Vous êtes sur la page 1sur 18

Histoire de l’architecture en Algérie 2 (HAA 2)

(XXème et XXIème siècles)

– Cours 4 –
Chapitre 1 : Période 1962 – 1990 : Période post-coloniale (4/4)
À la recherche d'une architecture contemporaine maghrébine

Dr. Bencherif M.
Faculté d’architecture et d’urbanisme
Meriama.bencherif@univ-constantine3.dz

Etudiants concernés
Faculté/Institut Département Niveau Spécialité

Architecture et urbanisme Architecture Master 2 Architecture

Université Constantine 3 2019/2020. Semestre 2


Palais des Nations, Club des Pins (début des années 60)

Université Constantine 3 © Dr Bencherif M. 2


Université d'Oran Es-Senia, 1961

Université Constantine 3 © Dr Bencherif M. 3


Hôtel d'El Oued, 1966 (G. Gottin-Auziol)

Université Constantine 3 © Dr Bencherif M. 4


Grands ensembles touristiques (F. Pouillon)

hôtel El-Mountazah, Seraidi, 1967 hôtel El Marsa, Sidi-Fredj, 1968

complexes touristiques, Tipaza, 1968 hôtel Gourara, Timimoun, 1972

Université Constantine 3 © Dr Bencherif M. 5


Complexe islamique d'Alger, 1972 (Bouchama A.)

la façade avec ses références identitaires signent son style

Université Constantine 3 © Dr Bencherif M. 6


Mosquée El Emir Abdelkader, Constantine, 1976 (Mustapha Moussa)
La conception est d’inspiration égyptienne
avec une superficie de 12 ha ; deux
minarets de 107m de haut ; la salle de
prière dominée par une coupole s’élevant
à 64 m de haut. Le dallage de marbre
polychromé ; la décoration d’ensemble en
pierre artificielle (mélange de ciment
blanc et de la poudre de marbre ajoutée à
l’onyx des carrières de Aïn Smara) qui est
sculptée et peinte.

Portique d'entrée Moucharabieh en bois

Université Constantine 3 © Dr Bencherif M. 7


Musée de l’armée, Riadh el Fath, Alger, 1982 (Si Fodil Hocine)

Université Constantine 3 © Dr Bencherif M. 8


Complexe Riadh El Feth, Alger, 1985 (Lavalin, bureau d'études canadien)

Maqam Echahid: à 90m de hauteur (sculpteur polonais d’après l’idée de Bachir


Yelles, peintre)) dominant l'esplanade Riadh el Fath. Les trois palmes
représentent les 3 révolutions de l'Algérie; armée, agraire et culturelle.

Ensemble culturel et commercial. Il comprend une salle de spectacle, une


bibliothèque, le musée de l'armée, le musée du Djihad, 360 commerces, le village
des artisans. le site de Riadh El Fath est une récupération des terrains des
bidonvilles et cité de recasement de 1940 et1956.
Université Constantine 3 © Dr Bencherif M. 9
Complexe Riadh El Feth, Alger, 1985 (Lavalin, bureau d'études canadien)

Université Constantine 3 © Dr Bencherif M. 10


Palais de la culture, Alger, 1984 (Bachir Yelles)

Un monument historique reflétant toute la beauté et la sobriété de l'art islamique

Université Constantine 3 © Dr Bencherif M. 11


Quels constats ? (1/2)
Le premier constat qui a pu être dégagé de cette forme d’urbanisation « d’urgence » est:
- la croissance spatiale démesurée des villes. La taille des ZHUN ou lotissements, trop importante (100 ha en
moyenne) par rapport à l’importance de la ville mère, donne lieu à la création de véritables villes nouvelles
greffées au tissu existant et sans rapport avec lui (le cas de M’Sila, Batna, Tiaret, Annaba, Blida, sont
significatifs à cet égard)
- M’Sila comptait 29 000 hab. en 1977 ; les ZHUN et lotissements crées offrent une capacité de 16 000
logements, soit une population appelée à les occuper de 110 000 hab.

