Vous êtes sur la page 1sur 12

IAS 2 : Les Stocks

IAS 2 : STOCKS

I- Définition et champ d'application


1.1- Objet de la norme

L'objectif de la norme IAS 2 est de prescrire le traitement comptable applicable aux stocks. Elle donne des
commentaires pratiques sur la détermination du coût des stocks et leur comptabilisation ultérieure en charges, y compris
toute dépréciation de leur valeur comptable. Elle donne également des commentaires sur les méthodes de détermination
des éléments du coût à imputer à la valeur comptable des stocks.

1.2- Définition
Les stocks sont définis comme étant des éléments d'actif qui sont :
- Soit détenus pour être vendus dans le cours normal de l’exploitation ;
- Soit en cours de production en vue d’une telle vente ;
- Soit détenus sous forme de matières premières ou fournitures devant être consommées au cours du processus
de production ou de prestation de services.
Les stocks englobent:
- Les biens acquis et détenus pour la revente tels que les biens achetés par un détaillant en vue de les revendre
ainsi que les terrains et autres biens immobiliers détenus en vue de leur revente ;
- Les produits finis ou en cours de production produits par l’entité elle-même ;
- Les matières premières et fournitures détenues en attente de leur utilisation dans le processus de production.

Les stocks se distinguent des immobilisations par le fait qu’ils sont consommés dans le cours normal de
l’exploitation et qu’ils ne sont pas destinés à être utilisés par l’entité pendant plusieurs périodes. En effet, la
distinction entre les immobilisations et stocks ne peut être basée sur la nature des actifs en question. C’est ainsi par
exemple que des constructions doivent entre comptabilisées en tant que stocks lorsque :

- Elles sont acquises ou construites spécifiquement en vue de la revente (c'est le cas pour les immeubles
construits par les sociétés de promotion immobilière en vue de leur revente):
- Elles sont transférées des actifs immobilisés vers les stocks. Ceci est permis lorsque l’entité a commencé le
développement de la construction on vue de se vente. Dans ce cas, le coût d’entrée de la construction en tant
que stock doit être sa valeur comptable à la date du changement de sa destination.

Dans le cas d’un prestataire de services, les stocks incluent le coût du service dont le prix de vente n’a pas été
comptabilisé en produits.

1.3- Champ d'application


La norme IAS 2 doit être appliquée aux stocks autres que :
 Les travaux en cours générés par les contrats de construction, y compris les contrats directement connexes de
fourniture de services (voir IAS 11, Contrats de construction).
 Les instruments financiers ; et
 Les actifs biologiques liés à l’activité agricole et la production agricole au moment de la récolte (voir IAS 41,
Agriculture).

L’IAS2 ne s'applique pas à l’évaluation des stocks détenus par:

 Les producteurs de produits agricoles et forestiers, de produits agricoles après la récolte, et de minerais et
produits minéraux, dans la mesure où, conformément à des pratiques bien établies dans certains secteurs, ils
sont évalués à leur valeur nette de réalisation. Tout changement affectant cette valeur est comptabilisé dans le
résultat de la période ; et
 Les courtiers ou commissionnaires en marchandises dans la mesure où ils sont évalués à leur juste valeur nette
des frais de cession. Tout changement affectant cette valeur est comptabilisé dans le résultat de la période.

La norme éclaircit le fait que certains types de stocks sont exclus de son champ d’application alors que d'autres ne sont
exemptés que des dispositions relatives à l’évaluation des stocks prévues par la norme.

Mohamed HACHICHA / Notes de cours – Normes et difficultés comptables 1


IAS 2 : Les Stocks

La norme tunisienne, ne fait pas de distinction entre les stocks exclus de son champ d'application et les stocks exclus
uniquement des dispositions traitant de l’évaluation. En effet, NC 04 s'applique pour l’évaluation, la comptabilisation
et la présentation des stocks autres que:
- les travaux en cours générés par les contrats de construction y compris les contrats directement
connexes de fourniture de services ;
- les instruments financiers ; et
- les stocks de minerais dans les industries extractives et les stocks de cheptel, les produits agricoles et
forestiers dans les états financiers des producteurs régis par des normes comptables spécifiques.

II- Evaluation des stocks

Les stocks doivent être évalués au plus faible du coût et de la valeur de réalisation nette.

Le coût des stocks doit comprendre tous les coûts d'acquisition, coûts de transformation et autres coûts encourus pour
amener les stocks à l'endroit et dans l’état où ils se trouvent.

