Vous êtes sur la page 1sur 40

Ministère de l'Enseignement Supérieur


Et de la Recherche Scientifique République de Côte d'Ivoire
Union - Discipline - Travail

l , l\'I H'-111
NA.~GUI ABROGO' '

UFR Sciences de la nature

Laboratoire de biologie et de cytologie Animales

Année académique : 2013 - 2014

MEMOIRE DE MASTER 1
OPTION : Biologie & Productions Animales

THEME:

PRODUITS ISSUS DE L'ELEVAGE DES


CAILLES ET LEUR CIRCUITS DE
COMMERCIALISATION DANS LE
DISTRICT D'ABIDJAN

Présenté par : KOFFI AKISSI MELAINE ROSINE

Soutenu le 18 Février 2015 devant le jury composé de:

Présidente Dr SIKA ANGELE

Encadreur scientifique Dr SORO DOF ARA

Examinateur Dr KIMSE MOUSSA


DEDICACE

Je dédie ce mémoire à.:


DIEU tout puissant de m'avoir assisté tout au long de cet mémoire,
Ma fille HOUNGUE MOAYE H0D-AR1ELA
Son père Mr HOUNGUE KOUAS SI EDOURD-FRANCK
1

REMERCIEMENTS

Mes premiers remerciements vont à l'endroit de nos principaux dirigeants notamment le


président de l'Université Nangui Abrogoua et le doyen de l'UFR-SN.

Mes remerciements sont adressés aussi au docteur SORO. Dofara responsable de la filière
production animale en MA.STER I à l'Université NANGUI Abrogoua qui m'a permis de
terminer mon année académique dans les meilleures conditions.

Ma gratitude va également à l'endroit de mes encadreurs techniques messieurs TOURE et


OUATTARA de l'ANADER. et encore au docteur SORO Dofara mon encadreur scientifique
enseignant à L'Université NANGU[ Abrogoua qui ont grandement contribué à la rédaction du
document. Vos conseils m'ont été d'une aide précieuse. Tout l'intérêt que vous avez porté à la
réalisation de ce mémoire et votre ardeur au travail a engendré ce mémoire qui est un produit
de très grande qualité.

Je remercie également tous les éleveurs qui ont contribué de façon positive pendant nos
différentes enquêtes. Merci aussi à Mr. HOUNGUE, un coturniculteur également qui ma
soutenu lors des enquêtes sur le marché.
Merci à ma famille pour toute la compréhension dont elle fait preuve.
1

TABLE DES MATIERES

LISTE DES FIGURES iv

LISTE DES TABLEAUX .iv

RESU"ME v

ABSTRACT V

INTRODUCTION 1

CHAPITRE I : GENERALITES 3

1-1-Présentation de la caille 3

1-1-1-Taxonomie 3

1-] -2-Répartition géographique et habitat 3

1-1-3- Morphologie de la caille du japon 4

1-1-4-Différentes races 5

1-2-Système d'élevage 5

1-3- Alimentation des cailles 6

1-4-Reproduction des cailles 7

1-4-1- Techniques d'incubation 7

1-4-1-1- Incubation natureJle 7

1-4-1-2- Incubation artificielle 7

1-5- Importance socio-économique 7

1-6- Quelques avantages de l'élevage des cailles 8

1- 7- Commercialisation 8

1- 7-1- Produits présentés sur le marché 8

1-7-2-Formes de commercialisation du gibier à plumes 9

1- 7-2-1-Gibier en tant que produit de chair (viande) 9

1-7-2-2- Gibier d'élevage en tant que produit de tir 9


CHAPITRE Il: MILIEU, MATERIEL ET METHODES D'ETUDE 10

2-1-Milieu d'étude 10

2-2-Matériel. 10

2-2-1-Matériel animal 10

2-2-2- Matériel de collecte 11

2-3-Méthodes 11

2-3-1-Echantillonnage 11

2-3-1-1- Critères de sélection des élevages 11

2-3-1-2-Elevages retenus 11

2-3-1-3-Sélection des lieux commerciaux 12

2-3-2-Elaboration du questionnaire d'enquête 12

2-3-2-1- Questionnaire adressé aux éleveurs 12

2-3-2-2- Questionnaire adressé aux commerçants 12

2-3-2-3-Questionnaire adressé aux consommateurs 13

2-3-3-Analyse des données 13

CHAPITRE ID: RESULTATS ET DISCUSSION 14

3-1-Résultats 14

3-1-1-Produits issus de l'élevage des cailJes 14

3-1-2-lieux commerciaux 14

3-1-3-Acteurs commerciaux 14

3-1-4-Caractéristiques sociodémographique de l'échantillon 15

3-1-4-1 - Les producteurs 15


3- 1 -4-1-1- Structure en fonction de 1 'âge 15
3-1-4-1-2-Structure en fonction du niveau d'instruction 16
3-1-4-2- Les commerçants 16

3-1-4-2-1- Structure en fonction de l'âge 16


3-1-4-2-2- Niveau d'instruction des commerçants 16
3-1-4-3- Les consommateurs 17
3-1-5-Caractéristique socioprofessionnelle 17

3-1-6- Rôles des acteurs dans l'activité commerciale 18

3-1-6- l-Producteurs 18

3-1-6-2-Grossistes 18

3-1-6-3-Détaillants 18

3-1-6-4-Consommateurs 18

3-1-7- Raison de consommer les produits d'élevage des cailles 19


3-1-8-Système de vente et mode de règlement 19

3-1-8-1-Système de vente 19

3-1-8-2-Mode de règlement 20

3-1-9-Circuit de commercialisation 20

3-1-10- Charges liées à l'activité 21

3-2-Discussion 21

CHAPITRE IV : RECOMMNDATIONS 23

4- l - Producteurs 23

4-2- Commerçants 23

4-3- Pouvoir public et privé 23

4-4- Chercheurs 23

CONCLUSION 25

REFERENCES BIBILOGRAPIDQUES 26

ANNEXE .!
LISTE DES FIGURES

Figure 1- Carte de répartition des cailles .4


Figure 2- Caille : male et femelle 5
Figure 3-Carte administrative de la ville d'Abidjan 10
Figure 4-a- Cailles en cage 11
Figure 4-b- Pièce de caille 11
Figure 5- Produits issus de l'élevage des cailles 14
Figure 6- Acteurs commerciaux 15
Figure 7- Marchés de consommation 17
Figure 8- Circuit d'approvisionnement et de commercialisation 20

LISTE DES TABLEAUX

Tableau I: Formule alimentaire du commerce pour caille 6

Tableau Il: Elevages retenus 12

Tableau III: Lieux commerciaux .14

Tableau IV: Répartition des commerçants selon l'âge 16

Tableau V: Répartition des commerçants selon le niveau d'instruction 17

Tableau VI: Prix moyens pratiqués par type d'acteur à l'achat et à la vente 19
Tableau VII: Charges mensuelles (FCFA) 21
RESUME