Ces extensions urbaines démesurées ont pour effets négatifs de :


• s’opérer sur des terres à vocation agricole (Constantine, Tizi Ouzou, Oran, Skikda, Tlemcen)
• induire des frais de viabilisation extrêmement élevés (longueur des réseaux à réaliser).
-Le second constat est la non intégration des ces nouveaux sites d’urbanisation (ZHUN, lotissement ou habitat
illicite) aux tissus urbains existants ; ils ont constitué de véritables greffes aux tissus anciens sans intégration
architecturale ou fonctionnelle.
Le troisième constat consiste en la monofoncionalité de ces zones ; c’est à de véritables cités-dortoirs qu’il a été
donné naissance, dépourvues de tout équipement d’accompagnement (ou réalisé en retard)

-Le quatrième constat, a trait à une occupation irrationnelle et non conforme aux études élaborées malgré
l’existence du Plan d’Aménagement. Les considérations d’ordre économique et de profit dans l’entreprise, ont pris
le pas sur une urbanisation rationnelle.

Cet habitat, qui est aussi bien monotone qu’anonyme (cité des 850 logts par exemple), se caractérise par des
espaces non aménagés, absence des espaces verts et surtout, socialement, par l’aspect hétérogène de la
population (origines diverses).

Université Constantine 3 © Dr Bencherif M. 12


Quels constats ? (2/2)
Aujourd'hui, ils s'étalent largement :
les médinas, longtemps fierté des vieilles familles citadines, ont été largement désertées par elles,
colonisées par les ruraux, densifiées, négligées par les pouvoirs publics. Leur état de dégradation
physique est à l'image de la pauvreté des locataires qui y habitent.
les anciens quartiers européens ont été récupérés progressivement par les catégories aisées de la
population qui se le sont réappropriées, à moins qu'elles n'aient été construire des villas dans les
lotissements que chaque commune a ouvert à ses portes depuis les années 80. Là, se juxtaposent
des blauckhus de 3 ou 4 niveaux, aux architectures composites, où s'étalent les fortunes des
nouveaux riches.

Jusqu'au début des années 1980, le manque d'encadrement poussa les autorités algériennes à
faire appel aux bureaux d'études étrangers et à leur méthode de travail et d'organisation.
- l'Etat, initiateur du développement urbain, s'est fait également constructeur et a
réalisé dans toutes les villes de grands ensembles, relativement uniformes (deux montées
d'escaliers et 5 niveaux), qui ne doivent un minimum de variété qu'aux différentes entreprises qui
les ont réalisés. Ils abritent les catégories nombreuses de serviteurs de l'Etat (employés, cadres,
enseignants, etc.)
- enfin, les catégories populaires ont développé au cours des dernières décennies, un
habitat autoconstruit, en dur, réalisé avec une grande économie de moyens : terrains marginaux
de la ville, architecture sans architectes, participation de la force de travail familial, réalisation
étalée dans le temps.

Université Constantine 3 © Dr Bencherif M. 13


L’unité nationale par l’architecture

En Algérie, si nous regardons nos périphéries, que ce soit au Nord, au Sud, à l‘Est ou à
l’Ouest, nous pouvons affirmer que nous avons réalisé notre unité nationale.
En effet, en traversant le territoire national, on n’a aucunement l’impression d’avoir voyagé,
tout le paysage urbain est le même partout à l’exception des anciennes médinas et des
centres du 19ème et début du 20ème siècle qui ont, incontestablement, un caractère
contextuel.
Sur toutes nos périphéries qui sont souvent beaucoup plus importantes que les centres
qu’elles enserrent, deux modèles se font la guerre :
• Les opérations publiques qui implantent les mêmes habitats collectifs, au Nord comme
au Sud, en plaine comme en montagne.
• Le deuxième modèle, peut-être appelés les quartiers de « Villas » ou pour être plus
juste, les quartiers en autoconstruction, qui expriment l’angoisse d’un tiraillement entre
l’ancien et le nouveau, entre l’authenticité et l’efficacité, un compromis entre l’individuel
et le communautaire ("l'immeuble familial" de 4 étages et de combien d’appartements ?).
Ces quartiers, dont le caractère est inachevé sur tout le territoire, expriment l’angoisse d’un
projet de société en transition, ce que Viollet–Le-Duc appelle « la recherche d’un mieux
ignoré », mais expriment certainement aussi un véritable besoin d’architecture, en donnant
tort à la production publique, à la production d’architectes.

