Vous êtes sur la page 1sur 28

L’installation

électrique de votre
habitat

Edition 2019-2020

Réalisé par electricite-online.fr


Mentions Légales
Tout le contenu de cet ouvrage de cet ouvrage appartient exclusivement
au site internet https://www.electricite-online.fr
La modification et la reproduction de ce guide ne sont pas autorisées sans
l'accord préalable du webmaster du site.
Cet ouvrage est distribué à titre privé. Aucun des schémas électriques,
formules et extraits ne seront publiés sur internet ou sur tout autre
support sans l'accord préalable du webmaster.
Tout au long de ce guide, j’aborde plusieurs aspects de l’électricité dans
l’habitat mais la plus importante des règles dans l’électricité est le danger
et les précautions à prendre.
Le lecteur doit cependant vérifier les normes en vigueur, suivre les
instructions du fabricant et observer les consignes de sécurité lors des
travaux électriques.
Le webmaster du site www.electricite-online.fr décline toute responsabilité
quant à un mauvais branchement ou un accident électrique.

Réalisé par electricite-online.fr


Table des matières
A qui s’adresse ce guide ? ............................................................................................................. 4
Introduction ........................................................................................................................................ 5
Généralités et notions de base .................................................................................................... 6
a) Le courant / l’intensité .................................................................................................... 6
b) La tension ............................................................................................................................ 6
c) La résistance........................................................................................................................... 7
d) La loi d’Ohm ........................................................................................................................ 7
e) Effets sur le corps humain............................................................................................. 8
Vue d’ensemble de l’installation électrique ............................................................................ 9
Le Raccordement au réseau électrique .................................................................................. 10
La mise à la terre............................................................................................................................ 12
Les normes ........................................................................................................................................ 12
La GTL et ETEL................................................................................................................................. 13
Les circuits d’éclairage : DCL, spots, applique .................................................................... 14
Les circuits de prises ..................................................................................................................... 16
La cuisine ........................................................................................................................................... 17
La salle de bain ................................................................................................................................ 19
L’appareillage et le matériel électrique .................................................................................. 20
Le tableau électrique ..................................................................................................................... 21
Le disjoncteur................................................................................................................................... 25
L’interrupteur différentiel............................................................................................................. 25
Les modules de commandes ...................................................................................................... 26
Le CONSUEL...................................................................................................................................... 27
Le mot de la fin ............................................................................................................................... 28

Réalisé par electricite-online.fr


A qui s’adresse ce guide ?

Cet ebook est destiné à toute personne intéressée par l’électricité du


bâtiment :
• Les bricoleurs avisés qui envisagent d’entreprendre une installation
ou une rénovation complète de leur électricité.
• Les personnes qui construisent leur maison en mode auto-
construction.
• Les personnes qui ont de bonnes notions et qui souhaitent parfaire
leur niveau.
• Les personnes qui envisagent de se lancer dans le métier d’artisan
électricien.
• Les artisans d’autres corps de métier qui souhaitent diversifier leur
activité.
Néanmoins, ce guide ne remplacera jamais une formation qualifiante.

Réalisé par electricite-online.fr


Introduction
Avant d’entreprendre des travaux ou un projet en électricité, il est
impératif de connaître le sujet.
Je ne le répéterais jamais assez : L’ELECTRICITE EST MORTEL !
Le principal intérêt de cet ouvrage est de vous présenter une vue
d’ensemble d’une installation électrique sécurisée.
Toutes les règles imposées par les normes et les appareils à placer dans
une installation ont pour seul but de sécuriser votre vie et celles de votre
entourage.
« Un bon électricien est un électricien qui ne prend jamais de risque ».
Par exemple, beaucoup de « bricoleurs du dimanche » auraient tendance
à revisser un fil dans un domino ou un interrupteur sans couper le
courant. NON, il est impératif de sécuriser votre environnement de travail
avant d’entreprendre n’importe quelle action sur un élément de votre
installation.

