Vous êtes sur la page 1sur 14

Chapitre 3 Transport des données par PDH et SDH

3. 3 SDH

Le PDH est système de transmission utilisé depuis les années 70 il présente


néanmoins plusieurs inconvénients. Il consomme inutilement de la bande passante
lors l’utilisation des surdébits (pour la justification et bourrage). En plus, il
nécessite l’obligation de démultiplexeur complètement le train binaire à haut
débit pour extraire un lien E1 de 2Mb/s. En plus la gestion et le control d’un
réseau PDH est limité par le fait qu’il n’existe plus de bits libres dans la trame. A
partir des années 80 un nouveau système de transmission numérique est apparu
utilisant une hiérarchie synchrone utilisant une horloge de référence (voir Fig 3.8).
Ce système appelé SDH (Synchronous Digital Hierarchy) s’est largement inspiré du
SONET (introduit par les Laboratoires Bell en 1984). Les premiers standards
(normes) du SDH ont été élaborées en 1988. Ces standards sont G.707, G.708, et
G.709 par IUT-T et l’ETSI. La hiérarchie numérique synchrone SDH (Synchronous
Digital Hierarchy) est basée sur des trames STM-N (Mode de Transfert Synchrone)
où N désigne le niveau dans le hierarchie.

Figure 3.8 Système SDH.

La différence majeure du SDH par rapport au PDH est le fait que la distribution de
l’horloge est présente à tous les niveaux du réseau minimisant ainsi les écarts
d’horloge. Les différents signaux sont encapsulés dans une partie appelée
conteneur. Avec chaque conteneur est joint un surdébit (Overhead) (bits de
services) qui est réservé à l’exploitation de celui-ci. Le conteneur et le surdébit
forment un bloc appelé conteneur virtuel (VC, Virtual Container) comme illustré
sur la figure ci-dessous. Le SDH utilise aussi la notion de pointeur (Pointer) qui
existe dans le surdébit pour indiquer l’emplacement de la charge utile de la trame
SDH. Le pointeur permet l’extraction et l’insertion un train numérique sans être
Cours Reseaux d’opérateurs , Master Réseaux de Télécommunications,
Département de Telecom, Faculté F.E.I, U.S.T.HB Mr A.ARCHI
Chapitre 3 Transport des données par PDH et SDH

obliger de reconstituer toute la chaine de multiplexeurs. Ceci est l’un des


principaux avantages de la hiérarchie SDH par rapport à la hiérarchie PDH.

Figure 3.9 Conteneur et virtuel conteneur SDH.

SDH a été conçu avec l’idée de permettre la gestion et le contrôle du réseau de


transmission. Ainsi un pourcentage d’à peu près 5 % de la structure du signal SDH
est défini prendre en charge ces procédures et permettre leur utilisation.

Il est possible de transférer toutes les signaux des unités tributaires (Tributary
Unit) utilisés dans les différents réseaux de communications. Ceci dénote la
grande flexibilité de la hiérarchie SDH.

3.3.1 Structure de trame STM-1 (Synchronous Transfer Mode) du SDH

La transmission de l’information dans la technologie SDH est basée sur la structure


de la trame STM-1. Toutes les données à transmettre sont alignées dans des
trames de 155,52 Mb/s qui contiennent aussi des informations d’adressage. Une
trame STM-1 est construite à partir de 270 colonnes et 9 lignes. Ceci donne un
total de 2430 octets. Puisque un octet contient 8 bits ainsi le nombre total dans
une trame STM-1 est de 19440. La trame est lue line par line en commençant de la
gauche à droite et de haut vers le bas (voir Fig 3.10). Tout ceci dans un temps égal
à 125 µs. Le débit de transmission d’une trame est alors calculé 19 440 bits/125 µs
= 155,52 Mb/s.

