Vous êtes sur la page 1sur 17

Cours RDM Théorie é lémentaire de la RDM

Corrigé des exercices d’application chapitre 3 :

➢ Exercice 1 : Poutre sur deux appuis avec une charge uniformément répartie sur toute sa
longueur :
\Q

q=2kN /m Y
A B
RBX O 
l/2 l/2  X
RAy l=4 m Z
RBy

1- Détermination des réactions aux appuis :


 
 Fext = 0 (1)

~ ~
P.F.S : Fext = 0  
( )
  
 M Fext =0 (2)
 /A

Q = q.l = 8 kN

(1)  Projection suivant l’axe X : RBx = 0 N

Projection suivant l’axe Y : R Ay + RBy = Q = 8 kN (3)


l Q q.l
(2)  Projection suivant l’axe Z : RBy .l − Q. = 0  RBy = = = 4 kN (4)
2 2 2
Q q.l
(3) et (4)  R Ay = RBy = = = 4 kN
2 2

2- Expression des efforts internes :


La structure et l’effort appliqué sont continus  on a un seul intervalle d’étude : [AB[
* [AB[  Pour x  [0, l[   x  [0, 4m [
Faisons une coupure à l’abscisse x entre 0 et l et projetons les efforts extérieurs situés
à gauche de la coupure en respectant la convention de signe de Génie Civil adopté :
q.x

x/2 x/2 y (x )
q
G(x)
A N(x)
G(x)
x Mz(x)  
RAy G.C z (x ) x (x )
V(s
y(x)
1)

R. Belhadj 1
Cours RDM Théorie é lémentaire de la RDM

On applique le PFS sur la partie gauche et on projette par rapport au repère local
  
[ G ( x), x ( x), y ( x), z ( x) ] lié à la section (x)

 F = 0
 ext (1)

( )
  
~ ~
P.F.S : Fext = 0   M Fext =0 ( 2)
 / G( x)


(1)  Projection suivant l’axe x (x ) : N ( x ) = 0 N

Projection suivant l’axe y (x ) : R Ay − q.x - V y ( x ) = 0

V y ( x ) = R Ay − q.x = 4 − 2.x
q.l
V y ( A) = V y ( x = 0) = R Ay = = 4 kN
2
l l
V y (C ) = V y ( x = = 2m) = R Ay − q. = 0 N
2 2
q.l
V y ( B ) = V y ( x = l = 4m) = R Ay − q.l = − = - 4 kN
2
 q.x 2
(2)  Projection suivant l’axe z (x ) : M z ( x ) - R Ay .x + =0
2
q.x 2
M z ( x ) = R Ay .x − = 4. x − x 2
2
M z ( A) = M z ( x = 0) = 0 N.m
l q .l 2
M z (C ) = M z ( x = = 2 m) = = 4 kN.m
2 8
M z (C) = M z ( x = l = 4 m) = 0 N.m

3- Diagrammes des efforts internes :

q.l
N R AY = = 4 kN Vy
2
B
A A B
C
q.l
− R BY = − = −4kN
2

Mz
A C B

q.l 2
M z (C ) = M zMax = = 4 kN .m
8

R. Belhadj 2
Cours RDM Théorie é lémentaire de la RDM

4- Vérifications des diagrammes :


d 2 M z dVy
a- On a : = = q y  si q y = cte  V y est linéaire et M z est parabolique.
ds 2 ds
si q y = 0  V y est constant et M z est linéaire.

Avec q y est un chargement réparti selon y (x )

Pour cette structure, on a un chargement réparti q  V y est linéaire et M z est

parabolique. (Vérifié)
dM z
b- On a = Vy  - si V y > 0 alors M z est croissant
ds
- si V y < 0 alors M z est décroissant.

- si V y = 0 alors M z passe par un extremum en ce point

Pour notre structure :


- Sur [AC[: V y > 0  M z est croissant. (Vérifié)

- Sur [CB[: V y < 0  M z est décroissant. (Vérifié)

- V y (C) = 0  M z
max
= M z (C ) .(vérifié)

c- On a une articulation et un appui mobile aux extrémités de la structure A et B


 M z ( A) = M z ( B) = 0 N.m
5- Etats des sollicitations:
D’après les diagrammes des efforts internes, on a N = 0 ; V y  0 ; M z  0

 La structure est soumise à la flexion simple.