La valeur de réalisation nette est le prix de vente estimé dans le cours normal de l’activité, diminué des coûts
d'achèvement estimés et des coûts estimés nécessaires pour la réalisation de la vente.

2.1- Coût d'acquisition


Le coût d'acquisition comprend :
- le prix d'achat ; et
- les frais accessoires d'achat, tels que les droits de douane et autres taxes non récupérables, les frais de
transport, les frais d'assurance liés au transport, les frais de manutention et les autres frais directement
attribuables à l'acquisition des produits finis, des matières premières, des fournitures et des services.
Les rabais commerciaux, remises et autres éléments similaires sont déduits pour déterminer le coût d'acquisition.

Coût d'acquisition des stocks

Coût du stock au début de l'exercice


+ Coût des achats, selon le montant des factures
+ Transport
+ Droits de douane et autres taxes non récupérables
- Réductions commerciales (rabais, remises et ristournes)

Coût des marchandises destinées à la vente

Bilan Etat de Résultat

Stock de marchandises à la clôture coût des marchandises vendues

2.2- Coûts de transformation

Les coûts de transformation des stocks comprennent les coûts directement liés aux unités produites (telle que la main
d'oeuvre directe), ainsi que l'affectation systématique des frais généraux de production (charges indirectes) fixes et
variables, encourus pour transformer les matières premières en produits finis.

Affectation des frais généraux fixes de production

Les frais généraux fixes de production sont les coûts indirects de production qui demeurent relativement constants,
indépendamment du volume de production, tels que les amortissements, l'entretien des bâtiments et des équipements
industriels, les frais de gestion et d'administration de la production.

L'affectation de ces frais aux coûts de transformation est basée sur la capacité normale des installations de production. II
est possible de retenir le niveau réel de production s'il est proche de la capacité normale.

Mohamed HACHICHA / Notes de cours – Normes et difficultés comptables 2


IAS 2 : Les Stocks

En cas de sous activité, le montant des frais généraux fixes affecté à chaque unité n’est pas augmenté. Les frais
généraux non affectés sont comptabilisés en charges de la période au cours de laquelle ils sont encourus.

En cas de suractivité, le montant des frais généraux fixes affecté sur la base de la capacité normale est diminué afin que
les stocks ne soient pas évalués à un montant supérieur à leur coût effectivement engagé.

Affectation des frais généraux variables de production

Les frais généraux variables de production sont les frais indirects de production qui varient directement ou presque
directement en fonction du volume de production, tels que les matières consommables et la main d'œuvre indirecte. Les
frais généraux variables de production sont affectés à chaque unité produite sur la base de l'utilisation effective des
installations de production. L'affectation de ces frais aux unités produites est effectuée sur la base de l'utilisation
effective des installations de production compte non tenu des gaspillages.

Exemple :

Soit les données suivantes de l'entité A:

 La pleine capacité est de 10 000 heures de travail par an ;


 La capacité normale est de 7500 heures de travail par an ;
 Les heures actuelles de travail pour l’année en cours sont de 8 500 heures ;
 Frais généraux de production sont de 4,000 UM
 Le stock d'ouverture est de 2 500 unités
 Le total des unités produites pendant l'année est de 8 500 unités
 Le total des unités vendues courant la période est de 8 700 unités
 Le stock de clôture est de 2 300 unités
 Le coût des stocks est évalué selon la méthode, du FIFO

L’entreprise doit allouer les frais généraux au coût des stocks à un taux de 0.53 par heure. Taux d'affectation des frais
généraux de production:

frais généraux de production/heures de travail en capacité normale

= 4,000 / 7,500 = 0.53 par heure

Chaque unité du stock de clôture a consommé une heure pour sa production (8500 heures/8500 unités produites).

Les frais généraux de production inclus dans le coût du stock de clôture sont :

= nombre d'unités du stock de clôture x nombre d’heures pour produire une unité x taux d'affectation des frais généraux
de production

= 2,300 x 1 x 0,53 = 1,219

Les coûts restants 2,781 (4,000 - 1,219) sont constatés en charges de la période au niveau du compte de résultat

Autres coûts
Les autres coûts ne sont inclus dans le coût des stocks que dans la mesure où ils sont encourus pour amener les stocks à
l'endroit et dans l’état où ils se trouvent
Exemples de coûts incorporables

 Frais généraux autres que ceux de production.

 Coûts encourus pour concevoir des produits à l'usage de clients spécifiques.

