Vous êtes sur la page 1sur 6

THÉRAPEUTIQUE

Goutte. Le chevauchement entre les doses thérapeutiques et toxiques


de la colchicine et la méconnaissance des schémas posologiques,
des interactions et des contre-indications exposent à de graves complications.

Colchicine dans la goutte :


usage et mésusage

GÉRARD CHALÈS
Professeur émérite
de rhumatologie,
faculté de médecine
de Rennes, Rennes,
France,
gerard.chales
@chu-rennes.fr

G. Chalès déclare
des interventions
ponctuelles
(rapports d’expertise, Tophus goutteux.
activités de conseil,

L
conférences, a colchicine est un alcaloïde Cependant, malgré l’existence de 21 septembre 2016, les règles de bon
actions de formation) tricyclique isoquinoléique, ces recommandations, il existe un usage pour limiter les risques de
pour Mayoly Spindler, extrait des plantes du genre mésusage de la colchicine lié à surdosages graves.*
Ipsen, Menarini, Colchicum (Colchicum au- une méconnaissance des schémas
Novartis, Grünenthal tumnale) ou du genre Gloriosa, et posologiques, des interactions Données utiles
et avoir été pris en concentré dans les graines ; elle est médicamenteuses et des contre- de pharmacologie
charge à l’occasion utilisée dans le traitement de la indications. La marge thérapeu- clinique
de déplacements goutte aiguë1 depuis le vie siècle de tique de la colchicine étant étroite
pour congrès notre ère, préconisée dans la prise (différence faible entre la dose PROFIL PHARMACODYNAMIQUE
par Menarini, en charge de la crise de goutte et toxique et la dose thérapeutique), Le principal mécanisme d’action de
Ipsen, Grünenthal. dans la prévention des accès gout- on conçoit aisément qu’un surdo- la colchicine est l’inhibition de la
teux lors de l’initiation d’un traite- sage puisse être responsable d’une polymérisation en microtubules,
ment hypo-uricémiant, selon les morbi-mortalité élevée, ce qui a constituants du cytosquelette, par
* ansm.sante.fr nouvelles recommandations 2016 conduit l’Agence nationale de sé- liaison de la colchicine à la tubuline
ou http://bit. de l’European League Against Rheu- curité du médicament à rappeler, soluble non polymérisée.3 Cette in-
ly/2fWYXPC matism (EULAR).2 dans un point d’information, le hibition est responsable d’un effet