Université Constantine 3 © Dr Bencherif M. 14


Conclusion

La ville maghrébine traditionnelle comportait des différences sociales et des


cloisonnements ethniques (quartiers juifs, quartiers des noirs…), mais les masquait
derrière un urbanisme sobre et des façades austères.
La ville actuelle est au contraire toute en contrastes, elle constitue une mosaïque
urbaine. Elle oppose les néo-citadins, campant aux portes de la ville et conservant
certains comportements ruraux, aux vieilles familles citadines; les "Beldis" qui
disposent d'une culture et d'un code urbains.
Mais elle oppose également les nouvelles bourgeoisies enrichies dans le
commerce ou les entreprises publiques. Les classes moyennes sont montées en
force durant 20 ans et connaissent aujourd'hui les contrecoups de la récession, et
les catégories populaires démunies se sentent exclues de la ville comme elles
sont exclues des retombées du développement.
C'est dans la ville que tous les contrastes sociaux s'exacerbent, ils ont leur
traduction directe dans le paysage urbain. Ils ont, pendant un temps, été masqués
par l'irruption brutale des catégories pauvres dans les logements vacants laissées
par le départ des européens, un autre temps, ils ont été contenus par la politique
d'austérité et d'égalitarisme en vigueur sous le régime socialiste. Les mêmes
recherches d'économie et de systématisation furent prolongées après
l'indépendance. Elles se basaient sur l'industrialisation et l'utilisation des modèles-
types.

Université Constantine 3 © Dr Bencherif M. 15


Références (1/3)
Aiche.B, Cherbi.F, Oubouzar.L , (2005), (sous la direction de Romeo Carabelli et Alexandre Abry), « Patrimoine XIXe et XXe siècles en
Algérie ; un héritage à l’avenir incertain, Reconnaitre et protéger l’architecture récente en Méditerranée », Maisonneuve et Larose, Paris.
Benachenhou, A., (1973), Villages socialistes et habitat rural, OPU, Alger.
Benatia, F., (1978), L’appropriation de l’espace à Alger après 1962, SNED, Alger, 189p.
Bendjelid, A., (1997), « Anthropologie d’un nouvel espace habité : enjeux fonciers et spatialités des classes moyennes à Oran et sa
banlieue (Algérie) », Insaniyat, N°2, pp5-26.
Benmatti N-A, (1982), L’habitat dans le tiers-monde, cas de l’Algérie, SNED, Alger, 275p.
Benamrane, D., (1980), Crise de l’habitat, perspective de développement socialiste en Algérie », CREA, Alger.
Bencherif M., Chaouche S., (2013),Une promenade patrimoniale maghrébine à travers le temps, Ed. Baha Eddine, Constantine, 323p.
Benevolo .L, (1979), « Histoire de l’architecture moderne », Tome 2, Avant-garde et mouvement moderne, Collection Espace et
Architecture, Edition Dunod, Paris.
Bensafir Z., (2011), « L’espace périurbain oranais et les « Z.H.U.N. », Cahiers Géographiques de l'Ouest N° 11.
Bofill. R, Veron. N, (1986), « L’architecture des villes », Editions Odile Jacob, Paris, 1995. [8] BOUBEKEUR. S, « L’habitat en Algérie »,
Editions OPU, Alger.
Boubekeur, S., (1986), L’habitat en Algérie, stratégies d’acteurs et logiques industrielles, OPU, Alger.
Bouhaba M., (1986), « Le logement et la construction dans la stratégie algérienne de développement », annuaire de l'Afrique du Nord,
Editions du CNRS, tome XXV, pp-51-65
Bourouiba R., (1981) : L’art religieux musulman en Algérie. Ed. SNED, Alger, 344p.
Collectif, (1974) : L’architecture algérienne. Ed. Ministère de l’information et de la culture, Alger, 115p.
Collectif (SS/Dir) K. Mechta, (1991): Maghreb, Architecture, Urbanisme : Patrimoine, tradition et modernité. Ed. Publi. Sud, Paris, 207p.
Bouchama, A., (1968), L’arceau qui chante, SNED,, cité par J.J.Deluz
Bouchama, A., (1984), L’Oasis géante, Alger, ENAL,.
Bourouiba, R., (1981), L’art religieux musulman en Algérie, Alger, SNED.
Caniggia.G, Maffei. L, (1985), «Composition architecturale et typologie du bâti », lecture du bâti, version française, Editions Dunod,
France.
Cohen M., David C., (2012), « Les cités de transit : le traitement urbain de la pauvreté à l’heure de la décolonisation », Métropolitiques,
29 février 2012. http://www.metropolitiques.eu/Lescites-de-transit-le-traitement.html.
Coquery M., (1965), « Quartiers périphériques et mutations urbaines », Méditerranée, 6e année, N°4, pp. 285-298.
Cote M., (1993), L’Algérie ou l’espace retourné, Ed. MEDIA-PLUS, Constantine, 362p.
Cote M., (1996), L’Algérie : l’espace et société, Ed. Masson/ Armand Collin, Paris, 249p.
De Barros F., (2012), « Les bidonvilles : entre politiques coloniales et guerre d’Algérie », Métropolitiques, 5 mars 2012.
http://www.metropolitiques eu/Lesbidonvilles-entrepolitiques.html
Deluz, J.-J., (1988), L’urbanisme et l’architecture d’Alger. Aperçu critique, Alger, Pierre Mardaga& Office des Publications Universitaires,

