Vous êtes sur la page 1sur 50

Royaume du Maroc INSTITUT DES TECHNICIENS

Ministère de l’Agriculture, du Développement AGRICULTURE


Rural et des Eaux et Forêts GUELMIM
Direction de l’Enseignement de la Recherche
et du Développement

Rapport de stage

Réalisé par  : Aoumat Hicham/said korkich/abdelkbir agsim/zakaria bousselah


bllouche nourdine/hassan elqayed/yassin elmahjoub
Exploitation : Domaine AGAFAY
Lieu de stage : Marrakech
Période de stage : 04/01/2016 AU 20/02/2016
Niveau de formation : 1ère année technicien horticole
MAiTRE DE STAGE : Mbarek Labhir

1
Sommaire
REMERCIEMENT
I- Données générales sur les agrumes…………………………...……………5
1. Introduction

2. Botanique 

3. Exigences des agrumes 


a) température 
b) pluviométrie 
c) l’humidité 
d) la grêle
e) le vent
f) le sol 
g) Eau

II-Présentation de l exploitation………………………………………………………….….7
1-Plan de l exploitation

2Monographie de la Région d’AIT IMOUR

a-situation de la région 

b-Caractéristiques pédoclimatique de la région 

A/caractéristiques du milieu naturel 


a- Climat
b- Température
c- Pluviométries
d- Vent
B/ Sol 
C/les ressources hydriques
3 Historique de l’entreprise 
4Données humaines 

a- Main d’œuvre permanente


b-organigramme de l’exploitation 
5 Equipements et infrastructure 
1/Matériels
2/Infrastructure

6-Assolement 

2
7-Etude parcellaire et densité

III)- Etude technique des agrumes : …………………………………………………15


1)- répartition des variétés et portes greffes au domaine :
Le choix du porte greffe :
- Les caractéristiques de variété AFOURER :
- Les caractéristiques de variété NAVEL LANE LATE :
2)- La conduite technique des agrumes :

1-Travail du sol 
2 /Irrigation 
3/Fertilisation 
4/La Taille
7/Tuteurage
8/La cueillette 
a-Les étapes précédant la cueillette
b-les techniques de la récoltes
c-Précaution à prendre après la récolte 
IV - Les ennemies des agrumes existent au domaine et Protection
phytosanitaire………………………………………………………………………………………………………….27

Protection de culture

4-1 /Les maladies des agrumes existant au domaine 


4-2 Les ravageurs des agrumes qui existant au domaine
4-3 Autres anomalies et ravageurs existant au domaine

V -Taches accompli par le stagiair………………………………………………...……………...43


Conclusion

REMERCIEMENT
3
Au terme de ce travail, je tiens à remercier infiniment MR LE
directeur Institut Des Techniciens En Agriculture guelmim et tous
les enseignants et les responsables de l’Institut
Aussi je présente mes profonds remerciements à Mr Mbarek
Labhir qui m’a permis d’acquérir une excellente formation, qui
m’a aidé à remplir mes fonctions d’une manière fluide au sien de
domaine ainsi que Monsieur AIT HAJJI LHOCIEN pour m’avoir fait
confiance , et pour m’avoir permis d’exprimer mes connaissances
et mon dynamisme au sein de l’horticulture.
Un remerciement particulier au directeur du domaine agricole
d’Agafay et à tous les personnels pour avoir accepter ma
demande de passer ce stage au sein e leur entreprise.
A toutes ces personnes qui n’ont épargné aucun effort pour
m’aider à acquérir le maximum de connaissances, grâce à leur
amabilité et leur gentillesse à surmonter les difficultés rencontrés
pendant ma période de stage.
Finalement je tiens à remercier tous ceux qui ont participé de
près ou de loin à la réussite de ce modeste travail.

I- Données générales sur les agrumes


4. Introduction :
La culture des agrumes est originaire de l’extrême orient et plus précisément des
tropiques humides d’Asie du Sud Est.

4
5. Botanique :
Les agrumes appartiennent à la famille des Rutacées qui comprend les trois genres
suivants :
 Poncirus : il diffère des autres genres notamment par ses feuilles trifoliolées,
caduques en hiver, des exigences climatiques moins importantes lui permettent de
végéter sous des latitudes peu tempérées.
 Fortunella : il se distingue principalement par un nombre réduit de loculés
dans le fruit (de3à5, plus rarement 6à7), des feuilles de petite taille, d’épaisseur
assez grandes, à nervures peu apparentes ou inexistantes.
 Citrus : il est caractérisé par des jeunes pousses vertes, fleurs blanches avec un
limbe caractérisé de pétales plus ou moins grands, feuilles persistantes ou pétiole
ailé, fruits en général sphériques.
6. Exigences des agrumes :
 Exigences climatiques: 

