Vous êtes sur la page 1sur 12

Proposition de corrigé UE 712 – AUDIT ET CONTROLE LEGAL DES COMPTES – Session 2009 - Page 1 sur 12

(Les mots grisés doivent être mentionnés par le candidat pour obtenir l’ensemble des points)

1er Partie : Nomination du CAC

a) Vous venez d’être nommé CAC : quelles sont vos obligations professionnelles par rapport à cette
nomination tant au niveau déontologique que réglementaire ? (0,5 pt)

Les SA sont tenues à la désignation d’un ou plusieurs Commissaire aux comptes : Art L 225-218, c.com.

Le code de déontologie prévoit deux cas de figures par rapport à un :


 nouveau mandat,
 non renouvellement du mandat du titulaire.

Pour un nouveau mandat :

Au terme de l’article 13, le CAC doit s’assurer qu’il peut effectuer la mission par rapport à :
 l’indépendance du cabinet, des compétences techniques ou sectorielles disponibles et de sa capacité à
satisfaire les demandes de l’entité,
 l’intégrité des dirigeants.

Pour un non renouvellement du mandat du titulaire :

Aux termes de l’article 21, le CAC pressenti doit s’assurer qu’il n’existe pas de « volonté » de la personne ou
de l’entité contrôlée de contourner les obligations légales.

La société anonyme a l’obligation quels que soient les seuils d’avoir au moins un Commissaire aux
comptes. Aussi, le mandat de votre prédécesseur n’a pas été renouvelé ou ce dernier a demandé à se
retirer. Vous devrez donc vous assurer qu’il n’existe pas de « Volonté » des dirigeants de la société de
contourner les obligations légales.

Les autres obligations professionnelles :


1. notification de la nomination au conseil régional dont le CAC est membre par Lettre recommandée avec
accusé de réception ou par voie électronique portail CNCC – art R. 823_2 du code de commerce.
2. demande de dérogation au barème des honoraires si le barème apparaît soit excessif, soit insuffisant art
R 823_14 du code de commerce.
3. Information de l’AMF des candidatures dans les sociétés faisant appel public à l’épargne art R 823_1 du
code de commerce par LRAR avant la nomination par l’AG.
4. Information de la société quand le CAC appartient à un réseau qui a réalisé des missions pour une des
sociétés du groupe auquel appartient cette société.

D’après la NEP 510, afin d’être en mesure d’exprimer une opinion sur les comptes du premier exercice de sa
mission, le CAC doit s’assurer que :

 les soldes de bilan d’ouverture ne contiennent pas d’anomalies significatives susceptibles d’avoir une
incidence sur les comptes de l’exercice,
 la présentation des comptes ainsi que les méthodes d’évaluation retenues n’ont pas été modifiées d’un
exercice à l’autre.

1
Proposition de corrigé UE 712 – AUDIT ET CONTROLE LEGAL DES COMPTES – Session 2009 - Page 2 sur 12

b) Dans la lettre de mission quelles sont les points que vous devez obligatoirement mentionner ?
(0,5 pt)

La Norme d’Exercice Professionnelle (NEP 210) stipule que le CAC doit consigner les termes et
conditions de son intervention dans une lettre de mission afin de prévenir tout malentendu ou litige sur
les termes et conditions de la mission. Cette dernière doit comporter les éléments suivants :

 « nature et étendue des interventions à mener ;


 la façon dont seront portées à la connaissance des organes dirigeants les conclusions issues des
interventions ;
 les dispositions relatives aux signataires, aux intervenants et au calendrier ;
 la nécessité de l’accès sans restriction à tout document comptable, pièce justificative ou autre
information demandée ;
 le rappel des informations et documents qui doivent être communiqués ou mis à la disposition du
commissaire aux comptes ;
 le souhait de recevoir une confirmation écrite des déclarations faites par les dirigeants au
commissaire aux comptes ;
 le budget d’honoraires et les conditions de facturation. »

Dans certaines circonstances, cette lettre pourra être complétée notamment en cas d’intervention au sein
d’un ensemble consolidé.

c) Au vu des éléments collectés quelle va être votre démarche d’audit ? Quelle va être la place du
contrôle interne dans votre démarche ? comment allez-vous planifier et orienter la mission ?

