Vous êtes sur la page 1sur 77

AVERTISSEMENT

Les désignations employées et la présentation des éléments contenus dans le présent rapport n'impliquent
d'aucune façon l'avis de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture concernant l'état
juridique ou de développement d'un pays, d'un territoire, d'une ville ou d'une région ou de leurs autorités, ou
concernant la délimitation de ses frontières. Les opinions exprimées dans ce rapport sont celles des auteurs et ne
reflètent pas nécessairement les points de vue de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et
l'agriculture.
CADRE DE PROGRAMMATION
COMPOSANTE OCEANS ATLANTIQUE ET INDIEN DE L’INITIATIVE INTERREGIONALE DE
SECURITE ALIMENTAIRE ET DE NUTRITION

Sommaire
Chapitre 1 : Etat des lieux et diagnostic ........................................................................................5
1. INTRODUCTION .........................................................................................................................5
2. GENERALITES SUR LES PEID DE L’OCEAN ATLANTIQUE ET DE L’OCEAN INDIEN .......................5
2.1. Situation géographique des PIED ....................................................................................... 5
2.2. Aspects socio-économiques des PEID de l’océan Atlantique et de l’océan Indien........... 7
3. DIAGNOSTIC ET ANALYSE DES SITUATIONS ALIMENTAIRES ET NUTRITIONNELLES POUR LES
PEID DE L’ATLANTIQUE ET DE L’OCEAN INDIEN .............................................................................7
3.1. Des PEID très vulnérables au changement climatique...................................................... 8
3.2. Dépendance élevée de l’économie aux importations et aux apports étrangers ............. 9
3.3. Des systèmes alimentaires fragiles et non viables .......................................................... 10
3.4. Des populations victimes du « triple fardeau » de la malnutrition ............................... 11
3.4.1. Une population sous-alimentée ......................................................................................11
3.4.2. Un apport non satisfaisant en micronutriments des aliments........................................12
3.4.3. Une population fortement exposée aux maladies non transmissibles...........................12
3.5. Des problèmes de santé et d’assainissement .................................................................. 14
3.6. Disponibilités alimentaires issues de la production locale ............................................. 14
3.6.1. Disponibilité en termes de quantité : .............................................................................14
3.6.2. Disponibilité en valeur énergétique................................................................................15
3.6.3. Disponibilité en termes de valeur nutritive journalière :................................................16
3.6.4. Disponibilités alimentaires intérieures ...........................................................................18
3.6.5. Autres facteurs influençant le système alimentaire .......................................................18
Chapitre 2 : Programme des PEID de l’Océan Atlantique et de l’Océan Indien sur la sécurité
alimentaire et la nutrition ...........................................................................................................21
1. POLITIQUES ET STRATEGIES EXISTANTES EN MATIERE DE SECURITE ALIMENTAIRE ET LA
NUTRITION ..................................................................................................................................21
3. OPPORTUNITES ET DEFIS .........................................................................................................23
3.1 Opportunités ........................................................................................................................ 23
3.2 Défis ..................................................................................................................................... 23
4. PRINCIPES ET VISION ...............................................................................................................24
4.1 Principes .............................................................................................................................. 24
4.2 Vision ................................................................................................................................... 24
5. OBJECTIFS ................................................................................................................................24
5.1 Objectif 1 : Mettre en place des conditions favorables à la sécurité alimentaire et à une
bonne nutrition .......................................................................................................................... 25
5.1.1 Engagement politique et gouvernance plus cohérente ...................................................25

1
5.1.2 Renforcement des capacités et des ressources ................................................................28
5.1.3 Collecte, analyse et diffusion de connaissances, de données et des informations ..........29
5.2 Objectif 2 : Mettre en place un système alimentaire durable et résilient pour une
alimentation saine et une meilleure nutrition ........................................................................... 30
5.2.1 Gestion et utilisation durables des océans et des mers et de leurs ressources pour la
sécurité alimentaire et la nutrition ...........................................................................................31
5.2.2 Gestion durable et utilisation des ressources pastorales pour l'alimentation .................33
1.1.1. Gestion et utilisation durables des ressources terrestres pour la sécurité
alimentaire et la nutrition .........................................................................................................35
5.2.4 Des chaînes de valeur inclusives et efficaces prenant en compte la dimension
nutritionnelle 37
5.2.5 Adaptation au changement climatique et la résilience pour la sécurité alimentaire et la
nutrition 40
5.3 Objectif 3 : Donner aux personnes et aux communautés les moyens d'accéder à la sécurité
alimentaire et à une meilleure nutrition ................................................................................... 41
5.3.1 Autonomisation sociale et économique ...........................................................................42
5.3.2 Accès et efficacité des programmes de protection sociale prenant compte de la
dimension nutrition ...................................................................................................................44
5.3.3 Interventions et services communautaires ciblés pour prévenir et traiter la malnutrition
chronique sous toutes ses formes .............................................................................................45
1.2. Cadre logique de la composante PEID OA ET OI ............................................................. 47
2. MISE EN ŒUVRE, SUIVI ET EVALUATION DU PROGRAMME ............................................55
3. PERSPECTIVES ...................................................................................................................55
Annexe : Situation de référence en 2016 des PEID OA et OI sur la sécurité alimentaire et
nutritionnelle...............................................................................................................................56
Cabo Verde ................................................................................................................................ 56
Comores ..................................................................................................................................... 58
Guinée Bissau ............................................................................................................................ 61
Maldives .................................................................................................................................... 64
Maurice...................................................................................................................................... 67
Sao Tome et Principe ................................................................................................................. 69
Seychelles................................................................................................................................... 71
Zanzibar ..................................................................................................................................... 73

2
Liste des tableaux
Tableau 1 : Pourcentage par pays des Maladies Non Transmissibles. .......................................... 13
Tableau 2 : Disponibilité par habitant et par an en aliments de base. ......................................... 15
Tableau 3 : Disponibilité en valeur énergétique des aliments de base ........................................ 15
Tableau 4 : Disponibilité en termes de valeur nutritive des aliments de base ............................. 17
Tableau 5 : Manque à gagner en termes de valeur énergétique par pays ................................... 18
Tableau 6 : Source de crédit et taux d’intérêt appliqué au crédit par pays .................................. 20
Tableau 7 : Les objectifs sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle des PEID de l’Océan
Atlantique et de l’Océan Indien..................................................................................................... 25
Tableau 8 : Les résultats attendus et les actions de la composante engagement politique et
gouvernance plus cohérente. ........................................................................................................ 27
Tableau 9 : Les résultats attendus et les actions à mettre en œuvre de la Composante
renforcement des capacités et des ressources. ............................................................................ 29
Tableau 10 : Les résultats attendus et les actions à mettre en œuvre de la composante collecte,
analyse et diffusion de connaissances, de données et des informations. .................................... 30
Tableau 11 : Les résultats attendus et les actions à mettre en œuvre de la composante gestion
et utilisation durables des océans et des mers. ............................................................................ 33
Tableau 12 : Les résultats attendus et les actions à mettre en œuvre de la composante gestion
durable et utilisation des ressources pastorales ........................................................................... 34
Tableau 13 : Les résultats attendus et les actions à mettre en œuvre de la composante gestion
et utilisation durables des ressources terrestres........................................................................... 37
Tableau 14 : Les résultats attendus et les actions à mettre en œuvre de la composante chaînes
de valeur ........................................................................................................................................ 40
Tableau 15 : les résultats attendus et les actions à mettre en œuvre de la composante
adaptation au changement climatique et la résilience. ................................................................ 41
Tableau 16 : Les résultats attendus et les actions à mettre en œuvre de la composante
autonomisation sociale et économique. ....................................................................................... 44
Tableau 17 : Les résultats attendus et les actions à mettre en œuvre de la composante
programme de protection sociale prenant en compte la dimension nutrition. ........................... 45
Tableau 18 : Les résultats attendus et les actions à mettre en œuvre de la composante
interventions et services communautaires ciblés. ........................................................................ 46

3
ACRONYME
ACTP Argent Contre Travail Productif
AVC Accident Vasculaire Cérébral
BCC Bureau du Commerce des Comores
DGS Direction Générale de la Santé
DGSP Direction Générale de la Statistique et Prospective
FAO Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture
GAP Programme d'Action Mondial (Global Action Programme)
HIMO Haute Intensité de main d’œuvre
IMC Indice de Masse Corporelle
MNT Maladies Non Transmissibles
OA Océan Atlantique
ODD Objectif de Développement Durable
OI Océan Indien
OIE Organisation mondiale de la santé animale
OMC Organisation Mondiale du Commerce
PAM Programme Alimentaire Mondial
PDDAA Programme Détaillé de Développement de l’Agriculture Africaine
PEID Petits Etats Insulaires en Développement
PIB Produit Intérieur Brut
PNUD Programme des Nations Unies pour le Développement
PPA Purchasing Power Parity ou Revenu par habitant
PTF Partenaires Techniques et Financiers
SAMOA Modalités d’accélération des actions des Etats ou « States Accelerated
Modalities of Action »
SIAH Seychelles Institute of Agriculture and Horticulture
TIAC Toxi-Infections Alimentaires Collectives
UNESCO Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture
USD Dollar Américain
ZEE Zone Economique Exclusive

4
Chapitre 1 : Etat des lieux et diagnostic

1. INTRODUCTION
Les Modalités d’action accélérées des Petits États insulaires en développement (Orientations de
SAMOA pour 2030) adoptées en 2014, mettent l’accent sur la nécessité, d’adopter une
approche plus intégrée du développement durable et appellent à renforcer la coopération et les
partenariats internationaux, d’investir et d’assurer une mise en œuvre coordonnée des
interventions, pour relever avec succès les défis qui continuent d’entraver le développement
des PEID.

Au niveau mondial, en 2012 la Conférence des Nations Unies sur l'environnement et le


développement avait identifié 52 PEID. Dans l’océan Atlantique et l’océan Indien, les PEID
identifiés sont au nombre de huit : Cabo Verde, Comores, Guinée Bissau, Maurice, Sao Tome et
Principe, Seychelles, Maldives et Zanzibar (République de Tanzanie). Comores et Sao Tome et
Principe comptent aussi parmi les pays les moins avancés. Seychelles, Maurice et Maldives
comptent parmi les pays à un très fort PIB par habitant avec respectivement 15075,719 USD ;
9627,595 USD et 8601,632 USD1.

Le présent document est divisé en deux chapitres bien distincts. Le premier chapitre donne un
aperçu général de la situation alimentaire et nutritionnelle des PEID de l’océan Atlantique et de
l’océan Indien. Le second chapitre traitera du cadre de programmation commun de ces PEID.

Ce cadre de programmation est établi afin de permettre d’atteindre les objectifs du


développement durable (ODD 2030), et sera traduit en plans d’actions échelonnées par période
pour définir des interventions adéquates pour chaque pays.

2. GENERALITES SUR LES PEID DE L’OCEAN ATLANTIQUE ET DE L’OCEAN INDIEN

2.1. Situation géographique des PIED

Les PEID de l’Océan Atlantique et de l’Océan Indien sont dispersés sur une très vaste étendue.
Ils se retrouvent sur la côte Ouest et la côte Est de l’Afrique. Au large de la côte Ouest du
continent africain, on trouve Cabo Verde (composé de dix îles volcaniques), Sao Tomé-et-
Principe (formé par deux îles principales) ainsi que la Guinée-Bissau (avec une soixantaine
d’îles). Tandis qu’au large de la côte orientale de l’Afrique se trouvent les Comores (formés par
trois îles), l’île Maurice, les Seychelles (un archipel de 115 îles) et Zanzibar qui est un archipel,
formé de trois îles principales, rattaché à la Tanzanie. Plus à l’Est du continent africain et au Sud-
Ouest de l’Inde, on trouve les Maldives, un pays d’Asie du Sud constitué de 1199 îles.

1 Source : Banque mondiale

5
Figure 1 : Localisation géographique des PEID de l'océan Atlantique et de l'océan Indien

L’archipel de Cabo Verde est d’origine volcanique à relief escarpé et pauvre en végétation. Sao
Tomé-et-Principe se caractérise par un relief très accidenté avec des pentes prononcées mais
des sols généralement fertiles. Guinée Bissau est un territoire plat et aucun point ne dépasse les
360 mètres d'altitude et le pays est formé de plateaux couverts de savanes arborés. D’origine
volcanique les trois îles des Comores sont formées de montagnes basaltiques d’origine
volcanique, à sol très poreux dans la Grande Comores. Maurice a un relief peu accidenté et
dispose de plusieurs plaines côtières et un plateau central très propices à la culture extensive de
la canne à sucre. Seychelles est le plus petit pays d’Afrique et est constitué de 155 îles tropicales
réparties en îles granitiques et coralliennes dont 33 sont habitées. Les îles des Seychelles
présentent un relief marqué, constitué d'une bande côtière étroite entourant une partie
centrale montagneuse. Maldives, un territoire insulaire de l’Inde, est un pays composé de 1196
îles et dont le point culminant naturel s’élève à 2,3 mètres, ce qui lui rend très sensible à la
montée de la mer et au tsunami.

6
2.2. Aspects socio-économiques des PEID de l’océan Atlantique et de l’océan Indien

En 2016, la région étudiée comptait environ 5.126.411 habitants au total dont près de 1.8
millions en Guinée Bissau, 1.3 millions à l’île Maurice, 795,000 aux Comores, 10,53% au Cabo
Verde, 8,14% aux Maldives, 3,9% à Sao-Tomé et Principe et seulement 1,85% vivent aux
Seychelles. Toutefois, les PEID situés dans l’océan Indien monopolisent à eux seuls presque 42%
de l’effectif total.

Au niveau de la superficie géographique, la région totalise une surface terrestre avoisinant les
45.785 km² dont une grande partie est occupée par la Guinée-Bissau, soit près de 78,9% de la
superficie totale contre seulement 0,65% pour les Maldives. Avec une telle superficie, l’étendue
des terres arables de la région demeure très limitée et n’est pas propice pour la culture vivrière
à l’échelle (extensification) mais plutôt à l’intensification. Elle est estimée à seulement 593.503
ha, soit près de 12% de celle-ci. La Guinée Bissau dispose plus de la moitié de cette superficie
avec ses 386.538 ha. Avec une superficie totale de 1.852 km², les Comores disposent de 65.000
ha de terres arables.

Côté socio-économique2, les PIED ne sont pas différents des autres pays en développement. En
2016, les pays connaissaient en moyenne un taux d’accroissement démographique de l’ordre de
1,65%. Si pour la Guinée Bissau, ce taux s’affichait à 2,49%, l’île Maurice ne connaissait qu’un
très faible taux de seulement 0,07%. Néanmoins, les performances économiques sont très
variées d'un pays à un autre au sein de la région. Les Seychelles par exemple, placardaient en
2016, un revenu par habitant (en PPA3 aux prix courants) s'élevant à 15.075 USD, un revenu
nettement supérieur à la moyenne mondiale de 10.150 USD, alors que la Guinée Bissau, quant à
elle, n'a connu qu'un modeste revenu par tête de 620 USD. D’ailleurs, la Guinée Bissau est
classée comme étant le pays le plus pauvre parmi les huit concernés avec un taux de pauvreté
(ratio de la population disposant de moins de 1,90 USD par jour) conséquent de 69% si la
Maurice ne présentait qu'un faible taux de 0,5%. On peut constater, par ailleurs, que les PEID
proches du continent africain tel que Cabo Verde, Sao Tomé-et-Principe et Guinée Bissau sont
plus pauvres que ceux qui se trouvent dans l’océan Indien4.

3. DIAGNOSTIC ET ANALYSE DES SITUATIONS ALIMENTAIRES ET NUTRITIONNELLES POUR


LES PEID DE L’ATLANTIQUE ET DE L’OCEAN INDIEN

Les huit PEID de l’océan Atlantique et de l’océan Indien présentent leurs spécificités selon leur
situation géographique et contexte. Cependant, le diagnostic présenté dans cette partie met en
relief que ces PIED présentent des similitudes de la situation alimentaire et nutritionnelle.

2Source : Données de la banque mondiale


3Purchasing Power Parity
4Voir tableau détaillé en annexe

7
3.1. Des PEID très vulnérables au changement climatique

Pour plusieurs, les secteurs de développement les plus affectés par le changement climatique
sont les ressources en eau, les infrastructures, l’agriculture incluant, la pêche, l’élevage et la
forêt, et les autres secteurs clés de l’économie de chacun des pays tels que le tourisme, le
transport et la santé. Par ailleurs, les risques liés au changement climatique sont nombreux et
ne se limitent pas à ces secteurs. L’augmentation sans cesse du niveau de la mer a été et
continue d’être observée tous les ans. Elle conduit à la diminution de la superficie totale des
PEID (cas des Maldives, et des Seychelles, …).

Quelques pays comme Maurice, ayant des activités économiques diverses, y compris
l’agriculture essentiellement tournée vers la production de la canne à sucre, activités
commerciales pour le tourisme et industrielles pour les besoins des usines de transformation
tels que le textile, souffrent à la fois de l’eau d’irrigation et de consommation humaine.
Toutefois, bien que les autres PEID ne soient pas à vocation agricole, l’eau pour consommation
humaine commence à faire défaut.

Il a été constaté par ailleurs que le changement des conditions pluviométriques a causé la
diminution palpable des quantités de pluie et la difficulté de navigation inter-îles des Archipels
due à la durée du mauvais état de la mer qui devient de plus en plus longue durant toute
l’année. L’insuffisance de pluviométrie est conjuguée à l’augmentation de la température alors
que 90% de l’agriculture est pluviale dans les PEID.

Un fait remarquable susceptible de se répéter est la prévalence des éruptions volcaniques


spontanées sur l’île de la Grande-Comores. Le dernier cas enregistré a été celui de 2007 et a
provoqué des pluies de cendres qui ont affecté l’agriculture, l’élevage et la qualité des eaux
météorites qui alimentaient la population.

Le changement climatique provoque la rareté et la dégradation progressive des ressources,


notamment l’agriculture et le secteur forestier. Ses effets sur l’agriculture sont conjugués à ceux
de la diminution de la fertilité des terres arables du fait de l’érosion des sols et à l’assèchement
des terrains propices à l’agriculture dont notamment les rizières. Par ailleurs, on constate une
diminution de la superficie favorable pour l’agriculture et la perte de terres arables, elles ne
représentent plus que de 11,58% de la superficie totale en 20045conduisant ainsi à une
diminution accrue des denrées alimentaires agricoles (agriculture, élevage et pêche
continentale) et à un déplacement des populations vulnérables. La diminution de la
pluviométrie et l’augmentation de la température ont conduit au rétrécissement des
rendements de base comme le maïs et les bananes aux Comores et menace la sécurité
alimentaire. La diminution de la période de la saison humide et les fréquents épisodes de

5 Banque Mondiale (WDI 2017)

8
sécheresse provoqués par la grande variabilité des précipitations, ont été également constatés
en Cabo Verde6. Ces deux facteurs ont favorisé la salinisation des réserves d'eau douce. Pour les
ressources halieutiques, elles sont contraintes à leur disparition progressive, mais à une vitesse
très rapide, de récifs et des plages et le blanchiment des coraux (60%)7 qui vont nuire au
tourisme (pêche sportive, …) et à la pêche proprement dite (déclin des ressources en poissons).
Généralement, on constate ainsi une paralysie des activités économiques due aux impacts des
catastrophes naturelles.

Le changement climatique a des effets sur la santé. L’aggravation des problèmes d'eau,
d'assainissement et d'hygiène et la résurgence et la propagation de maladies telles que la
dengue, le paludisme et d'autres maladies à transmission vectorielle. La salinisation des
aquifères côtiers et la montée des eaux polluant les nappes phréatiques près de la côte
provoquent une impossibilité d’utiliser l’eau à la consommation et à l’irrigation des cultures de
rente.

Pour les infrastructures, elles sont souvent endommagées par les pluies torrentielles qui sont
devenues plus fréquentes. L’augmentation du niveau marin et le passage fréquent des fortes
tempêtes tropicales favorisent la destruction d'infrastructures par les inondations.

On constate un isolement de certaines îles, voire à leur disparition progressive, à considérer


avec précaution par l’effet d’immersion spontanée ou continue.

Au Cap Vert, les tempêtes de poussière plus répandues pendant les périodes de sécheresse
dans le Sahel affectent ce pays. Pour les risques liés aux catastrophes naturelles, ils sont
marqués par l’exacerbation de la fréquence des cyclones, les pluies torrentielles, les épisodes
d’inondation (aux habitations, routes et infrastructures côtières), la sécheresse et les tempêtes,
etc. Ces pays connaissent une forte élévation du niveau de la mer et les côtes sont menacées en
permanence par des vagues dévastatrices. 80 % des îles pourraient disparaître dans les
prochaines décennies si rien n’est fait pour atténuer ces risques.

3.2. Dépendance élevée de l’économie aux importations et aux apports étrangers

Due à une insuffisance de performance du secteur agriculture, les importations alimentaires


sont devenues une source de nourriture de plus en plus importante dans les PEID. La moitié de
tous les PEID importent plus de 80% de leurs besoins alimentaires et les PEID classent en
priorité régulièrement les importations alimentaires en fonction de leurs recettes d'exportation.
Les importations de denrées alimentaires dans les Îles africaines ont sensiblement augmenté
pour atteindre 10 milliards de dollars EU par an en moyenne8.

6 Communication nationale de Cabo Verde sur le changement climatique, 1999


7 Union internationale pour la conservation de la nature, 2016 aux Maldives mais pourraient être valable pour tous les PEID
8 Rapport de l’Atelier régional sur le Commerce et la Nutrition pour les PEID de l’Atlantique et de l’océan Indien tenu à

Antananarivo Madagascar en Octobre 2017

9
La production des produits de rente tels que la noix de cajou (Guinée Bissau), cacao (Sao Tome
et Principe), sucre (Maurice), girofle et ylang-ylang (Comores) sont les principales filières
d’exportation. Les Seychelles exportent du poisson frais et des produits de pêche.

