Vous êtes sur la page 1sur 20

République Tunisienne

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

Université de Tunis El Manar

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Tunis

Année Universitaire : 2019/2020

TP1 hydrologie Le
bassin versant
Morphométrie digitale d’un bassin versant Délimitation et caractérisation
morphométrique à l’aide d’un logiciel de SIG

Présenté par 
Derwich Iheb

Classe
2AGC1

Encadreur
Mme. MERZOUGUI Amira

Année universitaire
2019/2020
TP Hydrologie

Remerciements

Nous tenons à remercier notre enseignante Madame Amira MERZOUGUI


pour sa disponibilité dans cette période difficile, ses précieux conseils qui nous
ont permis de toujours me poser les questions et ainsi d’avancer dans le TP et
ses propositions d’amélioration.

2
TP Hydrologie

Table des matières :


Remerciements...........................................................................................................................2
I. Introduction.........................................................................................................................5
II. Définitions.......................................................................................................................5
1. Bassin versant........................................................................................................................5
2. QGIS.......................................................................................................................................6
III. Objectifs de TP................................................................................................................7
IV. Méthodologie..................................................................................................................8
1. Délimitation du bassin versant..............................................................................................8
2. Détermination des caractéristiques géométrique...............................................................15
3. Interprétation......................................................................................................................19
V. Conclusion.....................................................................................................................20

3
TP Hydrologie

LISTE DES FIGURES :


Figure 1:exemple du bassin versant de l’oued Medjerda Tunisie.............................................6
Figure 2:QGIS...........................................................................................................................6
Figure 3: modèle numérique de terrain du zone cap bon..........................................................7
Figure 4:site : earthexplorer.usgs.gov.......................................................................................8
Figure 5: Lancer Qgis et Ajouter cette couche raster lisible par ce logiciel.............................9
Figure 6:fichier étudié...............................................................................................................9
Figure 7:Bassin versant de l’oued Lahjjar..............................................................................10
Figure 8: Localiser le fichier .tif sur QGIS.............................................................................11
Figure 9: Les nouvelles couches raste.....................................................................................11
Figure 10: L'image sous forme mosaïque................................................................................12
Figure 11: 5 sous bassins........................................................................................................13
Figure 12:activation du couche Stream segments...................................................................14
Figure 13:Délimitation du bassin versant à l’exutoire............................................................15
Figure 14:Conversion du Raster au vecteur............................................................................16
Figure 15:Sous Bassin versant Oued Lahjjar..........................................................................17
Figure 16:Surface de sous bassin versant Oued Lahjjar.........................................................18
Figure 17:Périmètre de sous bassin versant Oued Lahjjar.....................................................18

4
TP Hydrologie

I. Introduction :
En fait, où que l’on soit sur un territoire, on est toujours dans un bassin versant. Chaque personne
vit dans un bassin versant et passe régulièrement d’un bassin versant à un autre.

Ce territoire, qui est délimité physiquement par la topographie environnante, a des frontières. Celles-
ci sont naturelles et suivent les «lignes de partage des eaux». Les gouttes de pluie qui tombent sur le
versant situé à l’intérieur de ces lignes vont rejoindre un lac ou un cours d’eau. Celles qui tombent
sur l’autre versant vont alimenter un lac ou un cours d’eau voisin.

Un bassin versant est caractérisé par différents paramètres morphologiques (surface, pente, etc.),
pédologiques (nature, granulométrie et type de sol, capacité d’infiltration des sols, etc.), biologiques
(type et répartition de la couverture végétale, etc.), mais aussi anthropiques (présence de zones
urbaines, de villégiature et d’agriculture, etc.).

L’utilisation des outils performants tel que les SIG et la télédétection sont très nécessaire et
utiles dans le cadre de l’étude de bassin versant, ces outils répondent à la problématique
précise de définition du réseau hydrographique et les bassins versants à partir d’un modèle
numérique du terrain.

Ces nouvelles techniques ont permis de donner des informations numériques caractérisant le
relief et la morphométrie du bassin, elles sont utilisées dans les domaines applicatifs très
variés, elles sont notamment utilisées pour la cartographie des risques naturels tels que les
risques d’inondations.
Les inondations représentent, par la gravité de leurs conséquences sur le plan humain et
matériel, le risque naturel le plus important dans le monde.
Pour faire face à ce risque, il est nécessaire de mettre en œuvre une prédétermination de la
réponse du bassin versant à des éléments pluvieux, et ce afin de caractériser l’écoulement
d’un bassin versant.

