Vous êtes sur la page 1sur 80

Ministère de l’Enseignement Ministère de la

Supérieur Santé Publique


et de la Recherche Scientifique

Faculté Privée Des Sciences Paramédicales De Sfax

Année Universitaire 2017-2018

MEMOIRE DE FIN D’ETUDES


POUR L’OBTENTION DE LA LICENCE APPLIQUEE EN
PHYSIOTHERAPIE

La place de McConnell tape dans la prise en charge de la


douleur dans le syndrome fémoro- patellaire.

Elaboré par : Mr Hedi Ellouze


Encadré par : Pr Mohamed Habib Elleuch
Mme Hela Rekik

LE : 18 /07 /2018

JURY DE SOUTENANCE :
Président : Pr Mohamed Habib Elleuch
Membres : Mme Hela Rekik
Mme Nissaf Samet
Sommaire
A. Introduction....................................................................................................1
B. Partie théorique..............................................................................................4
1. Contexte anatomique et biomécanique......................................................4
a. Contexte anatomique...............................................................................4
b. Contexte biomécanique............................................................................6
2. Anatomie fonctionnelle...............................................................................9
a. Force de compression fémoro-patellaire.................................................9
b. Surface de contact..................................................................................10
3. Syndrome fémoro-patellaire.....................................................................12
a. Signes cliniques.......................................................................................12
b. Examen clinique......................................................................................13
c. Examens complémentaires.....................................................................16
 Bilan standard......................................................................................16
 Echographie.........................................................................................16
 TDM du genou.....................................................................................16
 IRM du genou......................................................................................16
 Arthro TDM du genou..........................................................................16
d. Diagnostic différentiel.............................................................................17
e. Traitement médical.................................................................................17
• Antalgiques.............................................................................................17
• Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)...........................................17
•Anti arthrosiques à action lente,.............................................................17
f. Traitement conservateur........................................................................17
 1- Education du patient.......................................................................17
 2- Prévention.......................................................................................18
 3- Repos...............................................................................................18
 4- Rééducation.....................................................................................18
 5- Moyens orthopédiques...................................................................20
4. McConnell Taping......................................................................................20
C. Patients et méthodes....................................................................................23
1. Bilans..........................................................................................................23
a. Interrogatoire.........................................................................................23
b. Bilan de la douleur..................................................................................23
 Subjectif...............................................................................................23
 Objectif................................................................................................24
c. Bilan cutané trophique circulatoire........................................................25
d. Bilan morpho statique............................................................................25
 De face.................................................................................................25
 De dos..................................................................................................25
 De profil...............................................................................................25
e. Bilan articulaire.......................................................................................26
→Articulation fémoro tibiale.....................................................................26
→Articulation fémoro patellaire................................................................26
f. Bilan musculaire......................................................................................30
 Qualitatif..............................................................................................30
 Quantitatif...........................................................................................30
g. Bilan fonctionnel.....................................................................................31
 Les tests fonctionnels dynamiques......................................................31
 Kujala Anterior knee pain Scale...........................................................33
 Index de WOMAC traduit en arabe.....................................................33
2. Protocole de rééducation..........................................................................34
a. Composante éducative...........................................................................35
b. Composante articulaire..........................................................................36
c. Composante musculaire.........................................................................36
 Etirements...........................................................................................36
 Renforcement musculaire...................................................................39
d. Travail des schémas moteurs.................................................................45
e. Technique de contention........................................................................47
f. Orthèses plantaires.................................................................................49
D. Résultat.........................................................................................................51
E. Discussions....................................................................................................55
F. Conclusion.....................................................................................................61
G. Annexe..........................................................................................................63
H. Bibliographie.................................................................................................67
INTRODUCTION
A. Introduction
Le syndrome fémoro-patellaire (SFP) est fréquemment rencontré en
rééducation, et touche principalement l'adolescent et le jeune adulte. Il s'agit
de la pathologie du genou générant le plus de consultations en médecine
générale ainsi qu'en médecine du sport, où elle se développe volontiers chez
les coureurs [1].

Le syndrome fémoro-patellaire représente 10% des cas par rapport au


traumatisme du sportif suivant les statistiques réalisées au centre sectoriel de
sciences et techniques de Sfax.

Les patients atteints de SFP décrivent des douleurs diffuses en regard de


l'articulation fémoro-patellaire, aggravées lors d'activités telles que la montée
et la descente d'escaliers, la course, ainsi que lors de la position assise
prolongée.

Le mécanisme de cette pathologie est complexe et multifactoriel. Il se traduit


notamment par un mauvais engagement de la patella dans la trochlée
fémorale, augmentant la pression sur les facettes articulaires latérales [2,3]. Ce
défaut d'engagement peut résulter d'une association de différents facteurs.
Une augmentation de l'angle Q du genou favorise la traction latérale de la
patella par les structures actives et passives qui l'entourent [2]. Le déséquilibre
musculaire entre vaste médial (VM) et vaste latéral (VL) est lui aussi souvent
mis en cause. Ce déséquilibre peut se traduire soit par une diminution de la
force du VM, soit par une augmentation de son délai d'activation [4].

Les troubles de la statique des articulations sus- et sous-jacentes peuvent être


également recherchés, en particulier un valgus de cheville prononcé ou la
tendance à l'adduction et à la rotation interne excessive de la hanche [3]. Des
réserves sont à émettre sur ces interprétations. Des défauts d'alignement ne
sont pas systématiquement retrouvés chez les patients souffrant d'un SFP, mais
ces mesures évaluées en statique ne nous renseignent pas assez sur la
cinétique de la patella lors du mouvement [2].

Le SFP touchant particulièrement les sujets jeunes et sportifs, on retrouve


fréquemment l'utilisation du taping dans la prise en charge de ces patients.
Deux d'entre eux sont communément rencontrés dans l'arsenal thérapeutique
1
à disposition du kinésithérapeute. Le taping décrit par Jenny McConnell et le
KinesioTaping décrit par Kenzo Kase.

Le taping McConnell (MT) est apparu au début des années 1980, et comprend
l'examen de la position de la patella et sa correction par un tape rigide [5]. Son
auteur décrit plusieurs types de positions pathologiques de la patella : Une
composante de « glide » (translation latérale), une composante de « tilt »
(inclinaison), une composante « A-P tilt» d’inclinaison antéropostérieur, ainsi
qu'une composante correspondant à la rotation de la patella dans son plan
frontal. La correction de ces défauts d'alignement par la pose d’un tape
implique une première bande de protection cutanée en regard de la face
antérieure du genou, suivi par une bande adhésive non élastique appliquée en
regard de la patella. Le thérapeute y applique une tension dans le sens de la
correction désirée.

L’objectif de notre étude est d’évaluer les bénéfices du Mcconnell tape sur la
douleur dans le cadre du syndrome fémoropatellaire.
PARTIE
THEORIQUE
B. Partie théorique :
1. Contexte anatomique et biomécanique :
a. Contexte anatomique :
La patella est un os sésamoïde, suspendu entre le tibia et l’os iliaque, reposant
sur le fémur. À sa face postérieure, elle possède un important cartilage
(supérieur à 5 mm) et une crête [28] lui permettant de fonctionner en
compression et en friction avec la trochlée fémorale. Elle permet aussi
d’augmenter le bras de levier du muscle quadriceps, en particulier lors de son
action excentrique. On dénombre 6 mouvements patellaires [28,29] : 3
rotations(valgus/varus, bascule, flexion/extension) et 3 translations dans le
plan frontal, horizontal et sagittal (Fig. 2). Des éléments passifs (ligaments,
congruence osseuse et rétinaculum [30]) et des éléments actifs (tendons et
muscles) permettent de stabiliser la patella en statique et lors de ces
mouvements dynamiques(Fig. 1).Le tendon patellaire, tendu de l’apex de la
patella à la tubérosité tibiale antérieure, fait partie des éléments passifs de
stabilité de l’articulation fémoro-patellaire (FP). Il est orienté en bas et en
dehors. Cette obliquité est objectivée par l’angle Q :il est formé par
l’intersection entre la droite passant par le centre de la patella et l’épine iliaque
antéro supérieure (EIAS) et la droite passant par le centre de la patella et la
tubérosité tibiale antérieure (TTA) [29,31,32]. Cet angle Q nous renseigne sur le
valgus de genou ainsi que sur la translation et la bascule latérale de la patella.
Les valeurs définies comme normales sont un angle inférieur ou égal à 15◦chez
les hommes et à 20◦chez les femmes [29].La patella est asservie au quadriceps.
Chaque chef musculaire lui donne une direction : le vaste latéral (VL) a une
action latéralisante, le droit fémoral et le vaste intermédiaire ascensionnent la
patella, et le vaste médial (formé du vaste médial longitudinal (VML) et du
vaste médial oblique (VMO)) a une action médialisante sur la patella (Fig. 3). Le
VMO peut aussi être considéré comme un chef musculaire indépendant car
certains auteurs décrivent un plan fibreux entre le VMO et le VML ainsi qu’une
innervation spécifique du VMO [33,34].
Figure 1:L’Angle Q : mesure entre l’axe du quadriceps et le tendon patellaire. Il est formé par
l’intersection d’une ligne provenant de l’épine iliaque antéro-supérieure (EIAS) et d’une ligne
passant par l’axe médian de la patella

Figure 2: Les 6 mouvements patellaires


Figure 3: Les structures anatomiques de stabilité passive de l’articulation fémoro-patellaire et les
différentes actions des chefs du muscle quadriceps. Les structures passives sont le rétinaculum
latéral (RL), le fascia lata (FL) partageant des fibres avec le RL, et le rétinaculum médial (RM)
composé du MPFL (medial patellofemoral ligament), le MPML (medial patellomeniscal ligament) et
le MPTL (medial patellotibial ligament). Les chefs du muscle quadriceps sont : le droit antérieur et
le vaste intermédiaire, le vaste latéral (VL) et le vaste médial divisé en 2 chefs, le vaste médial
oblique (VMO) et le vaste médial longitudinal (VML).

b. Contexte biomécanique :
Le genou en extension, la rotule est légèrement en translation latérale avec
une bascule latérale (rotation latérale par rapport à l’axe sagittal). Il existe une
faible congruence de l’articulation fémoro-patellaire (FP) car la trochlée
fémorale est peu creusée à sa partie supérieure et frontale et les rétinaculums
latéral et médial ne sont pas tendus [30].

