Vous êtes sur la page 1sur 46

REPUBLIQUE DU NIGER

UNIVERSITE ABDOU MOUMOUNI


FACULTE D’AGRONOMIE
B.P: 10960-Tél: 20.31.52.37- Fax: 20.31.52.37
E-mail: fagrony@refer.ne
NIAMEY-NIGER

En vue de l’obtention du Diplôme de Licence Générale ès-sciences agronomiques

Thème : etude de l’amélioration de l’aviculture villageoise : bilan


critique des interventions du projet APELDA dans la région de Dosso.

Présenté et soutenu publiquement par Guisso Taffa Adamou le 24/05/2014

Devant le Jury composé de :


Président : Pr MARICHATOU HAMANI, Maître de Conférences, Enseignant Chercheur à la
Faculté d’Agronomie (UAM).
Membres :
- Pr CHAIBOU MAHAMADOU, Maître de Conférences, Enseignant Chercheur à la Faculté
d’Agronomie (UAM).
- Dr OUSSEINA SEYDOU TOURE, Assistante, Enseignant Chercheur à la Faculté
d’Agronomie (UAM).
- Dr MOUSTAPHA AHAMET, Gestionnaire APELDA, Enseignant Vacataire à la Faculté
d’Agronomie (UAM)
Directeurs de mémoire :
- Pr MARICHATOU HAMANI, Maître de Conférences, Enseignant Chercheur à la Faculté
d’Agronomie (UAM).
- Dr MOUSTAPHA AHAMET, Gestionnaire APELDA, Enseignant Vacataire à la Faculté
d’Agronomie (UAM)

Année académique : 2013-2014


TABLE DES MATIERES

DEDICACES ................................................................................................................................ i
REMERCIEMENTS .................................................................................................................. ii
SIGLES ET ABREVIATIONS ................................................................................................. iii
LISTE DES PHOTOS ............................................................................................................... iv
LISTE DES TABLEAUX ......................................................................................................... iv
LISTE DES FIGURES .............................................................................................................. iv
INTRODUCTION ...................................................................................................................... 1
PREMIERE PARTIE : Revue Bibliographique ......................................................................... 3
Chapitre I : CADRE DE L’ETUDE ........................................................................................... 4
1.1. PRESENTATION DU MILIEU D’ETUDE ................................................................... 4
1.1.1. Situation géographique ............................................................................................ 4
1.1.2. Milieu biophysique .................................................................................................. 4
1.1.3. Milieu humain .......................................................................................................... 5
1.2. PRESENTATION DE LA STRUCTURE D’ACCUEIL................................................ 8
1.2.1. Objectifs du projet.................................................................................................... 8
1.2.2. Bailleur de fonds et budget ...................................................................................... 8
1.2.3. Maitres d’œuvre ....................................................................................................... 8
1.2.4. Zones d’intervention et partenaires à la base ........................................................... 8
1.2.5. Composition du personnel du projet ........................................................................ 9
1.2.6. Résultats attendus.................................................................................................... 9
1.2.7. Bénéficiaires .......................................................................................................... 10
Chapitre II : CADRE CONCEPTUEL ..................................................................................... 11
2.1. AVICULTURE AU NIGER ......................................................................................... 11
2.2. PRODUCTION ............................................................................................................. 11
2.3. COMMERCIALISATION ............................................................................................ 12
2.4. MODES D'ELEVAGE .................................................................................................. 12
2.4.1. Elevage traditionnel ............................................................................................... 12
2.4.2. Elevage fermier ...................................................................................................... 12
2.4.3. Elevage moderne .................................................................................................... 13
2.5. RACES DE POULETS ................................................................................................. 13
2.5.1. Races exotiques ...................................................................................................... 13
2.5.2. Races locales .......................................................................................................... 14
DEUXIEME PARTIE : Amélioration de l’aviculture villageoise : Bilan critique des
interventions du projet APELDA dans la région de Dosso .................................................. 15
Chapitre III : MATERIEL ET METHODES ........................................................................... 16
3.1. MATERIEL ................................................................................................................... 16
3.1.1. Les poulets ............................................................................................................. 16
3.1.2. Les moyens de transport ........................................................................................ 16
3.1.3. Le peson ................................................................................................................. 17
3.1.4. Le questionnaire ..................................................................................................... 17
3.2. METHODES ................................................................................................................. 18
3.2.1. Recherche documentaire ........................................................................................ 18
3.2.2. Observations .......................................................................................................... 18
3.2.3. Collecte des données .............................................................................................. 18
3.2.4. Contrainte à l’enquête ............................................................................................ 19
Chapitre IV : RESULTATS ET DISCUSSION ....................................................................... 20
4.1. RESULTATS ................................................................................................................ 20
4.1.1. Elevages enquêtés .................................................................................................. 20
4.1.2. Caractéristique des élevages .................................................................................. 20
4.1.3. Conduite technique ................................................................................................ 24
4.1.4. Performances zootechniques .................................................................................. 25
4.1.5. Performance de croissance ..................................................................................... 27
4.1.6. Utilisation des produits avicoles ............................................................................ 27
4.1.7. Contraintes ............................................................................................................. 28
4.2. DISCUSSION ............................................................................................................... 29
CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS ........................................................................ 31
REFERENCES ......................................................................................................................... 32
ANNEXES .................................................................................................................................. I
Annexe 1 : Questionnaire ........................................................................................................ I
Annexe 2 : Nombre de bénéficiaire par Sites. ...................................................................... IV
Annexe 3 : Photos des coqs Harco et des métisses............................................................... IV
Annexe 4 : Autres modeles de poulailler.............................................................................. VI
DEDICACES

Je dédie ce modeste travail à :

Ma très chère mère Tarini Kameye


pour son amour et son affection ;

Mon très cher père feu Guisso


Taffa que son âme repose en paix ;

Mon grand frère M. Guisso Amadou


pour son rôle paternel, ses
conseils et tous les sacrifices qu’il
a consentis pour ma formation ;

mes frères et sœurs que ceci soit


le témoin de mon amour fraternel ;

Mes ami(e)s et camarades.


i
REMERCIEMENTS

Au terme de cette, il nous est un agréable devoir de saluer et remercier tous ceux qui ont
apporté à ce travail une contribution d’une manière ou d’une autre. Qu’ils reçoivent ici
l’expression de notre profonde gratitude. Nos remerciements vont plus particulièrement à
Allah le clément et le miséricordieux pour nous avoir permis d’être ce que nous sommes ainsi
ses élus qu’il a choisi pour nous guider dans ce travail.
Il s’agit de :
Pr MARICHATOU Hamani pour sa disponibilité, son encadrement exemplaire et tous les
conseils précieux pour la réalisation de ce travail. Qu’il trouve ici l’expression de ma
profonde gratitude.
Dr AHAMET Moustapha, le Gestionnaire du projet, Assistant à la faculté d’Agronomie qui
a accepté de m’accorder ce stage et de diriger ce travail malgré ses innombrables activités ;
Le corps enseignant de la Faculté d’Agronomie, pour avoir œuvré dans notre formation ;
RAZIKOU Ousseini, pour son encadrement technique et conseils;
WATARA MAMANE Sani, pour son encadrement technique et conseils;
AMADOU Oumarou, pour son encadrement technique et conseils ;
JACQUES D’Almeida qui nous a servi de guide au niveau de nos sites ;
MADINA Hamani, Secrétaire Comptable du projet APELDA, pour son aide dans le
remplissage des fiches ;
A tout le personnel du projet APELDA ;
A toute ma famille qui a veillé à ce que je sois ce que je suis devenu maintenant pour leur
soutien et leur encouragement ;
A mes collègues et amis pour leurs soutiens ;
Et en fin à tous ceux qui m’ont aidé de près ou de loin dans la réalisation de ce mémoire.

ii
SIGLES ET ABREVIATIONS
- $: Dollar
- AE : Auxiliaire d’Elevage
- AV : Aviculture Villageoise
- AGR : Activités génératrices de revenu
- APELDA: Projet d’Appui à l’Elevage dans la Région de Dosso et le département
D’Aderbissinat
- BIZ: Boutique d’Intrants Zootechniques
- CESAO-PRN: Centre d’expérimentation et d’Etudes Economiques et Sociales de
l’Afrique de l’Ouest Pôle Régional du Niger
- COGES: Comité de Gestion
- CR : commune rurale
- EP: Exploitant Pilote
- GMQP : Gain moyen quotidien de poids
- ONG: Organisme Non Gouvernementale
- OP: Organisation paysanne
- PASEL: Programme d’Appui à la Sécurisation de l’Elevage
- PDES: Plan de Développement Economique et Social
- PMA : Pays les Moins Avancés
- RGA/C : Recensement Général de l’Agriculture et du Cheptel
- RGP/H : Recensement Général de la Population et de l’Habitat
- RIDAF : Réseau International pour le Développement de l’Aviculture Familiale
- RNB : Revenu National Brut
- RSAN : Revue du Secteur Avicole du Niger
- SDR : Stratégie de Développement Rural
- SDRP : Stratégie de Développement accéléré et de Réduction de la Pauvreté
- Sem : Semaine
- SESAC : Sécurité Sanitaire et Alimentaire dans le Tadress
- SVPP: Service Vétérinaire Privé de Proximité
- VSF-B: Vétérinaires Sans Frontière Belgique

iii
LISTE DES PHOTOS
Photo 1 : Opération de pesage d'un coq. .................................................................................. 17
Photo 2 : poulailler en banco à plusieurs niveau abritant des poulets et des pigeons (Enquête,
2013)......................................................................................................................................... 22
Photo 3 : Poulailler en paille bien aéré (Enquête, 2013). ......................................................... 22
Photo 4 : Poulailler de fortune en morceaux de brique (Enquête, 2013). ................................ 22
Photo 5 : Poulailler en paille exigu et peu aéré (Enquête, 2013). ............................................ 23
Photo 6 : Poulailler mobile, utilisé dans le transport de la volaille (Enquête, 2013). .............. 23
Photo 7 : Volaille s'abritant sous un grenier, (Enquête, 2013). ................................................ 23
Photo 8 : Coqs Harco (Enquête, 2013). .................................................................................... IV
Photo 9 : Métis à plumage fauve à queue noire et fauve herminé (Enquête, 2013). ................ IV
Photo 10 : Métis à plumage noir herminé et noir barré (Enquête, 2013). ................................. V
Photo 11 : Métis à plumage blanc (Enquête, 2013). ................................................................. V
Photo 12 : Métis à plumage noir à camail doré et noir cuivré (Enquête, 2013). ..................... V
Photo 13 : Poulailler à plusieurs entrées (Enquête, 2013)........................................................ VI
Photo 14 : Poulailler en banco avec une seule entrée (Enquête, 2013). ................................... VI
Photo 15 : Entrée large (Enquête, 2013). ................................................................................. VI