Ces coûts ne sont incorporables au coût des stocks que dans la mesure où ils sont encourus pour amener les stocks à
l’endroit et dans l’état où ils se trouvent.

Mohamed HACHICHA / Notes de cours – Normes et difficultés comptables 3


IAS 2 : Les Stocks

Exemples de coûts non incorporables

 Les montants anormalement élevés de déchets de fabrication, de frais de main d'oeuvre ou d'autres
coûts de production (qui dépassent les normes du secteur) ;

 Les coûts de stockage, à moins qu'ils ne soient nécessaires au processus de production préalablement à
une nouvelle étape de la production ou bien relatifs à des produits nécessitant maturation :

 Les frais généraux administratifs qui ne contribuent pas à mettre les stocks à l'endroit et dans l'état où ils
se trouvent ;

 Les frais de commercialisation.

Ces frais sont comptabilisés en charges de la période au cours de laquelle ils sont encourus.

Le coût d’achat des matières premières et fournitures liées fait partie intégrante du coût de production du produit final.
Pour le calcul de ce coût d'achat des matières premières, les frais dus au gaspillage ne sont pas pris en compte.
Cependant, les pertes normales de matières premières inhérentes à la nature du produit entrent dans le coût. D’autres
part, les pertes anormales ou hors exploitation ne constituent pas des coûts incorporables, telles que les pertes suite à un
incendie, un vol ou une inondation.

Les charges directes qui entrant dans le coût de production comprennent notamment :

 la main d’oeuvre directe de production (hors salaires servis en période de grève et d’une manière générale hors
gaspillage) ;

 la sous-traitance de production :

 la redevance liées à la production, et non à la commercialisation, même si elle est basée sur le chiffre d'affaires
:

 les frais généraux fixes de production doivent être incorporés au coût de production selon l’indice d'activité qui
est égal au quotient Activité réelle / activité normale.

L’indice d'activité doit toujours être inférieur ou égal à 1. En effet, la suractivité ne doit jamais être prise en compte.

Le coût du service approvisionnement et d'administration générale ainsi que les coûts commerciaux n’entrent pas dans
le coût d'acquisition des stocks. Il en est de même des frais de stockage sauf dans le cas où les conditions d'exploitation
l’exigent et ce lorsque la phase de stockage est inhérente et indispensable au processus de production (par exempte
période de stockage du vin pour sa maturation).

Par ailleurs, il convient de signaler qu'une quote-part des frais généraux et administratifs relatifs à to fonction
production doit être prise en compte dans le coût d’acquisition des stocks telle que par exemple, le salaire du personnel
du département production ou le salaire des agents de sécurité.

La norme IAS 2, dans sa version révisée, supprime toute possibilité d’incorporer dans le coût d’acquisition des stocks
les différences de change provenant directement de l’acquisition récente des stocks facturés dans une monnaie
étrangère.

Cette modification est intervenue suite à l’élimination par la norme IAS 21 du traitement autorisé pour certaines
différences de change.

En vertu de la norme tunisienne NC 04, les coûts d’acquisition peuvent inclure les différences de change provenant
directement de l’acquisition récente des stocks facturés dans une monnaie étrangère et ce, dans les limites prévues par
la Norme Comptable 15 « Opérations en monnaies étrangères » et à l’occasion d’une grave dévaluation contre laquelle
il est impossible de se prémunir.

Il est à noter que les subventions liées à des actifs, et en particulier les stocks, sont présentées au bilan soit en produits
différés, soit en déduisant la subvention pour obtenir le montant effectivement décaissé par l’entreprise.
Mohamed HACHICHA / Notes de cours – Normes et difficultés comptables 4
IAS 2 : Les Stocks

Frais financiers
Conformément aux dispositions de la norme IAS 23, Coûts d’emprunt, les frais financiers peuvent, sous certaines
conditions, être incorporés dans le coût d’entrée des stocks (c’est le traitement autorisé prévu par la norme IAS 23).
Le terme « peuvent » ne signifie pas qu’il existe un choix mais indique en fait qu’il y aura ou non incorporation selon la
méthode retenue dans le cadre de la norme IAS 23. En effet,

 Selon le traitement de référence, les coûts d’emprunt sont comptabilisés en charges de la période au
cours de laquelle ils sont engagés ;

 En revanche, selon l’autre traitement autorisé, si les conditions d’incorporation sont remplies, les coûts
d’emprunt doivent être incorporés au coût des stocks.
Les conditions d’incorporations des frais financiers sont les suivantes :

 Ces frais doivent être directement attribuables à l’acquisition ou à la production des stocks (nécessitant
une longue période de préparation avant de pouvoir être utilisés ou vendus) ;

 Il est probable qu’ils engendreront des avantages économiques futurs ; et

 Ils peuvent être estimés de manière fiable.


