Vous êtes sur la page 1sur 3

Université

 Paris  Saclay  –  Master  Francilien  de  Santé  Publique  


Sociologie  des  Organisations  –  Anne  Moyal  
2016-­‐2017  
 
Séance  5  –  4  novembre  2016  
Cas  pratique  :  «  Un  service  hospitalier  face  à  l’évolution  de  ses  malades  »  
 
 
QUESTIONS  
1. Présenter  rapidement  le  contexte.  
2. Présenter  rapidement  l’organisation  du  service,  soit  la  structure  formelle.  
3. Analyser  les  relations  :  
a. …  entre  les  différents  acteurs  de  chaque  unité  
b. …  entre  les  acteurs  de  chaque  unité  et  les  équipes  mobiles  
c. …  entre  les  deux  unités  
4. Quelle  est  la  zone  d’incertitude  majeure  de  chaque  unité  ?    
5. Finalement,   comme   est   assuré   l’équilibre   de   l’organisation   (=   le   service)   dans   son  
ensemble  ?    
 
REPONSES  
 
CONTEXTE  :    
Service  au  départ  pour  patients  VIH  
Développement  du  service  avec  deux  unités  et  hôpital  de  jour  
Milieu  années  1990,  avec  trithérapie,  moins  de  patients  VIH  et  plus  de  patients  infectieux  
 
ORGANISATION  DU  SERVICE  (=  structure  formelle)  :    
Deux  unités  
Chef  de  service  qui  supervise  deux  unités  (et  qui  est  le  chef  de  l’unité  Fleming)  
Organisation  des  deux  unités  comparable  (même  périmètre  des  équipes)  
Deux  équipes  de  soins  mobiles  (drogue  et  soins  palliatifs).  
 
PRATIQUES   QUOTIDIENNES   DES   ACTEURS   ET   RELATIONS   DE   POUVOIR   (=structure  
informelle)  :    
   
Ø Unité  Fleming  :    
Enjeu  de  l’unité  :    
-­‐ faire  sortir  rapidement  les  patients  è  d’où  des  problèmes  «  longue  durée  »  
-­‐ sélectionner  les  patients    
 
Université  Paris  Saclay  –  Master  Francilien  de  Santé  Publique  
Sociologie  des  Organisations  –  Anne  Moyal  
2016-­‐2017  
Infirmiers  :    
-­‐ Tâches  techniques  infirmiers  +  actes  médicaux  è  beaucoup  de  travail  +  rythme  très  
soutenu  
-­‐ Indispensables  pour  médecins  car  gros  travail  
-­‐ Relations  conflictuelles  avec  AS  
-­‐ Difficultés  avec  soulagement  de  la  douleur  (pas  pris  au  sérieux  par  médecins)  
-­‐ Difficultés  avec  les  toxicomanes    
-­‐ =  rôle  de  l’expert  car  dispose  de  connaissances  spécifiques  sur  les  patients    
 
Aides-­‐soignants  :  
-­‐ Soins  hygiène  et  confort  
-­‐ Prennent  davantage  de  temps  
-­‐ En  conflit  avec  infirmières  et  médecins  car  considèrent  que  ne  prennent  pas  le  temps  
 
Médecins  :    
-­‐ On  leur  reproche  de  ne  pas  assez  prendre  en  compte  la  douleur    
-­‐ Rôle  de  diagnostic  +  prise  de  décision    
-­‐ Réunions  entre  eux  mais  peu  de  communication  avec  infirmières  et  AS    
-­‐ Reconnaissent  que  infirmières  indispensables  parce  qu’elles  ont  de  l’information  sur  
les  patients    
 
Cadre  de  santé  :    
-­‐ Bonnes   relations   avec   infirmières   (à   l’écoute   de   leurs   difficultés)   l’organisation   des  
infirmières    
-­‐ Deux  sources  de  pouvoir  :  rôle  de  l’aiguilleur  +  jeu  avec  la  règle  
 
Ø Unité  Koch  :  
Profil  patients  différent  :  longue  durée  (patients  plus  lourds)  
Bonne  coopération  et  communication  au  sein  de  l’équipe.    
 
Infirmiers  :    
-­‐ Relations  de  coopération  avec  AS  et  avec  les  médecins    
-­‐ Relations  de  coopération  avec  les  équipes  mobiles  d’appui  
-­‐ Mauvaises  relations  avec  le  cadre  
 
Aides-­‐soignants  :  
-­‐ Idem  
 
Université  Paris  Saclay  –  Master  Francilien  de  Santé  Publique  
Sociologie  des  Organisations  –  Anne  Moyal  
2016-­‐2017  
Médecins  :    
-­‐ Bonne  coopération  avec  toute  l’équipe  +  communication  à  travers  réunions  d’équipe    
-­‐ Rivalité  avec  l’autre  unité    
 
Cadre  de  santé  :    
-­‐ Mauvaises  relations  avec  équipe  soignante  de  l’unité  
-­‐ Se  sent  marginalisé  (également  car  soumis  à  des  demande  de  l’unité  Fleming  quand  
pic  d’activité  dans  l’unité  Fleming)  
 
 
Ø Chefferie  de  service  :    
Cadre  :    
-­‐ sélectionne  patients  lourds  pour  l’unité  Koch  
-­‐ fait  bouger  le  personnel  de  Koch  vers  Fleming    
 
Ø Equipes  mobiles  d’appui  :    
D’après  Fleming  :  Equipe  drogue  et  soins  pal  :  pas  assez  réactives  
D’après  Koch  :  très  bon  travail,  réactives    
Négatives  à  l’égard  de  Fleming  (infirmières  irrationnelles  /  hystériques  ;  traitements  remis  en  
question).    
Positives  à  l’égard  de  Koch  (même  «  culture  »  palliative  notamment)  mais  trop  demandeuses  
de  leurs  services.    
 
 
 
ZONE  D’INCERTITUDE  DE  CHAQUE  UNITE  :    
Ø Unité  Fleming  :    
Arriver  à  faire  tourner  les  patients  et  donc  à  en  pas  avoir  des  patients  trop  lourds.  
Ø Unité  Koch  :  
Ne  pas  «  fermer  »  /  être  réorganisée.    
ð Equilibre  entre  les  deux  unités.