Le Commissaire aux comptes met en œuvre des procédures analytiques lors de la prise de connaissance
de l’entité et de son environnement et de l’évaluation du risque d’anomalies significatives dans les
comptes.

Selon la NEP 300, « le commissaire aux comptes élabore un plan de mission décrivant l’approche
générale des travaux d’audit. »

Le Plan de mission comporte en général les informations suivantes :

 Présentation de l’entreprise,
 Contenu de la mission,
 Evaluation des risques inhérents,
 Détermination du seuil de signification.

Ainsi le Plan de Mission de la société comportera les éléments suivants :

 La société Losange est une société familiale de bonneterie, concurrencée par le marché chinois, il y a
une forte pression sur les prix. Malgré cela la société gagne difficilement des parts de marché (risque
inhérent – environnement économique),
 La mission se limite à la certification des comptes individuels,
 En ce qui concerne l’évaluation des risques inhérents, il est nécessaire de porter une attention plus
particulière sur :
 la répartition des pouvoirs au sein de la structure,
 la fonction achat en raison de l’augmentation constante de son poids dans les comptes et la
difficulté d’obtenir des informations claires et précises sur le processus achat,
 ….

2
Proposition de corrigé UE 712 – AUDIT ET CONTROLE LEGAL DES COMPTES – Session 2009 - Page 3 sur 12

 Le seuil de signification a été évalué par le Commissaire aux comptes à 10 % que ce soit celui ayant
un impact sur le résultat ou sur la présentation des états financiers (Cf. question suivante).

Selon la NEP 300, « le programme de travail définitif, la nature et l’étendue des diligences estimées
nécessaires à la mise en œuvre du plan de mission au cours de l’exercice… ; il indique le nombre
d’heures de travail affectées à l’accomplissement de ces diligences et les honoraires correspondants ».

Pour le Commissaire aux comptes, l’évaluation du contrôle interne va lui permettre d’orienter ses
contrôles préalablement à la certification des comptes.

d) Définissez le seuil de signification

Le seuil de signification permet d’apprécier l’importance relative d’une erreur et de son incidence sur les
comptes.

Selon la NEP 320, le CAC détermine :

 Un seuil de signification au niveau des comptes pris dans leur ensemble


 Et le cas échéant des seuils de signification de montants inférieurs pour certaines catégories
d’opérations, certains soldes de comptes ou certaines informations dans l’annexe.

L’appréciation des seuils de signification reposant à la fois sur les éléments quantitatifs et qualitatifs,
c’est en fonction de son expérience, de son jugement professionnel, des particularités de l’entité que le
CAC les fixe.

Par exemples au plan :

 Quantitatif : capitaux propres, résultat net, résultat courant, endettement net, chiffre d’affaire…
 Qualitatif : variation de postes d’une année sur l’autre des capitaux propres ou des résultats
anormalement faible.

e) Rappelez la démarche de l’approche par les risques que vous définirez. Au vu du bilan et du
compte de résultat, donnez plusieurs exemples ? (1pt)

Les conditions d’exercice de la mission du CAC le conduisent à émettre une opinion dans un délai limité
tout en respectant les normes prévues.

Il est en effet pas utile pour le CAC d’investir une partie significative de son travail dans des aires de
l’entreprise où un risque de perte, de défaillance, d’inefficience du contrôle est peu susceptible
d’apparaître.

De même, il ne peut se contenter de simples travaux matériels de pointage aussi étendus soient-ils.

Il est donc fondamental pour le CAC de comprendre les systèmes d’information de l’entité auditée afin
d’en évaluer les forces et les faiblesses. Une fois acquise la connaissance générale de l’entreprise,
intervient l’évaluation du contrôle interne.

