Vous êtes sur la page 1sur 182

‫‪‬‬

‫ﺳﺒﺤﺎﻧﻚ ﻻ ﻋﻠﻢ ﻟﻨﺎ ﺇﻻ ﻣﺎ‬


‫ﻋﻠﻤﺘﻨﺎ ﺇﻧﻚ ﺃﻧﺖ ﺍﻟﻌﻠﻴﻢ ﺍﳊﻜﻴﻢ‬

‫ﺳﻮﺭﺓ ﺍﻟﺒﻘﺮﺓ‪ :‬ﺍﻵﻳﺔ‪31 :‬‬


UNIVERSITE MOHAMMED V DE RABAT
FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE - RABAT

DOYENS HONORAIRES :
1962 – 1969 : Professeur Abdelmalek FARAJ
1969 – 1974 : Professeur Abdellatif BERBICH
1974 – 1981 : Professeur Bachir LAZRAK
1981 – 1989 : Professeur Taieb CHKILI
1989 – 1997 : Professeur Mohamed Tahar ALAOUI
1997 – 2003 : Professeur Abdelmajid BELMAHI
2003 – 2013 : Professeur Najia HAJJAJ - HASSOUNI

ADMINISTRATION :
Doyen : Professeur Mohamed ADNAOUI
Vice Doyen chargé des Affaires Académiques et estudiantines
Professeur Mohammed AHALLAT
Vice Doyen chargé de la Recherche et de la Coopération
Professeur Taoufiq DAKKA
Vice Doyen chargé des Affaires Spécifiques à la Pharmacie
Professeur Jamal TAOUFIK
Secrétaire Général : Mr. Mohamed KARRA

1- ENSEIGNANTS-CHERCHEURS MEDECINS
ET
PHARMACIENS

PROFESSEURS :

Décembre 1984
Pr. MAAOUNI Abdelaziz Médecine Interne – Clinique Royale
Pr. MAAZOUZI Ahmed Wajdi Anesthésie -Réanimation
Pr. SETTAF Abdellatif pathologie Chirurgicale

Novembre et Décembre 1985


Pr. BENSAID Younes Pathologie Chirurgicale

Janvier, Février et Décembre 1987


Pr. CHAHED OUAZZANI Houria Gastro-Entérologie
Pr. LACHKAR Hassan Médecine Interne
Pr. YAHYAOUI Mohamed Neurologie
Décembre 1988
Pr. BENHAMAMOUCH Mohamed Najib Chirurgie Pédiatrique
Pr. DAFIRI Rachida Radiologie
Décembre 1989
Pr. ADNAOUI Mohamed Médecine Interne –Doyen de la FMPR
Pr. CHAD Bouziane Pathologie Chirurgicale
Pr. OUAZZANI Taïbi Mohamed Réda Neurologie

Janvier et Novembre 1990


Pr. CHKOFF Rachid Pathologie Chirurgicale
Pr. HACHIM Mohammed* Médecine-Interne
Pr. KHARBACH Aîcha Gynécologie -Obstétrique
Pr. MANSOURI Fatima Anatomie-Pathologique
Pr. TAZI Saoud Anas Anesthésie Réanimation

Février Avril Juillet et Décembre 1991


Pr. AL HAMANY Zaîtounia Anatomie-Pathologique
Pr. AZZOUZI Abderrahim Anesthésie Réanimation –Doyen de la FMPO
Pr. BAYAHIA Rabéa Néphrologie
Pr. BELKOUCHI Abdelkader Chirurgie Générale
Pr. BENCHEKROUN Belabbes Abdellatif Chirurgie Générale
Pr. BENSOUDA Yahia Pharmacie galénique
Pr. BERRAHO Amina Ophtalmologie
Pr. BEZZAD Rachid Gynécologie Obstétrique
Pr. CHABRAOUI Layachi Biochimie et Chimie
Pr. CHERRAH Yahia Pharmacologie
Pr. CHOKAIRI Omar Histologie Embryologie
Pr. KHATTAB Mohamed Pédiatrie
Pr. SOULAYMANI Rachida Pharmacologie – Dir. du Centre National PV
Pr. TAOUFIK Jamal Chimie thérapeutique V.D à la pharmacie+Dir du
CEDOC

Décembre 1992
Pr. AHALLAT Mohamed Chirurgie Générale V.D Aff. Acad. et Estud
Pr. BENSOUDA Adil Anesthésie Réanimation
Pr. BOUJIDA Mohamed Najib Radiologie
Pr. CHAHED OUAZZANI Laaziza Gastro-Entérologie
Pr. CHRAIBI Chafiq Gynécologie Obstétrique
Pr. DEHAYNI Mohamed* Gynécologie Obstétrique
Pr. EL OUAHABI Abdessamad Neurochirurgie
Pr. FELLAT Rokaya Cardiologie
Pr. GHAFIR Driss* Médecine Interne
Pr. JIDDANE Mohamed Anatomie
Pr. TAGHY Ahmed Chirurgie Générale
Pr. ZOUHDI Mimoun Microbiologie
Mars 1994
Pr. BENJAAFAR Noureddine Radiothérapie
Pr. BEN RAIS Nozha Biophysique
Pr. CAOUI Malika Biophysique
Pr. CHRAIBI Abdelmjid Endocrinologie et Maladies Métaboliques
Doyen de la FMPA
Pr. EL AMRANI Sabah Gynécologie Obstétrique
Pr. EL BARDOUNI Ahmed Traumato-Orthopédie
Pr. EL HASSANI My Rachid Radiologie
Pr. ERROUGANI Abdelkader Chirurgie Générale- Directeur CHIS
Pr. ESSAKALI Malika Immunologie
Pr. ETTAYEBI Fouad Chirurgie Pédiatrique
Pr. HADRI Larbi* Médecine Interne
Pr. HASSAM Badredine Dermatologie
Pr. IFRINE Lahssan Chirurgie Générale
Pr. JELTHI Ahmed Anatomie Pathologique
Pr. MAHFOUD Mustapha Traumatologie – Orthopédie
Pr. RHRAB Brahim Gynécologie –Obstétrique
Pr. SENOUCI Karima Dermatologie

Mars 1994
Pr. ABBAR Mohamed* Urologie
Pr. ABDELHAK M’barek Chirurgie – Pédiatrique
Pr. BELAIDI Halima Neurologie
Pr. BENTAHILA Abdelali Pédiatrie
Pr. BENYAHIA Mohammed Ali Gynécologie – Obstétrique
Pr. BERRADA Mohamed Saleh Traumatologie – Orthopédie
Pr. CHAMI Ilham Radiologie
Pr. CHERKAOUI Lalla Ouafae Ophtalmologie
Pr. JALIL Abdelouahed Chirurgie Générale
Pr. LAKHDAR Amina Gynécologie Obstétrique
Pr. MOUANE Nezha Pédiatrie

Mars 1995
Pr. ABOUQUAL Redouane Réanimation Médicale
Pr. AMRAOUI Mohamed Chirurgie Générale
Pr. BAIDADA Abdelaziz Gynécologie Obstétrique
Pr. BARGACH Samir Gynécologie Obstétrique
Pr. CHAARI Jilali* Médecine Interne
Pr. DIMOU M’barek* Anesthésie Réanimation
Pr. DRISSI KAMILI Med Nordine* Anesthésie Réanimation
Pr. EL MESNAOUI Abbes Chirurgie Générale
Pr. ESSAKALI HOUSSYNI Leila Oto-Rhino-Laryngologie
Pr. HDA Abdelhamid* Cardiologie - Directeur HMI Med V
Pr. IBEN ATTYA ANDALOUSSI Ahmed Urologie
Pr. OUAZZANI CHAHDI Bahia Ophtalmologie
Pr. SEFIANI Abdelaziz Génétique
Pr. ZEGGWAGH Amine Ali Réanimation Médicale

Décembre 1996
Pr. AMIL Touriya* Radiologie
Pr. BELKACEM Rachid Chirurgie Pédiatrie
Pr. BOULANOUAR Abdelkrim Ophtalmologie
Pr. EL ALAMI EL FARICHA EL Hassan Chirurgie Générale
Pr. GAOUZI Ahmed Pédiatrie
Pr. MAHFOUDI M’barek* Radiologie
Pr. OUADGHIRI Mohamed Traumatologie-Orthopédie
Pr. OUZEDDOUN Naima Néphrologie
Pr. ZBIR EL Mehdi* Cardiologie

Novembre 1997
Pr. ALAMI Mohamed Hassan Gynécologie-Obstétrique
Pr. BEN SLIMANE Lounis Urologie
Pr. BIROUK Nazha Neurologie
Pr. ERREIMI Naima Pédiatrie
Pr. FELLAT Nadia Cardiologie
Pr. HAIMEUR Charki* Anesthésie Réanimation
Pr. KADDOURI Noureddine Chirurgie Pédiatrique
Pr. KOUTANI Abdellatif Urologie
Pr. LAHLOU Mohamed Khalid Chirurgie Générale
Pr. MAHRAOUI CHAFIQ Pédiatrie
Pr. TAOUFIQ Jallal Psychiatrie
Pr. YOUSFI MALKI Mounia Gynécologie Obstétrique

Novembre 1998
Pr. AFIFI RAJAA Gastro-Entérologie
Pr. BENOMAR ALI Neurologie – Doyen de la FMP Abulcassis
Pr. BOUGTAB Abdesslam Chirurgie Générale
Pr. ER RIHANI Hassan Oncologie Médicale
Pr. BENKIRANE Majid* Hématologie
Pr. KHATOURI ALI* Cardiologie

Janvier 2000
Pr. ABID Ahmed* Pneumophtisiologie
Pr. AIT OUMAR Hassan Pédiatrie
Pr. BENJELLOUN Dakhama Badr.Sououd Pédiatrie
Pr. BOURKADI Jamal-Eddine Pneumo-phtisiologie
Pr. CHARIF CHEFCHAOUNI Al Montacer Chirurgie Générale
Pr. ECHARRAB El Mahjoub Chirurgie Générale
Pr. EL FTOUH Mustapha Pneumo-phtisiologie
Pr. EL MOSTARCHID Brahim* Neurochirurgie
Pr. ISMAILI Hassane* Traumatologie Orthopédie- Dir. Hop. Av. Marr.
Pr. MAHMOUDI Abdelkrim* Anesthésie-Réanimation Inspecteur du SSM
Pr. TACHINANTE Rajae Anesthésie-Réanimation
Pr. TAZI MEZALEK Zoubida Médecine Interne

Novembre 2000
Pr. AIDI Saadia Neurologie
Pr. AJANA Fatima Zohra Gastro-Entérologie
Pr. BENAMR Said Chirurgie Générale
Pr. CHERTI Mohammed Cardiologie
Pr. ECH-CHERIF EL KETTANI Selma Anesthésie-Réanimation
Pr. EL HASSANI Amine Pédiatrie Directeur Hop. Chekikh Zaied
Pr. EL KHADER Khalid Urologie
Pr. EL MAGHRAOUI Abdellah* Rhumatologie
Pr. GHARBI Mohamed El Hassan Endocrinologie et Maladies Métaboliques
Pr. MAHASSINI Najat Anatomie Pathologique
Pr. MDAGHRI ALAOUI Asmae Pédiatrie
Pr. ROUIMI Abdelhadi* Neurologie

Décembre 2000
Pr. ZOHAIR ABDELAH* ORL

Décembre 2001
Pr. BALKHI Hicham* Anesthésie-Réanimation
Pr. BENABDELJLIL Maria Neurologie
Pr. BENAMAR Loubna Néphrologie
Pr. BENAMOR Jouda Pneumo-phtisiologie
Pr. BENELBARHDADI Imane Gastro-Entérologie
Pr. BENNANI Rajae Cardiologie
Pr. BENOUACHANE Thami Pédiatrie
Pr. BEZZA Ahmed* Rhumatologie
Pr. BOUCHIKHI IDRISSI Med Larbi Anatomie
Pr. BOUMDIN El Hassane* Radiologie
Pr. CHAT Latifa Radiologie
Pr. DAALI Mustapha* Chirurgie Générale
Pr. DRISSI Sidi Mourad* Radiologie
Pr. EL HIJRI Ahmed Anesthésie-Réanimation
Pr. EL MAAQILI Moulay Rachid Neuro-Chirurgie
Pr. EL MADHI Tarik Chirurgie-Pédiatrique
Pr. EL OUNANI Mohamed Chirurgie Générale
Pr. ETTAIR Said Pédiatrie Directeur. Hop.d’Enfants
Pr. GAZZAZ Miloudi* Neuro-Chirurgie
Pr. HRORA Abdelmalek Chirurgie Générale
Pr. KABBAJ Saad Anesthésie-Réanimation
Pr. KABIRI EL Hassane* Chirurgie Thoracique
Pr. LAMRANI Moulay Omar Traumatologie Orthopédie
Pr. LEKEHAL Brahim Chirurgie Vasculaire Périphérique
Pr. MAHASSIN Fattouma* Médecine Interne
Pr. MEDARHRI Jalil Chirurgie Générale
Pr. MIKDAME Mohammed* Hématologie Clinique
Pr. MOHSINE Raouf Chirurgie Générale
Pr. NOUINI Yassine Urologie Directeur Hôpital Ibn Sina
Pr. SABBAH Farid Chirurgie Générale
Pr. SEFIANI Yasser Chirurgie Vasculaire Périphérique
Pr. TAOUFIQ BENCHEKROUN Soumia Pédiatrie

Décembre 2002

Pr. AL BOUZIDI Abderrahmane* Anatomie Pathologique


Pr. AMEUR Ahmed * Urologie
Pr. AMRI Rachida Cardiologie
Pr. AOURARH Aziz* Gastro-Entérologie
Pr. BAMOU Youssef * Biochimie-Chimie
Pr. BELMEJDOUB Ghizlene* Endocrinologie et Maladies Métaboliques
Pr. BENZEKRI Laila Dermatologie
Pr. BENZZOUBEIR Nadia Gastro-Entérologie
Pr. BERNOUSSI Zakiya Anatomie Pathologique
Pr. BICHRA Mohamed Zakariya* Psychiatrie
Pr. CHOHO Abdelkrim * Chirurgie Générale
Pr. CHKIRATE Bouchra Pédiatrie
Pr. EL ALAMI EL FELLOUS Sidi Zouhair Chirurgie Pédiatrique
Pr. EL HAOURI Mohamed * Dermatologie
Pr. FILALI ADIB Abdelhai Gynécologie Obstétrique
Pr. HAJJI Zakia Ophtalmologie
Pr. IKEN Ali Urologie
Pr. JAAFAR Abdeloihab* Traumatologie Orthopédie
Pr. KRIOUILE Yamina Pédiatrie
Pr. LAGHMARI Mina Ophtalmologie
Pr. MABROUK Hfid* Traumatologie Orthopédie
Pr. MOUSSAOUI RAHALI Driss* Gynécologie Obstétrique
Pr. OUJILAL Abdelilah Oto-Rhino-Laryngologie
Pr. RACHID Khalid * Traumatologie Orthopédie
Pr. RAISS Mohamed Chirurgie Générale
Pr. RGUIBI IDRISSI Sidi Mustapha* Pneumophtisiologie
Pr. RHOU Hakima Néphrologie
Pr. SIAH Samir * Anesthésie Réanimation
Pr. THIMOU Amal Pédiatrie
Pr. ZENTAR Aziz* Chirurgie Générale
Janvier 2004
Pr. ABDELLAH El Hassan Ophtalmologie
Pr. AMRANI Mariam Anatomie Pathologique
Pr. BENBOUZID Mohammed Anas Oto-Rhino-Laryngologie
Pr. BENKIRANE Ahmed* Gastro-Entérologie
Pr. BOUGHALEM Mohamed* Anesthésie Réanimation
Pr. BOULAADAS Malik Stomatologie et Chirurgie Maxillo-faciale
Pr. BOURAZZA Ahmed* Neurologie
Pr. CHAGAR Belkacem* Traumatologie Orthopédie
Pr. CHERRADI Nadia Anatomie Pathologique
Pr. EL FENNI Jamal* Radiologie
Pr. EL HANCHI ZAKI Gynécologie Obstétrique
Pr. EL KHORASSANI Mohamed Pédiatrie
Pr. EL YOUNASSI Badreddine* Cardiologie
Pr. HACHI Hafid Chirurgie Générale
Pr. JABOUIRIK Fatima Pédiatrie
Pr. KHARMAZ Mohamed Traumatologie Orthopédie
Pr. MOUGHIL Said Chirurgie Cardio-Vasculaire
Pr. OUBAAZ Abdelbarre* Ophtalmologie
Pr. TARIB Abdelilah* Pharmacie Clinique
Pr. TIJAMI Fouad Chirurgie Générale
Pr. ZARZUR Jamila Cardiologie

Janvier 2005
Pr. ABBASSI Abdellah Chirurgie Réparatrice et Plastique
Pr. AL KANDRY Sif Eddine* Chirurgie Générale
Pr. ALLALI Fadoua Rhumatologie
Pr. AMAZOUZI Abdellah Ophtalmologie
Pr. AZIZ Noureddine* Radiologie
Pr. BAHIRI Rachid Rhumatologie
Pr. BARKAT Amina Pédiatrie
Pr. BENYASS Aatif Cardiologie
Pr. BERNOUSSI Abdelghani Ophtalmologie
Pr. DOUDOUH Abderrahim* Biophysique
Pr. EL HAMZAOUI Sakina* Microbiologie
Pr. HAJJI Leila Cardiologie (mise en disponibilité)
Pr. HESSISSEN Leila Pédiatrie
Pr. JIDAL Mohamed* Radiologie
Pr. LAAROUSSI Mohamed Chirurgie Cardio-vasculaire
Pr. LYAGOUBI Mohammed Parasitologie
Pr. NIAMANE Radouane* Rhumatologie
Pr. RAGALA Abdelhak Gynécologie Obstétrique
Pr. SBIHI Souad Histo-Embryologie Cytogénétique
Pr. ZERAIDI Najia Gynécologie Obstétrique
Décembre 2005 Pr. CHANI Mohamed Anesthésie Réanimation

Avril 2006
Pr. ACHEMLAL Lahsen* Rhumatologie
Pr. AKJOUJ Said* Radiologie
Pr. BELMEKKI Abdelkader* Hématologie
Pr. BENCHEIKH Razika O.R.L
Pr. BIYI Abdelhamid* Biophysique
Pr. BOUHAFS Mohamed El Amine Chirurgie - Pédiatrique
Pr. BOULAHYA Abdellatif* Chirurgie Cardio – Vasculaire
Pr. CHENGUETI ANSARI Anas Gynécologie Obstétrique
Pr. DOGHMI Nawal Cardiologie
Pr. FELLAT Ibtissam Cardiologie
Pr. FAROUDY Mamoun Anesthésie Réanimation
Pr. HARMOUCHE Hicham Médecine Interne
Pr. HANAFI Sidi Mohamed* Anesthésie Réanimation
Pr. IDRISS LAHLOU Amine* Microbiologie
Pr. JROUNDI Laila Radiologie
Pr. KARMOUNI Tariq Urologie
Pr. KILI Amina Pédiatrie
Pr. KISRA Hassan Psychiatrie
Pr. KISRA Mounir Chirurgie – Pédiatrique
Pr. LAATIRIS Abdelkader* Pharmacie Galénique
Pr. LMIMOUNI Badreddine* Parasitologie
Pr. MANSOURI Hamid* Radiothérapie
Pr. OUANASS Abderrazzak Psychiatrie
Pr. SAFI Soumaya* Endocrinologie
Pr. SEKKAT Fatima Zahra Psychiatrie
Pr. SOUALHI Mouna Pneumo – Phtisiologie
Pr. TELLAL Saida* Biochimie
Pr. ZAHRAOUI Rachida Pneumo – Phtisiologie

Octobre 2007
Pr. ABIDI Khalid Réanimation médicale
Pr. ACHACHI Leila Pneumo phtisiologie
Pr. ACHOUR Abdessamad* Chirurgie générale
Pr. AIT HOUSSA Mahdi* Chirurgie cardio vasculaire
Pr. AMHAJJI Larbi* Traumatologie orthopédie
Pr. AOUFI Sarra Parasitologie
Pr. BAITE Abdelouahed* Anesthésie réanimation Directeur ERSM
Pr. BALOUCH Lhousaine* Biochimie-chimie
Pr. BENZIANE Hamid* Pharmacie clinique
Pr. BOUTIMZINE Nourdine Ophtalmologie
Pr. CHARKAOUI Naoual* Pharmacie galénique
Pr. EHIRCHIOU Abdelkader* Chirurgie générale
Pr. ELABSI Mohamed Chirurgie générale
Pr. EL MOUSSAOUI Rachid Anesthésie réanimation
Pr. EL OMARI Fatima Psychiatrie
Pr. GHARIB Noureddine Chirurgie plastique et réparatrice
Pr. HADADI Khalid* Radiothérapie
Pr. ICHOU Mohamed* Oncologie médicale
Pr. ISMAILI Nadia Dermatologie
Pr. KEBDANI Tayeb Radiothérapie
Pr. LALAOUI SALIM Jaafar* Anesthésie réanimation
Pr. LOUZI Lhoussain* Microbiologie
Pr. MADANI Naoufel Réanimation médicale
Pr. MAHI Mohamed* Radiologie
Pr. MARC Karima Pneumo phtisiologie
Pr. MASRAR Azlarab Hématologie biologique
Pr. MRABET Mustapha* Médecine préventive santé publique et hygiène
Pr. MRANI Saad* Virologie
Pr. OUZZIF Ez zohra* Biochimie-chimie
Pr. RABHI Monsef* Médecine interne
Pr. RADOUANE Bouchaib* Radiologie
Pr. SEFFAR Myriame Microbiologie
Pr. SEKHSOKH Yessine* Microbiologie
Pr. SIFAT Hassan* Radiothérapie
Pr. TABERKANET Mustafa* Chirurgie vasculaire périphérique
Pr. TACHFOUTI Samira Ophtalmologie
Pr. TAJDINE Mohammed Tariq* Chirurgie générale
Pr. TANANE Mansour* Traumatologie orthopédie
Pr. TLIGUI Houssain Parasitologie
Pr. TOUATI Zakia Cardiologie
Décembre 2007

Pr. DOUHAL ABDERRAHMAN Ophtalmologie

Décembre 2008

Pr ZOUBIR Mohamed* Anesthésie Réanimation


Pr TAHIRI My El Hassan* Chirurgie Générale
Mars 2009
Pr. ABOUZAHIR Ali* Médecine interne
Pr. AGDR Aomar* Pédiatre
Pr. AIT ALI Abdelmounaim* Chirurgie Générale
Pr. AIT BENHADDOU El hachmia Neurologie
Pr. AKHADDAR Ali* Neuro-chirurgie
Pr. ALLALI Nazik Radiologie
Pr. AMINE Bouchra Rhumatologie
Pr. ARKHA Yassir Neuro-chirurgie
Pr. BELYAMANI Lahcen* Anesthésie Réanimation
Pr. BJIJOU Younes Anatomie
Pr. BOUHSAIN Sanae* Biochimie-chimie
Pr. BOUI Mohammed* Dermatologie
Pr. BOUNAIM Ahmed* Chirurgie Générale
Pr. BOUSSOUGA Mostapha* Traumatologie orthopédique
Pr. CHAKOUR Mohammed * Hématologie biologique
Pr. CHTATA Hassan Toufik* Chirurgie vasculaire périphérique
Pr. DOGHMI Kamal* Hématologie clinique
Pr. EL MALKI Hadj Omar Chirurgie Générale
Pr. EL OUENNASS Mostapha* Microbiologie
Pr. ENNIBI Khalid* Médecine interne
Pr. FATHI Khalid Gynécologie obstétrique
Pr. HASSIKOU Hasna * Rhumatologie
Pr. KABBAJ Nawal Gastro-entérologie
Pr. KABIRI Meryem Pédiatrie
Pr. KARBOUBI Lamya Pédiatrie
Pr. L’KASSIMI Hachemi* Microbiologie Directeur Hôpital My Ismail
Pr. LAMSAOURI Jamal* Chimie Thérapeutique
Pr. MARMADE Lahcen Chirurgie Cardio-vasculaire
Pr. MESKINI Toufik Pédiatrie
Pr. MESSAOUDI Nezha * Hématologie biologique
Pr. MSSROURI Rahal Chirurgie Générale
Pr. NASSAR Ittimade Radiologie
Pr. OUKERRAJ Latifa Cardiologie
Pr. RHORFI Ismail Abderrahmani * Pneumo-phtisiologie
PROFESSEURS AGREGES :
Octobre 2010

Pr. ALILOU Mustapha Anesthésie réanimation


Pr. AMEZIANE Taoufiq* Médecine interne
Pr. BELAGUID Abdelaziz Physiologie
Pr. BOUAITY Brahim* ORL
Pr. CHADLI Mariama* Microbiologie
Pr. CHEMSI Mohamed* Médecine aéronautique
Pr. DAMI Abdellah* Biochimie chimie
Pr. DARBI Abdellatif* Radiologie
Pr. DENDANE Mohammed Anouar Chirurgie pédiatrique
Pr. EL HAFIDI Naima Pédiatrie
Pr. EL KHARRAS Abdennasser* Radiologie
Pr. EL MAZOUZ Samir Chirurgie plastique et réparatrice
Pr. EL SAYEGH Hachem Urologie
Pr. ERRABIH Ikram Gastro entérologie
Pr. LAMALMI Najat Anatomie pathologique
Pr. MOSADIK Ahlam Anesthésie Réanimation
Pr. MOUJAHID Mountassir* Chirurgie générale
Pr. NAZIH Mouna* Hématologie biologique
Pr. ZOUAIDIA Fouad Anatomie pathologique

Mai 2012

Pr. AMRANI Abdelouahed Chirurgie Pédiatrique


Pr. ABOUELALAA Khalil* Anesthésie Réanimation
Pr. BELAIZI Mohamed* Psychiatrie
Pr. BENCHEBBA Driss* Traumatologie Orthopédique
Pr. DRISSI Mohamed* Anesthésie Réanimation
Pr. EL ALAOUI MHAMDI Mouna Chirurgie Générale
Pr. EL KHATTABI Abdessadek* Médecine Interne
Pr. EL OUAZZANI Hanane* Pneumophtisiologie
Pr. ER-RAJI Mounir Chirurgie Pédiatrique
Pr. JAHID Ahmed Anatomie pathologique
Pr. MEHSSANI Jamal* Psychiatrie
Pr. RAISSOUNI Maha* Cardiologie

Février 2013

Pr. AHID Samir Pharmacologie – Chimie


Pr. AIT EL CADI Mina Toxicologie
Pr. AMRANI HANCHI Laila Gastro-Entérologie
Pr. AMOUR Mourad Anesthésie Réanimation
Pr. AWAB Almahdi Anesthésie Réanimation
Pr. BELAYACHI Jihane Réanimation Médicale
Pr. BELKHADIR Zakaria Houssain Anesthésie Réanimation
Pr. BENCHEKROUN Laila Biochimie-Chimie
Pr. BENKIRANE Souad Hématologie biologique
Pr. BENNANA Ahmed* Informatique Pharmaceutique
0.
Pr. BENSGHIR Mustapha* Anesthésie Réanimation
Pr. BENYAHIA Mohammed* Néphrologie
Pr. BOUATIA Mustapha Chimie Analytique et Bromatologie
Pr. BOUABID Ahmed Salim* Traumatologie Orthopédie
Pr. BOUTARBOUCH Mahjouba Anatomie
Pr. CHAIB Ali* Cardiologie
Pr. DENDANE Tarek Réanimation Médicale
Pr. DINI Nouzha* Pédiatrie
Pr. ECH-CHERIF EL KETTANI Mohamed Ali Anesthésie Réanimation
Pr. ECH-CHERIF EL KETTANI Najwa Radiologie
Pr. ELFATEMI Nizare Neuro-Chirurgie
Pr. EL GUERROUJ Hasnae Médecine Nucléaire
Pr. EL HARTI Jaouad Chimie Thérapeutique
Pr. EL JOUDI Rachid* Toxicologie
Pr. EL KABABRI Maria Pédiatrie
Pr. EL KHANNOUSSI Basma Anatomie Pathologie
Pr. EL KHLOUFI Samir Anatomie
Pr. EL KORAICHI Alae Anesthésie Réanimation
Pr. EN-NOUALI Hassane* Radiologie
Pr. ERRGUIG Laila Physiologie
Pr. FIKRI Meryim Radiologie
Pr. GHFIR Imade Médecine Nucléaire
Pr. IMANE Zineb Pédiatrie
Pr. IRAQI Hind Endocrinologie et maladies métaboliques
Pr. KABBAJ Hakima Microbiologie
Pr. KADIRI Mohamed* Psychiatrie
Pr. LATIB Rachida Radiologie
Pr. MAAMAR Mouna Fatima Zahra Médecine Interne
Pr. MEDDAH Bouchra Pharmacologie
Pr. MELHAOUI Adyl Neuro-chirurgie
Pr. MRABTI Hind Oncologie Médicale
Pr. NEJJARI Rachid Pharmacognosie
Pr. OUBEJJA Houda Chirurgie Pédiatrique
Pr. OUKABLI Mohamed* Anatomie Pathologique
Pr. RAHALI Younes Pharmacie Galénique
Pr. RATBI Ilham Génétique
Pr. RAHMANI Mounia Neurologie
Pr. REDA Karim* Ophtalmologie
Pr. REGRAGUI Wafa Neurologie
Pr. RKAIN Hanan Physiologie
Pr. ROSTOM Samira Rhumatologie
Pr. ROUAS Lamiaa Anatomie Pathologique
Pr. ROUIBAA Fedoua* Gastro-Entérologie
Pr. SALIHOUN Mouna Gastro-Entérologie
Pr. SAYAH Rochde Chirurgie Cardio-Vasculaire
Pr. SEDDIK Hassan* Gastro-Entérologie
Pr. ZERHOUNI Hicham Chirurgie Pédiatrique
Pr. ZINE Ali* Traumatologie Orthopédie

Avril 2013
Pr. EL KHATIB Mohamed Karim* Stomatologie et Chirurgie Maxillo-faciale
Pr. GHOUNDALE Omar* Urologie
Pr. ZYANI Mohammad* Médecine Interne

*Enseignants Militaires
MARS 2014

ACHIR ABDELLAH Chirurgie Thoracique


BENCHAKROUN MOHAMMED Traumatologie- Orthopédie
BOUCHIKH MOHAMMED Chirurgie Thoracique
EL KABBAJ DRISS Néphrologie
EL MACHTANI IDRISSI SAMIRA Biochimie-Chimie
HARDIZI HOUYAM Histologie- Embryologie-Cytogénétique
HASSANI AMALE Pédiatrie
HERRAK LAILA Pneumologie
JANANE ABDELLA TIF Urologie
JEAIDI ANASS Hématologie Biologique
KOUACH JAOUAD Génécologie-Obstétrique
LEMNOUER ABDELHAY Microbiologie
MAKRAM SANAA Pharmacologie
OULAHYANE RACHID Chirurgie Pédiatrique
RHISSASSI MOHAMED JMFAR CCV
SABRY MOHAMED Cardiologie
SEKKACH YOUSSEF Médecine Interne
TAZL MOUKBA. :LA.KLA. Génécologie-Obstétrique

*Enseignants Militaires

DECEMBRE 2014

ABILKACEM RACHID' Pédiatrie


AIT BOUGHIMA FADILA Médecine Légale
BEKKALI HICHAM Anesthésie-Réanimation
BENAZZOU SALMA Chirurgie Maxillo-Faciale
BOUABDELLAH MOUNYA Biochimie-Chimie
BOUCHRIK MOURAD Parasitologie
DERRAJI SOUFIANE Pharmacie Clinique
DOBLALI TAOUFIK Microbiologie
EL AYOUBI EL IDRISSI ALI Anatomie
EL GHADBANE ABDEDAIM HATIM Anesthésie-Réanimation
EL MARJANY MOHAMMED Radiothérapie
FE]JAL NAWFAL Chirurgie Réparatrice et Plastique
JAHIDI MOHAMED O.R.L
LAKHAL ZOUHAIR Cardiologie
OUDGHIRI NEZHA Anesthésie-Réanimation
Rami Mohamed Chirurgie Pédiatrique
SABIR MARIA Psychiatrie
SBAI IDRISSI KARIM Médecine préventive, santé publique et Hyg.

*Enseignants Militaires
AOUT 2015

Meziane meryem Dermatologie


Tahri latifa Rhumatologie

JANVIER 2016

BENKABBOU AMINE Chirurgie Générale


EL ASRI FOUAD Ophtalmologie
ERRAMI NOUREDDINE O.R.L
NITASSI SOPHIA O.R.L

2- ENSEIGNANTS – CHERCHEURS SCIENTIFIQUES

PROFESSEURS / PRs. HABILITES

Pr. ABOUDRAR Saadia Physiologie


Pr. ALAMI OUHABI Naima Biochimie – chimie
Pr. ALAOUI KATIM Pharmacologie
Pr. ALAOUI SLIMANI Lalla Naïma Histologie-Embryologie
Pr. ANSAR M’hammed Chimie Organique et Pharmacie Chimique
Pr. BOUHOUCHE Ahmed Génétique Humaine
Pr. BOUKLOUZE Abdelaziz Applications Pharmaceutiques
Pr. BOURJOUANE Mohamed Microbiologie
Pr. CHAHED OUAZZANI Lalla Chadia Biochimie – chimie
Pr. DAKKA Taoufiq Physiologie
Pr. DRAOUI Mustapha Chimie Analytique
Pr. EL GUESSABI Lahcen Pharmacognosie
Pr. ETTAIB Abdelkader Zootechnie
Pr. FAOUZI Moulay El Abbes Pharmacologie
Pr. HAMZAOUI Laila Biophysique
Pr. HMAMOUCHI Mohamed Chimie Organique
Pr. IBRAHIMI Azeddine Biologie moléculaire
Pr. KHANFRI Jamal Eddine Biologie
Pr. OULAD BOUYAHYA IDRISSI Med Chimie Organique
Pr. REDHA Ahlam Chimie
Pr. TOUATI Driss Pharmacognosie
Pr. ZAHIDI Ahmed Pharmacologie
Pr. ZELLOU Amina Chimie Organique

Mise à jour le 14/12/2016 par le


Service des Ressources Humaines
Dédicaces
Tout d’abord je remercie Dieu de m’avoir donné la force et le courage
d’accomplir ce travail.
A ma très chère Maman ZAR Fatima
Chère Maman, vous avez guidé mes premiers pas, vous êtes pour moi une source
d'amour de tendresse et de sacrifice, vous avez toujours été présente à mes côtés
durant toutes les années de mes études vous n’avez pas cessé de me soutenir
et de m’encourager tout au long de mon parcours.
Aucune dédicace ne pourrait exprimer ma reconnaissance ma gratitude. Les
phrases aussi expressives soient-elles ne sauraient montrer le degré d’amour et
d’affection que j’éprouve pour vous. J'espère réaliser en ce jour un de tes rêves,
et être digne de ta confiance et de ton éducation
En ce jour mémorable, pour vous ainsi que pour moi, je vous dédie ce travail
en signe de ma vive connaissance et ma profonde estime.
Que Dieu le tout puissant vous préserve, vous accorde la santé, et le bonheur,
quiétude de l’esprit et longue vie.
A mon très cher Papa FIZAZI Mohammed Hassan
Cher Papa, Je mets entre vos mains, le fruit de longues années d’études, de
longs jours d’apprentissage, chaque ligne de cette thèse, chaque mot et chaque
lettre vous exprime la reconnaissance, car vos conseils ont toujours guidé mes
pas vers la réussite et vous n’avez jamais cessé de me soutenir et de
m’encourager durant toutes les années de mes études.
Ce travail est le fruit de vos sacrifices que vous avez consentis pour mon
éducation et ma formation.
Aucune dédicace, aucun mot ne pourrait exprimer à leur juste valeur la
gratitude et le grand amour que je vous porte.
Que Dieu le tout puissant vous préserve, vous accorde la santé, et le bonheur,
quiétude de l’esprit et longue vie.

Mes chers parents JE VOUS AIMES.


A mes chers Frères Sidimohamed, Said, Abderahmane
Je vous dédie cette thèse en témoignage de mon profond attachement, mon
amour et mon respect. Je vous remercie d’être toujours présents pour
m’encourager dans tous les moments de ma vie. Je ne saurais exprimer les
sentiments que j’éprouve pour vous.
Je vous souhaite une vie pleine de bonheur et de réussite.
Que dieu consolide les liens sacrés qui nous unissent.

A ma chère Princesse ARIJ


Ma petite fille adoré je te dédie ce travail pour t’exprimer
le grand amour que j’éprouve pour toi, je t’aime mon bébé
et je te souhaite tous le bonheur du monde.
Que dieu te préserve.

A Toute la Famille FIZAZI.


A Mon Mari.
A tous mes Enseignants et Professeurs.
A tous ceux qui me sont chers et que j’ai omis de citer.
A tous mes amis et camarades de promotion.
A tous ceux qui m'ont aidé dans la réalisation de ce travail.
Remerciements
A
NOTRE MAITRE ET PRESIDENT DE THESE,
MONSIEUR
SAAD MRANI
Professeur de l’’enseignement supérieur en Virologie
Hôpital Militaire Mohammed V-Rabat
Vous m’avez fait un grand honneur en acceptant de présider ce jury.
Je vous remercie pour la gentillesse et la spontanéité
avec lesquelles vous avez bien voulu diriger ce travail.
Je suis très sensible à l'honneur que vous m’avez fait en acceptant la
présidence de mon jury de thèse.
Veuillez accepter cher Maître, l’expression

de ma reconnaissance et mon profond respect .


