Vous êtes sur la page 1sur 9

Chapitre 5 : Les opérations d’achats/ventes (La facturation)

Les pièces comptables sont des documents qui déclenchent un enregistrement dans les comptes :
pièces de caisse (« tickets »), factures, fiches de paie, avis de paiement du loyer… La pièce comptable
maîtresse est la facture,qu’il convient d’analyser et d’en étudier les diverses composantes afin de
déterminer leur traitement comptable.

I- GENERALITES

A- DÉFINITION ET PRÉSENTATION DE LA FACTURE

Les factures sont établies par le fournisseur. On distingue deux types de factures :

• la facture de doit (facture classique) est un écrit dressé par un commerçant et constatant
les conditions auxquelles il a vendu des biens ou assuré des services. C’est une créance du
fournisseur sur l’acheteur, qui doit payer le prix demandé.

Fournisseur X
Doit
Acheteur Y

• la facture d’avoir : c’estun écrit par lequel le fournisseur reconnaît devoir une certaine
somme à son client à raison d’un retour de marchandises ou de l’octroi d’une réduction. Il s’agit
donc d’une créance de l’acheteur sur le fournisseur.

Fournisseur X
Avoir
Acheteur Y

La facture avoir est établie notamment dans les circonstances suivantes:


- erreur de livraison : des marchandises reçues ne correspondent pas à la commande adressée
au fournisseur et lui ont été retournées. Des réductions commerciales et financières ont pu
éventuellement être déduites sur la facture de Doit reçue.
- retour au fournisseur d’emballages qu’il avait consignés,
- réductions commerciales ou financières accordées par le fournisseur ultérieurement à la
facture de Doit, ...
Pour toutes ces raisons, le fournisseur adresse à son client une facture d’avoir par laquelle il l’informe
qu’il crédite son compte dans sa comptabilité d’où l’expression « Net à votre crédit ».

B- Les réductions
1. Les réductions à caractère commercial
Ce sont des réductions de prix fondées sur l’opération de vente. On distingue :
 Rabais : réduction pratiquée exceptionnellement sur le prix de vente pour tenir compte :
- d’un défaut de qualité des marchandises ou des produits,

1
- de la non-conformité des biens livrés,
- d’un retard dans la livraison.
Exemple : achat d’une pièce de tissu présentant des défauts d’impression avec un rabais de 100 €.
 Remise : réduction de prix accordée en fonction de la quantité commandée ou de la qualité de
l’acheteur.
Exemples : réduction sur le prix des livres pour une commande groupée, réduction sur le prix des
livres achetés par un enseignant.
 Ristourne : réduction de prix accordée périodiquement sur le total des achats réalisés par un
client. Elle récompense ainsi la fidélité du client.
Exemple : chaque fin d’année, une coopérative verse une ristourne à ses adhérents, calculée sur leurs
achats effectués durant l’année.

2. Réduction à caractère financier : l’escompte de règlement


Cette réduction de prix est conditionnée par la rapidité du règlement du client.
Exemple : Escompte pour paiement au comptant ou anticipé.

C- La taxe sur la valeur ajoutée : TVA

1. Généralités sur la TVA


La taxe sur la valeur ajoutée (TVA) est un impôt général sur la consommation qui est
directement facturé aux clients sur les biens qu'ils consomment ou les services qu'ils utilisent en
France.
La TVA se calcule toujours à partir du montant hors taxes (HT), avec des formules-types (par
exemple, pour un taux classique de 20%) :

TVA = Total HT x 0,2 ; Total TTC = Total HT x 1,2 Total ; HT = Total TTC / 1,2

Actuellement, quatre taux sont en vigueur:


 le taux normal est fixé à 20 % pour la majorité des ventes de biens et des prestations de services : il
s'applique à tous les produits ou services pour lesquels aucun autre taux n'est expressément prévu ;
 le taux réduit de 10 % est notamment applicable aux produits agricoles non transformés, au bois de
chauffage, aux transports de voyageurs, à la restauration, aux travaux d'amélioration du logement, aux
droits d'entrée dans les musées, zoo, etc. ;
 le taux réduit de 5,5 % concerne les produits alimentaires, équipements et services pour handicapés,
abonnements gaz et électricité, fourniture de repas dans les cantines scolaires, fourniture de chaleur
produite à partir d’énergies renouvelables, livres sur tout support, billetterie de spectacle vivant,
logements sociaux…
 le taux particulier de 2,1 % est réservé aux médicaments remboursables par la sécurité sociale, aux
ventes d’animaux vivants de boucherie et de charcuterie, à la redevance télévision, aux publications de
presse…
2. Comptabilisation de la TVA :
La TVA ne constitue ni un produit, ni une charge pour l’entreprise. En effet, c’est le
consommateur final qui supporte cette charge d’impôt lors du paiement de la facture. L’entreprise ne
joue donc qu’un rôle de collecteur d’impôt : elle transfère à l’Etat la TVA qui lui est versée par ses
clients déduction faite de la taxe qu’elle a payée à ses fournisseurs.

