Vous êtes sur la page 1sur 93

Ministère de l’Enseignement Supérieur Ministère de la Santé

Publique
et de la Recherche Scientifique

Faculté Privée Des Sciences Paramédicales De Sfax


Année Universitaire 2017-2018

MEMOIRE
DE FIN D’ETUDES
POUR L’OBTENTION DE LA LICENCE APPLIQUEE EN
PHYSIOTHERAPIE

Les Critères de réadaptations et de reprise du


sport après ligamentoplastie du LCA.

Elaboré par  :  Mr MouadhZaidy


Encadré par  : Pr Mohamed Habib Elleuch
Mme Hela Rekik

LE :
Sommaire
Introduction...............................................................................................................................1
Partie Théorique.......................................................................................................................3
1. Rappels anatomiques et physiologiques :............................................................................4
2. Ligament croisé antérieur (LCA) : description et rôle :......................................................4
2.1. Description du LCA :...................................................................................................5
2.2. Rôle du LCA :...............................................................................................................6
2.2.1. Contrôle de la rotation interne :.............................................................................6
2.2.2. Contrôle de la translation tibiale antérieure :.........................................................6
2.2.3. Contrôle de l’hyperextension :...............................................................................6
3. Rupture du ligament croisé antérieur :................................................................................6
3.1. Les mécanismes de rupture :........................................................................................6
3.2. Diagnostic :...................................................................................................................7
3.2.1. Test de Mac-Intosh ou Latéral Pivot Shift Test.....................................................7
3.2.2. Test de Lachman-Trillat.........................................................................................8
3.3. Conséquences de la rupture du LCA :..........................................................................9
4. Ligamentoplastie et ligamentisation :...............................................................................10
4.1. Ligamentoplastie :......................................................................................................10
4.2. Ligamentisation :........................................................................................................10
5. Les critères de reprise du sport :........................................................................................13
Patients et Méthode.................................................................................................................15
1. Interrogatoire :...................................................................................................................16
1.1. Les renseignements administratifs..............................................................................16
1.2. Les renseignements médicaux :..................................................................................16
1.3. Type de sport :............................................................................................................17
2. Bilan de la douleur :..........................................................................................................17
3. Bilan Cutanée trophique circulatoire :..............................................................................18
4. Bilan morpho statique :.....................................................................................................18
4.1. De face :......................................................................................................................18
4.2. De dos :.......................................................................................................................18
4.3. De profil :....................................................................................................................19
5. Bilan Articulaire :..............................................................................................................19
6. Bilan Musculaire :.............................................................................................................20
6.1. Qualitatif :...................................................................................................................20
6.2. Quantitatif :.................................................................................................................21
6.2.1. Recherche de la 1RM :.........................................................................................21
6.2.2. Modalités d'applications :....................................................................................21
7. Bilan Fonctionnel:.............................................................................................................23
7.1. Knee injury and Osteoarthritis Outcome Score (KOOS)...........................................23
7.2. Tests des sauts monopodaux :....................................................................................24
7.3. Lysholm Score and Tegner Activity Scale.................................................................28
8. Psychologique :.................................................................................................................36
8.1. ACL RSI Anterior Cruciate Ligament-Return to Sport after Injury..........................36
Protocole de rééducation........................................................................................................37
1. Composante musculaire :..................................................................................................38
1.1. Renforcement musculaire :.........................................................................................38
1.1.1. Chaine cinétique fermé :......................................................................................38
1.1.2. Chaine cinétique ouverte :...................................................................................40
1.2. Travail de proprioception :.........................................................................................42
1.2.1. Chaine fermée :....................................................................................................43
1.2.2. Chaine semi-fermé :.............................................................................................44
1.2.3. Chaine ouverte :...................................................................................................45
Résultats...................................................................................................................................46
1. Interrogatoire :...................................................................................................................47
2. Bilan de la Douleur :.........................................................................................................47
2.1. EVA :..........................................................................................................................47
3. Bilan cutané-trophique-circulatoire :................................................................................48
4. Bilan articulaire :...............................................................................................................48
5. Bilan musculaire :..............................................................................................................48
5.1. Qualitatif :...................................................................................................................48
5.2. Quantitatif :.................................................................................................................49
6.bilan fonctionnel
6.1. Questionnaire :............................................................................................................50
6.2. Test des sauts :............................................................................................................52
6.3. Pro agility test :...........................................................................................................54
6.4. Yo-Yo test :................................................................................................................55
7. Bilan psychologique :........................................................................................................56
7.1. Le ALC-RSI test :.......................................................................................................56
Discussion.................................................................................................................................58
Conclusion...............................................................................................................................67
Bibliographie...........................................................................................................................69
Annexes....................................................................................................................................74
Liste des figures
Figure 1: Pivot central du genou.................................................................................................5
Figure 2: zone d’insertion des ligaments croisés sur le tibia......................................................5
Figure 3: Test de Mac-Intosh ou Latéral Pivot Shift Test..........................................................8
Figure 4: Test de Lachman-Trillat..............................................................................................9
Figure 5: Evolution du transplant au cours du temps...............................................................12
Figure 6: Les trois phases fonctionnelles [15]..........................................................................13
Figure 7: Echelle visuelle analogique (EVA)...........................................................................18
Figure 8: Goniomètre................................................................................................................19
Figure 9: Test isocinétique du genou........................................................................................22
Figure 10: Echauffement...........................................................................................................22
Figure 11: Installation du patient..............................................................................................22
Figure 12: Faire le réglage de l’exercice...................................................................................23
Figure 13: on commence le test................................................................................................23
Figure 14: Position sur la ligne de départ.................................................................................30
Figure 15: Travail en co-contraction Q/IJ.................................................................................38
Figure 16: Squat sans charge....................................................................................................39
Figure 17: Travail squat bipodal...............................................................................................39
Figure 18: Travail Squat monopodal Q/IJ................................................................................39
Figure 19: Travail en co-contraction Q/IJ sur escalier..............................................................40
Figure 20: Travail dynamique Q/IJ...........................................................................................40
Figure 21: Travail unipodal sur un plan stable.........................................................................43
Figure 22: Travail bipodal sur plateau de Freeman..................................................................43
Figure 23: Travail bipodal........................................................................................................44
Figure 24: Travail unipodal......................................................................................................44
Figure 25: Travail avec ballon..................................................................................................45

Liste des tableaux


Tableau I: Technique TLS®, d’ou vient elle ?.........................................................................12
Tableau II: Les quatre étapes de rééducation [15]....................................................................13
Tableau III: les amplitudes articulaires de la hanche................................................................19
Tableau IV: Les amplitudes articulaires du genou...................................................................20
Tableau V: les amplitudes articulaires de la cheville................................................................20
Introduction
Introduction

La rupture du ligament croisé antérieur (LCA) est très fréquente lors de la


pratique sportive, en particulier lors des sports pivot-contact. Ce type de lésion
nécessite une reconstruction chirurgicale dont l’objectif ultime est de redonner
une stabilité fonctionnelle permettant la reprise du sport au même niveau. En
dépit des progrès récents des techniques chirurgicales et de la prise en charge
rééducative, beaucoup de sportifs ayant bénéficié d’une plastie du LCA ne
reviennent pas à leur niveau antérieur de pratique. Ardern et al. [1] ont rapporté,
dans une étude, que 67 % des patients ayant eu une reconstruction du LCA ne
sont pas retournés à leur niveau sportif antérieur, un an après la chirurgie. La
reprise de l’activité expose à la rupture de la plastie estimée, selon les études,
entre 3 et 19 % et à l’atteinte du LCA controlatéral estimée entre 5 et 24 %. La
chronologie de la reprise sportive après plastie du LCA est difficile à déterminer
: elle est source de controverse et fait l’objet de nombreuses questions dans la
littérature scientifique. Il n’y a pas de consensus sur les critères physiques
autorisant le retour au sport sans restriction.

L’objectif principal de notre étude est de définir et d’élaborer une stratégie


de critère de reprise du sport après une ligamentoplastie

2
Partie
Théorique
PARTIE THEORIQUE

1. Rappels anatomiques et physiologiques :


Le genou est l'articulation intermédiaire du membre inférieur. Cette
articulation doit répondre à deux impératifs qui s’opposent : une stabilité en
extension et une mobilité enflexion. Ces exigences sont permises grâce à la
présence de nombreuses structures anatomiques, notamment des ligaments :
ligaments extra-articulaires (les ligaments collatéraux) et des ligaments intra-
articulaires (les ligaments croisés). [1]

Par sa position, le genou est soumis à de nombreuses contraintes, ce qui lui


vaut d’être l'articulation la plus exposée lors des traumatismes sportifs. Ceci
s’explique par le faibleemboitement entre la surface articulaire fémorale et la
surface articulaire tibiale quiconstituent une trochlée. C’est en flexion que le
genou est en position d’instabilité et que l’on retrouve les lésions ligamentaires
et méniscales. En extension, on retrouve principalement desfractures et des
ruptures ligamentaires. [1]

2. Ligament croisé antérieur (LCA) : description et rôle :


Le ligament croisé antérieur forme avec le ligament croisé postérieur le
pivot central du genou. Le rôle de ce système ligamentaire est de permettre un
mouvement de roulement/glissement harmonieux du fémur sur le tibia au cours
de la flexion-extension. De plus, ce système ligamentaire assure la stabilité
antéro-postérieure de l’articulation etcontribue à la stabilité rotatoire. [1](fig. 1)

4
PARTIE THEORIQUE

Figure 1: Pivot central du genou

Figure 2: zone d’insertion des ligaments croisés sur le tibia

2.1. Description du LCA :

Le LCA s’insère au niveau du tibia sur la surface pré-spinale entre


l’insertion de la corne antérieure du ménisque interne en avant et celle du
ménisque externe en arrière. Sontrajet est oblique en haut, en arrière et en dehors
(fig. 2). Au niveau du fémur, il s’insère sur la partie la plus postérieure de la face
axiale du condyle latéral. Il est composé de deuxfaisceaux : antéro-interne et
postéro-externe. Un troisième faisceau intermédiaire est décrit par certains
auteurs [3]. La position relative de ces deux faisceaux varie avec l’angle

5
PARTIE THEORIQUE

deflexion du genou, et par conséquent leur tension change. En extension, les


deux faisceaux sontparallèles, le ligament croisé est vertical. [2][3]

2.2. Rôle du LCA :

La structure anatomique du LCA explique la complexité de sa


biomécanique.

2.2.1. Contrôle de la rotation interne :


Le LCA limite la rotation interne du genou dans une position proche de
l’extension grâce au faisceau postéro-latéral qui lui permet de s’enrouler autour
du LCP détendu. Lors dela rotation externe, ils se retrouvent parallèles et donc
ne réduisent pas ce mouvement qui seraalors limité par les ligaments
collatéraux. [2][3]

2.2.2. Contrôle de la translation tibiale antérieure :


Le LCA assure par l’intermédiaire de ces deux faisceaux principaux le
contrôle de la translation antérieure du tibia. Le faisceau antéro-médial freine le
mouvement lorsque legenou est fléchi (60-90°) alors que le faisceau postéro-
latéral freine le mouvement durant lesderniers degrés d’extension (0-45°). Ainsi
le LCA empêche un mouvement de "tiroirantérieur" du tibia par rapport au
fémur. [2][3]

2.2.3. Contrôle de l’hyperextension :


Les fibres du faisceau postéro-latéral tendues en extension participent au
contrôle du récurvatum. [2][3]

3. Rupture du ligament croisé antérieur :


3.1. Les mécanismes de rupture :

Le LCA est un ligament très exposé par son rôle stabilisateur dans de
nombreuses positions. Ainsi, un bon nombre de lésions ont lieu lors d’un
mouvement forcé alors que legenou est stabilisé.