A
NOTRE MAITRE ET RAPPORTEUR DE THESE
MONSIEUR
ABDELKADER BELMEKKI
Professeur de l’’enseignement supérieur en Hématologie-Biologie
Hôpital Militaire Mohammed V-Rabat
J’ai eu l’honneur de réaliser ce travail sous votre encadrement.
Je vous suis très reconnaissante de m’avoir confié ce travail et pour l’aide
précieuse que vous m’avez apporté toute au long de sa réalisation.
Je vous remercie pour votre patience, votre compréhension, votre disponibilité
et votre gentillesse.
Veuillez accepter cher Maître, l’expression de ma reconnaissance et mon
profond respect.
A
NOTRE MAITRE ET JUGE DE THESE
Monsieur
TAREK DENDANE
Professeur de l’’enseignement supérieur de Réanimation Médicale
Hôpital Ibn Sina -Rabat
Je suis très fière de l’honneur que vous me faites en acceptant
de siéger parmi les membres de mon jury de thèse.
Je saisis cette occasion pour vous remercier de m’avoir accueillie
dans votre service avec sympathie, et gentillesse.
Je vous remercie également pour vos remarques et suggestions
afin de contribuer à l’amélioration de la qualité de ce travail.
Veuillez accepter cher Maître, l’expression de ma reconnaissance et mon
profond respect.
A
Notre MAITRE ET JUGE DE THESE
Monsieur
YASSINE SEKHSOKH
Professeur de l’’enseignement supérieur en Microbiologie
Hôpital Militaire Mohammed V-Rabat

Vous m’avez honorés d’accepter avec grande amabilité


de siéger parmi mon jury de thèse.
Je tiens à vous remercier pour l’immense honneur que vous m’avez fait en
acceptant de juger mon travail.
Veuillez trouver dans ce travail cher Maître, le témoignage de mon grand
respect, ma profonde reconnaissance et mes sincères remerciements.
A mon Co-rapporteur de thèse
Monsieur Jawad ROCHDI
Médecin spécialiste en biologie médicale au centre de transfusion sanguine de
l’’Hôpital militaire Mohammed V-Rabat

Je tiens tout d’abord à vous remercier pour votre aide précieuse dans la
relecture et la correction de ma thèse.
Je vous remercie également pour vos conseils, votre grande disponibilité ainsi
que pour écoute et votre sympathie.
Je vous suis reconnaissante de m’avoir accordé de votre temps et pour avoir
accepté de m’assisté pendant cette thèse.
Veuillez accepter Monsieur, l’expression de mon profond respect.
Liste Des Illustrations
LISTE DES FIGURES

Figure N°1 : Les différents groupes sanguins du système ABO ........................................... 13

Figure N°2 : Les épreuves de détermination du groupage ABO standard ............................. 15

Figure N°3 : Étapes de préparation à partir du sang total en fonction du dispositif de


prélèvement. ......................................................................................................................... 40

Figure N°4 : Principales informations figurant sur les étiquettes de PSL .............................. 47

Figure N° 5 : Réactions Identiques : Même Groupe Entre Receveur Et Culot : Transfusion


Possible ................................................................................................................................ 70

Figure N°6 : Réactions compatibles: Transfusions non iso groupes possibles ...................... 71

Figure N°7 : Réactions incompatibles: Transfusions interdites............................................. 71

Figure N°8 : Règles de compatibilité transfusionnelle .......................................................... 73


LISTE DES TABLEAUX
Tableau 1 : Système ABO phénotype, génotype, anticorps .......................................... 12

Tableau 2 : Examens immunohématologiques pré transfusionnels ....................................... 19

Tableau 3 : Effets indésirables de la transfusion. Classement selon leur nature et délai de


survenue après la transfusion ................................................................................................ 20

Tableau 4 : Règle des 5 de Gilcher permettant de calculer le volume sanguin total (VST).. 106

Tableau 5 : Principales situations d’impasse transfusionnelle


pour la transfusion de CGR................................................................................................. 110
LISTE DES ABREVIATIONS

AABB American Association of Blood Banks


Ac Anticorps
ACI Anticorps irréguliers
AFSSAPS Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé
ALAT Alanine-aminotransférases
Ag Antigène
AHAI Anémie hémolytique auto-immune
AINS Anti-inflammatoires non stéroïdiens
AMM Autorisation de Mise sur le Marché
ANSM Agence nationale de sécurité du médicament et des produits
de sang
ATNC Agent transmissible Non Conventionnel
Allo-Ac Allo-anticorps
AVC Accident vasculaire cérébral
AVK Anti vitamine K
BNSPR Banque Nationale de Sang de Phénotypes Rares
BP Bonnes Pratiques
BRM Biological response modifiers
CCI Corrected count increment
CCP Concentrés de Complexe Prothrombinique
CGR Concentré de Globules Rouges
CGRD Concentré de Globules Rouges Déleucocyté
CH Correspondant d’hémovigilance
CIVD Coagulations intravasculaires disséminées
CNRGS Centre National de Référence des Groupes Sanguins
CMV Cytomégalovirus
CP Concentrés de Plaquettes
CPA Concentré de Plaquettes d’Aphérèse
CPAD Concentré de Plaquettes d’Aphérèse Déleucocyté
CPSD Concentré de Plaquettes Standard Déleucocyté
CPS Concentré de Plaquettes Standard
CRH Coordonnateur Régional d’Hémovigilance
CSTH Comité de Sécurité Transfusionnelle et Hémovigilance
CSH Cellules Souches Hématopoïétiques
CSTH Comité de Sécurité Transfusionnelle et d’Hémovigilance
CTSA Centre de Transfusion Sanguine des Armées
CUC Contrôle Ultime de Concordance Immunologique
CULM Contrôle Ultime au Lit du Malade
ECG Electrocardiogramme
ECMO Extra Corporeal Membrane Oxygenation
EDTA Acide éthylène diamine tétra-acétique
EBV Epstein Bar Virus
ESB Encéphalopathie Spongiforme Bovine
EDCL Epreuve de Compatibilité au Laboratoire
EFS Établissement français du sang
EIR Effet Indésirable Receveur
EPO Érythropoïétine
ES Établissement de Santé
ETS Établissement de transfusion sanguine
FEIR Fiche d’effet Indésirable Receveur
FIT Fiche d’Incident Transfusionnel
GVH Réaction du greffon contre l’hôte Graft-
Versus-Host
GS Groupage Sanguin
HAS Haute Autorité de santé
Hb Hémoglobine
HbF Hémoglobine Fœtale
HbA Hémoglobine adulte
HELLP syndrome Hemolysis elevated liver enzyme low
platelet count
HLA Human leucocyte antigen (groupe
leucoplaquettaire)
HPA Human platelet antigen (groupe plaquettaire)
HPP Hémorragie du post-partum
Ht Hématocrite
HTA Hypertension artérielle
Hbs Hémoglobine S
HBc Hémoglobine C
HTLV Virus T- lymphotropique humain
Ig Immunoglobulines
IH Immunohématologie
IPD Information post-don
IPSS Institute for Population and Social Studies
LMT Logiciel Médicotechnique
MAT Micro-Angiopathie Thrombotique
NFS Numération Formule Sanguine
NP Numération Plaquettaire
OMS Organisation Mondiale de la Santé
OAP Œdème Pulmonaire Aigu
PFC Plasma Frais Congelé
PSL Produit Sanguin Labile
RAI Recherche d’anticorps irréguliers
RTE Rendement transfusionnel érythrocytaire
SAGM Saline, adénine, glucose, mannitol

SCSTH Sous-commission de Sécurité Transfusionnelle et


d’Hémovigilance
SMD Syndrome myélodysplasique
ST Sang Total
SFBC Société Française de Biologie Clinique
SNTS Syndicat National de la Transfusion Sanguine
TAP Transfusion Autologue Programmée
TAD Transfusion Autologue Différée
TCA Temps de Céphaline Activée
TCD Test de Coombs direct
TDA Test Direct à l’Antiglobuline
TIH Thrombopénie Induite par l’Héparine
TP Taux de Prothrombine
TPO Thrombopoïétine
TRALI Transfusion-Related acute lunginjury
UA Unité adulte
UE Unité enfant
UR Urgence Relative
UV Urgence Vitale
UVI Urgence Vitale Immédiate
VHE Virus de l’Hépatite E
VHC Virus de l’Hépatite C
VSFP Volume Sanguin Fœtoplacentaire
VST Volume Sanguin Total
VMCJ Variant de la Maladie de Creutzfeldt-Jakob
VIH Virus de l’immunodéficience humaine
SOMMAIRE

INTRODUCTION ................................................................................................................1
A. Généralités : ..................................................................................................................4
I.L’éthique transfusionnelle : ...........................................................................................4
II. Le don de sang : ..........................................................................................................6
II. 1 Définition : .................................................................................................. 6
II.2 Types de don : .............................................................................................. 6
II.3 Sécurité du donneur et contre-indications : .................................................... 7
II.4 Les analyses biologiques effectuées sur le don : ........................................... 10
III. Transfusion sanguine : ............................................................................................. 10
III.1 Définition :................................................................................................ 10
III. 2 Bases immunologiques de la transfusion sanguine : ................................... 11
III.2.1 Le système ABO : ............................................................................... 11
III.2.2 Le système Rhésus : ............................................................................ 13
III.2.3 Les autres systèmes de groupes sanguins : ............................................ 14
III.3 Les examens biologiques pré transfusionnels : ............................................ 14
III.4 Principaux accidents de la transfusion : ...................................................... 20
III.4.1 Accidents immunologiques ............................................................... 20
a) Choc hémolytique aigu : ......................................................................... 20
b) Hémolyse post transfusionnelle retardée : ................................................ 21
c) Purpura post-transfusionnel (rare) : ......................................................... 22
d) Syndrome frisson-hyperthermie : ............................................................ 22
e) TRALI (transfusion-related acute lung injury) : ....................................... 22
f) Manifestations allergiques : ..................................................................... 23
g) Réaction du greffon contre l'hôte (GVH= Graft-Versus-Host) : ................ 24
III.4.2 Accidents infectieux : .......................................................................... 24
a) Le choc toxi-infectieux immédiat : .......................................................... 24
b) Maladies parasitaires : ............................................................................ 25
c) Maladies virales : ................................................................................... 25
d) Agents non conventionnels : ................................................................... 25
III.4.3 Accidents de surcharge : ...................................................................... 26
a) Surcharge volémique : ............................................................................ 26
b) Surcharge en citrate : .............................................................................. 26
c) Surcharge potassique : ............................................................................ 26
d) Hémosidérose ou hémochromatose post-transfusionnelle : ....................... 27
III.5 Les gestes qui s’imposent devant une transfusion mal tolérée : .................... 27
IV. L’Hémovigilance ..................................................................................................... 28
IV.1 Définition : ............................................................................................ 28
IV.2 Organisation : ........................................................................................ 29
IV. 3 Outils :.................................................................................................. 29
B. Le conseil transfusionnel ; Cas particulier des CGR..................................................... 32
I. Généralités : ............................................................................................................... 32
I.1 Réglementation : ....................................................................................... 33
I.2 Participation des différents intervenants : .................................................. 33
I.2.1 Le personnel médicotechnique de délivrance/distribution habilité : .......... 34
I.2.2 Le biologiste responsable des laboratoires d’immunohématologie (IH) et/ou
d’histocompatibilité (HLA) ou son remplaçant : .............................................. 35
I.2.3 Le responsable de la délivrance/distribution : .......................................... 35
I.2.4 Le médecin en charge du conseil transfusionnel : .................................... 36
I.3 Organisation du conseil transfusionnel : .................................................... 36
I.3.1 Une organisation permanente planifiée : ................................................. 36
I.3.2 Des acteurs qualifiés et formés : ............................................................. 37
I.3.3. Des outils adaptés : ............................................................................... 38
II. Le conseil transfusionnel adapté aux situations standardisées : .................................. 39
II.1 Les Produits Sanguins Labiles :................................................................ 39
II.2 Les caractéristiques communes à tous les CGR : ....................................... 41
II.3 Qualifications et Transformations des CGR : ............................................ 42
II.4 Indications Des Concentres De Globules Rouges : .................................... 48
II.4.1 Prescription de CGR pour anémie ou saignement en médecine : ............. 48
II.4.1.1 En cas d’anémie aiguë : .................................................................. 49
II.4.1.2 En cas d’anémie chronique :.......................................................... 51
II .4.1.3 Exemples de traitements curatifs des anémies curables à court
terme : ........................................................................................................ 52
a) Anémies curable : ............................................................................. 52
b) Exemples de traitements curatifs : ..................................................... 52
II.4.2 Prescription de CGR pour anémie ou saignement dans un contexte
chirurgical : ................................................................................................... 53
II.4.3 Prescription de CGR pour anémie ou saignement dans un contexte
obstétrical : .................................................................................................... 54
II.4.3.1 Prise en charge anténatale de l’anémie : .......................................... 54
II.4.3.2 Prise en charge péripartum de l’anémie : ......................................... 55
II.4.4 Prescription de CGR pour anémie ou saignement en néonatologie : ........ 55
II.5 Indications des Principales Transformations et Qualifications de CGR : .... 57
II.5.1 Indications des CGR irradiés :........................................................... 57
II.5.2 Indications des CGR CMV négatif : .................................................. 58
II.5.3 Indications des CGR déplasmatisés : .................................................. 59
II.5.4 Indications des CGR phénotypés : ...................................................... 59
II.5.5 Indications des CGR déleucocytés cryoconservés : ............................. 60
II.5.6 Indications des CGR déleucocytés compatibilisés : ............................. 60
II.5.7 Indication des préparations pédiatriques : ........................................... 61
II.5.8 Indication à la réduction de volume : .................................................. 61
II.5.9 Indication du sang total reconstitué : .................................................. 61
II.6 Les Situations d’urgence Transfusionnelle ................................................ 61
II.6.1 L’urgence vitale immédiate (UVI) : ................................................... 62
II.6.2 L’urgence vitale (UV) : ..................................................................... 62
II.6.3 L’urgence relative (UR) : ................................................................... 63
II.6.4 Transfusions de globules rouges homologues dans les situations
d’urgence : ................................................................................................. 63
II.7 Étapes pour la Transfusion Des CGR : ..................................................... 64
III. Le conseil transfusionnel adapté aux situations spécifiques : .................................... 77
III.1 Indications des CGR en Situations Spécifiques : ...................................... 77
III.1.1 Transfusion de concentrés de globules rouges des patients
drépanocytaires : ........................................................................................ 77
III.1.2.1 Adultes drépanocytaires : ........................................................... 81
III.1.2.2 Enfants drépanocytaires : ........................................................... 83
III.1.2 Transfusion de concentrés de globules rouges des patients
thalassémiques : ......................................................................................... 85
III.1.2.1 Thalassémies majeures : ............................................................. 85
III.1.2.2 Thalassémies homozygotes intermédiaires : ................................ 86
III.1.3 Transfusion de concentrés de globules rouges dans les
myélodysplasies : ....................................................................................... 87
III.1.4 Transfusion de concentrés de globules rouges dans les anémies
hémolytiques auto-immunes : ...................................................................... 89
III.1.4.1 Anémies hémolytiques acquises auto-immunes : ......................... 91
III.1.4.2 Anémies hémolytiques acquises immunoallergiques
médicamenteuses : .................................................................................. 94
III.1.4.3 Anémies hémolytiques acquises par agents chimiques, venins et
agents physiques : ................................................................................... 94
III.1.4.4 Anémies hémolytiques résultant de l'effet direct de micro-
organismes : ............................................................................................ 94
III.1.4.5 Anémies hémolytiques acquises de cause globulaire :
l'hémoglobinurie paroxystique nocturne ................................................... 95
III.1.5 Transfusion des CGR dans la greffe de cellules souches
hématopoïétiques : ...................................................................................... 95
III.1.6 Transfusion des CGR chez la personne âgée :.................................... 97
III.1.7 Indications de l’exsanguino-transfusion en néonatalogie : .................. 99
III.1.8 Transfusion des CGR dans le cas d’une transfusion in utero : .......... 102
III.2 Les inefficacités d’une transfusion de concentrés de globules rouges : ... 104
III.3 Difficultés transfusionnelles en transfusion de concentrés de globules
rouges ........................................................................................................ 106
III.3.1 La gestion du risque d’impasse transfusionnelle : ............................ 107
III.3.2 Principales situations d’impasse transfusionnelle : .......................... 109
III.3.2.1 Le groupe sanguin rare : ........................................................... 110
III.3.2.2 L’immunisation complexe : ...................................................... 111
III.3.2.3 L’anémie hémolytique auto-immune (AHAI) : .......................... 112
III.3.2.4 Protocole transfusionnel d’urgence en situation d’impasse
transfusionnelle (ACI anti-public...) : ..................................................... 113
III.4 Les Alternatives en l’absence des Produits Sanguins Labiles adaptés : ... 114
III.4.1 Les alternatives aux différents types de concentrés de globules
rouges : ................................................................................................. 114
III.4.2 Techniques alternatives possibles à la transfusion sanguine .......... 116
III.4.2.1 Transfusion autologue : ............................................................ 116
a) Transfusion autologue par hémodilution normovolémique
intentionnelle : ...................................................................................... 117
b) Transfusion autologue par récupération périopératoire : ................... 117
III.4.2.2 Erythropoïétine (en dehors de l’insuffisance rénale chronique) .. 117
III.4.2.3Le Fer : ..................................................................................... 118
III.5 La délivrance des CGR en situation de non-conformité : ........................... 118
III.5.1 La gestion des non-conformités de prescriptions de PSL : ................... 118
III.5.2 La gestion des non-conformités de prescriptions d’examens
d’immunohématologie : ............................................................................... 119
III.5.3 La gestion des non-concordances de prescriptions PSL et de résultats
d’examens d’immunohématologie : .............................................................. 119
CONCLUSION
RESUMES
BIBLIOGRAPHIE
Introduction

1
La transfusion sanguine est considérée comme une thérapie sans «médicaments » car les
produits sanguins labiles PSL (concentrés de globules rouges [CGR], concentrés de
plaquettes [CP] plasma frais congelé [PFC]) n'ont pas le statut de médicament,

Ces PSL apportent chacun un principe thérapeutique « princeps » [1] (les CGR apportent
le couple fer/hémoglobine transporteur d'oxygène; les CP apportent les plaquettes ayant
un pouvoir hémostatique tandis que le PFC apporte les facteurs de la coagulation), mais
aussi des facteurs thérapeutiques accessoires ainsi que des « excipients » (anti- coagulant,
plasma dans les composés cellulaires..). Ils véhiculent également des complexes
moléculaires qui ne sont pas directement thérapeutiques pour la plupart des indications
cliniques et qui sont à l'origine d’effets indésirables receveurs « EIR » : ce sont
principalement des « produits modificateurs du comportement biologique (BRM) »,
comme des cytokines, des chimiokines, des facteurs de croissance ou de nécrose
cellulaire et d'autres facteurs apparentés; rarement, les EIR sont liés aux principes
thérapeutique des immunoglobulines (Ig), ou au fer [2]

Au 20e siècle, la transfusion était salvatrice d'épisodes hémorragiques sévères ;


transfuser était une question de vie ou de mort mais à partir du moment où la transfusion
sanguine a eu d’autres utilisations notamment la prescription médicalement adaptée à la
correction d'un ou de plusieurs déficits et non utilisée uniquement en condition d'urgence,
ses effets indésirables ont été mis en cause.

Ces années difficiles du 20e siècle (les noires années du sang contaminé) ont entaché
cette discipline et lui ont conféré une mauvaise réputation, et elle fut pendant de longues
années dans l'incapacité d'évoluer significativement sur le plan médical et scientifique, ce
n’est qu’après une vingtaine d'années, que les problèmes majeurs en transfusion ont été
résolu, et les effets indésirables réduits au minimum. Les progrès ont concerné
essentiellement les risques infectieux grâce à la sélection médicale des donneurs,
l'hémovigilance, la leuco réduction systématique des PSL en autres mais également des
progrès immunohématologiques et immunologiques ainsi que des progrès concernant les
bonnes pratiques transfusionnelles.

L’objectif de notre étude est de mettre le point à travers une revue de la littérature sur les
différents aspects du conseil transfusionnel concernant les produits sanguins labiles
notamment la transfusion des CGR.

2
Généralités

3
A. Généralités :

I.L’éthique transfusionnelle :
Avant toute discussion sur l’éthique transfusionnelle il faut d’abord adresser des
remerciements aux donneurs de sang, qui par leur acte permettent l’exercice de la
médecine transfusionnelle et qui par ce don permettent l’établissement d’un lien fort
entre le donneur en bonne santé et le receveur qui bénéficie de cette transfusion sanguine.

L’éthique est un des piliers de la médecine transfusionnelle c’est une priorité pour le don
de sang, de ses composés et pour tout éléments issus du corps humain [3]

La transfusion sanguine est un acte médical, dépendant du don de sang, geste


humanitaire qui sans inscription dans un quelconque devoir civique, le don de sang est en
effet uniquement volontaire.

Les principes éthiques du don de sang, ainsi que toutes les utilisations thérapeutiques des
produits sanguins, reposent sur le respect de la dignité des personnes, qui se traduit par le
droit à faire des choix libres et informés, la confidentialité des données personnelles
(exemple du statut sérologique du donneur) ainsi que la prévention de tout risque
d’exploitation ou de coercition et ceci tant pour les donneurs que pour les bénéficiaires ;
donner ou recevoir du sang nécessite un processus de consentement libre et éclairé en
assurant l’accès à une information pertinente, compréhensible et transparente, permettant
une décision libre pour tous les acteurs.

Le principe de justice constitue également un élément essentiel du cadre éthique de


transfusion, son application réside dans l’accès équitable aux produits sanguins de qualité
pour tous ceux qui le nécessitent mais également dans l’absence de discrimination
arbitraire des donneurs potentiels.

Cette éthique est prônée par l’OMS et le Conseil de l’Europe, qui orientent les États
membres vers un système transfusionnel qui se base sur le recours à des donneurs
volontaires et non rémunérés, ce qui permet d’assurer une meilleure sécurité pour le
donneur et le receveur.

4
Les 4 grands principes de l’éthique du don de sang et d’éléments issus du corps humain

Le don du sang pour la transfusion respecte aujourd’hui quatre principes éthiques :


l’anonymat, le bénévolat, le volontariat et le non-profit.

La Directive européenne 2002/98 inclut cette notion dans ses considérants 20 et 23 et


dans son article 20 :

 considérant 20 : la pratique moderne en matière de transfusion sanguine repose sur


les principes de don volontaire, de l’anonymat du donneur et du receveur, et de
l’absence de profit pour les établissements participant aux services de transfusion
sanguine ;

 considérant 23 : les dons de sang volontaires et non rémunérés constituent un facteur


pouvant contribuer à assurer un niveau élevé des normes de sécurité du sang et des
composants sanguins et, partant, la protection de la Santé publique.

a. Bénévolat principe de vouloir contribuer au bien public ; Le don du sang est


gratuit. Il ne peut être rémunéré sous quelque forme que ce soit.
b. Volontariat Le don du sang est un acte librement accompli, sans aucune contrainte
c’est le produit d’une intention et donc d’un discernement, le candidat au don ne
doit subir aucune pression de la société ou de l’opérateur d’autant plus libre
qu’aucune sanction n’est possible en cas de refus ou d’arrêt ; le donneur a le droit
d’interrompre sa démarche à tout moment du parcours.
c. Anonymat Le donneur ne connaît pas le receveur et le receveur ne connaît pas le
donneur ceci a pour objectif de protéger ces acteurs et permet de garantir à chacun
de disposer des produits sanguins dont il peut avoir besoin.

d. Non-profit, L’une des caractéristiques essentielles du don de sang est le fait, pour
le donneur, de ne percevoir aucune rémunération, c’est un don gratuit, sans
récompenses à attendre du receveur. le don du sang en payant les donneurs désobéit
au principe d’inaliénabilité du corps humain et de ses produits, et comporte des
risques pour les donneurs et les receveurs. la non-rémunération est importante tant
pour le donneur que pour le bénéficiaire, car elle permet de prévenir tout risque

5
d’exploitation de personnes en situation de vulnérabilité, qui pourraient être
soumises à des incitations disproportionnées le sang doit être recueilli dans des
conditions assurant l’absence de coercition du donneur, qu’elle soit financière,
institutionnelle ou familiale [4]
La transfusion exige aussi une responsabilité pour autrui, une responsabilité pour le
receveur anonyme qui ne peut exiger le don, mais à l’égard duquel il existe une forme de
responsabilité compte tenu de sa fragilité.

II. Le don de sang :

II. 1 Définition :

Le don de sang est un acte réalisé par prélèvement de sang veineux (7 ml/kg maximum ;
environ 420 à 480 ml de sang), dont la durée est de 10 à 15 min il est autorisé pour toute
personne âgée de 18 à 70 ans, qui pèse plus de 50 kg et qui est reconnue apte suite à
l’entretien pré don, à raison de 4 fois par an pour une femme et 6 pour un homme en
respectant un délai de 8 semaines minimum entre deux dons de sang.

II.2 Types de don :

 Don de sang total : [6]

Le don de sang total est un prélèvement de 400 à 500 ml de sang veineux, prélevé
aseptiquement dans une poche de recueil garantissant un système clos et stérile pour la
séparation ultérieure des composants sanguins. Il est autorisé de l’âge de 18 ans à l’âge
de 70 ans révolus. Chaque prélèvement permet la préparation d’un concentré de globules
rouges (CGR), d’un concentré de plaquettes standard (CPS) et d’une unité de plasma
destinée au LFB.

Le don de sang totale est la forme de don la plus courante. Il permet de prélever en même
temps tous les composants du sang – globules rouges, plasma et plaquettes – qui sont
ensuite séparés.

6
 Don par aphérèse : [6]

Développée dans les années 1960, la technique d’aphérèse utilise des séparateurs
cellulaires automatisés qui permettent la centrifugation et la séparation des constituants
sanguins , le recueil de certains et la restitution au donneur de ceux non utilisés pendant
le don, au décours d’une circulation extracorporelle. La plupart des dons par aphérèse
sont autorisés de 18 à 65 ans révolus, hormis le don de granulocytes, limité à l’âge de 50
ans. Les dons par aphérèse permettent l’obtention directe de PSL (plasma, plaquettes,
globules rouges, granulocytes). Le volume prélevé varie de 500 à 750 ml, selon le type de
don et le volume sanguin circulant du donneur.

Il permet le prélèvement de tous types de PSL et a l’avantage d’obtenir un plus grand


volume de produit : plasma, plaquettes, globules rouges.

- Le don de plasma : Prélèvement de 750 ml de plasma maximum. Il est autorisé de


18 à 65 ans. La fréquence des prélèvements ne doit pas excéder 24 par an avec un
intervalle de 2 semaines

- Le don de plaquettes : Recueil d’un Concentré de Plaquettes d’Aphérèse (CPA). Il


est autorisé de 18 à 65 ans. La fréquence des prélèvements ne doit pas excéder 12
par an avec un intervalle de 4 semaines.

- Le don de globules rouges : Moins fréquent, il répond à des règles strictes


sécurisations du don.

Le don de sang est un acte généreux et solidaire. Néanmoins, il doit respecter certaines
règles qui garantissent la sécurité du donneur et du receveur

II.3 Sécurité du donneur et contre-indications :

La sélection des donneurs de sang est réalisée dans un contexte réglementé [7-8]. Elle
repose sur 3 éléments:

- L’information pré-don, dont le contenu est défini dans les bonnes pratiques
transfusionnelles ;

7
- La sélection des donneurs, qui s’appuie sur un questionnaire à compléter par le
candidat au don, dont la forme et le contenu sont définis par l’ANSM, et dont les
critères sont définis dans un arrêté ministériel ;

- La vigilance post-don, qui consiste à demander au donneur de signaler les


évènements médicaux susceptibles de survenir dans les deux semaines qui
suivent le don.

L’entretien pré don est un entretien confidentiel entre le donneur et un médecin ou un


infirmier ayant reçu une formation spécifique pour évaluer et apprécier les contre-
indications potentielles, il permet de s’assurer que le prélèvement ne présente aucun
risque, que le matériel de prélèvement utilisé (aiguille, tubes, poches) est stérile et à
usage unique.

Les principales contre-indications au don pour la sécurité du donneur correspondent à des


problèmes de santé qui pourraient être accentués par le prélèvement d’un volume de sang
de 400 à 750 ml. C’est au cours de cet entretien médical que le médecin qualifié assure la
sélection des donneurs.

Les conditions réglementaires suivantes doivent être remplies par le donneur:

 Etre âgé de 18 à 65 ans,

 Etre en bonne santé,

 Peser au moins 50 kg,

 Ne pas avoir reçu l’un des traitements suivants : transfusion sanguine, greffe de
tissu ou d’organe, hormone de croissance, intervention chirurgicale (le délai après
une intervention chirurgicale, une anesthésie générale peut aller jusqu’à six mois
en fonction de la nature de l’intervention),

 Ne pas avoir dans sa famille une personne atteinte de la maladie de Creutzfeldt-


Jakob,

8
 Ne pas avoir subi dans les six derniers mois un examen endoscopique (coloscopie,
cœlioscopie..),

 Ne pas avoir séjourné, depuis moins de quatre mois, dans un pays où sévit le
paludisme,

 Ne pas avoir séjourné plus d’un an en Grande-Bretagne entre 1980 et 1996(tous


séjours cumulés),

 Ne pas présenter de signe d’infection au moment du don ou dans les six jours qui
le précèdent.

Les médicaments sont rarement une contre-indication au don : c’est le plus souvent la
pathologie pour laquelle ils sont prescrits qui n’autorise pas le don.

Toute relation sexuelle avec un nouveau partenaire ou un partenaire occasionnel justifie


un délai minimum de quatre mois avant de pouvoir donner du sang.

Toute séropositivité (VIH, VHB, VHC) du donneur ou du partenaire sexuel est


naturellement une cause d’exclusion du don de sang.

Les contre-indications permanentes sont les pathologies chroniques susceptibles d’être


aggravées par la spoliation sanguine, notamment les maladies du cœur et des vaisseaux,
les troubles connus de la coagulation du sang, les insuffisances respiratoires, parmi
lesquelles l’asthme grave, et le diabète traité par l’insuline.

Les contre-indications temporaires sont une tension artérielle basse ou au contraire trop
élevée, jusqu’à normalisation des valeurs ; des antécédents comitiaux jusqu’à trois ans
après la dernière crise et l’arrêt du traitement ; une grossesse ou un accouchement au
cours des six derniers mois ; un taux d’hémoglobine inférieur à 12 g/dl chez la femme et
à 13 g/dl chez l’homme. [9]

9
II.4 Les analyses biologiques effectuées sur le don :

Sur chaque don sont effectués :

- Détermination du groupage ABO et phénotypage du système RH : RH1(D) RH2(C)


RH3(E) RH4(c) RH5(e) et du système Kell (KEL1)

- Recherche d’anticorps antiérythrocytaires pouvant avoir une incidence


transfusionnelle et d’anticorps immuns A ou B (Hémolysines)

- Dosage de l’hémoglobine et numération sanguine

- Sérologies : Syphilis, VIH, VHC, VHB, HTLVI-II

- Dépistage génomique viral du VIH, VHC et VHB

En fonction du contexte épidémiologique ou clinique du patient il peut être nécessaire


d’effectuer :

- Sérologies : hépatite E, paludisme, maladie de Chaggas…

- Phénotypage étendu (Duffy, Kidd…), recherche d'anticorps irréguliers


antiérythrocytaires (RAI) datant de moins de 72 heures.

Tout résultat positif conduit à la destruction du don et à l'information du donneur. [5]

Concernant l’information post don, le donneur ou un proche doit informer l’établissement


de transfusion sanguine de tout changement dans son état de santé qui pourrait affecter le
don voire les dons précédents [10].

III. Transfusion sanguine :

III.1 Définition :

La transfusion est un acte médical thérapeutique consistant à administrer un ou plusieurs


produits sanguins labiles provenant d’un ou de plusieurs sujets appelés « donneurs » à un
ou plusieurs sujets malades appelés « receveurs », [11] , c’est une thérapeutique

10
substitutive indispensable, car il n’existe pas de produit capable de se substituer
complètement au sang humain.

La réalisation de cette transfusion est faite par deux modes : la transfusion


homologue(TH) qui est le transfert du sang ou de l'une de ses composantes cellulaires
d'un ou de plusieurs sujets appelés donneurs vers un sujet malade appelé receveur et la
transfusion autologue qui est la transfusion à une personne de son propre sang, prélevé
aussitôt ou stocké en vue d'une intervention chirurgicale [12]

La sécurisation de cet acte médical a considérablement progressé mais il s’agit d’un acte
jamais anodin ; donc le respect de certaines règles pour optimiser la sécurité
transfusionnelle reste primordial afin de prévenir tout incident transfusionnel (effet
inattendu ou indésirable dû ou susceptible d’être dû à l’administration d’un produit
sanguin labile à un patient).

Les principaux risques persistants lors d’une transfusion sont de trois ordres : risques
immunologique et allergique ; risque infectieux ; ainsi que des risques métabolique et
volémique. [13]

III. 2 Bases immunologiques de la transfusion sanguine :

Un groupe sanguin est un ensemble de gènes allotypiques, génétiquement induits et


indépendants les uns des autres, exprimés à la surface du globule rouge et d’autres tissus
(ABO), ou localisés uniquement sur le globule rouge (RH) qui permettent de caractériser
un être humain, de l’individualiser et de le regrouper au sein d’ensembles «
populationnels», en fonction de caractéristiques communes. Actuellement, au moins 30
systèmes de groupes sanguins sont décrits, on distingue :

III.2.1 Le système ABO :

Découvert en 1900 par Landsteiner, qui se définit à la fois par les antigènes présents à la
surface des hématies et les Anticorps dirigés contre l’Antigènes absent(s) (Ac naturels) il
est le plus important des systèmes à respecter en transfusion, de par l’existante constante
de ces anticorps naturels.

11
Tableau 1 : Système ABO phénotype, génotype, anticorps

-Il existe deux antigènes ABO, présents à la surface des globules rouges et de la plupart
des tissus de l’organisme : l’antigène A et l’antigène B définissent 4 phénotypes A, B, O,
AB.

Les génotypes sont les suivants: [9]

 Le phénotype A correspond au génotype AA ou AO.

 Le phénotype B correspond au génotype BB ou BO.

 Le phénotype O correspond au génotype OO.

 Le phénotype AB correspond au génotype AB.

La nature des anticorps du sujet dépend de son phénotype .Ainsi le sujet a dans son
sérum des anticorps dirigés contre les antigènes qu’il n’a pas :

- Le sujet de groupe A possède des anticorps anti B

- Le sujet de groupe B possède des anticorps anti A

- Le sujet de groupe O possède des anticorps anti A et anti B

- Le sujet de groupe AB ne possède aucun de ces anticorps

Ces anticorps sont naturels, réguliers, de type IgM .

La transfusion doit impérativement tenir compte de la compatibilité ABO :

- Un sujet de groupe O ne peut que recevoir du sang O

12
- Un sujet de groupe A ne peut que recevoir du sang O ou A

- Un sujet de groupe B ne peut que recevoir du sang O ou B

- Un sujet de groupe AB peut recevoir du sang O, A, B, AB

Figure N°1 : Les différents groupes sanguins du système ABO

Cas particulier : donneur universel dangereux Il s’agit de sujet O immunisé contre


l’antigène A de l’environnement par exemple par vaccination ou par des stimulations
fœto-maternelles. La transfusion du plasma d’un tel donneur à un receveur de groupe A,
provoquerait une hémolyse dont les conséquences peuvent être dramatiques [14].

III.2.2 Le système Rhésus :

Le système le plus répondu du typage sanguin avec le système ABO. Il comporte de


nombreux antigènes (Ag) distincts :

- Ag D : le plus immunogène

- Ag C et c

- Ag E et e

13
Ces antigènes définissent uniquement un système de groupe sanguin car présents
seulement sur les hématies. Les sujets possédant l’antigène D sont dits Rhésus positif. Ne
sont considérés comme Rhésus négatif en tant que donneur que les sujets ne possédant
pas les antigènes D, C, E. A noter qu’il existe des hématies avec un antigène D faible
(Du). En général, elles sont considérées comme rhésus positif. Un sujet Rhésus positif
peut recevoir du sang Rhésus positif ou négatif Un sujet Rhésus négatif ne doit recevoir
que du sang Rhésus négatif (sauf situation d’extrême urgence transfusionnelle avec
pénurie de sang Rhésus négatif.). Le non-respect de ces règles conduit à une allo-
immunisation avec production d’anticorps immuns irréguliers [14].

III.2.3 Les autres systèmes de groupes sanguins :

- Système Kell - Système Duffy - Système Kidd - Systèmes MNSs, Lewis…

III.3 Les examens biologiques pré transfusionnels :

- Examens sérologiques (avec le consentement du malade): VIH, VHC, taux


d’ALAT.

- Examens immunohématologiques:

 Double détermination de groupeABO-RH1 :

La prescription des examens groupes sanguins ABO-RH1 et phénotype RH-KEL1 est


faite dès lors que l’indication d’une transfusion est posée ou que le diagnostic est associé
à une probabilité élevée de nécessité de transfusion, et ce en l'absence de déterminations
antérieures, valides et disponibles.

Il ne nécessite aucune précaution particulière et se pratique à température ambiante. Sa


réalisation ne nécessite que quelques minutes et il est donc disponible en urgence.

Le groupage ABO comporte deux techniques complémentaires :

Une épreuve globulaire (test de Beth-Vincent) qui consiste à rechercher la présence des
antigènes A et B sur la membrane globulaire, à l'aide d'antisérums de spécificité connue,
et une épreuve plasmatique (test de Simonin) qui consiste à rechercher la présence des

14
anticorps naturels anti-A et anti-B dans le plasma, à l'aide de globules rouges de
spécificité connue. [15] ; Cette détermination doit être effectuée par deux personnes
différentes, chacune utilisant des réactifs de lots différents et contrôlés par le Centre
national de référence des groupes sanguins [C.N.R.G.S.]). (Cette analyse est
indissociable de la détermination de l’antigène RH1 (D) [16]

Figure N°2 : Les épreuves de détermination du groupage ABO standard

La détermination du groupe Rh (D) avec témoin doit être effectuée par deux personnes,
chacune utilisant des réactifs de lots différents et contrôlés par le C.N.R.G.S. Cet examen
comprend la recherche du phénotype D faible dans le cas des examens prénataux et
postnataux de la mère et de l'examen des nouveau-nés de mères Rh (D) négatif ; Le
groupe RHD ne comporte qu'une technique globulaire dont le principe est celui de
BETH-VINCENT, puisqu'il n'y a pas d'anticorps naturels dans le système Rhésus.

15
Si certaines conditions d’automation et d’informatisation sont respectées, la
détermination repose sur une seule réalisation exécutée à l'aide d'un lot de réactifs, d'un
lot d'hématies-tests et par un technicien ;

 PhénotypeRH-KEL.1 : Phénotypage érythrocytaire. [17]

La détermination du phénotype RH-KEL1 et des antigènes RH2(C), RH3(E), RH4(c),


RH5(e) est obligatoirement faite sur chaque prélèvement elle est systématiquement
déterminé avant transfusion, dans sa forme habituelle, il consiste à rechercher
l'expression sur la membrane érythrocytaire des antigènes C-cE-e du système Rhésus et
K du système Kell (= les plus immunogènes). Sa réalisation nécessite une heure, et il
n'est donc pas disponible en urgence.