Conséquences :
 La TVA facturée aux clients est comptabilisée au crédit d’un compte de dettes envers
l’Etat, car elle devra être reversée à l’Etat. Il s’agit du compte « 44571 Etat, TVA collectée » ;
 La TVA facturée à l’entreprise par ses fournisseurs de biens et services lui confère une
créance sur l’Etat comptabilisée au débit du compte « 44566 Etat, TVA déductible sur autres biens
et services ».

2
Il existe une exception pour l’achat de véhicule : si le véhicule est un utilitaire (fourgon), la TVA est
récupérable. S’il s’agit d’un véhicule de tourisme destiné au transport de personnes, la TVA n’est pas
déductible (sauf pour les entreprises de taxis ou d’ambulances).

Au final, la TVA reversée chaque mois au Trésor public se calcule ainsi :


TVA décaissée = TVA collectée - TVA déductible

Si cette TVA à décaisser est négative, cela signifie que l’entreprise a trop versé de TVA (ses achats
ont été trop importants). Elle bénéficie alors d’un crédit de TVA à reporter le mois suivant :
TVA à décaisser = TVA collectée – TVA déductible – Crédit de TVA

II- LES FACTURES DE DOIT

A. Nomenclature des comptes


 En fonction de l’activité de l’entreprise
Avant de procéder à l’enregistrement comptable de la facture, il faut toujours avoir connaissance
de l’activité de l’entreprise. Cette activité détermine les comptes qui seront utilisés pour
l’enregistrement.
Activité commerciale Activité industrielle Activité de services

Achat de marchandises et Achat de matières premières qui Vente de prestations


revente en l’état. sont transformés en produits finis de services
607 – Achats de marchandises 601 – Achat de matières premières 706 – Prestations de services
707 – Ventes de marchandises 701 – Ventes de produits finis

 Les fournitures diverses


Si l’entreprise tient un compte de stock, les combustibles, produits d’entretien, fournitures de
bureau,…doivent être enregistrés dans le compte : 6022 – Fournitures consommables
Si l’entreprise ne tient pas de compte de stock (ce qui est le cas le plus courant), énergie, carburant,
petit équipement, fournitures administratives, …doivent être enregistrées dans le compte : 606 –
Achats non stockés de matières et fournitures

B. Enregistrement d’une facture de doit

1. Schéma d’enregistrement
i. Les réductions commerciales sur la facture de doit ne s’enregistrent pas: les achats et les ventes sont
toujours comptabilisés pour le net commercial c’est-à-dire pour :
Brut – réductions commerciales

ii. Les réductions financières s’enregistrent :


 Chez le client : en produits financiers (765 – Escomptes obtenus)
 Chez le fournisseur : en charges financières (665 – Escomptes accordés)

3
2. Exemple
Le 12/03/2018, la société LALOUZY (activité industrielle) facture à son client NORI (épicerie) :
 50 boites de canard à l’orange à 13,60 € l’unité ;
 70 boites de cassoulet au confit de canard à 7,50 € l’unité.
Elle lui accorde une remise de 5 % et un escompte de 2 %. La TVA est à 20 %. Paiement sous
huitaine. Facture n°35.
Travail à faire :
1) Etablir le décompte de la facture ;
2) Passer au journal des deux sociétés les écritures comptables nécessaires.

C. Les frais de port :


1. Principes
Selon le contrat de vente, les frais de port peuvent être :
 A la charge du fournisseur : ce sont des ventes franco de port (la livraison est gratuite). Dans ce
cas, les frais de port n’apparaissent pas sur la facture de vente : ils sont pris en charge par le
fournisseur.
 A la charge du client : ce sont des ventes « aux conditions départ ». Deux cas peuvent alors se
présenter :
o Soit le fournisseur se charge du transport par ses propres moyens : il facture alors à son client
un port forfaitaire.
1. Analyse comptable

4
2. Exemple
SOCIETE LALOUZY
02 170 LE NOUVION EN THIERACHE
Facture de DOIT n° 208
28/10/18
Epicerie
CELIK
94 220
CHARENTON LE PONT
Référence Désignation Quantité Prix unitaire HT Montant

PC45 Aiguillettes 20 13,90


framboise
FG12 Bloc de foie gras 50 27,00
au sauterne
Total Brut
Remise 5 %
Net commercial
Frais de port HT 100
Net HT
TVA 20 %
Net à payer TTC
Paiement au 10/11/14

