Vous êtes sur la page 1sur 23

Logo de gahmj

Glob Adv Health Med . 2014 mai; 3 (3): 16-24.

Publié en ligne le 1er mai 2014. Doi: 10.7453 / gahmj.2014.019

PMCID: PMC4030608

PMID: 24891990

La phytothérapie est équivalente à la rifaximine pour le traitement de la petite prolifération bactérienne


intestinale

Victor Chedid , MD, Sameer Dhalla , MD, John O. Clarke , MD, Bani Chander Roland , MD, Kerry B. Dunbar
, MD, Joyce Koh , MD, Edmundo Justino , MD, Eric Tomakin , RN et Gerard E. Mullin , MDauteur
correspondant

Auteur d' informations Droits d' auteur et licence Avertissement

Cet article a été cité par d' autres articles dans PMC.

Aller à:

Abstrait

Objectif:

Les patients présentant une prolifération bactérienne de l'intestin grêle (SIBO) présentent une
symptomatologie chronique intestinale et extra-intestinale qui affecte négativement leur qualité de vie.
Le traitement actuel de SIBO est limité aux antibiotiques oraux avec un succès variable. Un nombre
croissant de patients souhaitent utiliser des thérapies complémentaires et alternatives pour leur santé
gastro-intestinale. L'objectif était de déterminer le taux de rémission de SIBO en utilisant l'antibiotique
rifaximine ou des plantes médicinales dans une pratique de gastroentérologie de référence en soins
tertiaires.

Conception:

Cent quatre patients qui ont été testés positifs pour SIBO nouvellement diagnostiqué par des tests
respiratoires au lactulose (LBT) ont reçu soit rifaximine 1200 mg par jour vs une thérapie à base de
plantes pendant 4 semaines avec répétition de LBT post-traitement.

Résultats:

Trois cent quatre-vingt-seize patients ont subi un LBT pour suspicion de SIBO, dont 251 (63,4%) étaient
positifs 165 ont subi un traitement et 104 ont eu un LBT de suivi. Sur les 37 patients qui ont reçu une
thérapie à base de plantes, 17 (46%) avaient un LBT de suivi négatif par rapport à 23/67 (34%) des
utilisateurs de rifaximine (P = 0,24). Le rapport de cotes d'avoir un LBT négatif après avoir pris un
traitement à base de plantes par rapport à la rifaximine était de 1,85 (IC = 0,77-4,41, P = 0,17) une fois
ajusté pour l'âge, le sexe, les facteurs de risque SIBO et le statut IBS. Quatorze des 44 (31,8%) non-
répondeurs à la rifaximine se sont vu offrir une thérapie de secours à base de plantes, avec 8 des 14
(57,1%) ayant un LBT négatif après avoir terminé la thérapie à base de plantes de sauvetage, tandis que
10 non-répondants se sont vu offrir un triple antibiotique avec 6 répondants (60%, P= 0,89). Des effets
indésirables ont été signalés dans le bras traité par la rifaximine, dont 1 cas d'anaphylaxie, 2 cas
d'urticaire, 2 cas de diarrhée et 1 cas de Clostridium difficile. Un seul cas de diarrhée a été signalé dans le
bras de la phytothérapie, qui n'a pas atteint la signification statistique (P = 0,22).

Conclusion:

SIBO est largement répandu dans une pratique de gastroentérologie de référence tertiaire. Les thérapies
à base de plantes sont au moins aussi efficaces que la rifaximine pour la résolution de SIBO par LBT. Les
herbes semblent également être aussi efficaces que la triple antibiothérapie pour la thérapie de
sauvetage SIBO pour les non-répondeurs à la rifaximine. De plus, des études prospectives sont
nécessaires pour valider ces résultats et explorer d'autres thérapies alternatives chez les patients atteints
de SIBO réfractaire.

Mots clés: syndrome du côlon irritable (IBS), rifaximine, antibiotiques, prolifération bactérienne de
l'intestin grêle (SIBO), dysbiose, médecine complémentaire et alternative (CAM), thérapies à base de
plantes

Aller à:

INTRODUCTION

La prolifération bactérienne intestinale de petite taille (SIBO) est définie comme une augmentation de la
concentration de bactéries de plus de 100 000 unités formant des colonies par ml de liquide jéjunal
proximal. 1 Bien que la prévalence globale du SIBO dans le grand public soit inconnue, une méta-analyse
a montré que la prévalence du SIBO est d'environ 56% chez les patients atteints du syndrome du côlon
irritable (IBS). 2 À l'heure actuelle, la prévalence de SIBO dans la communauté ou dans une pratique de
référence en gastroentérologie de soins tertiaires reste inconnue. SIBO devient un problème de plus en
plus important dans la pratique clinique car ses manifestations peuvent être protéiformes et aller d'une
entéropathie à part entière provoquant une malabsorption et une malnutrition profondes simulant la
maladie cœliaque à des symptômes bénins qui chevauchent le SCI. 1 Il existe plusieurs facteurs impliqués
dans la pathogenèse du SIBO qui ont en commun une perturbation des mécanismes antibactériens
protecteurs naturels de l'intestin, comme indiqué dans Tableaux 1La1-3. 3 Ces facteurs, seuls ou en
combinaison, peuvent prédisposer l'intestin vers dysbiosis et favoriser la croissance et la colonisation de
bactéries aérobies et anaérobies dans le jéjunum proximal et peuvent fournir barrière (s) de rémission
durable des symptômes après le traitement. 10 Actuellement, le test respiratoire au lactulose (LBT) est la
procédure la plus couramment utilisée pour diagnostiquer le SIBO. 11 , 12 LBT est utile comme méthode
de test indirect pour SIBO, étant donné que le tractus gastro-intestinal (GI) humain n'absorbe ni n'utilise
le lactulose, qui est métabolisé par les bactéries pour produire de l'hydrogène et du méthane. Ces gaz
sont ensuite mesurés par chromatographie en phase gazeuse. 13Une fois que le SIBO suspecté est
diagnostiqué, il doit être traité pour éviter sa myriade de conséquences néfastes. 14 - 17

Tableau 1

Conditions prédisposant au développement de la prolifération bactérienne de l'intestin grêle 4 - 7

Achlorhydrie (chirurgicale, iatrogène, auto-immune)

Anomalies motrices

La sclérodermie

Pseudo-obstruction intestinale

Entéropathie diabétique

Vagotomie

Communication anormale entre le côlon et l'intestin grêle

Fistules entre le côlon et l'intestin grêle

Résection de la valve iléo-caecale

Anomalies structurelles

États de déficience immunitaire systémique et intestinale

Boucles chirurgicales (Billroth II, anastomose entéro-entero, Rou-en-Y)

Diverticules duodénaux ou jéjunaux

Obstruction partielle de l'intestin grêle (rétrécissement, adhérences, tumeurs)

Diverticulose du gros intestin grêle

Maladies systémiques (maladie cœliaque, cirrhose, insuffisance pancréatique exocrine, stéatose


hépatique non alcoolique)
Alcoolisme

Ouvrir dans une fenêtre séparée

Tableau 2

Facteurs de protection qui protègent contre le développement de la prolifération bactérienne de


l'intestin grêle 4 , 8 , 9

• Acide gastrique

• Enzymes pancréatiques

• Acides biliaires

• Cholécystectomie

• Motilité

• Complexe moteur en migration

• Biofilm

• Immunoglobuline sécrétoire A

Tableau 3

Facteurs extrinsèques qui modifient le microbiome intestinal et peuvent influer sur le développement de
la prolifération bactérienne de l'intestin grêle 4

FODMAPs a (fructose, lactose, galactanes, fructanes, alcools de sucre)

Les inhibiteurs de la pompe à protons

Agents anti-motilité

Fibre

Prébiotiques

Probiotiques

Antibiotiques

a FODMAPs est l'acronyme d'un groupe d'aliments hautement fermentescibles (oligo-fermentables, di-,
monosaccharides et polyols).
Quelles sont les connaissances actuelles?

La prolifération bactérienne intestinale de petite taille (SIBO) est largement répandue chez les patients
atteints du syndrome du côlon irritable (IBS) et est associée à une aggravation des symptômes et de la
qualité de vie.

