Vous êtes sur la page 1sur 45

IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

LES GROUPES SANGUINS


GENERALITES

1/ ANTIGENE (Ag) :

Substance de nature chimique diverse (protéique, lipidique, glucidique ou mixte) capable


d’induire une réponse immunitaire et de réagir spécifiquement avec les effecteurs cellulaires et
humoraux du système immunitaire.

Deux notions fondamentales sont associées à l’antigène :

• IMMUNOGENICITE (ou pouvoir antigénique)


• SPECIFICITE (précision de la reconnaissance).

2/ ANTICORPS (Ac) :

Médiateurs humoraux de la réponse immune par opposition aux médiateurs cellulaires.

• Déterminant antigénique : épitope


• Site de liaison de l’anticorps avec l’épitope : paratope.

Ce sont des structures complémentaires

La liaison Ag/Ac obéit à la loi d’action de masse Ag + Ac ⇔ AgAc

La force de liaison entre un Ag et l’Ac correspondant définit l’AFFINITE.

Cette réaction est réversible.


IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

L’IMMUNOHEMATOLOGIE

L’immunohématologie correspond à l’étude :

• des antigènes portés par les éléments figurés du sang.


• de l’immunisation qu’ils peuvent induire.
• des conflits qui en résultent.

Actuellement, au moins 29 systèmes de groupes sanguins ont été décrits.


IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

DEFINITION DU GROUPE SANGUIN

A/ LE GROUPE SANGUIN

1. Il correspond à un ensemble d’antigènes allotypiques.


(Allotypique signifie : différent d’un individu à l’autre. Les différents Ags sont distribués par
groupe dans une population donnée).
2. Il comporte des antigènes portés par la membrane du globule rouge.
3. Ces antigènes sont génétiquement induits.
4. Ces antigènes sont génétiquement indépendants au sens mendélien du terme.
Extension au niveau de la biologie moléculaire.

B/ LA LOCALISATION DES ANTIGENES DE GROUPE SANGUIN

Deux catégories d’antigènes existent :

1. Les antigènes localisés à la fois sur le globule rouge et d’autres tissus.


Notion de groupe tissulaire.

2. Les antigènes localisés uniquement sur le globule rouge.


IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

LE SYSTEME ABO (1)

1. HISTORIQUE
1900, Karl Landsteiner
Découverte des antigènes A et B et de leurs anticorps respectifs.

2. ANTIGENES A et B

2.1. Répartition

a) sur les hématies


b) sur les autres cellules sanguines : leucocytes et plaquettes
c) sur les autres tissus (sauf tissu conjonctif et système nerveux central)
d) dans les sécrétions - caractère secréteur.

2.2. Nature biochimique

Les antigènes A et B sont construits par des enzymes spécifiques :


les glycosyltransférases A et B.
IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

LE SYSTEME ABO (2)

2.3. Le phénotype

Il comprend l’ensemble des antigènes s’exprimant à la surface du globule rouge.


Le groupage ABO comporte obligatoirement la recherche des anticorps sériques
correspondants.
Par CONVENTION, le groupe sanguin ABO est défini par les antigènes présents sur les
globules rouges.

LES ANTICORPS PRESENTS DANS LE SERUM CORRESPONDENT A


L’ANTIGENE OU AUX ANTIGENES ABSENTS A LA SURFACE DES GLOBULES
ROUGES.

2.4. Premier niveau de complexité

Détermination de l’antigène A avec un Ac anti-A de sujet B.


Certaines hématies sont moins fortement agglutinées (hématies A2, 20 % des sujets) que
d’autres (hématies A1, 80 % des sujets).
6 phénotypes courants sont observés : A1, A2, B, O, A1B et A2B.
IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

LE SYSTEME ABO (3)

2.5. Aspects génétiques

2.5.1. Gènes

Ils sont localisés :


. sur le chromosome 9 (bras long)
. sur 2 loci homologues.
Sur chaque locus se trouve un gène de la série allèlique A, B et O.
• Le gène A Ag A
• Le gène B Ag B
• Le gène O Aucun produit A ou B (gène amorphe).

Génotypes Phénotypes Fréquence*


A/A, A/O et O/A A 45 %
B/B, B/O et O/B B 9%
A/B et B/A AB 3%
O/O O 43 %
* Population caucasoïde

DU PHENOTYPE, ON NE PEUT PAS TOUJOURS DEDUIRE LE GENOTYPE.

2.5.2. Produits des gènes A, B et O

Ce sont des enzymes :


LES GLYCOSYLTRANSFERASES
L’enzyme transfère un sucre particulier, immunodominant, sur un substrat donné (la
substance H)
Gène A  enzyme N - acétyl galactosaminyl transférase.
Gène B  enzyme D galactosyl transférase.
Gène O  enzyme raccourcie non fonctionnelle.
IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

LE SYSTEME ABO (4)


2.5.3. Substrats des enzymes

PRECURSEURS Il existe des précurseurs de la substance H


SUBSTRAT SUBSTANCE H
Gène A B O
Produit AgA AgB AgH
La substance H n’est pas transformée par l’enzyme « O » non fonctionnelle.

