Vous êtes sur la page 1sur 47

Lycée Saint-Louis MP*2

Mathématiques : exercices importants

11 mai 2013

Sommaire
Révisions 3
Exercice 1 Moyennes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
Exercice 2 Inégalité de Landau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
Exercice 3 Caractère scindé et dérivée logarithmique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5

Suites, séries numériques et intégrales impropres 6


Exercice 4 Étude d’une suite récurrente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
Exercice 5 Riemann généralisé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
Exercice 6 Approximation d’une intégrale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
Exercice 7 Convergence de l’intégrale et uniforme continuité . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
Exercice 8 Carrés intégrables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
Exercice 9 Formule des résidus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
Exercice 10 Étude d’intégrales à paramètre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12

Espaces vectoriels normés 16


Exercice 11 Théorème de Riesz . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16

Algèbre linéaire, réduction 17


Exercice 12 Petits lemmes d’algèbre linéaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
Exercice 13 Indépendance des caractères . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
Exercice 14 Matrices d’incidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
Exercice 15 Carré diagonalisable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
Exercice 16 Décomposition de Dunford . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
Exercice 17 Polynômes et endomorphismes cycliques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
Exercice 18 Condition sur la dépendance de formes linéaires . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
Exercice 19 Théorème de Burnside . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
Exercice 20 Matrices de Gram . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27

Espaces préhilbertiens 28
Exercice 21 Caractérisation des projecteurs orthogonaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
Exercice 22 Projection sur un convexe complet non vide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
Exercice 23 Inégalité de Hadamar . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
Exercice 24 La matrice symétrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
Exercice 25 Ordre de Löwner . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
Exercice 26 Astuce euclidienne pour un groupe compact . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34

Suites et séries de fonctions 37


Exercice 27 Méthode des coefficients indéterminés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
Exercice 28 Taille des coefficients de Fourier et régularité . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
Exercice 29 Calcul de sommes à l’aide de Fourier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39

1
2012/2013 Mathématiques : exercices importants

Équations différentielles 41
Exercice 30 Limite d’une solution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
Exercice 31 Solutions maximales bornées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
Exercice 32 Système de Lotka-Volterra . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43

Géométrie 46
Exercice 33 Équation intrinsèque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
Exercice 34 Cycloïde et équation intrinsèque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47

2
Lycée Saint-Louis MP*2

Exercice 1 Moyennes
∗ . On pose alors
Soient a1 , . . . , an ∈ R+

n n
!1
1X Y n
n
A (a1 , . . . , an ) = ak G (a1 , . . . , an ) = ak H (a1 , . . . , an ) = n .
n k=2 k=1
X 1
k=1
ai

1. Montrer que A (a1 , . . . , an ) > G (a1 , . . . , an ) > H (a1 , . . . , an ) avec égalité si et seulement si
tous les ai sont égaux.
1
2. On définit les suites (un ) et (vn ) par u0 = a > 0, u1 = b > 0, et ∀n ∈ N, un+1 = (un + vn ),
√ 2
vn+1 = un vn . Montrer que un et vn sont convergentes de même limite.
Solution de l’exercice 1
1. Par concavité de ln, il vient
n
1X
ln (A (a1 , . . . , an )) > ln(ak ) = ln (G (a1 , . . . , an )) .
n k=1

On a donc démontré, en appliquant   exp, que A (a1 , . . . , an ) > G (a1 , . . . , an ) En appliquant


1
ce résultat avec la famille des , on obtient l’autre inégalité. La fonction ln étant
ai i∈J1,nK
strictement concave sur R+ ∗ , le cas d’égalité dans les deux inégalités équivaut bien au fait que

les ai soient tous égaux.


2. Montrer que les deux suites sont respectivement croissantes majorées et décroissantes minorées
grâce à l’exercice 1. Conclure par un passage à la limite de la relation de récurrence.

⋆⋆⋆

Révisions 3
2012/2013 Mathématiques : exercices importants

Exercice 2 Inégalité de Landau


Soit f : I −→ R de classe C 2 où I est un intervalle de R telle que f et f ′′ sont bornées. Alors f ′
est bornée et on a l’inégalité q

f 6 2 kf k kf ′′ k .
∞ ∞ ∞

Solution de l’exercice 2
Soient x, y ∈ I, f ′′ est bornée sur [x, y] (ou [y, x]) donc, d’après la formule de Lagrange, ∃z ∈ [x, y]
tel que
(x − y)2 ′′
f (x) = f (y) + (x − y)f ′ (y) + f (z).
2
1
En appliquant la formule précédente avec x = y + 1, on obtient |f ′ (y)| 6 2 kf k∞ + f ′′ ∞ dont f ′
2
est bornée. Soit maintenant h > 0, on applique ce qui précède à y + h, y ∈ R :
!
′ 1 h2 2 h
f (y) = f (y + h) − f (y) − f ′′ (y) ⇒ f ′ (y) 6 kf k∞ + f ′′ ∞ .
h 2 h 2

Une petite étude de fonction permet de conclure.

⋆⋆⋆

4 Révisions
Lycée Saint-Louis MP*2

Exercice 3 Caractère scindé et dérivée logarithmique


Soit a ∈ R, P ∈ R[X]. Montrer que si P est scindé, alors P ′ − aP aussi.
Solution de l’exercice 3
q
Y
Soient α1 < · · · < αq les racines réelles de P , P = K (X − αi )mi avec ∀i ∈ J1, qK, mi ∈ N∗ . Alors
i=1

q
P ′ X mi
ϕ= = ,
P i=1
X − αi

donc ϕ est C 1 sur R \ {αi | i ∈ J1, qK} et ∀x ∈ R \ {αi | i ∈ J1, qK},


q
X mi
ϕ′ (x) = − < 0.
i=1
(x − αi )2

On a alors les variations suivantes pour ϕ :

x −∞ α1 α2 ··· αq +∞
ϕ′ (x) − − ··· −
+∞ +∞❍
❅ ❍❥

ϕ(x) 0 ❅ 0
❍❍

❍ ❘

−∞ −∞ ···

Soit a ∈ R, on supposera a > 0 alors d’après le théorème des valeurs intermédiaires, l’équation ϕ(x) =
a admet au moins une solution sur chaque intervalle ]αk , αk+1 [ pour k ∈ J1, q − 1K et sur l’intervalle
]αq , +∞[. On a donc q racines réelles de P ′ − aP distinctes des αi et ∀i J1, qK (X − αi )mi −1 | P ′ + aP
donc le compte des multiplicités est bon : P ′ + aP est scindé sur R.
Les cas a < 0 et a = 0 sont analogues.

⋆⋆⋆

Révisions 5
2012/2013 Mathématiques : exercices importants

Exercice 4 Étude d’une suite récurrente


x(1 − x)
Étudier la suite (un ) définie par u0 ∈]0, 1[ et ∀n ∈ N, un+1 = f (un ) où f : x 7−→ .
1+x
Solution de l’exercice 4
On étudie dans l’ordre :
– les variations de f ;
– le signe de f (x) − x ;
– la monotonie, les parties stables.
f est C ∞ sur ]0, 1[ et ∀x ∈]0, 1[,

(1 − 2x)(1 + x) − x + x2 −x2 − 2x + 1
f ′ (x) = = .
(1 + x2 ) (1 + x)2
√ 2x2
Le discriminant du numérateur est 8, deux racines −1 ± 2 et f (x) − x = − 1+x < 0 sur ]0, 1[ donc
on dresse le tableau de variations suivant :
y=x

x 0 2−1 1
f ′ (x) + 0 −
M
✒ ❅
f (x) ❅ y = f (x)


0 0 M
f (x) − x 0 − −

√ 2−1 1
√ 2− 2 √
Et M = ( 2 − 1) √ = ( 2 − 1)2 . On voit en traçant le parcours de la suite sur le graphe que
2
(un ) décroit vers 0.
[0, 1[ est stable par f et f est bien définie sur cet intervalle car 0 < M < 1 donc un est bien définie
et ∀n ∈ N, un ∈ [0, 1[.
∀x ∈]0, 1[, f (x) − x < 0 donc un est décroissante. un est décroissante minorée par 0 donc converge
vers une limite ℓ ∈ [0, 1] et f (ℓ) = ℓ ⇒ ℓ = 0. Ainsi, un −−−−− → 0.
n→+∞
Déterminons maintenant un équivalent de un . On cherche α ∈ R tel que (un+1 − ℓ)α − (un −
ℓ)α −−−−−→ µ et ici ℓ = 0. Or ∀n ∈ N, ∀α ∈ R,
n→+∞
 α 
1 − un
uαn+1 − uαn = uαn −1
1 + un
      
= uαn 1 − αun + O u2n 1 − αun + O u2n )−1
 
= −2αuα+1
n + O uα+2
n

1 1
Ainsi en prenant α = −1, on a − −−−−−→ 2 donc, d’après le lemme de Césaro,
un+1 un n→+∞
n    
1 X 1 1 1 1 1 1
− = − −−−−−→ 2 ⇒ (n + 1)un+1 −−−−−→ .
n + 1 k=0 uk + 1 uk n+1 un + 1 u0 n→+∞ n→+∞ 2

1
Ainsi, un ∼ .
2n

⋆⋆⋆

6 Suites, séries numériques et intégrales impropres


Lycée Saint-Louis MP*2

Exercice 5 Riemann généralisé


n
X
Soit (un ) ∈ R+
N le terme général d’une série divergente et α ∈ R. On pose S =
n uk , on suppose
 k=0
un
qu’il existe n0 ∈ N tel que ∀n > n0 , Sn > 0. Montrer que la série de terme général converge
Snα n>n0
si et seulement si α > 1.
Solution de l’exercice 5
un
⇐ Supposons α > 1, on utilise des intégrales. Posons vn = α , ∀n > n0 ,
Sn
Sn Sn
Sn − Sn−1 dt dt
ˆ ˆ
vn = = 6 = wn car ∀t ∈ [Sn−1 , Sn ], tα > Snα > Sn .
Snα Sn−1 Snα Sn−1 tα

Or la série de terme général (wk ) converge : en effet, ∀n > n0 ,

n
" # Sn
X Sn
dt t1−α Sn1−α
ˆ
wk = = 6 0
,
k=n0 +1 Sn0 tα 1−α Sn0
α−1

car α − 1 > 0. Les wk étant positifs, on a majoré les sommes partielles donc la série de terme
général (wk ) converge donc par domination la série de terme général (vn ) aussi.
 
un
⇒ Supposons α 6 1, il suffit par minoration de montrer que la série de terme général vn =
Sn
Sn−1
diverge. Pour cela, supposons qu’elle converge. Alors vn −
−−−−→ 0 donc 1− −−−−−→ 0, ce qui
n→+∞
  Sn n→+∞
un
veut dire que Sn−1 ∼ Sn donc la série de terme général converge aussi par équivalence
Sn−1
ˆ Sn
un Sn − Sn−1 dt
avec vn . Or = > donc
Sn−1 Sn−1 Sn−1 t

n Sn  
X uk dt Sn
ˆ
> = ln −−−−−→ +∞,
k=n0
S
+1 k−1 Sn0 t S n0 n→+∞

ce qui est impossible.

⋆⋆⋆

Suites, séries numériques et intégrales impropres 7


2012/2013 Mathématiques : exercices importants

* Exercice 6 Approximation d’une intégrale (Centrale 2009)


Soit φ une application continue de l’intervalle [0, +∞] dans R, intégrable sur R+ . On suppose de
plus qu’il existe t0 > 0 tel que φ décroisse sur [t0 , +∞].
1. Établir que φ est positive sur [t0 , +∞].
2. Soit h > 0. ˆ nh
a) Prouver que pour n suffisamment grand, 0 6 hφ(nh) 6 φ(t)dt.
(n−1)h
+∞
X
b) Montrer que hφ(nh) converge.
n=0
3. Prouver que
+∞
X
ˆ +∞
h φ(nh) −−−→ φ(t)dt,
h→0 0
n=0
 
a
en introduisant a suffisamment grand et coupant la somme à E .
h
Solution de l’exercice 6
1. Supposons que ∃t1 > t0 tel que φ(t1 ) < 0. Alors puisque φ est décroissante, ∀t ∈ [t1 , +∞],
φ(t) 6 φ(t1 ) < 0 donc φ ne serait pas intégrable en +∞, impossible. φ est décroissante minorée
sur [t0 , +∞] donc admet une limite en +∞. Comme φ est intégrable, cette limite est 0.
 
t0
2. a) Pour n > E + 1, ∀t ∈ [(n − 1)h, nh], φ(t) > φ(nh) > 0 d’où l’inégalité en intégrant.
h
+∞
X nh
ˆ ˆ +∞ +∞
X
b) φ(t)dt = φ(t)dt converge donc par majoration hφ(nh) aussi.
n=1 (n−1)h 0 n=0
  nh
t0
ˆ
3. On remarque que ∀n > E + 1, hφ(nh) 6 φ(t)dt 6 hφ((n − 1)h). Notons n0 =
h (n−1)h
 
t0
E + 2, alors
h
+∞
X
ˆ +∞ +∞
X
hφ(nh) 6 φ(t)dt 6 hφ((n − 1)h)
n=n0 (n0 −1)h n=n0
+∞
X
ˆ +∞
⇒06 hφ(nh) − φ(t)dt 6 hφ((n0 − 1)h).
n=n0 −1 (n0 −1)h

