Vous êtes sur la page 1sur 10

Signé numériquement

MIT  :  ITEM  152   par sba-medecine.com


ND : C=FR,
OU=sba-medecine.com,

Infections  cutanéomuqueuses  bactériennes  et  mycosiques  


O=www.sba-medecine.
com,
  CN=sba-medecine.com,
E=admin@sba-medecin
e.com

Objectif  CNG  :   INFECTIONS  MYCOSIQUES  


o Diagnostiquer  un  impétigo,  une  folliculite,  un  furoncle,  une  dermohypodermite   • Physiopath  :  
bactérienne  et  ses  signes  de  gravité   Candida  albicans  existe  à  l’état  saprophyte  sur  les  muqueuses  digestives  et  génitale,  un  
o Connaître  les  principes  de  traitement  de  l’impétigo,  de  la  folliculite,  du   certain  nombre  de  conditions  favorisent  le  passage  de  la  levure  à  un  stade  pathogène.  
furoncle,  de  la  dermohypodemite  bactérienne   Facteurs  généraux  :  immunosuppression,  diabète/Médicaments  (antibiotiques,  
o Diagnostiquer  et  connaître  les  principes  du  traitement  des  infections   Oestroprogestatifs,  immunosuppresseurs,  corticoïdes.    
cutanéomuqueuses  et  phanériennes  à  Candida   • Clinique  :  
Recommandations  :   Mycose  buccale  (perlèche/stomatite/glossite/muguet)  et  digestive.  
o Référentiel  Pilly   Génitale  :  vulvovaginite/balanite/balano-­‐posthite.  
o Pas  de  conférence  de  consensus  2015   Intertrigos  :  Lésion  à  fond  érythémateux  recouverte  d’un  enduit  crémeux  malodorant,  
NOTIONS  CLÉS   avec  une  fissuration  fréquente  du  fond  du  pli,  limitée  par  une  bordure  pustuleuse  ou  
une  collerette  desquamative.  
INFECTIONS  BACTERIENNES  
Phanères  :  folliculite  du  cuir  chevelu/onychomycose  (perionyxis).  
• Physiopath  :  
• Etiologies  
Infections  dues  à  Cocci  Gram  Positif  +++  
• Paraclinique  
Auto-­‐inoculables  et  non  immunisantes.  
Diagnostic  clinique.  Prélèvement  pour  examen  direct  et  culture  que  si  échec  du  
Si  infections  récurrentes  à  Staphylocoque  à  rechercher  un  portage  chronique.  
traitement,  doute,  récidive.  
• Clinique  :  
• Traitement  
Impétigo  (staph  aureus++)  :  vésico-­‐bulle  sur  peau  inflammatoire  (donne  ensuite  des  
Traitement  anfongique  local  +/-­‐  général.  
croûtes  millicériques)  à  si  pas  de  dermatose  préexistante  rechercher  gale  ou  
Mesures  d’hygiène  +++  (lavage  des  mains,  ne  pas  manipuler,  vêtements  adaptés..).  
pédiculose.  
Traitement  de  la  porte  d’entrée.  
Ecthyma  :  impétigo  creusant  réalisant  une  ulcération  profonde  dans  le  derme  due  au  
 
Streptocoque  β  hémolytique  du  groupe  A.    
INFECTIONS  A  DERMATOPHYTES  
Folliculite  superficielle  (staph  aureus)  :  Pustule  centrée  par  un  poil,  associée  à  un  
• Physiopath  :  
érythème  péri-­‐folliculaire.    
Macrosporum/Epidermophyton/Trychophyton.  
Furoncle  (staph  aureus)  :  Folliculite  profonde  et  nécrosante  avec  atteinte  du  follicule  
Réservoirs  tellurique/humain/animal.  
pilosébacée  dans  sa  totalité.    
• Clinique  
Anthrax  (staph  aureus)  :  conglomérat  de  furoncles.  
Intertrigos  des  petits  plis/des  grands  plis.  
Érysipèle  (strepto  groupe  B,  C,  G)  :  placard  inflammatoire  de  début  brutal,  d’extension  
Onyxis  dermatophytique  (pas  de  périonyxis).  
rapide  et  unilatéral.  Bourrelet  périphérique  si  atteinte  du  visage.  Fièvre.  (  !!  
Dermatophitie  cutanée.  
diffférentiel  :  fasciite  nécrosante).  
Teignes  tondantes  et  suppurées.  
• Paraclinique  
• Traitement  
Diagnostic  clinique  ++  
Traitement  antifongique  local  +/-­‐  général.  
• Traitement  
Mesures  d’hygiène  +++  (lavage  des  mains,  ne  pas  manipuler,  vêtements  adaptés..).  
Traitement  antibiotique  local  +/-­‐  général.  
Traitement  de  l’entourage.  
Mesures  d’hygiène  +++  (lavage  des  mains,  ne  pas  manipuler,  vêtements  adaptés..).  
Traitement  de  la  porte  d’entrée.    
Dépistage  des  sujets  contacts.    