Cours Reseaux d’opérateurs , Master Réseaux de Télécommunications,


Département de Telecom, Faculté F.E.I, U.S.T.HB Mr A.ARCHI
Chapitre 3 Transport des données par PDH et SDH

Figure 3.10 Structure d’une trame STM-1.

Les neuf premières colonnes dans la trame STM-1 forment, le surdébit SOH
(Section Overhead). Les octets de cette section sont utilisées pour le contrôle du
réseau, indication du début de trame, pointe vers le début de la charge et la
notification des erreurs. Les trois premières lignes du SOH forment le surdébit de
la section du régénérateur (RSOH) et les cinq dernières lignes forment à leur tour le
surdébit de la section du multiplexeur (MSOH). Les pointeurs (AU-pointers) sont
situés dans la quatrième ligne.

Les dernières 261 colonnes forment le conteneur virtuel (Virtual Container) VC-4.
Ce dernier est divisé en deux parties, qui sont le surdébit du chemin (POH-Path
OverHead) et le conteneur (Container) C4. Le surdébit POH occupe toute la
dixième colonne (voir Fig 3.11). Il contient les informations d’alarme, de service et
de routage pour les connections point à point.

Figure 3.11

POH est toujours généré dans le même nœud SDH où la charge pénètre le réseau
SDH. POH est toujours acheminé avec la charge et il est désassemblé seulement
quand la charge quitte le réseau SDH.

Cours Reseaux d’opérateurs , Master Réseaux de Télécommunications,


Département de Telecom, Faculté F.E.I, U.S.T.HB Mr A.ARCHI
Chapitre 3 Transport des données par PDH et SDH
3.3.2 Trames SDH de niveau supérieur- (STM-N)

Pour atteindre une capacité de transmission plus grande que la trame STM-1 qui a
un débit 155,52 Mb/s, nous pouvons utiliser des niveaux supérieurs du STM. Ceci
en multiplexant (entrelacement par octet) des trames STM-1 afin de construire des
trames STM-N de niveau N avec des débits supérieurs. Les débits obtenus dans la
hiérarchie SDH sont montrés dans figure ci-dessous.

Figure 3.12 Débits dans la hiérarchie SDH.

Une illustration simplifiée de la structure d’un multiplexeur SDH qui construit des
trames STM-N de niveau supérieur est montrée dans la figure 3.13.

Figure 3.13 Structure d’un multiplexeur SDH.

Des entités numériques appelées conteneurs C (Container) mappent les affluents


dans un premier temps. A chaque conteneur correspond un débit maximal
admissible (voir Fig 3.14).
Cours Reseaux d’opérateurs , Master Réseaux de Télécommunications,
Département de Telecom, Faculté F.E.I, U.S.T.HB Mr A.ARCHI
Chapitre 3 Transport des données par PDH et SDH

Conteneur DEBIT (Mb/s)


C11 1,544
C12 2,048
C2 6,312
C3 34,368
C4 140

Figure 3.14 Conteneurs SDH et leur débits.

Ces conteneurs sont encapsulés dans des conteneurs virtuels VC (Virtual


Container) qui possèdent une zone d’octets de service appelée surdébit de gestion
du chemin (PATH) (voir Fig. qui est appelée POH.

Les conteneurs virtuels VC sont contenus dans des blocs d’unités d’affluents TU
(Tributary Unit). Un pointeur placé dans les TU indique la position des VC dans les
TU. Des zones appelée groupe d’unités d’affluents TUG (Tributary Unit Group)
contiennent les TU qui sont multiplexés octet par octet.

Un TUG peut être aussi multiplexé dans un TUG supérieur (TUG-2 dans TUG-3). Les
TUG sont à leur tour groupés dans un conteneur virtuel, dit d’ordre supérieur HO
(High Order), VC-4.

Des zones d’unités appelées administratives AU (Administrative unit) transportent


à leur tour les conteneurs virtuels dans les couches supérieures du multiplexeur.

