Vous êtes sur la page 1sur 7
POUR UNE REFORME DU CHEQUE-VACANCES Changer de paradigme pour revenir a ambition initiale Institué par l’ordonnance n°82-283 du 26 mars 1982, le chéque-vacances est un formidable util pour faire partir le plus grand nombre de Francais en vacances, en particulier ceux aux revenus modestes, grace au co-financement de l'employeur ou du comité d'entreprise, et au systéme d’épargne, qui incite le salarié & mettre chaque mois de cété en vue de ses vacances. Le chéque-vacances permet aussi la mise en ceuvre d’une politique sociale et de solidarité (238.000 personnes précaires partent chaque année en vacances grdce aux bourses de solidarité), ainsi que d'une politique d’aide aux investissements (rénovation des hébergements touristiques). Le chéque-vacances est également un puissant levier pour le développement de l'économie du tourisme en France, grace & son coefficient multiplicateur {pour 1 € dépensé en chéque-vacances, 4 € sont dépensés au total). Avec un volume ¢’émission de plus 4'1,5 milliard d’euros par an, le chaque-vacances représente 10 % de la consommation touristique intérieure. Un modéle économique a bout de souffle Toutefois, 35 ans aprés la création du chéque-vacances, le modéle économique de I’Agence Nationale pour les Cheques-Vacances (ANCV) est a bout de souffle. L’agence est confrontée & des effets de ciseaux. Les moyens dont elle a été dotée en 1982 ne suffisent plus & lui garantir les ressources pour 3 Ia fois exercer ses prérogatives et préparer l'avenir, symbolisé par Vindispensable virage numérique. Ses excédents de gestion sont menacés par un reflux inexorable. Les commissions percues par 'ANCV & l'émission et au remboursement du chéque-vacances ne suffisent pas & combler un déficit d’ exploitation chronique. Les produits financiers issus des placements de la trésorerie sont aléatoires du fait de taux d'intérét durablement bas. Les produits de diversification de 'ANCV, comme le coupon-sport, ne générent pas assez de recettes pour constituer des relais de croissance viables. Enfin, la Cour des comptes a déploré des personnels en sur-effectifs par rapport aux missions confiées et un manque de productivité. Dans ces conditions, !ANCV ne pourra bientét plus assurer ses missions de politique sociale. Elle ne dispose pas non plus des moyens financiers suffisants pour relever le défi de la dématérialisation, alors le secteur des vacances est celui ol la dématérialisation est la plus répandue : 50% des Frangais partis en vacances en 2016 ont, réservé et payé intégralement leur séjour en ligne (source: barométre Opodo / Raffour interactif), Les justifications du monopole de ’ ANCV remises en cause par les faits Les raisons (politiques sociales, redistribution des revenus) qui justifiaient, lors de sa création, le monopole de VANCV sur |’émission et le remboursement des chéques-vacances sont remises en cause par les faits. Alors que la France du début des années 1980 reposait sur le schéma dominant des grandes entreprises et leurs généreux comités d'entreprise, la France de 2017 voit la tras large majorité des emplois créés dans les TPE et PME de moins de 50 salariés, le fort développement des travailleurs non-salariés ou le boom des emplois de services 8 la personne. Résultat, trop de Francais sont exclus du dispositif du cheque-vacances. 1 En outre, les bénéficiaires du cheque-vacances gagnant le smic sont trés minoritaires. Enfin, 40 % de nos concitoyens ne partent toujours pas en vacances. ‘Changer de paradigme pour conserver les objectifs ini ux du chéque-vacances Cest pourquoi, afin que le chéque-vacances puisse continuer & répondre aux objectifs initiaux qui lui ont été assignés par les pouvoirs publics (départ en vacances du plus grand nombre de Frangais, politique sociale, développement du tourisme), il est devenu impératif de changer de paradigme das le prochain quinquennat. Dans cette perspective, il serait judicieux de transférer activité d’émission et