La présente étude a pour but d'analyser le système d'approvisionnement et de


commercialisation en produits d'élevage des cailles de la ville d'Abidjan. Des enquêtes ont
été réalisées auprès de 48 acteurs dans divers élevages (08) et différents lieux commerciaux
de la caille à savoir : Les supermarchés, les restaurants hôtels et maquis, les services traiteurs
et des points de vente ordinaire. Au total, quatre (4) types d'acteurs ont été identifiés dans le
circuit de commercialisation. Il s'agit du producteur (17%), du grossiste (08%). du détaillant
(12%) et du consommateur (63%). Dans les circuits d'approvisionnement, Les grossistes
sont les principaux approvisionneurs de la ville d'Abidjan. Ils achètent la caille auprès des
producteurs à 780± 109,54 FCFA et la plaquette d'œuf (30 œufs) à1225± 178.54 FCFA. Ils
livrent les œufs et la caille aux détaillants ou directement aux consommateurs. Les grossistes
entretiennent un réseau de redistribution basé sur des revendeurs détaillants. Les détaillants
quant à eux, achètent à 1000 FCFA la caille et à1380±164.32FCFA les œufs et revendent aux
consommateurs des ménages à 1425±125 ,49 FCFA la caille et à 1883,33± 211,48 FCFA les
œufs.

Mots clés : Produits d'élevage, caille, commercialisation, ville d'Abidjan.

ABSTRACT

This study aims to analyze the system of supply and marketing in the town of Abidjan in
products of quail breeding. The survey was conducted among 48 players in the di:fferent
breeding and Abidjan market such as: supermarkets, the restaurants, and ordinary sale place.
Four (4) types of actors have been identified in the marketing channel. This is the producer
(17%), the wholesalers (08%), retailer (12%) and consumer (63%). In supply chains,
wholesalers are the main purveyors of Abidjan. Wholesalers buy quail among producers in
780± l 09.54 FCF A and egg (30) in 1225± 178.54 FCFA. They deliver eggs and quails to
retailers or directly to consumers.

Wholesalers maintain a system of distribution based on retailers. As for retaiJers, they buy in
1000 FCF A quail and 1380±164.32 FCF A eggs and reseU to consumers made by households
and restaurants in 1425±125.49 FCFA quail and 1883.33±211.48 FCFA eggs.

Keywords: Breeding products, quail, marketing, town of Abidjan.


INTRODUCTION

Le développement socio-économique de toute nation réside dans la mise en


valeur et dans la gestion efficace des ressources et atouts dont-elle dispose. Au nombre
de ces atouts, l'agriculture en l'occurrence l'élevage occupe une place très importante qu'on
ne saurait ignorer. De plus, face à la croissance démographique sans cesse grandissante
la demande en protéine animale va se faire de plus en plus désirer par la population. D'ici
2020. il va falloir produire plus de 100 milliards de tonnes de viande dans les pays en
développement (Faye et AJary, 2001 ).
Pour faire face à cette demande, le développement des élevages à cycle court à été encouragé
par les autorités. Cependant, bien que ces élevages aient permis de réduire ce déficit
notamment la production des œufs (taux de couverture 100 %), la Côte d' Ivoire qui, malgré,
son économie basée sur l'agriculture, reste auto insuffisante en protéine animale avec une
importation de 60 % de viande et 95 % de lait (Kouablé Bi et Tré Bi, 2014). Toutefois. le
développement des espèces à cycle court issues des élevages dits non conventionnels tels que
la cotumiculture. pourrait contribuer à lutter efficacement contre ce déficit. Compte tenu de
l'importance socio-économique et nutritionnelle de la caille dans la vie des populations
(Olubamiwa el al., 1999).
La caille d'élevage Cotumix japonica, (femminck et Schlegel, 1849), est un petit oiseau qui
est élevé pour sa chair beaucoup prisée et surtout pour ses œufs qui regorge de nombreuses
vêtus thérapeutiques (Teusan el al., 2008 ). Malgré tout ses atouts. la cotumiculture demeure
inconnue par la population Ivoirienne. Cela s'explique par le fait qu'en Côte d'Ivoire, cet
élevage n'a fait l'objet d'aucune étude scientifique malgré sa pratique par certains éleveurs
sur le territoire ivoirien. Les éventuels éleveurs adoptent chacun une technique d'élevage à
leur convenance. La commercialisation est moins fluide car la grande majorité des éleveurs
s'efforcent de tisser chacun son propre réseau de vente afin d'évacuer ses produits d'élevage.
11 serait donc judicieux d'objectivé sur certains paramètres notamment la commercialisation
des produits de cet élevage (chair, œufs), afin de mieux développer cette nouvelle spéculation
dans notre pays.
C'est dans cette même vision, que la structure ANADER, s'est investie dans la réalisation
de ce mémoire de Master I de Biologie et productions animales. afin d'obtenir des
informations sur la commercialisation des produits issus de l'élevage de la caille, afin de
mieux vulgariser la cotumiculture en Côte d'Ivoire. Car avec la perspective de production de
viande et d'œuf de caille à des fins commerciaux une étude du circuit de commercialisation
s'avère nécessaire.

L'objectif global de notre étude est d'analyser le marché d'approvisionnement et de


commercialisation des produits issus de l'élevage des cailles au sein de la ville d'Abidjan. Il
s'agit plus spécifiquement d'identifier et de caractériser les différents marchés et circuits de
commercialisation, d'identifier et de caractériser les acteurs, et enfin analyser le système
commercial de cette activité.
Ce travail comporte les grandes parties suivantes :
- Une revue bibliographique sur la caille,
- une partie qui présente la méthodologie de travail,
- les résultats obtenus sur le terrain et une discussion de ces résultats
- et enfin des recommandations.
CHAPITRE I : GENERALITES
1-1-Présentation de la caille
1-1-1- Taxonomie
La taxonomie de la caille domestique selon la classification du Congrès
Ornithologique International (CIO) se présente comme suit :

Règne Animal

Embranchement Cordés

Classe Oiseaux

Ordre Galliformes

Famille Phasianidés

Genre Coturnix

Espèce Japomca (femminck et Schlegel, 1849).

1-1-2- Répartition géographique et habitat


La caille du Japon niche en Mongolie, en Sibérie méridionale, en Chine, en Corée, au
Japon, dans le Nord-Vietnam, au Myanmar et au Bouthan. Elle hiverne dans le sud de la
Chine, au Japon, dans le Nord du Laos et au Toukin. Des observations ponctuelles ont été
faites en Thaïlande, dans le Nord-est de l'Inde, au Cambodge et aux Philippines. Elle a été
introduite à Hawaï et à la Réunion (Hennacbe et al, 2011).
Une petite population a été trouvée en Angola. Certaines races de cette caille se trouvent au
Kenya, en Tanzanie, au Malawi, au sud de l'Afrique du Sud, au Mozambique et en Namibie ;
ainsi que dans certaines parties du Madagascar. Cette caille hiverne également dans la côte
extrême nord-ouest de l'Afrique, et dans une bande subsaharienne au nord du Congo et y
compris dans la vallée du Nil de l'Egypte et au Kenya (Alderton, 1992).
En général, ces cailles peuplent une partie de la Russie (Jobnsgard, 1988) et de l'Asie de
l'Est. y compris le Japon, la Corée et la Chine (Hoffmann, 1988) ainsi que l'Inde (Finn,
1911).
EUe a été introduite au Nigeria seulement qu'en 1992 (NVRJ, 1994). La caille du japon dans
son milieu naturel fréquente les habitats ouverts, prairies, cultures, steppes etc. On les trouve
également en terrain marécageux (Hennacbe et al., 2011).