La pêche reste au stade artisanal voire traditionnel faute de moyen d’accès aux ressources. La
pêche industrielle est pratiquée par les armateurs étrangers à travers les protocoles de pêche.
Les pays se contentent ainsi de la vente des licences et n’arrivent pas à suivre convenablement
l’exploitation de leur ressource marine.

Les économies de plusieurs PEID de l’Océan Atlantique et de l’Océan Indien dépendent en partie
du secteur tourisme. En effet, plus de 3 millions de touristes fréquentent chaque année ces
PEID dont près de 75% sur Maldives et Maurice. De plus, les pays dépendent de l'aide
extérieure, par exemple par le biais de transferts de fonds par la diaspora.

3.3. Des systèmes alimentaires fragiles et non viables

Un système alimentaire durable constitue un enchainement spécifique assigné aux aliments


depuis la production jusqu’à la consommation en passant par la transformation et la
distribution tout en tenant compte de la santé environnementale, économique et sociale d’une
collectivité.

La taille réduite des terres cultivables, associée aux effets hostiles du changement climatique,
handicape considérablement la production agricole des PEID. L’Agriculture reste au stade
archaïque par manque de mécanisation et n’intéresse pas la population jeune. La production
agricole est handicapée par une importante perte après récolte. Ce problème est aggravé par
l’incapacité d’accès aux semences et autres géniteurs pour la pêche et l’élevage. Par
conséquent, la production locale ne peut être durablement maintenue.

La production des cultures vivrières (riz, tubercule, fruit à pain, et autres céréales) n’arrive pas à
couvrir l’intégralité des besoins de la population de ces pays. Les produits nationaux sont
autoconsommés à presque 100%. Pour l’élevage, le secteur demeure non compétitif avec les
produits importés, en dehors de Maurice qui a opté pour l’élevage intensif de poulets et qui
peut atteindre 14 millions de têtes annuellement. Pour Guinée Bissau, l’élevage des ruminants a
été favorisé pour la simple raison qu’ils s’adaptent bien aux conditions climatiques sèches du
pays. De plus, le secteur de la pêche demeure sous exploité malgré une immense zone
économique exclusive à la disposition des PEID. Ils sont ainsi obligés de faire appel aux
armements étrangers, tels que ceux l’Union européenne, qui sont les principaux bénéficiaires
des ZEE des PIED africains.

10
L'approvisionnement alimentaire insuffisant est également aggravé par d'énormes pertes après
récolte. Pour combler la différence entre les besoins des consommateurs et la production
effective du pays, des importations sont ainsi obligatoires. Les importations de denrées
alimentaires représentent au moins le quart des importations de marchandises pour chacun des
huit pays. En 2013 par exemple, ces Îles ont importé au total pas moins de 250.000 tonnes de riz
blanc et plus de 657.000 tonnes de céréales9.

Le système alimentaire des PEID dépend fortement du commerce international, et consiste en


une longue liste de produits agricoles, sur l’ensemble de la chaîne de valeur. Cela peut
également avoir des impacts en termes de sécurité alimentaire, car la qualité et la sécurité des
aliments importés ne sont pas toujours garanties.
Au niveau de la transformation, seuls les Seychelles et Maurice transforment une partie de leur
production nationale, respectivement les produits de la pêche (notamment le thon) et la canne
à sucre.

Le système alimentaire est handicapé par la mauvaise qualité ou presque l’inexistence des
infrastructures routières (cas de Comores) et l’absence d’une flotte efficiente pour transporter
les produits d’une île à l’autre au sein de l’archipel ou exporter des PEID, vers d’autres pays du
Continent. Peu d'efforts ont été fournis pour promouvoir la consommation d'aliments locaux
qui ont des avantages nutritionnels, en comparaison aux aliments importés, et de nombreux
PEID de l’OA et l’OI n'ont pas de directives diététiques basées sur l'alimentation pour
promouvoir des habitudes saines et nutritives.

3.4. Des populations victimes du « triple fardeau » de la malnutrition

Avec un système alimentaire fragile et non viable, la malnutrition sous toutes ses formes sévit
dans les PEID. Depuis 1994, la prévalence de la malnutrition chronique chez les enfants de
moins de 5 ans des PEID de l’océan Atlantique et de l’océan Indien varie de 8% à 32% (chiffres
émanant de chaque pays : Seychelles : 7,9% en 2012, Cabo Verde : 9,7% en 2009, Sao Tomé-et-
Principe : 17,2% en 2014, Maldives : 20,3% en 2009, Guinée-Bissau : 27,6% en 2014, Zanzibar :
30,2% en 2014, Comores : 32,1% en 2012 et pas de données disponibles pour Maurice.

3.4.1. Une population sous-alimentée

En 2015, les prévalences de la sous-alimentation dans les huit pays dépassaient, toutes, la barre
des 5%. La Guinée-Bissau était même arrivée à un taux exceptionnel de 20,7%. Il n’est pas
étonnant de voir un net retard de croissance chez les enfants. En 2012, le pourcentage d’enfant
connaissant un retard de croissance (malnutrition chronique) variait entre 7,97%, aux
Seychelles, et 32,1% aux Comores. L’émaciation frappait près de 4% de la population aux
Seychelles et près de 11,10% aux Comores.

9Banque mondiale

11
3.4.2. Un apport non satisfaisant en micronutriments des aliments

On peut se nourrir avec une quantité suffisante d’aliments mais encore faut-il considérer la
dimension nutritionnelle de ceux-ci pour satisfaire complètement les besoins du corps humains.
Bien que nécessaires qu’en très faible quantité pour l’organisme, les micronutriments (vitamines
et minéraux) sont les bases d’un régime alimentaire sain et sont donc essentiels à la vie
humaine. Et la carence en micronutriments, souvent qualifiée de « faim invisible », peut
conduire à divers effets dévastateurs et peuvent parfois être irréversibles. Les PEID de l’océan
Atlantique et de l’océan Indien sont majoritairement touchés par l’insuffisance en Vitamine A.
La carence en vitamine A conduit principalement à des problèmes de dessèchement des yeux et
peut même conduire à la cécité. Mais il peut également affecter d'autres organes conduisant à
une augmentation de la mortalité infantile.

Bien que les PEID soient des îles, avec une abondance de produits de mer riches en iode, le
problème d’insuffisance en iode a été toujours prévalu, conduisant à un dérèglement du
métabolisme des individus, se manifestant vu de l’extérieur par la tumeur du corps thyroïdien
ou le goitre. Certes, plus de deux tiers des ménages au Cabo Verde, aux Comores et à Sao Tomé-
et-Principe utilisent déjà du sel iodé mais des efforts restent encore à fournir pour les cas de la
Guinée-Bissau et des Maldives avec des faibles pourcentages de 12% et de 44% respectivement.

L’anémie est une des maladies les plus récurrentes, qui sévit dans les PEID. Cette maladie est
causée principalement par une carence en fer et en vitamine B12. La prévalence de la maladie
chez les enfants de moins de 5 ans est assez importante chez les PEID de l’océan Atlantique et
de l’océan Indien. Les pays à haut revenu tels que les Seychelles, Maurice et les Maldives avaient
respectivement des taux de prévalence de 35%, 39.1% et 39% en 2016. Et encore une fois, la
Guinée-Bissau détenait le record avec un pourcentage important de 68,1%. En outre, les
carences en zinc et en calcium se font aussi ressentir progressivement dans ces pays.

3.4.3. Une population fortement exposée aux maladies non transmissibles

Les habitants des PEID de l’Océan Atlantique et de l'Océan Indien sont aussi confrontés aux
problèmes de surpoids et d’obésité, problèmes encore liés à la mauvaise qualité de
l’alimentation et ainsi que de la quantité consommée. Ils sont dus à la consommation d'aliments
énergétiquement denses, riches en sucres, en graisses et en sels importés ; se traduisant par
une transition alimentaire des produits de base traditionnels et des fruits et légumes vers les
produits transformés et les produits d'origine animale.

Les statistiques de la Banque Mondiale montraient, qu'en 2014, la prévalence de l’obésité chez
les femmes atteignait les 23,2% et 30,5% pour l'île Maurice et les Seychelles respectivement. Ce
sont des chiffres préoccupants qui méritent une attention particulière.

12
D'autres risques liés à la malnutrition sous toutes ses formes sont également à considérer. Les
pays connaissent par exemple une présence massive d’individus décédés des maladies non
transmissibles ou MNT (dont les principales causes sont le tabagisme, l’alimentation
déséquilibrée et l’usage nocif de l'alcool, ainsi que la vie sédentaire). Quelques-unes des MNT
sont :
- Les maladies cardio-vasculaires à savoir les crises cardiaques et les accidents vasculaires
cérébraux
- Le cancer.
- Les maladies respiratoires chroniques (comme la pneumopathie chronique obstructive et
l’asthme)
- Le diabète, et
- L’hypertension.

Le tableau suivant résume le pourcentage par cause de décès par PEID : 2600 décès par an au
Cabo Verde, 6000 aux Comores, 20.000 Guinée Bissau, 1.300 Maldives, 9.100 Maurice, 1.200
Sao Tomé et Principe, 620 Seychelles.

Tableau 1 : Pourcentage par pays des Maladies Non Transmissibles.


Sources : 10 Cabo Comores Guinée Maldives Maurice
Sao Seychelles Zanzibar
Verde Bissau Tome et
Principe
Nb décès/an 2 600 6 000 20 000 1 300 9 100 1 200 620 ND
% Non MNT 31% 63% 72% 19% 14% ND ND ND
% MNT par 69% 37% 28% 81% 85% ND ND ND
rapport
décès
% Maladies 35% 15% 11% 39% 31% ND ND ND
cardio-
vasculaires
% Cancer 9% 6% 3% 12% 12% ND ND ND
%Diabète 3% 2% 2% 2% 26% ND ND ND
%Affection 7% 2% 2% 10% 5% ND ND ND
respiratoire
%Autres 15% 12% 10% 18% 12% ND ND ND
MNT
Source : Compilation des données de l’Organisation Mondiale de la Santé (2011)
81% : taux très élevé
69% : taux moyennement élevé
28% : taux moyennement acceptable

13
De ce tableau, il ressort que Maldives et Maurice connaissaient un taux très élevé de mortalité
en MNT qui est dû aux maladies cardiovasculaires, le cancer et l’affection respiratoire. Une
corrélation étroite existe entre le tabagisme (taux de tabagisme avec 25% des hommes aux
Comores, 42% aux Maldives, 38,7% à Maurice et 31,1% aux Seychelles), l’alcoolisme et les MNT.
Ces divers problèmes relatifs à la mauvaise qualité du régime alimentaire de la population font
également accroître le taux de mortalité des enfants.

3.5. Des problèmes de santé et d’assainissement

Les problèmes de santé sont très souvent liés à un niveau de pauvreté élevé et des problèmes
d’assainissement. A l’exception des Maldives, on constate à une mauvaise répartition du budget
alloué au volet social, dont la santé publique, avec un budget limité à moins de 10%.

Cette première partie du diagnostic permet de conclure que près de 900.000 personnes des
PEID en Océan Atlantique et Océan Indien souffrent de sous-alimentation chronique et ont
accès à une quantité insuffisante de ration alimentaire et nutritionnelle, entraînant un niveau
élevé de maladies non transmissibles liées à l’alimentation. Cette situation est aggravée par le
fait que ces pays connaissent de problèmes de santé liés à un pauvre assainissement.

3.6. Disponibilités alimentaires issues de la production locale

Cette analyse est basée sur la disponibilité en quantité et en qualité par jour et par habitant. En
termes de quantité, l’analyse sera faite à partir des données de la production locale en produits
vivriers locaux de chaque pays (agriculture, élevage et pêche). L’analyse qualitative sera faite sur
les apports de chaque type d’aliment en glucide, protéine et lipide ainsi que les
micronutriments.

3.6.1. Disponibilité en termes de quantité :

Par rapport à la production nationale de chaque pays et en termes de quantité (tous produits
alimentaires agricoles confondus), les Comores disposent le plus de disponibilité alimentaire
avec 182 kg par an par personne ou 500 grammes par jour. Viennent par la suite, Guinée Bissau
respectivement avec 112 kg par an et 306 g par jour, Cabo Verde avec 25 kg par personne par an
soit 68 g par jour. Avec cette ration journalière, seuls les Comores et la Guinée Bissau arrivent à
satisfaire en quantité (et non pas en qualité) les besoins de leur population par les produits
agricoles locaux. L’analyse des apports énergétiques exprimés en calories des aliments
consommés journalièrement et les différents apports par type d’aliment en glucide, protéine et
lipide et les micronutriments, permettra d’avoir une appréciation sûre de la sécurité alimentaire
et nutritionnelle de chaque pays.

14
Tableau 2 : Disponibilité par habitant et par an en aliments de base.
Cabo Comores Guinée Maldives Maurice Sao Tome Seychelles
Verde Bissau et Principe

Disponibilité par
habitant et par an
(en kg)
Riz blanc 0,00 22,89 43,95 0,00 0,56 0,00 0,00
Manioc 7,13 86,39 25,00 0,01 0,37 6,75 2,45
Maïs 1,97 8,20 4,07 0,34 0,49 3,58 0,00
Patate douce 15,78 8,87 0,00 0,04 0,62 0,00 0,00
Igname 0,00 5,58 0,00 0,00 0,00 10,51 0,00
Mil (2005) 0,00 0,00 26,00 0,00 0,00 0,00 0,00
Sorgho 0,00 0,00 12,87 0,00 0,00 0,00 0,00
Banane 0,00 50,28 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00
Légumineuse en
tonnes 0,00 0,02 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00
Total par habitant
par an (en kg) 24,89 182,22 111,88 0,39 2,04 20,84 2,45
Total par habitant
par jour (en g) 68,18 499,25 306,53 1,07 5,60 57,09 6,71

3.6.2. Disponibilité en valeur énergétique

La FAO en 2002 avait fixé le seuil de 2 700 calories comme indicateur du niveau de satisfaction
des besoins en sécurité alimentaire au niveau mondial. Avec l’analyse de l’évolution de la
consommation alimentaire par habitant des données historiques depuis 1965 et par projection,
l’Afrique subsaharienne a besoin de 2.360 calories par jour par personne en 2015 et 2.540 en
2030.

Tableau 3 : Disponibilité en valeur énergétique des aliments de base


Calories par jour Cabo Verde Comores Guinée Maldives Maurice Sao Tome Seychelles
Bissau et Principe

Riz blanc 0,00 81,53 156,53 0,00 2,01 0,00 0,00


Manioc 31,06 376,33 108,90 0,06 1,61 29,40 10,67
Maïs 19,74 82,00 40,69 3,35 4,95 35,82 0,00
Patate douce 37,19 20,90 0,00 0,10 1,45 0,00 0,00
Igname 0,00 17,59 0,00 0,00 0,00 33,11 0,00
Mil (2005) 0,00 0,00 241,48 0,00 0,00 0,00 0,00
Sorgho 0,00 0,00 119,49 0,00 0,00 0,00 0,00
Légumineuses 0,00 0,06 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00

Total par habitant par


jour (calories) 87,99 701,00 667,10 3,51 10,01 98,32 10,67

Aucun PEID de l’océan Atlantique et de l’Océan Indien n’arrive pas à couvrir ses besoins minima
de satisfaction des besoins en sécurité alimentaire à partir de la production agricole et ces pays
n’arrivent pas encore à atteindre la valeur moyenne de l’Afrique de 1965 qui est de 2038 calories
par jour.
15
Les secteurs élevage et pêche apportent plus de protéine et de lipide que de valeur
énergétique. En effet, les apports en valeur énergétique de chacun de ces deux filières tournent
entre 200 à 250 calories de viande rouge par jour pour 100 grammes d’autres produits.
En termes de valeur énergétique, les PEID objet de cette étude doivent diversifier la ration
alimentaire pour inclure d’autres produits nutritifs.

3.6.3. Disponibilité en termes de valeur nutritive journalière :

En termes de valeur nutritive, les valeurs normales sont calculées sur la base des besoins
minima énergétiques : les glucides 60%, les lipides 30% et la protéine 10%. Sur la base des
données de la FAO en 2015 en Afrique, 2360 calories dont les besoins en glucides se situent
entre 210 g et 290 g par jour, les protéines entre 50 et 60 g par jour et les lipides 90 à 100 g par
jour.

En se référant à la production nationale de chaque pays en produits agricoles, seuls Comores et


Guinée Bissau sont supposés avoir des apports plus ou moins satisfaisants en glucide journalier.
Pour les protéines, avec un besoin journalier de 50g, il est supposé que le gap soit couvert par le
secteur de l’élevage et de la pêche. Par contre les lipides en manquent pour tous les pays.

16
Tableau 4 : Disponibilité en termes de valeur nutritive des aliments de base
Cabo Comores Guinée Maldives Maurice Sao Tome Seychelles
Verde Bissau et Principe

Riz blanc
Protéine 0,00 5,21 9,99 0,00 0,13 0,00 0,00
Lipide 0,00 1,00 1,93 0,00 0,02 0,00 0,00
Glucide 0,00 47,04 90,31 0,00 1,16 0,00 0,00
Manioc 31,06 376,33 108,90 0,06 1,61 29,40 10,67
Protéine 0,27 3,31 0,96 0,00 0,01 0,26 0,09
Lipide 0,06 0,71 0,21 0,00 0,00 0,06 0,02
Glucide 7,42 89,94 26,03 0,01 0,38 7,03 2,55
Maïs
Protéine 0,51 2,13 1,06 0,09 0,13 0,93 0,00
Lipide 0,22 0,90 0,45 0,04 0,05 0,39 0,00
Glucide 3,57 14,83 7,36 0,61 0,89 6,48 0,00
Patate douce
Protéine 1,51 0,85 0,00 0,00 0,06 0,00 0,00
Lipide 0,13 0,07 0,00 0,00 0,01 0,00 0,00
Glucide 15,52 8,72 0,00 0,04 0,61 0,00 0,00
Igname
Protéine 0,00 0,23 0,00 0,00 0,00 0,44 0,00
Lipide 0,00 0,02 0,00 0,00 0,00 0,04 0,00
Glucide 0,00 4,18 0,00 0,00 0,00 7,88 0,00
Mil (2005)
Protéine 0,00 0,00 7,55 0,00 0,00 0,00 0,00
Lipide 0,00 0,00 2,92 0,00 0,00 0,00 0,00
Glucide 0,00 0,00 52,14 0,00 0,00 0,00 0,00
Sorgho
Protéine 0,00 0,00 3,98 0,00 0,00 0,00 0,00
Lipide 0,00 0,00 1,16 0,00 0,00 0,00 0,00
Glucide 0,00 0,00 26,29 0,00 0,00 0,00 0,00
Banane
Protéine 0,00 1,65 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00
Lipide 0,00 0,14 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00
Glucide 0,00 27,14 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00
Légumineuses
Protéine 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00
Lipide 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00
Glucide 0,00 0,01 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00

Total par habitant


par jour (en g)
Protéine 2,30 13,39 23,55 0,09 0,33 1,63 0,09
Lipide 0,40 2,84 6,66 0,04 0,09 0,49 0,02
Glucide 26,52 191,86 202,13 0,66 3,04 21,38 2,55

17
3.6.4. Disponibilités alimentaires intérieures11

Les informations recueillies pour cette analyse sont issues des données de la Banque mondiale.
Ces données couplées avec celles de la FAO peuvent conduire au tableau suivant. Un tableau qui
fait ressortir le gap en besoin alimentaire exprimé en énergie calorifique. Sur une base minimale
de 2700 calories comme indicateur du niveau de satisfaction des besoins en sécurité alimentaire
au niveau mondial12, quelques pays se trouvent encore en difficulté alimentaire et
nutritionnelle.

Tableau 5 : Manque à gagner en termes de valeur énergétique par pays


Calories par jour Cabo Comores Guinée Maldives Maurice Sao Tome et Seychelles
Verde Bissau Principe

Disponibilité alimentaire
(cal/personne/jour) en
201313 2609 701,0014 2292 2732 3065 2400 N/D

Gap à trouver 91 1999 408 -32 -365 300

Le gap négatif signifie un surplus d’énergie calorifique pour le pays concerné.


Les Comores et la Guinée Bissau doivent trouver une solution urgente pour satisfaire ses
besoins alimentaires et nutritionnels à travers une intensification et/ou une extensification du
secteur agricole (incluant la pêche et l’élevage), ou en important directement des produits
alimentaires.

Pour les autres PEID bien que leur situation alimentaire et nutritionnelle soit tangente aux
besoins minima, des précautions sont à prendre, surtout pour faire face aux risques et
vulnérabilités liés au changement climatique.

3.6.5. Autres facteurs influençant le système alimentaire

L’éducation :
L’école est le meilleur endroit pour incorporer facilement les bonnes habitudes alimentaires aux
enfants. Un taux de scolarisation élevé accompagné d’une bonne sensibilisation des élèves peut
donc contribuer à l’amélioration de la situation alimentaire des PEID. En 2015, le pourcentage
d’enfants en âge de fréquenter l’école primaire non-inscrits dans une école primaire ou
secondaire varie entre 2,73% et 5% pour tous les pays sauf pour les Comores qui atteignaient la
barre des 15%.

11 Incluant la production nationale et les importations


12 FAO 2002 basée sur des données historiques et de projection
13 Banque mondiale

14Cf apport énergétique des produits de l’agriculture cités plus haut

18
Bien que le taux d’alphabétisation soit assez élevé dans les Îles africaines, avec Cabo Verde
85.33%15, Comores 76,55%16, Guinée Bissau 57,80%17, Maldives 98,40%18, Maurice 89,25%19,
Sao Tome et Principe 69,54%20et Seychelles 93,95% 201021, des efforts restent à faire pour
Comores, Guinée Bissau et Sao Tome et Principes. Les dépenses publiques allouées à l’éducation
par rapport au volume total du budget du gouvernement sont plus ou moins acceptables avec
14,98% au Cabo Verde, 29,23% aux Comores, 15,29% aux Maldives, 14,78% à Maurice, 19,32%
à Sao Tome et Principe et 10,39% aux Seychelles.