6
PARTIE THEORIQUE

C’est le ligament du sport qui est mis en tension dans les activités en pivot.
L’atteinte du LCA est ainsi la plus fréquente des lésions ligamentaires du genou.
Quatre mécanismesprincipaux peuvent engendrer sa rupture :

- une lésion en valgus-flexion-rotation externe le plus fréquemment,


comme lors d’un tacle au football ou lors d’une chute skis écartés,
- une lésion en varus-flexion-rotation interne, comme lors d’une chute skis
croisés,
- une lésion en hyper-extension, lors d’un shoot dans le vide par exemple,
- une lésion en cisaillement antéro-postérieur, lors d’une réception de saut,
ou lors d’un tacle par derrière au football. [4]

La triade classique de rupture du ligament croisé antérieur est " craquement


-déboîtement – gonflement immédiat ".

La personne ressent alors un craquement ou unesensation de déchirure dans


le genou. Le déboîtement est décrit comme une sensation detorsion de genou ou
de déplacement sur le côté. Peu après le traumatisme, le genou se met àgonfler
de façon importante. La marche est alors difficile voir impossible. [5]

3.2. Diagnostic :

Deux tests traduisent cliniquement la rupture complète du LCA :

3.2.1. Test de Mac-Intosh ou Latéral Pivot Shift Test


C’est le plus connu et le plus utilisé. C’est un test dynamique en rotation
interne.

Lepatient est en décubitus dorsal ou en inclinaison à 45°. La position du


départ du genou estl’extension et la rotation interne.

La poussée se fait en avant pour amorcer la flexion et en baspour accentuer


le valgus.

7
PARTIE THEORIQUE

Durant le mouvement de flexion, après avoir ressenti une résistance,on


observe vers 25-30° un ressaut du condyle fémoral externe en avant du plateau
tibialexterne.

Le test est positif à l’existence de ce ressaut externe qui témoigne d’une


rupture duLCA. [1] [2][6] (fig. 3).

Le Jerk test de Hughston est l’inverse du Mac-Intosh, on recherche lemême


ressaut en passant de la flexion vers l’extension.

Figure 3: Test de Mac-Intosh ou Latéral Pivot Shift Test

3.2.2. Test de Lachman-Trillat


Le patient est placé en décubitus. Cette manoeuvre de translation, vers
l’avant du tibiasur le fémur, réalisée genou proche de l’extension, produit une
mise en tension du LCA.

8
PARTIE THEORIQUE

Lasensation d’arrêt est l’élément de diagnostic du test. Si l’arrêt est dur,


cela correspond à lamise en tension du LCA et signe son intégrité. En cas de
rupture, l’arrêt est mou et correspondà la mise en tension de la capsule et des
structures péri-articulaires. [2][6][7] (fig. 4)

Figure 4: Test de Lachman-Trillat

3.3. Conséquences de la rupture du LCA :

La rupture du LCA va entraîner une laxité clinique, une instabilité


fonctionnelle, une dégradation progressive des éléments périphériques
(ménisques, ligaments, cartilages), ce qui conduira progressivement à une
gonarthrose précoce. [3]

Des symptômes inflammatoires vont faire suite à cette détérioration du


LCA.

La dégradation progressive des éléments périphériques due à une


dysfonction de la cinétique de roulement va entrainer une instabilité au long
cours. [5]

L’atteinte du LCA s‘accompagne aussi d’une altération du message


proprioceptif.

La conséquence est une diminution de la protection du genou. La stabilité


est alors assurée parles muscles.

9
PARTIE THEORIQUE

Ceci est responsable d’une instabilité du genou qui survient lorsque les
muscles sont pris à défaut (fatigue, mauvais contrôle). [8]

4. Ligamentoplastie et ligamentisation :
4.1. Ligamentoplastie :

Le traitement d’une rupture du LCA peut être fonctionnel ou chirurgical.


La décision est prise selon l’âge du patient, le niveau et le type de sport qu’il
pratique, ses activités socioprofessionnelles, la laxité et les lésions associées. [9]

Après le diagnostic, une rééducation pré-opératoire est conseillée avec un


bilan rigoureux afin de récupérer les capacités fonctionnelles du genou. La
première phase consiste en la récupération des capacités du genou afin de
reprendre les activités socioprofessionnelles.

La deuxième phase démarre dès que la décision de l’intervention


chirurgicale est prise. Cette phase prépare le patient à l’opération afin
d’optimiser la récupération post-opératoire. La rééducation pré-opératoire
permet un meilleur pronostic etune récupération plus rapide en post-chirurgical.
[4]

La ligamentoplastie est une technique chirurgicale qui consiste à remplacer


le ligament rompu. Les procédés de réparation sont de plus en plus précis et
permettent un retour aux activités sportives au même niveau qu’avant la rupture.
Les techniques de reconstruction sont nombreuses, mais il y a classiquement
trois types de ligamentoplastie en fonction de l’originedu greffon : la technique
Kenneth Jones utilisant le tendon rotulien, la technique DIDT (DT4 ou TLS)
utilisant les ischio-jambiers et la technique Mac Intosh utilisant le tenseur du
fascia lata. [3][8]

10
PARTIE THEORIQUE

4.2. Ligamentisation :

« La ligamentisation est un phénomène biologique et biomécanique de


l’adaptation d’un tendon placé dans une articulation et soumis à des contraintes
nouvelles. » [8]

Après son implantation, la greffe va subir de nombreuses modifications qui


aboutiront à la formation du néoligament. Le tendon prélevé possédant moins de
collagène réductible qu’un LCA, la ligamentisation va permettre ce changement.

Les six premières semaines sont inflammatoires, le tendon s’affaiblit,


l’activité autour de ce néoligament est avasculaire, il y a peu de synthèse de
collagène.

A partir de trois semaines, la greffe est entourée d’une néo-membrane


synoviale qui facilitera la vascularisation.

Alors, la reconstruction commence, le collagène est stimulé par les facteurs


de croissance et le stress mécanique. Les mouvements réalisés en rééducation
vont orienter correctement les fibres de collagène. Entre six semaines et trois
mois, la transformation de la greffe s’accentue (colonisation et augmentation des
fibroblastes).

A six mois, la vascularisation est acquise, le nouveau ligament est similaire


sur le point morphologique, sur la densité et l’alignement de l’ancien LCA. Il
faut, ensuite un an, pour que les composants biochimiques soient identiques
mais la maturation est complète en trois ans.

Cependant, une différence persiste : le nouveau ligament n’est pas innervé,


entrainant une perte d’informations proprioceptives. [10][11][12] (fig. 5)

11
PARTIE THEORIQUE

Figure 5: Evolution du transplant au cours du temps

Tableau I: Technique TLS®, d’ouvient elle ?

12
PARTIE THEORIQUE

Figure 6: Les trois phases fonctionnelles [15]

Tableau II: Les quatre étapes de rééducation [15]

5. Les critères de reprise du sport :


L’aptitude physique et psychologique du patient à reprendre le sport est
cruciale, un retour prématuré constituant un facteur de risque de ré-rupture.

Alors que la peur d’un nouvel accident reste le premier obstacle à la reprise
du sport, la persistance de déficits fonctionnels est la première cause de récidive
de déchirure du transplant [15].

Les deux tests fonctionnels postopératoires les plus souvent cités dans la
littérature sont la mesure de la force iso-cinétique et les tests de
sautsmonopodaux [16–18].

L’appréciation de la qualité du résultat fonctionnel global fait appel, en


complément des tests fonctionnels, à des scores subjectifs validés (Kneeinjury
and Osteoarthri-tisOutcome Score [KOOS], International

13
PARTIE THEORIQUE

KneeDocumentationCommittee [IKDC] Subjective Knee, Lysholm), [19–


21] permettant d’évaluer la pertinence des programmes de rééducationsuivis par
les patients.

Plusieurs études ont prouvé que la peur de ré-rupture est l’unedes raisons
les plus courantes de non-retour au sport [22–24].

L’échelle Anterior-Cruciate-Ligament Return-to-Sport-After-Injury


(ACL-RSI) permet de quantifier l’impact des facteurspsychologiques sur la
capacité du patient à reprendre le sport[25,26].

Cette échelle comprend 12 items et a été développée autour de trois


composantes corrélées au retour au sport selon la littérature : les émotions, la
confiance dans sa performance et l’évaluation du risque [26]. À ce jour, aucune
étude n’a analysé la corrélation entre le score ACL-RSI et l’évaluation
fonctionnelleiso-cinétique et neuromusculaire du genou.

14
Patients et
Méthode
Patients etMéthode

Bilans :
La prise en charge kinésithérapie nécessite la prise en compte un certain
nombre d'informations et de la transcription de ces informations en secteur
libéral et en secteur hospitalier.

Ce dossier kiné sera différent du dossier médical parce que certains


éléments vont être importants pour le kiné mais pas pour le médecin et
inversement car le dialogue médical et celui kiné s'intéressent à des choses
différentes.

Etablir un bilan va consister à mettre en évidence un certain nombre


d'éléments cliniques, on en précise le siège et on en déduit donc l'importance du
handicap.

Notre prise en charge a durée 3 mois (4 mois post operatoire / 7 mois post
operatoire) au centre sectoriel de science et medecine de sport de sfax et sur
terrain.

1. Interrogatoire :
1.1. Les renseignements administratifs.

 Le nom du patient.
 Son âge.
 Sa profession.
 Ses activités (sportives, de loisirs).
 Adresse.
 Lieu de travail.

1.2. Les renseignements médicaux :

 Histoire de la maladie.
 L’antécédent médical.

16
Patients etMéthode

 L’examen d’urgence.
 La date de consultation du médecin.
 Le type de l’opération.

1.3. Type de sport :

De nombreux sports peuvent êtreal’origine d’une rupture du LCA :

 Football.
 Ski.
 Rugby.
 Handball.
 Basketball.
 Judo.

2. Bilan de la douleur :
La douleur gène beaucoup la reprise sportive pour cela il est étudiée par
tous les auteurs, notamment à l’aide d’une échelle visuelle analogique (EVA)
chatrenet (10) a noté que l’évaluation de la douleur manifeste l’attention porté à
la detection des complications. Pour chatrenet, le bilan douleureuxesl largement
orienté vers la composante sensori-discriminative de la douleur a travers :

 La qualité.
 La durée.
 La localisation.
 La chronologie.
 L’intensité.
 L’evaluation de la douleur oriente ainsi le kinésitherapeute dans la choix
des techniques de rééducation, leur fréquentce et l’intensité du travail.

17
Patients etMéthode

Figure 7: Echelle visuelle analogique (EVA)

3. Bilan Cutanée trophique circulatoire :

- Cutané : peau, cicatrice, rougeur.


- Trophique :épanchement.
- Circulatoire : varice, phlébite.

