Vous êtes sur la page 1sur 3

Les grands courants/grandes écoles de la thérapie familiale

Kenneth J. Gergen
Le constructivisme et le constructionnisme
DATE DE PUBLICATION EN LIGNE : 1ER MARS 2006

LES AUTEURS
Les grands courants/grandes écoles de la thérapie familiale
Kenneth J. Gergen
Le constructivisme et le constructionnisme

Sommaire

• Le constructivisme et le constructionnisme
• LA THERAPIE CONSTRUCTIVISTE et LA CYBERNETIQUE DE
• LE CONSTRUCTIONNISME SOCIAL et LE PARADIGME (...)

Le constructivisme et le constructionnisme

“La manière dont nous concevons la thérapie joue un rôle essentiel dans notre
mode de prise en charge.”

LA THERAPIE CONSTRUCTIVISTE et LA CYBERNETIQUE DE SECOND


ORDRE

Il s’agit de l’application des théories constructivistes au domaine de la thérapie familiale.

“ Le constructivisme n’est pas un amalgame de techniques, ni une manière d’aider des gens
troublés ou malades. C’est plutôt une manière particulière de regarder et de comprendre ce
qui a lieu en thérapie, c’est une théorie qui décrit ce qui se passe dans un système
thérapeutique. “

Les constructivistes ne nient pas l’existence de la réalité mais amène le post-modernisme en


démontrant qu’il est impossible de connaître le monde objectivement. La perception du
monde se construit, ce que nous percevons est en partie issue de notre regard.

La poésie, l’art mais aussi la science illustre cette exigence d’investissement du spectateur,
cette impossible neutralité.

Dès lors, les thérapeutes familiaux vont devoir travailler en considérant qu’ils ne peuvent
accéder à des vérités mais qu’au contraire leur vision n’est qu’une vision possible du réel et
qu’ils influencent cette réalité. La cybernétique de premier ordre voulait intervenir
objectivement dans les systèmes , le constructivisme amène la cybernétique de second ordre.
La construction mutuelle du réel compte davantage que la recherche de la vérité ou de la
réalité.

“Les constructionnistes suivent Bateson, car ils considèrent aussi que le pouvoir est une faute
épistémologique qui mène au désastre. Ils plaident concrètement en faveur d’une position
thérapeutique non-hiérarchique et donc non-directive.”

On peut voir une évolution des théories systémique avec le post modernisme comme une
diminution de l’emprise progressive sur le réel. Au début on avait une conception
cybernétique de la famille où l’on pouvait analyser en référence à la théorie des systèmes le
fonctionnement familial pour ensuite y intervenir. Le constructivisme s’oppose à cette
modélisation et rejoint Bateson en s’opposant à l’interventionnisme.

“ SelonBateson, l’attitude consciente, pragmatique, et interventionniste de l’homme, est


responsable de la plupart des désastres de notre planète : “ Les fous se précipitent là où les
anges ont peur de mettre les pieds.” .” Le thérapeute n’est plus indépendant et ne peut plus
être un détective enquêtant pour découvrir La réalité caché de son patient ni un magicien
faisant disparaître les souffrances de son patient ou un docteur prescrivant les bonnes doses
de remèdes adéquats. Le pouvoir du thérapeute est usurpé, il doit choisir une attitude
thérapeutique non-directive.

L’expression “Je trouve que ... ” résume, peut être trop simplement, cette manière d’aborder
le monde dans son double sens avec sa notion de quête, de recherche et sa notion d’avis
personnel. Le constructivisme c’est le “Je trouve que...” Mais peut-on dire à un patient “Je
trouve que....” ? On doit associer les noms de Humberto Maturana et Francisco Varela à l’idée
que seule une communauté d’observateurs peut construire une perception approchant la
réalité.

Citons Heinz von Foerster qui a insisté sur la relation entre système observateur et système
observé et R. Damasio qui a démontré que le rationnel doit s’ancrer dans de l’émotionnel.
C’est avec l’émotion que doit se construire le raisonnement pour qu’il soit le plus aboutit
possible.

LE CONSTRUCTIONNISME SOCIAL et LE PARADIGME NARRATIF

Le constructionnisme social rejoint le constructivisme pour dire que notre connaissance du


réel est une construction mais le constructionnisme social affirme que nos réalités se
construisent en fonction des contextes sociaux. C’est le social qui construit. Citons Kenneth J.
Gergen “Le soi ne serait pas une structure psychique, mais bien plutôt en effet des relations,
un soi relationnel”. Ce n’est plus l’individu qui est responsable mais le social qui trace le
discours significatif que nous donnons à notre existence.

“ Dans le constructivisme en effet, tout se passe comme si le sujet, une fois qu’il a perçu la
réalité, la reconstruisait dans sa pensée, individuellement : il la recrée au-dedans de lui. Dans
le constructionnisme, on estime que le sujet ne peut recréer seul, en lui-même, la réalité
extérieure perçue : il a besoin des autres pour cela,...”

Il existe plusieurs discours sur les comportements et les structures sociales peuvent amener à
en valoriser certaine....

“Foucault affirme que dans la société actuelle, l’auto-évaluation a remplacé à la fois la torture
publique et les tribunaux comme moyens de contrôle social.”

On retrouve dans cet article la question du rapport entre la problématique de l’anorexie et le


modèle d’intervention. L’auteur, à la suite de Michael White, souligne combien cette
pathologie peut être une maltraitance issue de cette pression social et du pouvoir expert.
Concevoir cette pathologie en l’extériorisant de la personne lui permet de voir comment elle
influence sa vie et “permet aux individus de commencer à se laisser davantage influencer par
leurs propres idées et idéaux sur ce qu’ils devraient être.”

Dans le cas de l’anorexie, on peut voir dans cette article combien le modèle théorique de
Michael Withe s’oppose donc aux modèles structuraliste en démontrant qu’ils participent à
l’émergence du symptôme en tant que pouvoir, savoir, normalisant même si le message est
opposé.

Tom Andersen a expérimenté “l’équipe réfléchissante”. Les thérapeutes réfléchissent avec la


famille à leur situation et mettent en place un dialogue.

Quelques articles de Kenneth J. Gergen :


http://www.swarthmore.edu/SocSci/kgergen1/web/page.phtml?
id=manuscripts&st=manuscripts