LISTE DES TABLEAUX


Tableau 1 : Répartition de la population de Dosso par département et par milieu. .................. 6
Tableau 2 : Principales productions agricoles pluviales 2003. .................................................. 6
Tableau 3 : Productions cultures irriguées 2001 –2004 (tonnes) ............................................... 7
Tableau 4 : Effectif du cheptel de mammifères de la région de Dosso par espèces et par
années (par milliers de têtes) ...................................................................................................... 7
Tableau 5 : Effectif des bénéficiaires par sexe et par département: ......................................... 20
Tableau 6 : Structure de la population de poulets .................................................................... 21

LISTE DES FIGURES


Figure 1 : Carte de la région de Dosso (Source Wikipédia)....................................................... 4
Figure 2 : Zone d'intervention du projet APELDA .................................................................... 9
Figure 3 : Composition du cheptel aviaire par espèce. ............................................................ 20
Figure 4 : proportion des bénéficiaires qui distribuent ces aliments. ....................................... 24
Figure 5 : Fréquence d'entretien des abreuvoirs. ...................................................................... 25
Figure 6 : Age moyen de la maturité sexuelle. ......................................................................... 25
Figure 7 : Principales causes des pertes de poulets. ................................................................. 26
Figure 8 : Poids moyens des poulets par sexe, classes d'âge et par race. ................................. 27
Figure 9 : Secteurs d'utilisation des poulets. ............................................................................ 28

iv
INTRODUCTION

Le Niger fait partie du groupe des pays les moins avancés avec un revenu national brut annuel
de 280 $ par habitant, très en deçà du seuil de 935 $ annuels fixé par la Banque Mondiale
(2009). Avec un taux de croissance annuel d’environ 3,3% l’an, la population du Niger
double tous les 25 ans (Revue du Secteur Avicole du Niger, 2010). Cette population est
essentiellement rurale (80,5% de ruraux en 2005 et 79,8% en 2010) parmi laquelle se
retrouvent 65,7% de pauvres (Stratégie de Développement accéléré et de Réduction de la
Pauvreté, 2007). Selon les projections, le nombre de ruraux passerait de 11 millions en 2005 à
près de 15,5 millions en2015, ce qui constituerait un défi majeur pour le développement car la
majorité de ceux-ci, au rythme actuel de la croissance économique, ne disposeraient pas de
revenus suffisants pour sortir de la pauvreté (Stratégie de Développement Rural, 2003).

Le développement de l’aviculture villageoise devient depuis quelque temps un moyen efficace


dans la lutte contre la pauvreté et la faim dans de très nombreux pays en voie de
développement (E.F. Guèye, 2003). Cet intérêt pour l’élevage des espèces à cycle court et
particulièrement celui du poulet villageois se justifie d’une part, par la disponibilité de telles
espèces dans le milieu rural et d’autre part du fait que cela ne requiert ni une très grande
technicité ni des coûts de production insupportables.

Bien que très peu développée, l’aviculture nigérienne présente d’énorme potentialités avec un
cheptel avicole de 12.196.409 sujets (RGAC, 2008) effectif qui était de 13.378.000 sujets en
2005 avant l’apparition de la grippe aviaire en 2006. Cependant, malgré le nombre important
de poulets villageois au Niger, la production ne couvre pas correctement les besoins des
populations. Les performances des races locales en matière de production d’œuf et de viande
sont très réduites. En effet, le poulet local présente un poids moyen d’un (1) kilogramme (kg)
pour les femelles et un kilogramme cinq cent grammes (1,5) kg pour les mâles (I. Daré,
1977). Le nombre de couvées par ans varie de 1,1 à 6 d’une taille moyenne de 8 à 19 œufs.
(Moussa A., 2008). Cette insuffisance de la productivité de la volaille en milieu rural peut
s’imputée à plusieurs facteurs dont l’un des plus importants reste la conduite des troupeaux
(alimentation, habitat, prophylaxie…).

Ainsi, pour tirer le maximum de profit dans l’élevage du poulet villageois, le projet d’appui à
l’élevage dans la région de Dosso (APELDA) a conduit des activités en ayant pour objectif
d’augmenter les revenus tirés de la volaille locale par l’amélioration des performances de

1
production des éleveurs bénéficiaires. Pour ce faire, le projet a mis en place au niveau de seize
(16) villages des coqs de race exotique (14coqs /village). Par ces placements, il vise à
améliorer les pratiques d’élevage de volailles des ménages choisi (Eleveurs Pilotes) à travers
des sensibilisations et des formations. Ainsi, en adoptant les enseignements, les éleveurs
pilotes transmettront à la longue ces savoir-faire à leur entourage.

Cependant, de fort taux de mortalité des coqs placés et des poussins qui en sont issus ont été
constaté par les agents de suivi (K.I. Maidadji, 2012). Parmi les causes probables de cette
forte mortalité on peut citer les pathologies infectieuse et parasitaire ; le manque d’hygiène de
l’habitat ; la mauvaise qualité de l’alimentation ; les facteurs environnementaux. Toutes fois
la cause principale reste encore méconnue, il en est de même pour l’état de diffusion de la
race introduite.

Ainsi, à travers ce travail de mémoire de fin de cycle de Licence sur le thème « Amélioration
de l’aviculture villageoise : Bilan critique des interventions du projet APELDA dans la
région de Dosso », l’accent sera mis sur l’indentification des différents obstacles à la
pérennisation des actions menées par le projet APELDA en aviculture villageoise. Ce travail
consiste d’abord à établir l’état de l’aviculture villageoise à travers la bibliographie, dans la
région de Dosso, avant le début des interventions du projet. Puis suivra la caractérisation des
élevages bénéficiaires par le biais des résultats de l’enquête qui seront discutés et en fin la
conclusion et la formulation des recommandations.

2
PREMIERE PARTIE : Revue
Bibliographique

3
Chapitre I : CADRE DE L’ETUDE

1.1. PRESENTATION DU MILIEU D’ETUDE


1.1.1. Situation géographique

Vaste de 31.000 km², la région de Dosso est située entre le 13º02'46" Nord et 03º11'50" Est à
une altitude de 230 m, dans le Sud du Niger. A environ 130 km au Sud-est de Niamey, Dosso
est limitée à l’Est par la région de Tahoua, au Nord-Ouest par Tillabéry et au Sud par la
république du Bénin (Source Wikipédia, Aout 2013).

Figure 1 : Carte de la région de Dosso (Source Wikipédia, 24 Aout 2013).

1.1.2. Milieu biophysique


1.1.2.1. Climat
La région de Dosso s’étale dans la zone climatique nord soudanienne et sud sahélienne. Elle
enregistre dans sa bande méridionale (arrondissement de Gaya) la plus forte pluviométrie du
Niger (plus de 700 mm en 4 ou 5 mois de pluie). Ces précipitations décroissent cependant
selon un axe Sud-nord, les totaux annuels ne sont plus que de 450 mm au Nord de la région de
Doutchi. En effet, la zone sahélienne de la région est caractérisée par des pluies annuelles
comprises entre 250 et 750 mm et où la saison des pluies dépasse 140 jours avec une
prédominance des caractères tropicaux et la zone du Dendi qui est un climat tropical sec. La
saison humide dure près de six mois. La moyenne des précipitations annuelles est assez
élevée (870 mm à Gaya). Le régime pluviométrique est plus complexe que dans le Sahel. On

4
peut qualifier ce climat de ‘soudanien’ (Exploitations et Etat des Ressources Naturelles au
Niger, 2000).

1.1.2.2. Végétation
Bien que ne représentant que 2% de la superficie du territoire national, la région de Dosso
dispose à lui seul de 36% des formations naturelles du pays localisées dans la partie Sud de la
région et dans la réserve adjacente du parc national de W. Il s’agit des forêts classées (Fogha
Béri ; Gorou Bassounga ; La forêt de Bana et celle de Koulou) plusieurs forets protégées ainsi
que des parcs agro-forestier (parc à Acacia albida ; à Parinari macrophylla ; à
Butyrospermum parkii ; à Bombax constatum ; à Hyphaene thebaïca).
La zone sahélienne de la région est marquée par une végétation de steppe à épineux et
d'acacias. Cette zone climatique est caractérisée par une steppe qui passe des formations
contractées ou arbustives dans la partie septentrionale à des types plus diffus et arborés dans
le sud. Sur les substrats sableux sont presque omniprésents Acacia tortilis et Aristida
mutabilis. Le tapis graminéen est composé principalement par des annuelles (EER/N, 2000).

