Vous êtes sur la page 1sur 115

CONTRAT DE SUBVENTION

- ACTIONS EXTERIEURES DE L’UNION EUROPEENNE -


ENI/2019/411-533
(le «contrat»)

L’Union européenne, représentée par la Commission européenne (l’<<administration contractante»),


d’une part,

et

La Caisse des préts et de Soutien des Collectivités Locales (CPSCL)


Entreprise Publique
Bl 163121997
9 Rue de l'Assistance, Cité El Khadhra, 1003, Tunis, Tunisie
TN42939B,
1e «Bénéficiaire»
d’autre part,
(les <<parties>>)

sont convenus de ce qui suit:


Conditions particuliéres

Article premier — Objet


1.1 Le pre’sent contrat a pour objet l’octroi, par l’administration contractante, d’une subvention destine'e a
financer la mise en oeuvre de l’action intitule’e "Appui a la gouvemance locale Ettamkeen Elmahalli“
(l’<<action»), décrite dans l’annexe I.
1.2 La subvention est octroye’e au bénéficiaire aux conditions stipulées dans le present contrat, qui se
compose des présentes conditions particulieres (les «conditions particulieres») et des annexes, que le
bénéficiaire déclare connaitre et accepter.
1.3 Le bénéficiaire accepte la subvention et s’engage mettre en oeuvre l’action sous sa responsabilité.
2‘1

Article 2 — Période de mise en oeuvre de l'action


2.1 Le present contrat entre en vigueur a la date de la signature par la demiere des deux parties.
2.2 La mise en oeuvre de l’action commence:
— le premier jour du mois suivant la date de paiement de la premiere tranche de préfinancement par
l'administration contractante.
2.3 La période de mise en oeuvre de l’action, précisée dans l’annexe I, est de 60 mois.
2.4 La période d'exécution du pre’sent contrat se termine a la date de paiement du solde par l'administration
contractante et, en tout état de cause, au plus tard dix-huit mois apres la fin de la pe'riode de mise en
oeuvre mentionnée au point 2.3 ci—dessus, a moins que celle-ci ne soit reportée en application du
point 12.5 de l’annexe II.

.,__,____——————

DEL TUN
Juillet 2019 Page de 4
1

Central n° ENI/2019/41 [—533


Article 3 — Financement de l’action
3.1 Le montant total des cofits éligibles est estimé a 55.000.000 EUR tel qu’indiqué dans l’annexe III.
3.2 L'administration contractante s’engage a financer un montant maximum de 55.000.000 EUR
La subvention est en outre limite'e a 100% du montant total des cofits éligibles de l'action indiqué au
point 3.1.
Le montant final de la contribution de 1'administration contractante est établi conformément aux
articles 14 et 17 de l'annexe 11.
Article 4 — Régles en matiére de compte rendu et de paiement
4.1 Les paiements sont effectués conformément a la procedure de paiement décrite au point 15.1 de
l’annexe II, option n° 2 :

Versement de préfinancement initial: 18.036.000 EUR


Versement(s) de préfinancement suivant(s): 31.464.000 EUR (sous réserve des dispositions de
l'annexe II).
Solde du montant final de la subvention:

(sous reserve des dispositions de l’annexe II): 5.500.000 EUR


4.2 L’administration contractante et le bénéficiaire utilisent un systeme électronique pour tous les stades
de la mise en oeuvre, y compris, entre autres, la gestion du contrat (modifications et notifications),
l’élaboration des rapports (y compris la communication des résultats) et les paiements. Le béne’ficiaire
est tenu de s’inscrire dans le systeme d’échange électronique approprié et d’en faire usage pour
perrnettre la gestion électronique du contrat. En ce qui concerne les rapports intermédiaires et le
rapport final, 1e be’ne’ficiaire devrait utiliser les formulaires figurant dans le systéme électronique pour
encoder et soumettre les rapports.
La gestion électronique du contrat au moyen du systeme susmentionné peut débuter a la date du debut
de la mise en oeuvre du contrat, mentionnée a l’article 2 ci-dessus, ou a une date ultérieure. Dans ce
dernier cas, l’administration contractante informe 1e bénéficiaire par écrit de son obligation d’utiliser
1e systeme électronique
pour toutes les communications dans un délai maximum de trois mois.

Article 5 — Adresses de contact


5.1 Toute communication relative au pre’sent contrat doit étre faite par e’crit, comporter 1e numéro et
l’intitulé de l'action et étre envoye’e aux adresses suivantes:
Pour l'administration contractante
Les demandes de paiement et les rapports qui les accompagnent, y compris les demandes de
modification de compte bancaire, doivent étre adresses a:
Delegation de l'Union européenne en Tunisie
A l’attention du Chef de la Section Contrats, Finances, Audits
Rue du Lac Biwa
Les Berges du Lac — BP150
1053 Tunis, Tunisie
Une copie des documents mentionnés ci—dessus ainsi que de toute autre correspondance doit étre
adressée a:
Delegation de l’Union européenne en Tunisie
A l’attention du Chef de Section Inclusion Sociale et Développement Durable
Rue du Lac Biwa
Les Berges du Lac — BP150
1053 Tunis, Tunisie

:‘::l “‘j‘lxi
‘11 LL. i Kiri
L“...
Juillet 2019 Page 2 dc 4
Contrat n° EN1/2019/411-533
Pour 1e coordonnateur
Samy Mekki, Directeur General
Caisse des Prets et de Soutien des Collectivités Locales
9 Rue de l'Assistance, Cité El Khadhra
1003, Tunis, Tunisie

5.2 La/Les vérification(s) des dépenses visée(s) au point 15.7 de l'annexe II sera/seront effectuée(s) par
International Company For Consulting and Auditing (ICCA)
Résidence les Jardins - Avenue Alain Savary
1

Tunis 1002, Tunisie


administratifgaiiccatn
N° de tel. +216 71842 350 et de fax +216 71891838

Article 6 — Annexes
6.1 Les documents suivants sont joints aux présentes conditions particulieres et font partie intégrante du
contrat:
Annexe 1: description de l’action (y compris le cadre logique du projet et la note succincte de
presentation)
Annexe [1: conditions ge’nérales applicables aux contrats de subvention conclus dans le cadre des
actions extérieures de l’Union européenne
Annexe [11: budget de l’action (feuilles de calcul 1,2 et 3)
Annexe IV :
regles concernant l’attribution d’un marché applicables au bénéficiaire
Annexe V: modele de demande de paiement et formulaire «signalétique financier»
Annexe VI: modele de rapport narratif et financier
Annexe VII: termes de reference pour la verification des dépenses d’un contrat de subvention conclu
dans le cadre des actions extérieures de l'UE et modele de rapport sur les constatations
factuelles
Annexe IX: modéle de convention de transfert de propriété d’actifs
6.2 En cas de divergence entre les dispositions des pre'sentes conditions particulieres et celles des annexes
qui y sont jointes, les conditions particulieres prevalent. En cas de divergence entre les dispositions de
l’annexe [I et celles des autres annexes, les dispositions de l’annexe II pre’valent.

Article 7 — Autres conditions particuliéres applicables a l’action


7.1 Les conditions générales figurant dans l’annexe ll sont complétées par les dispositions suivantes:
7.1.1 Un soutien financier a des tiers ne peut étre octroye’ que conforme’ment aux criteres et conditions
exposes dans la description de l’action qui figure dans l’annexe 1.
Le montant maximal de 60 000 EUR par tiers ne sera pas applicable mais cependant limité a 500 1

000 EUR par tiers car 1a realisation des objectifs de l’action serait autrement impossible ou
excessivement difficile.
Dans le cadre d’un soutien financier a des tiers, le calcul des seuils autorisant 1a libération du
versement de préfinancement suivant conformément aux conditions fixées par l’article 15 .1, option 2,
point ii) de l'annexe II tient compte des fonds de’caissés et qui font l'objet d'un engagement juridique
formel entre le coordonnateur (ou ses cobénéficiaires et entités affiliées) et un tiers.

.,_.___—._——
DEL TUN
Juillet 2019 age3 de4
Contrat n° ENl/2019/411-533
Fait en frangais en trois originaux, deux originaux étant remis 2‘1
la Commission européenne et un au
bénéficiaire.

Pour le bénéficiaire Pour l'administration contractante

Nom Sami Mekki Nom Sophie Vanhaeverbeke

F onction ‘
GENERAL Fonction Chef de Coopération

Signature

Ayn;
Date
2013

'

.1
I?“
i
EgLiLEii

_,_,____._J

Juillet 2019 Page 4 de 4


Contrat n° ENl/2019/4l 1-533
Administration contractante : Commission européenne

Annexe I
- DESCRIPTION DE L'ACTION
Appui la Gouvernance Locale
6‘7

lntitulé de l'action
Ettamkeen Elmaha/li

Lieu(x) de l'action Tunisie

La caisse des Préts et de Soutien des


Nom du demandeur chef de file
Col/ectivités Locales

Nationalité du demandeur chef de


Tunisienne
file

Contrat n° ENi/2019/411-533
Demandeur chef de file
LA caisse des Préts et de Soutien des Collectivités
Nom du demandeur chef de file
Locales (CPSCL)
Numéro d’identification EuropeAid

Contrat en cours/Numéro de fichier d'entité


O
Jurldique (s'Il est disponlble)

Nationalité/Pays et date d’enregistrement Tunisienne


Numéro de fiche d’entité légale 6000690624
Statut juridique Entreprise publique

Coordonnées du demandeur chef de file on utiliser dons le cadre de lo présente


ocfion

Nom officiel complet LA coisse des Préts et de Soutien des Collectivités


Locales (CPSCL)

Adresse postale :
9,rue de I'ossistonce. l003 Cité Khodhro, Tunis -
Tunisie

Numéro de téléphone (fixe :

et mobile) indicatif poys + +216 7180 9l OO


indicatif ville + numéro
Numéro de fax : indicotif pays
+indicatif ville + numéro +2l6 7l 80 9O 4O

Personne de contact pour


Monsieur Somi Mekki
cette action:
Adresse électronique de la
somy.mekki@gmoil.com
personne de contact:
Adresse : 9,rue de l'ossistonce. l003 Cité Khodhro, Tunis -
Tunisie

Site web du demandeur chef


de file : http:// www.cpsc|.com.tn

Contrat n0 [iNI/2019/4 1
1—533

Page 2 sur 19
1. L'action

1.1. Description et méthodologie

Depuis 2011 la Tunisie s'est engagée dans une dynamique démocratique et volontariste, porteuse
de transformations économiques et sociales. La Constitution du 26 janvier 2014 érige la
decentralisation en principe de ”pouvoir local", de pair avec la reconnaissance de la dimension
territoriale des politiques publiques, fondée sur la recherche de l'équité entre les régions du pays.
Le statut désormais réservé a la décentralisation est un véritable changement de paradigme d’un :

procédé d'organisation administrative trés encadré, la Constitution en fait un projet


fondamentalement politique, porteur (i) d‘une redistribution du pouvoir, avec la consecration de
centres Iocaux de décision, investis d'une légitimité élective et pleinement autonomes ; et ii) d'une
nouveile approche du développement, qui responsabilise les coilectivités locales en tant qu'acteurs
de principe.
La décentralisation fait I'objet dans la Constitution de 2014 d'avancées importantes mais qui restent
a concrétiser (i) séparation organique et fonctionnelle cles circonscriptions déconcentrées et des
:

collectivités décentralisées, communalisation intégrale du territoire, (jusqu'en mars 2016 seuls 70%
de la population sur 10% du territoire étaient municipalisés, avec un fort encadrement
déconcentré) ; (ii) plénitude d'autonomie administrative et financiére, visant a faire des communes
de réels acteurs du développement local. Jusqu'a présent elles ont assuré des fonctions limitées
(état civil, collecte des déchets, voirie) sans véritable portée développementale. La suppression du
controle a priori (autorisation) par le gouverneur (remplacé par un contréle de légalité a posteriori
par la justice administrative et financiere) tend a conforter cette autonomie. La question cruciale
demeure celle des moyens et des capacités.
A ce stade, décentralisation se heurte a deux ordres de problémes interdépendants: défauts
Ia
d'encadrement et d'accompagnement, et faible conceptualisation du lien entre la decentralisation
et le développement local, avec pour résultante une méconnaissance des acteurs (coilectivités
territoriales et services de l’Etat) de leurs roles au sein du processus. La decentralisation va devoir
non seulement introduire de nouveaux acteurs, les coilectivités, auxquelles il conviendra de donner
la place qui leur revient, mais aussi amener les principaux acteurs publics
(Gouverneur, offices du
développement régional (ODR), commissariat général et directions du développement régional
(DDR), services techniques déconcentrés et agences de l’état au niveau régional et local), a
se
repositionner, a redéfinir leurs attributions et a redistribuer les roles. Le développement des
instruments légaux et leur application effective demanderont certainement plusieurs années
d’apprentissage au niveau central comme aux niveaux déconcentrés et décentralisés. En outre, la
politique de decentralisation et la volonté affichée d'évoluer vers une territorialisation des
politiques publiques est appelée a engendrer des mutations d’une grande ampleurqu’il faudra
accompagner au quotidien.
C'est dans ce cadre que s'inscrit le programme Ettamkeen ElmahaI/i (Convention de financement n°
ENl/2018/41-170). II a pour objectif général d'accompagner la Tunisie dans sa démarche de
renforcement du développement territorial et de réduction des disparités régionales et locales dans
le cadre du processus de decentralisation. Un tel objectif
suppose la prise en compte de trois enjeux
majeurs de la réforme (i) apporter des solutions concretes aux attentes des populations; (ii)
:

fournir aux coilectivités et a leurs partenaires des appuis qui les mettent a méme d'assumer leurs
responsabilités, et (iii) contribuer a l’amélioration du cadre institutionnel et politique de la
decentralisation de maniére a créer un cadre favorable au développement local. Le programme est
articulé en trois axes (objectifs) imbriqués et qui se renforcent mutuellement.

Contrat n0 ENI/2019/41 1—533


M”5‘~f\‘”‘
h],
Pagc3 sur l9
iDEL
Le programme combine l’appui financier aux actions identifiées et mises en oeuvre par les
municipalités, sous leur maitrise d’ouvrage (axe I), des appuis institutionnels (axe II) et I’appui a la
capitalisation/disséminationd’expériences (axe III).
concrétes sous maitrise d’ouvrage communale (axe
L’appui aux réalisations I) est structuré autour
de deux enveloppes de financement:
I Une enveloppe A (55 M€) ayant pour objectif d’améliorer l’acces aux services et équipements de
base dans des communes nouvelles et étendues via les procédures nationales mises en oeuvre
par la Caisse des Préts et de Soutien des Collectivités Locales (CPSCL).
I Une enveloppe «B» (4,2 millions d’euros) ayant pour finalité la mise en place d’un Fonds
Municipal de Compétence Générale (FMCG) afin d’aider 18 municipalités bénéficiaires, par Ie
biais de subventions annuelles non-affectées, a mieux assumer leur ’compe'tence généra/e’ pour
le développement local, et donc a opérer comme ’municipa/ités développementa/es’.

Dans Ie présent document, « L’action » se référe a la gestion de l’enveloppe A du programme


Ettamkeen Elmahalli.
général de l’action est d’accompagner Ia Tunisie dans sa démarche de renforcement du
L’objectif
développement territorial et de réduction des disparités régionales et locales dans Ie cadre du
processus de decentralisation;
est d’améliorer les conditions de vie des populations dans les 186 communes
L’obiectif spécifigue
étendues et dans 31 communes nouvellementcréées.
Les résultats attendus sont:
I R1: Les communes attributaires de la subvention disposent de financements appropriés pour les
investissements sous leur maitrise d'ouvrage, afin de promouvoir le développement local;
I R2- Les populations des communes concernées bénéficient d'un meilleur acces aux services de
base.
I R3 :
L’économie locale est dynamisée dans les communes d’intervention du programme.
Les sous bénéficiaires de cette subvention sont les 57 communes nouvelles et les 186 communes
étendues suite a la communalisation intégrale du territoire tunisien.

Les bénéficiaires finaux sont la population qui vit sur les territoires de ces communes.
La subvention pour la mise en oeuvre de l’action est octroyée a la Caisse des Préts et de Soutien
aux Collectivités Locales (CPSCL).
La CPSCL a pour missions principales:
I La collecte des ressources nécessaires pour contribuer au financement des programmes
d’investissement des collectivités locales;
I L’assistance technique aux collectivités locales au niveau de l’identification, l’étude, Ia realisation
et Ie suivi de leurs projets d’investissement;
I L’assistance aux collectivités locales pour une bonne gestion de leurs ressources, et ce par
l’analyse de leurs situations financiéres et la proposition de mesures pratiques leur permettant
l’amélioration de leurs ressources propres et la rationalisation de leurs dépenses
d’investissement.
La CPSCL administre actuellement (pour le compte de I’Etat) deux mécanismes nationaux via la
caisse de financement des investissements communaux (Titre ll du budget communal).

Contrat no ENI/2019/4l 1-533

Page4sur19
i

lEJL-LI
M ‘\
:‘a
(a) Dotation Générale non affectée (DGNA) :

I s’agit d’une dotation générale attribuée a l’ensemble des 272 communes;


ll

I La part de chaque commune est déterminée selon les critéres suivants (a) Population de la
commune, ajustée selon son appartenance a une strate démographique; (b) Potentiel fiscal de la
commune, ajusté selon son appartenance a une strate fiscale ; et (c) Différentiel entre indice de
sous—développement local de la commune et sa médiane a l'échelle nationale.
I Le montant de la subvention, ainsi établi, est ajusté par le score obtenu lors de l’évaluation
annuelle des performancesl et le déblocage effectif des fonds est subordonné a la satisfaction
de conditions minimales obligatoires (CMO).
I Les communes exercent une pleine maitrise d’ouvrage pour la programmation des fonds et la
mise en oeuvre des activités selon les procedures standard de gestion des dépenses publiques
locales.
(b) Subvention spécifique pour financer les infrastructures de base dans les quartiers défavorisés
(500)
La liste des communes bénéficiaires a été établie par la Direction Générale du Développement
Régional (Ministere du Développement et de la Coopération Internationale -MDCI) suite a des
consultations régionales tenues en 2012 et actualisées en 20142.
Les Dotations Générales non affectées (DGNA) et les Subventions spécifiques pour financer les
infrastructures de base dans les quartiers défavorisés (SQD) sont régulées par le manuel de
procédures du PDUGL établi par la CPSCL en 2015 et qui sert de référence pour toutes les
communes.
En outre, La CPSCL agit comme agence d’exécution du programme FINCOM3 en faveur des 86
communes nouvellement créées. Celui—ci s’inscrit dans Ie cadre de la généralisation du systéme
communal sur tout Ie territoire national tunisien et vise a mobiliser les ressources nécessaires au
profit de 86 communes nouvellement créées afin de satisfaire leurs besoins de financement des
investissements et de renforcement des capacités. La gestion du programme se fait selon un
manuel de procedures unique (FINCOM)4, adopté par la CPSCL et prévoyant des modalités
particuliéres applicables a la gestion des subventions au profit des communes bénéficiaires—
comme suit :

I Un droit de tirage (subvention) est attribué a chaque commune bénéficiaire selon des regles
de’finies par le Ministere des Affaires Locales et de l'Environnement (MALE);
I Le droit de tirage est préalablement affecté par catégories/rubriques d’investissement
(batiments administratifs, parcs municipaux, matériel de propreté et de voirie et équipements
informatiques, projets d’infrastructure, projets économiques et commerciaux, et projets
socioculturels);
I Les communes sont tenues de soumettre a la CPSCL des dossiers de financement de projets dans
la limite du montant du droit de tirage, dans le respect des affectations par catégories;

L’ évaluation annuelle est effectuée par Ie Controle General des Services Publics (CGSP).
Forcément, certaines des communes étendues figurent parmi les bénéficiaires de cette subvention
3Programme de financement des nouvelles communes.
4Le manuel de procédures FlNCOM est
appeléa évoluer selon l' évolution du contextejuridique tunisien et selon
l‘avancement dans le processus de la decentralisation.

MN——_,.
Contratn" ENI/2019/411-533
DEL TUNl
Page 5 sur 19
I Le décaissement des fonds de au profit de la commune se fait au fur et a mesure de
la CPSCL
l’avancement de l’exécution des projets (sur la base des décomptes de travaux ou de
fournitures);
I Les communes sont tenues de soumettre a l’approbation (avis de non objection) de la CPSCL les
documents et décisions afférents aux différentes phases de I’exécution des projets (depuis le
dossier d’appel d’offre jusqu’au rapport de la réception définitive des travaux ou services).
La CPSCL fait l'objet d'une évaluation réguliere des agences de notation. Fitch Ratings 3 confirmé, Ie
20 Juin 2019, la note nationale a long terme attribué a la CPSCL a "AA— (tun)" ainsi que la note
nationale a court terme a " F1+ (tun)". La perspective est stable.
1.2. Approche de mise en oeuvre de l'action
La mise en oeuvre de l'action se fera selon les procédures nationales pour I’appui financier et
institutionnel aux municipalités.

Ainsi,

I La dotation dédiée aux zones rurales (DDZR) des communes étendues sera gérée
conformément au Manuel de procédures du PDUGL établi par la CPSCL en 2015. Le
décaissement des fonds au profit des communes sera subordonné a la satisfaction, par ces
derniéres, des conditions minimales obligatoires (CMO) et a l’évaluation des performances
(EP) régissant la DGNA.
I La dotation affectée aux 31 communes nouvelles sera gérée conformément au guide
ope'rationnel du financement des nouvelles communes « (FINCOM) », adopté comme
manuel de procedures pour les communes nouvelles par la CPSCL en 2018. Le FINCOM est
appelé a étre révisé éventuellement selon l'évolution du contexte juridique tunisien et/ou
l'avancement dans Ie processus de la decentralisation.
I Les fonds de la ligne « renforcement des capacités seront affectés en priorite’ aux 57
nouvelles communes et aussi, au besoin, aux 186 communes étendues. Ces fonds feront
l’objet d’une Gestion pour Ie compte du MALE par la CSPCL. Le transfert des montants
correspondants aux municipalités, selon les modalités précisées dans la Convention CPSCL—
municipalités. Les montants transférés seront inscrits au Titre 1 du budget communal. L_e§
procedures d'allocation des fonds pour le renforcement des capacités vont etre arrétées par
le Comité de pilotage avant les décaissements.