2016-­‐17   1/10  

Retrouvez plus de livres médicaux à télécharger gratuitement sur notre page Facebook:
Le trésor des Médecins ( www.facebook.com/LeTresorDesMedecins )
MIT  :  ITEM  152  
Infections  cutanéomuqueuses  bactériennes  et  mycosiques  
 

o Surface  cutanée  sépare  notre  organisme  du  milieu  extérieur,  portage  constant  et   o Prélèvement  bactériologique  n’est  pas  obligatoire.  Indications  :    
physiologique  de  micro-­‐organismes   • Études  épidémiologiques.  
o Protection  naturelle  contre  l’agression  des  micro-­‐organismes  pathogènes  :   • Échecs  de  traitement.  
• Protection  mécanique   o  !!!  En  l’absence  d’une  dermatose  préexistante  suspecter  une  gale  ou  une  
• Protection  chimique   pédiculose.  
• Protection  biologique    
o Survenue  d’une  infection  bactérienne  conséquence  d’une  altération  d’un  ou   Formes  cliniques  
plusieurs  de  ces  mécanismes  de  défense  
 
 
o Ecthyma  :  impétigo  creusant  réalisant  une  ulcération  profonde  dans  le  derme  due  
I.  INFECTIONS  CUTANEOMUQUEUSES  BACTERIENNES-­‐ au  Streptocoque  β  hémolytique  du  groupe  A.    
IMPETIGO   • Diabétiques  ++  ou  éthyliques.  
  • Atteint  les  membres  inférieurs.  
• Cicatrice  séquellaire.  
Physiopathologie   o Impétiginisation  :  caractérise  l’évolution  en  impétigo  d’une  dermatose  
  préexistante  (eczéma,  varicelle)  ou  secondaire  au  grattage  (pédiculose,  gale).  
o Impétigo  infection  de  la  couche  cornée  de  l’épiderme  du  à  Staphylococcus  aureus   o Forme  étendue  :    
ou  à  Streptococcus  pyogènes  ou  à  l’association  des  deux.     • <2%  de  la  surfance  corporelle  
o 70%  des  impétigos  en  France  sont  dus  à  S.aureus,  alors  que  dans  les  pays  en  voie  
• ≤5  sites  lésionnels  
de  développement  Streptococcus  pyogenes  est  prédominant.  
 
o Fréquent  chez  les  enfants,  plus  particulièrement  en  milieu  défavorisé.  
o Contagieux  avec  possibilité  d’auto-­‐inoculation  et  petites  épidémies  familiales  ou  de   Examens  complémentaires  
collectivités.    
o Impétigo  bulleux  staphylococcique  liée  à  la  production  locale  par  S.aureus  de   Aucun  examen  complémentaire  indispensable    
toxines  dites  exfoliatines  A  et  B.    
  Complications  
Clinique    
  o Contagion  ++  
o Diagnostic  clinique   o Complications  exceptionnelles  :  
• Impétigo  staphylococcique  :  la  lésion  élémentaire  est  une  bulle  fragile.   • Locales  :    
• La  bulle  se  trouble,  devient  pustule  ou  se  rompt  pour  laisser  place  à  une   § Abcès  sous  cutanés.  
érosion  suintante  ou  recouverte  de  croutes  jaunâtres  mélicériques.   § Lymphangites.  
• Placards  polycycliques.   • Glomérulonéphrite  post-­‐streptococcique.  
• Coexistance  de  lésions  d’âge  différent.   § Contrôle  de  la  protéinurie  à  3  semaines  de  l’épisode  infectieux  
• Localisation  classique  chez  l’enfant  :  pourtour  de  la  bouche  (péri-­‐anal/péri-­‐ • Rhumatisme  articulaire  aigu.  
génital  chez  le  nourrisson).   • Syndrome  toxinique  :  épidermolyse  staphylococcique  (érythème  diffus,  
o État  général  conservé,  apyrexie,  parfois  adénopathie  satellite.   décollement,  signe  de  Nikolski  +)  
o Pas  de  cicatrice.    