La norme 315 « a pour objet de définir les principes » relatifs à la prise de connaissance de l’entité et « à
l’évaluation du risque d’anomalies significatives ». Elle précise les cinq parties successives du dossier
du CAC dans cette phase qui à des fins mnémotechniques peuvent être résumées ainsi :

 Secteur d’activité : que fait l’entité de façon générale ?


 Caractéristiques de l’entité : comment précisément exerce-t-elle ses activités ?
 Objectifs et stratégies : quels risques encourt-elle ainsi ?
 Mesure de la performance : comment suit-elle ses objectifs ?
 Contrôle interne : quelle est son organisation détaillée ?
3
Proposition de corrigé UE 712 – AUDIT ET CONTROLE LEGAL DES COMPTES – Session 2009 - Page 4 sur 12

Le risque d’anomalies significatives dans les comptes est propre à l’entité. Il est composé :

 du risque inhérent, indissociable des risques liés à l’absence de certains contrôles,


 du risque lié au contrôle, risque qu’une anomalie significative ne soit ni prévenue, ni détectée par le
contrôle interne de l’entité et donc non corrigée en temps voulu.

A l’examen des différents postes du bilan et du compte de résultat de la société LOSANGE, les
principaux risques portent sur :

(Le candidat devra donner une liste d’exemples, sans que celle-ci soit exhaustive)

Immobilisations incorporelles :

 Frais de recherche : erreurs dans l’activation des charges, étude des documents justifiant le passage
des charges à l’actif du bilan,
 Fonds commercial : mauvaise évaluation et/ou dépréciation à constater, examen de l’acte
d’acquisition (évaluation) et des documents justifiant la dépréciation,
 Autres immobilisations incorporelles : tests sur factures d’achats (évaluation) et inventaire physique
(existence).

Immobilisations corporelles :

 Existence : biens n’existant pas ou plus, tests sur PV de mise au rebut ou acte de cession et inventaire
physique
 Propriété : biens appartenant juridiquement à l’entreprise, Examen des actes et factures d’acquisition ;
 Présentation : les biens sont enregistrés dans le bon compte comptable, Sondages sur factures
d’acquisition
 Evaluation : calcul correct des amortissements (durée, taux, méthode), Vérification du calcul des
amortissements par sondages, Test global sur les dotations aux amortissements.

Immobilisations financières :

 Autres participations et créance rattachées à des participations : valeur d’inventaire des titres et
des créances inférieurs à leur valeur nette comptable / Examen limité des comptes de la
participation.
 Prêt et autres immobilisations financières : présentation et évaluation correctes, Sondages sur les
pièces justificatives.

Stocks :

 Propriété : biens n’appartenant pas ou plus à la société, sondages lors de l’inventaire physique
 Existence : biens n’existant pas ou plus, comptages ; étude de la pertinence de l’inventaire
permanent
 Evaluation : obsolescence ; examen analytique à la clôture afin de déceler des références à
rotations lente,
 Mesure : comptabilisation inexacte des stocks , Analyse des écritures d’inventaire, Contrôle de la
valorisation correcte par rapprochement avec les factures d’achats.

4
Proposition de corrigé UE 712 – AUDIT ET CONTROLE LEGAL DES COMPTES – Session 2009 - Page 5 sur 12

Clients (et autres créances)

 Rattachement : erreurs de césure des créances, comptabilisation d’un chiffre d’affaires non ou
partiellement acquis, Examen des dossiers clients (sondages), Contrôle de la valorisation correcte par
rapprochement avec les factures d’achats,
 Evaluation : maintien à l’actif de créances totalement ou partiellement irrecouvrables, existence de
créances insuffisamment provisionnées, analyse de la pertinence de la méthode et des critères de
provisionnement ; Examen des dossiers clients litigieux.