Figure 1 : carte de répartition des cailles (Villot, 2012)

1-1-3- Morphologie de la caille du japon


La caille domestique est un oiseau de petite taille, qui à la naissance pèse entre 6-8g
(Hall, 2012). Chez l'adulte, les femelles sont plus lourdes que les mâles, (Menasse 1986,
Gerven et al 1993, Ajouvinov et al., 2005). Le male adulte a un poids compris entre I OO-
l 80g (Mizutani, 2003). La femelle adulte quant à elle a un poids compris entre 120-160g
(Ortlieb, 2013). Elle est semblable en apparence à la caille commune d'Europe, (Coturnix
Coturnix). Dans l'ensemble, elles sont brun foncé avec des marbrures. Elles ont une bande
blanchâtre au dessus de l'œil sur le côté de la tête. Les pattes sont gris-orangé au gris-rosâtre
comme le bec (Hoffmann, 1988). Contrairement aux males, les femelles manquent en général
(mais pas toujours) de la coloration rousse sur la poitrine et à la place elles ont des pointillés
noirs ou des marques au niveau de la poitrine (Johnsgard, 1988). TI ya des variations dans la
couleur du plumage. Certains oiseaux sont blanchâtres avec des marbrures chamois de roux
à marron au niveau de la partie supérieure du corps. D'autres ont un aspect brun très foncé
avec peu ou pas de marbrures. En outre, il y a eu des variétés brun doré élevées en captivité
(Hoffmann, 1988). La tailles d'aile allant de 92 mm àl Ol mm est similaire tant chez les mâles
et les femelles. Le mâle et la femelle ont des queues de taille similaire également comprise
entre 35 - 49 mm de longueur (Johnsgard, 1988).

Figure 2 : caille: mâle et femelle (gauche-droite) :( Koffi ,2015).

l-1-4-Différentes races
Selon la variation de la couleur du plumage on considère trois races de la caille
domestique (Ashok et Mahipal, 2010) :
-la caille marron
-la caille blanche
-la caille à la couleur cannelle foncée au marron.
La particularité entre elles est que la race marron est plus productive que les deux autres races
ses œufs sont plus nombreux et plus lourds.

1-2-Système d'élevage
Il y a lieu de distinguer entre deux conduites d'élevage dont les concepts
sont parfois très différents. à savoir :
- L'élevage des jeunes : c'est un élevage extensif en volière qui respecte les exigences
écologiques de l'espèce et qui permet de produire des oiseaux qui gardent encore leurs

caractères sauvages leurs permettant même de mener à bien des couvées dans la nature.
- L'élevage des reproducteurs : C'est un élevage plus intensif et plus technique que
celui des jeunes.(Ministère de l'agriculture, Tunisie, 2001).

1-3-Alimentation des cailles


Les cailles ont un besoin nutritionnel très élevé en protéine. Ainsi, à l'état sauvage
elles consomment de nombreux petits vers, des insectes et leurs larves. Elles affectionnent
également les graminées comme le panicum et le mil. En été, elles vont surtout chercher et
manger une variété d'insectes et de petits invertébrés (Johnsgard, 1988). Aussi, mangent-
elles du sable, en particulier les femelles pondeuses (Lambert, 1970). En captivité, pour leur
alimentation. les mélanges du commerce (aliments pintadeaux, faisandeaux ou poules
pondeuses) leurs conviennent très bien. Toutefois il existe des aliments industriels spécifiques
aux cailles qui tiennent comptent de leurs besoins nutritionnels. Voici une formule alimentaire
du commerce typique pour les différentes catégories d'animaux.

Tableau 1 : Formule alimentaire du commerce pour les cailles


Elements Cailletaux Reproductrices caille pour viande
Protéine brute 24,5 15,5 17,5
Matière grasse brute 5,0 3.5 3.0
Cendre brute 6,0 10,0 5.5
Cellulose brute 3,0 4,5 3,5
Phosphore 0,64 0,6 0.63
Méthionine 0,61 0,3 0,4
Vitamine A 15000UI/kg 15000UI/k I5000U1/kg
VitamineD 330000U1/kg 330000U1/kg 330000UI/kg
YitamineE 46mg/kg JOOmg/kg 50mg/kg
Sulfate de cuivrique/ 12mg/kg 15mg/kg 12mg/kg
Pentohydraté/cuivre 12mg/k:g 15mg/kg 12mg/kg
Source: Versele-Laga, Belgique, 2009
1-4-- Reproduction des cailles
L'âge de la maturité sexuelle se situe autour de six semaines chez la femelJe
et sept a huit semaines chez le male .On recommande 1 caille male pour 2 cailles femelles en
élevage afin d'obtenir des œufs fertiles (Ranklin et al., 1998). La caille sauvage non en
captivité pond un œuf par jour (Lambert, 1970) avec 7 à 14 œufs par cycle de reproduction
(Hoffmann, 1988). Le temps d'incubation est de 19 à 20 jours (Lambert, 1988) mais en
élevage, l'incubation se fait à l'aide d'incubateurs artificiels avec une durée d'incubation de
15 à 17 jours en moyenne. Elle peut pondre jusqu'à 300 œufs la première année (NRC, 1991).

1-4-1-Techniques d'incubation
1-4-1-1-Tncubation naturelle
Le nid de la caille sauvage est une simple cuvette creusée dans le sol par la femelle et
bordée de tiges herbacées. la couvaison est assurée par la femelle, le male y participant parfois
(Made et McGowan, 2002).

1-4-1-2 Incubation artificielle


La Caille domestiquée ayant perdue ses instincts de couvaison alors les œufs doivent
être incubés par incubation artificielle (Naibi et al, 2009).
Toutefois, en raison de leur court cycle de production et une production moyenne de 250 à
280 œufs par poule par an, l'incubation artificielle est le choix le plus sûr pour les
cotumiculteurs commerciaux. La forte proportion d'œufs rejetés en raison de l'infertilité et de
la mortalité embryonnaire dans les écloseries ont été associés à des installations d'incubation
pauvres et faibles en techniques (Chang et al., 2001). On connaît peu les facteurs qui ont
affecté la fertilité et le taux d'éclosion des œufs de caille (Abatcha et al., 2009).
Cependant, il est raisonnable de penser que la plupart des facteurs communs connus pour
influencer négativement le taux d'éclosion des œufs de volaille commerciale peuvent
probablement avoir une incidence sur le taux d'éclosion des œufs de caille (GonzaJez et al.,
1999).