Outre les appuis financiers en dotation d’équipement et de services, les communes attributaires
d’une subvention dans Ie cadre de cette action bénéficieront du dispositif national de renforcement
des capacités (qui est financé en dehors de ce contrat de subvention). Ce dispositif concerne, pour
les 186 communes étendues, le programme de renforcement des capacités mise en place dans Ie
cadre de la DGNA. Ce dispositif, constitué par le CFAD et la CSPCL, permettra la mise en oeuvre du
programme annuel de renforcement des capacités (PARC). Le PARC couvre 4 domaines: (i)
Gouvernance (Programmation participative des investissements prioritaires, transparence, etc. ; (ii)
Gestion financiére et amélioration des ressources propres ; (iii) Gestion de projet incluant les
aspects de passation des marchés et de gestion environnementale et sociale; et (iv) Gestion du
patrimoine communal incluant les politiques d’entretien. L’appui apporté par le CFAD sera consigné
dans la Convention d’octroi signé entre la CPSCL et la Commune. Cette convention précisera la
demande spécifique des communes concernées en formation, que le CFAD veillera a satisfaire. La
formation de la CFAD sera combinée avec des méthodes développées par la CSPCL telles que la
formation-action du volet Assistance technique. Le volet AT de la CSPCL (a) Intervient a la
:

demande et en réponse aux besoins ponctuels des Communes et (b) agit a travers les agences
régionales de la Caisse, et (c) met en place des contrats cadres d’assistance technique par region,

Contrat n° ENI/2019/411-533

Page 6 sur l9 “‘1: 11%


permettant Ie recrutement de consultants qui interviendront régulierement aupres cles Communes,
a la fois pour les assister dans la réalisation de taches ponctuelles directement liées au programme
(ex. préparation des plan annuel d'investissements, préparation du programme annuel de
renforcement des capacités (PARC); finalisation des rapports annuels d’activités, respect cles
conditions environnementales et sociales etc....).
En ce qui concerne les communes nouvelles, elles bénéficieront de I’appui au dispositif national
d’assistance technique (qui n'est pas financé sur ce contrat de subvention). Ce dispositif couvre :

(i) Formation de base des équipes communales assurée par le CFAD (Gouvernance, gestion
financiere, gestion de projet, gestion du patrimoine municipal et planification de l’entretien
ordinaire etc...)
(ii) Accompagnement des équipes municipales dans la preparation et l'approbation des plans
d'investissement municipaux (PAl/PIC).
La CPSCL fournit une assistance technique au niveau régional, en mettant a disposition son propre
personnel et des consultants et des animateurs qui interviendront régulierement dans les
municipalités, afin de renforcer leur capacité a élaborer les produits suivants:
I Diagnostic détaillé de la municipalité et des installations existantes;
I Préparation et adoption des Plans d'investissement communaux (PAl/PIC);
I Préparation et approbation du budget municipal annuel;
I Préparation des plans annuels de renforcement des capacités (PARC);
I Finalisation du bilan annuel.
(iii) Assistance technique et coaching aux municipalités pour la mise en oeuvre des interventions
prévues dans les plans d’investissementmunicipaux (CSPCL)
La Caisse des Préts et de Soutien aux Collectivités Locales (CPSCL) apportera une assistance
technique dans la réalisation des investissements envisagés par les municipalités, notamment par
I'intermédiaire de ses bureaux régionaux, dans l’objectif principal de renforcer Ia maitrise d’ouvrage
communale. Pour ce faire, la CPSCL recrute, méme par le biais de contrats ou conventions cadre,
des consultants et des animateurs (a titre indicatif deux administratifs et deux techniciens), qui vont
intervenir sur la base des besoins et des demandes spécifiques cles municipalités, principalement
pour la réalisation des activités suivantes:
I Mobilisation de competences et conseils techniques dont Ia municipalité ne dispose
pas, par exemple pour la réalisation d'études techniques, qui comprennent le respect
des clauses de protection environnementale et sociale, la gestion des litiges, ...;
I Gestion de toutes les phases liées a un contrat de compétence municipale;
I Appui a la gestion des relations et de la coordination avec les services déconcentrés
de I'Etat, avec les administrationscentrales et régionales.

1.3. Soutien financier a des tiers


Dans Ie cadre de la présente subvention, Ie soutien financier a des tiers est jugé essentiel et sera
l'objectif principal de cette subvention. Ce soutien financier est décomposé en trois lots:
I Une dotation dédiée aux zones rurales des communes étendues (DDZR),
I Une dotation affectée aux nouvelles communes (DANC),

Contrat n° ENI/2019/4l 1-533

Page 7 sur 19
I Une Iigne de «renforcement des capacités» dédiée au recrutement du personnel
additionnel (contrat a durée déterminée) par les communes bénéficiaires.

L‘enveloppe financiere pour le soutien financier a des tiers sera au maximum de 54.870.000,00 EUR
(deux tiers au profit des zones rurales des communes étendues et un tiers pour la dotation affectée
aux nouvelles communes).
Bénéficiaires des soutiens financiers a des tiers:
Les bénéficiaires des soutiens financiers a des tiers seront :

I communes étendues dans


les 186 Ie cadre des dotations dédiées aux zones rurales des
communes étendues (DDZR);
I 31 communes nouvelles dans le cadre des dotations affectées aux nouvelles communes
(DANC)

I 26 nouvelles communes dans le cadre des dotations pour «renforcement des capacités».
Les provisions pour le « renforcement des capacités » seront destinées en priorité aux communes
nouvelles (57). Néanmoins, des communes étendues pourront aussi en bénéficier si le Comité de
Pilotage I’estime nécessaire a la bonne exe’cution de l’actions.
Type d’activités éligibles dans Ie cadre des soutiens financiers a des tiers:
La dotation dédiée aux zones rurales des communes étendues (DDZR)
La DDZR est dédiée exclusivement a soutenir I'effort des communes bénéficiaires en matiere
d’équipement de leurs zones étendues (rurales), en infrastructures et services locaux. Elle
s’apparente é une dotation générale par nature, mais affectée par destination géographique les :

autorités communales auront toute latitude de choisir Ie type d’équipements ou d’infrastructures


du moment qu’ils sont réalisés au profit des zones rurales qui se trouvent actuellement sous—
équipées en infrastructures administratives et de services. Quelques exemples des activités que les
municipalités pourraient entreprendre et financer avec les ressources de la DAZR sont :

0 Les bétiments administratifs;


0 Les parcs municipaux;
0 Les projets d’infrastructure;
0 Les projets économiques et commerciaux (marchés, espaces commerciaux, parkings);
0 Les projets socioculturels (maison de jeunes, bibliotheques, terrains sportifs...)
La dotation affectée aux nouvelles communes (DANC)

Le MALE aidentifié (et chiffré) les besoins potentiels en équipements et investissements pour les
communes nouvelles sur cinq ans selon une nomenclature décomposée en six rubriques:
0 Les bétiments administratifs;
0 Les projets d’infrastructure;


Par example suite aux constats sur lc non-respect des Conditions Minimales d’Octroi (CMO) pendant dcux annécs
consécutivcs. ou la non atteinte des critéres de performances par certaines communes étendues ou d’autres éle’mcnts conduisant a
des blocagcs au niveau des institutions communales.

Contrat n° ENl/2019/411-533

Page 8 sur 19
0 Les projets économiques et commerciaux (marches, espaces commerciaux, parkings);
0 Les projets socioculturels (maison de jeunes, bibliotheques, terrains sportifs...)
La commune décidera cles investissements a réaliser dans chaque rubrique a concurrence du
montant alloué a la rubrique par le MALE. La liste détaillée des interventions a réaliser dans les
nouvelles municipalités sera déterminée par les municipalités elles-mémes, a travers la préparation
de plans d'investissement pluriannuels (PIL), dans la limite des ressources financieres définies et
allouées par le gouvernement central et conformément aux dispositions du Guide FINCOM.
Critéres de distribution des soutiens financiers aux communes bénéficiaires:
La dotation dédiée aux zones rum/es des communes étendues (DDZR)
La formule de calcul permettant de déterminer les dotations individuelles au profit des communes
étendues (186) sera introduite par avenant au présent contrat.
La dotation affectée aux nouvelles communes (DANC)

Lescriteres retenus pour déterminer les allocations au bénéfice des 31 communes nouvelles sont
les suivants (i) population, (ii) superficie, (iii) nombre de secteurs, (iv) indice de développement, (v)
:

complémentarités avec les autres financements extérieurs.


Avant que la Caisse des Préts et de Soutien des Collectivités Locales puisse exécuter les premiers
paiements au profit des « communes étendues », il sera nécessaire de (i) communiquer
officiellement a la Délégation de I’Union européenne les données de base utilisées pour établir les
allocations dont chaque commune bénéficiera, et (ii) d'obtenir la non objection du Comité de
Pilotage sur les allocations par commune découlant de l’application de la formule.
En cas d’évolution reglementaire ou stratégique concernant soit les criteres d’attribution des
soutiens financiers aux nouvelles communes soit la formule pour le calcul des dotations aux
communes étendues, un avenant a la présente subvention devra étre adopté pour prendre en
compte ces changements qui s’appliqueront aux fonds non engagés.
En cours de mise en oeuvre, sur décision du Comité de Pilotage, les fonds non engages pourront
étre réaffectés a d’autres types de projets que ceux initialement envisagés ou a d’autres
communes.
Pour les communes étendues, le Comité de Pilotage pourra décider au cas par cas des mesures a
prendre au cas ou une ou plusieurs communes étendues ne satisferaient pas aux critéres de
performance.
Cofits éligibles:

Pour étre éligibles au financement de I'Union européenne, les coOts encourus dans Ie cadre des
soutiens financiers a des tiers doivent étre exécutés dans les communes bénéficiaires“ et les fonds
alloués doivent correspondre a l'application de la formule et des critéres de distribution des
soutiens financiers aux communes bénéficiaires.
Lescoats é/igibles sont les frais réels supportés par les bénéficiaires des soutiens financiers, les sous
bénéficiaires de l'action, qui remplissent I’ensemble des critéres suivants:

a) ils sont supportés pendant la période de mise en oeuvre de l’action définie dans le contrat qui lie
la Caisse des Préts et de Soutien des collectivités Locales aux communes. Plus précisément:


Cf. liste dcs communes bénéficiaires en annexe.

Contrat n“ ENl/2019/411-533
l

Page 9 sur [9
DEL TUE“;j
(i) les frais liés a des services et a des travaux doivent porter sur des activités réalisées ou
engagées durant la période de mise en oeuvre. Les couts afférents a des fournitures doivent
concerner la Iivraison et l’installation de matériels durant la période de mise en oeuvre. La
signature d’un marché, la passation d’une commande ou l’engagement d’une dépense
pendant la période de mise en oeuvre en vue d’une prestation future de services, d’une
exécution future de travaux ou d’une Iivraison future de fournitures ne répond pas a cette
exigence;
(ii) Iesfrais supportés devraient étre payés avant la soumission des rapports finaux. Ils peuvent
étre payés ultérieurement, pour autant qu’ils soient encourues pendant la période de mise
en oeuvre et mentionnés dans le rapport final, avec la date de paiement estimée;
(iii) lesprocedures d’attribution de marché peuvent avoir été initiées et des contrats peuvent
étre conclus par les sous bénéficiaires avant le début de la période de mise en oeuvre, pour
autant que les dispositions de I'annexe du contrat de subvention aient été respectées.
I

b) ils sont indiqués dans le budget prévisionnel global de l’action du sous bénéficiaire;
c) ils sont nécessaires a l’exécution de l’action;
d) ilssont identifiables et vérifiables, et notamment sont inscrits dans la comptabilité des sous
bénéficiaires et déterminés conformément aux normes comptables et aux pratiques habituelles des
sous bénéficiaires en matiere de comptabilité analytique;
e) ils satisfont aux dispositions de la legislation fiscale et sociale applicable;
sont raisonnables, justifiés et respectent
f) ils Ie principe de bonne gestion financiere, notamment
en termes d’économie et d'efficience.
Sont considérés comme non éligib/es les coats suivants:

a) les dettes et la charge de la dette (intéréts);


b) les provisions pour pertes, dettes ou dettes futures éventuelles;
c) lesc00ts déclarés par les sous bénéficiaires et déja pris en charge dans le cadre d'une autre
action ou d’un autre programme de travail donnant lieu a une subvention octroyée par I’Union
européenne;
d) Ies achats de terrains ou d’immeubles;

e) les pertes de change;


f) Ies crédits a des tiers, sauf disposition contraire figurant dans les conditions particulieres;
g) les contributions en nature;
h) les primes de résultat incluses dans les frais de personnel.

L’Union européenne mobilisera, dans le cadre du programme Ettamkeen Elmahalli (sur le budget
prévu pour I'assistance technique de la décision nO ENl/201//41—170), un dispositif d’auditfinanC/er
et un dispositif de contréle technique en complément des dispositifs existants (CSPCL, Cour de
Comptes).
Ainsi, des audits financiers annuels intermédiaires et un audit financiers final des réalisations des
communes seront réalisés par les services de la Délégation de I'Union européenne. Ces audits sont
indépendants de la vérification des dépenses a réaliser par la CPSCL et a soumettre avec chaque
rapport annuel et avec Ie rapport final. Les audits financiers intermédiaires auront notamment une
finalité d’apprentissage de la gestion des dépenses publiques par les acteurs communaux a partir
des constats et Iecons issues de ces audits. Les audits intermédiaires seront faits par

Comrat n° ENI/2019/411-533 “H“ ,,

Page 10 sur l9 LDELj it”


échantillonnage (environ 60 communes par année). Un audit final de toutes les communes sera
réalisé a la fin de l’action (suite a la réception provisoire cles travaux et/ou des fournitures par les
communes). L’audit final permettra de déterminer les montants définitivement éligibles au
financement de l'Union européenne.
En complément du dispositif d’audit financier, un controle technique sera réalisé par la Délégation
de l'Union européenne en Tunisie pour la vérification de la qualité des travaux. Ce dispositif, piloté
par la Caisse des Préts et de Soutien aux Collectivités Locales, aura une triple fonction (a) :

contribuer a renforcer le systeme de contréle qualité de la Caisse des Préts et de Soutien aux
Collectivités Locales; (b) contribuer a s’assurer de la bonne qualité des réalisations faites par les
communes (infrastructures et équipements, notamment), et (c) l’apprentissage par l’action cles
méthodes et bonnes pratiques de maitrise d’ouvrage communale. Les controles intermédiaires
seront faits par échantillonnage (environs 60 communes feront l’objet d’un controle par année). Un
controle technique final sera réalisé pour l'ensemble des communes, une fois que les certificats de
reception provisoire pour les investissementset pour les achats de fournitures auront été établis.
Le paiement final a la CPSCL ne pourra intervenir qu'une fois (i) les certificats de reception
provisoire des travaux et fournitures auront été communiqués par les communes a la Caisse des
Préts et de Soutien des Collectivités Locales (ii) les audits financiers finaux auront été réalisés et
seront concluants et (iii) les controles techniques finaux auront été réalisés et seront concluants.
1.4. Actions de visibilité
Pour la présente action, des mesures de communication et de visibilité sont prévues et seront
établies, au début de la mise en oeuvre, sur la base d’un plan d’action spécifique dans ce domaine.
Le plan de communication et de visibilité de l’action ainsi que les obligations contractuelles
adaptées seront établis sur la base du manuel de communication et de visibilité pour les actions
extérieures de I’Union européenne.
1.5. Structure organisationnelle
Un comité de pilotage du programme (COPIL) au niveau central sera formé et sera présidé par le
Ministere des Affaires Locales et de I’Environnement. Ce COPIL réunira régulierement (au minimum
deux fois par an ou autant de fois que nécessaire) les principales parties prenantes et notamment:

- Les représentants de la Délégation de l'Union européenne en Tunisie;


0 Les représentants de la Caisse des Préts et de Soutien des Collectivités Locales (CSPCL);

- Les représentants du Ministere des Finances et du Ministere de I’Equipement de I’Habitat et


de l’Aménagement du Territoire;
0 Les représentants de la Cour des Comptes;
0 Les représentants de la Fédération Nationale des Villes Tunisiennes (FNVT);
0 Les Chefs de la mission d’assistance technique de l'Union européenne;
0 Les représentants des partenaires techniques et financiers du secteur (voix consultative).
Le COPIL du programme aura pour role de:
0 Donner les orientations stratégiques et veiller a la cohérence cles interventions de l’action
avec les politiques nationales;

Cmtrat no ENI/2019/4l 1-533


DEL TUPQ
Page 11 sur 19
o coordination des activités prévues par I’action avec celles mises en oeuvre par la
Veiller a la
CSCPL dans le cadre de la gestion de la DGNA et les interventions financés par d’autres
intervenants dans les communes nouvelles dans le cadre du programme FINCOM,
o Examiner et approuver les rapports annueis d’exécution de l’action;
o Assurer les arbitrages nécessaires et proposer les réorientations éventuelles de I’action;
o Assurer Ia capitalisation et la pérennisation des acquis de I’action en termes de contenus, de
savoir-faire et d’approches d’intervention dans l’appui au développement local a travers Ie
processus de decentralisation.
Le secrétariat du COPIL sera assuré par La Caisse des Préts et de Soutien des Collectivités Locales,
assisté par les équipes d’assistance technique.
Un comité de suivi technique
Le Comité de suivi sera compose’ par le Ministere des Affaires Locales et de I'Environnement, Ia
Caisse des Préts et de Soutien des Collectivités Locales, Ia Délégation de I’Union européenne et la
Fédération Nationale des Villes Tunisiennes. ll se réunira une fois chaque trois mois pour faire un
bilan de la mise en oeuvre et proposer les mesures de correction nécessaires a la bonne marche du
programme. || travaillera en étroite collaboration avec des Comités de Suivi (ou equivalent)
constitués dans ie cadre de la gestion de la DGNA ou du programme au profit des communes
nouvellement créées. Si nécessaire, Ie Comité de Pilotage pourrait décider des rencontres/séances
de travail conjoints entres les Comités de Suivi (ou similaire) des bailleurs de fonds afin de faciliter
les échanges, apprentissages collectifs et synergies.

1.6. Evaluation
Une évaluation a mi-parcours et une évaluation finale de l'action seront effectués dans le cadre des
evaluations (mi-parcours et finale) du Programme Ettamkeen Elmahalli. Ces evaluations seront
financées par le programme.

1.7. Plan d’action indicatif pour la mise en oeuvre de l’action (maximum 4 pages)
Le plan d’action indicatif est indiqué dans Ie tableau ci-dessous:

“r: 7'3..—
[ULL TL”
Contrat n“ ENl/ZOI9/4l 1-533

Page 12 sur i9
8:
_ 8222382 8222882 8222882 8222882 8222882 mm;_m_.u¢m:~wn

mwtmfizwcwn

22882 88EE8.

da 5S2 £32
dm d; 88 $5 d; .58 88 88
8 8
628
8
.628 628
8
m._<_2 m:<_2

88 mwczE

88EE8 88858 8::EE8 88888 88EE8 8:8


meSEEOU

£8 ECU

2
mmz88m 22:20:18:
_


_
mbmemm
87:77:
_
8n
IHII 88

8
888%

HNON 8:850.

ONON
38$
_<n_
_ 8
055
2 £82283
8% 8838;
8:8;
88
8 Eco
8 2
3338:
ha
8588:;

2888888

83
8:38
823888
2
2 8 www.m—

88:8 8 :8

28882,
8 8828.8
828:8

.828:

ONON

8_
8: 2; 8 88

E28 2 28
3:8
828

:8
saw

2
83288
2 “88088;

8
_<n_

fine
8
88:28:;

288.;
88 2222
823288122

2
8888

888
282:8
888 8 m5;

8 $8 828:8 88352;
8888::
8.288
2
8m
8.“. m,
:8 28:8 822288: 2:85

3
2
82:8
8:8; 8% 8_
2852 2 8.22:
88888
88
8288:

2 «8
88
8
88:82 88888
8:38 #8888238

2
“SON
58 83883 E8

8
:2
EBB
2 8 8:
2
888.. Ohm
na;
8 :E
8
8:28:88
«NE 88EE8
2% o~o~
8;
2:888

88
88m
8:868 :8 8228
2 88%
2 8

8;
88:8
85883
2n; .28 85
8 88m
8
mmu;30mw._

8888 8% 88888
8_
2
8:38
8
8222383 288::2

8:888 888:8

8
ES 8_ 888
8 2888

2 8:8;
3888: 28
E8
8::EE8
flow 888 om
888

8 2
2888
Azu<e
8:8
53 :8 88m
88228828 cot—mm.

2 8 82
“8888::
8:8. .68 8E
8:888
8, 8_ 282:

2
88888 282:
8:8; 8388 “:28 83 8n
888.:
38
888:8

88 :8 58 8_
8
2.882 .QOE
88
888:

8 a
82:8 8.“:
am.
8 2:8
8:28:
8 8 8:8
2 8:88
88
2 88
88:8
$8 58 #w

28: :8 3 8 888808 88 2288

8
.228 8:28
28 055
82:8 2N8
Son 8282
88 8:85:82 83288 888%
mm;
88:: as 8:80.: 880

2
208
888.8
Eco
8 220
2
EEEOEUUM

88 88% 2:88

8
.58 $8
8 2
88558

E
“88:88:
8:88 882288
EB 8:38 ES
S 8 8: 8:
8:8 88808
8 8: 9”; 88
ES 8:28 :8 88 8888,

2 28
8.8% 3888: 8:28 88888

x8 39:8
E
SESNE/Hm

:8 “888:,

8 828:: 2238

2
828 .628 8:8 ECEOEQQ 88828
8.88 882 :8
8 2
8228 83888
888 88
8 2
223.2 8:28
8% 8:28

8
288
8a
82an

8 2 8 8c
8
8,888
28
88883
88
8 88.8
88
8
88 888

8 o:
8 8
QNON

8:8 882:889
80 88
88888
82; 82882:.
8.8882... 88888: HEwEwH—Cumw—

2
88589 28:82; 88E8u 8:82.85 8885 828:8:
8889
888m. 8.82;; 8883 88:58“.
2:825 2:882 H888> 88:82.45
8283‘ :2889 2:885 8.88: 88:80
881‘ 323 2.98 85:00
223
8%
8 8c :28
, ,
H we
,,

.
$2288: 822288: 822238: 852288: 822288: 82388:

88558.
.88:
6:8 $8 $5
d:
8
dmmu :Um::

88558
29:8
$8558 88558 88558 88558 38558 88558

N
37:0:in
288:

H
XLLMTC
wbmmem

.6
:5: 2 :58
888: :3
S 8
2
8:8:
8:
8.588.:

:88 $88:

:2:
28:88:88:

SE a
:8:
n: 888:
a:
3:
8 m: 88:28:82
332868..
8:883

82
2:328: 28 8: 9—
0:6 82:22:35

E
:2:

8:
85:85
8:52
3:
88:58:

8: :_
2 8
8:888
2 88:2
8:288: 8:883
2:58 um:n_

59:
8
8:82:88

8
2w: :2
2 2::
:3 8:22: mm:

8:858 888:
8:3 _<:
a
2 .592:

2
883:

8:: 2 8:
:38

:: 8: 2
a:
882:

882 88.25
6:8 .388:

522
32

:
22:8: 2:8

2w: 888::
385:
5:58:25: w:
8:8
8:8: Hm
:8:
8
38
8 522
2 8
3
$258:
8:8:
88%: a:
8: 8: :2
2 2
:
88 88:8:
:88
2
2:528:
8:8:
:83 88:
85528::
83:2:
a:
0:6 52,:
8: :8:
:88
ANSN 32888: 285
8:22
8:238:

3 a: 8: 58.:
.28:
:8
8:88: 2:285

2 8588::
5:588:88 2:

2 :2 8::
8:20:
o: :3 E
8858:

38
8:20:
:88:
w:
822288:
E: 2:8:

2
822288:
8:88:
a: 8:
8825.2, 88558

:8 W2
:8: 8: 238:
2:523: 22::
:: .2:
8
88285
28:2:

88:08:

28: 8: 8: :23 8588:

888::
28823 wow :2 252 8:
2 8 2
2:88 6:8
88558

2
2: 5 :
:8
:2 w:
88558
8:858:
8::
88558

:82:
2
82:85 8:88:
:58: 6:8
2:8 85888:
.5 53 a:
58223828
8588::

:: 8 2 2
282:
8:
3888
88558 :88:
. 2::
25 :88 Row ”no: :8 88:5 52858:
58.:
:5

a:
28
0:6
flow
8 2
8:98:
8: 8:8
5:: 2 82:88

8
:8:
2 :8:
2:2 8 2:858

3 8:
2:538: 28.888
8528: .8888
888:8

oz: 3: so: :8:


mmm;

225 :8:
88558

25 3: 8:88: 880.: 5:8 2


2w: :8 :2
58.82:

:8:
_::8:_::m

:: w: 8: :53:
2832

:8
88 3:85
:2
25 88558

8: 2 88588:

:85:
8:2?)

