Vous êtes sur la page 1sur 20

Cours et exercices de mathématiques M. CUAZ, http://mathscyr.free.

fr
TRIGONOMETRIE - EXERCICES CORRIGES
Trigonométrie rectangle
Exercice n°1. Compléter les égalités en respectant bien les notations de l’énoncé

cos ABC = cos α = cos a =


sin α = sin a =
sin ABC = tan α = tan a =
tan ABC = cos β = cos b =
cos ACB = sin β = sin b =
tan β = tan b =
sin ACB =
tan ACB =
Exercice n°2.
Soit ABC un triangle rectangle en A tel que AB=3 et ABC = 30° . Calculer BC et AB

Exercice n°3.
Les dimensions du triangle OBM sont données sur la figure :
Entourer parmi les données suivantes, celles qui sont correctes
2 1 2 2
OB = sin BMO = OB =
3 3 3
1 2
( ) ( )
2 2
sin BOM = cos BOM = sin BOM + cos BOM =1
3 3
A B
Exercice n°4. Le trapèze rectangle ABCD ci-contre est tel que AB = 5 cm ,
AD = 4 cm et DCB = 60°
Déterminer les valeurs exactes du périmètre et de l’aire de ce trapèze.

C
D
Exercice n°5.
Une tour est protégée par un large fossé. En se situant en A, l’angle MAN
vaut 42°. En reculant de 10 mètres ( AB = 10) et en se positionnant en B,
l’angle MBN vaut 27°. Les triangles AMN et BMN sont rectangles en M.
1) En exprimant MN en fonction de AM de deux façons différentes (utiliser le
fait que BM=BA+AM), calculer la longueur AM
2) En déduire la hauteur de la tour (on donnera une valeur exacte, puis valeur
approchée à un centimètre près.)
Le radian
Exercice n°6.
π π 5π 5π 5π
Convertir en degrés : 1) rad 2) rad 3) rad 4) rad 5) rad
3 2 6 9 36
Convertir en radians : 6) 45° 7) 120 ° 8) 30° 9) 40° 10) 125°
Exercice n°7.
Exprimer, en fonction de R, le périmètre de la figure :

Page 1/20
Cours et exercices de mathématiques M. CUAZ, http://mathscyr.free.fr
Exercice n°8.
Soit C et C’ deux cercles de centre O, de rayons respectifs R et R’ (R’<R) et A et B deux points distincts de C.
Pour aller de A à B, deux trajets sont possibles :
Trajet 1 : de A à B sur le cercle C
Trajet 2 : de A à A’, puis de A’ à B’ sur le cercle C’, et enfin de B’ à B.
(la figure est indicative, et ne correspond pas aux mesures suivantes)
1) On suppose que R=150, R’=50 et α = 1 rad .
Lequel de ces deux trajets est le plus court ?
2) On suppose que R=300, R’=250 et α = 3 rad .
Lequel de ces deux trajets est le plus court ?
3) Trouver une condition sur α pour que :
a) les deux trajets aient même longueur.
b) Le trajet 2 soit plus grand que le trajet 1.
Arcs et angles orientés
Exercice n°9.
Donner une mesure en radians de l'angle formé par la petite aiguille et la grande
aiguille d'une montre (plusieurs réponses sont possibles)
1) à 3 h 2) à 1 h 3) à 4 h
4) à 6 h 5) à 8 h

Exercice n°10.
1) Placer, sur le cercle trigonométriques ci-dessous les points M tels que
27π
( )
OI , OM =
6
+ 2kπ , k ∈

38π
( )
2) Placer, sur le cercle trigonométriques ci-dessous les points N tels que OI , ON = −
3
+ 2kπ , k ∈

π
( )
3) Placer, sur le cercle trigonométriques ci-dessous les points P OI , OP = x avec 3x = −
2
+ 2 kπ , k ∈

Exercice n°11.
Soir (C) un cercle de centre A et B un point de (C)
1) Construire les points C,D,E et F du cercle (C) tels que :

( AB, AC ) = π3 ( AB, AD ) = 34π ( AB, AE ) = 76π ( AB, AF ) = − 34π


2) Déterminer une mesure puis la mesure principale de chacun des angles orientés suivants :
( AC, AE ) ( AD, AF ) ( AF , AC ) ( AF , AE )
Exercice n°12.

(
ACE est un triangle isocèle direct de sommet principal A et tel que AC=5 et AC , AE = ) 5
( 2π )
1) Tracez le triangle équilatéral direct AEF et le triangle ABC isocèle rectangle direct en A.
2) Déterminer la mesure principale de chacun des angles orientés suivants :
( AF , AB ) ( EF , BC ) ( AF , CB ) ( AF , EC )
Angles associés
Exercice n°13.
π
 2 ≤ x ≤ π
1) Sachant que  , et sans utiliser de calculatrice, donner une valeur exacte de cos x et de tan x
sin x = 1
 3
π 1 π
2) Tout le monde sait bien que cos = 2 + 2 (on ne cherchera pas à démontrer ce résultat !). Calculer sin
8 2 8
Page 2/20
Cours et exercices de mathématiques M. CUAZ, http://mathscyr.free.fr
Exercice n°14.
π   3π 
Pour tout réel x , simplifier l’expression A( x) = cos ( 3π − x ) + cos  + x  + sin  − − x
2   2 

Exercice n°15.
π
 2 ≤ x ≤ π
1) Déterminer la mesure de l’angle x vérifiant : 
sin x = 1
 2
π 1 11π
2) Sachant que cos = 10 + 2 5 (on ne cherchera pas à démontrer ce résultat !), déterminer cos
10 4 10
3 1
3) Déterminer une valeur exacte de x sachant que sin x = et cos x = −
2 2
4) Déterminer une valeur approchée à 10 près en radians de a sachant que cos a = −0, 25 et a ∈ [ −π ;0]
-2

Calcul algébriques à l’aide d’expressions trigonométriques


Exercice n°16.
1) Simplifier au maximum, pour tout réel t, l’expression (1 − cos t )(1 + cos t )
2) Démontrez que pour tout nombre réel x , : cos 4 x − sin 4 x = cos 2 x − sin 2 x puis que cos 4 x − sin 4 x = 2cos 2 x − 1

Exercice n°17.
1) Démontrer que pour tout réel x, cos(2 x) = 2cos 2 ( x) − 1
π  π  π  π 
2) Puisque vous connaissez cos   et cos   , déterminez une valeur exacte de cos   puis de cos  
4 3  12   24 

Equations et inéquations trigonométriques


Exercice n°18.
2 1
Résoudre dans les équations et inéquations suivantes : cos ( x ) = sin ( 3x ) =
2 2
 π  π 2 1
cos  3 x +  = cos  x +  cos ( 2 x ) = sin ( 3 x ) cos ( x ) ≥ sin ( 3x ) >
 4  3 2 2

Exercice n°19.
1) Exprimer cos a cos b en fonction de cos(a + b) et cos(a − b)
2) En effectuant un changement de variable que l'on précisera, démontrez que pour tous nombres réels p et q, on a :
p+q p−q
cos p + cos q = 2 cos cos
2 2
3) En déduire les solutions de l'équation cos x + cos 2 x + cos 3x = 0
Exercice n°20.
1
Soit f la fonction définie sur par f ( x ) = −4 x 3 + 3x −
2
1) Faire une étude complète de la fonction f (limites, sens de variation, etc…), dressez son tableau de variations, et
tracez sa courbe représentative C dans un repère orthonormal (unité de longueur 4 cm)
1
2) Trouvez les solutions dans [0;2π ] de l'équation, d'inconnue a sin 3a = . Représentez sur un cercle trigonométrique
2
les points associés à ces solutions
3) Montrez que pour tout nombre réel a, sin 3a = 3 sin a − 4 sin 3 a
4) Déduisez de la question 2) les solutions de l'équation f ( x ) = 0 . Donnez-en des valeurs approchées à 0,1 près