6- Déformée de la structure : La déformée de la structure est sa forme après déformation

Avant déformation Après déformation


q

Fibre comprimée

Fibre tendue Plan neutre

R. Belhadj 3
Cours RDM Théorie é lémentaire de la RDM

Remarque 1:
Dans les calculs des efforts internes, on ne peut pas remplacer l’effort q réparti sur toute
la poutre par un effort concentré équivalent à son milieu.
Remarque 2:
Dans les calculs des efforts internes, on fait une étude par intervalles si :
a) Chargement discontinu
Exemple 1:
F
:
A B
C
2 intervalles
L

Exemple 2:
q F
B
A 3 intervalles
C D
L

b) Structure discontinue :
Exemple 3 :
l p

A B
2 intervalles
h

C
Q
Exemple 4 :
F1= 15 kN
q = 16 kN/m
l3 = 2 m l4 = 2 m

D E
C
l2 = 2.5 m
l5 = 3.5 m
6 intervalles
B F
l1 = 2.5 m F2= 10 kN

A l6 = 3.5 m

R. Belhadj G 4
Cours RDM Théorie é lémentaire de la RDM

➢ Exercice 2 : Poutre sur deux appuis simples avec une charge concentrée au milieu :

F=10kN Y
A B
C RBX O 
 X
RAy L=4m Z
RBy

1- Détermination des réactions aux appuis :


F
On sait bien que : RBx = 0 N ; R Ay = R By = = 5 kN ( structure de base)
2

2- Expression des efforts internes :


On a un effort concentré au point C d’abscisse x = l/2, ce qui induit un changement dans
les expressions des efforts internes en passant par ce point  Etude par intervalle : On a 2
intervalles d’études [AC[ et [CB[
* [AC[ :  x  [0, l/2 [   x  [0, 2m [
Faisons une coupure à une abscisse x entre 0 et l/2 et projetons les efforts extérieurs
situés à gauche de la coupure en respectant la convention de signe de Génie Civil adopté :


y (x )
G(x)
A N(x)
G(x)
x Mz(x)  
RAy G.C z (x ) x (x )
V(s
y(x)
1)

On applique le PFS sur la partie gauche et on projette par rapport au repère local*
  
[ G ( x), x ( x), y ( x), z ( x) ] lié à la section (x)

 F = 0
 ext (1)

( )
  
~ ~
P.F.S: Fext = 0   M Fext =0 ( 2)
 / G( x)


(1)  Projection suivant l’axe x (x ) : N ( x ) = 0 N

Projection suivant l’axe y (x ) : R Ay - V y ( x ) = 0

F
 V y ( x ) = R Ay = = 5 KN
2

R. Belhadj 5
Cours RDM Théorie é lémentaire de la RDM


(2)  Projection suivant l’axe z (x ) : M z ( x ) - R Ay .x = 0
F
M z ( x ) = R Ay .x = .x = 5.x M z ( A ) = M z ( x = 0) = 0 N.m
2
l F .l
M z (C ) = M z ( x = = 2 m) = = 10 kN.m
2 4

* [CB[ :  x  [ l/2 , l [   x  [2m, 4m [


De même, faisons une coupure à une abscisse x entre l/2 et l et projetons les efforts
extérieurs situés à gauche de la coupure en respectant la convention de signe de Génie Civil
adopté :


F y (x )
G(x)
A N(x)
l/2 x-l/2 G(x)
x Mz(x)  
RAy G.C z (x ) x (x )
V(s
y(x)
1)

On applique le PFS sur la partie gauche et on projette par rapport au repère local
  
[ G ( x), x ( x), y ( x), z ( x) ] lié à la section (x)

 F = 0
 ext (1)

( )
  
~ ~
P.F.S: Fext = 0   M Fext =0 ( 2)
 / G( x)