La zone du Dendi connaît, à côté d'une végétation de savane arborée et arbustive, des cultures
de mil, de sorgho, de maïs et d'arachide. Les espèces herbacées les plus fréquentes sont
Andropogon gayanus, Hypparhenia spp, Loudetia spp et la végétation ligneuse est
caractérisée par le grand nombre des Combrétacées et aussi par des espèces utiles à l'homme
comme le Karité (Butyspermum parkii) et le Nérée (Parkia biglobosa) (EER/N, 2000).

1.1.3. Milieu humain


1.1.3.1. Démographie
La région de Dosso abrite les différents groupes ethniques qui composent la population du
Niger. On constate cependant, une dominance de certains groupes ethniques. Les groupes
majoritaires sont : les Djerma, Haoussa et les Peuls. Ainsi les Djerma occupent les
départements de Loga et Dosso. Les Peuls se retrouvent dans le département de Boboye et les
Haoussa dans le département de Doutchi. Cette localisation n’est pas exclusive car dans
chacun des départements, on retrouve en général tous les différents groupes ethniques
(RGP/H, 2012).

5
Le tableau 1 donne la répartition de la population de Dosso par département et par milieu de
vie.

Tableau 1 : Répartition de la population de Dosso par département et par milieu.


Départements Homme Femme Total (%)
Boboye 182570 190334 372904 17,9
Dogondoutchi 337749 344540 682289 32,8
Gaya 174265 175529 349794 16,8
Loga 90729 94114 184843 8,9
Dosso 242358 246151 488509 23,6
Total 1027671 1050668 2078339 100
Répartition selon le milieu de résidence
Milieu urbain 107641 109264 216905 10,4
Milieu rural 920030 941404 1861434 89,6
Source: INS/MEF/2011

Selon les projections de l’Institut National de la Statistique de 2011, la région de Dosso


compte 2078339 hbts dont 1050668 femmes soit 50,55%. La grande partie de cette population
vit en milieu rural (1861434hbts soit 89,6% de la population de la région). Environ 50,46%
des femmes vivent dans le milieu rural

1.1.3.2. Activités agropastorales


a. Agriculture
Les systèmes de cultures pratiqués sont du type pluvial plus généralement sur sols dunaires et
dans les vallées pour certaines espèces comme le sorgho ou le maïs, et du type irrigué là où
l’eau est disponible et facilement accessible (Dallols, vallée du fleuve, mares permanentes).
Les principales productions selon ces deux systèmes d’exploitation sont récapitulées dans les
tableaux 2 et 3.

Tableau 2 : Principales productions agricoles pluviales 2003.

Dosso Mil Sorgho Niébé Riz Arachide Voandzou Oseille Coton

Superficie
945264 65597 638002 5510 35146 8240 23901 2821
(ha)

Rendement
Total (Kg/ha)
513 638 156 942 484 346 34 445
2003
Production
(tonnes)
484804 41844 99527 5193 17023 2854 824 1255

6
Tableau 3 : Productions cultures irriguées 2001 –2004 (tonnes)
Rendt moyens
Spéculations 2001-2002 2002 - 2003 2003 -2004
(tonne/ha)
Canne à sucre 28 - 28588
Chou 27 4350 13580 3374
Laitue 16 3025 1800 2368
Manioc 18 9.980 - 7929
Oignon 26 4.229 6292 5230
Patate douce 31 6.461 9420 13251
Tomate 21 720 2964 1394
Courge et courgette 26 - 3071
Pomme de terre 15 300 1170 347

b. Elevage
Le système de production animale est de type extensif essentiellement. Le type semi intensif
se développe grâce aux pratiques d’embouche et d’élevage de vaches laitières.
Le système de production de type extensif est localisé dans la zone de transition entre la zone
pastorale et la zone agricole dans les systèmes agraires des plateaux où la coexistence est plus
ou moins équilibrée entre l’agriculture et l’élevage. L’élevage est de type sédentaire mais
extensif avec des effectifs relativement élevés par exploitation. Cependant le système
d’élevage caractéristique de la partie septentrionale de cette zone est un système agro-pastoral
transhumant
De 2006 au 2010, le cheptel de la région de Dosso est résumé dans le tableau ci-après :

Tableau 4 : Effectif du cheptel de mammifères de la région de Dosso par espèces et par années (par milliers de têtes)

Espèces 2006 2007 2008 2009 2010

Bovins 718 791 839 889 942

Ovins 680 707 732 758 784

Caprins 861 909 945 983 1022

Camelins 28 29 29 29 30

Equins 12 12 12 12 12

Asins 127 129 132 135 137

7
1.2. PRESENTATION DE LA STRUCTURE D’ACCUEIL

Cette partie fait une brève description du Projet d’Appui à l’Elevage dans la région de Dosso
et le département d’Aderbissinat (APELDA).

1.2.1. Objectifs du projet


L’objectif global du projet APELDA est d’ « améliorer durablement l’économie et la vie
sociale des ménages agro-éleveurs par l’optimisation de l’élevage paysan». Spécifiquement,
le projet APELDA œuvre à ce que l’élevage au sein des communes procure des revenus
accrus grâce à une performance satisfaisante des animaux et à une bonne rentabilité de
l’élevage.

1.2.2. Bailleur de fonds et budget


Les fonds du projet proviennent à hauteur de 80% de la Direction Générale de la Coopération
au Développement (DGD, Royaume de Belgique) et à 20% de Vétérinaires Sans Frontières-
Belgique (VSF-B).
Le budget est de 870.000 euros soit 570.682.000 FCFA répartis sur 3 ans.

1.2.3. Maitres d’œuvre


Le projet est mis en œuvre par vétérinaires Sans Frontières-Belgique (VSF-B), en partenariat
avec le Centre d’Expérimentation et d’Etudes Economiques et Sociales de l’Afrique de
l’Ouest/Pôle Régional Niger (CESAO/PRN).

1.2.4. Zones d’intervention et partenaires à la base


Le projet APELDA intervient dans la région de Dosso (départements de Dosso et Boboye) et
région d’Agadez (département d’Aderbissinat) et les partenaires à la base sont : les Services
Vétérinaires Privés de Proximités (SVPP) ; les Organisations Paysannes (OP), les Comités de
Gestion (COGES) des Boutiques d’Intrants Zootechniques (BIZ), les Auxiliaire d’Elevage
(AE), les communes etc.

8
Figure 2 : Zone d'intervention du projet APELDA

1.2.5. Composition du personnel du projet


Le personnel du projet se compose comme suit :
 Un (1) Gestionnaire ;
 Deux (2) Conseillers d’Animation dont un chargé d’appui au volet production animale,
un chargé d’appui aux organisations faitières ;
 Deux (2) animateurs en santé animale ;
 Une (1) secrétaire comptable ;
 Deux (2) chauffeurs et deux(2) Gardiens.
1.2.6. Résultats attendus
Le projet poursuit l’atteinte des résultats suivants :
 Résultat 1 : Les sites et infrastructures d’intérêt général dédiés à l’élevage sont mieux
gérés
 Résultat 2 : L’accès des éleveurs aux services de base en matière d’élevage est amélioré.
 Résultat 3 : La productivité des élevages est améliorée par l’adoption de nouvelles
techniques.
 Résultat 4 : La rémunération obtenue lors de la commercialisation des produits et sous-
produits de l’élevage est augmentée.
 Résultat 5 : les structures engagées dans la pérennisation des activités du projet sont
renforcées et responsabilisées.

9
 Résultat 6 : les acquis du SESAC dans la commune d’Aderbissinat/Zone du Tadress
sont consolidés.

1.2.7. Bénéficiaires
Le projet APELDA s’adresse en priorité aux agros éleveurs de la région de Dosso, ainsi
qu’aux groupements féminins. Ces groupes cibles sont composés de personnes vulnérables
pratiquant toutes l’élevage, soit 87.500 ménages (Dosso et Aderbissinat) tous des éleveurs et
agro éleveurs des communes concernées par l’intervention du projet. Ils sont directement
touchés par le projet et bénéficient directement de ses activités, ce sont les bénéficiaires
directs (fiche de présentation du projet APELDA).
Les bénéficiaires intermédiaires du projet sont composés essentiellement des structures
suivantes :
 Les maires et conseillers des communes ;
 Les Services Vétérinaires Privés de proximité (SVPP) ;
 Les structures engagées dans la pérennisation des activités du projet qui sont renforcées
et responsabilisées.
Les bénéficiaires indirects des actions du projet sont :
 La direction Régionale des Ressources Animales qui bénéficie des retombées du
programme pour pouvoir assurer son rôle régalien.
 Les commerçants en aliments bétail, qui grâce aux activités du programme, vendent en
gros des aliments destinés aux Boutiques Aliments Bétails (BAB), et en détail, des aliments
achetés directement par les éleveurs.
 Les grands éleveurs de la zone qui bénéficient des services mis en place avec l’appui du
projet.
 La population de la zone qui bénéficie du renforcement des communes
 Les fournisseurs en produit vétérinaires ;
 Les intermédiaires dans la filière de commercialisation des produits de l’élevage.