Réalisé par electricite-online.fr


Généralités et notions de base
Les trois notions qui caractérisent l’électricité en générale sont le
COURANT, la TENSION et la RESISTANCE.

a) Le courant / l’intensité
Un peu de théorie issue de Wikipédia :
« Un courant électrique est un mouvement d'ensemble de porteurs
de charges électriques, généralement des électrons, au sein d'un matériau
conducteur. Ces déplacements sont imposés par l'action de la force
électromagnétique, dont l'interaction avec la matière est le fondement de
l'électricité. »
Dit comme ça, ce n’est pas forcément évident à comprendre…
Une analogie intéressante pour comprendre de façon simple les notions
d'intensité du courant et de différence de potentiel peut être faite avec
l'écoulement d'un fleuve. Celui-ci s'écoule d'amont vers aval avec une
quantité d'eau bien définie et un dénivelé variable en fonction du terrain.
Supposons que ce fleuve ait une largeur fixe de 20 mètres, une
profondeur fixe de 3 mètres et que l'eau soit au plus haut niveau, la
quantité d'eau à un instant donné et dans une longueur du fleuve donnée
est quantifiable (1 mètre linéaire de fleuve contient 60 m3 d'eau). La
quantité d'eau est l'analogue de la quantité de charge électrique.
Le dénivelé, différence d'altitude entre le point haut et le point bas du
fleuve, peut être assimilé à la différence de potentiel (ou tension),
le débit du fleuve à l'intensité du courant et la taille du fleuve à la
section d'un câble électrique. De la même façon que c'est le dénivelé
qui met l'eau en mouvement, c'est la différence de potentiel qui met les
électrons en mouvement.
En résumé, l'intensité (dont l’unité est l’ampère) est analogue au débit du
fleuve (m3/s)

b) La tension
Concernant la tension électrique :
« La tension électrique est la circulation du champ électrique le long
d'un circuit électrique mesurée en volts par un voltmètre. Elle est
notée U aux bornes d'un dipôle ».
En reprenant l’analogie du fleuve, la tension pourrait être comparée à la
différence de hauteur entre le point haut du fleuve et le point bas du
fleuve. Plus la pente (différence de hauteur entre le point haut et le point
bas) est importante et plus la force d’écoulement de l’eau sera élevée.

Réalisé par electricite-online.fr


En électricité, on parle de différence de potentiel !
En résumé, la tension, exprimée en volt, est la différence de potentiel et
l’intensité, exprimée en ampère, est la quantité d’énergie déplacée.
Pour une habitation, et sauf en cas de besoins très spécifiques, le courant
fonctionne en monophasé, c’est à dire qu’il n’y a qu’un seul conducteur de
phase, contrairement au triphasé où il y en a trois. La phase est le câble
électrique qui va permettre d’apporter la tension nécessaire pour faire
fonctionner un appareil.
Concrètement, la tension est la différence de potentiel entre 2 points.
Grossièrement, la différence de potentiel entre le fil de phase et le fil de
neutre avoisine les 220 Volts.

c) La résistance
Pour continuer sur notre analogie avec le fleuve, la résistance pourrait
être comparée aux rochers et au virage du fleuve. Plus il y a de virages et
de rochers, plus l’eau aura du mal à passer.
En admettant une différence de hauteur entre le point haut et le point bas
du fleuve d’une valeur de 50 mètres, s’il y a peu de résistance, le débit
sera important. S’il y a de nombreux rochers, alors le débit sera réduit.
Par conséquent, plus il y aura d’obstacles, plus il faudra d’énergie pour
déplacer l’eau.
La résistance électrique est exprimée en Ohms.

d) La loi d’Ohm
Les 3 notions sont liées : la tension, la courant et la résistance.
Les électrons sont poussés par la tension (U) dans un matériau qui
s’oppose par sa résistance(R) au passage du courant(I).