1-5-lmportance socio-économique
L'élevage des cailles constituent une source de revenus et de production animale
pour les populations (Olubamiwa et al., 1999).
Sur le plan social, la caille par ses œufs offre un confort à l'homme.les œufs de cailles en plus
d'être des aliments précieux, sont médicinaux. lis entrent dans le traitement de différentes
maladies telles que l'ulcère, l'anémie, l'asthme etc. Et il contribue au progrès de la mémoire
de l'homme d'une part; et d'autre part sa consommation est bénéfique pour l'homme car il
constitue une source vitamine naturelle et de substances minérales (Teusan A. et al., 2008)
Comparativement à l'œuf de la poule qui contient 4 % de cholestérol. l'œuf de caille n'en
contient que 1,4 %, le jaune d'œuf de caille contient 3 % de matière grasse alors que celui
poule en contient 16 à 17 % . D'ailleurs, Olubamiwa et al., (1999) ont montré que la viande
de caille et ses œufs sont réputés pour leur haute teneur en protéine de qualité biologique
élevée ce qui est en fait un produit de premier choix pour les individus enclins d'hypertension.

1-6-Quelqucs avantages de l'élevage des cailles


La caille est un oiseau très résistant dont l'élevage peut même se faire dans une petite
cage et ne demande pas de gros investissements pour la production. En effet, c'est un élevage
qui exige moins d'espace ; environ 8-10 cailles adultes sont élevés dans l'espace d'élevage
d'un seul poulet adulte (Haruna et al., 1997). Les cailles nécessitent également moins de
nourriture selon (Ani et al., 2009). Une caille adulte a seulement besoin de 20-25 g d'aliment
par jour tandis qu'un seul poulet en recommande 120-130 g par jour. Les cailles ont une
croissance très rapide et résistent plus aux maladies que les poulets domestiques (Oluyemi
et Roberto, 2000). L'une des caractéristiques et avantages uniques dans l'élevage des cailles
est que les cailles sont dotées d'une maturité sexuelle précoce. Etant donné que leur cycle de
production est très court, il est possible de faire plusieurs productions dans l'année
(Robbin ,1981 ; Annan, 1991). Au niveau des performances zootechniques, le poids de vente
qui est compris entre 150-180 est atteint entre 5-6 semaines d'âge. Le taux de la production
d'œufs peut s'inscrire entre 180-250 par an (Garwood et Diehl, 1987; Schwartz et Allen,
1981) et entre 200 - 300 œufs pendant la première année de ponte (NRC, 1991).

1-7- Commercialisation
1-7-1-Produits présentés sur le marché
L'œuf et la viande de caille constituent les principaux produits à livrer sur le marché.
Depuis des centaines d'années ces produits ont constitués une source nutritionnelle pour les
populations d'Asie et d'Europe. Il y a aussi l'Egypte qui exportait plus de 3million de caille
vers les marchés d'Europe (Meinertzhagen, 1954). Même San Francisco importait un grand
nombre en provenance du Japon durant les périodes de 1895 et 1904 (GrinneU, 1944).

1-7-2- Formes de commercialisation de la caille


Plusieurs élevages de cailles multiplient, produisent. et commercialisent aussi bien les
cailles que les œufs. Qu'elles soient vendues à l'état vif ou abattues. ces cailles sont vendues à
la pièce et non au kilo. On les trouve un peu partout dans les grandes agglomérations.

1-7-2-1- Gibier d'élevage en tant que produit de chair (viande)


La commercialisation se fait dans les mêmes circuits que ceux des autres volailles.
Toutefois. il serait utile de le distinguer par un label de qualité qui informe Je consommateur
sur les particularités du produit commercialisée. Elle est disponible en plusieurs calibres :
- Caille entière: avec tête
- Crapaudine de caille: il s'agit d'une caille semi désossée par le dos, avec ailes et cuisses
- Cuisse de caille: il s'agit d'une cuisse déjointe comprenant le pilon et Je haut de cuisse
- Filet de caille: il s'agit de la masse pectorale entière avec peau (Ministère de l'économie
des finances et emploi : France, 2008).

1-7-2-2- Gibier d'élevage en tant que produit de tir


Cette forme de commercialisation peut s'avérer la plus rentable comme c'est le cas en
Europe occidentale. Ce sont généralement les associations de chasseurs qui achètent le gibier
de tir ou encore les propriétaires des terrains de chasse. Ils procèdent ainsi à des
lâchers selon des techniques appropriées qui minimisent Jes pertes dues à la mauvaise
adaptation des animaux à leur nouveau milieu.
CHAPITRE II: Mll,IEU, MATERIEL ET METHODES D'ETUDE

2-1- Milieu d'étude


La présente étude a été effectuée au sein des différentes fermes d'élevage de caille
présélectionnées situées dans la zone périurbaine d'Abidjan (Anyarna ,Port-Bouet,
Bingerville, Yopougon) et sur divers marchés de commercialisation des produits issus de
l'élevage des cailles dans la ville d'Abidjan (Marcory, Treichville, Cocody, Plateau,
Yopougon) (figure 3). Cette étude d'enquête s'est étendue sur deux mois (novembre et
décembre).

\ ~-a-a
...•..
' "'

.r --

0 ,.,._ -,ëao A dt:u> t iq·u c:

- - - "'Li.mil'c de cotn.munc

Figure 3 : Carte administrative de la ville d'Abidjan

2-2-Matériel
2-2-1- Matériel animal
Le matériel animal qui a fait l'objet de notre étude est composé des produits
commerciaux issus de l'élevage des cailles. Ces produits sont notamment la caille (viande)
(figure 4a) et les œufs de caille (figure 4b).
Figure 4a: CaiJles en cage Figure 4b: œufs de caille (Koffi, 2015)

2-2-2-Matériel de collecte
Le matériel qui a servi de collecte pour les différentes données comprend des fiches
d'enquêtes qui contiennent des questionnaires adressés aux responsables des différents lieux
enquêtés. Il a été également utilisé un appareil photo numérique de marque SAMSUNG
avec 16. 2 megapixels pour la prise des images illustratives.

2-3- Méthodes
2-3-1- Echantillonnage
L'échantillonnage a concerné les différents élevages enquêtés et les divers lieux
commerciaux repérés à travers la ville d'Abidjan.

2-3-1-1-Critères de sélection des élevages


Les élevages faisant l'objet de la présente étude ont été sélectionnés selon certains
critères, dont l'âge de l'élevage qui doit être au moins d'une année d'exercice. Un second
critère également concernant le cheptel qui doit être constitué de plus de 50 têtes.