10
Chapitre II : CADRE CONCEPTUEL

2.1.AVICULTURE AU NIGER
L’aviculture au Niger n’a pas connue de développement similaire à celui des pays de la sous-
région ouest africain ayant les mêmes réalités climatiques et d’enclavement (Burkina Faso,
Mali). Ces pays ont tous connus dans les années 70, les programmes initiés par la FAO,
l’UNICEF, pour améliorer la productivité des poules locales. Le Burkina Faso, par exemple, a
continué sur la même lancée en élaborant de grands programmes nationaux d’amélioration de
l’aviculture villageoise (PDAV) durant les années 80 suivis jusqu’aux années 2000 de projets
de développement régionaux axés sur l’aviculture rurale tels le « projet de Gestion des
Ressources Naturelles dans les provinces du Seno et du Yagha » ou encore le ’’Projet de
Développement Rural du Boulgou’’ (Bonkoungou, 2005). L’aviculture intensive au Burkina
Faso a aussi parallèlement reçu une aide de l’Etat et des facilités dont « la recherche de
financement (crédits bancaires aux aviculteurs, projet d’appui et subvention étatique aux
organisations professionnelles, Note des auteurs), l’allègement fiscal et douanier, etc. »
(Maizama et al., 2003).
Le poulet représente 57.5% des volailles élevées au Niger en 2007 avec une prédominance
des races locales (RGAC, 2008). L’aviculture intensive représente 2.8% des effectifs (poulets
de chair 1,6% et pondeuses 1,2%). Jusqu’en 2007 il n’y avait aucun élevage de reproducteurs
au Niger. Cependant en novembre 2008, un aviculteur de la région de Maradi a importé des
pays bas 2200 reproducteurs parentaux (1100 de souche chair et 1100 de souche ponte). La
production traditionnelle, très extensive, se localise de manière uniforme sur presque tout le
territoire national. Elle est le produit de l’exploitation d’un cheptel en divagation au sein des
concessions (PFA/ N, 2009).

2.2.PRODUCTION
La contrainte majeure au développement de la production traditionnelle des volailles est la
pathologie qui décime parfois la presque totalité du cheptel villageois. Au nombre des
pathologies dominantes, on retiendra la maladie de Newcastle, la variole aviaire, la
pasteurellose (cholera aviaire), la salmonellose, les coccidies.
La productivité des élevages traditionnels est aussi affectée par d’autres aléas que sont le
faible potentiel génétique de production d’œufs et de viande, les poulaillers inappropriés qui
favorisent la dissémination de maladies infectieuses et parasitaires et les prédateurs (éperviers

11
et serpents) responsables de pertes importantes. Une alimentation insuffisante et mal
équilibrée contribue à limiter la performance de l’aviculture traditionnelle

2.3.COMMERCIALISATION
Aussi bien à Niamey, capital du Niger, que dans les autres principaux centres urbains, la place
de l’informel est très importante. Les quantités de produits avicoles commercialisés sont
difficiles à appréhender. On sait seulement qu’elles sont largement plus importantes que
celles des importations contrôlées. La production avicole nationale ne couvrait que moins de
30% des besoins en œufs de consommation en 2003 d’où une importation massive en
provenance de pays comme le Ghana, le Nigeria, La Cote d’Ivoire et dans une moindre
mesure le Burkina Faso. La valeur marchande de ces importations est estimée à 960 millions
FCFA par an (A. Beidou, 2009, RSAN1).
2.4.MODES D'ELEVAGE
Il existe principalement trois (3) types d’élevage de poulets au Niger dont le mode traditionnel
qui est le plus important, le mode semi-intensif et en fin l’élevage moderne.

2.4.1. Elevage traditionnel


L’élevage traditionnel, villageois, en liberté, ou de basse-cour est prédominant au Niger. Il
concerne 11.855.247 sujets soit 97.2% du cheptel. Les animaux sont laissés en divagation
permanente du matin au soir à la recherche de nourriture (reste de cuisine, insectes, grains de
céréales,…). En saison sèche l’aviculteur fournit de l’eau et du son ou des grains de céréales
déclassés. Les poulaillers, généralement en matériaux locaux, abritent la nuit les poules et
leurs couvées de poussins et/ou de pintadeaux.

2.4.2. Elevage fermier


L’élevage fermier correspond au Niger à une sorte d’élevage qui se pratique autour de grands
centres d’habitation et l’exploitation peut compter 100 à 100 000 sujets selon la capacité de
l’exploitant ; d’une façon générale ce type d’élevage reçoit l’appui technique des services de
l’élevage pour la confection des poulaillers, des mangeoires et abreuvoirs, de l’alimentation et
du protocole sanitaire pour les différentes vaccinations ; il y est élevé des poulets de race qui
sont importés

1
Revue du Secteur Avicole du Niger

12
2.4.3. Elevage moderne
L’aviculture moderne regroupe les élevages d’Etat et les élevages du secteur privé. Les
élevages d’Etat comprennent : Un centre avicole à Niamey (Goudel) et trois stations avicoles
à l’intérieur du pays (Dosso, Maradi et Mirriah). Ces unités auraient pu constituer des outils
importants pour le développement de l’aviculture moderne Nigérienne :
- Le centre aurait permis la production à grande échelle de poussins d’un jour (1.500.000
poussins par an) à des prix concurrentiels ;
- Les stations, quant à elles, auraient pu servir de tremplins à l’émergence d’aviculteurs
privés à l’intérieur du pays et au développement de l’aviculture villageoise.
Le nombre des aviculteurs privés nigériens, recensés par le Ministère des Ressources
Animales (MRA) s’élevait, en 2005, à soixante-sept (67). Ils ne sont plus que quarante-cinq
(45) en 2006. A la suite de l’épisode de la grippe aviaire la quasi-totalité des fermes encore en
activité vont mettre la clé sous le paillasson. La reprise des activités est timide car l’aviculture
moderne n’a bénéficié d’aucune mesure d’accompagnement de la part des pouvoirs publics.
Actuellement on ne dénombre guère plus d’une vingtaine de fermes en activité avec des
effectifs allant de 100 à 23.000 sujets (A. Beidou, 2009, RSAN).

2.5.RACES DE POULETS
2.5.1. Races exotiques
Beaucoup de races exotiques furent testées en 1967 à la station avicole de Maradi en vue de
leur introduction au Niger et leur vulgarisation si elles s’avéraient adaptées aux conditions
d’élevage locales : rejetés, le poulet P100 pour cause de problèmes cardiaques, la Warren car
ne supportant pas la chaleur, le poulet Jupiter à cause de sa croissance lente ; acceptés : la
Sussex, la RIR, la Leghorn, la Harco, l’ISA Brown, la Shaver, la Lohman Brown, les poulets
Hubbard, Kabir, Annak et le poulet fermier cou-nu ; aujourd’hui, les souches commerciales
de poules pondeuses élevées sont la Harco, la Sussex, la Leghorn blanche, l’Isa Brown, la
Derco noire et la Tchika Brown de l’institut de recherche NAPRI (Nigeria); les souches
commerciales de poulet de chair utilisées sont Hubbard, Derco, Annak et Kabir (A. Beidou,
2009, RSAN). Le troupeau de pondeuses de la ferme avicole de Goudel, élevé dans un
environnement à ventilation, température et hygrométrie contrôlés, est de souche Borans
Brown (A. Beidou, 2009, RSAN).

13
2.5.2. Races locales
Il n’existe pratiquement pas de races locales de poulets nigériens car il n’a jamais été
rencontré de phénotype typique d’un terroir avec des caractères de production reproductibles
(RSAN, 2009). Le grand métissage avec les poulets exotiques accroît davantage cette
uniformisation. Cependant, dans l’Ouest du Niger, les populations zarmaphones appellent
’’Kolonto’’ des poules de grande taille réputées bonnes pondeuses et bonnes éleveuses de
poussins. Selon Dr Alou Oumarou (rapporter dans le RSAN), ancien chef du service de
l’aviculture et du petit élevage au Ministère chargé de l’élevage de 1975 à 1986, on peut
considérer ’’Kolonto’’comme une race locale dont la caractéristique dominante est la grande
taille ; il existe une grande variété de coloration du plumage et les poules vivent longtemps.
Les femelles’’Kolonto’’ croisés avec des coqs RIR donnent des sujets de grande taille à fort
potentiel de production (A. Beidou, 2009, RSAN).

14
DEUXIEME PARTIE : Amélioration de
l’aviculture villageoise : Bilan critique
des interventions du projet APELDA
dans la région de Dosso

15
Chapitre III : MATERIEL ET METHODES
Ce chapitre traite du matériel et de la démarche méthodologique utilisés dans le cadre de
cette enquête.
3.1.MATERIEL
Pour effectuer ce travail, nous avons eu à notre disposition des ressources humaines, animales
et matérielles dont entre autres :
3.1.1. Les poulets
3.1.1.1.Les races autochtones
Il n’existe pas de races autochtones à proprement parler mais des « populations » à plumage
varié avec quelques traits communs tels qu’un petit gabarit. La croissance est lente et leur
ponte tardive (50 à 100 petits œufs par an) selon une fréquence variable (+/- 6 cycles) selon
les régions et la richesse en éléments nutritifs. Elles sont très rustiques et cette qualité
particulière leur permet de survivre dans les villages sans aucun soin particulier : elles vivent
en divagation.

3.1.1.2.La race exotique (Harco)


La race Harco est le résultat d’un croisement autosexable des races Rhodes-Island (RI) et
Plymouth Rock Barré (PRB). C’est une race industrielle à production mixte (chair et œuf). A
la naissance les mâles sont noirs avec une tâche à la tête et les femelles entièrement noires. Ce
sont des excellentes pondeuses, les poules de 2 ,8kg consomment 120g d’aliment par jour.