On a donc majoré la seconde partie de la somme. De plus,


ˆ n −2 ˆ
(n−1)h 0 −2
nX X
0 (n+1)h

φ(t)dt − hφ(nh) 6 |φ(t) − φ(nh)| dt
0 nh
n=0 n=0
6 (n0 − 1)h × sup {|φ(t) − φ(u)| | u, t ∈ [0, n0 − 1] et |t − u| 6 h} ,
On supposera h < 1, (n0 − 1)h 6 t0 + 1 et φ est continue sur [0, t0 + 1] donc uniformément
continue, donc ∀ε > 0, on peut trouver h0 ∈]0, 1[ tel que ∀t, u ∈ [0, t0 + 1], |t − u| 6 h0 ⇒
|φ(t) − φ(u)| < ε donc pour h < h0 , on majore la première partie par (t0 + 1)ε. Comme φ est
bornée sur [0, t0 + 1], hφ((n0 − 1)h) −−−→ 0 donc on peut trouver h1 > 0 tel que si h < h1 ,
h→0
hφ((n0 − 1)h) 6 ε. Ainsi, pour h < min(h0 , h1 ), on a
ˆ
+∞ +∞
X +∞
X
ˆ +∞

φ(t)dt − hφ(nh) 6 (t0 + +2)ε ⇒ h φ(nh) −−−→ φ(t)dt.
0 h→0 0
n=0 n=0

⋆⋆⋆

8 Suites, séries numériques et intégrales impropres


Lycée Saint-Louis MP*2

Exercice 7 Convergence de l’intégrale et uniforme continuité


ˆ +∞
Soit f : R+ −→ R uniformément continue telle que f converge. Montrer que f (x) −−−−→ 0.
0 x→+∞

Solution de l’exercice 7
Soit ε > 0, f est uniformément continue donc ∃α > tel que ∀x, y ∈ R+ , |x − y| 6 α ⇒
ε
|f (x) − f (y)| 6 . On va approcher f par une quantité intégrale qu’on peut contrôler : ∀x > α,
2
ˆ
1
ˆ x+α 1 x+α

|f (x)| 6 f (x) − f (t)dt + f (t)dt
2α x−α 2α x−α
ˆ
1 1 x+α
ˆ x+α

6 |f (x) − (f (t)| dt + f (t)dt
2α x−α 2α x−α

ˆ
ε 1 x+α

6 + f (t)dt .
2 2α x−α
ˆ
ˆ +∞ ˆ x+α x+α ε

Puisque f converge f (t)dt −−−−→ 0 donc ∃M > 0 tel que ∀x > M , f (t)dt 6 .
0 x−α x→+∞ x−α 2
Ainsi, ∀x > M , |f (x)| 6 ε donc f (x) −−−−→ 0.
x→+∞

⋆⋆⋆

Suites, séries numériques et intégrales impropres 9


2012/2013 Mathématiques : exercices importants

* Exercice 8 Carrés intégrables


Soit f ∈ C 2 (R, R) telle que f et f ′′ soient de carré intégrable sur R.
1. Montrer que f ′ est de carré intégrable.
ˆ 2 ˆ  ˆ 
2. Démontrer l’inégalité f ′2 6 f2 f ′′2 .
R R R

Solution de l’exercice 8
1. On raisonne d’abord au voisinage de +∞. Soit x ∈ R+ , on fait une intégration par parties :
ˆ x ˆ x ˆ x
′2 ′ ′′ ′ ′
x
f (t)dt = [f (t)f (t)]0 − f (t)f (t)dt = f (x)f (x) − f (0)f (0) − f (t)f ′′ (t)dt.
0 0 0

1
f et f ′′ sont de carrés intégrables donc f f ′′ est intégrable car ∀t ∈ R, |f (t)f ′′ (t)| 6 (f 2 (t) +
ˆ x 2
′′2 ′ ′2
f (t)). Par l’absurde, supposons que f ne soit pas de carré intégrable. alors f (t)dt −−−−→
0 ˆ x→+∞
ˆ +∞ x
+∞ donc f (x)f ′ (x) −−−−→ +∞ car f (t)f ′′ (t)dt converge. Or ∀x ∈ R+ , f (t)f (t)dt =
x→+∞ 0 0
1 2
(f (t) − f 2 (0)) donc f 2 (x) −−−−→ +∞ impossible car f est de carré intégrable.
2 x→+∞
Ainsi f f ′ admet une limite finie en +∞ et f f ′ est intégrable en +∞ donc f ′ (x)f (x) −−−−→ 0.
x→+∞
Par passage à la limite dans l’intégration par parties,
ˆ +∞ ˆ +∞
f ′2 (t)dt = −f ′ (0)f (0) − f (t)f ′′ (t)dt.
0 0

De même, en −∞, f (x)f ′ (x) −−−−→ 0 et les intégrales convergent avec


x→−∞
ˆ 0 ˆ 0
f ′2 (t)dt = f ′ (0)f (0) − f (t)f ′′ (t)dt.
+∞ +∞

Donc f ′ est de carré intégrable sur R.


2. En additionnant les deux égalités obtenues précédemment sur les intégrales en +∞ et −∞, on
obtient ˆ ˆ ˆ 2 ˆ  ˆ 
′( ′′ ′2 2 ′′2
f t)dt = − f (t)f (t)dt ⇒ f 6 f f ,
R R R R R
d’après Cauchy-Schwartz appliqué avecˆ le produit scalaire sur l’espace des fonctions continues
de carré intégrable sur R : f, g 7−→ f g, d’où le résultat. Le cas d’égalité correspond à celui
R
de Cauchy-Scwartz, c’est à dire que f et −f ′′ sont positivement liées, ∃α 6 0 tel que f ′′ = αf
donc si f correspond au cas d’égalité, en résolvant l’équation différentielle, il existe A, B ∈ R
tels que ∀x ∈ R, √ √
f (x) = A cos( −αt) + B sin( −αt).
f est de carré intégrable si et seulement si A = B = 0 donc l’égalité est vraie pour f = 0
seulement.

⋆⋆⋆

10 Suites, séries numériques et intégrales impropres


Lycée Saint-Louis MP*2

Exercice 9 Formule des résidus


ˆ
Il s’agit de calculer F (t)dt où F ∈ C(X) n’a pas de pôles réels et deg F 6 −2.
R ˆ x
dt
1. Pour z ∈ C \ R, déterminer lim .
x→+∞ −x t − z
2. Montrer que
X
ˆ
F (t)dt = iπ ε (ℑm(z)) ResF (z),
R z pôle de F

1
où ε (ℑm(z)) est le signe de la partie imaginaire de z et ResF (z) la coefficient de dans
X −z
la décomposition de F en élément simple.
3. En déduire que
X
ˆ
F (t)dt = 2iπ ε (ℑm(z)) ResF (z).
R z pôle de F
ℑm(z)>0

Solution de l’exercice 9
+∞
dt
ˆ
1. On note que diverge, donc la quantité à calculer n’est pas l’intégrale sur R d’une
0 t−z
quantité, juste
ˆ une limite particulière. On pose  z =a+ib avec b 6= 0, on connaît (ou on retrouve)
dt t−a
la primitive = ln |t − z| + i Arctan , donc ∀x > 0,
t−z b
ˆ x     
dt x − z
x−a x+a
= ln + i Arctan + Arctan −−−−→ ε(ℑm(z))iπ.
−x t − z x + z b b x→+∞

2. Tout d’abord, F est continue sur R et intégrable car |f (x)| ∼ C |x|d où d = deg F 6 2. On
±∞
mi
d X
X ai,j
décompose F en éléments simples : F = . Soit i ∈ J1, dK :
i=1 j=1
(X − zi )j
ˆ x
dt
– pour j = 1, −−−−→ ε(ℑm(z))iπ ;
t − zi x→+∞ "
ˆ−xx #x
dt (t − zi )−j+1
– pour j > 2, = −−−−→ 0. Puisque f est intégrable, on a en
−x (t − zi ) −j + 1
j x→+∞
−x
particulier
ˆ ˆ x Xd
F (t)dt = lim F (t)dt = ai,1 iπε(ℑm(z)).
R x→+∞ −x
i=1

Or par définition ai,1 = ResF (zi ) d’où le résultat.


3. Puisque deg F 6 2,
mj
d X
X xai,j X
0 ←−−−− xF (x) = −−−−→ ResF (z).
x→±∞
i=1 j=1
(x − zi ) x→±∞ z pôle de F
j

Ceci signifie que la de la somme pour les z à partie imaginaires positives est l’opposé de la
somme pour les z à parties réelles négatives, d’où la formule annoncée.

⋆⋆⋆

Suites, séries numériques et intégrales impropres 11


2012/2013 Mathématiques : exercices importants

* Exercice 10 Étude d’intégrales à paramètre

1. On pose pour n ∈ N∗
+∞
dt
ˆ
an = .
0 (1 + t3 )n

Déterminer un équivalent de (an ) en +∞, puis calculer an pour n ∈ N∗ et enfin déterminer la


nature de la série de terme général (an xn ) et calculer sa somme.
2. On pose pour n ∈ N
+∞
tn
ˆ
un = dt.
0 1 + tn

a) Quelle est la nature de la série de terme général ((−1)n un ) ?


ˆ 1 +∞
ln(1 + x) X (−1)n
b) Montrer que dx = .
0 x n=0
(1 + n)2
 
ln 2 π2 1
c) En déduire le développement asymptotique un = − +o .
n 12n 2 n2
Solution de l’exercice 10

1. Tous les an sont définis car l’intégrande est équivalente en +∞ à t−3n et −3n < −2. Pour
u 2 1
déterminer l’équivalent de (an ), on pose pour n ∈ N∗ t3 = ⇔ u = nt3 , alors dt = u− 3 n− 3 du
n
donc, ce changement de variables étant un C 1 -difféomorphisme de R+ dans lui-même,

2
+∞
1 u− 3
ˆ
an = n du.
0 3n 3
1
1 + nu
| {z }
fn (u)

2
Les fn sont continues par morceaux et (fn ) converge simplement vers −u − 3
 u >0x 7−→ e u . De
u
plus, ∀n ∈ N∗ , ∀u > 0, |fn (u)| 6 |f1 (u)|. En effet, ∀u > 0, x > 0 7−→ 1 + est décroissante.
x
f1 est continue par morceaux intégrable en +∞ par la règle de Riemann par exemple donc,
d’après le théorème de convergence dominée, en reconnaissant l’expression de la fonction Γ,
 
1
Γ 3
an ∼ 1 .
3n 3

Calculons maintenant an pour n ∈ N∗ . Pour trouver une relation de récurrence sur les an , on
effectue une intégration par parties : pour A > 0,

A  A A
dt t 3t3
ˆ ˆ
= +n dt.
0 (1 + t )
3 n (1 + t3 )n 0 0 (1 + t3 )n+1

+∞
t3
ˆ
En faisant tendre A → +∞, an = 3n dt = 3n(an − an+1 ) car t3 = t3 + 1 − 1.
0 (1 + t3 )n+1
La relation de récurrence est donc

3n − 1
an+1 = an .
3n

12 Suites, séries numériques et intégrales impropres


Lycée Saint-Louis MP*2

Reste à calculer le premier terme :


ˆ +∞ ˆ +∞
dt udu 1
a1 = = en posant t = ;
0 1 + t 3
0 1 + u3 u
ˆ +∞
1 1+t
= dt
2 0 1 + t3
1 +∞ dt
ˆ
=
2 0 1 − t + t2
1 +∞ dt
ˆ
=  2
2 0 t − 21 + 34
   +∞
1 2 2 1
= √ Arctan √ t −
2 3 3 2 0
 
1 π π
=√ +
3 2 6

= √ .
3 3
Passons à la série. D’après le début de l’exercice, ∀x ∈ R,
xn
an xn ∼ K 1 .
+∞ n3
On peut donc conclure :
– si |x| < 1, la série converge ;
– si |x| > 1, la série diverge grossièrement ;
– si x = 1, la série diverge par la règle de Riemann ;
– si x = −1, an décroit vers 0 donc la série alternée converge par Leibniz.
Le rayon de convergence de cette série entière est 1, son domaine de définition est [−1, 1[.
Calculons la somme. Pour |x| < 1, on pose
+∞
X +∞
X +∞ +∞
X +∞  n
xn x
ˆ ˆ
n
S(x) = an x = dt = dt.
n=1 n=1 0
(1 + t )
3 n
n=1 0 1 + t3

x
On va appliquer le théorème de sommation L1 .
Pour n ∈ N∗ , t>0−
7 → est intégrable
ˆ +∞ 1 + t3
x n
et
1 + t3 dt = |x| an terme général d’une série convergente car |x| < 1. On peut donc
0
intervertir :
ˆ +∞
x 1
S(x) = dt
0 1 + t 31− x
1+t3
ˆ +∞ ˆ +∞
dt x dt
=x =
0 1+t −x 3 1−x 0 t3
1 + 1−x
x t
= a1 en posant u = √ .
2
(1 − x) 3
3
1−x

Du fait que la série entière est uniformément convergente sur [−1, 0], S est continue en −1 donc
la formule ci-dessus est valable pour x = −1 car les deux membres sont continus sur [−1, 0].
Ainsi, ∀x ∈ [−1, 1],
2π 2
S(x) = √ x(1 − x)− 3 .
3 3

Suites, séries numériques et intégrales impropres 13


2012/2013 Mathématiques : exercices importants

x 1
2. a) Posons ϕ : x > 0 7−→ , ϕ est dérivable et ϕ′ (x) = > 0 donc ϕ est croissante.
1+x (1 + x)2
Or à t ∈ [0, 1] fixé, x 7−→ tx est décoissante donc ∀n ∈ N,

tn tn+1
6 .
1 + tn 1 + tn+1
ˆ 1
De plus, |un | 6 tn dt −−−−−→ 0. (un ) décroit vers 0 donc, d’après le critère de Leibniz,
0 n→+∞
la série de terme général ((−1)n un ) converge.
+∞
X xk
b) On développe en série entière : ∀x ∈] − 1, 1[, ln(1 + x) = (−1)k+1 donc
k=1
k