2016-­‐17   2/10  

Retrouvez plus de livres médicaux à télécharger gratuitement sur notre page Facebook:
Le trésor des Médecins ( www.facebook.com/LeTresorDesMedecins )
MIT  :  ITEM  152  
Infections  cutanéomuqueuses  bactériennes  et  mycosiques  
 

Traitement   Clinique  
   
o Si  formes  peu  étendues  :   o Folliculite  superficielle  :    
• Traitement  local  suffisant,  antiseptique  locaux  et  antibiotiques  topiques   • Infection  de  la  partie  superficielle  du  follicule  pilosébacé.    
3x/jour  pendant  5  jours  (acide  fusidique,  mupirocine).   • Pustule  centrée  par  un  poil,  associée  à  un  érythème  péri-­‐folliculaire.    
o Si  formes  étendues  ou  lésions  multiples   • Localisation  :  
• Antibiothérapie  systémique  active  contre  Staphylococcus  aureus  et/ou  le   § Régions  pileuses  des  cuisses,  périnée,  bras,  dos  
streptocoqueβ  hémolytique  du  groupe  A   § Paupière  =  orgelet.  
• Amoxicilline-­‐acide  clavulanique  7  jours.   § Sycosis  :  poils  durs  (barbe  et  pubis).  
• Pristinamycine  si  allergie.   • Pas  de  cicatrice  
o Renforcer  les  mesures  d’hygiène  personnelle  :   • Apyrexie  
• Douche  quotidienne.   o Furoncle  :    
• Ongles  coupés  courts.   • Folliculite  profonde  et  nécrosante  avec  atteinte  du  follicule  pilosébacée  
• Lavage  des  mains.   dans  sa  totalité.    
o Éviction  scolaire  indiquée  jusqu’à  guérison  complète.   • Papule  ou  nodule  inflammatoire  douloureux  centrés  par  une  pustule  sur  
o Dépistage  des  contacts.   une  zone  pileuse.    
o Traitement  étiologique  d’une  dermatose  prurigineuse  sous  jacente.   • Après  quelques  jours  zone  nécrotique  au  centre  :  bourbillon.  
o Contrôle  de  la  BU  3  semaines  après  l’épisode  infectieux.   • Cicatrice  séquellaire.  
  • Apyrexie.  
II  INFECTIONS  CUTANEOMUQUEUSES  BACTERIENNES-­‐ • Du  au  S.aureus    qui  à  la  particularité  de  produire  éventuellement  une  
toxine,  la  leucocidine  de  Panton-­‐Valentine.  
FOLLICULITES,  FURONCLES  ET  AUTRES  INFECTIONS  CUTANEES    
STAPHYLOCOCCIQUES   Examens  complémentaires  
   
FOLLICULITES   Aucun  examen  complémentaire  indispensable    
  o Recherche  de  portage  au  niveau  nasal,  pharyngé,  périnée,  aisselles,  anus  si  
Physiopathologie   furonculose.  
  • Antibiogramme  pour  rechercher  la  toxine  PVL  
 
o Staphylococcus  aureus  est  responsable  de  la  majorité  des  folliculites.  
o Infection  du  follicule  pilo-­‐sébacé.   Complications  
o Facteurs  favorisants  :    
• Macération/mauvaise  hygiène.   o Le  furoncle  peut  évoluer  vers  des  complications  locales  et  locorégionales  :  
• Frottements.   • Anthrax  résulte  d’un  conglomérat  de  plusieurs  furoncles  
• Rasage.   • furonculose⇔répétition  de  furoncles  sur  plusieurs  mois  
• Corticothérapie.   • Abcès  primitif  
  • Lymphangite  

2016-­‐17   3/10  

Retrouvez plus de livres médicaux à télécharger gratuitement sur notre page Facebook:
Le trésor des Médecins ( www.facebook.com/LeTresorDesMedecins )
MIT  :  ITEM  152  
Infections  cutanéomuqueuses  bactériennes  et  mycosiques  
 