Vol. 67 _ Novembre 2017 935

TOUS DROITS RESERVES - LA REVUE DU PRATICIEN


THÉRAPEUTIQUE
COLCHICINE
pectivement de 6,36, 23,6, et
EFFETS BIOLOGIQUES DE LA COLCHICINE
31,4  heures chez des volontaires
Diminue l’effet chimiotactique des cytokines (IL, TNF) sur les polynucléaires neutrophiles, sains.6 Si les pics plasmatiques
inhibant la phagocytose des cristaux d’urate monosodique. d’une dose faible et d’une dose éle-
vée sont comparables, en revanche
Inhibe à forte dose l’activation de l’inflammasome NLRP3 (et donc de l’IL-1β, cytokine l’exposition à la colchicine (aire
pro-inflammatoire) en réponse à la présence de cristaux d’urate monosodique. sous la courbe) est 2  fois plus
Supprime l’expression de NF-ĸB (facteur de transcription pro-inflammatoire) importante pour une dose élevée,6
induite par le TNF-α (cytokine pro-inflammatoire). et la demi-vie augmente de 32 %.
La colchicine se concentre dans
Diminue le nombre de récepteurs au TNF-α sur la surface des macrophages les leucocytes, cet effet persistant
et des cellules endothéliales. même après une dose unique (de-
mi-vie de 60 heures).7
Diminue l’expression de la sélectine L sur les polynucléaires neutrophiles, La colchicine est métabolisée par
altérant l’adhésion entre le polynucléaire neutrophile et l’endothélium (effet thérapeutique le foie (déméthylation par le
de la colchicine dans la crise de goutte). cytochrome P450 3A4 [CYP3A4]),
Altère la distribution de la sélectine E, médiateur clé de l’adhésion éliminée grâce au transporteur
du polynucléaire neutrophile, sur la surface des cellules endothéliales de la glycoprotéine P (qui permet
(effet de la colchicine sur l’inflammation). l’expulsion de la molécule hors
de la cellule) via une recirculation
Diminue la production de prostaglandines LTB4 (et donc la mobilité et l’activation hépatique (5-20 %) et surtout une
des polynucléaires neutrophiles). excrétion biliaire (16-50 %) et une
Inhibe la production par le polynucléaire neutrophile d’anion superoxyde en réponse élimination fécale, l’élimination de
aux cristaux d’urate monosodique (protection contre le stress oxydatif). la colchicine par le rein étant lente
et de faible capacité (10-20 %).5 Sa
Interrompt le processus de dégranulation des mastocytes demi-vie d’élimination est de 20 à
(supprimant la libération de médiateurs de l’inflammation). 40  heures. Une réduction de la
posologie est donc recommandée
Augmente le taux de TGF-β1 (action anti-inflammatoire).
chez les patients ayant une insuf-
Tableau 1. E = endothélium ; IL : interleukine ; L : leucocyte ; LTB4 : leucotriène B4 ; fisance hépatique et/ou rénale.
NLR : nucleotide-binding domain/leucine-rich repeat-containing ; NF : nuclear factor ;
TGF : transforming growth factor ; TNF : tumor necrosis factor. Interactions
médicamenteuses

cytostatique, la colchicine étant plus affectées et donc les plus Lorsque l’activité de la glycopro-
considérée comme un poison du sensibles au risque de surdosage) téine P est inhibée, il en résulte une
cytosquelette à l’origine de l’arrêt du et à la suppression de l’activation accumulation intracellulaire de
processus de prolifération cellulaire, de l’inflammasome NOD-like recep- colchicine (effet toxique) et une
de la suppression de nombreuses tor family, pyrin domain contai- augmentation des concentrations
voies de signalisation et de média- ning 3 (NLRP3) et de l’interleukine-1 plasmatiques des médicaments
teurs (cytokines) impliqués dans la bêta (IL-1β), facteur déclenchant substrats par augmentation de l’ab-
réaction inflammatoire. la réaction inflammatoire.5 sorption intestinale ou diminution
Les effets biologiques de la colchi- de l’élimination rénale ou hépa-
cine3 (tableau 1) s’exercent selon PROFIL PHARMACOCINÉTIQUE tique ;5, 8 la glycoprotéine P est un
plusieurs modalités, touchant en La colchicine est absorbée rapide- médiateur des interactions médi-
particulier le polynucléaire neutro- ment dans le jéjunum et l’iléon, camenteuses9 mais la plupart des
phile4 dont l’altération des fonctions avec une biodisponibilité variable molécules qui inhibent cette
(activation, dégranulation, sécré- selon l’individu, en moyenne de glycoprotéine inhibent aussi le
tion, adhésivité, diapédèse, migra- 45 %. Les pics plasmatiques (Cmax) cytochrome CYP3A4 ; les molé-
tion, chimiotaxie) conduit à l’inhibi- pour une dose unique (0,6 mg), pour cules qui interfèrent à la fois avec
tion de la phagocytose des cristaux une dose faible (1,2  mg puis 0,6  mg la glycoprotéine P et le CYP3A4 po-
d’urate monosodique. une heure après ; au total 1,8 mg) et tentialisent la toxicité de la colchi-
L’effet anti-inflammatoire de la col- pour une dose élevée (1,2  mg puis cine en cas d’insuffisance rénale.5
chicine est lié au dysfonctionnement 0,6  mg toutes les heures pendant Les associations médicamenteuses
des microtubules (les cellules du 6  heures ; au total 4,8  mg) étaient contre-indiquées ou déconseillées
tube digestif et de la moelle osseuse, respectivement de 2,5, 6,19 et et les précautions d’emploi sont rap-
à renouvellement rapide, sont les 6,84 ng/mL, les demi-vies étant res- pelées dans le tableau 2.