L’examen peut être réalisé par une méthode manuelle ou automatique. L’arrêté du
26 avril 2002,annexe du Guide de bonne exécution des analyses (GBEA) relative
aux conditions de réalisation des analyses d’immunohématologie, précise la définition
d’une méthode automatique. De façon simple, une analyse est dite réalisée par une
méthode automatique si la totalité des phases de prélèvement de l’échantillon, de
réalisation du mélange réactionnel, de lecture et interprétation du résultat et d’association
du résultat au code-barres du tube est réalisée sans intervention humaine. Le caractère
automatique ou non de la méthode analytique conditionne le nombre
de réalisations du typage érythrocytaire.

Lorsque la technique de phénotypage n’est pas automatique, elle doit être réalisée deux
fois, par deux techniciens différents.

Les images d’agglutination observées peuvent être inhabituelles (images de double


population, faible intensité), en particulier chez certains patients. Ce type d’image doit
attirer l’attention du technicien qui, après consultation du biologiste, mettra
éventuellement en route des examens complémentaires à la recherche d’un variant
qualitatif ou quantitatif. La découverte d’un variant pourra être à l’origine d’avis et
d’interprétations et donc de conseils transfusionnels spécifiques.

16
 Recherche d’anticorps antiérythrocytaires (RAI) :

Le délai habituel de validité de la RAI est de trois jours. Sur indication formelle du
prescripteur ou dans le cadre d’un protocole transfusionnel préétabli, en l’absence
d’antécédents transfusionnels ou d’autres épisodes immunisants (grossesse, greffe...)
dans les six mois précédents, le délai de validité d’une RAI pourra être porté à 21 jours
[18].

Il est recommandé que le formulaire de prescription de CGR comporte la mention de la


prolongation du délai de validité de la RAI à 21 jours afin de faciliter l’obligation
réglementaire. Dans certains cas d’épisodes transfusionnels récents, notamment en cas de
suspicion d’inefficacité transfusionnelle, la sécurisation passe par un délai de RAI le plus
proche possible de la transfusion.

Suite à un épisode transfusionnel, une RAI doit être réalisée dans un délai de 1 à 3 mois
[19]

La recherche d’anticorps irréguliers (RAI) a pour objectif d’identifier la présence


éventuelle, dans le sérum ou le plasma d’un patient ou d’une femme enceinte d’un
(de plusieurs) allo-anticorps susceptible(s) d’être responsable(s) d’un effet indésirable
transfusionnel ou fœto-maternel. Le principe analytique consiste à mettre en présence
le sérum ou le plasma du patient avec des « hématies tests » présentant les
antigènes correspondant aux anticorps les plus dangereux et fréquents, sa réalisation
nécessite une heure au minimum et doit être pratiquée avant toute transfusion
érythrocytaire.

La RAI comprend deux étapes dont l'enchaînement est sous la responsabilité du


biologiste : [16]

Une étape de dépistage au terme de laquelle le laboratoire pourra répondre « dépistage


positif » ou « dépistage négatif » d'anticorps antiérythrocytaires. En cas de dépistage
positif, l'identification de l'anticorps est obligatoire.

Lorsque le phénotype du patient est positif et que l’on détecte un anticorps ayant cet
antigène pour cible, deux situations sont possibles :

17
 Il s’agit d’un autoanticorps : des tests complémentaires (test direct à
l’antiglobuline, etc.) seront réalisés pour affirmer ce diagnostic ;

 Il s’agit plus rarement d’un allo-anticorps dirigé contre un épitope absent chez le
patient (variant qualitatif) mais dont l’absence n’est pas mise en évidence par le
réactif utilisé pour le phénotypage.

Si l’anticorps est découvert chez une femme enceinte et que ce type d’anticorps est connu
pour être responsable d’accidents fœto-maternels, il doit être titré et, pour certains
anticorps, faire l’objet d’un dosage pondéral. L’évolution du titre et de la concentration
de l’anticorps fera l’objet d’une surveillance étroite (en particulier les anti-RH1, anti-
RH4 et anti-KEL1) en concertation avec l’obstétricien et le pédiatre. Le résultat positif
d’une RAI fait l’objet d’un avis et d’une interprétation associés au compte rendu de
résultats transmis au prescripteur. [16]

 Epreuve directe de compatibilité

L’épreuve directe de compatibilité au laboratoire (dont l’indication est restreinte) est une
analyse complémentaire de la RAI qui consiste à tester au laboratoire l’échantillon du
receveur vis-à-vis des hématies de la tubulure du produit sanguin à transfuser .En
absence de réactivité, l’unité est déclarée compatible. Elle se déroule en trois étapes :

- Sélection des unités à compatibiliser conformément aux bonnes pratiques de


distribution.

- Préparation des hématies de la tubulure ;

- Exécution technique ; les conditions techniques sont identiques à celles utilisées


par la RAI.

18
L’EDCL est obligatoire chez tout patient possédant ou ayant développé un allo-anticorps
irrégulier anti-érythrocytaire et chez les nouveau-nés avec test direct à l’antiglobuline(TDA)
positif ou dont la mère possède des anticorps anti érythrocytaires. Elle est recommandée dans
la transfusion des patients drépanocytaires, même avec une RAI négative. (L’épreuve directe
de compatibilité au laboratoire) [16]

 Test direct à l’antiglobuline (TDA)

Il est recommandé de prescrire un test direct à l’antiglobuline en cas de suspicion


d’incompatibilité transfusionnelle érythrocytaire ou de maladie hémolytique du nouveau-
né.

Tableau 2 : Examens immunohématologiques pré transfusionnels

TYPE D'EXAMEN TECHNIQUE VALIDITE INDICATION


Groupage ABO-RHD *2 prélèvements ≠ A vie *Contexte pré transfusionnel avéré
*2 techniques par ou potentiel
prélèvement : *Prénuptial pré-ou périnatal
- Beth-Vincent
- Simonin
Phénotypage RH-K * Ag = C-c-E-e-K A vie * Idem
*2 prélèvements ≠ *Examen systématique lors d'une
demande de groupage ; le
phénotype RHK ne doit
réglementairement être pris en
compte que chez la femme en
période d'activité génitale
Phénotypage étendu * Ag : au minimum A vie *RAI +
Fya, Fyb, Jka, Jkb, S, *Certains polytransfusés
s * 2 prélèvements ≠ *Prescription exceptionnelle
RAI *1 prélèvement 72 h *Patient susceptible à court terme
*Coombs indirect d'être transfusé
*Etape1: détection de *Pré-ou périnatal
l'anticorps
*Etape2:
identification de
l'anticorps si
détection +
Test direct à *1 prélèvement Quelques *Si RAI + (décision du biologiste)
l'antiglobuline *Coombs direct jours * Bilan incident transfusionnel *
diagnostic d'une hémolyse
* MHNN
*

19
III.4 Principaux accidents de la transfusion :

Les effets indésirables de la transfusion sanguine peuvent être classés selon leur délai de
survenue par rapport à la transfusion sanguine ou selon leur nature (tableau 3) [20]

Tableau 3 : Effets indésirables de la transfusion. Classement selon leur nature et délai de


survenue après la transfusion [20]

Accidents Immédiats Retardés A long terme


Immunologiques Choc hémolytique Hémolyse retardée Allo-immunisation
TRALI Allo-immunisation
Manifestations allergiques

Infectieux Choc toxi-infectieux Transmission de Maladies transmissibles :


parasitoses -SIDA
(paludisme) -Hépatites virales B, C
Infections à : -Maladies à prions
-CMV (transmission non
-EBV prouvée)
Volémique Hémosidérose post-
Surcharges Citratée transfusionnelle
Potassique

III.4.1 Accidents immunologiques [21] [22]

a) Choc hémolytique aigu :

Les manifestations cliniques apparaissent dès le début de la transfusion et sont


bruyantes, la clinique est dominée par les céphalées, frissons, hyperthermie, inconfort
aux sites de la transfusion, hypotension et tachycardie, douleurs lombaires. Chez un
patient anesthésié, l'apparition d'un état de choc et ou d'une CND en début de transfusion
doit faire évoquer une erreur transfusionnelle. Cet accident peut conduire à un syndrome,
hémorragique (CIVD), une insuffisance rénale oligo-anurique ou même la mort.

20
Il faut arrêter immédiatement la transfusion, traiter le choc et mettre en œuvre des tests
diagnostiques. Les examens immunohématologiques systématiques comportent selon les
cas : un test de Coombs direct (TCD) sur le sang du malade, le contrôle du groupe du
patient et de la poche complété selon les cas par une recherche d’agglutinine irrégulier
(RAI) sur le patient et sur la poche, et une réaction de compatibilité croisée entre le
sérum du malade et les hématies de la poche. Mais le plus souvent, la cause est évidente
devant la constatation de l’incompatibilité des groupes ABO de la poche et du receveur.

La cause la plus fréquente est l’erreur ABO, liée à une confusion de malade ou de poche
de sang, à une erreur d’identification, d’étiquetage ou de groupage. Plus rarement, il
s’agit de la présence d’un anticorps irrégulier hémolysant qui aurait dû être détecté par la
RAI pré transfusionnelle, anti-D, anti-Kell, anti-c, anti-Jka, anti- Fya. Très rarement, il
s’agira d’un anticorps dirigé contre un antigène privé qui aurait échappé à une RAI même
bien faite et que seule une épreuve de compatibilité pré transfusionnelle au laboratoire
aurait pu dépister
b) Hémolyse post transfusionnelle retardée :

Les signes cliniques sont observés dans les jours ou semaines qui suivent la transfusion.
L'hémolyse retardée se manifeste en général par l'apparition d'un simple ictère, traduisant
la destruction des hématies transfusées. Cet accident est rarement grave et nécessite
simplement une surveillance de la fonction rénale. Il raccourcit la durée de vie des
hématies transfusées. Les étiologies sont :

-Soit la destruction des hématies du donneur par réactivation de l'anticorps du receveur


déjà immunisé

-Soit la présence d'anticorps passifs transmis par le donneur, la destruction concernant


alors les hématies du receveur.

Cette hémolyse survient chez des patients sensibilisés auparavant à des allo-antigènes.
Quand un tel patient est de nouveau transfusé avec du sang présentant l’antigène, une
réponse immunitaire de type secondaire survient et les allo anticorps se fixent aux
globules rouges du donneur. Ces hématies couvertes d’allo-anticorps sont éliminées par
le système réticulo-endothélial extravasculaire. [23]

21
c) Purpura post-transfusionnel (rare) :

C’est un syndrome rare et méconnu, les signes cliniques sont observés 5 à 10 jours après
la transfusion de CGR ou de plaquettes. Il se manifeste par un purpura ecchymotique et
pétéchial brutal, avec une thrombopénie profonde généralement inférieure à 100 000 /mm
3. L’évolution peut être dramatique en raison de la survenue éventuelle d’un accident
hémorragique. Dans les cas favorables, la guérison survient en quelques semaines. Le
diagnostic repose sur la mise en évidence d’une allo-immunisation antiplaquettaire chez
le receveur. Dans la majorité des cas, il s’agit d’un anticorps anti-HPA-1a survenant chez
un sujet HPA-1b homozygote.

Le traitement est l'injection d'immunoglobulines intraveineuses, à la dose de 0.4 g/kg


pendant 5 jours, parfois associées à des échanges plasmatiques. La transfusion de
plaquettes non phénotypées aggrave la thrombopénie.

d) Syndrome frisson-hyperthermie :

Au cours de la transfusion ou dans l’heure qui suit, le malade ressent une vive sensation
de froid avec des frissons intenses et une Hyperthermie à 39-40°C qui va disparaître
progressivement en 2-3 heures, sans état de choc. Ce syndrome se manifeste également
par une pâleur, tachycardie et hypotension modérée ; Mais, il n’y a pas de baisse de la
tension artérielle comme dans l’accident hémolytique ou dans la toxi-infection.
L’évolution est souvent favorable même en l'absence de traitement. Les causes de ce
syndrome sont multiples et difficiles à systématiser et la prévention repose sur la
détection des anticorps anti-HLA chez le receveur, la déleucocytation des produits
sanguins labiles entre autres. [23]

e) TRALI (transfusion-related acute lung injury) :

Pneumopathies aiguës post-transfusionnelles ; C’est un syndrome rare, qui se manifeste


dans l’heure qui suit une transfusion il est dû à la transfusion de plasma d’un donneur qui
contient un titre élevé d’anticorps anti HLA qui se fixent sur les leucocytes du receveur
[24]. Survient alors un syndrome de détresse respiratoire et des signes d’œdème
pulmonaire lésionnel non cardiogénique associée à une fièvre et/ou des modifications

22
hémodynamiques (tachycardie, hypotension artérielle, cyanose périphérique) et à la
radiographie pulmonaire on note des opacités diffuses bilatérales souvent cotonneuses
pouvant évoluer vers un aspect caractéristique de poumon blanc [25].

La gravité de l'insuffisance respiratoire est variable. Le traitement est symptomatique et


fonction de la gravité de l'insuffisance respiratoire (oxygénothérapie inhalée ou
ventilation artificielle). L'étiologie retenue est un conflit antigène anticorps au niveau du
poumon, les anticorps responsables étant des leuco agglutinines présentes dans le PSL ou
chez le receveur. La formation d'agrégats leucocytaires et l'activation du complément
modifient la micro vascularisation et altèrent les membranes endothéliales pulmonaires.
[26][27]

f) Manifestations allergiques :

Les signes cliniques sont observés durant la transfusion. Ils sont d'intensité très variable,
le traitement est symptomatique, adapté à l'intensité de la réaction. Les étiologies sont :

Une immunisation précise dirigée contre les érythrocytes, les plaquettes ou les leucocytes

La présence d'anticorps anti-IgA chez des patients déficients en IgA ou indéterminées.

Les résidus plasmatiques des produits sanguins cellulaires apportent des IgA pouvant
entraîner des manifestations allergiques souvent très graves : bronchospasme, dyspnée,
toux, nausées, vomissements, pertes de connaissance, hypotension, arrêt respiratoire et
choc.

En cas d’accident, administrer l’adrénaline avec parfois des glucocorticoïdes,


bronchodilatateurs ou antihistaminiques selon les cas. La forme très grave est l’œdème de
Quincke pouvant aller jusqu’au choc anaphylactique. La prévention impose la
prescription de PSL déplasmatisés ou dépourvu d’IgA.

23
g) Réaction du greffon contre l'hôte (GVH= Graft-Versus-Host) :

Cette réaction est très rare, la forme aiguë peut être mortelle, elle se manifeste vers les 8
ème ou 10 ème jours par la fièvre, éruption cutanée caractéristique, diarrhée et des
anomalies du bilan hépatique, aplasie médullaire. Elle est due à la transfusion de cellules
immunologiquement compétentes apportées par le sang du donneur à un receveur en
immunodépression profonde.

III.4.2 Accidents infectieux :

a) Le choc toxi-infectieux immédiat :

Les signes cliniques sont observés dès les premières minutes de la transfusion. Ils
associent frissons intenses, hyperthermie, pâleur livide avec cyanose et refroidissement
des extrémités, polypnée superficielle, diarrhée, douleurs abdominales violentes,
vomissements, hypotension puis collapsus avec oligoanurie. Ce choc est consécutif à une
prolifération microbienne survenant lors de la conservation du sang. Les étiologies sont :
soit une bactériémie chez le donneur au moment du prélèvement soit une contamination
accidentelle du PSL lors du prélèvement ou du traitement du sang soit une contamination
intrinsèque de la poche de prélèvement.

L’arrêt immédiat de la transfusion, la mise en œuvre d’une réanimation adaptée destinée


à lutter contre le choc et l’infection, et la recherche de la cause sont obligatoire, une
enquête sera ouverte dont l’objectif est de :

- Rechercher une contamination de la poche, par examen direct et mise en culture


par le laboratoire de bactériologie ;

- Rechercher l’infection du malade par la pratique d’hémocultures ;

- Bloquer l’utilisation des autres produits provenant du même donneur, et le cas


échéant de tous les produits sanguins recueillis sur des poches provenant du même
lot de fabrication.

24
Une fois les mesures immédiates prises, d’autres examens seront entrepris pour écarter
un autre diagnostic, et on fera notamment une enquête immunohématologique à la
recherche d’un accident hémolytique [28] [29] :

Autre infection bactérienne : Syphilis, Brucellose, Maladie de Lyme

b) Maladies parasitaires :

- Paludisme transmission avec apparition des premiers signes cliniques 10 à 15


jours après la transfusion,

- Toxoplasmose, trypanosomiase et les filarioses.

c) Maladies virales :

Les agents transmissibles sont les virus de l'hépatite B, de l'hépatite C, le HIV, risque
actuellement réduit avec les produits sanguins labiles.

d) Agents non conventionnels :

Cet agent transmissible non conventionnel (ATNC) serait responsable de


l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) ou variant de la maladie de Creutzfeldt-
Jakob (vMCJ). Il n’existe pas de preuve formelle de cas de contamination par transfusion
néanmoins des mesures d’hémovigilance s’imposent [30].

Certaines mesures d’exclusion du don du sang concernent toutes les personnes ayant reçu
des produits biologiques d’origine humaine, tous les greffés ou transfusés, tous les sujets
ayant séjourné, au total, plus de 6 mois dans les Îles britanniques ou en Irlande entre le
1er janvier 1980 et le 31 décembre 1996 et toutes les personnes ayant subi une
intervention neurochirurgicale ou des explorations invasives sur le système nerveux
central. La mise en place de la déleucocytation systématique des PSL constitue, vis-à-vis
de ce risque qui demeure encore hypothétique, une précaution supplémentaire. [31]

25
III.4.3 Accidents de surcharge : [32]

a) Surcharge volémique :

Elle est devenue plus rare du fait de l’utilisation de concentrés globulaires. Cette
surcharge est le résultat d'une transfusion trop rapide chez des patients insuffisants
cardiaques ou rénaux. Les mesures de prévention sont, chez ces patients, une transfusion
très lente des CGR, l’association à un diurétique et une surveillance rapprochée de la
transfusion.

Les signes cliniques observés sont ceux d'un œdème pulmonaire aigu (OAP): Dyspnée ;
toux ; Cyanose. Il faut interrompre immédiatement la transfusion pour éviter de
déclencher la crise d’œdème du poumon qui est mortelle. Le traitement est celui de
l’OAP.

b) Surcharge en citrate :

C’est devenu un accident rare du fait de la diminution de l’utilisation du plasma


thérapeutique ;

La transfusion de 2 unités de sang peut entrainer un excès de citrate apporté par


l’anticoagulant, ce qui chélate le calcium plasmatique du malade, en effet, cet incident est
lié à la fixation du calcium ionisé sur le citrate contenu dans les poches et utilisé comme
anticoagulant. Provoquant une tendance à l’hypocalcémie (paresthésie péri buccales,
tétanie, convulsion…) L'ECG montre un allongement de l'espace QT et une onde T
pointue et symétrique, la prévention repose sur l’injection de 10ml de chlorure de
calcium 10% en intra –veineux (toutes les 5 poches transfusées).

c) Surcharge potassique :

Elle ne survient que chez les insuffisants rénaux au cours de transfusions importantes et
rapides. En effet, au cours de la conservation des CGR, la kaliémie de la poche s’élève au
détriment du potassium intra érythrocytaire. Une hyperkaliémie très transitoire peut donc
être observée ; elle est prévenue par une injection lente du sang chez les sujets concernés.

26
d) Hémosidérose ou hémochromatose post-transfusionnelle :

Chaque transfusion de CGR apporte environ 200 mg de fer. Chez les patients
polytransfusés chroniques, on observe donc une surcharge martiale cliniquement
significative .Les conséquences de cette surcharge est multi viscérales et superposables à
celle de l'hémochromatose primitive. La prévention de cette complication implique la
prescription au long cours d'un chélateur du fer le déféroxamine (desféral®.)[33].

III.5 Les gestes qui s’imposent devant une transfusion mal tolérée
[34] :

Il existe des signes traduisant une mauvaise tolérance d’une transfusion notamment :
hyperthermie avec ou sans frissons, sensation de chaleur, douleurs thoraciques,
hypotension voire collapsus, dyspnée, pâleur, sensation de prurit ou d’urticaire,
saignements (en particulier aux points d’injection), tachycardie, l’observation d’un ou
plusieurs de ces signes impose :

- L’arrêt immédiat de la transfusion, l’appel du médecin de proximité ;

- Le maintien d’une voie d’abord pour la perfusion d’un soluté ;

- Un examen clinique incluant la prise de la température, de la pression artérielle, la


mesure de la fréquence cardiaque, l’examen des urines ;

- La saisie de l’unité en cours de transfusion, des tubes de sang disponibles et des


contrôles effectués;

- La mise en place des mesures thérapeutiques immédiates (réanimation) ;

- La transmission des unités de sang au laboratoire de bactériologie en cas de


suspicion d’accident par contamination bactérienne, ou d’immunohématologie en
cas de suspicion d’accident immunohémolytique ;

- L’ensemble des observations fera l’objet d’une déclaration dans les 48 heures au
réseau d’hémovigilance (Fiche d’incident transfusionnel : FIT).

27
IV. L’Hémovigilance

IV.1 Définition :

L'hémovigilance est le système de surveillance épidémiologique de la chaîne


transfusionnelle, unissant le donneur au receveur. Elle constitue l'un des éléments de la
sécurité transfusionnelle.

La Loi N093-5 du 4 janvier 1993 relative à la sécurité en matière de transfusion sanguine


et de médicaments (journal officiel du 5 janvier 1993 pages 237 à 246) définit
l’hémovigilance comme étant un ensemble de procédures de surveillance, organisées
depuis la collecte du sang et de ses composants jusqu’au suivi des receveurs, en vue de
recueillir et d’évaluer les informations sur les effets inattendus ou indésirables résultant
de l’utilisation thérapeutique des produits sanguins labiles et d’en prévenir l’apparition ».
Le décret d'hémovigilance du 24 janvier 1994 rend obligatoire la déclaration de tout
incident survenu lors de la transfusion de PSL. [35]

Selon les règles en vigueur au Maroc, stipulées dans la loi N°03-94 ; Elle comprend
également le suivi épidémiologique des donneurs.

Elle comporte pour toute unité préparée d’un produit sanguin labile :

o Le signalement de tout effet inattendu ou indésirable lié ou susceptible d’être


lié à l’usage thérapeutique de ce produit;

o Le recueil, la conservation et l’accessibilité des informations relatives à son


prélèvement, à sa préparation, à son utilisation ainsi qu’aux effets mentionnés
au a ci-dessus ;

· L’évaluation et l’exploitation de ces informations en vue de prévenir la survenance de


tout effet inattendu ou indésirable résultant de l’utilisation thérapeutique des produits
sanguins labiles (Art R.1221-16 à 45).

28
IV.2 Organisation :

L'Hémovigilance est organisée selon un réseau à trois niveaux :

- Niveau local : les correspondants d'hémovigilance

- Niveau régional : les coordonnateurs régionaux d'Hémovigilance,

- Niveau national : l'unité d'Hémovigilance de l'AFSSAPS.

IV. 3 Outils :

 La traçabilité :

La traçabilité désigne l’enregistrement du circuit et des opérations qui intéressent un PSL


tout au long de la chaîne transfusionnelle, Elle regroupe l’ensemble des mesures prises
pour assurer le suivi des produits sanguins labiles du donneur jusqu’au receveur. Elle
permet d’établir le lien entre le produit sanguin labile et le receveur effectif, tout en
préservant l’anonymat du donneur et de sorte qu’il ne soit pas porté atteinte au secret
médical. [36]

En cas de survenue d’un effet indésirable chez un receveur, elle permet de remonter toute
la chaîne transfusionnelle jusqu’au donneur et de prendre les mesures correctives. De
même, lorsqu’une anomalie biologique est détectée chez un donneur de sang, la
traçabilité des produits sanguins labiles permet de retrouver le receveur et de le prendre
en charge [37]. Ainsi, l’objectif de la traçabilité est de retrouver à partir d’un numéro de
don, d’une part, l’historique du donneur et d’autre part, le ou les receveurs effectifs des
produits issus de ce don. Le retour d’information repose sur les échanges de données
entre les établissements de transfusion sanguine et les établissements de soins. [36]

 Le système de veille et d’alerte sanitaire :

C’est le signalement obligatoire dans les 8 heures de tout incident immédiat ou retardé
chez une personne transfusée. Il doit être signalé au correspondant d’hémovigilance de la
structure sanitaire et noté dans le dossier du malade ;

29
- Une fiche d’incident transfusionnel (FIT) est alors établie conjointement par les
correspondants d’Hémovigilance de la structure sanitaire et du SDTS dans les 48
heures et classée dans le dossier du malade et envoyée au SNTS ;

- Une enquête transfusionnelle doit être ouverte par les correspondants


d’Hémovigilance afin de réaliser des actions correctives et préventives.

30
Le conseil
transfusionnel
Cas particulier des CGR

31
B. Le conseil transfusionnel ; Cas particulier des CGR [38]

I. Généralités :
Le conseil transfusionnel est défini comme l’aide apportée au choix de la thérapeutique
transfusionnelle, à la prescription de produits sanguins labiles , à la réalisation de l’acte
transfusionnel, au suivi des receveurs et à l’application des conditions de conservation et
de transports des produits sanguins. [39]

Il s’agit d’une obligation des établissements de transfusion sanguine (ETS) au bénéfice


des services de soins des établissements de santé (ES) et, plus précisément, de leurs
équipes soignantes (prescripteurs, infirmiers, etc.).

Il englobe à la fois une mission d’aide personnalisée à la thérapeutique transfusionnelle


(le bon produit au bon moment, adapté au patient et/ou à sa pathologie) et une mission de
santé publique (un conseil harmonisé sur l’ensemble du territoire, optimisant la qualité et
la quantité de produits sanguins labiles délivrés afin de garantir la disponibilité de cette
ressource rare, précieuse et indispensable).

Dans sa mission d’aide personnalisée à la thérapeutique transfusionnelle, le conseil


transfusionnel doit s’inscrire dans une démarche d’amélioration continue tenant compte
des évolutions médicales et des connaissances scientifiques en la matière. La permanence
24 heures sur 24 du conseil transfusionnel est une exigence réglementaire. Cette
organisation permanente doit être réfléchie, planifiée et dotée d’outils de communication
performants. L’écoute et la pédagogie vis-à-vis des prescripteurs et utilisateurs, pour
certains peu familiers des produits sanguins labiles (PSL) et de leur transfusion, sont des
qualités essentielles des professionnels de l’EFS qui participent au conseil transfusionnel.
L’image de professionnalisme et la réputation de l’EFS se construisent aussi au travers de
ces relations individuelles qui se créent, parfois dans des conditions d’urgence et de
stress, et dont les acteurs du conseil transfusionnel ont la responsabilité.

Dans sa mission collective de santé publique, le conseil transfusionnel doit être


harmonisé sur l’ensemble du territoire national en s’appuyant, d’une part, sur la
réglementation de (ANSM), les recommandations de bonnes pratiques de la Haute

32
Autorité de santé (HAS) et les accords de consensus (ES/EFS) en vigueur et, d’autre part,
sur un enseignement homogène des différents acteurs. Cet enseignement doit les
responsabiliser sur leur contribution au bon usage des PSL.

Le conseil transfusionnel joue un rôle fondamental dans la thérapeutique transfusionnelle


: il contribue à la justesse de la prescription qui correspond, à un moment donné, aux
besoins transfusionnels précis d’un patient. La justesse de la prescription doit être aussi
bien qualitative que quantitative.

L’aspect qualitatif s’évalue au regard de la cohérence de l’indication, de la pertinence des


qualifications et/ou transformations demandées et de la conformité de la prescription de
PSL.

L’aspect quantitatif s’évalue au regard du nombre de PSL prescrits, compte tenu, à la


fois, des besoins prévisibles du patient du fait de son état clinique (prévention des
accidents de surcharge) et de ses résultats biologiques et du délai nécessaire à la
transfusion de ces PSL.

I.1 Réglementation :

La permanence 24 heures sur 24 sur place ou par astreinte, est une exigence
réglementaire pour l’activité du conseil transfusionnel elle doit être assurée par au moins
un médecin possédant les qualifications requises [40]

C’est-à-dire l’un des diplômes suivants :

- Le diplôme d’études spécialisées complémentaires d’hémobiologie- transfusion ;

- La capacité en technologie transfusionnelle ;

- Le diplôme universitaire de transfusion sanguine ;

I.2 Participation des différents intervenants :

Le conseil transfusionnel, lorsqu’il ne porte que sur des avis ou interprétations des
résultats des examens transfusionnels ou sur le choix de l’utilisation des PSL, peut être
exercé par un pharmacien biologiste qui, d’une part, satisfait aux conditions prévues aux

33
articles L. 6213-1 à L. 6213-6 et, d’autre part, exerce dans un laboratoire
d’immunohématologie associé à un service de délivrance de PSL. Ce pharmacien
biologiste possède, en outre, des compétences particulières reconnues par des diplômes
ou des formations et, le cas échéant, une expérience déterminés par arrêté du ministre
chargé de la Santé et du ministre de la Défense (décret no 2014-1042 du 12 septembre
2014).

Les limites du champ de compétences de chaque catégorie de personnel peuvent être


définies de la manière suivante :

I.2.1 Le personnel médicotechnique de délivrance/distribution


habilité :

Répond aux questions concernant les conditions de conservation des PSL dans les
services, ainsi que certaines modalités de transfusion ;

Modifie, en le traçant, les prescriptions comme décrit dans les documents d’aide au choix
des PSL qualifiés et/ou transformés et en fonction des protocoles thérapeutiques validés
par le Comité de sécurité transfusionnelle et hémovigilance (CSTH) ou la sous-
commission chargée de la sécurité transfusionnelle et de l’hémovigilance (SCSTH).

Il peut ainsi traiter les discordances entre la prescription et le protocole transfusionnel en


l’absence d’une qualification ou d’une transformation requise par la consigne
transfusionnelle du patient, le protocole transfusionnel en vigueur ou la réglementation
(la prescription est à modifier, et il n’y a aucun enjeu sécuritaire, le produit comportant
des qualifications supplémentaires à celles demandées).

Il peut également gérer les discordances entre la prescription et le protocole


transfusionnel si la prescription comporte une qualification ou une transformation non
requise par la consigne transfusionnelle du patient ou le protocole transfusionnel en
vigueur. Dans ce cas, le personnel vérifiera, au préalable, auprès du service prescripteur
qu’un événement, un traitement, la découverte d’une pathologie ou la connaissance d’une
information vient justifier la demande. Le cas échéant le service peut accepter la
modification proposée.

34
Il peut enfin gérer, en concertation avec le service, la modification de l’heure de mise à
disposition pour des PSL non disponibles, si le délai d’approvisionnement est compatible
avec l’état de santé du patient.

Il prévient du nouveau délai pour la mise à disposition des PSL : il s’agit alors d’une
simple modification du délai de délivrance.

Remarque : En cas de doute ou en absence d’accord du prescripteur, le personnel


médicotechnique prend contact avec le responsable de la délivrance/distribution ou avec
le médecin ou le pharmacien biologiste en charge du conseil transfusionnel.

I.2.2 Le biologiste responsable des laboratoires d’immunohématologie


(IH) et/ou d’histocompatibilité (HLA) ou son remplaçant :

Donne une consigne transfusionnelle quant au choix des caractéristiques


immunohématologiques (IH) d’un PSL, en cas de difficulté d’interprétation des résultats
d’IH ou de HLA/HPA (groupe, phénotype, recherche d’anticorps irréguliers, épreuve
directe de compatibilité au laboratoire, anticorps anti-HLA/ HPA, etc.) ou sur le choix de
l’utilisation des PSL.

Le médecin ou le pharmacien biologiste responsable prend contact avec le service


prescripteur pour toute modification de prescription. En l’absence d’accord, il prend
contact avec le médecin en charge du conseil transfusionnel.

I.2.3 Le responsable de la délivrance/distribution :

S’il est pharmacien ou médecin n’ayant pas les qualifications requises pour le conseil
transfusionnel, il y participe dans les situations qui ne nécessitent pas l’intervention du
médecin en charge du conseil transfusionnel. Il s’agit notamment dans le cadre de la
permanence de la délivrance/distribution et dans son champ de compétence défini, de :

- Problème d’approvisionnement,

- Demande de produit « rare » nécessitant un approvisionnement spécifique,

- Problème de conservation ou de transport des PSL,

- Rappel de produits dans le cadre d’une procédure d’alerte,

35
- Tout événement impliquant l’organisation de la délivrance ou pouvant mettre en
péril la sécurité des produits ou des personnes,

- Déclenchement d’un plan d’urgence,

- Modification de prescription,

- Effet indésirable receveur (EIR).

Le responsable de la délivrance/distribution prend contact avec le prescripteur. En


l’absence d’accord avec le prescripteur ou à sa demande, il fait appel au médecin ou au
pharmacien biologiste en charge du conseil transfusionnel.

I.2.4 Le médecin en charge du conseil transfusionnel :

Le personnel de délivrance/distribution fait appel au médecin en charge du conseil


transfusionnel à chaque demande d’un prescripteur d’un conseil médical d’aide au choix
de la thérapeutique transfusionnelle ou à la prescription de PSL, à chaque situation
complexe (suspicion d’incompatibilité immunologique complexe, prescription de
concentrés de granulocytes d’aphérèse ou de produits rares non stockés, etc.), lors
d’information post-don (IPD) ou d’EIR avec nécessité de transfuser à nouveau...

I.3 Organisation du conseil transfusionnel :

Le conseil transfusionnel s’appuie sur un trépied indispensable : une organisation


permanente planifiée, des acteurs qualifiés et formés et, enfin, des outils adaptés.

I.3.1 Une organisation permanente planifiée :

Le responsable de la délivrance/distribution ou le médecin responsable du conseil


transfusionnel (si différent) organise des permanences de délivrance/distribution et de
conseil transfusionnel. [39] En pratique, il réalise un tableau d’astreinte pour une durée
de six mois, précisant les noms et coordonnées (téléphone dédié à l’astreinte) des
médecins concernés. Les médecins ou les pharmaciens biologistes d’astreinte
transfusionnelle doivent être joignables 24 heures sur 24 durant leur période d’astreinte
(qui débutent le lundi à huit heures jusqu’au lundi suivant huit heures sauf s’il s’agit d’un

36
jour férié, ce qui porte au mardi huit heures) des remplacements de dernière minute
peuvent être réalisés, de manière équitable et confraternelle.

Le tableau d’astreinte est à disposition des techniciens de délivrance/ distribution de


chaque site transfusionnel de la région, seuls autorisés à contacter directement le
responsable d’astreinte (coordonnées non transmises à l’extérieur de l’ETS).

La mission du médecin ou du pharmacien biologiste d’astreinte transfusionnelle est de


répondre, sur un territoire déterminé, aux :

- Appels des personnels de délivrance/distribution des différents sites de la région ;

- Appels des personnels des services d’immunohématologie, notamment dans les


situations où les résultats biologiques peuvent engager le pronostic vital du patient
(accidents hémolytiques transfusionnels, présence d’une double population,
difficultés ou impasses transfusionnelles, présence d’autoanticorps, mélange
complexes d’anticorps, ou anticorps anti-public, hémorragies fœto-maternelles
avec risque de décès in utero, allo-immunisations fœto-maternelles pré- et/ou
post-natales) ;

- Sollicitations des services de soins des ES desservis

- Sollicitations des donneurs de sang (IPD) …

I.3.2 Des acteurs qualifiés et formés :


Les médecins en charge du conseil transfusionnel possèdent tous les qualifications
requises par l’article R.1222-24 du CSP [40].

Des formations spécifiques dédiées, basées sur un programme national, doivent être
mises en place et réalisées en continu ,qui porte sur le rappel des procédures et modes
opératoires inhérents aux activités de délivrance, de conservation et de transport des PSL,
ainsi que d’hémovigilance [41]. Toutefois, la confrontation régulière à de nouvelles
situations et notamment l’appel des donneurs de sang pour des informations post don ou
des conseils médicaux [42], après la mise en place de la régionalisation, amène à
approfondir les différentes étapes de la chaîne transfusionnelle [43].

Par ailleurs, des réunions régionales régulièrement organisées, permettant la rencontre et


les échanges entre tous les acteurs du conseil transfusionnel, sont indispensables.

37
I.3.3. Des outils adaptés :

Les principaux outils adaptés à cette organisation sont :

 Un téléphone mobile

Permettant d’être joignable en permanence Chaque site participant au conseil


transfusionnel dispose d’un téléphone portable dédié, ce qui permet d’éviter de faire
circuler les appareils après chaque semaine d’astreinte

 Un cahier d’astreinte.

Chaque site bénéficie d’un cahier d’astreinte strictement identique à tous les autres. Ce
cahier, contient notamment les plannings des astreintes de conseil transfusionnel et de
biologie, l’annuaire téléphonique de l’ensemble des sites et les modalités de contact en
l’absence de permanence, les modalités de délivrance des PSL notamment en urgence
transfusionnelle, les recommandations de l’Afssaps [61][66] synthétisées pour les
concentrés de globules rouges phénotypes et les concentrés de plaquettes, des feuilles
vierges standardisées permettant de noter les appels, leur provenance, leur objet et la
conduite à tenir recommandée.

 Un ordinateur portable.

Chaque site bénéficie d’un ordinateur portable permettant d’accéder au logiciel


médicotechnique (LMT) de l’ETS afin de consulter le dossier informatique d’un patient,
ainsi que les procédures ou modes opératoires en vigueur.

 Un fichier informatique centralisé.

L’ensemble des données présentes sur les feuilles standardisées d’appel est saisi dans un
fichier Excel accessible aux médecins du conseil transfusionnel. Le contenu est lu et
analysé lors des réunions de rencontres des médecins en charge du conseil transfusionnel

 Un dossier informatique partagé.

Les comptes rendus des réunions de conseil transfusionnel, ainsi que les documents remis
et discutés en séance sont accessibles dans un dossier partagé de l’informatique de
l’établissement.

38
II. Le conseil transfusionnel adapté aux situations standardisées :

II.1 Les Produits Sanguins Labiles :

Un produit sanguin labile correspond à un produit préparé à partir du sang humain ou de


ses composants, notamment le sang total, le plasma et les cellules sanguins d’origine
humaine [44]

Il est obtenu par séparation primaire des éléments du sang, les PSL présentent des
caractéristiques communes:

 Ils sont dépendants des dons de sang.