1 1 +∞
ln(1 + x) X xk−1
ˆ ˆ
dx = (−1)k+1 dx.
0 x 0 k=1 | {z k }
uk

ln(1 + x)
La série de terme général uk (x) converge simplement vers ∀x ∈]0, 1] et ∀k ∈
ˆ 1 ˆ 1 k−1 x
x 1
N∗ , |uk (x)| dx = dx = 2 terme général d’une série convergente. D’après le
0 0 k k
théorème de sommation L1 ,
1 +∞ 1
ln(1 + x) X (−1)k+1
ˆ ˆ
dx = xk−1 dx
0 x k=1
k 0
+∞
X (−1)k−1
=
k=1
k2
+∞
X (−1)n
= = η(2).
n=0
(1 + n)2

+∞ +∞
X (−1)n−1 X 1
On rappelle que ∀s > 0, η(s) = s
et ∀s > 1, ζ(s) = . Alors ∀s > 1,
n=1
n n=1
ns

+∞ +∞ +∞ +∞  
X 1 X 1 1 X 1 X 1 1
η(z) = − + = − ζ(s) + − = 1 − s−1 ζ(s).
n=1
(2n)s
n=0
(2n + 1)s 2s
n=1
n s
n=1
(2n)s 2

ζ(2) π2
Ainsi, η(2) = = .
2 12
c) Cherchons un équivalent de (un ). Dans l’intégrale qui définit un pour n ∈ N, on pose
u = tn pour obtenir
1 1   1
1 un 1 ux
ˆ ˆ
un = du = ϕ où ϕ(x) = du.
n 0 1+u n 0 1+u

Montrons que ϕ est C ∞ sur ] − 1, +∞[. ϕ est définie sur ] − 1, +∞[ d’après Riemann car
ux ux
∼ ux . Soit ψ : (x, u) ∈] − 1, +∞[×]0, 1] 7−→ , ψ admet des dérivées partielles
1+u 0 1+u
∂k ψ k
k x ∂ ψ
par rapport à x à tout ordre et ∀k ∈ N, (x, u) = (ln u) u . est continue par
∂xk ∂xk
morceaux par rapport à u, continue par rapport à x, et ∀a > −1, ∀(x, u) ∈ [a, +∞]×]0, 1],

∂k ψ
k
k (x, u) 6 |ln u| ux = αk,a (u).
∂x

14 Suites, séries numériques et intégrales impropres


Lycée Saint-Louis MP*2

 
αk,a est continue sur ]0, 1] et en 0 on a par exemple αk,a (u) = o ub où b = (−1 + a)/2
donc, d’après la règle de Riemann, αk,a est intégrable en 0. D’après le théorème sur le
caractère C k des intégrales à paramètre, ψ est C ∞ sur ] − 1, +∞[. En particulier, ψ admet
des développements limité à tout ordre en 0 et ∀k ∈ N,
1 d  
(ln u)k X ϕ(k) (0) 1
ˆ
(k)
ϕ (0) = du ⇒ ∀d ∈ N, un = +o .
0 1+u k=0
k!n k+1 n d+1

π2
Or ϕ(0) = ln 2, et d’après la question précédente, ϕ′ (0) = − donc on a bien
12
 
ln 2 π2 1
un = − +o .
n 12n 2 n2

⋆⋆⋆

Suites, séries numériques et intégrales impropres 15


2012/2013 Mathématiques : exercices importants

** Exercice 11 Théorème de Riesz


Soit E un espace vectoriel normé, F un sous-espace de dimension finie de E et x ∈ E.
1. Montrer qu’il existe y0 ∈ F tel que kx − y0 k = d(x, F ). En déduire que, si F 6= E, ∃u ∈ E
unitaire tel que d(u, F ) = 1.
2. On suppose que F est de dimension infinie et on considère un drapeau infini (Fn )n∈N de sous-
espaces vectoriels de E : ∀n ∈ N, Fn ⊂ Fn+1 et dim Fn = n. Prouver q’il existe une suite
(xn )n∈N∗ de vecteurs unitaires de E telle que ∀n ∈ N, d(xn+1 , Fn ) = 1.
3. Montrer que la boule unité de E est compacte si et seulement si E est de dimension finie.
Solution de l’exercice 11
1. Soit d = d(x, F ), K = {y ∈ F | ky − xk 6 d + 1}, K est borné et fermé comme image réciproque
d’un fermé par une application continue. Comme K ⊂ F de dimension finie, c’est un compact
donc y ∈ K 7−→ ky − xk qui est continue est bornée est atteint ses bornées : ∃y0 ∈ K tel que
∀y ∈ K, kx − y0 k 6 kx − yk. Or si y ∈ F \ K, kx − yk > d + 1 > kx − y0 k donc d = kx − y0 k
par définition de la distance à une partie.
2. On prend x1 ∈ F1 unitaire, puisque F0 = {0}, on a bien d(x1 , F0 ) = kx1 k = 1. Supposons
avoir construit x1 , . . . , xn tels que ∀k ∈ J1, nK, xk ∈ Fk et d(xk , Fk−1 ) = 1. Pour v ∈ Fn+1 \ Fn ,
d’après la question précédente, il existe h ∈ Fn tel que d(v, Fn ) = kv − hk. Prenons xn+1 =
v−h
∈ Fn+1 . Alors kxn+1 k = 1 et ∀x ∈ Fn ,
kv − hk

kv − h − kv − hk xk kv − (h + kv − hk x)k
kxn+1 − xk = = > 1 car h + kv − hk x ∈ Fn ,
kv − hk d(v, Fn )

et il y a égalité pour x = 0 donc la distance de xn+1 à Fn est bien 1.


3. Si E est de dimension finie, la boule unité de E est fermée bornée donc compacte. Supposons
maintenant E de dimension infinie et montrons que la boule unité n’est pas compacte. Soit
(vn )n∈N une famille libre infinie de E, on applique la question précédente avec ∀nßN, Fn =
Vect(x1 , . . . , xn ). On a donc une suite de vecteurs de E (xn )n∈N∗ telle que ∀n ∈ N∗ , kxn k = 1
et d(xn , Fn−1 ) = 1. En particulier, ∀m > n, kxn − xm k > 1 donc la suite (xn ) n’admet pas de
valeurs d’adhérence ; la boule unité n’est donc pas compacte.

⋆⋆⋆

16 Espaces vectoriels normés


Lycée Saint-Louis MP*2

Exercice 12 Petits lemmes d’algèbre linéaire


1. Soit A ∈ Mn (K), discuter du rang de com A selon le rang de A.
2. Pour toute forme linéaire ℓ : Mn (K) −→ K, montrer qu’il existe une unique A0 ∈ Mn (K) telle
que ∀X ∈ Mn (K), ℓ(X) = Tr(A0 X).
3. Soit A une K-algèbre et a ∈ A. Si a admet un polynôme annulateur minimal P , montrer que
la K algèbre K[a] engendrée par a est de dimension finie et dimK K[a] = deg P .
Solution de l’exercice 12
1. On sait que t com AA = At com A = det AIn et que, si on note Ai,j la matrice issue de A en
enlevant la i-ième ligne et la j-ième colonne, com A[i, j] = (−1)i+j det Ai,j .
– Si rg A = n, alors com A est inversible donc rg com A = n.
– Si rg A 6 n − 2, alors les coefficients de com A sont tous nuls car ce sont des déterminants de
matrices de taille n − 1 issues de A.
– Si rg A = n − 1, alors ∃(i, j) ∈ J1, nK2 tel que det Ai,j 6= 0 dont com A 6= 0 dont rg com A >
1. De plus, t com AA = 0 donc Im A ⊂ Ker t com A donc dim Ker t com A > n − 1 donc
rg com A 6 A donc rg com A = 1.
2. Considérons ψ : A ∈ Mn (K) 7−→ ℓA ∈ Mn (K)∗ où ℓA : X 7−→ Tr(AX). ψ est linéaire entre
deux espaces de même dimension et si A ∈ Ker ψ, alors ∀X ∈ Mn (K), Tr(AX) = 0. En prenant
X = Ei,j , on a aj,i = 0 donc A = 0. ψ est un isomorphisme d’où le résultat.
3. On suppose a 6= 0, donc d = deg P > 1. Considérons ϕ : Q ∈ Kd−1 [X] 7−→ Q(a) e ∈ K[a].
ϕ est linéaire et c’est un isomorphisme. En effet, si Q ∈ Ker ϕ, alors Q annule a donc Q est
dans l’idéal P K[X] engendré par P or deg Q < d donc Q = 0. Soit maintenant b ∈ K[a],
∃P ′ ∈ K[X]/b = P f′ (a). Or P ′ = QP + R où R ∈ K
d−1 [X] et en évaluant cette expression en a,
e
on trouve b = R(a) = ϕ(R). ϕ est un isomorphisme donc l’égalité des dimensions est assurée.

⋆⋆⋆

Algèbre linéaire, réduction 17


2012/2013 Mathématiques : exercices importants

** Exercice 13 Indépendance des caractères


Soit (G, ⋆) un groupe et K un corps.
1. Montrer que la famille des morphismes de groupes de (G, ⋆) dans (K∗ , ×) ou caractères est
libre dans le K-espace vectoriel KG .
2. En déduire que l’ensemble Gb des morphismes de (Z/nZ, +) vers (C∗ , ×) est fini de cardinal n.

Solution de l’exercice 13
1. Il nous faut montrer que toute famille finie de morphismes est libre. Raisonnons par récurrence
sur le cardinal n de cette famille.
(n = 1) Un caractère f1 n’est pas nul donc (f1 ) est libre.
n+1
X
b λ1 , . . . , λn+1 ∈ K tels que
(n → n + 1) Soient f1 , . . . , fn+1 ∈ G, λi fi = 0. Alors ∀g, g0 ∈ G,
i=1

n+1
X n+1
X
λi fi (g) = 0 (∗) et λi fi (g) × fi (g0 ) (∗∗).
i=1 i=1

n
X
En faisant (∗) × fn+1 (g0 ) − (∗∗), ∀g ∈ G, λi (fn+1 (g0 ) − fi (g0 ))fi (g). Par hypothèse de
i=1
récurrence, (f1 , . . . , fn ) est libre donc ∀i ∈ J1, nK, λi (fn+1 (g0 ) − fi (g0 )) = 0. Ceci étant vrai
∀g0 ∈ G, puisque fn+1 6= fi , ∃g0 ∈ G telle que fn+1 (g0 ) − fi (g0 ) 6= 0 donc λi = 0.
b ϕ est caractérisée par a = ϕ(1) ∈ C∗ . En effet, ∀k ∈ J0, n − 1K,
2. Soit ϕ ∈ G,
k
Y
ϕ(k) = ϕ(1) = ϕ(1)k = ak .
i=0

De plus, il faut que ϕ(0) = ϕ(n), d’où an = 1 donc a ∈ Un . On a donc au plus n caractères,
montrons que chaque ω ∈ Un définit un caractère distinct. Soit ω ∈ Un , l’application

ϕω : Z/nZ −→ C
k 7−→ ω k

définit bien une application car ω n = ω 0 et est un morphisme de groupes de (Z/nZ, +) dans
(C∗ , ×).
De plus, d’après la question précédente, (ϕω1 , . . . , ϕωn ) est libre dans . Puisque dim F (Z/nZ, C) =
n , {ϕω | ω ∈ Un } est une base de F (Z/nZ, C).

⋆⋆⋆

18 Algèbre linéaire, réduction


Lycée Saint-Louis MP*2

* Exercice 14 Matrices d’incidence


Soit A un ensemble fini de cardinal m, u1 , . . . , un ⊂ A des parties non vides de A distinctes, telles
que ∀(i, j) ∈ J1, nK2 , i 6= j ⇒ Card(ui ∩ uj ) = a. Prouver que m > n.
Pour cela, on pourra poser la matrice M ∈ Mm,n (R) telle que ∀(i, j) ∈ J1, mK × J1, nK,
(
1 si i ∈ uj
M [i, j] = ,
0 sinon
et montrer que tM M est inversible.
Solution de l’exercice 14
La matrice M , un peu comme la matrice de Gram d’un système de vecteurs, caractérise la géométrie
du système des ui . Par exemple, la somme des coefficients de la colonne i est Card(ui ). Mais calculons
d’abord pour (i, j) ∈ J1, nK2 ,
m
X
t
M M [i, j] = M [i, k]M [k, j]
t

k=1
Xm
= M [k, i]M [k, j]
k=1
= (Ci (M )|Cj (M )) ,
où (.|.) est le produit scalaire usuel sur Mm,1 (R). Or en réfléchissant un peu on s’aperçoit que si i 6= j,
(Ci (M )|Cj (M )) = Card(ui ∩ uj ) = a et tM M [i, i] = Card(ui ). Ainsi
 
Card(u1 ) a ··· a
 .. .. .. 
 a . . . 
 
t
MM =  .. .. .. .
 
 . . . a 
a ··· a Card(un )
Pour montrer que tM M est inversible, on peut redémontrer le cas limite du déterminant de Hürwitz ou
bien observer que tM M est symétrique et considérer la forme quadratique q canoniquement associée
à tM M . On a alors ∀(x1 , . . . , xn ) ∈ Rn ,
n
X X
q(x1 , . . . , xn ) = Card(ui )x2i + a xi xj
i=1 (i,j)∈J1,nK2
i6=j
n
!2 n
X X
=a xi + (Card(ui ) − a)x2i .
i=1 i=1

Montrons que q est définie, elle est déjà positive Si a = 0, les ui étant distincts et ∀i ∈ J1, nK,
Card(ui ) > 1, q est bien définie positive car q(x1 , . . . , xn ) = 0 ⇒ (x1 , . . . , xn ) = (0, . . . , 0). Si a > 1 et
∀i ∈ J1, nK, Card(ui ) > a, c’est bon. SI ∃i ∈ J1, nK tel que Card(ui ) = a, alors on suppose i = 1 et on
a ∀j ∈ J2, nK, u1 ( uj comme les uj sont distincts de u1 , et de plus cela ne peut se produire que pour
un des ui , en l’occurrence u1 . Mézalors ∀j ∈ J2, nK, Card(uj ) > a et
n
X
q(x1 , . . . , xn ) = 0 ⇒ x2 = · · · = xn = 0 et xi = 0 ⇒ x1 = · · · xn = 0.
i=1

On termine par le fait que rg(M ) = rg(tM M ). En effet, Ker M ⊂ Ker tM M et si x ∈ Ker tM M , alors
txtM M x = 0 ⇔ kM xk = 0 donc Ker M = Ker tM M et la formule du rang achève la preuve.