II. Définitions :
1. Bassin versant :
Un bassin versant1 ou bassin-versant est l'espace drainé par un cours d'eau et
ses affluents sur un ensemble de versants. Toutes les eaux dans cet espace s'écoulent et
convergent vers un même point de sortie appelé exutoire : confluent, cours
d'eau, lac, mer, océan, etc.. On parle aussi parfois de bassin versant correspondant à un
exutoire donné, comme le bassin versant de la Méditerranée.
Le bassin versant est limité par une ligne de partage des eaux qui correspond souvent aux
lignes de crête mais pas toujours. Les eaux de pluies de part et d’autre de cette ligne
s'écoulent dans deux directions différentes en emportant avec elles les éléments dissous ou
en suspension tels que les sédiments et les pollutions.
Chaque bassin versant se subdivise en un certain nombre de bassins élémentaires (parfois
appelés « sous-bassins versants ») correspondant à la surface d’alimentation de chacun des
affluents se jetant dans le cours d’eau principal.

5
TP Hydrologie

Figure 1:exemple du bassin versant de l’oued Medjerda Tunisie

2. QGIS :
QGIS est un logiciel SIG (système d'information géographique) libre multiplate-
forme publié sous licence GPL. Le développement a débuté en mai 2002 et est sorti en tant
que projet sur SourceForge en juin 20023. Il était également appelé Quantum
GIS jusqu'en septembre 2013.
Via la bibliothèque GDAL, il gère les formats d’image matricielles (raster) et vectorielles,
ainsi que les bases de données.
QGIS fait partie des projets de la Fondation Open Source Geospatial6.
Le logiciel est intégré à la liste des logiciels libres préconisés par l’État français dans le
cadre de la modernisation globale de ses systèmes d’informations (S.I.).

Figure 2:QGIS

6
6
TP Hydrologie

Caractéristique
 Gère l’extension spatiale de PostgreSQL, PostGIS5.
 Prend en charge un grand nombre de formats de données vectorielles7 (Shapefile, les
couvertures ArcInfo, Mapinfo, GRASS GIS, etc.).
 Prend également en charge un nombre important de formats de couches
matricielles8 (GRASS GIS, GeoTIFF, TIFF, JPG, etc.).
L’une des caractéristiques de QGIS est de l'utiliser comme interface graphique du
SIG GRASS9. Il est ainsi possible d'utiliser toute la puissance d’analyse de ce logiciel dans
un environnement de travail plus convivial. Il est également possible d'appeler les
modules SAGA GIS depuis QGIS Les fonctionnalités GRASS sont optionnelles, et passent
par un module d'extension (plugin).
Par ailleurs, QGIS dispose — par défaut — de nombreux modules, dont :
un module de lecture/écriture de données GNSS11, basé sur le programme GPSBabel (en) ;
un module de géoréférencement, qui permet de « caler » une image (vue aérienne,
typiquement) dans un référentiel terrestre.
L'une des grandes forces de QGIS est de pouvoir utiliser des centaines de systèmes de
projection géographiques à la volée tels que WGS84, Lambert 93 ou ED50

III. Objectifs de TP :
Les objectifs essentiels de ce TP sont :
 La délimitation automatique d’un bassin versant à un exutoire donné (oued Lahjjar) à
l’exutoire de coordonnées (11.05640,36.82195), par un outil SIG (QGIS) en exploitant
le modèle numérique de terrain de la zone du Cap Bon (Nord Est tunisien).
 La détermination des paramètres géométriques du bassin versant.

Figure 3: modèle numérique de terrain

7
TP Hydrologie

IV. Méthodologie :
1. Délimitation du bassin versant :
-Télécharger le modèle numérique de terrain de la zone étudiée (Cap Bon dans notre cas)
ou ce qui est souvent connu sous le nom de « la carte MNT » ou « DEM » à partir du site :
earthexplorer.usgs.gov.

Figure 4:site : earthexplorer.usgs.gov.