La stabilité de l’articulation FP est essentiellement active et assurée par les


différents chefs musculaires du quadriceps [50].Lors de la flexion de genou,
entre 0 et 30◦, il existe une instabilité latérale de l’articulation FP, source de
luxation chez certains patients [49].

En effet, la patella n’est pas encore engagée dans la trochlée, et sur le plan
ligamentaire les rétinaculums latéral et médial ne sont pas encore en tension.
Les forces de sollicitations externes, quantifiées par l’angle Q, sont
prédominantes du fait du valgus physiologique du membre inférieur et de la
résultante des forces des chefs du quadriceps.
Toutefois, des moyens actifs empêchent cette translation latérale :le VMO et
VML [33,34]. Grâce à l’obliquité des fibres du VMO (entre 40 et 50◦d’angle de
pennation), il est l’acteur principal pour lutter contre cette subluxation latérale
physiologique. À partir de 30◦de flexion du genou, la patella est guidée parla
trochlée et par les éléments péripatellaires de stabilité. La rotation médiale du
tibia lors de la flexion, ainsi que la mise en tension des rétinaculums
contribuent à augmenter la stabilité de la patella. Ainsi, la zone de 30◦de
flexion du genou représente une zone charnière, avec, en début de flexion de
genou, une instabilité FP relative, puis ensuite une stabilité. Dans cette zone,
nous observons le maltracking (translation latérale et bascule latérale en début
de flexion de genou, puis translation médiale), typique du SFP [29,35].

Par ailleurs, on retrouve très souvent, à l’examen clinique, des douleurs à la


palpation du rétinaculum latéral (RL) [50] qui se tend lors de la flexion de genou
[30,36]. Une rétraction des éléments latéraux de stabilité passive de
l’articulation FP (fascialata et rétinaculum latéral) va augmenter les contraintes
de celui-ci, car, lors de la flexion de genou, il existe une translation médiale de
la patella, provoquée par une joue externe de la trochlée fémorale plus haute
ainsi que la rotation médiale automatique du tibia. Cette rétraction du
rétinaculum latéral va augmenter la bascule de la patella et donc diminuer le
ratio des contraintes entre la facette médiale et latérale de la patella[31,37,38].
De plus, il a été rapporté une augmentation des terminaisons libres des fibres
nerveuses de la douleur dans le rétinaculum latéral chez les patients souffrant
de SFP [49]. Ceci explique sans doute la localisation et l’expression de la
douleur au niveau du rétinaculum latéral, majorée lors de la flexion de genou
prolongée.

La patella est stabilisée en arrière par le corps adipeux infra-patellaire (ou


Hoffa). Ce dernier est situé sous le tendon patellaire et fait partie intégrante
des articulations fémoro-tibiale et FP car il est en contact direct avec leur
synovie par sa partie postérieure [39]. Il stabilise aussi l’articulation fémoro-
tibiale lors de la flexion/extension et joue un rôle de matelas pour le tendon
patellaire lors de la flexion de genou.

Dans le SFP, le maltracking patellaire vient irriter le corps adipeux infra-


patellaire [40,41]. De part son hyper-vascularisation et innervation, il est
souvent responsable des douleurs rétro-patellaires et donne la sensation de
« barre sous la patella », ou la sensation de « genou serré » [42–44].Sur le plan
morphostatique, chez des patients souffrant du SFP, on retrouve très souvent
un angle Q plus important que les valeurs précédemment définies.

En dynamique, lors d’un squat unipodal, ils présentent une adduction et une
rotation médiale plus importante, majorant l’angle Q (appelé angle Q
dynamique)[32,50]. Cela signe un effondrement global du membre inférieur
avec une bascule controlatérale du bassin accompagnée d’un valgus de genou
plus important qui engendre un shift latéral, un tilt médial et une rotation
médiale de la patella. Au niveau du pied, on observe une rotation médiale du
tibia, une augmentation du valgus de la sous-talienne, responsables d’un
affaissement global du pied [31,50]. Ce même schéma est aussi retrouvé à la
marche, la descente d’escalier et lors de la course à pied.

Le maltracking et l’affaissement du membre inférieur participent à la


diminution de l’enveloppe de fonction de l’articulation FP [45–47] (Fig. 4). Cette
enveloppe représente la quantité d’activité que le genou peut supporter.

Au-delà, les douleurs sont exacerbées et l’impotence fonctionnelle apparaît.


Mais n’oublions pas les facteurs extrinsèques qui peuvent aussi diminuer cette
enveloppe [48] (la course à pied, l’accroupissement, les escaliers, la position
assise).

Lors du bilan initial, il est nécessaire d’identifier ces facteurs de risques pour
proposer des conseils d’hygiène de vie adaptés et d’économie articulaire. Lors
de la reprise sportive, le patient doit respecter une augmentation progressive
des contraintes articulaires sur plusieurs semaines. Ainsi, le SFP est engendré
par une mauvaise biomécanique du genou mais plus généralement par
l’affaissement global du membre inférieur et du bassin.
2. Anatomie fonctionnelle :
a. Force de compression fémoro-patellaire :
C’est une force qui est égale et opposée à la résultante des forces de la tension
du quadriceps et de la tension du tendon rotulien.

→Le contact du cartilage fémoro-patellaire :

Le renforcement du muscle vaste medial conduit à une médialisation de la


rotule ainsi qu'à une augmentation interne rotation tibiale, optimisant ainsi le
suivi de la rotule en abaissant l'angle Q En revanche, la faiblesse du vaste
medial le muscle provoque une diminution de la rotation interne du tibia et est
associée à une pression de contact fémoro-patellaire inférieure et Zone de
contact. Il est conclu que l'exercice vaste medial est conseillé d'améliorer le
suivi de la rotule, mais ne peut pas être recommandé chez les patients
présentant des troubles dus à pression de contact fémoro-patellaire. Les
résultats du présent étude peut aider à améliorer la réhabilitation des patients
souffrant des troubles de l'articulation fémoropatellaire comme douleur au
genou antérieur.[24]
b. Surface de contact

Fig 1. Les prédictions de l'analyse quasi-statique du modèle pour la zone de


contact articulaire fémoro-patellaire et de la pression au cours de l'activité
simulée de la presse à pattes, avec une force de pression constante de 140 N.
Les résultats sont montrés sur les vues antérieure et postérieure des surfaces
articulaires fémorales et patellaires, respectivement, pour différents angles de
flexion du genou examinés. Les zones de contact expérimentales, estimées à
l'aide des données de l'IRM, ont également été représentées (lignes pointillées)
pour comparaison.
Fig 2. Le genou du sujet dans l'appareil d'essai compatible avec l'IRM, équipé
d'un transducteur de force pneumatique à utiliser lors de l'expérience
isométrique de la jambe-presse

Fig 3. Enregistrement historique du fémur, de la rotule et du tibia à 40 degrés


de flexion du genou par rapport aux modèles de référence de l'extension
complète du genou.
3. Syndrome fémoro-patellaire :
a. Signes cliniques :
• La douleur :

– Parfois aigüe, parfois fond douloureux permanent

– Derrière, dessous ou autour de la rotule

– Peut être augmentée par :

* Position assise prolongée (signe du cinéma)

* Montée ou descente des escaliers

* Accroupissement ou course à pieds

– Peut être difficile à faire localiser :

* Devant la rotule

* Cercle autour de la rotule

* L’instabilité

– Pas de véritable instabilité

– Plutôt une inhibition transitoire du quadriceps

– Parfois difficile d’éliminer une subluxation de la rotule

• L’épanchement

– Rare

– Peu spécifique

– Parfois sensation d’ankylose, genou fléchi

• Blocage

– Ce n’est pas un symptôme qui fait partie du syndrome douloureux rotulien

– Parfois pseudo blocages


• Blocage en extension et pas en flexion

• Impossibilité de fléchir le genou

• Fugace et récidivant

b. Examen clinique :

• Inspection

– Debout : angle Q, alignement rotulien, asymétrie musculaire

– Couché : longueur des MI et morphotype, bascule et position de la rotule

– Flexion : course rotulienne et “J” sign (s'il est positif, indique souvent un suivi
patellaire latéral.)

– Marche : morphotype, pronation de l’arrière-pied

• Mobilité

– Flexion, extension, en actif et en passif, rotation passive

– Rétraction des ischio-jambiers

• Palpation

– Facette médiale et latérale de la rotule

– Bord supérieur et pôle inférieur de la rotule

– Tendon rotulien, ligaments, ménisques, corps de Hoffa

– Épanchement : visible ou palpable (signe du glaçon)

• Tests spécifiques

– Test du choc rotulien ou signe du glaçon :

But : Mise en évidence d’un épanchement intra-articulaire.

Manœuvre : Le sujet est en décubitus dorsal. Le thérapeute comprime


d’une main le cul-de-sac sous-quadricipital, et de l’autre presse
verticalement le centre de la rotule.
Positivité : La rotule se mobilise verticalement jusqu’au contact avec la
trochlée fémorale puis remonte au relâchement de la pression, comme
un glaçon dans l’eau.