Ainsi rg M = n or rg M 6 m donc m > n.

⋆⋆⋆

Algèbre linéaire, réduction 19


2012/2013 Mathématiques : exercices importants

* Exercice 15 Carré diagonalisable


Montrer que A ∈ Mn (C) est diagonalisable si et seulement si rg A = rg A2 et A2 diagonalisable.
Solution de l’exercice 15

⇒ Si A est diagonalisable, A = P DP −1 avec P ∈ GLn (K) et D = Diag(λ1 , . . . , λn ) donc A2 =


P D 2 P −1 et D 2 = Diag(λ21 , . . . , λ2n ). Or ∀i ∈ J1, nK, λi = 0 ⇔ λ2i = 0 donc A2 est diagonalisable
et rg A = rg A2 .
r
Y
⇐ On suppose A2 diagonalisable et rg A = rg A2 , soit P = (X − µk ) annulateur de A2 scindé à
k=1
racines simples (les µk sont distincts). Alors

0 = Pe (A2 ) = (A2 − µ1 In ) · · · (A2 − µr In ),

donc Q = P (X 2 ) est annulateur de A et les racines comlexes de Q sont les (±δj )j∈J1,rK où
∀j ∈ J1, rK, δj2 = µj . Les (±δj ) sont deux à deux distincts sauf dans le cas où ∃j ∈ J1, rK /δj =
0 ⇒ µj = 0.
– Si A est inversible, alors A2 aussi et on peut choisir P de telle sorte que 0 ne soit pas racine de
P , car 0 n’est pas valeur propre de A2 . Dans ce cas les (±δj ) sont tous distincts et on dispose
d’un polynôme annulateur de A scindé à racines simples : A est diagonalisable.
r
Y
– Si A n’est pas inversible, on peut choisir comme annulateur de A2 P = XR où R = (X −µk )
  k=1
et les µk distincts non-nuls. Pe (A2 ) = 0 donc Ker Pe (A2 ) = Mn,1 (C) or R ∧ X = 1 donc,
 
e 2 ) . Or
d’après le théorème de décomposition des noyaux, Mn,1 (C) = Ker A2 ⊕ Ker R(A
Ker A2 = Ker A car les deux matrices ont le même rang et Ker A ⊂ Ker A2 . De plus, on peut
r
Y
décomposer R = (X − δk )(X + δk ) où les δk sont distincts non nuls et la décomposition des
k=1
noyaux donne
  r
M r
M
e 2) =
Ker R(A Ker(A − δi In ) Ker(A + δi In ).
i=1 i=1

Mn,1 (C) est engendré par les espaces propres de A donc A est diagonalisable.

⋆⋆⋆

20 Algèbre linéaire, réduction


Lycée Saint-Louis MP*2

* Exercice 16 Décomposition de Dunford (Mines 2011)


Soit A ∈ Mn (C), f l’endomorphisme de Cn canoniquement associé à A, P = χA , λ1 , . . . , λr les
valeurs propres complexes distinctes de A. ∀i ∈ J1, rK, on note αi la multiplicité de λi , Pi = (λi − X)αi ,
Fi = Ker ((f − λi IdCn )αi ), fi = f|Fi .
r
M
1. Justifier que Cn = Fi .
i=1
2. En considérant une base de Cn adaptée à la somme directe précédente, montrer que ∀i ∈ J1, rK,
Pi = χfi en justifiant d’abord que Pi annule fi .
3. Montrer qu’il existe P ∈ GLn (C) telle que A′ = P −1 AP ait la forme suivante :
 
λ1 Iα1 + N1 0 ··· 0
 .. .. .. 
 0 . . . 
′ 
A = .. .. .. ,
 
 . . . 0 
0 ··· 0 λr Iαr + Nr
où ∀i ∈ J1, rK, Ni est nilpotente.
4. En déduire que A = D + N où D est diagonalisable et N nilpotente telles que N D = DN .
Solution de l’exercice 16
r
Y
1. P ∈ C[X] est scindé et P = K (λi − X)αi avec K 6= 0. De plus P = χf et le théorème de
i=1
Cayley-Hamilton assure que Pe (f ) = 0. De plus, les λi − X étant premiers entre eux, d’après le
théorème de décomposition des noyaux,
r
M
Cn = Ker Pe (f ) = Ker ((f − λi IdCn )αi ) .
i=1

2. On prend pour i ∈ J1, rK une base Bi de Fi , et on considère la base B obtenue par recollement
de toutes les sous-bases. Soit i ∈ J1, rK, fi = f|Fi donc par définition de Fi , (fi − λi IdFi )αi = 0
ce qui prouve que Pi annule fi . fi est un endomorphisme de fi et ses valeurs sont racines de
Pi , donc la seule valeur propre de fi est λi et donc χfi est de la forme χfi = (X − λi )νi . Les Fi
sont stables par f car f est Pfi (f ) commutent et en écrivant la matrice de f dans B, il vient
 
MatB1 (f1 ) 0
MatB (f ) = 
 .. 
.
.
0 MatBr (fr )
r
Y
Donc le polynôme caractéristique de f est P = (X − λi )νi . Par unicité de la décomposition
i=1
en polynômes irréductibles dans C[X], ∀i ∈ J1, nK, νi = αi et Pi = χfi .
3. Soit P ∈ GLn (C) la matrice de passage de la base canonique vers B. Par formule de passage,
A′ = P −1 AP est la matrice de f dans B. Or pour i ∈ J1, rK si Ni = MatBi (fi − λi IdFi ), Ni est
nilpotente d’indice inférieur à αi donc MatB (fi ) = λi Iαi + Ni d’où le résultat.
4. On pose les matrices suivantes :
   
λ1 Iα1 0 N1 0
D′ = 
 .. 
et
 .. 
.
.   .
0 λr Iαr 0 Nr

D′ et N ′ commutent par diagonales par blocs de même taille et A′ = D ′ + N ′ donc A = D + N


avec D = P −1 D ′ P et N = P −1 N ′ P . D est semblable à D′ diagonale donc est diagonalisable et

Algèbre linéaire, réduction 21


2012/2013 Mathématiques : exercices importants

N ′ est semblable à une matrice nilpotente (N ′ ) donc est nilpotente. Enfin, D et N commutent
par un rapide calcul et du fait que N ′ et D ′ commutent.

⋆⋆⋆

22 Algèbre linéaire, réduction


Lycée Saint-Louis MP*2

** Exercice 17 Polynômes et endomorphismes cycliques


Soit E un K-espace vectoriel de dimension finie n ∈ N∗ , u ∈ L(E) et Πu sont polynôme minimal.
Montrer que u est cyclique si et seulement si Πu = (−1)n χu .
On rappelle qu’un endomorphisme est cyclique s’il exitste x ∈ E tel que (x, u(x), . . . , un−1 (x)) est
une base de E.
Solution de l’exercice 17

⇒ Soit x ∈ E tel que (x, u(x), . . . , un−1 (x)) soit une base de E, alors pour tout P ∈ Kn−1 [X],
Pe (u)(x) 6= 0 donc deg Πu > n or d’après le théorème de Cayley-Hamilton, χ(u) e = 0 donc
Πu | χu car l’ensemble des polynômes annulateurs de u est Πu K[X] donc deg Πu = n et la
comparaison des coefficients dominants donne Πu = (−1)n χu .
⇐ On procède
n dans l’esprit
de la odémonstration du théorème de Cayley-Hamilton. Soit x ∈ E,
e
Ix = P ∈ K[X] P (y)(x) = 0 . Alors Ix est un idéal de K[X] donc il existe Πu,x ∈ K[X] tel
que Ix = Πu,x K[X]. Montrons qu’il existe x0 ∈ E tel que Πu,x0 = Πu . Ceci fait, la minimalité
de Πu,x0 assurera la liberté de (x0 , u(x0 ), . . . , un−1 (x0 ))
– Si Πu = P α avec P irréductible, on sait que Πu,x | Πu car Π fu (u)(x) = 0 donc Πu,x = P βx avec
βx 6 α. De plus si ∀x ∈ E, βx < α, alors P α−1 annulerait u ce qui est impossible car Πu est
minimal. Donc il existe un x0 ∈ E tel que Πu,x0 = P α = Πu .
r
Y
– Dans le cas général où Πu = Piαi avec les Pi irréductibles distincts et les αi > 1, d’après le
i=1
théorème de décomposition des noyaux,
r
M
fu (u) =
E = Ker Π Ker Pgαi
i (u).
i=1
| {z }
Fi

Pour i ∈ J1, rK, on considère la restriction ui de u à Fi qui est un endomorphisme car u


commute avec tout polynôme en u. D’après le cas précédent, il existe un xi ∈ Fi tel que
Piαi = Πui ,vi .
Montrons maintenant un petit lemme : ∀x, y ∈ E, si Πu,x ∧ Πu,y = 1, alors Πu,x+y = Πu,x Πu,y .
En effet, on a déjà Πu,x+y | Πu,x Πu,y car

Π^ g g
u,x Πu,y (u)(x + y) = Πu,x (u) ◦ Πu,y (u)(x + y)

= Πg g
u,x (u) ◦ Πu,y (u)(x) car Πg
u,y (u) est linéaire ;

= Πg g
u,y (u) ◦ Πu,x (u)(x) car deux polynômes en u commutent ;
= 0.

De plus, en écrivant x = x + y − y, on obtient par le même argument Πu,x | Πu,x+y Πu,y or


Πu,x ∧ Πu,y = 1 donc d’après le théorème de Gauss, Πu,x | Πu,x+y et de même Πu,y | Πu,x+y .
Puisque Πu,x et Πu,y sont premiers entre eux, Πu,x Πu,y | Πu,x+y et ces deux polynômes sont
unitaires donc égaux.
r
X
Ainsi, en posant x0 = vi , les Piαi étant premier entre eux, on a bien par le lemme Πu,x0 = Πu .
i=1
Puisque Π ]u,x0 (u) est le polynôme en u de plus petit degré qui annule u, la famille (x0 , u(x0 ) . . . , u
n−1 (x ))
0
est libre et u est cyclique.

⋆⋆⋆

Algèbre linéaire, réduction 23


2012/2013 Mathématiques : exercices importants

Exercice 18 Condition sur la dépendance de formes linéaires


Soit E un K-espace vectoriel de dimension finie, ϕ1 , . . . , ϕp , ψ ∈ E ∗ . Montrer que ψ ∈ Vect(ϕ1 , . . . , ϕp )
p
\
si et seulement si Ker(ϕj ) ⊂ Ker(ψ).
j=1

Solution de l’exercice 18
p
X p
\
⇒ Si ψ = aj ϕj , si x ∈ Ker(ϕj ), ψ(x) = 0.
j=1 j=1
⇐ On peut supposer quitte à échanger l’ordre des formes linéaires que (ϕ1 , . . . , ϕ1 ) est libre et
ϕr+1 , . . . , ϕp ∈ Vect(ϕ1 , . . . , ϕr ). Pour j ∈ J1, rK, on pose ϕj = e∗j . On complète (e∗1 , . . . , e∗r )
en base (e∗1 , . . . , e∗n ) de E ∗ , soit (e1 , . . . , en ) la base antéduale de (e∗1 , . . . , e∗n ). On décompose
n
X p
\
ψ = ψ(ej )e∗j , or par hypothèse Ker(ϕj ) ⊂ Ker(ψ) donc si k > r, ek ∈ Ker(ψ) car
j=1 j=1
r
X
∀i ∈ J1, nK, e∗i (ek ) = δik . Il reste donc ψ = ψ(ej )e∗j ∈ Vect(ϕ1 , . . . , ϕr ).
j=1