3. LES ANTICORPS anti-A et Anti-B

3.1. Les Acs anti-A et anti-B réguliers

3.1.1. Acs réguliers

Ils sont régulièrement présents en l’absence de l’antigène correspondant.


Cas particulier : le nouveau-né. Il ne dispose pas de ces Acs à la naissance
(Exemple : un nouveau-né de groupe A n’a pas d’Acs anti-B dans son plasma).

3.1.2. Acs naturels

Apparition spontanée chez le nourrisson entre 3 et 6 mois.

3.1.3. Classe de ces Acs

Ce sont des Acs complets.


Ce sont des immunoglobulines de classe M. Acs agglutinants en milieu salin. Acs plus
actifs à +4°C qu’à 37°C.

3.2. Les Acs anti-A et anti-B immuns

Ce sont des immunoglobulines de classe G observées le plus souvent chez le sujet O. Acs
non agglutinants en milieu salin. Actifs à 37°C.
Ces Acs sont « acquis » par stimulation immune (transfusion incompatible, grossesse…).

Ils sont dangereux en transfusion et responsables d’accident d’hémolyse indirect (les Acs
du donneur agressent les globules rouges du receveur).
IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

LE SYSTEME ABO (5)

4. LE GROUPAGE ABO STANDARD


4.1. Principes généraux
Détermination des Ags : Epreuve de Beth-Vincent (ou épreuve globulaire)
Recherche des Acs correspondants : Epreuve de Simonin (ou épreuve sérique).
NECESSITE ABSOLUE D’UNE CONCORDANCE ENTRE LES 2 EPREUVES.
Les règles de réalisation à respecter sont les suivantes :
2 déterminations ( à partir de deux prélèvements sanguins différents ).
Pour une détermination, les conditions de réalisations sont différentes selon qu’il existe un
automate ou non dans le laboratoire..
4.1.1. Cas avec automate.
Une détermination correspond à une seule réalisation exécutée avec un lot de réactif par un
technicien.
4.1.2. En l’absence d’automate.
Une détermination correspond à deux réalisations exécutées avec un lot de réactif par deux
techniciens différents accompagnées d’une double saisie manuelle effectuées par deux
personnes différentes.
L’utilisation de deux lots de réactifs différents est abandonnée.
Quelques soient les conditions, un contrôle qualité quotidien est à effectuer.
L’impératif des deux prélèvements distincts est fondamental pour la sécurité
transfusionnelle.

4.2. Causes d’erreurs

4.2.1. Globules rouges agglutinés par tous les sérums-tests


Rouleaux-formation (dysglobulinémie, injection de lipides)
Agglutinines froides
Coagulation (traînées de fibrine)
Gelée de Wharton (sang du cordon ombilical)
Causes exceptionnelles (par ex. Polyagglutinabilité).

4.2.2. Globules rouges non agglutinés par aucun sérum-test


IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

Mauvais état de l’échantillon +++ (A retenir)


Présence d’un antigène soluble abondant inhibant le sérum-test
Présence d’un antigène faible (A faible par exemple)

4.2.3. Présence d’une agglutination partielle


Sous-groupe A3
Leucémie aiguë
Mélange d’hématies +++ (A retenir)
- transfusion de sang incompatible
- transfusion de sang de groupe O à un receveur non O
- mosaïque ou chimère (exceptionnel)
- hémorragie transplacentaire abondante après accouchement.
IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

LE SYSTEME ABO (5) suite

4.2.4. Absence d’une agglutination attendue


Physiologique chez le nouveau-né
Agglutinine présente mais lysante
Agglutinine faible.

4.2.5. Présence d’une agglutinine inattendue


Présence d’un anticorps anti-A1, anti-P, anti-H...

5. LES REGLES TRANSFUSIONNELLES ABO POUR LES GLOBULES ROUGES

La règle élémentaire de compatibilité transfusionnelle est de ne jamais transfuser des


globules rouges portant l’antigène A et/ou B correspondant à l’anticorps du receveur.

Règles classiques de la compatibilité ABO (cf. Schéma).

1/ Les transfusions où le donneur et le receveur ont le même groupe ABO sont toujours
compatibles.
2/ Les hématies de groupe O peuvent être transfusées à des receveurs A, B ou AB. Sujets O
« Donneurs universels ».
3/ Les receveurs de groupe AB peuvent recevoir des globules A, B ou O.
Ces règles sont à respecter impérativement pour assurer la sécurité transfusionnelle.
IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

REGLES DE COMPATIBILITE POUR LA TRANSFUSION DES


CONCENTRES ERYTHROCYTAIRES
(Schéma d’Ottenberg 1911)
IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

LE SYSTEME ABO (6)

6. CAS PARTICULIERS

1 - PHENOTYPES A FAIBLES, B FAIBLES

2 - PHENOTYPE BOMBAY (pour mémoire)

3 - MODIFICATION ACQUISE DES GROUPES ABO (pour mémoire)

- « B LIKE » ACQUIS

- MODIFICATIONS AU COURS DES HEMOPATHIES MALIGNES ET DANS LES


TISSUS CANCEREUX.