Université Constantine 3 © Dr Bencherif M. 16


Références (2/3)
Deluz, J.-J., ( 2003), Alger, El Djezaïr. Chronique urbaine, Editions Bouchène, 2001,Voies de l’imagination, Editions Bouchène.
Deluz J-J, (2010), Le tout et le fragment Editions Barzakh, Alger,, 379 p.,
De Villers, G., (1987), L’Etat démiurge. Le cas algérien. Éditions, l’Harmattan, Paris, 278p.
Doret C., Megdiche C., (1979), « Perception et connaissance des villages socialistes auprès des futurs architectes algériens. », Cahiers de la
Méditerranée, n°19, 1,1979, pp. 35-38
Du Chazaud, V., (2014), Djenan-El-Hassan, Climat de France, aéro-habitat, trois architectures de logements sociaux à Alger dans les
années 1950 (2/5),
Ghirardo D., (1997), Les architectes postmodernes. Ed. THAMES & HUDSON, Université de l'art, Paris, 240p.
Guerroudj, T, (1980), « La procédure des ZHUN », Cahiers Géographiques de l'Ouest, N° 5-6, pp-55-77.
Guerroudj, T., (1992),. «La politique du logement en Algérie », 5ème conférence internationale de recherche sur l’habitat, Montréal 7-10
Juillet 1992, 4p, (document ronéo).
GympeL J., (1997), Histoire de l'architecture, de l'antiquité à nos jours. Ed. Könemann, Paris, 120p.
Hafiane, A., (1988), Les défis à l’urbanisme : L’exemple de l’habitat illégal à Constantine, OPU, Alger.290p.
Hamidou, R., (1989), Le logement : un défi, ENAD / OPU / ENAL.
Huntigton S.-P., (2004), Qui sommes nous? Identité nationale et choc des cultures,Ed. O. Jacob, Paris
Jenks Ch., (1979), Le langage de l’architecture postmoderne, Academy édition DENÖEL, Londres, 135p.
Lacoste, Y. ; Nouschi, A. ; Prenant, A., (1960), L’Algérie passé et présent. Le cadre et les étapes de la constitution de l’Algérie actuelle,
Editions sociales Paris, 462 p.
Le Corbusier Visions d'Alger, Paris : Editions de la Villette : Fondation Le Corbusier
Lesbet DJ., (1983), Les 1000 villages socialistes en Algérie, OPU, Alger.
Lesbet Dj., (1993), Pour une reconnaissance de notre patrimoine urbain, in Habitat, tradition et modernité n°1, ARCCO, Alger, pp 113-
126.
Mazouz, Saïd. (2004), «Éléments de conception architecturale», Office des Publications Universitaires,.p.57
Megdiche C., (1977), Les villages socialistes en Algérie (éléments pour une approche sociohistorique), cahiers de la méditerranée, pp?
81-92.
Megherbi A., (1986), Culture et personnalité algérienne de Massinissa à nos jours. Ed. ENAL-OPU, Alger.
Meyer R., (1959), « L’habitat social en Algérie dans le cadre du plan de Constantine », Techniques et architecture, 20e série – n° 1, p.8-
10.
Ministère de l’Information (1970), L’Architecture algérienne, Collection « Art et Culture ».
MUTIN G., (1978), « Un nouveau village socialiste : Beni-chougrane- Tamesguida - Commune de Mouzaïa – Wilaya de Blida », cahier de l’aménagement
de l’espace, N° 3, 1978, pp. 44-79 ONRS, 1976, Villages socialistes et habitat rural, Office des Publications Universitaires, 134p.
Mutin, G., (1984), «La politique urbaine Algérienne » dans politiques urbaines dans le monde Arabe. Maison de l’Orient, 1984, pp 121-
147.