o Complications  systémiques  :  bactériémie,  localisations  secondaires  (endocardites,   o En  cas  de  furonculose  :  en  plus  des  mesures  précédentes,  le  traitement  doit  
infections  ostéo-­‐articulaires)   comporter  la  désinfection  des  principaux  gites  de  portage  :    
o Staphylococcie  maligne  de  la  face  :     • Douche  antiseptique  quotidienne.  
• Placard  extensif  du  visage  +  fièvre  +  frissons   • Pommade  antibiotique  x  2/jour  (mupirocine)  dans  les  vestibules  nasaux.    
• Complication  grave,  très  rare  actuellement  grâce  aux  antibiotiques.      
• Secondaire  à  un  furoncle  de  la  face,  résulte  d’une  thrombophlébite  septique  
des  veines  de  la  région  centrofaciale.     AUTRES  INFECTIONS  CUTANEES  STAPHYLOCOCCIQUES  
• Complication  majeure  est  la  thrombophlébite  du  sinus  caverneux.    
  Formes  cliniques  
Diagnostics  différentiels    
  o Panaris  :  infection  du  repli  unguéal,  repli  unguéal  inflammatoire  et  douloureux  et  
o Autres  folliculites  :  dermatophytes,  folliculite  candidosique,  pityrosporique  ou  à   augmenté  de  volume.  Le  traitement  est  l’incision  et  le  drainage  et  les  antiseptiques  
BGN   locaux.  Un  antibiotique  systémique  peut  être  associé.  
o Folliculites  non  infectieuses  :  maladie  de  Behçet,  maladie  de  Crohn   o Abcès  :  =  collection  de  pus.  Nodule  ou  plaque  inflammatoire  érythémateuse  très  
o Hidradénite  suppurée  (maladie  de  Verneuil)   douloureuse,  fièvre  rare,  état  général  conservé,  adénopathies  et  lymphangite  
o Sur  le  visage,  kyste  épidermique  inflammatoire  ou  surinfecté   parfois  associées.  S  aureus  est  l’agent  infectieux  le  plus  souvent  isolé,  émergence  
  mondiale  de  SARM.  Traitement  d’abord  chirurgical  avec  drainage  de  l’abcès.  Une  
antibiothérapie  complémentaire  est  recommandée  en  cas  de  :    
Traitement   • Localisations  «  critiques  »  (visage)  
  • Immunodépression  
o Dans  tous  les  cas  :  mesures  d’hygiène  générales  :  
• Volume  important  de  l’abcès  >  5cm  
• Lavages  des  mains  fréquents  avec  des  antiseptiques.   • Échec  du  drainage  
• Éviter  la  manipulation  du  furoncle.   • Âges  extrêmes  
• Soins  antiseptiques  locaux  pluriquotidiens.   • Présence  de  signes  généraux  
• Éviter  sous-­‐vêtements  synthétiques.   o Lymphangite  est  due  au  S.aureus  ou  au  Streptococcus  pyogenes,  cliniquement  
• Sycosis  :     trainée  linéaire  inflammatoire  érythémateuse  qui  part  de  l’origine  de  l’infection  et  
§ Mousse  à  raser  antiseptique.   se  dirige  vers  le  relais  ganglionnaire  locorégional,  adénopathies  satellites  et  fièvre,  
§ Rasoirs  jetables.   état  général  conservé.  Traitement  repose  sur  l’antibiothérapie  systémique  
§ Espacer  le  rasage.   o Thrombophlébite  septique  superficielle  
o Pour  les  furoncles  :     • S  aureus  a  un  caractère  thrombogène  très  important.    
• Pansements  imbibés  d’alcool  à  70°.   • Cliniquement  cordon  inflammatoire,  induré  à  la  palpation  qui  débute  au  site  
• Pénicilline  du  groupe  M  durée  de  traitement  de  10  jours   infecté  (site  de  la  perfusion+++).    
• Antibiothérapie  réservée  aux  terrains  avec  comorbidités,  aux  formes   • Traitement  repose  sur  l’antibiothérapie  et  l’élimination  de  la  porte  d’entrée  
exposant  à  une  complication,  telle  que  le  furoncle  de  la  face  qui  expose  à  la   o Cellulite  ou  dermohypodermite  bactérienne  :  plaque  inflammatoire  
staphylococcie  maligne  de  la  face  :   érythémateuse  et  douloureuse  associée  à  un  œdème  local  et  de  la  fièvre.  
§ Amoxicilline-­‐acide  clavulanique  7  jours.    
§ Pristinamycine  si  allergie.  

2016-­‐17   4/10  

Retrouvez plus de livres médicaux à télécharger gratuitement sur notre page Facebook:
Le trésor des Médecins ( www.facebook.com/LeTresorDesMedecins )
MIT  :  ITEM  152  
Infections  cutanéomuqueuses  bactériennes  et  mycosiques  
 