La norme NC 04 précise que les frais financiers doivent se rapporter à des emprunts, ayant financé des cycles
d’approvisionnement, de stockage ou de production, supérieurs à 12 mois.

La norme IAS 2 précise, à présent, que lorsque les stocks sont acquis à des conditions de règlement différé, la
différence entre le prix d’acquisition correspondant aux termes normaux de crédit et le montant payé est comptabilisée
en charges financières sur la durée du financement (IAS 2.18).

Coûts incorporables
Le tableau suivant montre la nature des coûts incorporables au coût des stocks :
Description des coûts Inclus dans le Charges
coût du stock
Direct Indirect Coût des ventes,
frais généraux et
administratifs
Matière de Production *
Main d’œuvre de Production *
Coût d’emploi de la main d’œuvre directe *
(par exemple, coûts de retraite)
Montant du gaspillage normal de matières *
Salaires de supervision et coût d’emploi *
Coûts de la main d’œuvre indirecte *
Matières indirectes *
Loyers, maintenance, chauffage, électivité, *
certaines taxes (à l’exclusion des taxes sur le
revenu) et les autres coûts indirects de
gestion de l’usine
Dépréciation des équipements de production *
et des installations et immeubles liés
Développement de l’ingénierie *
Frais de recherche de produits *

Montants anormaux de gaspillage, main *


d’œuvre et autres coûts anormaux
Coûts de ventes *
Coûts de stockage *
Frais généraux de gestion *

Mohamed HACHICHA / Notes de cours – Normes et difficultés comptables 5


IAS 2 : Les Stocks

Cas particuliers

Cas 1 : Produits liés

Le processus de production peut donner lieu à la production simultanée de plusieurs produits. Tel est le cas par
exemple, de la production de produits liés ou lorsqu'il y a production d'un produit principal et d'un sous-produit.

Lorsque les coûts de transformation de chaque produit ne sont pas identifiables séparément, ils sont repartis entre les
produits sur une base rationnelle et permanente.

Cette répartition peut être basée, par exemple, sur la valeur de vente relative de chaque produit, soit:

 au stade du processus de production où les produits deviennent identifiables séparément ;

 ou bien à l'achèvement de la production.

La plupart des sous-produits sont, de par leur nature, non significatifs. Lorsque tel est le cas, ils
sont souvent évalués à leur valeur nette de réalisation et cette valeur est déduite du coût du
produit principal. De ce fait, la valeur comptable du produit principal n’est pas significativement
différente de son coût.

II est à noter que la répartition des coûts entre les produits liés n’est évoquée par la norme IAS 2
que dans le cadre des coûts de transformation. Toutefois, à notre avis, les principes de
répartition suggérés par cette norme s’appliquent quelle que soit la nature des coûts.

Cas 2 : Coût des stocks d'un prestataire de services

Les coûts des stocks d'un prestataire de services se composent essentiellement des éléments suivants :

 Main-d'oeuvre et autres trais directement engagés pour fournir le service, y compris le personnel
d'encadrement ;

 frais généraux attribuables à la prestation.

La main-d'oeuvre et les autres coûts relatifs aux ventes et au personnel administratif général sont constatés en charges
de la période au cours de laquelle ils sont encourus. Autrement dit, ils ne sont pas inclus dans le coût des stocks.

Dans des cas rares, il peut y avoir un stock pour le prestataire de services, et ce lorsque le produit
final de la prestation de service n’est pas spécifique à une commande particulière ou bien lorsque
le service n'est pas achevé à la date de clôture.

Cas 3 : Coût des produits agricoles provenant des actifs biologiques

En conformité avec la norme IAS 41, Agriculture, les stocks constitués de produits agricoles provenant de la récolte des
actifs biologiques détenus par une entité sont évalués, lors de leur comptabilisation initiale, à leur juste valeur nette des
frais de cession estimatifs au moment de la récolte. C'est cette valeur qui va représenter le coût des stocks pour
l'application de cette norme.

Le système comptable des entreprises ne contient aucune disposition spécifique traitant des actifs biologiques.