remboursement du cheque-vacances de 'ANCV au secteur privé, d'une part, et conserver dans le giron de I’ANCV, qui serait alors transformée en une entité du type fondation reconnue d’utilité publique, les activités sociales d’aides aux personnes et d’aides a la pierre, d’autre part. 1. Chiffres clés du cheque-vacances (2015) : = 1,57 Md € de volume d’émission - 4,15 M de bénéficiaires, 10 M avec leurs familles = 170.000 prestataires affiliés = 32.000 clients dont 16.400 comités d'entreprise, 13.900 PME et 1.700 entités de la fonction publique et établissements publics - 28,7 ME de budget d’action sociale, 238.000 bénéficiaires (vacances pour tous) 2. Le modéle économique du chéque-vacances est appelé a profondément évoluer. Dans sa configuration actuelle, il ne génére en effet plus de ressources suffisantes pour remplir les missions confiées & I’ ANCY, tandis que le virage inéluctable de la dématérialisation le rendra caduc. ‘apras le référé de la Cour des comptes de 2012, les commissions pergues par IANCV lors de Vémission et du remboursement des Chéques-vacances représentent la moitié des ressources de I’établissement. 40 % des ressources de I’ANCV proviennent de la rémunération des placements de la trésorerie sur les marchés financiers, ainsi que du décalage entre Vacquisition des chéques par les comités d'entreprise, PME, organismes publics, qui paient VANCY, et le remboursement des chéques aux prestataires et commercants affiliés au dispositif. Les produits de diversification, essentiellement le coupon-sport mis en place en 1998, représentent 10% du chiffre d’affaires. Or, FANCV ne génre plus que 23 ME d’excédents de gestion par an, dont les chéques perdus et périmés (« PP ») représentent plus de 13 ME. Avec l’accélération de la dématérialisation du Chéque-vacances, les PP vont inéluctablement disparaitre, tandis que la trésorerie ne sera plus disponible qu'un laps de temps réduit, la dématérialisation permettant de raccourcir substantiellement le délai de remboursement aux prestataires. De plus, les placements sur les marchés financiers ne rapportent plus beaucoup de revenus, les taux d’intérét étant durablement bas. Les équipes de 'ANCV souffrent, enfin, d’un probléme endémique de productivité. Par exemple, 40 (!) personnes sont employées pour assurer la répartition des 23, ME destinés a des associations caritatives agréées au plan national, et en contréler la bonne Utilisation. La dématérialisation n'est pas un chantier réellement pris & bras le corps par I'ANCV. Des efforts ont été accomplis dans les procédures dématérialisées (e-chéques vacances), mais les investissements nécessaires a la mise en place d’un véritable Ch@que-vacances dématérialisé ont pas encore été réalisés par lANCV. Pour donner un ordre de grandeur, les émetteurs de titres-restaurant ont investi plus de 80 ME dans la dématérialisation. Par conséquent, l'effort financier requis pour la mise en chantier du chéque-vacances dématérialisé créera immanquablement de fortes tensions sur les excédents de gestion de ' ANCV. Les projections (confidentielles) chiffrées font apparaitre une chute continue des excédents de gestion de I’ANCV, qui s’établiraient a 15-18 ME d'ici quatre ans ... Cela empéchera en tout état de cause I’'agence a continuer a accompagner efficacement les actions de solidarité des associations et contribuer a la rénovation du patrimoine du tourisme social. D’ailleurs, les financements apportés par VANCV au titre des aides & la pierre sont devenus anecdotiques, de ordre de 2 ME par an, ce qui est notoirement insuffisant eu égard aux besoins importants des hébergements touristiques. Ces aides sont assimilées 8 des aides d’Etat, selon la définition communautaire, et donc soumises & la régle de minimis, qui prévoit qu'une méme entreprise ne peut recevoir que 200 000 € d'aides dites de minimis sur une période de 3 exercices fiscaux. 