III.  INFECTIONS  CUTANEOMUQUEUSES  BACTERIENNES-­‐ • Membres  supérieurs  si  antécédent  de  curage  ganglionnaire  surtout.  
• Thorax  si  antécédent  de  thoracotomie.  
ERYSIPELE  (DERMO-­‐HYPERDERMITE  BACTERIENNE)   o Fièvre  entre  38°  et  40°  avec  frissons.  
  o Placard  cutané  inflammatoire  bien  circonscrit  et  œdémateux,  douloureux.  
Evolution   o Pas  de  nécrose,  pas  de  crépitation,  pas  de  choc,  ni  hypoesthésie.  
  o Adénopathies  inflammatoires  régionales  fréquentes,  parfois  trainée  de  
o Guérison  obtenue  en  une  dizaine  de  jours  sous  antibiothérapie.   lymphangite.  
o Risque  évolutif  principal  est  la  récidive  favorisée  par  une  une  insuffisance  veineuse   o Recherche  de  la  porte  d’entrée  locorégionale,  le  plus  souvent  une  fissuration  inter  
ou  lymphatique  chronique  ou  la  persistance  d’une  porte  d’entrée  et  le  surpoids.   orteil  mécanique  ou  d’origine  mycosique.  
  o Principal  facteur  favorisant  local  lymphœdème  chronique.  
o Terrain  :    
Epidémiologie  
• Lymphoedème.  
 
• Insuffisance  veineuse.  
o Concerne  surtout  l’adulte  après  40  ans,  rare  chez  l’enfant.  
• Obésité.  
o Topographie  concerne  surtout  les  jambes.  
 
Facteurs  de  risque  :  
o Obésité.   Examens  complémentaires  
o Insuffisance  veineuse.    
o Lymphoedème.   o En  absence  de  signe  de  gravité  aucun  examen  complémentaire  indispensable    
o Antécédent  d’érysipèle.   o Positif    
o Porte  d’entrée.   • Hyperleucocytose  souvent  marquée  >  12000  avec  polynucléose  neutrophile  
  • Syndrome  inflammatoire  biologique  net,  CRP  souvent  >  150  
Physiopathologie   • Examens  bactériologiques  peu  contributifs  (hémocultures  positives  <  10%  
  des  cas)  
o Dermohypodermite  bactérienne  aigue  non  nécrosante  liée  le  plus  souvent  à  un   o Différentiel    
streptocoque  β  hémolytique  du  groupe  B,  C  ou  G.   • Réalisation  d’un  écho  doppler  n’est  pas  systématique  sauf  si  on  suspecte  
o Sensibilité  à  la  pénicilline  est  de  100%.   une  phlébite  profonde  
o Symptomatologie  inflammatoire  bruyante  liée  à  un  superantigène.    
  Complications  
Clinique    
  o En  l’absence  d’amélioration  :    
o Diagnostic  clinique.   • Abcès  sous  cutané.  
o Dans  la  forme  habituelle  érysipèle  siège  au  membre  inférieur,  tableau  de  «  grosse   • Forme  nécrosante  évoluant  à  bas  bruit.  
jambe  rouge  aigue  fébrile  »  unilatérale.   o Mortalité  <  1%  
o Bourrelet  périphérique  au  visage  ++.    
o Localisations  :     Diagnostics  différentiels  
• Membres  inférieurs  90%.    
• Visage  5-­‐10%.   o Phlébite  surale.    
2016-­‐17   5/10  

Retrouvez plus de livres médicaux à télécharger gratuitement sur notre page Facebook:
Le trésor des Médecins ( www.facebook.com/LeTresorDesMedecins )
MIT  :  ITEM  152  
Infections  cutanéomuqueuses  bactériennes  et  mycosiques  
 

