Vous êtes sur la page 1sur 108

Nouveautés et perspectives

en immuno-hématologie

Jocelyne Conne, SRTS VD

ARL, Colmar, 7 septembre 2012


Quelques étapes de mon parcours
•  1985 : Engagée au LCH du CHUV
•  1989 : Responsable du laboratoire de sérologie
transfusionnelle du CHUV
•  2000 : Fusion avec le laboratoire de sérologie
transfusionnelle du centre de transfusion de
Lausanne -> UMT
•  2004 : Responsable qualité
•  2007 : Membre de la direction du SRTS VD
•  2012 : Nouvelles tâches de direction
Quelques constatations
•  1989 :
–  Groupes sanguins en tubes et sur lames, avec des antisérums
polyclonaux
–  Cartothèque avec plus de 120’000 cartes de groupes sanguins
–  Tests de compatibilité en 3 milieux
–  Transfusion de conserves et concentrés érythrocytaires, filtrés sur
demande

•  2012 :
–  Détermination des génotypages par biologie moléculaire
–  Enregistrement informatique, antériorités, corrélations bloquantes de
validation et de distribution
–  Type and screen
–  Concentrés plaquettaires traités pour l’inactivation des pathogènes
Mes phrases favorites « à l’époque »

…En immuno-hématologie il y a plus d’exceptions que de


règles…

…Ne cherchez pas à tout comprendre ni à tout expliquer…

…Peu de notions sont indispensables...il faut réfléchir…et être


logique….
Le SRTS VD c’est:
•  Des activités de :
–  Collecte de sang complet ou de composants
–  Préparation de produits sanguins labiles
–  Récolte et conservation de cellules souches
autologues
–  Echanges plasmatiques et prochainement
saignées thérapeutiques
–  Distribution de PSL pour tout le canton de Vaud
–  Laboratoire d’immuno-hématologie patients
–  Recherche et développement
Le SRTS VD c’est:
•  Des dépendances:
–  des autres SRTS pour répondre aux besoins
transfusionnels du canton de Vaud
–  du SRTS BE pour l’achat du plasma ad transfusion
–  du SRTS BE pour les analyses de qualification
biologique et de biologie moléculaire
–  du fractionneur pour la vente du plasma
•  Des partenariats:
–  CHUV
–  SRTS VS et BE (informatique)
Le SRTS VD c’est:

•  Certification ISO

•  Accréditation ISO

•  Certification JACIE

•  Autorisation Swissmedic
Les analyses immuno-
hématologiques « patients »

! Suivi de grossesse

! Investigation (anémie hémolytique,…)

! Tests pré-transfusionnels
Automatisation - informatisation

•  Diminution du risque d’erreur de transcription


•  Gestion simplifiée du suivi des lots de réactifs
•  Archivage des résultats et des données
•  Standardisation
•  …
En cas de panne…

•  Procédures adaptées
•  Entrainement de l’ «œil » et du « cerveau »
Antisérums monoclonaux

•  En majorité IgM
•  Peu de variation d’un lot à l’autre
•  …

Mais…
•  Un même clone pour plusieurs fournisseurs
Tests de plus en plus pointus

•  Alloabsorption d’alloanticorps avec hématies natives sans LISS


La technique consiste à mélanger le sérum (ou plasma) avec des hématies
choisies (portant l’antigène approprié pour l’alloanticorps que l’on veut absorber)
en utilisant les conditions optimales de réaction pour l’anticorps en cause. Elle
permet d’éliminer un ou plusieurs alloanticorps lors de mélange d’anticorps anti-
érythrocytaires.
•  Test d’inhibition des anti-Chido et anti-Rodgers
Les antigènes Chido et Rodgers se trouvent non seulement sur les hématies
mais également dans le plasma, fixés sur la fraction C4 du complément. En
présence d’anti-Chido ou anti-Rodgers l’ajout de plasma contenant les antigènes
correspondant permet de négativer les réactions d’agglutination. Utiliser cette
technique lors de suspicion d’anticorps anti-Chido/Rodgers, c’est-à-dire lors
d’agglutination de la majorité des hématies-test en Coombs indirect et absence
d’agglutination en technique enzymatique.
La biologie moléculaire
Phénotypes déduits du génotypage
Mutation
Génotypage Rhésus D dans le sang maternel

Objectifs :
•  N’injecter de l’anti-D aux mères Rhésus
négatives que si le fœtus est Rhésus positif
•  Orienter les prises en charge des femmes
enceintes déjà alloimmunisées
Une histoire sans fin…
L’antigène D

Du – D faible – D weak – D partiel – D variant - ….