(1)  Projection suivant l’axe x (x ) : N ( x ) = 0 N

Projection suivant l’axe y (x ) : R Ay − F - Vy (x) = 0

F
 V y ( x ) = R Ay − F = − = - 5 kN
2
 l
(2)  Projection suivant l’axe z (x ) : M z ( x ) - R Ay .x + F .( x − ) = 0
2
l F
M z ( x ) = R Ay .x − F ( x − ) = .(l − x) = 5.( 4 − x)
2 2
l F .l
M z (C ) = M z ( x = = 2 m) = = 10 kN.m
2 4
M z ( B ) = M z ( x = l ) = 0 N.m

R. Belhadj 6
Cours RDM Théorie é lémentaire de la RDM

3- Diagrammes des efforts internes :


F
R AY = = 5kN Vy
N 2
A B A C B

F
− R BY = − = −5kN
2
Mz
A C B

F .l
M z (C ) = M zMax = = 10kN .m
4
4- Vérifications des diagrammes :
d 2 M z dVy
a- On a : = = q y  si q y = cte  V y est linéaire et M z est parabolique.
ds 2 ds
si q y = 0  V y est constant et M z est linéaire.

Avec q y est un chargement réparti selon y (x )

Pour cette structure, et dans les 2 intervalles, on n’a pas de chargement réparti : qy = 0
 V y est constant par intervalle et M z est linéaire par intervalle. (Vérifié)

dM z
b- On a = Vy  - si V y > 0 alors M z est croissant
ds
- si V y < 0 alors M z est décroissant.

- si V y = 0 alors M z passe par un extremum en ce point

Pour notre structure :


- Sur [AC[ : V y > 0  M z est croissant. (Vérifié)

- Sur [CB[ : V y < 0  M z est décroissant. (Vérifié)

c- On a une articulation et un appui mobile aux extrémités de la structure A et B


 M z ( A) = M z ( B) = 0 N.m
d- Le moment est toujours continu : M z (C − ) = M z (C + ) (vérifié)

5- Etats de sollicitations :
D’après les diagrammes des efforts internes, on a N = 0 ; V y  0 ; M z  0

 La structure est soumise à la flexion simple.


6- Déformée de la structure : identique à l’exercice n°1.

R. Belhadj 7
Cours RDM Théorie é lémentaire de la RDM

➢ Exercice 3 : Soit la poutre (AB) libre en B et encastrée en A, soumise à un effort réparti sur
toute sa longueur l.
P=15 kN 
Y
P=5kN /m
Me A
RAx
O 
A B  X
l/2 l/2 Z
RAy
l=3m

1- Détermination des réactions aux appuis :


On sait bien que : R Ax = 0 N ; R Ay = p .l = P=15 kN

p.l 2
M eA = = 22,5 kN.m
2

2- Expression des diagrammes des efforts internes :


La structure et l’effort appliqué sont continus  on a un seul intervalle d’étude : [AB[
* [AB[  Pour x  [0, l[   x  [0, 4m [
Partie gauche :
p.x

x/2 x/2

M eA G(x) N(x)
A x
y 0 Mz(x)
RA G.C
Vy(x)
(s1)

N ( x) = 0 N

V y ( x ) = R Ay − p.x = 15 − 5.x
Vy ( A) = Vy ( x = 0) = RAy = p.l = 15kN
Vy ( B) = Vy ( x = l = 3 m) = RAy − p.l = 0 N

p.x 2
M z ( x ) = − M eA + R Ay .x − = −22,5 + 15.x − 2,5.x 2
2
p.l 2
M z ( A) = M z ( x = 0) = − M eA = − = −22,5 kN .m
2
M z ( B) = M z ( x = l = 3 m) = 0 N.m

R. Belhadj 8
Cours RDM Théorie é lémentaire de la RDM

3- Diagrammes des efforts internes :

Vy
R AY = p.l = P = 15kN
N
A B B
A

p.l 2
−M =−
e
A
= −22,5kN.m
2 Mz

A B

4- Vérifications des diagrammes :

d 2 M z dVy
a- On a : = = qy
ds 2 ds
Pour cette structure, on a un chargement réparti q  V y est linéaire et M z est

parabolique. (Vérifié)
dM z
b- On a = Vy  V y > 0  M z est croissant. (Vérifié)
ds
c- On a un encastrement au point A  M z ( A) =  M eA (Vérifié)

d- Le point B est un point libre à l’extrémité : M z ( B) = 0 N .m (Vérifié)

Remarque : On peut calculer les efforts internes en gardant la partie droite et on aura les
mêmes résultats :
- Dans ce choix, on évite le calcul des composantes des réactions aux appuis.
- La longueur de la partie droite vaut d= l-x

5- Etats de sollicitations :
D’après les diagrammes des efforts internes, on a N = 0 ; V y  0 ; M z  0

 La structure est soumise à la flexion simple.