III- Règles d’évaluation du coût

Les éléments constitutifs du coût des stocks sont les coûts réels. Pour des raisons pratiques, les techniques suivantes de
mesure peuvent être utilisées, si elles constituent une bonne approximation des coûts réels :


La technique des coûts standards : Elle consiste à retenir les niveaux normaux de consommation de
matières premières et de fournitures, de main-d'oeuvre, de rendement et d'utilisation de la capacité de
production. Ces coûts standard sont régulièrement revus, et si nécessaire, révisés à la lumière des
conditions existantes.
Mohamed HACHICHA / Notes de cours – Normes et difficultés comptables 6
IAS 2 : Les Stocks

Cette technique est de nature à favoriser la tenue de l’inventaire permanent comptable des
stocks.

 La technique du prix de détail : Elle est souvent utilisée pour évaluer les stocks de grandes quantités
d'articles à rotation rapide, qui ont des marges similaires et pour lesquels il n'est pas possible d'utiliser
d'autres méthodes de mesure des coûts. Le coût des stocks est déterminé en déduisant du prix de vents
des stocks, le pourcentage de marge brute approprié. Le pourcentage utilisé prend en considération les
stocks qui ont été démarqués au-dessous de leur prix de vente initial. Un pourcentage moyen pour
chaque rayon est souvent appliqué.

IV- Méthodes de détermination du coût

II est nécessaire d'effectuer une distinction entre les éléments identifiables et les éléments fongibles car les méthodes
d’évaluation des coûts sont différentes selon la nature des biens en stock.

Evaluation des stocks de biens identifiables

Le coût des stocks d'éléments qui ne sont pas habituellement interchangeables et des biens ou services produits et
affectés à un projet spécifique doit être déterminé en procédant à une identification spécifique de leurs coûts
individuels. C'est un traitement approprié pour les éléments qui sont affectés à un projet spécifique, qu'ils aient été
achetés ou produits.

Toutefois, l'identification spécifique des coûts n’est pas appropriée lorsqu'il existe un grand nombre d'éléments en
stocks qui sont ordinairement interchangeables.

Evaluation des stocks de biens interchangeables

Les stocks de biens interchangeables doivent être valorisés en appliquant l'une des deux méthodes suivantes de
valorisation du coût :

Premier entré - Premier sorti (FIFO : First In First out) : cette méthode suppose que les éléments restant en stock à la fin
de la période sont ceux le plus récemment achetés ou produits. Ainsi, les sorties de stocks sont valorisées au coût de
l’article le plus ancien existant en stock;

Coût moyen pondéré (CMP): selon cette méthode, le coût de chaque article est déterminé à partir de la moyenne
pondérée des éléments suivants : le coût des éléments analogues à l'ouverture de la période et le coût de ceux acquis ou
produits au cours de la période. Cette moyenne peut être calculée périodiquement ou à chaque nouvelle livraison ou
entrée en stocks selon la situation particulière de chaque entité.

La norme IAS 2, dans sa version révisée, n’autorise plus l'utilisation de la méthode du « Dernier Entré, Premier Sorti »
(LIFO : Last In First Out) comma méthode alternative de détermination du coût des stocks. Cette méthode suppose que
les éléments de stocks. qui ont été acquis ou fabriqués les derniers sont vendus les premiers et qu'on conséquence, les
éléments restant en stock à la fin du la période sont les premiers achetés ou les premiers fabriqués.

La méthode du Dernier Entré Premier Sorti n’a jamais été autorisée par la NC 04. En effet, le normalisateur tunisien
ayant opté pour la limitation des alternatives comptables, n’autorise pas l’utilisation de la méthode LIFO pour la
détermination du coût des stocks. Par conséquent, l’amendement de la norme IAS 2 a conduit à une convergence avec
la norme tunisienne.

Exemple : Valorisation des stocks

La société OMEGA utilise pour sa fabrication une matière T. Le stock au 1er janvier de cette matière T était de 300
unités à 640 UM l’unité. Les entrées suivantes ont été constatées au cours de l’année N :

1er avril : 300 unités pour 150.000


1er juillet : 100 unités pour 62.000
1er septembre : 50 unités pour 27.500
1er novembre : 200 unités pour 12.000

Mohamed HACHICHA / Notes de cours – Normes et difficultés comptables 7


IAS 2 : Les Stocks

Les sorties suivantes ont été constatées au cours de l’année N :

1er mai : 200 unités

1er août : 150 unités

1er octobre : 100 unités

Le stock final en quantité est de :

(300+300+100+50+200)-(200+150+100)=500 unités.

