d’alimentation et mise en eau du fleuve (1 an)
Composante 2 : Aménagement de 1200 ha à Massenya (150 km de N’Djaména) acquisition
des équipements de production (Mini Centrale Solaire de 50 Kwc, Acquisition des
équipements d’arrosage, labour et semis) : 1,5 an

Capacité technique et Le Groupe de Recherche et d’Appui à la Production Agricole (GRAPA) est dirigé par
fiduciaire du porteur de Monsieur Djibrine NGARMIG NIG Dabono, Ingénieur du Génie Rural (22 ans
projet d’expériences en formulation, études, évaluation de projets dans les secteurs de l’eau, de
l’assainissement et des infrastructures).
Djibrine NGARMIG NIG dirige depuis 18 ans le Bureau d’études SENORT partenaire des
bureaux d’études renommés : Cabinet Merlin, Seureca Véolia, TIEG… qui interviennent au
Tchad dans des secteurs divers (Eau-Assainissement-Aménagements)
Le GRAPA anime dans la Région du Chari Baguirmi depuis 2014 deux importants projets de
micro crédits d’un montant global de 400 millions de Francs CFA avec l’appui de l’Etat et de
la BID. Elle travaille avec 168 groupements dont une bonne partie développement des
activités agricoles sur des exploitations familiales dans la Région du Chari Baguirmi.
Le GRAPA a créé en 2015 le Centre Régional de Technologie Agricole (CRTA) basée à

Grapa-Note Conceptuelle PND Septembre 2017


Massenya et qui forme les agriculteurs pour la maîtrise des techniques d’irrigation (en
maîtrise partielle et totale) et pour la protection des sols. L’utilisation des énergies
renouvelables (photovoltaïques) et (Biomasse) est inclue dans les modules de formation
également. Enfin le maraîchage permet aux groupements féminins d’améliorer leurs revenus
monétaires et d’approvisionner les marchés locaux en légumes et fruits.

Budget et phasage Décomposition des coûts du projet.


d’exécution
Phase études (2017-2018)

 Etudes hydrologiques : 155 250 000 Fcfa


 Etudes topographiques et modélisation hydraulique : 391 350 000 Fcfa
 Aménagement des sources et mise en eau : 1 820 000 000 Fcfa

Total Phase études : 2 366 600 000 Fcfa (PTF) (2018-2019)

Phase aménagements du périmètre irrigué (PPP)

 Etudes d’aménagement, plan d’investissement et travaux : 2 050 900 000 Fcfa

Coût total du projet : 4 905 000 000 Fcfa (7 477 624 €)

 Recherché auprès des PTF (Etat) : 2 366 600 000 Fcfa (48,81%)
 Emprunt à mobiliser par le Promoteur : 2 050 900 000 Fcfa (41,81%)
 Fonds Propres du Promoteur : 487 500 000 Fcfa (09,94%)

Taux de rentabilité interne du projet : 14,68%

BIBLIOGRAPHIE

 Note sur l’Alimentation du Barh Erguig: ORSTOM (Centre des Recherches Tchadiennes: Section Hydrologie) 1964
 Monographie Hydrologiques : Le Bassin du fleuve Chari (ORSTOM 1974)
 Modélisation hydrologique distribuée du Bassin versant du Lac TChad SudAgro-IRD Juin 2007

Quelques données des études antérieures

Extrait (Note sur l’Alimentation du Barh Erguig-1964)

L’examen de la carte IGN au 200.0000è de MlLTOU montre qu'apparemment le Bahr Erguig peut être
alimenté de 3 façons différentes : Le Telãbo, les déversements du Chari en face de Djoumboul Goria et
les déversements du Chari en face de MILTOU.

Grapa-Note Conceptuelle PND Septembre 2017


Les reconnaissances et mesures que nous avons effectuées au cours de différentes campagnes nous ont
montré que pratiquement le Bahr Erguig n'est alimenté que par les déversements du Chari en face de
MILTOU, les 2 autres facteurs intervenant pour moins de 1% dans les débits du Bahr Erguig.

C'est une rivière dont le cours, sensiblement parallèle au Chari, s'étire entre le Bahr Korbol et le Batha
de Lahiri sur plus de 120 km. Le Telabo rejoint le Bahr Erguig une dizaine de kilomètres après les
déversements du Chari à MILTOU, malgré un bassin versant important, près de 3.000 km2 et une
pluviométrie relativement forte (900 mm), les apports du Telabo dans le Bahr Erguig sont insignifiants.

Ce phénomène s'explique de 2 façons, D'une part le bassin versant du Telabo 'contient plusieurs
dépressions fermées Amsaki, Gour, etc... qui drainent des surfaces de plusieurs centaines de km2. L'eau
s'y accumule, s'évapore ou s'infiltre et n'intervient pas dans l’écoulement. La surface efficace du bassin
versant s'en trouve réduite de 20 à 25%.

D'autre part le terrain étant plat, une végétation dense freine l'écoulement et les eaux mettent un temps
considérable pour atteindre un réseau hydrographique lâche : dans ces conditions la majeure partie des
précipitations s'évapore ou s'infiltre sur place et seules les surfaces voisines des cours d'eau contribuent à
l'écoulement……

*/

Source : ORSTOM Note sur l’Alimentation du Barh ERGUIG

Grapa-Note Conceptuelle PND Septembre 2017

Vous aimerez peut-être aussi