4. Bilan morpho statique :


4.1. De face :

- Pied : plat ou creux/ pronation ou supination


- Patella : alignement des deux patellas : patella baja (en bas) ou patella alta
(en haut)
- Genoux : genu valgum ou genu varum, rotation interne ou externe du
genou
- Hanche : (en rotation interne ...)
- Bassin : bascule latérale (vérifier s’il existe une inégalité de longueur des
membres inférieurs), rotation du bassin.

4.2. De dos :

- Pied : varus ou valgus


- Tendons d’Achille : symétriques ou non symétriques
- Creux poplités : symétriques ou non symétriques

18
Patients etMéthode

- Alignement des plis fessiers


- Hanche : (en rotation interne ...)
- Alignement des crêtes iliaques

4.3. De profil :

- Pied : équin ou talus


- Genou : récurvatum ou fléxum
- Hanche : récurvatum ou fléxum
- Bassin : antéversion ou rétroversion

5. Bilan Articulaire :
La mesure des amplitudes articulaires peut se faire soit en passif soit en
actif, la goniométrie est une méthode de quantification arbitraire des différentes
amplitudes atteintes par une articulation.

Figure 8: Goniomètre

Tableau III: les amplitudes articulaires de la hanche

HANCHE ACTIF PASSIF


FLEXION
EXTENSION
ABDUCTION
ADDUCTION
ROTATION
INTERNE
ROTAION EXTERNE

Tableau IV: Les amplitudes articulaires du genou

19
Patients etMéthode

GENOU ACTIF PASSIF


FLEXION
EXTENSION

Tableau V: les amplitudes articulaires de la cheville

CHEVILLE ACTIF PASSIF


FLEXION
EXTENSION
ABDUCTION
ADDUCTION

6. Bilan Musculaire :
6.1. Qualitatif :

- A la recherche d’une amyotrophie du Quadriceps et le triceps sural


objectivé par l’observation du volume musculaire, par la palpation de la
contraction et par la mesure comparative avec le coté sain.

- A la recherche d’une rétraction des ischio-jambiers, droit fémoral, TFL,


moyen fessier, triceps sural.

20
Patients etMéthode

6.2. Quantitatif :

La force du quadriceps ainsi que les ischios jambiers et le triceps sural a


était évaluer suivant Dotte et aussi à travers un test isocinétique.

TECHNIQUE DE DOTTE (1958)


C'est une méthode de renforcement musculaire dynamique, également
appelée « Résistance Directe Progressive ».

6.2.1. Recherche de la 1RM :


1RM : charge maximale que l'on peut soulever une seule fois dans toute
l'amplitude du mouvement.

Celle-ci se recherche par des charges additionnelles (500 gr pour le


membre inférieur 250 gr pour le membre supérieur). Le moment résistant doit
être maximale à l'arrivée du mouvement.

Matériel utilisé pour rechercher la 1RM : l'haltère de RDP, le compas


d'accouplement. Effectuer quelques mouvements d'échauffements avant la
recherche de la 1 RM.

6.2.2. Modalités d'applications :


La séance se compose de trois séries de 10 mouvements ; les deux
premières séries servent d'échauffement, la troisième série sert de renforcement.
 Échauffement:
- 10mouvements avec 2/5 de la 1RM (première série).
- 10 mouvements avec 3/5 de la 1RM (deuxième série).
 Renforcement :
- 10 mouvements avec 4/5 de la 1RM (troisième série).
 Durée de la contraction :
- Lever : 1 seconde (contraction dynamique concentrique).
- Tenir : 1/2 seconde (contraction statique).
- Retour : 1 seconde et demi (contraction excentrique).

21
Patients etMéthode

Durée de repos après chaque contraction : 3 secondes Durée de repos après


chaque série : environ 1 minute, le temps de travail doit être égal au temps de
repos.

TEST ISOCINETIQUE :
Permet d’objectiver une pathologie rotulienne, retrouvée cliniquement, en
montrant une irrégularité sur la courbe du couple musculaire des extenseurs lors
de l’extension, traduisant la souffrance de l’appareil extenseur. Ces souffrances
de l’appareil extenseur peuvent entraîner une inhibition du quadriceps qui
provoque un déficit du quadriceps très important même en l’absence de douleur.

Figure 9: Test isocinétique du genou

Figure 10: Echauffement Figure 11: Installation du


patient

22
Patients etMéthode

Figure 12: Faire le réglage de Figure 13: on commence le test


l’exercice

7. BilanFonctionnel:
7.1. Knee injury and Osteoarthritis Outcome Score (KOOS)

Il s'agit d'un auto-questionnaire suédois publié en 1998(Roos et al. 1998)


qui permet d'évaluer l'avis du patient sur son genou et les problèmes associés.

Le KOOS évalue les conséquences tant à court terme qu'à long terme de la
blessure de genou ainsi que les conséquences de la gonarthrose.

Il contient 42 items divisés en cinq sous-sous-échelles :

 KOOS Douleur.
 KOOS Symptômes.
 Activités de vie quotidienne (KOOS ADL).
 Sport (KOOS Sport).
 Qualité de la vie concernant le genou (KOOS QOL).
 Les scores totaux peuvent varier de 0 à 100.
KOOS Manuel Calcul du score
La version légèrement mise à jour des formules (présentée ci-dessus et
utilisée depuis août2012 dans les tableurs disponibles sur www.koos.nu) n'a pas

23
Patients etMéthode

besoin de manuelimputation : appliquer la moyenne des éléments observés dans


la sous-échelle (par exemple, KOOS Douleur), divisez par 4 et multipliez par
100 ; lorsque ce nombre est ensuite soustrait de 100, vous avez l'estimation de la
sous-échelle KOOS pour cette coupe transversale particulière évaluation du
patient individuel. Pour les calculs manuels, veuillez utiliser le formules ci-
dessous pour chaque sous-échelle :

moyen score ( P 1−P 2 )∗100


 Douleur :100− 4
= KOOS Pain.

moyen score ( S 1−S 7 )∗100


 Symptôme :100− 4
=KOOS Symptoms.

−moyenscore ( A 1−A 17 )∗100


 ADL :100 4
= KOOS ADL.

−moyenscore ( SP 1−SP 5 )∗100


 SPORT/REC :100 4
= KOOS Sport/Rec.

−moyenscore ( Q1−Q 4 )∗100


 QOL :100 4
= KOOS QOL.

7.2. Tests des sauts monopodaux :

Des capacités fonctionnelles maximales sont nécessaires pour pouvoir


envisager la reprise des activités sportives.

L’objectif des épreuves fonctionnelles est d’identifier les déficits, de


donner un retour d’information au sportif pour juger de la pertinence d’une
reprise sportive. De bonnes performances physiques sans douleur et sans
épanchement du genou, pendant et après des tests, sont des critères objectifs
avant d’autoriser la reprise de l’activité.

Les épreuves de saut représentent une mesure validée et reproductible pour


analyser les aptitudes des patients après plastie du LCA.

On évalue la performance par l’index de symétrie en comparante membre


sain au membre lésé et en l’exprimant en pourcentage.

24
Patients etMéthode

On considère comme « normal » chez un sujet sain un rapport de 85—90


% entre le côté droit et gauche [7,8].Un score inférieur à 85 % doit être
considéré comme «anormal».

Plusieurs épreuves peuvent être réalisées : longueur d’un saut monopodal,


longueur d’un triple saut monopodal, longueur d’un triple saut croisé, temps
pour parcourir six mètres en saut monopodal.

Après reconstruction du LCA, la reproductibilité de ces tests est de 82 à 96


% et la spécificité est de 94 à 97 %. Par contre, la sensibilité est seulement de38
à 58 % : si on combine les 4 différents tests, la sensibilité passe à 82 %.

 Leprotocole choisi a été inspiré de l’étude menée par Croisier et al.

Afin de mieux évaluer l’évolution de la rééducation et la possibilité du


retour sur terrain chez notre sportif, il est possible d’évaluer les capacités
d’impulsion et de réception monopodal, de stabilisation dynamique latérale,
rotatoire médiale et latérale, grâce à l’évaluation du saut monopodal. Le saut à
réaliserpeut être montré par l’opérateur puis réalisé par le sujet.

25
Patients etMéthode

Chaque sujet s’échauffait dans un premier temps pendant 5 à 10 minutes.

Le côté sain était toujours évalué en premier.

On distingue trois évaluationsdu côté sain, puis trois du coté opéré, avec
pour consigne d’effectuer les sauts de cette manière :

 Position initiale : corps en position neutre, pieds écartés à l’aplomb


des hanches, mains posées sur lescrêtesiliaques, en regard devant soi.
 Position de départ : déplacer le poids du corps sur la jambe qui va
être testée, genou tendu. Soulever le pied opposé et maintenir ce pied
vers l’arrière en suspension, genou à premièrement en flexion 60° /
120°.
 Saut : le plus haut possible et pencher en avant en effectuant une
triple flexion du membre inférieur d’appui, sans retirer les mains des
crêtes iliaques ni s’aider du buste ou du membre inférieur
controlatéral.
 Réception :stable sur le même pied avec appui unipodal tenu plus de
deux secondes.
 Le saut se réalise ainsi tel qu’il a été décrit dans la littérature pour évaluer
la détente des membres inferieures, en limitant au maximum
l’intervention des autres parties du corps.
En calcule alors le déficit entre le meilleur saut des membres inferieur
opéré et le meilleur saut du membre inferieur sain selon la formule
suivante :
d−d '
× 100=. %
d

Avec :
d: distance du coté sain.
d’: distance du coté opéré
- Test de saut monopodal simple :

26
Patients etMéthode

- Test de triple saut monopodal :

- Test de saut monopodale croisé :

- Enchaînement de saut le plus rapidement possible sur 6m :

27
Patients etMéthode

7.3. Lysholm Score and Tegner Activity Scale

L'échelle de Lysholm[43] est constituée de huit items. Son total de 100


points est réparti comme suit :boiterie cinq points, utilisation d'aide à la marche
cinq points, accroupissement cinq points, montée et descente des escaliers dix
points, épanchement dix points, blocage et accrochage du genou 15 points,
stabilité 25 points, douleur 25 points.

Le résultat est considéré comme très bon et bon pour un score total compris
entre 84 et 100 points, moyen entre 65 et 83 points et mauvais au-dessous de 65
points.

Elle a été créée initialement pour le suivi des ligamentoplasties du LCA,


puis a été utilisée dans le suivi d'autres pathologies du genou (chondropathies,
syndrome méniscal).

Le Tegneractivity-levelscale [43] est une échelle des activités physiques


sportives et professionnelles : de 0 (Handicap professionnel dû au genou) à 10
(Sport de compétition type football or rugby au niveau national ou
international).

L'échelle a été initialement développé pour mesurer l'activité suite à des


blessures du genou et validée pour le suivi des ruptures du LCA aux
ligamentoplasties [44].

28
Patients etMéthode

Tout d’abord letravail doit commencer par un échauffement général car


L’échauffement va permettre de préparer progressivement le corps à
l’effort en élevant sa température de façon qu’il diminue le risque de blessure.

Après l’échauffement on commencenotre test :

1. Test Sprint linéaire.

2. Test Sprint avec changement de Direction.

3. Test Yo-Yo.

 Sprintlinéaire(10 m, 30 m) :

La vitesse motrice est mesurée à l'aide d'un test de sprint de 30 m sur gazon
synthétique. Les temps sont relevés à 10 m et à 30 m.

Chaque athlète a droit à deux essais.

Le meilleur temps sera retenu.

