Vous êtes sur la page 1sur 3

Traduction des pages 49 _52 :

structural functionalism
D’après sa théorie synthétique de l’action sociale, Parsons a développé une analyse de la
société en tant que système de variables fonctionnellement interdépendantes. Endetté de la
théorie des systèmes de Pareto et celle du fonctionnalisme de Durkheim, Parsons a décrit
dans son introduction ses efforts pour développer un schéma conceptuel pour l’analyse de la
structure et du processus des systèmes sociaux .Il a commencé par l’intérêt des interactions
entre les acteurs individuels qui, selon lui, peut être considérée comme un système. Le plus
simple des systèmes d’interaction est le “dyadique” ,entre Ego et Alter qui, bien qu’il soit
organisme ,interagit au niveau social et non biologique. Ces interactions sont simultanément
, à la fois sociales et culturelles , elles impliquent des valeurs ,des normes , des objectifs et
des motivations qui se posent dans les systèmes de culture et de personnalité. Par
conséquent ,pour Parsons , un système socio-culturel apparaît lorsque une interdépendance
complexe de systèmes discrets,analytiquement,mais pas empiriquement, se produit .Un
secteur commun “le système de valeur central” est entre les systèmes sociaux, culturels et
de personnalité, qui consiste en les modèles de valeur qui définissent les attentes de rôle.
Parsons a posé une relation fondamentale entre les besoins -dispositions de la personnalité,
les attentes de rôle des systèmes sociaux et les schémas de valeurs internalisés -
institutionnalisés étant comme le point nodal fondamental de l’organisation des systèmes
d’action .Chacun des systèmes a des besoins , des limites et des motivations.
La satisfaction de chacun de ces besoins de sous-systèmes est nécessaire pour maintenir l’équilibre de
l’ensemble du système. Le système – social ou organisationnel – est un ensemble complexe
d’interdépendances entre sous-systèmes. Chacun de ces sous-systèmes est assujetti à quatre
« préalables fonctionnels » qui doivent être respectés pour que le système (organisation sociale)
puisse « survivre ». Le système doit être capable de s’adapter et d’allouer ses ressources, de définir et
d’atteindre ses objectifs, d’intégrer ses composantes et de maintenir la solidarité, et de transmettre et
de maintenir ses modèles d’interaction. (Ces prérequis fonctionnels sont communément appelés
AGIL : Adaptation, Réalisation des buts, Intégration et Latence.) Parsons décrit les moyens par
lesquels les systèmes sociaux sont organisés pour répondre à ces besoins selon le système les intrants
et les extrants environnementaux, la stabilité grâce à l’adaptation à ces ressources
environnementales et la coordination des actions individuelles pour contribuer aux besoins plus élevés
du système. Les besoins de systèmes plus élevés exigent que tous les sous-systèmes, p. ex., les
organisations dans la société et les individus dans les organisations, contribuent par l’échange de
frontières aux besoins de systèmes plus élevés de stabilité et d’équilibre. En retour, tout système
social doit répondre aux besoins de ses sous-systèmes constitutifs, y compris les individus, pour
survivre. La dégénérescence ou l’échec systémique du « système de valeurs central » minera
l’internalisation des normes et des valeurs du système parmi les individus et les sous-systèmes. Par
conséquent, un degré élevé d’institutionnalisation des modèles et des valeurs est nécessaire pour
éviter les impulsions dégénératives. Les conflits sont des impulsions de déséquilibrage qui sont, et
doivent être, gérées et résolues par des mécanismes régulateurs d’ordre supérieur.

La théorie des systèmes structuralistes-fonctionnalistes de Parsons a généré à la fois une


prolifération d'études sociologiques dans cette veine et, finalement, un chœur de critiques. Les
premières critiques adressées au schéma parsonien se sont concentrées sur les problèmes de son
fonctionnalisme lui-même. Ces critiques pointent des hypothèses intégrées dans le schéma
parsonien qui suggèrent des arguments et des explications téléologiques. En particulier, la notion
Parsons de prérequis fonctionnels; son concept d'équilibre, qui suppose une tendance à
l'homéostasie organique et à l'harmonie sociale dans l'ensemble; et ses hypothèses concernant les
problèmes de conflit et de changement ont attiré beaucoup d'attention critique.