Page 3/20
Cours et exercices de mathématiques M. CUAZ, http://mathscyr.free.fr
Fonctions trigonométriques
Exercice n°21.
Soit f la fonction définie sur par f ( x ) = sin 2 x
On note (C) la représentation graphique de f dans un repère orthonormal O; i ; j ( )
π π π π
1) Calculer f (0) ; f ( ) ; f ( ) ; f ( ) ; f ( ) ; f (π )
6 12 2 8
2) Montrer que f est impaire. Que peut-on en déduire pour la courbe représentative (C) ?
3) Soit x un nombre réel. Comparer f ( x + π ) et f ( x) . Que peut-on en déduire pour f ?
 π π  π 3π 
4) Démontrez que la fonction f est strictement croissante sur − ;  puis strictement décroissante sur  ; 
 4 4 4 4 
 5π 7π 
5) Représenter graphiquement la fonction f sur l'intervalle − ;
 4 4 
Trigonométrie et limites
Exercice n°22.
On considère la fonction numérique f définie par f ( x ) = 2 x − sin x
1) Montrer que pour tout x réel 2 x − 1 ≤ f ( x) ≤ 2 x + 1
2) En déduire les limites de f lorsque x tend vers + ∞ et lorsque x tend vers − ∞
Exercice n°23.
Déterminer, à l'aide des théorèmes de comparaison, les limites en + ∞ et en − ∞ de chacune des fonctions f suivantes (si
1 + cos x x sin x
elles existent): 1) f ( x) = 2) f ( x) = 2 ;
x x +1

Exercice n°24.
 π → →
Soit x un réel de  0; . Dans le plan rapporté à un repère orthonormal direct (O; i , j ),
 2 
on considère les points : A(1;0), M(cos x;sin x), P(cos x;0). On considère de plus le point T
intersection de (OM) et de la perpendiculaire à (OA) en A
1) Montrer que AT = tan x
2) Soit A1 l'aire du triangle OAM, A2 l'aire du secteur de disque OAM et A3 l'aire du triangle OAT.
En comparant ces aires, prouver que : sin x ≤ x ≤ tan x.
sin x
3) En déduire que cos x ≤ ≤ 1.
x
sin x
4) Déterminer lim .
x →0
x >0
x

Exercice n°25.
sin x
En utilisant le résultat lim = 1 (cf exercice précédent), étudiez les limites en 0 des fonctions :
x →0 x
sin5x x sin 5x tan x
1) x → 2) x → 3) x → 4) x →
2x sin 3x sin 4 x x
Calculs de dérivées
Exercice n°26.
Dans chacun des cas suivants, calculer la fonction dérivée de la fonction f en précisant le domaine de définition et le
domaine de dérivabilité.
1) f ( x) = x cos x − 2sin x sin x sin x 4) f ( x) = cos(3 x) − sin(2 x)
2) f ( x) = 3) f ( x) =
x cos x

Page 4/20
Cours et exercices de mathématiques M. CUAZ, http://mathscyr.free.fr
Exercice n°27.
sin x cos x
En utilisant la définition du nombre dérivé, déterminer lim lim
x →0 x π π
x→
2 x−
2
Exercice n°28. Dérivée nième
Calculer les dérivées d’ordre 1 à n , n ∈ , de f sur l’intervalle I, avec f ( x) = cos3x et I =

Trigonométrie et intégration
Exercice n°29.
Déterminer une primitive de f sur un intervalle contenu dans son ensemble de définition
cos x sin x
1) f ( x) = sin x − 2 cos x 2) f ( x) = sin x cos x 3) f ( x) = 4) f ( x) =
sin 2 x cos 2 x
cos x cos x  π π 
5) f ( x) = 6) f ( x) = sur I=  0;  7) f ( x) = tan x sur  ; π 
2 + sin x sin x  2 2 
Exercice n°30. Vrai ou Faux ?
π
1) ∫
0
sin x cos xdx =0
e (ln x) 2 1
2) ∫
1 x
dx = .
3
−π π
3) ∫
0
sin 4 xdx = ∫ sin 4 xdx .
0

Exercice n°31.
1 1

∫ x sin xdx ≤ ∫ x sin xdx


2
Etablir que
0 0

Exercice n°32.
π
2


1) Calculez l'intégrale I = x sin xdx en utilisant la formule d'intégration par parties:
0
Calculez l'intégrale I en utilisant deux fois le théorème de l'intégration par parties:
π
2 π π
2) I = ∫ x sin xdx2
3) I = ∫ e sin xdx
x
4) I = ∫ e 2 x cos xdx
0 0 0

Page 5/20
Cours et exercices de mathématiques M. CUAZ, http://mathscyr.free.fr
TRIGONOMETRIE - CORRECTION
Trigonométrie rectangle
Exercice n°1
coté opposé coté adjacent coté opposé
Dans un triangle rectangle, sin x = , cos x = et tan x = . Ainsi
hypothénuse hypothénuse coté adjacent

AB b n
cos ABC = cos α = cos a =
BC c p
AC a m
sin ABC = sin α = sin a =
BC c p
AC a m
tan ABC = tan α = tan a =
AB b n
AC a m
cos ACB = cos β = cos b =
BC c p
AB b
sin ACB = sin β = sin b =
n
BC c p
AB b
tan ACB = tan β = n
AC a tan b =
m

Exercice n°2
AB
Dans le triangle ABC, rectangle en A, on peut écrire cos ABC =
, d’où :
BC
AB 3 3 6 AC 1
BC = = = = = 2 3 . De plus sin ABC = d’où AC = BC sin 30° = 2 3 × = 3
cos ABC cos30° 3 3 BC 2
2
Exercice n°3
Les affirmations vraies sont :
2 2
OB = . En effet, on calcule la longueur OB dans le triangle rectangle grâce
3
2
1 8 8 8 2 2
au théorème de Pythagore : OB = 1 −   = donc OB =
2 2
= =
3 9 9 9 3
BM 1
sin BOM = =
OM 3
( ) ( )
2 2
sin BOM + cos BOM = 1 (ceci est toujours vrai quel que sot l’angle)

2 2 2
est faux puisque OB =
Les autres affirmations sont fausses. En effet OB = (voir ci-dessus)
3 3
2 2
2 OB 2 2
cos BOM = est faux car cos BOM = = 3 =
3 OM 1 3
2 2
1 OB 2 2
sin BMO = est faux car sin BMO = = 3 =
3 OM 1 3
Page 6/20
Cours et exercices de mathématiques M. CUAZ, http://mathscyr.free.fr
Exercice n°4
Notons E le projeté orthogonal de B sur [CD] Dans le triangle BEC, rectangle en E, on a :
BE
EC
( )
= tan BCE = tan ( 60° ) donc EC =
4
tan ( 60° )
=
4
3
=
4 3
3

De plus,
BE
BC
( )
= sin BCE = sin ( 60° ) donc BC =
4
sin ( 60° )
=
4
3/2
=
8 8 3
3
=
3

4 4 42 + 12 3
On en déduit que le périmètre du trapèze est égal à 5+4+5+EC+BC, soit 14 + + =
tan ( 60° ) sin ( 60° ) 3
Grande base Petite
base
4
5+ + 5
tan ( 60° ) 8 8 8 3 60 + 8 3
L’aire du trapèze vaut × 4 = 20 + = 20 + = 20 + =
2 hauteur tan ( 60° ) 3 3 3