⋆⋆⋆

24 Algèbre linéaire, réduction


Lycée Saint-Louis MP*2

** Exercice 19 Théorème de Burnside


Soit E un K-espace vectoriel de dimension finie n ∈ N∗ , n > 2. Une partie A ⊂ L(E) est dite
irréductible si les seuls sous-espaces vectoriels stables par tous les éléments de A sont {0} et E. On
dit que A est réductible lorsqu’elle n’est pas irréductible. On se propose de démontrer le théorème de
Burnside : lorsque K = C, la seule sous-algèbre irréductible de L(E) est L(E).
Pour cela, on prend d’abord K un corps quelconque et A une sous-algèbre irréductible de L(E).
1. Montrer que ∀x ∈ E \ {0}, ∀y ∈ E, ∃a ∈ A tel que a(x) = y.
2. Montrer que ∀ϕ ∈ E ∗ \ {0}, ∀ψ ∈ E ∗ , ∃b ∈ A tel que ψ = ϕ ◦ b.
3. Montrer que si A contient un élément de rang 1, alors elle les contient tous et conclure.
On suppose maintenant K = C.
4. Montrer qu’il existe t0 ∈ A \ {0} de rang minimal. On note r = rg(t0 ) et on suppose r > 2.
5. Montrer qu’il existe x1 , x2 ∈ E, a ∈ A et λ ∈ C tels que :
– (t0 (x1 ), t0 (x2 )) est libre ;
– x2 = a ◦ t0 (x1 ) ;
– λ est valeur propre de t0 ◦ a| Im t0 .
Conclure en considérant t0 ◦ a ◦ t0 − λt0 .
Maintenant une illustration de ce résultat.
6. Soit G un sous-groupe de (GLn (C) , ×) unipotent : ∀g ∈ G, 1 est la seule valeur propre de g.
Montrer que G est cotrigonalisable.
Solution de l’exercice 19
1. Soit x ∈ E \ {0}, H = {a(x) | a ∈ A}. Puisque A est une algèbre, H est un sous-espace vectoriel
stable par tout b ∈ A et H 6= 0 car IdE ∈ A donc H = E puisque A est irréductible.
2. Soit ϕ ∈ E ∗ \{0}, K = {ϕ ◦ a | a ∈ A}, K est un sous-espace vectoriel de E ∗ différent de {0}. Soit
(θ1 , . . . , θp ) une base de K que l’on complète en base (θ1 , . . . , θn ) de E ∗ , dont on prend la base
antéduale (e1 , . . . , en ). On veut montrer que K = E ∗ et on raisonne par l’absurde, on suppose
donc p < n. Soit a ∈ A, ∀i ∈ J1, pK, il existe ai ∈ A tel que θi = ϕ ◦ ai donc ∀j ∈ Jp + 1, nK,
θi (a(ej )) = ϕ ◦ ai ◦ a(ej ) or ai ◦ a ∈ A donc ϕ ◦ ai ◦ a ∈ Vect(θ1 , . . . , θp ) donc à cause des relations
qui lient la base duale à la base antéduale, θi ◦ a(ej ) = 0 donc a(ej ) ∈ Vect(ep+1 , . . . , en ) donc
Vect(ep+1 , . . . , en ) est stable par A, ce qui est impossible puisque ce sous-espace ne peut être
ni {0} ni E.
3. Soit u ∈ A de rang 1, soit y ∈ E \ {0} tel que Im u = Vect(y), alors ∀x ∈ E, u(x) = λ(x)y
et λ est une forme linéaire car u est linéaire. On regarde maintenant la quantité suivante :
∀a, a′ ∈ A, ∀x ∈ E,
a ◦ u ◦ a′ (x) = a(λ(a′ (x))y) = λ(a′ (x))a(y).
Lorsque a et a′ décrivent A, d’après les questions précédentes, λ ◦ a décrit E ∗ et a(y) décrit
E donc a ◦ u ◦ a′ décrit tous les endomorphismes de rang 1, qui du même coup appartiennent
tous à A. Or les endomorphismes de rang 1 engendrent L(E) à travers la base canonique par
exemple, donc A = L(E).
4. {rg a | a ∈ A \ {0}} est une partie non vide de N∗ donc elle admet un plus petit élément d’où
l’existence de t0 .
5. Puisque r > 2, l’image de t0 est de dimension au moins 2 donc ∃x1 , x2 ∈ E tels que (t0 (x1 ), t0 (x2 ))
est libre. En appliquant la question 1. avec t0 (x1 ) 6= 0, on voit qu’il existe a ∈ A tel que
t0 (x2 ) = a ◦ t0 (x1 ). De plus, Im t0 est stable par t0 ◦ a donc t0 ◦ a| Im t0 est un endomorphisme
d’un C-espace vectoriel qui admet une valeur propre λ ∈ C.
Soit maintenant b = t0 ◦a◦t0 −λt0 ∈ A, b 6= 0 car b(x1 ) = t0 (x2 )−λt0 (x1 ) 6= 0 car (t0 (x1 ), t0 (x2 ))
est libre. De plus,

Im b = Im (t0 ◦ a − λIdE )| Im t0 ( Im t0 car λ est valeur propre de t0 ◦ a| Im t0 .

Algèbre linéaire, réduction 25


2012/2013 Mathématiques : exercices importants

b aurait donc un rang plus petit que t0 , impossible. Donc t0 est de rang 1 donc d’après la
question 3., A = L(E).
6. On va montrer que G est réductible. On suppose que G 6= {Idn }, si G est irréductible alors
l’algèbre engendrée par G est Mn (C) d’après le théorème de Burnside, or l’algèbre engendrée
par G est le sous-espace vectoriel engendré par G car (G, ×) est un groupe. Ainsi, G engendre
Mn (C) comme espace vectoriel. Soit (g1 , . . . , gn2 ) une base de Mn (C) formée d’éléments de
q y2
G, considérons h1 , . . . , hn2 ∈ Mn (C) tels que ∀(i, j) ∈ 1, n2 , Tr(hi gj ) = δi,j . Les hi existent
car comme (g1 , . . . , gn2 ) est une base de Mn (C), ϕ : A ∈ Mn (C) 7−→ (Tr(Agi ))i∈J1,n2 K est un
isomorphisme car ϕ est linéaire et si ∀M ∈ Mn (C), Tr(AM ) = 0, alors A = 0. Cette sorte
relation d’orthogonalité entre les gi et les hi montre que (h1 , . . . , hn2 ) est une base de Mn (C)
et ∀A ∈ Mn (C),
n 2
X
A= ci hi où ci = Tr(Agi )
i=1

car la formule est vraie pour les gi et on conclut par linéarité. Ainsi ∀g ∈ G,
2
 2

n
X n
X
g= Tr(ggi )hi = n  hi 
i=1 i=1

car ggi ∈ G et G est unipotent. Donc G est fini et Card G = 1, donc G = {In } impossible.
On démontrer maintenant par récurrence sur n que G est cotrigonalisable.
– Si n = 1, tout le monde est triangulaire.
– Supposons que tout sous-groupe de GLk (C) unipotent est cotrigonalisable pour k ∈ J1, n − 1K
et soit G un sous-groupe de GLn (C) unipotent. Si G = {In }, c’est bon et sinon G est réductible
donc on peut trouver un sous-espace F non trivial stable par tous les éléments de g. Soit
(e1 , . . . , ep ) une base de F que l’on complète en une base (e1 , . . . , en ) de E, après changement
de base tout g dans G est représenté par une matrice par blocs
!
g1 ∗
avec g1 ∈ GLp (C) et g2 ∈ GLn−p (C) .
0 g2

g 7−→ g1 et g 7−→ g2 sont des morphismes de groupe donc lorsque g décrit G, g1 et g2 décrivent
des groupes unipotents G1 et G2 car g1 et g2 ont aussi 1 pour seule valeur propre. On peut
donc appliquer l’hypothèse de récurrence à G1 et G2 , trouver deux bases de cotrigonalisation
des g1 et g2 et former ainsi une base de Mn,1 (C) qui cotrigonalise les éléments de G.

⋆⋆⋆

26 Algèbre linéaire, réduction


Lycée Saint-Louis MP*2

Exercice 20 Matrices de Gram (Mines 2009)


Soit E un espace préhilbertien muni de la norme associée au produit scalaire. ∀(x1 , . . . , xn ) ∈ E n ,
on désigne par G(x1 , . . . , xn ) le déterminant de la matrice de Gram M définie par ∀i, j ∈ J1, nK2 ,
M [i, j] = (xi |xj ).
1. Montrer que G(x1 , . . . , xn ) = 0 si et seulement si (x1 , . . . , xn ) est liée.
2. On suppose que (x1 , . . . , xn ) est libre et l’on désigne par V l’espace vectoriel qu’elle engendre.
Montrer que ∀x ∈ E,
G(x1 , . . . , xn , x)
d(x, V )2 = .
G(x1 , . . . , xn )

Solution de l’exercice 20
1. ⇐ Supposons que (x1 , . . . , xn ) est liée, ∃α1 , . . . , αr ∈ K non tous nuls tels que α1 x1 + · · · +
αn xn = 0 donc ∀k ∈ J1, nK,
n
X
αi (xi |xk ) = 0
i=1

donc les vecteurs lignes de M sont liés donc G(x1 , . . . , xn ) = 0.


⇒ Supposons que G(x1 , . . . , xn ) = 0, alors les vecteurs colonne de M sont liés, ∃α1 , . . . , αn ∈ K
non tous nuls tels que ∀k ∈ J1, nK,
 
n X
X n
αj (xk |xj ) = 0 ⇒ xk αj xj  = (xk |y) = 0.
j=1 j=1

On a donc y ∈ V ∩ V ⊥ donc, puisque V est de dimension finie, y = 0 et (x1 , . . . , xn ) est


liée.
2. Soit x ∈ E, y la projection orthogonale de x sur V . Par multilinéarité du déterminant,

G(x1 , . . . , xn , x − y) = G(x1 , . . . , xn , x) − G(x1 , . . . , xn , y),

or G(x1 , . . . , xn , y) = 0 car y ∈ V et


(x1 |x − y)


..
M (x1 , . . . , xn )
.
G(x1 , . . . , xn , x − y) = .

(xn |x − y)

(x − y|x1 ) ··· (x − y|xn ) (x − y|x − y)

Puisque (x − y|x − y) = kx − yk2 = d(x, V )2 et que ∀k ∈ J1, nK, (xk |x − y) = 0 car x − y ∈ V ⊥ ,


en développant par rapport à la dernière colonne on obtient le résultat demandé.

⋆⋆⋆

Algèbre linéaire, réduction 27


2012/2013 Mathématiques : exercices importants

Exercice 21 Caractérisation des projecteurs orthogonaux


Soit E un espace euclidient, p un projecteur de E. Montrer que les assertions suivantes sont
équivalentes :
(1) p est symétrique (∀x, y ∈ E, (p(x)|y) = (x|p(y))) ;
(2) ∀x ∈ E, kp(x)k 6 kxk ;
(3) p est un projecteur orthogonal.
Solution de l’exercice 21

(3) ⇒ (1) Soit p un projecteur orthogonal sur F = Im p, E ⊥ ⊥


 = F ⊕ F  . Soient
 x, y ∈ E, x = fx + fx

et y = fy + fy⊥ dans cette décomposition et comme fx⊥ fy = fx fy⊥ = 0,
 

(x|p(y)) = fx⊥ fy⊥ = (p(x)|y) .

(1) ⇒ (2) Comme p est un projecteur, E = Ker p ⊕ Im p, montrons que Ker p = (Im p)⊥ . Soit y ∈ Im p,
y = p(x0 ), x ∈ Ker p.

(x|y) = (x|p(x0 ))
= (p(x)|x0 )
=0

(2) ⇒ (3) Soit x ∈ Ker p, y ∈ Im p, λ ∈ R, par hypothèse

kp(λx + y)k2 6 kλx + yk ⇔ kp(y)k 6 |λ|2 kxk2 + kyk2 + 2λ (x|y) .

Or p(y) = y donc ∀λ ∈ R, 0 6 λ2 kxk2 + 2λ (x|y). Ce polynôme du second degré a donc sont


discriminant négatif, soit 4 (x|y)2 6 0 ⇒ (x|y) = 0.

⋆⋆⋆

28 Espaces préhilbertiens
Lycée Saint-Louis MP*2

** Exercice 22 Projection sur un convexe complet non vide


Soit E un espace préhilbertien, C ⊂ E convexe non vide complet pour la distance définie par kk.
1. Montrer que ∀v ∈ E, il existe un unique pC (v) ∈ E tel que kv − pC (v)k = d(v, C ).
2. Montrer pC (v) est caractérisé par la propriété ∀z ∈ C,

ℜe((v − pC (v)|z − pC (v))) < 0.

3. Montrer que pC (v) est 1-lipschitzienne.


Solution de l’exercice 22
1. Montrons d’abord l’unicité. Soit v ∈ E, supposons d(v, C , v) = kv − c1 k = kv − c2 k avec
1
c1 6= c2 . Soit m = (c1 + c2 ), d’après l’identité du parallélogramme,
2
1 1
kv − mk2 = (kv − c1 k2 + kv − c2 k2 ) − kc1 − c2 k2
2 4
< d(v, C ),

impossible au vu de la définition de la distance à une partie. Montrons maintenant l’existence


de pC (v). Par définition de la distance à une partie, on peut trouver une suite (cn ) de points
de C telle que kv − cn k −−−−−→ d(v, C ). Montrons que (cn ) est de Cauchy. ∀n, m ∈ N, d’après
n→+∞
l’identité du parallélogramme, 2(kv − cn k2 + kv − cm k2 ) = kcn − cm k2 + k2v − cn − cm k2 donc,
cn + cm
puisque C est convexe et que v −
> d(v, C ),

2
2
cn + cm
kcn − cm k2 = 2(kv − cn k2 + kv − cm k2 ) − 4
v −


2
6 2(kv − cn k2 + kv − cm k2 ) − 4d(v, C )2 .

Puisque kv − cn k −−−−−
→ d(v, C , ∀ε > 0, ∃N ∈ N/∀m > n > N , kcn − cm k 6 ε. Comme (cn )
n→+∞
est complet, (cn ) converge vers un élément δ ∈ C tel que d(v, C ) = kv − δk car x 7−→ kxk est
continue.
2. On utilise la méthode du glissement.
⇒ On suppose que pC (v) est tel que kv − pC (v)k = d(v, C ). Soit z ∈ C , pour t ∈ [0, 1],
tz + (1 − t)pC (v) ∈ C donc

kv − pC (v)k2 6 kv − (tz + (1 − t)pC (v))k2


6 kv − pC (v) − t(z − pC (v))k2
6 kv − pC (v)k2 + t2 kz − pC (v)k2 − 2tℜe((v − pC (v)|z − pC (v))).

Ainsi ∀t ∈]0, 1], t kz − pC (v)k2 − 2ℜe((v − pC (v)|z − pC (v))) > 0. On fait tendre t → 0 et
on trouve bien ℜe((v − pC (v)|z − pC (v))) 6 0.
⇐ Si z0 ∈ C vérifie ∀z ∈ C , ℜe((v − z0 |z − z0 )) 6 0, alors z0 = pC (v). En effet, pour z ∈ C ,

kv − zk2 = kv − z0 k2 + kz0 − zk2 + 2ℜe((v − z0 |z − z0 ))


> kv − z0 k2

Ceci prouve que kv − z0 k2 = d(v, C )

Espaces préhilbertiens 29
2012/2013 Mathématiques : exercices importants

3. Soient x, x′ ∈ E, en appliquant la relation précédente à x′ en prenant pC (x) pour z et vice-versa,


 
ℜe( pC (x) − x pC (x) − pC (x′ ) ) 6 0 et ℜe( pC (x′ ) − x′ pC (x′ ) − pC (x) ) 6 0.