Ces modifications sont à distinguer des changements de groupe ABO observés chez les
sujets ayant subi une greffe de moelle osseuse. (Exemple : sujet de groupe A devenant O).
Ces situations demeurent peu fréquentes mais ne sont pas rares.
IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

LES SYSTEMES IMMUNOGENES (1)


Systèmes avec antigènes uniquement présents sur le globule rouge
LE SYSTEME RHESUS
Système complexe sur le plan de la nomenclature, de son polymorphisme

1. HISTORIQUE
1.1 Découverte en 1939 par P. LEVINE
Cadre de la maladie hémolytique du nouveau-né.

1.2 Parallèlement (1940) LANDSTEINER & WIENER


L’hétéroimmunisation de lapins et de cobayes par des globules rouges de Macacus rhésus
induit l’apparition d’un anticorps qui reconnaît l’antigène découvert par LEVINE. Il
agglutine environ 85 % des hématies humaines.

2. LES ANTIGENES
Au nombre de 5 : D, C, E, c, e.

2.1 L’antigène D [RH1]

Définit le groupe Rhésus standard avec un sérum anti-D.

Chez les caucasoïdes, 85 % des sujets ont leurs globules rouges agglutinés (Rh positif) et
15 % non agglutinés (Rh négatif).

2.2 Les autres antigènes

2.2.1 Antigènes C et c [RH2 et RH4]

Ils sont antithétiques. Toute hématie C négatif est systématiquement c positif et


inversement.

2.2.2 Antigènes E et e [RH3 et RH5]

Ils sont antithétiques. Toute hématie E négatif est systématiquement e positif et


inversement.
IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

LES SYSTEMES IMMUNOGENES (2)

SYSTEME RHESUS

2.3 Définition des phénotypes, des haplotypes et des génotypes.

2.3.1 Les sérums-tests permettent la définition du phénotype (Ags présents à la surface


du globule rouge).

2.3.2 Définition de l’haplotype.

a) Le concept DCE. La théorie de FISCHER RACE.

Une unité génétique Rh = 3 séries de loci étroitement liés avec 3 séries d’allèles (D
ou d* ; C ou c : E ou e).

* L’antigène d est théorique. Il n’a jamais été décrit.


Un haplotype est transmis comme une unité lors de la méiose.

Exemple : DCe.

b) La théorie de WIENER.

Un seul locus Rh avec un seul gène produisant plusieurs facteurs. Nomenclature de


WIENER en lettre R.

c) Correspondance entre les haplotypes et la nomenclature R.

DCe : R1 dce : r

DcE : R2 dCe : r’

Dce : R° dcE : r’’

DCE : Rz dCE : ry
IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

LES SYSTEMES IMMUNOGENES (3)

SYSTEME RHESUS

d) La nomenclature de ROSENFIELD.

C’est la nomenclature internationale RH.

e) Exemples.

- Phénopype DCCee = R1R1 = RH 1, 2, -3, - 4, 5.

- Phénotype dccee = rr = RH -1, -2, - 3, 4, 5.

- Phénotype DCcEe = R1R2 = RH 1, 2, 3, 4, 5.

2.3.3 Définition du génotype.

Elle s’effectue à partir des deux haplotypes qui concordent le mieux avec les résulats
observés.

Elle permet d’établir le génotype le plus probable.

Pour obtenir le génotype exact, il faut réaliser une étude génétique comportant les
parents.

En résumé

Phénotype observé (établi avec des sérums-tests)


Les 2 haplotypes
Le génotype probable
IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

LES SYSTEMES IMMUNOGENES (4)

SYSTEME RHESUS

2.4 La complexité des antigènes du système Rhésus.

2.4.1 D faible (Du) (+++)

Réactivité Rh faible.

Chez ces sujets, le nombre de molécules antigèniques présentent à la surface de


l ‘hématie est plus faible que dans les cas habituels.

2.4.2 D partiel

2.4.3 Variants de C et c, de E et e

2.4.4 Antigènes composés

2.4.5 Phénotypes déprimés ou silencieux


IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

LES SYSTEMES IMMUNOGENES (5)

SYSTEME RHESUS

2.5 Biochimie et génétique

Polypeptides de 30 Kd, homologues mais distincts.

Chromosome 1 (bras court)

Deux gènes liés .D


. CcEe.

Dans la membrane du globule rouge, existence d’un complexe avec les antigènes des
sytèmes Ss et Duffy (Fy).
IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

LES SYSTEMES IMMUNOGENES (6)

SYSTEME RHESUS

3/ LES ANTICORPS

Les plus fréquents des anticorps irréguliers.

Le système Rhésus représente le système le plus important en clinique.

Par ordre de fréquence décroissante :

. anti-D, anti-E, anti-c, anti-C et anti-e.

L’antigène D est le plus immunogène.

Acs immuns ... Grossesse, transfusion.