3.1.1.3.Les métis
Ils sont le résultat des croisements entre les coqs Harco et les poules locales. Ils ont des
caractéristiques intermédiaires des parents. Et certains individus présentent des phénotypes
(couleur et aspect du plumage et des œufs, absence de l’instinct de couvaison…) qui
témoignent de leur parenté avec les races RIR et PRB (Annexe 3).

3.1.2. Les moyens de transport


Les déplacements sur les différents sites ont été assurés par une moto DT-125 qui a été mise
en notre entière disposition et un véhicule 4×4 que nous utilisons pour nous rendre sur les
sites très éloignés comme les sites de la Commune Rurale (CR) de Harikanassou (Fandou-
Djibo ;Daniéré-Peul …) ou de la CR de Ouna pour la BIZ.

16
3.1.3. Le peson
Les opérations de pesée ont été effectuées à l’aide d’un peson portatif, à écran numérique ;
d’une taille d’environ 20 cm de long sur 10 cm de large et fonctionnant sur deux petites piles
alcalines de 1,5 volts chacune. Ce peson est muni d’un anneau par le haut qui permet de le
maintenir en équilibre en l’accrochant à un support et d’un crochet par le bas permettant d’y
accrocher le poulet. Il dispose aussi d’un système de tare et plusieurs systèmes d’unités dont
le kilogramme (kg).

Photo 1 : Opération de pesage d'un coq.

3.1.4. Le questionnaire
Ce travail d’enquête a pour principal support un questionnaire établi à cet effet et comportant
un fiche de pesé recevant les poids des poulets.
Ce questionnaire comporte les thèmes suivants :
 Identification du bénéficiaire ;
 Répertoire des espèces de l’élevage ;
 Elevage ;
 Structure du cheptel ;
 Alimentation ;
 Reproduction ;
 Vente et commercialisation ;
 Contraintes.

17
3.2. METHODES
La méthodologie de cette étude est articulée suivant trois axes principaux : la recherche
documentaire, la collecte des données sur le terrain et la phase de l’analyse et de traitements
des données.
3.2.1. Recherche documentaire
La recherche documentaire a consisté à l’exploitation des documents du projet, des travaux
déjà réalisés et qui traitent des aspects généraux de l’aviculture villageoise d’une part et sur
les données biophysiques et socio-économiques de la zone d’étude d’autre part. Cette étude
documentaire a permis de circonscrire le sujet et de sortir les grandes orientations qui vont
guider cette analyse.

3.2.2. Observations
Les observations concernent principalement la vérification de l’état des poulaillers ; des
abreuvoirs et mangeoires et aussi nous inspectons les poulets à la recherche de parasites
externes ou tout autre signe de pathologies. Ces observations ont pour rôles de nous
renseigner sur l’exactitude des dires des enquêtés ; de déterminer leur niveau de technicité et
si besoin est de donner quelques conseils ou consignes pour leur permettre d’améliorer leur
élevage.

3.2.3. Collecte des données


3.2.3.1.Lieu
L’étude s’est effectuée dans les départements de Dosso et du Boboye pour un total de
seize(16) villages enquêtés dont dix (10) à Dosso et six(6) à Boboye. Les villages concernés
sont :
- Dans le département de Dosso : Rougga, Babiyadey, Mokko, danbindi, Moussa Koukou
Koira, Kardji Bangou, Gorou, Gobéri Goubey, Deytégui Amadou et Gobéri Tassiel.
- Dans le département de Boboye Daniéré Peul, Fakara Balla, Fandou Djibo,
Harikanassou, Kiota Mayaki et Wazaye.

3.2.3.2.Période
Cette étude s’est déroulée durant quatre (04) mois (Avril-Mai-Juin-Juillet) coïncidant ainsi
avec le début de la campagne hivernale 2013.

18
3.2.3.3.Echantillonnage
Pour les besoins de cette étude nous avons utilisé un échantillon exhaustif. De ce fait, la
collecte de données a concerné les deux cent vingt-quatre (224) bénéficiaires directs et dix
pourcent (10 %) des bénéficiaires indirects. Les bénéficiaires indirects sont ceux qui n’ont pas
reçu directement un coq mais qui ont profité de ce dernier soit par sa divagation soit par prêt.

3.2.3.4.Pesage des poulets


En général chacun des bénéficiaires rassemble sa volaille avant la fin du remplissage du
questionnaire puis nous procédons à la mesure du poids des poulets un à un en les accrochant
au crochet du peson par l’intermédiaire d’un petit corde dont nous mesurons au préalable le
poids afin d’effectuer la tare. Pour chaque poulet pesé nous consignons les données suivantes
dans un tableau conçu à cet effet : le sexe (mâle ou femelle) ; la race (locale ou métissé) ;
l’âge (en semaine) ; le poids (en gramme) et le nombre de couvé (pour les femelles adultes).

3.2.4. Contrainte à l’enquête


Comme toutes activités impliquant l’être humain, ce travail ne s’est pas accompli sans
quelques difficultés et imprévus. Ces contraintes ont été observées essentiellement pendant la
phase de collecte de données qui a coïncidé avec le début de la saison hivernale (campagne
2013). De ce fait, les EP sont le plus souvent indisponibles car occupés par les travaux
champêtres.
Une autre contrainte est le fait que les EP remplacent systématiquement les œufs des poules
par des œufs de pintades ainsi les poules couvent des œufs de pintade et ceux des poules étant
absents (consommés ou donnés). De ce fait, le calibrage œufs n’a pas était effectué.
Sur les recommandations du projet, les éleveurs ont évacué la presque totalité des coqs locaux
de leurs élevages, ce qui fait que pendant l’enquête seules des poules adultes locales étaient
enregistrées.

19
Chapitre IV : RESULTATS ET DISCUSSION

4.1. RESULTATS

4.1.1. Elevages enquêtés


L’agriculture et l’élevage constituent les principales occupations des enquêtés, suivis du
commerce et de l’artisanat. Outre les volailles, ils élevaient dans les mêmes exploitations, des
ruminants dominés par les ovins et les caprins.

Tableau 5 : Effectif des bénéficiaires par sexe et par département:

Départements Hommes Femmes Total


Boboye 17 75 92
Dosso 25 60 85
Totaux 42(23,73 %) 135(76,27%) 177

Sur le total des 224 bénéficiaires directs (BD) et des 125 bénéficiaires indirects (BI)
enregistrés l’enquête a touché 73% (163) des BD et 10% (14) des BI. Soit un total de 177
bénéficiaires enquêtés parmi lesquels 42 hommes (24%) et 135 femmes (76%).

4.1.2. Caractéristique des élevages


4.1.2.1.Composition du cheptel avicole
La composition du cheptel avicole des enquêtés est représentée par la figure ci-dessous.

1349

122 118
12

Poulet Pintade Pigeons Canard

Figure 3 : Composition du cheptel aviaire par espèce.

Le cheptel avicole sur les seize (16) sites est composé principalement de quatre (4) espèces
dont majoritairement le poulet représentant 84% des effectifs, puis la pintade (8%) ; le pigeon
(7%) contre seulement un pourcent (1%) de canard.

20
4.1.2.2.Structure des élevages de poulets enquêtés
Le tableau N° 6 présente La composition (sexe, âge et race) du cheptel de poulets des
enquêtés.
Tableau 6 : Structure de la population de poulets

Adultes Jeunes en croissance


Age
( plus de 16 sem.) (2 à 16 sem.) Poussin
(0 à 2 sem.)
Sexe Mâles Femelles mâles femelles
Races Harco Local Métis Locale Métisse Local Métis Locale Métisse Local Métis
Total par 53 54 129 268 208 8 189 11 246 35 272
races (4%) (4%) (9%) (18%) (14%) (1%) (13%) (1%) (17%) (2%) (18%)

236 476 197 257 307


Composition
(16%) (32%) (13%) (17%) (21%)

Total par
712 (48%) 454 (31%) 307(21%)
catégorie
Total 1473

Un total de 1473 poulets a été enregistré au cours de cette enquête parmi lesquels 48%
d’adultes, 31% de jeunes en croissance et 21% de poussins. Les métis constituent soixante-
onze pourcent (71%) de l’effectif total pour vingt-cinq pourcent (25%) de locaux, les quatre
pourcent (4%) restant concernent les coqs de race exotique placés par le projet.

4.1.2.3.Habitat
Au cours de cette enquête de nombreux types d’habitat ont été observé. Par contre dans
certains élevages (9%) les poulets sont en totale liberté; le reste soit 91% utilise
essentiellement des habitats de type traditionnel en banco ou en paille (Photos 2 à 6 et annexe
4 ). Les poules et leurs couvées sont les principaux bénéficiaires de ces abris, les autres
passant les nuits sur les toits et dans divers coins des concessions.
Toutefois les poulaillers sont souvent trop exigus, peu aérés, sales et ne protègent pas
correctement les poulets contre les intempéries, les prédateurs et les facteurs pathogènes.
Pendant la journée, les poulets s’abritent sous les hangars et sous les greniers pour se protéger
des rayons solaires (Photo 7).

21
Photo 2 : poulailler en banco à plusieurs niveau abritant des poulets et des pigeons (Enquête, 2013).

Photo 3 : Poulailler en paille bien aéré (Enquête, 2013).

Photo 4 : Poulailler de fortune en morceaux de brique (Enquête, 2013).

22
Photo 5 : Poulailler en paille exigu et peu aéré (Enquête, 2013).

Photo 6 : Poulailler mobile, utilisé dans le transport de la volaille (Enquête, 2013).

Photo 7 : Volaille s'abritant sous un grenier, (Enquête, 2013).