 Le risque de transmission de maladies infectieuses est minime.

 La durée de conservation est limitée (de quelques jours à un an).

 Des règles strictes de conservation, de transport et d'utilisation (délai,


compatibilité immunologique, traçabilité) sont appliquées.

Il existe trois grandes familles de PSL : les concentrés de globules rouges (CGR), les
concentrés de plaquettes (CP) et les plasmas thérapeutiques ou plasma frais congelés
(PFC), le prélèvement par aphérèse permet désormais d’obtenir directement un concentré
de globules rouges et/ou un plasma et/ou un concentré de plaquettes.

La déleucocytation est actuellement obligatoire pour tous les produits sanguins labiles,
cette étape consiste à soustraire aseptiquement la majeure partie des leucocytes d’un
produit sanguin sans en dénaturer les autres composants , cette mesure a permis de
renforcer la sécurité sanitaire des produits sanguins labiles car l’élimination des
leucocytes réduit les risques de :

 Transmission de micro-organismes ; virus intra leucocytaires (CMV, HTLV),


infections bactériennes ;

 Réactions indésirables lors de la transfusion (frissons-hyperthermie) ;

 Allo-immunisation anti-HLA [45] [46].

39
La maîtrise de la qualité de la déleucocytation repose sur le respect du délai entre la fin
du prélèvement et la déleucocytation, de la température de filtration ainsi que du débit de
filtration directement lié à la hauteur de filtration [47]

Figure N°3 : Étapes de préparation à partir du sang total en fonction


du dispositif de prélèvement. [13]

 Les concentrés de globules rouges :

Les concentrés de globules rouges est une suspension de globules rouges obtenue à partir
de don de sang total après soustraction de plasma, ou à partir de prélèvement d’aphérèse,
ils sont systématiquement déleucocytés (CGRD), les CGR font également l’objet d’une
deuxième transformation : l’addition d’une solution supplémentaire de conservation en
phase liquide, cette solution est composée de chlorure de sodium, d’adénine, de glucose
et de mannitol : solution SAG-Mannitol (SAG-M).

40
La préparation des CGR à partir du sang total doit être réalisée dans un délai compris
entre 2 heures et 24 heures après le prélèvement, le sang total étant maintenu avant
séparation à une température comprise entre 18 °C et 24 °C.

À partir d’un prélèvement d’aphérèse, la préparation de CGR est réalisée par deux
méthodes :
- Erythraphérèse simple [48] : le prélèvement d’aphérèse est entièrement conçu
pour le recueil exclusif de globules rouges permettant de préparer deux CGR.
- Erythraphérèse combinée [49] : le CGR est préparé à partir de globules rouges
prélevés par aphérèse, un ou deux autres constituants sanguins (plasma et/ou
plaquettes) ayant également été prélevés chez le donneur dans l’objectif de
préparer au moins deux produits : : un CGR, et un plasma ou un concentré de
plaquettes. Les globules rouges prélevés sont transformés de la même façon que
lors de l’aphérèse simple de globules rouges.
II.2 Les caractéristiques communes à tous les CGR :

- Hématocrite compris entre 50 % et 70 % ;


- Taux d’hémolyse dans le produit mesuré à la fin de la durée de conservation
inférieur à 0,8 % de la quantité d’hémoglobine totale ;
- Température du produit maintenue entre + 2 °C et + 6 °C pendant la durée de
conservation.
- Le CGR déleucocyté contient au moins 40 g d’hémoglobine, sous un volume
d’environ 250 ml avec anticoagulant et solution de conservation il doit être
mentionné sur l’étiquette du CGR avec un contenu maximal en leucocytes
résiduels de 1 × 106 par unité dans au moins 97 % de la production avec un
degré de confiance de 95 %.
·La durée de conservation maximale avant délivrance est de 42 jours (5 ± 3 °C) à
compter de la fin du prélèvement dans le cas de l’utilisation de la solution SAG -
mannitol.

41
En cas d’ouverture intentionnelle de la poche, lors de la préparation ou pendant la
conservation, le concentré de globules rouges unité adulte peut être conservé au
maximum 24 heures.

La transfusion d’un CGR délivré est à débuter impérativement dans les 6 heures suivant
l’arrivée dans le service clinique, si le transport a été réalisé selon les bonnes pratiques.
Dans le cas contraire, ce délai débute à l’heure de la délivrance.

II.3 Qualifications et Transformations des CGR :

-Une qualification correspond à la réalisation de certains examens biologiques


spécifiques supplémentaires par rapport au produit cellulaire initial de base afin
d’affecter une spécificité complémentaire au CGR, soit à sélectionner pour le receveur le
CGR le plus adéquat possible. Elle ne modifie ni le contenu ni la date de péremption du
produit.

Les transformations et les qualifications liées au don sont associables et cumulables.

 Les CGR phénotypés :

Cette qualification s'applique lorsque sont effectuées une ou plusieurs déterminations


d'antigènes, outre celle du groupe AB0 et de l'antigène Rhésus 1.

- Phénotype RH-KEL1 : la détermination de cinq antigènes RH2(C), RH3(E),


RH4(c), RH5(e) du système Rhésus et KEL1(K) du système Kell a été réalisée
- Phénotype étendu : Le phénotypage peut être étendu aux autres systèmes : Duffy,
Kidd, MNSs en cas de poly-allo-immunisation.
 Les CGR compatibilisés :

Elle consiste à tester le sérum du receveur vis-à-vis des GR contenus dans la tubulure du
CGR à transfuser, puis d’attribuer à ce CGR la qualification « compatibilisé » si
l’épreuve est négative. Le délai maximal de validité de cette épreuve est de 3 jours à
partir de la date du prélèvement du receveur. Le CGR compatibilisé porte les mentions
suivantes : identité du receveur, date de réalisation et durée de validité de l’épreuve. Elle
est indiquée chez les patients allo-immunisés (RAI positive). [50]

42
 Les CGR CMV négatifs :

Cette qualification s’applique aux CGR provenant de donneurs chez lesquels la recherche
d’anticorps anti-CMV est négative au moment du don. Sa disponibilité est limitée du fait
de la séroprévalence élevée (50 à 80 %) des anticorps anti-CMV dans la population des
donneurs de sang.

-Les transformations sont des étapes de préparation supplémentaires au processus de


préparation initiale appliquée à un CGR permettant d’obtenir un ou plusieurs autres CGR
dont les caractéristiques ont été modifiées en quantité (quantité d’hémoglobine, volume,
protéines plasmatiques) ou en qualité (déplasmatisation, irradiation…) ces
transformations sont cumulables et aboutissent à une perte d’une partie du principe actif
des CGR, le contenu en hémoglobine. De surcroît, les lésions de stockage peuvent
s’accélérer après transformation, entraînant une réduction de la durée de conservation du
produit avant utilisation.

 Les CGR irradiés :

Exposition des CGR à une source de rayonnements ionisants Gamma (dose reçue
comprise entre 25 et 45 grays), afin d’inactiver les lymphocytes T, mais sans altérer la
qualité des globules rouges, des polynucléaires et des plaquettes.

Elle a pour but de bloquer la potentialité de mitose des lymphocytes T, empêchant ainsi
une réaction type greffon contre l’hôte susceptible de survenir chez les patients
immunodéprimés et incapables d’éliminer les lymphocytes transfusés.

En raison des lésions induites, et notamment une libération de potassium, le délai


d’utilisation après irradiation doit être le plus court possible, notamment en néonatologie.

• L’AABB (American Association of Blood Banks) considère que l’irradiation peut être
réalisée à n’importe quel moment de la conservation, mais que les CGR irradiés ne
peuvent être conservés au-delà de vingt-huit jours après l’irradiation [51] ;

• Le conseil de l’Europe, dans sa 17ème édition du guide sur la préparation, l’utilisation


et l’assurance qualité en transfusion sanguine, préconise que les CGR puissent être

43
irradiés jusqu’au vingt-huitième jour de conservation, que leur transfusion soit réalisée le
plus rapidement possible après irradiation, et qu’enfin, indépendamment de la date de
l’irradiation, aucun CGR irradié ne soit transfusé au-delà du vingt-huitième jour de
conservation [52].

 Les CGR Préparation pédiatrique :

C’est la division aseptique d’un CGR déleucocyté en plusieurs unités pédiatriques. Un


seul don conduit à la production de plusieurs unités utilisables successivement pour un
même patient utilisé soit séparément, soit pour la transfusion d’enfant de moins de 10 kg.
Dans ce cas, les CGR transformés peuvent être utilisés jusqu’à la date de péremption, qui
est de 42 jours pour les CGR en solution supplémentaire de conservation SAG-Mannitol.

-Le volume minimal est de 50 ml ;

-Le contenu en hémoglobine est défini en référence au CGR d’origine ;

-Les caractéristiques relatives à l’aspect, à l’hématocrite et au taux d’hémolyse sont


identiques à ceux du CGR d’origine.

 Les CGR déplasmatisés :

Élimination aseptique de la majeure partie du plasma par lavages successifs en solution


saline tamponnée suivis d’une remise en suspension des éléments cellulaires dans une
solution injectable permettant de préserver les qualités fonctionnelles des cellules. Les
CGR déleucocytés déplasmatisés contiennent moins de 0,5 g de protéines extracellulaires
(sans tenir compte de l’albumine éventuellement apportée par la solution de remise en
suspension), ont un contenu très réduit en plaquettes, sont périmés au bout de 6 heures.
Le contenu minimal en hémoglobine est supérieur ou égal à 35 g pour l’unité adulte et
compris entre 20 g et 35 g pour l’unité enfant. L’hématocrite est compris entre 50 % et
80 %(si péremption à 24 heures). En cas de déplasmatisation, et d’addition d’une solution
supplémentaire de conservation en phase liquide, l’hématocrite est compris entre 40 % et
70 %( si péremption à 10 jours). La durée de conservation après déplasmatisation est soit
de 24 heures en circuit ouvert soit de 10 jours si déplasmatisation par un système
automatisé et ajout d’une solution de conservation, la durée de réalisation de cette
transformation est de l’ordre de deux heures ; Elle s’accompagne d’une perte d’environ
10 % des globules rouges.

44
 Les CGR cryoconservé décongelé :

La cryoconservation consiste à congeler, conserver et décongeler aseptiquement un CGR


avec ajout d’un cryoprotecteur, le glycérol. La phase de décongélation nécessite une
étape de déglycérolisation, elle est réalisée par centrifugations et lavages. Après
décongélation et élimination du cryoprotecteur le contenu minimal en hémoglobine est
supérieur ou égal à 35 g. L’hématocrite est compris entre 50 % et 80 %( si péremption à
24 heures). En cas de cryoconservation à l’aide d’un système automatisé et validé
l’addition d’une solution supplémentaire de conservation est réalisée immédiatement
après déglycérolisation, dans ce cas, l’hématocrite est compris entre 40 % et 70 %( si
péremption à 7 jours). Le CGR doit être transfusé dans les 24 heures. Si la décongélation
et la déglycérolisation sont réalisées à l’aide d’un système fonctionnellement clos avec
addition d’une solution supplémentaire de conservation, le délai maximal entre
décongélation et l’utilisation du CGR est de 7 jours. La durée de réalisation de la
décongélation est de 2 heures et demie. [53]

La cryoconservation permet une conservation à long terme voire même illimitée des
CGR ayant des groupes sanguins rares, ou des associations phénotypiques rares.

Elle se fait à – 80ºC par congélateur électrique ou à –150ºC par Vapeur d’azote.

 Réduction de volume :

C’est l’élimination aseptique d’une partie du milieu de suspension d’un CGR déleucocyté
par centrifugation, elle aboutit à une augmentation de l’hématocrite du CGR ≥ 70 %. Il
s’agit, cependant, d’une mesure nécessitant du temps supplémentaire avant la délivrance
car sa durée de réalisation est de l’ordre d’une heure.

Le contenu en hémoglobine et les caractéristiques relatives à l’aspect et au taux


d’hémolyse sont identiques à ceux du produit d’origine, la durée maximale de
conservation est de 24 heures.

45
 Sang reconstitué:

La reconstitution de sang total consiste à mélanger aseptiquement un CGR, soit avec une
solution d’albumine à 4 %, soit avec un plasma frais congelé ABO compatible en
fonction de l’indication clinique ; la reconstitution se fait habituellement avec du PFC
pour prévenir les troubles de la coagulation que pourrait induire l’utilisation de
l’albumine. Le contenu en hémoglobine est défini en référence au produit d’origine.
L’hématocrite est compris entre 35 % et 50 %, la durée de conservation des CGR avant
reconstitution ne doit pas excéder 5 jours compte tenu de leur emploi dans le cadre de la
transfusion massive, la durée de conservation du sang total reconstitué est de 6 heures.

46
Nom du PSL

Date de péremption

Groupe ABO RH1

Phénotype RH KEL1 (2
nomenclatures)

Numéro du don =
numéro du PSL

Modalités de
conservation à l’ETS ou
au dépôt

Figure N°4 : Principales informations figurant sur les étiquettes de PSL [10]

N.B : Les étiquettes apposées sur les CGR doivent obligatoirement mentionné en
plus de la dénomination courte du produit et les initiales de la solution
anticoagulante et de conservation :

Le contenu en hémoglobine (en grammes), le volume calculé (en millilitres), le nom de


l’établissement de transfusion sanguine, le numéro du don, le groupe sanguin ABO-RH1
et le phénotype RH-KEL1, s’il y a lieu, noter la présence d’anticorps antiérythrocytaires
irréguliers, la température de conservation entre + 2 °C et + 6 °C, la date et l’heure de
péremption.

47
II.4 Indications Des Concentres De Globules Rouges :

II.4.1 Prescription de CGR pour anémie ou saignement en médecine :

Les seuils inférieurs de concentration d'hémoglobine considérés comme normaux chez


l'adulte sont de 125 g/L chez la femme et 135 g/L chez l'homme (ces seuils sont
beaucoup plus élevés chez le nouveau-né). Toute valeur inférieure à ces seuils constitue
donc une anémie. Cependant, les mécanismes d'adaptation à l'anémie sont tels que l'on
n'est pratiquement jamais amené à transfuser à de tels seuils. La décision de transfusion
de concentrés de globules rouges (CGR) procède de raisonnements différents selon le
mécanisme de survenue de l'anémie. [56]

 Mécanismes d'adaptation à une anémie aiguë :


L'augmentation de l'extraction d'oxygène en cas d'anémie est liée à trois mécanismes : la
redistribution du débit sanguin privilégiant le cœur et le cerveau, dont la réserve
d'extraction d'oxygène est faible [57], l'augmentation de la surface d'échange capillaire,
et enfin la diminution de l'affinité de l'Hb pour l'O2. En cas d'anémie aiguë, les deux
premiers mécanismes sont très importants, le troisième restant très modeste, voire
inexistant. L'augmentation du débit cardiaque est, à l'état normal, une adaptation à
l’effort [55]. Une adaptation analogue est observée en cas d'anémie aiguë [58].

L'augmentation du débit cardiaque en réponse à l'anémie aiguë permet de tolérer une


concentration d'hémoglobine très basse chez le sujet sain, de l'ordre de 40 g/L pour un
débit cardiaque de l'ordre de 6 L/min. Néanmoins, des signes cliniques d'intolérance à
l'anémie peuvent apparaître à des concentrations d'hémoglobine comprises entre 50 et 70
g/L. Chez les patients dont la fonction ventriculaire est moins adaptable, les signes de
défaillance pourront survenir à un seuil supérieur à 70 g/L. Ces mécanismes d'adaptation
peuvent être altérés, notamment en cas d'infection sévère. La décision de transfusion en
cas d'anémie aiguë doit donc tenir compte de la capacité de l'organisme à augmenter son
débit cardiaque. [59]

48
 Mécanismes d'adaptation à une anémie chronique :
La courbe de dissociation de l'oxygène à partir de l'hémoglobine a une forme sigmoïde.
La pression partielle d'oxygène nécessaire pour obtenir une saturation en oxygène égale à
50 % (P50) est de 26 mm Hg chez l'adulte sain. Cette valeur est modifiée en cas d'anémie
chronique par l'augmentation de la concentration de 2,3-di-phospho glycérate (2,3-DPG)
intra-érythrocytaire, qui induit une diminution de l'affinité de l'Hb pour l'oxygène. Cette
diminution d'affinité entraîne une déviation de la courbe de dissociation de l'oxygène
vers la droite, facilitant ainsi le relargage de l'oxygène fixé sur l'hémoglobine vers les
tissus. Ce mécanisme, pratiquement inexistant en cas d'anémie aiguë, est mis en œuvre en
cas d'effort prolongé et surtout en cas d'anémie chronique en dehors de tout effort. Ceci
explique, d'une part, le fait que certains individus très anémiés, avec parfois de façon
constante un taux d'hémoglobine inférieur à 70 g/L, supportent très bien leur anémie tant
qu'ils sont au repos, et, d'autre part, que ces mêmes individus ont une capacité très
réduite, voire inexistante d'adaptation à l'effort. [60]

II.4.1.1 En cas d’anémie aiguë [61] :

L’urgence est de corriger l’hypovolémie. La transfusion sera envisagée en cas d’état de


choc ou de mauvaise tolérance à la chute de l’hémoglobine.

Nombreux paramètres doivent être pris en compte afin de définir les seuils
transfusionnels : concentration en hémoglobine [Hb] du patient, la réserve cardiaque,
l’estimation de la vitesse du saignement, la rapidité d’installation et tolérance clinique de
l’anémie.

Dans le cadre de la prise en charge des patients anesthésiés en cours d'intervention


chirurgicale et sans antécédents cardiovasculaires, le seuil de concentration
d'hémoglobine de 7 g/dl est généralement admis pour la décision de transfusion de CGR.

Ce seuil est augmenté à 8–9 g/dl chez les patients ayant des antécédents
cardiovasculaires, et à 10 g/dl chez les sujets avec une insuffisance coronaire aiguë ou
une insuffisance cardiaque avérée.

49
Hormis les situations d'exception, notamment les anémies curables, les
hémoglobinopathies et les patients en cours de traitement par radiothérapie, ces seuils
doivent être respectés en cas d'anémie aiguë en dehors des situations chirurgicales, afin
de prévenir toute décompensation. Cependant, il est possible qu'avant d'atteindre ces
seuils, des symptômes de mauvaise tolérance associés à la diminution brutale de la
concentration d’hémoglobine, voire un état de choc, apparaissent que ces signes
persistent malgré la correction de l'hypovolémie .Dans ces cas, la transfusion doit être
prescrite même si les résultats de concentration d'hémoglobine montrent des valeurs
supérieures aux seuils indiqués ci-dessus.

En résumé,

Les seuils suivants sont retenus :

- 7 g/dl chez les personnes sans antécédents particuliers ;

- 8-9 g/dl chez les personnes ayant des antécédents cardiovasculaires ;

- 10 g/dl chez les personnes ne tolérant pas cliniquement les concentrations


inférieures ou atteintes d’insuffisance coronaire aiguë ou d’insuffisance cardiaque
avérée.

 Indications de transfusion de CGR en cas d’anémie aiguë :


Les signes de gravité d’une anémie aiguë les plus fréquents sont : syncope, dyspnée,
tachycardie, angor, hypotension orthostatique, accident ischémique transitoire.

Les signes suivant doivent faire envisager la transfusion de CGR :

- Une polypnée excessive, une tachycardie supérieure à 130 min-1 ou une


hypotension persistante chez un sujet jeune en bonne santé,

- L’apparition ou l'aggravation d'un angor, des modifications de l'ECG (y compris


asymptomatiques) en faveur d'une ischémie myocardique chez un sujet âgé ou
coronarien ou porteur d'un rétrécissement aortique, ou l'apparition d'un déficit
neurologique (y compris transitoire) chez le sujet âgé ou vasculaire.

50
- Une altération de la vigilance, une lipothymie d'effort ou une hypotension
persistante, chez un sujet insuffisant cardiaque ou respiratoire,

- Etat de choc malgré la correction de l’hypovolémie,

- Persistance, malgré la correction de l’hypovolémie, des symptômes de mauvaise


tolérance associés à une chute d’ [Hb].
II.4.1.2 En cas d’anémie chronique [56] :

Avant toute transfusion, un diagnostic étiologique de l’anémie doit être établi et les
alternatives doivent être systématiquement recherchées (traitement d’une carence en fer,
folates, vitamine B12, utilisation d’érythropoïétine recombinante (EPO) chez les
insuffisants rénaux, arrêt d'un médicament hématotoxique lorsque c’est possible,
traitement d'une maladie inflammatoire), ou lorsque la sévérité de l’anémie ne permet pas
d’attendre la réponse à ce traitement étiologique.

Il faut noter que la tolérance clinique de l’anémie chronique est extrêmement variable
d’un individu à l’autre, ainsi qu’en fonction de son activité physique.

Les seuils transfusionnels sont légèrement abaissés par rapport à l’anémie aiguë :

Lorsque la concentration d'hémoglobine est inférieure à 6 g/dl, et en dehors de la


situation particulière où une anémie très profonde peut être bien tolérée (anémies
carentielles : carence en fer, en folates ou en vitamine B12 (anémie de Biermer),
certaines anémies inflammatoires, anémie de l’insuffisance rénale chronique ou en cas
d’anémie hémolytique auto-immune), la probabilité de survenue de signes d'intolérance
est telle que la transfusion est indiquée d’emblée.

Lorsque la concentration d'hémoglobine est comprise entre 6 et 8 g/dl, l'adaptation à


l'anémie est généralement efficace chez les sujets sans altération des fonctions
cardiovasculaires. L'indication de la transfusion ne sera donc posée, en l'absence de
signes d'intolérance, que chez les patients ayant des antécédents cardiovasculaires. En
revanche, la survenue de signes d'intolérance (asthénie, irritabilité, dyspnée d'effort,
tachycardie, céphalées, vertiges, ou malaises) justifiera l'indication d'une transfusion de
CGR.

51
Lorsque la concentration d'hémoglobine est comprise entre 8 et 10 g/dl, l’adaptation à
l'anémie est en règle efficace, y compris chez les sujets avec antécédents
cardiovasculaires. L'indication de la transfusion ne sera donc posée en l'absence de signes
d'intolérance que chez les patients ayant une insuffisance coronaire aiguë ou une
insuffisance cardiaque avérée. Cependant, bien qu'exceptionnelle, la survenue de signes
d'intolérance qui traduisent l'hypoxie tissulaire ou l'insuffisance des mécanismes
compensateurs, (asthénie, irritabilité, dyspnée d'effort, tachycardie, céphalées, vertiges,
ou malaises [62]) justifiera l'indication d'une transfusion de CGR, car la tolérance
clinique est très variable d’un individu à l’autre et est fonction de l’efficacité des
mécanismes compensateurs, essentiellement cardiovasculaires, mais aussi de l’âge et du
niveau d’activité physique de la personne.

Lorsque la concentration d'hémoglobine est supérieure à 10 g/dl, l'indication de la


transfusion de globules rouges est plus rare, basée sur l'existence de signes d'intolérance
à l'anémie et est fonction de l’état clinique du patient, en particulier chez le sujet âgé

II .4.1.3 Exemples de traitements curatifs des anémies curables à


court terme :

a) Anémies curable :

C'est typiquement le cas des anémies par déficit en vitamine B12, acide folique ou fer,
mais aussi de l'anémie de l'insuffisance rénale chronique par défaut de production
d'érythropoïétine. L'indication de la transfusion reste rare car la correction du déficit en
cause permet de corriger en général assez rapidement l'anémie. L'indication
transfusionnelle repose exclusivement sur les signes de mauvaise tolérance immédiate de
l'anémie, et non sur le taux d’hémoglobine, ces patients pouvant vivre au repos avec des
taux très bas, parfois jusqu'à 50g/L. [63]

b) Exemples de traitements curatifs : [64]

● Carence en fer

Une supplémentation par du fer par voie orale est recommandée en dehors des situations
d’urgence.

52
En cas de mauvaise tolérance digestive, il est recommandé de prescrire le fer oral au
cours des repas.

L’administration de fer par voie intraveineuse pratiquée en milieu hospitalier est


recommandée en cas d’intolérance du fer par voie orale ou d’inefficacité, prouvée ou
probable, comme c’est le cas notamment dans les maladies inflammatoires du tube
digestif.

● Carence en folates

La correction de la carence en folates repose sur l’apport de folates par voie orale,
associé à un contrôle par hémogramme de son efficacité. L’administration de folates par
voie parentérale est recommandée en cas d’impossibilité ou d’inefficacité de
l’administration par voie orale.

● Carence en vitamine B12

La correction de la carence en vitamine B12 repose sur l’administration de cette


vitamine. Il est recommandé de l’administrer par voie orale sous couvert d’un dosage
sanguin.

L’administration par voie parentérale (intramusculaire ou sous-cutanée profonde) est


recommandée, à la phase initiale en particulier quand il s’agit d’éviter une transfusion ou
lorsqu’il existe des signes neurologiques.

II.4.2 Prescription de CGR pour anémie ou saignement dans un


contexte chirurgical :

 Taux d’hémoglobine<7g/dl
Le seuil transfusionnel de 7g/dl est recommandé dans les situations suivantes :

- chez le patient sans insuffisance coronarienne aiguë;

- chez le patient traumatisé, hors traumatisme crânien et hors transfusion massive;

- chez le patient présentant une hémorragie digestive.

53
 Taux d’hémoglobine<8g/dl
Il est recommandé, au cours de la période périopératoire, de privilégier un seuil
transfusionnel de 8-9 g/dl chez les personnes ayant des antécédents cardio-vasculaires.

 Taux d’hémoglobine<10g/dl
Les seuils transfusionnels suivants d’hémoglobine au cours de la période périopératoire
sont recommandés:

-7g/dl chez les personnes sans antécédents particuliers;

-10g/dl chez les personnes ne tolérant pas cliniquement les concentrations d’hémoglobine
inférieures ou atteintes d’insuffisance coronarienne aiguë ou d’insuffisance cardiaque
avérée ou bêta-bloquées.

II.4.3 Prescription de CGR pour anémie ou saignement dans un


contexte obstétrical :

II.4.3.1 Prise en charge anténatale de l’anémie :

Selon l’OMS, l’anémie pendant la grossesse est définie pour un taux d’hémoglobine (Hb)
≤11 g/dl au cours des premier et troisième trimestres et par un taux d’Hb ≤10,5 g/dl au
cours du 2ème trimestre.
L’anémie est sévère pour un taux d’Hb < 7µg/dl. L’anémie ferriprive représente 90 % des
anémies de la grossesse, elle est associée à une ferritine basse < 15 g/L. En cas de
ferritine normale ou élevée, le bilan permet de diagnostiquer les autres étiologies
beaucoup plus rares (drépanocytose, thalassémie...). Le traitement se fait par
supplémentation orale par fer et acide folique.
La transfusion sanguine est recommandée en cas de mauvaise tolérance clinique de
l’anémie, en cas d’hémorragie active (notamment les anomalies d’insertion placentaire)
ou à proximité du terme de la grossesse en sachant que le retentissement fœtal doit être
pris en compte. Les concentrés de globules rouges (CGR) seront ABO-RH1 compatibles,
phénocompatibles RH-KEL1.

54
II.4.3.2 Prise en charge péripartum de l’anémie :

Le traitement de la cause doit être concomitant avec la correction de l’anémie et des


troubles de l’hémostase : l’atonie étant la cause la plus fréquente, elle doit être prévenue
par l’injection intraveineuse d’ocytociques puis traitée le cas échéant par la poursuite des
ocytociques et l’introduction sans retard d’utéro toniques plus puissants tels que la
sulprostone.

L’indication de produits sanguins labiles a pour objectif de maintenir un taux d’Hb > 8
g/dl, un taux de fibrinogène > 2 g/L et un taux de plaquettes > 50 G/L tant que
l’hémorragie est active.

Une surveillance clinique et biologique par une numération formule sanguine (NFS) et un
bilan de coagulation, est indispensable.

Les concentrés de globules rouges seront ABO-RH1 compatibles, phénocompatibles RH-


KEL1.
II.4.4 Prescription de CGR pour anémie ou saignement en
néonatologie :

Les seuils transfusionnels érythrocytaires définis pour l'adulte sont le plus souvent
applicables à l'enfant de plus de 3 mois.
Pour le nouveau-né ou le nourrisson de moins de 3 mois, la décision transfusionnelle doit
tenir compte du fait que l’Hb fœtale (HbF) a une affinité plus importante pour l’O2 que
l’Hb adulte (HbA). La courbe de dissociation de l’O2 Hb se normalise vers l’âge de trois
mois. La transfusion d’HbA va permettre d’améliorer le relargage tissulaire de l’O2 ,
mais va diminuer l’érythropoïèse spontanée.

Comme chez l’adulte, l’indication transfusionnelle érythrocytaire dépend des signes


d’intolérance à l’anémie (dyspnée, tachycardie, tachypnée, difficultés d’alimentation,
diminution de l’activité, pâleur, apnées, bradycardie, absence de gain pondéral), du
contexte pathologique, des facteurs de risque associés, de l’importance de l’écart entre
les valeurs de référence pour l’âge gestationnel et l’âge postnatal, de la rapidité de
survenue de l’anémie, des possibilités de régénération médullaire. [65]

55
Deux situations nosologiques sont à distinguer concernant les transfusions à la période
périnatale :
 La transfusion de faible volume (≤ 20 ml/kg sur 3-4 heures ou avec un débit de
perfusion ≤ 5 ml/kg/h) concernant le nouveau-né quel que soit son terme de
naissance ;

 La transfusion massive (> 80 ml/kg par 24 heures, ou ≥ 25 ml/kg ou débit de


perfusion > 5ml/kg/h), la transfusion fœtale, l’exsanguino-transfusion.

 Choix des CGR chez le nouveau-né de plus de 32 SA [67]


Chez le nouveau-né de plus de 32 semaines d’âge postmenstruel et pesant plus de 1 500
grammes le jour de la transfusion, stable sur le plan cardio-respiratoire, pour une
transfusion de CGR d’un volume ≤ 20 ml/kg et à un débit réglé ≤ 5 ml/kg/h, les CGR
SAG-mannitol peuvent être utilisés pendant toute leur durée réglementaire de
conservation, c'est-à-dire inférieure ou égale à 42 jours.

 Choix des CGR chez le nouveau-né de moins de 32 SA stable


Chez le nouveau-né d’âge postmenstruel inférieur ou égal à 32 semaines ou pesant moins
de 1 500 grammes le jour de la transfusion ou bénéficiant d’un protocole « don unique »,
pour une transfusion de CGR d’un volume ≤ 20 ml/kg et à un débit réglé ≤ 5 ml/kg/h, la
durée de conservation maximale recommandée du CGR SAG-M est de 28 jours.

 Choix des CGR chez le nouveau-né de moins de 32 SA et le nourrisson


instables

Chez le nouveau-né et le nourrisson instables sur le plan cardio-respiratoire, pour une


transfusion de CGR d’un volume ≤ 20 ml/kg et à un débit réglé ≤ 5 ml/kg/h, il est
recommandé d’utiliser des CGR SAG-M conservés depuis une durée inférieure ou égale
à 14 jours.

 Choix des concentrés de globules rouges (CGR) chez le nouveau-né de moins


de 32 SA stable

56
Lors de transfusions de CGR de volume supérieur à 20 ml/kg ou de plus de 80 ml/kg/24 h
ou à un débit supérieur à 5 ml/kg/h chez le nouveau-né, il est recommandé d’utiliser des
CGR conservés depuis une durée inférieure ou égale à 5 jours en raison du risque
d’hyperkaliémie symptomatique.

 La transfusion in utero justifie l’utilisation de CGR de 5 jours au plus, ayant été


irradiés dans les 24 heures au plus jusqu’à 6 mois de vie corrigée.

Lors d’une transfusion fœtale, il est recommandé de transfuser des CGR conservés
depuis une durée inférieure ou égale à 5 jours.

 L’exsanguino-transfusion justifie l’utilisation de CGR de 5 jours au plus, ayant été


irradiés dans les 48 heures au plus.

Lors d’une exsanguino-transfusion chez le nouveau-né, il est recommandé de transfuser


des CGR conservés depuis une durée inférieure ou égale à 5 jours. [64]

II.5 Indications des Principales Transformations et Qualifications de


CGR :

II.5.1 Indications des CGR irradiés : [68]

Il est recommandé de prescrire la transformation « irradiation » :

 Des concentrés de globules rouges (CGR) chez :

- Patients porteurs d’un déficit immunitaire congénital cellulaire ;

- Transfusion de CGR ou de concentrés de plaquettes (CP) issus d’un don dirigé


intrafamilial ;

- Avant 7 jours ou pendant un prélèvement de cellules souches hématopoïétiques


(autologues ou allo géniques), médullaires ou sanguines ;

- Patients traités par greffe de cellules souches hématopoïétiques autologues ;

- Patients traités par greffe de cellules souches hématopoïétiques allo géniques ;

57
Chez le fœtus et le nouveau-né, l’irradiation est recommandée, en cas de transfusion
intra-utérine, d’exsanguino-transfusion ou de transfusion massive (> 1 masse sanguine)
chez le prématuré. En oncohématologie pédiatrique, les CGR sont habituellement irradiés
de principe

 Des CGR ou de CP chez :


- Patients traités par analogues des purines et pyrimidines jusqu’à 1 an après l’arrêt
du traitement ;
- Patients traités de façon répétée par sérum anti lymphocytaire ou par anti-CD52 ou
par anticorps monoclonaux ayant pour cible les lymphocytes T ;
- Immunosuppression T profonde hors VIH.
II.5.2 Indications des CGR CMV négatif : [68]
Le but de cette qualification « CMV négatif » est de prévenir l’infection par le CMV chez
les patients à risque :
- Prématurés de moins de 32 SA, lorsque la mère est séronégative pour le CMV ;
- Femmes enceintes CMV négatives ;
- Allogreffes de cellules souches hématopoïétiques en situation où donneur et
receveur sont CMV négatifs.
- Receveurs de greffe de poumon, quel que soit leur statut sérologique vis-à-vis du
CMV.
- Patients CMV négatifs en situation d’attente de greffe, afin de préserver leurs
chances de rester CMV négatifs ;

Les concentrés de globules rouges ou produits plaquettaires « CMV négatif » sont utilisés
dans les situations où la prévention de l’infection par le cytomégalovirus est d’un intérêt
vital à court ou moyen terme pour le patient immunodéficient et lui-même séronégatif vis
à vis du CMV.

Il n’y a pas lieu de prescrire la qualification « CMV négatif » pour les CGR ou les
concentrés de plaquettes quel que soit le terrain, l’âge ou la pathologie du patient.

58
II.5.3 Indications des CGR déplasmatisés :

- Patients intolérants aux protéines plasmatiques : antécédents de réactions


transfusionnelles anaphylactiques majeures (œdème de Quincke, choc
anaphylactique, Ac anti-IgA…).

- Antécédents de purpura post-transfusionnel (la déplasmatisation assure une


déplaquettisation). Leur utilisation est discutée en cas d’antécédents de réactions
transfusionnelles anaphylactiques mineures.

Elle n’est plus justifiée chez les patients atteints d’hémoglobinurie paroxystique
nocturne.

Chez le nouveau-né, la déplasmatisation s’impose lorsque le produit à transfuser contient


un anticorps potentiellement dangereux et s’il n’y a pas d’alternative.

Elle rend impossible la réalisation de « préparations pédiatriques » pour des raisons


techniques.

En raison de la présence d’anticorps maternels IgG dans le sang du fœtus et jusqu’à 3


mois après la naissance, les GR doivent être compatibles avec le groupe ABO de l’enfant
et celui de la mère. Cette situation peut conduire, en particulier en cas de transfusion
massive (exsanguino-transfusion), à utiliser la déplasmatisation pour réduire la
concentration d’anticorps anti-A et/ou anti-B du CGR.

II.5.4 Indications des CGR phénotypés : [69]

 Il est recommandé de prescrire la qualification « phénotypé RH-KEL1 » des CGR :

- Afin de prévenir l’apparition d’allo-anticorps chez

 Femmes, de la naissance jusqu’à la fin de la période procréatrice ;

 Patients atteints d’hémoglobinopathies ;

 Patients présentant un groupe sanguin rare.

59
- Afin de prévenir la survenue d’un accident hémolytique, chez :

Les patients ayant développé un ou des allo-anticorps antiérythrocytaires contre au moins


l’un des antigènes suivants : RH2, RH3, RH4, RH5 et KEL1.

 Il est recommandé de prescrire la qualification « phénotype étendu »,


-Afin de prévenir la survenue d’un accident hémolytique, chez :

Les patients ayant développé un ou des allo-anticorps antiérythrocytaires contre au moins


un antigène de groupe sanguin du globule rouge dans des systèmes de groupes sanguins
autres que RH et KEL1.

Il est souhaitable dans ce cas de respecter également le phénotype RH-KEL1 (antigènes


RH2, RH3, RH4, RH5 et KEL1) à titre préventif.

II.5.5 Indications des CGR déleucocytés cryoconservés : [69]

- Patients ayant un groupe sanguin rare, notamment ceux dont les globules rouges
sont dépourvus d’un antigène de fréquence élevée dit « antigène public »,

- Patients ayant de multiples anticorps anti-érythrocytes.

Une réserve individuelle est constituée lorsqu’un traitement transfusionnel est prévisible
(intervention programmée, grossesse débutante…).

Les CGR déleucocytés cryoconservés peuvent être employés dans les mêmes indications
que les CGR déleucocytés déplasmatisés, mais leur emploi n’est pas opérationnel à
grande échelle. Il n’y a pas d’indication spécifique chez le nouveau-né.

II.5.6 Indications des CGR déleucocytés compatibilisés :

La qualification « compatibilisé » est une obligation réglementaire en cas de transfusion


chez un patient ayant une RAI positive ou un antécédent de RAI positive. Ils sont
indiqués chez :

-Tout patient présentant ou suspecté de présenter un ou plusieurs allo-anticorps anti-


érythrocytaire(s) vis-à-vis de CGR phénotypés RH-KELL, en dehors de l’urgence vitale

60
-Chez le nouveau-né, en présence d’anticorps antiérythrocytaires, les CGR sont
compatibilisés vis-à-vis du sérum de la mère, d’où proviennent les anticorps

Il est recommandé de prescrire la qualification « compatibilisé » en cas de transfusion


d’un sujet porteur de drépanocytose.