C’est la loi d’Ohm : U = R x I

La tension aux bornes d’un « appareil » est égale la résistance multipliée


par l’intensité du courant.

Réalisé par electricite-online.fr


e) Effets sur le corps humain
Voici les valeurs du courant avec leurs effets :

Intensité en mA (milliampère) Effets sur le corps humain


Entre 0 et 0.5mA Aucune sensation
Entre 0.5mA et 10mA Picotements
Entre 10mA et 30mA Tétanisation musculaire. Par
exemple, la main peur se crisper et
s’accrocher très fermement à une
pièce sous tension ou s’ouvrir
brusquement.
Entrer 30mA et 75mA Paralysie respiratoire.
Au-delà de 75 mA Fibrillation cardiaque. Brûlures. Le
cœur cesse de fonctionner.

Au-delà de 30mA, le courant électrique est mortel dans la plupart


des cas !
De manière général, le seuil de dangerosité du courant alternatif
est fixé à 25mA.
Le corps humain a en moyenne une résistance estimée entre 1000 et
2000 Ohms.
En admettant l’intensité du courant à 25mA soit 0.025A
La loi d’Ohms : U = R x I = 2000 x 0.025 = 50V
Voici donc la tension limite à ne pas dépasser : 50 volts !

Réalisé par electricite-online.fr


Vue d’ensemble de l’installation
électrique

Réalisé par electricite-online.fr


Le Raccordement au réseau électrique

Réseau Public régie par la norme NFC 14-100 : Toute cette partie
est inaccessible !
Le distributeur d’énergie fournit un compteur et un disjoncteur de
branchement 500mA.
Le disjoncteur de branchement est l’organe de coupure principal du
logement.
Tous les accès sont protégés par des « plombs » qui garantissent que
personne d’étranger au réseau n’a touché au compteur électrique ni au
réglage du disjoncteur d’abonné. Si vous demandez à modifier la
puissance de votre installation, un technicien se déplace pour régler le
calibre : 3kW, 6kW, 9kW, 12 kW.
Depuis la mise en service des compteurs LINKY, le déplacement du
technicien n’est plus nécessaire et ce genre d’action peut être réalisé à
distance.

Réalisé par electricite-online.fr


Réseau Privé régie par la norme NFC 15-100

Pour simplifier cet ouvrage, nous n’aborderons ici que les installations
monophasées, composées d’une phase et d’un neutre. Nous n’aborderons
pas les installations triphasées.
Deux fils sortent du disjoncteur d’abonné pour alimenter le tableau
électrique. La section de ces 2 fils dépend de la puissance de votre
installation ainsi que de la distance entre le disjoncteur d’abonné et le
tableau électrique.
La couleur des fils est bleue pour le Neutre et Noir, Rouge ou Marron pour
la Phase.
Entre ces 2 fils, la tension est de 220 Volts.
Sur la photo ci-dessous, on peut voir le compteur à gauche et le
disjoncteur abonné de coupure générale à droite. Les 2 câbles (rouge et
bleu) alimentent le tableau électrique :

Réalisé par electricite-online.fr


La mise à la terre

C’est l’un des éléments les plus importants de votre installation ! Sans une
mise à la terre, votre installation ne sera pas sécurisée !
La norme électrique NF C 15-100 précise que la mise à la terre de toute
installation est OBLIGATOIRE !
La mise à la terre se fait concrètement soit par un piquet de longueur
entre 1m et 2m enfoncé dans la terre, soit par une tresse métallique
enfouille dans les fondations de l’habitation.
Elle permet d’évacuer les fuites de courant vers la terre !
Associé à un dispositif différentiel, la mise à la terre permet le
déclenchement de ce dispositif et coupera automatiquement l’alimentation
électrique des circuits, ceci afin de protéger les personnes des
électrisations éventuelles.