Exercice n°5
MN
1) Dans le triangle AMN, rectangle en M, on écrit = tan ( 42° ) ⇔ MN = AM tan ( 42° )
AM
MN
Dans le triangle MMN, rectangle en M, on écrit = tan ( 27° ) ⇔ MN = BM tan ( 27° )
BM
En utilisant le fait que BM=BA+AM, on écrit :
MN = BM tan ( 27° ) = (10 + AM ) tan ( 27° ) = 10 tan ( 27° ) + AM tan ( 27° )
Si par ailleurs MN = AM tan ( 42° ) , on aura donc AM tan ( 42° ) = 10 tan ( 27° ) + AM tan ( 27° ) , c’est-à-dire

10 tan ( 27° )
AM ( tan ( 42° ) − tan ( 27° ) ) = 10 tan ( 27° ) donc AM =
tan ( 42° ) − tan ( 27° )

10 tan ( 27° ) tan ( 42° )


2) On conclut donc que MN = AM tan ( 42° ) =
tan ( 42° ) − tan ( 27° )
La calculatrice fournit MN ≈ 11, 74 m

Le radian
Exercice n°6
mesure en radian × 180
On applique la formule mesure en degré =
π
π π 5π 5π 5π
1) rad ↔ 60° 2) rad ↔ 90° 3) rad ↔ 150° 4) rad ↔ 100° 5) rad ↔ 25°
3 2 6 9 36
mesure en degrés × π
On applique la formule mesure en radians =
180
π 2π π 2π 25π
6) 45° ↔ rad 7) 120° ↔ rad 8) 30° ↔ rad 9) 40° ↔ rad 10) 125° ↔ rad
4 3 6 9 36

Exercice n°7
Un angle au centre de α rad intercepte, sur un cercle de rayon R, un arc de mesure égale à L = R × α
L’arc de cercle intercepté mesure donc 2 R unités de longueur. Le périmètre de la figure vaut donc 2 R + R + R = 4 R
unités de longueur
Exercice n°8
Un angle au centre de α rad intercepte, sur un cercle de rayon R, un arc de mesure égale à L = R × α
1) Dans le premier cas (R=150, R’=50 et α = 1 rad ), le trajet 1 a pour longueur T1 = 150 × 1 = 150 unités de longeur,
tandis que le trajet 2 a pour longueur T2 = AA′ + 50 × 1 + BB′ = 250 unités de longeur donc T1 < T2

Page 7/20
Cours et exercices de mathématiques M. CUAZ, http://mathscyr.free.fr
2) Dans le deuxième cas (R=300, R’=250 et α = 3 rad ), le trajet 1 a pour longueur T1 = 300 × 3 = 900 unités de longeur,
tandis que le trajet 2 a pour longueur T2 = AA′ + 250 × 3 + BB′ = 850 unités de longeur donc T2 < T1
3) Les deux trajets seront de la même longueur si et seulement si :
α R = AA′ + α R′ + BB′ ⇔ α R = ( R − R′ ) + α R′ + ( R − R′ )
(On remarque que cela ne dépend ni de R ni de R’)
⇔ α ( R − R′ ) = 2 ( R − R′ ) ⇔ α = 2
Le trajet 2 sera plus grand que le trajet 1 si et seulement si
α R < AA′ + α R′ + BB′ ⇔ α R < ( R − R′ ) + α R′ + ( R − R′ )
⇔ α ( R − R′ ) < 2 ( R − R′ ) ⇔ α < 2

Arcs et angles orientés


Exercice n°9

à 3 h, une mesure de à 1 h, une mesure de à 4 h, une mesure de à 6 h, une mesure de à 8 h, une mesure de
π π 2π l’angle est π 2π
l’angle est l’angle est l’angle est l’angle est
2 6 3 3
Exercice n°10
(figure en fin d’exercice)
27π ( 24 + 3) π 24π 3π π π
1) Puisque = = + = 4π + = 2 × 2π + , on peut écrire que
6 6 6 6 2 un tour dans 2
le sens trigo

( OI , OM ) = 2 × 2π + π2 + 2kπ , k ∈ =
π
2
+ 2lπ , l ∈

38π ( 36 + 2 ) π = −12π − 2π = 6 × −2π − 2π , on peut écrire OI , ON = 6 × −2π − 2π + 2kπ , k ∈


2) Puisque −
3
=−
3 3
( )
3
( )
3
( )
un tour dans
le sens trigo
inverse


=− + 2lπ , l ∈
3
3) Attention à la division par 3 :
π π 2 kπ
Si 3x = − + 2 kπ , k ∈ alors x = − + , k∈
2 6 3
π
Pour k = 0, on obtient x0 = − (point P0 )
6
π
2π 3π π
Pour k = 1 on obtient x1 = − = + = (point P1 )
6 3 6 2
π 2 × 2π 7π
Pour k = 2 on obtient x2 = − + = (point P2 )
6 3 6
π 3 × 2π π
Pour k = 3on obtient x3 = − + = − + 2π .
6 3 6
On retombe sur le point P0
π 2π 5π
De même, pour k = -1 on obtient x−1 = − − =− .
6 3 6
On retombe sur le point P2

Page 8/20
Cours et exercices de mathématiques M. CUAZ, http://mathscyr.free.fr
Exercice n°11
1) (Au départ, le point B peut être choisi n’importe où sur le cercle)

2) Par application de la relation de Chasles sur les angles orientés de vecteurs :


( AC , AE ) = ( AC , AB ) + ( AB, AE ) ( 2π ) ( AD, AF ) = ( AD, AB ) + ( AB, AF ) ( 2π )
= − ( AB, AC ) + ( AB, AE ) ( 2π ) = − ( AB, AD ) + ( AB, AF ) ( 2π )
π 7π 3π  3π 
=− + ( 2π ) =− +  −  ( 2π )
3 6 4  4 
5π 3π π
= ( 2π ) =− ( 2π ) = ( 2π )
6 2 2
( AF , AC ) = ( AF , AB ) + ( AB, AC ) ( 2π ) ( AF , AE ) = ( AF , AB ) + ( AB, AE ) ( 2π )
= − ( AB, AF ) + ( AB, AC ) ( 2π ) = − ( AB, AF ) + ( AB, AE ) ( 2π )
 3π  π  3π  7π
= −−  + ( 2π ) = −− + ( 2π )
 4  3  4  6
13π 11π 23π π
= ( 2π ) = − ( 2π ) = ( 2π ) = − ( 2π )
12 12 12 12

Exercice n°12
1) Si le triangle AEF est triangle équilatéral direct, alors AE=AF et

( AE, AF ) = π3
Si le triangle ABC est isocèle rectangle direct en A, alors AB=AC et

( AB, AC ) = π2
2) Par application de la relation de Chasles sur les angles orientés de
vecteurs, et de la propriété ( −u, v ) = (u, −v ) = (u, v ) − π ( 2π ) , on
détermine :