II.5.7 Indication des préparations pédiatriques :

Il est recommandé de prescrire la transformation « préparation pédiatrique » de CGR en


cas de transfusion de CGR chez l’enfant de moins de 10 kg ;

-Transfusions répétées de GR chez le nouveau-né, afin de diminuer le nombre des


donneurs.

II.5.8 Indication à la réduction de volume : [68]

Essentiellement le nouveau-né, dans deux circonstances :

- Lorsque le volume injecté doit être contrôlé (éviter la surcharge volémique)

- Transfusion massive ; élimination de la majeure partie de la solution de


conservation en phase liquide.

II.5.9 Indication du sang total reconstitué :

Essentiellement le nouveau-né, pour la réalisation d’exsanguino-transfusions ou de


techniques d’assistance cardiorespiratoire.

La transfusion massive chez le nouveau-né se fait à condition que les groupes ABO du
nouveau-né et de la mère permettent l’utilisation de GR et de plasma du même groupe.

II.6 Les Situations d’urgence Transfusionnelle [69]

La distribution de CGR sera réalisée, avec des produits dont la qualification est la plus
proche possible du phénotype érythrocytaire du patient. Elle tiendra compte :

• Des femmes en âge de procréer ;

• Des patients ayant des allo-anticorps antiérythrocytaires ;

• Des sujets susceptibles d’être retransfusés, ayant une espérance de vie raisonnable.

61
Les qualifications autres qu’immunohématologiques et les transformations ne seront
prises en compte que s’il existe des produits disponibles correspondant exactement aux
besoins des patients.

Pour l’urgence transfusionnelle, trois niveaux sont réglementairement définis.

II.6.1 L’urgence vitale immédiate (UVI) :

L’obtention des PSL doit être la plus rapide possible et la distribution sans délai. Les
CGR seront éventuellement distribués (même si des résultats valides ne sont pas
disponibles) sans groupe sanguin et sans recherche d’agglutinines irrégulières (RAI) : O
RH : –1, KEL : –1, voire O RH : 1 et dépourvus d’hémolysine. En présence de données
valides d’immunohématologie et en contexte d’urgence, il est recommandé de distribuer
des CGR :

-De groupe KELL négatif dans tous les cas,

-Rh D négatif (RH : –1) si le phénotype du patient est R : –1 (Rh D nég),

-Rh D positif (RH : 1) si le phénotype du patient est RH : 1 (Rh D pos).

La prescription des PSL mentionnera l’urgence vitale immédiate et sera accompagnée des
échantillons pour les analyses immunohématologiques dès que possible.

II.6.2 L’urgence vitale (UV) :

L’obtention des PSL doit être inférieure à 30 minutes. Les CGR doivent être distribués
avec un groupe conforme, éventuellement sans RAI si l’examen n’est pas disponible. La
prescription des PSL mentionnera l’urgence vitale et sera accompagnée des échantillons
pour les analyses immunohématologiques. La RAI sera réalisée dès que possible.

62
II.6.3 L’urgence relative (UR) :

Le temps disponible est le plus souvent de 2 à 3 heures, ce qui permet la réalisation de


l’ensemble des examens immunohématologiques (dont la RAI si elle date de plus de 3
jours) ; les PSL distribués seront iso groupes, au besoin compatibilisés. La situation
hémorragique pouvant se modifier à tout moment, il sera possible de requalifier le degré
d’urgence.

Le service de soins de l’établissement de santé (ES) accompagnera, dans tous les cas, la
prescription en UVI ou en UV d’un appel téléphonique pour confirmer le niveau
d’urgence et s’informer de la bonne réception de sa prescription.

En l’absence de cet appel, et sans pour autant retarder la préparation des PSL, le service
de délivrance prend contact avec le service de soins pour :

● Confirmer l’authenticité du besoin en UVI ou UV avant délivrance ;

● Informer que les PSL sont prêts. [38]

II.6.4 Transfusions de globules rouges homologues dans les


situations d’urgence :

Tout établissement de santé doit disposer d’une procédure d’urgence vitale qui lui est
propre. Il est recommandé que cette procédure soit discutée avec la structure de
délivrance. La procédure d’urgence vitale décrit les circuits, les modalités
d’acheminement, la structure de délivrance concernée et, s’il s’agit d’un dépôt d’urgence,
le nombre de CGR immédiatement disponibles et le temps nécessaire à l’obtention de
CGR et autres PSL supplémentaires.

En l’absence de résultats de groupe ABO disponibles ou dans toute situation où le lien


entre le patient et ses examens n’est pas certain, il est recommandé de transfuser des
CGR de groupe O.

En l’absence de toute donnée IH, les CGR délivrés seront O RH : 1 KEL :-1 sauf pour la
femme de la naissance jusqu’à la fin de la période procréatrice, pour laquelle les CGR O
RH :-1 KEL :-1 sont recommandés en première intention et dans les limites de leur

63
disponibilité. Avec le résultat disponible d’une seule détermination de groupe ABO-RH1
et phénotype RHKEL1, les CGR délivrés sont de groupe O et compatibles avec le
phénotype RH-KEL1 du patient, si ces CGR sont disponibles dans les délais. Si les
documents de groupage sont communiqués sans que le lien d'identité avec le patient ait
pu être totalement fiabilisé, leurs résultats sont utilisés pour la sélection de CGR de
groupe O compatibles avec le phénotype RH-KEL1 du patient si ces CGR sont
disponibles dans les délais.

Chez la femme dont le groupe Rhésus est connu et est RH : 1, si son phénotype RH4 est
négatif ou inconnu, il n’est pas recommandé de transfuser des CGR RH :-1 de la
naissance jusqu’à la fin de la période procréatrice. En cas de transfusion massive, la
disponibilité des CGR prime sur la compatibilité dans les systèmes de groupes sanguins
hors système ABO.

Il est recommandé de communiquer les données d’identité les plus complètes possible et
à défaut au moins le sexe et l’âge, accompagnées de tous les éléments disponibles
(document de groupage même ancien, photocopie…) afin d’intégrer ces données dans la
décision de sélection des CGR ou de pouvoir retrouver le patient, s’il figure déjà dans le
fichier de la structure de délivrance pour sélectionner le CGR en fonction de l’historique
disponible.

Dans tous les cas, il est nécessaire de réaliser les groupages sanguins complets et la RAI
le plus rapidement possible afin d’ajuster si besoin les délivrances ultérieures.

II.7 Étapes pour la Transfusion Des CGR : [70]

La sécurité de l’acte transfusionnel repose sur le strict respect des étapes d’un processus
allant de la prescription des produits sanguins labiles et des analyses
d’immunohématologie nécessaires, jusqu’à leur administration au receveur et à son suivi.
Les points essentiels sont le contrôle à réception des produits, l’identification correcte
des patients et des produits, puis le contrôle de la compatibilité immunologique des
produits à transfuser.

64
L’acte transfusionnel doit, pour toute étape, être réalisé par un personnel formé et habilité
selon des procédures formalisées ; Il est réalisé par les médecins et, sur prescription
médicale, par les sages-femmes ou le personnel infirmier et impose, lorsqu’il est délégué,
une collaboration étroite et constante avec les médecins afin que ceux-ci puissent
intervenir à tout moment.

Il concerne tous les types de produits sanguins labiles homologues ou autologues et exige
l’information systématique du patient par le prescripteur avant la réalisation de l’acte,
chaque fois que cela est possible. [71]

 Information des patients

Les patients susceptibles d’être transfusées doivent être informés, avant la transfusion et
au cours d’un entretien médical pré transfusionnel qui permet d'informer le patient (ou le
titulaire de l'autorité parentale pour les mineurs) du bénéfice attendu de la transfusion
mais aussi des risques liés à la transfusion (viraux notamment). [72] [73], Durant cet
entretien, l'information sur le dépistage pré et post transfusionnel (sérologies virales) doit
être adaptée au patient et lui permettre de donner ou de refuser son consentement au
dépistage en connaissance de cause [74]. L'information doit être donnée par oral avec un
support écrit obligatoire au cours d'un entretien individuel. La preuve de cette
information doit figurer dans le dossier médical. En cas de refus de la transfusion et/ou
des examens sérologiques, celui-ci est enregistré dans le dossier transfusionnel.
Conformément à la circulaire du 9 avril 1998 [75],

ETAPE 1 : Demande d'examens d’immunohématologie

La demande d'examens d’immunohématologie regroupe :

 Prescription des examens d’immunohématologie :

La prescription PSL est une ordonnance médicale qui engage la responsabilité du


prescripteur. Elle doit être remplie avec précision et doit comporter :

-L’identification du patient : le nom de naissance, le(s) prénom(s), le nom usuel ou


marital, le sexe et la date de naissance ainsi que l’identifiant lorsqu’il existe,

65
-L'identification et la signature du médecin prescripteur,

-La date de prescription,

-Les examens qui sont, au minimum, le groupage ABO-RH1, le phénotypage RH-KEL1,


la recherche d’anticorps antiérythrocytaires et dans un contexte d’allo-immunisation
complexe, le phénotypage érythrocytaire étendu. (Lorsque la recherche d’anticorps
antiérythrocytaires est positive, une épreuve directe de compatibilité au laboratoire est
réalisée.)

La prescription médicale est accompagnée, chaque fois que cela est nécessaire à
l’attribution du produit sanguin labile, d’une fiche médicale de suivi, confidentielle, qui
mentionne les renseignements cliniques nécessaires à la réalisation et à l'interprétation
des résultats des examens

 La fiche de prélèvement

Elle accompagne le prélèvement et précise le nom, prénom, la qualité et la signature de la


personne ayant effectué le prélèvement ainsi que la date, l'heure du prélèvement et le
nombre d’échantillons transmis [76].

 Les prélèvements sanguins

Une étiquette d'identification est apposée sur le tube par la personne qui a prélevé,
immédiatement après le prélèvement du patient et en sa présence. Cette étiquette porte le
nom de naissance, le prénom, le nom usuel ou marital, le sexe, la date de naissance du
patient, la date et, si possible, l'heure de prélèvement ainsi que l’identifiant du patient
lorsqu’il existe.

L'expédition de la demande d'examens d’immunohématologie au laboratoire et des


échantillons correspondants, s'effectue selon la réglementation en vigueur (arrêté du 26
novembre 1999 relatif à la bonne exécution des analyses de biologie médicale - GBEA).

ETAPE 2 : Demande de CGR

Toute demande de produits sanguins labiles comporte :

 La prescription médicale de produits sanguins labiles homologues ou autologues,

66
Cette prescription est établie, si possible, sur un document pré-imprimé conformément
aux bonnes pratiques de distribution de produits sanguins labiles. Elle comporte :

- La date de la prescription,

- L'identification lisible et la signature du prescripteur,

- L'identification de l’établissement et du service de soins (ainsi que le numéro de


téléphone) ou du centre de santé de l’établissement de transfusion sanguine,

- L'identification du patient : nom de naissance, prénom(s), nom usuel ou marital,


sexe, date de naissance et identifiant lorsqu’il existe,

- Le type et la quantité de produits demandés

- En cas de prescription de plasma frais congelé, préciser l’indication qui motive la


prescription,

- En cas de prescription de plaquettes, préciser le poids du receveur, la date et les


résultats de sa dernière numération de plaquettes,

- La date et l'heure prévue de la transfusion,

- Le degré d’urgence s’il y a lieu.

 Examens immunohématologiques obligatoires pour toute prescription de PSL

Si les résultats des examens obligatoires ne sont pas disponibles ou sont incomplets, des
prélèvements doivent être réalisés avant toute transfusion, y compris en urgence vitale.

- Double détermination de groupe ABO-RH1 et phénotype RH-KEL.1 et si


nécessaire phénotype étendu : Deux déterminations de groupage sanguin (GS)
résultant de deux actes de prélèvements différents, effectués, si possible, par deux
préleveurs différents. Des conditions particulières sont requises pour la
néonatologie [77] [78].

- Recherche d’anticorps antiérythrocytaires (RAI) Le délai habituel de validité de la


RAI est de trois jours, sur indication formelle du prescripteur ou dans le cadre
d’un protocole transfusionnel préétabli, en l’absence d’antécédents transfusionnels
ou d’autres épisodes immunisants (grossesse, greffe...) dans les six mois
précédents, le délai de validité d’une RAI pourra être porté à 21 jours [78]

67
Le transport des CGR vers l’ES sera réalisé selon les bonnes pratiques (BP) de transport.

ETAPE 3 : Réception des CGR

Trois vérifications s’avèrent nécessaires à réception :

 Vérification de la « destination du colis » ou identification du destinataire et de


l'expéditeur.
 Vérification de la conformité de la livraison ou "vérification du colis",

Cette vérification est faite selon les normes définies dans les BP de transport
et concerne :

- L'intégrité des colis et leur nombre,

- Respect des conditions d’hygiène,

- Conditions de transport (délai, température).


La personne chargée de la vérification prend en charge, sans délai, l'acheminement du ou
des colis.

 Vérification de la conformité des produits livrés, permet de contrôler :

- Nombre, nature des produits sanguins labiles et leur concordance avec la demande
en portant une attention particulière aux groupes sanguins et aux qualifications
des produits

- Aspect et intégrité des poches et des produits, ainsi que la date de péremption,

- Concordance entre l'identité du patient figurant sur la fiche de distribution


nominative(FDN) et celle figurant sur la prescription.
Toute discordance ou anomalie, lors de ces contrôles à réception, impose un contact avec
le site de distribution dont les coordonnées doivent être connues de chaque service de
soins.

68
Afin d’éviter une conservation inadéquate des PSL dans l’unité de soins, il est
recommandé de transfuser les PSL dans les meilleurs délais après réception, sans
dépasser le délai de six heures et de fractionner les commandes en fonction des besoins
du patient.

ETAPE 4 : Modalités de conservation des CGR dans l’unité de soins et quantité à


transfuser [79]

 Les modalités de conservation des CGR dans l’unité de soins


Les CGR doivent être utilisés dans les 6 heures de sa réception et conservés en attendant
entre +2° et +8°C. Il ne faut jamais réchauffer le sang total ou les CGR avant de les
transfuser à cause du risque bactérien.

 Posologie :
Transfusion de CGR : Chez l’adulte 1 CGR augmente l’Hb de 1 g, chez l’enfant 3 à 4
ml/kg augmente l’Hb de 1 g.

ETAPE 5 : Réalisation de l’acte transfusionnel

La sécurité de l'acte transfusionnel repose sur :

- Une unité de lieu : contrôle ultime pré-transfusionnel effectué en présence du


patient,

- Une unité de temps : contrôle simultané de l'identification du receveur et du


produit sanguin labile à transfuser,

- Une unité d'action : réalisation de l’ensemble des contrôles par la même personne.
 La préparation de l’acte transfusionnel
La personne qui réalise la transfusion dispose de tous les documents : prescription
médicale de produits sanguins labiles, FDN du PSL, dossier transfusionnel contenant les
documents de groupage sanguin valides et du résultat de la RAI ainsi que tout le matériel
nécessaire à la pose du PSL ; le produit sanguin labile à transfuser et pour chaque unité
à transfuser le dispositif de transfusion spécifique muni d'un filtre et d’un perforateur et,

69
dans le cas de transfusion de CGR, le dispositif pour réaliser le contrôle ultime de
concordance immunologique (CUC).

Elle doit prévoir éventuellement le matériel nécessaire à la réalisation des sérologies pré
transfusionnelles conformément au protocole de l’ES et aux recommandations de la
circulaire du 1 octobre 1996 [74]

Préalablement à la transfusion proprement dite, le patient a été informé par le médecin


prescripteur des modalités de la transfusion, et a donné son consentement à ce traitement
les constantes cliniques (température, TA, le pouls et la conscience) sont notées dans le
dossier ensuite une voie veineuse est réservée à la transfusion sanguine.

 Le contrôle ultime pré-transfusionnel


Il s'agit du dernier contrôle de sécurité avant l'administration du produit sanguin labile. Il
est toujours réalisé en présence du patient (au lit du malade) à l'aide des documents et
matériels nécessaires et il est renouvelé pour chaque unité transfusée au rythme de leur
pose. Le contrôle ultime pré-transfusionnel doit être réalisé par la même personne,
jusqu’à la pose du PSL, il se décompose en deux étapes, chacune de ces étapes doit être
exécutée successivement, selon un mode opératoire précis.

Contrôle ultime de compatibilité lors de la transfusion de concentrés de globules


rouges homologues Ou autologues

FIGURE 5 : Réactions identiques : même groupe


entre receveur et culot : Transfusion possible

70
FIGURE 6 : Réactions compatibles: Transfusions non iso groupes possibles

FIGURE 7 : Réactions incompatibles: Transfusions interdites

71
 La première étape : le contrôle ultime de concordance

Il est à appliquer quel que soit le type de PSL. Elle consiste à vérifier systématiquement :

- L'identité du receveur : Il est demandé au patient de décliner son identité,

- La concordance de l'identité du receveur avec celle mentionnée sur les


documents ; prescription médicale de PSL, FDN, documents de groupage sanguin
avec le résultat de la RAI, et éventuellement l'étiquette complémentaire de
compatibilité, solidaire du produit sanguin labile.

- La concordance du groupe sanguin mentionné sur le document de groupage, la


FDN et l’étiquette du PSL.

- La concordance des données d’identification du produit sanguin labile portées sur


l’étiquette et sur la fiche de distribution nominative (type de produit sanguin
labile, numéro d’identification à 11 caractères, groupage, qualificatifs.)

- La date de péremption du produit sanguin labile.

- La conformité des règles transfusionnelles spécifiques au patient


 La deuxième étape : le contrôle ultime de compatibilité

Il est à appliquer en cas de transfusion de CGR homologue ou autologue. Il est également


réalisé en présence du patient, ce contrôle est obligatoire avant toute transfusion de
CGR ; Il consiste à vérifier une dernière fois la compatibilité ABO entre le sang du
receveur et celui de la poche à transfuser avec un dispositif de CUC validé et non périmé,
afin de prévenir les accidents hémolytiques majeurs d’incompatibilité ABO liés à la
transfusion de globules rouges homologues ou autologues.

Il est réalisé par un personnel médical, ou soignant compétent qui doit s’identifier sur le
dispositif et noter: l’identité du patient, l’identification du CGR, la date et l’heure, les
résultats de la compatibilité immunologique entre le patient et le concentré globulaire et
le suivi de l’interprétation vis-à-vis de la décision transfusionnelle.

72
Il faut impérativement utiliser le sérum du receveur et le sang à transfuser mais ne jamais
mélanger le sang total du receveur avec celui du donneur. Ce contrôle se fait au lit du
malade et jamais dans la salle de soins et est réalisé obligatoirement par la personne qui
assure la pose de la transfusion, la transfusion est interdite en cas d’agglutination, le
papier Bristol est ensuite classé dans le dossier transfusionnel du receveur en le scotchant
à l’aide de papier adhésif transparent.

Toute discordance, non-conformité, difficulté ou doute dans l'interprétation, portant soit


sur le contrôle ultime de concordance, soit sur le contrôle ultime de compatibilité conduit
à suspendre l'acte transfusionnel et impose un contact avec le médecin responsable de la
transfusion. Celui-ci contacte, si nécessaire, le médecin habilité à délivrer un conseil
transfusionnel.

Remarque : La vérification ultime de la compatibilité AB0 Rhésus (CULM : contrôle


ultime au lit du malade) au lit du patient est obligatoire y compris en cas d'urgence. [80]

Figure N°8 : Règles de compatibilité transfusionnelle [70]

Remarque : Les règles de compatibilités sont les mêmes pour le sang total, concentres de
globules rouges et concentres de plaquettes standards

 La surveillance de la transfusion
Le produit doit être transfusé au plus tard dans les 6 heures suivant sa distribution avec
un dispositif muni d’un filtre. Pendant les 10 premières minutes, le débit est lent

73
(5ml/min) ensuite il est variable suivant l'indication et l'état clinique du patient, la
surveillance clinique du patient (état clinique, fréquence cardiaque, tension et
température) est particulièrement attentive et continue pendant les quinze premières
minutes puis régulière par la suite ; elle est effectuée toutes les 15 à 30 minutes durant la
perfusion des PSL afin de dépister précocement tout évènement indésirable Il faut :

*Prendre la température si une réaction de frissons se manifeste.

*Contrôler le point de ponction pour guetter l’apparition de rougeur et/ou douleur ;

*Rechercher l’apparition de signes cutanés anormaux (érythème, urticaire, pétéchies) ou


de sensations anormales (chaleur, malaise, angoisse) au moindre signe d’intolérance,
l’acte transfusionnel doit être immédiatement interrompu tout en maintenant une voie
veineuse d’abord, il faut ensuite effectuer la réalisation de prélèvements (2 hémocultures
à 1 heure d'intervalle, un groupe AB0 RH, un Coombs direct, des RAI et une épreuve de
compatibilité) ,les examens bactériologiques réalisés dans ce cas, doivent répondre aux
exigences du circulaire 15 décembre 2003 [81].Le médecin prescripteur doit être
immédiatement informé pour prendre toutes les mesures vis-à-vis de la poursuite de la
thérapeutique transfusionnelle du patient et prendre contact avec le correspondant
d’hémovigilance.

A la fin de la transfusion, il est recommandé de retirer le dispositif de perfusion connecté


au PSL, de clamper la tubulure, et de conserver l'ensemble au moins 2 heures après la fin
de la transfusion, même en l’absence de réaction d’intolérance (pour enquête en cas
d’incident transfusionnel) sachant qu'en cas d'effet indésirable immédiat, il est toujours
souhaitable de disposer du PSL dans les meilleures conditions [82].

ETAPE 6 : Réalisation de la traçabilité

La traçabilité du produit sanguin labile est réalisée dès le début de la transfusion et est
transcrite sur le document approprié. Toute interruption ou non-transfusion est également
consignée. Pour documenter la transfusion, il convient de :

74
 Remplir la fiche de délivrance nominative (FDN)

Accompagnant le produit sanguin qui doit être complété, au lit du patient, une fois la
transfusion réalisée. Un exemplaire est conservé dans le dossier transfusionnel du patient,
le deuxième est envoyé à l’établissement de transfusion.

 Mettre à jour le dossier transfusionnel

Le dossier transfusionnel fait partie du dossier médical du patient. Il regroupe les


informations indispensables à la sécurité transfusionnelle. Le dossier transfusionnel
contient :

-Les documents indispensables à la réalisation de l’acte transfusionnel : Documents de


groupage et de phénotypage valides, résultats de la RAI avec historique chronologique
des allo-anticorps antiérythrocytaires identifiés, Protocoles transfusionnels précisant les
qualificatifs souhaités des PSL.

-Documents relatifs aux transfusions antérieures: Récapitulatif des épisodes


transfusionnels avec : identification des PSL, prescriptions, FDN, partie écrite du CUC
ou son enregistrement écrit sur le dossier transfusionnel, les fiches d’incident
transfusionnel.

-Documents annexes: Informations sur les examens sérologiques pré- et post-


transfusionnels, antécédents de transfusion et/ou immunologiques, éléments relatifs à
l’information du patient.

Au niveau du centre de santé de l’établissement de transfusion sanguine, la traçabilité


comprend l’identification du produit sanguin labile transfusé par l’intermédiaire de son
code produit, de son numéro d’identification spécifique avec code à barre ainsi que la
confirmation de l’identité du receveur.

75
ETAPE 7 : Conduite à tenir devant un effet indésirable receveur

En cas de survenue d’effet indésirable : fièvre, frissons, toux, malaise, douleurs


lombaires, éruption, gêne respiratoire,…

 Arrêter la transfusion Conserver la voie veineuse : avec une nouvelle tubulure,


brancher un soluté (sérum salé à 9 ‰) ;
 Appeler le médecin prescripteur ou le médecin de garde et mesurer les constantes
 Bilan d’accident transfusionnel avec envoi au laboratoire :

- Du restant de PSL en cause

- De prélèvement sanguin du patient pré transfusionnel et post transfusionnel

- D’un courrier contenant le contexte clinique et symptômes

 Déclaration obligatoire d’une fiche d'incident transfusionnel (FIT) dans le temps


imparti.

N.B : Tout incident transfusionnel doit être notifié au correspondant d'hémovigilance


dans les six heures. Il doit alors rédiger une fiche normalisée d'incident transfusionnel
(FIT) dans les quarante-huit heures.

 Information et suivi des patients transfusés

Les patients transfusés au cours de leur hospitalisation doivent en être informé au cours
d’un entretien médical et par ordonnance remise proposant un dépistage post-
transfusionnel (VIH, VHC, RAI) 3 mois après la transfusion. Le malade n'a pas
l'obligation de les faire réaliser, mais le médecin a l'obligation de lui remettre
l'ordonnance.

76
III. Le conseil transfusionnel adapté aux situations spécifiques :

III.1 Indications des CGR en Situations Spécifiques :

III.1.1 Transfusion de concentrés de globules rouges des patients


drépanocytaires :

La drépanocytose est la plus fréquente et la plus grave des anémies hémolytiques dues à
la présence d’hémoglobine (Hb) anormale : c’est une maladie génétique autosomique
récessive. Les syndromes drépanocytaires majeurs regroupent trois formes génétiques
principales : homozygoties S/S, hétérozygoties composites S/C et S/β ou
S/β+thalassémies. Les formes les plus sévères sont les homozygoties S/S ainsi que les
S/β thalassémies. La drépanocytose affecte surtout les sujets d’origine subsaharienne et
est très fréquente en Afrique, en Amérique et aux Antilles. Une anomalie de structure de
la chaîne β de globine aboutit à la production d’hémoglobine S (HbS).

L’enchevêtrement des molécules d’HbS désoxygénée, formé par leur polymérisation,


est responsable de déformations du globule rouge qui prend un aspect en faucille. Le
globule rouge drépanocytaire perd ses propriétés de déformabilité et d’élasticité,
aboutissant à une destruction prématurée par hémolyse avec anémie de degré variable. La
présence de drépanocytes est responsable d’une augmentation de la viscosité sanguine et,
par là même, de complications vaso-occlusives.

La confirmation du diagnostic de la drépanocytose repose sur l’étude de


l’hémoglobine. Celle-ci doit être pratiquée à distance d’une transfusion et selon les
recommandations de la Société française de biologie clinique (SFBC).

Les actes transfusionnels pour les malades drépanocytaires sont soit des transfusions
simples pour augmenter le transport d’oxygène, soit des échanges érythrocytaires pour
diminuer le taux d’HbS.

 Transfusion sanguine simple [83]


Chez les patients drépanocytaires, l’ [Hb] moyenne est de 8 ± 1 g.dL-1. Les réticulocytes
sont supérieurs à 200 000 mm-3 . Cette valeur de l'Hb permet une activité et une

77
croissance normale. Il n'y a donc pas nécessité de transfuser un patient drépanocytaire
ayant isolément une [Hb] ≥ 6 g.dL-1. Une diminution d’ [Hb] par rapport à la
concentration de base peut relever de plusieurs mécanismes:

- Hyperhémolyse : elle est provoquée par une infection quelconque ou contemporaine


d'une crise vaso-occlusive. Il n'y a pas de parallélisme entre la gravité de l'anémie et
l'intensité de la crise vaso-occlusive. L'hyper réticulocytose est constante. L'indication
transfusionnelle se discute en fonction de la tolérance clinique et de l'amplitude de la
réponse réticulocytaire.

- Infection à parvovirus B 19 : la réticulocytopénie conduit au diagnostic. La transfusion


est indispensable, car il n'y a pas de possibilité de correction spontanée rapide de
l'anémie.

- Séquestration splénique : elle peut être aiguë ; le diagnostic repose sur une
splénomégalie rapidement croissante alors qu'apparaît une aggravation subite de
l’anémie. C'est une urgence transfusionnelle. La séquestration peut aussi se constituer
progressivement, majorant les besoins transfusionnels d'un patient. Le traitement de cet
hypersplénisme est la splénectomie, dont l'indication doit être cependant soigneusement
pesée chez ces patients dont on connaît la susceptibilité accrue aux infections. Dans
toutes ces situations, la transfusion a pour but de ramener l'Hb à sa concentration initiale.
Elle utilise des CGR phénotypés. On recommande de faire chez un patient drépanocytaire
un phénotypage étendu (RH, KELL, Kidd, Duffy, MNS,..) avant la première transfusion.
On peut le plus souvent limiter aux systèmes RH et KELL la compatibilité phénotypique
des CGR transfusés, car il apparaît que le risque d'allo-immunisation dans les autres
systèmes est faible chez les patients drépanocytaires [84]. L'apparition d'un allo-anticorps
doit bien évidemment amener à étendre la compatibilité phénotypique des culots
transfusés.

 Echange transfusionnel ponctuel


Il s'agit d'un acte transfusionnel associant une saignée et une transfusion, dont l'objectif
est de diminuer le taux d'HbS tout en n'augmentant pas ou peu l'Ht. L'échange

78
transfusionnel ponctuel est parfois prescrit en urgence lors d'une complication vaso-
occlusive grave, ou de façon programmée pour préparer un patient à un acte chirurgical,
par exemple.

 Echange transfusionnel ponctuel lors d'une complication vaso-occlusive :

Il n'existe pas d'étude randomisée pour démontrer le bien-fondé de cette pratique, qui fait
toutefois l'objet d'un consensus. La survenue d'un accident vasculaire cérébral, d'une
séquestration hépatique sont pour les équipes spécialisées une indication formelle
d'échange transfusionnel ponctuel [85]. Un traitement transfusionnel est indiqué lors d’un
syndrome thoracique sévère, mais fait discuter, en fonction notamment d’ [Hb], un
échange transfusionnel ou une transfusion simple [86]. L’efficacité de l’étiléfrine
(Effortil) à réduire les priapismes aigus a limité les indications des échanges
transfusionnels aux priapismes pris en charge tardivement, situations où l’étiléfrine peut
ne pas suffire [87]. Certains, en se fondant sur leur expérience clinique, étendent cette
indication aux chocs septiques et aux crises douloureuses résistantes aux antalgiques.

 Échange transfusionnel ponctuel pour préparer un patient à un acte chirurgical :

Le risque de complications postopératoires, infectieuses ou vaso-occlusives est élevé


chez les patients drépanocytaires. La pratique des équipes spécialisées est de procéder à
un échange transfusionnel préopératoire abaissant le taux d'HbS en dessous de 30 à 40%,
selon la longueur du temps d'anesthésie [88] [89] et la sévérité globale de la maladie. Une
étude randomisée chez des patients devant subir une intervention chirurgicale fait
discuter cette attitude [90]. Un tirage au sort a déterminé deux groupes : l'un a été traité
par échange transfusionnel (nécessitant en moyenne 5,0 CGR), ses taux moyens
préopératoires d'Hb et d'HbS étaient respectivement de 11 g.dL-1 et 31% ; l'autre groupe
a été simplement transfusé (en moyenne de 2,5 CGR), ses taux moyens préopératoires
d'Hb et d'HbS étaient respectivement de 10,6 g.dL-1 et 59%. Le même pourcentage de
complications (environ 30%) a été constaté dans les deux groupes. Cette étude
méthodologiquement bien menée permet d’adopter une attitude d’individualisation des
décisions transfusionnelles.

79
 Echanges transfusionnels au long cours des programmes d'échanges
transfusionnels ;

Maintenant en permanence le taux d'HbS en dessous de 30 à 40% sont proposés chez


certains patients drépanocytaires : après un accident vasculaire cérébral (AVC), lors
d'une détérioration viscérale sévère (insuffisance respiratoire, rénale, cardiaque) [89].
L'efficacité de cette thérapeutique dans ces différentes indications n'a pas été prouvée par
des études randomisées. La littérature la plus documentée concerne les AVC, où l'on
décrit la raréfaction des récidives avec un programme d'échanges transfusionnels [91], et
la fréquence des nouveaux accidents quand on arrête les transfusions [92]. Une
publication de Ware en 1999 propose l’hydroxy urée en alternative à la transfusion
sanguine chez les patients ayant déjà fait un AVC. Une autre alternative est l’allogreffe
médullaire [93]. On doit à l'heure actuelle discuter l'indication de l'hydroxycarbamide
chez les patients souffrant de crises douloureuses répétitives, car on a clairement montré
que cette chimiothérapie diminuait la fréquence des crises douloureuses chez les patients
drépanocytaires [94], notamment en augmentant, au prix d'une myélotoxicité limitée, la
synthèse de l'HbF, capable d'interférer avec la polymérisation de l'HbS. Ce traitement est
contre-indiqué chez la femme enceinte ou désireuse de l'être ; il provoque une
azoospermie chez l'homme.

 Cas particulier de la femme enceinte


Une étude randomisée a tenté d'apprécier si des transfusions systématiques chez les
femmes enceintes drépanocytaires (telles que [Hb] soit compris entre 10 et 11 g.dL-1 et
le taux d'HbS inférieur à 35%) réduisait significativement l'incidence des crises
douloureuses, des complications obstétricales et périnatales [95]. Il s'avère
malheureusement que l'effectif des femmes incluses est faible au regard de l'incidence de
ces complications, d'autant plus que dans cette étude les deux groupes randomisés ont des
facteurs de risque significativement différents malgré le tirage au sort. Il est donc
difficile de tirer des conclusions définitives de cette étude. On constate toutefois que le
groupe transfusé systématiquement, qui a initialement les facteurs de risques maximaux
(antécédents obstétricaux, multiparité), n'a pas plus de complications que le groupe

80
transfusé occasionnellement. Il existe un consensus professionnel français pour la
transfusion systématique à partir de la 22ème semaine environ chez les femmes ayant des
antécédents sévères. En revanche, les recommandations sont plus discutées chez les
femmes moins ou peu symptomatiques.

III.1.2.1 Adultes drépanocytaires :

Il n’est pas recommandé d’utiliser de seuil systématique en raison de la diversité des


complications associées à la drépanocytose et de la tolérance individuelle. Les
transfusions simples sont indiquées dans les cas d’anémie mal tolérée, notamment
syndrome thoracique aigu avec anémie, érythroblastopénie et aggravation aiguë de
l’anémie. Il n’est pas recommandé de dépasser le taux d’hémoglobine basal du patient à 1
ou 2 g/dl près en cas d’indication de transfusion simple. Les échanges transfusionnels
sont indiqués dans les situations d’urgence suivantes : accident vasculaire cérébral,
syndrome thoracique aigu d’emblée sévère ou résistant au traitement, défaillance
multiviscérale. Les autres indications (priapisme, crises douloureuses, infections, etc.) se
discutent après échec du traitement médicamenteux. Les échanges transfusionnels
itératifs sont indiqués en cas de vasculopathie cérébrale et de défaillance organique
chronique (cardiaque, rénale, et autres). L’objectif est d’obtenir un pourcentage d’HbS
inférieur à 30 %. Des programmes d’échanges transfusionnels temporaires peuvent être
indiqués en cas de grossesse, d’intervention chirurgicale hémorragique ou de crises
drépanocytaires non contrôlées. Il n’est pas recommandé de mettre en œuvre des
transfusions simples ou des échanges transfusionnels dans les cas suivants :

 Anémie chronique stable : la plupart des patients drépanocytaires ont une anémie
chronique asymptomatique (Hb habituellement entre 7 et 9 g/dl) et n'ont pas
besoin de transfusion sanguine pour améliorer le transport d'oxygène ;

 Crises douloureuses non compliquées ;

 Infections non compliquées ;

 Petite chirurgie ne nécessitant pas d'anesthésie générale prolongée ;

 Traitement médical de l’ostéonécrose aseptique de la hanche ou de l'épaule.

81
 Information EFS
Il est recommandé que le médecin prescrivant une transfusion à un malade
drépanocytaire informe l’ETS du diagnostic de son patient et que le médecin spécifie le
cas échéant les différentes régions dans lesquelles le patient a été suivi. Il est
recommandé, avant toute transfusion d’un patient drépanocytaire, d’interroger le fichier
receveur des ETS des régions dans lesquelles le patient a été suivi.

 Les différentes stratégies de transfusion chez les patients drépanocytaires


En cas d’intervention chirurgicale nécessitant une anesthésie durant plus d’1 heure ou
comportant un risque d’hypoxie, un acte transfusionnel est recommandé.

 Examens biologiques avant transfusion de CGR


Il est recommandé avant la première transfusion de pratiquer un phénotypage étendu dans
les systèmes Kidd (JK1, JK2), Duffy (FY1, FY2), MNSs (3,4). Il est recommandé
d’utiliser les techniques de biologie moléculaire en cas de difficultés techniques de
phénotypage dues à une transfusion récente. Il est recommandé avant toute transfusion de
pratiquer outre la RAI une épreuve directe de compatibilité au laboratoire, même si la
RAI est négative. Il est recommandé d’utiliser des CGR phénotypés au minimum dans les
systèmes RH et KEL1. Chez les sujets drépanocytaires transfusés, la surveillance
régulière de la RAI est un élément essentiel du suivi. Le dosage tous les 6 mois de la
ferritine est recommandé.

 Techniques de prévention de la surcharge en fer


Il est recommandé, chez les patients transfusés régulièrement, de surveiller la
ferritinémie, Il est également recommandé, chez les patients transfusés régulièrement, de
débuter la chélation du fer quand la concentration hépatique en fer, déterminée par l’IRM
hépatique, atteint 7 mg/g de foie sec (normale : 1 à 2 mg/g de foie sec). À défaut de
mesure de cette concentration, la chélation est recommandée lorsque le cumul des
transfusions sur quelques années atteint 120 ml/kg de concentrés érythrocytaires ou
lorsque le taux de ferritine est supérieur à 1 000 ng/ml et a été confirmé.

82
 Techniques alternatives possibles à la transfusion sanguine et indications
Une alternative au support transfusionnel est possible ; L’allogreffe de cellules souches
hématopoïétiques, seul traitement curatif de la drépanocytose, est réservée aux formes les
plus graves de drépanocytose en raison de complications post-greffe. L’indication de
l’allogreffe de cellules souches hématopoïétiques peut être proposée notamment dans les
cas suivants :

 Existence d’une vasculopathie cérébrale symptomatique ou non ;

 Echec d’un traitement par hydroxycarbamide, défini par la récidive d’un


syndrome thoracique aigu ou de complication vaso-occlusive, malgré une bonne
observance du traitement.