Les unités administratives AU sont ensuite multiplexés dans un groupe d’unités


administratives AUG (Administrative Unit Group). Dans chaque AUG on insère des
informations relatives à la justification et l’alignement correspondant à chaque VC
qu’il contient. Ces informations (identification, alignement et justification des VC)
se trouvent dans une zone précise du surdébit de gestion de la trame STM.

-Le Conteneur (Container)

Le conteneur est une entité dont la capacité est conçue pour transporter un débit
définit par le UIT-T. Les signaux à transporter proviennent de liaisons qui peuvent
être synchrones ou asynchrones. Pour faciliter leur transport, on les segmente en
petit blocs appelés « conteneurs ». Un conteneur contient un paquet de données
utiles (payload) arrivés au rythme du débit de l'affluent pendant 125μs plus un

Cours Reseaux d’opérateurs , Master Réseaux de Télécommunications,


Département de Telecom, Faculté F.E.I, U.S.T.HB Mr A.ARCHI
Chapitre 3 Transport des données par PDH et SDH
certain nombre d'octets de bourrage dont le rôle est d'adapter le débit incident à
la structure de la trame.

-Le conteneur virtuel (Virtual Container)

Le conteneur virtuel VCn est alors obtenu à partir du conteneur en lui ajoutant un
entête POH (Path Over Head) utilisé pour la gestion du conteneur (routage,
concaténation, justification).

Les VCn sont des éléments de bases transportés par le réseau SDH, ils seront
multiplexés pour obtenir des blocs plus grands et ainsi de proche en proche jusqu’à
l’obtention d’une trame de base STM-1 constitué de 2430 octets.

Figure 3.15

Le conteneur virtuel joue le rôle du gestionnaire du conteneur, il sera transporté à


travers le réseau SDH en suivant le chemin (path) entre le point d’entrée et le point
de sortie. Des bits de gestions appelés POH (Path OverHead) sont ajoutés au
conteneur C-n, cet ensemble constitue, appelé un conteneur virtuel Cv (Virtual
container).

Les VCs sont les éléments de base transportés par le réseau SDH, ils seront
multiplexés ensuite pour l’obtention de grands blocs et ainsi de proche en proche
jusqu'à avoir une trame de base STM-1 constituée de 2430 octets.

Il existe deux types de VC :

• D’ordre inferieur (VC-11, VC-12, VC-2, VC-3) qui sont transportés dans des VCs

d’ordre supérieur.

• D’ordre supérieur (VC-3, VC-4) qui sont multiplexés pour former le signal
résultant.

Cours Reseaux d’opérateurs , Master Réseaux de Télécommunications,


Département de Telecom, Faculté F.E.I, U.S.T.HB Mr A.ARCHI
Chapitre 3 Transport des données par PDH et SDH

Conteneur DEBIT (Mb/s)


C11 1,544
C12 2,048
C2 6,312
C3 34,368
C4 140

Figure 3.16 Débits des différents conteneurs SDH.

-L'unité d'affluent : TUn (Tributary Unit)

Pour pouvoir localiser un VC dans une trame SDH sans placer le conteneur à un
endroit précis dans la trame, ce qui nécessiterait des mémoires-tampons pour
synchroniser. On utilise un pointeur pour indiquer l’adresse relative au VC par
rapport au début de la trame. Le début d'une TU ne coïncide pas forcément avec
celui d'un VC. Le fait qu'un VC puisse se trouver à n'importe quelle position de la
TU, on dit que celui-ci flotte à l'intérieur de la TU (voir Fig 3.17) et il est plus
souvent en chevauchement sur deux trames consécutives, La valeur de ce pointeur
indique l'emplacement du VC-n dans la trame de transport. Ce pointeur est associé
au processus de justification du VC dans la trame de transport, c'est à dire que la
position du VC dans la trame peut changer s’il y a justification.

Figure 3.17 Unités d’affluents TU3 et TU12 dans un multiplexeur SDH.