Page 9/20
Cours et exercices de mathématiques M. CUAZ, http://mathscyr.free.fr
( AF , AB ) = ( AF , AE ) + ( AE, AC ) + ( AC, AB ) ( 2π ) ( EF , BC ) = ( EF , EA) + ( EA, EC ) + ( EC, BC ) ( 2π )
π 3π
=−
π  2π
+−
  π
 +  −  ( 2π ) = + + ( −CE , −CB ) ( 2π )
3  5   2 3 10
19π 19π 3π π
=−
37π
( 2π ) =
23π
( 2π ) =
30
(
+ CE , CB ( 2π ) = +)
30 10 4
+ ( 2π )
30 30
28π π 71π 49π
= + ( 2π ) = ( 2π ) = − ( 2π )
30 4 60 60
( AF , CB ) = ( AF , AE ) + ( AE, AC ) + ( AC, CB ) ( 2π ) ( AF , EC ) = ( AF , AE ) + ( AE, EC ) ( 2π )
π  2π  = ( AF , AE ) + ( − EA, EC ) ( 2π )
= − +−  + ( −CA, CB ) ( 2π )
3  5 
π
11π = − + ( EA, EC ) − π ( 2π )
=−
15
( )
+ CA, CB − π ( 2π ) 3
π 3π 31π 29π
11π π 89π 31π =− + − π ( 2π ) = − ( 2π ) = ( 2π )
=− + − π ( 2π ) = − ( 2π ) = ( 2π ) 3 10 30 30
15 4 60 60

Angles associés
Exercice n°13
2
1 1 8
( sin x ) + ( cos x ) ( cos x )
2 2 2
1) En appliquant la formule = 1 , on peut écrire = 1 −   = 1 − = , donc
3 9 9
8 2 2 8 2 2 π 2 2
cos x = = ou cos x = − =− . Mais puisque ≤ x ≤ π , cos x ≤ 0 donc cos x = −
9 3 9 3 2 3
1
sin x 1  3/  1 2
Par suite, tan x = = 3 = ×−  =− =−
cos x 2 2 3/  2 2  2 2 4

3
2 2
 π 1  2+ 2 2− 2
2) En appliquant la formule ( sin x ) + ( cos x ) = 1 , on peut écrire  sin  = 1 − 
2 2
2 + 2  = 1− =
 8 2  4 4
π 2− 2 π 2− 2
On devrait donc écrire sin = ou sin = −
8 4 8 4
π π π 2− 2
MAIS puisque 0 ≤ ≤ π , sin ≥ 0 , de sorte que sin =
8 8 8 4

Exercice n°14
Pour tout réel x , π  π π 
cos  + x  = sin  −  + x   = sin ( − x ) = − sin x
cos ( 3π − x ) = cos ( 2π + π − x ) = cos (π − x ) = − cos x , 2  2 2 
formule connue π 
car cos ( u ) = sin  − u 
2 
 3π   π  3π 
Enfin, sin  − − x  = cos  −  − − x   = cos ( 2π + x ) = cos x
 2  2  2 
π 
car sin ( u ) = cos  − u 
2 

Ainsi
π   3π 
A( x) = cos ( 3π − x ) + cos  + x  + sin  − − x
2   2 
= − cos x − sin x + cos x
= − sin x

Page 10/20
Cours et exercices de mathématiques M. CUAZ, http://mathscyr.free.fr
Exercice n°15
 a = b + 2kπ , k ∈
 π  1
1) Puisqu’on a l’équivalence sin a = sin b ⇔ ou et puisque sin   = , on peut donc écrire que :
 a = π − b + 2 kπ , k ∈ 6 2

 π
x = + 2 kπ , k ∈
1  π   6 π 5π
sin x = ⇔ sin x = sin   ⇔  . Mais l’énoncé impose ≤ x ≤ π , on en déduit donc x =
2 6  5π 2 6
x= + 2lπ , l ∈
 6
11π π 11π  π  π  1
2) Puisque = π + , on peut écrire cos = cos  π +  = − cos   = − 10 + 2 5
10 10 10  10   10  4
π
3) Puisque sin x ≥ 0 et cos x ≤ 0 , une mesure de l’angle se trouve dans le « quart Nord-Ouest », c’est-à-dire ≤ x ≤π
2
 a = b + 2kπ , k ∈

Puisqu’on a l’équivalence sin a = sin b ⇔ ou
 a = π − b + 2 kπ , k ∈

π  3
et puisque sin = , on peut donc écrire que :
3 2
 π
 x = + 2 kπ , k ∈
3 π   3
sin x = ⇔ sin x = sin   ⇔ 
2 3  x = π + 2lπ , l ∈
2
 3
π 2π
Mais puisque l’énoncé impose ≤ x ≤ π , on en déduit donc x =
2 3
4) La calculatrice a ici nous aider :

MAIS ATTENTION !
Puisque l’énoncé impose a ∈ [ −π ;0] , il faut retenir celui des deux angles que la calculatrice ne nous donne pas, à savoir
a ≈ −1,82 rad à 10-2 près

Calcul algébriques à l’aide d’expressions trigonométriques


Exercice n°16
1) On développe : Pour tout réel t, (1 − cos t )(1 + cos t ) = 12 − ( cos t ) = ( sin t )
2 2

 
2) Pour tout nombre réel x , : cos 4 x − sin 4 x = ( cos 2 x ) − ( sin 2 x ) = ( cos 2 x − sin 2 x )  cos 2 x + sin 2 x  = cos 2 x − sin 2 x
2 2

 1 
Puisque cos x − sin x = cos x − sin x , on poursuit :
4 4 2 2

cos 2 x − sin 2 x = cos 2 x − (1 − cos 2 x ) = cos 2 x − 1 + cos 2 x = 2cos 2 x − 1

Exercice n°17
1) Pour tout réel x, cos(2 x) = cos( x + x) = cos( x) cos( x) − sin( x)sin( x) = cos 2 ( x) − sin 2 ( x)
Dans l’exercice précédent, on a établit que cos 2 x − sin 2 x = cos 2 x − (1 − cos 2 x ) = cos 2 x − 1 + cos 2 x = 2cos 2 x − 1
D’où l’égalité demandée
π π π
2) En remarquant que = − , et en appliquant la formule cos(a − b) = cos(a ) cos(b) + sin(a )sin(b) , il vient :
12 3 4
π  π π  π  π  π  π  1 2 3 2 2+ 6
cos   = cos  −  = cos   cos   + sin   sin   = × + × =
12
   3 4  3
  4
  3
    4 2 2 2 2 4

Page 11/20
Cours et exercices de mathématiques M. CUAZ, http://mathscyr.free.fr
Exercice n°18
Les équations trigonométriques, qui possèdent en général une infinité de solutions (sauf si on restreint l’intervalle de
définition), se résolvent presque exclusivement en utilisant les équivalences suivantes :
 a = b + 2kπ , k ∈  a = b + 2kπ , k ∈
 
cos a = cos b ⇔ ou et sin a = sin b ⇔ ou ,
 a = −b + 2kπ , k ∈  a = π − b + 2 kπ , k ∈
 
ainsi qu’à partir de certaines formules de trigonométrie
2 π  2
cos ( x ) = Puisque cos   = , on a donc
2 4
  2
 π
 x = + 2kπ , k ∈
2 π   4
cos ( x ) = ⇔ cos ( x ) = cos   ⇔ 
2 4 ou x = − π + 2kπ , k ∈
 4
sin ( 3x ) =
1 π  1 1 π 
Puisque sin   = , on a donc sin(3x) = ⇔ sin ( 3x ) = sin  
2 6 2 2 6
 π  π 2 kπ
3 x = 6 + 2kπ , k ∈  x = 18 + 3 , k ∈
⇔ ⇔
ou 3 x = π −  π  + 2kπ , k ∈ ou x = 5π + 2kπ , k ∈
 