Remarque : Ce test est plutôt sensible aux épanchements importants.

−Test de la fluctuation

But : Mise en évidence d’un épanchement intra-articulaire.

Manœuvre : Le sujet est en décubitus dorsal. Le thérapeute place son


pouce et ses doigts d’une de ses mains de part et d’autres de la partie
inférieure de la rotule. Il comprime ensuite avec l’autre main le cul-de-
sac sous-quadricipital.

Positivité : Le pouce et les doigts de la main caudale sont repoussés


par l’épanchement.

−Test de la plica médiale

But : Mise en évidence d’une douleur liée à la présence de la plica (ou


repli synovial) interne.

Manœuvre : Le sujet est en décubitus dorsal, le genou tendu. Le


thérapeute place ses mains de part et d’autre de la patella (une
proximale, l’autre distale) puis déplace médialement (en dedans) la
patella. Il peut alors palper la facette articulaire interne de la rotule.

Positivité : Déclenchement d’une douleur locale avec parfois


perception à la palpation d’une structure tissulaire allongée (en forme de
corde) parallèle au bord médial de la patella.

−Test de McConnell

But : Mise en évidence d’une douleur rétro-patellaire et/ou d’une


pathologie cartilagineuse fémoro-patellaire.

Manœuvre : Le sujet est assis avec les jambes dans le vide. Il effectue
des contractions isométriques du quadriceps, contre-résistance du
thérapeute placé à côté, à plusieurs degrés de flexion (en général à 0°,
30°, 60°, 90° et 120°). Lorsque des douleurs et/ou une gêne sont
ressenties à certains degrés de flexion, le thérapeute mobilise la patella
en dedans sans contraction de la part du sujet, puis ce dernier effectue
de nouveau une contraction quadricipital isométrique.

Positivité : Diminution des douleurs avec la manœuvre.

−Test de laxité frontale de la rotule :

But : Mise en évidence d’une hyper-mobilité rotulienne dans le plan


frontal.

Manœuvre : Le sujet est en décubitus dorsal. Le thérapeute met ses


mains de part et d’autre de la rotule et vient placer ses pouces sur le
bord interne de la rotule. Il mobilise ensuite la rotule vers l’extérieur.

Positivité : La rotule se déplace de plus de la moitié de sa largeur.


Remarque : Ce mouvement peut déclencher une appréhension du
patient face au ressenti de son instabilité rotulienne.

• Et les autres tests

– Lachman, ressaut, tiroir postérieur (+), signes méniscaux, etc.

• Hanche et colonne lombaire


c. Examens complémentaires :

 Bilan standard
Le bilan standard est composé des clichés suivants :

−Radiographie genou de face, bilatéral, en extension

−Radiographie de profil à 30° de flexion

−Radiographie en vue axiale à 30° de flexion (défilé fémoro-patellaire)

−Radiographie en schuss si > 55ans ou antécédents traumatiques


particuliers

 Echographie
L’échographie en haute définition explore actuellement de façon
particulièrement efficace et fiable la majeure partie des tendons superficiels du
genou et de la hanche. Elle tend à se substituer à d'autres techniques comme
l'IRM (plus coûteuse et moins accessible) dont les résultats sont souvent
comparables.

 TDM du genou
En cas de persistance des douleurs après rééducation bien conduite et s'il
existe des anomalies au bilan radiologique standard, la TDM est alors indiquée
en tant qu'élément décisif du bilan préopératoire.

 IRM du genou
Tout comme la TDM, il ne s'agit pas d'un examen de routine dans l'exploration
d'un genou instable. Actuellement, il n'existe pas de recommandations
concernant l'utilisation de l'IRM dans l'étude de la fémoro-patellaire.
Néanmoins, les avancées techniques quant à la visualisation des structures
ostéo-cartilagineuses en font l'outil d'avenir.

 Arthro TDM du genou


Uniquement dans le cadre d'un bilan spécialisé, en préopératoire notamment.
Recommandation de grade B selon la Société Française de Radiologie.
d. Diagnostic différentiel :
−Bursite

−Syndrome de la plica

−Atteinte neurologique L2 L3

−Lésion méniscale

−Syndrome du corps de Hoffa

−Lésion ligamentaire

−Jumper’s knee

−Synovite systémique (rhumatismale)

e. Traitement médical :
Les médicaments contre la douleur peuvent suffire quand la gêne est
occasionnelle. Les anti-inflammatoires sont utiles au cours des poussées plus
gênantes ou entraînant de l’hydarthrose. Les médicaments aidant le cartilage à
être plus résistant : ce sont des substances qui s’incorporent au cartilage pour
améliorer sa structure. On les emploie sur des cures de plusieurs mois.

• Antalgiques : en respectant les paliers de l’OMS

• Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)per os et topique sont


souvent prescrits en routine, cependant peu d’évidences sont retrouvées quant
à leur efficacité dans cette pathologie.

•Anti arthrosiques à action lente, la visco-supplémentation : en cas


d’arthrose associée (recommandations de l’OARSI).

f. Traitement conservateur :

 1- Education du patient
Une explication la plus claire possible de la problématique en cause et de son
évolution spontanée au fil du temps, la dédramatisation de la douleur et la
compréhension par le patient du traitement envisagé font partie des
interventions précoces les plus importantes. La capacité du patient à se
prendre en charge lui-même tout au long de l’évolution de sa maladie est
essentielle, qu’il s’agisse de la gestion de sa douleur et donc de ses activités ou
de la réalisation de ses exercices thérapeutiques à domicile et au cours de sa
vie quotidienne [13].

 2- Prévention
L’hygiène articulaire est un pilier thérapeutique important en conseillant au
patient de perdre du poids, d’étendre les genoux en position assise. Par contre
les mouvements de grimper, s’accroupir, s’agenouiller et/ou sauter doivent
être évités autant que possible. En cas d’activité sportive l’échauffement et
l’étirement sont indispensables car ils favorisent un épaississement de la poche
synoviale et une amélioration de l’élasticité des ligaments et des tendons.

 3- Repos
Le repos doit être relatif, et constitue la première étape pour réduire la
douleur. Pour les sportifs, un repos partiel ou complet peut être indiqué. En
tout cas, l’activité doit être réalisée sous le seuil douloureux. Des activités
sportives alternatives peuvent être proposées, comme le vélo ou la natation
[14].

 4- Rééducation
Il est maintenant bien prouvé, dans la littérature, que la physiothérapie
constitue le point essentiel de ce traitement. Mais le programme de
rééducation devra se faire «à la carte», en fonction des plaintes et de l’examen
clinique. En plus du traitement par le physiothérapeute, l’auto rééducation à
domicile, si possible quotidiens, est systématiquement recommandée[14]. Le
but de la rééducation est de soulager la douleur, relâcher et étirer les muscles
contractés ou raccourcis, et renforcer les muscles affaiblis ou inhibés. Le
renforcement du quadriceps est l’intervention la plus souvent prescrite et qui
donne les meilleurs résultats, surtout au niveau du vaste médial oblique,
lorsque celui-ci est faible[15]. Il faut signaler l’intérêt de ne pas seulement se
focaliser sur le genou. Ainsi, le renforcement des abducteurs et rotateurs
externes de hanche donne de bons résultats [15,16,17].Le stretching des
chaînes antérieures et postérieures des membres inférieurs est également
utile, lorsque ces groupes musculaires sont raccourcis [16,18].D’autres mesures
comme l’étirement des rétinaculums patellaires, le travail de gainage,
l’amélioration de la proprioception des membres inférieurs peuvent jouer un
rôle important selon les cas [19,20].

 Physiothérapie :
Elle comprend plusieurs techniques à savoir la thermothérapie qui a un effet
antalgique et décontracturant. La cryothérapie qui a un effet antalgique et anti
œdémateux. Les ultrasons qui ont un effet antalgique. Et d’autres comme le
vibromassage, l’ionisation, et l’électrothérapie.

 • Relaxation :
Exemple Relaxation post-isométrique (RPI) des jumeaux du triceps. C’est une
technique très douce dont le succès dépend de la capacité du praticien à
discerner la résistance initiale. Le patient est en décubitus dorsal avec les
jambes allongées, les hanches souples. Le praticien effectue la dorsiflexion
passive du pied du patient jusqu’à ce que la résistance initiale (la barrière) soit
sentie. Maintenir le calcanéus. Le patient inspire et tente doucement la flexion
plantaire du pied contre la main du praticien, avec le minimum de contraction
isométrique. Tenir 5-10 secondes. Après que le patient a cessé la contraction et
a expiré, le praticien reprend la tension. Répéter l’exercice trois fois.

 Etirement :
Exemple de la bandelette ilio-tibiale Le patient place un rouleau en mousse
perpendiculairement au tenseur du fascia lata (TFL) et roule, dans un
mouvement de va-et-vient, sur le TFL et la bandelette ilio-tibiale.

 Mobilisation de la rotule :
Un mouvement limité de la rotule sur le fémur nécessite souvent une
mobilisation soit par la mobilisation douce dans la direction de la résistance ;
soit par le gapping rotulien, le patient est en décubitus dorsal, avec la jambe
malade étirée, mais pas en extension complète ; une des mains du praticien
prend la cheville du patient en la décollant légèrement de la table; l’autre main
exerce une légère pression au niveau de l’espace articulaire, en le raidissant et
en trouvant le point de résistance initial (barrière), le praticien mobilise alors
l’articulation médialement plusieurs fois, pour effectuer un« gapping » latéral,
le praticien mobilise alors doucement l’articulation latéralement plusieurs fois.
 Renforcement :
Exemple vaste médial oblique (VMO) par auto-glissement de la rotule
Commencer avec le patient assis sur le sol, les jambes étendues, avec une
serviette roulée sous les genoux, les jambes légèrement tournées vers
l’extérieur et le pied contre le mur. Le patient effectue manuellement un auto
glissement médial de la rotule, contracte les cuisses et presse le genou sur le
sol. Pour concentrer la contraction sur la région médiale du quadriceps et sur
les adducteurs, effectuer une percussion manuelle douce ou appliquer de la
glace sur ces muscles.