En faisant la somme, ℜe((pC (x) − x − (pC (x′ ) − x′ )|pC (x) − pC (x′ ))) 6 0 et en décomposant le
membre de gauche, kpC (x) − pC (x′ )k2 + ℜe((x′ − x|pC (x) − pC (x′ ))) 6 0 donc

pC (x) − pC (x′ ) 2 6 ℜe( x′ − x pC (x) − pC (x′ ) )

6 x − x′ pC (x) − pC (x′ ) d’après Cauchy-Schwarz.

En simplifiant par kpC (x) − pC (x′ )k quand on le peut, on retrouve bien le caractère 1-lipschitzien
de pC .

⋆⋆⋆

30 Espaces préhilbertiens
Lycée Saint-Louis MP*2

Exercice 23 Inégalité de Hadamar


Soit A ∈ GLn (R), montrer qu’il existe P ∈ On (R) et T ∈ Mn (R) triangulaire supérieure à
diagonale positive telle que A = P T . Montrer l’unicité du couple (P, T ) et que ∀A ∈ Mn (R),

|det A| 6 kC1 (A)k2 · · · kCn (A)k2 .

Étudier le cas d’égalité.


Solution de l’exercice 23
Soit bcn = (e1 , . . . , en ) la base canonique de Rn , B = (A(e1 ), . . . , A(en )). On orthonormalise B
grâce à Gram-Schimdt en base orthonormale B ′ = (v1 , . . . , vn ) de Rn . Posons T = MatB′ (B), on a
déjà T ∈ TSn (R) et la diagonale de T est positive grâce à la construction de Gram-Schmidt. De plus,
en note P = Matbcn (B) la matrice de passage de bcn vers B ′ , on a P ∈ On (R) car les deux bases
sont orthonormales. Par relations de changement de base, il vient

Matbcn (B) = Matbcn B ′ × MatB′ (B) ⇔ A = P T .

Montrons que le couple (P, T ) est unique. Si P T = P ′ T ′ avec P, P ′ ∈ On (R) et T, T ′ ∈ TSn (R)
de diagonales positives, alors P ′−1 P = T ′ T −1 or P ′−1 P ∈ On (R) et T ′ T −1 ∈ TSn (R), l’égalité de ces
deux matrices implique que ces deux matrices soient égales à In et on retrouve P = P ′ , T = T ′ .
Posons A = (C1 (A) , . . . , Cn (A)), montrons que |det A| 6 kC1 (A)k2 · · · kCn (A)k2 .
– Si A ∈ / GLn (R), det A = 0, l’inégalité est toujours vraie avec égalité si et seulement si une
colonne de A est nulle.
– Si A ∈ GLn (R), il existe (P, T ) ∈ On (R) × TSn (R) avec la diagonale de T positive tel que A =
Y k
X
P T . Puisque det P ∈ {±1}, |det A| = |det T | = T [i, i]. Or ∀k ∈ J1, nK, Ck (A) = T [j, k]ej
i=1 j=1
donc kCk (A)k2 > T [k, k]. Ceci prouve l’inégalité de Hadamar et le cas d’égalité se produit si
et seulement si ∀k ∈ J1, nK, kCk (A)k2 = T [k, k], c’est à dire si T est diagonale (les Ck (A) sont
orthogonaux deux à deux).

⋆⋆⋆

Espaces préhilbertiens 31
2012/2013 Mathématiques : exercices importants

* Exercice 24 La matrice symétrique


 
1 0 0
 . .. 
1 . . . 
 
 .. .. .. 
A=
 . . . 
 Diagonaliser A en base orthonormale.
 
 .. .. 
 . . 1
0 1 0
Solution de l’exercice 24
A est symétrique réelle donc diagonalisable en base orthonormée d’après le théorème spectral.
Écrivons l’équation aux éléments propres : soit X = t(x1 · · · xn ) 6= 0,


 x2 = λx1



..

.


AX = λX ⇔ xk+1 + xk−1 = λxk (S).



..


 .


 xn−1 = λxn
On rajoute les conditions x0 = xn+1 = 0 au système (S), de manière à avoir une suite récurrente
linéaire de polynôme caractéristique P = X 2 − λX + 1. Le discriminant est λ2 − 4, on a donc a priori
trois cas à étudier en fonction du signe du discriminant.
Supposons λ2 −4 < 0 ⇔ |λ| < 2. Posons λ = 2 cos θ avec θ ∈]0, π[, les racines de P sont alors r1 = eiθ
et r2 = r1 . Ainsi (S) équivaut au fait qu’il existe a, b ∈ C tels que ∀k ∈ J0, n − 1K, xk = aeikθ + be−ikθ
et x0 = xn+1 = 0 c’est à dire ∃a ∈ C/∀k ∈ J0, n − 1K, xk = 2ia sin(kθ) et 2ia sin((n + 1)θ) = 0.
– Si sin((n + 1)θ) 6= 0, X = 0 est la seule solution donc λ ∈ / Sp(A).

– Si sin((n + 1)θ) = 0 ⇔ ∃k ∈ J1, nK /θ = , alors X est solution de (S) si et seulement s’il
  n+1
sin θ  
 .  kπ
existe a ∈ C tel que X = a  .. . Ainsi, λk = 2 cos est valeur propre de A associé
n+1
sin(nθ)
au vecteur propre Xk ci dessus (a = 1).
On a trouvé n valeurs propres distinctes, pas besoin d’étudier les autres cas pour le discriminant.
A est symétrique donc les (Xk )k∈J1,nK sont orthogonaux, il reste à les normaliser.
n n
X X 1 − cos(2θk )
kXk k2 = sin2 (θk ) = car sin 0 = 0 ;
p=0 p=0
2
 
n
n+1 X
= − ℜe  e2ipθk 
2 p=0
!
n+1 1 − e2i(n+1)θk
= − ℜe car n > 2.
2 1 − e2iθk
| {z }
0

s !
2
Ainsi, la base orthonormale de vecteurs propres souhaitée est celle des Xk .
n+1 k∈J1,nK

⋆⋆⋆

32 Espaces préhilbertiens
Lycée Saint-Louis MP*2

Exercice 25 Ordre de Löwner


Soient A, B ∈ Sn (R), on dit que A est Löwner-supérieure à B et on écrit A < B si A − B ∈
S+
n (R) ⇔ ∀X ∈ Mn,1 (R), tXAX > tXBX. Montrer que si A < B, alors det A > det B.
Solution de l’exercice 25
On procède en plusieurs étapes.
(1) Si B = In , ∀X ∈ Mn,1 (R), tXAX 6 kXk donc ∀λ ∈ Sp(A), λ > 1. Ainsi, puisque A est
Y
symétrique réelle donc diagonalisable, det A = λ > 1.
λ∈Sp(A)

(2) Supposons maintenant B ∈ S++ ++ 2


n (R), soit C ∈ Sn (R) telle que C = B. Alors ∀X ∈ Mn,1 (R),
tXAX > tXC 2 X > tY Y où Y = CX. Comme C ∈ GL (R), ∀Y ∈ M t −1 Y )AC −1 Y >
n n,1 (R), (C
′ −1
kY k. Donc la matrice symétrique A = C AC−1 est Löwner-supérieur à In , d’après le cas
précédent, det(C −1 AC −1 ) > 1 ce qui revient à det A > det B.
(3) Si B ∈ S+ ++
n (R) \ Sn (R), det B = 0 or det A > 0 donc le résultat est toujours vrai.

⋆⋆⋆

Espaces préhilbertiens 33
2012/2013 Mathématiques : exercices importants

*** Exercice 26 Astuce euclidienne pour un groupe compact


On considère un sous-groupe compact G du groupe linéaire GL(Rn ) et K un compact convexe de
Rn stable par G : ∀g ∈ G, g(K) ⊂ K. Montrons d’abord qu’il existe un point fixe de K commun à
tous les g ∈ G.
1. Soit f un endomorphisme de Rn tel que f (K) ⊂ K et a ∈ K. On pose pour n ∈ N un =
n
1 X
f k (a).
n + 1 k=0
a) Montrer que toute valeur d’adhérence x de la suite (un ) est un point fixe de f .
b) En déduire que f a un moins un point fixe dans K.
2. Pour x ∈ Rn on pose kxkG = sup {kg(x)k | g ∈ G} où kk est la norme unsuelle de Rn .
a) Montrer que kkG définit une norme sur Rn et que cette norme est strictement convexe,
c’est à dire ∀x, y ∈ Rn , kx + ykG = kxkG + kykG si et seulement si x et y sont positivement
liés.
b) Montrer que tout g ∈ G est une isométrie pour kkG .
3. On suppose que G n’a aucun point fixe dans K, c’est-à-dire ∀x ∈ K, ∃g ∈ G tel que g(x) 6= x.
Pour g ∈ G on pose Ωg = {x ∈ K | g(x) 6= x}.
p
[
a) Montrer qu’il existe p ∈ N∗ et g1 , . . . , gp ∈ G tels que K = Ωgi 1 .
i=1
p
1X
b) Montrer que f = gi a un point fixe a ∈ K.
p i=1
c) Montrer que a est un point fixe de tous les gi et conclure 2 .
On veut maintenant montrer que tout sous-groupe compact Γ de GL(Rn ) est conjugué d’un sous-
groupe du groupe orthogonal : ∃P ∈ GLn (R) tel que P ΓP −1 ⊂ On (R). Soit donc Γ un sous-
groupe compact de GL(Rn ), Q l’espace vectoriel des formes quadratiques sur Rn , q0 ∈ Q telle
que ∀(x1 , . . . , xn ) ∈ Rn ,
n
X
q0 (x1 , . . . , xn ) = x2k .
k=1

Pour g ∈ Γ et q ∈ Q on note ρ(g)(q) l’application x ∈ Rn 7−→ q ◦ g−1 (x), A désigne l’orbite de q0 sous
l’action de Γ, c’est à dire A = {ρ(g)(q0 ) | g ∈ Γ} et enfin son note K l’enveloppe convexe de A.
4. Soit E un espace vectoriel réel de dimension n et A ⊂ E non vide.
a) Montrer que si v ∈ E est barycentre à coefficients positifs de a1 , . . . , ap+1 ∈ A avec p > n,
alors v est barycentre à coefficients positifs de p éléments de A 3 .
b) En déduire que l’enveloppe convexe de A est
(n+1 )
X n+1
X

E (A) = ai Xi ∀i ∈ J1, n + 1K , Xi ∈ A, ai ∈ R+ et ai = 1 .

i=1 i=1

c) Montrer que l’enveloppe convexe d’un compact en dimension finie est compacte.
5. a) Montrer que ∀g ∈ Γ, ∀q ∈ Q, ρ(g)(q) est une forme quadratique et que si q est définie
positive, alors ρ(g)(q) aussi.
b) Montrer que ρ : Γ −→ GL(Q) est un morphisme de groupes continu.
c) En déduire que G = ρ(Γ) est un sous-groupe compact de GL(Q).
6. Montrer que K est un convexe compact non-vide stabilisé par tout élément γ de G et en déduire
qu’il existe une forme quadratique définie positive q1 telle que ∀g ∈ Γ ,∀x ∈ Rn , q1 ◦g(x) = q1 (x).
Conclure.

1. On admettra, bien que hors-programme, la propriété de Borel-Lebesgue.


2. On pourra utiliser la norme kkG .
3. On pourra considérer la famille des (ai , 1)i∈J1,p+1K de E × R.

34 Espaces préhilbertiens
Lycée Saint-Louis MP*2

Solution de l’exercice 26
1. a) Soit x une valeur d’adhérence de (un ) telle que uϕ(n) −−−−−
→ x , alors ∀n ∈ N,
n→+∞
n n
!
1 X
k
X
k+1 1
(IdRn − f )(un ) = f (a) − f (a) = (a − f n+1 (a)).
n+1 k=0 k=0
n+1

Puisque f (K) ⊂ K et que K est bornée, la quantité f n+1 (a) est bornée et donc en passant
à la limite ϕ(n) → +∞, on obtient (IdRn − f )(x) = 0 ⇔ f (x) = x.
b) (un ) est une suite du compact K donc admet une valeur d’adhérence par Bolzanno-
Weierstrass. On peut appliquer la question précédente.
2. a) La borne supérieure de la définition est bien définie et c’est en fait un maximum car
∀x ∈ Rn , g 7−→ kg(x)k est continue sur le compact G donc est bornée et atteint ses bornes.
kkG est à première vue positive, homogène et séparante car par exemple IdRn ∈ G. Touts
les kg(x)k vérifient l’inégalité triangulaire donc en passant au maximum, kkG aussi. Soient
maintenant x, y ∈ Rn , g0 ∈ G tels que kx + ykG = kg0 (x + y)k 6 kg0 (x)k + kg0 (y)k 6
kxkG + kykG . Le cas d’égalité ici implique le cas d’égalité dans l’inégalité triangulaire,
c’est-à-dire (on suppose x 6= 0) ∃λ ∈ R+ tel que g(y) = λg(x). En composant par g−1 qui
est linéaire, on a bien l’égalité si et seulement si (x, y) sont positivement liée (réciproque
évidente).
b) Soit g ∈ G, x ∈ Rn , kg(x)kG = max {kh ◦ g(x)k | h ∈ G} = max {kh(x)k | h ∈ G} = kxkG
car h ∈ G 7−→ h ◦ g est une bijection de G car G est un groupe.
[
3. a) D’après les hypothèses de cette question, K = Ωg est ∀g ∈ G, Ωg est l’image réciproque
g∈G
d’un ouvert (Rn \ {0}) par une application continue donc c’est un ouvert. Puisque K est
compact, d’après la propriété de Borel-Lebesgue, de ce recouvrement de K par des ouverts
on peut extraire un sous-recouvrement fini, ce qui est précisément le résultat demandé.
b) On applique le résultat de la question 1 à f qui est bien un endomorphisme qui stabilise
K (regarder les hypothèses du début).
c) On a par inégalité triangulaire
p p
1X 1X
kakG = kf (a)kG 6 kgi (a)kG 6 kakG 6 kakG ,
p k=1 p k=1

car ∀i ∈ J1, pK, gi est une isométrie pour kkG d’après la question 2. Puisque kkG est
strictement convexe, ce cas d’égalité implique que ∀i ∈ J1, pK, a et g( a) sont positivement
liés. Puisque a et gi (a) ont même norme et qu’ils sont sur la même demi-droite vectorielle,
gi (a) = a. Mais ceci est absurde puisque a ∈ K et que les Ωgi sont censés recouvrir K.
Donc G a un point fixe dans K.
p+1
X
4. a) Soit v = λi ai ∈ E avec ∀i ∈ J1, p + 1K, λi > 0. Pour des raisons de dimension, la famille
i=1
(ai , 1)i∈J1,p+1K est liée dans l’espace vectoriel E × R donc ∃x1 , . . . , xp+1 ∈ R non tous nuls
tels que
p+1
X p+1
X
xi ai = 0 et xi = 0.
i=1 i=1
p+1
X
On peu donc écrire ∀k ∈ R, v = (λi +kxi )ai . On peut de plus choisir grâce à la deuxième
i=1
condition sur les xi k ∈ R tel que ∀i ∈ J1, p + 1K, λi + kxi > 0 et ∃i0 ∈ J1, p + 1K tel que
λi0 + kxi0 = 0. v est donc barycentre des (ai , λi + kxi )i∈J1,p+1K\{i0 } .
b) En réitérant ce processus, on peut exprimer tout v ∈ E (A) comme barycentre à coefficients
positifs de n + 1 éléments de A, en on peut supposer la somme des coefficients égale à 1
car elle est non-nulle.