III.1.2.2 Enfants drépanocytaires :

Les transfusions simples sont indiquées dans les cas d’anémies mal tolérées, notamment
érythroblastopénie avec aggravation aiguë de l’anémie, séquestration splénique aigue,
aggravation de l’hémolyse dans un épisode douloureux ou fébrile. Les transfusions
simples sont aussi proposées en cas de syndrome thoracique aigu. En cas d’indication de
transfusion simple, Il n’est pas recommandé de dépasser le taux d’hémoglobine basal du
patient à 1 ou 2 g/dl près. Les échanges transfusionnels sont recommandés dans les
situations d’urgence suivantes : accident vasculaire cérébral, syndrome thoracique aigu
d’emblée sévère ou résistant au traitement, défaillance multiviscérale. D’autres
indications méritent discussion après échec du traitement médicamenteux, telles que les
crises douloureuses répétées et les infections récidivantes. Un programme d’échanges
transfusionnels réguliers est recommandé dans :

 La prévention primaire de l’accident vasculaire cérébral ischémique à partir des


données du Doppler trans-crânien ;

 La prévention secondaire des accidents vasculaires cérébraux ;

83
 Le syndrome thoracique aigu récidivant. Les échanges se discutent également
après échec de l’hydroxycarbamide dans les cas d’insuffisance rénale chronique,
douleurs chroniques, insuffisance cardiaque chronique. En fonction des
indications, l’objectif du taux d’HbS à maintenir se situe entre 30 % et 50 %

 Examens biologiques avant transfusion de CGR


Il est recommandé :

 Avant la première transfusion de pratiquer un phénotypage étendu dans les


systèmes Kidd (JK1, JK2), Duffy (FY1, FY2), MNSs (3,4) ;

 En cas de difficultés techniques de phénotypage dues à une transfusion récente,


d’utiliser les techniques de biologie moléculaire ;

 Avant toute transfusion de pratiquer outre la RAI une épreuve directe de


compatibilité au laboratoire, même si la RAI est négative ;

 D’utiliser des CGR phénotypés au minimum dans les systèmes RH et KEL1. La


surveillance régulière de la RAI est un élément essentiel du suivi des patients.

 Techniques de prévention de la surcharge en fer


Il est recommandé, chez les patients transfusés régulièrement, de surveiller la
ferritinémie, Il est également recommandé de débuter la chélation du fer quand la
concentration hépatique en fer atteint 7 mg/g de foie sec (normale : 1 à 2 mg/g de foie
sec). À défaut de mesure de cette concentration, la chélation est indiquée lorsque le
cumul des transfusions atteint 100 ml/kg de concentrés érythrocytaires ou que le taux de
ferritine est supérieur à 1 000 ng/ml, confirmé à plusieurs reprises.

 Techniques alternatives possibles à la transfusion sanguine et indications


Une alternative au support transfusionnel est possible ; L’allogreffe de cellules souches
hématopoïétiques, seul traitement curatif de la drépanocytose, est réservée aux formes les
plus graves de drépanocytose en raison des complications post-greffe. L’indication de
l’allogreffe de cellules souches hématopoïétiques peut être proposée notamment dans les
cas suivants :

84
 Existence d’une vasculopathie cérébrale symptomatique ou non ;

 Echec d’un traitement par hydroxycarbamide, défini par la récidive d’un


syndrome thoracique aigu ou de complication vaso-occlusive, malgré une bonne
observance du traitement. L’allogreffe des cellules souches hématopoïétiques a
de meilleurs résultats chez l’enfant que chez l’adulte, ce qui permet des
indications moins restrictives. La recherche d’un donneur HLA compatible est
recommandée. Il est possible de proposer une cryopréservation des sangs
placentaires de la fratrie à venir.

III.1.2 Transfusion de concentrés de globules rouges des patients


thalassémiques :

La bêta-thalassémie est une maladie autosomique récessive fréquente à l’échelon mondial

Les thalassémies se caractérisent par la réduction ou l’absence de synthèse d’une ou


plusieurs des chaînes de globine constituant l’hémoglobine (Hb) et donc par une anémie
hypochrome avec comme conséquence une hypersécrétion d’érythropoïétine et une
expansion érythroblastique responsable de déformations osseuses. En périphérie, on
observe une destruction accrue des globules rouges : l’anémie résulte d’une érythropoïèse
inefficace et d’une Hyperhémolyse .L’expansion érythroblastique s’accompagne d’une
augmentation de l’absorption intestinale du fer, qui contribue à l’hémochromatose
secondaire.

La confirmation du diagnostic de bêta-thalassémie repose sur les examens biologiques de


l’hémoglobine analysant les différentes fractions HbA, HbA2 et HbF.

III.1.2.1 Thalassémies majeures :

La transfusion a pour but de maintenir en permanence l’[Hb] des patients au-dessus de 9


à 10 g.dL-1 [96][97], seuil qui permet des activités normales, et au-dessus duquel les
troubles du développement et l'hyperplasie érythroïde responsable des déformations
morphologiques sont réduits. Les risques immunologiques, infectieux et de surcharge en
fer liés à la transfusion ont conduit à ne pas choisir de valeur plus élevée pour l’ [Hb]
moyenne. L’objectif est atteint grâce à des transfusions de 15 mL.kg-1 toutes les 3

85
semaines ou de 20 mL.kg-1 toutes les 4 semaines [97]. Le seuil transfusionnel peut être
un peu moins haut chez l'adulte (8 à 9 g.dL-1). Le produit transfusé est du CGR
déleucocyté phénotypé RH-KELL. L'utilisation expérimentale de globules rouges jeunes,
les néocytes, bien qu'elle permette d'allonger l'espace entre deux transfusions, a été
abandonnée pour des problèmes de coût et parce qu’elle double le nombre de donneurs de
sang aux quels le receveur est exposé [98]. On a montré que les érythrocytaphérèses
apportaient moins de fer que les transfusions simples, mais elles exposent les receveurs à
2 ou 3 fois plus de donneurs [99]. L'évolution des [Hb] pré- et post-transfusionnels doit
être analysée par rapport aux quantités sanguines transfusées. Une consommation
annuelle de l'ordre de 150- 200 ml/kg/an de CGR conservés en SAG-Mannitol maintient
normalement l’ [Hb] moyenne proche de 12 g.dL-1. Une consommation supérieure à 200
ml/kg/an doit faire rechercher une cause d'inefficacité transfusionnelle, souvent due à un
hypersplénisme, qui conduit habituellement à pratiquer une splénectomie [97].

III.1.2.2 Thalassémies homozygotes intermédiaires :

Ils ont spontanément une production d'hémoglobine de 7 à 10 g.dL-1.

Les indications de transfusion de CGR sont donc :

- L'aggravation aiguë de l'anémie chronique d'une érythroblastopénie, surtout lors d'une


infection. La grossesse peut aussi susciter des besoins transfusionnels. Une aggravation
progressive nécessitant des transfusions répétées peut traduire un hypersplénisme. Dans
ce cas, la splénectomie réduit souvent notablement, voire supprime, les besoins
transfusionnels ;

-Des signes d'intolérance de l'anémie chronique : fatigabilité, retentissement scolaire ou


professionnel, retard pubertaire,…

 Indications et modalités de transfusion


Les recommandations de prise en charge des patients thalassémiques majeurs font l’objet
d’un PNDS. Pour les patients présentant une thalassémie intermédiaire la transfusion peut
être envisagée en prévention primaire ou secondaire des complications suivantes :

86
maladies thrombotiques ou cérébrovasculaires, hypertension pulmonaire avec ou sans
défaillance cardiaque, pseudotumeur extra médullaire hématopoïétique, ulcères de jambe.

 Examens biologiques avant transfusion de CGR


Il est recommandé de pratiquer un phénotypage étendu dans les systèmes Kidd (JK1,
JK2), Duffy (FY1, FY2), MNSs (3,4) avant la première transfusion. Il est recommandé
d’utiliser les techniques de biologie moléculaire en cas de difficultés techniques de
phénotypage dues à une transfusion récente. La surveillance régulière de la RAI est un
élément essentiel du suivi de ces patients. Il est recommandé d’utiliser des CGR
phénotypés au minimum dans les systèmes « RH et KEL1.

 Techniques de prévention de la surcharge en fer


Il est recommandé chez les patients transfusés régulièrement de surveiller la ferritinémie
et la concentration intra-hépatique en fer à l’IRM pour éventuellement mettre en œuvre
une chélation et en surveiller les effets.

 Techniques alternatives à la transfusion sanguine et indications


L’allogreffe de cellules souches hématopoïétiques est le seul traitement curatif de la
thalassémie. La recherche d’un donneur HLA compatible est recommandée chez l’enfant
thalassémique majeur. Il est possible de proposer une cryopréservation des sangs
placentaires de la fratrie. Il est recommandé de mettre en œuvre, pour les thalassémies
intermédiaires, un traitement par hydroxy urée, sans dépasser la dose journalière de 20
mg/kg/J.

III.1.3 Transfusion de concentrés de globules rouges dans les


myélodysplasies :

Les syndromes myélodysplasiques (SMD) constituent un ensemble hétérogène de


maladies chroniques de la moelle. Ils se caractérisent par une altération d’une ou de
plusieurs lignées cellulaires. Une très grande majorité des patients présente une
anémie contre laquelle il sera nécessaire de lutter afin de maintenir une bonne
qualité de vie.

87
La cotation de facteurs pronostiques (IPSS) permet de séparer des SMD de faible risque
et des SMD de risque élevé. Dans les SMD de risque élevé, l’allogreffe de cellules
souches hématopoïétiques peut être envisagée.

Un seuil de 8 g/dl est recommandé chez le sujet adulte atteint de myélodysplasie,


d’hémopathies myéloïdes autres que les myélodysplasies, ainsi que pour les patients
atteints d’aplasie médullaire.

Ce seuil peut être augmenté, en cas de pathologie cardio-vasculaire associée ou


de plus mauvaise tolérance clinique, sans dépasser 10 g/dl.

Il existe des traitements alternatifs à la thérapeutique transfusionnelle : pour les anémies,


l’érythropoïétine (EPO) peut être prescrite sous certaines conditions (taux d’EPO
bas, besoins transfusionnels peu importants). Il peut être proposé, dans certains cas
particuliers (Absence d’AMM…) d’autres traitements par les androgènes et les
immunosuppresseurs.

Dans les SMD de risque élevé, la thérapeutique transfusionnelle demeure incontournable.


Le traitement par des agents hyperméthylants ou une chimiothérapie intensive similaire à
celle des leucémies aiguës myéloblastiques sera mis en place. Le rythme des
transfusions est variable. Le protocole transfusionnel doit être établi en partenariat
entre les prescripteurs et les médecins en charge du conseil transfusionnel. Deux
paramètres sont à prendre en compte : le taux d’Hb et l’état clinique du patient. Les
concentrés de globules rouges (CGR) transfusés respectent le phénotype RH-KEL1 du
patient et ce, malgré l’âge souvent « avancé », en raison du caractère chronique des
transfusions. La détermination du phénotype étendu dans les systèmes FY, JK, MNS doit
être réalisée dès la phase de diagnostic et avant le début de tout programme
transfusionnel chronique.

La surveillance d’une éventuelle surcharge en fer est indispensable et doit être


systématiquement réalisée , dès qu’elle est constatée, un traitement de chélation sera
débuté. La prévention de la surcharge martiale par les chélateurs est recommandée chez
les patients atteints de myélodysplasies transfusés au long cours après prise en compte
des comorbidités associées et du pronostic global.

Il est recommandé de discuter la chélation en fer au-delà de la transfusion de 20 CGR


ou d’une ferritinémie supérieure à 1 000 ng/ml.

88
III.1.4 Transfusion de concentrés de globules rouges dans les
anémies hémolytiques auto-immunes :

A l'exception de l'hémoglobinurie paroxystique nocturne, ce sont des globules rouges


normaux qui sont détruits au cours des anémies hémolytiques acquises (AHA). Dans les
situations très diverses auxquelles on est confronté dans les AHA, nombre de facteurs
doivent être pris en compte regardant l'indication de la transfusion de globules rouges.
Celle-ci ne saurait être que palliative. Mais, à côté des mesures de réanimation (dont
l'oxygénothérapie) et des traitements à visée(s) étiopathogénique(s) appropriés qui
doivent l'accompagner, la transfusion de globules rouges peut avoir une place majeure
dans les formes aiguës graves d'AHA ou dans les aggravations des formes chroniques, et
elle peut être indiquée, mais à un bien moindre degré, dans les formes chroniques
sévères. Le clinicien se doit de connaître les difficultés qu'ont à résoudre dans ce cas les
laboratoires d'immunohématologie et les sites transfusionnels pour réaliser les
explorations sérologiques et mettre à disposition les produits sanguins adéquats,
spécialement dans les AHA de mécanisme immunologique. La prise de la décision de
transfuser, le choix et le volume des produits à utiliser, fondés sur les données cliniques,
hématologiques, immunohématologiques et aussi sur les éléments étiologiques et
physiopathologiques, leur mise à disposition et les modalités de leur administration
peuvent poser de difficiles problèmes aux différents intervenants. La nécessaire
concertation entre médecins des établissements de soins et médecins des sites
transfusionnels doit être particulièrement étroite dans ces circonstances. Dans certains
cas, il faut recourir à des laboratoires d'immunohématologie hautement spécialisés, et
rechercher des produits érythrocytaires rares, parfois au plan national. Les AHA
représentent un cadre hétérogène qu'il faut envisager selon plusieurs bases de
classification.

Sur le plan clinique, il peut s'agir d'AHA chroniques, d'épisodes d'hémolyse aiguë de
durée limitée, de crises hémolytiques inaugurales ou survenant au cours d'AHA connues.
Par ailleurs, des phases de déglobulisation par érythroblastopénie peuvent compliquer des

89
hémolyses chroniques. Enfin, certaines AHA aiguës peuvent aussi comporter une
réticulocytopénie par hémolyse intra médullaire.

Une hémolyse brutale et massive, le plus souvent de siège intravasculaire, peut causer
une anémie aiguë profonde, menacer la vie et nécessiter une compensation immédiate.
L'anoxie, à un moindre degré une certaine hypovolémie, et peut-être aussi des réactions
analogues à celles attribuées à la libération de cytokines [100] peuvent être responsables
d'une symptomatologie de choc. Les AHA chroniques marquées, résultant d'une
destruction généralement extravasculaire non ou insuffisamment compensée par
l'augmentation de l'érythropoïèse, se traduisent par des signes d'anémie d'apparition
progressive, mais [Hb] peut aussi descendre très bas. On s'efforce ici de s'abstenir de
transfuser, sauf lors d'épisodes de déglobulisation particulièrement marquée.

Du point de vue étiopathogénique, on peut distinguer plusieurs catégories d'AHA, dont


les problèmes transfusionnels doivent être envisagés séparément. Dans certains cas, les
globules rouges transfusés peuvent être plus ou moins rapidement lysés, comme ceux du
receveur, et pour les mêmes raisons. Dans les AHA auto-immunes, le groupage
érythrocytaire peut poser des problèmes techniques. Il est le plus souvent impossible de
transfuser des GR non porteurs d’antigènes reconnus par les autoanticorps présents, car
ceux-ci sont généralement dirigés contre des antigènes dits « publics », majoritairement
présents dans la population. En cas d’autoanticorps de spécificité restreinte, il est parfois
possible de transfuser des globules rouges dépourvus de l’antigène reconnu. Dans tous
les autres cas, la survie des GR transfusés est abrégée, et la transfusion est d’effet
médiocre, [101], sans être vraiment dangereuse malgré la démonstration de
l'incompatibilité dans les épreuves de cross-match in vitro du fait de la présence des
autoanticorps.

Le risque majeur est la survenue d'accidents hémolytiques transfusionnels très graves du


fait de l'absence de détection d'allo-anticorps acquis masqués par les autoanticorps. La
recherche des allo-anticorps acquis nécessite des techniques sérologiques rigoureuses. Le
risque de la non détection d'allo-anticorps acquis et la faible efficacité transfusionnelle
ont conduit certains auteurs à prohiber toute transfusion de globules rouges au cours des

90
AHA auto-immunes, sauf menace vitale immédiate. Au cours de l'hémoglobinurie
paroxystique nocturne, les globules rouges propres du malade peuvent être lysés si du
complément, surtout activé, est apporté, ce qui requiert des précautions particulières.

En conclusion, au cours des AHA, comme dans toutes les anémies, la thérapeutique
transfusionnelle doit être fondée sur de multiples éléments cliniques et biologiques : la
concentration en Hb, la rapidité d’installation de l’anémie, l’âge du patient, les
pathologies associées, une éventuelle étiologie médicamenteuse, les maladies sous-
jacentes éventuellement responsables de l’hémolyse et dont le traitement peut influencer
cette dernière, la surveillance de l’évolution, l’appréciation des chances d’efficacité et
des dangers de l’apport de GR. Il en est de même pour le choix de ses modalités (type de
produit, quantité, température des produits à administrer).

Ce qui prime finalement, c'est la façon dont l'anémie est supportée et c'est ainsi qu'on
peut être amené à transfuser au-dessus de la concentration de 8 g.dL-1 d'Hb, devenu le
seuil sur lequel on s'accorde généralement en cas d'anémies médicales chroniques [102].
Inversement, on peut parfois ne pas transfuser à des [Hb] nettement inférieures,
notamment dans les cas où on peut espérer une amélioration à court terme, spontanément
ou grâce à l'efficacité rapide du traitement de la cause. Si l'on est conduit à transfuser
dans le cadre des AHA, on doit surveiller l’apparition d’éventuels anticorps
antileucoplaquettaires, anti-HLA notamment, qui pourraient poser des problèmes
ultérieurs. Les produits administrés doivent être aussi compatibles que possible avec le
phénotype érythrocytaire du receveur dans les systèmes RH et KELL, pour éviter une
allo-immunisation qui pourrait obérer l'avenir transfusionnel.

III.1.4.1 Anémies hémolytiques acquises auto-immunes :

Elles sont dues par définition à la destruction in vivo des globules rouges par des
autoanticorps qui réagissent avec les antigènes portés par les globules rouges de
l'individu lui-même. En cas de transfusion, les globules rouges transfusés peuvent être
détruits s’ils portent les antigènes reconnus par les autoanticorps en cause. [102]

91
La transfusion ne peut représenter au mieux qu’un apport substitutif temporaire, mais elle
peut être le seul moyen de corriger un péril anoxique menaçant. En dehors de sa faible
efficacité et de la grande brièveté de ses effets, la transfusion peut être dangereuse, car
responsable :

•D’accidents graves d’hémolyse immédiate due à la présence d’allo-anticorps immuns


méconnus ou d’hémolyse retardée due à la réactivation de la synthèse d’allo-anticorps
non détectables ;

• D’une allo-immunisation grevant l’avenir.

Elle peut également aggraver la situation : stimulation de la synthèse d’autoanticorps,


modifications du type des autoanticorps, dont la spécificité pourrait devenir moins
restreinte (mais l’inverse se produit aussi), passage d’un test de Coombs direct Ig à Ig +
complément. [103] Le risque de la non-détection d’allo-anticorps acquis et la faible
efficacité transfusionnelle ont conduit certains auteurs à prohiber toute transfusion de GR
au cours des AHA auto-immunes, sauf menace vitale immédiate.

 Nature des produits à transfuser


Ce n'est qu’exceptionnellement qu'on a recourt à des globules rouges autologues congelés
: ceci ne peut se faire qu'en cas d'AHA auto-immune caractérisée par des épisodes
d'hémolyse à répétition, séparés par des périodes de disparition des autoanticorps pendant
lesquelles les globules rouges du malade pourraient être prélevés en vue de leur
conservation.

 Caractéristiques immunohématologiques des CGR transfusés


Quand l'autoanticorps est strictement spécifique d'un antigène bien déterminé et qu'il est
possible de disposer de CGR ne possédant pas cet antigène, il est possible d'y recourir, à
condition que ces CGR :

- Ne soient pas porteurs d'antigènes contre lesquels le malade possède déjà des allo-
anticorps pouvant entraîner une hémolyse allo-immune ;

92
- Ne soient pas susceptibles de provoquer une allo-immunisation pouvant être
ultérieurement dangereuse et compromettre l'avenir transfusionnel et obstétrical.

Le plus souvent donc, on a recourt à des globules rouges compatibles dans les systèmes
RH et KELL avec le malade. L'épreuve de compatibilité entre ces globules rouges et le
sérum du receveur est presque toujours positive. Elle doit être faite à la température ou
aux températures de fixation et d'activité des autoanticorps détectés.

 Température des CGR transfusés


En présence d’agglutinines froides ou d’anticorps biphasiques, il est recommandé de
transfuser des globules rouges portés à 37° C, grâce à un dispositif de réchauffement de
la tubulure au lit du malade [104]. La température de la pièce doit être éventuellement
élevée au-dessus de celle où les autoanticorps peuvent être nocifs.

 Surveillance de la transfusion
Elle doit être médicale et extrêmement étroite. Il est prudent de surveiller
particulièrement les dix premières minutes de la transfusion et, si l’état du patient le
permet, de respecter à cette phase un débit de perfusion lent, de l’ordre de 2 mL.min-1.
La surveillance biologique permet de s’assurer de l’efficacité de la transfusion par le
dosage de l’Hb dans l’heure qui suit la fin de la transfusion. La surveillance biologique
ultérieure comporte en particulier la recherche minutieuse et répétée de l’apparition
d’allo-anticorps et de la non-modification de la spécificité des autoanticorps.

 Situations d'extrême urgence


Il faut alors savoir prescrire et procéder à l'administration des CGR nécessaires sans avoir
la totalité des résultats des examens. Il est toutefois recommandé, et cela est pratiquement
toujours possible, de réaliser les deux prélèvements nécessaires à la détermination des
groupes sanguins ABO et RH1 (Rh D) et de réaliser les tests correspondants. De la même
façon, il est indispensable d'effectuer avant la pose de la transfusion tous les
prélèvements (avec et sans anticoagulant) nécessaires à l'analyse des autoanticorps. Un
danger vital immédiat autorise la transfusion de CGR avant les résultats de la recherche
d'allo-anticorps, qui nécessitent l'adsorption des autoanticorps circulants.

93
III.1.4.2 Anémies hémolytiques acquises immunoallergiques
médicamenteuses :
Certains médicaments (tel l'alpha-méthyl-dopa) sont capables d'induire la formation
d'autoanticorps, mais sont rarement responsables d'hémolyse pouvant justifier une
indication de transfusion de globules rouges. D'autres médicaments peuvent être
responsables d'accidents hémolytiques par des mécanismes immunoallergiques. Dans ce
cas, c'est souvent lors de la reprise du traitement (ou parfois lors de la prise d'un produit
proche), qu'apparaît une hémolyse aiguë ou subaiguë, à prédominance intravasculaire.
Les médicaments en cause sont nombreux [105]. Le traitement médicamenteux doit être
arrêté (ce qui peut être difficile chez certains patients). Du point de vue transfusionnel,
les mêmes problèmes se posent que dans les AHA auto-immunes : difficulté possible de
groupage et de recherche des allo-anticorps.

III.1.4.3 Anémies hémolytiques acquises par agents chimiques,


venins et agents physiques : [106]
Des agents divers peuvent causer des anémies aiguës parfois très sévères nécessitant des
transfusions d'urgence, voire la réalisation d'exsanguino-transfusions. A nouveau, les
problèmes, si l'indication transfusionnelle est retenue, sont la difficulté possible du
groupage et la nécessité de rechercher des allo-anticorps.

III.1.4.4 Anémies hémolytiques résultant de l'effet direct de


micro-organismes : [107]
Au cours du paludisme, en cas d'anémies profondes mal tolérées, des transfusions de
globules rouges peuvent être nécessaires associées au traitement étiologique.

Au cours de la babésiose, l'exsanguino-transfusion a pu être proposée très


exceptionnellement, plus à titre de thérapeutique générale que contre les conséquences de
l'hémolyse, qui reste le plus souvent modérée.

Au cours des manifestations initiales de la bartonellose, une hémolyse aiguë nécessitant


des transfusions de globules rouges est parfois observée.

L'infection à Clostridium welchii cause des anémies aiguës, pouvant nécessiter des
transfusions de globules rouges.

94
III.1.4.5 Anémies hémolytiques acquises de cause globulaire :
l'hémoglobinurie paroxystique nocturne [108]

L'hémolyse, manifestation caractéristique majeure de la maladie, est essentiellement


intravasculaire. Elle est due à une sensibilité anormale des globules rouges à l'action du
complément activé. En cas de transfusions de globules rouges, des accidents
hémolytiques graves affectant les globules rouges du malade peuvent survenir, le
complément introduit par le plasma transfusé en même temps que les globules rouges en
est le responsable. C'est pourquoi il faut toujours procéder à des transfusions de CGR
déplasmatisés.

En pratique, il paraît raisonnable de recommander l'attitude suivante en cas de


transfusion au cours de l'hémoglobinurie paroxystique nocturne :

- Recourir le moins possible à la transfusion de globules rouges ;

- Utiliser des CGR phénotypés ;

- Ce n'est que dans les cas où l'on aurait des raisons de craindre la survenue d'une
réaction d'activation du complément, qu'il faudrait transfuser des CGR
déplasmatisés ou décongelés déglycérolés.

III.1.5 Transfusion des CGR dans la greffe de cellules souches


hématopoïétiques :

Dans les greffes de cellules souches hématopoïétiques, qu'il s'agisse d'autogreffe ou


d'allogreffe, l'anémie est toujours de cause centrale liée à une insuffisance de production
médullaire. Cette insuffisance de production médullaire est la résultante du
conditionnement de greffe particulièrement intense, associant chimiothérapie à très fortes
doses et bien souvent irradiation corporelle totale.

 Indications
Les transfusions de globules rouges ont pour objectif de maintenir la concentration d’Hb
au-dessus du seuil de 8 g.dL-1. Le maintien de ce seuil est d'autant plus important qu'il
n'est à espérer aucune récupération spontanée avant un minimum de 3 à 4 semaines. Par

95
ailleurs l'intensité du conditionnement de greffe, chez des patients en général lourdement
traités antérieurement, expose les malades greffés à des complications infectieuses graves
pouvant augmenter rapidement la consommation en O2.

 Modalités de transfusion des globules rouges [109]


Tous les CGR doivent impérativement être irradiés, afin de prévenir la GVH post-
transfusionnelle [69]. La prévention de la transmission du CMV et l'absence de
réactivation du CMV étant un objectif majeur, les CGR doivent être CMV négatifs
lorsqu'il s'agit de patients CMV négatifs receveurs de donneurs CMV négatifs [93]. En ce
qui concerne l'autogreffe notamment avec irradiation corporelle totale et/ou manipulation
du greffon in vitro, il semble que l'incidence des infections par le CMV ait été
initialement sous-estimée [61-63]. La gravité potentielle de ces infections et le
retentissement qu'elles peuvent avoir sur la reconstitution hématologique [61] incitent à
appliquer les mêmes mesures prophylactiques transfusionnelles en cas de malades CMV
négatifs que dans le cas de l'allogreffe [62].

Dans le cadre d’une autogreffe de cellules souches hématopoïétiques, les concentrés de


globules rouges délivrés seront ABO-RH1 identiques ou compatibles, de phénotype RH-
KEL1 identique ou compatible et irradiés.

Dans le cadre d’une allogreffe de CSH, les CGR délivrés seront ABO-RH1 et
phénotype RH-KEL1 compatibles avec le groupe du donneur et du receveur et irradiés.

En cas d’impossibilité de respecter la compatibilité du phénotype RH-KEL1 du couple


donneur/receveur, les CGR seront sélectionnés en fonction de leur compatibilité avec le
phénotype du donneur.

En dehors d’une situation d’immunisation, il n’est pas nécessaire de tenir compte des
autres systèmes antigéniques.

96
III.1.6 Transfusion des CGR chez la personne âgée :

Un âge supérieur à 80 ans n’est pas une contre-indication à la transfusion : les indications
sont les mêmes qu’en population générale. Le risque de surcharge volémique est
toutefois accru.

Les pathologies cardiovasculaires, rénales en autres doivent donc être prises en compte
dans l’établissement des protocoles transfusionnels (surcharge volémique et œdème aigu
du poumon liés à la quantité prescrite et à la vitesse de transfusion).

Sachant que, même sans pathologie associée, la tolérance d’une anémie sera moindre au
fur et à mesure qu’on avance en âge, par ailleurs, la symptomatologie clinique de
l’anémie peut être atypique, et peut donc égarer le diagnostic (malaise, chute,
confusion, etc.).

Dans tous les cas, il faudra tenir compte de la qualité de la vie en comparant les éventuels
risques de la transfusion et le bénéfice à court terme qu’elle peut apporter.

Au-delà de 70 ans, en dehors de situations pathologiques particulières


(myélodysplasies, etc.) et en l’absence d’allo-immunisation, le respect de la
compatibilité RH-KEL1 des CGR sélectionnés n’est plus recommandé.

Les seuils suivants sont recommandés :

 7 g/dl en l’absence d’insuffisance cardiaque ou coronarienne et de mauvaise


tolérance clinique ;

 8 g/dl chez les patients insuffisants cardiaques ou coronariens ;

 10 g/dl en cas de mauvaise tolérance clinique.

 Modalités de transfusion et de surveillance


Avant toute transfusion, il est recommandé de s’assurer de la qualité de la voie d’abord
veineuse.

97
Le CGR est transfusé lentement, à une vitesse inférieure à 5 ml/min
pendant les 15 premières minutes, puis la vitesse est adaptée à la tolérance clinique.
La durée moyenne de transfusion se situe autour de 2 heures.

La transfusion en protocole « phénotypé RH-KEL1 » n’est pas recommandée sauf si des


transfusions répétées sont prévues, comme c’est le cas pour les syndromes
myélodysplasiques.

Il est recommandé de ne prescrire qu’un seul CGR à la fois lorsque la tolérance du


patient à la transfusion n’est pas connue. Le taux d’hémoglobine est alors contrôlé avant
toute nouvelle prescription de CGR pour discuter une éventuelle nouvelle transfusion.

Il est recommandé de surveiller, outre les paramètres habituels (fréquence cardiaque,


pression artérielle, température), la fréquence respiratoire et, si possible, la saturation en
oxygène, pendant la transfusion à intervalles réguliers de 15 à 30 minutes, et jusqu’à 1 à
2 heures après la transfusion.

En cas de transfusion en hôpital de jour, il est recommandé que l'autorisation de sortie


soit délivrée par un médecin, après information du patient et de son entourage des
symptômes d'alerte de l'œdème aigu du poumon (dyspnée, toux, douleur thoracique…).

 Prévention de l'œdème aigu du poumon


La survenue des œdèmes aigus du poumon fait partie des effets indésirables
transfusionnels, qui peuvent être prévenus ou limités par une surveillance soignante
étroite.

Les patients à risque élevé peuvent être dépistés en amont de la transfusion, en particulier
les patients de plus de 80 ans, ceux présentant une hypertension artérielle, une altération
de la fonction systolique ou diastolique du ventricule gauche, une valvulopathie sévère,
une fibrillation atriale rapide, une surcharge hydro-sodée, une insuffisance rénale
chronique sévère ou un syndrome infectieux récent.

Il n'y a aucune preuve d'efficacité de l'injection systématique de diurétiques de l'anse en


prévention de l'œdème aigu du poumon avant, pendant ou après une transfusion. Cette
pratique peut d'ailleurs occasionner des effets indésirables, comme l'hypotension,
l'insuffisance rénale aiguë ou une hypokaliémie. Elle n'est donc pas recommandée en
pratique.

98
 Traitement de l'œdème aigu du poumon
Le traitement de l'œdème aigu du poumon post-transfusionnel par surcharge est celui
habituellement recommandé, associant de l'oxygène en cas d'hypoxie, des diurétiques de
l'anse, des dérivés nitrés si la pression artérielle le permet.

III.1.7 Indications de l’exsanguino-transfusion en néonatalogie :

L'exsanguino-transfusion chez le nouveau-né a été proposée principalement dans la


maladie hémolytique du nouveau-né, dans le but de soustraire des globules rouges
recouverts d'anticorps immuns, de soustraire ces anticorps immuns, d'épurer la bilirubine
libre et de corriger l’anémie [109]. L’objectif de l’exsanguino-transfusion est d’éviter
l’ictère nucléaire et les autres formes de neurotoxicité de la bilirubine. L’exsanguino-
transfusion permettrait d’améliorer la survie des enfants présentant une allo-
immunisation fœto-maternelle RH. Dans la maladie hémolytique du nouveau-né, et en
particulier en cas d'immunisation RH, différents seuils de concentration de bilirubinémie
indiquant une exsanguino-transfusion ont été proposés à partir d’études le plus souvent
non contrôlées. Les seuils et abaques proposées pour la concentration de bilirubine totale
[110] ou de bilirubine non liée à l'albumine sont variables et controversés, chez le
nouveau-né à terme comme chez le prématuré.

Les valeurs retenues le plus fréquemment, pour l'indication d'exsanguino-transfusion,


chez le nouveau-né à terme ayant une immunisation RH, à partir du 3ème jour, sont de
340 à 430 µmol.L-1 de bilirubine totale. Elles atteignent 540 µmol.L-1 dans les ictères
observés chez le nouveau-né à terme sain, en l’absence d’immunisation RH [111].

Différentes méthodes, en cours d’étude, ont été proposées pour affiner le risque de
neurotoxicité de la bilirubine, telles que le dosage ou le calcul de la bilirubine non liée à
l’albumine, la production de monoxyde de carbone.

Une photothérapie efficace et contrôlée est le traitement de première intention des cas
d'hyperbilirubinémie néonatale. Elle permet souvent d'éviter le recours à l'exsanguino-
transfusion lorsqu’elle est intensive.

99
Il est recommandé d’envisager l’exsanguino-transfusion lorsque :

 L’étiologie de l’hyperbilirubinémie est une allo-immunisation notamment dans le


système RH ou KEL. Dans ce contexte, la sévérité précoce de l’hyperbilirubinémie
associée à un pronostic neurosensoriel défavorable doit faire envisager la possibilité
d’une exsanguino-transfusion dans des délais rapides après la naissance.

 La valeur de bilirubine totale sérique est à moins de 50 µmol/l des seuils établis ;

 Une augmentation supérieure à 8,5 µmol/l/h de la bilirubine totale perdure malgré


un traitement optimal par photothérapie intensive ;

 La présence de signes cliniques évocateurs d’encéphalopathie hyperbilirubinémique


aiguë est observée.

Les modalités de réalisation de l’exsanguino-transfusion comprennent :

1) L’information des parents sur les risques et bénéfices de la procédure.

2) Un bilan étiologique à réaliser avant le début de l’exsanguino-transfusion :

- Groupe ABO-RH1 et phénotype RH-KEL1, et éventuellement phénotype étendu


selon la nature de l'allo-immunisation (2 déterminations), RAI, test direct à
l’antiglobuline ;

- NFS-plaquettes, réticulocytes ;

- Bilirubinémie totale et conjuguée ;

- Ionogramme sanguin, calcémie, protidémie, glycémie, gaz du sang.

En cas d’absence de diagnostic, bilan complémentaire : frottis sanguin, dosage de


glucose-6-phosphate-déshydrogénase, Pyruvate-kinase, électrophorèse de l’hémoglobine
et buvard si non fait et origine ethnique compatible avec un diagnostic de drépanocytose.

3) Les caractéristiques des produits sanguins labiles :

A) Pour les CGR :

- CGR de groupe O,

100
- CGR SAG-mannitol ou CPDA-1 conservés depuis 5 jours au maximum [109].

- CGR irradié depuis moins de 48 heures et si possible juste avant la délivrance,

- CGR compatibilisé si contexte d’allo-immunisation materno-fœtale.

La réduction de volume du CGR pour obtenir un hématocrite > 70 % peut être envisagée
pour permettre d’apporter plus de plasma frais congelé lors de la reconstitution ;

B) reconstitution :

- Soit à l’ETS ou délivrance des produits non reconstitués dans les services de soins

- Volume de plasma à ajouter au CGR pour obtenir un hématocrite final de 45 %.

4) La voie d’abord de choix est la voie veineuse ombilicale avec utilisation d’un cathéter
monovoie de bon calibre (5 French au minimum, 8 French chez le nouveau-né à terme).

5) La technique d’échange repose sur des retraits et des apports de sang reconstitué
successifs n’excédant pas plus de 5 ml/kg par échange. Plus l’échange est lent, plus
l’élimination de la bilirubine est efficace. La durée de la procédure doit être de 1 heure
30 à 2 heures. Le volume total à échanger est de 140 (nouveau-né à terme) à 160 ml/kg
(nouveau-né prématuré) soit 2 masses sanguines.

6) Monitorage continu des fonctions cardio-respiratoires et de la température de l’enfant


lors de la procédure et suspension de l’alimentation entérale jusqu’à 6 heures après
l’échange.

7) Dosage de la calcémie, protidémie, glycémie, gaz du sang, NFS-plaquettes et


ionogramme sanguin à mi- échange. Au terme de la procédure, même bilan qu’à mi-
échange avec dosage de la bilirubinémie qui sera également à doser 6 à 8 heures après la
fin de l’échange (compte tenu du rebond post-échange de la bilirubinémie lié à la
libération de la bilirubine intracellulaire).

8) Reprise de la photothérapie intensive continue dès la fin de l’échange.

Il est recommandé d’échanger entre 140 et 160 ml/kg, soit 2 masses sanguines, la
volémie du nouveau-né est habituellement considérée comme étant de 80 mL.kg-1

101
[112].Il y a cependant lieu de tenir compte du nombre de CGR nécessaires pour atteindre
le volume cible.

Il est recommandé que chaque phase d’échange n’excède pas 5 ml/kg. L’hématocrite
final recommandé pour l’exsanguino-transfusion en fin de reconstitution est de 45 %.

III.1.8 Transfusion des CGR dans le cas d’une transfusion in utero :

Les indications de transfusion de globules rouges in utero résident essentiellement dans


les anémies fœtales sévères liées aux allo-immunisations dans le système RH ou les
autres systèmes de groupes sanguins [113].

L'indication de prélèvement sanguin fœtal et la date de sa réalisation sont établies sur un


faisceau d'arguments incluant [114]:

- L'existence ou non d’œdèmes fœtaux ou d'anasarque, ou d’altération du bien-être


fœtal à l'échographie Doppler ;

- Le ∆ de densité optique de la bilirubine à 450 nm (∆OD 450) dans le liquide


amniotique s'il est rapidement croissant ;

- Une discordance entre la concentration sérique des allo-anticorps maternels et les


résultats du ∆OD 450 ;

- Les antécédents obstétricaux et en particuliers le terme auquel est survenue une


éventuelle complication d'allo immunisation lors d'une grossesse antérieure ;

- L'existence d'anomalies du rythme cardiaque fœtal évoquant une mauvaise


tolérance de l'anémie par le fœtus (rythme dit « sinusoïdal »).

