Vous êtes sur la page 1sur 11

Ministère de l’Agriculture et des Ministère de l’éducation National

Ressources hydrauliques de l’Enseignement Supérieur et de


la Recherche
Institution de la Recherche et de
L‘Enseignement Supérieur Agricoles
Université de Jendouba

Ecole Supérieure des Ingénieurs


Medjez El Bab

Rapport sur
Les essais sur le béton
frais

Réalisé par :
 Jerbi Mahjouba
Encadré par :
Mr . BEN ALI

1
TABLE DES MATIERES

INTRODUCTION …………………………………………….…4
ESSAIS SUR LE BETON FRAIS …………………………........4
1. Essai d’affaissement ……………………………………………5
2. Essai d’étalement à la table à chocs ……………………………6
3. Essai d’étalement (essai spécifique au BAP) ………………..…7

4. Essai de Teneur en air……………………………….…………9

5. Essai sur la masse volumique ……………………………...…10

CONCLUSION ………………………………………………..11

2
LISTE DES FIGURES
Figure 1 : Essai sur le béton frais................................................... 4
Figure 2 : Essais d’affaissement .................................................... 5
Figure 3 : Etapes d’affaissement.................................................... 6
Figure 4 : Essai d’étalement à la table à chocs ............................... 6
Figure 5: Etapes d’étalement à la table à chocs.............................. 7
Figure 6: Essai d’étalement (essai spécifique au BAP) .................. 8
Figure 7 : Essai de Teneur en air ................................................... 9
Figure 8 : Essai sur la masse volumique ...................................... 10
Figure 9 : Essai à Boite en L........................................................ 11
Figure 10 : Essai sur la stabilité au tamis ..................................... 11

3
I. INTRODUCTION
Une construction en béton qui offre satisfaction et performance repose sur un matériau doté de
propriétés adaptées.
La qualification de ces propriétés se définit à travers toute une gamme d’essais, d’études, de
convenances et de contrôles, réalisés sur béton frais et sur béton durci.
Les critères de conformité sont donnés par les normes et les CCTP.
Aujourd’hui, nous consacrons notre rapport pour les essais sur le béton frais.

II. ESSAIS SUR LE BETON FRAIS

Qu’est-ce qu’un béton frais ?


Le béton est dit frais lorsqu’il n’a pas entamé son processus de prise et de durcissement.
Le béton frais a la capacité de se déformer et de s’écouler ; ce qui permet de le transporter ou de le
pomper et de remplir les moules ou les coffrages.
Le béton frais présente deux propriétés fondamentales :

L’APTITUDE AU MOULAGE :

Elle lui permet de prendre toutes les formes possibles.

LA MANIABILITÉ ou L’OUVRABILITÉ :
Figure 1 : Essai sur le béton frais

Les caractéristiques de l’ouvrage et les moyens de mise en œuvre du béton déterminent une
composition dont la consistance est ajustée par l’essai au cône d’Abrams.

Cette propriété est indispensable pour garantir un parfait remplissage des moules et des coffrages
dont les formes sont parfois complexes et un bon enrobage des armatures.

De nombreux paramètres influent sur la maniabilité : nature et dosage en ciment, forme des granulats,
dosage en eau et emploi des adjuvants.

Quelles sont les essais réalisables sur le béton frais ?

La consistance du béton est un facteur important pour la mise en œuvre du béton.

Les essais qu’on doit effectuer sont : Essais d’affaissement, étalement à la Table à choc,
étalement (essai spécifique au BAP), teneur en air occlus, masse volumique, essais de convenance.

4
1. Essais d’affaissement

Cet essai réalisé avec le cône d’Abrams permet de déterminer la consistance du béton avec des
granulats inférieurs à 40mm et des affaissements compris entre 10mm et 200mm. En dehors de ces
limites, la mesure de l’affaissement peut être inadaptée et il convient alors d’utiliser d’autres
méthodes.

L’affaissement ne doit pas évoluer dans la minute qui suit l’essai.

 Equipement d’essai :

o Moule stable en forme de tronc de cône de 300 mm de haut, avec diamètre inférieur à 200
mm et diamètre supérieur de 100 mm
o Main écope carrée ou ronde
o Tige de piquage métallique de 600 mm de long et 16 mm de diamètre,arrondie aux extrémités
o Surface de base rigide, plate et non absorbante (par ex. une tôle).

Figure 2 : Essais d’affaissement

 Exécution :

o L’essai doit être réalisé sur une surface horizontale


o L’essai complet doit être exécuté sans interruption en moins de deux minutes et demie
o Démouler verticalement (sans mouvement de torsion) en 5 à 10 secondes
o Mesurer l’affaissement du béton à 10 mm près
5
Si le béton se
cisaille, l’essai
est à répéter.

Figure 3 : Etapes d’affaissement

2. Essai d’étalement à la table à chocs

L’essai d’étalement est généralement utilisé pour des valeurs comprises entre 350 et 620 mm.