Les fonctionnalistes eux-mêmes, y compris Parsons, ont reconnu bon nombre des problèmes du
premier ordre, les contributions de Robert Merton au fonctionnalisme structurel ont posé des
modifications et des ajouts à la variété parsonienne. Merton a proposé un schéma moins grand que
le schéma de Parsons et tente de fournir une gamme plus limitée et applicable d'outils conceptuels à
l'analyse des pratiques sociales. Les théories moyennes de Merton ajoutent à une théorie des
systèmes des concepts de fonctionnalisme qui s'efforcent de rendre compte des conséquences
involontaires des actions et d'expliquer les relations entre les sous-systèmes. Merton a postulé les
concepts de fonctions latentes ou involontaires; (Merton [1949] 1968). Les alternatives
fonctionnelles se réfèrent à des dispositions sociales ou organisationnelles alternatives qui peuvent
être tout aussi fonctionnelles que celles qui fonctionnent actuellement.

Affinements du schéma de Parsons par Merton (ibid.), Selznick (1949) et Gouldner (1954a),
entre autres, a contribué à la création un théorie des systèmes combinés et approche
structuraliste-fonctionnaliste de l’étude des organisations et d’autres pratiques sociales, qui sont
parvenues au orthodoxie digmatique dans les années 50 et 60. Parmi les nombreuses variations
entre les théories des systèmes et les approches structuralistes-fonctionnalistes, en particulier
en ce qui concerne ;importance relative accordée aux limites du système, rôles des acteurs
individuels, rationalité formalisée et questions de causalité et le changement, un ensemble
général d’approches des systèmes sociaux est discerné. De nombreux sociologues et autres
spécialistes des sciences sociales considéraient fonctionnalisme de divers types comme ayant
suffisamment de mérite pour l’application à l’analyse sociale et à la résolution de problèmes
sociaux et à l’intégration utile dans les décennies de stabilisation sociétale après-Seconde Guerre
mondiale de déstabilisation sociale et de reconsolidation.

Une critique générale du fonctionnalisme structurel qui a finalement gagné


beaucoup d’élan, certains diraient, apaisé l'utilisation manifeste de fonctionnalisme
structurel et l'identification à cette tradition a commencé à émerger dans les années 1950.
Pour les critiques, la méconnaissance de Parsons des problèmes de pouvoir, conflit, inégalité
excessive contraints et la coercition délimite le fonctionnalisme à des analyses et des
applications qui ne servent pas un objectif commun mais ceux de certaines classes et élites.
Le fonctionnel accommodement de la stratification sociale, l'affirmation de l'unité normative
autour d'un système de valeurs commun, et l'illégitimité du conflit, est un défense
conservatrice du statu quo et d’une idéologie obscurcissant nation. Ces critiques, partagées
par beaucoup, ont été mises en évidence dans le livre influent d'Alvin Gouldner, The Coming
Criss of Western Sociologie publié en 1970.
Finalement, les agressions contre l'emprise paradigmatique du fonctionnalisme structurel en
sociologie, est né avec des événements que beaucoup appellent par la «crise» de la
sociologie (Gidiens 1973, Gouldner 1970,Lemert 1995).La crise qui a été précipitée par un
certain nombre de facteurs complexes et croisés a changé la forme et les directions en
sociologie.
La crise de la sociologie et sa pertinence conduit au développement de la sociologie des
organisations et ses études, se sont discutées en chapitre 4.
Dans l'intervalle des théories classiques des organisations qui s'étaient développées au
début du XXe siècle ont été définitivement affectées par la sociologie internationaliste
fonctionnaliste d'après- guerre.
Le fonctionnalisme structurel Parsonien et ses dérivés ont trouvé un public bien préparé
parmi les analystes d'organisations cherchant à établir une science organisationnelle.
Le chapitre 3 discute des théories classiques de la bureaucratie, de l'organisation et de la
poursuite d'une sociologie scientifique de l'organisation, mais mon récit pour le reste de ce
chapitre porte sur deux autres sujets : la présence d'autres courants dans la pensée
sociologique, en particulier l'interactionnisme symbolique, la phénoménologie, et la théorie
critique de la l'école de Francfort.

Groupe khaoula, boutaina, oumayma, nada, nassma, hanae


Groupe 6