o Dermohypodermite  de  stase  :   Traitement  


• Sur  insuffisance  veineuse.    
• Bilatérale  et  sub-­‐aiguë.   o A  domicile  ou  à  l’hôpital  en  cas  de  doute  diagnostique,  risque  de  décompensation  
• Pas  de  syndrome  inflammatoire.   ou  de  signes  généraux  marqués.  
o Fascite/dermohypodermite  nécrosante  :   o Antibiothérapie  anti  streptococcique  :  
• Prolifération  bactérienne  importante  avec  nécrose.   • β  lactamines  en  monothérapie,  péniciliine  G  injectable,  pénicilline  A  orale  
• La  nécrose  évolue  de  la  profondeur  (hypoderme)  vers  la  superficie.   amoxicilline  ou  augmentin  en  cas  de  doute  sur  la  possibilité  d’autres  
• Facteurs  de  risque  :   bactéries  en  cause.  
§ Diabète.   • pristinamycine  si  allergie  à  la  pénicilline  (mais  15%  de  résistance  des  
§ Artériopathie.   streptocoques  du  groupe  A).  
§ Mauvais  état  général.   • 7-­‐10  jours.  
§ Prise  d’AINS.   o Mesures  associées  :  
• Signes  d’alarme  de  la  fascite  nécrosante  :   • Repos  au  lit  avec  surélévation  des  membres  inférieurs.  
§ Sepsis  :  fièvre>  39°  persistant  sous  antibiotiques  ou  hypothermie,   • AINS  contre-­‐indiqués.  
collapsus,  altération  importante  de  l’état  général  
• Traitement  antalgique.  
§ Signes  locaux  :  douleur  très  intense  ou  au  contraire  évolution  vers  
• Anticoagulation  préventive.  
une  hypoesthésie,  une  induration  diffuse  et  rapidement  extensive,  
• Entourer  les  zones  inflammatoires.  
des  zones  cyaniques  et/ou  nécrotiques,  une  crépitation.  
• Traitement  de  la  porte  d’entrée.  
• Les  examens  complémentaires  ne  doivent  pas  retarder  la  prise  en  charge  
• Anticoagulation  préventive  si  facteurs  de  risque  de  thrombose.  
§ Bilan  préopératoire.  
o Prévention  des  récidives  :  
§ Hémocultures  en  urgence.  
§ Prélèvements  peropératoires.   • Traitement  des  portes  d’entrées.  
§ Pas  d’imagerie.   • Prise  en  charge  de  l’insuffisance  veineuse.  
• Fasciite  nécrosante  est  une  urgence         • Injections  de  benzathine  benzylpénicilline  pendant  au  moins  6  mois  si  >  4  
§ Exploration  chirurgicale  rapide  qui  confirme  le  diagnostic       épisodes/an  et  échec  des  autres  mesures.  
§ Antibiothérapie  intraveineuse  à  fortes  doses  :   o BU  à  3  semaines.  
o  
→ Membres  ou  cervico-­‐facial  :  augmentin  +  clindamycine.  
 
→ Abdomino-­‐périnéal  :  pipéracilline  +  tazobactam/imipénème  +  
métronidazole.   IV.  INFECTIONS  CUTANEOMUQUEUSES  ET  DES  PHANERES  A  
→ Toxicomane  :  augmentin  +/-­‐  vancomycine.   CANDIDA  
§ Mesures  de  réanimation.    
§ Chirurgie  reconstructrice  dans  un  second  temps.  
• 30%  de  mortalité  
Epidémiologie  
o Dermohypodermite  à  Staphylococcus  aureus  à  partir  d’un  mal  perforant  plantaire    
chez  le  diabétique.   o Fréquent,  bénin  
   
   
 
2016-­‐17   6/10  

Retrouvez plus de livres médicaux à télécharger gratuitement sur notre page Facebook:
Le trésor des Médecins ( www.facebook.com/LeTresorDesMedecins )
MIT  :  ITEM  152  
Infections  cutanéomuqueuses  bactériennes  et  mycosiques  
 

Physiopathologie   § Candidoses  gastro-­‐intestinales.  


§ Candidose  anorectale.  
 