Classe IgG.

L’immunisation est fonction :

. d’une aptitude individuelle à répondre à l’Ag.


. de la qualité d’Ag injectée.
. de la répétition des injections.
. de l’existence d’une incompatibilité ABO entre donneur/receveur,
foetus/mère.
IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

LES SYSTEMES IMMUNOGENES (7)

SYSTEME RHESUS

4/ GROUPAGE RHESUS

4.1 Principe
Le groupage comporte une seule technique : technique directe.
Les hématies du sujet à tester sont mises en présence d’un sérum-test à activité spécifique
anti-D. S’il y a agglutination des hématies, le sujet est Rhésus positif.

4.2 Techniques
Pour sa réalisation, il est nécessaire de disposer :

− d’un réactif anti-D

− d’un témoin négatif de constitution identique aux réactifs anti-D mais dépourvu de toute
activité anticorps spécifique.
Réaction :
− à 37°C

− en milieu albumineux
Les Acs anti-D étant de nature IgG (Acs incomplets), ils ne fonctionnent pas en milieu salin.

Technique sur plaque chauffante (Rhésuscope)


Technique en microtube à 37°C.
Des techniques plus sensibles sont actuellement utilisées (Gel-test, microplaques).

4.3 Règles

Les règles de réalisation à respecter sont les suivantes :


2 déterminations ( à partir de deux prélèvements sanguins différents ).
Pour une détermination, les conditions de réalisations sont différentes selon qu’il existe un
automate ou non dans le laboratoire..
4.1.1. Cas avec automate.
Une détermination correspond à une seule réalisation exécutée avec un lot de réactif par un
technicien.
IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

LES SYSTEMES IMMUNOGENES (8)

SYSTEME RHESUS

4.1.2. En l’absence d’automate.


Une détermination correspond à deux réalisations exécutées avec un lot de réactif par deux
techniciens différents accompagnées d’une double saisie manuelle effectuées par deux
personnes différentes.
L’utilisation de deux lots de réactifs différents est abandonnée.
Quelques soient les conditions, un contrôle qualité quotidien est à effectuer.
L’impératif des deux prélèvements distincts est fondamental pour la sécurité
transfusionnelle.

4.4 Causes d’erreurs


Elles sont nombreuses :

4.4.1 Faux positif

− rouleaux-formation

− auto-agglutination

− agrégation des hématies

− phénomène anti-albumine.

4.4.2.Faux négatif

− sang frais
− sang du nouveau-né atteint de maladie hémolytique Rhésus (D). Les antigènes Rh
(D) sont bloqués par les anticorps maternels.
− mauvaise technique +++. C’est la cause d’erreur principale.

4.4.3. Agglutination partielle


IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

LES SYSTEMES IMMUNOGENES (9)


SYSTEME KELL

1. LES ANTIGENES

1.1 Antigènes principaux

Ce système comporte deux antigènes principaux :

− K (Kell) [KEL1]
− k (Cellano) [KEL2]

Phénotype Génotype Fréquence

K+k- KK 0,002

K-k+ kk 0,91

K+k+ Kk 0,088

En France, environ 9 % des sujets sont K positif.

1.2 Autres antigènes

Kpa [KEL3] Kpb [KEL4]


Jsa [KEL6] Jsb [KEL7]

1.3 Cas particuliers (Pour mémoire)

1.3.1 Phénotype silencieux : K null ou K°.


Aucun antigène Kell n’est détecté.

1.3.2 Phénotype Mac LEOD et le système Xk.


Les antigènes K, Kpb et Jsb sont déprimés.
Ce phénotype Mac LEOD est lié à une affection grave, la granulomatose septique
chronique → garçons.
IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

LES SYSTEMES IMMUNOGENES (10)


SYSTEME KELL

1.4 Génétique et biochimie

Le gène Kell est localisé sur le bras long du chromosome 7.

Ag Kell : glycoprotéine 93 Kd.

Ag K x : polypeptide 37 Kd.

2. LES ANTICORPS

Anticorps le plus fréquent.

C’est l’anticorps anti-K. Il est acquis par allo-immunisation (grossesse, transfusion).


Il appartient à la classe des immunoglobulines G.

D’autres anticorps peuvent être observés :


- anti-k, anti-Kpb...
Ces derniers anticorps se développent immédiatement après la première transfusion et sont
dangereux pour le receveur (accident hémolytique grave).
IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

LES SYSTEMES IMMUNOGENES (11)


SYSTEME DUFFY

1. LES ANTIGENES

1.1 Les antigènes les plus fréquents

Ce sont les antigènes Fya [FY1] et Fyb [FY2].

Chez les caucasoïdes :

Phénotype Génotype Fréquence

Fy (a+b-) Fya Fya 0,195

Fy (a-b+) Fyb Fyb 0,330

Fy (a+b+) Fya Fyb 0,475

1.2 Le phénotype Fy (a-b-)

Très fréquent chez les noirs (70 %).

Présence d’un allèle silencieux Fy.

1.3 Génétique et biochimie

Le gène Duffy est situé sur le bras long du Chromosome 1.