Opportunités d’échanges commerciaux entre les PEID ou autres pays riverains :


Plusieurs Îles africaines sont des archipels, il existe des îles purement à vocation agricole mais à
une superficie limitée :
- Cas de Cabo Verde avec les îles de São Tiago, São Vicente, São Nicolaus, Fogo et Santo
Antão qui font des cultures commerciales (canne à sucre, maïs, bananes, noix de coco,
mangues, manioc et pommes de terre mais une bonne partie de ces productions sont
abîmées par le passage de l’ouragan Fred de 2015 ;
- Cas des Comores les recensements agricoles de 2011 ont avancé 55.859 exploitations
agricoles dont 52 % sont localisées à Ngazidja, 44% à Ndzouani,
- Cas de certaines îles de Maldives qui sont inhabitées mais pourront faire l’objet d'une
valorisation agricole.

Pour les PEID de l’océan Indien, ils peuvent bénéficier des échanges commerciaux des produits
d’origine agricole incluant agriculture, élevage et pêche, avec Madagascar qui reste le seul pays
à vocation agricole vivrière dans la zone (cas du maïs, de l’oignon, des grains secs, des produits
de la pêche, …).

Habitude alimentaire de la population des PEID :


Chaque pays a une habitude alimentaire spécifique, dépendant de la disponibilité des produits
vivriers locaux et basée sur les tubercules. Quelques produits locaux sont la banane ou noix de
coco ou fruit à pain (Cabo Verde, Comores, Guinée Bissau) ou du riz (Guinée Bissau) ou variable
en fonction de la disponibilité des aliments importés (cas des îles en nette import (Maurice,
Maldives et Seychelles). Le régime alimentaire des populations est moins diversifié, avec une
faible consommation d'aliments riches en nutriments tels que les fruits et légumes et les
protéines d'origine animale.

15Banque mondiale 2012


16Banque mondiale 2013
17Banque mondiale 2013

18Banque mondiale 2008

19Banque mondiale 2011

20Banque mondiale 2008

21Banque mondiale 2010

19
Les emplois :
Généralement, on constate que l’accès à la nourriture des populations des PIED, qui ont un PIB
élevé, dépend fortement de leurs revenus. Le système fonctionne par le versement des salaires
dérivés des industries soit du secteur agricole, soit d’autres secteurs. Le pourcentage de
travailleurs salariés (% des travailleurs) de 83,37% pour les Seychelles (activités touristiques et
transformation des produits de la pêche), Maurice avec 79,08% (activités touristiques,
plantation de canne à sucre, textile et activités offshore) et Maldives avec 65,36%
(principalement pour le secteur tourisme)22. Cette rémunération de la population influe
certainement sur les dépenses de consommation finale des ménages annuelles per capita (en
USD Constant de 2010) variant de 430,2 USD pour Guinée Bissau à 6287,89 USD pour Maurice
et 5432,34 USD pour les Seychelles. La transformation des produits est souvent effectuée par
les femmes.

Les sources de crédit :


L’agriculture comme business requiert un capital d’investissement, acquis à travers les prêts ou
les dons. L’accès au crédit et le taux d’intérêt appliqué aux crédits sont deux facteurs qui
peuvent améliorer la sécurité alimentaire, à travers l’augmentation de la production des vivres,
ou l’amélioration de l’accès des populations aux marchés. On dénote que ce sont les Seychelles
qui offrent le plus de possibilité de crédit à sa population active. Par contre au niveau des
intérêts aux crédits, c’est Sao Tome et Principe qui applique un taux trop élevé sur les crédits
aux petits entrepreneurs, avec 23,30%.

Tableau 6 : Source de crédit et taux d’intérêt appliqué au crédit par pays

Cabo Guinée Sao Tome


Comores Maldives Maurice Seychelles
Verde Bissau et Principe

Nombre d'agences de
banques commerciales (pour 33,86 2,76 2,47 12,13 23,95 31,13 54,83
100 000 adultes) en 2015

Taux d'intérêt des crédits (en


10,41% 10,50% 5,21% 11,10% 8,50% 23,30% 12,35%
%) en 2015
Source : Banque mondiale

22Source s’information : Banque Mondiale - WDI

20
Chapitre 2 : Programme des PEID de l’Océan Atlantique et de l’Océan
Indien sur la sécurité alimentaire et la nutrition

1. POLITIQUES ET STRATEGIES EXISTANTES EN MATIERE DE SECURITE ALIMENTAIRE ET LA


NUTRITION

Chaque pays a sa vision et ses objectifs stratégiques pour l’atteinte de la sécurité alimentaire et
nutritionnelle. Quelques domaines d’intervention :
- Cabo Verde a pu mettre un Programme de cantines scolaires lancé depuis 1979 et couvre
actuellement toutes les écoles maternelles et primaires publiques ;
- En 2016, les Comores ont pu élaborer sa feuille de route dans l’objectif de promouvoir
l’augmentation de la productivité, de la production, de la compétitivité et du commerce
inter îles des produits agricoles d’intérêt communautaire, ainsi que la sécurité alimentaire
et la nutrition. Cette feuille de route a fixé comme axes de priorité i) Productivité,
production et compétitivité des filières d’intérêt communautaire, ii) Commerce
interrégional des produits agricoles d’intérêt régional, et iii) Sécurité nutritionnelle et
résilience des populations. Pour ce dernier axe en particulier les actions suivantes sont
prévues être effectuées pour l’année 2017 :
Révision de la politique nationale de nutrition et alimentation
Lancement officiel de la plateforme multisectorielle sur la nutrition
Finalisation et adoption du plan de mise en œuvre de la gouvernance de la
plateforme
Mise en place du comité national et des comités insulaires de coordination
multisectorielle
Révision du curricula scolaire et amélioration du volet nutrition
Programme éducatif sur la nutrition élaboré

- En 2011, la Guinée-Bissau a défini des stratégies concrètes afin de réduire les taux élevés
de la malnutrition et de mortalité. Une politique nationale multisectorielle de nutrition a
été ainsi mise en œuvre avec la collaboration des différents départements ministériels et
des partenaires techniques et financiers et cela à travers un processus consultatif et inclusif.
Cette politique a pour objectif général de « Améliorer l’état nutritionnel de la population en
Guinée-Bissau, en particulier des personnes vulnérables, en créant des synergies entre des
interventions directes de nutrition et celles d’autres secteurs sensibles à la nutrition ».
- Maldives : à travers son ministère de la santé en 2006 a pu élaborer un guide de
sensibilisation à la nutrition et à la santé ;
- Sao Tomé-et-Principe a adopté, en 2012, une Politique Nationale de la Sécurité Alimentaire
et Nutritionnelle (PNSAN) qui a été prévue pour s’étendre sur une période de 10 ans
subdivisée en deux phases de 5 ans. La première phase consistait à la relance de la
production vivrière, à l’amélioration de la commercialisation, de l’accès aux marchés, et de

21
l’état nutritionnel et sanitaire des populations tandis que la deuxième phase sera consacrée
à la consolidation des mesures d’accompagnement engagées dans la première phase.
- Seychelles : La révision du guide alimentaire des Seychelles qui date de 2006 est en cours.
Cette activité est comprise dans le Plan National d’Investissement du secteur agricole
2015/2020.
- A Maurice, il y a l’adoption du Plan Stratégique pour la Sécurité Alimentaire Nationale,
2016/2020, du Ministère de l’Agro-Industrie, et du Plan d’Action National de Nutrition,
2016/2020, du Ministère de la Santé

La sécurité alimentaire est au cœur des préoccupations des organisations régionales telles que
l’Union Africaine dans son Agenda de 2063, le processus du Programme Détaillé de l’Agriculture
en Afrique ou PDAA incluant la Déclaration de Malabo et la Stratégie Régionale Africaine de
Nutrition (SRAN).

2. ALIGNEMENT DU PROGRAMME DES PEID de l’OCEAN ATLANTIQUE ET DE L’OCEAN INDIEN AU


PROGRAMME Globale Programme des PEID de l’OA et de l’OI est en adéquation avec le
Programme d’Action Global. Il marque la volonté des PEID de l’OA et de l’OI de formuler leur
programme commun, en référence au Programme formulé par les Iles de l’Océan indien. Il
adhère aux principes énoncés par les Nations Unies par le biais de la Commission économique
pour l’Afrique (UNECA) sur le « Changement climatique dans les PEID d’Afrique : de la
vulnérabilité à la résilience – le paradoxe des petits ».

Ce Programme des PEID de l’OA et de l’OI prend en compte des réalisations antérieures et en
prévision, notamment les différents rapports issus des rencontres de ces PEID et de leur
politique générale d’orientation sur le secteur de la sécurité alimentaire. Il adhère au nouveau
Programme Régional de l’Océan Indien sur la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle (ou PRESAN)
pour le développement et l'amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle adopté par
tous les Ministres de la Commission de l’Océan Indien en février 2016.

Ce nouveau programme s’associe au processus du Programme Détaillé de Développement de


l’Agriculture Africaine (PDDAA) qui vise à l’amélioration du taux de croissance annuelle pour les
sous-secteurs agriculture, élevage et pêche à travers :
(i) l’extension de la superficie sous une gestion durable,
(ii) l’augmentation de l’accès aux marchés,
(iii) l’augmentation de l’offre alimentaire et la réduction de la famine,
(iv) l’amélioration de la recherche agricole, et
(v) la dissémination des technologies.

Enfin il prend en considération les différentes résolutions lors de la réunion de consultation


régionale des petits États insulaires en développement (PEID) de l'océan Atlantique et de
l'océan Indien sur le Programme d'action mondial sur la sécurité alimentaire et la nutrition dans

22
les PEID tenue à l’île Maurice au mois d’avril 2017, et des différentes actions identifiées lors de l’
l’Atelier régional sur le Commerce et la Nutrition pour les PEID de l’océan Atlantique et de
l’océan Indien tenu à Antananarivo Madagascar en Octobre 2017.

Le Programme des PIED de l’OA et de l’OI est formulé en tenant compte des spécificités de
chaque pays et ceci à travers une analyse très détaillée de leur situation alimentaire et
nutritionnelle.

3. OPPORTUNITES ET DEFIS

3.1 Opportunités

La sécurité alimentaire et nutritionnelle des PEID des Océans Atlantique et Indien repose sur
plusieurs enjeux qui, peuvent être indépendants ou corrélés les uns avec les autres, et
découlent des contextes i) économique à travers la disponibilité, qualité et diversité alimentaire
issue de la production nationale de produits Agricoles (incluant l’agriculture, l’élevage, la forêt
et la pêche) et la capacité du pays à trouver une solution pour combler le manque à gagner, tant
en quantité qu’en qualité, des besoins de toute la population, et de la considération du pouvoir
d’achat ii) social par le biais des volets santé (de l’enfant, de la mère et des membres du
ménage), (iii) éducation (éducation nutritionnelle, alphabétisation, …) et (iv) environnemental,
notamment le changement climatique.

3.2 Défis

Bien qu’il y ait de nombreux avantages à améliorer la situation de la sécurité alimentaire dans
les PIED de l ‘OA et de l’OI, il demeure quelques défis à surmonter:
- Dans de nombreux cas, la production d'aliments locaux est plus coûteuse que
l'importation et peut être hors de portée des plus vulnérables de la société. Le défi
consiste donc à rendre les aliments cultivés localement disponibles et accessibles
aux ménages à faible revenu et aux plus vulnérables de la société.
- Dans les pays qui exportent des produits agricoles, le défi consiste à transformer la
matière première dans le pays plutôt que d'exporter des matières premières et à
fournir ainsi un produit de plus grande valeur pour améliorer la balance
commerciale.
- • Tous les petits États insulaires en développement devront relever le défi de
maintenir un secteur agricole local dynamique au fil du temps. Le principal défi
pourrait être le manque de ressources naturelles, telles que la terre et l'eau, et la
concurrence pour ces ressources provenant d'activités plus viables
économiquement comme le tourisme.

23
4. PRINCIPES ET VISION

4.1 Principes

La formulation de ce cadre de programmation sur la sécurité alimentaire et la nutrition repose


sur les principes de développement durable, et la participation des PEID de l’OA et de l’OI.

4.2 Vision

La vision de ce cadre de programmation sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle des PEID de


l’OA et de l’OI découle du Programme d’Action mondial sur la sécurité alimentaire et la nutrition
dans les PEID. Elle a comme vision la nécessité du droit de chacun à accéder à des aliments
sains, suffisants et nutritifs et à enrayer la malnutrition sous toutes ses formes et à la gestion
durable des ressources naturelles au profit des générations actuelles et futures.
« Les populations des PIED de l’Océan Atlantique et Océan Indien ont accès à une alimentation
saine, suffisante et nutritive d’ici 2030 »

5. OBJECTIFS

L'objectif principal de ce programme sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle est « d’allier


système alimentaire et nutritionnel durable et contribution à la prévention sanitaire de la
population ». En d’autres termes, elle permet de contribuer à l'élimination durable de la faim,
de l'insécurité alimentaire et de toutes les formes de malnutrition, conformément aux
engagements nutritionnels mondiaux et régionaux. En s’alignant aux objectifs du Programme
d’action mondial, ce Programme accélèrera les dispositions à prendre en vie d’améliorer la
sécurité alimentaire et nutritionnelle dans les PEID, afin que ceux-ci puissent s’arrimer aux
Objectifs du Développement Durable (ODD) tel que proposés pour l’horizon 2030.

Le Programme des PEID des Océans Atlantique et Indien vise à disposer des politiques et
stratégies communes dans un premier temps et spécifiques à chaque pays, dans un second
temps.

Les objectifs spécifiques identifiés sont de :


- Mettre en place des conditions favorables à la sécurité alimentaire et à une bonne
nutrition,
- Mettre en place un système alimentaire durable et résilient pour une alimentation saine
et une meilleure nutrition ; et
- Donner aux personnes et aux communautés les moyens d'accéder à la sécurité
alimentaire et à une meilleure nutrition.

24
Ces objectifs ne peuvent être atteints sans une volonté politique forte et une bonne
gouvernance.

Autre objectif d'importance significative est de mettre l'accent sur la gestion durable des
ressources naturelles (agriculture, pêche et élevage) pour la sécurité alimentaire et
nutritionnelle, sur les chaînes de valeur inclusives et sur l'adaptation, et ainsi que la résilience
des systèmes aux effets du changement climatique.

Ces objectifs ne peuvent être atteints à travers des actions d'autonomisation sociale et
économique, et d'interventions ciblées de groupes vulnérables.

Tableau 7 : Les objectifs sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle des PEID de l’Océan
Atlantique et de l’Océan Indien.
Mettre en place des conditions favorables à la sécurité alimentaire et à une
Objectif 1.
bonne nutrition
Mettre en place un système alimentaire durable et résilient pour une
Objectif 2.
alimentation saine et une meilleure nutrition
Donner aux personnes et aux communautés les moyens d'accéder à la
Objectif 3.
sécurité alimentaire et à une meilleure nutrition

5.1 Objectif 1 : Mettre en place des conditions favorables à la sécurité alimentaire et à une
bonne nutrition

Cet objectif propose une vision globale et commune des PEID de l’OA et de l’OI du volet sécurité
alimentaire et nutritionnelle, et complété par un cadre de politique et juridique sur les
questions de sécurité alimentaire et la nutrition dans les Iles africaines.

5.1.1 Engagement politique et gouvernance plus cohérente


La prise de décision dans le domaine de la sécurité alimentaire et nutritionnelle est sous les
auspices des acteurs publics multisectoriels, mais avec une participation active et obligatoire
des autres acteurs impliqués. Ces décideurs doivent s’engager à élaborer une politique
renforcée pour éradiquer la faim, l'insécurité alimentaire et la malnutrition sous toutes ses
formes.

Les actions sont organisées autour de quatre points correspondant à des fonctions ou questions
critiques en relation avec la bonne gouvernance de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, à
savoir :
• l’élaboration des politiques et/ou des stratégies pérennes et fiables dans le but de la
continuité des interventions sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle,
• l’insertion du volet sécurité alimentaire et nutritionnelle dans chaque stratégie liée au
développement rural ;

25
• l’amélioration du système de suivi-évaluation des stratégies adoptées afin que chaque
décideur puisse faire état de ce qui a été fait et de ce qui reste encore à réaliser ; et
• la mise en place d’un Plan national sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Par ailleurs, chaque pays doit prévoir la mise en place à tous les niveaux des mécanismes de
gouvernance, de coordination et de responsabilisation inclusifs pour la sécurité alimentaire et
la nutrition. Il se voit dans l’obligation d’élaborer un plan de sécurité alimentaire et
nutritionnelle s'alignant aux stratégies régionales. Pour les pays qui en disposent déjà, des
améliorations et des amendements doivent se faire dans l’objectif d’une harmonisation avec les
autres PEID des océans Atlantique et Indien. Des efforts doivent être réalisés au niveau des
dirigeants de chaque pays pour allouer un budget convenable et durable pour les dépenses
publiques multisectorielles en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Il a été constaté également la nécessité de procéder à la réforme, au renforcement et à


l’harmonisation des cadres législatifs et institutionnels pour améliorer la sécurité alimentaire
et la nutrition.

Pour mener à bien ces actions, chaque pays doit promouvoir des politiques efficaces et
cohérentes sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle sur la base des directives nationales
pour assurer une meilleure coordination entre tous les acteurs. Il s’agit également de
développer une politique de promotion des produits phares spécifiques à chaque pays pour
améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle et d’accompagner chaque pays dans
l’élaboration de la politique de sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Les politiques et stratégies intersectorielles seront alignées pour maximiser les avantages pour
la sécurité alimentaire et nutritionnelle et, de cette manière, il y aura une approche sectorielle
conjointe de la planification, de la mobilisation des ressources, de la mise en œuvre des projets
et du suivi et évaluation.

26
Tableau 8 : Les résultats attendus et les actions de la composante engagement politique et
gouvernance plus cohérente.
Mettre en place des conditions favorables à la sécurité alimentaire et
Objectif 1. nutritionnelle
Composante 1.1 Engagement politique et gouvernance plus cohérente
1.1.1 Des engagements politiques pour éradiquer la faim, l'insécurité
alimentaire et la malnutrition chronique seront renforcés
1.1.1.1. Elaborer un compact national et régional pour l’engagement des
parties prenantes
1.1.1.2. Elaborer/Mettre à jour les politiques et/ou les stratégies pérennes et
fiables
1.1.1.3. Insérer le volet sécurité alimentaire et nutritionnelle dans chaque
stratégie liée au développement durable
1.1.1.4. Améliorer le système de suivi-évaluation des stratégies adoptées
1.1.1.5. Mettre en place un Plan National sur la sécurité alimentaire et
nutritionnelle
1.1.1.6. Organiser des évènements de plaidoyer sur la sécurité alimentaire et
nutritionnelle
1.1.2 Des mécanismes de gouvernance, de coordination et de
responsabilisation inclusifs pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle sont
en place à tous les niveaux
1.1.2.1. Accroître les dépenses publiques multisectorielles en matière de
sécurité alimentaire et nutritionnelle
1.1.3 Les cadres législatifs et institutionnels sont renforcés et harmonisés pour
améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition
1.1.3.1. Elaborer, mettre à jour, diffuser, et appliquer les textes législatifs et
réglementaires se rapportant à la sécurité alimentaire et nutritionnelle
1.1.3.2. Renforcer et harmoniser les textes réglementaires relatifs à la sécurité
alimentaire et nutritionnelle de tous les PIED
1.1.3.3. Instituer des bureaux de coordination nationale et régionale de la
sécurité alimentaire et nutritionnelle
1.1.4 Des politiques efficaces et cohérentes sont en place pour promouvoir la
sécurité alimentaire et nutritionnelle
1.1.4.1. Établir des directives nationales pour une meilleure coordination entre
tous les acteurs dans chaque pays
1.1.4.2. Développer une politique de promotion des produits phares pour
améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle
1.1.4.3. Accompagner chaque pays dans l’élaboration de la Politique de
sécurité alimentaire et nutritionnelle ou renforcer celles qui existent
1.1.4.4. Établir des politiques commerciales intrarégionales en faveur de la
sécurité alimentaire et nutritionnelle
1.1.4.5. Impliquer les groupes vulnérables dans les processus d'élaboration de
politiques et de stratégies affectant la sécurité alimentaire et
nutritionnelle

27
5.1.2 Renforcement des capacités et des ressources

Il est essentiel que chaque pays alloue un budget conséquent et durable pour les dépenses
publiques multisectorielles en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Le partenariat entre le public et le privé est à développer et à renforcer pour une meilleure prise
en main de la promotion de la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Pour améliorer la balance
de paiement et pour faire diminuer les importations de masse, chaque pays doit faire une
campagne de négociation entre l’Etat et le secteur privé, pour une meilleure collaboration sur
les questions de sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Un des résultats escomptés dans l’optique de renforcement des capacités est orienté aux
capacités humaines et institutionnelles

28
Tableau 9 : Les résultats attendus et les actions à mettre en œuvre de la Composante
renforcement des capacités et des ressources.
Mettre en place des conditions favorables à la sécurité alimentaire et
Objectif 1. nutritionnelle
Composante 1.2 Renforcement des capacités et des ressources
1.2.1 Des investissements accrus dans la promotion de la sécurité alimentaire
et nutritionnelle à travers les systèmes alimentaires
1.2.1.1. Plaidoyer auprès des Partenaires Techniques et Financiers
1.2.1.2. Développer le Partenariat Public Privé pour promouvoir la sécurité
alimentaire et nutritionnelle

1.2.1.3. Mener une campagne de négociation entre l’Etat et le secteur privé sur
la planification des importations

1.2.2 Des capacités humaines et institutionnelles renforcées pour relever les


défis de la sécurité alimentaire et la nutrition dans tous les secteurs pertinents
1.2.2.1. Sensibiliser les acteurs étatiques sur les politiques de la sécurité
alimentaire et la nutrition
1.2.2.2. Sensibiliser les acteurs locaux (organisations communautaires et
chercheurs) sur les défis de la sécurité alimentaire et la nutrition
1.2.2.3. Créer des écoles ou des établissements spécialisés dans le domaine du
développement rural (école d'ingéniorat, lycée agricole, …)
1.2.2.4. Développer un système de partage de connaissance entre îles

1.2.2.5. Soutenir le renforcement des capacités institutionnelles des


associations d'agriculteurs
1.2.2.6. Établir / renforcer les départements de l'alimentation et de la nutrition
dans les ministères sectoriels (ex : agriculture, éducation, protection
sociale et genre, finances, planification, etc.)