Les agrumes peuvent être cultivées avec succès sous climat très chaud (air très sec)
et dans des régions à hiver relativement froid.
a) température :
On pourrait dire que la culture des agrumes est possible partout ou la température
annuelle moyenne est supérieure à 13°c et inférieur à 39°c. L’optimum de végétation
des agrumes est de 22°c le maximum de température admise est de 36°c. A partir de
ce seuil la croissance s’arrête cependant les agés peuvent survivre jusqu'à 50°c, (en
subissant des brûlures foliaires ) pour des basses températures, dégâts varient en
fonction de l’état végétatif de l’arbre, de l’espèce,de la variété,de l’intensité et de la
durée, de la période froide, en effet :
A -2°c : dégâts sur les fleurs et quelque dégâts sur les feuilles.
A -3°c : dégâts sur les feuilles et sur les fruits.
A -9°c : dégâts sur les charpentières.
A -11°c : la mort de l’arbre.
b) pluviométrie :
Les agrumes ont besoins d’eau durant toute l’année, mais la mauvaise répartition
des pluies est l’un des facteurs à prendre en considération avant l’installation d’un
verger d’agrumes.
La pluviométrie est faible et irrégulière, elle prend une valeur moyenne annuelle de
280 mm/an.

c) l’humidité :
L’humidité excessive de l’air ambiant et le vent endommagent non seulement la
production, mais également les arbres, en favorisant l’attaque de certains ravageurs tel
que les cochenilles, dans le cas inverse, si l’humidité de l’air est insuffisante (air sec en
été) la transpiration végétale est élevée et ses besoins en eau augmentent cette faible

5
humidité de l’air peut être amplifiée par des vents chauds, pouvant provoquer des
brûlures sur les feuilles et les fruits.

d) la grêle :
Elle peut provoquer des dégâts sur les fruits, les orages de grêle sont fréquents en
automne et en hiver, les régions les plus touchées par la grêle sont celles situées sur la
coté Européenne du bassin méditerranéen.

e) le vent :
Il est nécessaire de différencier les vents selon la force, la fréquence et l’époque
pendant laquelle elles se produisent, les agrumes sont très sensibles à l’action de
certains vents, le vent par son action mécanique peut provoquer indirectement des
blessures sur le fruit (par frottement ou par transport des grains de sable).
Ces effets sont responsables de certaines altérations de l’écorce du fruit, le faible
rendement impropre à l’exportation

f) le sol :
Le sol joue également un rôle très important c’est le fournisseur de la plante en eau
et les sels minéraux, qu’il renferme par l’apport d’eau et d’engrais.
Le sol doit être riche en matière organique, en teneur de P2O5 et K2O et en teneur
chlorure de sodium et en teneur de calcaire actif de 8 à10%.
Pour le PH : les agrumes préfèrent des sols neutres légèrement acides de 6,5 à 7.
Pour avoir des productions de qualité, il est nécessaire de faire une analyse
chimique du sol.
Les agrumes exigent des sols suffisamment aérés avec une profondeur de 0,8 à 1,5
mètre dont la texture et la structure doit assurer une bonne perméabilité et une
aération suffisante.

g) Eau:
Les besoins en eau des agrumes sont estimés à 750 mm/an dans les régions à climat
tempéré et 1200 mm/an dans celles à climat aride. Dans ces zones, les facteurs
environnementaux influent négativement sur l'équilibre entre les précipitions et le
potentiel d'évaporation.

6
II-Présentation de l exploitation
1-1-Plan de l exploitation

AGAFAY

1-2Monographie de la Région d’AIT IMOUR


a-situation de la région :
-Localisation du domaine

Commune Limitation
Province Cercle
Rurale Nord Sud Est Ouest
Commune Commune Province de
El menara Agafay Oudaya Agafay
d'Oudaya de Mejjat Chichawa

L’exploitation se situe a 30 km de Marrakech a Douar Ait cheikh, fait partie


de la région d’Ait Imour, commune rurale AGAFAY cercle de l’Oudaya

7
b -Caractéristiques pédoclimatique de la région :

A/caractéristiques du milieu naturel


a- Climat:
Climat semi-aride; l'hiver est très froid et relativement humide; l'été est très
chaud et sec.

b- Température:
Les basses températures sont enregistrées durant les mois de janvier et
février la moyenne varie entre 2et 5c
Les hautes températures sont enregistrées durant les mois de juillet et aout. La
moyenne varie entre 35 et 40c

c- Pluviométries:
Les précipitons; sont généralement irrégulières; elles ne dépassent pas
200mm/an

d- Vent
Les vents dominants sont de direction nord-ouest faibles au lever de jour et
moyennement fort dans la journée.

B/ Sol :
Le sol de l’exploitation est limoneux. C’est un sol léger, qui comprend un
horizon argileux reposant sur un horizon légèrement sableux.
Le sol de l’exploitation se caractérise par son sol pauvre en éléments
fertilisants.

C/les ressources hydriques:

Le secteur est alimenté en eau d’irrigation par le barrage «LALA


TAKARKOUSET» En revanche, certaines exploitation sont équipées de puits
et fourrages.L'exploitation est alimentée par deux sources principales qui
sont:9puits ;6forages
Eau des barrages :*barrage collinaire d'agafay
*barrage lalla takerkouste

8
1-3Historique de l’entreprise :
L’exploitation se situe dans la commune rurale d’AIT IMOUR, province EL
MINARA cercle LOUDAYA.
Après la plantation de cette entreprise, elle était exploitée pour la culture de
céréales. En 1991 et 1992 l’entreprise sache une plantation de deux cultures les
agrumes et les oliviers. Ce domaine appartient aux domaines Royaux Agricoles
d’AGAFAY.

