Vous êtes sur la page 1sur 21

LES LESIONS

ELEMENTAIRES
DE LA PEAU
Plan :

A. INTRODUCTION

B. LA SEMIOLOGIE DE LA PEAU

C. LA SEMIOLOGIE DES PHANERES

D. LA SEMIOLOGIE DES MUQUEUSES

E. DEMARCHE DIAGNOSTIQUE POUR IDENTIFIER UNE LESION ELEMENTAIRE


INTRODUCTION
La sémiologie dermatologique a pour but de décrire des lésions élémentaires. Elles sont multiples et
leur connaissance est indispensable pour le diagnostic des dermatoses.

Les lésions élémentaires peuvent être :

- primitives, traduisant le processus lésionnel initial,

- secondaires, représentant l’évolution de ce processus

Une dermatose peut être constituée d’un seul type de lésion élémentaire ou de l’association de
plusieurs d’entres elles.
LA SEMIOLOGIE DE LA PEAU

Les lésions primaires:


LA MACULE
Lésion visible mais non palpable, modification localisée de la couleur de
la peau sans altération visible de sa surface, sa taille varie entre 5 et 20
mm.

Elle peut résulter d’une anomalie siégeant :

 -Au niveau de l’épiderme : vitiligo, lentigo.

 -Au niveau du derme : pétéchies, éruption morbiliforme.

Macules dyschromiques:
Elle est classée selon sa couleur et les effets de la vitro pression
en :

Blanche : vitiligo.

Pigmentaire : lentigo

Bleu gris : taches mongoliques.

Jaune : xanthome plan.


Macules rouges
S’effaçant à la vitro pression due à :

 Vasodilatation: exanthème ; cyanose.

persistant à la vitro pression : qui résultent d’un


dépôt extra vasculaire :purpura
LES LESIONS PALPABLES 
Elles sont perceptibles lorsqu’on promène la pulpe des doigts sur la surface des téguments ; Il existe
plusieurs types de lésions palpables que l’on distingue en fonction de leur contenu (liquide ou
solide), leur taille et de leur localisation cutanée(superficielle ou profonde)

LES LESIONS SOLIDES 

LA PAPULE 

C’est une lésion surélevée dépassant le niveau de la peau


adjacente.

Vue d’en haut : elle peut être ronde, ovale, ombiliquée (petite
dépression centrale) ou polygonale.

Distribution : folliculaire ou non.

Classification des papules :

Epidermique 
 Non folliculaire : verrue plane.
 Folliculaire avec hyperkératose folliculaire.

Dermique :

 Oedémateuse : urticaire.
 Purpurique.
 Dysmétabolique ; de surcharge : amylose.
 Cellulaire : prolifération bénigne, maligne
ou inflammatoire (syphilis).

Dermo-épidermique : lichen plan.

 plaque = lésions en relief plus étendues en surface qu’en


hauteur et mesure plus de 10 mm.

 La lichénification épaississement de la peau avec exagération de


ses sillons, qui rend apparent son quadrillage normal.

C’est une lésion induite par des grattages répétées).

LE NODULE 
masse palpable non liquidienne, mesurant plus de 10 mm, une lésion ronde ou hémisphérique

 Siège : dermique et\ou hypodermique

 Taille : Tumeur (tout nodule > 20 mm).

 Nouure : > 50 mm avec extension hypodermique (érythème


noueux).

Gomme 

production hypodermique qui se présente à sa phase de crudité comme


une nouure mais passe ensuite par une phase de ramollissement débutant
au centre de la gomme pour aboutir à l’ulcération avec issue d’un
liquide gommeux bien particulier (gommes syphilitiques).

LE TUBERCULE 

C’est une lésion palpable intradermique,

d’évolution chronique et à tendance en


régressant à laisser une cicatrice.

Elle est circonscrite et mobile par


rapport à l’hypoderme (lupus tuberculeux).

LES VEGETATIONS 

excroissance d’allure
filiforme, digitée ou

lobulée, ramifiée en

*chou fleur*, de consistance molle

LES VERRUCOSITES 

Ce sont des végétations dont la surface est


recouverte d’un enduit corné
hyperkératosique souvent grisâtre plus ou
moins épaix (verrue vulgaire).