5.1.3 Collecte, analyse et diffusion de connaissances, de données et des informations

Une des lacunes du système alimentaire et nutritionnel est l’absence d’une base de données
fiable et pérenne. C’est un système qui permettra de suivre et d’évaluer les informations autour
de la sécurité alimentaire et la nutrition. Des procédures de collecte, d'analyse, de diffusion et
de l'utilisation de données et de connaissances pertinentes au niveau local, y compris la
surveillance, le suivi et l'évaluation seront à élaborer. La validation de ces informations avant
leur diffusion sera attribuée à un conseil interpays qui pourra être considéré comme une
plateforme multisectorielle au niveau régional.

Les informations à collecter sur la sécurité alimentaire et la nutrition, à titre non exhaustif,
seront axées sur la qualité et le nutriment, la tendance générale, la consommation, la
disponibilité, et le prix des denrées alimentaires. Ces informations doivent être harmonisées
tant sur le point de vue méthodologie de collecte, d’analyse et de diffusion des données. Des

29
mesures spécifiques seront étudiées pour les différentes modalités d'application du système
d'information. Par ailleurs, il est suggéré d’établir une plate-forme intrarégionale d'échange de
connaissances, d'informations et d'expériences. Une capitalisation et une diffusion des bonnes
pratiques politiques et techniques améliorant la sécurité alimentaire et la nutrition est une des
meilleures actions rapides et efficaces. Les informations sur la sécurité alimentaire et la
nutrition doivent faire l’objet des rapports périodiques publiés en trois versions (française,
anglaise et portugaise) en se conférant aux objectifs fixés par l’ODD.

Tableau 10 : Les résultats attendus et les actions à mettre en œuvre de la composante collecte,
analyse et diffusion de connaissances, de données et des informations.
Objectif 1. Mettre en place des conditions favorables à la sécurité alimentaire et à une
bonne nutrition
1.3 Collecte, analyse et diffusion de connaissances, de données et des
Composante informations
1.3.1. Un système d'information fiable et pérenne est créé. Celui-ci incluant la
collecte, l'analyse, la diffusion et l'utilisation de données et de connaissances
pertinentes au niveau local, y compris la surveillance, le suivi et l'évaluation

1.3.1.1. Mettre en place une plateforme multisectorielle au niveau régional


1.3.1.2. Mettre en place au niveau pays et région un système d'information
alimentaire et nutritionnelle qui diffuse en temps réel : qualité et
nutriment, tendance, consommation, disponibilité, et prix
1.3.1.3. Mettre en place une modalité uniforme d'application du système
d'information dans les Iles africaines
1.3.1.4. Harmoniser la méthodologie de collecte, d’analyse et de diffusion des
données
1.3.1.5. Établir une plate-forme d'échange de connaissances, d'informations et
d'expériences intrarégionale
1.3.1.6. Publier périodiquement les rapports sur la réalisation des stratégies
nationales et/ou régionales en matière de sécurité alimentaire et
nutritionnelle en se conférant aux objectifs fixés par l’ODD

5.2 Objectif 2 : Mettre en place un système alimentaire durable et résilient pour une
alimentation saine et une meilleure nutrition

Cet objectif détermine les conditions minimales requises pour avoir un meilleur système
alimentaire efficace, durable et adaptable au contexte des PEID des océans Atlantique et Indien.
Il fixe la voie à suivre pour atteindre le défi de mettre à la disposition du marché (national et
local) plus de produits vivriers sains, équilibrés, nutritifs et abordables à la population sans
distinction mais avec plus de regard aux démunis et aux vulnérables. Il s’agit de l’augmentation
de la production, de la transformation des produits, de la conservation, de la distribution et la
consommation. Les trois sous-secteurs concernés sont l’agriculture, la pêche et l’élevage.

30
Chaque pays doit avoir un système alimentaire et nutritionnel s’adaptant à son contexte
climato-géographique. Parfois le contexte politique pourrait également, selon les priorités
nationales, influencer le système alimentaire et nutritionnel. En d’autres termes, beaucoup de
PEID de l’OA et de l’OI préfèrent développer le tourisme à la place de l’agriculture (incluant
pêche et élevage) et opter pour une importation de masse des produits alimentaires. Ce qui a
modifié le comportement alimentaire de la population et a eu comme conséquence un
déséquilibre tant en quantité qu’en qualité (état nutritionnel) se traduisant, soit par l’apparition
des maladies non transmissibles comme le diabète ou l’obésité pour l’excès alimentaire ou
comme l’émaciation et la carence en micronutriment (essentiellement vitamine A, fer, zinc et
calcium) voire à un taux élevé de mortalité chez les enfants de moins de 5 ans.

Un système alimentaire orienté à l’augmentation des produits vivriers au niveau de chaque pays
doit tenir compte des modes d’exploitation des ressources. Elles peuvent être de type
contemplatif, artisanal, industriel et pratiqué individuellement par le producteur ou par des
associations ou des groupements de producteurs. Il est impératif de prendre en compte
l’approche genre, important facteur d’équité, de meilleure nutrition, et de succès des
programmes sur les chaines de valeur.

Vu l’immensité de la superficie des Zones Economiques Exclusives de chaque pays, le secteur de


la pêche doit être développé sous toutes ses formes (traditionnelle, artisanale, semi-industrielle
et l’aquaculture).

5.2.1 Gestion et utilisation durables des océans et des mers et de leurs ressources pour
la sécurité alimentaire et la nutrition

« La mer est notre terre », disait-on dans les îles ! Le secteur pêche est donc le secteur
prioritaire pour la sécurité alimentaire et la nutrition.
La pêche continentale est exclue de cette nouvelle programmation, dans la mesure où elle n’est
pas durable et viable pour les Iles. En effet, presque tous les PEID de l’OA et de l’OI souffrent
d’un problème de disponibilité en eau douce utilisée pour les besoins de la population et des
animaux ainsi que pour l’irrigation de l’agriculture. Il est donc suggéré de ne pas développer le
secteur de la pêche continentale au risque d’avoir une ressource en eau riche en nitrate et
nitrite. Les ressources issues des océans et des mers doivent être gérées durablement et
utilisées pour la sécurité alimentaire et la nutrition.

Généralement, les pêcheurs, faute de moyen de pêche efficace, exploitent les ressources près
des côtes et qui sont devenues surexploitées. Pour remédier à ce genre de problème, le
développement de la pêche artisanale et de la pêche semi-industrielle sur de nouvelles
ressources peu ou pas exploitées est à recommander. Cette possibilité d’extension de la zone de
pêche peut être associée avec la pêche autour des Dispositifs de Concentration de Poisson à

31
travers une technique de pêche améliorée par l’utilisation des embarcations motorisées et à
une possibilité de pêche hors du lagon. Pour la pêche industrielle, une amélioration de la
sécurité alimentaire et nutritionnelle se traduit à travers la transformation des produits (cas des
Seychelles et de Maurice).

Toutefois, la gestion durable et pérenne des ressources doit reposer sur la disposition de chaque
PEID d’un plan de gestion écosystémique sur les ressources prioritaires que proposait la FAO. En
termes de développement du secteur, plusieurs activités pourront être menées : gestion
rationnelle des stocks par la mise en place d’un nouveau système de gestion, de la création de
nouvelles infrastructures ayant donné des résultats palpables au niveau de certains pays telles
que les débarcadères, les chambres froides, les fabriques de glace, … Le système de Vessel
Monitoring System (ou VMS) est déjà systématique et obligatoire pour la pêche industrielle, il
doit être également suivi par la pêche artisanale et semi-industrielle. Néanmoins, pour
développer ces deux derniers types de pêcheries, l’Etat doit favoriser l’accès aux crédits.

32
Tableau 11 : Les résultats attendus et les actions à mettre en œuvre de la composante gestion
et utilisation durables des océans et des mers.
Mettre en place un système alimentaire durable et résilient pour une
Objectif 2. alimentation saine et une meilleure nutrition
2.1 Gestion et utilisation durables des océans et des mers et de leurs
Composante ressources pour la sécurité alimentaire et la nutrition
2.1.1. Les océans et les mers et leurs ressources sont gérés durablement et
utilisées pour la sécurité alimentaire et la nutrition
2.1.1.1. Développer la pêche artisanale sur de nouvelles ressources peu ou pas
exploitées
2.1.1.2. Développer la pêche semi-industrielle
2.1.1.3. Elaborer des Plans de gestion durable écosystémique des ressources
marines
2.1.1.4. Adopter des technologies modernes et efficientes pour la pêche
artisanale
2.1.1.5. Adopter des technologies modernes et efficientes pour la pêche semi-
industrielle
2.1.1.6. Mettre en place des aires marines protégées par type de pêcherie
2.1.1.7. Améliorer les techniques de pêche dépassées
2.1.1.8. Mettre en place un système de gestion des stocks menacés
2.1.1.9. Améliorer les infrastructures de pêche (débarcadère, chambre froide,
…)
2.1.1.10. Mettre en place des unités de pêche reflétant une économie
intelligente
2.1.1.11. Elaborer un programme conjoint de surveillance des espèces
communes à plusieurs îles et/ou continent
2.1.1.12. Introduire le système VMS pour le suivi de la pêche artisanale
2.1.1.13. Favoriser l’accès au crédit pour promouvoir la pêche de type semi-
industriel
2.1.1.14. Mettre en place un système commun de gestion de stock des grands
migrateurs au niveau de chaque Océan
2.1.1.15. Elaborer un programme de développement de la mariculture
2.1.1.16. Promouvoir la mariculture
2.1.1.17. Promouvoir l'intersectorialité du secteur à travers le processus
économie bleue
2.1.1.18. Promouvoir la consommation des produits d’origine halieutique
2.1.1.19. Mener des recherches liées à la sécurité alimentaire et nutritionnelle

5.2.2 Gestion durable et utilisation des ressources pastorales pour l'alimentation


Les ressources provenant de l'élevage doivent être gérées durablement et utilisées pour la
sécurité alimentaire et la nutrition.

Les produits d'élevage sont une bonne source de protéines. Les ménages ruraux et suburbains
peuvent grandement bénéficier de l'élevage des animaux de ferme, et de l'utiliser comme
source de nourriture ou pour compléter le revenu du ménage. Bien sûr, l'élevage et l'utilisation

33
du bétail et de ses produits sont très influencés par la culture, la tradition et la religion qui
détermineront en fin de compte l'étendue et le type de développement de ce sous-secteur.

Ce programme peut être très utile pour fournir une capacité technique aux producteurs, aux
chercheurs et à de nombreux autres acteurs tout au long de la chaîne de valeur et pour
introduire de nouveaux sous-secteurs ayant un potentiel.

En raison du taux élevé de consanguinité des animaux d'élevage dans les États insulaires, ce
programme peut aider à améliorer la génétique des animaux d'élevage et à fournir des
capacités de production connexes, y compris des pratiques d'élevage et d'alimentation. Un
autre défi insulaire concerne les services vétérinaires et la fourniture de soins de santé aux
animaux d'élevage. De nombreux produits de santé doivent être importés et associés au fait
que certains d'entre eux ont une courte durée de conservation, cela signifie que ces produits ne
sont pas toujours disponibles, et s'ils le sont, ils pourraient expirer.

Une attention particulière devrait donc être accordée à l'amélioration des services vétérinaires
et techniques impliqués dans le développement du secteur, à la fourniture de laboratoires
standardisés, au renforcement de la biosécurité liée à l'élevage afin de juguler les épidémies et
de mettre en place des unités de transformation adaptées au contexte local et accessibles aux
fermiers.

Tableau 12 : Les résultats attendus et les actions à mettre en œuvre de la composante gestion
durable et utilisation des ressources pastorales
Mettre en place un système alimentaire durable et résilient pour une
Objectif 2. alimentation saine et une meilleure nutrition

Composante 2.2 Gestion durable et utilisation des ressources pastorales pour l'alimentation
2.2.1. Les ressources provenant de l'élevage sont gérées durablement et
utilisées pour la sécurité alimentaire et la nutrition
2.2.1.1. Développer et mettre à l’échelle l'élevage à cycle court
2.2.1.2. Professionnaliser les éleveurs aux filières s'adaptant au contexte du
pays
2.2.1.3. Améliorer les techniques d'élevage
2.2.1.4. Favoriser l’accès au crédit pour promouvoir l’élevage
2.2.1.5. Améliorer l'alimentation des animaux par la mise en place des unités
de provenderie
2.2.1.6. Mettre en place une politique de développement de la culture
fourragère
2.2.1.7. Développer les filières phares (apiculture, aviculture, …)
2.2.1.8. Améliorer les capacités de production des produits destinés aux
animaux (génétique, habitat, …)
2.2.1.9. Améliorer la couverture sanitaire des animaux
2.2.1.10. Renforcer la capacité des services vétérinaires et des techniciens
2.2.1.11. Mettre en place des laboratoires adéquats pour le suivi sanitaire des
animaux
2.2.1.12. Elaborer un programme de renforcement de capacité des éleveurs
34
axé sur la commercialisation et les chaînes de valeur
2.2.1.13. Renforcer la biosécurité pastorale pour réduire les risques liés aux
épidémies
2.2.1.14. Mettre en place des unités de transformation et de conservation (lait,
fromage, …)
2.2.1.15. Mettre en place de nouvelles infrastructures sanitaires animales
2.2.1.16. Mener des recherches liées à la sécurité alimentaire et nutritionnelle

1.1.1. Gestion et utilisation durables des ressources terrestres pour la sécurité alimentaire et
la nutrition

L’agriculture ne doit pas être négligée pour l’amélioration de la sécurité alimentaire et


nutritionnelle. Elle se positionne au second rang avec l’élevage, la pêche étant le secteur
prioritaire. Les ressources provenant de l’agriculture doivent être ainsi gérées durablement et
utilisées pour la sécurité alimentaire et la nutrition.

Les pays doivent adopter une approche écosystémique pour les techniques culturales. Il s’agit à
titre d’exemples de la culture de contre saison ou de la culture rotative (exploitation d’un même
terrain mais culture de différentes espèces végétales en fonction de la saison (céréale puis
légumineuse).

Depuis 2010 la FAO a développé le concept et a promu l'Agriculture Intelligente face au climat
(Climate Smart Agriculture). Cette approche vise à créer les conditions techniques, politiques et
financières pour parvenir à un développement agricole durable favorisant la sécurité
alimentaire dans le contexte du changement climatique. Des recommandations portent
également sur la nécessité de favoriser la nécessité de l’accès au crédit et à l’insertion des
jeunes dans le domaine. Vu la vétusté des infrastructures existantes, des rénovations ou de
nouvelles constructions seront nécessaires. En parallèle avec ces activités, les techniciens du
secteur doivent recevoir des renforcements de capacité pour améliorer la productivité.

Au niveau des sols pauvres ou à pente, des efforts seront à déployer pour favoriser
l'agroécologie selon le contexte de chaque pays à travers l’agriculture de conservation, une des
techniques phares de l’agriculture intelligente face au climat, qui consiste à un travail minimum
du sol et à une protection des bassins versant.

Des expériences réussies dans le monde pour la protection des bassins versant doivent
valorisées et appliquées dans les PEID OA et OI. Afin d'éviter une destruction du couvert végétal
et une remise en mouvement des terrains en pente ou de la partie côtière ouverte au public, il
est nécessaire d’adopter une politique cohérente de protection de la part des collectivités
territoriales. Cette politique se résume à la remise en état des secteurs dégradés par l’érosion
(partie terrestre) ou par la déflation (partie côtière) et au reprofilage du bourrelet, à la pose de
brise-vent par le reboisement des essences à racine profonde comme le vétiver ou des essences

35
forestières adaptées comme les filaos. Cette protection permettra non seulement de protéger le
terrain contre l’érosion mais permettra également de procéder à l’extensification des terrains de
culture ou d’élevage.

L’agriculture doit opter à l’optimisation des intrants (semence améliorée, engrais selon les doses
requises, mécanisation, bio pesticides, valorisation des déchets des animaux pour la fabrication
du compost, …) et les conséquences se traduisent par un très faible rendement des cultures
vivrières au niveau national. Les dirigeants de chaque pays doivent faire un effort distinctif pour
mettre à la disposition des agriculteurs leurs besoins en intrants agricoles. La lutte biologique
est à conseiller à la place des luttes chimiques par l’utilisation abusive des pesticides.

En ce qui concerne le secteur de la production animale, l'agriculture urbaine et suburbaine


devrait être renforcée. Les jardins potagers utilisant des sacs ou toute parcelle disponible sont
considérés comme l'une des meilleures solutions qui contribuent non seulement à
l'amélioration de la disponibilité des aliments, mais peuvent aussi être une source de revenus
supplémentaires pour les ménages pratiquant l'agriculture périurbaine, y compris les cultures
hydroponiques simples. La mécanisation dans les PEID doit prendre en compte la petite taille
des exploitations et des jardins de basse-cour et doit être adaptée pour répondre aux besoins
spécifiques des systèmes agricoles insulaires et à l'adoption de bonnes pratiques agricoles
(BPA). Des services de vulgarisation appropriés seront cruciaux pour le succès global de ce
programme.

Les pertes après récolte affectent sérieusement la productivité. Les interventions post-récolte
devraient idéalement se dérouler de la ferme à la table tout au long de la chaîne de valeur. Il
comprend la récolte, le transport, le séchage, la conservation, la commercialisation et la
consommation. La réduction des pertes après récolte contribue à améliorer la disponibilité de
la nourriture. Les transports sont un secteur qui joue un rôle important pour la sécurité
alimentaire et nutritionnelle et, en particulier, pour les PEID, car ils sont dispersés dans de
vastes zones océaniques. Il s'agit à la fois de transport de produits entre les îles du même
archipel ou de moyen de communication et de commerce avec l'île ou le continent voisin.
Chaque pays devrait donc prendre en compte l'importance du secteur des transports lors de
l'élaboration du programme d'action au niveau national.

36
Tableau 13 : Les résultats attendus et les actions à mettre en œuvre de la composante gestion
et utilisation durables des ressources terrestres.
Mettre en place un système alimentaire durable et résilient pour une
Objectif 2. alimentation saine et une meilleure nutrition
2.3 Gestion et utilisation durables des ressources terrestres pour la sécurité
Composante alimentaire et la nutrition
2.3.1. Les ressources terrestres sont gérées durablement et utilisées pour la
sécurité alimentaire et la nutrition
2.3.1.1. Développer des technologies innovantes et adaptées aux Iles
2.3.1.2. Promouvoir l'Agriculture Intelligente face au climat (Climate Smart
Agriculture)
2.3.1.3. Favoriser l’accès au crédit à tous les acteurs de la chaîne de valeur
2.3.1.4. Encourager l’insertion des jeunes dans les activités agricoles tout au
long de la chaîne de valeur
2.3.1.5. Mettre en place des infrastructures adéquates pour l’aménagement
des bas-fonds
2.3.1.6. Renforcer la capacité de tous les acteurs pour améliorer la productivité
durable des ressources naturelles
2.3.1.7. Favoriser l'agroécologie selon le contexte de chaque pays, à travers
l’approche écosystémique
2.3.1.8. Instituer des mesures de protection les bassins versants
2.3.1.9. Développer les compétences des services agricoles pour l’appui aux
producteurs
2.3.1.10. Optimiser l’utilisation des intrants efficaces (Intensification) et
valoriser les déchets des animaux (compostage)
2.3.1.11. Encourager l’usage des biopesticides et des pesticides naturels
2.3.1.12. Décourager l’utilisation abusive des pesticides synthétiques
2.3.1.13. Favoriser l'agriculture urbaine et périurbaine par la promotion du
système hydroponique
2.3.1.14. Mener des campagnes de sensibilisation sur l'intérêt de la pratique de
culture de contre saison
2.3.1.15. Promouvoir les technologies et pratiques post récoltes
2.3.1.16. Améliorer la politique d’accès à la terre favorable à l’agriculture
2.3.1.17. Promouvoir la mécanisation adaptée au contexte des PEID
2.3.1.18. Mettre à l'échelle les bonnes pratiques agricoles à travers une
approche écosystémique
2.3.1.19. Mener des recherches sur l’usage durable des ressources naturelles
liées à la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans les PIED.

5.2.4 Des chaînes de valeur inclusives et efficaces prenant en compte la dimension


nutritionnelle

La priorité des chaines de valeurs basées sur l’agriculture est de créer une croissance agricole
durable et inclusive pour améliorer la sécurité alimentaire des plus pauvres et vulnérables et
pour réduire la pauvreté et la sous-nutrition. Ainsi, l’accès et la participation des petits

37
exploitants et des petites entreprises aux chaînes de valeur prenant en compte la dimension
nutrition sont accrus. L’obtention de résultats nutritionnels positifs nécessite de prendre en
compte non seulement la manière dont les aliments sont produits, mais aussi la manière dont
ils sont transformés, distribués, commercialisés et consommés, cet ensemble constituant un
processus généralement désigné par le terme ‘’Chaîne de Valeur’’23. Ce concept de chaînes de
valeur est encouragé pour améliorer le soutien et les encouragements institutionnels pour une
meilleure disponibilité nutritionnelle. Il constitue par ailleurs l’un des axes prioritaires d’un
système alimentaire. La participation de l’approche genre (incluant les jeunes entrepreneurs
ruraux et les femmes) est à encourager dans les chaînes de valeur prenant compte de la
dimension nutrition.