Cours Reseaux d’opérateurs , Master Réseaux de Télécommunications,


Département de Telecom, Faculté F.E.I, U.S.T.HB Mr A.ARCHI
Chapitre 3 Transport des données par PDH et SDH

Le pointeur a donc deux fonctions importantes : Rattraper le déphasage des


trames synchrones (justification) et assurer la synchronisation des trames
asynchrones. La justification est l'opération permettant d'adapter un signal de
débit variable dans une trame de débit fixe.

-Le groupe d'unité d'affluent : TUGn (Tributary Unit Group)

Un groupe d'unité d'affluent (TUG) représente une structure virtuelle de la trame,


on réalisant le multiplexage de TU-n. Le TUG est un multiplex temporel d'unités
d'affluents TU 1, 2 ou 3 multiplexés entre eux. Cela permet de regrouper des TUs
pour les assembler en une seule entité (bloc) de dimension supérieure. Le
multiplexage se fait toujours octet par octet.

On peut ainsi avoir (voir Fig 3.18) :

-TUG2 regroupent 3TU12 ou 1 TU2 ou 4 TU11.

-TUG3 regroupent 7 TUG2 ou 1 TU3.

-L'unité administrative AU (Administrative unit) pour le haut débit

Le couple pointeur –VC, appelé AU (Administrative Unit), permet donc de


transporter des signaux aussi bien synchrones qu’asynchrone. La valeur de ce
pointeur indique l’emplacement du début de conteneur dans la trame STM-n
utilisée. Exemple l’unité administrative AU4 est composée du VC4 et de pointeur
associé. En fonction du débit, on obtient deux niveaux possibles des unités
administratives : AU3 et AU4 (voir Fig 3.18).

-Le groupe d'unité Administrative : AUG (Administrative unit Group)

Le groupe d'unité administrative n'est pas une nouvelle entité physique mais
représente une structure virtuelle de la trame. L'AUG correspond à la place que
doit occuper l'AU4 dans la trame de transport ou à la place de 3 unités d'ordre 3
multiplexées.

Cours Reseaux d’opérateurs , Master Réseaux de Télécommunications,


Département de Telecom, Faculté F.E.I, U.S.T.HB Mr A.ARCHI
Chapitre 3 Transport des données par PDH et SDH

Figure 3.18 Les entités TUG-n, AU-n et AUG dans un multiplexeur SDH.

Le groupe d'unité administrative n'est pas une nouvelle entité physique mais
représente une structure virtuelle de la trame. L'AUG correspond à la place que
doit occuper l'AU4 dans la trame de transport ou à la place de 3 unités d'ordre 3
multiplexées.

3.3.3 Hiérarchie SDH

Les trames de transport STM-N sont obtenues en multiplexant N AUG. De la même


manière qu’un surdébit POH est utilisé pour la gestion des conduits, on ajoute à la
trame de transport STM-N un surdébit de section SOH (Section OverHead). De ce
fait est créé la hiérarchie SDH comme le montre la figure ci-dessous.

Figure 3.19 Les différentes trames STM-N de la hiérarchie SDH.

Cours Reseaux d’opérateurs , Master Réseaux de Télécommunications,


Département de Telecom, Faculté F.E.I, U.S.T.HB Mr A.ARCHI
Chapitre 3 Transport des données par PDH et SDH
3.3.4 Equipements SDH

La hiérarchie synchrone met en œuvre trois types d’équipements qui assurent les
différents taches attribuées à un réseau SDH comme l’extraction/insertion,
brassage et régénération. Un exemple d’une architecture SDH est montré dans la
figure ci-dessous. Les surdébits MSOH, RSOH et POH utilisés dans la trame STM-
1 gèrent respectivement les sections de multiplexage, de régénération et du
chemin (voir Fig 3.20).

Figure 3.20 Exemple d’une architecture SDH.