:58:
:88 5:22
8 n: 8: :8 8888 E8888

8:28 22:8: 8:20: w: 8:858


258:8
5: :8
SEES—Z;

2 5:
8:388:
5:22

:
8:8: _B
8:
8
2:8: 8:88: 8822,
8:8 :38
2558:

2m:
8:8:
8: 8:8 m8:
8::
2
2232 8:30:
2.5::
.5: 8: 88::
8: 8: 8:
.258
28: :58: 288:
8: a: 8:8:
w: 82:22:25
:88 528
:82
:2
HSN
8:88558
w:
a: 858.28:
m: 2::
8:85:02
8:288: 85.28::
8:8:.8>
88558 858:;
8:822 88:2, 82:58 23285
885; 8:88:
885%
8:28 8:8: 8:38 8:858
55:3,:
:22
$8223
2:2:58
w:::< 22::
:28 82 332 $1.. :38:

in
LTUN
mm:_.m_u:w:wn mmtmccwcwn 3:223ch 8:22.65: mmtmccwcwn
mw:_.m_u_ufwcwn

mwcaEEou.

d:
damu .Uan rl‘l'l 98 dam:
mu

dmmu
mwczEEou mmcaEEou mwczEEou 8::EEou 85688 meJEEOU

_
N
27:8???
_
mbmmEmm

_
_
H
_
aim—V???
mbmmem

m. we. we”:

S
a: Em>m mucwEwézw

95 225233.“: ‘umcuawu

33:9: mu.

AL 63:2
an 3: mu
m3
gm:
u:0:m:m__:om

mfi
$2533
3255.; 85:2
m_ :3 .mcaEEs

52856.5

3
mm=w

5
Egm

2
33::
wt
m.
wt _m=vm_

mu NNON 25
:3
:m 3:2:9:
Emu
0—
82558

2a
wEmaanu

cosmm.

2392:
.753
:3
w. R: Conan:

w.
.Sb N. mm.._.m_uzw:mn
m.
E m.
2% :3 in
mu mm: :28
wv=m>
«:me
:33 ::
EmccocfiE

.950 83:2:
5&3:
NNQN mzw
gamcms

m. EwEoucm>m._

m
:o_«:omxu.u

5:3: mmcsEES
EBt

mmew
32:8
$22
w: 823%
Hm 523$wa

«new

ma «at:
Hmom 82::qu
:3 me 3; mw_ man fiu
$55; m_
E:
mmzmafimc

m_ m... 53;
mEESwoa
:ma w
035 Em>m
933::
mu
mwtmficwcmn .wEEquu
:oczuwxflu Gaza
Em>m
E8
:E
.mummmwcm

mm:
m
x3m>mb

:u 2
2 2:23 EwEmucmccwa
EEuER
$5385 «m
3:23: :ma
wrm

.333 Son
20:88
mm.._m_u:m:wn
:2 n_._.m
mwv

:ozzuwxw; 858%? mu mmcsEEou


mw:_.m_ucwc~wn

~me
www>na

2m o~o~ 20:5

92 memEuEzE

mu :2
an
tNQQ
9:855
$308 5....
£5er 38.6mm:

:23.

2
823%.“.

$353 mu m2 owccm; 6:8


Son N~om
3:3 m3
.2 3
mzmzccm

mt mmanES

2
a
330. meJEEOU
m2 22:50

en
8:855:
_<n_

892: :2389
E: .EQES
EmEmoc
223
8:2: Azu<ov
6:8
24:3 EmEmucgmb

:u E: :o_umm_.__.noE
«m
.282: mcucmb
:w
mmczEES

a
xam flaw—2mm:

mu
«:oEmEmcm:

m_
m5. Egm :30 ac: m2
85:99.5
mtg
35m
2
39%;:8

056 mwfiumamu
«fl
:8 955
532:3:5;

mu
mw=w>=oc
NNQN
man
m_ 2% E «w

2
mm: «m6; wEEwmcw;
5.22
me 2% 9:2ng
3::
an
633:8 293
Emu
Baguxmb

920

So:
mwczEES
mucmEmc
6.50.: dmau
:8 2933.1:
$2.»qu :m:
3E5:
am $3 w:

2
_w::o_.:nnm

2
mNoo

mu
5:88..
mo an 8:38:59
:ccwu
HCQEmULOwcm:

mwtme m_ m3
mu 89:2: mi mu mwfimncmE
£25.“.
«:mnwEEa

:8
xam
38.2: «3588
8:
dwau
3:3 29a
mntmn
223,”: 8582: :o::m>:ou mwiitwfiwn

Emgfl
as =0 3:8

m_ .3 uw
mmmcwuwu
39.38 mmm;
xam
wt 326: 8:2 6:896:
.Euwu
Egan? 89:59.9

23
.EwEuccocucfi

“to m 92:22:
men cu
m_ COENHOU

2
wuotwn

3.5:;

Sc 3: mm w:
368%
mm: 8: mu
62:5 wwwucm::ou:o
.252".
wmfiwu ESE: 2:39
$3 mu mu mu memeuEzE
m.
mquUm wt
NNON

cosmuEaEEou
an we 3
::m

_w\o_om\_2m

mu E35885:
EmeSbwm :mn
828::3 555502
8:38:69 EmemE>
REESE
EwEwEw> Esaurfimi “cwEwm:w>

$53me 23.89% usuoumm mncmEmo wu:meo


:ozfioo toaamm :23qu m3 :o_.:w>n:m

mmcc< 838 223 332


3339:
2.chqu

Ema tug «Em?

.2
o:
REED
1.8. Durabilité de l’action
D’une maniere générale, le programme Ettamkeen Elmahalli s’inscrit dans la pérennité, puisqu‘il
apparait comme un programme d’accompagnement de la mise en oeuvre de la decentralisation en
Tunisie, qui constitue une priorité gouvernementale.
La vocation affichée par cette action est d’appuyer le processus de decentralisation par la base en
adoptant deux principes placés sous le signe de la responsabilisation des communes dans Ie cadre
des structures et procédures nationales:
o Considérer Ia commune comme interlocuteur de principe, maitre d’ouvrage et pierre angulaire
d’une construction socio-institutionnelle en cours;
o S’appuyer, dans la mise en oeuvre et autant que faire se peut, sur des solutions de principe
retenues dans la Iégislation nationale.
Ce recours privilégié aux principes et solutions retenus par la Iégislation nationale répond a deux
ide’es (i) un systeme normatif national, endogene, a plus de chances d’étre efficace qu'un systeme
:

de substitution relevant d'une logique "projet", et (ii) l’inscription des outils et dispositifs du
programme dans les normes nationales rendra plus probable «I’influence» des pratiques générées
dans le sillage des activités aupres des communes dans la formulation des politiques de
decentralisation (ou des politiques sectoriel/es pre’voyant une gestion décentra/isée).

Les résultats attendus de l’action proposée sont susceptibles d'étre durables d'un point de vue
institutionnel dans la mesure ou la subvention participera aussi a mettre en place au sein de la
CPSCL des approches nouvelles de travail en matiére de controle a postériori de Iégalité des actions
des communes et de la qualité technique des infrastructures.
1.9. Cadre logigue
La matrice-cadre logique (Ie «cadre logique») devrait évo/uer au cours de la durée de vie de
/’action: des lignes supp/émentaires peuvent étre ajoutées pour intégrer de nouvelles activités,
des co/onnes supp/émentaires peuvent étre utilisées pour mentionner des cib/es intermédiaires
(niveaux de réfe’rence) lorsqu’i/ y a lieu et les va/eurs seront actual/sees régu/iérement dans la
colonne prévue pour rendre compte des résultats obtenus (voir «va/eur actue/Ie»). La not/on de
«résultats» inclut l’objectif généra/ (l’impact), l’object/f spécifique (l’effet), les autres effets et les
produits.

Contrat n° ENl/2019/411-533
Page 16 sur 19
m.
mg
Ho
5
3233 $3
wmco>£
.3552 cozfioamfi
82.3325

Eflucmcc
uo>m

mg 32 3:605
8852::

mg m
m_E
mEEEmEq
a
cosmegtma
mtoagmh E9.
\EmEmLQEmE

mucmmmficcs
2633

2
mcoszLouE.

EmancoU
cozomtzmm
.moBmctg

296E
3:85
m3
m...
5 Eu

m_ mam
mu
hm mu mu mu $0;
m_m:c:m

20 mu
Sumo

mg Esccm
mmcsEEB

mEEmhmoa

dmmu
conqugg
830m =m>oE
cozumtsmm
umwmmcwE cozmam>w 8:553 w.
35:55 mtoaamm
eoficmcc
$325 :mmemh
E_m;m_>__m

35.6
mEm5>m
m_ $580 wEthm
dmau
E83 $63
2%
-_>_=m

wn $3 an

33%
5an

2... 528.5% Emzmfium

an -_>_:m an -_>_:m

Putt:
Ex: aE mu E 3x: m
“w
wt
min»
«m
«3:23.?
m
39 a
38 38 «Emmi
mEmVSm

.535: wEEEmoE mEEEmoE

wt
2 cozmamfl
mt m_ cosmgmi‘V

wcm: Eat mam: 2%


.6 an
9
Em

wt
E
mcmE

8283? cm
mwzcu 292:8 H xzmhwcwm
own;

«822%?
mmcmE 393
mi «m
mg
m
mu
3822 3&3: 5% 2th 3:252:
wwmsucw
Gama
Sewn

x w_

m_
mcozfiou

ScwEwmgzu
8.32m:
an
cozmmm

at 858:8
2.8ch
2 33 g
2
mEESmoE
mmu
388%5
8.0 newmgzfiiU

Eu
mmcsEEOU
mwczEES
3:35me mmu :39:
Eme=w=ccm

at
ficwEmucmcc

3:323ch EmEmucmc: mEEUrECwn

38.923 E__5_m_>.m:n_

EmEmmLm>

205203
#5222
mwczEEoU m_md_u_::E

83 mtmtzmm mwtoagm
xzm
V33 Ewe
xsm
3:6
x . . . .

m_
mcoEvcou Emmoqau
£53m? 25m 69:26.3 _muo_

mcozflzuoq
an 32201
933258 mmm;

mmcsEEOU
:33an
mi m2
macmEmucmcc

mmn 85:2:

E
mucmemmzng
Emegaegw—u
concmiflcru
macs
mmwccozuflmm

an
QSSNDZm
mEEEmoB
LEEEE< m3 $28an
m_>

Emu
mu .2 wt 52 ::m
a:
m... W
m W..."II
a .m.mm w Im....m.m. mm.m mml.W,
35:00
w-m mam
92 m2
an mu at wt
xzmcfstccm
dmau an
x:m::\m_w:::m
dmmu .3
:ozsowxm% mmczEEB
consu‘mxm‘u
mwcsEES

mquzum‘n 822.6%
353$ $6580 mtoaamm mtoqqmm
39:59
m_
mtoanmm
228m? m_ mifiw
95%?
rimuw

mu on

3an

525:3

an -_>_:m
hmmzmstm
-_>_:m

Ex: m mu at mt
8
m
5wa
a
pm
3.3 0:633 955$

oEEEmoa

an
mu
2 cozmamfiw

Ex:
mEESon
2 :o_ym:_m>m

mam: want 2:3


an < a:
:7
mwv
3n

9.3 9.3
f
Qua;
5.82 x382
m_ m_

:3 Sm

3:252:
529% :5me
m2_3:m>c_

32 3&5 30m 3&3

< <
mcmn
EV man
9.2th m2
S men

mu
an cozmmmv
mEo>
87:2
mmmtambcm
:3
5
armbflEEum
.mEEEon

mwm=mwz
38 836 xsm .3223
939. 3305
wmfi>sob mm: 968
7:05.238
mu 3:82:
En
mg m_
$852;
mmcaEES
mwuum
365% 3:3
83 :u
mucmEommzng

a
3:3
:ozcwEwEru

33.3933 mEEEmoE 223888


‘m_m::EE8
mucmeQScw
22.355; wwu
2%
.mwcaEES
mwczEES

3:553
.oBEoz mmttmE
2:336
83
mu
823mm mfl>=wn

2:8 2:2 E86


#6
x
tma xsm
mm.
mcozfiou
335% 625%
Sw_m> 3:82

. . o

9%
3.
282
mean
mmmEmucoU

56
at
.33
mmm;

205238 :93
98%

an m_Eo:8wn_

wwm_Emc>n

cozcwEwEru

:r\o_om:./:

.wEEEmoE
mm: mwcsEEOU Ewfizwcwn mwcsEEOU

:6.sz 8233
-

.5. mm mm

::
“3:59
2 hi.
Son

3:32: mt
3:3:
“than.

Exams Scams «5:659:25


at
8359::
mmzbtmfm

mzuEfiB
2 33.5%

Eng
EOUMQOQQ

an 263 an
2 2
EwEEmuoc

MMEBEEOU Una 85.553 31 28h

B§t§§ 329.9%:2

2
muzfimfimu‘u
mEEEmoE

.<ZGQ .3525 tutu: Sam

mmq En 3..

5
o~o~

53:2

33

H
3503230
3E5; H £35m;

3353
932
mu

23.

xzm mu «mm—“:5

“w
2
8:90:6ch
p.58 motmficmcwn

23 23
8 89qu
03m Smusn

2 .Ummu
5m

an 0.
m_
3933
ooodmmom
ooo.ooo.m
08600.3
=8 m. own;
mwczEEOu mmcsEEoU
tw>38

acmeQE—uwb
.8
mmwuumtm
tm>38


mg 8.0 32a
u n
mwcsEEOU

cm
6588 $5638 $538 8388

205533
Lcmeucmcc
20:53.; HEmEmucmcc 3::
9%

83 $3 83 mg
«c
20 mu
mu mu 835253
9.38

EmeEoEwm EmEmEoEwm EmeSoEmm EmEmSoEmm

8:35? corset?
mcozfloo mcozfioo cm

:92
“mm
3985 2535
macaw “Sou

o . . . . o o o . .
3::
9382 3985

6
co_um:_m>m-_>_:m

22.8
mu mu
m3
35835ch
mmcsEEOU
mw=m>soc

mu
:m
.co_um:_m>w

32:3.
«m
3:02.:3 mmm;

mEEEmoE
\flzmtflEEum

m2
E 3305
mu
EtuE 8362329.:er
m2
mmtitc mu

c Ea \thcSE -
Ea
2:2 3 mu _3o_om:Z:

:93
6
wEwum>m

mmt
wv mwSUEchE
mu mctotcoE
cozmgfiwm
EuQmHSEu—x

a:
::
cozmm=mmeH flambgfiEum

$223037, $555933 .flcmSU-Em

mmcsEEOU

839.03 :82: \wtéxoa


mutant:
832%
35:00

m cw -.~ AL
2
Annexe : Liste des nouvelles communes éligibles é des soutiens financiers é des tiers

1 Naasen 27 Hajeb

2 Dekhiiet Toujan 28 Hzag Ellouza 1 Hassi Frid

Achech Boujarbou
3 T 6 b cu lb ou 29 2 La y oun
Aoudhna Majel Darj
4 Ghezala 3O Ennassr 3 Ennour
5 Hekaima 31 Fouchana 4 Ezzouhour
6 Telaisa 5 Machreg Echems
7 Ketana 6 Ain Khmeyssia

8 Menzei Habib 7 Khmouda


9 El Bassatine 8 Bouzgam
10 Habib Thameur Bouattouche 9 Errakhemet

11 Bouchama 10 Balta Bou Aouen

12 Sidi Makhlouf 11 Maalga Ettatawer

13 Zarzis Nord 12 Ain Soltan Essaraya

14 Boughrara 13 Jouewda

15 Mnihla 14 Ain Essobh Ennadhour

16 Hezoua 15 Khmeyria

17 Joumine 16 Sommar

18 Utique 17 Chenini Douirat

19 Hechechna 18 Belkhir
20 Grimat Hicher 19 Sidi Aich
21 Chott Meriem 20 Lala
22 Sidi Zid Ouled Moumlehem 21 Zanouch
23 Zelba 22 Sidi Boubaker
24 Aouabed Khezanet 23 Faouar
25 El Amra 24 Becheli Jersine Blidet
26 Ennadhour Sidi Ali Belabed 25 Bechri Fatnassa
26 Rjim Maatoug

DEL TUN
Annexe : Liste des communes étendues éligibles é des soutiens financies é des tiers

No

Al Raoued 36 fish)“ Bradaa


£45 gem Sidi Thabet 37 94—“ El Jem
JJJJSII Kalaat e| Andalous 38 gswb-J‘ SouaSSi
39 Lu.“ Chebba
Kasserine 391—“ Mahdia
FLA-ll 912i Ouled Chemekh
.r‘éxw. Boumerdes
obi:- J14 Sidi Alouane
our: Chourbene

JL-J' 254d Ksour Essef

)5 Karkar

Feriana Malleloulch
Foussana Hbira

Majel Belabbes

Maagoula

Sbikha Beja
Chbika
awful Chrarda estour
Md El Ala Zahret Medyen
o'mi-l' Kairouan "
Gbellat
1,434.51] Weslatia Medj El Bab

Bouhajla " Nefza

Hajeb Laayoun

Haffouz Khlidia

Jalloula Mohamedia
Menzel Mhiri Mornag

Nara|lah

El Alia

Dahmani Methline
Sers ' Bizrete
ouiref ja
Gsour Jedl ml Ras El Jbel
Kalaa Khesba «J‘ Rafraf
Kef gum Sejnen
& ajerouine a—F—ws‘ Ousja
Lila Sakiet Sidi Youssef
4—9-1 55-11“ c—llbl-i Ghar El Melh
gL‘Jllxu Kalaat Snen )an Mateur

Nebr Mm Jim Menzel Bourguiba

Jew Jim Menel Djmil


M‘fie Bir Lahmar 459‘ Rgueb
ataouine 112)“ Mezzouna
Bah Rmada rug! Meknassi
WI)“: Ghomrasen 55b ”:3 Ouled Haffouz
lab—“fie Bir el ery
ameghza 141?

ozuer mew Sebbala

.Mfl—H Ital: Hammel El Jrid 41)}.- éuLe—v Sidi Bouzid

um: Dgueche wWéy Q


Sidi AI Ben Aoun

dad-i Nefta «bl-p}.- Jj'u Menzel Bouzayane

Ala» g'v Beni Mtir WI El Hencha


(all-«4}: Bousalem WI El Chihia
934$? 5M! Skhira
link 1-H)“. Graieba

My; (,9 Drahem ,«er-l Mehres


ska-\JULL Ghar Dimaou 44.4, .34 gkfie Bir Ali Ben khlifa
Fernana 331:»
Lain éé' Oued Mliz )aqu film» Sakiet El Bayer
.911 "ML Sakiet Ezzit

lop)“

Ml Fahs was Agareb


”2,qu Nadhour ,SL‘» Jim Menzl Chaker

Quick Bir Mcherga


19...,1‘ Je—r Djbel El west Mall El Hamma
obi) Zaghouan ab)" Zarath
391m“ Metouia
19:)“ Rouhia JL‘JI
w Chenini Nahel
14):” Laaroussa cola Mareth
avg-ll Krib able-l“ Matmata

931+ Bargou skull new MatmataJdida

Bourouiss Jfis Oudhref


Bouaarada
Siliana
Gaafour 2'94 Douz
Kesra 44>“ 65-“ Souk El Ahed
Mekhtar 9&5 Kebili

Kalaa Sghira “as,“ Rdeyef


Kalaa Kbira w' Sned
Nfidha ’45.“ Gsar
Bouficha )Uail' Gtar
Sidi El Heni 451211 Metalloui
BouaH Zia-EU El Medhila
Kendar “db—J (:3 Om Laaareyes
95L“ Mseken
115» Hergla
m Gafsa

DEL TUll
{2‘39 (y. Ben Guerdene
“.2145 6“ Beni Khdech

we?»
{29-h Medenine
Gouvernorat Mannouba
Qua-9'“ Batan
Eleeida
544.44“

GUN Mornaguia
éNl-d‘ 3;: Her] El Amri

2‘32“le Douar Hechir


3m]: rba
Jew gal: Oud El Lil

mil Azmour
;.L»L..7.Jl Hamamet
Ml Somaa
515““ El Maamoura
EJ-ei' El Mida
954' El Haouaria
3M5 Beni Khaled

)L? Beni Khiar

Bouargoub
555’! A.» Hamam El Ghazez
gun-1 1U Dar Chaabane

”Web Dar Allouch

4-24-le 119' ZaouiaJdidi


394’ Korba
Grombalia
' Klibia

Menzl Bouzalfa
Menzel Tmim
Menzl Hor
'
Naneul

DEL TUll
ANNEXE II
Conditions générales applicables aux contrats de subvention conclus
dans le cadre des actions extérieures de l'Union européenne

TABLE DES MATIERES

Les termes utilises dans les pre’sentes conditions générales sont définis dans le glossaire figurant a
l’annexe Ala du Guide pratique des procedures contractuelles applicables a l'action extérieure de
I‘UE (PRAG).