Les normes

La norme NF C 15-100 fixe les règles des installations électriques dans les
locaux d'habitation.
Pour rappel, l’amendement 5 avait apporté en novembre 2015 les
modifications nécessaires pour s’adapter aux réalités du logement
d’aujourd’hui.
Depuis, la réglementation a évolué : deux arrêtés du 3 août 2016 sont
entrés en vigueur et sont applicables depuis le 1er septembre 2016. Ils
portent sur la sécurité des installations électriques et les réseaux de
communication des logements.
Voici quelques points du dernier amendement 5 de la norme NF C 15-
100 :
• Les fixations à griffe sont interdites pour tous les appareillages.
• Nouvelle limitation du nombre maximal de socles de prise de
courant par circuit.
• Quantitatif de socles de prises par pièce selon la surface.
• Introduction de la notion d’ETEL (Espace technique électrique du
logement).
• Le nombre maximum de circuits autorisé par DDR est de 8.
• Assouplissement des règles de raccordement terminal des points
d’éclairage.

Réalisé par electricite-online.fr


• Contenu du tableau de communication.
• Volume des salles de bain.

La norme NF C 14-100 est la norme qui est réservée au distributeur


d’énergie (Par exemple ENEDIS, anciennement ERDF). De la même façon
que la norme NF C 15-100 donne les préconisations à respecter dans
l’installation électrique domestique, la norme NFC 14-100 définit les règles
d’installation des réseaux publics.

La GTL et ETEL

L’ETEL définit un volume du sol au plafond strictement


réservé aux seuls équipements de puissance, de gestion,
de communication et de commande, ainsi que tous les
départs et arrivées des circuits de puissance et des
réseaux de communication.
Ce volume est destiné à contenir la GTL. Les dimensions
minimales de l’ETEL sont de 600 mm de large par 250 mm
de profondeur.
Il est possible que la largeur de l’ETEL soit égale à la
largeur de la GTL augmentée de 100 mm.
La GTL est une goulotte technique de logement qui accueille le tableau
électrique, les interrupteurs différentiel, les disjoncteurs, les modules de
commande (type télérupteur), le coffret de communication.

Réalisé par electricite-online.fr


Les circuits d’éclairage : DCL, spots, applique

La norme NF C 15-100 impose un maximum de 8 points d’éclairage


maximum par circuit, câblé en section 1.5mm² et protégé par un
disjoncteur de 16A maximum. Le disjoncteur 10A est en général utilisé
pour les circuits d’éclairage.
Un point d’éclairage peut-être un DCL (Dispositif de Connexion pour
Luminaire) par exemple :

Les DCL sont disponibles pour les poses en plafond ou en applique, et


pour différents types de matériaux.
Les spots LED sont de plus en plus choisi lors d’une construction ou d’une
rénovation. La puissance d’un spot LED est d’en moyenne 5 Watts. Or
avec 8 points d’éclairage à 5 Watts, soit 40 Watts, on est bien loin des
limites de puissance d’un disjoncteur de 10A (220Volts x 10A = 2200
Watts).
Voici un extrait de la norme NF C 15-100, à propos des spots :
“Dans le cas de spots ou de bandeaux lumineux, on compte un point
d’éclairage par tranche de 300vA dans la même pièce” – partie
“771.314.2.3 Eclairage“.
300VA ???
Le VA (Volt-Ampère) est « équivalent » au Watt. Donc on peut lire dans la
norme qu’on peut aller jusqu’à 300 Watts par circuit, dans le cas des
spots.
Si vous n’avez que des spots de 5W, sur un circuit protégé par un
disjoncteur de 10A, on peut câbler :
300 / 5 = 60 spots !!!
Si j’utilise un disjoncteur de 16A, je pourrais en théorie câbler tous les
éclairages de mon habitation sur un seul circuit unique…
Mais la norme NF C 15-100 impose une notion très importante : la
sélectivité !