R. Belhadj 9
Cours RDM Théorie é lémentaire de la RDM

6- Déformée de la structure :

Avant déformation Après déformation


q

Fibre tendue

x
Fibre comprimée Plan neutre

Remarques :
1- Au voisinage de l’encastrement, la structure ne se déforme pas puisque cet appui
bloque toute rotation.
2- On place les armatures principales dans la zone des fibres tendues. Pour cette console,
elles sont donc mises en haut puisque les fibres tendues sont en haut.
A retenir : Le moment de flexion est en haut Les fibres tendues sont en haut
Les armatures principales sont en haut ( respectivement en bas)

Armatures principales

Armatures de montage

Coupe longitudinale Coupe transversale

Fig.: Ferraillage de la console

R. Belhadj 10
Cours RDM Théorie é lémentaire de la RDM

➢ Exercice 4 : Soit la poutre (AB) libre en B et encastrée en A, soumise à un effort concentré


F au point B.
F=15kN 
Y
RAx
B O 
A  X
M eA Z
RAy
l=3m

1- Détermination des réactions aux appuis :


On sait bien que : R Ax = 0 N ; R Ay =15 kN ; M eA = F.l = 45 kN.m

2- Expressions des efforts internes :

La structure et l’effort appliqué sont continus  on a un seul intervalle d’étude: [AB[


* [AB[  Pour x  [0, l[   x  [0, 3m [

Partie gauche Partie droite

RAx A B
x d=l-x
A
Me 0 y
RA
l

Partie droite :

F y (x )
Vy(x)
Avec d = l-x
Mz(x)
G(x)
G(x)  
N(x) d B z (x ) x (x )
G.C
N ( x) = 0 N (s1)
V y ( x ) = F =15 kN
M z ( x )=

M z ( B) = M z ( x = l = 3 m) = 0 N.m

R. Belhadj 11
Cours RDM Théorie é lémentaire de la RDM

3- Diagrammes des efforts internes :

Vy
N R = F = 15kN
Y
A

A 0N B
A B

− M eA = − F.L = −45kN.m Mz

A B

4- Vérifications des diagrammes :


d 2 M z dVy
a- On a : = = qy
ds 2 ds
Pour cette structure, on n’a pas de chargement réparti qy = 0  V y est constant et M z

est linéaire. (vérifié)


dM z
b- On a = Vy  V y > 0  M z est croissant. (vérifié)
ds
c- On a un encastrement au point A  M z ( A) =  M eA (vérifié)

d- Le point B est un point libre à l’extrémité : M z ( B) = 0 N .m (vérifié)

5- Etats de sollicitations:
D’après les diagrammes des efforts internes, on a N = 0 ; V y  0 ; M z  0

 La structure est soumise à la flexion simple.

6- Déformée de la structure : identique à l’exercice n°3.

R. Belhadj 12
Cours RDM Théorie é lémentaire de la RDM

➢Exercice 5 : On se donne la structure suivante :


P
l/2 l/2

l =2m Y
p=5 kN/m
RAx
B
O 
A  X
M eA Z
RAy

h= 3 m

C Q= 20kN
P = p.l A.N P = 5 x 2 = 10 kN
1- Détermination des réactions aux appuis :
 
 Fext = 0 (1)


( )
  
 M Fext
~ ~
P.F.S : Fext = 0  =0 (2)
 /A

(1)  Projection suivant l’axe X : R Ax = - Q A. N : R Ax = −20kN

Projection suivant l’axe Y : R Ay = P A. N : R Ay = 10kN


l l
(2)  Projection suivant l’axe Z : M eA − P. + Q.h = 0  M eA = P. − Q.h
2 2
A. N : M eA = −50 kN.m