Université Constantine 3 © Dr Bencherif M. 17


Références (3/3)
Mutin G., (1998), « Le contexte économique et social de la crise algérienne » dans La crise algérienne : enjeux et évolution,
Mario Mella édition, Villeurbanne, p. 129-151.
Niemeyer O., (1974), « Extraits de l’interview accordée par Oscar Niemeyer aux journaux Brésiliens (octobre 1973)», revue
AA, n°171, France.
Ougouadfel H., (1993) : « l’architecture de Riadh El-Feth », in HTM, Algérie 90 ou l’architecture en attente, N° 1, Ed.
ARCCO, Alger, pp 155 – 161, 171p.
Oumaziz Rabah, (1994): Un avenir pour notre passé, in Habitat, tradition et modernité n° 2, ARCCO, Alger, pp 103-104.
Pelletier J., (1955), « Un aspect de l'habitat à Alger : les bidonvilles », Revue de géographie de Lyon. Vol. 30 n°3, pp. 279-
288.
Pouillon, F., (1968), Mémoires d’un architecte, Editions du Seuil,
Ravereau, A., (2003), L’Atelier du désert, sous la direction de Rémi Baudoui et Philippe Potié, Paris, Parenthèses,.
Ravereau, A., (2003), Le sens et l’équilibre, chapiteaux du monde méditerranéen, Photographies de Manuelle Roche, Paris,
Editions Etudes et Communication,.
Ravereau, A., (1989), La Casbah d’Alger : et le site créa la ville, Photographies de Manuelle Roche, Préface de Mostefa
Lacheraf, Sindbad, 232p.
Saïdouni Maouia, ( 2004), Eléments d’introduction à l’urbanisme . Casbah Ed.
Wright F.-L., (1982), L'avenir de l'architecture, les origines du post-modernisme. Ed. DENOEL/GONTHIER, Paris, t.2, 83p.
Rahmani, C., (1982), La croissance urbaine en Algérie. Coût de l’urbanisation et politique foncière, OPU, Alger, 318p.
Safar-Zitoun, M., (1996), Stratégies patrimoniales et urbanisation : Alger 1962-1992, Paris, l’Harmattan, 297p.
Semmoud, B., (1988), Politique d’habitat et accès au logement en Algérie. L’exemple de l’Oranie,
Semmoud, B., (2008), « Sur la construction des territoires urbains quotidiens en Algérie », Strates [En ligne], 14 | 2008, mis
en ligne le 04 mars 2013, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://strates.revues.org/6665
Simounet R., (1997), Roland Simounet. D’une architecture juste, 1951-1996, Groupe Moniteur, Paris.
Tebbouche A., (2014), Les villages socialistes pastoraux frontaliers en milieu steppique ( le cas de la wilaya de Naama
Algérie Mémoire Magister en géographie et aménagement du territoire, Université d’Oran
Tesoriere Z., (2005), « De l’habitat au logement : Thèmes, procédés et formes dans la poétique architecturale de Roland
Simounet », document Roneo.
Younsi, F., (1987), « Formes et processus d’urbanisation de la périphérie algéroise. Le cas des communes de Chéraga,
Draria et Saoula », Cahiers de l’aménagement, OPU, 183p.
ZEGHBIB H., (1984), « Les villages de la révolution agraire. Quelle solution à l’habitat rural ? », Revue algérienne des sciences juridiques
économiques et politiques, Vol XXI, N° 3, 1983, pp.669-683.

Université Constantine 3 © Dr Bencherif M. 18