Le traitement actuel de SIBO est actuellement limité aux antibiotiques avec un taux de réponse variable
et aucun n'a été approuvé par la Federal Drug Administration (FDA) des États-Unis.

SIBO est souvent traité avec une cure de rifaximine à 1200 mg / jour pendant 10 à 14 jours, ce qui est
coûteux et n'est pas systématiquement couvert par de nombreux plans de santé commerciaux aux États-
Unis.

La majorité des patients atteints du SCI utilisent des thérapies complémentaires et alternatives pour
contrôler les symptômes et recherchent souvent des options plus «naturelles» pour traiter leur maladie.

Quoi de neuf ici?

Le taux de prévalence élevé de SIBO de 64% dans une pratique de gastroentérologie de référence en
soins tertiaires.

Le taux de réponse pour la normalisation des tests d'hydrogène respiratoire chez les patients atteints de
SIBO était de 46% pour les thérapies à base de plantes contre 34% pour la rifaximine.

La phytothérapie peut être un traitement efficace pour les patients atteints de SIBO.

Les patients atteints de SIBO réfractaire à la rifaximine peuvent avoir le choix d'une thérapie à base de
plantes comme thérapie de secours.

Le traitement de pointe actuel du SIBO consiste à fournir une courte cure (10-14 jours) d'antibiotiques
(Tableau 4). Jusqu'à présent, la rifaximine, un dérivé de la rifampicine, est l'antibiotique qui a été le plus
largement reconnu et publié pour son utilisation dans le traitement du SIBO. 19 De plus, SIBO a été
impliqué comme facteur pathophysiologique majeur contribuant au SCI. Au cours de la dernière
décennie, les patients atteints du SCI se sont de plus en plus tournés vers des options de médecine
complémentaire et alternative (CAM) pour le soulagement des symptômes et la gestion des maladies. 20
Les remèdes à base de plantes médicinales et les suppléments nutraceutiques continuent de dominer en
tant que formes les plus courantes de CAM utilisées pour les patients atteints du SCI. 21 Un certain
nombre d'herbes ont une longue tradition d'activité antimicrobienne, 22 ainsi, nous avons émis
l'hypothèse que l'utilisation d'extraits de plantes possédant une activité antimicrobienne serait aussi
efficace qu'une antibiothérapie pour les patients présentant un LBT anormal et le diagnostic de SIBO.

Tableau 4

Schémas antibiotiques utilisés pour la prolifération bactérienne de l'intestin grêle 18

Agent Dose La fréquence

Amoxicilline-clavulanate 500 mg PO 3 fois / jour

Céphalexine 250 mg PO 4 fois / jour

Chloramphénicol 250 mg PO 4 fois / jour

Ciprofloxacine 500 mg PO deux fois par jour

Doxycycline 100 mg PO deux fois par jour

Métronidazole 250 mg PO 3 fois / jour

Néomycine 500 mg PO deux fois par jour

Norfloxacine 400 mg PO deux fois par jour

Rifaximine 400 mg PO 3 fois / jour

Tétracycline 250 mg PO 4 fois / jour

Triméthoprime- sulfaméthoxazole 1 comprimé à double dose PO deux fois par jour

Abréviation: PO, per os (par la bouche).

Aller à:

MÉTHODES
Participants à l'étude

Les dossiers médicaux d'un seul centre de référence de soins tertiaires d'octobre 2006 à novembre 2010
ont été examinés dans le cadre d'un protocole institutionnel approuvé par la CISR. Les participants à
l'étude ont été inclus dans l'analyse s'ils avaient: (1) des symptômes évocateurs de SIBO, (2) un LBT
positif initial, (3) suivi un schéma prescrit de rifaximine ou de phytothérapie et (4) reçu un post-
traitement LBT. Les symptômes considérés comme évocateurs de SIBO incluaient un inconfort abdominal
inexpliqué, des crampes, des ballonnements, des flatulences, des éructations, de la diarrhée, une
aggravation des symptômes après l'ingestion de repas et un faible taux sérique de B 12. Les critères
considérés comme des facteurs de risque de SIBO comprenaient les antécédents de pontage gastrique,
les troubles connus de la motilité gastro-intestinale, les maladies vasculaires du collagène, le SCI
(association), l'insuffisance pancréatique et l'utilisation chronique d'inhibiteur de la pompe à protons
(IPP). Les critères d'exclusion incluaient les patients âgés de moins de 18 ans ou de plus de 85 ans,
l'utilisation d'antibiotiques dans les 3 mois et le non-respect du schéma thérapeutique ou d'un suivi LBT.
Un sous-ensemble de patients qui (1) ont suivi le schéma thérapeutique à la rifaximine, (2) ont présenté
un LBT post-traitement constamment positif, (3) ont par la suite suivi un schéma thérapeutique à base de
plantes ou un triple antibiotique et (4) ont eu un LBT post-phytothérapie ont été définis comme «non-
répondeurs à la rifaximine».

Protocole d'analyse de l'haleine de lactulose

Les participants à l'étude ont suivi un protocole de préparation standard avant la procédure. 23 Aucun
laxatif ne devait être pris pendant au moins une semaine avant le test. Un jour avant, il a été conseillé
aux sujets du test d'éviter les aliments riches en fibres, le beurre, la margarine et les sodas et on leur a
demandé de jeûner pendant 12 heures avant le test, sans consommer de nourriture sauf de l'eau. Il a
été conseillé aux sujets de ne pas fumer, dormir ou faire de l'exercice vigoureux jusqu'à 30 minutes avant
ou à tout moment pendant le test.

Un microanalyseur de gaz QuinTron (QuinTron Instrument Company, Inc, Milwaukee, Wisconsin) a été
utilisé pour détecter l'hydrogène respiratoire dans les échantillons. De l'hydrogène respiratoire de base a
été obtenu sur tous les sujets avant l'ingestion de 10 g de lactulose dans 30 cc d'eau. Une analyse
d'hydrogène respiratoire en série a été obtenue toutes les 20 minutes après l'ingestion de lactulose
jusqu'à un maximum de 3 heures. Le test était considéré comme positif s'il montrait un ou plusieurs des
24 suivants: (1) une concentration respiratoire de base> 10 parties par million (ppm) pour l'hydrogène
ou> 7 ppm pour le méthane uniquement si les patients étaient conformes à leur préparation ou (2) une
augmentation dans les 90 minutes (intestin grêle) qui a été suivie par un pic plus grand (colique),
indiquant une étude positive (avec une diminution d'au moins 5 ppm après le premier pic). La première
augmentation devait avoir l'un des éléments suivants pour être considérée comme positive: (1) une
augmentation d'au moins 12 ppm de méthane par rapport à la ligne de base de 90 minutes ou (2) si la
production d'hydrogène uniquement, une augmentation d'au moins 20 ppm d'hydrogène sur la ligne de
base de 90 minutes. Tous les tests respiratoires ont été évalués par un seul lecteur expérimenté qui était
aveugle au schéma thérapeutique (GM).

Traitement

Les sujets avec un SIBO nouvellement diagnostiqué par LBT ont reçu deux choix de traitement en ouvert
basés sur la préférence de traitement individualisée; soit deux comprimés de rifaximine à 200 mg trois
fois par jour (TID) ou 2 capsules deux fois par jour des préparations à base de plantes commerciales
suivantes; Dysbiocide et FC Cidal (Biotics Research Laboratories, Rosenberg, Texas) ou Candibactin-AR et
Candibactin-BR (Metagenics, Inc, Aliso Viejo, Californie) pendant 4 semaines consécutives
immédiatement suivies d'un LBT répété.Tableau 5illustre les détails concernant la composition de
chaque préparation à base de plantes. Le coût de la phytothérapie n'était pas supérieur à 120 $ pour un
approvisionnement de 30 jours. Le critère de jugement principal était la proportion de patients dans
chaque groupe qui avaient un LBT post-traitement négatif. On a ensuite prescrit aux non-répondeurs à la
rifaximine soit le protocole à base de plantes, soit un triple antibiotique (clindamycine 300 mg trois fois
par jour, métronidazole 250 mg trois fois par jour, néomycine 500 mg trois fois par jour) pendant 4
semaines supplémentaires. Les méthodes statistiques appliquées pour analyser les résultats étaient le
test t de Student et le test du chi carré. L'étude a été approuvée par le comité d'examen interne de
l'Université Johns Hopkins (Baltimore, Maryland).

