Vous êtes sur la page 1sur 5

NOM ET PRENOM : BOUILA IBRAHIM

N°APOGEE : 18011325
GROUPE : D
SEMESTRE : 4
MODULE : ECONOMIE MONETAIRE & FINANCIERE II
Responsable des Travaux Dirigés : Mr.AHMED KCHIKECHE & Mr.RACHID EL FAKIR
Responsable du Cours Magistral : Mr.DRISS MAFAMANE

DISSERATATION CONCERNANT UN DEBAT :

Sujet: Faut-il choisir un régime fixe ou flottant ou une solution


intermédiaire ? ( Cas du MAROC )

-C’est une question tout à fait abstraite, un problème de théorie économique ,


je ne voudrais pas vous faire illusion, ne pensez pas que les aspects
complexes de la réalité n’échappent,mais il me semble qu’il faut poser le
problème sous forme shématique, dépouillé,où le raisonnement apparaisse
dans toute sa pureté.
-Nul doute que le débat sur la réforme du régime marocain à tâtonné
plusieurs de nous en tant que des économistes marocains en termes de
choisir l’un des deux régimes courants à savoir « fixe » ou « flottant » ?
-Tout en reconnaissant que c’est une question presque évidente aujourd’hui,
mais somme toute de conception difficile à appréhender ! ; Sans aller jusqu’à
poser,formuler ces questions essentielles dans notre réflexion que nous
essayerons à répondre par la suite.
-Qu’est ce qu’un régime de change dans sa globalité?
-Qu’est ce qu’un régime de change fixe ?
-Qu’est ce qu’un régime de change flottant ?
-Quelle application du régime de change pour le maroc ? Quel est le régime
de change qui semble idéal pour le Maroc, ou qui va avec le Maroc?
-Quel est le choix ultime, voire même optimale du régime de change que le
Maroc doit adopté ? ou faut-il va pour une solution intérmédiaire ?
-Est-ce que le Maroc a-t-il passé récemment à un régime de change flexible
au lieu d’un régime de change fixe ?
Toutes ces derniers mérite d’être examinée de plus près et il serait donc utile
de les replacer dans leurs contexte historique.

- Assurément que le régime de change est le mécanisme régissant l'évolution


du taux de change d'une monnaie par rapport aux autres monnaies. Ce sont
les banques centrales qui sont en charge du régime de change du pays ou
de la zone à laquelle elles sont rattachées.
Nous tenons içi un idéal,éclatant Exemple à voire plus significatif,
respectivement aux Etats Unis, la FED a pour rôle de décider des
orientations monétaires pour le Dollar Américain. En Europe, c'est le BCE.
On ajoute aussi un terme plus important, est celui du taux de change d’une
devise qui est le cours, c'est-à-dire de cette devise par rapport à une autre
devise.
Il faut signaler que le régime de change fixe est une décision des autorités
monétaires de fixer eux même le taux de change de leur monnaie face aux
autres monnaies. Pour le pays,on prend le Maroc à titre d’exemple, c'est un
moyen de contrôler sa monnaie et de pouvoir la dévaluer ou la réévaluer à
tout moment. Cela confère un avantage stratégique au pays qui peut adapter
le taux de change en fonction de la conjoncture économique. Pour se faire,
les autorités monétaires utilisent leur réserve de change dans les autres
devises. Chaque banque centrale dispose de réserve de change dans
plusieurs devises.
On revient à le contexte historique des choses, Entre 1944 et 1992, suite à
la conférence de Bretton Woods, le Dollar s'est vu attribué le titre de monnaie
de référence (seul monnaie convertible en Or). Toutes les devises étaient
alors rattachées au Dollar par un régime de change fixe avec une fourchette
de cotation de + ou - 1% (bande de fluctuation).
Revenant à l’époque un petit peu ; En 1992, un événement majeur est venu
changer la donne. C'est l'attaque de Georges Soros (un célèbre investisseur)
contre la Livre Sterling. Il a décidé de vendre massivement la Livre Sterling
(qui avait alors un régime de change fixe), la trouvant surévaluée.
-Sans oublier que dans un régime de change fixe, le cours d’une devise est
fixé par rapport à une monnaie étalon ou par rapport à un panier de
monnaies, par la banque centrale qui l’émet.
Passons maintenant à autre perspective qui fait référence au régime de
change flottant qui est un mécanisme ou le taux de change est déterminé sur
les marchés financiers. Il est fonction de l'évolution de l'offre et de la
demande pour la devise. Le taux de change face aux autres devises peut
alors connaître d'importantes variations en fonction des données
économiques publiées.
Nous analyserons d’abord le cas du Maroc, puis nous étudierons cette vue
incontéstablement et avec révérence le Maroc a adopté, depuis les années
70, un régime de change fixe, rattachant le dirham à un panier de devises
reflétant la structure des échanges nationaux avec l’extérieur. Ce régime a
permis d’assurer la stabilité du dirham en termes de taux de change effectif
nominal et d’atténuer les fluctuations des monnaies le composant.
Ce régime de change fixe a également permis de préserver la stabilité
macroéconomique dans un environnement difficile, notamment en termes de
maîtrise d’inflation qui s’est maintenue durant les dix dernières années au-
dessous de 2%.
Par ailleurs, les récentes évolutions conjoncturelles et l’intégration croissante
du Maroc à l’économie mondiale pour la transition vers un régime de change
plus flexible.
A cet égard, on va procéder à un point très importants dans ses détails, est
celui des avantages et inconvénients du taux de change fixe et flottant.
De toute façon les Avantages du taux de change fixe :