 6  18 3
Ne surtout pas oublier de diviser également 2kπ , k ∈ par 3 !
 π  π  π  π
cos  3x +  = cos  x +  cos  3 x +  = cos  x + 
 4  3  4  3
 π π  π π
3 x + 4 = x + 3 + 2kπ , k ∈ 
2 x = − + 2kπ , k ∈
3 4
⇔ ⇔
ou 3 x + π = −  x + π  + 2kπ , k ∈ ou 4x = − π − π + 2kπ , k ∈
 4  3  3 4
 π  π
2 x = 12 + 2kπ , k ∈  x = 24 + kπ , k ∈
⇔ ⇔
ou 4x = − 7π + 2kπ , k ∈ ou x = − 7π + kπ , k ∈
 12  48 2
cos ( 2 x ) = sin ( 3x ) π 
En utilisant la propriété cos  − X  = sin X , l’équation devient équivalente à
2 
 π  π
π  2 x = 2 − 3 x + 2kπ , k ∈ 5 x = 2 + 2kπ , k ∈
cos ( 2 x ) = cos  − 3 x  ⇔  ⇔
2   2 x = − π + 3 x + 2 kπ , k ∈  − x = − π + 2 kπ , k ∈
 2 
 2
 π 2 kπ  π 2 kπ
x= + ,k ∈ x= + ,k ∈
 10 5 
 10 5
⇔ ⇔
 x = π − 2kπ , k ∈  x = π + 2k ′π , k ′ ∈ (avec k ′ = − k )
 2  2
2  π
cos ( x ) ≥  x = + 2 kπ , k ∈
2 2 π   4
L’équation cos ( x ) = ⇔ cos ( x ) = cos   ayant pour solutions  ,
2 4
  ou x = − π + 2kπ , k ∈
 4
2  π π 
On en déduit que l’inéquation cos ( x ) ≥ a pour solutions : ∪  − + 2kπ ; + 2kπ 
2 k∈  4 4 

Page 12/20
Cours et exercices de mathématiques M. CUAZ, http://mathscyr.free.fr
1  π
sin ( 3x ) > 3x = 6 + 2kπ , k ∈
2 1 π 
L’équation sin ( 3x ) = = sin   ayant pour solutions : 
2 6 ou 3x = π −  π  + 2kπ , k ∈
  
6
 π 2kπ
 x = 18 + 3 , k ∈
⇔ ,(Ne surtout pas oublier de diviser également 2kπ , k ∈ par 3 !) ,
ou x = 5π + 2kπ , k ∈
 18 3
1  π 2kπ 5π 2kπ 
on en déduit que l’inéquation sin ( 3x ) > a pour solutions : ∪  + ; +
2 k∈ 18 3 18 3 

Exercice n°19
1) Puisque cos( a + b) = cos( a) cos(b) − sin( a)sin(b) et cos(a − b) = cos(a ) cos(b) + sin( a )sin(b) , en additionnant les deux
cos(a + b) + cos(a − b)
lignes, on obtient cos(a + b) + cos( a − b) = 2cos(a) cos(b) , c’est-à-dire cos( a) cos(b) =
2
p+q p−q
2) Si on pose p = a + b et q = a − b , on aura, par demi-somme et demi-différence, a = et b = , de sorte
2 2
cos(a + b) + cos(a − b)
qu’en remplaçant dans l’écriture cos(a) cos(b) = , on obtiendra
2
p+q p − q cos p + cos q p+q p−q
cos cos = , c’est-à-dire l’égalité souhaitée cos p + cos q = 2 cos cos
2 2 2 2 2
p+q p−q
3) En appliquant la formule cos p + cos q = 2 cos cos aux deux termes extrêmes du membre de gauche de
2 2
x + 3x x − 3x
l’équation, on obtient cos x + cos 3 x = 2 cos cos = 2 cos ( 2 x ) cos ( − x ) = 2 cos ( 2 x ) cos ( x )
2 2
L’équation cos x + cos 2 x + cos 3x = 0 devient alors équivalente à
cos ( 2 x ) + 2 cos ( 2 x ) cos ( x ) = 0 ⇔ cos ( 2 x ) 1 + 2 cos ( x )  = 0
⇔ cos ( 2 x ) = 0 ou 1 + 2 cos ( x ) = 0
π π π
La première équation cos ( 2 x ) = 0 est équivalente à 2 x = + kπ , k ∈ ⇔ x= +k ,k ∈
2 4 2
1 2π
La deuxième équation cos ( x ) = − est équivalente à x = ± + 2 kπ , k ∈
2 3

Trigonométrie et fonctions
Exercice n°20
1) f est définie et dérivable sur en tant que fonction polynôme et pour tout x∈ ,
f ′( x) = −12 x 2 + 3 = 3 (1 − 4 x 2 ) = 3 (1 − 2 x )(1 + 2 x )
On en déduit le signe de f ′( x) et le tableau de variation de f :

(pour les limites : lim f ( x) = lim − 4 x3 = −∞ et lim f ( x) = lim − 4 x3 = +∞


x →+∞ x →+∞ x →−∞ x →−∞

Page 13/20
Cours et exercices de mathématiques M. CUAZ, http://mathscyr.free.fr
 π  π 2kπ
3a = 6 + 2kπ , k ∈  a = 18 + 3 , k ∈
1 π   
2) L’équation sin 3a = = sin   est équivalente à ou ⇔ ou
2 6  
5π 5π 2lπ
3a = + 2lπ , l ∈ a = + ,l ∈
 6  18 3
Les solutions appartenant à l’intervalle [0;2π ] sont obtenues pour k = 0,1, 2 et l = 0,1, 2 . Leurs valeurs rangées dans
 π 5π 13π 17π 25π 29π 
l’ordre croissant sont  ; ; ; ; ; ;
18 18 18 18 18 18 
3) Pour tout nombre réel a, sin 3a = sin ( a + 2a ) = sin ( a ) cos ( 2a ) + sin ( 2a ) cos ( a )
Puisque par ailleurs cos ( 2a ) = 2 cos 2 a − 1 = 1 − 2sin 2 a et puisque sin ( 2a ) = 2sin a cos a , on obtient :
sin 3a = sin ( a ) (1 − 2sin 2 a ) + 2sin ( a ) cos ( a ) cos ( a ) =

= sin ( a ) − 2sin 3 a + 2sin ( a )( cos a ) = sin ( a ) − 2sin 3 a + 2sin ( a ) (1 − sin 2 a )


2

= sin ( a ) − 2sin 3 a + 2sin ( a ) − 2sin 3 a = −4sin 3 a + 3sin ( a )


1
4) L’équation f ( x) = 0 s’écrivant −4 x 3 + 3 x − = 0, on pose x = sin(a) , et l’équation devient
2
1 1
−4 ( sin a ) + 3sin a =
3
, c’est-à-dire, compte tenu de la question 3), sin 3a =
2 2
 π 5π 13π 17π 25π 29π 
Or la question 2) nous fournit les valeurs de a solutions : a ∈  ; ; ; ; ; ;
18 18 18 18 18 18 
17π π
Puisque x = sin( a ) , il reste à « extraire » les trois valeurs différentes de sinus. En effet, les réels ont même et
18 18
17π π 5π 13π
sinus, puisque = π − , et puisque pour tout α , sin (α ) = sin (π − α ) . De même, les réels et ont
18 18 18 18
25π 29π
même sinus, ainsi que les réels et . Les solutions de l’équation f ( x ) = 0 sont donc
18 18
 π   5π   25π  
x ∈ sin   ;sin   ;sin  
  18   18   18  
La calculatrice fournit x ≈ 0,17 , x ≈ 0, 77 et x ≈ −0,94 à 0,01 près