1-4Données humaines :

a- Main d’œuvre permanente

Aide Gérant 1
Technicien 5
Magasinier 1
Comptable 1
Permanents 2
Mécaniciens
Occasionnels 1
Permanents 27
Ouvriers
Occasionnels 18
Permanents 21
Gardiens
Occasionnels 7
Total 84

Les ouvriers permanents :ils sont au nombre de 86 ouvriers , et travaillant à temps

continu , avec droit d’un congé payé et une rémunération similaire à celle des

saisonniers .

Lesouvrier occasionnels :Le nombre est variable au long de la compagne, il peut

atteindre 1200 ouvriers au moment de cueillette.

Commentaire : la main d’œuvres occasionnels n’est pas qualifier.

9
c-organigramme de l’exploitation :

T
e
i
n
h
c n
e
i
f
h
C
T
o
p
s
e
R
d
i
n
c n
e
i
a
s
a
s
o
t
y
h
p
i
l
e
t
r
'
d
a
c
s
n
b
u
qir
i
a
t
n
r
e
m
u
1
2
3
a
é
t
l
e

1-5 Equipements et infrastructure :


1/Matériels
A:Matériels de traction
10
COD MARQUE TYP PUISSANC COULOR DATE UTILISATION
E E E E D'AC
Q
T8 MF 394 82 CV Rouge 1997 Traitement, transport, cover
4S cropage
T9 MF 394 82 CV Rouge 1997 Traitement, transport, cover
4S cropage
T10 Landini REX 80 CV Bleu 2001 Traitement, transport, Cover
DT cropage et divers
T11 Landini REX 80 CV Bleu 2004 Traitement, transport, Cover
DT cropage et divers
T12 Quard Yamaha 2000

T13 Landini+2Pelle REX 80 CV Bleu 2004 Traitement, transport, cover


s DT cropage, charge Guidi et scie
de taille
T16 Deutz FAHR 100 CV Vert 2006 Traitement, transport, cover
cropage
T20 MF 185 Rouge 2004 Transport

T25 MF 290 -------


T26 MF 290 70 CV Rouge ------- Distribution d'engrais,
transport, cover cropage
T27 MF 1114 120 CV Rouge ------- Sous solage, nivèlement

T28 MF 290 2005


T30 JDDER 2040

T17 Landini REX 105CV Bleu 2009 Traitement, transport, Cover


ET DT cropage et divers
T18

11
B : Matériels d’accompagnement
Type/Marque Etat Caractéristiques techniques Entretien préventif

Entretien journalier
12 automiseurs Moyens Cave galvanisés, polyesters Entretien
périodique
2 covers corps Moyens 21 disques, Nettoyage + graisse

Sous soleus Bon 3 dents Nettoyage + graisse

Chisel Moyens 7 dents Lr = 85cv Nettoyage + graisse

Niveleuse Moyens Nettoyage + graisse

Billonneur Bon A disque, LW = 1.5 cm Nettoyage + graisse

Remorque Moyens Simple, sur 4 roues, charge : 2 tonnes Nettoyage + graisse

Hydrolyque, sur deux roues, charge =


Remorque Moyens Nettoyage + graisse
1.5 T
Bon pour le chargement Nettoyage + graisse
Clak (manitou)

Commentaire 
Commentaire : ces équipements et matériels est suffisant pour répondre aux
besoins de l’entreprise et la fréquence des entretiens

12
2/Infrastructure :
A /bâtiments de l’exploitation :

Désignation Nombre Affection Equipement


Stockage des outils et matières
Magasin 2
premières
- 3 Bureaux
Bureau 2 Direction de domaine
- 3 Ordinateurs
Laboratoire 1 Elevage des prédateurs - 1 Ordinateurs
Atelier de
1 Entretient et préparation
mécanique
- Bac à évaporation
Station Mesure : le vent les
2 - Thermomètre
météorologique précipitations, T°, hygrométrie
- Pluviomètre

1-6 / Assolement :

Superficie totale Agrumes Oliviers


(ha) Afourer NLL P. marocaine P. Long doc Dahbia
1610 317,1 25,0 25,5 2,9 0,6
Total /Espèce 342,2 28,9
Total (ha) 371,1
NLL: Navel lane Late, EXT: extension, P: parcelle

NB : la plantation des agrumes a fait l’objet de plusieurs porte greffes qu’on traitera ci
après.

13
1-7/Etude parcellaire et densité
NLL: Navel lane Late, EXT: extension, P: parcelle

Variété Densité Superficie Nombre Année de N° parcelle


arbre plantation

Afourer 4x 5 85 42589 1991 P 1+ P 2


Afourer 4x 5 26 12819 1993 P3
Afourer 4x 5 55 27486 1994 P4
N L L 4x 5 24 11997 1994 P5
Afourer + N L L 4x 5 6 2970 1994 EPG
Afourer 5 X2 56 55989 1998 Exvinge
EXTP2
EXTP5
Afourer 5 X2 54 53537 1999 P6
Afourer  6X4 38 15876 2000 P7
Afourer  5 X2 0,5 484 2003 EXTP7
Afourer 5 X2 14  1254 2007 EXPACANIE

III)- Etude technique des agrumes :


1)- répartition des variétés et portes greffes au domaine :

-Choix de porte greffe :


Le choix de porte greffe doit tenir compte de plusieurs critères
• Une bonne résistance a la gommose à phytophtora.
• Une adaptation aux sols alcalins et a teneur souvent élevée en sels.
• Une multiplication et élevage facile pépinière.
• Une association greffon/porte greffe tolérant a la maladie a virus da la Tristeza .
• Un effet favorable de porte greffe sur la variété par une élevée et un bon calibre.