-Permet d'avoir le contrôle sur la valeur de sa monnaie(dévaluation


compétitive,réévaluation)
- Meilleure visibilité économique long terme.

-Inconvénients du taux de change fixe :

- Diminue les réserves de change de la banque centrale

- Risque d'implosion de la banque centrale


Avantages du taux de change flottant :

- Le taux de change reflète le niveau de confiance réelle des investisseurs


envers la monnaie

- Ne puise pas dans les réserves de change de la banque centrale

Inconvénients du taux de change flottant :

- Risque d'avoir un taux de change qui n'est pas en accord avec la politique
économique souhaitée par le pays

- Guerre des devises

Mentionnons brièvement que les autorités monétaires estiment que le


passage à un régime de change flexible servirait de levier pour rehausser la
compétitivité de notre économie. Il viendrait soutenir les politiques
structurelles du Gouvernement. Il devrait également renforcer la capacité de
l’économie marocaine à s’adapter aux chocs exogènes réels et financiers de
plus en plus importants, imprévisibles et complexes.

Dans ce point-là, cette notion qu’on va formuler de la BAM doit être


minutieusement traité, sinon on aura des manques préjudiciables dans notre
diagnostic, est celle de comment les interventions la Banque Centrale (BAM)
sont-elles traversées sur le marché de changes ? De la même manière, Bank
Al-Maghrib intervient sur le marché de change à travers des opérations
d’achat ou de vente de devises contre dirhams par voie d’adjudication. On
peut également réclamé que le Maroc a décidé de passer d’un régime de
change fixe où ce sont les autorités qui déterminent la parité et qui fixent le
cours de change, à un régime flexible où la valeur de la monnaie (cours de
change) est le résultat de l’offre et de la demande.
La réflexion sur la flexibilité du régime de change a débuté en 2007 pour
permettre au Maroc d’être en ligne avec la libéralisation de son économie.
Cependant, la nécessité de cette réforme et son timing s’expliquent en réalité
par deux raisons. La première est la prédisposition de l’économie marocaine
à opérer ce changement de cap puisqu’elle réunit tous les prérequis
(réserves de change, déficit maîtrisé, monnaie en ligne avec sa valeur
réelle…). La seconde raison est l’incertitude dans laquelle évolue l’économie
mondiale qui comporte de forts risques extérieurs. Parallèlement, la banque
centrale travaille sur la mise en place du ciblage de l’inflation qui consiste à
faire correspondre le taux d’inflation à un taux cible ou à une fourchette de
taux cibles déterminés à l’avance par la banque centrale.
Il faudrait en premier lieu retenir que tout régime de change a ses avantages
et ses inconvénients. Le système à parité fixe tend à maintenir la stabilité
macro-économique et on avait insisté sur ce points ci-dessus suffisamment
alors que le change flexible vise la compétitivité. Aussi, un régime de change
est choisi en fonction des objectifs économiques d’un pays ou d’un groupe
de pays.
Nous serons plus des vrais économistes si quelqu’un de nous essayera de
nier ou de ne pas révéler que cet changement de régime de change n'aura
par ailleurs aucune incidence sur le rôle de Bank Al-Maghrib (BAM) qui
continuera d'intervenir sur le marché des changes en vue d'assurer sa
liquidité. Les autorités marocaines se montrent également rassurantes sur
la question vu les craintes exprimées sur les effets de cette réforme sur le
pouvoir d'achat des Marocains.

-le diagnostic du mal met aussi en lumière le moyen de le guérir, bien


évidemment, notre pays le Maroc en principe a amplement connu un régime
à parité fixe de 1973 à 2017. A sa création, le Dirham était rattaché au Franc
français sans niant que la plupart des gens ne connaissent pas cette
dernière.
Si nous revenons en arrière un petit peu, plus précisemment en 2018, notre
pays le Maroc à transité du régime de change fixe au régime flexible ; On
passerons brièvement en détail sur les choses pour conclure ; Avec le Dollar
comme monnaie de référence, le taux de change est désormais établi par le
marché change avec une bande de fluctuation de 5%, et c’est pour laquelle
raison Les autorités monétaires du Maroc prévoient une période de transition
de quinze années pour que la flexibilité soit totale. Nous finissons par une
question d’ouverture :
A votre avis, le Maroc est-il sur le bon chemin dans ce processus ?