L'intégration de la dimension de genre est encouragée dans la chaîne de valeur avec un accent
particulier sur la dimension nutritionnelle. Les femmes et les jeunes représentent des groupes
de genre clés pour la valorisation des produits agricoles bruts ou transformés. Déjà sur
certaines îles, les femmes et les jeunes produisent du poisson séché, des produits de la
minoterie et des produits laitiers.

L'agrotourisme est un concept qui pourrait être bien adapté aux environnements insulaires
dans lesquels les touristes en visite peuvent découvrir la culture et le mode de vie des peuples
de l'île à travers la cuisine et d'autres activités basées sur la nourriture. Ainsi, chaque pays de ce
programme devrait promouvoir l'agrotourisme.

Dans de nombreux pays où la superficie utilisée pour l'agriculture est assez grande et où le
secteur est composé de nombreux agriculteurs utilisant des technologies de production
modernes, ils s'associent aux petits agriculteurs pour créer un système d'agriculture
contractuelle garantissant un approvisionnement cohérent et fiable aux acheteurs à grande
échelle. Le secteur privé joue donc un rôle important pour le développement du secteur
agricole. Les petits agriculteurs devraient être encouragés à gravir la chaîne de valeur.

Au sein de la chaîne de valeur, il devrait y avoir une possibilité de collaboration interrégionale


lorsque les PEID voisins, ou avec des pays plus grands, peuvent investir à travers des
arrangements bilatéraux à n'importe quel point de la chaîne de valeur où cela est possible.
En raison des économies d'échelle, l'enrichissement des aliments à grande échelle est difficile
dans les PEID, cependant, il existe de nombreuses possibilités de sensibilisation et de
sensibilisation à une alimentation saine dans la population et aux processus d'enrichissement
des aliments à petite échelle.

La protection des consommateurs est importante dans les PEID. Il ne sera peut-être pas
possible pour tous les PEID d'établir des laboratoires élaborés pour des tests alimentaires

23FAO, FIDA, PAM et Bioversity International) Comment faire en sorte que les chaînes de valeur contribuent à améliorer la
nutrition ? 2017

38
complexes, mais il existe des possibilités de collaboration et d'établissement de centres et de
laboratoires d'experts régionaux.

La productivité et l'efficacité des chaînes de valeur inclusive et prenante en compte la


dimension nutrition sont augmentées. Il s’agit ici de promouvoir l'utilisation de nouvelles
technologies disponibles dans le secteur agricole.

39
Tableau 14 : Les résultats attendus et les actions à mettre en œuvre de la composante chaînes
de valeur
Mettre en place un système alimentaire durable et résilient pour une
Objectif 2. alimentation saine et une meilleure nutrition
2.4 Des chaînes de valeur inclusives et efficaces prenant en compte la
Composante dimension nutritionnelle
2.4.1. L'accès et la participation des petits exploitants et des petites
entreprises aux chaînes de valeur prenant en compte la dimension nutrition
sont accrus
2.4.1.1. Améliorer le soutien et les encouragements institutionnels pour une
meilleure disponibilité nutritionnelle
2.4.1.2. Encourager l'approche genre (incluant les jeunes entrepreneurs ruraux
et les femmes) dans les chaînes de valeur prenant compte de la
dimension nutrition
2.4.1.3. Explorer les possibilités de développer l’agrotourisme
2.4.1.4. Promouvoir des processus de transformation des produits périssables
2.4.1.5. Développer l'agriculture contractuelle
2.4.1.6. Développer le partenariat avec les îles ou pays voisins
2.4.1.7. Mettre en place des infrastructures de traitement, de transformation,
de stockage des produits Agricoles
2.4.1.8. Favoriser la fortification alimentaire par le secteur privé
2.4.1.9. Développer le lien entre le commerce et la nutrition
2.4.1.10. Promouvoir la labellisation des produits au niveau du commerce
national et international
2.4.2. La productivité et l'efficacité des chaînes de valeur inclusive et prenant
en compte la dimension nutrition sont augmentées
2.4.2.1. Promouvoir l'utilisation de nouvelles technologies disponibles dans le
secteur agricole

5.2.5 Adaptation au changement climatique et la résilience pour la sécurité


alimentaire et la nutrition

Les PEID de l’OA et de l’OI sont très vulnérables aux changements climatiques. Une résilience
accrue des systèmes alimentaires et des communautés face aux changements climatiques,
aux catastrophes et aux chocs. L’absence d’alerte précoce est constatée presque dans tous ces
pays. La mise en place d’un système « early warning » au niveau de chaque pays est ainsi très
urgente. L’Etat et ses producteurs doivent comprendre le changement climatique.

En raison de la petite taille des États insulaires, il peut ne pas être possible d'avoir un système
d'alerte précoce distinct pour le secteur agricole et, par conséquent, devrait être une
composante du système national. Ce programme peut aider les pays à identifier leurs besoins
agricoles spécifiques dans le cadre d'un système national d'alerte précoce et aider davantage à
la conception et à l'intégration dans le système national. Certains aspects de la conception
pourraient cibler l'adaptation et améliorer la résilience, la mise à l'échelle de la multiplication

40
des variétés de cultures à haute valeur nutritive et s'adaptant aux changements climatiques doit
être réalisée dans un très court terme et ceci en mobilisant les organisations communautaires
dans la sensibilisation des habitants sur les risques du changement climatique. La population se
trouvant dans un endroit vulnérable aux catastrophes naturelles (inondation, sécheresse,
augmentation du niveau de la mer, …) doit trouver un lieu de refuges. Ces catastrophes sont en
général suivies par des maladies diarrhéiques aiguës, dont notamment le choléra, dues à
l’ingestion d’eau ou d’aliments contaminés. Des mesures de précaution sur la santé, notamment
mères et enfants, et l'assainissement sont ainsi à prendre avec beaucoup de considérations.

Comme presque tous les pays des PEID ont un problème de potabilité de l’eau, un programme
de mise en place d'infrastructure d'eau potable doit être élaboré.

Tableau 15 : les résultats attendus et les actions à mettre en œuvre de la composante


adaptation au changement climatique et la résilience.
Mettre en place un système alimentaire durable et résilient pour une
Objectif 2. alimentation saine et une meilleure nutrition
2.5 Adaptation au changement climatique et la résilience pour la sécurité
Composante alimentaire et la nutrition
2.5.1. Une résilience accrue des systèmes alimentaires et des communautés
face aux changements climatiques, aux catastrophes et aux chocs
2.5.1.1. Mettre en place un système early warning au niveau de chaque pays
2.5.1.2. Mettre en place un système de modélisation du changement
climatique
2.5.1.3. Renforcer le développement et la mise en œuvre de plan d'adaptation
local et l'utilisation des techniques et technologies résilientes
2.5.1.4. Mettre à l'échelle la multiplication des variétés de cultures à haute
valeur nutritive et s'adaptant aux changements climatiques
2.5.1.5. Mobiliser les organisations communautaires dans la sensibilisation des
habitants sur les risques du changement climatique
2.5.1.6. Identifier des zones de refuges des communautés
2.5.1.7. Prendre des mesures de précaution sur la santé, notamment des mères
et enfants, et l'assainissement
2.5.1.8. Elaborer un programme de mise en place d'infrastructure d'eau
potable

5.3 Objectif 3 : Donner aux personnes et aux communautés les moyens d'accéder à la sécurité
alimentaire et à une meilleure nutrition

Les pays PEID de l’OA et de l’OI ont toujours tendance à se procurer des aides provenant de
l’extérieur ou des importations de produits vivriers et ce qui entraîne parfois une conséquence
notable sur les prix des produits vivriers provenant de l’extérieur qui sont moins chers que ceux
qui sont produits localement. Ce principe ne permet pas de pérenniser le système alimentaire
de chaque pays car il est parfois aggravé par le passage des catastrophes naturelles, entre autres

41
les cyclones, l’inondation, la montée du niveau de la mer, les vents forts, … Il est urgent que les
dirigeants des pays PEID OA et OI décident de procéder à l’appui direct sur les moyens de
production des producteurs dans les moyen et long termes, l’aspect protection sociale est un
levier qui permet à la communauté de se relever, et non créer de la dépendance. Il s’agit de la
sécurisation foncière de leur terrain de culture, de leur fournir les services optima utiles et
nécessaires (formation, recherche, appui financier à travers des agences de microfinances, …) et
ceci sans distinction de genre incluant les femmes, les jeunes et les enfants.

Les pauvres et les vulnérables sont considérés en priorité pour ce genre d’appui. A cet effet, de
nouvelles orientations basées sur le renforcement des moyens d’accéder à la sécurité et à une
meilleure nutrition doivent se faire à travers des politiques et de stratégies d’augmentation de la
production incluant la considération inclusive et participative des vulnérables et des pauvres.
L’Etat ne doit pas se contenter des aides mais doit les considérer comme un moyen de
subsistance avant l’atteinte d’une croissance de développement stable et efficace pour assurer
la sécurité alimentaire et nutritionnelle de la population.

Au niveau des pays à risques élevés aux catastrophes naturelles, des stratégies doivent être
élaborées pour améliorer la résilience de la population aux chocs. Ces stratégies tiendront
compte des interventions à réaliser avant, pendant et après le passage des catastrophes.

5.3.1 Autonomisation sociale et économique

A travers les chaînes de valeur, les pauvres démunis et les vulnérables doivent pouvoir accéder
aux connaissances, ressources, services, marchés, opportunités d'emploi et de revenu
décents, en particulier chez les jeunes et les femmes. Les dirigeants avec l’appui de ses
partenaires techniques et financiers agiront sur la nécessité d’améliorer le taux de pénétration
de l’accès au crédit et de trouver une meilleure solution sur le taux d’intérêts à appliquer. Les
agences de microfinances seront à répartir non seulement dans les zones urbaines mais
également dans les zones rurales. Mais avant cette intervention, des efforts sont à déployés
pour augmenter la disponibilité et l’accessibilité aux aliments riches en micronutriments. La
promotion de la production et de la consommation des aliments locaux riches en nutriments est
à faire.
Par ailleurs, dans le temps et dans l’espace, chaque pays doit identifier la période d’affluence
des produits vivriers et la période dite de soudure où la population souffre d’une quantité
suffisante alimentaire et d’une qualité nutritionnelle requise au cours de l’année. Cette action
rentrera dans l’optique de la diversification des activités professionnelles des producteurs, qui
non seulement améliorera leur revenu mais leur rendra résilient pendant la mauvaise période
dite de soudure. La diversification des activités pourra se faire au sein d’un même sous-secteur
(diversification de cultures, transformation des produits, …) ou avec d’autres sous-secteurs (par
exemple cultures associées avec d’autres activités de pêche ou d’élevage).

42
Les personnes vulnérables doivent être intégrées aux Activités Génératrices de Revenus. Cette
action sera réalisée en parallèle avec l’élaboration des programmes d’activités relatives à la
sécurité alimentaire et nutritionnelle tenant compte de l’aspect genre. Les produits vivriers ne
devront pas vendus à l’état brut mais doivent avoir une valeur ajoutée ce qui améliorerait les
revenus des femmes et des vulnérables. A titre d’exemples, les produits de pêche non
consommés doivent subir une légère transformation comme le salage et le fumage, ce qui
augmentera non seulement la durée de conservation mais les rendra disponible pendant les
périodes de mauvais temps où la sortie en mer est impossible.

Toutefois, les actions avec les producteurs déjà organisés sont faciles à intervenir pour leur mise
en œuvre et pour leur suivi et évaluation. L’Etat doit agir à la sensibilisation des producteurs à
s’organiser en groupement ou en association ou en coopérative. Les services rendus seront pour
plusieurs bénéficiaires et non pour quelques ménages.

Des actions seront lancées pour donner les possibilités des populations vulnérables à l'accès aux
ressources (foncier, zone de pêche, eau potable, …). C’est un minimum vital de développement
de ces groupes de population pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Concernant le volet formation en particulier, la formation en cascade est à conseiller. Dans un


premier temps, il faut former des formateurs sur la sensibilisation du système alimentaire et
nutritionnel et la responsabilité des membres du ménage. Ce processus est déjà connu dans le
domaine de développement et de la sécurité alimentaire. La valorisation des acquis au niveau
de chaque pays est à réaliser.

43
Tableau 16 : Les résultats attendus et les actions à mettre en œuvre de la composante
autonomisation sociale et économique.
Donner aux personnes et aux communautés les moyens d'accéder à la sécurité
Objectif 3. alimentaire et à une meilleure nutrition
Composante 3.1 Autonomisation sociale et économique
3.1.1. L'accès des pauvres des zones rurales et urbaines aux connaissances,
ressources, services, marchés, opportunités d'emploi et de revenu décents, en
particulier chez les jeunes et les femmes est amélioré
3.1.1.1. Augmenter la disponibilité et l’accès aux aliments riches en
micronutriments
3.1.1.2. Promouvoir la production et la consommation des aliments locaux
riches en nutriments
3.1.1.3. Encourager les agriculteurs et les pêcheurs à travailler au sein d’une
organisation
3.1.1.4. Améliorer l'accès au crédit avec un taux attractif
3.1.1.5. Supporter la diversification des activités professionnelles des
producteurs
3.1.1.6. Intégrer les personnes vulnérables aux Activités Génératrices de
Revenus
3.1.1.7. Elaborer des programmes d’activités relatives à la sécurité alimentaire
et nutritionnelle tenant compte de l’aspect genre
3.1.1.8. Mettre en place des organisations de producteurs
3.1.1.9. Donner les possibilités aux populations vulnérables à accéder aux
ressources (foncier, zone de pêche, eau potable, …)
3.1.1.10. Former des formateurs sur la sensibilisation du système alimentaire
et nutritionnel et la responsabilité des ménages

5.3.2 Accès et efficacité des programmes de protection sociale prenant compte de la


dimension nutrition

La protection sociale pourra se faire à l’aide de plusieurs méthodes en collaboration avec les
partenaires concernés sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle, à savoir l’HIMO ou Haute
Intensité de Main d’œuvre, l’ACTP ou l’Argent Contre Travail Productif, mais il y a également les
Paiements d’argent/coupons aux individus/ménages vulnérables pour atteindre les objectifs
humanitaires et de développement liés à l’agriculture, à la sécurité alimentaire et nutritionnelle
et au renforcement de la résilience. Cette dernière démarche initiée par la FAO depuis 2012 se
réalisera à partir d’une stratégie spécifique à la nutrition prenant en compte la possibilité de
faire des projets de cash plus ou cash conditionnel pouvant réduire l’insécurité alimentaire et
satisfaire les besoins de base des situations humanitaires, rétablissement et développement. Il
est classé de conditionnel car l’argent est distribué si le bénéficiaire accomplit une action liée au
développement de son capital humain (exemples prise en charge scolaire des enfants,
assurance des visites régulières au centre de santé ou suivi d’un séminaire sur la nutrition) ou
de non conditionnel car le bénéficiaire reçoit le transfert monétaire sans satisfaire aucune
condition (cas des plus vulnérables et des démunis). La méthode Food Voucher pourra être
44
également une méthode efficace. Il s’agit de distribuer des coupons contre l’acquisition de
vivres ou une possibilité d’accès aux intrants ou aux services. Toutes ces différentes approches
doivent être élaborées pour les vulnérables (jeune, femmes, ...) surtout après un choc.

Les jeunes au niveau des PEID couvrent un pourcentage élevé de la population. Pour améliorer à
la fois les conditions de scolarisation et la nutrition des enfants fréquentant les écoles publiques
et/ou privées, des programmes ou projets de cantine scolaire permettant d'améliorer l'accès à
des éléments riches en nutriment sont à élaborés et mis en œuvre. Par ailleurs, il faut
encourager et soutenir les initiatives communautaires visant à améliorer la sécurité alimentaire
et la nutrition, y compris les programmes de jardinage et d'alimentation scolaire.

Tableau 17 : Les résultats attendus et les actions à mettre en œuvre de la composante


programme de protection sociale prenant en compte la dimension nutrition.
Donner aux personnes et aux communautés les moyens d'accéder à la sécurité
Objectif 3. alimentaire et à une meilleure nutrition
3.2 Programmes de protection sociale prenant en compte la dimension
Composante nutrition
3.2.1. Améliorer l'accès et l'efficacité des programmes de protection sociale
prenant compte de la dimension nutrition sont améliorés
3.2.1.1. Elaborer une stratégie de protection sociale sensible à la nutrition qui
tient compte la possibilité de faire des projets de cash plus ou cash
conditionnel
3.2.1.2. Elaborer des projets de cash transfert pour les vulnérables (jeune,
femmes, etc.) après un choc
3.2.1.3. Elaborer et mettre en œuvre des programmes ou projets de cantine
scolaire permettant d'améliorer l'accès à des éléments riches
3.2.1.4. Promouvoir les initiatives communautaires visant à améliorer la
sécurité alimentaire et la nutrition, y compris les programmes de
jardinage et d'alimentation scolaire

5.3.3 Interventions et services communautaires ciblés pour prévenir et traiter la


malnutrition chronique sous toutes ses formes

Chaque pays doit identifier les interventions et les services communautaires ciblés pour
prévenir et traiter la malnutrition sous toutes ses formes et de faciliter l’accès à la demande, en
particulier chez les enfants et les femmes en âge de procréer, les adolescents et les jeunes. Cette
action permettra de prendre en considération la malnutrition sous toutes ses formes comme un
élément clé à résoudre pour atteindre une sécurité alimentaire saine et nutritionnelle. Il faut
soutenir les initiatives d'éducation, de renforcement des compétences, de changement de
comportement et de pratiques d'hygiène et de soins sécuritaires pour promouvoir une
alimentation saine. Un encouragement est à solliciter pour la pratique de techniques améliorées

45
de transformation, d'entreposage et de conservation des aliments pour conserver leur valeur
nutritive et leur sécurité alimentaire.

Pour enrayer la malnutrition infantile et pour abaisser le taux de mortalité des enfants de moins
de cinq ans, une sensibilisation des femmes à l’allaitement maternel et à l'alimentation
complémentaire optimale est à faire. Il faut également sensibiliser les communautés sur
l'importance d'une alimentation diversifiée et équilibrée et sur la nécessité de pratiquer de
l'activité physique.

Tableau 18 : Les résultats attendus et les actions à mettre en œuvre de la composante


interventions et services communautaires ciblés.
Donner aux personnes et aux communautés les moyens d'accéder à la sécurité
Objectif 3. alimentaire et à une meilleure nutrition
3.3. Interventions et services communautaires ciblés pour prévenir et traiter la
Composante malnutrition sous toutes ses formes
3.3.1. Améliorer l'accès à la demande et à l'utilisation d'interventions et de
services ciblés pour prévenir et traiter la malnutrition sous toutes ses formes, en
particulier chez les enfants et les femmes en âge de procréer, les adolescents et
les jeunes sont améliorés
3.3.1.1. Soutenir les initiatives d'éducation, de renforcement des compétences et
de changement de comportement pour promouvoir une alimentation
saine
3.3.1.2. Soutenir les initiatives de pratiques d'hygiène et de soins sécuritaires
3.3.1.3. Encourager la pratique de techniques améliorées de transformation,
d'entreposage et de conservation des aliments pour conserver leur
valeur nutritive et leur sécurité alimentaire
3.3.1.4. Sensibiliser les femmes à la pratique des alimentations des enfants et
des jeunes (Infant and Young Child Feeding ou IYCF)
3.3.1.5. Sensibiliser les communautés sur l'importance d'une alimentation
diversifiée et équilibrée et de la nécessité de pratiquer de l'activité
physique

46
1.2. Cadre logique de la composante PEID OA ET OI

Indicateurs d'impacts du programme


Pourcentage d’enfant connaissant un retard de croissance < 5%
Les apports alimentaires sont riches en micronutriments (Vitamine A, fer, iode, ...)
Diminution de 25% du taux de prévalence de la sous-alimentation (% de la population)
Prévalence sur l'obésité inf. à 5% pour les hommes et 10% pour les femmes
75% des femmes allaitent leurs enfants de 0 à 12 mois
Objectif 1. Mettre en place des conditions favorables à la sécurité alimentaire et à une bonne nutrition Effets attendus en 2030
Composante 1.1 Engagement politique et gouvernance plus cohérente 8 compacts signés
1.1.1 Des engagements politiques pour éradiquer la faim, l'insécurité alimentaire et la malnutrition Chaque pays dispose d'un point
chronique seront renforcés focal national de coordination
1.1.1.1. Elaborer un compact national et régional pour la signature des engagements des Au moins 10% du budget par
parties prenantes pays sera alloué à la sécurité
1.1.1.2. Elaborer/Mettre à jour les politiques et/ou les stratégies pérennes et fiables prenant alimentaire et nutritionnelle
compte d’un nouveau développement 8 programmes pays sur la
sécurité alimentaire et
1.1.1.3. Insérer le volet sécurité alimentaire et nutritionnelle dans chaque stratégie liée au nutritionnelle élaborés
développement rural Au moins un texte réglementaire
1.1.1.4. Améliorer le système de suivi-évaluation des stratégies adoptées de base par pays élaboré
1.1.1.5. Mettre en place un Plan National sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle
1.1.1.6. Organiser des évènements de plaidoyer sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle
1.1.2 Des mécanismes de gouvernance, de coordination et de responsabilisation inclusifs pour la sécurité
alimentaire et la nutrition sont en place à tous les niveaux
1.1.2.1. Accroître les dépenses publiques multisectorielles en matière de sécurité alimentaire et
nutritionnelle
1.1.3 Les cadres législatifs et institutionnels sont renforcés et harmonisés pour améliorer la sécurité
alimentaire et la nutrition
1.1.3.2. Elaborer, mettre à jour, diffuser, et appliquer les textes législatifs et réglementaires se
rapportant à la sécurité alimentaire et nutritionnelle
1.1.3.3. Renforcer et harmoniser les textes réglementaires relatifs à la sécurité alimentaire et
nutritionnelle de tous les PIED
1.1.3.4. Instituer des bureaux de coordination nationale et régionale de la sécurité alimentaire
et nutritionnelle
1.1.4 Des politiques efficaces et cohérentes sont en place pour promouvoir la sécurité alimentaire et
nutritionnelle
1.1.4.1. Établir des directives nationales pour une meilleure coordination entre tous les acteurs
de chaque pays
1.1.4.2. Développer une politique de production des produits phares pour améliorer la sécurité
alimentaire et nutritionnelle
1.1.4.3. Accompagner chaque pays sur l’élaboration de la Politique de sécurité alimentaire et
nutritionnelle
1.1.4.4. Établir des politiques commerciales intrarégionales considérant la sécurité alimentaire
et nutritionnelle
1.1.4.5. Impliquer les groupes vulnérables dans les processus d'élaboration de politiques et de
stratégies affectant la sécurité alimentaire et la nutrition
1.1.4.6. Mettre en place un système de coordination des interventions entre les différents
secteurs
Composante 1.2 Renforcement des capacités et des ressources Au moins une rencontre avec les
1.2.1 Des investissements accrus dans la promotion de la sécurité alimentaire et nutritionnelle à travers les PTF sur la sécurité alimentaire
systèmes alimentaires Deux rencontres avec le secteur
1.2.1.1. Plaidoyer auprès des PTF et provoquer une table ronde sur la sécurité alimentaire et privé par an
nutritionnelle 1 représentant des membres de
1.2.1.2. Développer le Partenariat Public Privé pour promouvoir la sécurité alimentaire et la diaspora connu
nutritionnelle Au moins chaque pays dispose
d'une école spécialisée dans le
1.2.1.3. Faire participer la diaspora pour la promotion de la sécurité alimentaire et nutritionnelle
domaine de développement
1.2.1.4. Mener une campagne de négociation entre l’Etat et le secteur privé sur la planification rural
des importations
1.2.1.5. Plaidoyer auprès des Partenaires Techniques et Financiers sur la base d’une table ronde
sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle
1.2.2 Des capacités humaines et institutionnelles renforcées pour relever les défis de la sécurité alimentaire
et nutritionnelle dans tous les secteurs pertinents
1.2.2.1. Sensibiliser les acteurs étatiques multisectoriels sur les politiques de la sécurité alimentaire et