2-3-1-2-Elevages retenus
Après sélection, 08 élevages ont été retenus pour le recueil des données. Ces élevages
sont présentés dans le tableau Il.
Tableau II : élevages retenus
Localités Nombre d'élevage retenus
Bingerville 02
Anyama 03
Port-Bouet 02
Yopougon 01

2-3-1-3-Sélection des lieux commerciaux


La sélection des éventuels points de vente s'est faite de façon aléatoire à travers la
ville d'Abidjan. L'étude s'est appuyé sur ce critère dans l'objectif de repérer le maximum de
point de vente au sein de la ville d'Abidjan. Après avoir parcouru la ville d'Abidjan, nous
avons retenu 40 acteurs: les consommateurs (30), et les commerçants du marché (10).

2-3-2-Elaboration du questionnaire d'enquête


A l'issue de plusieurs recherches, le questionnaire des fiches d'enquête (voir annexe) a
été élaboré. Ce questionnaire porte sur les axes suivants :
-la typologie de la production au niveau des élevages de caille
-le système de vente (prix à l'achat et prix proposé à la vente),
-mode d'approvisionnement et produits vendus

2-3-2-1 - Questionnaire adressé aux éleveurs


Le questionnaire a porté sur la production de chaque éleveur afin d'identifier les
produits qu'il commercialise. Aussi, nous avons interrogé les éleveurs sur leur clientèle ainsi
que Les différents prix proposé à chaque client Enfin la question concernant l'évaJuation des
charges a été abordé.

2-3-2-2 Questionnaire adressé aux commerçants


En fonction des informations recueillies lors des entretiens avec les éleveurs, un
questionnaire comprenant des questions liées au secteur commercial a été élaboré. Le
questionnaire a porté sur le mode d'approvisionnement des produits vendus, la forme
présentée à la vente, le prix à l'achat, le prix proposé à la vente et les charges liés à leur
activité.
1

2-3-2-3-Questionnaire adressé aux consommateurs


Les questions sont adressées aux acteurs du marché de consommation que sont :
Les ménages, les supers marchés, les restaurants, les hôtels et les services traiteurs. Le
questionnaire a porté sur la source d'approvisionnement, le prix des produits et les raisons de
consommation de la caille et ses œufs.

2-3-3- Analyse des données


Le logiciel statistica version 7.1 a permis d'analyser les données et de comparer les
moyennes des données. Les applications Word et Excel ont servis également à la présentation
des données en des graphiques et tableaux.
CHAPITRE ID: RESULTATS ET DISCUSSION
3-1-Résultats
3-1-1-Produits issus de l'élevage des cailles
La majorité des élevages enquêtés (88 %) produisait à la fois les œufs et la chair de
caille. Une minorité (12 %) produisait uniquement des œufs .Pendant notre enquête aucun (0
%) élevage ne produisait singulièrement la chair (figure 4).

• 1-0EUF • 2 -OEUF ET VIANDE a 3 -VIANDE

0%

Figure 5 : Produits issus de l'élevage des cailles

3-1-2-Lieux de commercialisation
L'étude de la commercialisation a concerné 12 surfaces commerciales de la ville
d'Abidjan. 04 de ces surfaces sont des supers marchés, 02 sont des points de vente
ordinaires. L'enquête a concerné aussi 02 restaurants, hôtels et services traiteurs qui font
également partie du groupe des consommateurs.

Tableau IV : Lieux de commercialisation


Marchés produits vendus pourcentage
Super marché œufs+viandes 33,33
Point ordinaire œufs 16,66
Restaurant œufs+ viandes 16,66
Hôtel œufs+ viandes 16,66
Service traiteur œufs +viandes 16.66
1

3-1-3-Acteurs commerciaux
Quatre types d'acteurs ont été rencontrés dans le circuit d'approvisionnement et de
commercialisation. Selon les pourcentages, il s'agit des producteurs (17 %), des grossistes (8
%), des détaillants (12 %) et par la suite, les consommateurs qui représentent (63 %).
(figure 6).

1 pro d u et eur 92 grossiste


. 3 liil4
détaillant consommateur

Figure 6: Acteurs commerciaux

3-1-4- Caractéristiques sociodémograpbiques des acteurs


La structure des acteurs en fonction de l'âge, du niveau d'instruction sont décrits. Ces
caractéristiques permettent de connaitre la nature des acteurs sur le marché.

3-1-4-1 - Les producteurs


3-1-4-1-1- Structure en fonction de l'âge
Les éleveurs de caille de notre échantillon sont composés de personnes d'âge varié.
Ces producteurs sont pour la plus part moins âgés malgré la présence de quelques
coturniculteurs moins jeunes dans cette activité. L'âge moyen des producteurs est de 46 ±
12.58 ans.
1

3-1-4-1-2-Structure en fonction du niveau d'instruction


Deux niveaux d'instruction ont été identifiés auprès des éleveurs. Il s'agit du niveau
secondaire et universitaire. Les producteurs ayant le niveau secondaire sont les plus
nombreux (62,5 %) et ceux du niveau universitaire ne représentent que (37,5 %).

3-1-4-2- Les commerçants


Deux types de commerçant ont été identifiés sur le marché de la commercialisation
des cailles. Tl s'agit du grossiste qui représente (40 %) des commerçants repérés dans le circuit
de commercialisation et d'approvisionnement et du détaillant qui sont plus nombreux (60 %).

3-1-4-2-1- Structure en fonction de l'âge


Parmi les différents acteurs de la commercialisation les détaillants sont les plus
jaunes avec une moyenne d'âge de 29 ± 3,5 ans. Contrairement aux grossistes qui sont un peu
plus âgés avec une moyenne d'âge de 38,8 ± 15,67ans. (Tableau IV)

Tableau IV: Répartition des commerçants scion l'âge


Commerçants moyennes d'âges
Grossistes 38,8 ± 15,6 ans
Détaillants 29 ± 3,5 ans

3-1-4-2-2- Niveau d'instruction des commerçants


Deux niveaux d'instruction ont été identifiés également auprès des commerçants.
Les commerçants de niveau secondaire sont les plus nombreux dans le circuit. Parmi ceux du
niveau secondaire, les grossistes 60 %, suivis des détaillants 100 %. En ce qui concerne le
niveau universitaire il ne renferme aucun commerçant détaillant, uniquement que 40 % des
grossistes. (Tableau V).
1

Tableau V : Répartition des commerçants selon le niveau d'instruction


Acteurs Niveaux d'instructions(%)
Secondaire Universitaire
Grossistes 60 40
Détaillants 100 0

3-1--4-3- Les consommateurs


Au niveau du marché de consommation il a été repéré des maquis restaurants, des
restaurants d'hôtel. et des supermarchés. Parmi ces marchés de consommations les
supermarchés sont les plus nombreux 40 %, les maquis 20 %, les restaurants d'hôtels 20 % et
les services traiteurs 20 % également. (Figure 7).

Figure 7 : Marchés de consommation

3-1-5-Caractérisation socioprofessionnelle des acteurs


La majorité des acteurs (70 %) exercent cette activité commerciale comme activité
secondaire, les autres (30 %) la pratiquent comme activité principale.
3-1-6-Rôlcs des acteurs dans l'activité commerciale

3-1-6-1- Producteurs

La grande majoritaire (75 %) des producteurs préfèrent aller eux-mêmes sur les
marchés de consommation pour livrer leurs produits. D'autres sont en contact direct avec les
grossistes et les détaillants qui s'approvisionnent auprès d'eux à la ferme.