o Candidoses  génitales  
o Candida  albicans  est  un  endosaprophyte  du  tube  digestif  et  des  muqueuses  
géntiales  chez  la  femme,  peut  passer  de  l’état  de  saprophyte  à  l’état  pathogène   • Caractère  sexuellement  transmissible  est  controversé.  
sous  l’influence  de  divers  facteurs  favorisants   • Vulvovaginite  candidosique  :  
o N’est  jamais  retrouvé  à  l’état  normal  sur  la  peau.   § Femmes  jeunes  et  d’âge  moyen,  rare  après  50  ans.  
o Facteurs  favorisants  le  développement  d’une  candidose  cutanée  ou  muqueuse  :   § Après  antibiothérapie.  
§ Lésions  érythémateuse  et  œdémateuses,  puis  enduit  blanchâtre  et  
• Facteurs  locaux  :  humidité,  macération,  pH  acide,  irritations  chroniques,  
xérostomie.   leucorrhées  souvent  abondantes.  
§ Prurit  souvent  intense,  pouvant  s’accompagner  de  dyspareunie.  
• Facteurs  généraux  :    
§ Fréquente  extension  aux  plis  inguinaux  et  au  pli  interfessier.  
§ Terrain  :  immunosuppression,  diabète.  
§ Médicaments  :  antibiotiques,  oestroprogestatifs.   • Candidoses  génitales  masculines.  :  Balanite  et  balano-­‐posthite.  
§ immunosuppresseurs,  corticoïdes.     • Peu  fréquentes,  souvent  pausisymptomatiques.  
o Modalités  d’infestation  :   o Intertrigos  candidosiques  
• Voie  endogène  principalement.   • Diagnostic  généralement  clinique.  
• Voie  exogène  rarement.   • Lésion  à  fond  érythémateux  recouverte  d’un  enduit  crémeux  malodorant,  
avec  une  fissuration  fréquente  du  fond  du  pli,  limitée  par  une  bordure  
• Septicémies  ou  lésions  viscérales  profondes  à  C.albicans  exceptionnelles.  
  pustuleuse  ou  une  collerette  desquamative.  
• Auto-­‐inoculation  à  partir  d’un  réservoir  digestif  ou  vaginal.  
Clinique   • Facteurs  favorisants  sont  :  la  macération,  obésité,  le  diabète,  le  manque  
  d’hygiène,  antibiothérapie  systémique.  
o Une  infection  à  Candida  albicans  atteint  :   • Évolution  chronique  et  récidivante.  
• Les  muqueuses  orificielles.   • Intertrigo  des  grands  plis  :  
• Les  plis.   § Plis  axillaires.  
• Les  phanères.   § Plis  sous-­‐mammaires.  
o Candidose  buccales  et  digestive  :   § Plis  inguinaux.  
• Prédominent  sur  les  extrémités  du  tube  digestif.   § Plis  inter  fessiers.  
• Fréquente  aux  âges  extrêmes  de  la  vie,  en  cas  de  prothèses  dentaires,  chez   • Intertrigo  des  petits  plis.  
les  sujets  immunodéprimés  ou  sous  antibiotiques.   o Candidoses  des  phanères  
• Si  forme  récidivante  ou  sans  facteur  déclenchant  retrouvé  :  dépistage  VIH.   • Folliculite  candidosiques  du  cuir  chevelu  :  
• Candidose  buccale  :   § Inflammation  et  une  suppuration  douloureuse  du  follicule  pilosébacé  
§ Perlèche.   par  C.albicans.  
§ Glossite.   • Onychomycoses  candidosiques  :  
§ Stomatite.   § Ongles  des  doigts  sont  atteints  préférentiellement.  
§ Muguet  :  enduit  blanchâtre  plus  ou  moins  confluent  de  la  langue  et   § Femmes  de  ménage.  
de  la  muqueuse  jugale.   § Débute  par  un  périonyxis  :  bourrelet  inflammatoire  péri-­‐unguéal.  
• Candidose  digestive  :   § Tablette  unguéale  est  envahie  secondairement  à  partir  du  bord  
§ Atteinte  oesophagienne.   proximal  et  prend  un  teinte  jaunâtre.  
2016-­‐17   7/10  

Retrouvez plus de livres médicaux à télécharger gratuitement sur notre page Facebook:
Le trésor des Médecins ( www.facebook.com/LeTresorDesMedecins )
MIT  :  ITEM  152  
Infections  cutanéomuqueuses  bactériennes  et  mycosiques  
 

§ Évolution  chronique,  parsemée  de  poussées  intermittentes.   • D’une  atteinte  phanérienne  associée.  
§ Diagnostic  différentiel  :  périonyxis  bactérien  (staphylococuqe  doré,   • Du  risque  d’effets  secondaires  et  d’interactions  médicamenteuses.  
streptocoque),  dermatophytes.   • Du  cout.  
o Infections  cutanées  à  Malessezia  furfur  :     o Antifongiques  locaux  :  
• Pityriasis  versicolor  :     • Molécules  :  imidazolés,  pyridones,  allylamines.  
§ Macules  individualisées  puis  confluentes,  rosées  puis  chamois.   o Antifongiques  généraux  :  
§ Achromiques  après  exposition  solaire.   • Fluconazole,  polyènes,  terbinafine,  amphotéricine  B.  
§ Pas  de  prurit.   • 3  semaines.  
§ Diagnostic  :  «  scotch  test  cutané  »  et  examen  microscopique.    
 