23
4.1.3. Conduite technique
4.1.3.1.Alimentation des poulets
En général, les poulets ne sont pas alimentés en milieu villageois, ils doivent se débrouiller
pour se nourrir (Traore, 2001), la figure 4 fait cas des proportions des bénéficiaires qui
distribuent ces types d’aliments aux poulets.

Rien Composé
1% vitaminique
Grain de céréale
8%
décortiqués
Reste de cuisine 19%
26%

Grains de céréale
Son de cereales non décortiqués
25% 21%

Figure 4 : Proportion des bénéficiaires qui distribuent ces aliments.

Le matin, avant la divagation, et le soir, de retour de la divagation, un complément est


distribué par 96% des éleveurs. Les 3,94% restant ne fournissent ce complément que le matin.
Toutefois, un cas ponctuel a été observé où les poulets ne reçoivent aucuns apport de la part
de l’éleveur. Ce complément est constitué majoritairement de grains de céréales et ces dérivés
(65%), de reste de cuisine (26%) et quelque fois d’aliments complets (8%).

4.1.3.2.Abreuvement des poulets


La grande majorité des éleveurs enquêtés dispose d’un abreuvoir (morceaux de calebasse ou
de canari ; récipients métallique ou plastique usagés) dans leurs cours. Cependant, ces
abreuvoirs sont utilisés par toutes les espèces de la basse-cour (poulet ; pintade …) ce qui
expose les poulets aux pathologies. L’entretien de ces matériels servant d’abreuvoirs se fait
régulièrement chez la plus part des éleveurs (Figure 5), soit chaque jour (83%), tous les trois
jours (13%), toutes les semaines (3%) et les 1% restant ne s’acquittent jamais de cette tâche.

24
83%

13%
3% 1%

Chaque jours Tous les 3 jours Chaque semaine Jamais

Figure 5 : Fréquence d'entretien des abreuvoirs.

4.1.3.3.Conduite sanitaire
La majorité EP (90%) enquêtés font recourt à la médication, dans 13% des cas elle repose sur
la pharmacopée traditionnelle utilisant diverses plantes accessibles dans l’environnement
immédiat (piment, ail...). Le pétrole et les cendres de bois sont appliqués contre les
parasitoses externes, aussi des médicaments à usage humain sont utilisés par les éleveurs.
Dans 71% des élevages enquêtés, les poulets bénéficient d’un traitement moderne exclusif.

4.1.4. Performances zootechniques


4.1.4.1. Age à la maturité sexuelle
La figure 6 représente l’âge moyen à la maturité sexuelle en fonction du sexe et de la race.

25 23,25

20,05
20 18,7
Age en semaines

15 13,43
Mâles

10
Femelles

0
Locaux Métis

Figure 6 : Age moyen de la maturité sexuelle.

Selon les déclarations des éleveurs, l’âge à la première ponte des poules est d’environ 23,25
semaines pour les métisses et 18,7 semaines pour les locales. Alors qu’au niveau des mâles

25
l’âge aux premières montes varie de 13,43 à 20,05 semaines respectivement chez les locaux et
les métis.

4.1.4.2. Ponte
La production d’œufs dure toute l’année aussi bien chez les poules locales que chez les
métisses. Le nombre de couvées varie de 3 à 4 par an avec une production moyenne de 12
œufs par couvées et par poule (locale et métisse). Cependant, pour la première couvée, le
nombre d’œufs varie de 4 à 6 alors que pour les poules plus âgées (30 semaines à plus) le
nombre d’œufs peut atteindre 14 chez les locales et 22 chez les métisses (mais sans couvaison
dans ce genre de cas).

4.1.4.3.Couvaison et éclosion
Les poules pondaient en divers coins des concessions (poulailler, maison d’habitation,
cuisine, grenier…). Selon les déclarations des éleveurs, les poules locales sont des bonnes
couveuses alors que les métisses, surtout celles qui produisent un nombre d’œufs supérieur à
14, sont de mauvaises couveuses et dans 5 cas observés les métisses ne couvent même pas les
œufs. Le taux moyen d’éclosion était de 83% pour les locaux et 64% pour les métis, à
l’éclosion, le poids des poussins varie de 20 à 35grammes (g). Les poules couveuses
assuraient l’essentiel de l’incubation des œufs de pintades pendant la saison hivernale.

4.1.4.4.Mortalité
Le taux de mortalité des coqs de race exotique dans les deux (2) départements était de 46%
pour la période allant de septembre 2012 à Juillet 2013. La mortalité des poussins locaux
(33%) est plus importante que celle des poussins métis (29%).
Autres
1%
Vols
18% Maladies
41%

Prédation
40%

Figure 7 : Principales causes des pertes de poulets.

26
Les principales causes des pertes étaient les pathologies (41%) dont la plus importante reste la
maladie de Newcastle ; la prédation (Epervier ; chat sauvage …) ; les intempéries (Pluie ;
forte chaleur…) et quelquefois le vol et les accidents de ménage (piétinement).

4.1.5. Performance de croissance


La Figure8 montre les moyennes pondérales des poulets durant la croissance.
P 2000
o
i 1800
d 1600
s
1400
e 1200
n 1000
g
800
r 600
a 400
m
m 200
e 0
de de de de de
de 2 de 6 de
10 à 14 à 18 à 22 à 26 à
à6 à 10 30 à
14 18 22 26 30
sem sem plus
sem sem sem sem sem
Métis mâle 225 421 871 1046 1431 1229 1753 1817
Métisse femelle 181 429 712 796 1130 1101 1310 1193
Local mâle 950
Locale femelle 653 1078
Figure 8 : Poids moyens des poulets par sexe, classes d'âge et par race.

Le poids moyen des poussins métis de 0 à 2 semaines (sem.) était de 50 g. Pour l’intervalle
d’âge de 2 à 6 sem. le poids moyen des mâles et femelles métis, était respectivement de 225 g
et 181 g. À l’âge de 18 à 22 sem. les femelles métisses pesaient en moyen 1130 g alors que les
locales du même âge ne pesaient que environ la moitié (653 g). En fin de croissance (de 22 à
26 sem.) le poids moyen a été de 1229 g et 1101 g respectivement pour les métis mâles et
femelles. Au-delà de 30 sem., les mâles pesaient en moyen 1817 g (métis) et 950 g (local),
soit une différence pondérale de 867 g. Cette différence (115 g) était beaucoup moins
importante au niveau des femelles, mais reste en faveur des métisses.

4.1.6. Utilisation des produits avicoles


Les produits avicoles étaient utilisés principalement à des fins nutritionnelles, économiques et
sociales (figure 9).

27
Vente
Auto
39%
consommation
40%

Dons
21%

Figure 9 : Secteurs d'utilisation des poulets.

L’autoconsommation a été la première des utilisations des produits dont elle représentait 40%.
La viande de volaille intègre le menu familial au besoin, à l’occasion des fêtes et cérémonies
religieuses (Aïd-el fitr2, mariage…) ou à l’arrivée d’hôtes de marque. La consommation a
concerné principalement les mâles adultes et les jeunes. Bien que ne souffrant d’aucun tabou,
la consommation des œufs était effectuée majoritairement pendant la période de ponte des
pintades.
Les ventes ont constitué 39% des utilisations, elles étaient motivées essentiellement par des
besoins d’achat de produits alimentaires (31%), d’habillement (30%) trésorerie et de
fourniture scolaires pour les enfants (29%). Elles concernaient principalement les mâles
(adultes et jeunes) et le revenu moyen par poulet était de 2437,5fcfa. Les œufs faisaient
rarement l’objet de vente, en effet seuls deux des enquêtés commercialisaient des œufs et ils
en tiraient en moyen 75fcfa. Les dons représentaient 21% des utilisations. Ils étaient surtout
observés en début de la saison des pluies (sacrifices pour les divinités locales) et pendant le
mois du « ‘‘habouyan’’3».
4.1.7. Contraintes
Selon les déclarations des enquêtées, les maladies, les prédateurs et l’alimentation après
épuisement du grenier (surtout en cas de mauvaise récolte) constituaient les principaux
facteurs entravant le développement d’élevage de poulets. A cela s’ajoute le faible niveau de
technicité des éleveurs.

2
Ramadan : fête religieuse musulmane.
3
Période précédant la fête de tabaski (Aïd al Adha) et pendant laquelle les populations se font des cadeaux par le
biais des relations de cousinage.