 5- Moyens orthopédiques :
Les genouillères et les bandages sont fréquemment utilisés dans le traitement
du syndrome rotulien. Dans la littérature, il y a peu d’accords en ce qui
concerne leur action bénéfique. Sur des périodes prolongées, la genouillère
peut conduire à une atrophie du quadriceps et elle doit être évitée [21].

Zappala et al [22] pensent que lorsqu’elle doit être utilisée, elle doit permettre
le libre déplacement de la rotule et qu’il faut utiliser pour cela une genouillère
avec une ouverture au niveau de la rotule. Les supports plantaires doivent être
considérés au cas par cas, en fonction de l’examen clinique, en considérant le
morphotype des pieds, mais également celui des membres inférieurs.
[15 ,18,23]

4. McConnell Taping :
Le taping fémoro-patellaire a été développé par Jenny McConnell : c’est une
stratégie d'autogestion simple et peu coûteuse. Le but est de créer un
réalignement mécanique de la rotule dans le sillon intertrochléaire et de
réduire la douleur. Bien que l'enregistrement patellaire semble réduire la
douleur et améliorer la performance des personnes atteintes de PFPS, les
mécanismes exacts de ces phénomènes ne peuvent être expliqués [25]

Le but de La technique de McConnell a été développée pour corriger la


cinématique fémoro-patellaire altérée [26] pour permettre au patient de
s'engager dans un exercice de thérapie physique sans douleur. Bien qu'il existe
plusieurs variantes de la procédure d'enregistrement recommandées, selon les
besoins spécifiques du patient (p. Ex., Glissement, inclinaison et / ou rotation),
selon McConnell, presque tous les patients ont besoin d'un glissement médial
de leurs patellas. [27] L'enregistrement de McConnell est réalisé au moyen
d'une bande adhésive spéciale appliquée à travers la face antérieure de la
rotule, tirant de latéral vers le médial, pour "médialiser" l'articulation fémoro-
patellaire (PFJ). Une fois appliqués, les patients devraient ressentir une
réduction de leurs symptômes associés au syndrome fémoro-patellaire, leur
permettant ainsi de participer à un exercice de physiothérapie. En tant que tel,
la capacité de la procédure de cerclage à maintenir la position médiale de la
patella est critique pour la durée de l'activité physique.

Le Mcconnell tape permet :

 Au patient de bouger et de s’entrainer sans douleur


 D’améliorer la proprioception

Les avantages du tape :

 Spécifique à chaque patient


 Facile à appliquer
 La tension peut être varié
 Le tape doit immédiatement améliorer la symptomatologie (au moin
50%)
 Le patient ne doit jamais s’entrainer avec des douleurs ou au-delà du
point douloureux.
 Etre attentif à l’irritabilité
PATIENTS ET
METHODES
C. Patients et méthodes :
I. Populations d’études :
Le travail que nous proposons de présenter, est une étude rétrospective qui
porte sur 10 cas de syndrome fémoro patellaire non opéré.

Notre prise en charge a duré 6 semaines à raison de 3 séances de rééducation


par semaine nous avons pratiqué le même bilan et le même protocole de
rééducation sur tous nos patients

 Critères d’inclusions :
- Patients sportifs professionnel entre 12 et 28 ans
- Patient souffrant d’un syndrome fémoro-patellaire

 Critères d’exclusions :
- Epanchement du genou
- Lésion ligamentaire associée
- Lésion méniscale associé
- Pas de fracture aux alentours

II. Méthodes
1. Bilans :
a. Interrogatoire :
•Nom et prénom

•Age

•Antécédents

•Chaussure : Adapté ou pas

•Mécanisme lésionnel

b. Bilan de la douleur

 Subjectif :
−Localisation : Où ?

−Horaire : Quand ? (Matinal ou nocturne, dérouillage matinal long ou court)


−Type de douleur (craquement, blocage …) Comment ?

−Facteur aggravant (l’effort, après un certain périmètre de marche, les


mouvements répétitifs, la montée et descente des escaliers …)

−Facteur soulageant (le repos, décubitus dorsal…)

−EVA (échelle visuelle analogique) :

 Objectif
→Causes de la douleur :

−Inférieur : +Irritation du corps de Hoffa

+ nerf infra patellaire

+Tendon rotulien

−Externe tension du rétinaculum externe + pression latérale (fémoro tibiale)

−Interne : étirement constant des fibres du rétinaculum interne.

−Supérieur: + tendon du quadriceps

+bourse séreuse

−Retro patellaire : +dégénération du cartilage

+charge de l’os souschondral


c. Bilan cutané trophique circulatoire :
→œdème : −localisation

−étendu

→épanchement (en regard de l’articulation fémoro-patellaire)

→Masse adipeuse : cellulalgie par la manouvre de palper rouler

d. Bilan morpho statique :

 De face :
−Pied : plat ou creux/ pronation ou supination

−Patella : alignement des deux patellas : patella baja (en bas) ou patella alta (en
haut)

−Genoux : genu valgum ou genu varum, rotation interne ou externe du genou

−Hanche : (en rotation interne ...)

−Bassin : bascule latérale (vérifier s’il existe une inégalité de longueur des
membres inférieurs), rotation du bassin.

 De dos :
−Pied : varus ou valgus

−tendons d’Achille : symétriques ou non symétriques

−creux poplités : symétriques ou non symétriques

−alignement des plis fessiers

−Hanche : (en rotation interne ...)

−alignement des crêtes iliaques

 De profil :
−Pied : équin ou talus

−Genou : récurvatum ou fléxum

−Hanche : récurvatum ou fléxum

−Bassin : antéversion ou rétroversion


e. Bilan articulaire :
→Articulation fémoro tibiale : −flexion/extension (recherche d’une hyper
extension)

−rotation interne/rotation externe

→Articulation fémoro patellaire :

−appréciation de la mobilité fémoro patellaire à la recherche d’un :

− glissement crânial

−glissement caudal à la recherche d’une laxité frontale

−glissement latéral

−glissement médial

•’’GLIDE’’

√En statique : on repère les deux points de l’interligne articulaire


les plus proche des condyles médial et latéral, Puis on
mesure la distance qui les séparent du centre de la
rotule. Si la distance interne est plus grande que
l’externe alors il s’agit d’un ‘’latéral glide’’ ou
glissement latéral pathologique.
•’’TILT’’ : composante d’inclinaison :

−inclinaison médiale : rétinaculum patellaire latéral rétracté

−inclinaison latérale : rétinaculum patellaire médial rétracté

√ en statique : on met deux doigts horizontalement, l’un sur la


moitié interne de la rotule et l’autre sur la moitié
externe, on observe s’il existe une inclinaison de la
rotule vers le compartiment externe : ‘’LATERAL TILT’’
ou inclinaison latérale.

Figure : observation de la rotule Figure : évaluation de la mobilité

Figure : palpation du rétinaculum interne Figure : repérage de la rotule

√ en dynamique : on demande une contraction du quadriceps, la


rotule se dirige strictement vers le latéral.
•’’AP-TILT’’ : composante d’inclinaison antéropostérieur

√ en statique :on met deux doigts : l’un sur la base de la rotule et


l’autre sur la pointe

√ en dynamique : on met deux doigts sur la base de la rotule et on


demande une contraction du quadriceps : la rotule
suit un axe antéropostérieur.

•‘’ROTATION’’ : composante de rotation :

√En statique : −En décubitus dorsal on observe s’il existe une


augmentation de l’angle Q évalué par une ligne virtuelle qui se projette De
l’épine iliaque antéro-supérieur vers le centre de la rotule et une autre ligne qui
relie le point le plus médial de la rotule et le point le plus latéral.

−on met deux doigts l’un sur le point le plus médial de la rotule et
l’autre sur le point le plus latéral et on observe s’il y a une rotation.

−En position debout on observe s’il existe une rotation de la rotule


comparativement au côté sain.
Figure : observation de la rotation Figure :repérage position 6h et 12h

Figure : augmentation de l’angle Q

figure : rotule en rotation


f. Bilan musculaire

 Qualitatif :
−A la recherche d’une amyotrophie du Quadriceps et sur tout le vaste
interne..., objectivé par l’observation du volume musculaire, par la palpation de
la contraction et par la mesure comparative avec le coté saint.

Figure 4: Mesure de l'amyotrophie objectivée par la mesure centimétrique à partir de la pointe de


la rotule à 5, 10 et 15cm

−A la recherche d’une rétraction des ischio-jambiers, droit fémoral, TFL, moyen


fessier, triceps sural, muscles de la patte d’oie (gracile, sartorius, semi
tendineux).

 Quantitatif :
−Pour avoir une idée sur la force musculaire et pour être le plus objectif
possible, le testing musculaire analytique permet d’évaluer les muscles sus et
sous-jacents de l’articulation du genou muscle par muscle, cette évaluation est
importante pour rééduquer le déficit musculaire (s’il existe).