Fonctions trigonométriques
Exercice n°21
π π π 3 π π π 1
1) On calcule f (0) = sin(2 × 0) = sin(0) = 0 , f ( ) = sin(2 ×) = sin( ) = , f ( ) = sin(2 × ) = sin( ) =
6 6 3 2 12 12 6 2
π π π π π 2
f ( ) = sin(2 × ) = sin(π ) = −1 , f ( ) = sin(2 × ) = sin( ) = , f (π ) = sin(2 × π ) = sin(2π ) = 0
2 2 8 8 4 2
2) est symétrique par rapport à 0, et pour tout x ∈ , f (− x) = sin ( 2 ( − x ) ) = sin ( −2 x ) = − sin ( 2 x ) = − f ( x) , ce
car la fonction sinus est impaire

qui prouve que f est impaire. Sa courbe représentative est donc symétrique par rapport à l’origine O du repère O; i ; j ( )
( )
3) Pour tout x réel, on calcule f ( x + π ) = sin 2 ( x + π ) = sin ( 2 x + 2π ) = sin ( 2 x ) = f ( x) . f est donc périodique de
car la fonction sinus est
périodique de période 2π

 π 3π 
période π . Il suffit de l’étudier sur un intervalle d’amplitude π , par exemple  − ;
 4 4 
 π π π π π π
4) Pour tout nombres réels a et b de l’intervalle  − ;  avec − ≤ a < b ≤ , on a − ≤ 2a < 2b ≤ , et puisque
 4 4 4 4 2 2
Page 14/20
Cours et exercices de mathématiques M. CUAZ, http://mathscyr.free.fr
 π π  π π 
la fonction sinus est strictement croissante sur  − ;  , on aboutira à sin  −  ≤ sin ( 2a ) < sin ( 2b ) ≤ sin   ,
 2 2  2 2
 π π
c’est-à-dire à −1 ≤ f ( a ) < f ( b ) ≤ 1 . La fonction f est donc strictement croissante sur − ;
 4 4 
 π 3π  π 3π π 3π
Pour tout nombres réels a et b de l’intervalle  ;  avec ≤a<b≤ , on a ≤ 2a < 2b ≤ , et puisque la
4 4  4 4 2 2
 π 3π  π   3π 
fonction sinus est strictement décroissante sur  ; , on aboutira à sin   ≥ sin ( 2a ) > sin ( 2b ) ≥ sin   , c’est-
 2 2  2  2 
 π 3π 
à-dire à 1 ≥ f ( a ) > f ( b ) ≥ −1 . La fonction f est donc strictement décroissante sur  ;  .
4 4 
 5π 7π 
5) Représentation graphique de la fonction f sur l'intervalle  − ; :
 4 4 

Exercice n°22
1) Pour tout x réel −1 ≤ sin x ≤ 1 ⇔ x − 1 ≤ x + sin x ≤ x + 1 ⇔ x − 1 ≤ f ( x) ≤ x + 1
2) Puisque lim x − 1 = +∞ , on conclut, en utilisant le théorème de minoration,
x →+∞

que lim f ( x) = +∞ . Puisque lim x + 1 = −∞ , on conclut, en utilisant


x →+∞ x →−∞

le théorème de minoration, que lim f ( x) = −∞ .


x →−∞

Exercice n°23
1) Puisque pour tout réel x, on a −1 ≤ cos x ≤ 1 , alors pour tout x>0, on a 1 − 1 ≤ 1 + cos x ≤ 1 + 1 ⇔ 0 ≤ 1 + cos x ≤ 2 , et par
0 1 + cos x 2 1 + cos x 2
division par x qui est >0, on déduit que ≤ ≤ ⇔0≤ ≤ .
x x x x x
2
Puisque lim = 0 , en application du théorème d’encadrement « des gendarmes », on a lim f ( x ) = 0
x →+∞ x x →+∞

2) Commençons par la limite lorsque x → +∞ . On peut donc supposer que x>0.


−x x sin x x
Puisque pour tout réel x, on a −1 ≤ sin x ≤ 1 , alors pour tout x>0, on a 2 ≤ 2 ≤ 2
x +1 x +1 x +1
−x −x −1 x x 1
Puisque lim 2 = lim 2 = lim = 0 , et puisque lim 2 = lim 2 = lim = 0 , en application du théorème
x →+∞ x + 1 x →+∞ x x →+∞ x x →+∞ x + 1 x →+∞ x x →+∞ x

d’encadrement dit « des gendarmes », on conclut que lim f ( x) = 0


x →+∞

La limite lorsque x → −∞ se traite à l’identique : on peut donc supposer que x<0.


x x sin x −x
Puisque pour tout réel x, on a −1 ≤ sin x ≤ 1 , alors pour tout x<0, on a 2 ≤ 2 ≤ 2 (l’inégalité est en sens
x +1 x +1 x +1
inverse de la prcédente)
−x −x −1 x x 1
Puisque lim 2 = lim 2 = lim = 0 , et puisque lim 2 = lim 2 = lim = 0 , en application du théorème
x →+∞ x + 1 x →+∞ x x →+∞ x x →+∞ x + 1 x →+∞ x x →+∞ x

d’encadrement dit « des gendarmes », on conclut que lim f ( x) = 0


x →+∞

Page 15/20
Cours et exercices de mathématiques M. CUAZ, http://mathscyr.free.fr
Exercice n°24
OA × PM 1 × sin x
1) On a clairement A1 < A2 < A3 . On calcule : A1 = = , puis par proportionnalité de l’aire et de la mesure
2 2
x
du secteur angulaire, A2 = (car un angle de 2π rad correspond à une aire de π r 2 = π cm 2 , donc un angle de x rad
2
π x OA × AT 1 × tan x tan x
correspond à une aire de x × = ). Enfin A3 = = =
2π 2 2 2 2
sin x x tan x
Puisque A1 < A2 < A3 alors < < .
2 2 2
En multipliant les trois membres de l’inégalité par 2, on obtient le résultat attendu.
sin x
2) En utilisant les deux premiers termes de l’inégalité, on a sin x < x ⇔ < 1 (car x>0)
x
sin x sin x
En utilisant les deux derniers termes de l’inégalité, on a x < tan x ⇔ x < ⇔ cos x < (car x>0)
cos x x
sin x
3) Puisque pour tout x>0 , cos x < < 1, et puisque lim cos x = 1 , on en conclut en application du théorème
x x →0

sin x
d’encadrement dit « des gendarmes », que lim =1
x →0
x >0
x
4) si x<0, la configuration des triangles et des secteurs angulaires reste la même, mais les mesures de l’aire (qui doivent
sin x x tan x
être positives !) sont alors égales à A1 = − , A2 = − et A3 = −
2 2 2
sin x x tan x
On a donc, pour x<0, − <− <− ⇔ − sin x < − x < − tan x .
2 2 2
− sin x sin x
En utilisant les deux premiers termes de l’inégalité, on a − sin x < − x ⇔ <1⇔ < 1 (car -x>0)
−x x
En utilisant les deux derniers termes de l’inégalité :
− sin x − sin x sin x
on a − x < − tan x ⇔ − x < ⇔ cos x < ⇔ cos x < (car -x>0). La conclusion de l’exercice reste la même
cos x −x x
Exercice n°25
sin 5 x sin 5 x 5 x 5 sin 5 x sin u
1) On écrit, pour tout x>0 , = == × . En posant u = 5 x , on a lim u = 0 , et puisque lim =1,
2x 5x 2 x 2 5x x → 0 u → 0 u
sin 5 x sin 5 x 5
on en déduit donc que lim = 1 , donc par produit lim =
x →0 5x x →0 2x 2
x 1 3x sin x x
2) On écrit, pour tout x>0 , = . Puisque lim = 1 , on a aussi lim = 1 , donc en particulier
sin 3 x 3 sin 3x x →0 x x → 0 sin x
3x x 1
lim = 1 (quitte à poser u = 3 x ), d’où, par produit, lim =
x →0 sin 3 x x →0 sin 3 x 3
sin 5 x sin 5 x 4x 5 x 5 sin 5 x 4x sin 5 x
3) On écrit, pour tout x>0 , = × × = × × . Encore une fois, puisque lim = 1 et
sin 4 x 5x sin 4 x 4 x 4 5x sin 4 x x →0 5x
4x sin 5 x 5
lim = 1 , on conclut, par produit, que lim =
x → 0 sin 4 x x → 0 sin 4 x 4
tan x sin x sin x 1 sin x
4) On écrit, pour tout x>0 , = = × . Puisque lim = 1 et puisque lim cos x = 1 donc
x x cos x x cos x x →0 x x →0