48
nutritionnelle
1.2.2.2. Sensibiliser les acteurs locaux (organisations communautaires et chercheurs) sur les
défis de la sécurité alimentaire et nutritionnelle
1.2.2.3. Créer des écoles ou des établissements spécialisés dans le domaine du développement
rural (école d'ingéniorat, lycée agricole, …)
1.2.2.4. Développer un système de partage de connaissance entre îles
1.2.2.5. Soutenir le renforcement des capacités institutionnelles des associations d'agriculteurs
1.2.2.6. Établir / renforcer les départements de l'alimentation et de la nutrition dans les
ministères sectoriels (ex : agriculture, éducation, protection sociale et genre, finances, planification, etc.)
Composante 1.3 Collecte, analyse et diffusion de connaissances, de données et des informations Une base de données mise en
1.3.1. Un système d'information fiable et prenne incluant la collecte, l'analyse, la diffusion et l'utilisation de place et fonctionnelle par pays
données et de connaissances pertinentes au niveau local, y compris la surveillance, le suivi et l'évaluation Une base de données au niveau
1.3.1.1. Créer un conseil interpays sur les informations à recevoir du groupe PEIDs
2 publications sur la sécurité
1.3.1.2. Mettre en place une plateforme multisectorielle au niveau régional
alimentaire et nutritionnelle par
1.3.1.3. Mettre en place au niveau pays et région un système d'information alimentaire et pays
nutritionnelle qui diffuse en temps réel : qualité et nutriment, tendance, consommation, disponibilité, et prix 1 publication pour l'ensemble
1.3.1.4. Mettre en place une modalité d'application du système d'information des PEIDs par an
1.3.1.5. Harmoniser la méthodologie de collecte, d’analyse et de diffusion des données
1.3.1.5. Établir une plate-forme d'échange de connaissances, d'informations et d'expériences
intrarégionale
1.3.1.6. Capitaliser et diffuser les bonnes pratiques politiques et techniques améliorant la
sécurité alimentaire et nutritionnelle
1.3.1.7. Publier périodiquement les rapports sur la réalisation des stratégies nationales et/ou
régionales en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle en se conférant aux objectifs fixés par l’ODD
1.3.1.8. Promouvoir une meilleure diffusion des documents se rapportant sur la sécurité
alimentaire et nutritionnelle (en 3 versions : français, anglais et portugais)
Mettre en place un système alimentaire durable et résilient pour une alimentation saine et une meilleure
Objectif 2. nutrition
2.1 Gestion et utilisation durables des océans et des mers et de leurs ressources pour la sécurité alimentaire Augmentation de 10% au moins
Composantes et la nutrition de la production halieutique

49
2.1.1. Les océans et les mers et leurs ressources sont gérés durablement et utilisées pour la sécurité issue de la pêche artisanale
alimentaire et la nutrition 1 plan de gestion écosystémique
2.1.1.1. Développer la pêche artisanale sur de nouvelles ressources peu ou pas exploitées pour chaque ressource par an au
moins
2.1.1.2. Développer la pêche semi-industrielle
2.1.1.3. Elaborer des Plans de gestion durable écosystémique des ressources marines
2.1.1.4. Favoriser la pêche autour des Dispositifs de Concentration de Poisson
2.1.1.5. Favoriser la pêche hors lagon
2.1.1.6. Mettre en place des aires marines protégées par type de pêcherie
2.1.1.7. Améliorer les techniques de pêche
2.1.1.8. Mettre en place un système de gestion des stocks menacés
2.1.1.9. Améliorer les infrastructures de pêche (débarcadère, chambre froide, …)
2.1.1.10. Mettre en place des unités de pêche reflétant une économie intelligente
2.1.1.11. Elaborer un programme conjoint de surveillance des espèces communes à plusieurs
îles et/ou continent
2.1.1.12. Introduire le système VMS pour le suivi de la pêche artisanale
2.1.1.13. Favoriser l’accès au crédit pour promouvoir la pêche de type semi-industriel
2.1.1.14. Mettre en place un système commun de gestion de stock des grands migrateurs au
niveau de chaque Océan
2.1.1.15. Elaborer un programme de développement de la mariculture
2.1.1.16. Promouvoir la mariculture
2.1.1.17. Promouvoir l'intersectorialité du secteur à travers le processus économie bleue
2.1.1.18. Promouvoir la consommation des produits d’origine halieutique
2.1.1.19. Mener des recherches liées à la sécurité alimentaire et nutritionnelle
Composantes 2.2 Gestion durable et utilisation des ressources pastorales pour l'alimentation 25% d'augmentation de la
2.2.1. Les ressources provenant de l'élevage sont gérées durablement et utilisées pour la sécurité production issue de l'élevage à
alimentaire et la nutrition cycle court
2.2.1.1. Développer et mettre à l’échelle l'élevage à cycle court Diminution d'au moins de 10%
du taux de mortalité des
2.2.1.2. Professionnaliser les éleveurs aux filières s'adaptant au contexte du pays
animaux
2.2.1.3. Améliorer les techniques d'élevage
2.2.1.4. Favoriser l’accès au crédit pour promouvoir l’élevage

50
2.2.1.5. Améliorer l'alimentation des animaux par la mise en place des unités de provenderie
2.2.1.6. Mettre en place une politique de développement de la culture fourragère
2.2.1.7. Développer les filières phares (apiculture, aviculture, …)
2.2.1.8. Augmenter les moyens de production des produits destinés pour les animaux
(génétique, habitat, …)
2.2.1.9. Améliorer la couverture sanitaire des animaux
2.2.1.10. Renforcer la capacité des services vétérinaires et des techniciens
2.2.1.11. Mettre en place des laboratoires adéquats pour le suivi sanitaire des animaux
2.2.1.12. Elaborer un programme de renforcement de capacité des éleveurs axé sur la
commercialisation et les chaînes de valeur
2.2.1.13. Renforcer la biosécurité pastorale pour gérer les épidémies
2.2.1.14. Mettre en place des unités de transformation et de conservation (lait, fromage, …)
2.2.1.15. Mettre en place de nouvelles infrastructures sanitaires
2.2.1.16. Mener des recherches liées à la sécurité alimentaire et nutritionnelle
Composantes 2.3 Gestion et utilisation durables des ressources terrestres pour la sécurité alimentaire et la nutrition 20% des ménages urbains et péri
2.3.1. Les ressources terrestres sont gérées durablement et utilisées pour la sécurité alimentaire et la urbains pratiquent le jardin
nutrition potager
2.3.1.1. Développer des techniques de culture innovantes 20% d'augmentation de la
2.3.1.2. Promouvoir l'Agriculture Intelligente face au climat (Climate Smart Agriculture) production nationale des
principales cultures vivrières
2.3.1.3. Favoriser l’accès au crédit pour promouvoir l’agriculture
50% des bassins versant
2.3.1.4. Insérer les jeunes dans les activités agricoles
protégés
2.3.1.5. Mettre en place des infrastructures adéquates pour l’aménagement des bas-fonds Diminution de moitié des pertes
2.3.1.6. Renforcer la capacité des techniciens pour améliorer la productivité post récoltes
2.3.1.7. Favoriser l'agroécologie selon le contexte de chaque pays
2.3.1.8. Protéger les bassins versant
2.3.1.9. Exploiter les zones favorables à l'agriculture (Extensification)
2.3.1.10. Optimiser l’utilisation des intrants efficaces (Intensification) et valoriser les déchets des
animaux (compostage)
2.3.1.11. Promouvoir la lutte biologique
2.3.1.12. Faire comprendre le lien entre l’utilisation abusive des pesticides et le cancer
2.3.1.13. Favoriser l'agriculture urbaine et périurbaine par la promotion du système
51
Hydroponique
2.3.1.14. Mener des campagnes de sensibilisation sur l'intérêt de la pratique de culture de
Contre saison
2.3.1.15. Développer un système efficace et durable pour réduire les pertes post récoltes
(Transport, stockage, …)
2.3.1.16. Améliorer la politique d’accès à la terre favorable à l’agriculture
2.3.1.17. Promouvoir la mécanisation adaptée au contexte
2.3.1.18. Mettre à l'échelle les bonnes pratiques agricoles (utilisation de semences améliorées à
cycle court et résistantes à la sécheresse… et la lutte intégrée pour les bio pesticides)
2.3.1.19. Mener des recherches liées à la sécurité alimentaire et nutritionnelle
2.4 Des chaînes de valeur inclusives et efficaces prenant en compte la dimension nutritionnelle 50% des petits exploitants et des
2.4.1. L'accès et la participation des petits exploitants et des petites entreprises aux chaînes de valeur petites entreprises accèdent aux
prenant en compte la dimension nutrition sont accrus chaînes de valeur
2.4.1.1. Améliorer le soutien et les encouragements institutionnels pour une meilleure 1 plan de partenariat avec le(s)
disponibilité nutritionnelle pays voisin
2.4.1.2. Encourager l'approche genre (incluant les jeunes entrepreneurs ruraux et les femmes)
dans les chaînes de valeur prenant compte de la dimension nutrition
2.4.1.3. Développer l’agrotourisme
2.4.1.4. Promouvoir des processus de transformation des produits périssables
2.4.1.5. Développer l'agriculture contractuelle
2.4.1.6. Développer le partenariat avec les îles ou pays voisins
2.4.1.7. Mettre en place des infrastructures de traitement, de transformation, de stockage des
produits Agricoles
2.4.1.8. Favoriser la fortification nutritionnelle alimentaire par le secteur privé
2.4.1.9. Développer le lien entre le commerce et la nutrition
2.4.1.10. Promouvoir la labellisation des produits au niveau du commerce national et
International
2.4.2. La productivité et l'efficacité des chaînes de valeur inclusives et prenant en compte la dimension
nutrition sont augmentées
2.4.2.1. Promouvoir l'utilisation de nouvelles technologies disponibles dans le secteur agricole
2.5 Adaptation au changement climatique et la résilience pour la sécurité alimentaire et la nutrition Au moins 1 système d'alerte

52
2.5.1. Une résilience accrue des systèmes alimentaires et des communautés face aux changements précoce par pays
climatiques, aux catastrophes et aux chocs 2 ateliers d'échanges
2.5.1.1. Mettre en place un système early warning au niveau de chaque pays d'information et d'expériences
2.5.1.2. Mettre en place un système de modélisation du changement climatique sur l'adaption et la résilience au
2.5.1.3. Renforcer le développement et la mise en œuvre de plan d'adaptation local et changement climatique
l'utilisation des techniques et technologies résilientes
2.5.1.4. Mettre à l'échelle la multiplication des variétés de cultures à haute valeur nutritive et
s'adaptant aux changements climatiques
2.5.1.5. Mobiliser les organisations communautaires dans la sensibilisation des habitants sur les
risques du changement climatique
2.5.1.6. Identifier des zones de refuges des communautés

2.5.1.7. Prendre des mesures de précaution sur la santé, notamment mères et enfants, et
l'assainissement
2.5.1.8. Elaborer un programme de mise en place d'infrastructure d'eau potable
Donner aux personnes et aux communautés les moyens d'accéder à la sécurité alimentaire et à une
Objectif 3. meilleure nutrition
Composantes 3.1 Autonomisation sociale et économique Taux de pénétration augmenté
3.1.1. L'accès des pauvres des zones rurales et urbaines aux connaissances, ressources, services, marchés, de 5 points
opportunités d'emploi et de revenu décents, en particulier chez les jeunes et les femmes est amélioré Au moins 1 organisation par
3.1.1.1. Augmenter la disponibilité et l’accès aux aliments riches en micronutriments filière
3.1.1.2. Promouvoir production et la consommation des aliments locaux riches en nutriments 50% des femmes ont une activité
génératrice de revenu et/ou ont
3.1.1.3. Formaliser les pêcheurs au sein d’une organisation
une activité secondaire
3.1.1.4. Améliorer l'accès au crédit avec un taux préférentiel
3.1.1.5. Supporter la diversification des activités professionnelles des producteurs
3.1.1.6. Intégrer les personnes vulnérables aux Activités Génératrices de Revenus
3.1.1.7. Elaborer des programmes d’activités relatives à la sécurité alimentaire et nutritionnelle
tenant compte de l’aspect genre
3.1.1.8. Mettre en place des organisations de producteurs
3.1.1.9. Donner les possibilités des populations vulnérables à l'accès aux ressources (foncier,
zone de pêche, eau potable, …)
53
3.1.1.10. Former des formateurs sur la sensibilisation du système alimentaire et nutritionnel et
la responsabilité des membres du ménage
Composantes 3.2 Programmes de protection sociale prenant en compte la dimension nutrition Au moins 1 projet de cash plus
3.2.1. L'accès et l'efficacité des programmes de protection sociale prenant compte de la dimension nutrition ou cash conditionnel par pays
sont améliorés 20% des écoles disposent d'un
3.2.1.1. Elaborer une stratégie de protection sociale sensible à la nutrition qui tient compte la programme de cantine scolaire
possibilité de faire des projets de cash plus ou cash conditionnel
3.2.1.2. Elaborer des projets de cash transfert pour les vulnérables (jeune, femmes…) après un
choc
3.2.1.3. Elaborer et mettre en œuvre des programmes ou projets de cantine scolaire permettant
d'améliorer l'accès à des éléments riches
3.2.1.4. Promouvoir les initiatives communautaires visant à améliorer la sécurité alimentaire et
la nutrition, y compris les programmes de jardinage et d'alimentation scolaire
3.3. Interventions et services communautaires ciblés pour prévenir et traiter la malnutrition sous 20 séances sur les services
Composantes toutes ses formes (formation, recherche, …) par
3.3.1. L'accès à la demande et à l'utilisation d'interventions et de services ciblés pour prévenir et traiter la pays
malnutrition sous toutes ses formes, en particulier chez les enfants et les femmes en âge de procréer, les
adolescents et les jeunes sont améliorés
3.3.1.1. Soutenir les initiatives d'éducation, de renforcement des compétences et de
changement de comportement pour promouvoir une alimentation saine
3.3.1.2. Soutenir les initiatives de pratiques d'hygiène et de soins sécuritaires
3.3.1.3. Encourager la pratique de techniques améliorées de transformation, d'entreposage et
de conservation des aliments pour conserver leur valeur nutritive et leur sécurité alimentaire
3.3.1.4. Promouvoir les cultures de contre saison et faire diminuer les pertes après la récolte
3.3.1.5. Sensibiliser les femmes à la pratique des alimentations des enfants et des jeunes (Infant
and Young Child Feeding ou IYCF)
3.3.1.6. Sensibiliser les communautés sur l'importance d'une alimentation diversifiée et
équilibrée et de la nécessité de pratiquer de l'activité physique

54
2. MISE EN ŒUVRE, SUIVI ET EVALUATION DU PROGRAMME

Ce programme sera le document de référence de l’ensemble des PEID OA et OI sur la sécurité


alimentaire et nutritionnelle. La mise en œuvre de ce programme dépend de la volonté de
chaque pays de faire un programme spécifique et adapté au contexte local. Une déclinaison
des actions à réaliser au niveau de chaque pays est à réaliser. Chaque pays doit désigner un
« point focal pays » sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Il jouera le rôle d’interface
entre l’administration publique concernée par la sécurité alimentaire et nutritionnelle et les
agences partenaires. Les huit « point focal pays » se communiqueront entre eux pour élire
leur porte-parole au niveau du groupe PEID OA et OI. Cette porte-parole fera le lobbying et
plaidera en faveur de tous les pays membres pour l’élaboration du programme pays en
s’inspirant de ce programme commun. Il sera doté de tous les moyens de communication
nécessaire pour être toujours en contact avec les organisations mondiales œuvrant dans le
domaine de sécurité alimentaire et nutritionnelle, telles que la FAO, le PNUD, le PAM, … Sous
l’égide de leur porte-parole, les huit « point focal pays » élaboreront un mécanisme commun
de suivi et d’évaluation. Ils se réuniront au moins deux fois par ans et le lieu de rencontre sera
dans l’un des huit pays, c’est-à-dire au bout de 4 ans les 8 pays seront visités au moins une
fois. Outre les discussions sur la mise en œuvre du programme, ils feront également des
échanges d’expériences entre pays.
La mise en œuvre de ce programme est prévue être en alignement avec le GAP mondial et
couvre la période de 2018 à 2030. Une évaluation à la fin de parcours déterminera la
prolongation, les nouvelles orientations et directives du programme.

3. PERSPECTIVES

a) Présentation de la composante AIO du groupe AIMS répondant aux IRI du GAP – FSN,
dans le cadre de la Conférence Régionale de la FAO pour l’Afrique prévue du 19 au 23
février 2018 au Soudan
b) Préparation du menu de mesures (politiques, législatifs, techniques) à prendre par
objectif. Un menu de mesures présente la gamme et la nature des mesures qui
peuvent être mises en œuvre, suivant le contexte spécifique à chaque pays, afin de
parvenir à l’atteinte des objectifs fixés. Ce menu de mesures aidera à orienter la
mobilisation des partenaires et des ressources au niveau de chaque pays et il permet
à l’Etat de mieux asseoir sa responsabilité et s’approprier de toutes les interventions à
mettre en œuvre. Il permet également de faciliter le suivi et l’évaluation des
réalisations et ainsi mesurer les performances de chaque pays. Ces menus de mesures
faciliteront l’élaboration des plans d’actions par pays d’ici juin 2018.
c) Partage et validation des plans de disponibilité des ressources (techniques et
financières) et d’actions par pays avec les partenaires locaux, nationaux et
internationaux identifiés, - partage au sein du réseau technique / plateforme
multisectorielle - en vue de la mise en œuvre effective.