Conclusion : Sens réels des composantes de la réaction :

RAx = 20kN

MeA=50 k N.m
A
RAy=10 kN

2- Expressions des efforts internes :


La structure est discontinue  Etude par intervalle : On a 2 intervalles d’étude [AB[ et [BC[

R. Belhadj 13
Cours RDM Théorie é lémentaire de la RDM

* [AB[  Pour x  [0, l[   x  [0, 2m [

Partie gauche
p
RAx
A x B
A
Me 0 Partie droite

RAy

C Q
NB:
- L’origine de l’abscisse rectiligne x est au point le plus à gauche de la structure. Pour cet
intervalle, l’origine est au point A.
- La partie gauche de la poutre commence du point A jusqu’à la coupure.
- La partie droite de la poutre commence de la coupure jusqu’à au dernier point de la poutre,
le point C.

Partie gauche :
p.x 
y (x )
x/2 x/2
RAx G(x) G(x)
N(x)  
A x z (x ) x (x )
Me A RAy 0 G.C Mz(x)
Vy(x)
(s1)

N (x) = R Ax = 20kN

V y ( x ) = R Ay − p.x = 10 − 5.x
V y ( A) = V y ( x = 0) = RAy = 10kN
Vy ( B) = Vy ( x = l = 2 m) = 0 N

p.x 2
M z ( x ) = M eA + R Ay .x − = 50 + 10.x − 2,5.x 2
2
M z ( A) = M z ( x = 0) = M eA = 50 kN .m
M z (B) = M z ( x = l = 2 m) = 60 kN .m

R. Belhadj 14
Cours RDM Théorie é lémentaire de la RDM

* [BC[  Pour x  [0, h[   x  [0, 3m [

Partie gauche
p
RAx
A 0 B
M eA x
RAy

Partie droite

C Q

NB:
- Si la structure est discontinue, on initialise l’abscisse rectiligne x  Pour cet intervalle,
l’origine devient au point B.
- La partie gauche de la poutre commence du point A jusqu’à la coupure.
- La partie droite de la poutre commence de la coupure jusqu’à au dernier point de la poutre,
le point C.

Partie droite :

N(x) Mz(x)
G(x)
 
z (x ) y (x )
G(x) Vy(x)

d 
G.C x (x )
(s1)
Q Avec d = h-x

N ( x) = 0 N

V y ( x ) = − Q = −20kN
M z ( x ) = Q.d = Q(l − .x) = 20.(3 − x)
M z (B) = M z ( x = 0) = 60 kN .m
M z (C) = M z ( x = h = 3 m) = 0 kN.m

R. Belhadj 15
Cours RDM Théorie é lémentaire de la RDM

3- Diagrammes des efforts internes :

10 kN
B
-Q
A

20 kN Vy

A B

N
0 kN
-20 kN
C

A 60 kN.m
B

C 50 kN.m
60 kN.m

Mz

C
4- Vérifications des diagrammes :
d 2 M z dVy
a- On a : = = qy
ds 2 ds
Sur [AB[ : q y  0  V y est linéaire et M z est parabolique. (vérifié)

Sur [BC[ : q y = 0  V y est constant et M z est linéaire. (vérifié)

dM z
b- On a : = Vy
ds
Sur [AB[ : V y > 0  M z est croissant. (vérifié)

Sur [BC[ : V y < 0  M z est décroissant. (vérifié)

R. Belhadj 16
Cours RDM Théorie é lémentaire de la RDM

c- On a un encastrement au point A  M z ( A) =  M eA (vérifié)

d- Le point C est un point libre à l’extrémité : M z (C ) = 0 N .m (vérifié)


e- Le moment est continu au point B: M z ( B − ) = M z ( B + ) (vérifié)
Remarque :
N ( B − ) = −V y ( B + )

Vy ( B − ) = N ( B + )

5- Etats de sollicitations:
D’après les diagrammes des efforts internes,
Sur [AB[ : N  0 ; V y  0 ; M z  0

 Cette partie de la structure est soumise à la flexion composée


Sur [BC[ : N = 0 ; V y  0 ; M z  0

 Cette partie est soumise à la flexion simple.

R. Belhadj 17