Espaces préhilbertiens 35
2012/2013 Mathématiques : exercices importants

( n+1 )
X
n+1
c) On suppose A compact. L’ensemble (a1 , . . . , an+1 ) ∈ R+ ai = 1 est borné et fermé

i=1
comme image réciproque d’une fonction continue sur un compact. Puisque A est aussi fermé
borné, la formule précédente nous assure que E (A) est fermé et borné donc c’est un compact
car E est de dimension finie.
5. a) Soit g ∈ Γ et q ∈ Q, g−1 (x) est fonction linéaire des coordonnées de x et ρ(g−1 (x))
est un polynôme homogène de degré 2 est les coordonnées de g−1 (x) donc ρ ◦ g−1 (x) est
un polynôme homogène de degré 2 en les coefficients de x ; ρ(g)(q) est donc une forme
quadratique. Si q est définie positive, ∀x ∈ Rn \ {0}, q(x) > 0 or lorsque x décrit Rn \ {0},
g−1 (x) décrit aussi Rn \ {0} donc q ◦ g−1 (x) > 0 et ρ(g)(q) est définie positive.
b) Soient g ∈ Γ, ρ(g) désigne l’application sur Q qui à q ∈ Q associe q ◦ g−1 . ρ(g) est linéaire
par linéarité de la composition et si q ◦ g−1 = 0, alors q = 0 par un raisonnement similaire à
celui de la question précédente. ρ est donc bien à valeurs dans GL(Q). Soient maintenant
g, g′ ∈ G, ∀q ∈ Q, ρ(g ◦ g′ )(q) = q ◦ g′−1 ◦ g−1 = ρ(g) ◦ ρ(g′ ) donc
ρ est un morphisme
car ρ(IdRn ) = IdQ . g 7−→ g−1 est continue et q ◦ g−1 6 |||q||| g−1 donc ρ est bien un
morphisme continu.
c) Par propriété des morphismes, l’image de Γ par ρ est un sous-groupe de GL(Q), et puisque
Γ est compact, G = ρ(Γ) aussi.
6. On rappelle que K est l’enveloppe convexe de l’orbite A de q0 ∈ Q. Par définition de A, on a
aussi A = {γ(q0 ) | γ ∈ G}. Le morphisme d’évaluation est continu et G est compact donc A est
une partie compacte de Q. D’après la question 4, K est aussi compacte et bien évidemment
convexe. K est non-vide car Γ est non-vide. Prenons un élément générique q de K, r est la
R-dimension de Q :
r+1
X r+1
X
q= ai ρ(gi )(q0 ) = ai q0 ◦ gi−1 ,
i=1 i=1
r+1
X
avec ∀i ∈ J1, r + 1K, ai > 0, gi ∈ Γ, ai = 1. Donc ∀γ ∈ G, avec γ = ρ(g)
i=1

r+1
X
γ(q) = q ◦ g−1 = ai q0 ◦ gi−1 ◦ g,
i=1
| {z }
∈Γ

ce qui prouve que K est stable par tout élément de G. On peut donc appliquer les question 1.,
2. et 3. et on a l’existence de q1 ∈ K telle que ∀g ∈ G, q1 ◦ g−1 = q1 et on peut remplacer g−1
par g car Γ est un groupe. De plus, q0 est définie positive donc d’après la question 5. a), q1 est
définie positive.
q1 définit une norme et un produit scalaire au travers de sa forme polaire sur Rn , pour lesquels
tous les éléments de g sont des isométries ! Si on prend une base dans laquelle la matrice
de q1 est l’identité et que l’on note P ∈ On (R) la matrice de passage associée, on a alors
P ΓtP = P ΓP −1 ⊂ On (R) ce qui était le but de l’exercice.

⋆⋆⋆

36 Espaces préhilbertiens
Lycée Saint-Louis MP*2

Exercice 27 Méthode des coefficients indéterminés


+∞
X
Soit R > 0, f : x ∈]− R, R[7−→ an xn ∈ C de rayon de convergence R. On suppose que f (0) 6= 0,
n=0
1
montrer que est développable en série entière au voisinage de 0.
f
Solution de l’exercice 27
Quitte à diviser par f (0) non nul, on suppose f (0) = 1, montrons d’abord qu’il existe ρ ∈]0, R[
+∞
X +∞
X
n
tel que |an | ρ 6 1. g : ρ ∈ [0, R[7−→ |an | ρn est continue car c’est une série entière de rayon de
n=1 n=1
+∞
X
convergence R et de plus g(0) = 0 donc, par continuité, il existe ρ ∈]0, R[ tel que |an | ρn 6 1.
n=1
1
Utilisons maintenant la méthode des coefficients indéterminés. Supposons que soit développable
f
+∞ n
1 XX
en série entière au voisinage de 0 de coefficients (bn ), alors b0 = = 1 et 1 = bk an−k par
f (0) n=0 k=0
produit de Cauchy. Par unicité du développement en série entière de 1, ∀n ∈ N∗ ,
n−1
X
bn = − bk an−k car a0 = f (0) = 1.
k=0

n−1
X +∞
X
Définissons donc la suite (bn ) par b0 = 1 et ∀n ∈ N∗ , bn = − bk an−k . Soit h(x) = bn xn ,
k=0 n=0
montrons que la rayon de convergence de la série entière de somme h est supérieur à ρ. En effet, soit
Hn : « |bn ρn | 6 1 ».
– H0 est vraie.
– Si Hn−1 est vraie, alors

n−1
n X k n−k
|bn ρ | = bk ρ an−k ρ

k=0
X
n−1



6 bk ρk |an−k | ρn−k
k=0 | {z }
61
+∞
X
6 an ρn
n=1
61 par le choix de ρ.

+∞
1 X
Finalement, ∀x ∈] − ρ, ρ[⊂] − R, R[, f (x)h(x) = 1 et ∀x ∈] − ρ, ρ[, = bn xn .
f (x) n=0

⋆⋆⋆

Suites et séries de fonctions 37


2012/2013 Mathématiques : exercices importants

Exercice 28 Taille des coefficients de Fourier et régularité


Soit f : R −→ C continue 2π-périodique.
1. Montrer que si f est C k , alors nk cn (f ) − → 0.
−−−−
n→±∞
 
2. Montrer que si la série de terme général nk (|cn (f )| + |c−n (f )|) converge, alors f est de classe
C k.
Solution de l’exercice 28
1. Par des intégrations par parties, il vient ∀n ∈ Z, cn (f ) = (in)k cn (f ) orf (k) est continue 2π-
2 2 

périodique donc d’après le théorème de Parseval, la série de terme général cn (f (k) ) + c−n (f (k) )
converge donc en particulier, cn (f (k) ) −
−−−−→ 0 ⇒ nk cn (f ) −−−−−
→ 0.
n→±∞ n→±∞
2. Posons pour x ∈ R,
+∞
X +∞
X
g(x) = c0 (f ) + cn (f )einx + c−n (f )e−inx = u0 (x) + un (x).
n=1 n=1

On ne sait pas a priori que f = g. D’après notre hypothèse et le petit calcul des coefficients
de Fourier d’une dérivée, la série de terme général (un ) et toutes ses dérivées jusqu’à l’ordre k
convergent normalement sur R. En effet, ∀n > 1, ∀j ∈ J0, kK,
 
(j)
un = sup (in)j cn (f )eint + (−in)j c−n (f )e−int
∞ t∈R
j
6 n (|cn (f )| + |c−n | (f ))
6 nk (|cn (f )| + |c−n | (f )) terme général d’une série convergente.

Par théorème, g est C k dérivable terme à terme à terme jusqu’à l’ordre k.


Montrons maintenant que g = f . Pour ce faire, on va montrer que ∀n ∈ Z, cn (f ) = cn (g). Ainsi,
comme f et g sont continues, d’après le théorème de Parseval,
X
kf − gk2 = |cn (f ) − cn (g)| = 0 ⇒ f = g.
n∈Z

Mais avant, pour p ∈ Z,



1
ˆ
cp (g) = g(t)e−ipt dt
2π 0
2π +∞
1 X
ˆ
= un (t)e−int dt.
2π 0 n=0

Si on pose vn (t) = un (t)e−int pour n ∈ N, les vn sont continus et convergent normalement sur
R car kvn k∞ 6 |cn (f )| + |c−n (f )| terme général d’une série convergente. De plus, l’intégration
portant sur un segment, on peut intervertir intégrale et somme,
+∞ 2π
X 1
ˆ
cp (g) un (t)e−int dt = cp (f ).

n=0 |0 {z }
δn,p

⋆⋆⋆

38 Suites et séries de fonctions


Lycée Saint-Louis MP*2

Exercice 29 Calcul de sommes à l’aide de Fourier

1. On pose f (x) = 1 pour x ∈]0, π[, f impaire et 2π-périodique. Déterminer la série de Fourier de
f , en déduire des formules.
+∞
X sin(kx)
π−x
2. On pose g(x) = pour x ∈]0, 2π[, f (0) = 0 et f est 2π-périodique. Calculer à
2 k=1
k
l’aide de g.
Solution de l’exercice 29

1. On trace d’abord la graphe de f :

b b b

−π π

−1

f est impaire donc ∀n ∈ N, an (f ) = 0. De plus ∀n ∈ N∗ ,

1 π 2 π
ˆ ˆ
bn (f ) = f (t) sin(nt)dt = sin(nt)dt
π −π π 0
2 2 ((−1)n − 1)
= [− cos(nt)]π0 = −
nπ nπ
(
0 si n est pair
= 4
nπ si n est impair

Si on applique la formule de Parseval à f continue par morceaux 2π-périodique, on obtient

1 +∞
X 16 +∞
X 1 π2
1= ⇒ = .
2 n=0 (2n + 1)2 π 2 n=0
(2n + 1)2 8

2N N −1 N
X 1 X 1 X 1
De plus, ∀N ∈ N, = + donc en faisant tendre N → +∞,
k=1
k2 p=1
(2p + 1)2 p=1
(2p)2

π2 1 π2
ζ(2) = + ζ(2) donc ζ(2) = .
8 4 6
π
f est C 1 par morceaux donc le théorème de Dirichlet de convergence simple donne en x = ,
  2
π 
puisque sin (2n + 1) = sin nπ + 2 = (−1) ,
π n
2

  +∞   +∞
π X 4 π X (−1)k π
1=f = sin (2n + 1) ⇒ = = Arctan(1).
2 n=0
(2n + 1)π 2 k=0
2k + 1 4

On reconnaît un cas particulier du développement en série entière de arctangente.