Pour les subventions de fonctionnement, par l’<<action>> il y a lieu de comprendre le «programme


de travail».

Le terme «coordonnateur» désigne 1e bénéficiaire identifie’ comme le coordonnateur dans les


conditions particulieres.

Le terme <<bénéficiaire(s)»désigne collectivement tous les bénéficiaires de l’action, y compris le


coordonnateur. Si l'action ne compte qu'un seul béne’ficiaire, les termes «béne’ficiaire(s)» et
«coordonnateur» sont réputés designer l'unique bénéficiaire de l'action.

L’expression <<partie(s) au pre'sent contrat» désigne la ou les parties signataires du present contrat
[a savoir 1e(s) bénéficiaire(s) et l'administration contractante].

Toute référence a des «j ours» dans le présent contrat renvoie a des jours calendaires, sauf
disposition contraire.

rd...—
DEL TUii

Juillet 2019 Page 1


sur 31
e3 hZ‘gencondifrdocx
TABLE DES MATIERES
Article 3
1 — Dispositions générales ....................................................................................................
Article 2 — Obligation de presentation de rapports narratifs et financiers ........................................ 5

Article 3 — Responsabilité ................................................................................................................ 6

Article 4 — Conflit d’inte’réts et code de conduite ............................................................................ 6


Article 5 — Confidentialité ................................................................................................................ 8

Article 6 — Visibilité ......................................................................................................................... 8


Article 7 — Propriété/utilisation des résultats de l’action et des actifs .............................................. 9
Article 8 — Suivi et evaluation de l’action ...................................................................................... 10

Article 9 — Modification du contrat ................................................................................................ 10

Article 10 — Execution .................................................................................................................... 11

Article 1 1 — Prolongation et suspension ......................................................................................... 12

Article 12 -—Re'siliation du contrat ................................................................................................. 13

Article 13 — Droit applicable et reglement des différends .............................................................. 16

Article 14 — Cofits éligibles ............................................................................................................ 17

Article 15 — Paiements et intéréts de retard .................................................................................... 22


Article 16 — Comptabilité et controles techniques et financiers ..................................................... 27
Article 17 — Montant final de la subvention ................................................................................... 29
Article 18 — Recouvrement ............................................................................................................ 30

UE‘LTUN
Juillet 2019 Page 2 sur 3]
e3h2_gencond_fr.docx
DISPOSITIONS GENERALES ET ADMINISTRATIVES

ARTICLE PREMIER - DISPOSITIONSGENERALES


Principes généraux

Le(s) béne’ficiaire(s) et l'administration contractante sont les seules parties au present


contrat. Si la Commission européenne n’est pas l'administration contractante, elle n’est
pas partie au présent contrat, qui ne lui confere que les droits et obligations qui y sont
explicitement mentionnés.

Le present contrat et les paiements qui en de’coulent ne peuvent étre cédés a un tiers, de
quelque maniere que ce soit, sans l’accord écrit préalable de l'administration contractante.

Traitement des données a caractére personnel par la Commission


Les données a caractere personnel mentionnées dans le contrat de subvention doivent étre
traitées par la Commission conformément au reglement (UE) 2018/1725.

Ces données ne doivent étre traitées par le responsable du traitement des données désigné
dans les conditions particulieres qu’aux fins de la mise en oeuvre, de la gestion et du suivi
du contrat de subvention ou pour protéger les intéréts financiers de 1’UE, y compris par
des contréles, audits et enquétes conformément a l’article 16 des présentes conditions
ge'nérales.

Les be’néficiaires disposent du droit d’accéder a leurs propres données caractere


2‘1

personnel, de les faire rectifier ou de les faire effacer, du droit de limiter ou, le cas
échéant, de s’opposer au traitement de leurs données et du droit a la portabilité de leurs
donne’es conformément au reglement (UE) 2018/1725. A cette fin, ils doivent adresser
toute question relative au traitement de leurs données a caractere personnel au responsable
du traitement des données désigne’ dans les conditions particuliéres.

Les bénéficiaires peuvent saisir a tout moment le Controleur européen de la protection des
données.

Traitement des données a carchtere personnel par les bénéficiaires

Les béne’ficiaires doivent traiter les données a caractere personnel auxquelles ils ont acces
dans le cadre du contrat conformément a la legislation de l’UE et a la legislation nationale
applicables a la protection des données (y compris les exigences en matiére d’autorisation
ou de notification).

Les bénéficiaires ne peuvent donner acces a leur personnel qu’aux données strictement
nécessaires a la mise en oeuvre, a la gestion et au suivi du contrat de subvention. Le
bénéficiaire doit veiller :1 ce que le personnel autorisé a traiter les données a caractére
personnel se soit engage en respecter la confidentialité ou soit soumis a une obligation
51

le’gale appropriée de confidentialité.

Les be’ne’ficiaires doivent adopter des mesures de sécurité technique et organisationnelle


approprie’es, compte tenu des risques inhérents au traitement et de la nature, de la porte’e,
du contexte et des finalités du traitement des données a caractere personnel concemées.
L’objectif est de garantir, 1e cas échéant:

(a) la pseudonymisation et le chiffrement des données a caractere personnel;

(b) des moyens permettant de garantir la confidentialité, l’intégrité, la dispo EE‘E Elm
resilience constantes des systemes et des services de traitement;

Juillet 2019 Page 3 sur 31


e3h27gencond_fr.docx
(c) des moyens permettant de rétablir la disponibilité des données a caractére personnel
ct l’acces a celles-ci dans des délais appropriés en cas d’incident physique ou technique;

(d) une procedure visant a tester, a analyser et a évaluer régulierement l’efficacité des
mesures techniques et organisationnelles pour assurer la sécurité du traitement;

(e) des mesures visant a prote’ger les données a caractere personnel contre la
destruction accidentelle or illicite, la perte, l’alte’ration, la divulgation ou l’acces non
autorise’s aux données a caractere personnel transmises, conservées ou autrement traitées.

Role du(des) bénéficiaire(s)

l.5. Le(s) bénéficiaire(s):

a) est(sont solidairement) responsable(s), vis-a-vis l'administration contractante, de


l’exécution de l’action et prend(prennent) toutes les mesures nécessaires ct
raisonnables pour assurer la realisation de l’action conformément a la description de
l’action qui figure dans l’annexel et dans le respect des conditions du présent
contrat.
A Get effet, le(s) béne’ficiaire(s) exe’cute(nt) l’action avec tout le soin, l’efficacité, la
transparence et la diligence requis, dans le respect du principe de bonne gestion
financiere et conformément aux bonnes pratiques du secteur;
b) assume(nt), individuellement ou solidairement, la responsabilite’ du respect de toute
obligation qui lui(leur) incombe au titre du present contrat;
c) transmet(tent) au coordonnateur les données nécessaires pour rédiger les rapports,
les états financiers et toute autre information ou tout autre document requis par le
present contrat et ses annexes, ainsi que toute information nécessaire en cas d’audit,
de verification, de suivi ou d’évaluation, selon les modalités prévues a l’article 16;
d) veille(nt) a ce que toutes les informations a fournir a l'administration contractante ou
toute demande qui lui est adressée soient transmises par l’intermédiaire du
coordonnateur;
e) prend(prennent) les arrangements internes ne'cessaires pour organiser la coordination
interne et la representation du(des) be’néficiaire(s) vis-a-Vis de l'administration
contractante pour toute question concemant le present contrat, dans le respect des
dispositions de celui-ci et conformément a la(aux) législation(s) applicable(s).

15 bis. Les beneficiaires de subventions et les contractants doivent veiller a ce


qu’aucun sous-traitant et aucune personne physique y compris les participants aux
ateliers et/ou aux formations et les bénéficiaires de supports financiers aux tiers
ne figure sur les listes des mesures restrictives de l’UE.

Role du coordonnateur

Le coordonnateur;

a) vérifie que l’action est mise en oeuvre conformément au pre’sent contrat et assure, dans
le cadre de la mise en oeuvre de l‘action, la coordination avec (tous) le(s)
bénéficiaire(s);
b) sert d’interme’diaire pour toutes les communications entre le(s) béne’ficiaire(s) et
l'administration contractante;
c) est charge’ de communiquer a l'administration contractante tout document et toute
information requis au titre du present contrat, notamment en lien avec les rapports
narratifs et les demandes de paiement. Lorsque des informations sont requises de la

Juillet 2019 Page 4 sur 3l


e3h2_gencond_fr.docx

DEL TUN
part du(des) bénéficiaire(s), 1e coordonnateur est charge de les obtenir, de les ve’rifier
et de les compiler avant de les transmettre a l'administration contractante.
Toute information communique’e ainsi que toute demande adressée par le
coordonnateur a l'administration contractante sont re’putées avoir ete' faites en accord
avec le(tous les) beneficiaire(s);
d) informe l'administration contractante de toute circonstance susceptible d’affecter ou
de retarder la mise en oeuvre de l’action;
e) informe l'administration contractante de tout changement juridique, financier,
technique, d’organisation ou de controle du(d’un des) bénéficiaire(s) ainsi que de
toute modification du nom, de l’adresse ou du représentant légal du(d’un des)
bénéficiaire(s);
f) est charge, pour les audits, les verifications, le suivi ou les evaluations décrits a
l'article 16, de fournir tous les documents nécessaires, notamment les comptes du(des)
béne’ficiaire(s), des copies des pieces justificatives les plus utiles et des exemplaires
signe’s de tout contrat conclu en vertu de l’article 10;

g) assume la pleine responsabilité financiere de la mise en oeuvre de l’action dans le


respect du présent contrat;
h) prend les dispositions nécessaires pour fournir la garantie financiere, si elle est
demandée, conformément aux dispositions du point 4.1 des conditions particuliéres;
i) e’tablit les demandes de paiement conformément au contrat;

j) est le seul destinataire, au nom de l'ensemble des bénéficiaires, des paiements


effectués par l'administration contractante. Le coordonnateur veille a ce que les
montants appropriés soient ensuite versés, sans retard injustifié, a chaque bénéficiaire;
k) ne délégue ou ne sous-traite aucune de ces fonctions, en tout ou en partie, au(x)
béne’ficiaire(s) ou a d’autres entités.

ARTICLE 2 — OBLIGATION DE PRESENTATION DE RAPPORTS NARRATIFS ET


FINANCIERS

2.]. Le(s) béne’ficiaire(s) fourni(ssen)t a l'administration contractante toute information requise


concernant la mise en oeuvre de l’action. Les rapports décrivent la mise en oeuvre de
l’action sous l'angle des activite's envisagées, les difficultés rencontrées et les mesures
prises pour les surmonter, les éventuelles modifications apportées ainsi que la mesure
dans laquelle les résultats ont été obtenus (impact, effets ou produits), évaluée a l’aune des
indicateurs correspondants. Ils doivent étre structurés de maniere a permettre le suivi du
ou des objectifs de l’action, des moyens envisages ou employe’s et du budget détaillé de
l’action. Le niveau de de’tail de tout rapport doit correspondre aussi bien a celui de la
description de l’action qu’a celui du budget de l’action. Le coordonnateur recueille toutes
les informations nécessaires et établit des rapports intermédiaires et finaux consolide’s. Ces
rapports:

a) couvrent la totalité de l’action, indépendamment de la part finance’e par


l’administration contractante;
b) comprennent une partie narrative et une partie financiere et sont établis a l’aide des
modeles fournis dans l’annexe VI;
c) fournissent un compte rendu complet de tous les aspects de la mise en oeuvre de
l’action pendant la pe’riode sur laquelle ils portent, y compris, en cas de recours aux
options simplifiées en matiere de cofits, les e'léments qualitatifs et quantitatifs
permettant de démontrer que les conditions de remboursement fixées dans le present
contrat sont remplies;

Juillet 2019 Page 5 sur 31


c3h2_gencond_fr.docx

DEL TUN
d) comprennent les re'sultats actuels, présentés dans un tableau ajour fondé sur la matrice
de cadre logique, comportant les résultats obtenus par l’action (impact, effets ou
produits), mesures a l’aune des indicateurs correspondants, les niveaux de reference et
obj ectifs approuvés, ainsi que les sources de verification pertinentes;

e) déterminent si la logique d’intervention est toujours valable et proposent toute


modification utile, y compris de la matrice de cadre logique;

l) sont établis en utilisant la monnaie et la langue du présent contrat;


g) incluent toute mise ajour du plan de communication prévu au point 6.2;
h) comprennent tout rapport, toute publication, tout communique de presse et toute mise
a jour utiles se rapportant a l’action.

2.2. En outre, le rapport final :

a) couvre toute pe’riode non couverte par les rapports préce’dents;

b) comprend les pieces justificatives des transferts de proprie’té visés au point 7.6.

2.3. Les conditions particuliéres peuvent fixer d’autres obligations en matiere de compte
rendu.

2.4. L’administration contractante peut a tout moment demander des informations


complémentaires, qui seront fournies par le coordonnateur dans un de'lai de 30 jours a
compter de la demande, dans la langue du contrat.

2.5. Les rapports sont pre’sentés avec les demandes de paiement, conformément a l'article 15.
Si le coordonnateur ne fournit pas un rapport ou ne fournit pas les informations
complémentaires demandées par l'administration contractante dans le délai prévu sans
explication acceptable et écrite des raisons qui l'en ont empéché, l'administration
contractante peut re'silier le pre’sent contrat conforme’ment au point 12.2, points a) et f).

ARTICLE 3 —- RESPONSABILITE

3.1. L 'administration contractante ne peut, en aucun cas ni pour quelque raison que ce soit,
etre tenue pour responsable de dommages ou d’un préjudice causes au personnel ou aux
biens du(des) be’ne'ficiaire(s) lors de la mise en oeuvre ou a la suite de l’action. De ce fait.
aucune demande d’indemnité ou d’augmentation des paiements ne sera admise pour ces
motifs par l'administration contractante.

3.2. Le(s) beneficiaire(s) est(sont) seul(s) responsable(s) a l’égard des tiers, y compris pour les
dommages ou prejudices de toute nature qui leur seraient causes lors de la mise en oeuvre
ou a la suite de l’action. Le(s) beneficiaire(s) dégage(nt) l'administration contractante de
toute responsabilité liée a une reclamation ou a des poursuites resultant d’une infraction a
des regles ou réglementations commise par eux-mémes, leurs employés ou les personnes
dont ces derniers sont responsables, ou d’une violation des droits d’un tiers. Aux fins du
present article 3, les employés du(des) bénéficiaire(s) sont considérés comme des tiers.

ARTICLE 4 — CONFLIT D’INTERETS ET CODE DE CONDUITE

4.1. Le(s) bénéficiaire(s) prend(prennent) toutes les mesures nécessaires pour prévenir toute
situation susceptible de compromettre l'exe’cution impartiale et objective du present
contrat, ou pour y mettre fin. Un conflit d’inte’réts peut résulter, en particulier, d’intéréts
économiques, d’affinite’s politiques ou nationales, de liens familiaux ou sentimentaux, ou
de tout autre type de relation ou d’inte’rét commun.

J uillet 2019 Page 6 sur 31


e3h2_gencond_fr.docx
4.2. Tout conflit d'intéréts surgissant pendant l'exe’cution du présent contrat doit étre signalé
sans delai et par écrit a l'administration contractante. En cas de conflit de ce type, le
coordonnateur prend immédiatement toutes les mesures nécessaires pour y mettre fin.

4.3. L'administration contractante se reserve le droit de vérifier que lesdites mesures sont
approprie’es et peut exiger que des mesures supplémentaires soient prises s’il y a lieu.

4.4. Le(s) bénéficiaire(s) s’assure(nt) que les membres de son(leur) personnel, y compris de la
direction, ne se trouvent pas dans une situation pouvant donner lieu a un conflit d’intéréts.
Sans pre’judice de ses(leurs) obligations au titre du present contrat, le(s) bénéficiaire(s)
remplace(nt) immédiatement et sans dédommagement de l'administration contractante tout
membre de son(leur) personnel se trouvant dans une telle situation.

4.5. Le(s) bénéficiaire(s) doi(ven)t agir en toute occasion avec impartialite’ et comme un
conseiller loyal, conforme’ment au code de de’ontologie de sa(1eur) profession et avec la
discrétion appropriée. Il(s) s’abstien(nen)t de faire des declarations publiques concernant
l’action ou les services sans l’approbation préalable de l’administration contractante. Il(s)
n’engage(nt) l’administration contractante d'aucune maniére sans son consentement
préalable et signale(nt) clairement cette obligation aux tiers.

4.6. Sont interdits les chatiments corporels ou violences physiques, les menaces de violences
physiques, les abus ou l’exploitation sexuels, 1e harcelement et les violences verbales,
ainsi que toutes les autres formes d'intimidation. Le(s) bénéficiaire(s) informe(nt)
également l’administration contractante de toute violation des normes éthiques ou du code
de déontologie établi dans le pre’sent article, Dans le cas ou le(s) bénéficiaire(s) aurai(en)t
connaissance d’une violation des normes susmentionne’es, il(s) en averti(ssen)t par écrit
l’administration contractante dans un délai de 30 jours.

4.7. Le(s) beneficiaire(s) et son(leur) personnel doivent respecter les droits de l’homme, la
legislation environnementale du ou des pays dans lesquels l’action a lieu et les normes
fondamentales en matiére de travail arrétées au niveau international, notamment les
normes fondamentales du travail de l’OIT, les conventions sur la liberté syndicale et la
négociation collective, sur l’élimination du travail forcé et obligatoire, sur l’élimination
des discriminations en matiére d’emploi et de travail et sur l’abolition du travail des
enfants.

4.8. Le(s) béne’ficiaire(s) ou toute personne apparentée ne doi(ven)t pas abuser d'un pouvoir
recu en de’le'gation a des fins prive’es. Le(s) bénéficiaire(s) ainsi que ses(leurs) sous-
traitants, mandataires ou membres du personnel ne peuvent ni recevoir ou accepter de
recevoir de quiconque ni offrir ou proposer de donner ou de procurer a quiconque un
present, une gratification, une commission ou une retribution a titre d‘incitation ou de
recompense pour accomplir ou s'abstenir d'accomplir des actes ayant trait a l’exécution du
contrat ou pour favoriser ou défavoriser quiconque en lien avec le contrat. Le(s)
be’néficiaire(s) doi(ven)t respecter l’ensemble des lois, réglementations et codes
applicables en matiére de lutte contre la corruption.

4.9. Les paiements au(x) bénéficiaire(s) en vertu du contrat constituent le seul revenu ou
avantage dont il(s) peu(ven)t bénéficier en lien avec le contrat, a l’exception des activités
géne’rant des recettes. Le(s) bénéficiaire(s) et son(leur) personnel doivent s’abstenir
d’exercer toute activité ou de recevoir tout avantage qui soit en conflit avec les obligations
qui leur incombe en vertu du contrat.

4.10. L’exécution du contrat ne doit pas donner lieu au versement de frais commerciaux
extraordinaires. Les frais commerciaux extraordinaires concernent toute commission non
mentionne’e dans le contrat ou qui ne résulte pas d’un contrat conclu en bonne et due
forme faisant référence au contrat, toute commission qui ne rétribue aucun service
légitime effectif, toute commission verse’e dans un paradis fiscal, toute commission versée

iglllélfgteiggzd_fr.docx Page 7 sur 31


H‘Dfl-flffi—Nj
a un destinataire non clairement identifié ou a une entreprise qui a toutes les apparences
d’une sociéte’ écran. L’administration contractante et la Commission européenne peuvent
procéder a tout contréle, sur pieces ou sur place, qu’elles estiment nécessaire pour réunir
des e'léments de preuve sur une pre’somption de frais commerciaux extraordinaires.

4.11. Le respect du code de conduite établi dans le present article constitue une obligation
contractuelle. Tout manquement au code de conduite est repute constituer une violation du
contrat au sens de l’article 12 des conditions générales. En outre, le non-respect d’une
disposition e'tablie dans le pre'sent article peut étre qualifié de faute professionnelle grave
susceptible d’entrainer 1a suspension ou la résiliation du contrat, sans prejudice de
l’application de sanctions administratives, y compris l’exclusion de la participation de 51

futures procedures d’octroi de subvention.

ARTICLE 5 — CONFIDENTIALITE

5.1. Sous reserve de l’article l6, l'administration contractante et 1e(s) bénéficiaire(s)


s’engagent a pre'server la confidentialité de toute information, sous quelque forme que ce
soit, divulgue’e par écrit ou oralement, qui est liée a la mise en oeuvre du contrat et
désigne’e par écrit comme étant confidentielle, au moins jusqu’a la fin d’une pe'riode de
5 ans a compter du versement du solde.

5.2. Le(s) be’néficiaire(s) est(sont) tenu(s) de ne pas utiliser d’informations confidentielles a


des fins autres que le respect des obligations qui lui(leur) incombent en vertu du present
contrat, sauf s'il en est convenu autrement avec l'administration contractante.

5.3. Lorsque la Commission européenne n’est pas l'administration contractante, elle a


ne’anmoins accés a tous les documents communiqués a celle-ci, dont elle assure le méme
niveau de confidentialité.

ARTICLE 6 — VISIBILITE

Sauf demande ou accord contraire de la Commission européenne, 1e(s) be’néficiaire(s)


prend(prennent) toutes les mesures nécessaires pour faire savoir que l’Union europe’enne a
finance ou cofinancé l’action. Ces mesures doivent étre conformes aux exigences de
communication et de visibilité applicables aux actions extérieures de l’UE, e’tablies et
publiées par la Commission européenne, qui peuvent étre consulte’es a l’adresse suivante
https://ec.europa.eu/europeaid/sites/devco/files/requirements-published frpdf (pour les
actions relevant de la competence de la DG DEVCO) and at
https://ec.europa.eu/neighbourhood-enlargement/sites/near/fileS/visibilitv requirements-
near frenchpdf pour les actions relevant de la competence de la DG NEAR) ou avec toute
autre ligne directrice qui a fait l’objet d’un accord entre la Commission européenne et
1e(s) be'ne'ficiaire(s).

6.1. Le coordonnateur soumet un plan de communication a l’approbation de la Commission


européenne et élabore un rapport sur sa mise en oeuvre conformément a l’article 2.

6.2. Le(s) beneficiaire(s) mentionne(nt) en particulier l’action et la contribution financiere de


l’Union européenne lorsqu'il(s) informe(nt) les bénéficiaires finaux de l’action, dans
ses(leurs) rapports internes et annuels et lors de tout contact avec les medias. Le logo de
l’Union européenne est apposé lorsque cela est approprie.

6.3. Toute communication ou publication du(des) beneficiaire(s) concernant l’action, y


compris lors d’une conference ou d’un séminaire, doit mentionner que l’action a bénéficié
d’un soutien financier de la part de l’Union européenne. Toute publication du(des)
bénéficiaire(s), sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, y compris par

Juillet 2019 Page 8 sur 31


e3h2_gencond_fr.docx

iDEfiifi‘il
l’internet, doit comporter 1a mention suivante: «Le présent document a été élaboré avec
l’aide financiere de l’Union européenne. Son contenu releve de la responsabilité exclusive
de <nom du(des) bénéficiaire(s)> et ne saurait en aucun cas étre considéré comme
reflétant la position de l’Union européenne.»