3. Les objectifs initiaux du chéque-vacances, outil des politiques sociales et de redistribution des revenus, selon l'ordonnance de 1982 qui I’a institué, ne sont que partiellement atteints : ‘Trop de Francais sont encore exclus du dispositif du chéque-vacances : dans les faits, les salariés des TPE et PME de moins de 50 salariés sont les parents pauvres du chéque-vacances. De plus sur le plan juridique, les travailleurs non-salariés, les personnes employées au domicile des particuliers, les 18-25 ans, les personnes éloignées de l'emploi ... n’ont pas droit au chéque-vacances. Le chaque-vacances est un systéme fortement inégalitaire : les ménages gagnant le SMIC ne représentent qu'une part tres minoritaire chez les bénéficiaires. L’attribution du chéque- vacances est, en fait, un syst@me a deux vitesses: d’une part, un circuit particuligrement libéral « organismes sociaux / comités dentreprise » qui définissent leurs propres critéres d'attribution, d’autre part, un circuit « entreprise », tras restrictif et encadré. Le systéme actuel privilégie également les salariés des grandes entreprises et les agents des trois fonctions publiques, au détriment des salariés des TPE et PME de moins de 50 personnes. La gestion de I’Agence Nationale pour le Chéque-Vacances (ANCV) a été sévérement critiquée par Inspection générale des finances (rapport de juillet 2003) et la Cour des comptes (rapport de 2005 et référé de 2012) 4. Le monopole d’émission et de remboursement des Chéques-vacances ne se justifie plus au regard du droit communautaire: Comme le souligne la Cour des comptes dans son référé du 23 mai 2012, le monopole d'émission et de remboursement du chéque-vacances détenu par l'ANCV pourrait étre valablement contesté devant les instances communautaires. En effet, I'action de I'ANCV s'est Gloignée des objectifs initiaux du cheque-vacances. Surtout, dans un arrét du 23 février 2016 (affaire C-179/14 opposant la Commission a la Hongrie), la Cour de justice de I'UE (CIUE) a notamment estimé que t'émission, contre rétribution, de chéques-repas destinés a permettre aux employeurs d’octroyer a leurs salariés, dans des conditions fiscalement intéressantes, des avantages en nature sous la forme de repas préts a la consommation, ne peut faire l'objet d'un monopole. En effet, il s’agit, selon le juge de Luxembourg, d’une activité économique au sens des traités, qui ne peut subir de restriction tant a la liberté d’établissement qu’a la libre prestation de services. En l’espace, fa loi hongroise avait réservé le monopole d’émission des chéques-repas a la Magyar Nemzeti Udulési Alapitvany (Fondation nationale hongroise pour les loisirs, « FNHL »). La circonstance selon laquelle, comme le plaidait le Gouvernement hongrois, les bénéfices résultant de activité économique en cause étaient affectés par la FNHL au financement d’activités ou d'oeuvres sociales, ne permet pas de justifier un tel monopole. De plus, la foi du 22 juillet 2009 a déj& supprimé le monopole de I'ANCV sur la commercialisation des cheques-vacances, l'agence conservant cependant ce monopole sur {'émission et le remboursement des chéques. Ainsi, la loi de 2009 offre a ANCV la possibilité de conventionner avec des prestataires privés (Sodexo, Edenred, Up, Natixis ...) pour la commercialisation des chéques-vacances dans les entreprises de moins de 50 salariés, ‘moyennant une rétrocession de commissions. Enfin, le recours & des sociétés privées pour I’émission et le remboursement du chéque- vacances ne remettra en rien en cause la vocation sociale de celui-ci, comme le prouve le marché du titre-restaurant ou celui du CESU préfinancé, qui sont émis par des entreprises commerciales. 