Vous êtes sur la page 1sur 3

TP MPS / séance SVT N°4 : analyse de l’indice n°5 : Le sang trouvé sous les ongles de la victime:

Objectifs :
-réaliser une extraction de l’ADN de cellules
- identifier des groupes sanguins à partir de prélèvement sur une scène de crime
-comprendre le système de compatibilité entre groupes

Le sang est l’un des fluides humains qui est souvent retrouvé sur une scène de crime.
Si en premier lieu l’analyse des taches, des coulées et des projections de sang nous apporte des informations
concernant la reconstitution de la scène du crime, l’étude du sang lui-même nous amène de nombreuses
informations.

En particulier, une modification des proportions des différentes cellules du sang permettra de diagnostiquer l’état de
santé de la victime ou bien du criminel ayant laissé du sang.
De plus, la détermination du groupe sanguin complet (Groupe A, B, AB, ou O ; et appartenance au sous-groupe
Rhésus + ou au groupe rhésus -) peut permettre d’orienter une enquête, et même parfois de confondre ou
d’innocenter un (ou des ) suspects, à partir de l’analyse du groupe sanguin, et en réalisant l’empreinte génétique de
la personne.
Pour réaliser une empreinte génétique, la première étape nécessaire est l’extraction de l’ADN des cellules.

I - Comprendre la notion de groupe sanguin


A - Principe :

Les hématies sont des cellules qui présentent la particularité de ne pas posséder de noyau et qui présentent à leur surface des
molécules marqueurs du système ABO. Ce sont eux qui déterminent le groupe sanguin de chaque individu (A, B, O ou AB).

Ainsi :
- un individu de groupe sanguin A présente à la surface de ses hématies des marqueurs de type A
- un individu de groupe sanguin B présente à la surface de ses hématies des marqueurs de type B
- un individu de groupe sanguin AB présente à la surface de ses hématies des marqueurs de type A et des marqueurs de type B
- un individu de groupe sanguin O ne présente aucun marqueur à la surface de ses hématies.

De la même façon, les hématies peuvent également présenter à leur surface des marqueurs du système rhésus. Lorsque ceux-
ci sont présents, l’individu concerné est de rhésus positif (Rh+). Lorsqu’ils ne sont pas présents, l’individu est de rhésus négatif
(Rh-). Ainsi, quelqu’un possédant un marqueur B, et possédant le marqueur Rh sera du groupe [B +].
Et de même, quel’qu’un de groupe « A »pourra être :

«A–» Ou bien « A+ » :

Pour déterminer le groupe sanguin et le rhésus d’un individu, il suffit donc d’identifier les
marqueurs éventuellement présents à la surface de ses hématies. Ceci est possible grâce à l’existence de molécules
spécifiquement dirigées contre ces marqueurs et capables de s’y fixer : les anticorps.
Agglutination des
globules rouges de
groupe A en
présence
Exemple : un
anticorps anti - A :

B- notion de groupe de compatibilité :

Questions

1°) déterminer l’ensemble des groupes possibles en combinant les marqueurs ABO et les marqueurs rhésus.

2°) Sachant qu’une personne produit dans son sang des anticorps dirigés contre les protéines qui lui sont étrangères, et ainsi
agglutine et élimine les globules rouges portant les marqueurs étrangers, expliquez sous forme d’un schéma les possibilités
de transfusion entre personnes selon leur groupe sanguin (symboles : une flèche vers la droite signifie « peut donner à » ).

A+ A+

A- A-

B+ B+

B- B-

AB+ AB+

AB- AB-

O+ O+

O- O-
3°)

Quel groupe correspond à un donneur universel ? à un receveur universel ? expliquez.


III - Déterminer le groupe sanguin des 6 suspects et des 2 types de sang retrouvés sur
la scène du crime
Dans le cadre de l’enquête sur la disparition de Rémy Molette, vous allez analyser les sang de 10 suspects et 2 echantillons de
sang retrouvés sur la scène du crime.

A – Matériel utilisé
- Plaques à concavité + cure-dents en plastique
- Solutions d’anticorps anti-A, d’anticorps anti-B, d’anticorps anti-Rh
- Echantillons de sang des différents suspects
- Echantillons de sang humain retrouvés sur la scène de crime

B – Protocole pour la réalisation d’un typage de groupe sanguin:


Chaque plaque à concavité (donc chaque trinôme) correspondra à l’analyse d’un sang différent
Il faut veiller à identifier la lame à l’aide d’un marqueur avant de commencer la manipulation : marquez le numéro du sang testé,
et précisez en écrivant dessous pour chaque puits l’anti-sérum déposé (A ; B ou Rh).
Pour réaliser le typage de groupe sanguin d’un échantillon, il faut :
- Placer 1 goutte du sang à analyser dans chacun des trois puits (A, B et Rh) d’une plaquette à concavité
- Verser 1 goutte du sérum anti-A dans le puits A
- Verser 1 goutte du sérum anti-B dans le puits B
- Verser 1 goutte du sérum anti-Rh dans le puits Rh
- A l’aide d’un cure-dent, agiter l’intérieur de chaque puits pendant 50 secondes.

Attention :
il faut changer de cure-dent (ou le retourner entre 2 puits) pour chaque puits
Il faut nettoyer efficacement les plaquettes à l’eau avant un nouveau test de sang
Il faut utiliser un compte-goutte par sang (on en change entre 2 sangs à tester)
- Observer les résultats obtenus (agglutination ou absence d’agglutination) (sur un fond noir la visibilité peut être meilleure)
- En déduire le groupe sanguin et le rhésus de l’échantillon analysé
- Complétez le tableau joint en récapitulant les résultats des tests de coagulation pour les 16 échantillons, et les groupes
sanguins déduits. (une croix lorsque le test est positif, et le groupe définitif dans la dernière case)

A l’aide du matériel à votre disposition, déterminer le groupe sanguin des 14 suspects ET des échantillons de sang retrouvés sur
la scène de crime puis expliquez à quels suspects potentiels les 2 sangs identifiés pourraient appartenir.

Personne testée Sérum anti-A Sérum anti-B Sérum anti-Rh Groupe Sanguin

1 Aude Javel
2 Samy Molette
3 Léonie Toutenbloc

4 Noémie Molette
5 Rémi Molette
6 Amy Molette

7 Jeremy Molette
8 Arsène Hic
9 Léonie Toutenbloc

10 clara gondin

11 clara gondin
12 Amy Molette
13 Phil Defer
14 Arsène Hic
X scene de crime
Y scene de crime