Matériel
 Parcours plat de 30 m sur gazon synthétique sec
 Cellules photoélectriques
 Cônes de marquage
 Ruban à mesurer
Préparation du test
 Installer le dispositif de test (parcours de 30 m avec tempsintermédiaire à
10 m)
 1 ou 2 assistants
 Briefer les athlètes, évent. avec une brève démonstration
 Protocole de test
 La personne testée procède à un échauffement spécifique avant le test
(voir échauffement de vitesse en annexe).

29
Patients etMéthode

 Elle a droit à deux essais, le meilleur temps étant retenu.


 La ligne de départ est située directement au niveau de la
premièrecellulephotoélectrique.
 La pointe du pied avant touche la ligne de départ.
 Le départ a lieu sans commandement dans une position réglementaire.
 Un mouvement de rotation du haut du corps vers l’arrière est autorisé,
sans que les pieds ne décollent du sol.
 L’athlète sprinte sur 30 mètres.
 Après une pause d’au moins 3 à 4 minutes,il repart pour un 2e essai.

Figure 14: Position sur la ligne de départ

Critères d’interruption
 Départ lancé
 Déclenchement prématuré des cellules photoélectriques
 Décollement des pieds du sol lors du mouvement de rotation vers l'arrière

Lorsque les cellules photoélectriques se déclenchent trop tôt, le joueur est


stoppé pour reprendre le départ. Si lejoueur balance un bras tendu au niveau de
la cellule photoélectrique pour gagner du temps, il devra répéter l’essai.

- Sprint linéaire :

30
Patients etMéthode

 Pro Agility Shuttle-Sprint (5 m – 10 m – 5 m):


L'agilité et la capacité aux changements de direction rapides sont mesurées
à l'aide d'un test de sprint navette (shuttle-sprint) simple, avec deux tournants à
180°. Comme lavitesse, ces deux aptitudes sont déterminantes pour la
performance footballistique.

Matériel
 Parcours plat de 10 m sur gazon synthétique sec
 Cellules photoélectriques
 2 cônes de marquage (de 40 cm de hauteur)

31
Patients etMéthode

 Ruban adhésif pour béton


 Ruban à mesurer
Préparation du test
 1 assistant
 Installer le dispositif de test selon le schéma (parcours de 10 m)
 Poser le ruban adhésif le long de la ligne de départ, placée à 0,5 m devant
les cellules photoélectriques
 Fixer les cônes de marquage avec le ruban adhésif
 Briefer les joueurs, évent. avec une brève démonstration
Protocole de test
 La personne testée procède à un échauffement spécifique avant le test
(voir échauffement de vitesse en annexe).
 Elle a droit à deux essais, le meilleur temps étant retenu.
 Le start se fait sans commandement, sur la ligne de départ tracée au ruban
adhésif et dans une position réglementaire.
 L'athlète est autorisé à effectuer un mouvement de rotation du haut du
corps vers l’arrière, sans toutefois décoller les pieds du sol.
 Il court de la ligne de départ jusqu’au 1er cône (0 m–5 m) qu’il touche de
la main puis fait demi-tour pour sprinter jusqu’au 2e cône
 (5 m–15 m) qu’il touche également de la main. Du 2e cône, il repart
ensuite vers la ligne d’arrivée qu’il franchit (15 m–20 m).
 Après une pause d’au moins 3 à 4 minutes, il effectue un 2e essai.
Critères d’interruption
 Les cellules photoélectriques se sont déclenchéesprématurément
 Le joueur n’a pas touché le cône de sa main

Lorsque les cellules photoélectriques se déclenchent trop tôt, le joueur


eststoppé pour reprendre le départ. Si le joueur balance un bras tendu au niveau
de la cellule photoélectrique pourgagner du temps, il devra répéter l’essai.

32
Patients etMéthode

- Pro agility test :

 Yo-Yo intermittent recovery test level 1:


Le test Yo-Yo sert à évaluer l’endurance spécifique aux sports collectifs. Il
requiert un effort physique maximal. Il peut être réalisé simultanément avec un
grand nombre de joueurs.

Matériel
 Parcours plat sur gazon synthétique sec
 CD avec Yo-Yo intermittent recovery test level 1

33
Patients etMéthode

 Lecteur CD (avec volume sonore suffisant)


 Ruban à mesurer
 Cônes de marquage
 Liste avec le nom des joueurs
 En option : pulsomètre pour enregistrer les fréquences cardiaque max.
Préparation du test
 2 à 4 assistants selon le nombre de joueurs
 Positionnement des cônes selon schéma.
 Pour la ligne de demi-tour (existante ou à matérialiser avec du ruban
adhésif), utiliser en plus du cône un marquage au sol.
 Noter les conditions de test extérieures : par ex. température, météo etc.
 Vérifier le signal sonore et installer le CD
 Briefer les joueurs, évent. avec une brève démonstration.
En option : mesurer la fréquence cardiaque
 Le test Yo-Yo peut être utilisé avec un pulsomètre pour mesurer la
fréquence cardiaque maximale.
Protocole de test
 Echauffement en douceur de 5 à 10 min.
 Les joueurs se placent sur la ligne de départ, mise en route du CD.
 Chaque responsable de test surveille 4 joueurs env., en se positionnant au
niveau de la ligne de demi-tour.
 Au début, ne pas donner d’avertissements mais rectifier pour permettre
aux joueurs de trouver leur rythme.
 Vers la fin du test, les cris d'encouragement sont autorisés.
 A l’arrêt du test, le responsable de test note le palier devitesse et
l'intervalle de récupération des joueurs.

Tout intervalle entamé est comptabilisé si la moitié du parcours est


couverte.

34
Patients etMéthode

Critères d’interruption
 Interruption subjective du test : le joueur interrompt volontairement le test
(lors du briefing, il est important de préciser qu’il s’agit d’un test maximal
quirequiert un effort physique intense).
 Critères objectifs d’interruption : 2 avertissements - après le second, le
joueur est exclu du test. Il y a avertissement lorsque :
- Le joueur n’a pas touché la ligne de demi-tour : un contact avec le pied
suffit.
- Il n’a touché la ligne de demi-tour qu’après le 2e signal sonore.
- Il n’a touché la ligne de départ qu’après le 3e signal sonore.
- En cas de départ prématuré : le joueur franchit la ligne de départ avant
le 1er signal sonore, un intervalle de récupération sera déduit de son
résultat à la fin du test. De même, le départ « roulant » n’est pas admis
(le joueur doit se tenir immobile sur la ligne).

- Yo-Yo test :

35
Patients etMéthode

8. Psychologique :
8.1. ACL RSI Anterior Cruciate Ligament-Return to Sport after Injury

Le ALC-RSI mesure l'appréhension du patient par rapport à son genou.

Il comporte 12 questions avec un score de 1 à 10 pour chacune.

On considère que pour une population normale sans pathologie du genou,


le score est de 80% et 90%.

Il est décrit dans la littérature comme un facteur positif de reprise du sport


si >80% à 6 mois.

Le calcule se fait selon l’équation suivante :

( score total ) ×100


120
=ACL RSI SCORE

36
Protocole de
rééducation
Protocole de rééducation

1. Composante musculaire :
1.1. Renforcement musculaire :

1.1.1. Chaine cinétique fermé :


- Statique :
+ Assis contre le mur :

Figure 15: Travail en co-contraction Q/IJ

- Dynamique :

+ Travail bipodal ( squat )

38
Protocole de rééducation

Figure 16:Squat sans charge

+ Squat avec charge :

Figure 17:Travail squat bipodal

- Travail combine co-contraction Q/IJ proprioception :

39
Protocole de rééducation

Figure 18:Travail Squat monopodal Q/IJ

- Travail combiné en Co-contraction Q/IJ proprioception:

Figure 19:Travail en co-contraction Q/IJ sur escalier

1.1.2. Chaine cinétique ouverte :


- Dynamique :
+ Travail sur vélo

40
Protocole de rééducation

Figure 20: Travail dynamique Q/IJ

 Méthode de Dotte :

+Travail avec charge direct pour le quadriceps :

- étirement :
- Étirement du droit antérieur

41
Protocole de rééducation

- Étirement active d’IJ :

- Étirement active de triceps sural :

1.2. Travail de proprioception :

Dans le but de la stabilisation active du genou, un travail proprioceptif est


mis en place [27,31]. Ce type de travail permet également dans le cas présent, de
renforcer le sentiment de sécurité et de confiance du patient envers ses capacités.
Cela nécessite une adaptation constante des exercices mis en place par le
thérapeute. Etant donné les qualités de contrôle et le contexte psychologique, ce
travail proprioceptif est dans un premier temps réalisé à minima afin d’éviter
toute mise en échec risquant de renforcer la perte de confiance.

42
Protocole de rééducation

 Tous les exercices proprioceptifs doivent être faits également par le


membre sain, afin de conserver un potentiel proprioceptif équivalent entre
les deux jambes. Ceci dans le souci d’éviter le risque de récidives
notamment sur le membre controlatéral.

1.2.1. Chaine fermée :


Travail unipodal sur plan stable : Cette modalité d’exercices a déjà été utilisée
en phase de remise en confiance.

Figure 21:Travail unipodal sur un plan stable

Travail bipodal sur un plan instable :plateau de Freeman.

Figure 22:Travail bipodal sur plateau de Freeman

43
Protocole de rééducation

1.2.2. Chaine semi-fermé :


- Avec ballon de klein :

Figure 23: Travail bipodal

Figure 24: Travail unipodal

 On commence toujours par le coté sain puis le coté opéré les yeux ouvert
puis fermé.
- Associer des mouvements :

44
Protocole de rééducation

Figure 25: Travail avec ballon

1.2.3. Chaine ouverte :

45
Résultat
s
Résultats

1. Interrogatoire :
Patients 1 2 3 4 5
Age 21 22 20 19 25
Basketbal
Discipline Football Handball Football Football
l
Sexe Masculin Féminin Féminin Masculin Masculin
Entorse Fissure
ATCDs - - -
cheville méniscal
Shoot Flexion Flexion Flexion Flexion
Mécanisme
dans le Valgus Varus Varus Valgus
lésionnel
vide RE RI RI RE
Type de
l’interventio DIDT DIDT KJ DIDT KJ
n
Chaque patient a bénéficié de 20 séances de rééducation débuté par un
bilan kinésithérapique initial et un autre final d’où ces résultats :

2. Bilan de la Douleur :
2.1. EVA :

P1 P2 P3 P4 P5
EVA
2 1 2 3 1
initial
EVA
0 0 1 0 0
final

47
Résultats

EVA

2.5

1.5

0.5

0
EVA initial EVA final

P1 P2 P3 P4 P5

 On a remarqué une amélioration significative de la douleur en passant en


moyenne 2-1 lors du bilan initial à 1-0 lors du bilan final.

3. Bilan cutané-trophique-circulatoire :
 Les quatre cicatrices du genou sont acquises et non adhérentes.
 Le genou ne présente plus un aspect inflammatoire Il n'y a plus d’hématome.
 L’épanchement présent au bilan initial s’est quasiment résorbé.
 Le choc rotulien est négatif. Il n’y a plus d'œdème.