Réalisé par electricite-online.fr


La sélectivité consiste à coordonner les différents éléments du tableau
électrique de manière à ce qu’une disjonction ne mette pas en “péril” le
fonctionnement de l’installation électrique entière.
En appliquant cela à notre histoire de circuit lumineux, il ne faut pas
mettre tous les points lumineux sur un même circuit d’éclairage pour,
qu’en cas de problème sur un point lumineux, toute l’habitation se
retrouve dans le noir.
En pratique, une sur habitation standard d’environ 90 m², voici ce que je
recommande personnellement, ce n’est que mon avis selon mon
expérience :
Je mets l’éclairage du salon, de la salle à manger, des WC sur un circuit
protégé par un disjoncteur de 10A.
Je place l’éclairage des chambres et de la salle de bain sur un circuit
protégé par un disjoncteur de 10A.
Enfin, je câble les couloirs, les escaliers et les extérieurs sur un dernier
circuit protégé par un disjoncteur de 10A.
Cela me fait 3 circuits de 10A !
Et je m’arrange pour ne pas disposer les 3 disjoncteurs de 10A sur la
même rangée de mon tableau électrique.
Ainsi, si j’ai un problème électrique et qu’un disjoncteur saute ou qu’une
rangée de disjoncteur saute, j’ai toujours au moins une zone éclairée dans
l’habitation : soit les chambres, soit les « communs » (couloir, escalier),
soit la zone de vie cuisine/salon. De cette façon, je respecte la notion de
sélectivité et de sécurité d’éclairage de mon habitation.
Un petit mot sur les interrupteurs et les commandes des éclairages ; la
norme indique une hauteur des commandes comprises entre 0.90m et
1.30m !

Réalisé par electricite-online.fr


Les circuits de prises

Nous considérons comme prise confort, toute prise autre que les prises
spécialisées.
Un circuit spécialisé est un câble qui va directement du tableau électrique
à une prise dédiée à un seul appareil.
Voici les prises spécialisées :
• Plaque de cuisson
• VMC
• Lave-linge
• Sèche-linge
• Lave-vaisselle
• Chauffe-eau
• Congélateur
• Appareil de chauffage en salle de bain
• Chaudière et ses auxiliaires
• Climatisation
• Autres fonctions d’automatismes, alarme, contrôle du bâtiment
• Piscine
Donc, pour le lave-linge entre autres, je dois tirer une gaine qui va du
tableau électrique à ma prise lave-linge, sans faire de pont.
Les prises de la cuisine sont considérées aussi à part selon la norme (voir
chapitre suivant).
La norme impose un minimum de 3 prises réparties pour les chambres.
Pour le séjour inférieur à 28m², il faut 1 prise par tranche de 4m² avec un
minimum de 5 prises réparties.
On peut câbler au maximum 8 prises par circuit de prises non spécialisées
en utilisant des fils d’une section de 1.5mm² et sur un disjoncteur de 16A.
On peut aussi câbler jusqu’à 12 prises sur un disjoncteur de 20A avec des
fils de 2.5mm².
Cependant, pour des raisons de confort, personnellement, je ne mets
jamais plus de 8 prises par circuit. La première raison est qu’en cas de
problème sur mon disjoncteur, j’impacte 12 prises d’un coup. S’il ne s’agit
que des prises des chambres, ce n’est pas très grave en soi. Mais si vous
câblez les prises du séjour avec celles des chambres, ça peut devenir
gênant.
La deuxième raison est plus technique. Il est plus facile de câbler et
manipuler des fils de section 1.5mm² que des fils de 2.5mm². Surtout si