Les indications transfusionnelles sont déterminées en fonction de la concentration d’Hb


chez le fœtus, de sa cinétique d'évolution (en cas de transfusions itératives), de la
concentration d’anticorps présents dans le sang fœtal, de l’importance de
l’érythroblastose et de la réticulocytose fœtales. Les seuils les plus couramment utilisés
sont une concentration d’Hb chez le fœtus :

- Inférieure à 10 g.dL-1 ou un Ht fœtal inférieur à 30% [113], ce seuil est cependant


discutable car il ne tient pas compte de l'âge gestationnel ;

102
- Inférieure à 7 g.dL-1 au deuxième trimestre, inférieure à 9 g.dL-1 au troisième
trimestre

- Inférieure à - 2 DS par rapport aux normes pour l'âge gestationnel.

Le but de la transfusion intra-utérine est de corriger l'anémie et, ainsi, d'améliorer


l'oxygénation tissulaire fœtale, dans le but et de prolonger la durée de la grossesse. La
transfusion intravasculaire apparaît plus performante que la transfusion intra péritonéale,
qui n’est réalisée que lorsque la transfusion intravasculaire est impossible, notamment à
des termes très précoces ; mais, elle nécessite un personnel expérimenté. Un accord se
dégage pour définir les caractéristiques des CGR qui doivent être utilisés pour les
transfusions in utero [113] :

- CGR de moins de 5 jours, dont le contenu en Hb ou l'Ht (si possible autour de


80%) sont connus ;

- CGR transfusés dans un délai le plus court possible et au maximum 24 heures


après l’irradiation compte tenu du risque d’hyperkaliémie symptomatique;

- CGR de groupe O, dépourvus d'hémolysine ;

- CGR Compatibilisés avec le sérum de la mère ;

- CGR irradiés ;

- CGR CMV négatifs (si possible)

Pour une transfusion intravasculaire, le volume à transfuser peut être calculé de la façon
suivante : Volume en ml = (Hb souhaitée – Hb fœtale initiale) x VSFP/ (Hb du produit –
Hb souhaitée)

Le VSFP est le volume sanguin fœto-placentaire, il est de 90 à 120 mL.kg-1 de poids


fœtal. On procède habituellement à une détermination per transfusionnelle de la [Hb] du
sang fœtal lorsque les 2/3 du volume théorique ont été transfusés. L’objectif est en
général fixé pour un taux d’Hb à 16 ou 17 g/dl en cas d’anasarque fœto-placentaire ou
pour un taux minimum de 14 g/dl (si le fœtus n’est pas hydropique) ou un Ht fœtal de 45

103
à 50%. L’adéquation du volume transfusé est appréciée par les résultats des numérations
sanguines fœtales réalisées en cours de transfusion.

Il n'existe pas d'argument objectif dans la littérature pour préconiser une exsanguino-
transfusion in utero plutôt qu'une transfusion simple chez un fœtus anémique ne
présentant pas de signe d'anasarque. A partir de la date de viabilité fœtale une
surveillance du bien-être fœtal est nécessaire durant les heures qui suivent la transfusion
in utero [115].

III.2 Les inefficacités d’une transfusion de concentrés de globules


rouges :

Une inefficacité transfusionnelle érythrocytaire est suspectée lorsque, 24 heures après


une transfusion de concentrés de globules rouges (CGR), le rendement transfusionnel est
inférieur à 80%.

Le rendement transfusionnel érythrocytaire (RTE) ou globulaire (RTG) est calculé par la


formule :

Avant toute chose, il convient de s’assurer de la pertinence de l’indication et de la


conformité de la prescription. La quantité de CGR transfusés doit être adaptée au
volume sanguin total du patient et doit être en cohérence avec l’état clinique du
patient et les seuils transfusionnels classiquement définis. La transfusion est réalisée de
préférence sur une veine périphérique et le nombre de CGR à transfuser dépend de :

• QHbCGR : quantité d’Hb transfusée en g ; La quantité d'HB transfusée minimale est de


40g, la moyenne constatée est de 50g.

• HbPréT : concentration d’hémoglobine en g/dl avant transfusion ;

• HbPT : concentration d’hémoglobine en g/dl après transfusion ;

•Volume sanguin total du patient (VST en ml) ;

104
Le nombre de CGR à transfuser est calculé par la formule suivante :

Nombre de CGR = (VST/100) (HbPT– HbPréT)/QHbCGR

VST : volume sanguin total. Exprimé en Litre, il est estimé pour une femme ou un enfant
de plus de 1 an à 70 ml/kg, il est de75ml /Kg chez l'homme.

Le VST peut être calculé soit à l’aide d’abaques prenant en compte le poids et la taille,
soit par la règle des 5 de Gilcher (tableau 3).De façon simplifiée, un CGR augmente
l'hémoglobine de près de 1 g/dl chez les adultes (0,9 g/dl chez un adulte de 70 kg), chez
l’enfant, le volume est calculé sachant que 3–4 ml/kg de CGR élèvent [Hb] de 1 g/dl ,
chez la femme enceinte ou chez un patient âgé de plus de 70 ans, aucune formule ne
permet d’évaluer la quantité de CGR à transfuser, qui est la quantité minimale permettant
la disparition des signes de mauvaise tolérance et/ou l’obtention d’une concentration
acceptable d’Hb.

Avant de suspecter une inefficacité transfusionnelle, il faut bien entendu éliminer la


persistance de la cause de l'anémie qui peut s'opposer à la remontée du taux
d'hémoglobine (hémorragie persistante, anémie post-infectieuse, traitement aplasiant …).

Si la quantité de CGR transfusés est adaptée et que la cause de l’anémie est a priori
éliminée, il faut évoquer une cause immunologique en recherchant une hémolyse clinique
(anémie, splénomégalie, ictère, urine « porto », etc.) et/ou biologique (bilirubine libre,
haptoglobine, hémoglobinémie, hémoglobinurie...) responsable d’un mauvais
rendement érythrocytaire. Il faut également éliminer un problème de mauvaise
qualité du produit en relation, par exemple, avec de mauvaises conditions de
conservation.

En cas d’hémolyse clinique et ou biologique, il faut éliminer, en tout premier lieu, une
incompatibilité ABO et vérifier l’ensemble des données immunohématologiques
concernant le patient et le CGR.

La recherche d’un éventuel allo-anticorps irrégulier sera ensuite réalisée (recherche


d’anticorps irréguliers, test direct à l’antiglobuline, élution directe). Si aucun anticorps
irrégulier n’est mis en évidence par les tests in vitro mais que le diagnostic d’hémolyse

105
d’origine immune est fortement suspecté, la recherche d’un anticorps doit être à nouveau
réalisée 10 à 15 jours après la transfusion.

Il peut s’agir d’une hémolyse liée à la présence d’autoanticorps antiérythrocytaires.


La règle est alors de ne pas transfuser, si possible.

Enfin, si toutes les causes évoquées ci-dessus ont été éliminées, il est nécessaire de
contrôler l’hémogramme du patient et d’éliminer toute erreur de
prélèvement ou erreur analytique portant sur l’hémoglobine. [116]

Tableau 4 : Règle des 5 de Gilcher permettant de calculer le volume sanguin total (VST) [69]

Obèse : 60 mL.kg–1 Normale : 70 mL.kg–1


Femme
Maigre : 65 mL.kg–1 Athlétique : 75 mL.kg–1
VST de la femme + 5
Homme
mL.kg–1
Identique à la femme adulte
Enfant plus de 1an
normale (70 mL.kg–1)
_
Nourrisson moins de 1an 70–75 mL.kg–1
Nouveau-né 75–85 mL.kg

III.3 Difficultés transfusionnelles en transfusion de concentrés de


globules rouges [117]

L’impasse transfusionnelle est une situation rare, mais non exceptionnelle elle
correspond au risque d’aboutir soit à un état réfractaire aux transfusions de produits
sanguins labiles rendant la thérapeutique inefficace, soit à une réaction transfusionnelle
pouvant mettre en jeu le pronostic vital.

Si l’étiologie princeps est généralement immunologique et nécessite d’être clairement


identifiée, la complexité de sa gestion vient du fait qu’il peut être rapidement nécessaire
de localiser un donneur volontaire de sang immunologiquement « compatible » avec le
receveur. Tous les acteurs concernés sont dans une situation de gestion de risque [118].

106
La gestion du risque d’impasse transfusionnelle fait nécessairement intervenir le médecin
en charge du patient, celui en charge de la délivrance du ou des PSL, et bien souvent le(s)
biologiste(s) responsable(s) du (des) laboratoire(s) d’immunohématologie (IH) et/ou
d’histocompatibilité (HLA) et/ou d’immunologie plaquettaire. Par ailleurs, il n’est pas
rare de faire appel également à l’intervention du médecin responsable du prélèvement
pour la sollicitation et l’invitation d’un donneur présentant certaines caractéristiques IH,
soit dans l’établissement de transfusion sanguine de référence, soit dans d’autres ETS
dans le cadre de la solidarité nationale.

III.3.1 La gestion du risque d’impasse transfusionnelle :

La connaissance et le respect de l’organisation et des circuits en place sont primordiaux


dans l’efficacité de la gestion du risque d’impasse transfusionnelle (figure 6). Idéalement,
cette organisation fait l’objet de procédures régulièrement réévaluées et ayant été
validées par le comité de sécurité transfusionnelle et d’hémovigilance, sous-commission
de la CME [119]. L’interface entre le médecin prescripteur et le responsable de la
délivrance est fondamentale dans cette organisation. A chacun d’entre eux incombe la
responsabilité :

- D’assurer la circulation d’une information factuelle et en temps réel sur les


résultats biologiques, les protocoles thérapeutiques, l’évolution du patient entre
autres [120] ;

- D’assurer la continuité des informations auprès des différentes équipes qui se


relaient dans la prise en charge du patient.

107
Figure N°9 : Organisation et circuits dans la gestion du risque d’impasse transfusionnelle. [117]

La prise en charge médicale de l’impasse transfusionnelle est au cœur de la gestion du


risque [121]. Idéalement, ce risque d’impasse transfusionnelle est clairement identifié et
a fait l’objet d’un protocole dédié et approuvé, en cohérence avec l’évolution des
connaissances médicales et scientifiques. La gestion spécifique du risque doit apprécier,
d’une part, la nature de cette impasse transfusionnelle (allo-immunisation complexe, état
réfractaire...), et d’autre part, le degré d’urgence pour sa prise en charge (prise en charge
préventive ou curative) (figure 10).

108
Figure N°10 : Logigramme décisionnel dans la gestion du risque d’impasse
transfusionnelle. [117]

III.3.2 Principales situations d’impasse transfusionnelle :

Trois situations cliniques sont généralement envisageables pour ces situations d’anémie
et de risque d’impasse transfusionnelle au regard des recommandations pour la
transfusion des CGR [122] : le groupe sanguin rare, l’immunisation complexe et l’anémie
hémolytique auto-immune (Tableau 5).

109
Tableau N°5 : Principales situations d’impasse transfusionnelle
pour la transfusion de CGR [117]

Situations Etiologie à Thérapeutique appropriée Urgence


d’impasse prioriser à anticiper transfusionnelle
Laboratoire IH - Techniques
Groupe sanguin
référent d’autotransfusion Banque de sang rare
rare
- Sang autologue congelé

Laboratoire IH - Techniques
Immunisation Stocks régionaux ou
référent d’autotransfusion
complexe nationaux
- Sang autologue congelé

Anémie Laboratoire IH - Corticothérapie CGR ABO-RH1 et


hémolytique auto- référent - Immunoglobulines IV phénotype RH-
immune - Echanges plasmatiques KEL1 compatibles

III.3.2.1 Le groupe sanguin rare :

Il s’agit le plus souvent de sujets ne possédant pas un antigène dit « publique ».

Les antigènes de grande fréquence ou « antigènes publiques » sont, par définition,


présents chez la grande majorité des individus, et ne sont absents que chez quelques
individus ou familles d’individus.

Le danger des phénotypes « publiques négatifs » est lié à la présence d’anticorps


impliqués dans des accidents hémolytiques transfusionnels et dans des maladies
hémolytiques néonatales. Ces anticorps peuvent être « naturels » (avant toute
transfusion : anti-H, anti-P...) ou allo-immuns (après transfusion ou épisode immunisant :
anti-Cellano, anti-Vel, etc.), et compte tenu de la fréquence des hématies possédant
l’antigène correspondant, sources de blocage transfusionnel immédiat parfois gravissime
(anti-H des sujets Bombay) [123].

Circonstance de découverte : le plus souvent dans le cadre d’un bilan pré transfusionnel
classique chez un patient sans antécédent transfusionnel. Ces receveurs, considérés

110
comme « à haut risque », doivent être dépistés et identifiés avec précision dans un
laboratoire IH de référence.

En l’absence d’urgence transfusionnelle, on privilégiera le recours à des mesures


préventives (association de différentes techniques d’autotransfusion, congélation du sang
autologue). On pourra, si nécessaire, interroger la banque de sang rare pour connaître
l’état des stocks et la possibilité de recourir à leur distribution, pour ce patient donné. Par
ailleurs, après la mise en évidence de tels groupes sanguins, il convient de rechercher
dans la fratrie de la personne concernée un sujet ayant les mêmes caractéristiques
immunohématologiques et de sensibiliser ce dernier au don de sang pour qu’il puisse,
dans un souci d’anticipation, participer à la constitution de la banque de sang rare.

Dans le cadre d’une urgence transfusionnelle, le risque majeur est celui d’un accident
hémolytique aigu (si anticorps présents). La gestion commune de cette situation entre le
médecin prescripteur et le médecin en charge de la délivrance doit leur permettre
d’évaluer le rapport bénéfice-risque pour leur patient. L’idéal est de recourir à la banque
de sang rare chaque fois que le délai d’obtention est compatible avec la survie du patient.

III.3.2.2 L’immunisation complexe :

Il s’agit le plus souvent d’une immunisation anti-érythrocytaire (poly-immunisation,


c’est-à-dire association de plusieurs anticorps dits irréguliers) qui peut d’ailleurs être
couplée à une immunisation anti-HLA ou plaquettaire (bien que ne constituant que
rarement un problème d’inefficacité de transfusion érythrocytaire, à l’exception des très
rares anticorps anti-Bg).

Il s’agit en général d’un patient qui a bénéficié de séries de transfusions et qui développe
un premier, puis un deuxième, voire un troisième (ou plus), anticorps anti-érythrocytaire,
ce qui pose des problèmes de sélection et de disponibilité de CGR compatibles.

Circonstance de découverte : le plus souvent dans le cadre du suivi


immunohématologique d’un polytransfusé. Là encore, ces receveurs doivent être dépistés
et identifiés avec précision dans un laboratoire IH de référence.

111
En l’absence d’urgence transfusionnelle, on privilégiera le recours à des mesures
préventives (association de différentes techniques d’autotransfusion, congélation du sang
autologue). On pourra, si nécessaire, rechercher dans le fichier des donneurs de sang
bénévoles des candidats ayant un phénotype potentiellement immuno-compatible avec le
ou les anticorps présents chez le patient. Ces donneurs pourront par ailleurs bénéficier
d’investigations immunohématologiques plus poussées pour affiner leur sélection.

Dans le cadre d’une urgence transfusionnelle, le recours aux stocks régionaux, voire
nationaux, est indispensable.

Là aussi, le rapport bénéfice-risque est évalué collégialement entre le médecin


prescripteur et le médecin en charge de la délivrance. Si le délai d’obtention le permet,
les CGR sélectionnés seront compatibilisés.

III.3.2.3 L’anémie hémolytique auto-immune (AHAI) :

Il s’agit d’une anémie par destruction accrue des hématies (hyper hémolyse) par des
anticorps dirigés contre les propres antigènes ou des structures modifiées de la membrane
érythrocytaire du patient, le mécanisme de survenue n’étant pas complètement
élucidé [124].

Les antigènes cibles des autoanticorps antiérythrocytaires sont souvent des antigènes de
grande fréquence, présents chez la plupart des donneurs de sang. De ce fait, la
transfusion est fréquemment peu efficace dans les AHAI.

Circonstance de découverte : clinique (signes de l’anémie parfois associés à un ictère et


une splénomégalie) et biologique (signes d’hémolyse).

Les échantillons biologiques seront adressés au laboratoire IH de référence où le test


direct à l’antiglobuline et l’élution permettent la recherche de l’autoanticorps et de sa
spécificité. Par ailleurs, il convient d’adsorber l’autoanticorps pour déceler et identifier
un éventuel allo-anticorps masqué (risque d’accident hémolytique aigu). Les techniques
d’adsorption, qui dépendent des antécédents transfusionnels ou obstétricaux du patient,
sont difficiles et nécessitent un long délai de réponse, malheureusement incompressible.

112
En l’absence d’urgence transfusionnelle, le recours à la thérapeutique appropriée
(corticothérapie, immunoglobulines intraveineuses [IVIG], échanges plasmatiques…) est
privilégié [125].

Dans le cadre d’une urgence transfusionnelle, situation qu’on souhaite exceptionnelle, le


recours à des CGR compatibles dans les groupes ABO-RH1 et RH-KEL1 peut permettre
de passer un cap. La compatibilisation des CGR n’est pas utile (la recherche d’un CGR
compatible – rendue très difficile par les autoanticorps qui croisent avec de nombreux
marqueurs de surface érythrocytaire – ne peut que retarder la délivrance) [126].

III.3.2.4 Protocole transfusionnel d’urgence en situation


d’impasse transfusionnelle (ACI anti-public...) :
La délivrance des CGR les plus compatibles tiendra compte du pouvoir hémolysant des
allo-anticorps.

En priorité, il est nécessaire de respecter les antigènes du groupe RH-KEL1, puis JK1,
FY1, MNS3 et 4. Pour les groupes sanguins rares, le conseil transfusionnel s’effectue en
collaboration avec des laboratoires d’expertise.

Dans l’urgence, il peut être indispensable d’envisager une transfusion incompatible :


celle-ci permet de rétablir un taux d’hémoglobine de manière temporaire mais les
anticorps risquent de détruire les globules rouges incompatibles transfusés. Ceci peut
permettre d’attendre si besoin l’arrivée d’unités de sang décongelées de la BNSPR.

La décision est prise en concertation avec l’équipe clinique qui doit être parfaitement
informée des risques associés à la transfusion et avertir le patient et/ou sa famille d’un
risque d’hémolyse grave avec anurie.

Pour l’avenir, il est nécessaire de faire des recherches dans la fratrie de donneurs
compatibles en prévision de congélation de CGR par la BNSPR(Banque nationale de
sang de phénotype rare). Il peut être également envisagé que le patient au décours de son
hospitalisation prenne contact avec l’EFS pour envisager un don en vue de congélation
d’unités de sang rare, si son état clinique le permet. Des autotransfusions peuvent être
évoquées dans le cas où elles peuvent être anticipées dans le cadre d’une chirurgie
programmée. Ces programmes d’autotransfusion doivent être coordonnés et validés par
un médecin de prélèvement de l’EFS.

113
III.4 Les Alternatives en l’absence des Produits Sanguins Labiles
adaptés :

III.4.1 Les alternatives aux différents types de concentrés de


globules rouges :

L’absence de disponibilité de concentrés de globules rouges (CGR) adaptés à un patient


peut être due à ; l’absence locale, régionale, voire nationale du CGR adapté (pénurie,
défaut d’approvisionnement..) dans les temps impartis, ou aux particularités biologiques
et/ou cliniques du patient ; (phénotype érythrocytaire rare, urgence transfusionnelle)

En cas de phénotype érythrocytaire rare ou d’un mélange complexe d’anticorps ou


de la présence d’anticorps reconnaissant un antigène de très grande fréquence, le conseil
transfusionnel se doit d’avertir au plus vite le prescripteur des difficultés de prise en
charge transfusionnelle du patient, de façon à ce que toute transfusion programmée (sur
un geste chirurgical, par ex.) soit anticipée, avec le recours à :

 La transfusion autologue si cela est possible ou à la prescription d’érythropoïétine


si la pathologie du patient le permet ;

 L’approvisionnement particulier du site ou du dépôt de l’établissement de santé


(ES) : approvisionnement simple ou invitation d’un donneur de phénotype
spécifique, voire mise en place de protocoles particuliers avec la banque nationale
de sang de phénotypes rares (BNSPR) ;

 Des protocoles transfusionnels de secours, uniquement en cas d’urgence


transfusionnelle, dans le délai d’obtention des CGR adaptés :

- Vérification et appréciation de l’importance de l’incompatibilité (RAI, EDCL,


titrage, TDA,..),

- Information du prescripteur pour peser l’indication (transfusion a minima et


uniquement si urgence vitale, en attendant la disponibilité des CGR adaptés),

- Surveillance attentive du patient (hyperhydratation, immunosuppression, etc.).

114
En cas d’absence de CGR correspondant à la qualification « phénotypé » RH-KEL1 et/ou
« phénotype étendu » prescrite, conformément aux recommandations professionnelles, et
en l’absence d’immunisation antérieure, le prescripteur en est averti et, s’il en est
d’accord, une décision conjointe pour non-respect du phénotype RH-KEL1 et/ou du
phénotype étendu est tracée.

Cette décision impliquera de vérifier la bonne réalisation de la recherche d’anticorps


irréguliers (RAI) post-transfusionnelle.

Dans le cas contraire, l’abstention transfusionnelle aura été décidée conjointement et la


transfusion différée dans l’attente des CGR adaptés.

L’absence de CGR qualifiés et/ou transformés peut revêtir plusieurs aspects :

 En cas d’absence de CGR correspondant à la qualification « compatibilisé »


(Ce type de prescription peut être incompatible avec l’urgence vitale immédiate), il
convient, après vérification de la conformité aux recommandations professionnelles,
de s’assurer de la présence d’un prélèvement du patient de façon à réaliser au plus
vite la compatibilisation sur les globules rouges des tubulures correspondant aux CGR
délivrés. Dans tous les cas, le prescripteur doit être averti de la mise en route de ces
tests et de leurs résultats dès qu’ils sont disponibles ;

 En cas d’absence de CGR correspondant aux transformations « déplasmatisé » ou «


réduction de volume »

(Ce type de produits peut être indisponible notamment en urgence transfusionnelle, les
délais de réalisation étant longs), l’information immédiate du prescripteur est
primordiale, elle permettra :

- de revoir l’indication, parfois abusive (hors protocoles connus et validés),

- de permettre une surveillance adaptée du patient ;

 En cas d’absence de CGR correspondant à la transformation « irradiation »


(Ce type de délivrance peut correspondre à une prescription urgente à partir d’un dépôt
de sang ou d’un site ne disposant pas d’irradiateur), le prescripteur doit être informé et

115
évaluer le rapport bénéfice/risque de transfuser en CGR non irradiés ou de ne pas
transfuser de CGR.

Les décisions conjointes de non-respect d’une qualification et/ou transformation de CGR


sont tracées et une surveillance spécifique per et/ou post-transfusionnelle peut être mise
en place.

Dans le cas contraire, l’abstention transfusionnelle aura été décidée conjointement et la


transfusion différée dans l’attente des CGR qualifiés et/ou transformés adaptés. Cette
décision est également tracée.

III.4.2 Techniques alternatives possibles à la transfusion sanguine


[69]

III.4.2.1 Transfusion autologue :

Transfusion autologue programmée ou différée :

La transfusion autologue consiste à prélever du sang chez un patient suivant un


programme opératoire précis et à le lui administrer au cours ou après l’intervention
chirurgicale. Elle est un acte médical prescrit par un médecin de l’unité de soins et
réalisée par les structures transfusionnelles.

Elle peut être envisagée chez toute personne de plus de 10 kg devant subir une
intervention hémorragique programmée en l’absence des contre-indications

Elle est indiquée dans les interventions chirurgicales programmées ci-après : chirurgie
gynécologique, chirurgie urologique, chirurgie orthopédique, chirurgie vasculaire ou
chez la femme enceinte;

Les contre-indications sont l’anémie, infection bactérienne, infections à VIH (Sida), à


HBs (Hépatite B), et à VHC (Hépatite C), patients présentant un état clinique instable
(hypertension incontrôlée, angor), cancers, diabète insulino-dépendant entre autres.

La TAP n’élimine pas l’éventualité d’une transfusion homologue en cas de nécessité.


Elle ne peut et ne doit être présentée au malade ni comme une garantie d’absence
d’exposition à des PSL homologues, ni comme exempte de tous risques liés à la

116
transfusion (notamment la contamination bactérienne). Le prélèvement se fait par dons
successifs à plusieurs semaines d’intervalle ou par un prélèvement unique par
érythrocytaphérèses. La supplémentation en fer doit être de règle en cas de TAP

a) Transfusion autologue par hémodilution normovolémique


intentionnelle :

Son utilisation en complément d’autres techniques peut être envisagée en cas de chirurgie
très hémorragique. Elle n’est pas indiquée dans des chirurgies à saignement modéré (< 50
% du volume sanguin), sauf cas particuliers (groupes sanguins rares, allo-immunisation
transfusionnelle). Elle demande vigilance, expérience et connaissance des perturbations
physiologiques et des risques inhérents à l’hémodilution profonde. Elle est contre-
indiquée chez les sujets ayant une tolérance réduite à l’abaissement de l’hémoglobinémie.
La surveillance continue de la SvO2 est recommandée pour les hémodilutions profondes.

b) Transfusion autologue par récupération périopératoire :

Il est possible de récupérer le sang épanché au niveau du champ opératoire. Les moyens
de récupération sont plus ou moins complexes, faisant ou non appel à un lavage et à une
concentration des hématies grâce à l’utilisation de séparateurs de cellules. Le sang
récupéré doit être transfusé au bloc au plus tard les 6 heures après le début de la
récupération. Cette technique peut être utilisée en chirurgie réglée seule ou en
complément d’un programme TAD. Elle est particulièrement utile en chirurgie urgente.

III.4.2.2 Erythropoïétine (en dehors de l’insuffisance rénale


chronique)

-L’érythropoïétine (EPO) peut corriger l’anémie des cancers et des hémopathies


malignes, qu’ils soient traités ou non par chimiothérapie, avec disparition ou diminution
significative des besoins transfusionnels érythrocytaires. Il est recommandé de l’utiliser
lorsque le risque d’anémie sévère est élevé et la probabilité de réponse à l’EPO est forte

-Dans le cadre de la TAP, les indications documentées de l’EPO sont celles du libellé
d’AMM, en association au fer par voie orale, voire intraveineuse

117
-Chez le patient modérément anémique (10 < [Hb] < 13 g.dL–1), l’EPO diminue la
transfusion homologue lors d’interventions entraînant des pertes sanguines de l’ordre de
1 000 ml. Il est fondamental de lui associer du fer, par voie orale, voire intraveineuse. En
Europe, l’AMM de l’EPO hors TAP est limitée à la seule chirurgie orthopédique.

-Elle est recommandée dans la prévention de l’anémie du prématuré, principalement si le


poids de naissance est < 1 000 g ou l’âge gestationnel < 34 semaines. L’EPO permet de
réduire la fréquence et le volume des transfusions du prématuré. L’EPO permet de
réduire la fréquence et le volume des transfusions du prématuré.

III.4.2.3Le Fer :

Chaque fois qu’est programmée une chirurgie prévue hémorragique, il est conseillé de la
faire précéder d’un traitement martial par voie orale pendant une période de plusieurs
semaines, lorsque c’est possible. Le traitement martial par voie orale reste le traitement
de référence et de première intention de l’anémie modérée du per et du post-partum.

III.5 La délivrance des CGR en situation de non-conformité :

III.5.1 La gestion des non-conformités de prescriptions de PSL :

On distingue deux types de non-conformité de prescription de PSL au regard des éléments


réglementairement attendus :

 Les non-conformités majeures qui feront l’objet d’un refus de prescription;


 Les non-conformités mineures qui feront l’objet d’une correction de prescription.

Quel que soit le type de non-conformité, celle-ci sera obligatoirement consignée. Un


bilan des non-conformités doit être réalisé et présenté aux établissements et/ou services
concernés

Toute non-conformité majeure entraîne le refus de la prescription de PSL (hors urgence


transfusionnelle). Le service de soins concerné en est immédiatement averti une
nouvelle prescription conforme doit lui être adressée.

-Sont considérées comme des non-conformités majeures les anomalies de prescription de


PSL concernant ; l’identité du receveur (incomplète, absente, illisible), l’identité et la

118
signature du prescripteur (absentes), le type de produits prescrits si ceux-ci ne sont pas
spécifiés, les résultats d’immunohématologie (IH) transmis ne concordent pas avec
l’identité du patient.

Les non-conformités mineures feront l’objet d’un complément d’information apporté


sur la prescription de PSL après échange téléphonique avec le service de soins
concerné

-Ces non-conformités concernent ; l’identité incomplète du receveur, l’identité du


prescripteur (illisible mais la prescription signée), la quantité de produits prescrits
(absente ou inadaptée), la qualification ou la transformation des PSL, les renseignements
administratifs (absents)

III.5.2 La gestion des non-conformités de prescriptions d’examens


d’immunohématologie :

On distingue deux types de non-conformité de prescriptions d’examens


d’immunohématologie (IH) et/ou d’échantillons biologiques:

 Les non-conformités majeures qui feront l’objet d’un refus de prescription (non-
réalisation des examens d’IH);

 Les non-conformités mineures qui feront l’objet d’une correction de prescription.

Quelle que soit la non-conformité majeure ou mineure et concernant soit la prescription,


soit les échantillons biologiques, celle-ci sera obligatoirement consignée et notifiée au
prescripteur.

III.5.3 La gestion des non-concordances de prescriptions PSL et de


résultats d’examens d’immunohématologie :

L’absence de concordance stricte entre prescription de produits sanguins labiles (PSL) et


résultats d’examens immunohématologiques (IH) est une non-conformité majeure qui
doit être notifiée au service de soins. En cas de discordance totale d’identité sur les
documents, il est impératif de contacter le prescripteur afin de vérifier quel est le patient

119
devant être « réellement » transfusé (celui correspondant à la prescription de PSL ou
celui correspondant aux résultats d’examens IH).

Il est indispensable de vérifier si l’identité du patient n’est pas déjà connue dans le
logiciel médicotechnique (LMT) de l’EFS ou du dépôt de délivrance de
l’établissement de santé (ES) et de se faire confirmer par le service de soins si
cette identité est bien celle du patient (copie d’un document d’identité).

Des logiciels médico-techniques (LMT) de sécurisation de la délivrance sont obligatoires


pour les sites transfusionnels et pour les dépôts de délivrance des établissements de santé
(ES).

Ces LMT sont également obligatoires pour les dépôts relais de manière à
sécuriser le transfert aux services de soins des PSL déjà délivrés et ce, compte
tenu de la rupture de séquence entre ces deux étapes.

En l’absence de sécurisation informatique de la délivrance (panne du LMT, panne


informatique ou électrique, etc.), la sélection des PSL repose sur le seul verrou
sécuritaire constitué par le personnel habilité, la délivrance est alors dite « en mode
dégradé » et fait l’objet d’un mode opératoire spécifique, une vigilance accrue est
indispensable.

Une fiche de délivrance manuelle vierge est à disposition des personnels pour effectuer la
délivrance en mode dégradé. Des copies de l’ensemble des documents ayant servi aux
délivrances manuelles sont conservées pour régularisations et mises à jour a posteriori
des dossiers patients lors de la remise en fonctionnalité du LMT.

120
Conclusion
L’éloignement physique des donneurs et des receveurs qui s’est progressivement installé
depuis l’époque de bras à bras s’est vu compensé par le rapprochement biologique entre
les deux acteurs de l’acte transfusionnel ; le défi est devenu d’identifier les donneurs
anonymes correspondant au mieux aux caractéristiques biologiques et cliniques du
receveur (médecine personnalisée)

La sécurisation de cet acte médical a considérablement progressé mais il s’agit d’un acte
jamais anodin ; donc le respect de certaines règles pour optimiser la sécurité
transfusionnelle reste primordial afin de prévenir tout incident transfusionnel (effet
inattendu ou indésirable dû ou susceptible d’être dû à l’administration d’un produit
sanguin labile à un patient).

Dans ce travail on s’est intéressé au conseil transfusionnel des concentres de globules


rouges, leurs différentes qualifications et transformations, leurs principales indications
notamment en médecine, pédiatrie, néonatologie, chirurgie, et en obstétrique, ainsi que la
gestion des impasses transfusionnelles, les alternatives en cas d’absence des concentres
de globules rouges, et finalement leur délivrance en situation de non-conformité.
Résumés
RESUME
Titre: Le conseil transfusionnel cas particulier des concentres de globules rouges.

Auteur: FIZAZI ASMAA

Mots clés: Conseil transfusionnel, Concentres de globules rouges, Produits sanguins labiles,
Transfusion sanguine.

La transfusion sanguine est considérée comme une thérapie sans médicaments .Cet acte médical
thérapeutique, consiste à administrer un ou plusieurs produits sanguins labiles chez un receveur.

Le conseil transfusionnel a comme but d’apporter une aide au choix de la thérapeutique


transfusionnelle, à la prescription de produits sanguins labiles, à l’application des conditions
de conservation et de transport, à la réalisation de l’acte transfusionnel et au suivi des receveurs.

Il est assuré par plusieurs intervenants et il s’appuie sur un trépied indispensable ; Une
organisation permanente planifiée, des acteurs qualifiés et formés, ainsi que des outils
adaptés.

Ce travail s’intéresse au conseil transfusionnel des CGR ; qui après une série de transformations
et de qualifications, vont être prêts à être transfusés et dont l’indication principale est de corriger
une anémie aiguë, une anémie chronique ou observée chez des patients traités en hématologie
clinique, oncologie, obstétrique et néonatologie.

Ce conseil transfusionnel joue un rôle fondamental dans la thérapeutique transfusionnelle : il


contribue à la justesse de la prescription qui correspond, à un moment donné, aux besoins
transfusionnels précis d’un patient. Il s’adapte aux situations standardisées ; situations
normalisées rencontrées en pratique courante, ainsi qu’aux situations spécifiques ; situations plus
complexes, car plus rares ou moins normées rencontrées en cas d’absence de PSL adaptés dans
lesquelles il y’a recours à certaines alternatives : (TAP, EPO …)
ABSTRACT

Title: Transfusion counseling: special case of red blood cell concentrates

Author: FIZAZI ASMAA

Keywords: Transfusion counseling, Red blood cell concentrates, Labile blood products, Blood
transfusion.

Blood transfusion is considered a drug-free therapy. This therapeutic medical act consists in
administering one or more labile blood products to a recipient.