55
Annexe : Situation de référence en 2016 des PEID OA et OI sur la sécurité alimentaire et
nutritionnelle

Cabo Verde
D’une superficie totale de 4 033 km², le Capo Verde est peuplé de 537.661 habitants en 2016
avec une croissance démographique annuelle de 1,21%. Sa superficie arable est évaluée à
13,64% de sa superficie totale, soit 55.000 hectares.
Au niveau macroéconomique, Capo Verde a en 2016 une croissance annuelle du PIB de 3,92%
et un PIB par habitant de 2997,752 USD courants. La Ratio de la population pauvre disposant
de moins de $ 1,90 par jour (2011 PPA ou Purchasing Power Parity) est de 9,9M en 2015.
Les secteurs les plus vulnérables au changement climatique sont les ressources en eau,
agro-pastoral, forêts, infrastructures de la zone côtière, tourisme, pêche, énergie, transport
et santé.
Les impacts du changement climatique se traduisent par l’isolement du pays, la
fragmentation du territoire, la taille réduite de la population, l’assèchement du climat, la
diminution progressive des ressources, la diminution de la pluviométrie et l’augmentation de
la température alors que 90% de l’agriculture est pluviale, la présence de pluies torrentielles
qui sont devenues plus fréquentes endommageant les infrastructures et détériorant la
fertilité des terres arables du fait de l’érosion des sols, les tempêtes de poussière plus
répandues pendant les périodes de sécheresse dans le Sahel.
Le tourisme reste encore la principale activité économique du pays avec une présence de
599.487 touristes en 2016 transitant dans 4 aéroports internationaux. Toutefois, la pêche et
le transfert de fonds de la diaspora constituent une source supplémentaire de recettes en
devises du pays.
Par rapport à la santé et à l’alimentation, la situation actuelle de Capo Verde se traduit par les
éléments suivants :
- Disponibilité alimentaire (Kcal/personne/jour) en 2013 : 2609 ;
- Disponibilité de matière grasse en quantité (g/personne/jour) en 2013 : 71,18 ;
- Disponibilité de protéines en quantités (g/personne/jour) en 2013 : 73,65 ;
- Prévalence de la malnutrition, taille selon l’âge (% des enfants de moins de 5 ans) 9,7%
(2009) ;
- Et insécurité alimentaire de la population estimée à 20% (Rural - 2005)
Par rapport au triple fardeau de la malnutrition, les données suivantes marquent le pays :
- Dénutrition
o Prévalence de la sous-alimentation (% de la population) 13,7 (FAO, 2017)
o Emaciation sévère : 2,1% (2009)
o Emaciation : 7,6% (2009) source gouvernement
- Carence en micronutriment
o Prévalence de l'anémie chez les enfants de moins de 5 ans (en %) en 2016 : 55,10%
o Proportion de ménages consommant du sel iodé (%) : 75%

56
o Carence probable en micronutriment dont Vitamine A (2% en 1996), Fer (52% en
2009), Zinc et Calcium.
- Surpoids et obésité
o Prévalence de l'obésité pour les hommes de 6,5% en 2014 et pour les femmes de
14,6% en 2007
- Autres effets de la malnutrition :
o Prévalence du diabète en 2015 (en % de la population âgée de 20 à 79 ans) : 2,30%
o Taux de mortalité pour mille (2015) : 148
o Taux de mortalité infantile (pour 1000 naissances vivantes) en 2016 : 15,3
o Taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans pour mille (2015) : 25
o Dépenses de santé publique (en % des dépenses publics de l'État) en 2014 : 0,1173

Par rapport au système alimentaire, la situation actuelle se traduit à travers les informations
suivantes :
- Principales productions :
o Plantes à tubercule (manioc, patate douce, igname et taro) : 15.733 tonnes
o Maïs : 4 tonnes
o Légumineuses en tonnes : 6,8 tonnes
o Légumes frais : 68 576 tonnes
o Pêche : 15 368 tonnes
- Principaux produits agricoles transformés principalement de type artisanal :
o Fruits et canne à sucre
- Importations de nourriture (% des marchandises importées) en 2015 : 32,46

57
Comores
Situés dans l’océan Indien, les îles Comores sont peuplées de 795.601 habitants en 2016 sur
une superficie totale de 1862 km². La superficie de terre arable est estimée à 65.000 hectares
soit 34,91% de la superficie totale. La croissance démographique observée en 2016 est de
2,28%. Avec une croissance annuelle du PIB de 2,20% en 2016, les Comores ont un PIB par
habitant de 775,080 USD courants et un Ratio de la population pauvre disposant de moins de
$ 1,90 par jour (2011 PPA ou Purchasing Power Parity) (% de la population) de 17,7 (2013).
Les secteurs eau, agriculture (incluant la pêche et l’élevage), santé et les infrastructures sont
les principaux secteurs vulnérables au changement climatique.
Les principaux effets du changement climatique sont :
- Diminution de la production agricole et de la pêche
- Salinisation des aquifères côtiers
- Augmentation du niveau marin et destruction d'infrastructures par les inondations
- Paralysie d'activités économiques
- Déplacement de populations vulnérables et la perte de terres cultivables
- Disparition de récifs et plages
- Prolifération du paludisme et autres maladies à transmission vectorielle
- Accroissement des risques liés aux catastrophes naturelles (cyclones, fortes
précipitations, etc.).
- Diminution de la pluviométrie et augmentation de la température conduisant au
rétrécissement des rendements de base comme le maïs et les bananes et menace la
sécurité alimentaire et assèchement des rizières
- Exacerbation de la fréquence des cyclones et des tempêtes
- Préoccupation de la dengue sur la santé après les répercussions du changement
climatique.
En termes d’activités économiques, les Comores produisent :
- 180 tonnes de vanille en 2000 pour devenir 50 tonnes en 2014
- 50 tonnes d’ylang-ylang (le pays est classé comme premier producteur de cette feuille à
parfum)
- 2500 tonnes de girofle
- Pêche dont les statistiques ne sont pas disponibles. Elle est exploitée de type artisanale.
Le secteur agricole est primordial pour l'économie comorienne, il contribue pour environ 46
% du PIB, 57 % des emplois et près de 90 % des recettes d’exportation. Les produits vivriers
et de la pêche contribuent pour pratiquement 70 % de la valeur ajoutée du secteur.
Outre ces productions agricoles, le tourisme est peu développé avec seulement une
fréquentation annuelle de 19.000 touristes en 2011. Le problème majeur lié au tourisme est
le manque de flotte aérienne pour les déplacements entre les îles des Comores.
Par rapport à la santé et à l’alimentation :
- Disponibilité alimentaire
o Disponibilité alimentaire (Kcal/personne/jour) : 2139 en 2009
o Disponibilité de matière grasse en quantité (g/personne/jour) en 2013 : N/D

58
o Disponibilité de protéines en quantités (g/personne/jour) en 2013 : N/D
o Prévalence de la malnutrition, taille selon l’âge (% des enfants de moins de 5 ans) :
32,1 en 2012
o Insécurité alimentaire de la population Selon l'IFPRI, 46 %
o Situation nutritionnelle 84% des comoriens vivent dans l'insécurité alimentaire
(Gouvernement)
Par rapport à la malnutrition :
- Dénutrition
o La sous-alimentation est un problème sérieux au niveau national. Chez les enfants,
la Prévalence de la sous-alimentation (% de la population) est de 30% qui souffrent
de malnutrition chronique et 11% souffrent de malnutrition aigue
o Emaciation sévère : 4,40%
o Emaciation : 11,10% (source des données de l’émaciation : Direction Générale de
la Statistique et de la Prospective (DGSP) et ICF International en 2012)
- Carence en micronutriment
o Prévalence de l'anémie chez les enfants de moins de 5 ans (en %) en 2016 : 48,10%
o Proportion de ménages consommant du sel iodé (%) : 77%
o En 2012, suite à des problèmes d’avitaminose et d’anémie chez les enfants âgés de
6 – 23 mois, une campagne de distribution de suppléments en Vitamine a été faite
(source DGS)
- Surpoids et obésité
o Prévalence de l'obésité (2014) : Homme 2,1% et Femme 10,7% et une moyenne de
9,90% en 2015 pour la population âgée de 20 à 79 ans
- Autres effets de la malnutrition
o Les principales maladies liées à l'alimentation sont principalement des toxi-
infections alimentaires collectives (ou TIAC) qui sont des maladies non
transmissibles telles que tension artérielle, AVC, diabète, diarrhées (choléra, fièvre
typhoïde).
o Taux de mortalité pour mille (2015) : 253
o Taux de mortalité infantile (pour 1000 naissances vivantes) en 2016 : 55
o Taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans pour mille (2015) : 74
Par rapport au système alimentaire, les principales contraintes observées sont :
- Coûts des terres agricoles : l'immatriculation des terres agricoles dont le coût s'élève à
2000 USD soit 650000 FC comoriens.
- Concurrence des terres agricoles avec d'autres secteurs (immobiliers, etc.) et accès :
insécurité foncière, absence de titre foncier et coexistence de plusieurs sources de droit,
forte urbanisation entrainant une diminution des terres cultivables. 15% seulement des
terres sont immatriculées
- Coût de la main d'œuvre agricole 2000fc /jour/personnes et 50000 FC par mois
- Concurrence de la main d'œuvre avec d'autres secteurs : main d'œuvre moins onéreuse
et peu valorisée, plus de valorisation de la main d'œuvre dans le bâtiment

59
- Capacité de la main d'œuvre agricole : moins qualifiée, ouvrier temporaire sans diplômes
- Mécanisation agricole : usage rare des engins mécaniques dans les zones d’activités des
projets (tracteurs, motoculteurs)
- Très peu d’investisseurs agricoles nationaux : SNAC, FNAC, les jeunes maraichers,
producteurs de vanilles, AGK, VANIACOM.
- Insuffisance d’investisseurs étrangers et sont seulement dans les domaines de collecte,
préparation et transformation des produits de rentes (huile ylang, girofle,) exportés vers
la France et les pays émergents de l’Asie
- Salariat agricole : Pas de textes fixant les salaires agricoles au niveau national
- Coûts élevés des intrants agricoles (semences, produits phytosanitaires, autres
traitements)
Les principales productions agricoles sont :
- Pour les tubercules avec un accroissement annuel de 1,3% : manioc 68. 000 tonnes, taro
12.000 tonnes, patate douce 7.000 tonnes et igname 5.000 tonnes en 2012
- Légumineuses : 12,4 tonnes en 2012
- Fruits et légumes frais : Tomate, carottes, choux, mangue, litchi, fruit à pain, avocatier
Les produits de l’élevage sont :
- Ruminants 62 985 têtes
- Volailles 25 800 têtes
La pêche produit une production annuelle de 16.000 tonnes.
Au niveau de l’utilisation des produits :
- Les produits transformés sont exportés presque en totalité : vers la France pour la vanille
et vers l’Inde, le Pakistan et autres pays asiatiques pour le girofle, les épices et l'ylang-
ylang.
- Les produits vivriers locaux sont autoconsommés de 80%
- Les principales activités rurales génératrices de revenus sont constituées de maraichage,
élevage, métayage pour les activités agricoles alimentaires, et récolte des clous de
girofles, cueillette des fleurs d'ylang, collecte des vanilles pour les cultures de rente.
Au niveau du commerce en 2013, 31,45% des marchandises importées dont des nourritures.
Les exportations sont composées en 2016 : 20 tonnes de vanille, 40.181 tonnes de girofle et
26 tonnes d’Ylang (source BCC).

60
Guinée Bissau
Peuplée de 1.892.177 habitants en 2016 et vivant sur une superficie totale de 36.125 km²,
Guinée Bissau dispose seulement de 1.410.600 hectares de terre arable, soit 39,05% de sa
superficie totale. Pour la même année, elle a une croissance démographique de 2,54%, une
croissance annuelle du PIB de 5,20% et un PIB par habitant de 1.126 USD par an. Le ratio de
la population pauvre disposant de moins de $ 1,90 par jour (2011 PPA ou Purchasing Power
Parity) est assez élevé avec 69,3% de la population totale.
L’agriculture, les ressources en eaux, la santé humaine, les pêches, les forêts et l’élevage sont
les secteurs vulnérables au changement climatique. Les principaux impacts du changement
climatique sont visibles à travers
- La diminution de la production agricole et de la pêche ;
- La diminution des ressources en eau pour l’agriculture et les besoins de la population
et qui affectent la santé humaine, la production agricole et la sécurité alimentaire ;
- La contamination de l'eau ;
- Les inondations et pertes de terres cultivables ;
- La prolifération des maladies ;
- La diminution de la pluviométrie entraînant l’assèchement progressif de certains lacs
et des faunes qui s’y trouvent.
L’économie de guinée Bissau est dominée par :
o L’exportation de noix de cajou d’une quantité de 192.661 tonnes exportés en
2016 ;
o Le secteur de pêche qui emploie environ 10 000 personnes, et contribue pour
4 pour cent au Produit intérieur brut (PIB)
o La télécommunication (5,9% du PIB)
o Restauration et commerce (8,3% du PIB)
o Et les minerais bauxite, bois, pétrole, phosphates.
Capo Verde a une balance commerciale positive en 2016 de 29,7 millions (exportations : 163
millions de FCFA et importation :133 millions FCFA) dont FCFA.
Par rapport à la santé et la situation alimentaire :
- Disponibilité alimentaire données de 2013 :
o Disponibilité alimentaire (Kcal/personne/jour) : 2292
o Disponibilité de matière grasse en quantité (g/personne/jour) : 63,5
o Disponibilité de protéines en quantités (g/personne/jour) : 44,04
o Dépenses de santé publique (en % des dépenses publics de l'État) en 2014 :
0,0779
- Dénutrition :
o Prévalence de la malnutrition, taille selon l’âge (% des enfants de moins de 5
ans) : 27,60 (2014)
o Insécurité alimentaire de la population : 15,5%
o Situation nutritionnelle : 15,5% des ménages en 2017
o Taux de malnutrition chronique : (20,7%),

61
o Taux de malnutrition aigüe : 6,5%,
o Insuffisance pondérale : 17%
o Prévalence de la sous-alimentation (% de la population) : 63 % des ménages
ont une consommation acceptable. 7 % ont une consommation alimentaire
pauvre et 13 % une consommation limite.
- Carence en micronutriment données de 2016
o Prévalence de l'anémie chez les enfants de moins de 5 ans (en %) en 2016 :
68,10%
o Proportion de ménages consommant du sel iodé (%) : 12%
o Vitamine A : 23%, Fer : 58% chez les femmes enceintes et 72,9% chez les
enfants moins de 5 ans, Iode 27,4%
- Surpoids et obésité
o Prévalence de l'obésité (2014) n.d
- Autres effets de la malnutrition
o Prévalence du diabète en 2015 (en % de la population âgée de 20 à 79 ans) :
2,20%
o Problèmes de santé liés à l'alimentation et au commerce des aliments non
contrôlé : diabète, infarctus du myocarde, hypertension artérielle, accident
vasculaire cérébral, maladies rénales
o Taux de mortalité pour mille (2015) : 296
o Taux de mortalité infantile (pour 1000 naissances vivantes) en 2016 : 55,4
o Taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans pour mille (2015) : 93

Les principales contraintes au développement de l’agriculture sont :


- Coût de la main d'œuvre agricole : 3 USD par jour
- Capacité de la main d'œuvre agricole : Niveau de scolarité très faible (10ème) et pas de
spécialisation pour les mains d'œuvre saisonnières
- Taux de mécanisation agricole : environ 15% (motoculteurs, motopompes, tracteurs)
- Coûts des équipements agricoles trop élevés : Semoirs : 416,19, Brouettes, 51,
Pulvérisateurs : 22,14, Motopompes : 2.303, Motoculteurs : 5.668, Tracteurs, environ
25.000
- Très peu d’investisseurs agricoles internationaux : Agrafai, AgroGeba, Frutas e
Légumes
- Prix des intrants agricoles :
o Semence de riz : 1.30 USD
o Semence maïs, mil et sorgho : 1.32 USD
o Semence mil : 1.32 USD
o Urée 46% : 0,70 USD
o NPK : 0,70 USD

Les principales productions agricoles sont :

62
- Paddy (équivalent en riz blanc) : 165.103 tonnes
- Plantes à tubercule en tonnes (manioc, patate douce, igname et taro) : 81.466 tonnes
- Sorgho : 19 986 tonnes
- Maïs : 7 tonnes
- Mil 16 389 tonnes
- Fruits frais : 40 000 tonnes
- Autres : 110.905 tonnes
Au niveau du secteur élevage, les productions du pays sont :
- 1 324 692 bovins
- 304 104 ovins
- 646 183 caprins
- 4 355 équins
- 330 089 porcins
- 1 439 512 têtes de volailles.
Tandis que pour la pêche, aucune donnée exacte de production du pays n’est disponible.
Tous les produits agricoles vivriers et d’élevage sont consommés à 100% par la population.
10% des produits seulement subissent des transformations.
Guinée Bissau rencontre un grand problème de coût des transports des produits et des
intrants en partance ou en provenance du continent africain. A titre d’exemple le prix de
transport d’un sac de 50 kg est de 1,7 USD et un bidon de 25 lites coûte 0,9 USD comme frais
de transport.
Les principales habitudes alimentaires sont basées sur le riz (importé ou local), pomme de
terre, oignon, huile alimentaire, sucre, fruits et légumes, viande. Les principales activités
génératrices de revenus sont l’aquaculture, la pêche, l’extraction du charbon de bois, culture
maraichère, extraction d’huile de palme.
Au niveau de l’accessibilité, en 2000, 38,85% des travailleurs sont des salariés. En 2015, le
nombre d'agences de banques commerciales (pour 100 000 adultes) est de 33,86 et
appliquant un taux d’intérêt de 10,41% avec 189,04 pour 1000 adultes procèdent au prêt
bancaire. Le crédit intérieur fourni au secteur privé (% PIB) en 2016 est évalué à 63,09%.
Pour les activités commerciales, 60% des marchandises importées sont constituées de
produits alimentaires tandis que 165.000 tonnes de noix de cajou sont exportées (chiffre de
2017).

63
Maldives
Maldives est un archipel de l’océan Atlantique et est peuplé de 417.492 habitants en 2016
avec une croissance démographique annuelle de 2,00%. Sur une superficie de seulement de
298 km², la superficie de terre arable n’est que de 3.900 hectares, soit 13,09%.
Avec un PIB par habitant de 8.601,632 USD courants et une croissance du PIB de 4,09% en
2016, Maldives peut être considérée comme un pays en moyenne situation économique. Ce
qui justifie son faible ratio de la population pauvre disposant de moins de $ 1,90 par jour
avec seulement 7,3% de sa population totale en 2009.
Cependant, Maldives est toujours vulnérable à l’élévation du niveau de la mer et ayant
comme impact la salinisation des réserves d'eau douce. Les autres secteurs touchés par le
changement climatique sont la pêche (et comme impacts le blanchiment des coraux à 60%,
le déclin des ressources en poissons), et le tourisme qui est en déclin du fait de la destruction
des plages. En 2016, le secteur du tourisme a connu une fréquentation de 1.286.135
personnes. La pêche est également une activité très pratiquée par la population.
En termes de disponibilité alimentaire, Maldives est marquée en 2013 par :
- Disponibilité alimentaire (Kcal/personne/jour) : 2732
- Disponibilité de matière grasse en quantité (g/personne/jour) : 63,12
- Disponibilité de protéines en quantités (g/personne/jour) : 122,43
- Prévalence de la malnutrition, taille selon l’âge (% des enfants de moins de 5 ans) :
20,30 (donnée de 2009)
La disponibilité alimentaire du pays est basée sur la production locale et les importations. Le
pays n'est autosuffisant que pour les produits de la pêche. La production alimentaire locale
ne contribue qu'à 10% des besoins alimentaires du pays. Les changements climatiques
auraient un effet négatif sur l'ensemble des activités de pisciculture et d'agriculture dans le
pays. La forte dépendance vis-à-vis des importations de denrées alimentaires la rend
vulnérable aux chocs des prix extérieurs, ce qui constitue un obstacle majeur à la réalisation
du droit des peuples à la sécurité alimentaire.
Les indices de malnutrition sont mesurés par éléments suivants :
- Dénutrition
o Prévalence de la sous-alimentation (% de la population) : 5,2 en 2015
- Carence en micronutriment
o Prévalence de l'anémie chez les enfants de moins de 5 ans (en %) en 2016
Carence en Fer et Vit B12 39,00%
o Proportion de ménages consommant du sel iodé : 44%
o 44% des femmes en âge de procréer ont une carence en vitamine A et 27% en
carence de zinc. 57,3% des enfants âgés de 6 mois à 5 ans souffrent d’une
carence en fer, 16,0% carence en zinc et 50,1% carence en vitamine A.
- Surpoids et obésité
o La prévalence de l'obésité en 2014 est de 5,5% chez les hommes et 10,8% chez
les femmes.
- Autres effets de la malnutrition

64
o Prévalence du diabète en 2015 (en % de la population âgée de 20 à 79 ans) :
9,20%
o Problèmes de santé liés à l'alimentation et au commerce des aliments
importés puisque les Maldives importent 90% de leurs besoins alimentaires
o Taux de mortalité pour mille (2015) : 80
o Taux de mortalité infantile (pour 1000 naissances vivantes) en 2016 : 7
o Taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans pour mille (2015) : 9
Les principales contraintes au développement du pays sont :
- Coût des terres agricoles : les îles inhabitées mais propices pour des activités agricoles
commerciales sont louées en moyenne à 698,05 USD par hectare.
- Concurrence des terres agricoles avec d'autres secteurs (immobiliers, etc.) et accès :
avec le développement du secteur tourisme, il y a une éternelle concurrence pour
l’acquisition des terres au niveau des îles inhabitées et les îles habitées. Le nouveau
système d’urbanisation appliqué entraine à de nouvelles pertes de terres agricoles.
- Coût de la main d'œuvre agricole : approximativement 200 USD par mois
- Capacité de la main d'œuvre agricole : le pays utilise des paysans en provenance de
Bangladesh ou de l’Inde pour faire développer son agriculture
- Mécanisation agricole : très limitée. Seul le système hydroponique automatique est
utilisé pour l’irrigation. Peu de culture commerciale utilise des tracteurs.
- Investisseurs agricoles nationaux : durant les 5 dernières années, 29 investisseurs
privés ont investi dans le secteur de l’agriculture commerciale.
- Coûts des intrants agricoles : tous les intrants sont importés (donc très chers) avec
comme prix semence graine : 1,62-97,28 USD pour un paquet de 10 gramme,
insecticide 6,16 USD pour un flacon de 100 ml, fongicide 5,88 USD, Fumier
(organique) 275,62 USD par tonne.
Les dépenses de santé publique (en % des dépenses publics de l'État) en 2014 sont seulement
de 0,2659.

Maldives produit très peu de produits agricoles :


- Plantes à tubercules : 64 tonnes
- Légumes frais :
- Légumes frais : 1380 tonnes
- Fruits frais : 3414 tonnes
La production issue du secteur de la pêche est de 129.191 tonnes.
Les transformations par les agriculteurs sont utilisées pour accroître la durée de conservation
du produit et valoriser son prix. Il s’agit à titre d’exemple de la chips de banane, chips de
taro, moringa frit, gâteau de coco, salage, fumage et pâte de poisson pour les produits de la
pêche.
Du fait de l’insuffisance de la production locale, 100% des produits sont autoconsommés.
Par rapport à l’accessibilité, les principales activités rurales génératrices de revenus sont la
pêche et les transformations des produits de la pêche, l’agriculture et la fabrication des

65
maisons de type local faites à partir des feuilles de cocotiers. Les banques sont surtout
utilisées pour l’activité touristique avec 2,76 d’agences de banque commerciales pour
100.000 personnes adultes (en 2015) et appliquent un taux d’intérêt des crédits de 10,50%.
Le crédit intérieur fourni au secteur privé est de 26,5% du PIB. 10,2 pour 1000 adultes
demandent des prêts auprès des banques en 2015.
Au niveau des importations, 21,04% des marchandises importées sont constituées par des
aliments dont 2.250 tonnes de riz blanc par mois, soit 27.000 tonnes par an. Le secteur de la
pêche a fait rentrer une recette en devises de 144.178.359 USD, seul secteur d’exportation.