6.4. Le(s) be’ne’ficiaire(s) autorise(nt) l'administration contractante et la Commission


européenne (lorsqu’elle n’est pas l'administration contractante) a publier ses(leurs) nom et
adresse, sa(leur) nationalité, l’objet de la subvention, 1a dure'e du projet et le lieu de mise
en oeuvre ainsi que le montant maximum de la subvention et le taux de financement des
cofits de l’action, tels qu’indiqués a l’article 3 des conditions particulieres. Il peut étre
déroge’ a la publication de ces informations si cette démarche risque d’attenter a la sécurité
du(des) bénéficiaire(s) ou de porter préj udice a ses(leurs) intéréts.

ARTICLE 7 - PROPRIETE/UTILISATION DES RESULTATS DE L’ACTION ET DES


ACTIFS

7.1. Sauf disposition contraire figurant dans les conditions particulieres, la propriété, les titres
et les droits de propriété industrielle et intellectuelle des résultats de l’action et des
rapports et autres documents concernant celle-ci sont dévolus au(x) bénéficiaire(s).

7.2. Sans prejudice des dispositions du point 7.1, le(s) be’néficiaire(s) octroie(nt) a
l'administration contractante (et a la Commission européenne lorsqu’elle n’est pas
l'administration contractante) le droit d’utiliser librement et comme elle le juge bon, et
notamment de conserver, modifier, traduire, presenter, reproduire par tout proce’dé
technique, publier ou communiquer par tout moyen, tous les documents, sous quelque
forme que ce soit, issus de l’action, dans le respect des droits de proprie’té industrielle et
intellectuelle préexistants.

7.3. Le(s) béne’ficiaire(s) garanti(ssen)t qu'il(s) dispose(nt) de tous les droits d'exploiter les
droits de propriété intellectuelle préexistants nécessaires a la mise en oeuvre du present
contrat.

7.4. Si des personnes physiques reconnaissables apparaissent sur une photographic ou dans un
film, 1e coordonnateur présente, dans son rapport final l'administration contractante, une
51

declaration de ces personnes autorisant l'exploitation prévue de leur image. Ceci ne


s'applique pas aux photographies prises et aux films tourne’s dans des lieux publics ou les
personnes présentes ne sont que difficilement identifiables, ni aux personnalités publiques
agissant dans le cadre de leurs activités publiques.

7.5. Sauf disposition contraire dans la description de l’action figurant dans 1’annexel,
l’équipement, les véhicules et les fournitures financés par le budget de l’action sont
transférés aux bénéficiaires finaux de l’action, au plus tard lors de la soumission du
rapport final.

A de’faut de bénéficiaires finaux de l’action a qui transférer ces biens, le(s) bénéficiaire(s)
peu(ven)t les transférer:

— aux autorités locales;


— aux be'néficiaires locaux;
— aux entités affiliées locales;
— a une autre action financée par l’Union européenne;

ou, exceptionnellement, en conserver la propriété.

Dans ces cas, le coordonnateur doit adresser une demande e’crite et motivée
d’autorisation préalable a l’administration contractante, accompagnée d’un inventaire des
biens concernés et d’une proposition relative a leur utilisation, en temps utile et au plus
tard lors de la soumission du rapport final.

Juillet 2019 Page 9 sur 31


c3h2_gencond_fr.d0cx

DEL T .1
L’utilisation finale de ces biens ne doit en aucun cas mettre en pe’ril la viabilite’ de
l’action ni résulter en un profit pour 1e(s) beneficiaire(s).

7.6 Les copies des preuves de transfert de tout équipement et de tout véhicule d’une valeur
unitaire a l’achat supérieure a 5 000 EUR sont jointes au rapport final. Le(s) bénéficiaire(s)
conserve(nt) les preuves de transfert de l’équipement et des véhicules d’une valeur unitaire
a l’achat infe’rieure a 5 000 EUR, a des fins de contréle.

ARTICLE 8 — SUIVI ET EVALUATION DE L’ACTION

8.1. L’annexe I décrit en detail les modalités de suivi et d’évaluation qui seront mises en place
par le(s) be’néficiaire(s).

8.2. Lorsque 1a Commission européenne realise une evaluation intermédiaire ou ex post ou un


exercice de suivi, le coordonnateur s’efforce de mettre a sa disposition et/ou a la
disposition des personnes mandatées par elle les documents ou informations nécessaires a
cette evaluation ou cet exercice de suivi.

Les représentants de la Commission européenne sont invites a participer aux principales


activités de suivi et aux missions d'évaluation relatives a la mise en oeuvre de l’action
par
le(s) be’néficiaire(s). La Commission européenne est invitée a formuler des observations
sur les termes de reference de la ou des evaluations avant 1e lancement de l’exercice, ainsi
que sur le ou les projets de rapports avant leur finalisation.

8.3. Lorsque le(s) bénéficiaire(s) ou la Commission européenne réalisent ou font réaliser un


exercice d’évaluation ou de suivi dans le cadre de l’action, ils communiquent a l’autre
partie une copie du rapport qui s’y rapporte. Tous les rapports d'e'valuation et de suivi,
incluant les valeurs finales pour chacun des indicateurs du cadre logique, sont soumis a la
Commission européenne avec le rapport narratif final (annexe VI).

ARTICLE 9 — MODIFICATION DU CONTRAT

9.1. Toute modification du pre’sent contrat, y compris de ses annexes, doit étre établie e’crit.
par
Le pre’sent contrat ne peut étre modifié que pendant sa période d’exécution.

9.2. La modification ne peut avoir pour objet ou pour effet d’apporter au contrat des
changements susceptibles de mettre en cause 1a décision d’octroi de la subvention ou de
nuire a l’égalité de traitement entre demandeurs. Le montant maximum de la subvention
mentionné au point 3.2 des conditions particulieres ne peut étre augmente’.

9.3. Lorsqu’une modification est demande’e par Ie(s) béne’ficiaire(s), le coordonnateur doit
adresser une demande dfiment justifiée a l'administration contractante trente jours avant la
date de prise d’effet envisage’e, sauf dans des cas particuliers dfiment justifies et acceptés
par l'administration contractante.

9.4. Lorsque la modification du budget n’a pas d’effet sur les re’sultats attendusde l’action
(c’est-a-dire l’impact, les effets et les produits), et que l’incidence financiere se limite a un
transfert entre postes a l’intérieur d’une méme rubrique principale du budget, notamment
1a suppression ou l’introduction d’un
poste, ou a un transfert entre rubriques principales
du budget entrainant une variation inférieure ou égale a 25 % du montant initial
(éventuellement modifie’ par un avenant) de chaque rubrique principale concernée relative
aux cofits e’ligibles, 1e coordonnateur peut modifier Ie budget et doit en informer
l'administration contractante par e’crit, au plus tard dans le rapport suivant. Cette méthode
ne peut pas étre utilisée pour modifier les rubriques relatives aux cofits indirects, a la
re’serve pour imprévus ou aux contributions en nature ni
pour modifier les montants ou les
taux des options simplifiées en matiere de cofits définis dans le contrat.

J uillet 2019 -~—"‘*"’ Wage 10 sur 31


e3h2_gencond_fr.docx
D. TUN
Les modifications de la description de l’action et du cadre logique qui ont une incidence
sur les re’sultats attendus (impact, effets et produits) font 1’objet d'un accord écrit avec
l’administration contractante avant d’étre effectuees. Les modifications approuvées
doivent étre expliquées dans le rapport suivant.

9.5. Les modifications portant sur l'adresse, le compte bancaire ou l’auditeur peuvent faire
l‘objet d‘une simple notification par le coordonnateur. Toutefois, dans des cas dument
justifie’s, l'administration contractante peut s’opposer au choix fait par le coordonnateur.

9.6. L'administration contractante se réserve le droit d’exiger 1e remplacement de l’auditeur


vise’au point 5.2 des conditions particulieres si des éle’ments inconnus au moment de la
signature du present contrat font douter de son indépendance ou de ses competences
professionnelles.

ARTICLE 10 — EXECUTION

Marchés d’exécution

10.1. Lorsque la mise en oeuvre de l’action nécessite la passation de marches de fournitures, de


travaux ou de services par le(s) be’néficiaire(s), 1es regles d’attribution des marchés ainsi
que les regles de nationalité et d’origine énoncées dans l’annexe IV du present contrat
doivent étre respectées.

10.2. Le(s) be’néficiaire(s) veille(nt) autant que nécessaire ce que les conditions qui 1ui(leur)
51

sont applicables en vertu des articles 3, 4, 6 et 16 des présentes conditions générales soient
e'galement applicables aux contractants titulaires d’un marche d’exécution.

10.3. Le coordonnateur foumit, dans son rapport a l'administration contractante, un compte


rendu complet et detaillé sur l’attribution et de l'exécution des marches attribués en vertu
du point 10.1, conformément aux obligations en matiere de compte rendu figurant dans la
section 2 de l’annexe V1.

Sous-traitance

10.4. Le(s) bénéficiaire(s) peu(ven)t sous—traiter des téches qui font partie de l’action. Dans ce
cas, il(s) d0i(ven)t veiller cc qu’outre 1es conditions fixées aux points 10.1, 10.2 et 10.3,
21

1es conditions suivantes soient remplies:

- la sous-traitance ne doit pas concerner des taches essentielles de l’action;

1e recours a la sous-traitance doit étre justifie’


- par la nature de l’action et ce qui est
nécessaire a sa mise en oeuvre;

- 1es cofits estimés de la sous-traitance doivent étre clairement identifiables dans le


budget prévisionnel établi a l’annexe Ill;

- [tout recours a la sous-traitance, s'il n’est pas prévu dans l’annexe I, doit étre de’clare
par le be’néficiaire et approuve’ par l’administration contractante].

Soutien financier a des tiers

10.5. Afin de soutenir la realisation des objectifs de l’action, et notamment lorsque la mise en
oeuvre de l’action requiert d’accorder un soutien financier a des tiers, 1e(s) beneficiaire(s)
peu(ven)t accorder ce soutien si 1es conditions particuliéres le prévoient.

Juillet 2019 Page 1] sur 31


c3h2_gcncond‘fr.docx
10.6. Le montant maximum du soutien financier est de 60 000 EUR par tiers, sauf lorsque la
realisation des objectifs des actions serait, autrement, impossible ou exagérément difficile.

10.7. Conformément aux instructions de l'administration contractante sur ce point, 1a


description de l’action définit les types d’entités e’ligibles a un soutien financier et
comprend une liste fermée des types d’activités susceptibles de be’néficier d’un soutien
financier. Les criteres de se’lection des tiers bénéficiant de ce soutien financier, y compris
les criteres permettant de determiner le montant exact du soutien, doivent également étre
précisés.

10.8. Le coordonnateur foumit, dans son rapport a l'administration contractante, un compte


rendu complet et détaille’ de l’octroi et de la mise en oeuvre de tout soutien financier
accordé. Ce rapport doit contenir, entre autres, des informations sur les proce’dures
d’octroi, l’identite' du destinataire du soutien financier, le montant octroyé, les résultats
atteints, les problemes rencontrés et les solutions trouvées, les activités menees ainsi
qu’un calendrier des activités devant encore étre exécute’es.

10.9. Le(s) bénéficiaire(s) vei11e(nt) autant que ne'cessaire ce que les conditions qui leur sont
51

applicables en vertu de l’article 3, des points 4.1 a 4.4 et des articles 6 et 16 des présentes
conditions générales soient également applicables aux tiers bénéficiaires d’un soutien
financier.

ARTICLE 11 — PROLONGATION ET SUSPENSION

Prolongation
Le coordonnateur informe sans délai l'administration contractante de toute circonstance
susceptible d’entraver ou de retarder la mise en oeuvre de l’action. 11 peut demander,
conformément a l’article 9, une prolongation de la période de mise en oeuvre de l’action
fixée a l’article 2 des conditions particulieres, en accompagnant cette demande de toutes
les piecesjustificatives nécessaires a son examen.

Suspension par le coordonnateur

11.2. Le coordonnateur peut suspendre la mise en oeuvre de tout ou partie de l’action si des
circonstances exceptionnelles, notamment un cas de force majeure, rendent cette mise en
oeuvre excessivement difficile ou dangereuse. Le coordonnateur en informe sans délai
1'administration contractante, en indiquant 1a nature, la durée probable et les effets
prévisibles de la suspension.

11.3. Le coordonnateur ou l'administration contractante peut alors résilier le present contrat


conformément au point 12.1. En l’absence de résiliation, le(s) be’ne’ficiaire(s) s’efforce(nt)
de limiter 1a période de suspension ainsi que tout dommage e'ventuel et il(s)
reprend(reprennent) la mise en oeuvre dés que les conditions 1e permettent, en en
informant l‘administration contractante.

Suspension par l'administration contractante

11.4. L'administration contractante peut demander au(x) béneficiaire(s) de suspendre la mise en


oeuvre de tout ou partie de l‘action si des circonstances exceptionnelles, notamment un cas
de force majeure, rendent cette mise en oeuvre excessivement difficile ou dangereuse.
Pour ce faire, l‘administration contractante en informe 1e coordonnateur, en indiquant 1a
nature et la dure’e probable de la suspension.

11.5. Le coordonnateur ou l'administration contractante peut alors résilier 1e contrat


conformément au point 12.1. En l’absence de re’siliation, le(s) bénéficiaire(s) s’efforce(nt)
de limiter la période de suspension ainsi que tout dommage éventuel et reprennent la mise

Juillet 2019 Page 12 sur 31


e3h2_gencond_fr.docx
WIDEL176g
en oeuvre des que les conditions 1e permettent, apres avoir obtenu l’accord de
l‘administration contractante.

11.6. L'administration contractante peut également suspendre le pre’sent contrat ou la


participation de tout bénéficiaire au pre'sent contrat si elle dispose de preuves attestant de
l’existence des circonstances énume’re’es ci-apres ou si, pour des raisons objectives et
dfiment justifiées, elle juge nécessaire de verifier si, comme semblent l’indiquer les
éléments dont elle dispose, les circonstances suivantes sont avérées:

a) la procedure d’octroi de la subvention ou la mise en oeuvre de l'action se re’véle


entachée de violation des obligations, d’irre'gularités ou de fraude;

b) le(s) be'néficiaire(s) n’a(n’ont) pas exécute’ l’une des obligations substantielles qui
lui(leur) incombent en vertu du present contrat.

11.7. Le coordonnateur fournit toutes les informations, tous les éclaircissements ou tous les
documents requis dans un delai de 30jours a compter de la re’ception de la demande
envoye’e par l'administration contractante. Si, en dépit des informations, éclaircissements
ou documents fournis par le coordonnateur, la proce’dure d'octroi ou la mise en oeuvre de
la subvention se révéle entachée de violation des obligations, d’irrégularite’s ou de fraude,
l'administration contractante peut résilier 1e present contrat conformément au
point 12.2 h).

Force majeure

11.8. On entend par «force majeure» aux fins du pre’sent contrat tout événement imprévisible,
indépendant de la volonté des parties ou qu'elles ne peuvent surmonter en de’pit de leur
diligence, tels que les catastrophes naturelles, les greves, les lock-out ou autres conflits du
travail, les actes de l'ennemi public, les guerres déclarées ou non, les blocus, les
insurrections, les émeutes, les epidemics, les glissements de terrains, les tremblements de
terre, les tempétes, 1a foudre, les inondations, les affouillements, les troubles civils, les
explosions. Une decision de l’Union européenne de suspendre la cooperation avec le pays
partenaire est conside’rée comme un cas de force majeure lorsque cela implique la
suspension du financement au titre du pre'sent contrat.

11.9. Le(s) bénéficiaire(s) n’est(ne sont) pas considéré(s) comme ayant manque a ses(leurs)
obligations contractuelles s’il(s) est(sont) empéché(s) de les exe’cuter par un cas de force
majeure.

Prolongation de la période de mise en oeuvre aprés une suspension

11.10. En cas de suspension conformément aux points 11.2, 11.4 et 11.6, 1a pe’riode de mise en
oeuvre de l’action est prolongée d’une dure’e équivalente a celle de la suspension, sans
préj udice de toute modification du contrat qui pourrait étre nécessaire pour adapter
l’action aux nouvelles conditions de mise en oeuvre. Le present point 11.10 ne s’applique
pas dans le cas d’une subvention de fonctionnement.

ARTICLE 12 — RESILIATION DU CONTRAT

Résiliation en cas de force maieure


12.1. Dans les cas prévus aux points 11.2 et 11.4, si le coordonnateur ou l'administration
contractante estime que le present contrat ne peut plus étre mis en oeuvre de facon
effective ou appropriée, il ou elle consulte l’autre partie. A défaut d’accord sur une
solution, 1e coordonnateur ou l'administration contractante peut re’silier 1e présent contrat
moyennant un préavis écrit de deux mois et sans étre tenu a une quelconque indemnité :21

cc titre.

Juillet 2019 Page 13 sur 31


e3 h27gencond_fr. docx
TUN
Résiliation par l'administration contractante

12.2. Sans prejudice des dispositions du point 12.1, l'administration contractante peut, apres
avoir dument consulté 1e coordonnateur, résilier le present contrat ou mettre un terme a la
participation de tout bénéficiaire au present contrat, sans indemnité quelconque de sa part,
dans les circonstances suivantes:

3) lorsqu’un (des) bénéficiaire(s), sans justification, n’exécute(nt) pas une des


obligations substantielles qui lui(leur) incombent, individuellement ou
collectivement au titre du présent contrat et que, mis en demeure par lettre de
respecter ses(leurs) obligations, il(s) ne s’est(se sont) toujours pas acquitté(s) de
celles-ci ou n’a(n’ont) pas fourni d’explication valable a l’expiration d‘un de’lai de
30 jours a compter de la re'ception de cette lettre;
b) Iorsqu’un (des) bénéficiaire(s) ou toute personne qui répond inde’finiment des dettes
du(des) béne’ficiaire(s) est(sont) déclaré(e)(s) en état de faillite, fait(font) l’objet
d’une procedure d’insolvabilité ou de liquidation, que ses(leurs) biens sont
administrés par un liquidateur ou sont places sous administration judiciaire, a(ont)
conclu un concordat préventif, se trouve(nt) en état de cessation d’activité ou dans
toute situation analogue résultant d’une procédure de méme nature prévue par toute
legislation ou réglementation applicable au(x) bénéficiaire(s);
C) lorsqu’un(des) bénéficiaire(s) ou toute entite’ ou personne apparentée, a(ont) été
reconnu(s) coupable(s) d’une faute professionnelle grave constatée par tout moyen
que l’administration contractante peut justifier;
d) lorsqu’il a été établi, par un jugement definitif ou une décision administrative
définitive ou sur la base de preuves en la possession de l’administration contractante
que le(s) bénéficiaire(s) a(ont) commis des actes de fraude ou de corruption ou
a(ont) participé a une organisation criminelle, a des operations de blanchiment
d’argent ou de financement du terrorisme, a des infractions liées au terrorisme, au
travail des enfants ou a d’autres formes de traite des étres humains ou s’est(se sont)
soustrait(s) a des obligations fiscales, sociales ou a toute autre obligation le’gale en
vigueur, y compris en créant une entité a cette fin;
lorsqu’un changement juridique, financier, technique, d’organisation ou de controle
ou la cessation de la participation d'un (de plusieurs) béne’ficiaire(s) affecte de
maniere substantielle la mise en oeuvre du present contrat ou remet en cause la
de’cision d‘octroi de la subvention;

lorsqu’un(des) be’ne’flciaire(s) ou toute personne apparentée s’est(se sont) rendu(e)(s)


coupable(s) de fausses declarations en foumissant les informations requises aux fins
de la procédure d'octroi ou de la mise en oeuvre de l’action, ou n’a(n’ont) pas fourni
des informations liées a l’action requises par l’administration contractante, ou ne les
a(ont) pas fournies dans les délais fixés dans le present contrat;
g) lorsqu’un(des) bénéficiaire(s) n’a(n’ont) pas rempli ses(leurs) obligations relatives
au paiement des cotisations de sécurité sociale ou au paiement de taxes
conformément aux dispositions légales du pays ou il(s) est(sont) établi(s);
h) lorsque l'administration contractante détient la preuve que le(des) bénéficiaire(s) ou
toute entite’ ou personne apparentée a(ont) manque aux obligations qui lui(leur)
incombent ou commis des irre’gularités ou une fraude dans la procedure d’octroi ou
la mise en oeuvre de l’action;
lorsqu’un(des) béne’ficiaire(s) fait(font) l'objet d'une sanction administrative visée au
point 12.8;
j) lorsque l'administration contractante détient la preuve qu’un(des) beneficiaire(s) se
trouve(nt) en situation de conflit d'intéréts;

Juillet 2019 Page [4 sur 31


e3 h2_gencond_fr. docx
k) lorsque 1a Commission européenne détient la preuve qu'un(des) bénéficiaire(s)
a(ont) commis des erreurs syste’miques ou récurrentes, des irrégularite's ou des
fraudes ou a(ont) éte’ déclaré(s) en défaut grave d’exécution de ses(leurs) obligations
au titre d’autres subventions financées par l’Union européenne qui lui(leur) ont été
octroye’es dans des conditions similaires, pour autant que ces erreurs, irre'gularités,
fraudes ou défaut grave d’exécution des obligations aient une incidence matérielle
sur le present contrat.

Les motifs de résiliation vise’s aux points b), c), d), h), j) et k) peuvent également
concerner des membres de l'organe d'administration, de direction ou de contréle du(des)
béne’ficiaire(s) et/ou des personnes ayant un pouvoir de representation, de decision ou de
controle a l’égard du(des) béne’ficiaire(s).

12.3. Dans les cas vise’s aux points c), f), h) et k) ci-dessus, on entend par «personne
apparentée» toute personne physique ayant un pouvoir de representation, de décision ou
de controle a l’égard du(des) be'néflciaire(s). On entend par «entité apparente’e», en
particulier, toute entité qui remplit les criteres énoncés a l’article 1er de la septieme
directive 83/349/CEE du Conseil du 13juin 1983.

Résiliation, pg le coordonnateur, de la participation d’un bénéficiaire

12.4. Dans des cas dument justifies, 1e coordonnateur peut également mettre un terme a la
participation du(de) be’néficiaire(s) au present contrat. A cet effet, 1e coordonnateur
communique a l'administration contractante les motifs justifiant 1a résiliation de la
participation et la date a 1aquelle cette résiliation prendra effet, ainsi qu’une proposition
concernant 1a réaffectation des taches du(des) béne’ficiaire(s) dont 1a participation doit
cesser ou relative a son(leur) remplacement possible. Cette proposition doit étre envoyée
suffisamment tot avant la prise d’effet prévue de la résiliation. En cas d’accord de
l'administration contractante, le contrat est modifie’ en consequence, conformément a
l’article 9.