L’évaluation du stock au 31/12/N peut être effectuée selon différentes méthodes :

Méthode du Premier Entré-Premier Sorti :


Le stock final se compose des derniers lots entés :

1er novembre : 200 unités à 600 UM 120.000


1er septembre : 50 unités à 550 UM 27.500
1er juillet : 100 unités à 620 UM 62.000
1er avril : 300 unités à 500 UM 75.000
284.500

Le stock final peut être évalué à (120 000 + 27 500 + 62 000 + 75 000) : 284.500

Méthode du coût moyen pondéré :


On peut distinguer :
La méthode du coût moyen pondéré après chaque entrée
Mouvements Stocks
Date
Quantité Prix Valeur Quantité Prix Valeur
1/1 300 640 192 000 300 640 192 000
1/4 300 500 150 000 600 570 342 000
1/5 -200 570 114 000 400 228 000
1/7 100 62 000 500 580 290 000
1/8 -150 -87 000 350 203 000
1/9 50 550 27 500 400 576,25 230 500
1/10 -100 57 625 -300 172 875
1/11 200 600 120 000 500 585,750 292 875

Le stock final peut être évalué à 292.875 UM. La méthode du coût moyen pondéré sur une durée moyenne de stockage :
On peut considérer que la durée moyenne de stockage est de :

Stock moyen : = 400 unités.


300 + 500
Entrées de l’année : 2 650 unités.

Durée de stockage : = 7 mois et 12 jours.


12 x 400
Il faut donc reprendre les entrées650
de la dernière période (du 18/4 N au 31/12/N)

Coût moyen de ces entrées 100 x 620 + 50 x 550 + 200 x 600 = 598,571
100 + 50 + 200
Stock final : 598,471 x 500 = 299 235,5 UM

Cohérence des méthodes


Une entité est tenue d’appliquer la même méthode de valorisation pour les stocks présentant une nature et un usage
similaires.

Des stocks présentant une nature et un usage différents peuvent justifier l’utilisation de méthodes différentes de
détermination du coût (par exemple, des marchandises utilisées dans un secteur d’activité et même type de
marchandises utilisées dans un autre secteur d’activité peuvent être évaluées selon deux méthodes différentes).

Mohamed HACHICHA / Notes de cours – Normes et difficultés comptables 8


IAS 2 : Les Stocks

Par contre, une différence dans l’implantation géographique de stocks ou dans les règles fiscales applicables n’est pas
suffisante en soi pour justifier l’utilisation de méthodes différentes de valorisation des stocks.
Ces deux derniers paragraphes annulent et remplacent les dispositions de la SIC–1 Cohérence des méthodes –
Différentes méthodes de détermination du coût des stocks qui ont été incorporés dans la présente norme.

La NC 04 n’a pas formulé de dispositions particulières traitant de la cohérence des méthodes en matière de
détermination des coûts de stocks.

V- Méthodes de comptabilisation des stocks

La norme IAS 2 ne présente pas une technique de comptabilisation des stocks. Toutefois, elle prévoit juste que les
stocks consommés ou vendus doivent être passées en charges de la période au cours de laquelle les produits
correspondants sont comptabilisés.

Contrairement à la norme internationale, la norme tunisienne traitant des stocks prévoit deux méthodes de
comptabilisation des stocks :
 La méthode de l’inventaire permanent (méthode de référence) selon laquelle les produits achetés ou
fabriqués sont portés en stocks au moment de leur acquisition ou production et les sorties de matières,
marchandises ou produits finis pour être utilisés ou vendus sont portées en charges ; et
 La méthode de l’inventaire intermittent (méthode autorisée) selon laquelle les achats sont
intégralement enregistrés en charges durant l’exercice et à la date d’arrêté, les stocks sont déterminés de
manière extracomptable et imputés en produits de manière à compenser les charges consommées.

Quelle que soit la méthode de comptabilisation retenue, les stocks doivent faire l’objet d’un inventaire physique au
moins une fois par an.