VMP et disponibilités

 Existence : l’actif existe bien à la date de la clôture, confirmation directe des établissements financiers
et étude des pièces comptables,
 Evaluation : mauvaise évaluation (provisionnement des VMP à constater), Confirmation directe des
établissements financiers et étude des pièces comptables,
 Mesure : erreurs de comptabilisation (comptes bancaires), sondages sur les rapprochements bancaires
 Evaluation et mesure (caisse) : erreur dans le solde de caisse, Inventaire physique de la caisse.

Comptes de régularisation

 Evaluation : évaluation erronée des comptes de régularisation, Sondages pour contrôler


l’exactitude du calcul des principaux éléments des postes,
 Exhaustivité : l’ensemble des écritures de régularisation est comptabilisé, sondages sur les pièces
susceptibles de faire l’objet d’écritures de régularisation.

Capitaux propres

 Mauvaise comptabilisation des opérations exceptionnelles (affectation du résultat…), analyse des


documents juridiques (PV d’assemblées),
 Provisions réglementées : mauvaise évaluation et comptabilisation, Analyse des justificatifs du
compte.

Provisions pour risques et charges

 Provisions non exhaustives, insuffisantes ou surévaluées, Analyse du bien fondé des mouvements
de provisions de l’exercice, Examen des dossiers de contentieux et de litiges en cours, Confirmation
direct aux avocats.

Emprunts et dettes financières

 Mauvaise évaluation des emprunts, dettes et découverts bancaires, confirmation directe des
établissements financiers et étude des pièces comptables,
 Comptabilisation erronée des charges d’intérêts et des intérêts courus, sondages sur le calcul des
intérêts courus et sur les charges d’intérêts comptabilisés

Dettes fournisseurs (autres dettes et dettes sur immobilisations)

 Erreurs de césure des dettes (factures non parvenues (FNP), omission ou insuffisance, Examen
des dossiers fournisseurs (sondages), Sondages sur les pièces susceptibles de faire l’objet d’écritures
de régularisation (FNP), Confirmation directe des fournisseurs pour comparaison des soldes à la
clôture.

5
Proposition de corrigé UE 712 – AUDIT ET CONTROLE LEGAL DES COMPTES – Session 2009 - Page 6 sur 12

Dettes fiscales et sociales

 Non exhaustivité des dettes comptabilisées, Examen des dossiers de charges sociales et fiscales,
confirmation directe des organismes sociaux et fiscaux

Chiffre d’affaires

 Comptabilisation de factures pour des prestations anticipées, procédures analytiques sur le chiffre
d’affaires en l’ayant préalablement décomposé par activités et pas produits pour affiner l’analyse

Achats et variation des stocks

 Sur ou sous comptabilisation des charges amenant à fausser le résultat de l’exercice, procédures
analytiques sur les charges externes, Identification et analyse des éléments significatifs de ces postes.

Autres achats et charges externes

 Sur ou sous comptabilisation des charges amenant à fausser le résultat de l’exercice, Procédures
analytiques sur les charges externes, Identification et analyse des éléments significatifs de ces postes.

Impôts et taxes

 Sous ou surprovisionnement des impôts et taxes comptabilisés, Procédures analytiques,


 Erreurs dans l’élaboration des déclarations fiscales, Recalcul et contrôle des impôts et taxes
significatifs.

Charges de Personnel

 Sous ou sur provisionnement des charges de personnel comptabilisées, Procédures analytiques,


Etude de la concordance des charges sociales avec la masse salariale brute, avec l’évolution des
effectifs,…

Dotations Amts/Prov

 Erreur dans la détermination des dotations aux amortissements et provisions, Sondages sur le
calcul des amortissements et provisions

Résultat Financier

 Sous ou sur comptabilisation des éléments financiers, Procédures analytiques, Etude de la


concordance des charges d’intérêts comptabilisées avec les emprunts dus et des produits financiers
enregistrés avec des VMP à l’actif

Résultat Exceptionnel

 Sur ou sous comptabilisation des éléments exceptionnels, Identification des éléments comptabilisés
et contrôle de la pertinence

Impôt sur les sociétés

 Erreur dans la détermination du résultat fiscal et dans le calcul de l’impôt, Contrôle du résultat
fiscal et de l’impôt sur les sociétés.