Réalisé par electricite-online.fr


on a une cinquantaine de prises à faire. Les fils de section 1.5mm² sont
plus souples et l’insertion des prises dans les boîtes d’encastrement se fait
plus facilement.
Cela n’influe en rien sur la sécurité de l’habitat et on respecte quand
même la norme en câblant 12 prises sur le même circuit, mais c’est ce
que je recommande.
Concernant la hauteur des prises, voici ce que dit la norme :
“l’axe des socles 16A et 20A doit être installé à une hauteur égale au
moins à 5cm au-dessus du sol fini“.
“La hauteur minimale pour les socles 32A est portée à 12cm”.
Autrement dit, on pourrait placer l’axe de la prise à 5cms du sol, mais
pour des raisons de confort, personnellement, je place l’axe des prises
25cms du sol fini.
Il est important de tenir compte de la notion de sol fini. En général, en
construction ou en rénovation, on fait les trous des prises et interrupteurs
bien avant la mise en place des finitions du sol. Personnellement, je
majore toujours à 2cms en plus. Ce qui correspond à l’épaisseur du
carrelage avec la colle ou du parquet avec l’isolant. Donc je fais mes trous
de scie-cloche à 27cms du sol non fini.
Pour les personnes âgées, il peut être confortable d’avoir des prises à
1.20m du sol.

La cuisine

La norme NF C 15-100 dit ceci à propos de la cuisine :

• Un point d’éclairage au minimum au plafond.


• 6 prises de courant, dont 4 sur le plan de travail
• Une prise de communication (RJ45)
• 1 circuit spécialisé 32A
• 1 circuit spécialisé par gros appareil ménager

Même si vous comptez utiliser une plaque de cuisson au gaz, il faut


prévoir une prise 32A sur laquelle on pourra brancher une plaque de
cuisson électrique d’une puissance maximum de 7250W. Ce circuit sera
câblé avec des fils de section 6mm².

Réalisé par electricite-online.fr


Les gros appareils électro-ménagers sont en théorie des circuits
spécialisés : le four, le lave-linge, le lave-vaisselle, le congélateur…etc

Bizarrement, la norme ne prévoit rien pour le réfrigérateur.


Personnellement, je recommande un circuit dédié pour le réfrigérateur. En
cas de panne, de maintenance, de départ en vacances, sur plusieurs
situations, il sera préférable de pouvoir isoler la prise du réfrigérateur.

Concernant la prise RJ45, personnellement, je n’en mets jamais dans la


cuisine, sauf demande des clients. Les inspecteurs du CONSUEL ne m’ont
jamais fait de remarque à ce sujet. Mais, pour être en règle, il vaut mieux
prévoir cette prise, ou au moins l’arrivée d’une gaine vide depuis le
tableau vers la cuisine.

Pour les prises du plan de travail, il faut prévoir 4 prises au niveau de la


crédence, avec 2 prises supplémentaires dans la cuisine hors plan de
travail. Toutes ces prises seront pontées entre elles.

Attention, il faut que ce circuit de prises soit câblé en section 2.5mm² !

Personnellement, je place ces prises à 20cms au-dessus du plan de


travail.

Pour la hotte, il faut placer la prise à 1.80m du sol minimum.

Réalisé par electricite-online.fr


La salle de bain

Il s’agit de la pièce la plus « compliquée » car la plus restrictive. La norme


NF C 15-100 fonctionne avec des volumes :

• Le Volume 0 qui représente la zone directe de réception de l’eau


(que ce soit pour une douche ou une baignoire).
• Volume 1 qui correspond à la zone de projection d’eau sur une
hauteur de 2,25m au-dessus du volume 0. Il faut compter 1.20m à
partir du point d’eau.
• Volume 2 autour du volume 1 à une distance de 60cm.

Réalisé par electricite-online.fr


Dans le volume 0, aucun appareil électrique ne peut être installé.
Dans le volume 1, il est possible d’installer uniquement des dispositifs
avec un degré de protection IPX5 alimenté en 12V (Très basse tension de
sécurité).
Dans le volume 2, il est permis d’installer du matériel avec protection
IPX5, avec un peu plus de “souplesse”.
Au-delà du volume 2, nous sommes hors-volume, et peut installer toute
prise ou appareil électrique.
Attention à certaines particularités, notamment les prises à proximité des
robinets de lavabo.
Aussi, il est impératif de relier toute partie métallique à la terre, par
exemple les pieds de baignoire.