28
4.2.DISCUSSION

Plusieurs espèces étaient élevées ensemble avec cependant une prédominance de la poule qui
représentait 84% des effectifs exploités, 8% de pintades et 7% de pigeons. Ces proportions
étaient différentes de celles trouvées par I. Kané (2005) ; 65 et 30% respectivement de poulets
et de pintades. La différence serait due à la période des enquêtes qui ont eu lieu juste après la
fête de Tabaski, fête pendant laquelle les pintades sont recherchées mais aussi à cause de
l’intervention ciblée du projet APELDA dans la production de poulets.
La structure des élevages de poulets était caractérisée par une prédominance des adultes
(48%) pour seulement 21% de poussins de 0 à 2sem. Ces résultats étaient différents de ceux
trouvés par L.Y. Mopaté et M. Lony dans la zone rurale de N’Djamena (Tchad) et de ceux
trouvés par A. Moussa (2008) à Dakoro (Niger). Cette prédominance des adultes
s’expliquerait par le fait que l’enquête a été menée juste après une importante vague de la
maladie de Newcastle qui avait décimé une importante partie de la population jeune n’ayant
pas était vaccinée.
Les enquêtés utilise essentiellement (91%) des habitats de type traditionnel en banco ou en
paille très souvent mal entretenus. Ce chiffre confirme ceux trouvés à Maradi, Keita et
Dakoro (Niger) ainsi qu’au Maroc et au Burkina Faso (Prost, 1987 ; Abdou, 1992 ; Moussa,
2008).
Les abreuvoirs rudimentaires étaient utilisés dans 145 exploitations. Dans ¾ des cas, ils
étaient de type traditionnel en terre cuite. Localement fabriqué, le matériau présentait
l’avantage de refroidir l’eau en saison sèche chaude. Des mangeoires en matériaux de
récupération disponibles dans 4/5 des élevages servaient surtout à la distribution du son de
céréales. Dans la quasi-totalité des élevages (99%), les volailles recevaient un complément en
grains et issues de céréales (mil surtout) produits localement. Ces résultats concordent avec
ceux trouvés par Prost (1987).
L’utilisation de diverses plantes ainsi que celle du cendre de bois et des médicaments à usage
humain sont des pratiques qui ont été recensées chez des aviculteurs au Cameroun (Agbédé et
al., 1995), au Niger (A. Moussa,2008) et au Sénégal (N. Fabrice, 2010). Ce taux important
d’importance accordée au suivi sanitaire (surtout moderne) s’expliquerais par les
sensibilisations et la mise en place des auxiliaires d’élevage sur tous les sites enquêtés par le
projet APELDA.
La maturité sexuelle était atteinte en moyen à 17sem pour les mâles et 21sem pour les
femelles. A. Moussa (2008) avait trouvé des résultats différents dont 24sem pour les coqs et
29
25 pour les poules. Cette précocité s’expliquerait, d’une part par le fort taux de métissage des
poulets étudiés et d’autre part par un suivi assez amélioré surtout au niveau de l’alimentation
des métis.
Une production moyenne 3 à 4 couvées par an de 12 œufs chacune a été observé, confirmant
ainsi les résultats d’Aklobessi et al. rapporté par L.Y. Mopaté et M. Lony (1998) mais
inférieur celui trouvé par Moussa (2008) qui trouvait une production moyenne de 4,4 couvées
de 12 œufs chacune. Le taux moyen d’éclosion variait de 64%(métis) à 83% (locaux) pour
une moyenne générale de 73,5%. Ce résultat se rapproche de celui trouvé par Salissou et
Mariem (2010). L’absence de l’instinct de couvaison chez certaines métisses s’expliquerait
par la parenté des Harco avec la race R.I
Le taux élevé de mortalité observé au niveau des coqs de race exotique s’expliquerais par leur
âge (21 mois), mais aussi à cause des conditions du milieu auxquelles ils ont dû s’adapter. La
différence de mortalité observée entre les poussins locaux et métis serait due à l’attention
particulière que les éleveurs accordent à ces derniers (soins vétérinaire, alimentation…).
Toutefois, ces taux (29% et 33%) étaient relativement inférieur à celui estimé dans d’autres
pays africains (Sonaiya, 1995) mais comparable à celui trouvé à Dakoro au Niger (A. Moussa,
2008).
A plus de 30sem d’âge la différence pondérale entre femelles (locales et métisses) était peu
sensible, alors que les coqs métis pesaient presque le double du poids des locaux. Cette
différence serait le résultat d’une croissance rapide héritée par les métis des parents Harco.
L’autoconsommation, la vente et les dons représentaient respectivement 40% 39% et 21%des
destinations des poulets. Des résultats similaires ont été obtenu au Niger (Abdou, 1992 ; A.
Moussa, 2008) et au Sénégal (N. Fabrice, 2010) mais avec un taux de vente supérieur aux
autres destinations pour ce dernier.
Cependant la vente des œufs de poulets reste rare et la consommation (qui se limite surtout à
la saison de pluies) entre pour l’essentiel dans l’alimentation des enfants. Mais, dans les
exploitations n’élevant pas de pintades, la priorité était donnée à l’incubation, le souci premier
étant la reconstitution du cheptel. Cette pratique concorde avec les situations décrites par
Abdou, 1992 ; Mopaté et al., 1997…

30
CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS

Les volailles sont des animaux à cycle court accessibles aux personnes pauvres, y compris les
groupes négligés tel que les femmes. L’aviculture est donc l'une des sources fiables capables
de générer rapidement des revenus au niveau des couches sociales les plus démunies.
Cependant, la pauvreté persiste toujours en milieu rural, dû entre autres à la population
humaine rapidement grandissante, mais aussi à d’autres facteurs tels que les pathologies
aviaires. En effet, la grippe aviaire par exemple demeure un facteur limitant à l'expansion de
l’aviculture villageoise.

Ce travail a révélé une amélioration conséquente dans les pratiques d’aviculture par les EP.
En effet, ils font recourt le plus souvent aux AE, preuve d’un changement de mentalité des
populations sur le suivi sanitaire auquel ils accordent de plus en plus d’importance. Dans la
plupart des cas la conduite des troupeaux (alimentation, habitat) est bien menée par les EP.
Aussi, les performances de production des poulets sont nettement améliorées avec les métis
(mâles) qui atteignent un poids moyen de 1817g à 30sem d’âge contre seulement 950g pour
les coqs locaux du même du âge et les métisses produisent plus d’œufs que les locales.
Cependant, les performances de reproduction restent en faveur des locaux. En effet, les locaux
ont une maturité sexuelle plus précoce que celle des métis et les femelles locales sont
meilleures couveuses que les poules métisses dont certaines ne couvent même pas leurs œufs.

Au vu des résultats obtenus dans le cadre ce stage, la promotion de l’aviculture en zones


rurales, impliquerait l’application des recommandations suivantes :

- La période de ce type d’enquête doit couvrir au moins une année ;


- La sensibilisation des EP sur la possibilité de commercialisation des œufs de poulets ;
- La formation des EP sur la confection des poulaillers traditionnels améliorés ;
- La poursuite du suivi et Appui-conseil des EP aviculture;
- La dotation des AE en matériel et produit sanitaire ;
- Formation et le recyclage des AE ;
- L’introduction de produits vétérinaires dans les BIZ ;
- Le contrôle sanitaire rigoureux ;
- Les politiques gouvernementales devraient prendre en considération la possibilité de
subventionner les sous-produits agro-industriels pour l’élevage en milieu rural.

31
REFERENCES

ABDOU, I. (1992) Etude de la dynamique de la population de la volaille villageoise en


Afrique Au sud du Sahara : cas du Niger. Thèse de Doctorat de Médecine vétérinaire, IAV
Hassan II, Rabat, Maroc, 75 p.
APELDA, 2012. Fiche de présentation du projet.
APELDO, Manuel de formation : L’auxiliaire d’élevage, conduite du troupeau.
AVSF 4,2011 : Développement de l’aviculture villageoise en Afrique de l’Ouest (Vingt ans
d’expérience au Togo, au Mali et au Sénégal : bilan et perspectives)
Bonkoungou, G.F.X. (2005) Characteristics and performance of Guinea fowl production
under improved and scavenging conditions in the Sahelian region of Burkina Faso. M.Sc.
Thesis, The Royal Veterinary and Agricultural University, Copenhagen, Denmark, 68p.
Boubacar M. A., 2008. Caractérisation des élevages avicoles traditionnels au Niger,
mémoire, IAV-Hassan II Rabat (Maroc).
Daré I., 1977. Contribution à l'étude de l'aviculture au Niger. Thèse de Doctorat de Médecine
vétérinaire – EISMV5 – Dakar, Sénégal. .
Diop A., Zannou F., 2004 : Etude sur l’approfondissement du diagnostic et l’analyse des
systèmes de production Agro-sylvo-pastoraux dans le cadre de la mise en œuvre de la
stratégie de développement rural région de Dosso. 80 pages
E.F. Guèye, (2003) Aviculture familiale et aviculture industrielle – Coopération au lieu de
compétition. RIDAF, Vol. 13, N° 2.
Fabrice N., 2010. Socio-économie de l’aviculture traditionnelle dans la région de Saint-Louis
(Sénégal).Mémoire de master II, université cheikh Anta Diop de Dakar
FAO (Division de la production et de la santé animales) : Assoumane I. et Ousseini
G.I. ,2009. Revue du Secteur Avicole du Niger (RSA/N).
Gabriel T., 2010. Analyse du système de commercialisation du poulet du pays dans le
département de Dakar (Sénégal). Mémoire 3 cycle, Université Cheikh Anta Diop de Dakar
(Sénégal)
Idi A. (1998) Peasant practices in traditional poultry farming in Niger. INFPD6, Vol. 8 (3)
April-May 1998.

4
Agronomes et Vétérinaires Sans Frontière.
5
Ecole Inter-Etats des Sciences et Médecine Vétérinaires De Dakar.
6
International Network for Family Poultry Development Newsletter.
32
Illa Kané S., 2005. Contribution à l’évaluation du Programme Spécial Sécurité Alimentaire
(PSSA) de la FAO : Cas de l’élevage de la pintade Galor en milieu rural au Niger. Thèse de
Doctorat d’Etat en Médecine Vétérinaire – EISMV – Dakar, Sénégal. 93 p.
Institut National de la Statistique, 2012 : Annuaire statistique du Niger 2006-2010, 6.
Population, 61-70 pages.
Institut National de la Statistique, 2012 : Annuaire statistique du Niger 2006-2010, 20.
Elevage, 195-198 pages.
Mopaté L. Y. et Lony M., Enquête sur les élevages familiaux de poulets dans la zone de
Ndjamena rural. Bulletin RIDAF7 Vol.8 n° 3, p 3-8
Meyer C.,ed. sc., 2013, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France,
Cirad. [12/08/2013]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >
République du Niger, Département de Dosso, 2000 : Plan de développement économique et
social de Dosso 2000-2004.
République du Niger, Ministère de l’Elevage, des Pêches et des Industries Animales, février
2010 : revue du secteur de l’élevage au Niger.
République du Niger, Ministère du Développement Agricole & Ministère des Ressources
Animales, 2005 - 2007: Recensement General de l’Agriculture et du Cheptel (RGAC).
Réseau national des chambres d’Agriculture du Niger (RECA/N), 2010 : Bilan des études
des filières rurales au Niger, analyses sommaires de 9 filières, 34-36 pages.
Salissou I. et Mariem A. (2010), Évaluation de la productivité et la commercialisation des
produits de l’aviculture familiale dans les Oasis et au Guidimakha en République Islamique
de Mauritanie. INFPD, Vol. 19, No. 2, Juillet-Décembre 2010.