936 Vol. 67 _ Novembre 2017

TOUS DROITS RESERVES - LA REVUE DU PRATICIEN


THÉRAPEUTIQUE
COLCHICINE
Données d’efficacité ASSOCIATIONS MÉDICAMENTEUSES CONTRE-INDIQUÉES OU DÉCONSEILLÉES
clinique
Associations contre-indiquées Associations déconseillées
TRAITEMENT DE LA CRISE Macrolides sauf spiramycine Ciclosporine, tacrolimus
DE GOUTTE Pristinamycine Vérapamil
De façon surprenante, il n’existe que Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir,
deux essais contrôlés randomisés télaprévir
concernant la colchicine per os dans Antifungiques azotés
la prise en charge de la goutte aiguë,
montrant une diminution statisti-
Précautions d’emploi
quement significative de la douleur
Antagonistes de la vitamine K
à 24 ou 48  heures.10 La première
Inhibiteurs de l’hydroxyméthylglutaryl-
étude,11 publiée en 1987, portait sur
coenzyme A réductase (statines)
43 patients, elle a comparé un place- Tableau 2. D’après la Haute Autorité de santé. Commission de la transparence -
bo à la colchicine à une dose de 1 mg avis du 29 juin 2016 - http://www.has-sante.fr et annexe 2 du rapport colchicine (réf. 9).
d’emblée suivi de 0,5  mg toutes les
2  heures pour le traitement des
crises de goutte jusqu’à résolution ADAPTATION DES DOSES DE COLCHICINE EN FONCTION DE LA FONCTION RÉNALE
de la crise ou apparition de signes
de toxicité (nausées, vomissements, Clairance de la créatinine (mL/min) Posologie de la colchicine
diarrhée) ; si la colchicine se mon- > 50 0,5 mg 2 fois/j
trait plus efficace pour réduire la
douleur (amélioration après 31-50 0,5 mg/j
48  heures pour deux tiers des pa-
10-30 Contre-indiqué
tients sous colchicine vs un tiers
sous placebo), avec un effet taille Tableau 3. D’après la réf. 1. Ce tableau ne prend pas en compte les interactions
important (0,87) et un nombre de médicamenteuses avec la colchicine, nécessitant un ajustement des doses.
sujets à traiter de 3 pour obtenir une
réduction de la douleur de plus de
50 %, les 22 patients recevant la col- concentration sérique maximale de goutte par la colchicine n’était pas
chicine se plaignaient de nausées, de (6 ng/mL), en revanche 77 % des pa- évaluée dans ces deux essais contrôlés
vomissements ou de diarrhée, com- tients du groupe «  dose élevée » se randomisés (7-15  jours en pratique
parés à 5 des 21  patients du groupe plaignaient de diarrhée (vs 23 % dans clinique, le traitement pouvant être
« placebo » (risque relatif  : 4,2 ; inter- le groupe « dose faible » et 13,6 % arrêté 1 à 2 jours après la disparition
valle de confiance à 95 % : 1,95-9,03). dans le groupe « placebo »), ce qui ne complète des symptômes5). Il n’y a pas
L’essai AGREE (Acute Gout flare doit pas faire oublier que la colchi- d’essai clinique comparant l’efficacité
REceiving colchicine Evaluation),6 cine reste un médicament à toxicité de la colchicine à celle des anti-inflam-
financé par l’industrie pharmaceu- potentielle (révélée par la diarrhée) matoires non stéroïdiens (AINS) dans
tique, a permis à la Food and Drug même à dose thérapeutique. la goutte aiguë. Enfin, il faut rappeler
Administration d’autoriser officiel- Cependant, cet essai ne prouve l’ef- qu’en pratique clinique une combi-
lement la colchicine (Colcrys) sur ficacité des faibles doses qu’à court naison d’anti-inflammatoires (en
le marché américain en août 2009. terme (dans les 24 heures d’un accès particulier colchicine et AINS ou
Cet essai a randomisé 184  patients goutteux) et à condition de commen- prednisone) est utilisée chez 50 %
traités moins de 12  heures après le cer la colchicine dans les 12  heures des patients malgré l’absence de
début d’une crise de goutte, par une suivant le début de la crise (la preuves supportant l’utilisation d’une
faible dose de colchicine (1,2   mg colchicine doit être dans la poche combinaison pour traiter la goutte.5
d’emblée suivi de 0,6  mg une heure du patient) ; il n’y a aucune donnée
après, soit un total de 1,8 mg) ou par (pour des raisons éthiques) sur PRÉVENTION DES CRISES
une dose élevée (1,2 mg d’emblée sui- l’efficacité et la tolérance de la DE GOUTTE (PROPHYLAXIE)
vi de 0,6 mg/h pendant 6 heures, soit colchicine à faible dose après le Plusieurs données montrent l’effica-
un total de 4,8 mg) ou par un placebo. premier jour de traitement. cité de la colchicine (comparée au
Si l’efficacité sur le critère principal Faut-il répéter cette même dose ini- placebo) pour prévenir les crises de
(réduction de la douleur de plus de tiale jusqu’à l’amélioration des goutte chez les patients commençant
50 %) était identique à dose faible symptômes ou tant que la tolérance un traitement hypo-uricémiant.
et à dose élevée (globalement un est acceptable ou passer à une dose Dans une étude prospective, contrô-
tiers de répondeurs sous colchicine préventive (0,5  mg, 2  fois/j) ? La lée, randomisée de 43  patients
vs 15 % sous placebo) avec la même durée du traitement d’une crise commençant l’allopurinol,12 suivis