L’antigène Fya est une glycoprotéine de membrane érythrocytaire (35-55 Kd). Cette
glycoprotéine est très sensible à l’action des enzymes.
IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

LES SYSTEMES IMMUNOGENES (12)

SYSTEME DUFFY

2. LES ANTICORPS

Ils apparaissent par :

− allo-immunisation (grossesse, transfusion)


− anti-Fya (IgG). C’est le plus fréquent mais il est très rare chez les noirs.
− anti-Fyb.

3. DUFFY ET PATHOLOGIE ( Pour mémoire )

Sur les hématies Fy (a-b-) des sujets noirs, il n’existe pas de passage membranaire de
Plasmodium vivax et Plasmodium knowlesi, agents du paludisme.
Par contre, il y a pénétration des hématies Fy (a+) ou Fy (b+).
Une relation système Duffy et anémie falciforme (HbS) a été décrite.
L’antigène Duffy faciliterait l’acrrochage des agents Plasmodium vivax et Plasmodium knowlesi
sur leur récepteur.
IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

LES SYSTEMES IMMUNOGENES (13)


SYSTEME KIDD

1. LES ANTIGENES

Deux antigènes ont été décrits :

− Ag Jka [JK1] très immunogène


− Ag Jkb [JK2].

Phénotype Génotype Fréquence

Jk (a+b-) Jka Jka 0,28

Jk (a-b+) Jkb Jkb 0,22

Jk (a+b+) Jka Jkb 0,50

Le phénotype Jk (a-b-) est exceptionnel.


Le gène Kidd est localisé sur le bras long du chromosome 18.
Ces antigènes seraient localisés sur une protéine de transport de l’urée.

2. LES ANTICORPS

Les anticorps sont acquis par allo-immunisation (transfusion, grossesse, ...). Le plus fréquent est
l’anticorps anti-Jka.
L’identification de l’anticorps anti-Jka est très difficile chez les malades polytransfusés. C’est un
anticorps qui fixe bien le complément. Il est dangereux en transfusion.
En raison de la difficulté de son identification, sa présence doit être évoquée ou soupçonnée
devant tout accident hémolytique ou transfusion inefficace, inexpliquée.
IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

TECHNIQUES DE BASE EN IMMUNOHEMATOLOGIE (1)

LA RECHERCHE D’ANTICORPS IRREGULIERS ANTI-ERYTHROCYTAIRES

1. POURQUOI LA RECHERCHE D’ANTICORPS IRREGULIERS (R.A.I.) ?

Elle est indispensable pour la sécurité transfusionnelle.

Elle doit être effectuée chez tout malade devant recevoir une transfusion. Elle doit être répétée
chez tout malade polytransfusé AU BON MOMENT.

Elle est indispensable chez la femme enceinte pour assurer le diagnostic et le suivi de la maladie
hémolytique du nouveau-né.

2. LES PRINCIPES FONDAMENTAUX

Une R.A.I. correspond à la recherche d’anticorps libres sériques réalisée par la mise en présence
du sérum du patient avec des hématies –tests d’antigènicité connue dans un certain nombre de
systèmes de groupes sanguins ( Rhésus, Kell, Duffy, MNSs, Kidd… ).

Ils sont au nombre de QUATRE :

1- Eventail de techniques

2- Choix des hématies-tests

3- Technique correcte du test de Coombs indirect ( Test à l’antiglobuline ).

4- Date de la RAI.

Afin d’assurer un résultat fiable, ces principes fondamentaux doivent être strictement respectés
pour chaque R.A.I.
IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

TECHNIQUES DE BASE EN IMMUNOHEMATOLOGIE (2)

3. TECHNIQUES

3.1 Eventail de techniques

Les techniques sont nombreuses.

Elles sont à utiliser CONJOINTEMENT. Un minimum de 2 techniques doit être


employé simultanément et une des techniques doit comporter un test à l’anti-globuline.

Par exemple :
- Gel-test (Diamed)
- Test en tube.
- Polybrène automatique.

ATTENTION : Il n’existe pas de technique détectant tous les anticorps irréguliers anti-
érythrocytaires.

Il est indispensable d’en utiliser plusieurs, validées par le laboratoire. De plus, le laboratoire
doit s’assurer que les techniques qu’il utilise fonctionnent normalement au quotidien.

3.2 Choix des hématies tests +++

Il est fondamental.

Les antigènes portés par les hématies-tests sont déterminés dans plusieurs systèmes de
groupes sanguins.

3.2.1 Le dépistage

Panel de dépistage : permet de détecter, jamais d’identifier.

Les hématies-tests sont choisies de façon à comporter le maximum d’antigènes.

Réponse : présence ou absence d’anticorps irréguliers.


IMMUNOHEMATOLOGIE 2003
IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

TECHNIQUES DE BASE EN IMMUNOHEMATOLOGIE (3)

3.2.2 L’identification

Lorsque le dépistage est positif, il est indispensable de réaliser l’identification de la


spécificité du ou des anticorps présents.