VI- Evaluation des stocks à la date de clôture

Les stocks doivent être évalués à la clôture de la période au plus faible du coût d'entrée et de la valeur de réalisation
nette.
Ce principe est cohérent avec celui selon lequel les actifs ne doivent pas figurer au bilan pour un montant supérieur au
montant que l’on s'attend à réaliser de leur vente ou de leur utilisation future.
Lorsque la valeur de réalisation nette est inférieure au coût d'entrée des stocks, une dépréciation doit être constatée afin
de ramener la valeur comptable des stocks à leur valeur de réalisation nette.
Le coût des stocks peut ne pas être recouvrable si ces stocks ont été endommagés, s'ils sont devenus complètement ou
partiellement obsolètes ou si leur prix de vente a subi tine baisse. Il en est de même si les coûts estimés d'achèvement ou
les coûts estimés nécessaires pour réaliser la vente ont augmenté.
La dépréciation des stocks est habituellement calculée séparément pour chaque article. Il n’est pas approprié de
pratiquer une dépréciation des stocks par catégorie (les produits finis, la totalité des stocks d'un secteur d’activité ou un
secteur géographique).
Toutefois, dans certains cas, il est approprié de regrouper des éléments analogues ou ayant un rapport entre eux, tels que
par exemple des éléments se rapportant à la même ligne de produits, ou ayant des finalités ou des usages semblables.

Détermination de la valeur de réalisation nette


La valeur de réalisation nette est égale au prix de vente estimé réalisée dans le cours normal de l'exploitation, diminué
ces coûts estimés d'achèvement et de ceux nécessaires à la réalisation de la vente.
Les estimations de la valeur réalisable nette s'appuient sur les éléments probants les plus fiables disponibles à la date de
ces estimations. Ainsi, doivent être pris en compte :
les fluctuations de prix ou de coûts directement liés à des événements survenant après la clôture, dans la mesure où
ceux-ci confirment des conditions existantes à la date de clôture;
L'objectif pour lequel les stocks sont détenus en vue de leur vente, (IAS 2.31). Par exemple, des stocks de matières
premières détenus en vue de leur vente, parce qu'elles ne seront plus utilisées, ne sont pas évaluées de la même manière
que ces mêmes stocks destinés à être utilisés dans le processus de production.

Cas des contrats de vente / achat fermes


La valeur de réalisation nette des stocks détenus pour satisfaire des contrats de vente ou de services fermes est fondée
sur le prix spécifié dans le contra. Si les quantités spécifiées dans le contrat sont inférieures aux quantités détenues en
stocks, la valeur réalisable nette des quantités excédentaires est basée sur les prix de ventes généraux.
Les pertes éventuelles liées aux contrats de ventes fermes et portant sur des quantités qui excèdent les quantités en
stocks, ainsi que les pertes éventuelles liées aux contrats d’achat fermes sont prises en considération conformément à la
norme IAS 37, Provisions, passifs éventuels et actifs éventuels.

Mohamed HACHICHA / Notes de cours – Normes et difficultés comptables 9


IAS 2 : Les Stocks

Le processus de production ne doit pas être déprécié si les produits finis auxquels elles sont incorporées sont vendus à
un prix égal ou supérieur à leur coût.

Lorsque la baisse du cours des matières premières ou de fournitures indique que le coût d’entrée des produits finis sera
supérieur à la valeur réalisable nette, la valeur comptable de ces matières et fournitures est ramenée à leur propre valeur
de réalisation nette.
Dans ces circonstances, le coût de remplacement de ces matières et fournitures peut se révéler être la meilleure mesure
disponible de la valeur de réalisation nette.

Suivi de la dépréciation
Une évaluation de la valeur de réalisation nette est effectuée à chaque fin de période. Lorsque les circonstances
justifiant l’évaluation des stocks au dessous du coût n’existent plus, le montant de la dépréciation doit être ajusté ou
annulé de sorte que la nouvelle valeur comptable soit, à nouveau, la valeur la plus faible entre le coût et la valeur
réalisable nette.
Tel est le cas, par exemple, d’un élément des stocks antérieurement comptabilisé à sa valeur réalisable nette parce que
son prix de vente avait baissé, figurant toujours en stocks à la fin d’une période ultérieure, et dont le prix de vente a
augmenté.

Cette règle d’évaluation n’est plus applicable aux stocks détenus par les courtiers arbitragistes de marchandises dans la
mesure où ils sont évalués à la juste valeur diminuée des coûts de vente. Toute variation de ladite juste valeur est
constatée en résultat de la période.

La NC 04 ne traite pas séparément de l’évaluation des stocks détenus par les courtiers et commissionnaires en
marchandises qui restent régis par les dispositions générales de la norme.
Comptabilisation en résultat

Lorsque les stocks sont vendus, leur valeur comptable et le prix de vente correspondant doivent être constatés
respectivement en charges et en produits au cours de la même période.