3-1-6-2- Grossistes
Les grossistes se chargent de ravitailler le marché de consommation et les points de
vente. Ils vont à la recherche de marché potentiel a.fin de se charger de la distribution. Us
pratiquent cette activité aftn d'obtenir plus de profit. Du moment où ils achètent en grande
quantité et à moindre coût auprès des producteurs. Certains pratiquaient auparavant l'élevage
des cailles. Dans le but de ne pas perdre leur marché ils se maintiennent toujours dans le
circuit par cette méthode.

3-1-6-3- Détaillants
Ce groupe quant à lui fait une sorte de publicité auprès des populations afin de
mieux faire connaitre ce nouveau produit. Le plus souvent ils vendent uniquement les œufs
auprès de leur connaissance ou sur les petites surfaces de vente. D'autre se dirige vers les
grands bureaux de la place pour présenter le produit et font une sorte de publicité sur les vêtus
médicinales de ces œufs afin d'agrandir leur réseau clientèle.

3-1-6-4- Consommateurs
Les consommateurs sont repartis en deux groupes : les ménages qui représentent
76.67 % de l'échantillon et constitués de personnes de toutes catégories sociales, d'origines et
de revenus très diversifiés. Les restaurants. les services traiteurs, et les hôtels qui représentent
23.33 % de l'échantillon s'occupe de présenter le produit fini sous diverses formes
comestibles. Parmi les consommateurs du ménage interrogés, la majorité répondent qu'ils
s'approvisionnent auprès des fermiers car la caille servi en grande surface ou au restaurant
représente une nourriture de luxe. La pièce de caille cuite dans certains restaurants d'hôtels
coûte pratiquement la somme de 10000 FCFA. Etant donné que tous ces consommateurs du
ménage n'ont pas tous les mêmes niveaux de vie, chacun utilise le circuit qui lui convient.
3-1-7- Raison de consommer les produits d'élevage des cailles
A la question de savoir pourquoi les consommateurs de différentes classes sociales
préfèrent la caille et surtout ses œufs, trois grands groupes de réponses ont été recueillies : 90
% répondent que c'est à cause du goût de la chair, et surtout pour des raisons de santé car ils
utilisent les œufs de caille à titre thérapeutique; 10 % répondent que c'est pour la qualité de la
chair qui est naturelle et dépourvue de tout produit chimique comme le poulet traditionnel.
Quant au second groupe il affirme que la restauration de la caille est économiquement très
rentable et attire une clientèle constituée de personnes de haute personnalité et surtout de
touristes occidentaux.

3-1-8 - Analyse du système de vente et le mode de règlement


3-1-8-1- Système de vente
Les prix moyens enregistrés par unité à l'achat et à la vente de la caille et ses œufs
sont présentés dans le tableau VI. Le producteur propose sa caille à 880 ±164,32 FCFA
et ses œufs à 1375 ± 434,93 FCA .Après marchandage, le grossiste achète à 780 ± 109.54
FCFA pour la chair et à 1225 ± 178,54 FCA les œufs (30). Il va ensuite revendre directement
aux détaillants et aux consommateurs à un prix moyen delOOO FCFA la caille et à 1380 ±
164,32 les œufs. Le détaillant achète pour les proposer au consommateur à 1425 ± 125.49
FCFA la caille et les œufs à 1883.33 ± 21 L48 FCFA.

Tableau Vl : Prix moyens pratiqués par type d'acteur à l'achat et à la vente


Acteurs Prix moyen Prix moyen proposé à la
d'approvisionnement vente
VIANDE ŒUF VIANDE ŒUF
Producteur / / 880±164,32 1375±434,93
FCFA FCFA
Grossiste 780±109,54F 1225±.178,54F lOOOFCFA 1380±164,32
CFA CFA FCFA
Détaillant IOOOFCFA 1380± l 64,32F 1425±125,4 1883,33±211,
CFA 9FCFA 48FCFA
Consommateur / / 1425±125,4 1883,33±211,
9FCFA 48FCFA
3-1-8-2- Mode de règlement
Le mode de règlement dépend des relations de confiance qui existent entre les
différents acteurs. Selon les résultats obtenus, les règlements se font au comptant dans la plus
part des cas. Seulement quelques rares cas ou les règlements se fond à crédit entre les
grossistes et les producteurs.

3-1-9 - Circuit de commercialisation


Le circuit commercial des caiUes à Abidjan est un circuit se présente comme suit :

PRODUCTEURS GROSSISTES

DETAILLANTS

CONSOMMATEURS

(Les ménages, restaurants, maquis, hôtels services traiteurs)

- Circuit long
i:::=:::::i Circuit court

Figure 8: Circuit d'approvisionnement et de commercialisation des œufs et de la chair des


cailles à Abidjan.

Les consommateurs du ménage se ravitaillent le plus souvent auprès des producteurs


(circuit court), au niveau des grandes surfaces (super marché), chez le grossiste ou auprès
des détaillants (circuit long). Les grossistes quant à lui, collecte auprès des producteurs et se
charge de la redistribution aux détaillants et aux consommateurs. Le détaillant lui vend aux
divers particuliers.
Il existe à chaque niveau de la commercialisation une relation entre les différents acteurs.
Entre les grossistes et les producteurs. des relations de confiance et souvent d'amitié existent.
Entre les détaillants et les producteurs, des relations de parenté existent le plus souvent.

3-1-10- Charges liées à l'activité


Diverses charges sont liées à cette activité notamment les frais d'alimentation, de
vaccination. de location, de transport, d'abattage, et de chauffage. Ces charges sont
enregistrées dans le tableau (VII).

Tableau VII : Différentes charges mensuelles (FCF A)


alimentation Vaccin Transport location Abattage Chauffage
producteur 38550 2000 10000 10000 2500 20000
Grossiste 0 0 25000 0 5000 0
Détaillant 0 0 10000 10000 0 0