- Panel d’identification : 10 échantillons avec des normes précises.

- Panel de référence : 10 échantillons phénotypés dans tous les systèmes de groupes


sanguins connus et pour le plus grand nombre d’antigènes « publics » et « privés ».

3.3 La réaction de Coombs ( Test à l’antiglobuline )

Deux grands types de réaction :


- la réaction directe.

- la réaction indirecte.

Ces réactions sont basées sur l’agglutination des hématies.

1/ La réaction directe.

C’est un test globulaire.


Il met en évidence les anticorps fixés sur les globules rouges « in vivo ».

2/ La réaction indirecte.

C’est un test sérique.


Cette réaction est utilisée dans le cadre de la R.A.I.
Il met en évidence la présence d’anticorps dans le sérum en plaçant ce dernier en contact
« in vitro » avec les globules rouges.

SCHEMAS

Choix des globules rouges.

Choix de l’antiglobuline :
IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

TECHNIQUES DE BASE EN IMMUNOHEMATOLOGIE (4)

- polyvalente

- spécifique (anti-immunoglobuline G, anti-complément).

3.4 La date de réalisation de la R.A.I.

Une R.A.I. est valable 3 jours à compter de sa date de réalisation. Cette validité est
particulièrement importante à respecter chez les patients polytransfusés.
IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

TECHNIQUES DE BASE EN IMMUNOHEMATOLOGIE (5)

4. L’EPREUVE DE COMPATIBILITE

Chez un patient porteur d’anticorps irréguliers anti-érythrocytaires, il est indispensable de


sélectionner les unités de concentrés érythrocytaires qui vont lui être transfusées. Les hématies
devront être dépourvues des antigènes contre lesquels les anticorps du receveur sont dirigés.
L’épreuve de compatibilité est obligatoire chez ces patients.

Avant la distribution, il faut effectuer une épreuve de compatibilité directe avec les hématies du
donneur en présence du sérum pré-transfusionnel du receveur. Aucune réaction d’agglutination
et/ou de lyse dans les techniques positives en R.A.I. ne doit être observée.
Cette épreuve est recommandée chez les patients polytransfusés ne possédant pas d’anticorps
irréguliers anti-érythrocytaires et chez la femme enceinte.
IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

TECHNIQUES DE BASE EN IMMUNOHEMATOLOGIE (6)

LE PHENOTYPE ERYTHROCYTAIRE

1. DEFINITIONS

Le phénotypage érythrocytaire correspond à la recherche des produits d’expression ( antigènes ) à


la surface des hématies des gènes de groupes sanguins.

En pratique clinique transfusionnelle, le phénotypage érythrocytaire concerne aussi bien le


receveur que le donneur.

A l’échelon du receveur, deux niveaux de phénotype érythrocytaire ( en dehors des groupages


ABO et Rhésus standard [ RH1 ] ) existent :

- La détermination du phénotype Rhésus Kell.

- La détermination du phénotype étendu.

A l’échelon du donneur, ces deux niveaux de phénotypage sont présents. Le but de ces examens
réalisés chez le donneur est de mettre à disposition du receveur des concentrés érythrocytaires
compatibles.

2. LA DETERMINATION DU PHENOTYPE Rhésus Kell

Elle consiste à rechercher à l’aide de sérums-tests appropriés la présence ou l’absence à la


surface des hématies du sujet testé des antigènes C [ RH 2 ], E [ RH 3 ], c [ RH 4 ], e [ RH 5 ] et
K
[ KEL 1 ].

Les conditions de réalisation sont fonction de l’automatisation et du système informatique du


laboratoire.

- Si le laboratoire est automatisé et informatisé, une détermination repose sur une seule
réalisation exécutée à l’aide d’un lot de réactifs et par un ( e ) technicien ( ne ).

- Dans les autres cas, la règle des deux s’applique. une détermination nécessite :

• Deux réalisations techniques


IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

• Deux techniciens ( es ) différents ( es ).

TECHNIQUES DE BASE EN IMMUNOHEMATOLOGIE (7)

La saisie manuelle des résultats est effectuée par double saisie par deux personnes différentes.

Un phénotypage Rhésus Kell valide est réalisé sur deux prélèvements à raison d’une
détermination par prélèvement.

3. LA DETERMINATION DU PHENOTYPE ETENDU

Elle consiste à rechercher à l’aide de sérums-tests appropriés la présence ou l’absence à la


surface des hématies du sujet testé des antigènes en dehors des systèmes ABO, Rhésus, Kell.

Exemples :

• Système Duffy : Antigènes Fy a [ FY 1 ] et Fy b [ FY 2 ].

• Système Kidd : Antigènes Jk a [ JK 1 ] et Jk b [ JK 2 ].

• Système MNSs : Antigènes S [ MNS 3 ] et s [ MNS 4 ].

Les règles de réalisation sont les mêmes que pour le phénotypage Rhésus Kell.
IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

TECHNIQUES DE BASE EN IMMUNOHEMATOLOGIE (8)

LE CONTROLE ULTIME AU LIT DU MALADE +++

Circulaire du 15 décembre 1965

Elle rend le contrôle ultime au lit du malade obligatoire.