D faible « année 2000 »
•  Procédure :
•  Préparer une suspension d’hématies à 3-5 % dans du NaCl à 0.9 %
•  Identifier 3 tubes
•  Pipetter une goutte d’anti-D dans les tubes 1 et 2 et une goutte de Rhésus
contrôle dans le tube 3
•  Ajouter 1 goutte d’hématies à analyser dans les tubes 2 et 3 et une goutte
d’hématies Du contrôle dans le tube 1
•  Incuber les tubes 15 - 30 min à 37°C
•  Laver trois fois
•  Ajouter 2 gouttes de sérum de Coombs dans chaque tube
•  Centrifuger
•  Lire
•  En cas d’absence d’agglutination, ajouter 1 goutte d’hématies contrôles par tube,
centrifuger et lire. Si la réaction est négative, recommencer la procédure
•  Protocoler les résultats
RHD$(1205)$ status%pa'ent% status%donneur% Phénotype%à%saisir%(1106)% Polymorphisme%nucléo'dique% Référence%épidémiologique%
pos* pos* pos* weak*D*Type*1* 809T>G* Flegel*2006**(How*I*manage…)*
pos* pos* pos* weak*D*Type*2* 1154*G>C* Flegel*2006*(How*I*manage…)*
pos* pos* pos* weak*D*Type*3* 8C>G* Flegel*2006*(How*I*manage…)*
pos* pos* pos* weak*D*Type*5* Flegel*2006*(How*I*manage…)*
pos* pos* pos* weak**D*Type*31* 17C>T* Série*BSD*
pos* neg* pos* weak*parHal*D*Type*4* see*also*DAR* Denomme*et*al.*2005*
pos* neg* pos* weak*parHal*D*Type*11* 885G>T* Série*BSD*
pos* neg* pos* weak*parHal*D*Type*15* "faux"*weak*
pos* neg* pos* weak*parHal*D*Type*21* "faux"*weak*
pos* neg* pos* del* 1227G>A*ou*IVS3+1G>A* Wagner*2001;*Flegel*et*al.*2009;*Körmöczi*et*al*2005*
pos* neg* pos* parHal*DII* 1061C>A* Flegel*2002*
pos* neg* pos* parHal*DIII* Flegel*2002*
pos* neg* pos* parHal*DIV* Flegel*2002*
pos* neg* pos* parHal*DV* Flegel*2002*
pos* neg* pos* parHal*VI* Flegel*2002*
pos* neg* pos* DFR* Denomme*et*al.*2005**
pos* neg* pos* DNU* Flegel*2002*
pos* neg* pos* DBT* Flegel*2002*
pos* neg* pos* DNB* Flegel*2002*

pos* neg* neg* CdeS* Série*BSD*


pos* neg* neg* RHD\CE(2\9)* Wagner**et*2001*(BMC*GeneHcs)*
pos* neg* neg* RHD\CE(3\9)* Wagner**et*2001*(BMC*GeneHcs)*
pos* neg* neg* RHD\CE(3\7)* Wagner**et*2001*(BMC*GeneHcs)*
pos* neg* neg* RHD\CE(4\9)* Wagner**et*2001*(BMC*GeneHcs)*
pos* neg* neg* RHD\CE(8\9)* Wagner**et*2001*(BMC*GeneHcs)*
pos* neg* neg* RHd*psi* Wagner**et*2001*(BMC*GeneHcs)*
Les produits sanguins
Produits sanguins: principales indications
•  Concentrés érythrocytaires
–  Maintenir les capacités de l’organisme à transporter et délivrer de
l’oxygène (seuil en général: 80 g/l)

•  Concentrés plaquettaires
–  Assurer l’hémostase primaire (nombre et fonction des plaquettes;
seuil 10 G/l pour les patients en aplasie;
50 G/l pour les interventions chirurgicales lourdes)

•  Plasma frais congelé


–  Maintenir les facteurs de coagulation (facteurs V et XI); suivre TP
(>60%), PTT (<45 s) et fibrinogène (> 1 g/l)
Prélèvement de sang complet