A Afourer Bigaradier P1 5x 4 24877 24ans 1991

14
G Afourer Bigaradier P2 5x 4 17712 24ans 1991
R Afourer Bigaradier P3 5x 4 12819 22ans 1993
U Afourer Bigaradier P4 5x 4 27486 21ans 1994
M
NLL Bigaradier P5 5x 4 11997 21ans 1994
E
S Afourer Bigaradier citrange volka P6 5x 2 53537 16ans 1999

Afourer Bigaradier volka carrizo swingle citange P7 6x 4 15876 15ans 2000

Afourer Bigaradier EXT P2 5x 2 21251 17ans 1998


Bigaradier carrizo swiingle citrang e seville EXTP3 5x 2 13618 23ans 1992
cleopatre sacton darssalam divers
Bigaradier volka EXT P5 5x 2 6000 17ans 1998
Bigaradier volka EXT P7 5x 2 484 12ans 2003
Afourer Bigaradier EX  4 x 2 15120 17ans 1998
vigne
AF +NLL Bigaradier volka citrange cleopatre sacton EPG 5x 4 2970 21ans 1994
darssalam divers roughlemen tongelon lime

- Les caractéristiques de variété AFOURER :

C’est une variété sélectionnée par la station expérimentale et de recherche a Beni mellal en 1983,
elle occupe une superficie de 375 ha.
Afourer se caractérise par plusieurs caractéristiques qui sont :

 Appartient à la famille mandarinier CITRUS RETICULATA

 Vigoureuse et très exigeante (engrais, eau, oligo-éléments et très sensible aux parasites des
agrumes : puceron, acarien, pou de Californie) ;

 Asperme (sans pépins)

 Stade juvénile court

 La couleur de l’endocarpe est rouge

 Calibre moyen à gros et riche en jus

- Les caractéristiques de variété NAVEL LANE LATE :

Ses caractéristiques sont :


 Appartenance aux orangers
 Vigoureuse
 Sensible au rayonnement solaire pendant l’été
 NLL à un grand calibre et riche en jus.

La conduite technique des agrumes :


15
1-Travail du sol :
Le travail du sol entre les lignes pour l’élimination des mauvais herbes en
surface, elle consiste à maintenir le sol propre durant toute la période de végétation
active des arbres, par des passages répéter dans les inters rangs.
L’exploitation d’Agafay utilisé des instrumentstype cover-crop qui permet un
travail peu profond du sol 12 à 15.
Dans la pratique, le travail du sol consiste à éliminer les mauvais herbes dés la fin
de l’hiver, la végétation spontanée qui s’est développée de puis l’automne les travaux
du sol seront répétés du printemps jusqu'à la fin de l’été.
En général, deux passages seront nécessaires pour limiter la croissance et le
développement de mauvaises herbes.
Par mis les conséquences pratique du travail du sol, ne jamais travailler le sol en
période de la floraison, sinon la chute des fleurs, ainsi n’utilise pas des charrues,
car cet instrument de culture risque de détruire un nombre important de jeune
racine.

Commentaire : le domaine Agafay divise en superficie par deux, Agafay bio qui
utilisé les travaux du sol, par contre Agafay 2 l’utilisation des désherbages chimique
pour combattre sur les mauvaise herbes par un herbicide s’appelé GOLDEN dont la
matière active glifosate d’un dose de 2Lpar hl

2 /Irrigation :
Le système d’irrigation adapté au domaine est la micro irrigation qui est une
nouvelle technique qui consiste à amener l’eau à la plante par des petites quantités
très fréquentes à des points et des surfaces très réduites du sol. Le racinement est
essentiellement localisé dans la partie du sol humidifiée.

Système gouttes à gouttes :

Les goûteurs sont placés dans des rampes de types polythène le débit est de 3,75t/h
avec une pression d’un bar, le changement du secteur d’irrigation nécessite une
personne qualifiée qui a des connaissances préalables d’installation des réseaux
d’irrigation.

Les avantages 

16
 L’économie d’eau au niveau de l’exploitation.

 Assurer une bonne firtigation des plantes.

 Bonne injection des oligo-éléments.

 Réduction de la main d’œuvre.

Les inconvénients :

 Les risques des pannes,

 Les risques d’accumulation des sels

3/Fertilisation :
La fertilisation vise à répondre aux besoins des arbres en vue d’obtenir des
rendements élevés et de bonnes qualités une fertilisation insuffisante et male
équilibrée se traduit par une dépréciation de production dans le cas contraire les
apports excessifs augmentent des coûts sans améliorer le rendements et risque
d’engendrer des efforts négatifs en augmentant des risques d’antagonisme de salinité
et de pollution.