3-2-DISCUSSION
Les consommateurs sont les plus nombreux dans le circuit et représentent 63 % de
l'ensemble. Ceci peut s'expliquer par la forte présence des consommateurs du ménage qui
utilisent les œufs de caille à titre thérapeutique. Ces résultats sont en conformité avec ceux
trouver par la (FAO, 2008) lors des études menées sur le secteur avicole en Côte d'ivoire, qui
montrent que les circuits informels dont les consommateurs traitent 60 % du volume des œufs
de consommation.
Suite à nos enquêtés, les grossistes ne représentent que 08 % de l'échantillon; ceci est un
élément qui clarifie nos soupçons, à savoir que la coturniculture soit encore au stade
embryonnaire en Côte d'Ivoire. La commercialisation des produits d'élevage des caille à
Abidjan est encore à l'état embryonnaire et non organisé.
La commercialisation de la caille dans la ville d'Abidjan est une activité qui regroupe très
peu de personnes âgées. Sur le marché, on a l'impression que c'est une activité qui attire
beaucoup plus le regard de la jeunesse. Contrairement au secteur du poulet traditionnel qui
apparemment semblerais être réservé aux personnes adultes car c'est grâce à eux que la sous
1

filière existe encore (Mbouga ,2011 ). La forte présence des jeunes dans le circuit peut
s'expliquer par le taux de chômage élevé en Côte d'Ivoire. Cet élevage semblerait être un
moyen efficace pour obtenir un salaire confortable. La présence des personnes âgées dans le
circuit est la preuve que la coturniculture est facile à exercer et passionnant.
La grande présence des personnes instruites dans ce secteur sera très bénéfique car pour que la
commercialisation soit formelle, l'instruction jouera un rôle très important dans la bonne
marche de cette nouvelle activité.
La plus part des acteurs (70 %) exercent cette activité comme activité secondaire, ce résultat
est pratiquement conforme à celui de (Bakoji et al ,2013) qui montrent que près de (66,7 %)
des acteurs qui exercent I'élevage des cailles le font en tant qu'activité secondaire.
Les consommateurs de notre échantillon consomment la majorité (90 %) les œufs de cailles
et la caiJle pour des raisons de santé. Vu cela nous pouvons dire que la caille regorge des
vêtus thérapeutiques, comme le confirment Haruna et al. (1997) et Olubamiwa et al., (1999)
qui montrent que la chair et les œufs de caille sont réputés pour leur haute qualité protéique,
haute mérite biologique et leur pauvre teneur calorique qui serait bénéfique pour les
personnes ayant l'hypertension. De même (JO %) des consommateurs comparent la qualité
de la chair de caille au poulet local car selon eux le poulet traditionnel est naturel. La FAO,
(2004) aborde le sujet de la consommation dans le même sens, que les consommateurs de
notre échantillon à savoir que la viande de poulet local est dépourvue de tout produit
chimique.
1

CHAPITRE IV: RECOMMANDATIONS

Les différentes recommandations formulées seront adressées à l'endroit des


pouvoirs publics et des acteurs de la commercialisation.

4-1 Producteurs
Les producteurs doivent s'organiser en groupement pour mieux mener leurs
activités. Ils doivent également bien se former dans des structures d'élevage à l'extérieur,
dans les pays de la sous région où l'élevage des cailles est très bien développé. Ainsi ils
pourront pratiquer leur élevage selon les normes d'élevage afin de mieux rentabiliser et
produire de produits de bonne qualité pour les consommateurs.

4-2 - Commerçants
Les commerçants des cailles devraient pour une meilleure gestion de leur activité et
la défense de leurs intérêts se regrouper en organisation structurée et reconnue. Ils doivent
plaider auprès de l'Etat afin qu'il leurs soit assuré l'encadrement technique nécessaire pour
l'organisation de ce nouveau circuit commercial. Cette organisation du circuit pourra
favoriser la mise en place d'un abattoir spécialisé, des moyens de transport spécialisés dotés
d'alvéoles spécifiques aux œufs de caille pour éviter de distribuer des œufs fêlés.

4-3-Pouvoir public et privé.


Il serait nécessaire de créer un partenariat entre les pouvoirs publics et privés. Ce
partenariat permettra d'envoyer les agents sur le terrain qui vont se charger de développer la
sous-filière à travers une formation et un suivi des acteurs sur le terrain et la création à
Abidjan et dans les autres villes de la Côte d'Ivoire d'un marché unique à caille bien
structuré, doté d'infrastructures d'accueil et de stockage, une aire de vente avec possibilité de
nettoyage et de désinfection et un abattoir moderne. Mettre en place un système industriel
afin de procéder à la transformation des produits issus de l'élevage des cailles en produits
finis.

4-4 - Chercheurs
Cette thématique doit faire l'objet des recherches en Côte d'Ivoire plus précisément
dans la ville d'Abidjan où cet élevage est beaucoup plus concentré.

23
L__p'
1

Ceci permettra de réduire à la longue les contraintes liées à la commercialisation de la caille.


Les chercheurs doivent considérablement accentuer leurs recherches sur les cailles. Ainsi ils
favoriseront la vulgarisation de la cotumiculture en côte d'Ivoire.
CONCLUSION

A Abidjan, la commercialisation des produits issus de l'élevage des cailles se trouve


dans le secteur infoanel. Cette étude a été réalisée dans le but de mettre en place un véritable
schéma de ce circuit de commercialisation. TI en ressort de cette étude d'enquête que ce circuit
est constitué de quatre principaux acteurs : le producteur, le grossiste, le détaillant et le
consommateur.
Ces acteurs sont pour la plupart moins âgé et tous sont des alphabètes. Cette étude a montrée
que les consommateurs sont les plus nombreux 63% de l'échantillon étudié.
Différentes charges moyennes mensuelles sont liées à l'activité. Selon les
acteurs. il s'agit des frais d'alimentation, de vaccination, de location, de transport, d'abattage
et de chauffage.
En somme une meilleure organisation de ce circuit, une innovation de cette activité auprès des
populations Ivoiriennes pourra rendre ce circuit très moderne et économiquement très
rentable.
1

REFERENCES BIBLIOGRAPIDQUES

Ashok. A And P. Mahipal Reddy. ,2010. Evaluation of reproductive traits in three strains of
Japanese quail.Veterinary world, vol. 3 (4): 169-170.

Abatcha M. G .. ; Emennaa P. E.; Musa U.; Ahmed M. S.; Njam L. R.; Karsin P. D.;
Jamilu H. and Ajibola, H. 0.,2009. Hatching success and embryonic mortality in Japanese
quai! (Cotumix cotumixjaponica) farm in North Central Nigeria Proc. 14th Ana. Conf. Anim.
Sei. Asso. OfNig. (ASAN), 14th- l 7thSept, LAUTECH, Ogbomoso. Pp. 556 - 558.

Alderton D., 1992. The Atlas of quails.Neptune City,NJ:T.F.H. Publications.pp.144.

Chang Reissig E.; MarteUa, M. B.; Navarro, J. and Robles, C. A. (2001). Aspectas
sanitarios de la cria del choique (pterecnenemia pannata) en granjas de la patagonia
Argentina. Revista de medicina Veterianaria, 82: 324 - 326.

Djouvinov D and Mihailov R 2005 Effect of low protein level on performance of growing
and laying Japanese quails ( Coturnix coturnix Japonica): Bulgarian journal of veterinary
medicine (8) N° 2 pp: 91 -98. http://tru.uni-sz.bg/bjvm/vol08-No2-02.pdf

Faye B., Alary V. Les enjeux des productions animales dans les pays du Sud. Prod. Anim.
2001, 14. 3-13.

Fion, F. 1911. Gibier à plumes de l'Inde et de l'Asie. Calcutta: Thacker, Spink & Co. 76 pp.