Travail à faire :
Compléter puis comptabiliser cette facture chez les deux parties (client et fournisseur).

o Soit le fournisseur se charge de l’expédition pour le compte et à la charge du client : le


fournisseur s’adresse dans un premier temps à un transporteur et lui paie les frais du transport.
Dans un deuxième temps, il impute ces frais sur le client.
1. Analyse comptable
Dans ce cas, le fournisseur n’est qu’un simple intermédiaire entre le transporteur et le client. Il
ne fait pas de bénéfice sur l’opération de transport. Le client rembourse au fournisseur exactement ce
que ce dernier a dû payer pour assurer le transport. Le port est appelé dans ce cas un débours ou un
port payé.
2. Exemple :
Même exemple. Mais considérons dans ce cas que la société LALOUZY s’est adressée à un
transporteur professionnel pour assurer la livraison. Prix payé HT en espèces : 100 €. La société a
ensuite imputé ces frais sur la facture adressée au client CELIK.

D. Les frais de consignation des emballages :


1. Définition des emballages
Ce sont des objets destinés à contenir des marchandises ou produits. Ils sont livrés à la
clientèle en même temps que leur contenu.
 Les emballages perdus : leur vente ne fait l’objet d’aucune facturation particulière. Ils sont
cédés en même temps que la marchandise.
 Les emballages récupérables : ils sont repris par le vendeur. Ils donnent lieu à une opération
de prêt ou de consignation.

2. L’achat d’emballages

5
L’achat d’emballages est comptabilisé au débit d’un compte de charges ou d’immobilisations
selon la nature de l’emballage, l’achat s’enregistre :
- En charges pour les emballages perdus ou les emballages récupérables non-identifiables.
Ex : bouteille en plastique : compte 60261 – Achat d’emballages perdus ; palette : compte
60265 – Achat d’emballages récupérables non-identifiables
- En immobilisations pour les emballages récupérables identifiables (emballages individualisés
par un numéro avec une durée d’utilisation supérieure à 1 an)
Ex : bouteille de gaz, containers : compte 2186 – Emballages récupérables

3. La consignation d’emballages récupérables


La consignation consiste à faire payer une somme au client au moment de son achat. Le
fournisseur s’engage à restituer tout ou partie de cette somme lorsque les emballages seront rendus,
selon les modalités convenus. Cette opération correspond à un prêt et non pas à une vente. Les
emballages appartiennent toujours au fournisseur et la consignation n’est pas soumise à la T.V.A.

4. Enregistrement de la consignation d’emballages :


Le montant de la consignation est enregistré :
- Chez le fournisseur : au crédit du compte 4196 – Clients, dettes pour emballages consignés
- Chez le client : au débit du compte 4096 – Fournisseurs, créances pour emballages à rendre

5. Exemple :
Le 12/01/2014, la société « Clovis » a adressé la facture doit n° 210, payable le 12/03/2018, à
son client « Etablissements FOURGOUS ». Montant brut des marchandises : 6.000 €, remises de 1%
et 2 %, consignation de 40 caisses au prix unitaire de 5 €, TVA : 20%.
Travail à faire :
1) Etablir le décompte de la facture ;
2) Passer au journal du fournisseur et du client les écritures comptables nécessaires.

E. Les avances et acomptes sur commande


1. Principes
Dans le cas d’une opération d’achat-vente d’une valeur importante, le fournisseur peut
demander à son client de lui verser un acompte. A la facturation, le montant de l’acompte viendra
diminuer le montant dû par le client.
L’enregistrement comptable des acomptes nécessite l’utilisation des comptes :
 Chez le client : « 4091 – Fournisseurs, acomptes versés sur commandes » ;
 Chez le fournisseur : « 4191 – Clients, acomptes reçus sur commandes »

1. Exemple
Le 28/03/2018, le client KONTE (épicerie) verse un acompte sur sa commande à la SARL LALOUZY
: 2 000 € payé par chèque (n°253)
Le 01/04/N, la SARL LALOUZY adresse la facture de doit n° 542 à son client Mme KONTE
Montant HT : 5 600 €, TVA à 20 %.
Travail à faire
Passer ces deux opérations au journal du client et du fournisseur.

6
III- LES FACTURES D’AVOIR
A. Le retour de marchandises

 Lors d’un retour de marchandises, il faut toujours déduire les réductions qui avaient été accordées
sur la facture de doit (RRR et escompte).
 Le retour de marchandises s’enregistre à l’inverse de la facture de doit correspondante (contre-
passation des écritures).
 Attention, s’il y avait des frais de port sur la facture de doit, ils ne sont pas remboursables sur la
facture d’avoir.