4. Bilan articulaire :
On a constaté aussi une absence de limitations articulaire de l’articulation de la
hanche.
P1 P2 P3 P4 P5
Bilan Bilan Bilan Bilan Bilan Bilan Bilan Bilan Bilan Bilan
Genou Initial Final Initial Final Initial Final Initial Final Initial Final
Flexion 145° 160° 140° 160° 140° 150° 145° 155° 140° 160°
Extension 0° 0° 0° 0° 0° 0° 0° 0° 0° 0°

P1 P2 P3 P4 P5
Cheville Bilan Bila Bilan Bila Bilan Bila Bilan Bila Bilan Bila
Initia n Initia n Initia n Initia n Initia n
l Fina l Fina l Fina l Fina l Fina

48
Résultats

l l l l l
Flexion 10° 15° 15° 20° 10° 20° 10° 15° 15° 20°
Extensio 45° 45° 45° 45° 45° 45° 45° 45° 45° 45°
n

5. Bilan musculaire :
5.1. Qualitatif :

P1 P2 P3 P4 P5
Bila Bila
Bilan Bilan Bilan Bilan Bilan Bilan Bilan Bilan
n n
Initial Initial Initial Final Initial Final Initial Final
Final Final
Q + - + - + - + - - -
Ij + - - - - - + - + -
Ts + - + - - - + - + -

 A la fin du protocole nous avons remarqué une régression des contractures


sur tout le droit antérieur le triceps et l’ischio jambier.

5.2. Quantitatif :

P1 P2 P3 P4 P5
Bilan Bilan Bilan Bilan Bilan Bilan Bilan Bilan Bilan Bilan
Initial Final Initia Final Initia Final Initia Final Initial Final
l l l
Moyen
4 5 5 5 5 5 4 5 5 5
fessier
Quadriceps 4 5 4 5 4 5 4 5 3 5
Ischio
4 5 4 5 3 5 4 5 4 5
jambiers
Triceps
5 5 5 5 5 5 5 5 5 5
sural

 La force des muscles du membre inférieur a évolué à la fin des séances pour
les cinq patients.

TEST ISOCINETIQUE :

49
Résultats

 On a pas pu faire le testiso-cinétique pour les cinq patients sauf


pour deux.

6. Bilan fonctionnel :
6.1. Questionnaire :

P1 P2 P3 P4 P5
Bilan
L'échelle initial
60 63 61 58 55
deLysholm Bilan
96 88 90 100 97
Final
Bilan
Le Tegner activity- initial
0 1 0 3 0
level scale Bilan
10 10 10 10 10
Final
Bilan
Initial
83 90 70 85 60
KOOS
Bilan
Final
0 0 0 0 0

50
Résultats

echelle de lys holm


96
100
97
100 90
88
90
80
70 63 61
60 58
55
60
50
40
30
20
10
0
Bilan initial Bilan final

P1 P2 P3 P4 P5

 On constate une augmentation du résultat du test en passant en moyenne de


59.4%lors du bilan initial à 94.2% lors du bilan final.

Le Tegner activity-level scale


10 10 10
10 9 9
9
8
7
6
5
4
3 2
2 1
1 0 0 0
0
Bilan initial Bilan final

P1 P2 P3 P4 P5

 On considère une amélioration importante en passant en moyenne de 0-1 lors


du bilan initial à 10-9 lors du bilan final.

51
Résultats

KOOS

P5
100
P4
80
60 P3
40 P2
20
P1
0
Bilan initial Bilan final

P1 P2 P3 P4 P5

 Les résultats montre qu’il y a une diminution des valeurs en passant en


moyenne de 77.6% lors du bilan initial vers 0% lord du bilan final.

6.2. Test des sauts :

P1 P2 P3 P4 P5
Bilan Bilan Bilan Bilan Bilan Bilan Bilan Bilan Bilan Bilan
Initial Final Initial Final Initial Final Initial Final Initial Final

Saut simple 30% 12% 40% 15% 35% 10% 25% 5% 45% 10%
Triple Saut
16% 12% 15% 11% 17% 10% 14% 9% 15% 10%
monopodal
Triple saut
10% 8% 15% 10% 18% 9% 13% 9% 16% 10%
croisé
Enchainemen
4.36 3.70 3.95 3.08 4.21 3.66 4.02 3.42 3.89 2.83
t de sauts sur
s s s s s s s s s s
6m

52
Résultats

TEST MONOPODA L
P1 P2 P3 P4 P5
100%
90%
80%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%
BI BF

Triple Saut monopodal

16% 15% 17% 15%


14% 12% 11% 10% 9% 10%
BI BF

P1 P2 P3 P4 P5

53
Résultats

Triple Saut croisé


100%
90%
80%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
18% 16%
10% 15% 13%
10% 8% 10% 9% 9% 10%
0%
BI BF

P1 P2 P3 P4 P5

Enchainement de sauts sur 6m


5
4.5
4
3.5
3
2.5
2
1.5
1
0.5
0
BI BF

P1 P2 P3 P4 P5

 Les résultats des 4 tests montrent une amélioration en passant de la moyenne


de :
 35% lors du bilan initial pour le test de saut monopodal vers 10.4% lors
du bilan final.
 15.4% lors du bilan initial pour le test de triple saut vers 10.4% lors du
bilan final.

54
Résultats

 14.4% lors du bilan initial pour le test de triple saut croisé vers 9.2% lors
du bilan final.
 4.09s lors du bilan initial pour test d’enchainement de saut sur 6m vers
3.34s lors du bilan final.

6.3. Pro agility test :

P1 P2 P3 P4 P5
Bilan
7.34s 6.55s 7.89s 7.57s 6.98s
Initial
Bilan
4.92s 4.23s 5.02s 4.32s 4.35s
Final

PRO AGILITY TEST


4.35
4.32
BF 5.02
4.23
4.92

6.98
7.57
BI 7.89
6.55
7.34

0 1 2 3 4 5 6 7 8 9

P1 P2 P3 P4 P5

 On observe qu’il y a une progression des capacités en passant de la moyenne


de 7.27s lors du bilan initial vers 4.57s au bilan final.

6.4. Yo-Yo test :

P1 P2 P3 P4 P5
Bilan
985m 1564m 950m 1068m 1089m
Initial
Bilan
1985m 2358m 1600m 1550m 2050m
Final

55
Résultats

YO-YO Test
2500

2000

1500

1000

500

0
BI BF

P1 P2 P3 P4 P5

 Dans ce test on remarque que l’endurance des joueurs a augmenté en passant


de la moyenne de 1131.2m lors du bilan initial vers 1908.6m lors du bilan
final.

7. Bilan psychologique :
7.1. Le ALC-RSI test :

P1 P2 P3 P4 P5
Bilan
56% 60% 58% 62% 52%
Initial
Bilan
80% 86% 90% 85% 92%
Final

56
Résultats

Le ALC-RSI test 
100%
90%
80%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%
BI BF

P1 P2 P3 P4 P5

 On observe une amélioration qui passe de la moyenne de 57.6% lors du bilan


initial vers 86.6% lors du bilan final.

57
Discussion
Discussion

Le but ultime de la rééducation après une chirurgie de reconstruction du


croisé est la reprise du sport au même niveau.

 Ardern et al. [32]


ont réalisé une méta-analyse sur la reprise du sport après plastie du LCA.
Sur les 942 articles inclus, ils en ont sélectionné 48 qui étudiaient le retour sur le
terrain de 5770 sportifs. Le suivi moyen était de 41,5 mois (écart 12 à 85 mois).

Le pourcentage de retour au sport était de 82 %, le pourcentage de reprise


au niveau antérieur à la rupture du croisé était de 63 % et le pourcentage de
reprise de la compétition était de 44 % à un délai moyen de36,7 mois.

 Lynch [33]
ainterrogé les membres de différentes associations de médecine du sport
(American OrthopaedicSociety for Sports Medicine, the European Society for
Sports Traumatology, Surgery, and KneeArthroscopy and the Ame-rican
Physical Therapy Association) afin de déterminer un consensus professionnel
sur les critères de réussite après reconstruction du croisé. Sur les 1779 réponses,
une convergence d’opinions a été obtenue pour 6 items : l’absence de
dérobement du genou, le retour au sport, un déficit de force de moins de 10 %
sur le quadriceps et les ischio-jambiers, un épanchement modéré et l’utilisation
de grille d’évaluation du patient.

 Barber et Noyes [34]


ont fait une étude de la littérature sur les facteurs utilisés pour autoriser la
reprise sportive sans restriction. Il a identifié 716 articles dont 452 ont étéexclus
car ne rentrant pas dans les critères d’inclusion de la revue. Parmi ces études,
105 (40 %) ne fournissaient aucun critère pour la reprise sportive après plastie
du LCA. Dans les158 autres articles, le temps écoulé depuis le geste chirurgical
(délai postopératoire) était le seul critère pour autoriser la reprise dans 84 études
(32 %), associé à des critères subjectifs dans 40 études (15 %) et avec des

59
Discussion

critères objectifs dans 35 études (13 %). Les critères objectifs utilisés étaient les
amplitudes articulaires et l’existence d’un épanchement dans 6 % des articles, le
déficit musculaire dans 9 %, le saut monopodal dans 4 %.Le défaut de
paramètres objectifs pour autoriser le retour sur le terrain engendre un risque de
rupture itérative de la plastie et/ou de lésion controlatérale du LCA.

 Wright et al. [35]


Dans une étude épidémiologique à 2 ans de la reconstruction ligamentaire
sur 235 patients, ont évalué le risque de rupture de la plastie à 3 % et celui d’une
rupture du LCA controlatéral à 3 % également. À 5 ans, le risque de rupture
controlatérale du LCA est de 11,8 % et celui de rupture de la plastie est de 5,8
%. Le taux de récidive est associé à un certain nombre de facteurs comme l’âge,
le sexe, la pratique sportive, le type de ligamentoplastie, l’existence d’une
méniscectomie.

 Shelbourne et al. [36]


ont démontré que les patients les plus jeunes avaient un risque plus élevé
d’une nouvelle lésion du LCA : le risque est de 17 % pour les sportifs de moins
de 18 ans et de 4 % pour ceux de plus de 25 ans. Certaines données
épidémiologiques réalisées chez des cohortes de patients jeunes avec un haut
niveau d’activité physique montrent que le risque d’une nouvelle lésion est de
24 %durant la première année après la reconstruction du LCA.

Les sujets jeunes et très sportifs sont une population à risque de nouvelle
lésion de la plastie du LCA ou du LCA controlatéral ;des critères objectifs
doivent être définis pour permettre l’identification de ces sportifs.

Devant le manque, dans les publications médicales, de critères objectifs


d’évaluation de la reprise du sport, il paraît utile de proposer des mesures tenant
compte de la force musculaire, de la stabilité, du contrôle neuromusculaire et de
la fonction globale du membre inférieur.

60
Discussion

 Barber et Noyes [34]


proposent comme critères de reprise sportive : un genou indolore, sans
épanchement, avec des amplitudes articulaires complètes, un déficit musculaire
inférieur à 10 % du quadriceps et des ischio-jambiers au test isocinétique réalisé
à 180◦/seconde et à 300◦/seconde, un déficit de moins de 15 % aux épreuves de
saut monopodal (4 tests : saut simple, triple saut, triple saut croisé,tempssur une
distance de 6 mètres),moins de 3 mm de tiroir antérieurautesting sur arthromètre
KT-1000, l’analyse vidéo de la réception d’un saut avec mesure de la distance
normalisée qui sépare la hanche et le genou (60 %).