Le programme de fertilisation appliqué au sein du domaine :

Stades Azote (%) Phosphore (%) Potasse (%)


Début de 35 50 30
végétation (hiver)
Floraison+nouaiso 30 50 40
n (printemps)
Fin de chute 35 0 30
physiologique (été)

Les engrais :
Les engrais utilisés :
 Ammonitrate : 33,50%
 MAP : 11-55-00
 Sulfate de potasse : 48 %

17

Commentaire : pour les applications foliaires au domaine se faite a l’aide des


atomiseurs.
Au moment de la floraison il y a aussi d’application foliaire de l’hormone surtout l’AG3.

18
4/La Taille :
La taille est une opération indispensable en arboriculture fruitière, étant donné
sont effet direct sur la régularité de la production et de l’amélioration de la qualité
L’absence de la taille peut entraîner les inconvénients suivants :
 L’insuffisance d’air et l’excès d’humidité à l’intérieur de l’arbre favorisent le
développement des maladies bactériennes et cryptogamique : formation de bois
mort qui ne produit pas à l’intérieur de l’arbre.
 Les brindilles s’affaiblissent et donnent de petit calibre et de mauvaise qualité.

a-Epoque de la taille:
juste après la cueillette et avant le stade de la floraison .

b-Matériel de la taille:

L’exploitation utilisé différent matériels : le scie et les sécateurs, les


tronçonneuses électrique
Commentaire : permis les principaux défauts a éviter en se trouve la suppression de
grosses branches laissent un vide important dans frondaison ou le soleil peut
provoquer des brûlures des fruits exposés.

7/Tuteurage:
Le tuteurage est une opération importante en agrumiculture. C’est une technique
préventive qui consiste à tenir les fruits des arbres présentant une forte charge loin du sol
à l’aide des tuteurs en forme de « Y » pour éviter :
 Le contact des fruits avec les mauvaises herbes et le sol ,ce qui peut
causer des pourritures à Phytophtora citrophtora.
 Les cassures des branches.
Pour éviter les blessures des branches on met de l’herbe entre le tuteur et la branche.

19
tuteurage tuteurage

8/La cueillette :
1-Les étapes précédant la cueillette :
a-Evolution du calibre :
Dés la fin de Juillet et jusqu’à le début de la récolte, on effectue un inventaire
hebdomadaire sur l’évolution du calibre.
Il consiste à mesurer les calibres de 20 fruits sur les 4 faces de l’arbre à l’aide de pied à
coulisse. et sur une parcelle on choisit aléatoirement un arbre de chaque variété, en
suite on calcule la moyenne du calibre et son évolution (mm/j).

Mesurer le calibre d 'un fruit l’aide de pied à coulisse

20
b-critères de maturité
- Couleur
- Calibre
-  % en jus
- Taux de sucre

c-indices de maturité :

La maturité interne des fruits est calculée par le rapport de l’extrait sec soluble du
jus «E» sur sa teneur en acides (ac.citrique) «A»
La valeur du rapport E/A recommandée pour commencer la récolte doit être
supérieure ou égale à 7.

E/A= Mesure (%) de la valeur du jus en sucre


Mesure (%) de la valeur du jus en acide

21
2-les techniques de la récoltes

La récolte est une opération très difficile car elle demande une main d’œuvre très
importante quelque fois plus de 1200 ouvriers.
L'opération de la récolte est effectuée par des équipes d’ouvriers 15 à 26 ouvriers .
guidée par un caporal qui veille sur le respect du programme de récolte.
La cueillette se fait à l’aide d’une pince « corona » (pince courbé au niveau de la lame
pour ne pas blesser le fruit et pour réduire le pédoncule), un seau et un panier pour
chacun des ouvriers.

seau et panier pour chaque ouvrier

22
Corona (pince pour la récolte des agrumes)

Les fruits cueillis sont mis dans des caisses en plastiques dont la capacité est de
20 kg. Posé sur un caisse vide pour éviter le contacte des fruits avec le sol

23
Lors de cueillette, les points suivants sont à respecter par les ouvriers de la
récolte :

24
- L'évite des motifs de cueillette comme les fruits sans pédoncule et les
fruits avec pédoncule long.

- Les caisses ne doivent pas être trop remplies, pour éviter le tassement
des fruits.

- Il ne faut pas mettre les fruits chutés dans les caisses de récolte.

25
3-Précaution à prendre après la récolte :

-Ne jamais laisser les fruits récoltés exposés au soleil pendant des périodes longues
(coup de soleil).

- Protéger les fruits récoltés contre le froid la grêle la pluie.

- Eviter les longs séjours à l’air libre (pertes de poids).