•  Volume prélevé 450 mL ± 50 mL


•  Solution anticoagulante: 63 mL
Centrifugation des poches
Séparation des différents composants
Ajout d’une solution additive

•  Le SAG-M contient
–  du chlorure de sodium pour maintenir l’isotonicité
–  de l’adénine pour soutenir la production d’ATP et
de 2,3-DPG
–  du glucose pour soutenir le métabolisme du
globule rouge
–  du mannitol pour limiter l’hémolyse
Filtration des concentrés érythrocytaires
Déleucocytation systématique des CE

•  Réduction des contaminations

•  Réduction des réactions fébriles non


hémolytiques

•  Réduction du risque d immunisation HLA


Congélation du plasma

•  Livraison au fractionneur (pas de plasma


pour transfusion produit par le SRTS VD)
Fabrication de concentrés plaquettaires à partir de
buffy coat

•  Récupérer les plaquettes contenues


dans une poche de sang total pour
produire un concentré plaquettaire.
•  Il faut entre 4 et 6 buffy coat pour
obtenir une dose thérapeutique de
plaquettes
(> 2.4 x 1011 plaquettes par poche)
Extraction des plaquettes après centrifugation
Prélèvements par aphérèse

•  Concentrés plaquettaires
•  Plasma
Les contrôles de qualité
Traçabilité papier
et / ou informatique
Automatisation de la production
Les tests de qualification biologique
Tests effectués à chaque don
•  Tests sérologiques: détectent la présence de protéines d un
pathogène donné, ou d anticorps contre ces protéines dans
le sang du donneur.

•  Tests de biologie moléculaire (NAT): détectent la présence


d ADN ou d ARN du pathogène dans le sang du donneur

•  HIV, HBV, HCV, Syphilis (uniquement tests sérologiques)

•  Dès le 01.12.12 : le fractionneur demande 2 PCR


supplémentaires (Hépatite A et Parvovirus B19)
Les autres risques infectieux
Sources de contamination bactérienne

•  Bactériémie du donneur
•  Mauvaise désinfection de la peau du donneur
•  Pas d élimination des premiers millilitres
prélevés
•  Rupture de stérilité des poches lors de la
préparation des produits
Pathogènes émergents

•  Malaria
•  Rift Valley Fever
•  Yellow fever
•  Chikungunya
•  West Nile Virus
•  Dengue
Mutation des virus

•  Les réactifs utilisés pour la détection


sérologique ou en biologie moléculaire
peuvent d un coup se révéler inefficaces
pour détecter un virus muté
Les mesures préventives
Inactivation des pathogènes (Intercept)

Pour les concentrés plaquettaires:

•  Ajout d amotosalen
•  Illumination (UV)
•  Retrait de l’amotosalen
Inactivation des pathogènes pour le plasma ?
•  Seuls les plasmas des hommes peuvent être
utilisés pour la transfusion
•  Les plasmas issus de sang complet devront être
poolés avant traitement (volume minimal à
respecter) -> le plasma des nouveaux donneurs ne
pourra pas être utilisé (délai à respecter)
•  Le plasma devra être filtré
•  Les plasmas traités devront être splités
•  Prélèvements par plasmaphérèse (donneurs B et AB)
Les bases de la sécurité transfusionnelle
Les besoins en PSL
Distribution de PSL par le SRTS VD
Choix des CE à transfuser
Les donneurs
Vigilance donneurs
La promotion du don & le marketing
Magazine
d’information

•  Parution 2 fois/an
•  Env. 16 pages
•  Tirage 25’000x
•  Distribution via les
pharmacies, Naville,
hôpitaux, etc.
Give-away :
•  Autocollants
•  Jeux de cartes
•  e-cleaners iPhone / iPad
•  Accroche-sacs
•  Porte-clé
•  Parapluies
•  Bloc-notes & crayons
•  Post-it
•  Stylos
Quelques projets et actions à venir

•  Présence sur les réseaux sociaux


•  Attitude proactive vis-à-vis des donneurs, en particulier
après le 1er don (ex. prise de nouvelles)
•  Ouverture un samedi matin par mois
•  Vaccination contre la grippe
•  Ouverture nocturne avant Noel
•  …
•  …
•  …
merci