2. On trace là aussi le graphe de g :

Suites et séries de fonctions 39


2012/2013 Mathématiques : exercices importants

π
2

b b

b

−2π

π

2
g est impaire donc ∀n ∈ N, an (f ) = 0. De plus, ∀n ∈ N∗ ,
2π ˆ 2π 2π
1 π−t 1
ˆ ˆ
bn (f ) = sin(nt)dt = − t sin(nt)dt car sin(nt)dt = 0
0π 2 2π 0 0
ˆ 2π
1 2π 1 1
= [t cos(nt)]0 − cos(nt)dt =
2nπ 2nπ 0 n
n
X sin(kt)
La série de Fourier de f est donc Sn (f )(t) = . f est C 1 par morceaux donc, d’après
k=1
k
le théorème de convergence simple de Dirichlet, ∀x ∈]0, 2π[,
+∞
X sin(kx) π−x
= .
k=1
k 2

⋆⋆⋆

40 Suites et séries de fonctions


Lycée Saint-Louis MP*2

Exercice 30 Limite d’une solution


Soit f : R −→ C de classe C 1 et a ∈ C tel que ℜe(a) < 0. On suppose que f ′ (x) − af (x) −−−−→ 0.
x→+∞
Montrer que f (x) −−−−→ 0.
x→+∞
Solution de l’exercice 30
On pose g = f ′ −af , on résout l’équation différentielle y ′ = ay+g. La solution générale de l’équation
sans second membre est x 7−→ Keax avec K ∈ ˆ R.
x
On utilise ensuite la méthode de variation de la
constante : si K ′ (x) = g(x)e−ax , alors K(x) = g(u)e−au du et donc
0
 ˆ x 
f (x) = f (0) + g(u)e−au du eax .
0

Ainsi, pour x > 0, ˆ x


|f (x)| 6 f (0)eℜe(a)x + eℜe(a)x |g(u)| e−ℜe(a)u du.
0

On va appliquer le théorème d’intégration des relations de comparaison : g(x) −−−−→ 0 donc g(u)e−ℜe(a)u =
  x→+∞
o e−ℜe(a)u et la fonction u 7−→ e−ℜe(a)u est positive non intégrable en +∞ car ℜe(a) > 0 donc l’in-
tégrale diverge et ˆ x 
ˆ x  
−ℜe(a)u −ℜe(a)ud
|g(u)| e du = o e = o e−ℜe(a)x .
0 0
ˆ x
Ainsi e−ℜe(a)x e−ℜe(a)u g(u)du = o (1) donc f (x) −−−−→ 0.
0 x→+∞

⋆⋆⋆

Équations différentielles 41
2012/2013 Mathématiques : exercices importants

Exercice 31 Solutions maximales bornées


Soit E un espace vectoriel de dimension finie, f : R × E −→ E de classe C 1 tel qu’il existe
α, β : R −→ R+ continues vérifiant ∀(t, x) ∈ R × E, kf (t, x)k 6 α(t) kxk + β(t). Montrer que toute
solution maximale de (E) x′ (t) = f (t, x(t)) est définie sur R.
Solution de l’exercice 31
Soit (I, ϕ) une solution maximale de (E), d’après Cauchy-Lipschitz, I est ouvert et I =]a, b[ avec
a, b ∈ R. Supposons que b ∈ R, soit c ∈ I, on a ∀t ∈ I,
ˆ t ˆ t

ϕ(t) = ϕ(c) + ϕ (u)du = ϕ(c) + f (u, ϕ(u))du.
c c

Or ∀u ∈ [c, b[, kf (u, ϕ(u))k 6 α(u) kϕ(u)k + β(u) donc


ˆ t ˆ t
kϕ(t)k 6 K + α(u) kϕ(u)k du où K = ϕ(c) + β(u)du.
c c

D’après le lemme de Gronwall, puisque α est continue sur R,


! !
ˆ t ˆ b
kϕ(t)k 6 K exp α(u)du 6 K exp α(u)du .
c c

ϕ est donc bornée sur [c, b[ par M > 0. Ainsi, {(u, ϕ(u)) | u ∈ [c, b[} est bornée et f est continue sur cette
ˆ t
partie donc est aussi bornée sur cette partie. Comme ϕ(t) = ϕ(c) + f (u, ϕ(u))du, ϕ(t) −−→ ℓ ∈ E.
c t→b
D’après le lemme de prolongement en une borne, on peut trouver une solution de E qui prolonge
strictement (I, ϕ), impossible car (I, ϕ) est maximale. Ainsi b = +∞ et de même a = −∞.

⋆⋆⋆

42 Équations différentielles
Lycée Saint-Louis MP*2

** Exercice 32 Système de Lotka-Volterra


Soient a, b > 0. Étudier la périodicité des solutions du système d’équations différentielles :
(
x′ (t) = x(t)(y(t) − b)
(LK) .
y ′ (t) = y(t)(a − x(t))

Solution de l’exercice 32
On étudiera seulement les solutions en x et y positives, le système étant censé modéliser l’évolution
de populations d’animaux. Traçons le champ de vecteurs associé au système (b = 4, a = 6) :

10

6
y

0
0 2 4 6 8 10
x

On voit que les solutions vont généralement s’enrouler autour du point de coordonnées (a, b). Le
théorème de Cauchy-Lipschitz s’applique car les fonctions sont C 1 . On étudie le problème de Cauchy
(LK), (0, x0 , y0 ) avec x0 , y0 ∈ R+ puisque le système est autonome. Éliminons les cas triviaux.
Si x0 = y0 = 0, t 7−→ (0, 0) est solution maximale. 
Si x0 = 0 et y0 > 0, on peut résoudre
et
 la solution maximale
 est R, t −
7 → (0, y 0 eat ) . Si x > 0 et y = 0, la solution maximale est
0 0
−bt
R, t 7−→ (x0 e , 0) .
On supposera dorénavant que x0 , y0 ∈ R+ ∗ . Les trajectoires des différentes solutions maximales de

(LK) ne se coupant pas, on a ∀t ∈ R, x(t), y(t) ∈ R+ ∗ . Déterminons l’intégrale première de (LK),

c’est à dire une quatité constante le long de la trajectoire d’une solution.

Pour cela, on effectue un petit calcul au brouillon :



 dx
 = x(y − b) dx x(y − b)
dt ⇒ =
 dy = y(a − x)
 dy y(a − x)
dt
a−x y−b
⇒ dx = dy
x y
⇒ a ln x − x − y + b ln y = cte

On parachute donc la fonction H(x, y) = x + y − b ln y − a ln x. Soit (I, ϕ) la solution maximale de

Équations différentielles 43
2012/2013 Mathématiques : exercices importants

notre problème de Cauchy, si ϕ(t) = (x(t), y(t)), alors H ◦ ϕ est C 1 et ∀t ∈ I,

by ′ (t) ax′ (t)


(H ◦ ϕ)′ (t) = x′ (t) + y ′ (t) − −
y(t) x(t)
   
′ a b ′
= x (t) 1 − + y (t) 1 −
x(t) y
   
a b
= x(t)(y(t) − b) 1 − − y(a − x) 1 −
x y
=0

Ainsi la trajectoire de (I, ϕ) est incluse dans la courbe ΓC d’équation H(x, y) = H(x0 , y0 ) = C.
Étudions de telles courbes.
a
On écrit H(x, y) = α(x) + β(y) avec α(x) = x − a ln x, β(y) = y − b ln y. Puisque α′ (x) = 1 − et
x
b
β ′ (y) = 1 − , on dresse les tableaux de variation suivants :
y

x 0 a +∞ x 0 b +∞
α′ (x) − 0 + β ′ (x) − 0 +
+∞ +∞ +∞ +∞
❅ ✒ ❅ ✒
α(x) ❅ β(x) ❅

❅ ❘

α(a) β(b)

On a alors différents cas :


– si C < α(a) + β(b), ΓC = ∅ ;
– si C = α(a) + β(b), ΓC = {(a, b)} ;
– si C > α(a) + β(b), on va montrer

que ΓC est compact non vide.
En effet, ΓC est un fermé de R+ ∗ 2 et ∀(x, y) ∈ Γ , α(x) + β(y) = C ⇒ α(x) = C − β(y) 6 C − β(b)
C
et de même β(y) 6 C − α(y). D’après les courbes de α et β, ceci impose l’existence de x1 < x2 et
y1 < y2 tels que ∀t ∈ I, x(t) ∈ [x1 , x2 ] et y(t) ∈ [y1 , y2 ] donc ΓC ⊂ [x1 , x2 ] × [y1 , y2 ]. ΓC est fermée
bornée dans le compact [x1 , x2 ] × [y1 , y2 ] donc ΓC est compact.
Prouvons maintenant que le domaine de définition I de notre solution maximale ϕ est en fait R.
Par Cauchy-Lipschitz, on sait que I =]a, b[, supposons que b ∈ R. Soit c ∈]a, b[, alors ∀t ∈]a, b[,
ˆ t ˆ t
x(t) = x(c) + x(u)(y(u) − b)du et y(t) = y(c) + y(u)(a − x(u))du.
0 0

Les valeurs de x(u) et y(u) sont bornées donc les deux intégrales ci-dessus vont converger pour t → b,
on peut prolonger ϕ sur [a, b] en une fonction toujours solution ce qui est impossible puisque ϕ est
maximale. Donc b = +∞ et de même a = −∞, I = R.
Montrons enfin que ϕ est périodique. Comme le système est autonome, cela revient à montrer que ϕ
n’est pas injective. D’abord, l’intersection de ΓC avec la droite D d’équation y = b contient un ou deux
points car (x, b) ∈ ΓC ∩ D ⇔ α(x) = C − β(b) équation qui admet une ou deux solutions vu le choix de
C. On va maintenant montrer que « l’on fait une infinité de tours autour de (a, b) ». Pour cela, on passe
en polaires de centre (a, b) grâce au théorème de relèvement C 1 appliqué à z(t) = x(t) − a + i(y(t) − b).
Comme z(0) 6= 0, z ne s’annule pas car 0 est une autre solution maximale de (LK). Ainsi, il existe
ρ, θ ∈ C 1 avec ρ > 0 telles que ∀t ∈ R,


 x′ (t) = ρ′ (t) cos(θ(t)) − θ ′ (t)ρ(t) sin(θ(t))
( 



x(t) = a + ρ(t) cos(θ(t)) = (a + ρ(t) cos(θ(t)))ρ(t) sin(θ(t))
⇒ .
y(t) = b + ρ(t) sin(θ(t)) 

 y ′ (t) = ρ′ (t) sin(θ(t)) + θ ′ (t)ρ(t) cos(θ(t))


 = −(b + ρ(t) sin(θ(t)))ρ(t) cos(θ(t))

44 Équations différentielles
Lycée Saint-Louis MP*2

En multipliant la première équation par − sin(θ(t)) et la deuxième par cos(θ(t)), on obtient

ρ(t)θ ′ (t) = (a + ρ(t) cos(θ(t)))ρ2 (t) sin2 (θ(t)) − (b + ρ(t) sin(θ(t)))ρ2 (t) cos2 (θ(t)),

et on majore θ ′ (t) :

θ ′ (t) 6 −x(t)ρ(t) sin2 (θ(t)) − y(t)ρ(t) cos2 (θ(t))


q
6 −(x1 sin2 (θ(t)) + y1 cos2 (θ(t))) x21 + y12
6β où β < 0.

Ainsi, θ(t) −−−−→ −∞ donc {t ∈ R | θ(t) ∈ 2πZ} est infini donc la trajectoire coupe une infinité de
t→+∞
fois la droite D donc ϕ n’est pas injective.
Les solutions non-triviales de (LK) sont donc périodiques.

⋆⋆⋆

Équations différentielles 45
2012/2013 Mathématiques : exercices importants

Exercice 33 Équation intrinsèque


Montrer que pour toute fonction continue γ : I −→ R il existe un arc Γ de classe C 2 régulier
s ∈ I 7−→ M (s) ∈ R2 telle que la courbure en M (s) à Γ soit γ(s). Prouver l’unicité de Γ à une
isométrie près.
Solution de l’exercice 33
On pose pour s ∈ I z(s) = x(s) + iy(s) où s est un paramétrage normal de Γ, on cherche z qui
satisfasse les conditions de l’énoncé. La formule de Frénet devient
#”
dT #”
= γ N ⇒ z ′′ (s) = γ(s)iz ′ (s).
ds
Pour résoudre cette équation différentielle, on fixe s0 ∈ I, et deux intégrations donnent
!
ˆ s ˆ t

z(s) = z (s0 ) exp iγ(u)du dt + z(s0 ).
s0 s0

L’addition de z(s0 ) correspondant à une translation et la multipliction par z ′ s0 ) qui est de module 1
à une rotation, on peut supposer à une isométrie près que z ′ (s0 ) = 1 et z(s0 ) = 0.
Réciproquement, si z est définie par la relation ci-dessus, elle est C 2 comme primitive d’une fonction
C par composition avec l’intégrale d’une fonction continue. De plus ∀ ∈ I, |z ′ (s)| = 1 et la courbure
1

en M (s) est bien γ(s).

⋆⋆⋆

46 Géométrie
Lycée Saint-Louis MP*2

Exercice 34 Cycloïde et équation intrinsèque


Étudier, tracer et rectifier la courbe paramétrée de R2 définie par
(
x(t) = a(t − sin t)
.
y(t) = a(1 − cos t)

Trouver la relation entre le rayon de courbure et l’abscisse curviligne d’origine (0, 0).
Solution de l’exercice 34
M (t) est défini sur R néanmoins
! !
2aπ −x(t)
M (t + 2π) = M (t) + et M (−t) = ,
0 y(t)

Ainsi il suffit d’étudier M (t) sur [0, π] puis faire la symétrie par rapport à (Oy) et faire des translations
successives de 2aπ vers la gauche et la droite. Pour t ∈ [0, π] donc, M ′ (t) = (a(1 − cos t), a sin t) et on
trace le tableau de variations suivant :
t 0 π t 0 π
x′ (t) 0 + 0 y ′ (t) 0 + 0 t 0 π
aπ 2a +∞
✒ ✒ y ′ (t) ❅
x(t) y(t) ❅
x′ (t)


0 0 0

t = 0 est un point stationnaire mais la tangente y est verticale. On peut donc tracer la courbe :

2a b

πa

En passant en arc moitié, on peut exprimer différemment M ′ (t) :


  !   ! !
′ t sin(t/2) t #” sin(t/2) #” − cos(t/2)
M (t) = 2a sin ⇒ M ′ (t) = 2a sin ⇒T = et N = .
2 cos(t/2) 2 cos(t/2) sin(t/2)
#”
dT 1 #”
Et puisque = − N,
dt 2
1 ds 1
γ(t) = − =− .
2 dt 4a sin(t/2)
Pour l’expression intrinsèque, il faut déterminer l’abscisse curviligne s(t) d’origine (0, 0) :
ˆ t     
u t
s(t) = 2a sin du = a 1 − cos .
0 2 2
p
Ainsi la relation intrinsèque entre R et s est R = −4 s(2a − s). D’après l’exercice 33, les arcs
birréguliers qui vérifient cette relation peuvent être ramenés à la cycloïde à une isométrie près.

⋆⋆⋆

Géométrie 47

Vous aimerez peut-être aussi