- Réduire le temps d’attente avant l’acheminement vers la station de
conditionnement.
- Le chargement des caisses doit être fait soigneusement.
- Respecter les normes d’hygiène et de sécurité

IV - Les ennemies des agrumes existent au


domaine et Protection phytosanitaire:
26
-Protection de culture
-Lutte chimique
 Piégeage des insectes nuisibles
- Piégeage :

La méthode de surveillance adoptée repose sur le piégeage des adultes males. Le piège est
constitué d’un bocal cylindrique troué des cotés latéral contenant une phéromone sexuelle pour
attirer les males et un insecticide. Les piéges utilisés au niveau du domaine sont de type Maghreb-
Med. Le renouvellement de ces substances se fais une fois par mois, et l’emplacement de ces pièges
se fait au coté sud- est de l’arbre, et à une hauteur de 1.5 à 2 m.
- Le Piégeage en masse de la cératite :
- Bouteilles transparentes
- Solution de sulfate d’ammoniaque à 5%

- Seuil d'intervention:
Un traitement est justifié lorsque le nombre des captures dépasse 3 mouches/piège/jour

.
Photo N° 5

-Lutte biologique :

 Insectarium :

 Le domaine AGAFAY dispose d’un insectarium pour l’élevage de :

- l’Aphytis.
27
- l’Amblyseius Californicus.

- le Cryptolaemus.

- le Sthethorus.

- le Lyptomastix

- l’acarien SWIRSKI.

- la Rodolia Cadinalis.

- l’escargot prédateur

Les effectifs lâchés par prédateur durant les 3 dernières campagnes :

N .B : On a pratiquer dans cette taches (elvage de l’aphitys milinis prédateur de pou de

californie)

 Pomme de terre faisant émerger l’Aphytus.

Photo N° 6

 Chambre de fixation de pou de lierre (élevage de

l’Aphytis)

Photo N° 7

Les effectifs lâchés par prédateur durant les 3 dernières campagnes :

28
Pou de Acarien Cochenille Acarien Cochenille
Ravageur Californie Oriental Farineuse Rouge Australienne

Auxiliair Amblyseius Sthethorus Rodolia


Aphytis Cryptolaemus
e Californicus Sthethorus Cardinalis

Effectif 2 160 000 155 000 1 000 187 550

 Pou de Californie sur


fruit :

 Adulte de pou male :

29
4-1 /Les maladies des agrumes existant au
domaine :

Au domaine il y’a deux maladies observer dans le verger ce sont des maladies
cryptogamiques fumagine et gommose parasitaire ;

1-La Fumagine

La fumagine n ’est pas une maladie directe des agrumes; c ’est un champignon qui
se développe aux dépends des excrétions (miellat) de plusieurs espèces: cochenilles,
pucerons et mouches blanches notamment.

30
L’attaque devient dangereuse si toute la surface de l’arbre a été infestée, car elle
entraîne une diminution de la photosynthèse.
Méthode de lutte :
La protection contre la fumagine réside dans la protection contre les insectes
producteurs de miellat.

2- La Gommose parasitaire :

Elle est causée par Phytophthora citrophthora et Phytophthoraparasitica ; elle se


développe principalement sur les arbres dont la ligne de greffe est souvent en contact
avec l’eau.
Symptômes :
Sur le tronc, l’écorce prend une coloration foncée, suite à l’imprégnation de gomme
des tissus qui devient brunâtre. Cette maladie provoque une floraison contre saison,
jaunissement et chute anormal des feuilles.
Méthodes de lutte :
-Lutte préventive pour éviter la propagation de maladie ou son apparition :

31
 utilisation de porte-greffe résistant à la gommose.
 Le point de greffe doit être à 50-60 cm au dessus du sol.
- Pour la gommose on coupe les rameaux infectés par sécateur que l’on met dans
l’eau de javel chaque fois qu’on termine d’un arbre pour éviter la contamination des
maladies.
- Traitement préventive à base d’Oxyde cuivre + Huile minérale ou bien un
badigeonnage.

4-2 Les ravageurs des agrumes qui existant


au domaine.
1-pou de Californie

Le pou de Californie, est un ravageur qui s'attaque aux agrumes dans tous les
pays producteurs. Leur élément biologique Les femelles émettent une phéromone qui
attire les mâles. Bien qu'ils ne vivent qu'une journée, les mâles peuvent se déplacer
d'environ 100 m contre le vent.
_ Les femelles sont vivipares ; en réalité, l'éclosion des œufs a lieu juste avant la ponte.
En une dizaine de jours, la femelle donne naissance à 100 à 150 larves.
_ Les larves quittent le bouclier maternel et se dispersent sur l'arbre-hôte, s'installant
sur les tiges de préférence, ainsi que sur les feuilles et sur les fruits. 1 jour plus tard, la
plupart sont fixées.
Pendant la saison froide, les cochenilles colonisent plutôt les parties les plus
ensoleillées de la frondaison, en été, les zones plus ombragées.
En été, La chaleur, associée à une humidité relative même faible, provoque une
mortalité considérable des larves nouveau-nées sous le bouclier maternel.

32
Dégâts : se manifestent par un jaunissement des feuilles dessèchement des
rameaux ainsi que des encroûtements sur fruits qui ne peuvent être ni lavés,
ni brossés au niveau de la station de conditionnement ce qui diminue la
qualité du produit à l’exportation.

Dégâts de pou de Californie sur feuilles Dégâts de pou de Californie sur fruit

La lutte biologique

 Aphytus

 Chylocurs

Dans l’exploitation et la région de Marrakech le prédateur Aphytus milinus est


très actif.