 Equipement d’essai :

 Table d’étalement : Table mobile, comportant un plateau plan de 700 x 700 mm d’une masse
de 16 kg, destiné à recevoir le béton et relié par des charnières à une base rigide sur laquelle il
peut tomber d’une hauteur fixe.

 Moule : Moule métallique, et d’une épaisseur minimale de 1,5 mm.

o diamètre de la base inférieure : 200 mm,


o diamètre de la base supérieure : 130 mm,
o hauteur : 200 mm.

Figure 4 : Essai d’étalement à la table à chocs

 Exécution :

• L’essai doit être réalisé sur une surface horizontale.

6
Figure 5: Etapes d’étalement à la table à chocs

3. Essai d’étalement (essai spécifique au BAP) :

Cet essai est le seul essai de caractérisation à être réalisé sur le chantier.

 Matériel :

o Plaque métallique de 900 mm de coté minimum


o Cône (idem essai affaissement)

 Réalisation de l’essai :

o Humidifier légèrement la plaque


o Placer le cône au centre de la plaque
o Le maintenir fermement s’il n’est pas auto-stable
o Remplir le cône en une seule fois à l’aide d’un seau (ne pas utiliser de main-écope)
o Soulever le cône de manière régulière et sans à-coups
o Mesurer deux diamètres perpendiculaires de la galette obtenue • Etalement = d1 + d2 / 2
arrondi à 10 mm près

7
BAP : 550 mm < étalement < 850
mm

Figure 6: Essai d’étalement (essai spécifique au BAP)

4. Essai de Teneur en air


La teneur en air des bétons doit être mesurée pour la résistance au gel.

Remplissage du récipient et serrage du béton :

8
À l’aide de la main écope, placer le béton dans le récipient de manière à éliminer autant d’air occlus que possible.
Introduire le béton en trois couches d’épaisseurs approximativement égales. Serrer à refus le béton immédiatement après
son introduction.

La quantité de matériau utilisée dans la couche finale doit être suffisante pour remplir le récipient sans avoir à retirer
du matériau en excès. Une petite quantité de béton supplémentaire peut être ajoutée si besoin et serrée ensuite afin de
remplir le récipient, mais il convient d’éviter de retirer du matériau en excès.

Deux méthodes alternatives sont possibles :

• La méthode de la colonne d’eau

• La méthode du manomètre.

Pour les deux méthodes, il convient de nettoyer soigneusement les rebords du récipient et du couvercle et de
s’assurer de la bonne étanchéité sous pression entre le couvercle et le récipient. L’essai sera ensuite réalisé conformément
à la norme et le résultat exprimé en % arrondi à 0,1 % près.

Ces essais ne sont pas significatifs pour des bétons d’affaissement nul et les bétons réalisés avec des granulats
poreux ou légers.

Figure 7 : Essai de Teneur en air

5. Essai sur la masse volumique

 Appareillage :
Récipient étanche à l’eau, suffisamment rigide. Le bord supérieur et la base doivent être parallèles. La plus petite
dimension du récipient doit être égale à au moins quatre fois la dimension du plus gros granulat du béton, mais doit être
au moins égale à 150 mm. Le volume du récipient ne doit pas être inférieur à 5 litres.

Les récipients suivants peuvent être utilisés :

• cylindre 16 x 32 métallique ou plastique

• pot spécifique

• cuve de l’aéromètre
9
Balance permettant de déterminer la masse du béton après serrage avec une précision de 0,01 kg.

 Réalisation de l’essai :
Remplir le moule et serrer le béton à refus par couches d’épaisseurs approximativement égales et de hauteurs
maximales d’environ 100 mm. La surface supérieure doit ensuite être talochée et soigneusement arasée avec la règle.

La masse volumique est calculée selon la formule :

D = (m2-m1)/V

D est la masse volumique du béton frais, en kilogrammes par mètre cube (kg/m3) arrondie aux 10 kg /m3 les plus
proches ;

m1 est la masse du récipient, en kilogrammes (kg) ;

m2 est la masse du récipient plus la masse de béton contenu dans le récipient, en kilogrammes (kg) ;

V est le volume du récipient, en mètres cubes (m3).

Figure 8 : Essai sur la masse volumique

Autres essais pour la mise au point des formules en laboratoire :

L’essai de la boite en L consiste à déterminer la mobilité du béton en milieu confiné et de vérifier que
la mise en place du béton ne sera pas altérée par la présence de formes complexes ou de taux
d’armatures métalliques trop important.

10
Figure 9 : Essai à Boite en L

L’essai de stabilité au tamis permet de qualifier les BAP vis-à-vis du risque de ségrégation.

Figure 10 : Essai sur la stabilité au tamis

III. CONCLUSION

L’objectif de ces contrôles consiste à vérifier la qualité des produits fabriqués et la qualité des
ouvrages réalisés en fonction des prescriptions du maître d’œuvre.

Dans le cas d’une construction en béton, des essais et contrôles doivent être effectués sur le béton
frais ainsi que sur le béton durci.

11

Vous aimerez peut-être aussi