L’appareillage et le matériel électrique

Vous pouvez trouver des prises électriques à tous les prix sur le marché.
Attention à bien choisir une prise aux normes avec présence d’une borne
terre, sans griffe, et répondant aux normes NF C 15-100.
Attention aussi aux arnaques sur internet avec des prises ou interrupteurs
beaucoup moins cher que les prix du marché.
Les 3 grandes marques qui se détachent sont LEGRAND, SCHNEIDER et
HAGER. D’autres marques sont aussi très bien mais ces 3 fabricants sont
des références historiques.
Personnellement, je ne travail qu’avec la marque LEGRAND. Pour avoir
installer du matériel SCHNEIDER et HAGER, je peux assurer que c’est du
bon matériel, mais je suis plus à l’aise et j’ai plus l’habitude avec
LEGRAND.
Aussi, je recommande de choisir du matériel avec des connecteurs
automatiques, qu’il s’agisse de prises, d’interrupteurs ou de disjoncteur.
La première raison est la facilité et la rapidité d’installation ; il suffit de
dénuder le fil et de l’enfoncer dans l’emplacement de l’appareil. Pas besoin
de tournevis. La seconde raison est la maintenance : le courant électrique
provoque des mini-vibrations qui peuvent engendrer le desserrage des
prises ou disjoncteurs dans le temps. Le fils se retrouve dans
l’emplacement mais desserré. Des arcs électriques se créent et peuvent
provoquer des départs d’incendie.

Réalisé par electricite-online.fr


Je vous recommande vivement de consulter un électricien pour assurer la
maintenance et l’audit de votre installation. Le resserrage de bornes peut
vous éviter bien des problèmes et accidents électriques !
L’écart de prix entre des appareils à connexion automatique et ceux à vis
est de plus en plus mince. Aussi, de nos jours, la plupart des prises et
interrupteurs vendus sont à connexions automatiques.

Le tableau électrique

C’est le cœur de l’installation électrique !


Il est placé sur la GTL, la gaine technique de logement. La GTL est situé
dans l’ETEL :
“…L’ESPACE TECHNIQUE ELECTRIQUE DU LOGEMENT (ETEL) est un
emplacement du logement dédié́ à l’alimentation électrique, la protection
électrique et le contrôle commande...”

(Photo issue du site www.installation-renovation-electrique.com)

C’est du tableau électrique que partent toutes les gaines et les fils de
l’installation électrique.
Chaque gaine d’alimentation des circuits contient normalement 3 fils :
• Un fil rouge/marron/noir pour la phase

Réalisé par electricite-online.fr


• Un fil bleu pour le neutre
• Un fil vert et jaune pour la terre

La section des fils diffère en fonction de l’ampérage du disjoncteur


branché et de la puissance requise par le circuit.
Par exemple, un circuit lumière sera câblé en section 1.5mm² et branché
sur un disjoncteur 10A. un circuit prise « confort » sera câblé en section
1.5mm² si moins de 8 prises ou en section 2.5mm² pour aller jusqu’à 12
prises. Ce circuit sera branché sur un disjoncteur 16A. Enfin, le lave-linge
sera câblé en section 2.5mm² sur un disjoncteur de 20A.
Il est possible que des gaines de commande soient
directement câblées au tableau électrique, c’est le cas
des boutons poussoirs par exemple. Dans ce cas
précis, la gaine contient 2 fils qui ne seront ni bleu, ni
vert/jaune.

Réalisé par electricite-online.fr


Voici un exemple de tableau électrique :

Réalisé par electricite-online.fr


Réalisé par electricite-online.fr
Le disjoncteur

C’est sur le disjoncteur que sont branchés les


fils des circuits. Le fil bleu sera branché sur la
borne bleu du disjoncteur, à gauche, pour le
Neutre.
Le fil rouge sera branché à droite du
disjoncteur, pour la Phase.
C’est ainsi qu’on obtient du 220 Volts entre les
fils d’une prise par exemple.
Le rôle du disjoncteur est de protéger les
appareils contre les surcharges et contre les courts-circuits. Le rôle
principal du disjoncteur est donc de protéger les biens !

