Vous êtes sur la page 1sur 4

Signé numériquement par

sba-medecine.com

Neurologie  :  ITEM  99     ND : C=FR,


OU=sba-medecine.com,
O=www.sba-medecine.co

Paralysie  faciale  
m, CN=sba-medecine.com,
E=admin@sba-medecine.c
om
 
 

Objectif  CNG  :   Physiopathologie  


o Argumenter  les  principales  hypothèses  diagnostiques.    
o Justifier  les  examens  complémentaires  pertinents.   RAPPEL  NERF  VII  :  
Recommandations  :   o Motricité  de  la  face.  
o Collège  des  enseignants  de  Neurologie  -­‐  4  ème  édition   o Sensitif  :  zone  de  Ramsay  Hunt.  
o Pas  de  conférence  de  consensus  en  2015   o Sensoriel  :  gustation.  
NOTIONS  CLÉS   o Végétatif  :  glandes  lacrymales  et  salivaires.  
Formes  cliniques  :    
Central   =   territoire   inférieur   +   dissociation   automatico-­‐volontaire   +   déficit    
neurologique.   Formes  cliniques  
Périphérique  =  territoire  inférieur  +  supérieur.    
Etiologies  :  
Central  :  Cf.  Item  
CENTRALE  :  
+++ o   Touche  principalement  la  partie  inférieure  du  visage.  
Périphérique  :   a   frigore  :   isolée,   guérison   en   quelques   semaines   90%   à  
o   4  Signes  cliniques  inférieurs  :  
corticothérapie/   Autres:   traumatique,   tumorale,   vasculaire,   sclérose   en   plaque,  
polyradiculonévrite  aiguë,  infectieuses  (mauvais  pronostic),  sarcoïdose.   • Effacement  du  pli  naso-­‐génien.  
Complications  :   • Chute  de  la  commissure  labiale.  
Kératite  à  protection  de  la  cornée.   • Impossibilité  de  siffler  ou  gonfler  les  joues.  
  • Attraction  de  la  bouche  du  côté  sain  lors  du  sourire.  
o   Dissociation  automatico-­‐volontaire  (mimiques  spontanées  conservées).  
 
o   Presque  toujours  associée  à  un  déficit du  membre  supérieur  associé.  (signe  de  la  
main  creuse)  
 
PERIPHERIQUE  :  
o Touche  la  partie  inférieure  et  supérieure  du  visage.  
o Signes  cliniques  inférieurs  +  signes  cliniques  supérieurs.  
o Fermeture  incomplète  de  l’œil  
o Bascule  du  globe  oculaire  vers  le  haut  =  signe  de  Charles  Bell.  
o Effacement  des  rides  du  front.  
o Abolition  du  réflexe  cornéen  
o Pas  de  différence  entre  motricité  volontaire  et  automatique.  
 
Remarque  :   Dans   les   formes   frustres  :   si   le   patient   ferme   les   yeux   fort,   les   cils   sont   plus  
apparents  du  côté  paralysé  à  signe  de  Souques.  

2016-­‐17   1/4  
 
Retrouvez plus de livres médicaux à télécharger gratuitement sur notre page Facebook:
Le trésor des Médecins ( www.facebook.com/LeTresorDesMedecins )
Neurologie  :  ITEM  99    
Paralysie  faciale  
 
   

Diagnostic  topographique     Etiologie  


   
Paralysie  faciale   o Idiopathique  =  a  frigore  80%  :  
Paralysie  centrale   • Cause  la  plus  fréquente.  
  • Physiopathologie  :  neuropathie  œdémateuse  inflammatoire  ou  virale.  
Et  déficit  neurologique  focal  central   • Clinique  :   Brutalement  le   matin   ou   après   exposition   au   froid,   en   association  
Paralysie  périphérique   avec   des   douleurs   rétro-­‐auriculaire   et   hyper-­‐acousie.   1/3   des   patients   ont  
  une  sensation  d’engourdissement.  Le  reste  de  l’examen  est  normal.  
Intrinsèque=  atteinte  du   Extrinsèque  :  atteinte   +++ • Evolution  favorable  le  plus  souvent,  récupération  en  2  mois  à  5   à   10%   de  
Idiopathique  :  a  figore  
nerf  facial   hors  nerf  facial   séquelles  :  la  rapidité  de  récupération  est  un  facteur  de  bon  pronostic.  
o Traumatisme   o Traumatique  :  
crânien  :   fracture   du   • Rechercher  la  rupture   du   tympan   ou   du   conduit,  une  fuite   de   LCS   ou  une  
rocher  à  par  section   otorragie.  
o Poly-­‐radiculonévrite   • Traitement  chirurgical  ou  corticoïdes  pour  les  œdèmes  secondaires.  
aiguë  :   diplégie   (cf   o Zona  du  ganglion  géniculé  :  
item  94)   o Traumatisme   • Eruption   vésiculeuse   dans   la   zone   de   Ramsay-­‐Hunt   (conque   +   conduit  
o Infectieuse  :   zona   du   crânien  :   fracture   du   externe)  
+++
ganglion   géniculé   /   rocher  à  par  œdème   • Douleur .  
méningo-­‐radiculite   o Vascularite  :   • Associé  à  une  atteinte  auditive.  
 