LE CORDON 

Lésion plus facilement palpable que visible et dont la sensation lors de la


pa lpation évoque une corde ou une ficelle.

Cette lésion est linéaire et plus ou moins sinueuse (thrombose veineuse


superficielle, artérite temporale).

LE SILLON 
C’est un petit tunnel dans la peau qui héberge habituellement un parasite, il s’agit souvent d’une
lésion millimétrique à peine visible et_ou palpable.

LES LESIONS A CONTENU LIQUIDIEN :

Il s’agit d’une lésion le plus souvent palpable qui soulève la peau en formant une cavité qui contient
un liquide.

LA VESICULE 

Lésion liquidienne dont le liquide est clair,


mesurant moins de 3 mm

Peut être arrondie (hémisphérique), conique


(acuminée) ou avec une dépression centrale
(ombiliquée).

Elle est souvent fragile et passagère, peut se


rompre en réalisant un suintement, des érosions,
des croûtes.

LA BULLE 

Lésion à contenu liquidien, clair, louche ou


hémorragique non purul ent dont la taille est > 5 mm,
elle peut être :

Sous épidermique : dont le toit est solide


(pemphigoide).

Epidermique : fragile souvent spontanément rompue, se


présentant alors comme une érosion bordée d’une collerette
(pemphigus).

LA PUSTULE 
Soulèvement circonscrit de l’épiderme à contenu purulent qui peut être :

Folliculaire : qui est acuminée et centrée par un poil (folliculite).

Non folliculaire : en général plus plane et non acuminée


(psoriasis pustuleux).

LES LESIONS SECONDAIRES :

C’est une perte de la partie superficielle de la peau (épiderme) qui


guérit sans laisser de cicatrice.
lésion humide, suintante, se recouvrant secondairement d’une
croûte,dont le plancher est recouvert de multiples petits points
rouges (0,1 à 0,2 mm) = papilles dermiques.

Le terme d’excoriation est employé pour désigner une érosion


secondaire à un traumatisme.

L’ULCERATION 

perte de substance cutanée plus profonde qui touche l’épiderme et


le derme et qui, si elle guérit, laissera une cicatrice.

Les papilles dermiques ne sont plus visibles et l’ulcération peut se


recouvrir d’un enduit fibrineux, d’une croûte sérosanglante ou
d’une plaque noire (nécrose).

L’ULCERE :

perte de substance chronique sans tendance à la guérison spontanée.

Les ulcérations aux points de pressions réalisent les escarres.

LA FISSURE 

Erosion linéaire (perlèche ; les fissures des plies


«rhagades»).

LES SQUAMES 
Se définissent comme des lamelles de cellules cornées à la surface de la peau.

Elles sont spontanément visibles ou apparaissent après grattage à l’aide d’une curette à bord
mousse.

On distingue :  

- Des squames

- scarlatiniformes : squames en grands lambeaux


(scarlatine)

- pityriasiformes : petites squames fines, peu


adhérentes, blanchâtres et farineuses
(pityriasis capitis)

ichtyosiformes : grandes squames polygonales comme des


écailles de poisson.

psoriasiformes : squames blanches, brillantes, lamellaires,


argentées, larges et nombreuses (psoriasis).
LA KERATOSE 

épaississement corné plus large qu’épais. Elle se caractérise par


des lésions circonscrites ou diffuses très adhérentes et dures à la
palpation.

LA CORNE :

kératose plus épaisse ou plus haute que large.

LA CROUTE 

C’est un dessèchement superficiel d’un


exsudat, d’une sécrétion, d’une hémorragie
cutanée. Elle donne lieu à une sensation de
rugosité à la pa lpation.

Elle adhère plus ou moins aux lésions


qu’elle recouvre mais contrairement aux kératoses, elle peut
toujours être détaché à la curette.
LA GANGRENE ET LA NECROSE

Désignent une portion de tissu cutané non viable qui tend à s’é liminer,
se caractérisent par une perte de la sensibilité, un refroidissement puis,
secondairement, une coloration noire et la formation d’un sillon
d’élimination entre les tissus nécrosés et les tissus sains.

L’ATROPHIE CUTANEE 

Diminution ou la disparition de tout ou d’une partie des


éléments constitutifs de la peau. Elle se présente comme un
amincissement du tégument qui se ride au pincement superficiel
avec perte de l’élasticité de la peau. Il se forme des ridules, des
rides.