Date de fin

12.5. Les obligations de paiement de l’Union européenne au titre du present contrat prennent fin
18 mois apres 1a fin de la période de mise en oeuvre définie a l’article 2 des conditions
particulieres, sauf en cas de résiliation du contrat conformément a l’article l2.

L‘administration contractante reporte cette date de fin pour pouvoir respecter ses


obligations de paiement, dans tous les cas ou le coordonnateur a soumis une demande de
paiement conformément aux dispositions contractuelles ou, en cas de litige, jusqu’a
l’aboutissement de la procédure de reglement des différends prévue a l’article l3.
L'administration contractante informe le coordonnateur tout report de la date de fin.

12.6. Le pre’sent contrat est automatiquement résilié s’il n‘a donné lieu a aucun paiement par
l'administration contractante dans les deux ans suivant sa signature.

Effets de la résiliation

12.7. Des 1a résiliation du présent contrat, le coordonnateur prend toutes les mesures
immédiates pour mettre un terme a l’action de maniere rapide et ordonnée et pour re'duire
au minimum 1a poursuite des depenses.

Sans prejudice de l’article l4, le(s) bénéficiaire(s) ne peu(ven)t pre'tendre qu’au paiement
correspondant a la partie de l’action qui a été exécutée, a l’exclusion des frais liés a des
engagements en cours dont l’exécution aura lieu apres la re’siliation.

J uillet 2019
e3h2ggencond_fr.docx
A cet effet, 1e coordonnateur introduit une demande de paiement aupres de
l'administration contractante dans le délai fixé au point 15.2, qui commence a courir a
compter de la date de résiliation.

Dans les cas de résiliation prévus au point 12.1, l’administration contractante peut
accepter de rembourser les dépenses résiduelles inévitables supportées pendant la pe’riode
de pre’avis, a condition que le premier aline’a du pre’sent point 12.7 ait été correctement
execute.

Dans les cas de résiliation prévus au point 12.2, points a), c), d), f), h) et k),
l'administration contractante peut, apres consultation du coordonnateur en bonne et due
forme et en fonction de la gravité des manquements, exiger 1e remboursement partiel ou
total des montants indument versés au titre de l’action.

Sanctions administratives

12.8 Sans prejudice de l’application d‘autres sanctions contractuelles, peuvent étre exclus de
tous les marches et de toutes les subventions financés par l’UE, a l’issue d’une procedure
contradictoire conforme au reglement financier applicable, le(s) be’néficiaire(s) qui, plus
particulierement:

a) en matiere professionnelle, a(ont) commis une faute grave, des irrégularite’s ou


a(ont) gravement manqué aux obligations essentielles dans l'exe’cution du contrat
ou s’est(se sont) soustrait(s) a des obligations fiscales ou sociales ou a toute autre
obligation légale applicable, y compris en créant une entité a cette fin. La dure’e
de l’exclusion ne dépasse pas la durée fixée par jugement de’finitif ou decision
administrative definitive ou, a de'faut, trois ans;

b) est(sont) coupable(s) de fraude, corruption, participation 21 une organisation


criminelle, blanchiment d'argent, infractions liées au terrorisme, travail des
enfants ou traite des étres humains. La dure’e de l’exclusion ne dépasse pas 1a
dure’e fixée par jugement définitif ou decision administrative definitive ou, a
défaut, cinq ans.

12.9 Dans les situations mentionnées au point 12.8, en plus ou en lieu et place de la sanction
d’exclusion, le(s) beneficiaire(s) peu(ven)t également étre frappe'(s) de sanctions
financieres représentant jusqu'a 10 % du montant de la subvention.

12.10 Lorsque l'administration contractante est en droit d'infliger des sanctions financiéres, elle
peut les déduire de toutes sommes dues au(x) bénéficiaire(s) ou appeler la garantie
appropriée.

12.11 La de'cision d'infliger des sanctions administratives peut étre publie’e sur un site internet
specialise, en nommant explicitement le(les) bénéficiaire(s).

ARTICLE 13 — DROIT APPLICABLE ET REGLEMENT DES DIFFERENDS

13.1. La loi applicable au présent contrat est celle du pays de l’administration contractante ou,
lorsque l’administration contractante est la Commission européenne, 1e droit applicable de
l'Union européenne, comple’te’, si nécessaire, par le droit belge.

13.2. Les parties mettent tout en oeuvre pour re’gler a l’amiable tout différend survenant entre
elles durant l’exécution du pre’sent contrat. A cet effet, elles se communiquent par e'crit
leur position ainsi que toute solution qu’elles jugent possible et se rencontrent a la
demande de l’une d’elles. Le coordonnateur et l'administration contractante doivent

Juillet 2019 Page 16 sur 31


c3 h2_gencond_fr. docx
répondre a une demande de reglement a l’amiable dans un délai de 30 jours. Passe ce delai
ou si la tentative de reglement a l’amiable n’aboutit pas dans un délai de 120 jours apres la
premiere demande, 1e coordonnateur ou l'administration contractante peut informer l’autre
partie qu’il considere que la procedure a échoué.

13.3. En cas d’échec du reglement a l’amiable, 1e coordonnateur et l'administration contractante


peuvent de’cider d’un commun accord de soumettre le différend a la conciliation de la
Commission européenne si celle—ci n’est pas l'administration contractante. Si aucun
reglement n’intervient dans un de’lai de 120 jours apres le lancement de la procedure de
conciliation, chaque partie peut informer l’autre qu’elle considere que la procedure a
échoue’.

13.4. En cas d’e’chec des procedures mentionne’es ci-dessus, chaque partie peut porter le
diffe’rend devant les tribunaux du pays dont releve l'administration contractante, ou devant
les tribunaux de Bruxelles lorsque l'administration contractante est la Commission
européenne.

DISPOSITIONS FINANCIERES

ARTICLE 14 — COUTS ELIGIBLES

Critéres d’éligibilité des cofits

14.1. Les cofits éligibles sont les frais reels supporte’s par le(s) bénéficiaire(s) qui remplissent
l’ensemble des criteres suivants:

a) ils sont supportés pendant la période de mise en oeuvre de l’action définie a


l’article 2 des conditions particulieres. Plus pre’cisément:

(i) les frais lies a des services et a des travaux doivent porter sur des activite’s
réalisées durant la période de mise en oeuvre. Les cofits afférents a des
fournitures doivent concerner la livraison et l’installation de mate'riels durant
la période de mise en oeuvre. La signature d’un marché, la passation d’une
commande ou l’engagement d’une dépense pendant la période de mise en
oeuvre en vue d’une prestation future de services, d’une execution future de
travaux ou d’une livraison future de fournitures ne répond pas a cette
exigence. Les transferts de fonds entre le coordonnateur et/ou les autres
bénéficiaires et/ou les entités affiliées ne sont pas conside’re’s comme des frais
supportés;
(ii) les frais supportés devraient étre payés avant la soumission des rapports
finaux. Ils peuvent étre payés ultérieurement, pour autant qu’ils soient
mentionnes dans le rapport final, avec la date de paiement estimée;

(iii) une exception est pre’vue pour les frais liés aux rapports finaux, notamment la
verification des dépenses, l’audit et l’évaluation finale de l’action,
susceptibles d’étre supportés apres la période de mise en oeuvre de l'action;
(iv) les proce’dures d’attribution de marché vise’es a l’article 10 peuvent avoir e'té
initiées et des contrats peuvent étre conclus par le(s) béne’ficiaire(s) avant le
debut de la période de mise en oeuvre, pour autant que les dispositions de
l’annexe IV aient e'té respectées;

b) ils sont indiqués dans le budget prévisionnel global de l’action;


c) ils sont nécessaires a l’exécution de l’action;

J uillet 2019 Page 17 sur 31


e3h2£encond_fr.docx
d) ils sont identifiables et verifiables, et notamment sont inscrits dans la comptabilite’
du(des) bénéficiaire(s) et determines conformément aux normes comptables et aux
pratiques habituelles du(des) bénéficiaire(s) en matiere de comptabilité analytique;
6) ils satisfont aux dispositions de la legislation fiscale et sociale applicable;
ils sont raisonnables, justifies et respectent le principe de bonne gestion financiere,
notamment en termes d’économie et d'efficience.

Coiits directs éligibles

14.2. Sous réserve du point 14.1 et, s’il y a lieu, du respect des dispositions de l’annexe IV, sont
éligibles les cofits directs suivants du(des) beneficiaire(s):

3) le cofit du personnel affecté a l’action, correspondant aux salaires bruts réels


incluant les charges sociales et les autres cofits entrant dans la remuneration (a
l’exclusion des primes de résultat); les salaires et frais ne doivent pas exce’der ceux
normalement supportés par le(s) be’ne’flciaire(s), a moins d’une justification
indiquant que le dépassement est indispensable a la realisation de l’action;
b) les frais de voyage et de séjour du personnel et d’autres personnes participant at
l’action, pour autant qu’ils ne dépassent pas ceux normalement supportés par le(s)
bénéficiaire(s) conformément a ses(leurs) regles et réglementations. En outre, les
barémes publiés par la Commission européenne au moment de la signature du
contrat ne peuventjamais étre dépasse’s;
les frais d’achat d’équipement (neuf ou d’occasion) et de fournitures destinés
spécifiquement aux besoins de l’action, pour autant qu’ils fassent l’objet d’un
transfert de proprie’té a la fin de l’action comme prévu au point 7.5;
d) les frais d’amortissement, de location ou de credit—bail d’équipement (neuf ou
d’occasion) et de fournitures destinés spe’cifiquement aux besoins de l’action;
e) les frais de location d'un bureau de projet, lorsque celui-ci est pre’vu, dfiment justifie’
et décrit dans la description de l’action et dans les conditions particulieres;
f) les frais de biens consommables;
g) les frais découlant de marches de services, de fournitures et de travaux passes par
le(s) béne’ficiaire(s) pour les besoins de l’action conforme’ment a l’article 10; sont
inclus les frais lie’s au recours a des experts pour ame’liorer la qualité du cadre logique
(par exemple, exactitude des niveaux de reference, systemes de suivi, etc.), tant au
debut de la mise en oeuvre de l’action que pendant celle-ci;
h) les frais de’coulant directement d’exigences posées par le contrat (diffusion
d’informations, evaluation spécifique de l’action, audits, traductions, reproduction,
assurances, etc.), y compris les frais de services financiers (notamment 1e cofit des
transferts et des garanties financieres lorsqu’elles sont requises conformément au
contrat);
les impots, taxes et droits, y compris la TVA, payés et non récupe’rables
par le(s)
bénéficiaire(s), sauf disposition contraire dans les conditions particulieres;
j) les frais ge’néraux, dans le cas d'une subvention de fonctionnement.

Financement basé sur la performance


14.3. Le paiement de la contribution de l’UE peut étre partiellement ou entierement lie’ :51

l’obtention de re’sultats mesurés par rapport a des niveaux de reference préalablement


fixe’s ou au moyen d’indicateurs de performance. Ce financement base sur la performance
n’est pas soumis aux autres points de l’article 14. Les re’sultats pertinents et les moyens de
mesurer leur degré de realisation doivent étre clairement décrits dans l’annexe I.

J uillet 2019 Page 18 sur 31


e3h2_gencond_fr.docx
._._.—.__.._.—_-

DELTUN
Le montant a verser pour chaque re’sultat obtenu est indiqué dans l’annexe 111. La méthode
a utiliser pour le calculer est clairement décrite dans l’annexe 1, en tenant compte du
principe de bonne gestion financiere et en évitant 16 double financement des cofits.

L'organisation n’est pas tenue de déclarer les cofits liés a l'obtention des résultats. Elle doit
néanmoins soumettre les eventuelles pieces justificatives nécessaires, y compris, s’il y a
lieu, les documents comptables pertinents, pour prouver que les re’sultats de'clenchant le
paiement indique’s aux annexes I at 111 cm bien été obtenus.

Le point 15.1 (calendrier des paiements), 1e point 15.7 (verification des dépenses) et le
point 17.3 (principe du non—profit) ne s’appliquent pas a la partie de l’action soutenue par
un financement basé sur la performance.

Options simplifiées en matiére de cofits

14.4. Conformément aux dispositions détaillées figurant dans l’annexe 111 et dans l’annexe K
des lignes directrices a l’intention des demandeurs de subventions, les couts éligibles
peuvent e'galement étre constitués de l’une des options de cofits suivantes ou d’une
combinaison de celles-ci:

a) couts unitaires;
b) montants forfaitaires;
c) financements a taux forfaitaire;

14.5. Les méthodes utilisées par le(s) bénéficiaire(s) pour determiner les cofits unitaires, les
montants forfaitaires ou les financements a taux forfaitaire doivent étre clairement décrites
et motivées dans l’annexe III et elles doivent respecter les principes de cofinancement et
d’absence de double financement. Les informations utilise’es peuvent étre basées sur la
comptabilité des cofits historiques et/ou réels et les données de comptabilité analytique
du(des) bénéficiaire(s), sur des informations extérieures, lorsqu’elles sont disponibles et
pertinentes, sur des données statistiques ou sur des jugements d’experts (fournis par des
experts disponibles en interne ou obtenus a l’extérieur) ou sur toute autre information
objective.

Quand cela est possible et approprié, les montants forfaitaires, couts unitaires ou taux
forfaitaires sont determines de maniere a permettre leur versement lorsque des produits
et/ou des résultats concrets sont obtenus. Lorsqu’un résultat comporte plusieurs produits
ou sous-résultats, i1 convient de le ventiler en sous-lignes budge’taires et d’attribuer a
chaque produit ou sous-résultat une partie du montant indiqué pour le re'sultat, afin de
permettre des paiements partiels dans le cas ou le résultat ne serait pas atteint.

Les couts déclare's selon les options simplifiées en matiere de cofits doivent répondre aux
critéres d'éligibilité enoncés aux points 14.1 et 14.2. [1s ne doivent pas étre étayés par des
pieces comptables ou justificatives, a l’exception de celles nécessaires pour démontrer 1e
respect des conditions permettant un remboursement, fixées dans les annexes I, III et
l’annexe K des lignes directrices a l’intention des demandeurs de subventions.

Ces cofits ne peuvent pas comprendre des couts ine’ligibles tels que Visés au point 14.1 ni 1

des cofits deja déclare’s sous un autre poste ou une autre rubrique du budget du pre’sent
contrat.

Les montants ou les taux des cofits unitaires, les montants forfaitaires ou les financements
a taux forfaitaire fixe’s dans l’annexe III ne peuvent pas étre modifies de maniere
unilatérale ni étre remis en cause par des verifications ex post.

Juillet 2019 Page 19 sur 31


e3112igencond_fi’.d0cx
14.6. Les options simplifiées en matiere de cofits non basées sur les résultats ne sont pas
a moins d’avoir fait l’objet d’une evaluation ex ante conformément a
autorise’es,
l’annexe K des lignes directrices a l’intention des demandeurs de subventions.

Réserve pour imprévus

14.7. Une reserve pour imprévus et/ou pour d’éventuelles fluctuations des taux de change,
plafonnée a 5 % du montant des cofits directs éligibles, peut étre inscrite au budget de
1’action pour permettre les ajustements qui seraient rendus nécessaires a la suite d’un
changement impre’visible des circonstances sur le terrain. Elle ne peut étre utilisée qu’avec
l'autorisation ecrite pre’alable de 1'administration contractante, sur demande dument
justifie’e du coordonnateur.

Cofits indirects

14.8. Les cofits indirects de l‘action sont les cofits éligibles qui ne peuvent étre identifies comme
des cofits spécifiques directement lie’s a la mise en oeuvre de l'action et qui ne peuvent pas
faire l‘objet d'une imputation directe a son budget, conformément aux conditions
d’éligibilité e'noncées au point 14.], mais qui sont néanmoins supportés par le(s)
be’ne’ficiaire(s) en lien avec les cofits directs éligibles de l’action. Ils ne peuvent pas
comprendre des cofits ine’ligibles tels que Vises au point 14.11 ni des cofits déja declares
sous un autre poste ou une autre rubrique du budget du present contrat.

Un pourcentage fixe du montant total des cofits directs éligibles de l’action ne dépassant
pas celui fixé a l’article 3.3 des conditions particulieres peut étre considéré comme destiné
a couvrir les cofits indirects de l’action. Le financement a taux forfaitaire des cofits
indirects ne doit pas étre justifie’ par des pieces comptables. Ce montant ne sera pas pris en
compte pour Ie calcul du montant des options simplifie’es en matiere de cofits.

Les couts indirects ne sont pas éligibles dans le cadre d’une subvention a l’action octroyée
a un bénéflciaire qui recoit déja, au cours de la pe'riode considére’e, une subvention de
fonctionnement financée sur le budget de l’Union européenne.

Le présent point 14.8 ne s’applique pas dans le cas d’une subvention de fonctionnement.

Contributions en nature

14.9. Aucune contribution en nature, qui doit étre mentionne’e séparément dans l’annexe III, ne
repre’sente des de’penses réelles et ne constitue des cofits éligibles. Sauf mention contraire
dans les conditions particulieres, les contributions en nature ne peuvent étre considérées
comme représentant un cofinancement par 1e(s) bénéficiaire(s).

Si des contributions en nature sont acceptées en tant que cofinancement, 1e(s)


bénéficiaire(s) s’assure(nt) du respect des regles nationales en matiére fiscale et de
sécurité sociale.

Nonobstant ce qui precede, si la description de l’action prévoit des contributions en


nature, celles-ci doivent étre fournies.

Travaux effectués par des bénévoles

14.10. La valeur des travaux effectués par des bénévoles peut étre reconnue en tant que cofit
eligible de l’action et conside’re’e comme représentant un cofinancement par 1e(s)
bénéficiaire(s).

J uillet 2019 Page 20 sur 31


e3h2_gencondgfr.docx
Lorsque les couts éligibles estime's comprennent des frais relatifs a des travaux effectués
par des be’ne’voles, la contribution de l’UE ne dépasse pas les cofits éligibles estimés autres
que les frais afférents aux travaux effectués par des benevoles.

Les bénéficiaires déclarent les frais de personnel afférents aux travaux effectue’s par des
be’névoles sur la base des couts unitaires autorise’s conformément aux points 14.4 et
suivants‘.

Ce type de cofits doit étre pre’sente’ séparément des autres cofits éligibles dans le budget
prévisionnel. La valeur des travaux effectue's par des bénévoles doit toujours étre exclue
du calcul des couts indirects.

Les travaux effectués par des be’névoles peuvent représenter jusqu’a 50 % du


cofinancement, ce dernier correspondant a la partie non financée par la contribution de
l’UE.

Cofits non éligibles

14.11. Sont considérés comme non éligibles les couts suivants:

a) les dettes et la charge de la dette (inte’réts);


b) les provisions pour pertes, dettes ou dettes futures éventuelles;
c) les cofits declares par le(s) béne’ficiaire(s) et pris en charge dans le cadre d’une autre
action ou d’un autre programme de travail donnant lieu a une subvention octroyée
par l’Union européenne (y compris par l’intermédiaire du FED);
d) les achats de terrains ou d’immeubles, sauf s’ils sont indispensables a la mise en
oeuvre directe de l’action et respectent les conditions définies dans les conditions
particulieres; dans tous les cas, leur propriété doit étre transferee conformément au
point 7.5, au plus tard a la fin de l’action;
e) les pertes de change;
1) les crédits a des tiers, sauf disposition contraire figurant dans les conditions
particulieres;
g) les contributions en nature (a l’exception des travaux effectués par des bénévoles);
h) le cout des salaires du personnel des administrations nationales, sauf si les
conditions particulieres en disposent autrement et uniquement dans la mesure 011 cc
cout est lie’ a des activités que l’autorité publique concerne'e n’exercerait pas si
l’action n’était pas réalise’e;

i) les primes de résultat incluses dans les frais de personnel.

Entités affiliées

14.12. Si les conditions particulieres contiennent une disposition relative aux entités affiliées au
bénéticiaire, les couts supportés par ces entités peuvent étre éligibles, pour autant qu’ils
remplissent les conditions e’noncées aux articles 14 et 16 et que le benéficiaire assure que
les articles 3, 4. 5, 6, 8. 10 et 16 sont également applicables a l’entite’.


La valeur de ces cofits unitaires sera de’terminée par la Commission.

J uillet 2019 DEL'HW; Pageleur3l


c3h2_gencond_fr.docx U:
ARTICLE 15 — PAIEMENTS ET INTERETS DE RETARD

Modalités de paiement
15.1. L'administration contractante est tenue de verser 1a subvention au coordonnateur selon une
des procedures de paiement décrites ci-apres, conformément a l’article 4 des conditions
particulieres.

Option 1: actions dont 1a période de mise en oeuvre ne de’passe pas 12 mois ou subvention
d’un montant inférieur ou égal a 100 000 EUR

(i) un versement de préfinancement initial d’un montant e'gal a 80 % du montant


maximum mentionne’ au point 3.2 des conditions particulieres (hors imprévus);
(ii) 1e solde du montant final de la subvention.

Option 2: actions dont la période de mise en oeuvre dépasse 12 mois et subvention d’un
montant supérieur a 100 000 EUR

(i) un versement de pre’financement initial représentant 100 % de la part du budget


prévisionnel financée par 1'administration contractante pour la premiere période
de re’fe’rence (hors imprévus). La part du budget financée par l'administration
contractante est calculée en appliquant 1e pourcentage fixé au point3.2 des
conditions particulieres;
(ii) 1e versement des tranches de préfinancement suivantes représentant 100 % de la

part du budget prévisionnel financée par l’administration contractante pour la


période de reference suivante (hors imprévus non autorisés);
par «pe’riode de reference», on entend une pe’riode de douze mois, sauf
disposition contraire prévue dans les conditions particulieres. Lorsque 1a
période restant jusqu’a la fin de l’action est e'gale ou inférieure a
18 mois, 1a période de reference la couvre entiérement;

dans les 60 jours suivant 1a fin de la période de reference, 1e


coordonnateur présente un rapport interrnédiaire ou, s'il n'est pas en
mesure de le faire, en signale les raisons a l'administration contractante
et présente un résumé de l’état d’avancement de l’action;

si, a [a fin de la période de reference, 1a part des de'penses réellement


supportées financée par l'administration contractante est inférieure a
70 % du montant pre’cédemment verse (et a 100 % de tout versement
antérieur), la tranche de préfinancement suivante est diminuée du
montant correspondant a la difference entre le seuil de 70 % du montant
de prefinancement précédemment verse’ et la part des depenses
réellement supportees financée par l'administration contractante;
le coordonnateur peut presenter une demande de versement d‘une
nouvelle tranche de préfinancement avant la fin de la pe’riode de
reference, lorsque la part des de’penses réellement supportées financée
par l'administration contractante est supérieure a 70% du montant
pre'ce’demment verse’ (et a 100 % de tout versement antérieur). Dans ce
cas, 1a période de reference suivante commence a courir a partir de la
date de fin de la periode couverte par cette demande de paiement;
en outre, pour les subventions d’un montant supérieur a 5 000 000 EUR,
le versement d’une nouvelle tranche de préfinancement ne peut étre
effectue’ que si la part des couts éligibles approuve's financée par
l'administration contractante est au moins égale au montant total de tous
les versements precedents, a l’exclusion du dernier;

J uillet 2019 Page 22 sur 3|


c3h2_gencond_fr.docx

DELiiiii
— le montant cumule’ des versements de préfinancement ne peut dépasser
90 % du montant mentionne au point 3.2 des conditions particulieres,
hors imprévus non autorisés;

(iii) 1e solde du montant final de la subvention.