66
Maurice
Pays de l’océan Indien et juste en face à l’Est de Madagascar, Maurice est une île de 2.007 km²
et est peuplée de 1.264.887 habitants en 2016 avec une croissance démographique annuelle
très faible de 0,10%. La superficie de terre arable du pays ne représente que 37,37% de sa
superficie totale, soit 75.000 hectares et qui sont surtout utilisées pour la culture de canne à
sucre.
Les données macroéconomiques du pays montrent que le pays est déjà sorti de l’économie
de subsistance. Ainsi en 2016, la croissance annuelle du PIB en 2016 est de 3,70% et avec un
PIB annuel par habitant de 13.100 USD ce qui lui ramène à un très faible ratio de la
population pauvre disposant de moins de $ 1,90 par jour à seulement 0,5% de sa population
totale en 2012.
Néanmoins, du fait du changement climatique le pays connaît un problème d’insuffisance
d’eau pour l’irrigation des cultures commerciales et pour les besoins humains.
Les principaux impacts du changement climatique enregistrés sont :
- Manque d’eau d’irrigation
- Episodes d’inondations devenus plus fréquents et menaçants
- Côtes menacées par des vagues dévastatrices
- Montée des eaux, polluant les nappes phréatiques près de la côte
- Diminution attendue de la pluviométrie et l’augmentation de la température ce qui
devraient réduire les rendements de légumes et d’autres cultures
- Préoccupation de la dengue sur la santé après les répercussions du changement
climatique
L’économie du pays est basée par le tourisme avec 1.275.227 touristes en 2016 et 934.679
de janvier à septembre 2017. Les industries textiles qui créent 47.100 emplois et
l’information et la communication 17.400 emplois. La filière sucre n’utilise que 6.316
employés. La pêche à Maurice est une activité très importante du point de vue nutritionnel,
économique et social ainsi que les activités de finance et d’assurance avec 13.500 emplois. La
contribution de l’agriculture est de 3,5% du PIB.
La disponibilité alimentaire est justifiée par les données suivantes :
- Disponibilité alimentaire (Kcal/personne/jour) en 2013 : 3065
- Disponibilité de matière grasse en quantité (g/personne/jour) en 2013 : 92,29
- Disponibilité de protéines en quantités (g/personne/jour) en 2013 : 88,36
- Insécurité alimentaire de la population : Maurice n’a jamais connu une insécurité
alimentaire même si le pays est un importateur net de produits alimentaires.

Par rapport à la malnutrition :


- Aucune information n’est donnée au niveau de la dénutrition.
- Carence en micronutriment :
o La prévalence de l'anémie chez les enfants de moins de 5 ans est de 39,10% en
2016
- Surpoids et obésité

67
o Prévalence de l'obésité (2014) : Homme : 11.9% et Femme : 25.6%
- Autres effets de la malnutrition
o Prévalence du diabète en 2015 (en % de la population âgée de 20 à 79 ans) :
22,30%
o Problèmes de santé liés à l'alimentation et au commerce des aliments
o Nombre de décès en 2016 : 10.174
o Taux de mortalité infantile (pour 1000 naissances vivantes) en 2016 : 154
o Taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans pour mille (2015) : 14
Les dépenses de santé publique sont évaluées à 0,0999% des dépenses publiques de l’Etat.
La consultation à Maurice est donc payante.
Les principales productions agricoles de Maurice sont :
- Agriculture
o Paddy transformé en riz blanc 351,734 tonnes
o Tubercules 26.812 tonnes
o Maïs : 414 tonnes
o Légumineuses 11.375 tonnes
o Pomme de terre : 16.326 tonnes
o Oignons : 6.388 tonnes
o Carotte : 5. 135 tonnes
o Banane : 7.731 tonnes
o Ananas : 9.707 tonnes.
- Elevage
o Bovin : 35.310 têtes
o Caprins 26.670 têtes
o Ovins : 2.663 têtes
o Porcins : 24.161 têtes
o Volailles 45.800 tonnes
- Pêche : 16.698 tonnes.
La transformation des produits agricoles concerne la pomme de terre et la banane en chips.
Au niveau de l’accessibilité, 2,47 agences de banques existent pour 100.000 adultes en 2015
utilisant un taux d’intérêt des crédits de 5,21%.
Les importations de nourritures représentent 24,1% des marchandises importées en 2016.
Les exportations annuelles sont basées sur le sucre 7.900 tonnes, molasses 246,9 tonnes, thé
0,7 tonne, produits de la pêche brut ou préparé 10.029 tonnes, légumes et fruits 182 tonnes,
fleurs et feuillages 50,7 tonnes.

68
Sao Tome et Principe
Peuplé de 200.023 habitants en 2017 selon de Département des Affaires Economiques et
Sociales des Nations Unies, Sao Tome et Principe est un archipel qui s’étale sur une superficie
totale de 1.001 km² et dispose de 8.700 hectares de terre arable (soit 9,063%) en 2014. La
croissance démographique du pays est de 2,15% en 2016 et celle du PIB annuel est de 5,6%
selon les données de la Banque mondiale. Le PIB par habitant en USD courant est de
1.756,061 et le ratio de la population pauvre disposant de moins de $ 1,90 par jour est de
32,3% en 2010.
Les infrastructures socio-économiques sont les plus vulnérables au changement climatique et
les principaux impacts du changement climatique sont :
- Inondation et sécheresse
- Pluies torrentielles devenues plus fréquentes endommageant les infrastructures
- Détérioration de la fertilité des terres arables du fait de l’érosion des sols
- Exacerbation de la fréquence des cyclones et des tempêtes
Sao Tome et Principe reçoit chaque année 12.000 touristes (en 2011) et produit actuellement
3000 tonnes de cacao si la production de 1822 était de 3.000.000 de tonnes. Le pays possède
des ressources pétrolières encore peu exploitées.
Du point de vue disponibilité alimentaire, la situation du pays actuelle est de :
- Disponibilité alimentaire (Kcal/personne/jour) en 2013 : 2400
- Disponibilité de matière grasse en quantité (g/personne/jour) en 2013 : 77,64
- Disponibilité de protéines en quantités (g/personne/jour) en 2013 : 53,08
- Prévalence de la malnutrition, taille selon l’âge (% des enfants de moins de 5 ans) :
17,20 (2014)
En matière de malnutrition, Sao Tome et Principe dispose les indices suivants :
- Dénutrition
o Prévalence de la sous-alimentation (% de la population) en 2015 : 6,6
o Emaciation sévère : 4,90%
o Emaciation : 11,20% (source Institut National de la Statistique et Ministère de
la Santé (2009)
- Carence en micronutriment
o Prévalence de l'anémie chez les enfants de moins de 5 ans (en %) en 2016
Carence en Fer et Vit B12 : 65,30%
o Proportion de ménages consommant du sel iodé (%) : 65%
- Surpoids et obésité données non fournies
- Autres effets de la malnutrition
o Prévalence du diabète en 2015 (en % de la population âgée de 20 à 79 ans) :
2,30%
o Taux de mortalité pour mille (2015) : 220
o Taux de mortalité infantile (pour 1000 naissances vivantes) en 2016 : 26
o Taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans pour mille (2015) : 47

69
Les dépenses de santé publique (en % des dépenses publics de l'État) en 2014 sont de
0,1238%.
Pour Sao Tomé et Principe, seules les données de la pêche sont disponibles avec une
production de 11.448 tonnes en 2015.
Le pourcentage des travailleurs salariés dans le domaine de l’agriculture est de 65,36% par
rapport au total des salariés en 2010.
- Nombre d'agences de banques commerciales (pour 100 000 adultes) en 2015 : 12,13
- Taux d'intérêt des crédits (en %) en 2015 : 11,10%
- Crédit intérieur fourni au secteur privé (% PIB) en 2016 : 37,27
- Emprunteur chez une banque commerciale (pour mille adultes) en 2015 : 139,81
Les importations de nourriture représentent 31,04% du total des marchandises importées en
2015.

70
Seychelles
Les îles des Seychelles sont peuplées de 94.677 habitants avec un taux de croissance
démographique annuelle de 1,33% en 2016. La superficie des terres arables représente
seulement 0,17% (80 hectares) de la superficie totale 459 km².
La croissance annuelle du PIB en 2016 était de 4,50% et le PIB par habitant est très élevé par
rapport aux autres pays de 15.075,719 USD constants. Le ratio de la population pauvre
disposant de moins de 1,90 USD par jour n’est que de 1,1% seulement en 2013.
Les secteurs les plus vulnérables au changement climatique sont les plages par l’élévation du
niveau de la mer, la pêche et le tourisme. En 2013, les principaux impacts du changement
climatique sont :
- Montée des eaux : 80 % des îles pourraient disparaître dans les prochaines décennies,
si rien n’est fait.
- Inondation causant des dommages
- Les habitations
- Les routes et
- Les infrastructures côtières.
Les principales activités économiques du pays sont le tourisme avec l’arrivée de 303.177
touristes en 2016, la pêche, la conserverie, le pétrole et les services.
Plus de la moitié des exploitations des Seychelles sont fortement orientées sur le marché et,
en 2011, elles ont vendu environ 81% de leur production. Selon le rapport sur la situation de
l’ODD en 2013, le taux de population sous-alimentée est passé de 11% en 1991 à 7% en 2006.
Par rapport à la santé et à l’alimentation, les indices de données suivants sont à retenir :
- Dénutrition
o Taux de mortalité pour mille (2015) : 235
o Taux de mortalité infantile (pour 1000 naissances vivantes) en 2016 : 12
o Prévalence de la sous-alimentation (% de la population) : n.d
o Prévalence de la malnutrition, taille selon l’âge (% des enfants de moins de 5
ans) : 7,90 en 2012
o Prévalence de l'obésité : Homme 8.7% et Femme 8% (Seychelles Heart Study
2013)
o Emaciation sévère : 1,20%
o Emaciation : 4,30% Source Louis-Marie V (2012)
o Insécurité alimentaire de la population : environ 12,4% des ménages ont
connu une insécurité alimentaire modérée ou grave en 2015
- Carence en micronutriment pas de données disponibles
- Surpoids et obésité
o 24% des filles et 20% des garçons sont obèses (School Health Survey 2016)
o Pour les adultes, 57% des hommes et 72% des femmes en 2013 sont obèses.
Pour les Seychelles, l’obésité chez les adultes est causée par la consommation
en quantité très élevée de nourriture importée (plus de 80%)
Les informations sur les systèmes alimentaires sont les suivantes :

71
- Coût des terres agricoles : le prix de la location des terres agricoles est très faible et
est de l’ordre de 0,02 USD / m² par an.
- Concurrence des terres agricoles avec d'autres secteurs (immobiliers, etc.) et accès :
principalement en compétition avec le tourisme et la construction immobilière
- Coût de la main d'œuvre agricole : en 2011, les salaires mensuels moyens dans le
domaine de l’agriculture, la sylviculture et la pêche étaient aux environs de 399 USD.
- Concurrence de la main d'œuvre avec d'autres secteurs : pour les autres secteurs
(tourisme, construction d’habitation, et service), le salaire mensuel moyen est plus
élevé, approximativement 593 USD.
- Capacité de la main d'œuvre agricole : Compétence très élevée des salariés agricoles
car le pays dispose d’un Institut de formation pour les agriculteurs appelé Seychelles
Institute of Agriculture and Horticulture (SIAH).
- Mécanisation agricole : très faible car l’agriculture commerciale des Seychelles est
caractérisée par des petites exploitations en moyenne 0,5 ha et très rarement plus de
2 hectares.
- Coûts des équipements agricoles les plus utilisés : équipements d'irrigation et de
drainage environ 370.370 USD, rotavator / petit tracteur / pompes marina environ
25 925 USD
- Le chiffre d’affaires des investisseurs nationaux s’élève à 1.439.259 USD.
- Salariat agricole : environ 2,95 USD par heure
Au niveau de la disponibilité alimentaire :
- Riz blanc 130.000 tonnes importé à 100%
- Tubercules : 15.000 tonnes
- Maïs : 1000 tonnes
- Légumineuses : 30.000 tonnes
- Légumes frais : 30.000 tonnes
- Fruits frais : 55.000 tonnes
- Autres 20.000 tonnes
- Ruminants toutes espèces confondues : 398 (recensement agricole de 2011)
- Poulet de chair et poule pondeuse 131.335 têtes (recensement agricole de 2011)
- Pêche : 350.913 tonnes (en 2016 par Seychelles Fisheries Authority)
La transformation des produits agricoles s’effectue pour les tomates, et quelques fruits tels
que la papaye, la mangue et la banane.
90% des produits agricoles sont autoconsommés. La commercialisation locale s’effectue
auprès d’un marché central et des marchés de district.
80% des nourritures des Seychelles sont importées et représentent 24,50% des marchandises
importées. Seychelles est maintenant membre de l’OIE depuis mai 2010 et de l’OMC en
2015.
Vu la situation financière et économique des Seychelles, le pouvoir d’achat de la population
est adéquate et le niveau d’éducation nutritionnelle est élevé.

72
Zanzibar
Ile encore sous la dépendance de la Tanzanie, Zanzibar est peuplée de 1.467.477 habitants
avec une croissance démographique très faible de 0,028%. Zanzibar est à la fois une île à
vocation agricole car la superficie de terre arable est de 125.574 ha soit 48,40% de sa
superficie totale qui est de 2.534 km². La croissance annuelle du PIB est très faible et est de
l’ordre de 0,068% et avec un PIB par habitant de 830 USD courants. Le taux de pauvreté de la
population touchant moins de 1,90 USD par jour est de 10,8%.
Les changements climatiques agissent directement et indirectement dans tous les secteurs
(agriculture, santé, infrastructures, transports, élévation du niveau de la mer, érosion côtière,
marine, eau, énergie, services).
L'économie de Zanzibar est très dépendante du climat : une grande partie du PIB, de l'emploi
et des moyens de subsistance sont associés à des activités vulnérables au climat (secteurs
côtiers, agricoles et touristiques). A moyen et à long termes, le changement climatique
entraînera des répercussions économiques très élevées des îles. Le changement climatique
menace les zones côtières et marines (pêche, tourisme, agriculture, santé, offre et demande
d'énergie, infrastructures, ressources en eau et demande, services). En effet, les effets
combinés de la vulnérabilité climatique actuelle et du changement climatique futur
pourraient être assez importants pour empêcher Zanzibar de réaliser une croissance
économique.
Le secteur des services influait sur la croissance économique de Zanzibar et représentait
44,7% du PIB de Zanzibar en 2014, puis l'agriculture et l'industrie respectivement de 27,9% et
16,8% (Enquête socio-économique 2014). Le tourisme, premier secteur économique du pays,
domine le secteur service et emploie 11.500 travailleurs directs et à 45 000 personnes
supplémentaires.
La balance commerciale de Zanzibar est déficitaire avec une tendance élevée à l’importation
des produits.
La situation nutritionnelle est marquée par des problèmes très élevés de malnutrition
chronique et de carences en micronutriments, en particulier de fer, de vitamine A et d'iode.
La malnutrition sous toutes ses formes reste en grande partie un « problème caché » puisque
la majorité des enfants affectés souffrent de malnutrition modérée et qu'il est difficile
d'identifier la malnutrition chez ces enfants sans dépistage. De plus en plus, Zanzibar connaît
le double fardeau de la malnutrition : des niveaux élevés de dénutrition coexistent avec une
prévalence croissante du surpoids et de l'obésité. La malnutrition joue un rôle majeur dans la
morbidité et la mortalité infantiles. Il a été démontré que le gaspillage et l'insuffisance
pondérale augmentent considérablement le risque de morbidité et de mortalité chez les
enfants. Les carences en micronutriments tels que la vitamine A et le fer entraînent
également un risque accru de morbidité et de mortalité chez les enfants. Les chiffres suivants
illustrent ces différents problèmes de santé et d’alimentation :
- Taux de mortalité pour mille (2015) : 22
- Taux de mortalité infantile (pour 1000 naissances vivantes) en 2016 : 46
- Prévalence de la sous-alimentation (% de la population) : 26

73
- Prévalence de la malnutrition, taille selon l’âge (% des enfants de moins de 5 ans) :
30.2 (2014)
- Prévalence de l'obésité (2014) 30,4%
- Emaciation sévère : 5,2%
- Emaciation : 12%
- Insécurité alimentaire de la population : 13% de la population vit en dessous du seuil
de pauvreté alimentaire et 49% consomment moins que le niveau de base. 16% des
habitants des zones rurales sont pauvres en nourriture. Les personnes vivant dans
l'extrême pauvreté (en deçà du seuil de pauvreté alimentaire) connaissent en
moyenne un déficit de 2% de ce seuil de pauvreté.
- Carence en micronutriment
o Vitamine A : 45%
o Fer 30%
La malnutrition à Zanzibar reste un problème de santé publique due à une alimentation
inadéquate, des maladies, une mauvaise hygiène de l'environnement, une eau insalubre, des
pratiques d'alimentation inadéquates aggravées par une éducation médiocre et / ou une
négligence des soignants, plus marquée dans les zones rurales. L'ampleur du retard de
croissance et de la malnutrition aiguë pour <5 est élevée.
Le surpoids total selon l'indice de masse corporelle (IMC) ≥ 25 chez les femmes en âge de
procréer (15-49 ans) à Zanzibar est passé de 26,9 en 2005 à 30,4% en 2010 (EDS 2010) à
cause de la consommation élevée de graisses et des huiles, en particulier dans les zones
urbaines (39%). La prévalence du diabète, de l'hypertension et de l'obésité est plus élevée
dans les zones urbaines que dans les zones rurales. En outre, le respect des normes de qualité
et de sécurité des aliments locaux et importés est moins pratiqué.
89% de la population en activité vivent en milieu rural, dont la majorité (63%) travaille dans
l'agriculture et la moitié environ en tant que travailleurs familiaux non rémunérés. La
population agricole est considérée comme issue des ménages les plus pauvres.
La mécanisation agricole est fortement subventionnée et surtout pour la riziculture. Les
autres cultures comme les légumes, le manioc et les patates douces ne sont pratiquement
pas encore mécanisées. La mécanisation agricole se limite à l’utilisation des tracteurs (pour la
préparation des terres), aux moissonneuses-batteuses et aux services de broyage.
Il y a 18 projets d'investissement dans le secteur agricole, dont 6 sur dans le domaine de
l’élevage de bétail, 5 sur la culture d’algues, 6 sur l'agriculture et 1 sur la pêche.
De 2004 à 2013, les investissements privés ont varié d'une année sur l'autre. Exemple, la
tendance montre que le capital estimé investi par le secteur privé dans les projets agricoles a
légèrement diminué en 2005 jusqu'en 2006, puis il augmente beaucoup en 2007. En 2008, le
capital a diminué avant de rebondir et atteindre le sommet le plus élevé en l'an 2013.
L'accès aux intrants agricoles comprend la mécanisation agricole, la fourniture d'intrants, les
services de vulgarisation et de conseil, la formation, les services techniques, la recherche,
l'information, le marketing et les services financiers. Le gouvernement joue un rôle majeur
dans la facilitation de ces services en raison de la faible participation du secteur privé, en

74
partie attribuable aux capacités financières et opérationnelles limitées, aux connaissances
limitées sur la demande et la rentabilité du secteur, aux incitations floues pour
l'investissement dans le secteur et aux politiques instables l'environnement, en particulier en
ce qui concerne les subventions agricoles.
Les principales productions vivrières de Zanzibar sont :
- Paddy équivalent en riz blanc : 2900 tonnes
- Plantes à tubercule en tonnes (manioc, patate douce, igname et taro) : 2614 tonnes
- Maïs : 2826 tonnes
- Légumineuses en tonnes : 1104 tonnes
- Ruminants : 52.704 têtes
- Volailles : 1.078.962 têtes
- Légumes frais : 449 tonnes
- Pêche : 32.974 tonnes
La commercialisation des principales cultures comme le manioc, le riz, la banane, les pois, les
patates douces, les citrouilles, le maïs et les ignames de coco s’effectue à la ferme et dans les
marchés centraux où la vente des produits aux enchères est très commune.

Globalement, la commercialisation des cultures peut être classée en trois segmentations en


fonction des caractéristiques de la clientèle et de la nature des produits: (i) segment de
marché local à faible revenu, composé d'un réseau national de conseils de district plus petits
où les marchés sont gérés par la municipalité; (ii) la population à revenu moyen à élever,
principalement par l'intermédiaire des détaillants des principaux marchés centraux et / ou
des magasins spécialisés et des supermarchés; et iii) les hôtels et restaurants caractérisés par
des variétés "exotiques" qui ne sont pas consommées en grande quantité par la population
locale.
On estime que 49 % des besoins alimentaires annuels de Zanzibar sont issus des
importations. Les principaux produits alimentaires importés comprennent le riz, le sucre, la
farine de blé et les produits de l'élevage. Ceci est exacerbé par l'augmentation de l'industrie
du tourisme qui a imposé une demande accrue de fruits frais, de légumes et de produits de la
pêche et de l'élevage.
Au niveau des exportations, les clous de girofle représentent 75% des recettes d'exportation
et environ 30% des recettes fiscales chaque année. Les autres cultures d'exportation
comprennent les fruits (agrumes, ramboutan, mangue), les épices (gingembre, curcuma,
poivre noir, cannelle) et les algues.
Les principales activités génératrices de revenu tournent autour de l'agriculture, la foresterie,
la pêche, les mines et carrières, la transformation, le commerce, l’administration publique et
l’éducation.
L'agriculture commerciale des cultures vivrières employaient plus de personnes que toute
autre industrie (37%), suivies par la pêche, la chasse, l'élevage et autres ventes d'aliments
crus et non cuits (8%) et la transformation (7%).

75