Deux modalités techniques :
1- Contrôle des groupes du receveur et du sang qui lui est destiné au moyen de la méthode de
Beth-Vincent.
Carte de contrôle prétransfusionnel (cf. Schéma).
- Sang du flacon, les premières gouttes sortant du dispositif transfusionnel.
- Sang du receveur, les premières gouttes sortant de l’aiguille intraveineuse ou du sang prélevé
par piqûre du doigt ou de l’oreille.
Confrontation des réactions d’agglutination et d’absence d’agglutination obtenues sur les
globules rouges du receveur et ceux de l’unité à transfuser.

2- Contrôle direct de la compatibilité


Sérum ou plasma du malade en présence du sang à transfuser.
IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

SECURITE TRANSFUSIONNELLE (1)

UN DES ASPECTS FONDAMENTAUX DE LA TRANSFUSION

Elle intéresse entre autres :

1/ LA PREVENTION DES ACCIDENTS TRANSFUSIONNELS DE TYPE IMMUNOLO-


GIQUES (par exemple : accidents hémolytiques par incompatibilité ABO)

2/ LA PREVENTION DES MALADIES INFECTIEUSES TRANSMISSIBLES PAR


TRANSFUSION.

Elle implique le centre de transfusion comme les prescripteurs et utilisateurs de produits


sanguins.
Elle doit être :
- CONSTANTE (maintien de la vigilance)
- EVOLUTIVE (introduction de nouvelles méthodes de diagnostic, renforcement
du suivi transfusionnel, formation des personnels).
Au sein des établissements hospitaliers des secteurs public et privé, il a été mis en place une
structure dont la mission principale est d’assurer le suivi des actes transfusionnels :
l’hémovigilance.
IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

SECURITE TRANSFUSIONNELLE (2)

1/ LA PREVENTION DES ACCIDENTS HEMOLYTIQUES

Les réactions hémolytiques d’origine immunologiques sont des complications majeures et


souvent graves des transfusions sanguines.

1.1 Circonstances de survenue


Deux notions à retenir :
− tous les accidents hémolytiques même graves ne sont pas répertoriés (diminution de ce
phénomène depuis l’installation de l’hémovigilance).
− de nombreuses réactions hémolytiques sont méconnues du fait de la discrétion ou de
l’abscence de signes cliniques.
Trois groupes de patients sont particulièrement exposés :
* les femmes
* les patients en milieu chirurgical
* les sujets âgés.
IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

SECURITE TRANSFUSIONNELLE (3)

1.2 Tableaux cliniques


Ils sont caractérisés par leur diversité :
1.2.1 Les formes graves
Hémolyse intravasculaire aiguë.
Sur le plan clinique, peuvent être notés :
a) Chez le receveur conscient :
- une sensation de malaise avec angoisse
- des frissons avec hyperthermie
- une pâleur
- des douleurs lombaires
- une cyanose péribuccale et des extrémités
L’apparition d’un ou de plusieurs de ces symptômes impose l’arrêt immédiat de
la transfusion.
Des complications graves peuvent se produire :
- le collapsus cardiovasculaire avec une chute majeure de la tension artérielle.
- un syndrôme hémorragique sous la forme d’une coagulation intravasculaire
disséminée (C.I.V.D.)
- une insuffisance rénale aiguë avec oligoanurie.
Chez des sujets fragiles, ces complications sont gravissimes.

b) Chez le malade inconscient (coma ou anesthésie générale) :


Les symptômes qui apparaissent témoignent d’un accident déjà avancé :
- chute voire effondrement de la tension artérielle (collapsus cardiovasculaire)
- saignement en nappe sur les champs opératoires (C.I.V.D).
- urines rouges témoignant de l’hémoglobinurie.
L’hémolyse se traduit par :
- une hémoglobunémie
- un ictère conjonctival puis cutanéomuqueux.
IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

SECURITE TRANSFUSIONNELLE (3) suite

1.2.2 Les formes mineures


a) la réaction fébrile
L’hyperthermie peut être modérée.
b) la transfusion inefficace.
Chez le patient anémique, le taux d’hémoglobine avant et après transfusion de
concentrés érythrocytaires est le même.

IMPORTANCE D’UNE SURVEILLANCE POST-TRANSFUSIONNELLE STRICTE


APRES TOUTE TRANSFUSION. Des accidents retardés peuvent survenir jusqu’à 24-48
heures post-transfusion.
IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

SECURITE TRANSFUSIONNELLE (4)

2/ MOYENS DE PREVENTION DES ACCIDENTS

2.1 La réalisation du groupage ABO Rh standard


2.2 La réalisation du phénotypage érythrocytaire
Concerne les antigènes C, c, E et e du système Rhésus et les antigènes K et k du système
Kell. Ce sont les antigènes les plus immunogènes. Mais le phénotype peut être étendu à
d’autres systèmes (Kidd, Duffy, ...).