Vol. 67 _ Novembre 2017 937

TOUS DROITS RESERVES - LA REVUE DU PRATICIEN


THÉRAPEUTIQUE
COLCHICINE
POSOLOGIE RECOMMANDÉE DE LA COLCHICINE
RCP France EULAR 2016 (réf. 2)
Traitement de la crise de goutte Prise en charge précoce Prise en charge tardive Automédication dès les premiers signes d’alerte de la crise
(jusqu’à 36 heures) (> 36 heures) ou dans les 12 premières heures après le début de la crise
des accès de crise aiguë Posologie maximale
de goutte chez le patient sans à ne jamais dépasser
facteur de risque de toxicité chez le patient sans
facteur de risque de toxicité
1er jour 1-2 mg 3 mg Dose de charge de 1 mg, suivie 1 heure plus tard de 0,5 mg
(soit 1 mg, 1 ou 2 fois par jour) (soit 1 mg, 3 fois par jour)
2e jour 1-2 mg 2 mg
(soit 1 mg, 1 ou 2 fois par jour) (soit 1 mg, 2 fois par jour)
3e jour 1-2 mg 2 mg
(soit 1 mg, 1 ou 2 fois par jour) (soit 1 mg, 2 fois par jour)
4e jour et jours suivants 1 mg 1 mg
Prévention des crises 1 mg (réduire à 0,5 mg si 1 mg (réduire à 0,5 mg 0,5-1 mg par jour (adaptation en fonction de la ClCr)
diarrhée) si diarrhée) pendant les 6 premiers mois du traitement hypo-uricémiant
Surveillance Dépister les interactions médicamenteuses Toxicité potentielle neuromusculaire de la colchicine
(consulter systématiquement le Dictionnaire Vidal) en prophylaxie
ClCr avant traitement (sujet âgé) Éviter la coprescription de la colchicine avec des inhibiteurs
Si insuffisance rénale/hépatique : réduction de la posologie, de la glycoprotéine P ou du cytochrome CYP3A4
hémogramme, CK, ClCr
Surveiller apparition de diarrhée (1er signe de surdosage)
Tableau 4. La dose maximale de colchicine par prise est de 1 mg. Les prises de Colchicine Opocalcium par comprimé ou demi-comprimé doivent être réparties
dans la journée. ClCr : clairance de la créatinine ; CK : créatine kinase ; EULAR : European League Against Rheumatism ; RCP : résumé des caractéristiques du
produit.