5. Le premier pilier de la réforme du chéque-vacances serait de confier a des opérateurs privés activité d’émission et de remboursement des chéques-vacances, jusqu’a présent assurée par "ANCV. Le marché devrait totalement tre ouvert et non réservé & un seul opérateur ou un groupe d’opérateurs. Tout acteur privé qui souhaiterait mettre et rembourser des chéques-vacances pourrait le faire, sous réserve d’avoir été agréé ou habilité par le Gouvernement, éventuellement sur proposition de !ANCV, compte tenu des exonérations de cotisations sociales et d’impéts attachées au chéque-vacances. la concurrence sur le marché du chéque-vacances créerait les conditions de son développement, au plus grand bénéfice de l'économie touristique dans notre pays. N'oublions pas que sur les 7,6 milliards d’euros de dépenses de la consommation touristique intérieure par an, 6,5 milliards sont des dépenses effectuées par les résidents. Contr a une idée recue, sila France est la 1** destination mondiale pour les touristes étrangers, plus de 85 % des dépenses touristiques sont le fait de consommateurs nationaux, ce qui renforce Vintérét d'une réforme du chéque-vacances. Les taux de commissions & I’émission et au remboursement des chéques-vacances seraient librement fixés par les opérateurs privés et négociés/acceptés par les clients et les prestataires. Les taux de commission obéiraient ainsi aux lois du marché, ce qui impliquerait l'abandon du taux d’1 %, tant a I’émission du Chéque-vacances, pour les donneurs d’ordres {comités d'entreprise, TPE/PME, organismes publics), que pour le remboursement du cheque aux 170.000 affiliés/prestataires. Ce taux d’1 % n'a pas varié depuis 1982. 40 % des Frangais ne partant pas en vacances, le manque de ressources constituant le premier frein, le législateur pourrait prévoir I’extension des catégories de bénéficiaires des chéques- vacances aux non-salariés, aux jeunes de 18 8 25 ans, aux personnes employées au domicile des particuliers ... Les opérateurs privés financeraient la dématérialisation du chéque-vacances et assureraient son déploiement. Le chantier de la dématérialisation du Chéque-vacances est au point mort, &V'ANCV. Or, dans un monde en pleine révolution numérique, oi! la moitié des Francais partant en vacances désormais paient leurs séjours en ligne, la dématérialisation est un virage indispensable. En termes de solution technique, le chque-vacances pourrait profiter des développements déja réalisés par les émetteurs de titres-restaurant avec CONECS. Le GIE « CONECS », qui réunit les émetteurs historiques du titre-restaurant, a concu une plateforme technique d’acheminement et de collecte de transactions de titres-restaurant dématérialisés (TRO) pour le marché francais. Dans le projet de réforme qui est proposé, les émetteurs privés apporteraient aux pouvoirs publics une solution clé en mains pour la dématérialisation du cheque-vacances, auto- financée, sans apport du moindre denier public, et ayant fait ses preuves techniquement. 6. Le second pilier de la réforme du chéque-vacances viserait a transformer I'ANCV en un organisme, du type fondation reconnue d’utilité publique, chargé de mettre en ceuvre les politiques sociales : aides aux personnes et aides & la pierre. Le statut de la fondation reconnue d’utilité publique (FRUP) parait tout indiqué. Selon les textes, fa FRUP, qui gére un patrimoine important, a pour objet exclusif la réalisation dune mission di'intérét général sans but lucratif par I'affectation irrévocable de ressources ou de biens. Le dossier est d’abord étudié parle ministére de l'intérieur, puis est transmis au Conseil d'etat pour avis. Une fois I'avis favorable rendu, la reconnaissance d'utilité publique fait l'objet d'un décret publié au Journal officiel. Doit étre constituée au départ une dotation initiale en capital, sous la forme de dons, donations ou legs de la part des fondateurs, en une ou plusieurs fois. Sila durée de la fondation est indéterminge, la dotation initiale en capital ne peut étre dépensée. Puis, les ressources de la FRUP peuvent étre de nouveaux dons, donations ou legs, ainsi que des revenus provenant de ses placements financiers ou de ses prestations de services éventuelles. A la différence d’une association, la fondation n’a pas de membres cotisants. Les organes collégiaux de la fondation peuvent