Sans l’utilisation de mesures objectives qui permettent d’identifier les


déficits potentiels, il est difficile pour les cliniciens de justifier des restrictions
dans la pratique sportive. L’existence de déficits résiduels de la force musculaire
et/ou de la proprioception peut diminuer les capacités biomécaniques du genou
permettant d’atténuer les contraintes s’exerçant dans le sport, en particulier lors
de la réception du saut et de changement de direction. Des facteurs comme la
mobilité articulaire, la douleur, la force musculaire, les grilles d’auto-évaluation
et les tests fonctionnels de performance doivent être réalisés avant de donner le
feu vert pour la reprise sportive. Il existe une limitation aux mesures objectives
actuelles car elles n’évaluent pas la rotation tibiale fonctionnelle du genou et
surévaluent ainsi les résultats de la reconstruction chirurgicale. Cet aspect est
primordial car l’existence d’une rotation tibiale excessive à la réception d’un
saut ou lors des manœuvres de pivot perturbe la reprise sportive. Il est donc
souhaitable de développer des mesures fiables de la rotation tibiale pour juger si
la persistance d’une rotation tibiale augmentée est un facteur contribuant à la
difficulté de la reprise du sport.

Le kinésithérapeute a donc un rôle très important dans l’encadrement de


ces patients.

61
Discussion

Les étapes du protocole sont très précises dans la littérature, avec des
objectifs de fin de phases à réaliser. En effet, dans la littérature, le passage d’une
étape à une autre est conditionné par le niveau de récupération musculaire mis
en évidence par les tests d’isocinétisme. Cependant cela semble utopique, en
effet en réalité peu de tests d’isocinétismes sont réalisés à chaque fin de phase,
ces appareils étant rares dans les centres de rééducation et en cabinet libéral. On
peut alors se demander comment savoir en pratique si ces patients sont prêts à
franchir les étapes du protocole.

Cette ligamentoplastie TLS® est une technique qui conduit à une greffe
plus solide, plus résistante et moins extensible qu’avec les autres techniques.
Ceci permet au systèmeTLS® de s’appuyer sur un protocole accéléré qui
conduit à retrouver rapidement un genou fonctionnel pour la vie quotidienne.

Cependant ce retour rapide à la fonction ne doit pas devenir un danger pour


le patient.

Le kinésithérapeute a donc un rôle d’éducateur important dans cette


prévention afin de préparer au mieux les patients et ainsi éviter les dangers
auxquels ils pourraient s’exposer.

Bien que n’ayant pas le recul suffisant, cette technique paraît «innovante ».
Je sais également que les articles sur lesquels j’ai travaillé ont leurs biais et
qu’ils mettent parfois plus en avant les avantages de la technique que ses points
négatifs.

Cependant elle semble présenter de nombreux avantages : solidité,


économie de tissus osseux et musculaire, retour rapide à la fonction, chirurgie en
pédiatrie.

Pour finir, cette technique est en accord avec l’HAS qui recommande de
poursuivre plus rapidement la rééducation en cabinet libéral.

62
Discussion

La littérature concernant les reprises de ligamentoplastie du LCA est


abondante, mais peu d’auteurs dépassent les questions théoriques et techniques
et présentent des résultats.

D’autre part, l’hétérogénéité des séries et des méthodes d’évaluation rend


l’analyse des résultats difficile. Néanmoins, nos résultats sont proches de ceux
publiés dans la littérature pour les autogreffes. Parmi les séries proches de la
nôtre, soulignons celle du symposium de la Société française d’arthroscopie
(SFA) publiée par Djian [37] en 1996.

Il s’agissait d’une étude rétrospective multicentrique qui regroupait 113 cas


de ligamentoplasties itératives réalisées sous arthroscopie. La population était
plus jeune (24 ans en moyenne) et le nombre de ligaments synthétiques mis en
place lors de l’intervention initiale plus important (61,5%).

La laxité différentielle moyenne préopératoire était proche de la nôtre avec


88 % de cas où elle est supérieure ou égale à 3 mm au KT-1000 maxi-manuel.

Les résultats de Jenny et Boeri [38], avec un recul à la revue proche du


nôtre, retrouvaient un score IKDC global inférieur avec 68 % de genoux
normaux ou presque normaux. Cette différence s’explique essentiellement par
des épanchements plus fréquents dans cette série. En effet, les résultats en
termes de laxité étaient équivalents (87 % de genoux normaux ou presque
normaux) et les résultats en termes de douleurs et d’appréhension étaient
meilleurs. La présence de ces épanchements plus fréquents peut s’expliquer par
le nombre important de ligaments synthétiques utilisés dans cette série lors de
l’intervention initiale.

 La série de Texier et al.[39]


Concernait 32 patients plus jeunes, avec une prépondérance d’hommes. La
ligamentoplastie initiale consistait en 47 % de ligaments synthétiques et 53 %

63
Discussion

d’autogreffes. Le délai de la reprise chirurgicale (48 mois) était inférieur au


nôtre.

Un cas sur 2 avait une lésion méniscale. La reprise avait été effectuée dans
72 % des cas par une autogreffe de tendon rotulien. Avec un recul de 48 mois, le
résultat IKDC global était équivalent au nôtre avec 75 % de genoux normaux ou
presque normaux. La laxité différentielle résiduelle était plus faible dans cette
série avec 1,4 mm ± 2,1 au KT-1000 maxi-manuel, mais les résultats du score
laxité de la fiche IKDC étaient équivalents avec 90 % de genoux normaux ou
presque normaux.

Les séries anglo-saxonnes diffèrent des nôtres en plusieurs points. Lors de


l’intervention initiale, un nombre important d’allogreffes ou de suture directe du
ligament croisé avaient été utilisées. Ainsi, Noyes et Barber [40] notaient 35 %
d’allogreffes, 40 % de sutures et 10 % d’autogreffes de tendon rotulien.

Uribe et al.[41] rapportaient également 19 % d’allogreffes, alors que les


ligaments synthétiques étaient moins présents. Les méthodes d’évaluation ont
été également différentes, se faisant souvent à l’aide du LysholmKnee Score, du
Tegner Activity Scale ou encore avec celle du Cincinnati Knee Rating System.

Cependant, les résultats restent proches des nôtres tant sur le plan subjectif
qu’en termes de laxité.

 Noyes et Barber [40]


Ont rapporté dans le groupe des autogreffes, 20 % de patients gardant des
douleurs gênantes alors que dans notre série, 28 % des patients considéraient
leur genou comme anormal ou très anormal en termes de douleur.

En termes de mobilité, les résultats étaient équivalents avec 95 % de


mobilité normale. En termes de laxité, dans leur série, 84 % des patients avaient
un genou considéré comme normal ou presque normal. Au KT- 2000 à

64
Discussion

134 Newtons, la laxité différentielle moyenne était de


1,9 ± 4,4 mm dans le groupe des autogreffes. Plus récemment, Noyes et
Barber [42] ont publié une série de 54 patients repris par autogreffe de tendon
rotulien et revus avec un recul de 24 mois. La première intervention avait été
réalisée principalement à l’aide d’une allogreffe ou d’une autogreffe de tendon
rotulien. Malgré une laxité différentielle préopératoire plus importante(11,2 mm
± 3,9), les auteurs ont rapporté une laxité à la revue proche de la nôtre avec 2,2
mm ± 4,9 au KT-2000 à 134 Newtons.

Les résultats fonctionnels étaient également proches des nôtres.

 Uribe et al.[41]
ont également publié des résultats semblables, sur une série de 54 patients
revus avec un recul moyen de 32 mois et réopérés dans 61 % des cas avec une
autogreffe de tendon rotulien et dans 35 % des cas par une allogreffe. En effet,
les résultats subjectifs et objectifs étaient équivalents aux nôtres pour le groupe
des autogreffes, avec une laxité résiduelle différentielle de 2,2 mm

± 1,3 au KT-1000 maxi-manuel.


 Monajati A, etal.[45]
Une étude compare l'effet d'une technologie de volant isoinertial par
rapport à un protocole d'exercice dépendant de la gravité traditionnel sur les
facteurs modifiables associés à l'incidence de la souche de ischio-jambiers
(HAM) et de ligament croisé anterieur des blessures. En outre, l'effet sur la
capacité de Sprint répétée a également été examiné. Dix-huit joueurs de volley-
ball formés de récréation ont terminé l'un des protocoles suivants de 6 semaines:
(a) volant inclus 3 exercices en utilisantYoyotest et 3 exercices avec un
dispositif iso-inertial versa-poulie, et (b) Gravity-dependent (GT) impliquait 6
exercices similaires sans résistance externe (poids corporel des participants). Les
deux programmes consistaient en 2 séances · sem − 1 effectuant 2 séries de 8
répétitions avec 2 minutes de repos. Les résultats comprenaient un 10-sec.

65
Discussion

Les résultats comprenaient une évaluation du saut Tuck de 10 secondes


(TJA), un score de valgus du genou d'atterrissage, des ischio-jambiers et des
quadriceps concentrique et excentrique isocinétique 60 ° · s couple de crête,
localisation optimale du couple de crête, ischio-jambiers conventionnel et
fonctionnel rapport, et 10-m de vitesse de Sprint de navette (RSSA) test. FY
amélioré TJA (-2, interquartile Range [IQR] =-3 to-1) et valgus (-1, IQR =-1 à
0) scores, ischio-jambiers excentrique (20,37, 95% intervalle de confiance [CI]
= 9.27-31.47 N · m) et concentriques (17,87, 95% CI = 0,40-35.34 N · m)
couple de crête, ainsi que le RSSA (-0,28, 95% CI =-0. 45 à-0,10 secondes),
tandis que GT n'a amélioré que le couple de crête excentrique (21,41, 95% IC =
9.00-33.82 N · m). UN protocole de 6 semaines utilisant la technologie de
volant-moteur semble obtenir de meilleures adaptations positives pour protéger
des athlètes contre des blessures de jambon et d'ACL et pour améliorer la
performance de RSSA par rapport à l'exercice sans la résistance externe autre
que le poids corporel des athlètes.

66
Conclusion
Conclusion

La rééducation des plasties du LCA a connu une fantastique évolution ces


20 dernières années. Malgré cela, il existe une absence de critères objectifs
standardisés permettant de juger des capacités du sportif dans les dernières
étapes de la rééducation, et autoriser ainsi la reprise du sport en toute sécurité.
Actuellement, la chronologie du retour au sport après reconstruction du croisé ne
fait pas consensus. Trop souvent, les critères de reprise sportive se font sur les
délais écoulés depuis le geste chirurgical et sur les impressions du patient.
L’existence de déficits résiduels peut perturber l’acquisition des habiletés («
agilités ») nécessaires à la pratique sportive et, par conséquent, augmente le
risque de nouvelles blessures. Les critères objectifs de reprise doivent s’appuyer
sur l’iso-cinétisme et des facteurs spécifiques comme l’absorption symétrique
entre les deux membres inférieurs des forces de réaction du sol, la disparition de
l’insécurité « musculaire »,l’amélioration de la confiance lors des activités
physiques intenses avec changement de direction, le développement d’une force
musculaire symétrique en explosivité (pliométrie) et en endurance, et la mise en
place de techniques sûres de réception de sauts avec une flexion augmentée et
une limitation de l’abduction du genou.