8
TP Hydrologie
-Lancer Qgis et Ajouter cette couche raster lisible par ce logiciel

Figure 5: Lancer Qgis et Ajouter cette couche raster lisible par ce logiciel

Le fichier sera téléchargé avec l’extension .tif et on obtient cette image.

Figure 6:fichier étudié

9
TP Hydrologie

On va étudier le bassin versant et l’exutoire des coordonnées (11.05640,36.82195) comme


montre la Figure 7.

Figure 7:Bassin versant de l’oued Lahjjar

-On commence d’abord par télécharger la carte MNT ou «DEM : Digital Elevation Model »
de la zone étudiée (Cap Bon dans notre cas) à partir du site : earthexplorer.usgs.gov. le
MNT présente une image satellite qui décrit la topographie de la zone.

- On ouvre par la suite le QGIS et on ajoute le MNT (image de Cap Bon) sous forme
de RASTER on obtient :

10
TP Hydrologie

Figure 8: Localiser le fichier .tif sur QGIS

- Ensuite on ouvre le menu : Traitement ⟹Boite d’outils ⟹GRASS⟹Raster


et on exécute la commande r.watershed : cette commande nous permet de
délimiter les différentes lignes de crête dans cette zone.
On donne comme variable d’entrer 500 pour Minimum size of exterior watershed
Basin⟹on clique sur Exécuter.
On obtient :

Figure 9: Les nouvelles couches raste

11
TP Hydrologie

10 couches dans la barre d’outils couche vont apparaitre y compris la couche de base.

- On décoche maintenant toute les couches apparus et on garde la couche Half-basins.


On remarque que l’image devient en mosaïque :

Figure 10: L'image sous forme mosaïque

En effet, QGIS donne à chaque affluant un sous bassin versant. Pour récupérer uniquement
les bassins versant de surface importante on procéde comme suit : double click Half-Basins
⟹on change le type de rendu à pseudo-couleur à bande unique, pour la Palette de
couleur on choisit le Viridiset on change le mode à Intervalle égal de 5 classes, on obtient :

12
TP Hydrologie

Figure 11: 5 sous bassins

Remarque :

la surface de la mer est la plus importante car elle présente notre exutoire ultime.

On est applé maintenant à fixer les cours d’eau ; on selectionne la couche stream segments
et on la déplace au dessus de la couche half-basins. Pour avoir un réseau hydrographique de
couleur unique on change le type de rendu à Bande grise unique on obtient :

13
TP Hydrologie

Figure 12:activation du couche Stream segments

Afin d’extraire le sous bassin versant de l’oued Boulaiddineon a commencer par délimiter les
lignes des cours d’eau, on doit maintenat fixer l’exutoire.

La fixation de l’exutoire se fait comme suit :

On ouvre la commande r.water.outletlocaliser dans l’extension GRASS, on change variable


d’entrer de Stream segments à Drainage direction et on entre les cordoonées de l’exutoire :
(11.05640,36.82195).

On remarque qu’une nouvelle coucheBasin est génerée, relative au sous bassin-versant.

6- En découchant la couche Half-Basin, on obtient :

14
TP Hydrologie

Figure 13:Délimitation du bassin versant à l’exutoire

On remarque que QGIS à délimiter le bassin versant de l’oued Lahjjar pour les cordonnées
de l’exutoire données.

2. Détermination des caractéristiques géométrique :

La détermination des caractéristiques géométriques du bassin versant étudier nous permet de


déterminer le coefficient de GRAVILUS donner par : 𝑘𝐺
𝑃
= 2√𝜋𝐴

Ce coefficient permet d’identifier la forme du bassin (ramassé ou allongé), qui nous


renseignent sur d’autres caractéristique comme le débit écoulé, la vitesse, le temps de
concentration…

On commence par changer le format de la couche du format RASTER au format Vecteur pour
avoir une couche capable d’être traité sous forme géométrique.

On procède comme suit : Traitement⟹Boite d’outils⟹GRASS⟹Raster et on


exécute la commande r.to.vect.

La variable d’entrer est notre bassin étudier de l’oued Lajjar, et on choisit comme variable de
sortie AREA, et on lisse les limites en cochant Smooth coroners of area features.

15
TP Hydrologie

Aprés l’exécution on obtient le format vecteur qui est la suivante :

Figure 14:Conversion du Raster au vecteur

On remarque que cette couche est temporaire, donc pour mieux caractériser cette couche on
doit la sauvegarder sous forme de shapefile.