1 tan x
lim = 1 , on conclut que lim = 1× 1 = 1
x →0 cos x x →0 x

Page 16/20
Cours et exercices de mathématiques M. CUAZ, http://mathscyr.free.fr
Exercice n°26
1) f ( x) = x cos x − 2sin x . f est définie et dérivable sur en tant que somme et produits de fonctions qui le sont.
Pour tout x ∈ f ′( x) = 1 × cos x + x × ( − sin x ) − 2 × cos x = cos x − x sin x − 2cos x donc f ′( x) = − cos x − x sin x
dérivée d'un produit

sin x
2) f ( x) = . f est définie et dérivable sur ]−∞;0[ ∪ ]0; +∞[ en tant que quotient de fonctions qui le sont, et dont le
x
dénominateur ne s’annule pas sur ]−∞;0[ ∪ ]0; +∞[ .
(cos x) × x − (sin x) × 1 x cos x − sin x x cos x − sin x
Pour tout x ∈ ]−∞;0[ ∪ ]0; +∞[ f ′( x) = = donc f ′( x) =
x 2
x 2
x2
dérivée d'un quotient

sin x π   π π 
3) f ( x) = . f est définie et dérivable sur \  + kπ , k ∈  = ∪  − + kπ ; + kπ  en tant que quotient de
cos x 2  k∈  2 2 
π   π π 
fonctions qui le sont, et dont le dénominateur ne s’annule pas sur \  + kπ , k ∈  = ∪  − + kπ ; + kπ 
2  k∈  2 2 
π   π π 
Pour tout \  + kπ , k ∈  = ∪  − + kπ ; + kπ  ,
2  k∈  2 2 
 1

(cos x) × (cos x ) − (sin x) × (− sin x) (cos x) 2 + (sin x) 2  ( cos x )
2

f ′( x) = = =
( cos x ) ( cos x )
2 2 2
1 + (sin x) = 1 + (tan x) 2
 ( cos x )2
dérivée d'un quotient

4) f ( x) = cos(3 x) − sin(2 x) . f est définie et dérivable sur en tant que somme et produits de fonctions qui le sont.
Pour tout x ∈ f ′( x) = 3 × ( − sin(3x) ) − 2 × ( cos(2 x) ) = −3sin(3x) − 2cos(2 x) donc f ′( x) = −3sin(3x) − 2cos(2 x)

Exercice n°27
Sur I = , on calcule f ′( x) = −3sin 3x , puis f ( ) ( x) = −32 cos3x , puis f ( ) ( x) = 33 sin 3 x et enfin f ( ) ( x) = 34 cos3 x , ce
2 3 4

qui nous permet de conclure, de manière « cyclique » que :


Si n = 4m , f ( ) ( x) = 3n cos3 x Si n = 4m + 1 , f ( ) ( x) = −3n sin 3 x
n n

Si n = 4m + 2 , f ( ) ( x) = −3n cos3x Si n = 4m + 3 , f ( ) ( x) = 3n sin 3x


n n

Exercice n°28
sin x f ( x ) − f (0)
1) Si on pose f ( x ) = sin x , définie sur , puisque f ( 0 ) = sin 0 = 0 , la limite lim se réécrit lim . Or f
x
x →0 x → 0 x−0
sin x f ( x ) − f (0)
est dérivable sur et pour tout x ∈ , f ′ ( x ) = cos x donc lim = lim = f ′ ( 0 ) = cos 0 = 1 . Ainsi
x →0 x x → 0 x−0
sin x
lim =1
x →0 x
π  π  cos x
2) Si on pose f ( x ) = cos x , définie sur , puisque f   = cos   = 0 , la limite lim se réécrit
2
  2
  π π
2 x−
x→

2
π 
f ( x) − f  
lim 2. Or f est dérivable sur et pour tout x∈ , f ′ ( x ) = − sin x donc
π π
x→
2 x−
2
π 
f ( x) − f  
lim
cos x
= lim  2  = f ′  π  = − sin  π  = −1 . Ainsi lim cos x = −1 .
π π x→ π π 2 2 π π
x→
2 x− 2 x−     x→
2 x−
2 2 2

Page 17/20
Cours et exercices de mathématiques M. CUAZ, http://mathscyr.free.fr
Exercice n°29
1) La fonction f définie par f ( x) = sin x − 2 cos x est continue sur en tant que somme de fonctions qui le sont, donc il
existe une primitive définie sur par F ( x) = − cos x − 2sin x
2) f ( x) = sin x cos x . f est définie et continue sur en tant que produit de fonctions qui le sont, et pour tout x ∈ ,
f ( x) = cos x sin x , donc de la forme f ( x) = u′( x)u ( x) , où u ( x) = sin x ⇒ u′( x) = cos x . Ainsi une primitive sur
( u ( x) ) ( sin x )
2 2

de f est définie par F ( x) = =


2 2
cos x
3) f ( x) = f est définie et continue sur \ {kπ , k ∈ } en tant que quotient de fonctions qui le sont, le
sin 2 x
dénominateur ne s’annulant pas, et pour x appartenant à l’un des intervalles  kπ ; ( k + 1) π  , f étant de la forme
u′ ( x )
f ( x) = , où u ( x ) = sin x ⇒ u ′ ( x ) = cos x , elle admet une primitive sur chaque intervalle  kπ ; ( k + 1) π 
(u ( x ))
2

1 1
définie par F ( x) = − =−
u ( x) sin x
sin x  π 
4) f ( x) = f est définie et continue sur \  k , k ∈  en tant que quotient de fonctions qui le sont, le
cos 2 x  2 
 π π
dénominateur ne s’annulant pas, et pour x appartenant à l’un des intervalles  k ; ( k + 1)  , f étant de la forme
 2 2
−u ′ ( x )  π π
f ( x) = , où u ( x ) = cos x ⇒ u ′ ( x ) = sin x , elle admet une primitive sur chaque intervalle  k ; ( k + 1) 
(u ( x ))
2
 2 2
1 1
définie par F ( x) = =
u ( x ) cos x
cos x
5) f ( x) = f est définie et continue sur en tant que quotient de fonctions qui le sont, le dénominateur ne
2 + sin x
u′ ( x )
s’annulant pas, et pour x ∈ , f étant de la forme f ( x) = , où u ( x ) = 2 + sin x ⇒ u ′ ( x ) = cos x , elle admet une
u ( x)
primitive sur définie par F ( x) = 2 u ( x ) = 2 2 + sin x
cos x  π
6)) f ( x) = . f est définie et continue sur
 0; 2  en tant que quotient de fonctions qui le sont, le dénominateur ne
sin x
 π  π cos x u′ ( x )
s’annulant pas, donc admet des primitives sur  0;  , et pour tout x ∈  0;  , puisque f ( x) = = , ou
 2  2 sin x u ( x )
 π
( )
u ( x ) = sin x ⇒ u ′ ( x ) = cos x , F ( x) = ln u ( x ) = ln ( sin x ) = ln ( sin x ) , puisque x ∈  0;  ⇒ sin x > 0 .
 2
π 
7) f ( x) = tan x . f définie est continue sur  ; π  en tant que quotient de fonctions qui le sont, le dénominateur ne
2 
π  π  sin x −u′ ( x )
s’annulant pas, donc admet des primitives sur  ; π  , et pour tout x ∈  ; π  , puisque f ( x) = = , ou
2  2  cos x u ( x)
π 
u ( x ) = cos x ⇒ u ′ ( x ) = − sin x , F ( x ) = − ln ( u ( x ) ) = − ln ( cos x ) = − ln ( − cos x ) , puisque x ∈  ; π ⇒ cos x < 0 .
 2 