pendant 6  mois (au moins 3  mois Les essais cliniques de phase  III tolérée, mais des effets gastro-
après atteinte de l’uricémie cible du fébuxostat (études FACT et intestinaux (selles molles) sont
fixée à 65  mg/L), la prise de colchi- CONFIRMS) ont fourni des don- possibles à cette dose5 ainsi que
cine (0,6 mg, 2  fois par jour ; n  =  21) nées sur la survenue des crises de d’autres effets indésirables.4 Il n’y a
était associée à une diminution si- goutte, montrant que la prévention pas d’essais cliniques comparant
gnificative du nombre de crises de de ces crises par la colchicine (ou colchicine et AINS dans la prophy-
goutte comparée au placebo (0,52 vs par le naproxène) était plus efficace laxie des crises de goutte.
2,91 ; p = 0,008) survenant chez 33 % lorsqu’elle durait 6 mois après l’ini-
des patients du groupe « colchicine » tiation du traitement hypo-uricé- Effets indésirables
vs 77 % du groupe «  placebo » ; de miant comparée à une prévention
plus, les crises survenant dans le pendant 8 semaines.13 Les effets indésirables4, 8 les plus
groupe «  colchicine » étaient moins Il faut commencer la prophylaxie fréquents (≥ 1/100 et < 1/10), dépen-
sévères selon l’échelle visuelle analo- par la colchicine 1 à 2  semaines dants de la dose, sont d’ordre gas-
gique de 1 à 10 (3,64 vs 5,08 ; p = 0,018) ; avant la mise en route du traite- tro-intestinal (diarrhée, nausées,
cependant, la fréquence de la diar- ment hypo-uricémiant, et la pour- vomissements) : ce sont les premiers
rhée était plus élevée dans le groupe suivre pendant au moins 6  mois signes de toxicité, nécessitant la
«  colchicine » (38 % vs 4,5 % ; (à condition d’avoir obtenu une réduction de la posologie de colchi-
p =  0,009) ; chez de nombreux pa- uricémie inférieure à 60  mg/L cine, voire son arrêt, et le patient
tients, la diarrhée disparaissait avec ou 360  µmol/L et qu’il n’y ait pas doit en avoir été informé au préa-
la diminution de la dose de colchi- de tophus).5 La dose effective mini- lable. L’association systématique
cine (0,6  mg, 1  fois par jour).12 Chez male pour la prophylaxie n’est d’un antidiarrhéique n’est pas
les patients débutant le probénécide, pas établie (le plus souvent la dose conseillée, sauf si une petite dose
des résultats similaires étaient ob- utilisée est de 0,5 à 1  mg/j). Cette de colchicine (0,5  mg, 1 ou 2  fois
servés.8 prophylaxie est généralement bien par jour) reste mal tolérée, sans