-Multiplexeur d’accès

La fonction de base assurée par le multiplexeur d’accès (voir Fig 3.21) consiste à
charger (à l’entrée) et à extraire (à la sortie) les affluents des différents usagers qui
ont été assemblées dans les trames STM-N véhiculée par le réseau. Ainsi des
affluents plésiochrones et/ou synchrones peuvent être multiplexés et
demultiplexés.

Figure 3.21 Multiplexeurs SDH.


Cours Reseaux d’opérateurs , Master Réseaux de Télécommunications,
Département de Telecom, Faculté F.E.I, U.S.T.HB Mr A.ARCHI
Chapitre 3 Transport des données par PDH et SDH

-Multiplexeur insertion /extraction (MIE)

Ce multiplexeur permet d’extraire ou d’insérer des flux déjà multiplexé il comporte


un circuit de démultiplexage pour extraire les affluents entrant : des entrées,
sorties d’affluents et un multiplexeur pour reconstituer un multiplex principale de
même débit. Les multiplexeurs insertion /extraction (add/drop) sont utilisés pour
réaliser les fonctions de transmission suivantes :

-Transfert du signal numérique synchrone de ligne entre ses accès « ouest » et «


est ».

-Insertion/extraction des signaux numérique plésiochrones et/ou synchrones dans


le signal numérique synchrone présent à ses accès « ouest » et/ou « est » (voir Fig
3.22).

Figure 3.22 Multiplexeur d’insertion et extraction.

-Régénérateur

C’est un amplificateur qui amplifie et régénère le signal optique. Cet équipement


permet ainsi d'augmenter la distance entre deux sites d'extraction.

-Brasseur(DXC- Digital Cross Connect)

Les brasseurs numériques sont des équipements SDH qui permettent la


modification d’un flux d’information entre un affluent d’entrée et un affluent de
sortie. Cette opération de croisement ou brassage est fixé d’une façon
permanente par l’opérateur de télécommunications.

3.3.5 Topologies SDH

Dans la technologie SDH on trouve toutes les formes de topologie: point à point,
arborescente, bus, anneau et maillée. En général, les réseaux opérateurs (réseaux
de transit) utilisent une topologie maillée alors que les réseaux d’accès

Cours Reseaux d’opérateurs , Master Réseaux de Télécommunications,


Département de Telecom, Faculté F.E.I, U.S.T.HB Mr A.ARCHI
Chapitre 3 Transport des données par PDH et SDH
(métropolitain) sont constitués d’une hiérarchie d’anneaux (Voir Fig 3.23). On
constate dans la pratique qu'un mélange de topologies, anneau, arborescent et
maillé est souvent utilisé.

Figure 3.23 Exemple de topologie SDH.

L'architecture d'un réseau SDH est déterminée à partir d'un certain nombre de
considérations fondamentales telles que :

-respect du débit et du synchronisme ;

-assurer le transport dans un temps minimal ;

-capacité du réseau à ses défaillances au moins partiellement pour assurer le


transport des données vitales.

L’un des avantages des infrastructures SDH est qu’il offre des mécanismes de
sécurisation automatique qui permettent le rétablissement du trafic dans des
délais d’environ 50 ms. Ce mécanisme, dit d’autocicatrisation (APS, Automatic
Protection Switching), est basé sur l’utilisation des différentes informations de
supervision contenues dans le SOH.

Cours Reseaux d’opérateurs , Master Réseaux de Télécommunications,


Département de Telecom, Faculté F.E.I, U.S.T.HB Mr A.ARCHI
Chapitre 3 Transport des données par PDH et SDH

ANNEXE B-1

Cours Reseaux d’opérateurs , Master Réseaux de Télécommunications,


Département de Telecom, Faculté F.E.I, U.S.T.HB Mr A.ARCHI
Chapitre 3 Transport des données par PDH et SDH

ANNEXE B-2 Comparaison entre le PDH et SDH

Cours Reseaux d’opérateurs , Master Réseaux de Télécommunications,


Département de Telecom, Faculté F.E.I, U.S.T.HB Mr A.ARCHI