−Muscles de la hanche à évaluer :

 Psoas
 Carré des lombes
 Moyen fessier
 Quadriceps
 Ischio jambiers
 Triceps sural
 Les muscles de la patte d’oie
 Poplité
g. Bilan fonctionnel :

 Les tests fonctionnels dynamiques


 Squat bilatéral :

 Fente avant longue :

 Fente avant courte :


 Squat avec une jambe :

 Descendre une marche :

 Monter une marche :


 Kujala Anterior knee pain Scale :
Le Kujala Anterior Knee Pain Scale (Kujala AKPS) est un questionnaire utilisé
pour évaluer les symptômes subjectifs, telles que les limitations fonctionnelles
et la douleur antérieure du genou, noté sur 100. (voir annexe 2)

 Index de WOMAC traduit en arabe


Le WOMAC est l'index validé dans l'évaluation d'une arthrose des membres
inférieurs. Il existe 2 systèmes de cotation des réponses aux questions : soit
l'échelle de Lickert avec 5 réponses possibles (nulle = 0 ; minime = 1 ; modérée
= 2 ; sévère = 3 ; extrême = 4) soit une échelle visuelle analogique de 100 mm. Il
est possible de calculer les scores dans chaque domaine ou pour l'ensemble du
WOMAC (voir annexe 3)
2. Protocole de rééducation :
→La pose du tape est précédée par un protocole détaillé :
Figure 4: Schéma montrant les
contributeurs potentiels
inférieurs à l’alignement anormal
des différents segments des
membres inférieurs. (Reproduit
de : Pouvoirs CM. L'influence de
la cinématique altérée des
membres inférieurs sur le
dysfonctionnement de
l'articulation fémoro-patellaire:
un perspective J Orthop Sports
Phys Ther 2003; 33: 639- 46) 1)
goutte pelvienne controlatérale,
2) rotation interne du fémur, 3)
genou valgum, 4) rotation
interne du tibia, et 5) pied en
pronation.

a. Composante éducative :
C’est la prise de conscience, elle commence par une explication la plus
compréhensible possible par les patients de la problématique en cause et de
ses possibilités d’évolution à court, moyen et long termes. Elle doit comporter
dans tous les cas une tentative de dédramatisation du syndrome douloureux en
évitant de tomber dans le positionnement inverse qui pourrait laisser penser
aux patients que son problème est insignifiant, aisément gérable ou purement
psychogénique. En fin d’entretien, elle nécessite de s’assurer que le patient a
parfaitement compris le traitement envisagé et que, dans celui-ci, la part qui lui
appartient d’assumer tout au long de l’évolution est fondamental, tant au
niveau de la gestion de sa douleur que de la réalisation d’exercices
thérapeutiques adaptés à son cas personnel.
b. Composante articulaire
Il s'agit principalement de techniques de mobilisations : mobilisations passives
multidirectionnelles. Au cours de la mobilisation de la patella vers le bas et en
translation médiale, des techniques de "contracter-relâcher" sont associées sur
le vaste latéral ainsi que sur les rotateurs latéraux du membre inférieur. Il s'agit
d'un travail de recentrage actif de la patella.

c. Composante musculaire :
Le traitement est à adapter en fonction du bilan clinique initial. Voici les
principaux axes : Etirements et assouplissements des différentes chaines
musculaires : du quadriceps, des ischio-jambiers, du tenseur du fascia lata, des
pélvitrochantériens. Assouplissements des structures péri patellaire.
Renforcement des muscles déficitaires et rééquilibration des forces
agonistes/antagonistes: quadriceps, ischio-jambiers et rotateurs internes du
genou. Respect de la non douleur. Le suivi de rééducation permet de contrôler
l'efficacité de la rééducation. Sa durée dépend des résultats obtenus. Il ne sert
à rien de prolonger une rééducation bien faite mais inefficace. Il est dommage
d'arrêter brutalement une rééducation qui donne des résultats.

 Etirements :
*Les fléchisseurs et rotateurs externes de hanche :

-Le tenseur du fascia lata La bandelette de Maissiat ou bandelette ilio-tibiale


-Les ischio-jambiers

- Le quadriceps

- Le triceps sural :
-les adducteurs

-psoas iliaque :
 Renforcement musculaire :
 Chaine cinétique fermée :
Statique :
Co contraction Q-IJ Statique bipodal :

Assis contre le mur :

Co contraction Q-IJ Statique unipodal :


 Dynamique :
Squat bipodal sans charge :

Squat bipodal avec charge :

Squat en fente avant avec charge :


 Chaîne cinétique ouverte
Statique :
Il existe une contraction isolée du quadriceps ou des ischio-jambiers

Le renforcement musculaire peut s'effectuer par électrostimulation.

Renforcement manuel des IJ en chaine ouverte :


Dynamique :
Un travail dynamique sur vélo avec électrostimulation du quadriceps :

Un travail des fléchisseurs du genou: renforcement des ischio-jambiers résisté.

Un travail des rotateurs internes de hanche :


Un travail des rotateurs externes de la hanche :

Un travail des péroniers latéraux ou jambiers antérieurs en cas de déficit.


Dans un second temps, on effectuera un travail en CCO, d'abord en statique
puis en excentrique et concentrique en augmentant les charges de travail
progressivement.

On travaille alors les rotateurs externes du genou :

Un travail des rotateurs internes du genou est indispensable en concentrique,


en statique et en excentrique en cas d'hyper-rotation externe du genou.

Ces exercices doivent être réalisés dans le respect de la non douleur.

Il faut insister sur la nécessité d'un apprentissage d'exercice réalisable au


domicile. (voire fiche d’auto rééducation à l’Annexe).
d. Travail des schémas moteurs
Il s'agit d'un temps fondamental. Le SDR est une pathologie de surcharge et de
déséquilibre. Le travail proprioceptif en CCF permet de travailler une réponse
musculaire adaptée de tous les groupes musculaires de façon automatique
dans les positions de déséquilibre.

Chaine ouverte :

Chaine semi fermée :


Chaine fermée :

Sur plan stable :

Sur plan instable : plateau de Freeman :


e. Technique de contention :
Glide :

Tilt :

A-p tilt :
Rotation :

Hoffa :

Diamant : (douleurs antérieur diffuses du genou)


Chondromalacie :

f. Orthèses plantaires :
Les orthèses plantaires sont très importantes en cas d’inégalité de longueur
des membres inférieurs ou de pronation du pied.
RESULTATS
C. Résultat :
Chaque patient a bénéficié de 12 séances de rééducation débuté par un bilan
kinésithérapique initial et un autre final d’où ces résultats :

P1 P2 P3 P4 P5 P6 P7 P8 P9 P10
Nom et H k Wk HR MR EG FG ML S NA MM
prénom KH
Age 21 28 28 27 16 20 18 23 23 17
Discipline BB HB JUDO GYM KF FB KF BB TAIK judo
Sexe Femme homme femme femme femme homme F F F F
Antécédents Entorse Lca op ras ras Lésion LLI ras ras ras Lca
de la musculaire op
cheville
 Bilan de la douleur :
EVA :
P1 P2 P3 P4 P5 P6 P7 P8 P9 P10
Bilan 6 8 7 7 5 6 6 4 5 4
initial
Bilan 0 1 1 0 1 0 1 1 1 0
final
EVA
8
8
7 7
7
6 6 6
6
5 5
5
4 4
4

3
2 2 2
2
1 1 1
1
0 0 0 0
0
Bilan initial Bilan final

P1 P2 P3 P4 P5 P6 P7 P8 P9 P10

On a remarqué une amélioration significative de la douleur en passant en


moyenne 8-7 lors du bilan initial à 2-0 lors du bilan final
 Bilan articulaire
On a constaté aussi une absence de limitations articulaire de l’articulation
fémorotibiale au niveau du genou au bilan final et une bonne tolérance de la
part des patients.

P1 P2 P3 P4 P5 P6 P7 P8 P9 P10
Nom et H k Wk HR MR EG FG ML S KH NA MM
prénom
problème AP tilt tilt rotation Ap Ap tilt Glide Ap Glide Tilt Ap
tilt tilt tilt
hoffa

 Bilan musculaire :
Qualitatif :
P1 P2 P3 P4 P5 P6 P7 P8 P9 P10
I F I F I F I F I F I F I F I F I F I F
Q + - + - + - + - - - + - - - - - + - - -
Ij + - - - - - + - + - + - + - - - - - + -
Psoas - - + - + - + - - - - - + - - - + - - -
Tfl + - - + - - + - + - - - + - + - - - - -
Ts + - + - - - + - + - - - + - - - - - + -
A la fin du protocole nous avons remarqué une régression des contractures sur
tout le droit antérieur le triceps et l’ischio jambier.

Quantitatif :
P1 P2 P3 P4 P5 P6 P7 P8 P9 P10
I F I F I F I F I F I F I F I F I F I F
Psoas 4 5 5 5 4 5 5 5 5 5 4 5 5 5 5 5 4 5 5 5
Carré des 4 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 4 5 5 5 5 5 5 5
lombes
Moyen 4 5 5 5 5 5 4 5 5 5 4 5 4 5 5 5 5 5 4 5
fessier
Quadriceps 4 5 5 5 4 5 5 5 5 5 4 5 4 5 5 5 4 5 5 5
Ischio 4 5 4 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 4 5 5 5 5 5
jambiers
Triceps 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5
sural
Patte d’oie 4 5 5 5 5 5 4 5 5 5 4 5 5 5 5 5 4 5 5 5
Poplité 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5
La force des muscles clé du membre inférieur a évolué à la fin des séances pour
les dix patients.