7
Réseau International pour le Développement de l’Aviculture Familiale.

33
ANNEXES

Annexe 1 : Questionnaire

Nom de la commune :……………………………site : ……………………………….Date de l’enquête : …………………………….


Nom et prénom de l’enquêteur : ……………………………………………………… N° de la fiche :………………………………

I. Identification de l’enquêté
1. Sexe : Homme  Femme 
2. Nom et Prénom :…………………
3. Age :………………………………
4. Etes-vous ? Marié (e)  marié (e) divorcé (e)  veuf (ve) 
5. Alphabétisation/scolarisation (quel que soit la langue) : lire oui  non  Ecrire oui  non
6. Activité principale : Agriculture  Elevage  Commerce  autres (à préciser) :
……………………………………………..
7. Expérience en aviculture améliorée : Avec APELDA  Autre partenaire 
II. Espèces élevées dans la cour du ménage (préciser le nombre, tout âge confondu)
Poulets Pintades Pigeons Canards Autres
Mâle Femelle M F M F M F

III. Situation du coq mise en place


8. Le coq est-il vivant ? □ Oui □ Non Si oui, passer à la partie IV
9. Si non, a-t-il eu des descendants avant de mourir ? □ Oui □ Non
10. si oui, sont-ils encore vivants ? □ Oui □ Non Si oui, passer à la partie IV
11. Vos poules sont-elles fréquentées par un notre coq de race des ménages voisins ?
□ Oui □ Non Si non fin enquête.
IV. Informations sur la performance des poulets exploités
12. Nombre de mâles adultes (coqs) : locaux ……………...… métis….………………….
13. Nombre de femelle adultes (poules) : locales……………. métisses…………….………
14. Nombre de jeunes males en croissance : locaux……………… ……métis….……………
15. Nombre de jeunes femelles en croissance : locales…………………. métisses…………
16. Nombre de poussins : locaux…………………………….métis…………………………
17. Quel est l’âge (en semaine) d’entrée en ponte ? locales :………..…métisses.…………….
18. Quel est l’âge (en sem.) aux premières montes des coquelets? Locaux…… métisses……
19. Quel est le nombre moyen d’œuf par couver ? locales :………..…métisses....…………
20. Quel est le nombre moyen de poussin par couver ? locales :……..……métisses.………..
21. Quel est le nombre de poussins qui atteignent l’âge de 0 à 2 sem. ? Locaux … métisses…
22. Quel est le nombre de poussins qui atteignent l’âge de 2 à 4 sem. ? Locaux … métisses…
23. Quel est le nombre de poussins qui atteignent l’âge de 4 à 6 sem. ? Locaux … métisses…
24. Quel est le nombre de poussins qui atteignent l’âge de 6 à 8 sem. ? Locaux … métisses…
25. Les poules métisses arrivent-elles à couver leurs œufs ? □ Oui □Non, si oui
comment appréciez-vous son instinct maternel : □ Très bon □ Bon □ Passable □ Nul
26. Quels types d’aliments vous leurs donnez ?
□Aliments composés avec compléments vitaminiques
□Grains décortiqués (mil ; sorgho)
□Grains non décortiques
□ Son de céréales
□ Reste des aliments pour l’homme

I
□ Rien
27. A quel moment de la journée vous leur donnez à manger ?
□ Seulement la matinée
□ Seulement dans la soirée
□ Matin et soir
28. A quelle fréquence changez-vous l’eau de l’abreuvoir ?
□ Tous les jours
□ Tous les 3 jours
□ Toutes les semaines
□ Jamais
V. Exploitation des bandes
29. Quels est l’objectif principal de votre élevage ?
□Autoconsommation
□Dons
□Commerce
□Autres (à préciser) : ……………………………………………………………………...
30. Investissement dans les équipements?

Abreuvoir Mangeoire Habitat Autres (à préciser)


Nature Durée Coût Nature Durée Coût Type Durée Coût Nature Durée Coût

31. Faites-vous recours au soin? □Oui □Non, si oui lequel ? ……………………………….

Traditionnel Moderne
Déparasitage Vaccination Traitement Déparasitage Vaccination Traitement
Freq coût Freq coût Freq coût Freq coût Freq coût Freq coût

32. Ajoutez-vous des produits de déparasitage dans l’eau ? □ Oui □ Non


33. Combien de temps vous consacrez à votre volaille?
Lavage des Formulation de la Distribution de la Hygiène de
matériels ration ration l’habitat
Fréq./
j
Temp
s

34. Donner nous une estimation du nombre de poulets que vous avez utilisé au cours de ces
derniers 14mois, pour :
□ L’autoconsommation : ……………………………………….
□ Les dons :……………………………………………………..
□ La vente :……………………………………………………...
35. Quels sont les produits de votre élevage que vous commercialisez ?
□ Poulets
□ Œufs
□ Tous les deux
36. Quels sont les revenus que vous tirez de la vente des produits suivants :
 Poulet :……………………..FCFA/unité
II
 Œuf :……………………..FCFA/unité
37. Avez-vous l’habitude de prêter votre coq à d’autres éleveurs de votre village ? □ Oui □
Non
38. Quelles sont les concessions voisines visitées par votre coq ? (NB : recenser les noms)
Nº1………………………………………….Nº2……………………………………….Nº3………………………………………….
Nº4………………………………………….Nº5…………….……..…….…………….Nº6………………………………………N
º7…….…………………..……..…………Nº8…………….…………………………Nº9….…………………...……….………N
º10………………………………………..Nº11…………………….……………….Nº12………………………………………
Nº13………………….…………………….Nº14……………………………………….Nº15…………………………………….
39. Avez-vous l’habitude de prêter votre coq à d’autres éleveurs d’un village voisin ? □ Oui □
Non
VI. Service de proximité
40. Y’a-t-il un agent d’élevage dans le village ou dans le voisinage du village ? □Oui □Non
41. Si oui, quelle est sa disponibilité ?
□ Toujours présent
□ Quelque fois présente
□ Rarement présent
42. Quelles sont les raisons pour lesquelles vous faites appelle a ses services ?
□ Soins
□ Conseil
□Autres (préciser) …………………………………………………………………
VII. Contrainte de l’élevage des volailles
43. Citez les contraintes sanitaires :………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………………..…………………………………………………
………………………………………………………..…
Citez les contraintes alimentaires:……………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………
Citez les contraintes techniques: ………………………………………………………………
….…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………
Citez les causes des pertes
□Maladies
□Prédateurs
□ Vol
□Autres (à préciser)………………………………………………………………….
44. Citez les contraintes d’écoulement :
a) Y’a-t-il un marché à proximité du village : □ Oui □Non
b) Avez-vous un moyen de transport personnel pour vous rendre au marché ? Oui
Non
c) Vendez-vous, vous-même vos produits ou le faites-vous par l’intermédiaire d’un grossiste. □
Je le fait moi-même □ Par un intermédiaire
VIII. Réalisations faites grâce à l’amélioration de son aviculture
45. Comment utilisez-vous les revenus tirés de votre élevage ?
□ Dans l’alimentation
□ Dans l’habillement
□ Dans la scolarisation des enfants
□ Autres (à préciser)……………………………………………………………….

III
Annexe 2 : Nombre de bénéficiaire par Sites.
Nombre de coqs
Départements Sites Hommes Femmes Harco vivants
Kardjibangou 07 05 05
Rougga Peulh 01 10 01
Danbindi 00 16 04
Moussa Koukoukoira 11 02 04
Babiyadey 00 10 01
Dosso
Mokko 02 09 02
Garou 04 08 06
FandouDjibo 00 15 06
Wazeye 04 07 02
KiotaMayaki 00 10 04
Fakara Balla 01 07 02
Daniéré Peulh 00 12 01
Deytégui Amadou 00 09 03
Boboye GobériTassiel 04 03 04
GobériGoubey 07 02 05
Harikanassou 01 10 03
Totaux 16 42 135 53

Annexe 3 : Photos des coqs Harco et des métisses.

Photo 8 : Coqs Harco (Enquête, 2013).

Photo 9 : Métis à plumage fauve à queue noire et fauve herminé (Enquête, 2013).

IV
Photo 10 : Métis à plumage noir herminé et noir barré (Enquête, 2013).

Photo 11 : Métis à plumage blanc (Enquête, 2013).

Photo 12 : Métis à plumage noir à camail doré et noir cuivré (Enquête, 2013).

V
Annexe 4 : Autres modeles de poulailler

Photo 13 : Poulailler à plusieurs entrées (Enquête, 2013).

Photo 14: Poulailler en banco avec une seule entrée (Enquête, 2013).

Photo 15 : Entrée large (Enquête, 2013).

VI

Vous aimerez peut-être aussi