Tableau 5

Préparations à base de plantes pour le traitement de la prolifération bactérienne de l'intestin grêle

FC CidalDysbiocide Candibactin-AR Candibactin-BR

Mélange exclusif - 500 mg: 1 capsule Mélange breveté 950 mg pour 2 gélules Une capsule contient:
Deux capsules contiennent:

Tinospora cordifolia (tige) Graine d'aneth Huile de thym rouge (thymus vulgaris, fournissant 30% à
50% de thymol) 0,2 ml Extrait de racine et de rhizome de Coptis (coptis chinensis, contenant de la
berbérine) 30 mg

Equisetum arvense (tige) Poudre et extrait de Stemona SessilifoliaHuile d'origan (origanum


vulgare, fournissant 55% à 75% de carvacrol) 0,1 ml Extrait de racine d'épine-vinette indienne
(Berberis aristata, contenant de la berbérine) 70 mg

Pau D'Arco (écorce intérieure) Extrait de pousses et de feuilles d'Artemisia Absinthium, Extrait de
feuille de sauge 5.5: 1 (Salvia officinalis) 75 mg Sulfate de berbérine 400 mg • Extrait exclusif 4: 1 300
mg: Racine et rhizome de Coptis (coptis chinensis)
Thymus vulgaris (partie aérienne) Pulsatilla Chinensis rhizome en poudre et extrait Extrait de
feuille de mélisse 5: 1 (melissa officinalis) 50 mg Racine de scutellaire chinoise (scutellaria baicalensis)

Artemisia dracunculus (feuille) Brucea Javanica poudre et extrait Écorce de philodendron


(Phellodendron chinense)

Sida cordifolia (partie aérienne) Extrait d'écorce de Picrasma Excelsa Rhizome de gingembre
(zingiber officinale)

Olea europaea (feuille) Extrait de tige d'Acacia Catechu Racine de réglisse chinoise (glycyrrhiza
uralensis)

Hedyotis Diffusa poudre et extrait Racine et rhizome de rhubarbe chinoise (rheum officinale)

Extrait de feuille d'achillée et de fleur (achillea millefolium). Racine et rhizome de rhubarbe chinoise
(rheum officinale).

Ouvrir dans une fenêtre séparée

Aller à:

RÉSULTATS

Un organigramme de la conception et des résultats de l'étude est présenté dans le Figure. Trois cent
quatre-vingt-dix-sept patients ont reçu une LBT pour suspicion de SIBO, dont 252 (63,5%) étaient positifs;
87 de ces patients n'ont pas suivi de traitement et 61 de ceux qui ont suivi un traitement n'ont pas subi
de LBT répété. Les 104 patients restants ont eu la possibilité de deux bras de traitement selon le choix
des patients et ont subi un LBT post-traitement. La rifaximine a été complétée par 67 patients et 37 ont
suivi une phytothérapie. Les résultats ont été tabulés uniquement pour ceux qui ont terminé la thérapie.
Il n'y avait pas de différence dans l'âge moyen des patients qui ont choisi la rifaximine (47,55 ± 15,73) et
ceux sous phytothérapie (41,6 ffl 16,3) (P = 0,30). Il y avait une asymétrie entre les sexes des participants
puisque 48/67 (71%) du bras rifaximine et 29/37 (78%) du bras à base de plantes étaient des femmes
(Tableau 6). Sur les 67 patients qui ont terminé le bras rifaximine, 9 (13%) avaient des facteurs de risque
de SIBO (diabète sucré, gastroparésie, stupéfiants, maladie du tissu conjonctif, etc.) tandis que 7 (19%)
dans le bras à base de plantes avaient des facteurs de risque (P = .46). Sur les 252 personnes testées
positives pour SIBO par LBT, 160 (63,5%) avaient un SII tel que diagnostiqué par les critères de Rome III.
Sur les 37 patients qui ont reçu des herbes, 17 (46%) avaient un LBT de suivi négatif par rapport à 23/67
(34%) des utilisateurs de rifaximine (P = 0,24) (Tableau 7). Le rapport de cotes d'avoir un LBT négatif sous
thérapie par les plantes par rapport à la rifaximine était de 1,85 (IC = 0,77-4,41, P = 0,17) une fois ajusté
pour l'âge, le sexe, les facteurs de risque SIBO et le statut IBS (Tableau 8). Quatorze des 41 (34,1%) non-
répondeurs à la rifaximine ont reçu une thérapie de secours à base de plantes; 8 des 14 (57,1%) avaient
un LBT négatif après avoir terminé la thérapie de secours à base de plantes. Dix des 41 (24,4%) non-
répondeurs à la rifaximine se sont vu offrir une thérapie de sauvetage avec des antibiotiques triples, et 6
des 10 (60%) avaient un LBT négatif après avoir terminé la thérapie à base de plantes de sauvetage. La
thérapie de secours avec des plantes médicinales chez les non-répondeurs à la rifaximine n'était pas
différente (P = 1,0). L'âge moyen des patients SIBO qui ont abandonné la thérapie à base de plantes
après sauvetage LBT était de 37,4 ± 17 ans, ce qui n'était pas différent de ceux des non-répondeurs (41,5
± 11,6, P = 0,62) (Tableau 9). La prévalence du sous-type du SCI, des facteurs de risque connus de SIBO
ou du sexe n'a pas prédit la réponse au traitement de secours à base de plantes (Tableau 9). Des effets
indésirables (EI) ont été signalés dans le bras traité par la rifaximine (6/67; 9,0%), dont 1 cas
d'anaphylaxie, 2 cas d'urticaire, 2 cas de diarrhée et 1 cas de Clostridium difficile (post-traitement). Un
cas de diarrhée (non-Clostridium difficile) a été signalé dans le bras de la phytothérapie (1/37; 2,7%) (P
= .22)

Un fichier externe contenant une image, une illustration, etc. Le nom de l'objet est
gahmj.2014.019.g001.jpg

Ouvrir dans une fenêtre séparée

Figure

Organigramme du plan de l'étude: 397 patients ont été recrutés pour participer à l'étude et ont subi un
test d'hydrogène respiratoire au lactulose (LBT), 252 se sont révélés LBT positifs tandis que 145 étaient
négatifs. En raison du manque d'adhésion au protocole, seulement 104 de ceux qui avaient un LBT positif
répondaient à nos critères d'inclusion pour l'étude, avec 67 optant pour le traitement à la rifaximine et
37 préférant les plantes médicinales. Quarante-quatre des 67 (65,7%) sujets traités par la rifaximine
n'ont pas répondu et ont eu un LBT positif après le traitement avec seulement 34,3% de réponses. Les
thérapies à base de plantes ont été associées à un taux de réponse (17/37) de 45,9% avec (20/37) 54,1%
de LBT post-traitement positif. Pour ceux qui ont échoué au premier cycle de traitement à la rifaximine,
un essai croisé a montré un taux de réponse de 8/14 (57,1%) pour les plantes médicinales chez ceux qui
ont échoué à la rifaximine.