6
Proposition de corrigé UE 712 – AUDIT ET CONTROLE LEGAL DES COMPTES – Session 2009 - Page 7 sur 12

Partie 2 : Appréciation du Contrôle interne

a) Au vu des éléments collectés, vous avez décidé d’apprécier la qualité des informations
organisationnelles du service achat et informatique. Quelles sont les forces et faiblesses constatées ?
Quelles sont les faiblesses de l’organigramme ? (3 pts)

Le CAC doit s’assurer que les procédures de contrôle interne permettent de garantir :

 l’exhaustivité des enregistrements, l’ensemble des opérations sont bien comptabilisées,


 la réalité des enregistrements,
 l’exactitude de l’enregistrement comptable.

La fonction achats représente un poste important du bilan et du compte de résultat, le chiffre d’affaires
peut être recoupé grâce à l’état tiré du logiciel de facturation Venturex. C’est la raison pour laquelle le
Commissaire aux comptes décide d’investir plus particulièrement cette fonction.

A ce titre il fait les constatations suivantes :

 Incompatibilité de fonctions : rattachement du service achats au directeur de production, principal


utilisateur,
 Les services techniques choisissent leurs fournisseurs en fonction de leurs propres besoins,
 Manque de formalisation des achats : l’absence d’écrit par l’utilisateur empêche toute traçabilité de la
demande d’achat, la validation s’effectue oralement par le chef de service sans contrôle budgétaire,
 Absence d’appel d’offres tant au niveau des achats de marchandises pour la production de chaussettes
que de la fonction informatique,
 Absence de procédures propres en ce qui concerne les demandes d’investissement,
 Fournisseurs exclusifs pour certaines catégories d’achats,
 Absence de valorisation des bons de commandes,
 Validation de la justification économique non systématique,
 Contrôle des factures par le service achats,
 Conservation d’une partie des pièces comptables par les acheteurs et le réceptionniste, aucune
centralisation au service comptable,
 Absence de recoupement au niveau du service comptable des différents documents : factures / bons de
réception,
 Aucune méthode pour limiter le risque de double paiement.
 Problème de sécurité au niveau de la salle informatique en raison de la présence de produits chimiques
inflammables proche de cette dernière,
 Risque en matière d’intégrité du traitement des données,

Faiblesse de l’organigramme : le service paie est placé sous la responsabilité du Directeur informatique,
cette organisation est dangereuse puisqu’elle peut aisément permettre à un responsable informatique
indélicat de se livrer à des manipulations ayant pour but de détourner des fonds.

b) Suite aux différentes constatations que vous avez effectuées, devez vous les communiquer et à qui
de droit ? (1 pt)
« Le commissaire aux comptes informe, dès que possible, les personnes constituant le gouvernement
d’entreprise ainsi que la direction, au niveau de responsabilité appropriée, des déficiences majeures dans
la conception ou la mise en œuvre du contrôle interne qu’il a relevées. Pour cela, il fait application des
dispositions de la norme relative aux communications avec les personnes constituant le gouvernement
d’entreprise » NEP 315.

7
Proposition de corrigé UE 712 – AUDIT ET CONTROLE LEGAL DES COMPTES – Session 2009 - Page 8 sur 12

c) Tirez les conséquences de vos constatation (1 pt)

Le Commissaire aux comptes constatant une faiblesse du contrôle interne, le risque de survenance
d’anomalies significatives dans les comptes est fixé à un niveau élevé : le contrôle interne n’est pas en
mesure d’identifier et de corriger les anomalies pouvant survenir.

Aussi, le Commissaire aux comptes va renforcer le contrôle des comptes concernant les achats.

L’absence de contrôle budgétaire empêche tout suivi des charges par une comparaison réalité / budget.