33
Lutte chimique

La lutte chimique reste la seule alternative pour la protection des arbres cette
année car le nombre d’auxiliaire Aphytus milinus est minim par rapport à la surface
plantée, Les produits utilisés Ultracide 40 ec et Exocide 48 ec d’une dose de 150 cc/hl +
un adjuvant pour renforcer leurs efficacités : Tensotec : dose 100 cc/hl

2-La cératite

La cératite adulte est une diptère dont la couleur générale du corps est jaune
parsemé des taches noires blanches marrons et bleues la larve est d’une couleur jaune
pale et elle est apode (sans pattes) alors que la pipe est brune.

Les dégâts

Les fruits piqués présentent à leur surface une petite tache au point de pénétration
de l’oviscapte de la femelle, cette tache brunit par la suite

La pulpe devient molle à cet endroit et se déprime à la moindre pression

Après éclosion des larves c’est aussi à cet endroit de ponte que des champignons
comme le pénicillium vient pénétrer pour causer la pourriture des fruits après la
récolte.
Dégats de piqures de la cératite sur fruit
34
-Méthodes de lutte
Piégeage :

Dans le domaine, on fait contrôle de la présence de mouches à l’aide des gobes


mouches .Ces piège sont sous forme de cylindres plastique, munie de deux trous
permettant l’entrée des males à l’intérieure du piège ou on trouve un attractif sexuel à
base de TRIMILDURE et un insecticide agissant par contact = piège type Maghreb med

piège type Maghreb med

L’emplacement de ces pièges est réalisé à partir d’Août jusqu’à mois Décembre à la

35
cote Sud Est de l’arbre .Normalement, on place 1à2 pièges/hectare d’une façon
aléatoire.
On déclenche le traitement contre la cératite en associant un insecticide (KARATE ou
SUCCES APPAT) et un attractif alimentaire (BLOUZ) dés que le nombre des mouches
captées dépasse 3mouches /piège /jour.

Photo: insecticide

 Lutte chimique:

La lutte contre la cératite consiste à une pulvérisation d’une bouille d’une part, d’un
attractif et un insecticide.

Tableau7: traitement contre la cératite :

Le produit Dose Mode


Matière active Concentration DAR
d'emploi d'application
SUCCESS 4.5% 2l/hl Pulvérisation
Spinosade 1j
APPAT
Lambda-
KARATE 50g/l 100cc/hl Pulvérisation 15j
Cyhalothrine
Hydrolisat de
BLOUZ 300g/l 300cc/hl Pulvérisation …
proteine

4-La mineuse :
 Description

36
C’est un micro-lépidoptère mesurant 4mm de longueur et 7mm d’envergure. Les ailes
sont de coloration blanche argenté et sont parcourues de stries obliques, divisées en deux
par une ligne plus sombre. Les ailes sont brodées de longues franges soyeuses,
ornementées de trois lignes noires caractéristique.

Dégâts
La mineuse cause la déformation des feuilles jeunes. En cas de pullulation de la
mineuse, les dégâts sont repérables également sur jeunes rameaux verts et même
sur fruits. Les galeries causées par la mineuse se transforment en un tissus nécrosé.

La mineuse infecte principalement la photosynthèse par le biais de la réduction de la


surface foliaire,
Les pousses en printemps sont moins attaquées que les pousses estivales et automnales
qui au contraire en souffrant plus en raison des pullulations successives.

37
dégâts de la mineuse

Lutte

Les jeunes plantations sont les plus vulnérables aux attaques de la mineuse. Le
raisonnement de la fertilisation et de l’irrigation permet de provoquer des sorties de
pousses plus ordonnées et par conséquent une lutte chimique plus efficace contre la
mineuse. Une taille précoce permet une production de pousses printanière qui mature
avant la pullulation relativement lente de la mineuse au printemps.

38
Tableau 6: traitement contre la mineuse:

Le produit Dose Mode


Matière active Concentration DAR
d'emploi d'application
50cc/hl Pulvérisation
CONFIDOR 200g/l
Imidaclopride 1, 21j
200 SL Badigeonnage
2,3cc/plant
VERTIMEC Abamectin 18g/l 25cc/hl Pulvérisation 45j
MOSPILAN
Acetamipride 200g/l 20g/hl Pulvérisation 30j
20 SP

Remarque : dans la compagnie on utilise les buses d’un1.2à1.5 mm et une pression de


10à15 bar pour le traitement de la mineuse.

5-Cochenille australienne

La femelle a un corps aplati de couleur rouge brique marqué de brune


recouvert de blanc le sac d’œuf avec une surface blanche cotonneuse. Contient des
œufs d’une couleur orange brûlant.

Le male à des ailes très fragiles les larves est orange rouge

Les dégâts :

La succion de la sève qui provoque la chute des feuilles produisent beaucoup


de miel et favorable au développement de la fumagine qui provoque le desséchement
de l’arbre

39
Lutte biologique :

 Rodolia : utilisé au sein du domaine pendant l’année en cours

 Cryptolemus

6-Les acariens
Au domaine il y’a plusieurs types des acariens attaquer les agrumes tel que
acarien rouge et acarien orientale. Le cycle biologique de l’acarien oriental est similaire
à celui de l’acarien jaune, Tetranychus urticae, est d’une durée d’au moins 10 jours. Les
oeufs sont brunorange et déposés d’une manière isolée sur la face supérieure des
feuilles. Les oeufs éclosent en donnant les premiers stades avec 3 paires de pattes,
suivi de 2 stades nymphales, avant que le stade adulte soit atteint. Les nymphes
comme les adultes ont 4 paires de pattes. On peut avoir jusqu’à 10-20 générations par
an.
Dégâts :

Les fruits sont endommagés seulement par de fortes populations d’acariens, en


causant de larges zones chlorotiques sur la surface des fruits avec une apparence terne
après déverdissage. La chute des feuilles est accentuée importante si les arbres sont
stressés par manque d’eau. Les dégâts causés par sur feuilles et fruits sont similaires à
ceux causés par l’acarien jaune, Tetranychus urticae.