 Bilan fonctionnel :
P1 P2 P3 P4 P5 P6 P7 P8 P9 P10
Kujala Bilan 70 60 75 80 70 90 95 90 95 75
antérior initial
knee pain Bilan 100 90 100 95 90 100 100 100 100 100
scale /100 final
Index de Bilan 80 76 72 88 80 84 68 80 72 88
womac initial
/100 Bilan 100 100 96 100 92 100 100 100 96 100
final

BILAN FONCTIONNEL
P1P2P3P4P5P6P7P8P9P10

100
90
80
70
60
50
40
30
20
10
0

Kujala antérior knee Index de womac /100


pain scale /100

Une nette amélioration fonctionnelle des 10 patients suivant le score de Kujala


et Womac.
DISCUSSIONS
D.Discussions :
Pour Dye, le syndrome fémoro-patellaire douloureux (SFPD)constitue une
énigme car sa prise en charge est un véritable challenge [57].Pour Murray, dans
un service de traumatologie du sport,44 % des praticiens se basent sur leur
seule expérience personnelle pour prendre en charge un SFPD. Les « evidence-
based medicine » ne seraient appliquées que par 24 % des médecins[58].La
variabilité de l’efficacité des traitements s’explique par des facteurs
déclenchant qui varient selon les patients. Le diagnostic de SFPD regroupant un
grand nombre de mécanisme étiopathogéniques différents et d’anomalies
morphologiques variées, il est nécessaire de concevoir d’emblée qu’il n’existe
pas de standardisation thérapeutique mais, au contraire, une véritable
nécessité de faire des choix entre tous les traitements proposés et de les
expliquer le plus soigneusement possible aux patients [56].

 Dominante de la douleur :
Après l’application du Mcconnell on reteste la douleur suivant l’EVA. On a
remarqué une amélioration significative de la douleur en passant en moyenne
8-7 lors du bilan initial à 2-0 lors du bilan final.

Campolo et al.,2013 (Étude croisée) [81] 15 femmes,5 hommes l’age moyen (24
ans). Il a comparé KTape vs McconnellTape vs NoTape les Mesures immédiates
avant/après de la Douleur ont montré qu’il n’y a pas de différence significative
entre les techniques pendant le squat (p = 0,275), mais il y a une différence
significatif entre NoT et KT pendant la montée d'escaliers (p = 0,0339).

Bockrath et al [82] d’après leurs étude en 1993 sur 7 femmes et 5 hommes, il y


a une différence significative sur l douleur lors de la descente d’une marche
( réduction de 50% en moyenne) avec Mcconnell tape .

Samsich et al en 2002 [83]: une diminution significative de la douleur -92%


pendant la montée et la descente des escaliers après l’application de mcconnell
Technique de contention selon Mcconnell Fréquemment retrouvé dans la
littérature, Il s'agit de la technique de Patellar taping de Mcconnell. L'objectif
est de provoquer un abaissement de la patella de manière à l'engager centrée
dans le rail trochléen. Elle limite également la mise en tension du tendon
patellaire dans les 30 premiers degrés de flexion. Les études se contredisent à
son sujet (59,64,65,66,67,68,69). Une méta analyse parue dans l'American
College of Rhumatology (69) portant sur 13 études récentes montre une
amélioration significative de la douleur chronique du genou, mais limite ces
résultats par une heterogénicité des différentes études ainsi que des biais de
publications. Par ailleurs, son action prolongée peut conduire à une atrophie du
quadriceps

 Composante articulaire :
On a constaté aussi une absence de limitations articulaire de l’articulation
fémorotibiale au niveau du genou au bilan final et une bonne tolérance de la
part des patients.

Christou [84], 2004 sur 30 femmes, il y a une diminution de la douleur avec le


tape medial qu’avec le tape place beau

D’après Clifford et Harrington 2013 [85] sur 4 femmes et 6 hommes, il y a une


diminution de la douleur par l'utilisation de Mcconnell tape par rapport au tape
placebo et sans tape pendant de squat unipodal.

 Hypothèse du réalignement patellaire :


Le repositionnement de la patella dans la trochlée fémorale est l'explication de
base formulée par Jenny McConnell pour justifier l'utilisation des technique
[74], mais cette affirmation reste peu démontrée dans la littérature malgré des
contrôles radiographiques ou via IRM [75,76].

Wilson [77] s'appuie sur ce doute pour expliquer ses résultats positifs retrouvés
lors de l'utilisation d'un tape en glide latéral ou neutre, en comparaison avec un
glide médial. Le mécanisme antalgique du taping McConnell ne viendrait donc
pas du réalignement puisqu'une diminution de la douleur intervient également
en cas de latéralisation de la patella.
Bockrath [75] ne retrouve pas de différence significative sur la position de celle-
ci avec et sans taping lors d'un contrôle radiologique. Le contexte de cette
mesure statique en décharge et à 45° de flexion est cependant peu
physiologique. Des doutes persistent donc sur le possible réalignement
dynamique du tape lors du mouvement. Les auteurs ayant trouvé une
amélioration de la douleur par rapport à un tape placebo n'excluent pas cette
hypothèse [78,79,80], sans qu'aucun d'entre eux n'aient mesuré l'alignement
de la patella.

 Composante musculaire :
Renforcement du quadriceps en CCF Encore une fois, le renforcement est basé
sur le bilan clinique initial. Les premiers exercices sont à effectuer en chaine
cinétique fermée. En effet, en chaine cinétique fermée, les ischio jambiers et le
quadriceps ont une action synergique qui diminuent les contraintes fémoro
patellaire à la fin du protocole nous avons remarqué une régression des
contractures sur tout le droit antérieur le triceps et l’ischio jambier et la force
des muscles clé du membre inférieur a évolué à la fin des séances pour les dix
patients.

Lombard (60). En chaîne cinétique ouverte, il existe une contraction isolée du


quadriceps ou des ischio-jambiers qui exerce un stress supplémentaire sur
l'articulation fémoropatellaire. Le renforcement musculaire peut s'effectuer par
électrostimulation. Plus précisément on peut demander : Un travail dynamique
concentrique du quadriceps, en fonction des résultats du bilan isocinétique
chez des patients sélectionnés. Un travail des fléchisseurs du genou : il est
nécessaire en cas de déficit avéré des ischio-jambiers. Un travail des rotateurs
externes de hanche.

Une étude de cohorte canadienne(61) réalisées sur 25 patients dont 15


souffrant de SDR montre une diminution de la douleur après 3 semaines de
renforcement des abducteurs de hanche. Un travail des péroniers latéraux ou
jambiers antérieurs en cas de déficit. Dans un second temps, on effectuera un
travail en CCO, d'abord en statique puis en excentrique et concentrique en
augmentant les charges de travail progressivement. On travaille alors les
rotateurs du genou. Un travail des rotateurs internes du genou est
indispensable en concentrique, en statique et en excentrique en cas d'hyper-
rotation externe du genou. Ces exercices doivent être réalisés dans le respect
de la non douleur. Il faut insister sur la nécessité d'un apprentissage d'exercice
réalisable au domicile.

 Dominante fonctionnel :
Une nette amélioration fonctionnelle des 10 patients suivant le score de Kujala
et Womac ce qui leur a permis la bonne reprise du sport.

Kaux JF : Le Kujula AKPS montre une fidélité test-retest élevée pour le score
total (ICC 0,97). La traduction française possède une cohérence interne élevée
(0,87). Le Kujula AKPS possède une corrélation forte avec une partie des sous-
échelles convergentes du SF-36 (PF, RP et BP). Il y a une corrélation faible ou
modérée avec les sous-échelles divergentes du SF-36 (MH, SF et VT). Il n’y a pas
d’effet plancher et plafond.[73]

 Orthèses plantaires :
Le bénéfice des orthèses plantaires [70] est mis en évidence par une étude
américaine. Il s'agit d'une étude rétrospective portant sur 102 sujets
présentant un SDR clinique avec varus de l'avant pied, résistant à la
thérapeutique habituelle. Le port d'orthèse permet l'amélioration des
symptômes dans 76% des cas. Cependant, il n'a pas été réalisé de groupe
témoin. Par ailleurs, Sultive et Al [71] ont mis en évidence les variables
prédictives permettant d'identifier les sujets présentant un SDR et susceptibles
d'être améliorée par le port d'une orthèse plantaire standard, associé à une
modification de l'activité. Les résultats étaient considérés positifs pour une
diminution de la douleur de 50%. Ils sont répertoriés ci-après :

2° ou plus de valgus de l'avant pied

78° ou moins d'extension de l'hallux

5° ou moins de valgus, ou varus du calcanéum pendant la phase de non appui

3 mm ou moins de hauteur du naviculaire

En pratique, il ne faut pas oublier d'examiner les pieds devant une douleur du
genou. La fabrication d'orthèse n'est pas systématique mais peut être évoquée
devant un SDR en impasse thérapeutique, chez un patient présentant les
troubles de la statique plantaire. De la même façon, une modification du
chaussage sportif peut être à l'origine de l'apparition d'un syndrome
fémoropatellaire.
CONCLUSION
E. Conclusion :
Ce projet montre une amélioration de la douleur chez les patients souffrant
d'un syndrome fémoro-patellaire lors de l'application d'un taping type
Mcconnell. Ces résultats sont cependant démontrés essentiellement à court
terme, et ils sont conditionnés, dans le cadre du MT, à une évaluation préalable
de l'alignement de la patella et à une correction de celui-ci. Cette hypothèse du
réalignement est malgré tout peu démontrée. Des doutes subsistent
concernant les mécanismes physiologiques de chacune des techniques.

Des études complémentaires de bonne qualités ont nécessaires pour


démontrer leurs effets sur l'activité musculaire. Le kinésithérapeute doit être
amené à prendre en compte ces résultats tout en les adaptant aux spécificités
du patient, de son éventuelle pratique sportive, ainsi qu'aux étapes de la prise
en charge dans laquelle il se trouve.