bactérienne   (Lyme)   syndrome   alterne   /   • Traitement  antiviral.  
ou   virale   (oreillons,   TVC*   o VIH  :  
coxsackie,   herpes)   /   o Sclérose  en  plaque   • Fréquent.  
VIH   /   Pathologie   ORL   o Tumorale   • LCS  anormal  avec  une  augmentation  des  gamma-­‐globulines.  
(parotidite,   o Tumeur    
mastoïdite)   • De  l’angle  ponto-­‐cérébelleux  =  neurinome.  
o Multi-­‐névrite  :   • Gliome.  
diabète,   sarcoïdose,  
• Métastase.  
amylose  
• Méningite  carcinomateuse.  
     TVC*  :  Tension  Veineuse  Centrale  
• Tumeur  parotidienne.  
 
o Sarcoïdose  :  syndrome  de  Heerdfort.  
SI  PERIPHERIQUE  :  
 
o Test  de  Schirmer  à  si  diminution  des  sécrétions  lacrymales  =  lésion  en  amont  du  
Remarque  :   syndrome   de   Melkerson-­‐Rosenthal   (rare)  :   paralysie   faciale   périphérique  
ganglion  géniculé.  
récidivante   +   infiltration   cutanéomuqueuse   de   la   face   (lèvres)   +   langue   plicaturée   +  
o Impédancemétrie   à   si   abolition   du   réflexe   stapédien   lésion   en   amont   du   ganglion  
antécédents  familiaux.  
géniculé.  
 
o Hémi-­‐agueusie  des  2/3  antérieurs  de  la  langue  =  lésion  de  la  corde  du  tympan.  
o Si  déficit  moteur  pur  à  lésion  en  aval  de  la  corde  du  tympan.  

2016-­‐17   2/4  
 
Retrouvez plus de livres médicaux à télécharger gratuitement sur notre page Facebook:
Le trésor des Médecins ( www.facebook.com/LeTresorDesMedecins )
Neurologie  :  ITEM  99    
Paralysie  faciale  
 

o Etiologie  de  la  paralysie  faciale  centrale:  


• AVC  et  AIT  ++.  
• Crise  d’épilespie.  
• Aura  migraineuse.  
• Raisonner  comme  devant  un  déficit  neurologique  récent.  
 
Complications  
 
KERATITE  :    
o Dépistage.  
o Prévention  :  Larmes  artificielles  /Pansement  occlusif  la  nuit  /  Collyre  anti-­‐septique  
/  Tarsorraphie  transitoire  éventuellement.  
 
SEQUELLES  :  
o Persistance  du  déficit  moteur.  
o Hémi-­‐spasme  facial  post-­‐paralytique.  
o Mouvements  syn-­‐cinétiques  (ex  :  le  gonflement  des  joues  entraine  la  fermeture  de  
l’œil).  
o Syndrome  des  «  larmes  de  crocodile  »  (ré-­‐innervation  aberrante).  
 
 
Traitement  
 
(HORS  OBJECTIFS  ECN)  :  
o Prévention  des  complications  oculaires.  
o Corticothérapie   per   os   1   mg/Kg   10   jours   dès   les   72   premières   heures,     15   jours  
(sauf  si  herpès,  zona  SMZ).  

2016-­‐17   3/4  
 
Retrouvez plus de livres médicaux à télécharger gratuitement sur notre page Facebook:
Le trésor des Médecins ( www.facebook.com/LeTresorDesMedecins )
Neurologie  :  ITEM  99    
Paralysie  faciale  
 
 

Mon  mémento  
o      

o    

o    

o    

o    

o    

o    

o    

o    

o    

o    

o    

o    

o    

o    

o    

o    

o    

o    

2016-­‐17   4/4  
 
Retrouvez plus de livres médicaux à télécharger gratuitement sur notre page Facebook:
Le trésor des Médecins ( www.facebook.com/LeTresorDesMedecins )