Dégâts des acariens

40
 Procédures de traitements
Lutte biologique :

Au domaine pour la lutte contre les acariens on utiliser les acariens prédateurs
AMBILYSIEUS SWIRSKI et la coccinelle STETHORUS.

Lutte chimique :
Nature
Produit & type
Métier Stade ou seuil de
Comercai de Dose appliquée
Actif Traitement
l pesticid
e
Acaricid
Docofol 100 CC /hl
Rtilafol e
Seuil dépasse 10
+
%
Tensotec Acidifian 100 /hl
t

4-3 Autres anomalies et ravageurs existant


au domaines
1-Eclatement

41
2-VERS DE L’OMBILIC (variété navel lane light )

Les Marbrure et Les escargots :

42
Le frottement et le peau rageuse :

43
V -Taches accompli par le stagiaire :

 Le dépistage :

C ‘est une opération qui a un rôle important d’évaluer les différentes


anomalies au sein de chaque parcelle et chaque carré
Le travail est réparti comme suit :
chaque caporale envoie à un endroit particulier (carrée   ) avec un groupe des ouvriers

pour y effectuer la récolte comme chaque journée de travail   , Le caporale accompagne


obligatoirement un stagiaire qui représente un agent de qualité ou un controleur

Cette opération permet de connaitre le pourcentage de fruits infesté, son


principe est de choisir au hasard 8 caisses dans chaque partie carré pour
échantillonner, 2 caisses a l’ouest, 2 caisses a l’est, 2 caisses au nord, 2
caisses au sud pour une bonne et remplir la fiche suivante :

44
Les cellules avec * signifie les défauts de cueillette

-pointage des ouvriers et comptage de nombre de caisse cueiellés pour chaqu’un


d eux
A ce but , je remplis cette liste à l’aide du caporale au début de la journée

45
46
A la fin de la journée chaque stagiaire donne le nombre de caisse totale au chef
des caporaux pour faciliter le comptage des caisses dans toute l’exploitation
pendant la journée en cours

-marquage de nombre d’arbres cuiellés .

 Le ramassage des fruits chutés  :


ramassage des fruits tombés
prix : 5 DH pour chaque caisse

 Le ramassage des fruits chutés  :

47
 Le rangement de caisses vide  :

on attendant l’arrivée des ouvriers et le responsable des stagiaires


nous sommes obligés de ranger les caisse vides qui sont mal
placer

48
conclusion
Les objectifs de mon 1ère stage étaient davantage axés sur l’acquisition
d’une expérience de travail dans le domaine d’arboriculture.
Cependant, dans le cadre de ce stage, j’ai eu l’opportunité de
bénéficier de travailler comme ouvrier, ce qui m’a permis de pratiquer
plusieurs activités qui on contribuées à mon apprentissage et à mon
expérience dans le domaine de l’agriculture.
Pour conclure, je suis très satisfaite de mon stage, qui en plus de
m’avoir fournit de nouvelles connaissances sur la production des agrumes
et son entretien…, il m’a également énormément appris au niveau
personnel.
J’ai eu la chance d’habiter avec d’autres stagiaires , de vivre avec eux
leur quotidien et de partager leurs joies et leurs peines. J’ai aussi eu la
chance de côtoyer certains collègues de travail et amis, ouvriers ,
caporales … qui m’ont énormément appris sur leur méthode de travailler
etc.
Pour tous cela, je crois sincèrement que ce stage m’a grandit…

49
Conclusion générale:
Le stage que nous avons effectué à l’exploitation Agafay m’a permis de
tirer plusieurs enseignements.
D’abord, il m’a permis de me confronter à la réalité des pratiques de
part la croissance des facteurs monographiques qui demeurent
déterminants dans le choix du site d’une culture des agrumes.
Aussi par la connaissance des ennemis et ravageurs de la culture du
point de vue symptômes, conditions favorables de développement et les
méthodes de lutte.
Le stage m’a aussi permis de mieux connaître les besoins hydriques et
minéraux de la culture des agrumes ainsi que les différentes techniques de
la production.
Enfin, notre résidence au sien de la ferme dans le secteur des
ouvriers, nous a permis d’établir un maximum de contact avec la main
d’œuvre, comment ils pensent, leur points forts et leurs points faibles, car
la connaissance des ouvriers constitue un élément majeur dans la gestion
des ressources humains.
Pour conclure, il est très important d’allier la théorie à la pratique en
agronomie pour que les connaissances acquises ne demeurent pas vaines.

50

Vous aimerez peut-être aussi