Vous êtes sur la page 1sur 4

CONQUETE DE LA KABYLIE

En 1857, le  gouverneur  Randon obtint l’autorisation  d’entreprendre la  campagne qu’il


méditait depuis longtemps. Soigneusement préparée, cette campagne aboutit à des résultats
décisifs. Trois divisions devaient opérer dans le  massif même  tandis qu’un corps
d’observation surveillerait les abords du  Djurdjura.

Le  24  mai 1857, les troupes françaises quittaient Tizi-Ouzou  où  elles étaient
concentrées ; Elles escaladèrent les crêtes occupées par  les Beni- Raten, elles enlevèrent les
villages où  ceux-ci s’étaient retranchés et elles s’établirent sur le  plateau  de  Souk-el-Arba.

Le 14 juin  fut posée la première pierre  de Fort-Napoléon  (aujourd’hui  Fort-National).


Quelques tribus essayèrent pourtant de  continuer  la lutte.  La  prise  d’Icheriden  par  la 
division Mac-Mahon (24 juin) brisa la résistance des Beni-Menguellet. Le 11  juillet,
la capture dans le Djurdjura de la maraboute Lalla Fatma  (N’Soumer) marqua  la  fin  de  la 
campagne.  La  Kabylie  était  enfin soumise. 

Ainsi s’achevait, après vingt-sept ans presque  ininterrompus, la conquête de l’Algérie. 

Gsell-Marçais Yver, Histoire  d’Algérie, Fouine  Boivin, Paris,


1929.

CONQUETE DE LA KABYLIE

En 1857, le  gouverneur  Randon obtint l’autorisation  d’entreprendre la  campagne qu’il


méditait depuis longtemps. Soigneusement préparée, cette campagne aboutit à des résultats
décisifs. Trois divisions devaient opérer dans le  massif même  tandis qu’un corps
d’observation surveillerait les abords du  Djurdjura.

Le  24  mai 1857, les troupes françaises quittaient Tizi-Ouzou  où  elles étaient
concentrées ; Elles escaladèrent les crêtes occupées par  les Beni- Raten, elles enlevèrent les
villages où  ceux-ci s’étaient retranchés et elles s’établirent sur le  plateau  de  Souk-el-Arba.

Le 14 juin  fut posée la première pierre  de Fort-Napoléon  (aujourd’hui  Fort-National).


Quelques tribus essayèrent pourtant de  continuer  la lutte.  La  prise  d’Icheriden  par  la 
division Mac-Mahon (24 juin) brisa la résistance des Beni-Menguellet. Le 11  juillet,
la capture dans le Djurdjura de la maraboute Lalla Fatma  (N’Soumer) marqua  la  fin  de  la 
campagne.  La  Kabylie  était  enfin soumise. 

Ainsi s’achevait, après vingt-sept ans presque  ininterrompus, la conquête de l’Algérie. 

Gsell-Marçais Yver, Histoire  d’Algérie, Fouine  Boivin, Paris,


1929
Projet : Réalisation une recherche documentaire puis en faire une
synthèse de l’information
Séquence : Informer d’un fait d’histoire.
Activité d’apprentissage : Compréhension de l’écrit
Domaine : Documents historiques.
Public : 3 ème Année secondaire
Durée : une heure

Objectifs :
Langagiers :
 Comprendre le document et identifier les marques de présence
de l’auteur.
 Dégager la visée du texte
 Identifier les progressions thématiques

Matériel: Texte
« CONQUETE DE LA KABYLIE »
GSEL-MARCAIS YVER
« Histoire de l’Algérie »
Fouine Boivin, Paris 1929
N Déroulement de la séance Remarques
°
I- Compréhension de l’écrit  :
Consigne 01:
Répondez aux questions suivantes
 Quel est le thème du texte
 Relevez le champ lexical de « conquête ».
 L’auteur est il objectif ou subjectif ? justifiez votre réponse.
Réponses  :
 Le thème traité dans le support est : la conquête de la Kabylie
 Le champ lexical de « conquête » est : campagne- divisions-
opérer- troupes- lutte- division-capture
 L’auteur est objectif car il n’y aucun indice de présence (pronom
personnel, possessif…)
Consigne 02  :
Lisez le texte attentivement puis dites quelle est la progression
thématique adoptée dans chaque paragraphe

Réponse  :
o En 1857, le  gouverneur  Randon obtint l’autorisation  d’entreprendre la 
campagne qu’il méditait depuis longtemps.// Soigneusement préparée,
cette campagne aboutit à des résultats décisifs.// Trois divisions devaient
opérer dans le  massif même  tandis qu’un corps d’observation
surveillerait les abords du  Djurdjura.

Le paragraphe se compose de plusieurs phrases.


On remarque que le thème de la phrase 01 (Gouverneur Randon)
n’est pas le sujet de la phrase 02 (campagne). Et ainsi de suite.
Explication
Ce type de progression s’appelle : la progression à termes linéaire.

N.B : Des deux dernières phrases du paragraphe suivent un autre


Type de progression.

o Le  24  mai 1857, les troupes françaises quittaient Tizi-Ouzou  où 
elles étaient concentrées ; Elles escaladèrent les crêtes occupées par 
les Beni- Raten, elles enlevèrent les villages où  ceux-ci
s’étaient retranchés et elles s’établirent sur le  plateau  de Souk-el-Arba.

Dans le deuxième paragraphe, on remarque que le sujet


« les troupes françaises » est repris –tout au long du paragraphe
Par le substitut grammatical « elle ». c’est-à-dire que
tout le paragraphe parlait du même sujet

Ce type de progression est appelé : la progression à termes constants


o Le 14 juin  fut posée la première pierre  de Fort-Napoléon 
(aujourd’hui  Fort-National).// Quelques tribus essayèrent pourtant de 
continuer  la lutte.//  La  prise  d’Icheriden  par  la  division Mac-Mahon
(24 juin) brisa la résistance des Beni-Menguellet.// Le 11  juillet,
la capture dans le Djurdjura de la maraboute Lalla Fathma  (N’Soumer)
marqua  la  fin  de  la  campagne.//  La  Kabylie  était  enfin soumise.  //
Ainsi s’achevait, après vingt-sept ans presque  ininterrompus,
la conquête de l’Algérie. 

Dans le dernier paragraphe, on remarque que le thème principal


Eclate en sous-thèmes