The purpose of transfusion counseling is to assist in the choice of transfusion therapy, the
prescription of labile blood products, the application of storage and transport conditions, the
realization of the transfusion act and the follow-up of the receivers.
It is provided by several speakers and it relies on an indispensable tripod; A planned permanent
organization, qualified and trained actors, as well as adapted tools.
This work focuses on the transfusion counseling of red blood cell concentrates; who after a series
of transformations and qualifications, will be ready to be transfused and whose main indication is
to correct acute anemia, chronic anemia or observed in patients treated in clinical hematology,
oncology, obstetrics and neonatology.
This transfusion counseling plays a fundamental role in transfusion therapy: it contributes to the
accuracy of the prescription which corresponds, at a given moment, to a patient's specific
transfusion needs. It adapts to standardized situations; normalized situations encountered in
current practice, as well as in specific situations; more complex situations, because more rare or
less standardized encountered in case of absence of adapted PSL in which it makes use of certain
alternatives.
‫ﺍﻟﻤﻠﺨﺺ‬
‫ﺍﻟﻌﻨﻮﺍﻥ‪:‬ﺍﻹﺭﺷﺎﺩ ﻓﻲ ﺗﺤﺎﻗﻦ ﺍﻟﺪﻡ ﺍﻟﺤﺎﻟﺔ ﺍﻟﺨﺎﺻﺔ ﻟﻤﺮﻛﺰﺍﺕ ﺧﻼﻳﺎ ﺍﻟﺪﻡ ﺍﻟﺤﻤﺮﺍﺀ‬

‫ﻣﻦ ﻁﺭﻑ ‪ :‬ﻓﻴﺰﺍﺯﻱ ﺍﺳﻤﺎﺀ‬

‫ﺍﻟﻜﻠﻤﺎﺕ ﺍﻻﺳﺎﺳﻴﺔ‪ :‬ﺍﻹﺭﺷﺎﺩ ﻓﻲ ﺗﺤﺎﻗﻦ ﺍﻟﺪﻡ‪ ،‬ﻣﺮﻛﺰﺍﺕ ﺧﻼﻳﺎ ﺍﻟﺪﻡ ﺍﻟﺤﻤﺮﺍﺀ‪ ،‬ﻣﻨﺘﺠﺎﺕ ﺍﻟﺪﻡ‪ ،‬ﺗﺤﺎﻗﻦ ﺍﻟﺪﻡ‬

‫ﻳﻌﺘﺒﺮ ﻧﻘﻞ ﺍﻟﺪﻡ ﻋﻼﺟ‪‬ﺎ ﺑﺪﻭﻥ "ﺃﺩﻭﻳﺔ"‪ ،‬ﻫﺬﺍ ﺍﻹﺟﺮﺍﺀ ﺍﻟﻄﺒﻲ ﺍﻟﻌﻼﺟﻲ ﻳﻌﺘﻤﺪ ﻋﻠﻰ ﻧﻘﻞ ﻭﺍﺣﺪ ﺃﻭ ﺃﻛﺜﺮ ﻣﻦ‬
‫ﻣﻨﺘﺠﺎﺕ ﺍﻟﺪﻡ ﺇﻟﻰ ﺍﻟﻤﺘﻠﻘﻲ‪.‬‬
‫ﺍﻟﻐﺮﺽ ﻣﻦ ﺍﻹﺭﺷﺎﺩ ﻓﻲ ﺗﺤﺎﻗﻦ ﺍﻟﺪﻡ ﻫﻮ ﺗﻘﺪﻳﻢ ﺍﻟﻤﺴﺎﻋﺪﺓ ﻓﻲ ﺍﺧﺘﻴﺎﺭ ﺍﻟﻌﻼﺝ ﺍﻷﻣﺜﻞ ﻓﻲ ﻧﻘﻞ ﺍﻟﺪﻡ ‪ ،‬ﻓﻲ‬
‫ﺍﻟﻮﺻﻔﺔ ﺍﻟﻄﺒﻴﺔ ﻟﻤﻨﺘﺠﺎﺕ ﺍﻟﺪﻡ ‪ ،‬ﻓﻲ ﺗﻄﺒﻴﻖ ﺷﺮﻭﻁ ﺍﻟﺘﺨﺰﻳﻦ ﻭﻧﻘﻞ ﻣﻨﺘﺠﺎﺕ ﺍﻟﺪﻡ ‪ ،‬ﻋﻨﺪ ﺍﻟﻘﻴﺎﻡ ﺑﻌﻤﻠﻴﺔ ﻧﻘﻞ ﺍﻟﺪﻡ‬
‫ﻭﻋﻨﺪ ﻣﺘﺎﺑﻌﺔ ﺍﻟﻤﺴﺘﻔﻴﺪﻳﻦ ‪.‬‬
‫ﻳﺘﻢ ﺗﻄﺒﻴﻖ ﺍﻹﺭﺷﺎﺩ ﻓﻲ ﺗﺤﺎﻗﻦ ﺍﻟﺪﻡ ﻣﻦ ﻃﺮﻑ ﺍﻟﻌﺪﻳﺪ ﻣﻦ ﺍﻟﻤﺘﺪﺧﻠﻮﻥ ﻭ ﻫﻮ ﻳﻌﺘﻤﺪ ﻋﻠﻰ ﺣﺎﻣﻞ ﺛﻼﺛﻲ ﺍﻟﻘﻮﺍﺋﻢ‬
‫ﻻ ﻏﻨﻰ ﻋﻨﻪ ‪ :‬ﻣﻨﻈﻤﺔ ﺩﺍﺋﻤﺔ ﻭ ﻣﺨﻄﻄﺔ ‪ ،‬ﻣﻤﺜﻠﻴﻦ ﻣﺆﻫﻠﻴﻦ ﻭﻣﺪﺭﺑﻴﻦ ‪ ،‬ﺑﺎﻹﺿﺎﻓﺔ ﺇﻟﻰ ﺃﺩﻭﺍﺕ ﻣﻜﻴﻔﺔ‪.‬‬
‫ﻳﻬﺘﻢ ﻫﺬﺍ ﺍﻟﺒﺤﺚ ﺑﺘﻘﺪﻳﻢ ﺍﻹﺭﺷﺎﺩ ﻓﻲ ﺗﺤﺎﻗﻦ ﺍﻟﺪﻡ ﻭ ﻳﺘﻄﺮﻕ ﺑﺸﻜﻞ ﺧﺎﺹ ﻟﻤﺮﻛﺰﺍﺕ ﺧﻼﻳﺎ ﺍﻟﺪﻡ ﺍﻟﺤﻤﺮﺍﺀ ﺍﻟﺘﻲ‬
‫ﺑﻌﺪ ﺳﻠﺴﻠﺔ ﻣﻦ ﺍﻟﺘﺤﻮﻻﺕ ﻭﺍﻟﻤﺆﻫﻼﺕ ‪ ،‬ﺗﻜﻮﻥ ﺟﺎﻫﺰﺓ ﻟﻠﺤﻘﻦ ‪ ،‬ﻭ ﺍﻟﺘﻲ ﺩﻻﻟﺘﻬﺎ ﺍﻷﺳﺎﺳﻴﺔ ﻫﻲ ﺗﺼﺤﻴﺢ ﻓﻘﺮ ﺍﻟﺪﻡ‬
‫ﺍﻟﺤﺎﺩ ‪ ،‬ﺃﻭ ﻓﻘﺮ ﺍﻟﺪﻡ ﺍﻟﻤﺰﻣﻦ ‪ ،‬ﺃﻭ ﻓﻘﺮ ﺍﻟﺪﻡ ﺍﻟﻤﻼﺣﻆ ﻟﺪﻯ ﺍﻟﻤﺮﺿﻰ ﺍﻟﻤﻌﺎﻟﺠﻴﻦ ﻓﻲ ﺃﻣﺮﺍﺽ ﺍﻟﺪﻡ ﺍﻟﺴﺮﻳﺮﻳﺔ ‪،‬‬
‫ﻭﺍﻷﻭﺭﺍﻡ ‪ ،‬ﻭﺍﻟﺘﻮﻟﻴﺪ ‪ ،‬ﻭﻃﺐ ﺣﺪﻳﺜﻲ ﺍﻟﻮﻻﺩﺓ‪.‬‬
‫ﻳﻠﻌﺐ ﺍﻹﺭﺷﺎﺩ ﻓﻲ ﺗﺤﺎﻗﻦ ﺍﻟﺪﻡ ﺩﻭﺭ‪‬ﺍ ﺃﺳﺎﺳﻴ‪‬ﺎ ﻓﻲ ﻋﻼﺝ ﻧﻘﻞ ﺍﻟﺪﻡ‪ :‬ﻓﻬﻮ ﻳﺴﺎﻫﻢ ﻓﻲ ﺩﻗﺔ ﺍﻟﻮﺻﻔﺔ ﺍﻟﺘﻲ ﺗﻘﺎﺑﻞ ‪،‬‬
‫ﻓﻲ ﻟﺤﻈﺔ ﻣﻌﻴﻨﺔ ‪ ،‬ﺍﺣﺘﻴﺎﺟﺎﺕ ﻧﻘﻞ ﺍﻟﺪﻡ ﺍﻟﺪﻗﻴﻖ ﻟﻠﻤﺮﻳﺾ‪ .‬ﺍﻧﻬﺎ ﺗﺘﻜﻴﻒ ﻣﻊ ﺣﺎﻻﺕ ﻣﻮﺣﺪﺓ ; ﺣﺎﻻﺕ ﻣﻌﻴﺎﺭﻳﺔ ﺗﻤﺖ‬
‫ﻣﻮﺍﺟﻬﺘﻬﺎ ﻓﻴﺎﻟﻤﻤﺎﺭﺳﺔ ﺍﻟﺤﺎﻟﻴﺔ ‪ ،‬ﻭﻛﺬﻟﻚ ﻓﻲ ﺣﺎﻻﺕ ﻣﺤﺪﺩﺓ ؛ ﺣﺎﻻﺕ ﺃﻛﺜﺮ ﺗﻌﻘﻴﺪ‪‬ﺍ ‪ ،‬ﻧﻈﺮ‪‬ﺍ ﻟﻜﻮﻧﻬﺎ ﺃﻛﺜﺮ ﻧﺪﺭﺓ‬
‫ﺃﻭ ﺃﻗﻞ ﺗﻮﺣﻴﺪ‪‬ﺍ ﻓﻲ ﺣﺎﻟﺔ ﻏﻴﺎﺏ ﻣﻨﺘﺠﺎﺕ ﺍﻟﺪﻡ ﺍﻟﻤﻨﺎﺳﺒﺔ ﺍﻟﺘﻲ ﺗﺴﺘﺨﺪﻡ ﻓﻴﻬﺎ ﺑﻌﺾ ﺍﻟﺒﺪﺍﺋﻞ‪.‬‬
Bibliographie
[1] Hogshire L, Carson JL. Red blood cell transfusion: what is the evidence and
when to transfuse? Current Opin Hematol 2013;20:546–51.

[2] Garraud O, Cognasse F, Hamzeh-Cognasse H, Laradi S, Muller JY. Transfusion


sanguine et inflammation. Transfus Clin Biol 2013;20: 231–8

[3] Hervé C, et al. Éthique et transfusion sanguine – Échos d’un séminaire –.


Transfusion Clinique et Biologique (2014),
http://dx.doi.org/10.1016/j.tracli.2014.03.001

[4] J.-D. Tissot et al. Éthique et transfusion sanguine / Transfusion Clinique et


Biologique 20 (2013) 423–439 1246-7820/$ – see front matter © 2013 Publié
par Elsevier Masson SAS.

http://dx.doi.org/10.1016/j.tracli.2013.06.003

[5] Arrêté du 29 avril 2002 modifiant l'arrêté du 22 septembre 1993 portant


homologation du règlement de l'Agence française du sang relatif aux bonnes
pratiques de prélèvement. Journal officiel du 5 mai 2002 ; 105 : 8 709.)

[6] Le don de sang en France : les grands principes du don, son organisation, ses
contre-indications médicales et les modalités de dépistage Bruno Danic
(bruno.danic@efs.sante.fr), Pierre Gallian, Dominique Legrand, Bertrand
Pelletier

[7] Décision du 6 novembre 2006 définissant les principes de bonnes pratiques


prévus à l’article L. 1223-3 du code de la santé publique. JO du 10/11/2006.

[8] Arrêté ministériel du 12 janvier 2009 fixant les critères de sélection des donneurs
de sang. JO du 18/01/2009.

[9] J.-L. Wautier et al. Programme en transfusion des étudiants en médecine/


Transfusion Clinique et Biologique 12 (2005) 59–69 doi:10.1016/S1246-
7820(04)00133-8
[10] LES PRODUITS SANGUINS LABILES : Origine, préparation, distribution
https://www.chsf.fr/wp-content/uploads/2017/02/IFSI-Formation-continue-
Transfusion-les-PSL.pdf

[11] Tazerout M, Galinier Y. Manuel d’aide à la formation en transfusion sanguine.


Coordination Régionale d’Hémovigilance. Toulouse : 40 ; 2

[12] Diallo A, Samaké BM, Togo A, Tchikangoua TN, Doumbia MAB, Traoré Diop
AK. Transfusion homologue versus hémodilution normovolémique
intentionnelle. Anesthésie réanimation. 2012 ; 6p.

[13] S. Clément Techniques de préparation des produits sanguins labiles et leurs


principales indications Techniques of preparation and indications of labile blood
products.

[14] Charles Salmon ; Anne-Marie Julien, la transfusion sanguine homologue In :


Albert Najman, Elisabeth Verdy, Gérard Potron, Françoise Isnard Grivaux.précis
des maladies du sang.TomeII.Paris Ellipses, 1994 ; 626-72

[15] Transfusion sanguine Question 178 : transfusion sanguine et produits dérivés du


sang : indications, complications, hémovigilance.
https://sofia.medicalistes.fr/spip/IMG/pdf/la_transfusion.pdf

[16] Arrêté du 26 avril 2002 modifiant l'arrêté du 26 novembre 1999 relatif à la


bonne exécution des analyses de biologie médicale.

[17] Arrêté du 26 novembre 1999 relatif à la bonne exécution des analyses de


biologie médicale

[18] Arrêté du 10 septembre 2003 portant homologation du règlement de l’Agence


française de sécurité sanitaire des produits de santé définissant les principes de
bonnes pratiques dont doivent se doter les établissements de transfusion
sanguine.
[19] Transfusion de globules rouges homologues : produits, indications, alternatives
HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / novembre 2014
https://www.has-
sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/201502/transfusion_de_globules_rou
ges_homologues_-_produits_indications_alternatives_-_recommandations.pdf

[20] JY Muller. Transfusion sanguine : produits sanguins labiles. Encyclopédie


médico-chirurgicale 13-054-A-10.

[21] Mercadier A, Baudelot J. Accidents irnrnunologiques et infectieux de la


transfusion sanguine. In : Traité d'Anesthésie Réanimation. Paris : Encycl. Med
Chir Elsevier ; 1995.p. 36-735-C-10

[22] Rouger P, Le Pennec P, Noizat-Pirenne F. Analyse des risques immunologiques


en transfusion sanguine, période 199 1-1 998.Transf.Clin.Biol. 2000 ; 7(suppl. 1)
: 9- 14.

[23] Boudin, Lusina,Taïbi. Transfusion de plaquettes : Recommandations. Protocoles


Urgences Médicales Aulnay-sous-bois, no6. Février 2000.
http://www.mediqual.net/puma/hemato/drepa.htm

[24] Swisher SN, Petz LD. Transfusion therapy for chronic anemic states. Dans: Petz
LD, Swisher SN, Kleimann S, Spence RH, Strauss RG. Clinical practice of
transfusion medicine.3rd ed.New York: Churchill Livingstone;1996.p.449-67.

[25] Guindo O. Infection à VIH et à VHB chez les donneurs de sang au CNTS de
Bamako. Thèse, Pharm, Bamako, 2003 ; 47

[26] Wallis JP, Lubenko A, Wells AW, Chapman CE. Single hospital experience of
TRALI. Transfusion 2003 ; 43 : 1053-9. 68. Kao GS, Wood IG, Dorfman DM,
Milford EL, Benjamin RL. Investigations into the role of anti HLA class II
antibodies in TRALI. Transfusion 2003 Feb. ; 43(2) : 185-91.

[27] Popovsky MA. Transfusion and lung injury. Transfusion Clin Bi01 2001 ; 8 :
272- 277.
[28] Rouger P. Dupaludisme au paludisme post-transfusionnel. Transfus Clin Biol
1999 ; 6 : 72-74.

[29] Allain JP. Emerging viruses in blood transfusion. Vox Sang 2000 ; 78 : 243-248.

[30] Organisation mondiale de la santé. Sécurité du sang et des produits sanguins :


Produits sanguins. Module 1. WHO/GPA/CNP/93.2C. Genève, Suisse ; 1993

[31] Laperche S. Maladie de Creutzfeldt-Jakob et risque transfusionnel. Transfus Clin


Biol 1999 ; 6 : 5-6.

[32] Le frère François Hématologie et transfusion. Collection Med-Line. Editions


ESTEM,Editions Med-Line.2002-2003. p 209 – 220.

[33] Conseiller C, Ozier Y et Rosencher N. Compensation des pertes de globules


rouges en chirurgie. Encycl Méd Chir (Elsevier, Paris), Anesthésie-Réanimation,
36-735-B-10, 1999, 25 p.

[34] SFH Société française d’hématologie,http://sfh.hematologie.net/cgi-


bin/actualites.cgi?do=index.

[35] Décret N094-68 du 24 janvier 1994 relatif aux règles d'hémovigilance pris pour
application de l'article L.666-12 du code de la santé publique et modifiant ce
code. Journal officiel du 26 janvier 1994 ; 21 : 1346.

[36] Loi no 93-5 du 4 janvier 1993 relative à la sécurité en matière de transfusion


sanguine et de médicament. Journal officiel français 1993;237–45.

[37] E. Pélissier, L. Nguyen. Traçabilité des produits sanguins labiles : définition,


réglementation, bilan et perspectives Transfus Clin Biol, 7 (2000), pp. 72–74

[38] Rémi Courbil, Patrick Fabrigli, Dominique Legrand, Francis Roubinet 2016 Le
conseil transfusionnel : de la thérapeutique consensuelle aux alternatives
adaptées 2e édition

[39] Décision du 6 novembre 2006 définissant les principes de bonnes pratiques


prévus à l’article L.1223-3 du Code de la santé publique
[40] Décret no 2006–99 du 1er février 2006 relatif à l’Établissement français du sang
et à l’hémovigilance et modifiant le Code de la santé publique.

[41] Bonnaud F, Castot A, Cullet D, et al. Le syndrome de détresse respiratoire aiguë


posttransfusionnel ou Trali (Transfusion Related Acute Lung Injury). Bon usage.
Mise au point. Afssaps 2006.

[42] Pillonel J, Le Marrec N, Girault A, David D, Laperche S. Surveillance


épidémiologique des donneurs de sang homologue et risque résiduel en France
entre 2001 et 2003. Transfus Clin Biol 2005;12:239–46.

[43] Connaître et gérer le risque transfusionnel. Ouvrage coordonné par R. Courbil et


J.F. Quaranta. Éditions Weka, Paris, 2007.

[44] Décision du 6 novembre 2006 définissant les principes de bonnes pratiques


prévus à l’article L.1223-3 du code de la santé publique .JO no 261du10/11/06.

[45] Masse M, Andreu G,Angue M,Babault C,Beaujean F,Bidet ML,et al. A


multicenter study on the efficiency of white cell reduction by filtration of red
cells.Transfusion 1991;31:792—7.

[46] [Vignon D. Déleucocytation des produits sanguins labiles .Ann Pharm Fr


1999;57:61—7.

[47] Masse M. Contrôles de performance de la filtration .Rev Fr Transfus Hemobio


l1993;36:243—52.

[48] Meyer D, Bolgiano DC, Sayers M, Price T, Benson D, Slichter SJ. Red cell
collection by apheresis technology. Transfusion 1993;33(10):819-24.

[49] Rugg N, Pitman C, Menitove JE, Greenwalt TJ, McAteer MJ. A feasibility
evaluation of an automated blood component collection system platelets and red
cells. Transfusion 1999;39(5):460-4.

[50] Legrand D., Chiaroni J. La transfusion des produits sanguins labiles. In : Gérard
Sébahoun. Hématologie clinique et biologique. 2 e Editions Arnette Paris 2005 ;
p 501- 507
[51] American Association of Blood Banks. Standards for blood banks and
transfusion services, 28th edition. Bethesda: AABB; 2012.
http://www.aabb.org/sa/standards/Documents/sigchngst ds28.pdf

[52] Council of Europe. Guide to the preparation, use and quality assurance of blood
components. 17 th edition. Strasbourg: Council of Europe; 2013.

[53] Politique nationale de transfusion sanguine, Ministère de la santé, République du


Mali. Bamako, septembre 2008

[54] Dr Françoise DUPRAZ Les bonnes pratiques transfusionnelles de la prescription


a l’acte le processus transfusionnel les produits sanguins labiles l’EFS Notions
d’immunohématologie pour la formation initiale et continue destinée au
personnel de santé ayant en charge le soin transfusionnel 2007

[55] Lewis SF, Taylor WF, Graham RM, Pettinger WA, Schutte JE, Blomqvist CG.
Cardiovascular responses to exercise as functions of absolute and relative work
load. J Appl Physiol 1983;54:1314–23.

[56] Andreu G. Du bon usage des produits sanguins. Presse Med. (2014),
sanguine Coordination Régionale d’Hémovigilance Docteur Mahdi TAZEROUT
–Madame Yolande GALINIER Direction Régionale des Affaires Sanitaires et
Sociales Midi-Pyrénées

http://www.hemovigilance-
cncrh.fr/www2/evalution_et_formation/les_clef_de_hemovigilance/manuel_aide
_formation_transfusion_sanguine.pdf

[57] Schlichtig R, Kramer DJ, Pinsky MR. Flow redistribution during progressive
hemorrhage is a determinant of critical O2 delivery. J Appl Physiol 1991;70:169–78.

[58] Chapler CK, Cain SM. The physiologic reserve in oxygen carrying capacity. Studies in
experimental hemodilution. Can J Physiol Pharmacol 1986;64:7–12.

[59] Toy P, Feiner J, Viele MK, Watson J, Yeap H, Weiskopf RB. Fatigue during acute
isovolemic anemia in healthy, resting humans. Transfusion 2000;40:457–60.
[60] Bencowitz HZ, Wagner PD, West JB. Effect of change in P50 on exercise tolerance at
high altitude. A theoretical study. J Appl Physiol 1982;53:1487–95.

[61] Transfusion de globules rouges homologues : produits, indications, alternatives Agence


Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé août 2002 http://hemovigilance-
cncrh.fr/www2/Indicat/cgr%20_recommandations.pdf

[62] Elwood PC, Waters WE, Greenne WJW, Sweetnam P, Wood MM. Symptoms and
circulating haemoglobin level. J Chron Dis 1969;21:615–28.

[63] Rossi EC. Red cell transfusion therapy in chronic anemia. Hematol Oncol Clin North
Am 1994;8:1045–253.

[64] Transfusion de globules rouges homologues : produits, indications, alternatives HAS /


Service des bonnes pratiques professionnelles / novembre 2014

https://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2015-
02/transfusion_de_globules_rouges_homologues_-_produits_indications_alternatives_-
_recommandations.pdf

[65] H. Gouëzec et al. Indications for use of blood products and physiology of blood
transfusion in medicine / Transfusion Clinique et Biologique 12 (2005) 169–176

[66] Transfusion de plaquettes : produits, indications; Agence française de sécurité sanitaire


des produits de santé. 2003,

http://www. hemovigilance-cncrh.fr/Indicat/plaqreco

[67] Transfusions de globules rouges homologues : produits indications, alternatives


Néonatologie Novembre 2014

https://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2015-
02/transfusion_de_globules_rouges_homologues_-_neonatologie_-
_fiche_de_synhtese.pdf
[68] Transfusion de globules rouges homologues : produits, indications, alternatives – Les
différents concentrés de globules rouges – Les indications d’examens
immunohématologiques à réaliser en vue d’une transfusion ARGUMENTAIRE
SCIENTIFIQUE Novembre 2014

https://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2015-
02/transfusion_de_globules_rouges_homologues_-_produits_et_examens_immuno-
hematologiques_-_argumentaire.pdf

[69] Afssaps Transfusion de globules rouges homologues : produits, indications,


alternatives Thérapie 2004 Mai-Juin; 59 (3): 349-373 0040-5957/04/0003-
0349/$31.00/0

https://www.journal-therapie.org/articles/therapie/pdf/2004/03/THAfssap.pdf

[70] Les clés de l’hémovigilance manuel d’aide à la formation en transfusion


sanguine Coordination Régionale d’Hémovigilance Docteur Mahdi TAZEROUT
–Madame Yolande GALINIER Direction Régionale des Affaires Sanitaires et
Sociales Midi-Pyrénées

http://www.hemovigilance-
cncrh.fr/www2/evalution_et_formation/les_clef_de_hemovigilance/manuel_aide_format
ion_transfusion_sanguine.pdf

[71] CIRCULAIRE DGS/DHOS/AFSSAPS N° 03/ 582 du 15 décembre 2003 relative


à la réalisation de l’acte transfusionnel. http://www.hemovigilance-
cncrh.fr/Textes/2003/circ_securite_acte_transfusionnel_03_582.pdf

[72] Loi No 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité
du système de santé. Journal officiel du 5 mars 2002 ; 54 : 4 11 8.

[73] Circulaire DGS/DH/AFS n097-149 du 26 février 1997 relative à l'accès des


patients aux informations dans le domaine transfusion sanguine, notamment dans
le cadre d'une action en responsabilité ; http://www.legifrance.~ouv.fr

[74] Circulaire DGS/DH n0609 du le' octobre 1996 relative aux analyses et tests
pratiqués sur des receveurs de P. S.L. ; http://www.le~ifrance.~ouv.f
[75] Circulaire DGS/DH no 98-231 du 9 avril 1998 relative à l’information des
malades, en matière de risques liés aux produits labiles et aux médicaments
dérivés du sang, et sur les différentes mesures de rappels effectuées sur ces
produits sanguins.

[76] Arrêté du 26 novembre 1999 relatif à la bonne exécution des analyses de


biologie médicale.

[77] Arrêté du 26 avril 2002 relatif à la bonne exécution des analyses de biologie
médicale.

[78] Arrêté du 10 septembre 2003 portant homologation du règlement de l’Agence


française de sécurité sanitaire des produits de santé définissant les principes de
bonnes pratiques dont doivent se doter les établissements de transfusion
sanguine.

[79] MEMENTO DE L’ACTE TRANSFUSIONNEL REPUBLIQUE DU BENIN


http://www.sante.gouv.bj/documents/ANTS/acte_transfusionnel.pdf

[80] Andreu G, Belhocine R, Klaren J. Règles de compatibilité transfusionnelle. In :


Traité d'Anesthésie Réanimation. Paris : Encycl Med Chir Elsevier ; 1996.p. 36-
729-A-10.

[81] Circulaire DGS/DHOS/Afssaps no 581 du 15 décembre 2003 relative aux


recommandations concernant la conduite à tenir en cas de suspicion d’incident
transfusionnel par contamination bactérienne.

[82] Acte transfusionnel. Disponible sur le site de l’institut national de transfusion


sanguine (INTS) : http://www.ints.fr/SangTransfRealiser.aspx

[83] Transfusions De Globules Rouges Homologues : Produits, Indications,


Alternatives Argumentaire Transfusion De Globules Rouges En Hematologie Et
En Oncologie Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé, août
2002

http://www.hemovigilance-cncrh.fr/Indicat/cgr_hemato_onco.pdf
[84] Norol F, Nadjahi J, Bachir D, Desaint C, Guillou Bataille M, Beaujean F,
Bierling P, Bonin P, Galacteros F, Duedari N. Transfusion et alloimmunisation
chez les patients drépanocytaires. Trans Clin Biol 1994 ; 1 : 27-34.

[85] Wayne AS, Kevy SV, Nathan DG. Transfusion management of sickle cell
disease. Blood 1993 ; 81 : 1109-23.

[86] Mellouli F, Vilmer E, Brahimi L et al. Transfusional therapy in sickle cell


disease children with severe acute chest syndromes. 24th Annual Meeting of the
National Sickle Cell Disease Program. April 9-12 2000, Philadelphia,
Pennsylvania.

[87] Bachir D, Virag R, Lee K, Belloy M, De Montalembert M, Denis L, Broyart A,


Girot R, Galacteros F. Prévention et traitement des troubles érectiles de la
drépanocytose. Rev Med Interne 1997 ; 18 Suppl 1: S46-51.

[88] Griffin TC, Buchanan GR. Elective surgery in children with sickle cell disease
without preoperative blood transfusion. J Pediatr Surg 1993 ; 28 : 681-5.

[89] Bachir D, Bonnet-Gajdos M, Galacteros F. La transfusion dans la drépanocytose.


Presse Méd 1990 ; 19 : 1627-31.

[90] Vichinsky EP, Haberkern CM, Neumayr L, Noonan Earles A, Black D, Koshy
M, Pegelow C, Abboud M, Ohene-Frempong K, Iyer RV. A comparison of
conservative and aggressive transfusion regimens in the perioperative
management of sickle cell disease. N Engl J Med 1995 ; 333 : 206-13.

[91] Pegelow CH, Adams RJ, McKie V, Abboud M, Berman B, Miller ST, Olivieri N,
Vichinsky E, Wang W, Brambilla D. Risk of recurrent stroke in patients with
sickle cell disease treated with erythrocyte transfusions. J Pediatr 1995 ; 126 :
896-9.
[92] Wang WC, Kovnar EH, Tonkin IL, Mulhern RK, Langston JW, Day SW, Schell
MJ, Wilimas JA. High risk of recurrent stroke after discontinuance of five to
twelve years of transfusion therapy in patients with sickle cell disease.

J Pediatr 1991 ; 118 : 377-82.

[93] Nietert PJ, Abboud MR, Silverstein MD, Jacksons M. Bone marrow
transplantation versus periodic prophylactic blood transfusion in sickle cell
patients at hig risk of ischemie stroke: a decision analysis. Blood 2000 ; 95 :
3057-64.

[94] Charache S, Terrin ML, Moore RD, Dover GJ, Barton FB, Eckert SV, McMahon
RP, Bonds DR. Effect of hydroxyurea on the frequency of painful crises in sickle
cell anemia. New Engl J Med 1995 ; 332 : 1317-22.

[95] Koshy M, Burd L, Wallace D, Moawad A, Baron J. Prophylactic red-cell


transfusions in pregnant patients with sickle cell disease: a randomized
cooperative study. N Engl J Med 1988 ; 319 : 1447-52.

[96] Rebulla P, Modell B. Transfusion requirements and effects in patients with


thalassaemia major. Lancet 1991 ; 337 : 277-80.

[97] Girot R. Les modalités de la transfusion sanguine dans la drépanocytose et dans


la thalassémie. Trans Clin Biol 1994 ; 1 : 19-21.

[98] Collins AF, Goncalves-Dias C, Haddad S, Talbot R, Herst R, Tyler BJ, Zuber E,
Blanchette VS, Olivieri NF. Comparison of a transfusion preparation of newly
formed red cells standard washed red cell transfusions in patients with
homozygous betathalassemia. Transfusion 1994 ; 34 : 517-20.

[99] Cohen AR, Friedman DF, Larson PJ, Horiuchi K, Manno CS, Kim HC.
Erythrocytapheresis to reduce iron loading in thalassemia. Blood 1998 ; 32 :
532a.
[100] Capon SM, Goldfinger D. Acute hemolytic transfusion reaction, a paradigm of
the systemic inflammatory response. New insights into pathophysiology and
treatment. Transfusion 1995 ; 35 : 513-20.

[101] Petz LD. Blood transfusion in acquired hemolytic anemias. Dans : Petz LD,
Swisher S, Kleimann S, et al. Clinical practice of transfusion medecine. 3rd ed.
New York : Churchill Livingstone ; 1996. p. 469-99.

[102] Swisher SN, Petz LD. Transfusion therapy for chronic anemic states. Dans : Petz
LD, Swisher SN, Kleimann S, Spence RH, Strauss RG. Clinical practice of
transfusion medecine. 3rd ed.

New York : Churchill Livingstone ; 1996. p. 449-67.

[103] Issitt PD. Autoantibodies. Dans : Issitt PD. Applied blood group serology. 3rd
ed. Miami : Montgomery Scientific Publications ; 1985. p. 514-61.

[104] Rosenfield RE, Jagathambal B. Transfusion therapy for autoimmune hemolytic


anemia. Semin Hematol 1976 ; 13 : 311-21.

[105] Schwartz RS, Berkman EM, Silberstein LE. The autoimmune hemolytic anemias.
Dans : Hoffman R, Benz E, Shattil SJ et al., editors. Hematology -Basic
Principles and Practice. New York : Churchill Livingstone ; 1991. p. 422-41.

[106] Dreyfus B, Cordonnier C, Vernant JP. Anémies hémolytiques extra-


corpusculaires non immunologiques. Dans : Dreyfus, Breton-Gorius, Reyes,
Rochant et al. Hématologie. Paris : Flammarion ; 1992. p. 509-23.

[107] Beutler E. Hemolytic anemia due to infections with microorganisms. Dans :


Beutler E, Lichtman MA, Collen BS, Kipps TJ. Williams hematology. 5th ed.
New York : McGraw-Hill ; 1995. p. 674-6.

[108] Fitzgerald JM, McCann SR, Lawlor E. Transfusion in paroxysmal nocturnal


haemoglobinuria. A change of policy. Transf Med 1994 ; 4 : 245.
[109] Slichter SJ. Transfusion and bone marrow transplantation. Transfus Med Rev
1988 ; 2 : 1-17. [107] Beutler E. Hemolytic anemia due to infections with
microorganisms. Dans : Beutler E, Lichtman MA, Collen BS, Kipps TJ.
Williams hematology. 5th ed. New York : McGraw-Hill ; 1995. p. 674-6.

[110] American Academy of Pediatrics, Provisional Committee for Quality, Improvement and
Subcommittee on Hyperbilirubinemia. Practice parameter. Management of
hyperbilirubinemia in the healthy term newborn. Pediatrics 1994 ; 94 : 558-65.

[111] Greenough A. RHesus disease : postnatal management and outcome. Eur J Pediatr
1999 ; 158 : 689-93.

[112] Nicolaides KH, Clewell WH, Rodeck CH. Measurement of human fetoplacental
blood volume in erythroblastosis fetalis. Am J Obstet Gynecol 1987 ; 157 : 50-3.

[113] Ryan G, Morrow RJ. Fetal blood transfusion. Clin Perinatol 1994; 21 : 573-89.

[114] Harman CR. Fetal monitoring in the alloimmunized pregnancy. Clin Perinatol
1989; 16: 691-733.

[115] Copel JA, Grannum PA, Green JJ, Belanger K, Hobbins JC. Pulsed Doppler
flow-velocity waveforms in the prediction of fetal hematocrit of the severely
isoimmunized pregnancy. Am J Obstet Gynecol. 1989 ; 161 : 341-4.

[116] J.-P.Lévy, B. Varet, J.-P.Clauvel, F.Lefrère, A.Bezeaud, M.-C. Guilin


Hématologie et transfusion Deuxième édition, MASSON 2008

[117] Rémi Courbil1 , Patrick Fabrigli1 , Hélène Odent-Malaure1 , Olivier Garraud2


Comment gérer une impasse transfusionnelle ?

[118] Courbil R, Quaranta JF. Connaître et gérer le risque transfusionnel. Paris : Weka,
2007.

[119] Quaranta JF, Canivet N, Courbil R, Raucoules-Aimé M. Le comité de sécurité


transfusionnelle et d’hémovigilance. Transfus Clin Biol 2007 ; 14 : 107-11.
[120] Décision du 6 novembre 2006 définissant les principes de bonnes pratiques prévus à
l’article L.1223-3 du code de santé publique.

[121] Carson JL, Reynolds RC. In search of the transfusion threshold. Hematology (Am
Soc Hematol Educ Program) 2005(Suppl. 1) : 86-8.

[122] Afssaps. Transfusion de globules rouges homologues : produits, indications,


alternatives. Paris : Afssaps, 2002 ; (août).

[123] Rouger P, Ansart-Pirenne H, Le Pennec JY. Rapport annuel 2004 – Centre National
de Référence pour les Groupes Sanguins. Transfus Clin Biol 2005 ; 12 : 345-52.

[124] Hoffman PC. Immune hemolytic anemia – selected topics. Hematology (Am Soc
Hematol Educ Program) 2006 ; 1 : 13-8.

[125] Von Baeyer H. Plasmapheris in immune hematology : review of clinical outcome


data with respect to evidence-based medicine and clinical experience. Ther Apher
Dial 2003 ; 7 : 127-40.

[126] Ness PM. How do I encourage clinicians to transfuse mismatched blood to patients
with autoimmune hemolytic anemia in urgent situations? Transfusion 2006 ; 46 :
1859-62.
Serment de Galien

Je jure en présence des maîtres de cette faculté :

 D’honorer ceux qui m’ont instruite dans les préceptes de mon art
et de leur témoigner ma reconnaisse en restant fidèle à leur
enseignement.

 D’exercer ma profession avec conscience, dans l’intérêt de la santé


publique, sans jamais oublier ma responsabilité et mes devoirs
envers le malade et sa dignité humaine.

 D’être fidèle dans l’exercice de la pharmacie à la législation en


vigueur, aux règles de l’honneur, de la probité et du
désintéressement.

 De ne dévoiler à personne les secrets qui m’auraient été confiés ou


dont j’aurais eu connaissance dans l’exercice de ma profession, de
ne jamais consentir à utiliser mes connaissances et mon état pour
corrompre les mœurs et favoriser les actes criminels.

 Que les hommes m’accordent leur estime si je suis fidèle à mes


promesses, que je sois méprisée de mes confrères si je manquais à
mes engagements.
‫‪‬‬
‫‪‬‬
‫‪ ‬‬

‫ﺃﻗﺴﻢ ﺑﺎﷲ ﺍﻟﻌﻈﻴﻢ‬


‫‪ ‬ﺃﻥ ﺃﺭﺍﻗﺐ ﺍﷲ ﻓﻲ ﻣﻬﻨﺘﻲ‬
‫‪ ‬ﺃﻥ ﺃﺑﺠﻞ ﺃﺳﺎﺗﺬﺗﻲ ﺍﻟﺬﻳﻦ ﺗﻌﻠﻤﺖ ﻋﻠﻰ ﺃﻳﺪﻳﻬﻢ ﻣﺒﺎﺩﺉ ﻣﻬﻨﺘﻲ ﻭﺃﻋﺘﺮﻑ ﻟﻬﻢ‬
‫ﺑﺎﻟﺠﻤﻴﻞ ﻭﺃﺑﻘﻰ ﺩﻭﻣﺎ ﻭﻓﻴﺎ ﻟﺘﻌﺎﻟﻴﻤﻬﻢ‪.‬‬
‫‪ ‬ﺃﻥ ﺃﺯﺍﻭﻝ ﻣﻬﻨﺘﻲ ﺑﻮﺍﺯﻉ ﻣﻦ ﺿﻤﻴﺮﻱ ﻟﻤﺎ ﻓﻴﻪ ﺻﺎﻟﺢ ﺍﻟﺼﺤﺔ ﺍﻟﻌﻤﻮﻣﻴﺔ‪ ،‬ﻭﺃﻥ ﻻ‬
‫ﺃﻗﺼﺮ ﺃﺑﺪﺍ ﻓﻲ ﻣﺴﺆﻭﻟﻴﺘﻲ ﻭﻭﺍﺟﺒﺎﺗﻲ ﺗﺠﺎﻩ ﺍﻟﻤﺮﻳﺾ ﻭﻛﺮﺍﻣﺘﻪ ﺍﻹﻧﺴﺎﻧﻴﺔ‪.‬‬
‫‪ ‬ﺃﻥ ﺃﻟﺘﺰﻡ ﺃﺛﻨﺎﺀ ﻣﻤﺎﺭﺳﺘﻲ ﻟﻠﺼﻴﺪﻟﺔ ﺑﺎﻟﻘﻮﺍﻧﻴﻦ ﺍﻟﻤﻌﻤﻮﻝ ﺑﻬﺎ ﻭﺑﺄﺩﺏ ﺍﻟﺴﻠﻮﻙ‬
‫ﻭﺍﻟﺸﺮﻑ‪ ،‬ﻭﻛﺬﺍ ﺑﺎﻻﺳﺘﻘﺎﻣﺔ ﻭﺍﻟﺘﺮﻓﻊ‪.‬‬
‫‪ ‬ﺃﻥ ﻻ ﺃﻓﺸﻲ ﺍﻷﺳﺮﺍﺭ ﺍﻟﺘﻲ ﻗﺪ ﺗﻌﻬﺪ ﺇﻟﻰ ﺃﻭ ﺍﻟﺘﻲ ﻗﺪ ﺃﻃﻠﻊ ﻋﻠﻴﻬﺎ ﺃﺛﻨﺎﺀ ﺍﻟﻘﻴﺎﻡ‬
‫ﺑﻤﻬﺎﻣﻲ‪ ،‬ﻭﺃﻥ ﻻ ﺃﻭﺍﻓﻖ ﻋﻠﻰ ﺍﺳﺘﻌﻤﺎﻝ ﻣﻌﻠﻮﻣﺎﺗﻲ ﻹﻓﺴﺎﺩ ﺍﻷﺧﻼﻕ ﺃﻭ ﺗﺸﺠﻴﻊ‬
‫ﺍﻷﻋﻤﺎﻝ ﺍﻹﺟﺮﺍﻣﻴﺔ‪.‬‬

‫ﻷﺣﻀﻰ ﺑﺘﻘﺪﻳﺮ ﺍﻟﻨﺎﺱ ﺇﻥ ﺃﻧﺎ ﺗﻘﻴﺪﺕ ﺑﻌﻬﻮﺩﻱ‪ ،‬ﺃﻭ ﺃﺣﺘﻘﺮ‬

‫ﻣﻦ ﻃﺮﻑ ﺯﻣﻼﺋﻲ ﺇﻥ ﺃﻧﺎ ﻟﻢ ﺃﻑ ﺑﺎﻟﺘﺰﺍﻣﺎﺗﻲ‬

‫ﻭﺍﷲ ﻋﻠﻰ ﻣﺎ ﺃﻗﻮﻝ ﺷﻬﻴﺪ‬