Option 3: toutes les actions

(i) 1e montant final de la subvention.

Presentation des rapports finaux


15.2. Le coordonnateur remet 1e rapport final l'administration contractante au plus tard trois
:21

mois apres 1a fin de la période de mise en oeuvre définie a l’article 2 des conditions


particulieres. Le délai de presentation du rapport final est porté a six mois lorsque le
coordonnateur n’a pas son siege dans le pays ou l’action est mise en oeuvre.

Demande de paiement
15.3. La demande de paiement est établie a l’aide du modele figurant dans l’annexe V et est
accompagnée des documents suivants:

a) un rapport narratif et financier conforme’ment a l’article 2;


b) un budget prévisionnel pour la période de reference suivante dans le cas d’une
demande de versement d’une nouvelle tranche de préfinancement;
c) un rapport de Verification des de’penses ou une ventilation de'taillee des dépenses, si
le point 15.7 l’exige.

Le contrat signe fait office de demande de paiement pour le versement du préfinancement


initial. Une garantie financiere est jointe si les conditions particuliéres l’exigent.

Le paiement n‘emporte reconnaissance ni de la régularité, ni du caractere authentique,


complet ou exact des declarations et des informations foumies.

Délais de paiement

15.4. Le versement de pre’financement initial est effectué dans un délai de 30 jours a compter de
la re’ception de la demande de paiement par l'administration contractante.

Le versement des tranches de pre'financement suivantes et le paiement du solde sont


effectués dans un de'lai de 60jours a compter de la reception de la demande de paiement
par l'administration contractante.

Toutefois, ce délai est porté a 90jours a compter de la reception de la demande de


paiement par l'administration contractante dans les cas suivants:

a) un bénéficiaire avec des entite's affiliées;


b) si plus d’un béne’ficiaire est partie au présent contrat;

e) si l‘administration contractante n’est pas la Commission;

d) pour des subventions supérieures a 5 000 000 EUR.

La demande de paiement est réputée accepte’e en l’absence de réponse écrite de


l'administration contractante dans les de’lais précite’s.

Suspension de la période de paiement

Juillet 2019 Page 23 sur 31


e3 h2_gencondAfr.docx
15.5. Sans prejudice de l’article 12, les délais de paiement peuvent étre suspendus en informant
1e coordonnateur de ce qui suit:

a) le montant indiqué dans sa demande de paiement n’est pas exigible, ou;

b) les piécesjustificatives appropriées n’ont pas été fournies, ou


c) les rapports narratifs ou financiers nécessitent des éclaircissements, des
modifications ou des informations complémentaires, ou
d) i1 existe des doutes quant a l’éligibilité des dépenses et 11
y a lieu de procéder a des
verifications supple’mentaires, y compris par des contréles sur place ou un audit,
pour s‘assurer du caractere e’ligible des dépenses, ou
e) il est nécessaire de Vérifier, y compris au moyen d'une enquéte de l’OLAF, si des
Violations des obligations, des irrégularite's ou des comportements frauduleux
présume’s ont effectivement eu lieu lors de la procédure d’octroi de la subvention ou
de la mise en oeuvre de l’action, ou
0 il est nécessaire de verifier si le(s) bénéficiaire(s) a(ont) manque a l’une des
obligations substantielles qui lui(leur) incombent en vertu du pre’sent contrat, ou
g) les obligations en matiere de visibilité énoncées a l’article 6 ne sont pas respectées.

La suspension des délais de paiement prend effet a la date d'envoi de l’information


susmentionnée au coordonnateur. Le délai de paiement recommence a courir a la date
d’enregistrement d’une demande de paiement correctement établie. Le coordonnateur
fournit toutes les informations, tous les éclaircissements ou tous les documents requis dans
un délai de 30 jours a compter de la reception de la demande.

Si, nonobstant les informations, les documents ou les éclaircissements fournis par le
coordonnateur, la demande de paiement est toujours irrecevable, ou si la procedure d'octroi
ou la mise en oeuvre de la subvention se révéle entachée d'irrégularités, de fraude ou de
violation des obligations, l'administration contractante peut suspendre les paiements et,
dans les cas pre'vus a l'article 12, re’silier 1e present contrat.

En outre, l'administration contractante peut également suspendre les paiements a titre


conservatoire et sans pre’avis, avant ou au lieu de re’silier le contrat comme 1e permet
l’article 12.

Intéréts de retard
15.6. Si l'administration contractante paie le coordonnateur apres le délai, elle verse des intéréts
de retard calcule’s comme suit:

a) au taux de réescompte de la banque centrale du pays ou est établie l'administration


contractante si les paiements sont effectués dans la monnaie de ce pays;
b) au taux applique par la Banque centrale européenne a ses operations principales de
refinancement en euro, tel que publié au Journal ofi’zciel de [’Um'on européenne,
série C, si les paiements sont effectue’s en euro;

0) le premier jour du mois au cours duquel ce délai a expire’, majoré de trois points et
demi. L’intérét de retard porte sur la pe’riode écoulée entre la date d’expiration du
délai de paiement et la date de débit du compte de l'administration contractante.

Par derogation, lorsque l'intérét calculé conformément a cette disposition est d’un montant
inférieur ou égal a 200 EUR, i1 n’est versé au coordonnateur que sur demande, pre’sentée
dans les deux mois qui suivent la re’ception du paiement tardif.

Cet intérét n’est pas considére’ comme un revenu aux fins de l’article 17.

Juillet 2019 Page 24 sur 31


e3h2_gencond_fr.docx
Le present point 15.6 ne s’applique pas si 1e coordonnateur est un Etat membre de l’Union
européenne, notamment des collectivités locales ou re’gionales ou tout autre organisme
public agissant au nom et pour le compte de l’Etat membre aux fins du contrat.

Rapport de vérification des dépenses


15.7. Le coordonnateur doit foumir un rapport de verification des dépenses pour:

a) toute demande de versement d’une nouvelle tranche de préfinancement dans le cas


de subventions d’un montant supérieur a 5 000 000 EUR;
b) tout rapport final dans le cas d’une subvention d’un montant supérieur a
100 000 EUR.

Le rapport de verification des dépenses doit étre conforme au modele figurant dans
l’annexe VII et avoir éte’ e'tabli par un auditeur approuvé ou choisi par l'administration
contractante. L’auditeur doit remplir les exigences fixe’es dans les termes de référence
pour la verification des dépenses, qui figurent dans l’annexe Vll.

L’auditeur examine si les frais déclarés par le(s) bénéficiaire(s) et les recettes de l’action
sont re'els, comptabilise’s avec exactitude et e'ligibles conformément aux dispositions du
pre’sent contrat. Le rapport de verification des dépenses porte sur l’ensemble des
dépenses non couvertes par un rapport de verification des dépenses pre’cédent.

S’il n’est pas exigé de joindre une verification des dépenses aux demandes de versement
de préfinancement, une ventilation détaillée des dépenses couvrant les périodes de
reference précédentes non encore couvertes sera fournie une fois sur deux avec les
demandes suivantes de versement de nouvelle tranche de préfinancement, a partir de la
deuxieme demande (3e, 56, 7e, versement de préfinancement).

La ventilation détaillée des dépenses doit fournir les informations suivantes pour chaque
rubrique du rapport financier et pour toutes les transactions et tous les enregistrements
comptables: montant de l’enregistrement comptable ou de la transaction, re’fe’rence
comptable (livre-journal, grand livre ou autre re’fe’rence pertinente), description de
l’enregistrement comptable ou de la transaction (précisant la nature de la dépense) et
reference aux pieces justificatives (par ex. numéro de facture, fiche de salaire ou autre
reference pertinente), conformément au point 16.1. Elle doit étre fournie, autant que
possible, sous format électronique et sous la forme d’une feuille de calcul (Excel ou
similaire).

La ventilation détaillée des dépenses doit étre accompagnée d’une declaration sur
l’honneur du coordonnateur certifiant que les informations contenues dans sa demande
de paiement sont completes, fiables et sinceres et que les cofits déclare’s ont été supportés
et peuvent étre considére’s comme éligibles conformément aux dispositions du présent
contrat.

Dans tous les cas, le rapport final comprend une ventilation détaillée des dépenses portant
sur l‘ensemble de l'action.

Lorsque 1a subvention prend la forme d'un remboursement de cofits éligibles réellement


supportés et est uniquement exprimée en valeur absolue (et non en pourcentage de la
contribution de l’UE par rapport aux cofits éligibles totaux), la verification peut se limiter
au montant payé par la Commission pour l’action concernée (elle ne doit pas
obligatoirement couvrir l’action dans son ensemble).

Lorsque le coordonnateur est une administration ou un organisme public, l'administration


contractante peut accepter une ventilation détaillée des dépenses en lieu et place du
rapport de verification des dépenses.

Juillet 2019 Page 25 sur 31


e3h2_gencond_fr.docx Pup—- #7,,“
Le coordonnateur ne doit pas fournir de rapport de verification des dépenses si la
verification est effectuée directement par le personnel de l'administration contractante,
par la Commission ou par un organisme autorise’ a le faire pour leur compte,
conformément au point 5.2 des conditions particulieres.

Garantie financiére
15.8. Si 1a valeur de la subvention dépasse 60 000 EUR, l'administration contractante peut
exiger une garantie financiere d’un montant equivalent au versement de prefinancement
initial.

Cette garantie est libelle'e en euro ou dans la monnaie de l’Etat dont releve l'administration
contractante, conformément au modele figurant dans l’annexe VIII. La garantie est fournie
par un e'tablissement bancaire ou financier agréé établi dans un des Etats membres de
l'Union europe’enne. Lorsque 1e coordonnateur est établi dans un pays tiers,
l’administration contractante peut accepter qu’un établissement bancaire ou financier
e’tabli dans ce pays tiers fournisse 1a garantie si elle estime qu’il présente des assurances et
des caracte’ristiques e’quivalentes a celles offertes par un établissement bancaire ou
financier établi dans un Etat membre de l’Union européenne. Cette garantie reste en
vigueurjusqu’a sa liberation par l'administration contractante lors du paiement du solde.

Si, au cours de l’exécution du contrat, 1a personne morale ou physique qui fournit la


garantie i) n’est pas capable ou désireuse de respecter ses engagements, ii) n’est pas
autorisée a émettre des garanties aux administrations contractantes ou iii) semble ne pas
disposer d’un financement fiable, ou si la garantie financiere cesse d'étre valable et si 1e
coordonnateur ne 1a remplace pas, l’administration contractante peut soit déduire de
paiements futurs dus au coordonnateur en vertu du contrat un montant équivalant au
versement de préfinancement, soit mettre 1e coordonnateur en demeure de fournir une
nouvelle garantie aux memes conditions que la précédente. Si le coordonnateur ne
constitue pas une nouvelle garantie, l’administration contractante peut résilier 1e contrat.
Cette disposition ne s’applique pas si 1e coordonnateur est une organisation a but non
lucratif, une organisation ayant conclu une convention-cadre de partenariat avec la
Commission européenne, une administration ou un organisme public, sauf disposition
contraire figurant dans les conditions particulieres.

Régles pour la conversion monétaire

15.9. Les paiements au coordonnateur sont effectues par l'administration contractante sur le
compte bancaire mentionné dans le formulaire «signalétique financier» figurant dans
l’annexe V, qui permet d’identifier les fonds verses par l'administration contractante.
L'administration contractante effectue les paiements dans la monnaie indique’e dans les
conditions particulieres.

Les rapports sont presentés dans la monnaie indiquée dans les conditions particulieres et
peuvent étre établis a partir d’états financiers libellés dans d’autres monnaies,
conforme’ment a la legislation et aux normes comptables applicables au(x) be'néficiaire(s).
Dans ce cas et aux fins de l’établissement des rapports, la conversion dans la monnaie
indiquée dans les conditions particulieres sera effectue'e en utilisant le taux de change
utilise pour l’enregistrement de chaque contribution de l'administration contractante dans
les comptes du(des) bénéficiaire(s), sauf disposition contraire figurant dans les conditions
particulieres. Si,51 la fin de l’action, une partie des de’penses est préfinancée par 1e(s)
béne’ficiaire(s) (ou par d’autres donateurs), 1e taux de conversion a appliquer a ce solde est
celui fixé dans les conditions particulieres conforme'ment aux pratiques comptables
habituelles du(des) beneficiaire(s). Si aucune disposition spécifique n’est pre'vue dans les
conditions particulieres, 1e taux de change de la derniere tranche verse’e par
l’administration contractante sera applique’.

Juillet 2019 Page 26 sur 31


c3h2_gencond7fr.docx _

_‘___1
IDEL TUl‘ll
15.10. Sauf disposition contraire figurant dans les conditions particulieres, les couts supportés
dans des monnaies autres que celle utilise’e dans les comptes du(des) bénéficiaire(s) pour
l’action sont convertis conformément aux pratiques comptables habituelles de celui(ceux)-
ci, pour autant que celles-ci respectent les exigences fondamentales suivantes: i) elles sont
consignées en tant que regles comptables, c’est—a-dire qu‘il s'agit de la méthode
habituellement utilisée par le be’ne’ficiaire; ii) elles sont appliquées de maniere cohérente;
iii) elles assurent 1e traitement e’gal de tous les types de transactions et de sources de
financement; iv) 1e systeme peut étre démontré et les taux de change sont facilement
vérifiables.

En cas de fluctuation exceptionnelle d’un taux de change, les parties 56 consultent en vue
de modifier l’action afin d’atténuer l’effet de la fluctuation. En cas de besoin,
l'administration contractante peut prendre des mesures supplémentaires, telles que la
re’siliation du contrat.

ARTICLE 16 — COMPTABILITE ET CONTROLES TECHNIQUES ET FINANCIERS

Comgtes
16.1. Le(s) beneficiaire(s) tien(nen)t des relevés et des comptes précis et systématiques relatifs a
la mise en oeuvre de l'action, sous la forme d'une comptabilité en pantie double appropriée.

Cette comptabilité:

a) peut étre intégrée au systeme comptable habituel du(des) bénéficiaire(s), ou venir en


complement de ce systeme;
b) respecte les politiques et régles en matiere de comptabilité et de tenue des livres
applicables dans le pays concerné;
c) doit permettre 1e suivi, l'identification et la verification aisés du revenu et des
dépenses relatifs a l’action.

16.2. Le coordonnateur doit veiller a ce qu’un rapprochement adéquat puisse étre aise’ment
effectué entre tout rapport financier requis en vertu de l’article 2 et son systeme comptable
ainsi que les comptes et releve’s correspondants. A cet effet, le(s) bénéficiaire(s)
prépare(nt) et conserve(nt), a des fins d’inspection et de verification, les rapprochements
de comptes appropriés, ainsi que les tableaux comple’mentaires, analyses et autres comptes
de’taille’s.

Droit d'accés
16.3. Le(s) bénéficiaire(s) autorise(nt) la realisation de verifications par la Commission
européenne, l‘Offlce européen de lutte antifraude, la Cour des comptes européenne et tout
auditeur externe mandate par l'administration contractante. Le(s) bénéficiaire(s) est(sont)
tenu(s) de prendre toutes les mesures nécessaires pour faciliter leur travail.

16.4. Le(s) be’néficiaire(s) autorise(nt) les entités ci—dessus:

a) a acce'der aux sites et aux locaux ou l’action est mise en oeuvre;


b) a examiner ses(1eurs) systemes comptables et informatiques, documents et bases de
données concernant la gestion technique et financiere de l’action;
c) a prendre copie de documents;
(1) a effectuer des controles sur place;
e) a mener un audit complet sur la base de tous les documents comptables et de tout
autre document relatif au financement de l’action.

Juillet 2019 Page 27 sur 31


63 h2_gcncond_fr.docx
16.5. En outre, l’Offlce européen de lutte antifraude sera autorisé a effectuer des controles et
des inspections sur place selon les procedures prévues par la legislation de l’Union
européenne pour la protection des intéréts financiers de l’Union européenne contre les
fraudes et autres irrégularités.

S’il y a lieu, les conclusions pourront conduire a un recouvrement par la Commission


européenne.

16.6. L’acces accorde’ aux agents de la Commission européenne, de l’Office européen de lutte
antifraude et de la Cour des comptes européenne et a tout auditeur externe mandaté par
l'administration contractante effectuant les verifications prévues par le present article ainsi
que par le point 15.7 s‘effectue sous couvert de la confidentialite’ vis-a-vis de tiers, sans
prejudice des obligations de droit public auxquelles ils sont soumis.

Conservation des documents


16.7. Le(s) beneficiaire(s) conserve(nt) tous les documents et toutes les pieces comptables et
justificatives lies au présent contrat pendant cinq ans apres 1e versement du solde, et

pendant trois ans dans le cas de subventions n’excédant pas 60 000 EUR, et dans tous les
cas jusqu'a ce que les audits, recours, litiges ou réclamations en cours aient été mene’s a
leur terme.

Les documents doivent étre facilement accessibles et classés de facon a permettre leur
consultation aisée, 1e coordonnateur étant tenu d'informer l'administration contractante du
lieu précis ou ils sont conserve’s.

16.8. Toutes les pieces justificatives doivent étre disponibles soit sous leur forme originale, y
compris sous forme électronique, soit sous la forme de copies.

16.9. Outre les rapports mentionnés a l’article 2, les documents visés par le present article
comprennent notamment:

a) des états de comptes (informatisés ou manuels) émanant du systeme comptable


du(des) bénéficiaire(s), tels que le grand-livre, les livres auxiliaires et les comptes
salaires, les registres des actifs immobilise’s et toute autre information comptable
pertinente;
b) des preuves des procedures de passation de marche’, telles que les documents
d’appels d’offres, les offres des soumissionnaires et les rapports d’e’valuation;
c) des preuves d’engagement, telles que les contrats et bons de commande;
d) des preuves de prestation de services, telles que les rapports approuve’s, les feuilles
de presence, les billets de transport, la preuve de la participation a des séminaires,
conferences ou cours (y compris la documentation et les mate’riels recus, les
certificats), etc.;
6) des preuves de reception de biens, telles que les bons de livraison émanant des
fournisseurs;
f) des preuves de la realisation de travaux, telles que les certificats de reception;
g) des preuves d’achat, telles que des factures et des recus;
h) des preuves de paiement, telles que des extraits bancaires, des avis de debit, des
preuves d’acquittement par le contractant;
i) des preuves que le remboursement des taxes et/ou de la TVA payées ne peut pas étre
demandé;

J uillet 2019 Page 28 sur 31


e3h2_gencond_fr.docx
j) pour les frais de carburant et de lubrifiant, une liste récapitulative du kilome’trage
parcouru, de la consommation moyenne des véhicules utilise’s, du prix du carburant
et des frais d’entretien;
k) des documents concernant le personnel et les salaires, tels que les contrats, les fiches
de salaire, les feuilles de presence. Pour 1e personnel recrute’ sur place pour une
période déterminée, 1e de’tail de la remuneration versée, certifié conforme par le
responsable local et contenant une ventilation en salaire brut, charges sociales,
assurances et salaire net. Pour le personnel expatrié et/ou 1e personnel base en
Europe (lorsque l’action est mise en oeuvre en Europe), des analyses et ventilations
des dépenses par mois de travail effectif, effectuées sur la base des cofits par unite de
presence constatée et contenant une ventilation en salaire brut, charges sociales,
assurances et salaire net.

16.10 Le non-respect des obligations e’noncées aux points 16.1 a 16.9 constitue un cas de
violation d’une obligation substantielle au titre du present contrat. Dans ce cas,
l‘administration contractante peut en particulier suspendre 1e contrat, les paiements ou le
délai de paiement, résilier le contrat et/ou réduire la subvention.

ARTICLE 17 — MONTANT FINAL DE LA SUBVENTION

Montant final

17.1. La subvention ne peut pas dépasser 1e plafond maximum fixé au point 3.2 des conditions
particulieres, ni en valeur absolue ni en pourcentage.

Si, la fin de l’action, les couts éligibles sont infe’rieurs aux couts éligibles estimés tels
51

que mentionnés au point3.1 des conditions particulieres, la subvention est limitée au


montant resultant de l’application du pourcentage fixé au point3.2 des conditions
particulieres aux couts eligibles de l’action approuvés par l'administration contractante.

17.2. De plus, et sans prejudice de son droit a résilier 1e pre'sent contrat en vertu de l’article 12,
en cas de mauvaise execution ou de realisation partielle ou tardive de l’action, et donc de
mise en oeuvre non conforme a la description de l’action figurant a l’annexe l,
l’administration contractante peut, par decision dument motivée et aprés avoir donne’ au(x)
be'ne’ficiaire(s) la possibilite’ de presenter son(leur) point de vue, réduire 1e montant initial
de la subvention au prorata de la partie de l’action effectivement mise en oeuvre et en
conformité avec les dispositions du present contrat. Cela vaut également pour les
obligations relatives la visibilité énoncées dans l’article 6. En cas de violation des
21

obligations, de fraude ou d'irrégularite's, l’administration contractante peut également


réduire la subvention proportionnellement a la gravité de la violation des obligations, de la
fraude ou des irre'gularités.

Principe du non-profit
17.3. La subvention ne peut pas procurer de profit au(x) beneficiaire(s), sauf disposition
contraire clans 1’article7 des conditions particuliéres. Le profit est défini comme un
excédent des recettes par rapport aux couts éligibles approuvés par l'administration
contractante lors de la presentation de la demande de paiement du solde.

17.4. Les recettes a considérer sont les recettes consolidées a la date d’établissement, par le
coordonnateur, de la demande de paiement du solde et qui appartiennent a l’une des deux
categories suivantes:

a) subvention de l’UE;

Juillet 2019 _ g
Page 29 sur 31
e3h2~gencond_fr.docx
b) revenu génére par l’action; sauf disposition contraire figurant dans les conditions
particulieres.
17.5. Dans le cas d'une subvention de fonctionnement, les montants consacrés a la constitution
de reserves ne sont pas considérés comme des recettes.