938 Vol. 67 _ Novembre 2017

TOUS DROITS RESERVES - LA REVUE DU PRATICIEN


THÉRAPEUTIQUE
COLCHICINE
alternative. Les effets indésirables fatal pour une dose excédant 0,8 mg/ En France, la colchicine est dispo-
moins fréquents (≥ 1/1 000 et < 1/100) kg ; lors d’intoxications acciden- nible sous deux présentations : Col- ** www.crisedegoutte.fr
sont les troubles neuromyopathi- telles ou volontaires, la sympto- chicine Opocalcium, comprimés
ques (très rarement rhabdomyolyse, matologie apparaît 3  heures après sécables dosés à 1  mg de colchicine,
<   1/10 000), et hématologiques l’ingestion, débutant par des et Colchimax, comprimés sécables
(leuconeutropénie, très rarement troubles digestifs sévères, retardés dosés à 1 mg de colchicine associée à
pancytopénie, < 1/10 000 en cas de en cas d’association à un inhibiteur du méthylsulfate de tiémonium (anti-
surdosage) ; rarement il s’agit de la motricité digestive, suivis de cholinergique) et de la poudre d’opium
d’urticaire et d’éruptions morbil- troubles hématologiques, d’une pour atténuer les troubles digestifs.
lifor mes, exce ptionnellement alopécie et d’une défaillance multi- Les posologies « recommandées » par
d’azoospermie réversible à l’arrêt viscérale. le récent résumé des caractéristiques
du traitement. L’association avec La présence de colchicine était men- du produit (11 avril 2016) et l’EULAR
une statine ou la ciclosporine peut tionnée dans 64 intoxications graves sont rappelées dans le tableau 4.
potentialiser la survenue d’une rapportées aux centres antipoison
myopathie.8 dans une étude française rétrospec- Mésusage
L’altération de la fonction rénale tive des intoxications à la colchicine9
(clairance de la créatinine < 50 mL/ entre 2000 et 2011, dont 30 avec la Deux études viennent confirmer le
min) serait prédictive de ces effets spécialité Colchimax (47 %) et 17 mésusage de la colchicine dans le
indésirables moins fréquents. En avec la spécialité Colchicine Opo- traitement des crises de goutte.
raison de ce risque, il a été suggéré calcium (26 %) ; les intoxications L’étude GOSPEL 2, enquête transver-
qu’un hémogramme et un dosage de liées à Colchimax étaient moins sale française incluant des patients
créatine kinase soient réalisés chez graves et évoluaient moins souvent goutteux suivis par des médecins
les patients ayant une clairance de vers le décès (pharmacocinétique généralistes (n = 398) et des rhumato-
la créatinine inférieure à 50  mL/ différente ?) ; les expositions dans un logues (n  =  109), a montré de façon
min et recevant une prophylaxie contexte thérapeutique sont les plus flagrante qu’en 2009 (3  ans après les
par colchicine de 0,5 mg pour 6 mois fréquentes (43 % des expositions).9 recommandations EULAR 2006 et
ou plus, en particulier si la colchi- 1  an avant l’étude AGREE) des doses
cine est associée à une statine.5 Posologies élevées de colchicine étaient habi-
La colchicine est très utile pour la recommandées tuellement prescrites par les méde-
prévention des crises, notamment cins, particulièrement chez les sujets
chez le sujet âgé quand les AINS Chaque pays a ses propres doses âgés et/ou ayant une insuffisance
sont contre-indiqués, en cas d’insuf- unitaires de colchicine per os (0,5, 0,6 rénale et qu’il n’y avait pas eu d’adap-
fisance rénale ou d’insuffisance ou 1  mg), avec des comprimés sé- tation des doses de charge ou cumu-
cardiaque congestive, mais néces- cables ou non, associée ou non à des lées en fonction de la clairance de la
site une adaptation de la posologie anticholinergiques dans l’objectif créatinine et de l’âge des patients  ;
(tableau 3) ; une réduction des doses de limiter la diarrhée. Si la colchi- cependant, il n’y a pas eu de cas
est aussi recommandée quand la cine est utilisée en première inten- d’intoxication sévère rapportés.14
colchicine est coprescrite avec des tion dans les pays du sud de l’Europe Les enseignements de cette étude
médicaments connus pour inhiber (France, Suisse, Italie, Espagne, Por- sont les suivants : nécessité d’éva-
le CYP3A4 et/ou la glycoprotéine P, tugal), elle l’est en deuxième inten- luer la fonction rénale par une clai-
du fait de l’augmentation du risque tion après les AINS en Amérique du rance de la créatinine par la formule
d’effets toxiques induits par la col- Nord et les pays du nord de l’Europe. de MDRD (et non une simple créa-
chicine.5 La comparaison de la balance béné- tininémie) mesurant le débit de
fice-risque de la colchicine et des filtration glomérulaire pour adapter
Risque de surdosage AINS fait débat, notamment dans la dose de colchicine (tableau 3) ; né-
le traitement de la crise de goutte. cessité de consulter impérativement
Il y a un chevauchement entre les doses Cependant, l’utilisation de la col- le Dictionnaire Vidal pour dépister
thérapeutiques (0,015-0,030  mg/kg) et chicine, à dose faible, reste parti- une interaction médicamenteuse
toxiques,7 sachant que le risque de culièrement pertinente chez les délétère avec la colchicine (tableau 2) ;
décès est élevé quand la dose excède goutteux ayant des comorbidités1 promouvoir la diffusion et la mise
0,5 mg/kg ; des signes gastro-intesti- (notamment insuffisance rénale, en pratique des recommandations
naux sévères et des troubles de la diabète, hypertension artérielle, sur la goutte (dose faible de colchi-
coagulation ont été rapportés pour insuffisance cardiaque, ulcère) où cine), en les rendant facilement ac-
des doses inférieures à 0,5  mg/kg, les alternatives (AINS, corticoïdes cessibles.**
une aplasie médullaire et un taux de per os) peuvent être sources de toxi- Une étude américaine,15 portant sur
mortalité de 10 % pour une dose cité significative (digestive, cardio- 126 patients goutteux ayant eu une
entre 0,5 et 0,8 mg/kg et un pronostic vasculaire, rénale). prescription de colchicine afin de