Garwood, A. A.and Diehl, R. C. J. (1987). Body volume and density of live cortunix quai!
and associated genetic relationship. Poult. Sei. 66 (8) 1269.

Goozalez A.; Satterlee D. G.; Moharer F. and Cadd, D. G.(1999). Factors affecting
Ostrich egg hatchability. Poultry Science, 78: 1256 - 1262.

GrinnelJ, Joseph and A. H. Miller., 1944. The distribution of the birds of-Califomia.Pacific
CoastAvifauna. N°27. pp.608.
Hall G., 2012 in Onyewuch et al 2013. Profitability of quaiJ bird and egg production in imo
state. Nigerian Journal of Agriculture, Food and Environment. 9(1):40-44

Haruoa E. S.; Musa U; Lombin L. B.; Tat P. B.; Shamaki, D.; Okewole, P. and Haruoa
E.S.; Musa U.; Lommon L. H.; Tat P. M.; Shamaki P. D.; Okewole, P. and Molokwu, J.
U., 1997. Introduction toquai! production in Nigeria. Veterinary Journal. 18: 104-107.

Heonache,A. et Ottaviani M.(2011).Caille,perdrixet francolins de l'ancien monde,400p.


Edition W.P.A. France.clères, France.

Hoffmann, E. 1988. Cotumix Quail. Taipei: Yi Hisien Publishing Co.11-12 pp.

Johnsgard, P. 1988. The Quails, Partridges, and Francolins of the World. Oxford: Oxford
University. Linnaeus, Syst. Nat; ed 10 PQF News, 20:15-16.

Kouablé B.B. et Tré B.T.C.O., 2014. Rapport définitif de l'étude des exportations du bétail
malien suite aux récentes crises. Côte d'Ivoire, 49 pp.

Lambert, R; 1970. Notes on the breeding and behaviour of Japanese Quails AviculturaJ
Magazine, 76(5): 177-179.

Lucile. V; Aloïs. R; Charley. C; Arnaud .G ; 2012. Caille des blés (Cotumix coturnix
cotumix) et Caille japonaise (Coturnix coturnix japonica) Hybridation et perspectives de
Gestion. pp.1.

Madge,S. et Mc Gowan,p.j.k; 2002. Pheasants,parridges et Grouse.Helm,Londo. pp.516.

Menasse .V; 1986. L'élevage rentable des cailles (Edition De Vecchi SA). pp 5 -119.

Mbouga S., 2011. Etude de la commercialisation du poulet local sur l'axe Louga-Dakar au
Sénégal : Acteurs, marchés, circuit et système de transport. Mémoire de Master n Production
Animale et développement durable. Ecole Inter-états des sciences et médecine vétérinaire
Dakar, Sénégal. 26pp.
Meinertzhagen, R, 1954 in WOODARD et al 1973. Japanese quail husbandry in the
laboratory. Department of Avian Sciences University ofCalifomia, Davis, CA 95616. pp 3.

Mizutani, M., 2003 in Onyewuch et al 2013. Profitability of quail bird and egg production
in imo state. Nigerian Journal of Agriculture, Food and Environment. 9(1):40-44.

Naibi S. A.; Zahraddeen, D.; KaUa, D. J. U. and Nathaniel, C., 2009. Effects of storage
lengtb and positioning on hatchability of Japanese quai! eggs ((Cotumix coturnixjapooica) in
a subtropical environment. Proc. 34 Proc. 34th Ann. Conf. Nig. Soc. for Anim. Prod. l 5th-
l 8th March, Uyo.Pp. 457 - 460.

NRC., 1991. National Research Council. Quail. In: Micro livestock - little known small
animais with a promising future. National Academy Press, Washington D.C. pp. 147 - 155.

NVRI., 1994. Farmer training on quail production and bealtb management. National
Veterinary Research Institute Yom, Nigeria. Pg.44.

Olubamiwa O.; Haruna E. S.; Musa U. ; Akinwole T. O.; Combin L. H.and Longe, G.
O., 1999. Effects of differeot eoergy levels of cocoa based diets on the productive
performance of Japanese quail. Nig. J. Anim. Prod. 26: 88 -92.

Oluyemi, J. A. and Roberts, ·F.A., 2000 in Owen and Dike 2013. Japanese Quail (Coturnix
cotumix japonica) Husbandry: A means of Increasing Animal Protein Base in Developing
Countries. Journal ofEnvironmental Issues and Agriculture in Developing Countries. 5(1): 03

Ortlieb.G. 2013 in Ooyewuch et al 2013. Profitability of quail bird and egg production in
imo state. Nigerian Journal of Agriculture, Food and Environment. 9(1): 40-44.

Rankling, F. W., Artin, A., Lison G. M., Artin, D. and Nnabelle, M. A. 1998 in
Onyewuch et al 2013. Profitability of quail bird and egg production in imo state. Nigerian
Journal of Agriculture, Food and Environment. 9(1 ):40-44.

Robbins, G. E. S. (1981). Quails, their breeding and management. Publisher - world


pbeasant Association (WPA), 9:10.
1

Teusan Anca, Vacaru-Opri~i., Teusan V., 2008. Aspects regarding some morphological
values Of the domestic quaiJ eggs ( cotumix cotumix japonica). Lucrâri ~nNifice Zootehnie
~i Biotehnologii, vol. 41 (2): 710.
ANNEXE

QUESTIONNAIRE POUR LES DIFFERENTS ACTEURS

Numéro de la fiche

Date

A.IDENTIFICATION DES ACTEURS ET LIEUX D'EXERCICE

Nom et prénoms de l'acteur

Adresse

Téléphone

E-mail

Localisation géographique du lieu

B-PRODUCTION (questions adressée uniquement aux producteurs).

o Chair et œufs
o Chair ou œufs

C-SYSTEME DE COMMERCIALISATION

l-Comment es-que vous vendez vos produits d'élevage?

-En gros?
1

o Oui
o Non

-En détail

o Oui
o Non

3- Le marche est-il organisé ?

o Oui
o Non

4-Avez-vous la clientèle au niveau des grandes surfaces?

Si oui quelles sont ces surfaces ?

o Supermarchés
o restaurants d'hôtel
o Service traiteurs

5-A combien es ce que vous vendez vos produits?

o Œufs
o Viandes

6-Cette activité est-elle rentable?

o Oui
o Non

7-Es-ce votre seul activité? ou pratiquez-vous une autre activité

o Oui
o Non

8-Existe-t-il des problèmes que vous rencontrez qui impact négativement sur la rentabilité ?

o Oui
o Non

Si oui quelles sont vos moyens pour résoudre le problème?

9-Avez-vous des suggestions à faire pour développer de l'activité?

Si oui lesquelles ? et à qui les adressez-vous ?


D-RAISONS DE CONSOMMATION DES PRODUITS D'ELEVAGE DE LA CAILLE

1-Quelles sont les raison qui vous incitent à consommer la caille ou ses œufs

o Le goût
o Pour des raisons de santé
o Pour la qualité de la chair

Vous aimerez peut-être aussi