Page 18/20
Cours et exercices de mathématiques M. CUAZ, http://mathscyr.free.fr
Exercice n°30
π π π
1) On calcule ∫ sin x cos xdx = ∫ cos x sin xdx = = ∫ u′ ( x ) u ( x ) dx où u ( x ) = sin x . Ainsi
0 0 0
π
 u2 ( x) 
π 1 1
(
∫0 sin x cos xdx =  2  = 2 ( sin π ) − ( sin 0 ) = 2 ( 0 − 0 ) = 0 . L’affirmation est donc VRAIE
 0
2 2
)
2
e (ln x ) e1 e
2) On calcule ∫ dx = ∫ × (ln x) 2 dx = ∫ u′ ( x ) × u 2 ( x ) dx où u ( x ) = ln x . L’affirmation est donc VRAIE
1 x 1 x 1
e e
e
2
(ln x)  ( u ( x ) )3   ( ln ( x ) )3  ( ln ( e ) )3 ( ln (1) )3 13 03 1
Ainsi ∫ 1 x
dx = 
 3  
 =
3
 =
 3

3
= − = .
3 3 3
 1  1
−π
sin 4 xdx = − ∫ sin 4 xdx . Comme la fonction x → sin 4 x est PAIRE sur [ −π ; π ] ,
0
3) On peut déjà écrire que ∫
0 −π

( ) = ( − sin ( x ) ) = ( sin ( x ) )
0 π
(puisque sin ( − x )
4 4 4
), on a donc ∫π

sin 4 xdx = ∫ sin 4 xdx . L’égalité est donc FAUSSE
0

Exercice n°31
Pour tout x ∈ [ 0,1] , sin x ≥ 0 et x 2 ≤ x , donc x 2 sin x ≤ x sin x
1 1

∫x sin xdx ≤ ∫ x sin xdx


2
On « passe aux intégrales » dans l’inégalité. Ainsi
0 0
π π
2 2
Exercice n°32 1) I = x sin xdx = u ( x ) v′ ( x ) dx où u ( x ) = x ⇒ u ′ ( x ) = 1 et v′ ( x ) = sin x ⇒ v ( x ) = − cos x sont
∫ ∫
0 0
continûment dérivables. D’après la formule d’intégration par parties (IPP en abrégé)
π π
π 2 π 2 π
I = u ( x ) v ( x )  02 − ∫ u′ ( x ) v ( x ) dx = [ − x cos x ]02 − ∫ 1× ( − cos x ) dx =0 + 0 + [sin x ]02 = 1
0 0
π π
2 2
2) I = ∫ x 2 sin xdx = ∫ u ( x ) v′ ( x ) dx où u ( x ) = x 2 ⇒ u′ ( x ) = 2 x et v′ ( x ) = sin x ⇒ v ( x ) = − cos x sont
0 0
continûment dérivables. D’après la formule d’IPP,
π π π
π 2 π 2 2
I = u ( x ) v ( x )  02 − ∫ u′ ( x ) v ( x ) dx =  x 2 cos x  2 − ∫ 2 x × ( − cos x ) dx =0 − 0 + ∫ 2 x cos xdx
0
0 0 0
π π π
2 2 2
On calcule l’intégrale J = ∫ 2 x cos xdx en effectuant une 2ème IPP : J = ∫ 2 x cos xdx = ∫ u ( x ) v′ ( x ) dx où
0 0 0

u ( x ) = 2 x ⇒ u′ ( x ) = 2 et v′ ( x ) = cos x ⇒ v ( x ) = sin x sont continûment dérivables. D’après la formule d’ IPP,


π π
π 2 π 2 π
J = u ( x ) v ( x )  02 − ∫ u′ ( x ) v ( x ) dx = [ 2 x sin x ]02 − ∫ 2 × cos xdx =π − 0 − 2 [sin x ]02 = π − 2 . Finalement, I = π − 2
0 0
π π
3) I = e x sin xdx = u ( x ) v′ ( x ) dx où u ( x ) = e x ⇒ u ′ ( x ) = e x et v′ ( x ) = sin x ⇒ v ( x ) = − cos x sont continûment
∫ ∫
0 0
π π
π π
dérivables. D’après la formule d’ IPP, I = u ( x ) v ( x )  − u ′ ( x ) v ( x ) dx =  −e x cos x  − e x × ( − cos x ) dx
∫ ∫
0 0
0 0

Page 19/20
Cours et exercices de mathématiques M. CUAZ, http://mathscyr.free.fr
π π π π
= eπ + 1 + ∫ e x cos xdx . On calcule J = ∫ e x cos xdx en effectuant une 2ème IPP : J = ∫ e x cos xdx = ∫ u ( x ) v′ ( x ) dx où
0 0 0 0

u ( x ) = e ⇒ u′ ( x ) = e et v′ ( x ) = cos x ⇒ v ( x ) = sin x sont continûment dérivables. D’après la formule d’ IPP,


x x

π π

J = [u ( x ) v ( x )]0 − ∫ u ′ ( x ) v ( x ) dx =  e x sin x  − ∫ e x sin xdx = 0 − 0 − I


π π

0
0 0

eπ + 1
On aboutit donc à l’équation I = eπ + 1 − I c’est-à-dire 2 I = eπ + 1 et on conclut ainsi que I =
2
π π
4) I = ∫ e cos xdx = ∫ u ( x ) v′ ( x ) dx
2x
où u ( x ) = e 2 x ⇒ u ′ ( x ) = 2e 2 x et v′ ( x ) = cos x ⇒ v ( x ) = sin x sont
0 0
π π
π π
continûment dérivables. D’après la formule d’ IPP, I = u ( x ) v ( x )  − u ′ ( x ) v ( x ) dx =  e 2 x sin x  − 2e 2 x sin xdx
∫ ∫
0 0
0 0
π π π π

= 0 − 0 − ∫ 2e 2 x sin xdx . On calcule J = ∫ 2e 2 x sin xdx en effectuant une 2ème IPP : J = ∫ 2e 2 x sin xdx = ∫ u ( x ) v′ ( x ) dx
0 0 0 0

où u ( x ) = 2e 2x
⇒ u ′ ( x ) = 4e 2x
et v′ ( x ) = sin x ⇒ v ( x ) = − cos x sont continûment dérivables.
D’après la formule d’ IPP,
π π π
π π
J = u ( x ) v ( x )  0 − ∫ u′ ( x ) v ( x ) dx =  −2e2 x cos x  − ∫ 4e2 x ( − cos x ) dx = 2e2π + 2 + 4∫ e2 x cos xdx = 2e2π + 2 + 4 I
0
0 0 0

2 2π
On aboutit donc à l’équation I = −2e 2π − 2 − 4 I c’est-à-dire 5 I = −2e 2π − 2 et on conclut ainsi que I = −
5
( e + 1)

Page 20/20