Vol. 67 _ Novembre 2017 939

TOUS DROITS RESERVES - LA REVUE DU PRATICIEN


THÉRAPEUTIQUE
COLCHICINE
prévenir une crise de goutte, a mon- un échec mais le « prix à payer » pelées dans le résumé récent des
tré que l’utilisation de ce médica- pour obtenir la dissolution complète caractéristiques du produit et les
ment était inappropriée dans 73,8 % des cristaux d’urate monosodique. recommandations EULAR 2016.
des cas, pour les raisons suivantes : Enfin, la prévalence des patients Les patients ont aussi une mécon-
absence de prescription d’un traite- ayant reçu de la colchicine malgré naissance de l’utilisation de la col-
ment hypo-uricémiant (27 %), ab- l’existence d’au moins une chicine,17 et cette compréhension
sence d’augmentation de la dose contre-indication importante va- médiocre des bénéfices et de la
du traitement hypo-uricémiant riait entre 30 et 39,6 % selon les toxicité potentielle de la colchicine
dans les 3 derniers mois pour critères de goutte retenus dans une (schéma posologique, interactions
obtenir l’uricémie cible (39,7 %), étude de cohorte.16 médicamenteuses), surtout en auto-
persistance de la prescription de médication, contribue à un mésu-
colchicine pendant plus d’un an LES RISQUES DE sage et illustre la nécessité d’une
malgré l’absence de crises de goutte L’AUTOMÉDICATION éducation thérapeutique du patient
et de tophus (9,5 %). Cette étude Si la colchicine a une marge théra- goutteux, grâce à une collaboration
montre que l’obtention d’une uricé- peutique étroite, elle n’en reste pas active entre médecins généralistes,
mie cible (60 mg/L ou 360 µmol/L) moins utile chez les patients gout- rhumatologues et professionnels
par le traitement hypo-uricémiant teux ayant des comorbidités, pour de santé pour prendre en charge
est aussi essentielle pour prévenir le traitement et la prévention des cette maladie chronique qui a la
les crises de goutte qui, si elles crises de goutte, avec une tolérance singularité d’être « curable ». V
surviennent lors des premiers mois acceptable à dose faible si l’on res-
de son initiation, ne constituent pas pecte les précautions d’emploi rap-