Sur la couche Vectorisé on click sur le bouton droit de la souris ⟹eexporter

⟹Ssauvegarder sous⟹on change le format de GeoPack à ESRI Shape file et on


change le système de cordonnées à Carthage/UTM zone 32N

On obtient :

16
TP Hydrologie

Figure 15:Sous Bassin versant Oued Lahjjar

Maintenant pour déterminer les paramètres géométriques on clique sur le menu vecteur
⟹outils de géométrie ⟹ ajouter les attributs géométriques. Pour la variable d’entrer elle
est présentée par notre couche <<SBV-BOULA>>.

Après l’exécution on obtient une nouvelle couche qui nous donnent les informations
géométriques du sous bassin, on peut maintenant déterminer la surface du bassin versant en
cliquant par le bouton droit de la souris sur cette couche⟹propriétés⟹étiquettes, et on
choisit une étiquette simple, area on obtient :

17
TP Hydrologie

Figure 16:Surface de sous bassin versant Oued Lahjjar

Cette valeur correspond à la surface du sous bassin versant de l’oued Lahjjar en m2 donc le
sous bassin étudier est de surface A=74.29 km2

Pour le périmètre on obtient :

Figure 17:Périmètre de sous bassin versant Oued Lahjjar

18
TP Hydrologie

Le périmètre est P=54.087km

Le coefficient de GRAVILUS relative au sous bassin de l’oued Lahjjar est :

𝑘𝐺 = 54.087 = 1.788 >1


2√𝜋74.29

Il s’agit d’un bassin


allongé.

3. Interprétation :
Les caractéristiques physiographiques d'un bassin versant influencent fortement sa réponse
hydrologique, et notamment le régime des écoulements en période de crue ou d'étiage. Le
temps de concentration tc caractérise en partie la vitesse et l'intensité de la réaction du bassin
versant à une sollicitation des précipitations, est influencé par diverses caractéristiques
morphologiques : en premier lieu, la taille du bassin (sa surface), sa forme, son élévation, sa
pente et son orientation. A ces facteurs s'ajoutent encore le type de sol, le couvert végétal et
les caractéristiques du réseau hydrographique.

avec:
Hmoy : altitude moyenne du bassin [m] ;
Hmin : l'altitude minimale considère le point le plus bas, généralement à l'exutoire[m]
Ai : aire comprise entre deux courbes de niveau [km2] ;
hi : altitude moyenne entre deux courbes de niveau [m] ;
A : superficie totale du bassin versant [km2].
Il est évident donc que La surface et le périmètre du sous bassin versant seront très
utiles pour le calcul de plusieurs paramètres de forme tel que l’indice de Gravelius, le
rectangle équivalent…

19
TP Hydrologie

V. Conclusion :
Dans ce TP on a pu apprendre à manipuler des données spatiales dans QGIS ainsi que
l’affichage et la manipulation de la table attributaire d’une couche raster en la convertissant
en couche vectorielle.

La demande de données spatiales s'est accrue ces dernières années car l'on sait désormais
qu'il est essentiel de connaître la distribution spatiale de la réponse hydrologique pour bien
comprendre les processus sous-jacents de la génération de l'écoulement. De plus, la
représentation et la connaissance du terrain sont essentielles pour comprendre les processus
d'érosion, de sédimentation, de salinisation et de pollution via des cartes de risque.

Les techniques classiques utilisées dans l’étude du complexe physique d’un bassin versant
sont basées essentiellement sur des méthodes manuelles, dont les résultats obtenus
généralement sont incorrects, avec l’apparition des nouveaux outils tel que les SIG et la
télédétection, il est devenu facile de déterminer les paramètres de forme, de relief et la
typologie d’un réseau hydrographique.

L’utilisation de ces nouvelles techniques a permis ainsi de répondre aux exigences


d’exploitation des eaux superficielles et la prévention contre les risques d’inondation.
Nous avons été amenés à extraire le bassin versant en question, et à déduire ses
caractéristiques, à partir d’un modèle numérique de terrain.
L’extraction automatique de ces paramètres est une technique très adaptée actuellement, en
particulier que ces techniques favorisent à l’hydrographe un gain de temps et l’effort.

20

Vous aimerez peut-être aussi