comprendre des représentants de Etat. Vactivité de la fondation reconnue d'utilité publique est strictement contrdlée, puisque chaque année, elle doit adresser un rapport d'activité et de gestion : - ala préfecture de son siege social, - au ministére de l'intérieur, - et aux ministres en charge de son domaine d'action. Au vu de ce rapport, l'administration peut procéder 8 toutes les investigations utiles pour vérifier la régularité du fonctionnement de la fondation (par exemple, visite des services de la fondation). La Cour des Comptes peut aussi vérifier la conformité entre les objectifs poursuivis et les dépenses financées. La fondation du Chéque-vacances serait dirigée par un conseil d’administration reprenant les grandes lignes de celui de "ANCV : - Un collage représentant les salariés, au travers des organisations syndicales, et les autres catégories de bénéficiaires = Uncollage des employeurs - Un collage des personnalités qualifiges, dans les domaines du tourisme et des loisirs, et de la politique sociale - Un colldge des représentants de I’Etat (ministére du tourisme, ministre du budget, ministre des affaires sociales, ministére de la fonction publique) = Uncollége des représentants des collectivités territoriales élargi : de AMF (maires de France), aux régions (ARF) et en passant par les départements (ADF) - Uncollége des émetteurs de cheques-vacances Les délibérations et décisions du conseil d’administration seraient préparées par un comil directeur, dirigé par un délégué général. Le réle de la fondation du Chéque-Vacances serait de continuer & mettre en ceuvre les politiques sociales de lANCV : aides aux vacances en faveur des publics défavorisés, ainsi qu’aux aides a la pierre (renovation et mise aux normes des hébergements du tourisme social et solidaire). La dotation initiale en capital de la fondation du cheque-vacances serait apportée sous forme de don ou donation par ANCV actuelle, a l'aide de ses réserves financiéres actuelles. Les ressources de la fondation du Chéque-Vacances seraient assurées par les émetteurs privés, qui garantiraient un budget & la fondation, de ordre de 26,6 millions d’euros par an, correspondant au montant des engagements d’action sociale prévu par ANCV dans la Convention d’Objectifs et de Performances (COP), conclue avec I'Etat le 21 mars 2017, pour la période 2017-2021. L’évolution serait indexée sur I'inflation. Les modalités précises de financement seraient définir entre I’Etat, I'ANCV et les opérateurs privés. Un pourcentage, restant a fixer, de la valeur faciale de chaque chéque-vacances dépensé pourrait ainsi tre envisagé afin d’alimenter les caisses de la fondation. Le cadre financier devra néanmoins tenir compte de plusieurs éléments comme le besoin d’investissement important pour la dématérialisation du chéque-vacances, durant les premiers exercices suivant la fin du monopole de I’ANCV, ou méme I’hypothése d’une baisse des volumes d’émission pour les exercices a venir. En tout état de cause, ce cadre financier ne pourra trouver sa configuration finale et son rythme de croisiére qu’une fois la dématérialisation du chéque définitivement engagée, le nombre d’émetteurs conus, acceptation par les clients (comités d'entreprise, employeurs) et les prestataires affiliés au systéme du chéque-vacances d’une révision des taux de commission, l’élargissement de lassiette des bénéficiaires du cheque-vacances, etc. Vobjectif de la réforme du chéque-vacances est de faire en sorte que les engagements actuels de ANCV dans les aides aux vacances des personnes défavorisées et les aides aux investissements reposent sur des ressources pérennes et des partenariats stables. La Cour des comptes serait chargée du contréle de utilisation des fonds, conformément aux textes sur les fondations d’utilité publique La fondation du Chéque-Vacances poursuivrait, en outre, la mission actuelle de ANCV d’agrément des prestataires et commercants affiliés au dispositif du Cheque-vacances.