68
Bibliographie

Bibliographie
[1] Kapandji Al
Physiologie articulaire
Tome 2 : membre inférieur
Maloine S.A Editeur

[2] Sbihi A, Christel P.


Anatomie du ligament croisé antérieur et isométrie. In :Arthroscopie. Paris :
Elsevier ; 2ème edition ; 2006. p. 125-34.

[3] Quelard B, Rachet O, Sonnery-Cottet B, Chambat P.


Rééducation postopératoire des greffes du ligament croisé antérieur.
Encyclopédie Médicale Chirurgie (Elsevier, Paris),
Kinésithérapie-Médecine physique-Réadapatation 26-240-C-10, 14p.

[4] Fabri S, Marc Th, Dolin R, Lacaze F, Gaudin Th.


La rééducation préopératoire dans la reconstruction du ligament croisé antérieur
du genou.
Kinésithérapie scientifique 2004 ; 445 : 43-47.

[5] Bertrand ROUSSEAU


Rupture du ligament croisé antérieur [en ligne].
C 2012. [consulté le 20/03/2014]. Disponible sur :
http://www.nantes-mpr.com/genou/lca_info.htm

[6] Gal C.
Bilan et diagnostic du genou en kinésithérapie après traumatisme aigu.
Kinésithérapie Scientifique 2002 ; 429 : 31-36

[7] Fabri S, Roussenque A, Marc T.


Le test de Lachmann-Trillat.
Kinésithérapie Scientifique 2006 ; 469 : 61-62.

[8] DrsDjiann P, Bellier G, Drs Salvator-Witvoet V et al.


Rupture du LCA et ligamentoplasties : genou d’hier et d’aujourd’hui.
Médecins du sport 2004 ; 63 : 13-25

69
Bibliographie

[9] Devillers J.
Congrès annuel de la société francaise d’arthroscopie. Gros plan sur la
ligamentoplastie du LCA présenté par Dejour D, Potel J F.
Kiné Actualité 2008 ; 1097 : 20-1

[10] Rachet O, Quelard B, Chambat P.


Plasties du ligament croisé antérieur au tendon rotulien et tendinopathies.
Kinésithérapie Scientifique 2003 ; 439 : 33-37

[11] Do RF, Lacaze F.


Synthèse des protocoles de rééducation après ligamentoplastie du LCA isolé.
Kinésithérapie Scientifique 2001 ; premier trimestre : 10 - 8

[12] Noé N, Billuart F, Messina M, Nephtali J L .


Effets du travail musculaire sur le phénomène de ligamentisation.
Kinésithérapie La Revue : 2010 ; 100 : 30-4

[13] Erwann TANGUY


Kinésithérapie du sport, ligamentoplastie du LCA.
[consulté le 20/03/2014]. Disponible sur :
http://www.kinesport.info/LIGAMENTOPLASTIE-DU-LCA-LE-
DT4_a1929.html

[14] A. BLOCH – Ph. CALAS - G.CASTERA – F.VEDEL


Ligament croisé antérieur - Technique Chirurgicale [en ligne].
C 2012. [consulté le 20/03/2014]. Disponible sur :
http://www.orthopedieprovence.
com/telechargement/Reconstruction_LCA_technique_chirurgicale.pdf
[15] Martin R, Gard S, Besson C, Ménétrey J. Retour au sport après reconstruc-
tion du ligament croisé antérieur. Rev Med Suisse 2013;9:1426–31.
[16] Barber-Westin SD, Noyes FR. Factors used to determine return to unres-
tricted sports activities after anterior cruciate ligament
reconstruction.Arthroscopy 2011;27:1697–705.
[17] Marx RG, Jones EC, Angel M, Wickiewicz TL, Warren RF. Beliefs
andattitudes of members of the American Academy of
OrthopaedicSurgeonsregarding the treatment of anterior cruciate ligament
injury. Arthroscopy2003;19:762–70.
[18] Hartigan EH, Axe MJ, Snyder-Mackler L. Time line for noncopers to
passreturn-to-sports criteria after anterior cruciate ligament reconstruction.
JOrthop Sports Phys Ther2010;40:141–54.

70
Bibliographie

[19] Irrgang JJ, Anderson AF, Boland AL, Harner CD, Kurosaka M, NeyretP,et
al. Development and validation of the international knee
documentationcommittee subjective knee form. Am J Sports Med 2001;29:600–
13.
[20] Roos EM, Lohmander LS. The Knee injury and Osteoarthritis
OutcomeScore (KOOS): from joint injury to osteoarthritis. Health Qual Life
Out-comes 2003;1:64.
[21] Briggs KK, Lysholm J, Tegner Y, Rodkey WG, Kocher MS, SteadmanJR.
The reliability, validity, and responsiveness of the Lysholm score andTegner
activity scale for anterior cruciate ligament injuries of the knee:25 years later.
Am J Sports Med 2009;37:890–7.
[22] Kvist J, Ek A, Sporrstedt K, Good L. Fear of re-injury: a hindrance
forreturning to sports after anterior cruciate ligament reconstruction. KneeSurg
Sports TraumatolArthrosc2005;13:393–7.
[23] Tripp DA, Ebel-Lam A, William Stanish, Brewer BW, Richard J. Fearof
reinjury, negative affect, and catastrophizing predicting return to sportin
recreational athletes with anterior cruciate ligament injuries at 1
yearpostsurgery. Rehab Psychol 2007;52(1):74–81.
[24] Ross CA, Clifford A, Louw QA. Factors informing fear of reinjuryafter
anterior cruciate ligament reconstruction. Physiother Theory Pract2017;33:103–
14.
[25] Bohu Y, Klouche S, Lefevre N, Webster K, Herman S. Translation, cross-
cultural adaptation and validation of the French version of the AnteriorCruciate
Ligament-Return to Sport after Injury (ACL-RSI) scale. KneeSurg Sports
TraumatolArthrosc2015;23:1192–6.
[26] Webster KE, Feller JA, Lambros C. Development and preliminary vali-
dation of a scale to measure the psychological impact of returning tosport
following anterior cruciate ligament reconstruction surgery. Phys
TherSport2008;9:9–15.
[27]. NEIGER H, DESLANDES R, GOSSELIN P. Renforcement musculaire.
Editions techniques, Encyclopédies Méd. Chir., Kinésithérapie-rééducation
fonctionnelle, 26-055-A10, 1993,20p.
[28]. RACHET O, QUELARD B, CHAMBAT P. Plastie du ligament croisé
antérieur au tendon rotulien et tendinopathies. Kinésithérapie scientifique,
Décembre 2003, n°439, 33-37.

71
Bibliographie

[29]. POCHOLLE M, CODINE PH. Le travail excentrique précoce (T.E.P)


après ligamentoplastie du L.C.A. Ann. Kinésithérapie 1995, t 22, n°7, pp. 311-
316.
[30]. PREVOST P. Etirements et performances sportive : une mise à jour.
Kinésithérapie scientifique, Juillet 2004, n°446, 5-13.
[31]. GAIN H. Les techniques de renforcement musculaire : choix et adaptations
chez le sportif blessé. Kinésithérapiescientifique, Novembre 2001, n°416, 49-51.
[32] Ardern CL, Webster KE, Taylor NF, Feller JA, Frac S. Returnto the
preinjury level of competitive sport after anterior cru-ciate ligament
reconstruction surgery. Two-thirds of patientshave not returned by 12 months
after surgery. Am J Sports Med2011;39:538—1543.
[33] Lynch AD. Consensus criteria for defining ‘successful out-come’ after
ACL reconstruction. Br J Sports Med 2013,http://dx.doi.org/10.1136/bjsports-
2013-092299.
[34] Barber-Westin SD, Noyes FR. Objective criteria for return toathletics after
anterior cruciate ligament reconstruction andsubsequent reinjury rates: a
systematic review. Phys Sports Med2011;39:100—10.
[35] Wright RW, Dunn WR, Amendola A, et al. Risk of tearing theintact
anterior cruciate ligament in the controlateralkneeand rupturing the anterior
cruciate ligament graft during thefirst 2 years after anterior cruciate ligament
reconstruction:a prospective MOON cohort study. Am J Sports Med
2007;35:1131—4.
[36] Shelbourne KD, Gray T, Haro M. Incidence of subsequent injuryto either
knee within 5 years after anterior cruciate ligamentreconstruction with patellar
tendon autograft. Am J Sports Med2009;37:246—51.
[37]. DJIAN P : Ligamentoplasties itératives du LCA sous arthroscopie.
Présentation de la série multicentrique de la SFA.
Ann Soc Fr Arthrosc, 1996, 6, 83-87.

[38]. JENNY JY, BOERI C : Les Ligamentoplasties itératives du


LCA sous arthroscopie. La série multicentrique SFA.
Ann Soc Fr Arthrosc, 1996, 6, 88-91.

[39]. TEXIER A, HULET C, ACQUITTER Y : Reconstruction itérative du


ligament croisé antérieur sous arthroscopie. ‫ ہ‬propos de 32 cas. Rev ChirOrthop,
2001, 87, 653-660.

72
Bibliographie

[40]. NOYES F, BARBER SD : Revision Anterior Cruciate Ligament


Surgery: experience from Cincinnati. Clin Orthop, 1996, 325, 116-129.

[41]. URIBE JW, HETCHTMAN KS, ZVIJAC JE : Revision ACL surgery:


experience from Miami. Clin Orthop, 1996, 325, 91-99.

[42]. NOYES F, BARBER SD : Revision ACL Surgery with use of


bone patellar tendon bone autogenous grafts. J Bone Joint
Surg (Am), 2001, 83, 1131-1143.

[43] Tegner,Y., Lysholm,J. Rating systems in the evaluation of knee ligament


injuries. Clin. Orthop., 1985, 198, 43-49
[44] Tegner Y, Lysholm J, Odensten M, Gillquist J. Evaluation of cruciate
ligament injuries. Acta OrthopScand 1988;59(3):336–
[45]Department of Life and Sports Science, University of Greenwich, London,
United Kingdom.
Clinical Research Institute, Texas Tech University HSC, Lubbock, Texas.

73
Annexes
Annexes

Nom du patient : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Date de naissance :. . . . / . . . . / . . . . .


Prénom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Date de l’examen :. . . . / . . . . / . . . . . . . .

Niveaud’Activité Cotation Lyshom-Tegner


10 Sport de compétition – niveau nation ou international : football.

9 Sport de compétition – niveau inférieur : football, hockey sur glace, gymnastique.

8 Sport de compétition : squash, badminton, athlétisme (saut), ski alpin.

Sport de compétition : tennis, athlétisme (course à pied), moto-cross, speedway, hand-ball, basket-ball.
7
Sport de loisir : football, hockey sur glace, squash, athlétisme (saut), crosscountry.

Sport de loisir : tennis, badminton, hand-ball, basket-ball, ski alpin, jogging à raison de 5 entraînements
6
par semaine.

Sport de compétition : cyclisme. Sport de loisir : jogging à raison de deux entraînements par semaine sur
5
sol irrégulier. Travail lourd : bâtiment...

Sport de loisir : cyclisme, jogging à raison de deux entraînements par semaine sur terrain plat. Travail
4
d’activité moyenne : chauffeur routier, travail domestique éprouvant.