Tableau 6

Informations démographiques des utilisateurs de Rifaximin vs Herbal

Rifaximine (n = 67) À base de plantes (n = 37) Valeur P

Âge (ans) 47,55 ± 15,73 41,6 ± 16,3 .07

Pourcentage de femmes 48 (71%) 29 (78%) .45

Facteurs de risque pour SIBO 9 (13%) 7 (19%) .46

Diabète sucré 4 (6%) 0 (0%) .12


Gastroparésie 2 (3%) 1 (3%) .93

Narcotique 1 (1%) 3 (8%) .09

CTD 2 (3%) 4 (11%) .1

Tout facteur de risque 9 (13%) 7 (19%) .46

SCI 53 (79%) 25 (68%) .19

Distribution d'IBS par sous-types .08

Aucun 14 (21%) 12 (32%)

Diarrhée prédominante 22 (32%) 6 (16%)

Constipation prédominante 16 (24%) 12 (32%)

Mixte 14 (21%) 4 (11%)

IBS non classifié 1 (1%) 3 (8%)

LBT négatif après Rx 23 (34%) 17 (46%) .24

Ouvrir dans une fenêtre séparée

Tableau 7

Résultats des sujets IBS subissant une intervention pour une respiration positive au lactulose

Les caractéristiques Rifaximine Herbes Valeur P

Nombre 67 37 N/A

Âge (y), SD, plage 44,4 ± 14,8 (19-81) 41,3 ± 14,8 (19-76) .33

Le genre

Femme, n (%) 48 (71) 29 (78) .97

Homme, n (%) 19 (29) 8 (22)

Réponses (n) 26 15 N/A

Taux de réponse (%) 34 46 .24

Événements indésirables (n,%) 2, 2,9 1, 2,7 .83


Tableau 8

Rapports de cotes (OR) pour le LBT négatif comparant la phytothérapie à la rifaximine

OU Intervalle de confiance Valeur P

Non corrigé 1,63 0,72 - 3,70 .24

Ajusté pour l'âge et le sexe 1,62 0,70 - 3,77 .16

Entièrement ajusté * 1,85 0,77 - 4,41 .17

* Ajusté pour l'âge, le sexe, les facteurs de risque de prolifération bactérienne de l'intestin grêle et le
statut du syndrome du côlon irritable.

Tableau 9

Information démographique des non-répondeurs à la rifaximine après une thérapie de secours à base de
plantes

Répondant (n = 8) Non-répondeur (n = 6) Valeur P

Âge +/- SD 37,4 +/- 17 41,5 +/- 11,57 0,62

Femelle (%) 5 (62,5%) 4 (67%) 0,87

Sous-type IBS 0,74

Aucun 1 (12,5%) 1 (16,7%)

Diarrhée prédominante 1 (14%) 2 (40%)

Constipation prédominante 3 (43%) 1 (20%)

Mixte 3 (60%) 2 (40%)

Tout facteur de risque pour SIBO a 2 (25%) 1 (17%) 0,71

a Défini comme l'usage de stupéfiants, la gastroparésie, le diabète sucré et la maladie du tissu conjonctif.

Aller à:

DISCUSSION

Il y a un regain d'intérêt continu pour le rôle des interactions microbiote intestin-hôte dans la santé et la
maladie. 25 Le microbiote intestinal est un écosystème finement équilibré qui aide à réguler les
fonctions vitales clés de l'hôte, notamment l'immunité, la défense contre les barrières, la
biotransformation des toxines et des cancérogènes, et bien plus encore. 26 Comme discuté plus en détail
par Okeke et al dans ce numéro de Global Advances in Health and Medicine , les déséquilibres dans le
microbiome intestinal (également connu sous le nom de dysbiose) ont été liés au développement de
troubles de l'humeur et du comportement, à la maladie d'Alzheimer et à de nombreux troubles gastro-
intestinaux et systémiques, y compris les maladies inflammatoires de l'intestin, le diabète, l'obésité et les
maladies cardiovasculaires. 27 , 28La dysbiose bactérienne dans SIBO peut perturber les jonctions
épithéliales serrées augmentant la perméabilité paracellulaire de l'intestin grêle, la translocation de
l'endotoxine et l'induction de cytokines pro-inflammatoires. 29 - 31 SIBO peut avoir un certain nombre
de manifestations extra-intestinales telles que la rosacée, le syndrome des jambes sans repos, 17 , 32
arthralgies, anémie, cystite interstitielle, 33 prostatite chronique, 34 et polyneuropathie. 1 Un grand
nombre de travaux ont lié la dysbiose bactérienne de l'intestin grêle et l'endotoxémie à la stéatohépatite
non alcoolique et à la progression de la maladie hépatique alcoolique, de la stéatose hépatique non
alcoolique, de l'obésité et autres. 35 - 38SIBO est une condition largement répandue dans la pratique de
la gastro-entérologie qui est chronique et récurrente pour les patients et qui manque de directives de
traitement claires pour les praticiens. Étant donné le rôle du microbiome intestinal dans la santé et la
dysbiose dans la maladie, SIBO est une entité importante dans la pratique clinique à reconnaître et à
traiter.

La rifaximine est le traitement antibiotique le plus couramment étudié pour le SIBO, avec un taux de
résolution global du test respiratoire de 49,5% (intervalle de confiance à 95%, IC 44,0-55,1) dans 8 essais
cliniques. 18 Une méta-analyse récente a rapporté que l'efficacité thérapeutique de la rifaximine pour
traiter le SIBO dans le cadre du SCI a montré un avantage; cependant, le gain thérapeutique n'était que
de 9,8%, et le nombre nécessaire à traiter est de 10,2 avec une légère hétérogénéité (P = 0,25, I (2) =
26%). 39De plus, la rifaximine n'est actuellement pas approuvée par la Food and Drug Administration
des États-Unis (FDA) pour le traitement de la SIBO et n'est étiquetée que pour l'encéphalopathie
hépatique. De plus, l'approvisionnement d'un mois en rifaximine coûte 1247,39 $ et, selon Medicare,
partie D, la quote-part d'un patient en 2014 sera de 638,09 $ pour la pharmacie ou la poste préférée
(703,70 $, non préférée). 40 Les antibiotiques peuvent également produire une large gamme de toxicité
(Clostridium difficle la colite, la diarrhée induite par des antibiotiques, l' anaphylaxie, les réactions de
Steven Johnson, le syndrome hémolytique et urémique, etc.). 41 Les antibiotiques ont également été
supposés avoir des effets néfastes omniprésents sur le microbiome intestinal et la couche de biofilm
protectrice. 42En fait, il a été démontré qu'une cure de 7 jours de clindamycine réduit la flore
commensale et la diversité microbienne intestinale et sélectionne des gènes résistants aux antibiotiques
pendant plus de 2 ans. 43 Ainsi, la recherche d'options thérapeutiques plus efficaces et plus sûres pour
le SIBO est en cours.

La présente étude démontre que la phytothérapie peut être aussi efficace qu'une antibiothérapie dans le
traitement du SIBO, comme indirectement mesuré par la normalisation des anomalies du test
respiratoire au lactulose. La médecine complémentaire et alternative a gagné en popularité auprès de la
population des États-Unis, jusqu'à 50% des patients utilisant au moins une forme de thérapie alternative.
44 En outre, il a été noté que la majorité des utilisateurs de médecine alternative sont des patients
souffrant de maladies chroniques. Les exemples incluent les techniques de relaxation et l'acupuncture
pour les migraines, la chiropratique pour les problèmes de dos, et la phytothérapie et la relaxation pour
les problèmes digestifs. 44Drossman et al ont rapporté, d'après une enquête internationale, qu'environ
37% des patients souffrant de troubles digestifs fonctionnels recherchent des thérapies complémentaires
et alternatives pour contrôler leurs symptômes. 45 Des données plus récentes indiquent que jusqu'à
51% des patients atteints du SCI déclarent utiliser la CAM. 20 , 21 Étant donné que la MCA a gagné en
popularité parmi les patients souffrant de maladies gastro-intestinales, en particulier de troubles
fonctionnels, les médecins devraient se familiariser avec les thérapies CAM disponibles. 46Les thérapies
alternatives couramment utilisées par les patients atteints du SII qui ont un certain niveau de base
scientifique dans la littérature comprennent l'acupuncture, les fibres, l'huile de menthe poivrée, les
herbes, le traditionnel, le yoga, le massage, la méditation, l'esprit, la relaxation, les probiotiques,
l'hypnothérapie, la psychothérapie, la thérapie cognitive et le comportemental. thérapies. 47 L'utilisation
d'herbes antimicrobiennes pour traiter le SIBO n'a pas été rapportée auparavant dans la littérature. Il
existe un certain nombre d'herbes qui ont une activité antimicrobienne connue. 48 - 53 Dans la présente
étude, nous avons choisi une combinaison de préparations à base de plantes pour fournir une
couverture à large spectre contre les coliformes entériques. 54 , 55 Huile d'origan (Origanum vulgare)est
une plante botanique bien documentée qui tue directement ou inhibe fortement la croissance des
microbes intestinaux. 56 , 57 L' huile d'origan a d'autres propriétés bénéfiques telles que l'induction de
l'apoptose dans les cellules caco2 du cancer du côlon humain. 58 Les extraits de berbérine et le thymus
vulgaris sont également bien connus pour leurs vastes activités antibactériennes. 56 , 59 - 61 L' absinthe
(Artemisia absinthium) possède des propriétés antimicrobiennes et anti-inflammatoires importantes qui
peuvent être importantes pour la pathogenèse de SIBO et a été utilisée pour induire avec succès la
rémission de la maladie de Crohn. 37 , 62Il existe d'autres plantes utilisées dans notre étude qui ont des
propriétés remarquables. La mélisse offre des effets anti-anxiété et antidépresseurs qui peuvent
bénéficier aux patients atteints du SCI, tandis que la racine de coptis a des effets inhibiteurs de
croissance sur les bactéries humaines. 63 - 65 L'huile essentielle de thym rouge inhibe la croissance d'
Escherichia coli O157: H7 et de Staphylococcus aureus . 66 extrait de racine indienne Barbarry (Berberis
aristata) contient berbérine et a des liens appropriés-antimicrobiens, anti-inflammatoires et anti -
diarrhéiques. 67 Equisetum arvense L. s'est avéré posséder un large spectre d'une très forte activité
antimicrobienne contre une variété de micro-organismes entériques, y comprisStaphylococcus aureus (S
aureus), Escherichia coli, Klebsiella pneumoniae, Pseudomonas aeruginosa etSalmonella enteritidis et les
champignons Aspergillus niger et Candida albicans . 68 Thymus vulgaris a de puissantes actions
antimicrobiennes et anti-inflammatoires. 69 - 72 Olea europaea inhibe la croissance d'un certain nombre
d'espèces de staphylocoques, y compris S aureus . 73