L’interrupteur différentiel

L’interrupteur différentiel est quant à lui


branché en amont d’une rangée de disjoncteur.
L’arrivée provient du disjoncteur abonné et la
sortie alimente tous les disjoncteurs d’une
rangée.
C’est l’élément qui permet de protéger les
personnes contre les fuites de courant. A
condition que la mise à la terre soit bien
réalisée.

Réalisé par electricite-online.fr


La liaison entre l’interrupteur différentiel et les disjoncteurs se fait
physiquement par des peignes horizontaux :

Les modules de commandes

Sur le tableau électrique, on peut retrouver d’autres modules :


Le télérupteur est indispensable pour branchés des points lumineux
commandés par 3 commandes ou plus. Ces commandes seront des
boutons poussoirs. Dans le cas, d’un allumage simple ou d’un va-et-vient,
il n’est pas nécessaire d’avoir un télérupteur même si techniquement cela
pourrait fonctionner.
Le contacteur sert lui à déclencher l’alimentation d’un appareil sous
condition. Il est utilisé pour alimenter le ballon d’eau chaude si
l’information heure creuse (fournie par le fournisseur d’énergie) est
détectée. Le contacteur peut aussi déclencher l’alimentation d’un radiateur
ou d’une tresse chauffante au sol si le thermostat lui donne l’information
de déclenchement.
D’autres modules existent pour des besoins spécifiques : le minuteur,
l’horloge, le compteur d’énergie, le délesteur…etc.

Réalisé par electricite-online.fr


Le CONSUEL

Tout au long de cet ouvrage, je me réfère à la norme NF C 15-100 qui


régit les installations électriques dans les habitations. Afin de s’assurer
que des travaux de construction ou de rénovation électrique soient faites
de façon sécurisée selon la norme, un bureau de contrôle peut envoyer un
inspecteur pour contrôler l’installation.
Cet organisme est le CONSUEL : Le Comité national pour la sécurité des
usagers de l'électricité, dit Consuel, est une association reconnue d'utilité
publique chargée en France du visa obligatoire d'attestations de conformité des
installations électriques.

Le Consuel est chargé de la réalisation d'attestations de conformité des


installations électriques des habitations neuves ou entièrement rénovées
après leur éventuel contrôle. Les locaux professionnels, tertiaires,
industriels, artisanaux, commerciaux sont aussi concernés.
Au terme de sa visite, l’inspecteur rédige son rapport au bureau de
contrôle qui délivre une attestation de conformité si tout est en règle.
Cependant le certificat de conformité est obligatoire que dans certains
cas : la construction d’une habitation ou la création d’un nouveau
compteur. Autrement dit, si vous rénovez votre maison ou votre
appartement, et que ce bien a déjà un compteur électrique, la visite du
CONSUEL n’est pas obligatoire. Par contre, si vous découpez votre
logement pour en créer plusieurs, il faudra un compteur par logement, et
donc une visite du CONSUEL par nouveau logement.
La plus importante partie de la visite de l’inspecteur consiste à vérifier la
présence d’une terre correcte selon des mesures et que tous les appareils
soient bien branchés à la terre.

Réalisé par electricite-online.fr


Le mot de la fin

Pour rappel, cet ouvrage a pour but de présenter globalement l’installation


électrique d’un habitat.
Le site www.electricite-online.com traite de sujet beaucoup plus précis.
N’hésitez pas à consulter les derniers articles et de vous abonner à la
newsletter pour être prévenu des derniers sujets.

Je vous remercie personnellement pour votre lecture et, me répétant une


fois de plus, n’oubliez pas de travailler en toute SECURITE !
Dans le doute, renseignez-vous ou vous pouvez demander un avis sur le
formulaire de contact de notre site.

Réalisé par electricite-online.fr