Exemple  :
Le 18/03/2018, le client NORI nous retourne :
- 10 boites de canard à l’orange (PU : 13,60) ;
- 5 boites de cassoulet au confit de canard (PU : 7,50) ;
- La facture de doit initiale indique les conditions de vente suivantes : Remise de 5 %, Escompte de
2%. Frais de port forfaitaire : 55 HT. TVA à 20%.
Travail à faire :
1.Etablir le décompte de la facture d’avoir A312
2.Passer au journal des deux entreprises les écritures comptables nécessaires

B. Les réductions accordées ultérieurement à la facture de doit (réductions


hors facture)
1. Réduction commerciale
Il peut s’agir d’une remise, d’un rabais ou d’une ristourne.
a. Principe d’enregistrement comptable :

7
b. Exemple :
Le 29/12/2018, une ristourne de 200 € HT est accordée au client NIVOLLET par la SARL
LALOUZY. Facture d’avoir A125.
Travail à faire :
1.Etablir le décompte de la facture d’avoir A125
2.Passer au journal des deux entreprises les écritures comptables nécessaires

2. Réduction financière
a. Principe :
L’escompte est enregistré dans le compte 665 chez le fournisseur qui accorde un escompte et
dans le compte 765 chez le client qui obtient un escompte. La TVA sera alors régularisée.

b. Exemple :
Lors de la vente du 15/03/2018, l’entreprise LALOUZY a promis à son client « Epicerie LOPES » de
lui accorder un escompte de 125 € HT en cas de règlement anticipé. Le règlement du client est
intervenu dans la huitaine. L’entreprise dresse la facture d’avoir n° A 126 constatant cet escompte.
Travail à faire :
1.Etablir le décompte de la facture d’avoir A126
2.Passer au journal des deux entreprises les écritures comptables nécessaires

C. La déconsignation des emballages :


Lorsque le client restitue les emballages, plusieurs situations peuvent se présenter :

a) Reprise des emballages au prix de consignation :

Suite à la restitution des emballages, la déconsignation au même prix que celui de la


consignation sera enregistrée :
 Chez le fournisseur, au débit du compte : 4196 "Clients - Dettes pour emballage et matériel
consignés" ;
 Chez le client, au crédit du compte : 4096 "Fournisseurs - Créances pour emballages et
matériel à rendre".

b) Reprise des emballages à un prix inférieur au prix de consignation :

La différence entre le prix de consignation et le prix de reprise constitue :


 Pour le fournisseur : un produit réalisé sur le service de consignation, d’où l’utilisation du
compte: 7086 "Bonis sur reprises d'emballages consignés"; ce produit est imposable. La TVA
devra donc être facturée ;
 Pour le client : une charge supportée en raison du service de location des emballages, d’où
l’utilisation du compte: 6136 "Malis sur emballages".

c) La non-restitution des emballages consignés :

Le client peut décider de conserver définitivement les emballages consignés. Ceci a pour effet de
changer la nature juridique de l’opération : le prêt devient une vente. Le client devient propriétaire des
emballages. L’opération de non-restitution s’analyse comme suit :
 Chez le fournisseur :
Il faut constater la vente des emballages en cession d’approvisionnement enregistrée dans le compte :
7088 "Autres produits d'activités annexes (cessions d'approvisionnements, ...)

8
 Chez le client :
Il faut constater l’achat d’emballages au débit du compte 60265 "Emballages récupérables non
identifiables"

Exemple :
L'entreprise LAMY consigne des emballages à ses clients à l'occasion de ventes de marchandises. Au
cours du mois d’octobre 2018, elle a adressé au client RIVET plusieurs documents.
 Le 01/10 : Facture doit n° VT791 : Vente de marchandises. Brut : 27000, TVA au taux normal,
consignation de 10 emballages au prix unitaire de 72 (à rendre dans 10 jours).
 Le 05/10 : Facture avoir n° AV323 : le client RIVET restitue 5 emballages. L’entreprise LAMY
décide de les reprendre au prix de consignation.
 Le 15/10 : Facture avoir n° AV344 : trois emballages sont rendus par le client RIVET. Vu le
retard, l’entreprise LAMY décide de les reprendre au prix unitaire de 52 €.
 Facture doit n° 125 : Le client RIVET avise l’entreprise Rivet que les 2 emballages restant sont
gardées définitivement pour les besoins de son commerce. L’entreprise décide de les facturer au prix
de 70 € TTC

Travail à faire :
1. Etablir les décomptes des factures
2. Comptabiliser ces factures dans le journal des deux entreprises.

Vous aimerez peut-être aussi