Partie 3 : contrôle des comptes

a) Quelles sont les techniques de contrôle des comptes ? (2 pts)

Les différentes techniques sont :

 les procédures analytiques,


 la sélection des éléments à contrôler et les sondages,
 les contrôles physiques,
 les contrôles par recoupements internes,
 les contrôles par recoupements externes : les demandes de confirmation des tiers.

Les procédures analytiques sont un ensemble de techniques de contrôle qui consistent à apprécier des
informations financières à partir :

 de leurs corrélations avec d’autres informations, issues ou non des comptes, ou avec des données
antérieures, postérieures ou prévisionnelles de l’entité ou d’entités similaires ;
 et de l’analyse des variations significatives ou des tendances inattendues.
Les procédures analytiques comprennent donc la comparaison des informations financières de l’entité
avec les informations comparables des périodes précédentes voire même des périodes futures (données
prévisionnelles).

Lorsque le commissaire aux comptes conçoit les contrôles de substance à mettre en œuvre, en réponse à
son évaluation du risque, il peut utiliser les procédures analytiques en tant que contrôle de substance.

La norme – NEP 530 – « Sélection des éléments à contrôler » définit les principes relatifs à l’utilisation
des méthodes de sélection dans le cadre de l’audit des comptes.

En fonction des caractéristiques de la population qu’il veut contrôler, le CAC utilise une ou plusieurs des
méthodes de sélection suivantes :

 la sélection de tous les éléments ;


 la sélection d’éléments spécifiques ;
 les sondages.

Les contrôles physiques se résument à deux méthodes :

 l’inspection,
 l’observation physique.

L’inspection technique consiste à examiner des livres comptables, des documents ou des actifs
physiques (existence d’un bien). Elle peut constituer une indication sur l’appréciation de la valeur en
regard par exemple de l’état d’un stock ou de celui d’une immobilisation.

8
Proposition de corrigé UE 712 – AUDIT ET CONTROLE LEGAL DES COMPTES – Session 2009 - Page 9 sur 12

L’observation physique : technique consistant à examiner un processus ou la façon dont une procédure
est exécutée par d’autres personnes. Pour s’assurer de l’application effective d’une procédure de contrôle
interne, l’observation physique peut se révéler fort utile.

L’inspection et l’observation physique font partie de la collecte des éléments probants qui permettent au
commissaire aux comptes, tout au long de sa mission, de réunir des éléments suffisants et appropriés lui
permettant d’exprimer une opinion sur les comptes qui ne soit pas erronée.

Les contrôles par recoupement interne consistent à établir une corrélation entre la comptabilité et des
documents transmis par d’autres services, à titre d’exemples :

 recoupement de la déclaration annuelle des salaires avec la masse salariale comptabilisée,


 vérification du montant global du chiffre d’affaires en corrélation avec celui déclaré sur la CA3

D’après la NEP 505, la demande de confirmation des tiers consiste à obtenir de la part d’un tiers une
déclaration directement adressée au commissaire aux comptes concernant une ou plusieurs informations :

 demande de confirmation fermée par laquelle il est demandé au tiers de donner son accord sur
l’information fournie,
 demande de confirmation ouverte par laquelle il est demandé au tiers de fournir lui-même
l’information.

Eléments nécessitant une confirmation exhaustive :

 banques et organismes de crédit,


 avocats, conseils fiscaux,
 greffe du tribunal de commerce,
 conservation des hypothèques,
 stocks en dépôt dans l’entreprise ou en consignation chez des tiers.

Eléments nécessitant la sélection d’un échantillon :

 les clients et effets à recevoir,


 les fournisseurs et effets à payer.

La norme NEP 580 « Déclaration de la direction » permet au Commissaire aux comptes de demander à la
direction de l’entité de confirmer par écrit certaines interrogations.
Les déclarations de la direction ne peuvent aucunement se substituer à d’autres éléments probants qui
seraient obtenus par ailleurs.

b) Quelles sont vos observations après études des annexes 3 à 7 ? (3 pts)

Quelle que soit l’étude de l’annexe, on doit appliquer de matière pertinente la technique des sondages.