La rifaximine est un antibiotique oral non résorbable, introduit pour la première fois en Italie en 1987 et
aux États-Unis en 2004, qui a été approuvé pour une variété d'indications et est actuellement un
antibiotique de choix pour SIBO. 74 La rifaximine est actuellement l'antibiotique le mieux étudié avec un
taux de résolution global du test respiratoire de 49,5% (intervalle de confiance à 95%, IC 44,0-55,1). 18
Lauritano et al en 2009 ont montré que la rifaximine est supérieure au métronidazole dans le traitement
du SIBO; cependant, les taux de récidive après un traitement aux antibiotiques sont élevés, comme en
témoigne la positivité élevée du test respiratoire. 75Dans notre étude, nous avons démontré que 46%
des patients normalisaient leur LBT avec une phytothérapie. Il n'y avait aucune différence statistique
entre les herbes antimicrobiennes (46%) et la rifaximine (34%) (P = 0,24). Les patients ont eu le choix
entre l'une ou l'autre thérapie. SIBO a tendance à être une maladie récurrente, et l'utilisation fréquente
d'antibiotiques peut avoir des effets néfastes à long terme sur le microbiome intestinal et être coûteuse;
ainsi, la phytothérapie peut être une option de traitement raisonnable pour les patients atteints de SIBO.
Dans notre étude, le profil d'effets secondaires des herbes par rapport à la rifaximine n'était pas
statistiquement différent avec un P = .22. Cependant, la prévalence des effets secondaires dans le groupe
Rifaximine était de 9% (6/67), y compris C difficile et 2 non C difficile.diarrhée associée. Dans le groupe à
base de plantes, un seul cas de diarrhée non associée à la difficulté C (1%) a été observé. Ces
observations sont contraires aux croyances populaires. Peut-être que les thérapies à base de plantes
sont moins perturbatrices pour le microbiome intestinal et, tout en produisant une efficacité dans la
résolution du SIBO, il semble qu'il y ait moins de risque de C difficile ; des essais prolongés devront
confirmer cette hypothèse. La peur de la résistance bactérienne, y compris les infections opportunistes
telles que Clostridium difficilesoulève des préoccupations parmi les utilisateurs d'antibiotiques
récurrents. Les non-répondeurs à la rifaximine qui ont reçu une thérapie à base de plantes ont réussi à
résoudre le SIBO via le LBT tout comme les antibiotiques triples, qui avaient un coût et un risque de
toxicité beaucoup plus élevés. Ainsi, la phytothérapie semble être efficace dans le traitement des
patients SIBO qui est initialement réfractaire à la rifaximine. Les patients qui ont été traités avec des
herbes n'étaient pas différents de ceux qui ont reçu de la rifaximine en ce qui concerne le nombre de
facteurs prédisposants au SIBO, et donc l'équivalence de réponse n'était pas due à des disparités dans
les conditions sous-jacentes. L'induction de l'achlorhydrie par des médicaments suppresseurs d'acide
(par exemple, les IPP) a été étudiée comme facteur de risque potentiel de SIBO, avec une méta-analyse
récente de 11 études révélant qu'un OR regroupé de SIBO chez les utilisateurs d'IPP vs les non-
utilisateurs était de 2.282 (intervalle de confiance à 95% [IC], 1,238-4,205) lorsque la culture d'aspiration
duodénale / jéjunale a été utilisée pour diagnostiquer SIBO mais pas pour les tests respiratoires de
glucose hydrogène.76 En revanche, dans notre étude, l'utilisation simultanée d'IPP ne semble pas
influencer la réponse aux thérapies à base de plantes (P = 0,27) ou à la rifaximine (P = 0,10).

Les limites de cette étude comprennent le fait qu'il s'agissait d'une revue rétrospective des dossiers et
non d'un essai contrôlé randomisé prospectif. En outre, il y avait une hétérogénéité et une multiplicité
d'herbes utilisées et, en outre, le régime alimentaire n'était pas contrôlé. Nos patients n'ont pas non plus
été officiellement évalués pour la résolution des symptômes à l'aide d'un questionnaire standardisé. Le
coût du régime à base de plantes médicinales n'est traditionnellement pas couvert par une assurance
commerciale; cependant, le coût des plantes médicinales est relativement faible et de nombreuses
personnes ont trouvé une couverture grâce à leurs comptes de dépenses flexibles.
En résumé, nous concluons que dans le cadre de SIBO, les patients peuvent avoir le choix d'un
traitement antibiotique ou à base de plantes en fonction de leur préférence individuelle avec des taux de
réponse et des profils de sécurité similaires. De plus, les patients réfractaires à la rifaximine peuvent
recevoir une thérapie à base de plantes comme thérapie de sauvetage potentielle avec des résultats
équivalents à la triple antibiothérapie. Cette décision est laissée à la discrétion du médecin traitant et du
patient en fonction du contexte clinique et de l'inclinaison du patient. De futures études prospectives qui
consolideraient le régime à base de plantes antimicrobiennes en un seul agent pourraient
potentiellement permettre la randomisation et l'aveuglement, améliorer l'observance du patient et
diminuer les coûts associés dans ce trouble gastro-intestinal difficile.

Aller à:

Remarques

Divulgations Les auteurs ont rempli le formulaire ICMJE pour la divulgation des conflits d'intérêts
potentiels, et aucun n'a été signalé.

Aller à:

Informations sur le contributeur

Victor Chedid, University of Pittsburgh Medical Center, Department of Internal Medicine, Pittsburgh,
Pennsylvanie (Dr Chedid), États-Unis.

Sameer Dhalla, The Johns Hopkins Hospital, Department of Internal Medicine, Division of
Gastroenterology, Baltimore, Maryland (Dr Dhalla), États-Unis.

John O. Clarke, The Johns Hopkins Hospital, Department of Internal Medicine, Division of
Gastroenterology, Baltimore, Maryland (Dr Clarke), États-Unis.

Bani Chander Roland, The Johns Hopkins Hospital, Department of Internal Medicine, Division of
Gastroenterology, Baltimore, Maryland (Dr Roland), États-Unis.

Kerry B. Dunbar, Université du Texas Southwestern, Département de médecine interne, Division de


gastroentérologie, Dallas, Texas (Dr Dunbar), États-Unis.