LA SCLEROSE :

Augmentation de consistance des


éléments constitutifs du derme et
parfois de l’hypoderme, rendant le
glissement des téguments plus difficile.
Le tégument est induré et perd sa
souplesse normale.

LA CICATRICE :

Peut être atrophique ou au contraire hypertrophique.


LA SEMIOLOGIE DES PHANERES
LA SEMIOLOGIE DES CHEVEUX 

L’ALOPÉCIE

perte de cheveux circonscrite en plaque (pelade) ou


généralisée dans la pelade décalvante totale.

LA LEUCOTRICHIE : décoloration congénitale des poils,


généralisée (albinisme) ou partielle (mèche blanche).

LA CANITIE : décoloration acquise des cheveux.

LA TRICHOCLASIE : fracture du poil dans le sens transversal ou longitudinal d’origine


traumatique ou mycosique.
LA SEMIOLOGIE DES ONGLES

ONYXIS : inflammation de l’appareil unguéal.

PERI-ONYXIS : inflammation des replis péri-unguéaux.

LEUCONYCHIE : coloration blanche des ongles.

MELANONYCHIE : coloration marron ou noirdes ongles.

ONYCHOLYSE : décollement de la tablette du lit unguéal.

PACHYONYCHIE : épaississement de l’ongle du à une


hyperkératose du lit unguéal.

KOILONYCHIE : ongle en cuvette ou en cuillere par anémie ou


avitaminose C.

PONCTUATION EN Dé A COUDRE : dans le psoriasis.

HIPPOCRATISME UNGUEAL : ongle en verre de montre.


LA SEMIOLOGIE DES MUQUEUSES
LA MUQUEUSE BUCCALE

CHEILITE : inflammation des lèvres.

PERLECHES : inflammation squameuse des commissures


labiales.

GLOSSITE :inflammation de la langue.

LEUCOKERATOSE: épaississement de
l’épithélium muqueux réalisant une plaque blanche
(candidose buccale).
EROSION BUCCALE : aphtes, herpès.

LA MUQUEUSE GENITALE

BALANITE : inflammation de la muqueuse du gland.

BALANO-POSTHITE : atteinte du prépuce

VULVITE : inflammation de la muqueuse vulvaire.

LA DEMARCHE DIAGNOSTIQUE POUR


IDENTIFIER UNE LESION ELEMENTAIRE

EST-CE QUE LA LESION EST PALPABLE?

Lésion visible mais non palpable: macule

- lésion hyper pigmentée

- lésion hypo pigmentée

- lésion bleutée

- lésion jaune

- lésion érythémateuse

- macule atrophique
Lésion palpable

EST-CE QUE LA SURFACE DE LA LESION EST NORMALE?

 Lésion palpable dont la surface est normale

* Lésion à contenu solide

papule

- plaque

- lichénification

- végétation

tubercule

nodule

- tumeur

- nouure

- gomme

* Lésion à contenu liquide

vésicule

bulle

pustule

 Lésion palpable dont la surface est altérée

* L’épiderme est absent

- érosion

- excoriation

- fissure et rhagade

- ulcération et ulcère

* La peau est recouverte d’une substance qui se détache

- squames

- kératose

- croûte
- nécrose

* La peau est épaissie donnant une impression de dureté à la palpation

- corne, kératose

- verrucosité

*La peau est amincie

- atrophie

- poikilodermie

- cicatrice

EST-CE QUE LA CONSISTANCE DE LA PEAU EST NORMALE?

→ Modification de la consistance de la peau

* La peau est trop dure et glisse mal (sclérose)

* La peau est trop lâche:

-ridule; ride

-cutis laxa

-anétodermie

* La peau est boudinée:

-œdème

-myxoedème

EST-CE QUE LA TEMPERATURE ET LA SENSIBILITE DE LA PEAU SONT


NORMALES?

La peau est insensible à tous les modes et froide (gangrène et necrose)

La peau est froide mais conserve une sensibilité normale (hypoperfusion)

La peau est chaude et sensible (inflammation)

LES LESIONS INTRIQUEES:

 Toutes associations de deux ou plusieurs des signes précédents


 Exemple: lésion érythématosquameuse, papule necrotique, scléroatrophie, …