RÉFÉRENCES High versus low dosing of oral colchicine Schlesinger N, et al. Colchicine - a GOSPEL survey subgroup analysis.
1. Chalès G, Coiffier G, Albert JD. for early acute gout flare: Twenty- for acute gout. Cochrane Database Doses used in common practices
Goutte. EMC - Appareil locomoteur four-hour outcome of the first Syst Rev 2014;8:CD006190. regardless of renal impairment and age.
2017;12(3);1-20 [article 14-270-A-10]. multicenter, randomized, double-blind, 11. Ahern MJ, Reid C, Gordon TP, Joint Bone Spine 2016;83:687-93.
2. Richette P, Doherty M, Pascual E, et al. placebo-controlled, parallel-group, et al. Does colchicine work? The results 15. George M, Pullman-Mooar S,
2016 updated EULAR evidence-based dose-comparison colchicine study. of the first controlled study in acute Hussain F, et al. Evaluating appropriate
recommendations for the management Arthritis Rheum 2010;62:1060-8. gout. Aust N Z J Med 1987;17:301-4. use of prophylactic colchicine
of gout. Ann Rheum Dis 2017;76:29-42. 7. Finkelstein Y, Aks SE, Hutson JR, 12. Borstad GC, Bryant LR, Abel MP, for gout flare prevention. Arthritis
3. Dalbeth N, Lauterio TJ, Wolfe HR. et al. Colchicine poisoning: the et al. Colchicine for prophylaxis Care Res 2014;66:1258-62.
Mechanism of action of colchicine dark side of an ancient drug. Clin of acute flares when initiating 16. Keenan RT, O’Brien WR, Lee KH,
in the treatment of gout. Clin Ther Toxicol 2010;48:407-14. allopurinol for chronic gouty arthritis. et al. Prevalence of contraindications
2014;36:1465-79. 8. Richette P, Bardin T. Colchicine J Rheumatol 2004;31:2429-32. and prescription of pharmacologic
4. Yang LP. Oral colchicine (Colcrys): for the treatment of gout. Expert 13. Wortmann RL, Macdonald PA, therapies for gout. Am J Med
in the treatment and prophylaxis Opin Pharmacother 2010;11:2933-8. Hunt B, et al. Effect of prophylaxis 2011;124:155-63.
of gout. Drugs 2010;70:1603-13. 9. Comité de coordination de on gout flares after the initiation 17. Rebello C, Thomson M,
5. Terkeltaub R. Prophylaxis of attacks toxicovigilance. Intoxications sévères of urate-lowering therapy: analysis Bassett-Clarke D, et al. Patient
of acute gouty arthritis. In: Terkeltaub R, par la colchicine d’après les données of data from three phase III trials. awareness, knowledge and use
ed. Gout and other crystal arthropathies. issues des centres antipoison Clin Ther 2010;32:2386-97. of colchicine: an exploratory qualitative
Philadelphie: Elsevier-Saunders, et de toxicovigilance français. 14. Pascart T, Lancrenon S, Lanz S, study in the Counties Manukau region,
2012:187-93. Rapport colchicine, octobre 2014. et al. GOSPEL 2 - Colchicine for Auckland, New Zealand. J Prim Health
6. Terkeltaub RA, Furst DE, Bennett K, et al. 10. Van Echteld I, Wechalekar MD, the treatment of gout flares in France Care 2016;8:140-8.

940 Vol. 67 _ Novembre 2017

TOUS DROITS RESERVES - LA REVUE DU PRATICIEN

Vous aimerez peut-être aussi