Dépréciations et pertes

Le montant de toute dépréciation des stocks à leur valeur de réalisation nette (ou de toute perte de stocks) doit être
comptabilisé en charges de la période au cours de laquelle elle survient.

Le montant de toute reprise d’une dépréciation des stocks résultant d’une augmentation de la valeur nette de réalisation
doit être comptabilisé comme une réduction du montant des stocks comptabilisé en charges dans la période au cours de
laquelle la reprise intervient.
Il y a lieu de noter que seule la présentation nette est admise.

Mohamed HACHICHA / Notes de cours – Normes et difficultés comptables 10


IAS 2 : Les Stocks

VII- Informations à fournir

Informations à fournir Réf IFRS Détails des informations requises en IFRS

Méthodes comptables IAS 2.36 L’entité doit indiquer les méthodes comptables
adoptés (a) adoptées pour évaluer les stocks, y compris la
méthode utilisée de détermination du coût.
Valeurs comptables des IAS 2.36 L’entité doit fournir des informations sur :
stocks (b) et (c) - La valeur comptable totale des stocks et la
valeur comptable par catégories appropriées à
l’entreprise ;
- La valeur comptable des stocks comptabilisés à
la juste valeur nette des frais de cession.
Coûts des ventes IAS 2.36 L’entité doit indiquer le montant des stocks
(d) comptabilisés en charges de la période.
Dépréciation des stocks IAS 2.36 L’entité doit fournir des informations sur :
(e), (f) et - Le montant de toute perte de valeur
(g) comptabilisée en charges de la période ;
- Le montant de toute reprise de dépréciation
comptabilisée en produits de la période ;
- Les circonstances ou événements ayant conduit
à la reprise de la dépréciation des stocks.

Stocks données en IAS 2.36 La valeur comptable des stocks donnés en


nantissement de passifs (h) nantissement de passifs doit être indiquée au
niveau des notes.
Coût des stocks IAS 2.37 Les états financiers doivent indiquer :
- Soit le coût des stocks comptabilisés en charges
au cours de la période ;
- Soit les coûts opérationnels, applicables aux
produits comptabilisés en charges au cours de la
période, classés selon leur nature.
Le coût des stocks comptabilisés en charges de la
période se compose des coûts précédemment
compris dans l’évaluation des éléments de stocks
vendus et des frais généraux de production non
affectés et des coûts de production des stocks
d’un montant anormal.
Présentation du compte de IAS 2.39 Dans ce cas, l’entité mentionne les coûts
résultat selon la méthode comptabilisés en charges pour les matières
des charges par nature premières et consommables, les frais de main-
d’œuvre et les autres coûts opérationnels ainsi
que le montant de la variation nette des stocks
courant la période.

Les entités sont tenues dorénavant de présenter le montant relatif à toute dépréciation de stocks constatée durant la
période en cours pour ramener les stocks à leur valeur de réalisation nette et non plus le montant des stocks
comptabilisés à leur valeur de réalisation nette, comme c’était le cas auparavant.
La norme introduit également l’obligation de fournir une information sur la valeur comptable des stocks comptabilisés à
la juste valeur nette des frais de cession.

Les informations exigées par la NC 04 sont les suivantes :


- Le coût d’entrée, toute provision pour dépréciation et la valeur comptable nette pour la totalité des
stocks, et par catégories de stocks si l’information est jugée significative ;
- Le coût des stocks constaté en charges de l’exercice ; et
- Les méthodes utilisées en matière de traitement des stocks incluant l’évaluation des éléments du coût,
la valorisation et la comptabilisation des stocks.

Mohamed HACHICHA / Notes de cours – Normes et difficultés comptables 11


IAS 2 : Les Stocks

Exercices d’application

Exercice N° 1:
Une entreprise dispose d’un stock de marchandises acquis au cours de l’exercice 2011 pour 300.000
DT. Les frais restant à supporter (frais de commercialisation à la charge de l’entreprise) sont
estimés à 50.000 DT.
Sa valeur de marché (prix de vente possible) est estimée à 280.000 DT. Toutefois, l’entreprise a
conclu un contrat de vente ferme, le 26/12/2011, pour le prix de 310.000 DT. La livraison est
prévue pour le 10/01/2012.
TAF : Présenter le traitement comptable à opérer au 31/12/2011 et passer les écritures comptables à
cette date.

Mohamed HACHICHA / Notes de cours – Normes et difficultés comptables 12