Joyce Koh, The Johns Hopkins Hospital, Department of Internal Medicine, Division of Gastroenterology,
Baltimore, Maryland (Dr Koh), États-Unis.

Edmundo Justino, Trinity Health Center-Department of Internal Medicine-Division of Gastroenterology,


Minot, Dakota du Nord (Dr Justino)., États-Unis.

Eric Tomakin, The Johns Hopkins Hospital, Department of Internal Medicine, Division of
Gastroenterology, Baltimore, Maryland (M. Tomakin), États-Unis.

Gerard E. Mullin, The Johns Hopkins Hospital, Department of Internal Medicine, Division of
Gastroenterology, Baltimore, Maryland (Dr Mullin), États-Unis.

Aller à:

RÉFÉRENCES

1. Bures J, Cyrany J, Kohoutova D, et al. Syndrome de prolifération bactérienne intestinale petite . Monde
J Gastroenterol. 2010; 16 ( 24 ): 2978–90 [ Article PMC gratuit ] [ PubMed ] [ Google Scholar ]

2. Ford AC, Spiegel BM, Talley NJ, Moayyedi P. Petite prolifération bactérienne intestinale dans le
syndrome du côlon irritable: revue systématique et méta-analyse . Clin Gastroenterol Hepatol. 2009; 7
( 12 ): 1279–86 [ PubMed ] [ Google Scholar ]

3. Choung RS, Ruff KC, Malhotra A et al. Prédicteurs cliniques de la prolifération bactérienne intestinale
de petite taille par culture d'aspirateur duodénal . Aliment Pharmacol Ther. 2011; 33 ( 9 ): 1059–67
[ PubMed ] [ Google Scholar ]

4. Bohm M, Siwiec RM, Wo JM. Diagnostic et gestion de la petite prolifération bactérienne intestinale .
Nutr Clin Pract. 2013; 28 ( 3 ): 289–99 [ PubMed ] [ Google Scholar ]

5. Batt RM. Insuffisance pancréatique exocrine . Clinique vétérinaire North Am Small Anim Pract. 1993;
23 ( 3 ): 595–608 [ PubMed ] [ Google Scholar ]

6. Jacobs C, Coss Adame E, Attaluri A, Valestin J, Rao SS. La dysmotilité et l'utilisation d'inhibiteurs de la
pompe à protons sont des facteurs de risque indépendants de prolifération bactérienne et / ou fongique
intestinale de petite taille . Aliment Pharmacol Ther. 2013; 37 ( 11 ): 1103-11 [ Article PMC gratuit ]
[ PubMed ] [ Google Scholar ]

7. Tursi A, Brandimarte G, Giorgetti G. Haute prévalence de la petite prolifération bactérienne intestinale


chez les patients coeliaques avec persistance de symptômes gastro-intestinaux après le retrait du gluten .
Suis J Gastroenterol. 2003; 98 ( 4 ): 839–43 [ PubMed ] [ Google Scholar ]

8. Gabbard SL, Lacy BE, Levine GM, Crowell MD. L'impact de la consommation d'alcool et de la
cholécystectomie sur la prolifération bactérienne de l'intestin grêle . Dig Dis Sci. 2013. [ PubMed ]

9. Macfarlane S. Communautés de biofilms microbiens dans le tractus gastro-intestinal . J Clin


Gastroenterol. 2008; 42 Suppl 3 Pt 1 : S142–3 [ PubMed ] [ Google Scholar ]

10. Scarpellini E, Gabrielli M, Lauritano CE, et al. Rifaximine à haute dose pour le traitement de la
prolifération bactérienne intestinale de petite taille . Aliment Pharmacol Ther. 2007; 25 ( 7 ): 781–6
[ PubMed ] [ Google Scholar ]

11. Park JS, Yu JH, Lim HC et al. [Utilité du test respiratoire au lactulose pour la prédiction de la
prolifération bactérienne intestinale petite dans le syndrome du côlon irritable] . Coréen J Gastroenterol.
2010; 56 ( 4 ): 242–8 [ PubMed ] [ Google Scholar ]

12. Pimentel M, Chow EJ, Lin HC. La normalisation des tests respiratoires au lactulose est en corrélation
avec l'amélioration des symptômes du syndrome du côlon irritable . une étude en double aveugle,
randomisée et contrôlée contre placebo. Suis J Gastroenterol. 2003; 98 ( 2 ): 412–9 [ PubMed ] [ Google
Scholar ]

13. Corazza GR, Menozzi MG, Strocchi A et al. Le diagnostic de la prolifération bactérienne de l'intestin
grêle . Fiabilité de la culture jéjunale et insuffisance des tests d'hydrogène respiratoire.
Gastroentérologie. 1990; 98 ( 2 ): 302–9 [ PubMed ] [ Google Scholar ]

14. Pimentel M, Wallace D, Hallegua D, et al. Un lien entre le syndrome du côlon irritable et la
fibromyalgie peut être lié aux résultats des tests respiratoires au lactulose . Ann Rheum Dis. 2004; 63
( 4 ): 450–2 [ Article PMC gratuit ] [ PubMed ] [ Google Scholar ]

15. Parodi A, Paolino S, Greco A, et al. Petite prolifération bactérienne intestinale dans la rosacée:
efficacité clinique de son éradication . Clin Gastroenterol Hepatol. 2008; 6 ( 7 ): 759–64 [ PubMed ]
[ Google Scholar ]

16. Shanab AA, Scully P, Crosbie O et al. Petite prolifération bactérienne intestinale dans la
stéatohépatite non alcoolique: association avec l'expression du récepteur 4 de type péage et les niveaux
plasmatiques d'interleukine 8 . Dig Dis Sci. 2011; 56 ( 5 ): 1524–34 [ PubMed ] [ Google Scholar ]

17. Weinstock LB, Fern SE, Duntley SP. Syndrome des jambes sans repos chez les patients atteints du
syndrome du côlon irritable: réponse à une petite thérapie de prolifération bactérienne intestinale . Dig
Dis Sci. 2008; 53 ( 5 ): 1252–6 [ PubMed ] [ Google Scholar ]

18. Shah SC, Day LW, Somsouk M, Sewell JL. Méta-analyse: antibiothérapie pour la petite prolifération
bactérienne intestinale . Aliment Pharmacol Ther. 2013; 38 ( 8 ): 925–34 [ Article PMC gratuit ]
[ PubMed ] [ Google Scholar ]

19. Saadi M, McCallum RW. Rifaximine dans le syndrome du côlon irritable: justification, preuves et
utilisation clinique . Ther Adv Chronic Dis. 2013; 4 ( 2 ): 71–5 [ Article PMC gratuit ] [ PubMed ] [ Google
Scholar ]

20. Kong SC, Hurlstone DP, Pocock CY, Walkington LA, Farquharson NR, Bramble MG, et al. L'incidence de
la médecine orale complémentaire et alternative auto-prescrite par les patients atteints de maladies
gastro-intestinales . J Clin Gastroenterol. 2005; 39 ( 2 ): 138–41 [ PubMed ] [ Google Scholar ]

21. Haas L, McClain C, Varilek G. Médecine complémentaire et alternative et maladies gastro-intestinales


. Curr Opin Gastroenterol. 2000; 16 ( 2 ): 188–96 [ PubMed ] [ Google Scholar ]

22. Lai PK, Roy J. Propriétés antimicrobiennes et chimiopréventives des herbes et des épices . Curr Med
Chem. 2004; 11 ( 11 ): 1451–60 [ PubMed ] [ Google Scholar ]

23. Pimentel M, Chow EJ, Lin HC. L'éradication de la petite prolifération bactérienne intestinale réduit les
symptômes du syndrome du côlon irritable . Suis J Gastroenterol. 2000; 95 ( 12 ): 3503–6 [ PubMed ]
[ Google Scholar ]

24. Lupascu A, Gabrielli M, Lauritano EC, et al. Test respiratoire à l'hydrogène glucose pour détecter la
prolifération bactérienne intestinale de petite taille: une étude de prévalence cas-témoins dans le
syndrome du côlon irritable . Aliment Pharmacol Ther. 2005; 22 ( 11-12 ): 1157–60 [ PubMed ] [ Google
Scholar ]