1) Analyse de l’annexe 3 : extrait balance comparative des comptes

Analyse des comptes de bilan : poste social :

Les techniques utilisées pour valider ces postes sont :

 les procédures analytiques,


 les contrôles par recoupements internes.

9
Proposition de corrigé UE 712 – AUDIT ET CONTROLE LEGAL DES COMPTES – Session 2009 - Page 10 sur 12

Les procédures analytiques pourront soulever les questions et assertions suivantes :

 Est-ce que le paiement des salaires a-t-il été effectué ?


 Y a-t-il eu un oubli dans la constitution de la provision pour congés payés ?
 L’URSSAF a-t-elle été réglée dans les délais ?
 L’augmentation des autres comptes de tiers se justifie par celle de la masse salariale.

Les contrôles par recoupements internes consistent à rapprocher les montants à payer des bordereaux
de charges sociales et des bulletins de salaire.

En ce qui concerne les postes de charges externes, une revenue analytique permet :

 de déterminer si le cut off a bien été respecté : Crédit bail immobilier, Primes d’assurance –
Multirisques..
 d’identifier les opérations nouvelles ayant un impact sur les comptes et de pouvoir les justifier :
Entretien et réparations sur biens immobiliers, personnel intérimaire.

Pour les produits et charges exceptionnels, y a-t-il un problème de présentation des comptes… ?

2) Analyse de l’annexe 4 : analyse des marges, de l’annexe 5 : logiciel de vente, Ventex

La NEP 240 – Prise en considération de la possibilité de Fraudes lors de l’audit des comptes – suppose
l’existence d’« une présomption de risque d’anomalies significatives résultant de fraudes dans la
comptabilisation des produits. De ce fait, lorsque le commissaire aux comptes estime que ce risque
n’existe pas, il en justifie dans son dossier ».

En ce qui concerne l’analyse des marges, le commissaire aux comptes va demander des explications
concernant les différences de taux de marge des produits en fonction de leurs poids dans le chiffre
d’affaires :

 Losange,
 Rond.

Cette procédure analytique va lui permettre de se demander s’il n’y a pas eu des oublis de
comptabilisation de :

 Factures client / fournisseurs,


 Factures à établir / Factures non parvenues.

Par ailleurs, le Commissaire aux comptes va vérifier qu’il existe un rapprochement entre l’état tiré de
VENTEX et la comptabilité et analyser les écarts pour fonder son opinion.

3) Analyse de l’annexe 6 : procédure comptable

Le commissaire aux comptes constate que la procédure d’immobilisation des frais de recherche et
développement est complètement erronée. Deux solutions s’offrent à lui :

 demander la rectification de l’anomalie si elle est significative,


 ignorer cette anomalie en raison de son faible impact dans les comptes (cf. seuil de signification).

10
Proposition de corrigé UE 712 – AUDIT ET CONTROLE LEGAL DES COMPTES – Session 2009 - Page 11 sur 12

4) Analyse de l’annexe 7 : Extrait – Balance Client en €

Le commissaire aux comptes va utiliser les contrôles par recoupements externes : les demandes de
confirmation des tiers, c'est-à-dire la circularisation des clients. Il va prendre en compte les montants
les plus significatifs inscrits en :

 solde,
 variation débit / Crédit.

Ainsi par exemple, il va demander confirmation sur les clients suivants :

 411001 – L’HIVER HOMME : client débiteur


 411002 – L HIVER FEMME
 411003 - LE MOINS CHER POSSIBLE
 411004 – ARMINA
 411006 – DORI
 411007 – LE SUPER MARCHE
 411010 – MAD AND CO
 411009 – CHARLOTTE : client débiteur.

Le client MOLEX doit être comptabilisé en 654000 – perte sur créance irrécouvrable.