17.6. Lorsque le montant final de la subvention determine conformément au contrat se traduirait


par un profit, i1 sera réduit du pourcentage du profit correspondant a la contribution finale
de l’Union européenne aux cofits éligibles réellement supportés approuvés par
l'administration contractante.

17.7. Les dispositions du point 17.3 et 17.6 ne s'appliquent pas:

a) aux actions ayant pour objet de renforcer la capacite’ financiere d’un bénéficiaire, si
cela est précisé a l’article 7 des conditions particulieres;
b) aux actions générant un revenu permettant d'assurer leur continuite’ aprés la fin du
present contrat, si cela est pre’cisé a l’article 7 des conditions particulieres;
c) aux actions mises en oeuvre par des organisations a but non lucratif;
d) aux bourses d‘étude, de recherche ou de formation professionnelle verse’es a des
personnes physiques;
e) aux autres aides directes versées a des personnes physiques qui en ont un besoin
pressant, comme les sans-emploi ou les re’fugie’s, si cela est précise’ a l’article 7 des
conditions particulieres;
1‘) aux subventions d’une valeur égale ou inférieure a 60 000 EUR.

ARTICLE 18 — RECOUVREMENT

Recouvrement

18.1. Lorsque des montants ont eté indfiment versés au coordonnateur ou lorsqu'une procedure
de recouvrement est justifiée en vertu du pre’sent contrat, le coordonnateur s’engage a
rembourser ces montants a l'administration contractante.

18.2. Plus particulierement, les paiements effectués n’empéchent pas l'administration


contractante d’émettre un ordre de recouvrement a la suite d’un rapport de verification des
de’penses, d’un audit ou d’une autre verification de la demande de paiement.

18.3. Si une Verification révele que les méthodes utilisées par le(s) be'néficiaire(s) pour
déterminer les cofits unitaires, les montants forfaitaires ou les financements a taux
forfaitaire ne sont pas conformes aux conditions fixe’es dans le present contrat,
l'administration contractante est habilitée a réduire 1e montant final de la subvention
proportionnellement jusqu’a concurrence du montant des couts unitaires, des montants
forfaitaires ou des financements a taux forfaitaire.

18.4. Le coordonnateur s’engage a rembourser a l'administration contractante tout montant qui


lui aurait été versé en surplus par rapport au montant final du, au plus tard 45 jours aprés
la date d’émission de la note de débit, cette derniére e’tant la lettre par 1aquelle
l'administration contractante re’clame 1e montant dfi par le coordonnateur.

Intéréts de retard

18.5. En cas de non-remboursement par le coordonnateur dans le délai fixé par l'administration
contractante, celle-ci peut majorer les montants dus d’un intérét de retard:

a) au taux de re’escompte de la banque centrale du pays ou est établie l'administration


contractante si les paiements sont effectués dans la monnaie de ce pays;

Juillet 2019 Page 30 sur 31


._.,
e3h27_gencond_fr. docx

b) au taux applique par la Banque centrale européenne a 565 operations principales de
refinancement en euro, tel que pubiié au Journal ojj’zciel de 1 ’Union européenne,
série C, si les paiements sont effectue’s en euro;

le premier jour du mois au cours duquel ce délai a expire’, majore’ de trois points et demi.
L’inte’rét de retard porte sur la période comprise entre la date d’expiration du délai de
paiement fixé par 1'administration contractante et la date du paiement effectif. Tout
paiement partiel est impute’ d’abord sur les intéréts de retard ainsi détermine’s.

Compensation
18.6. L'administration contractante peut recouvrer des montants qui lui sont dus par
compensation avec des montants dus a quelque titre que ce soit au coordonnateur, apres en
avoir dfiment informé celui-ci, et ce, sans prejudice du droit des parties de convenir d’un
paiement e’chelonné.

Autres dispositions

18.7. Le remboursement vise’ au point 18.4 ou la compensation Visée au point 18.7


correspondent au paiement du solde.

18.8. Les frais bancaires occasionne’s par le remboursement des montants dus a l'administration
contractante sont a la charge exclusive du coordonnateur.

18.9. La garantie constituée pour le préfinancement peut étre appelée en vue du remboursement
de tout montant encore dfi par 1e(s) bénéficiaire(s), et le garant ne peut différer 1e paiement
ou s‘y opposer pour quelque motif que ce soit.

18.10. Sans pre’j udice des prerogatives de l'administration contractante, si nécessaire, l’Union
européenne peut, en tant que donateur, procéder elle-méme au recouvrement, par quelque
moyen que ce soit.

***

Juillet 2019 Page 31 sur 31


e3h2_gencondvfr.docx
.88 23w

58 5:

Eam
52.; SEE:

NF
:3

mmcc<

122...“.

as:

2::

.88 "Enm

58
:3

23...:
EDM

52;
:3
9855

m2
125...“.

350...

952

2
3:5

mm_

«m
...5::.:

m_m_oom
9908

2.
250.3 250mm

Acmsmzcm

33:5:

mi mu
250

E $9ch $920 cmcoszmEEEmaxw

Eozom;

, E0203
$0559:

22:2

$900
8; 8. m 38:5 ,mmmtzmcofizucfimfi

m m8cm§c8\m9_m:_Ewm

- 90th
mzeéae mu I”.
DEL
,
EmBUE E965
985m
Son
«.280.
mm;
mmvmgozmcofimé
$325.“;
SaqmbuzmmeEUm 6:593
mzacmELEE

mQBEEE

£25 2:5 .mccowhmav hmmzzzEsg

.xwt,_mc
F20:09.
28:22.5:
$5592.
025E502 _mccom._m3

xzm
x380.
,
mu as
am: xzmcngQE mm;
_w:flmE\mmmzoflmu

xamezn
.
523::
m0_:o_cw>
mENEQS mEmEoEv észéfiaeafiaz393:8

5:82 .2230
Son we @5sz
Ema?
mu .mw:
mecca
$553
:23—

599%; 083 mucmegtma afifiiaimmfielmfim


3.30. mu
.m:com._oa .mccoflma

9.. 256
3:258.an
mmuuxo>¢88fi3m
.6 met
memEEomcoo

o~>Zm

<
“om—5m
mwuhzommom
mSoo
3:3 ..:w momm>o> EwEofizuw 35692
wmgmfiw
3:38 wmwmm>o>
.EEQOE 5:83
«68E
En.
6:06. wmba<
:mth 500
$53
a:
f: Nee fine Omé

:
Name
.EES mm.
mmbam

.—. we “0 me 6N in
3.259
‘N‘m
Nd mm Om r‘v Né me we
._, .N .n Wm
.v
N

1...
00.0

.88 868.8 $6
95m 8.000.806
00.80.8013 868686.. 868.806.. 86868.3,
86868.3
868686...
8.80.0 8600.8
EwEflEBEO

800
5.
_

.5230qu

86
Esm 86865
00.0000 80000.. 95:.an
.56.; 2.8.5.

5. $66.:35E010mu

Ea
135:1

12.8%

5 M _.m mm: 50 wcozmugm

952
otmmmwom:

mm.

.68 c058 0:38:80 mcsEEoo 9.22.500


Sam
832:.
9E:

.mn.
_.
a
.mm

8a .mn. .mn. on

$1.89..
9800

.88
"Ea 868.85
86868.8 8.80.086.»
8,000.8 8.000.005 00.08.08,? 00.00005wa 8.08.0006
8.08656.vm
8.80.8066 86868.8 8%

800
5.
_

mwczEEoU

m8.

.ENQD
a
.28me
2.8.5. 56
Eam
8,000.0 00000.9

E.
.56.;
5. 8:903
.6
3856.8

388

m2
6.6.2.6ch
13.8.6
8:826

5
96.288

m 05 9: vvm
$80.5

652

wczEEOQ
$585.8

87.8388

2 82m Cezom mcsEEoo mczEEoo 8:880


mm.
6369.0

LE: Son
$236
in. .Nn.

an. Ea an. ucon

EwEmEa jumao.

wcozmuo=m

mu
mmu

88:58 8.86. 8.80..


:55...

M15635. 9.8m... mm.


$000
mu

Ga
59-309.

88:88

mg wmn .2268

:6...
5
63382.00

C
6.988
21:35....
$8.08ch

3.9:.
Son
A66 96...
5.9.809.

ww=m>noc

8.86.. 63.36.. m.
m. fits—.5 mu
m8
mocc~
wmccou

.9688

xsm mmczEEoo
on 5 22,.
mu

15.
xzm 8.30m
9.0..
52.5: m 8.89.
55:888. mm.

83.9.6
£68 m.
8:88 $90th mmmimo

mg mu
66.89.
E:E.me. 8 wt v 7..
mu

o\o :3 mccmwaoim

mm. mmmcmawt

8 36.3.3

.3888
$09.6 5 wt A8083
38¢
800.88
mmotmEEmmBmocmEEOQ

ma... $939. 8.3833


35.6.3
m3>ma§
.288.
28.81.. .32 mmu $88 EmEomm..mm>c..u EmEmmm..mm>:_b
E2588
wm_n.6._Q
00 mmu

136.23 £68
.523:
$8.325
89.8%; m8 :6 mm.
8.2:.

€20:ch
122202
mu $55.8 v.53 mace 1521.0
mot 506
on 3885
8.5280,“.

35861
381 3:8 $0

.. .308

6888.39".
:o_«NoE..m>b_u:<
mg
mt
EmEmoEEom
9096c.
8....
_, mat 82.3.88
mmu E85250
2 3%
mm:
.8889... 9.0.8.00 82.300 $09.3
3925 co.m.>o.n.
$985
.mmuam.
$0355 mco..o< .mw cozmmflwo

£000 £000 Eon-01:15.5

3.53. mobs... .30.... .50...


515.5; Eon-80w 88.88 53.88 9000
83958 .50.... .
86.2134

6+5. -
98%
.F on m £08
.3 .3
202
aw N0
0 6 .9
Fan mm. mm Ym mm 51.. .m.m
.N.
.m .0 .w m.
mu
mmu
m2
m.
Erma E3 cozaob

.23 m_
96 :6
9
muoEwE

fiasco“ mEEoo

, mmmfima EoEmucmccoo

“m
:3 65m:
ngzmcoo
mu m9:

$596 9505ch
m.
gm mEEoo
_

.mEfloEEoo
:8 93:0
mu

www.muacoo
$989
:3
,.,.m_..w
E96u
935
$me cm £0
9 ,flzcm;

”:29
93:?
.9993?

35
w om Sou
6
3:28
mm: a:
Nr 5* me mwa Ema

99:5 95 .52 magma

cozmwaEvm; 3. E8
528
moEmcmtE
.mm9zoE

352 $93:
.599 man $6: man
on
aEmucflw

9..
Hm.
,
529
gcabenz,
w_ LmEmmmamE

35$ 33:
m. .8 56me

$585 mmEowu

E 200s
mcmu E93358 $9838.. 60:25me

a.
,

mmu
$8ch Ema
A mma
mag
u mmtczb n52 nmm.
.30me

0:006 :0: 9..


969383
96 EmEQEU
95
35 tmg
“my Ewaa
22m:
363ch
5
m_ 3:55 :3
96 m
mEEo:
E938

,
_

mu in .mmEaEfi
mam ,mmEaEfi

m. mmu

3
mmtcsb
68m;

is 5.8 mg
ucmEm

.6265
, A E963
059.
w Ema
EmcmSom
:0; 3me flooo

,
.mflmeocca
EmEEwccwamuE m @580:
9690. coEtmam:

.AwaE
5°:qu 95 95:83 @30th
mu
amawram m3 5528
_
mficotm m. cm $.65
E95358

Nr mo
ӣ02 mu
wch mu mbm 22306 m2
,
an :99

6
mmmzmm:

Eom
_
.mmEmocoo

memmoquo
.935 ouofimE
.xamoEE

son
3
H .95E mace
EmEQEmch
958 :02:ch

.mBEmmcmdg
m8
__ ,Eam Ema

6
_
329E:
,_ Amvmtflocwcmn m.__m_mm 655.2%
9562 cm 95b
cm 93mg
wmu

m.
E:
9253..
E22

wmwcmw
32.9
H
H
98¢
3:: Sou 3 5
.AmEEombcoo

mg
mmmn
9.2.
mcmu 2:99


scammcmquo
8:055.
am EmEoE

Emzzm
A39 9:8
m5; 9920
await/Each.
m_
Son
mu
m2 5m
95 mu E8
9:532
cozom; 5:33:00
mu m._
mw—mflzoh.

gcgénz
_

_
6 5:25me

260
maflm
6 23
m Sc
mm=E9 mmmmzaz

couwszEfimum

$5.09
90:8 208
33. $5998
was x95?
_ €52 m_ 9930
who .m:_uc_ cozomL mwhflocmcc

8..
.EmEmocmccéo

$9569,
mu .m 93
, 95.35
m 9:88
Ema
:0 mmuo£mE

£00 wma
E9_ou
wEoo
96 9628
Sou
96
m Eom
E928
m2 9:99:80
9U m2
998. mmmmzmmuzn mmamoom

E938
mmn
.N
9:589 223.58,:
mfimoa 9562 m: Em___m>m:
E9>mu
await/Each.

E9
929:
man .mflamuom
Mm
a:
968
.mccmEm
wmxfl
H
mm: Hm cm
93 mcmcmm
am
9m 328
_
ton
m. 693 mmu
92 25:8
mm.
_
ESSEEEUN; too mma ficcowfia 355 we:
Emu
mmchmE
mu
5
mmflamcom

mcmu
“manna
m.
m
m
hz<HzOs=v

mwmm>o>
Eom 9092
mm 95 .EmEmzaE:

.
m2 an Eom
mcmc
.amw
2.3335...

m._ 955058 mc EmEmoSo

::o:unn_
Sm mu 96 $.06ch

EmEcu
m_
«mu m9
Wang wmtflwm
:0
93 wwxfl mEcmn
962:8
x2806
.3558
958
Son 289 E938
£50 on
0—. m_ mam mmv 68m

:u m9
mm; m
EmEEmmEzm
cm 20>th
N00 .co_«moo_
Ema
60:02 9:ng
5m
E9_ou
23m: .633

2
«ow—Em: 2559:
302862
mm_E EmccoE
mu u_v_\m_oE\_o>
.9565ch
3333:8me
$53005 .5630?

m
8:29.38
mu

@30th
mmxfi

mbm Em
ummtoqaam
cm
wag :u
H: m_ :66 mco_mm_Em
mSoo
$3
m2 v Eam
mmu 22:88.5 mm.
.8 «m

r
gov _m_>
mg
:99 mm:
mama
cozom.
an 9020

88::<
co SEE E99
m2
‘monmm
m6
mma mco_SnEcoo
fixaom :3
so
6 6m
98 29:98
_w
mmn
9ng so
mmtmummuan
0:8 m am
Ema
BEE: #55223
50a motommfio

- 98 25:5

ca @6th
mEmfi on 63m;
53 m:
80
509
6 «comamw
mmflwm
wflwano
mmm; cm 526539“...
:0 68
95:52 950
:55
cozmmcmano

Emma
:o_gmo_c:EEoo
m4 muqoo m9
mam: +009v
.529
mmumoa 99833
Ema mma mice 9692 9.092 9c
$5305.. mam
92 :c mu
mzmo
m.
:<
L935
on ES
mama
mg “my:
ac m_ mEoo EmEmo—Bo
Sn
mmu
96 96
GEES—Km
.ammsccgm

gov
w mu 33:30:93

Swamp:
Cm
038 95 5m 5min
38
9mg
on
anew
m2
mm: mxmccmv 58

o:
cerebmmu
cofimw
Eczema.“

2 m_ wfl..>_~ow
EQEQ

.3an
EQEQ
9303 cm
was
m>=mo=nxm

3%
9850 $959 368
«mun-3m 6365 wa___....m>

o: Eva;
Nmzmcumfi.

$3665
m:
w.
Nmmfimi

3..
<
8..
EwEwOCmé

< m
m._m_o¢mcmn

3.50

3 <.m
Sow meEEG
. m3 ogmwmoa
gab—5U
m;
.58 302
._‘ .3
e .9 .5 "m2

v
, ‘ wma NF .mF
‘N m .m .w N. .m Hm
web mg .328 .82
m9
mac 82
28 m.»
3523 Sm
328 m2
2902 - .m
mmwmn
20.252:

22 SEES
v.38 3.28:2 20.208.

$2232, MSW.

W
won 20.28233 .5
2m
3 m3m22mEmb

2m2>m2
- m
no $0288.22

@9228 mmmgqgw
$2.822

02: £82
2033552.

202mE2m£

$28 822.2
2226a 328 mEEoo

@2023

ESEoEmn
8293? at
mmwccm

m2: 2022.20me

mo.
$923 2mm.

amaze...
an
.xm 3
3:5».623
m2m2
5%
382

20.282

$223222

@2320
3762

096 «20.2022

m2
men
2&2
£33m?

$23222

22$

20:82:20
2m xzm

.3200
:98
20.22.20me

32
$2253

02:

$3882

xzw
223$

3
m2

6
m_m_oom w_m_oom

92:03 9230mm

szmzco

my an
22:0 xflxgu

wmmfizo 8920 229652229236

Eozom;
95
cone: €283
_wmchmE m
msoo mm: m2 m 28:5 .mmmtsmzo\m:o_20®_m

m uXu22<

2.
wmocmLmEooRngEmm

flomtw

Boa
325.2228 mu
2829: Emaog
flomtm

:82 32.22225
352;?
3925 SaafigzmbflEEum
622093 mmmm>o>\mco_mm_E

0:262:25

852252
9:5 $35
E22853
35:250.,
£355:
622863 mu So
OJUEr—omw

.6
6:8qu V382 E02
xzm 3233
moEmEsc
.3: xzmcoszQE
_m:9mE\wmmcova

x3825 -
mmm;

~32QEQS=UM

3
mwouaommwm mmEQEm>
wEmEoEV 929295
20:82 .2230
Son 62%;.
39:9.
£28 Coflomav
:mem
.mm: 322%
59:23; 8.2a on
_mccow._®& .mccoflwn.
£28.2th. .30. 658 _3o_om\_2m_

mEmEmomamo
so
$5
mmBmEEomcoo
828223..
9223
£28
:5
<
856
wcozmflfizm

EmanEUm
w
mauSOmmwm
wmmm>o> £220.32
99:me 92.2mm
m0m§o>
22.522
wmomi
mm::<
20:83
mQS< _ o:

re
N.
Hmzo<
33:5 500 om
En. 238-95% 58.38 283.35% 238.925
mob-.32

r94. mm. _‘.m.P Na; Mame

9826

2‘
6
“2:3. 5:50
.N . we me 6N
F
.NN
.n fm mm 0m v.m Wm «.2 Ne. m‘v v.2
.N .2 .m Tm
mam
000 000 00000 000
000
000 000
000
008000 000 0..
000000 00 00=0>000

00000 - N 000.000,?

00000
0000000.:

00 0000000
000000
00000 00.00000
X00

N00000> 000
00 0
00009.

0
000 .00 00 00000000000

0
000000003

- 00060000
000000
mam. EE0>0_0_0

00 0000000000
"00000

.00E000 000.000.00.00

000.0000

000 00000
00002500..
0

0000000000
0000000

00000 0000.0 oooomuoooob

000200
0.00000 00000 0000000

0000:0000

000.000

000
or

000

00 00 00
,0
000000000
0000§000

000009000
0000:.
00000000
0000000
00
wwwccm 000000000

000.90

000 0000
000 000000000 00000000000
00000

000000 00
mg
00
0000000000000

00000 2005 000000


000 00000500

c0000w

000
00
0
000000000

wmuDOF
00
.0 000 00 000000000000
.00 0090000000

00030000:
0000
00 M0: 00 00000000000000

00$ M00030

00000 00 00>0 000 000 0000000000

00 00 .0 30020.0

00
00000
00.00000 0000 0000
00000
0000000000 000.0000
000
000000
000000
00030000
0000000 .0 00.0.00

000
0300000000000

0000 002080
M00002
00 0000000000

00
0000200000000 00.00.0000

000000000
00.000000

000
000 000000 00
00200
._
0000000000

00000000
00.0
00000000

000000
000000
.. 0 000
000 0
000 00000000000000

0000
0. .0 000.00%

0 000.0000 00000.0
0000.
00:00:00.0
00 00 00 0000000000000

000.0000
0000000000000

000000 00000000000000

00000000000 0000000000
0000000000000 00000500
00:20;
00000
000000000

M00002
000
0000 000000000000

000000000
00000000
00 00000. 020000

00
00000000000

0
000000
0283 0000000000.

000 00 00 000 00
3000200

00 00
0000 00005000
000.3000
00000 000 000000 00000
0000

000
00_ 000.600
000N000
0000
00000

00
000000000

000000
00000000
000
0_
000.0000
00
000308.60 0205 2005 00000000000

x00 M00030
000 000 000 000
0.000000
000000000 000 000000000 000000000

00000000
000.0000 000008

S 0.0 .38
00040 0000
000
00 00 000
00
0.0.0 30 «>0 000
00

wOCJEEOU

0000

w®=w>noc

£50

0000000

XJN
30
802....

m
0500
000003
ESE

on
wmwuomtm

00 000.5000
00000000

00003
0000000 000_00_E00000000000000

000
:0
.0300 “CwEmmm3w®>CrU

0000000005
00___n_0_>
20.0

000000000

000000000

8002900

00 0000<

328020

00000000>E00< 000

a
508000210
00000000...
000000.00 WCOENHOO

08305
.0002“.
0300 0500
0008.025
wwhu=< SN 0:

.w.m 00:0: 0:80


mm mum v.0 mew 9m Nm .00
.@
NP

000 mm\ .0300 mob


mm:
0:0 mob
Sm $08..

005300
Sm ms
3&8 00 «am

N
maeogzoo

>80: -

0003 xsm
cottmEt 330006

30 90:2: mam
3000 00.2030 5:000
xzm
80.30.?
~0S$> ohm
m
E
Pass
:0 00:00th00
not 02.000203 .5.
um§0b
- m 9065:: 00:25:00
ooodwmdm

:0 08309.6 on“
00.0200 0005300
02200.0

m
8:32:28
0:: $09
20:00:30....
850

mmv
00:06:30“ mcmzzow

8
0600 00:0:
ESE 0300 05:60
EEm>m_m.m
02030

86::
.va
00..

m_
:0
00:99.? on 00300000
E050 we :0
EEEoEmb
m_.mE
:0,
€050: 00 Sum
«00:00 $3020
Sumo 00
«m 80
EmEoSbQ

0:: :2an0800
658:
mm m_ mam:

3.
$800
mmficsEEoo

00.095
SQ
mmczEEoo

50
303026250

:3
mcmn

.08 S mmczEEoo wm>zmh££€00

:0 0:00