25. Aitken JD, Gewirtz AT. Microbiote intestinal en 2012: vers la compréhension et la manipulation du
microbiote intestinal . Nat Rev Gastroenterol Hepatol. 2013; 10 ( 2 ): 72–4 [ Article PMC gratuit ]
[ PubMed ] [ Google Scholar ]

26. Guinane CM, Cotter PD. Rôle du microbiote intestinal dans la santé et les maladies gastro-intestinales
chroniques: comprendre un organe métabolique caché . Therap Adv Gastroenterol. 2013; 6 ( 4 ): 295–
308 [ Article PMC gratuit ] [ PubMed ] [ Google Scholar ]

27. Azad MB, Konya T, Maughan H et al. Microbiote intestinal des nourrissons canadiens en bonne santé:
profils par mode d'accouchement et régime alimentaire des nourrissons à 4 mois . CMAJ. 2013. [ Article
PMC gratuit ] [ PubMed ]

28. Major G, syndrome de l'intestin irritable de Spiller R. , maladie inflammatoire de l'intestin et


microbiome . Curr Opin Endocrinol Diabetes Obes. 2014; 21 ( 1 ): 15–21 [ Article PMC gratuit ]
[ PubMed ] [ Google Scholar ]

29. Lauritano EC, Valenza V, Sparano L, et al. Petite prolifération bactérienne intestinale et perméabilité
intestinale . Scand J Gastroenterol. 2010; 45 ( 9 ): 1131–2 [ PubMed ] [ Google Scholar ]

30. Wigg AJ, Roberts-Thomson IC, Dymock RB, McCarthy PJ, Grose RH, Cummins AG. Le rôle de la petite
prolifération bactérienne intestinale, de la perméabilité intestinale, de l'endotoxémie et du facteur de
nécrose tumorale alpha dans la pathogenèse de la stéatohépatite non alcoolique . Intestin. 2001; 48 ( 2 ):
206–11 [ Article PMC gratuit ] [ PubMed ] [ Google Scholar ]

31. Riordan SM, McIver CJ, Thomas DH, Duncombe VM, Bolin TD, Thomas MC. Bactéries luminales et
perméabilité au petit intestin . Scand J Gastroenterol. 1997; 32 ( 6 ): 556–63 [ PubMed ] [ Google
Scholar ]

32. Weinstock LB, Walters AS. Le syndrome des jambes sans repos est associé au syndrome du côlon
irritable et à la prolifération bactérienne intestinale de petite taille . Sleep Med. 2011; 12 ( 6 ): 610–3
[ PubMed ] [ Google Scholar ]

33. Weinstock LB, Klutke CG, Lin HC. Petite prolifération bactérienne intestinale chez les patients atteints
de cystite interstitielle et de symptômes gastro-intestinaux . Dig Dis Sci. 2008; 53 ( 5 ): 1246–51 [ PubMed
] [ Google Scholar ]

34. Weinstock LB, Geng B, Brandes SB. Prostatite chronique et petite prolifération bactérienne
intestinale: effet de la rifaximine . Peut J Urol. 2011; 18 ( 4 ): 5826–30 [ PubMed ] [ Google Scholar ]

35. Imajo K, Yoneda M, Ogawa Y, Wada K, Nakajima A. Microbiota et stéatohépatite non alcoolique .
Immunopathol Semin. 2013.

36. Yan AW, Fouts DE, Brandl J, et al. Dysbiose entérique associée à un modèle murin de maladie
hépatique alcoolique . Hépatologie. 2011; 53 ( 1 ): 96-105 [ Article PMC gratuit ] [ PubMed ] [ Google
Scholar ]

37. Imajo K, Yoneda M, Ogawa Y, Wada K, Nakajima A. Microbiota et stéatohépatite non alcoolique .
Immunopathol Semin. 2014; 36 ( 1 ): 115–32 [ PubMed ] [ Google Scholar ]

38. Jouet P, Coffin B, Sabate JM. Petite prolifération bactérienne intestinale chez les patients souffrant
d'obésité morbide . Dig Dis Sci. 2011; 56 ( 2 ): 615; réponse de l'auteur –6 [ PubMed ] [ Google Scholar ]

39. Menees SB, Maneerattannaporn M, Kim HM, Chey WD. L'efficacité et l'innocuité de la rifaximine
pour le syndrome du côlon irritable: revue systématique et méta-analyse . Suis J Gastroenterol. 2012;
107 ( 1 ): 28–35; quiz 6 [ PubMed ] [ Google Scholar ]

40. Tillisch K. Médecine complémentaire et alternative pour les troubles gastro-intestinaux fonctionnels .
Intestin. 2006; 55 ( 5 ): 593–6 [ Article PMC gratuit ] [ PubMed ] [ Google Scholar ]

41. Zhang Y, Dong J, Qiao Y, He J, Wang T, Ma S. Efficacité et profil de sécurité de l'utilisation


d'antibiotiques pour la prophylaxie en chirurgie plastique et reconstructive propre et propre: une méta-
analyse d'essais contrôlés randomisés . Ann Plast Surg. 2014; 72 ( 1 ): 121-30 [ PubMed ] [ Google
Scholar ]

42. Dethlefsen L, Huse S, Sogin ML, Relman DA. Les effets omniprésents d'un antibiotique sur le
microbiote intestinal humain, révélés par le séquençage profond de l'ARNr 16S . PLoS Biol. 2008; 6 ( 11 ):
e280 [ Article PMC gratuit ] [ PubMed ] [ Google Scholar ]

43. Jernberg C, Lofmark S, Edlund C, Jansson JK. Impacts à long terme de l'exposition aux antibiotiques
sur le microbiote intestinal humain . Microbiologie. 2010; 156 ( Pt 11 ): 3216–23 [ PubMed ] [ Google
Scholar ]

44. Eisenberg DM, Davis RB, Ettner SL, et al. Tendances de l'utilisation des médecines alternatives aux
États-Unis, 1990-1997: résultats d'une enquête nationale de suivi . JAMA. 1998; 280 ( 18 ): 1569–75
[ PubMed ] [ Google Scholar ]

45. Drossman DA, Morris CB, Schneck S, et al. Enquête internationale auprès des patients atteints du SII:
caractéristiques des symptômes et leur gravité, état de santé, traitements et prise de risque pour obtenir
un bénéfice clinique . J Clin Gastroenterol. 2009; 43 ( 6 ): 541–50 [ Article PMC gratuit ] [ PubMed ]
[ Google Scholar ]

46. Mullin GE, Pickett-Blakely O, Clarke JO. Médecine intégrative dans les maladies gastro-intestinales:
évaluation des preuves . Expert Rev Gastroenterol Hepatol. 2008; 2 ( 2 ): 261–80 [ PubMed ] [ Google
Scholar ]

47. Magge SS, Wolf JL. Médecine complémentaire et alternative et thérapies corps-esprit pour le
traitement du syndrome du côlon irritable chez la femme . Santé des femmes (Lond Engl). 2013; 9 ( 6 ):
557–67 [ PubMed ] [ Google Scholar ]

48. Lee MH, Kwon HA, Kwon DY, Park H, Sohn DH, Kim YC et al. Activité antibactérienne d'extraits
d'herbes médicinales contre Salmonella . Int J Food Microbiol. 2006; 111 ( 3 ): 270–5 [ PubMed ] [ Google
Scholar ]

49. Zhu CL, Li MY. [Inhibition d'extraits de 17 herbes chinoises sur des microbes pathogènes
parodontaux] . Shanghai Kou Qiang Yi Xue. 2006; 15 ( 4 ): 434–6 [ PubMed ] [ Google Scholar ]

50. Nielsen PV, Rios R. Inhibition de la croissance fongique sur le pain par les composants volatils des
épices et des herbes, et application possible dans des emballages actifs, avec un accent particulier sur
l'huile essentielle de moutarde . Int J Food Microbiol. 2000; 60 ( 2-3 ): 219-29 [ PubMed ] [ Google
Scholar ]