Quelle que soit sa forme, le taping reste avant tout une technique
complémentaire à un protocole de renforcement et d'étirements, qui reste à ce
jour le seul traitement proposé unanimement par la littérature.
G. Annexe
F. Annexe :
 Fiche d’auto-rééducation :

Fiche d’auto-rééducation destinée aux patients. Exercices d’auto-rééducation


proposés. Trois séries de 10 mouvements par membre inférieur. Le patient
remplit tous les jours la fiche en notant la difficulté et la douleur après la
séance. Inspiré de Selkowitz et al. Which exercises target the gluteal muscles
whileminimizing activation of the tensor fascia lata? Electromyographic
assessment using fine-wire electrodes. J Orthop Sports Phys Ther
2013:43;2:54–64.
 Kujala antérior knee pain scale
 Index de Womac :
BIBLIOGRAPHIE
G. Bibliographie
[1] Taunton JE, Ryan MB, Clement DB, McKenzie DC, LlyodSmith DR, Zumbo BD.
A retrospective case control analysis of 2002 running injuries. Br J Sports Med
2002;36:95–101.

[2] Dixit S, DiFiori JP, Burton M, Mines B. Management of patel-lofemoral pain


syndrome. Am Fain Physician 2007;75:194–202.

[3] Powers CM. The influence of altered lower-extremity kinematics on


patellofemoral joint dysfunction: a theoretical perspective. J Orthop Sports
Phys Ther 2003;33:639–46.

[4] Christou EA. Patellar taping increases vastus medialis oblique activity in the
presence of patellofemoral pain. J Electromyogr Kinesiol 2004;14:495–504.

[5] McConnell J. The management of chondromalacia patellae: a long-term


solution. Aust J Physiother 1986;32:215–33.

[6] Aytar A, Ozunlu N, Surenkok O, Baltaci G, Oztop P, Karatas M. Initial effects


of kinesio® taping in patients with patellofemoral pain syndrome: a randomized,
double-blind study. Isokinet Exerc Sci 2011;19:135–42.

[7] Sackett DL, Rosenberg WMC, Gray JAM, et al. Evidence based medicine.
What it is and what it isn't? Br J Sports Med 1996;312:71–2.

[8] Méndez G, Gatica V, Cuevas D, Sánchez C. Efectos del kinesio tape en la


rehabilitación de pacientes con síndrome de dolor patelofemoral : una revisión
sistemática. Fisioterapia 2014;36: 280–7.

[9] Overington M, Goddard D. A critical appraisal and literature critique on the


effect of patellar taping – is patellar taping effective in the treatment of
patellofemoral pain syndrome? NZ J Physio-ther 2006;34:66–80.

[10] Aminaka N, Gribble PA. A systematic review of the effects of therapeutic


taping on patellofemoral pain syndrome. J Athl Train 2005;40:341–51.

[11] Barton C, Balachandar V, Lack S, Morrissey D. Patellar taping for


patellofemoral pain: a systematic review and meta-analysis to evaluate clinical
outcomes and biomechanical mechanisms. Br J Sports Med 2014;48:417–24.
[12] Callaghan MJ, Selfe J. Patellar taping for patellofemoral pain syndrome in
adults. Cochrane Database Syst Rev 2012;4: CD006717.

[13] Chaitow L. Clinical application of neuromuscular techniques: thelower


body. Edinburgh: Churchill Livingstone; 2002.

[14]M.Saubad, R.Martin, A.Becker, G.Gremion. Mieux comprendre le syndrome


douloureux fémoropatellaire pour mieux le traiter. Rev Med Suisse 2014 ; 10 :
1451-6

[15]Bolgla LA, Boling MC. An update for the conservative managementof


patellofemoral pain syndrome : A systematic review of theliterature from 2000
to 2010. Int J Sports Phys Ther 2011;6:112-25.
[16]Peters JS, Tyson NL. Proximal exercises are effective in
treatingpatellofemoral pain syndrome : A systematic review. Int J Sports
PhysTher 2013;8:689-700.

[17]Fukuda TY, Melo WP, Zaffalon BM, et al. Hip posterolateralmusculature


strengthening in sedentary women with patellofemoralpain syndrome : A
randomized controlled clinical trial with 1-yearfollow-up. J Orthop Sports Phys
Ther 2012;42:823-30.

[18] Dixit S, DiFiori JP, Burton M, Mines B. Management of patellofemoral pain


syndrome. Am Fam Physician 2007;75:194-202.

[19] Witvrouw E, Lysens R, Bellemans J, Cambier D, Vanderstraeten G. Intrinsic


risk factors for the development of anterior knee pain in an athletic
population.A two-year prospective study. Am J Sports Med 2000; 28:480-9.

[20] Kannus P, Natri A, Paakkala T, Järvinen M. An outcome study of chronic


patellofemoral pain syndrome. Seven-year follow-up of patients in a
randomized, controlled trial. J Bone Joint Surg Am 1999;81:355-63.

[21] Tria Jr. AJ, Palumbo RC, Alicea JA. Conservative care for patellofemoral
pain. Orthop Clin North Am 1992;23:545– 54.

[22] Zappala FG, Taffel CB, Scuderi GR. Rehabilitation of patellofemoral joint
disorders. Orthop Clin North Am 1992;23: 555–66.
[23] Collins N, Crossley K, Beller E, et al. Foot orthoses and physiotherapy in the
treatment of patellofemoral pain syndrome : Randomised clinical trial. Br J
Sports Med 2009;43:169-71.

[24]Markus Wu¨nschel , Ulf Leichtle, Christian Obloh, Nikolaus Wulker ,Otto


Muller. The effect of different quadriceps loading patterns on tibiofemoral joint
kinematics and patellofemoral contact pressure during simulated partial
weight-bearing knee flexion. Knee Surg Sports Traumatol Arthrosc (2011)
19:1099–1106 DOI 10.1007/s00167-010-1359-y

[25] Aminaka N, Gribble PA. Patellar taping, patellofemoral pain syndrome,


lower extremity kinematics, and dynamic postural control. Journal of Athletic
training. 2008 Jan;43(1):21-8.

[26] Aditya Derasari, Timothy J. Brindle, Katharine E. Alter, Frances T. Sheehan.,


McConnell Taping Shifts the Patella Inferiorly in Patients With Patellofemoral
Pain: A Dynamic Magnetic Resonance Imaging Study, Physical Therapy, 2010;
90 (3): 411 – 420

[27] Ronald P. Pfeiffer, Mark DeBeliso, Kevin G. Shea, Lorrie Kelley, Bobbie
Irmischer and Chad Harris., Kinematic MRI Assessment of McConnell Taping
Before and After Exercise, The American Journal of Sports Medicine, 2004; 32:
621 – 628

[28] Ateshian GA, Hung CT. Patellofemoral joint biomechanics and tissue engi-
neering. Clin Orthop 2005;436:81–90.

[29] Sheehan FT, Derasari A, Fine KM, Brindle TJ, Alter KE. Q-angle andJ-sign:
indicative of maltracking subgroups in patellofemoral pain. ClinOrthop
2010;468:266–75.

[30] Philippot R, Boyer B, Testa R, Farizon F, Moyen B. The role of the


medialligamentous structures on patellar tracking during knee flexion. Knee
SurgSports Traumatol Arthrosc Off J 2012;20:331–6.

[31] Powers CM, Ward SR, Fredericson M, Guillet M, Shellock FG. Patello-
femoral kinematics during weight-bearing and non-weight-bearing
kneeextension in persons with lateral subluxation of the patella: a
preliminarystudy. J Orthop Sports Phys Ther 2003;33:677–85.
[32] Souza RB, Draper CE, Fredericson M, Powers CM. Femur rotation
andpatellofemoral joint kinematics: a weight-bearing magnetic resonance ima-
ging analysis. J Orthop Sports Phys Ther 2010;40:277–85.

[33] Smith TO, Nichols R, Harle D, Donell ST. Do the vastus medialis
obliquusand vastus medialis longus really exist? A systematic review. Clin
Anat2009;22:183–99.

[34] Peeler J, Cooper J, Porter MM, Thliveris JA, Anderson JE.


Structuralparameters of the vastus medialis muscle. Clin Anat 2005;18:281–9.

[35] Pal S, Besier TF, Draper CE, Fredericson M, Gold GE, Beaupre GS, et
al.Patellar tilt correlates with vastus lateralis: vastus medialis activation ratioin
maltracking patellofemoral pain patients. J Orthop Res 2012;30:927–33.

[36] Mesfar W, Shirazi-Adl A. Biomechanics of the knee joint in flexion


undervarious quadriceps forces. Knee 2005;12:424–34.

[37] Hehne HJ. Biomechanics of the patellofemoral joint and its clinical rele-
vance. Clin Orthop 1990;258:73–85.

[38] Yamada Y, Toritsuka Y, Horibe S, Sugamoto K, Yoshikawa H, Shino K.In vivo


movement analysis of the patella using a three-dimensional com-puter model. J
Bone Joint Surg Br 2007;89:752–60.

[39] Maurel B, Le Corroller T, Cohen M, Acid S, Bierry G, Parratte S, et al.Le


corps adipeux infra-patellaire : carrefour antérieur du genou. J
Radiol2010;91:841–55.

[40] Jibri Z, Martin D, Mansour R, Kamath S. The association of infrapatellarfat


pad oedema with patellar maltracking: a case-control study. SkeletalRadiol
2012;41:925–31.

[41] Subhawong TK, Eng J, Carrino JA, Chhabra A. Superolateral Hoffa’s fatpad
edema: association with patellofemoral maltracking and impingement.AJR Am J
Roentgenol 2010;195:1367–73.