Le phénotypage doit être fait :


- avant toute transfusion
- chez les sujets polytransfusés actuels et potentiels
- chez les femmes en âge de procréer (prévention de la maladie hémolytique du nouveau-né).

2.3 La réalisation de la recherche des anticorps irréguliers anti-érythrocytaires avec si


besoin une épreuve de compatibilité.

2.4 La réalisation du contrôle ultime au lit du malade.


IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

SECURITE TRANSFUSIONNELLE (5)

LE PRELEVEMENT POUR GROUPAGE SANGUIN

Les erreurs au moment du prélèvement pour groupage sanguin représentent encore


aujourd’hui la cause majeure d’accident transfusionnel par incompatibilité ABO.
Le prélèvement, effectué au lit du malade comme au laboratoire d’analyses médicales, doit être
réalisé dans des conditions strictes et comporte un ensemble de renseignements indispensables :
− L’identité du malade doit toujours être vérifiée [problème du malade inconscient, de l’enfant
(nouveau-né, nourrisson), ...].
− Le prélèvement correspond à une détermination. Pour la 2è détermination, un nouveau
prélèvement est impératif.
− Le prélèvement doit être correctement étiqueté.

Les renseignements qui doivent accompagner la demande de groupage sont les suivants :
− nom (pour les femmes mariées, nom de jeune fille, épouse)
− prénom(s)
− date de naissance : jour/mois/année
− sexe
− date de prélèvement : jour/mois/année
− nom du médecin prescripteur
− identification du service où séjourne le malade
− nature de l’examen demandé
− renseignements cliniques.

Ces renseignements doivent être fournis pour chaque demande.


IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

SECURITE TRANSFUSIONNELLE (6)

LE PRELEVEMENT POUR GROUPAGE SANGUIN

Certaines erreurs peuvent être évitées en faisant preuve d’un minimum de vigilance :
− Ne prélever qu’un seul malade à la fois → évite les croisements de tubes, donc les erreurs
(groupe de Monsieur X, attribué Monsieur Y et inversement).
− Etiqueter les tubes au lit du malade et non dans la salle de soins → évite les erreurs d’étiquetage.
− La répartition d’un même prélèvement dans deux tubes pour groupage est formellement interdite.
Une seule détermination au lieu des deux obligatoires.
− Bien vérifier l’identité. Ne pas hésiter à demander un document d’identité. Les usurpations
d’identitation ne sont pas rares.
− Faire attention à l’orthographe des identités → évite la multiplication des dossiers pour un même
malade.
− Faire attention aux homonymes.
− Ne pas se reposer uniquement sur les verrous de sécurité de l’Etablissement de Transfusion
Sanguine.
IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

TRANSFUSION EN SERVICES HOSPITALIERS

1/ LECTURE DES CARTES DE GROUPAGE

2/ LECTURE DES RESULTATS DE RECHERCHE D’ANTICORPS IRREGULIERS ANTI-


ERYTHROCYTAIRES (R.A.I.)

3/ SUIVI DE R.A.I. CHEZ LES MALADES

4/ PREVENTION DE L’ALLO-IMMUNISATION TRANSFUSIONNELLE

5/ EN SERVICE D’OBSTETRIQUE :

- DEPISTAGE DE L’ALLO-IMMUNISATION ANTI-ERYTHROCYTAIRES CHEZ LA


FEMME ENCEINTE.
- SUIVI DES FEMMES AVEC ALLO-IMMUNISATION.
- EXAMENS A PRATIQUER CHEZ LE NOUVEAU-NE D’UNE MERE PORTEUSE D’UNE
ALLO-IMMUNISATION. SUIVI DU NOUVEAU-NE.
- PREVENTION DE L’ALLO-IMMUNISATION MATERNELLE.

6/ APPRENTISSAGE DE LA TRANSFUION :

- REALISATION DES CARTES DE CONTROLE PRE-TRANSFUSIONNEL


- PRINCIPES FONDAMENTAUX DE MISE EN PLACE D’UNE TRANSFUSION.
- SURVEILLANCE D’UNE TRANSFUSION. SUIVI POST-TRANSFUSIONNEL.
IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

GROUPAGE ABO : RECHERCHE DES ANTICORPS SERIQUES (Epreuve de Simonin)

HEMATIES-TESTS A1 A2 B O GROUPE

SERUM à TESTER - - + - A1 et A2

+ - + - A2 anti-A1 (à vérifier)

+ + - - B

+ + + - O

- - - - A1B et A2B

+ - - - A2B anti-A1 (à
vérifier)
IMMUNOHEMATOLOGIE 2003

GROUPAGE ABO : RECHERCHE DES ANTIGENES GLOBULAIRES (Epreuve de Beth-Vincent)

SERUM Anti-B Anti-A Anti-A+B Anti-H Neutre AB Anti-A1 GROUPE

- + + - - + A1

- + + + - - A2

GR + - + +/- - - B

à - - - + - - O

tester + + + - - + A1B

+ + + + - - A2B
IMMUNOHEMATOLOGIE 2003