3 Sport de compétition ou loisir : natation, travail léger, marche en forêt possible.

2 Travail léger, marche en forêt impossible.

1 Travail sédentaire, marche terrain plat possible.

0 Handicap professionnel.

75
Annexes

Kneeinjury and Osteoarthritis Outcome


Score (KOOS)
Instructions :
Ce questionnaire vous demande votre opinion sur votre genou. Il nous permettra de mieux connaître ce que vous
ressentez et ce que vous êtes capable de faire dans votre activité de tous les jours.
Répondez à chaque question. Veuillez cocher une seule case par question. En cas de doute, cochez la case qui
vous semble la plus adaptée à votre cas.

Symptômes :
Ces questions concernent vos symptômes au cours des huit derniers jours.
S1. Est-ce que votre genou gonfle ?

Jamais Rarement Parfois Souvent Tout le temps

S2. Ressentez-vous des ou entendez-vous des craquements ou n’importe quel autre type de bruit en bougeant le genou
?
Jamais Rarement Parfois Souvent
Tout le temps

S3. Est-ce que votre genou accroche ou se bloque en bougeant ?

Jamais Rarement Parfois Souvent Tout le temps

S4. Pouvez-vous étendre votre genou complètement ?

Rarement
Toujours Souvent Parfois
Jamais

S5. Pouvez-vous plier votre genou complètement ?

Toujours Souvent Parfois Rarement


Jamais

Raideur :
Ces questions concernent la raideur de votre genou au cours des huit derniers jours. La raideur est la sensation d’avoir du
mal à bouger le genou.

S6. Le matin au réveil, la raideur de votre genou est :

Absente Légère Modérée Forte Extrême

76
Annexes

S7. Après être resté(e) assis(e), couché(e), ou au repos pendant la journée, la raideur de votre genou est :

Légère Modérée Forte Extrême


Absente

Douleur :

P1. Avez-vous souvent mal au genou ?

Jamais Une fois par mois Une fois par semaine Tous les jours Tout le temps

Au cours des huit derniers jours, quelle a été l’importance de votre douleur du genou en faisant les activités
suivantes ?

P2. En tournant, pivotant sur votre jambe

Modérée Forte Extrême


Absente Légère

P3. En étendant complètement le genou

Absente Légère Modérée Forte Extrême

P4. En pliant complètement le genou

Modérée Forte Extrême


Absente Légère

P5. En marchant sur un terrain plat

Forte Extrême
Absente Légère Modérée

P6. En montant ou en descendant les escaliers

Absente Légère Modérée Forte Extrême

77
Annexes

P7. Au lit la nuit

Absente Légère Modérée Forte Extrême

P8. En restant assis(e) ou c ouché(e)

Absente Légère Modérée Forte Extrême

P9. En restant debout

Absente Légère Modérée Forte Extrême

Fonction, vie quotidienne :


Les questions suivantes conc ernent ce que vous ê tes capable de faire. Au cours des huit der niers jours, quelle
a été votre difficulté pour cha cune des activités suivantes ?

A1. Descendre les escaliers

Absente Légère Modérée Forte Extrême

A2. Monter les escaliers

Absente Légère Modérée Forte Extrême

A3. Vous relever d’une posi tion assise

Légère Modérée Forte


Absente Extrême

A4. Rester debout

Absente Légère Modérée Forte Extrême

A5. Vous pencher en avant pour ramasser un objet

Absente Légère Modérée Forte Extrême

78
Annexes

A6. Marcher sur un terrain plat

Absente Légère Modérée Forte Extrême

A7. Monter ou descendre de voiture

Absente Légère Modérée Forte Extrême

A8. Faire vos courses

Absente Légère Modérée Forte Extrême

A9. Mettre vos chaussettes ou vos collants

Légère Modérée Forte Extrême


Absente

A10. Sortir du lit

Absente Légère Modérée Forte Extrême

A11. Enlever vos chaussettes ou vos collants

Absente Légère Modérée Forte Extrême

A12. Vous retourner ou garder le genou dans la même position en étant couché(e)

Absente Légère Modérée Forte Extrême

A13. Entrer ou sortir d’une baignoire

Absente Légère Modérée Forte Extrême

79
Annexes

A14. Rester assis(e)

Absente Légère Modérée Forte Extrême

A15. Vous asseoir ou vous relever des toilettes

Absente Légère Modérée Forte Extrême

A16. Faire de gros travaux ménagers (déplacer des objets lourds, réc urer les sols …)

Absente Légère Modérée Forte Extrême

A17. Faire des petits travaux ménagers (faire la cuisine, faire la pous sière …).

Absente Légère Modérée Forte Extrême

Activités, sport et loisirs :


Les questions suivantes concernent ce que vous êtes capable de faire au cours
des activités est au cours dehuit derniers jours, quelle a été votre difficulté
pour les activités suivantes ?

SP1. Rester accroupi(e)

Absente Légère Modérée Forte Extrême

SP2. Courir

Absente Légère Modérée Forte Extrême

SP3. Sauter

Absente Légère Modérée Forte Extrême

SP4. Tourner, pivoter sur votre jambe

Absente Légère Modérée Forte Extrême

80
Annexes

SP5. Rester à genoux

Absente Légère Modérée Forte Extrême

Qualité de vie :

Q1. Pensez-vous souvent à votre problème de genou ?

JamaisUne fois par moisUne fois parsemaine Tous les jours Tout le temps

Q2. Avez-vous modifié votre façon de vivre pour éviter les activités qui pourraient agg raver votre
problème de genou ?
Totalement
Pas du tout Un peu Modérément Beaucoup

Q3. Est-ce qu’un manque de confiance dans votre genou vous gêne ?

Beaucoup Totalement
Pas du tout Un peu Modérément

Q4. Finalement, êtes-vous gêné(e) par votre genou ?

Pas du tout Un peu Modérément Beaucoup Totalement

***Merci beaucoup d’avoir répondu à ce questionnaire***

Dossier N° FICHE DE LYSHOLM POUR LE GENOU

81
Annexes

Validation = 2 CI : Pathologies CE : Autres CP : Varus ou Provenance :


du genou. articulations. valgus très AFREK
prononcé.

Instabilité
Jamais de dérobement = 25 ; En exercice, rarement = 20 ;
En exercice, fréquemment =15 ;Occasionnel, vie courante =10 ; Souvent, vie
courante =5 ; A chaque pas = 0

Douleur
Jamais =25 En exercice, modéré =20  En exercice, importante=
15 ;Marche>2km, importante =10
Marche<2km, importante =5 Constante = 0

Blocage
Jamais = 15 ; Accrochage sans blocage 10 ; Blocage occasionnel = 6 ;
Blocage fréquent = 2 ; Blocage aigu à l’examen = 0

Gonflement
Jamais =10 ; Lors d’exercices intenses =6 Lors d’une activité courante = 2Constant = 0

Escaliers
Pas de gêne = 10 Léger handicap = 6 Une marche à la fois = 2 Impossible =0

Accroupissement
Pas de gêne = 5 Léger handicap = 4 Pas plus de 90° =2 Impossible = 0

Boiterie
Aucune=5 Modérée ou occasionnelle=3 Sévère et constante=0

Canne
Jamais= 5 En permanence = 2 Station debout impossible= 0

82
Annexes

SCORE LYSHOLM = TOTAL : 0 à 64 points = MAUVAIS


65 à 83 points = MOYEN
84 à 100 points= BON / EXCELLENT

SCORE INITIAL : le  : SCORE FINAL : le :

Evénements significatifs pendant le traitement Date


Ablation de plâtre ou autre contension rigide
Ablation d’attelle
Recherche de gain d’amplitude autorisée
Reprise d’appui Partiel
Reprise d’appuiTotal

Satisfaction du patient:

COMMENTAIRES  :

83
Annexes

Echelle ACL-RSI

DATE :……………SAISI PAR : …………..


NOM :……………
PRENOM :……………….
SEXE :……………….
AGE :………………………
Au besoin, réinitialiser le Formulaire
GENOU LESE :………………….
DELAI APRES INTERVENTION :…………….

SCORE ACL – RSI :

Une fois rempli ce questionnaire, vous devrez me l'envoyer par Mail


en utilisant un des boutons ci-dessous.

Ou enregistrez le sur votre disque dur pour


Envoyer directement au Dr ALONSO par Mail
l'envoyer ultérieurement
(Nom explicite, EX : ACL
de DUPONT) en pièce-
jointe via votre messagerie

84
Annexes

INSTRUCTIONS

Merci de répondre aux questions suivantes concernant le sport principal que


vous pratiquiez avant l’accident. Pour chaque question, donnez un chiffre
selon ce qui vous parait correspondre le mieux à la situation actuelle de votre
genou.

1. Pensez-vous pouvoir pratiquer votre sport au même niveau


qu’auparavant ?

Pas du tout sûr = 0 Totalementsûr = 10

2. Pensez-vous que vous pourriez vous blesser de nouveau le genou si


vous repreniez le sport ?

Extrèment probable = 0 Pas du tout probable = 10

3. Êtes-vous inquiet à l’idée de reprendre votre sport??

Extrèment inquiet = 0 Pas du tout inquiet = 10

4. Pensez-vous que votre genou sera stable lors de votre pratique


sportive ?

Pas du tout sûr = 0 Totalementsûr = 10

5. Pensez-vous pouvoir pratiquer votre sport sans vous soucier de votre


genou ?

Pas du tout sûr = 0 Totalementsûr = 10

6. Etes-vous frustré de devoir tenir compte de votre genou lors de votre


pratique sportive ?

Extrèmement frustré = 0 Pas du tout frustré = 10

85
Annexes

7. Craignez-vous de vous blesser de nouveau le genou lors de votre


pratique sportive ?

Crainte extrème = 0 Aucune crainte = 10

8. Pensez-vous que votre genou peut résister aux contraintes ?

Pas du tout sûr = 0 Totalementsûr = 10

9. Avez-vous peur de vous reblesser accidentellement le genou lors de


votre pratique sportive ?
Très peur = 0 Pas du tout peur = 10

10. Est-ce que l’idée de devoir éventuellement vous faire réopérer ou


rééduquer vous empêche de pratiquer votre sport ?
Tout le temps = 0 A aucun moment = 10

11. Etes-vous confiant en votre capacité à bien pratiquer votre sport ?

Pas du tout confiant = 0 Totalement confiant = 10

12. Vous sentez-vous détendu à l’idée de pratiquervotre sport?

Pas du tout détendu = 0 Totalement détendu= 10

Merci d'avoir rempli ce questionnaire. Vous pouvez maintenent me


l'envoyer en utilisant les boutons de la
Page 1.

86
Annexes

Echauffement tests de performance

sport collectif
• Un échauffement basique d’environ 15 à 20 minutes sera réalisé avant le test
de performance.
• Il a pour but de stimuler le système cardiovasculaire, d’une part, et de
mobiliser et de tonifier activement
les muscles et les articulations, d’autre part.
Echauffement général
• Echauffement en douceur de 5 à 10 minutes : skippings, talons-fesses,
déplacements latéraux, pas
sautillés avec bras tendus
• Gymnastique avec élan et stretching actif.

87
Annexes

Echauffement pour le sprint et l’agilité


• Skippings sur deux fois 15 m en montant haut les genoux en fréquence rapide
• Une accélération sur 60-70 m puis récupération de 3 minutes avant
l’accélération suivante
• Deux accélérations sur 40 m à vitesse maximale, avec récupération de 3 min.
entre les deux efforts
• Démarrage sur 3x 10 m

88