51. Eftekhar F, Nariman F, Yousefzadi M, Hadiand J, Ebrahimi SN. Activité anti-Helicobacter pylori et
composition en huiles essentielles de Thymus caramanicus d'Iran . Nat Prod Commun. 2009; 4 ( 8 ):
1139–42 [ PubMed ] [ Google Scholar ]

52. Gutierrez J, Barry-Ryan C, Bourke P. Activité antimicrobienne des huiles essentielles végétales à l'aide
de milieux modèles alimentaires: efficacité, potentiel synergique et interactions avec les composants
alimentaires . Microbiol alimentaire. 2009; 26 ( 2 ): 142–50 [ PubMed ] [ Google Scholar ]

53. Talei GR, Meshkatalsadat MH. Activité antibactérienne et constitutions chimiques des huiles
essentielles de Thymus persicus et Thymus eriocalyx de l'ouest de l'Iran . Pak J Biol Sci. 2007; 10 ( 21 ):
3923–6 [ PubMed ] [ Google Scholar ]

54. Kalemba D, Kunicka A. Propriétés antibactériennes et antifongiques des huiles essentielles . Curr Med
Chem. 2003; 10 ( 10 ): 813–29 [ PubMed ] [ Google Scholar ]

55. Schillaci D, Napoli EM, Cusimano MG, Vitale M, Ruberto A. Origanum vulgare subsp . l'huile
essentielle d'hirtum a empêché la formation de biofilm et a montré une activité antibactérienne contre
les cellules bactériennes planctoniques et sessiles. J Food Prot. 2013; 76 ( 10 ): 1747–52 [ PubMed ]
[ Google Scholar ]

56. CC Arcila-Lozano, Loarca-Pina G, Lecona-Uribe S, Gonzalez de Mejia E. [Origan: propriétés,


composition et activité biologique] . Arch Latinoam Nutr. 2004; 54 ( 1 ): 100-11 [ PubMed ] [ Google
Scholar ]

57. Saeed S, Tariq P. Activité antibactérienne de l'origan (Origanum vulgare Linn.) Contre les bactéries
gram-positives . Pak J Pharm Sci. 2009; 22 ( 4 ): 421–4 [ PubMed ] [ Google Scholar ]

58. Savini I, Arnone R, Catani MV, Avigliano L. Origanum vulgare induit l'apoptose dans les cellules caco2
du cancer du côlon humain . Cancer Nutr. 2009; 61 ( 3 ): 381–9 [ PubMed ] [ Google Scholar ]

59. Han J, Lin H, Huang W. Moduler le microbiote intestinal comme mécanisme anti-diabétique de la
berbérine . Med Sci Monit. 2011; 17 ( 7 ): RA164–7 [ Article PMC gratuit ] [ PubMed ] [ Google Scholar ]

60. Yang Y, Ye XL, Li XG, Zhen J, Zhang B, Yuan L. Synthèse et activité antimicrobienne des dérivés de 8-
alkylberberine à longue chaîne aliphatique . Planta Med. 2007; 73 ( 6 ): 602–4 [ PubMed ] [ Google
Scholar ]

61. Baser KH. Activités biologiques et pharmacologiques du carvacrol et du carvacrol contenant des
huiles essentielles . Curr Pharm Des. 2008; 14 ( 29 ): 3106–19 [ PubMed ] [ Google Scholar ]

62. Juteau F, Jerkovic I, Masotti V, et al. Composition et activité antimicrobienne de l'huile essentielle
d'Artemisia absinthium de Croatie et de France . Planta Med. 2003; 69 ( 2 ): 158–61 [ PubMed ] [ Google
Scholar ]

63. Raines T, Jones P, Moe N, Duncan R, McCall S, Ceremuga TE. Étude des effets anxiolytiques de la
lutéoline, un flavonoïde de mélisse chez le rat Sprague-Dawley mâle . AANA J. 2009; 77 ( 1 ): 33–6
[ PubMed ] [ Google Scholar ]

64. Taiwo AE, Leite FB, Lucena GM, et al. Effets anxiolytiques et antidépresseurs de l'extrait de Melissa
officinalis (mélisse) chez le rat: influence de l'administration et du sexe . Indian J Pharmacol. 2012; 44
( 2 ): 189–92 [ Article PMC gratuit ] [ PubMed ] [ Google Scholar ]

65. Chae SH, Jeong IH, Choi DH, Oh JW, Ahn YJ. Effets inhibiteurs de croissance des alcaloïdes
d'isoquinoléine dérivés de la racine de Coptis japonica sur les bactéries intestinales humaines . J Agric
Food Chem. 1999; 47 ( 3 ): 934–8 [ PubMed ] [ Google Scholar ]
66. Zarringhalam M, Zaringhalam J, Shadnoush M, Safaeyan F, Tekieh E. Effet inhibiteur des extraits de
poivre et de thym noir et rouge et des huiles essentielles sur Escherichia coli entérohémorragique et
activité DNase de Staphylococcus aureus . Iran J Pharm Res. 2013; 12 ( 3 ): 363–9 [ Article PMC gratuit ]
[ PubMed ] [ Google Scholar ]

67. Joshi PV, Shirkhedkar AA, Prakash K, Maheshwari VL. Activité antidiarrhéique, profil chimique et
toxique de Berberis aristata . Pharm Biol. 2011; 49 ( 1 ): 94-100 [ PubMed ] [ Google Scholar ]

68. Radulovic N, Stojanovic G, Palic R. Composition et l' activité antimicrobienne de Equisetum arvense
L . huile essentielle. Phytother Res. 2006; 20 ( 1 ): 85–8 [ PubMed ] [ Google Scholar ]

69. Fachini-Queiroz FC, Kummer R, Estevao-Silva CF, Carvalho MD, Cunha JM, Grespan R, et al. Effets de
thymol et carvacrol, Constituants de Thymus de L . Huile essentielle, sur la réponse inflammatoire.
Complément fondé sur des données probantes Alternat Med. 2012; 2012 : 657026 [ Article PMC gratuit ]
[ PubMed ] [ Google Scholar ]

70. Gancevici GG, Popescu C. Inhibiteurs naturels du complément . III. Inactivation in vitro de la cascade
du complément par des épices végétales (Ocimum basilicum, Artemisia dracunculus et Thymus vulgaris).
Arch Roum Pathol Exp Microbiol. 1987; 46 ( 4 ): 321–31 [ PubMed ] [ Google Scholar ]

71. Hammad M, Sallal AK, Darmani H. Inhibition de l'adhésion de Streptococcus mutans aux cellules
épithéliales buccales par un extrait aqueux de Thymus vulgaris . Int J Dent Hyg. 2007; 5 ( 4 ): 232–5
[ PubMed ] [ Google Scholar ]

72. Esmaeili D, Mobarez AM, Tohidpour A. Activités anti-helicobacter pylori de poudre de shoya et
d'huiles essentielles de thymus vulgaris et d'eucalyptus globulus . Open Microbiol J. 2012; 6 : 65–9
[ Article PMC gratuit ] [ PubMed ] [ Google Scholar ]

73. Ali NH, Faizi S, Kazmi SU. Activité antibactérienne dans les épices et les plantes médicinales locales
contre les isolats cliniques de Karachi, Pakistan . Pharm Biol. 2011; 49 ( 8 ): 833–9 [ PubMed ] [ Google
Scholar ]

74. Pimentel M. Examen de la rifaximine comme traitement du SIBO et du SCI . Expert Opin Investig
Drugs. 2009; 18 ( 3 ): 349–58 [ PubMed ] [ Google Scholar ]

75. Lauritano EC, Gabrielli M, Scarpellini E, Lupascu A, Novi M, Sottili S, et al. Récidive de prolifération
bactérienne intestinale après antibiothérapie . Suis J Gastroenterol. 2008; 103 ( 8 ): 2031-20 [ PubMed ] [
Google Scholar ]

76. Lo WK, Chan WW. L'utilisation d'inhibiteurs de la pompe à protons et le risque de prolifération
bactérienne intestinale de petite taille: une méta-analyse . Clin Gastroenterol Hepatol. 2013; 11 ( 5 ):
483–90 [ PubMed ] [ Google Scholar