V.  INFECTIONS  A  DERMATOPHYTES  
Examens  complémentaires    
 
Physiopathologie  
Pas  toujours  pratiqué  en  routine  car  la  présentation  clinique  est  souvent  évidente,  en  
raison  de  l’efficacité  du  traitement  d’épreuve  antifongique  local    
o Positif   o Champignons  filamenteux.  
o Trois  genres  de  dermatophytes  :    
• Indications  :  
§ Atypie  clinique  ou  doute  diagnostique   • Macrosporum  sp.  
§ Lésions  récidivantes   • Epidermophyton  sp.  
§ Résistance  à  un  traitement  adapté   • Trychophyton  sp.  
• Prélèvement  des  lésions  cutanéo-­‐muqueuses  se  fait  à  l’écouvillon,   o 3  types  de  reservoir  :  
prélèvement  de  l’ongle  se  fait  par  un  découpage  d’un  fragment  de  tablette   • Tellurique.  
• Examen  direct  recherche  des  levures  bourgeonnantes  et  la  présence  de   • Humain.  
pseudo-­‐filaments   • Animal.  
• Culture  sur  milieu  de  Sabouraud  permet  le  développement  des  colonies  en    
48  heures   Clinique  
o Si  infection  profonde  :  sérologie  VIH.    
  o Absence  d’atteinte  muqueuse.  
Traitement   o Recherche  de  cas  dans  l’entourage.  
  o Intertrigo  des  petits  plis  :  
o Traitement  des  facteurs  favorisants,  traitement  simultané  de  tous  les  foyers.   • Porte  d’entrée  des  érysipèles.  
• Savon  alcalin  si  vulvo-­‐vaginite.   • Facteurs  favorisants  :  macération,  chaussures  synthétiques.  
o Traitement  local,  parfois  associé  à  un  traitement  général  en  cas  d’atteinte   • Fissuration  +/-­‐  prurit  
étendue,  inaccessible  à  un  traitement  local  simple,  associé  à  un  contexte  de  déficit   • Pli  interdigital  au  niveau  des  pieds.  
immunitaire.   o Intertrigo  des  grands  plis  :  
o Choix  des  antifongiques  tient  compte  :   • Fond  sec.  
• De  la  localisation  et  de  l’étendue  des  lésions.   • Extension  à  distance  du  pli.  
• Du  terrain.   • Bords  polycycliques.  

2016-­‐17   8/10  

Retrouvez plus de livres médicaux à télécharger gratuitement sur notre page Facebook:
Le trésor des Médecins ( www.facebook.com/LeTresorDesMedecins )
MIT  :  ITEM  152  
Infections  cutanéomuqueuses  bactériennes  et  mycosiques  
 

o Onyxis  dermatophytique  (onychomycose)  :   Traitement  


• Ongle  friable  et  jaunâtre.    
• Atteinte  du  bord  libre.   o Suppression  ou  traitement  des  facteurs  favorisants.  
• Pas  de  perionyxis.   • Bien  sécher  les  espaces  inter-­‐orteils  et  les  plis  après  la  toilette.  
o Dermatophytie  cutanée  (=  herpes  circiné)   o Traitement  médical  :  
• Enfants  et  professionnels  exposés  aux  animaux  domestiques  et  d’élevage.   • Local  toujours  :  azolés  2  semaines.  
• Plaques  érythémato-­‐squameuses,  arrondies.   • +/-­‐  général  (pour  les  teignes)  :    
• Limites  nettes,  prurigineuses.   § griséofulvine  ou  kétoconazole.  
• Extension  centrifuge.   § Per  os.  
o Teignes  tondantes  à  examen  à  la  lumière  de  Wood.   § 6-­‐8  semaines.  
• Enfants  ++.   o Perionyxis  :    
• Contamination  interhumaine  et  animale.   • Meulage  de  l’ongle.  
• Plaques  d’alopécie  du  cuir  chevelu.   • Vernis  antifongique  pendant  3-­‐6  mois  si  mains  et  6-­‐9  mois  si  pieds  ou  
• Teignes     atteinte  matricielle.  
§ Microsporique  :     o Traitement    de  l’entourage.  
→ grandes  plaques.   o Si  teigne  :  eviction  scolaire.  
→ Unique.    
→ Cheveux  cassés  courts.    
→ Fluorescent  à  la  lumière  de  Wood.  
§ Tricophytique  :      
→ petites  plaques.  
→ Multiples.    
→ Cheveux  cassés  ras.  
→ Non  fluorescentes  à  la  lumières  de  Wood.  
o Teignes  suppurées  :    
• Enfants  et  adultes.  
• Non  contagieuses.  
• Chute  provisoire  des  cheveux.  
 
Examens  complémentaires  
 
o Positif  
• Prélèvement  mycologique  
§ Examen  direct  .  
§ Culture.  
 

2016-­‐17   9/10  

Retrouvez plus de livres médicaux à télécharger gratuitement sur notre page Facebook:
Le trésor des Médecins ( www.facebook.com/LeTresorDesMedecins )
MIT  :  ITEM  152  
Infections  cutanéomuqueuses  bactériennes  et  mycosiques  
 

Mon  mémento  
o    

o    

o    

o    

o      

o    

o    

o    

o    

o    

o    

2016-­‐17   10/10  

Retrouvez plus de livres médicaux à télécharger gratuitement sur notre page Facebook:
Le trésor des Médecins ( www.facebook.com/LeTresorDesMedecins )

Vous aimerez peut-être aussi