[42] Clements KM, Ball AD, Jones HB, Brinckmann S, Read SJ, MurrayF. Cellular
and histopathological changes in the infrapatellar fat pad inthe
monoiodoacetate model of osteoarthritis pain. Osteoarthritis
Cartilage2009;17:805–12.

[43] Hodges PW, Mellor R, Crossley K, Bennell K. Pain induced by injectionof


hypertonic saline into the infrapatellar fat pad and effect on coordinationof the
quadriceps muscles. Arthritis Rheum 2009;61:70–7.

[44] Powers CM, Bolgla LA, Callaghan MJ, Collins N, Sheehan FT. Patellofe-
moral pain: proximal, distal, and local factors, 2nd International
ResearchRetreat. J Orthop Sports Phys Ther 2012;42:A1–54.

[45] McConnell J. A novel approach to pain relief pre-therapeutic exercise. JSci


Med Sport Sports Med Aust 2000;3:325–34.

[46] Dye SF. The knee as a biologic transmission with an envelope of function:a
theory. Clin Orthop 1996;325:10–8.

[47] Dye SF. Paper #153 The envelope of function – a simple method to
representthe functional capacity of human joints. Arthrosc J Arthrosc Relat
Surg2003;19:79.

[48] Doré J, Dubois B. Les douleurs antérieures du genou la face cachée de


larotule. Med Que 2003;38:65–72.

[49] Sanchis-Alfonso V, Ordo˜no F, Monserrat C. Pathogenesis of anterior


kneepain and patellar instability in the active young. In: Sanchis-AlfonsoV,
editor. Anterior knee pain patellar instab. London: Springer; 2006.p. 21–31.

[50] Brunet-Guedj E, Brunet B, Girardier J. Diagnostic clinique et paracliniquede


la pathologie rotulienne. Kine Sci 2001;411:9–11.[26] Green S-T. Syndrome
fémoro-patellaire : prise en charge clinique. EMCKinésithérapie 2005;1:101–11.

[51] McConnell J. The management of chondromalacia patellae: a long-term


solution. Aust J Physiother 1986;32:215–33.

[52] Aytar A, Ozunlu N, Surenkok O, Baltaci G, Oztop P, Karatas M. Initial


effects of kinesio® taping in patients with patellofemoral pain syndrome: a
randomized, double-blind study. Isokinet Exerc Sci 2011;19:135–42.

[53] Sackett DL, Rosenberg WMC, Gray JAM, et al. Evidence based medicine.
What it is and what it isn't? Br J Sports Med 1996;312:71–2.
[54] Méndez G, Gatica V, Cuevas D, Sánchez C. Efectos del kinesio tape en la
rehabilitación de pacientes con síndrome de dolor patelofemoral : una revisión
sistemática. Fisioterapia 2014;36: 280–7.

[55] Overington M, Goddard D. A critical appraisal and literature critique on the


effect of patellar taping – is patellar taping effective in the treatment of
patellofemoral pain syndrome? NZ J Physio-ther 2006;34:66–80.

[56] Jung M, Ziltener J-L. Le syndrome douloureux fémoro-patellaire.


SchweizZert für « Sportmedizin und Sport traumatologie » 2000;48:37–43.

[57] Dye SF. Patellofemoral pain current concepts: an overview. Sports


MedArthrosc Rev 2001;9:264–72.

[58] Murray IR, Murray SA, MacKenzie K, Coleman S. How evidence basedis the
management of two common sports injuries in a sports injury clinic?Br J Sports
Med 2005;39:912–6.

[59]. Crossley K, Bennell K, Green S, McConnell J. A systematic review of


physical interventions for patellofemoral pain syndrome. Clin J Sport Med. 2001
avr;11(2):103-110.

[60]. P. Middleton. Traitement initial et réeducation des syndromes douloureux


rotuliens. disponible sur : www.cers.org/cap/en/pdf/genoux/le-syndrome-
rotulien.pdf ,( visité en avril 2011)

[61]. Heintjes E, Berger MY, Bierma-Zeinstra SMA, Bernsen RMD, Verhaar JAN,
Koes BW. Pharmacotherapy for patellofemoral pain syndrome. Cochrane
Database Syst Rev. 2004;(3):CD003470.

[62].Ferber R, Kendall KD, Farr L. Changes in knee biomechanics after a hip-


abductor strengthening protocol for runners with patellofemoral pain
syndrome. J Athl Train. 2011 avr;46(2):142-149.

[63]. S.-T. Green. Syndrome fémoropatellaire : prise en charge clinique. EMC


(Elsevier Masson SAS), Kinésithérapie-Médecine physique-Réadaptation, 26-
298-A-10, 2005
[64]. Witvrouw E, Werner S, Mikkelsen C, Van Tiggelen D, Vanden Berghe L,
Cerulli G. Clinical classification of patellofemoral pain syndrome: guidelines for
non-operative treatment. Knee Surg Sports Traumatol Arthrosc. 2005
mars;13(2):122-130.

[65]. Barton CJ, Webster KE, Menz HB. Evaluation of the scope and quality of
systematic reviews on nonpharmacological conservative treatment for
patellofemoral pain syndrome. J Orthop Sports Phys Ther. 2008 sept;38(9):529-
541.

[66]. Fagan V, Delahunt E. Patellofemoral pain syndrome: a review on the


associated neuromuscular deficits and current treatment options. Br J Sports
Med. 2008 oct;42(10):789-795.

[67]. Wilson T, Carter N, Thomas G. A multicenter, single-masked study of


medial, neutral, and lateral patellar taping in individuals with patellofemoral
pain syndrome. J Orthop Sports Phys Ther. 2003 août;33(8):437-443; discussion
444-448.

[68]. Lowry CD, Cleland JA, Dyke K. Management of patients with


patellofemoral pain syndrome using a multimodal approach: a case series. J
Orthop Sports Phys Ther. 2008 nov;38(11):691-702.

[69]. Warden SJ, Hinman RS, Watson MA, Avin KG, Bialocerkowski AE, Crossley
KM. Patellar taping and bracing for the treatment of chronic knee pain: A
systematic review and meta-analysis. Arthritis Rheum. 2008;59(1):73-83.

[70]. Saxena A, Haddad J. The effect of foot orthoses on patellofemoral pain


syndrome. J Am Podiatr Med Assoc. 2003 août;93(4):264-271.

[71]. Sutlive TG, Mitchell SD, Maxfield SN, McLean CL, Neumann JC, Swiecki CR,
et al. Identification of Individuals With Patellofemoral Pain Whose Symptoms
Improved After a Combined Program of Foot Orthosis Use and Modified
Activity: A Preliminary Investigation. PHYS THER. 2004 janv 1;84(1):49-61.

[72] Kaux JF1,2, Bornheim S1,2, Remy G1, Delvaux F2, Beaudart C3,Van
Beveren J4, Croisier JL1,2, Bruyère O3

[73] Service de Médecine Physique, Réadaptation et Traumatologie du Sport,


Centre Médical FIFA d’Excellence, CHU de Liège, Belgique. Service de
Kinésithérapie, Département des Sciences de la Motricité, Université de Liège,
Belgique.Département de Santé Publique, d’Epidémiologie et d’Economie de la
Santé, Université de Liège, Belgique.Haute Ecole de la Province de Liège,
Belgique

[74] McConnellJ. The management of chondromalacia patellae: a long-term


solution. Aust J Physiotherapy 1986;32:215–33.

[75] Bockrath K, Wooden T, Worrell T, Ingersoll C, Farr J. Effects of patellar


taping on patella position and perceived pain. Med Sci.

[76] WorrellTW, IngersollCD, FarrJ. Effect of patellar taping and bracing on


patellar position: an MRI case study. J Sports Rehab 1994; 2:146–53.

[77] Wilson T, CarterN, ThomasG. A multicenter, single-masked study of medial,


neutral, and lateral patellar taping in individuals with patellofemoral pain
syndrome. J Orthop Sports Phys Ther 2003;33:437–43.

[78] WhittinghamM, PalmerS, MacmillanF. Effects of taping on pain and


function in patellofemoral pain syndrome:a randomized controlled
trial.JOrthopSportsPhysTher2004;34:504–10.

[79] Keet JHL, GrayJ, YolandeH, LambertMI. The effect of medial patellar taping
on pain, strength and neuromuscular recruitment in subjects with and without
patellofemoral pain. Physiotherapy 2007;93:45–52.

[80] CliffordAM, HarringtonE. The effect of patellar taping on squat depth and
the perception of pain in people with anterior knee pain. J HumKinet
2013;37:109–17.

[81] Campolo M, BabuJ, DmochowskaK, ScariahS, VarugheseJ. A comparison of


two taping techniques (KinesioandMcConnell) and their effect on anterior knee
pain during functional activities. IntJSportsPhysTher2013;8:105–10.

[82] BockrathK, WoodenT, WorrellT, IngersollC, FarrJ. Effects of patellar taping


on patella position and perceived pain. MedSci Sport Exerc1993;25:989–92.
[83] Salsich GB, BrechterJH, FarwellD, PowersCM. The effects of patellar taping
on knee kinetics, kinematics, and vastus lateralis muscle activity during stair
ambulation in individuals with patel-lofemoral pain.
JOrthopSportsPhysTher2002;32:3–10.

[84] Christou EA.Patellar taping increases vastus medial isoblique activity in the
presence of patellofemoral pain. JElectromyogr Kinesiol 2004;14:495–504.

[85] CliffordAM, HarringtonE. The effect of patellar taping on squat depth and
the perception of pain in people with anterior knee pain.
JHumKinet2013;37:109–17.