Partie 4 : Rapports, assemblée générale

a) Quels sont les éléments devant figurer obligatoirement dans le rapport du commissaire aux
comptes sur les comptes annuels ? (2 pts)

La NEP 700 est applicable, pour la première fois, aux comptes dont l’exercice contrôlé est ouvert à
compter du 01/01/2008.

Le rapport comporte trois parties distinctes relatives :

 « à la certification des comptes ;


 à la justification des appréciations ;
 aux vérifications et informations spécifiques prévues par les textes légaux et réglementaires. »

Trois types de certification :

 « soit certifier que les comptes annuels sont réguliers et sincères et qu’ils donnent une image fidèle du
résultat… »
 « soit assortir la certification de réserves ; »
 « soit refuser la certification des comptes. »
« Dans ces deux derniers cas, il précise les motifs de la réserve ou de refus »

Le refus de certifier ou la certification avec réserve ne remet pas en cause le mandat du commissaire aux
comptes.

Il existe deux types de réserve :

 la réserve pour désaccord, dont la formulation au rapport suffit au lecteur des comptes pour en
apprécier la nature et les conséquences financières,
 la réserve pour limitation, qui n’informe le lecteur des comptes que sur sa nature.

11
Proposition de corrigé UE 712 – AUDIT ET CONTROLE LEGAL DES COMPTES – Session 2009 - Page 12 sur 12

La justification des appréciations :

La deuxième partie du rapport doit, conformément à la NEP-705, permettre au destinataire du rapport de


mieux comprendre les raisons pour lesquelles le commissaire aux comptes a émis son opinion sur les
comptes, ce dernier peut évoquer :

 les options retenues dans le choix des méthodes comptables,


 les estimations comptables importantes,
 la présentation d’ensemble des comptes annuels…

Vérifications et informations spécifiques

 rapport de gestion,
 documents adressés aux actionnaires pour l’assemblée générale ordinaire,
 …

Le Commissaire aux comptes n’ayant pas relevé d’anomalie significative pourra « certifier que les comptes
annuels sont réguliers et sincères et qu’ils donnent une image fidèle du résultat… ».

Cependant dans la deuxième partie de son rapport, il pourra justifier ses appréciations sur le contrôle interne
concourant à l’élaboration des comptes.

b) Rappelez les obligations en matière du secret professionnel du CAC ? (2 pts)

L’article L.822-15 du Code de commerce prévoit que « les commissaires aux comptes, ainsi que leurs
collaborateurs et experts, sont astreints au secret professionnel pour les faits, actes et renseignements dont
ils ont pu avoir connaissance à raison de leurs fonctions ».

Les limitations du secret professionnel à l’égard :

 des dirigeants, aucune obligation au secret professionnel,


 des associés, levée du secret professionnel pour les irrégularités et inexactitudes relevées par le
CAC….
 …

c) Lors de l’assemblée générale annuelle un actionnaire demande des précisions sur une augmentation
de capital envisagée quelle est la réponse du CAC ? (1 pt)

Le Commissaire aux comptes est tenu au secret professionnel pour les faits, actes et renseignements dont
il a connaissance dans ses fonctions. Toutefois à l’égard des associés, le secret n’est levé qu’à l’occasion
de l’assemblée générale et pour les faits suivants :

 les irrégularités et inexactitudes que le commissaire aux comptes doit révéler ;


 les informations figurant dans les rapports spéciaux ;
 les éclaircissements demandés en séance sur le contenu de ses rapports ;
 les informations destinées à compléter ou à corriger le rapport de gestion ou les documents adressés
aux actionnaires ;
 les rectifications d’informations incomplètes ou erronées données oralement par les dirigeants sur la
situation comptable et financière de la société.

Ainsi, il ne devra pas donner suite à la question écrite car elle se situe hors de l’assemblée générale. Si la
question est posée à l’occasion de l’assemblée, il ne devra pas y répondre car elle a trait à une décision de
gestion et est exclue des limitations au secret présentées plus haut.

12