Vous êtes sur la page 1sur 4

Nappe phréatique et tourisme en Méditerranée

La nappe astienne sous pression touristique

Le bassin méditerranéen est une entité géographique aux caractéristiques climatiques,


environnementales, démographiques et socioéconomiques spécifiques et variables en fonction des
différentes rives. Le climat se caractérise par une saison sèche importante et une concentration des
précipitations en automne principalement. Cette irrégularité des précipitations fait de la gestion de
l’eau un enjeu majeur des pays du bassin méditerranéen. Cet enjeu est renforcé par les paramètres
humains que sont la croissance démographique et les activités économiques.

Deux activités essentielles au développement de ces territoires ont des besoins importants en eau : il
s’agit de l’agriculture et du tourisme. Le bassin méditerranéen est la première destination touristique
au monde. Ce tourisme se caractérise par une importante concentration saisonnière, pendant quelques
mois, et spatiale, le long du littoral ; et particulièrement dans les stations balnéaires. Les vacanciers
consomment de l’eau potable dans les structures hôtelières. En outre, les équipements de loisirs qu’ils
utilisent consomment souvent de grandes quantités d’eau potable, notamment les centres aquatiques
ou les golfs. Dans le même temps, l’eau est une ressource pour le tourisme, ne serait ce que parce
qu’elle sert de support à beaucoup d’activités du tourisme balnéaire ou de montagne.

Le littoral languedocien est caractéristique du tourisme de masse. Dans les années 1960, l’Etat met en
place le Plan Racine, qui consiste en l’assainissement des marais littoraux, leur démoustification et en la
construction de sept stations balnéaires et douze ports sur le littoral du Languedoc-Roussillon.

La nappe astienne irrigue une


portion de ce littoral longue
de 50 km. Elle s’étend dans
l’arrière-pays sur 450km² et
sur vingt communes. Cela
représente 100 000 habitants
et 500 000 vacanciers
saisonniers, soit une
population qui est multipliée
par cinq lors de la haute
saison. Les touristes se
concentrent essentiellement
dans les stations balnéaires
du Fleury d’Agde, de Valras et
du Cap d’Agde.

L’eau de la nappe astienne est de bonne qualité, car elle préservée par les caractéristiques géologiques
du territoire. Cependant, depuis plusieurs dizaines d’années, les pressions humaines et climatiques sur
sa qualité et sa quantité se sont accentuées. La menace principale est la salinisation de la nappe, qui
est un processus irrémédiable. La raréfaction de la ressource entraîne des conflits d’usage entre le
secteur du tourisme et les autres usagers. En outre, une détérioration de l’eau de la nappe pourrait
entraîner une dégradation de l’offre touristique, et ainsi une diminution de l’activité touristique.
La nappe astienne, source d’une eau de haute qualité

La nappe astienne est contenue dans la couche géologique des sables astiens, qui s’est formée au Pliocène
marin, il y a trois à quatre millions d’années. La couche affleure au nord de la nappe, puis elle s’enfonce
progressivement jusqu’à la côte, où elle se trouve alors sous le niveau de la mer.

La nappe est alimentée en eau là où les sables affleurent par les


eaux de pluies. En outre, elle est ponctuellement alimentée par d’autres
nappes, notamment la nappe alluviale du fleuve de l’Hérault. Les sables
jouent un rôle de filtre, en débarrassant l’eau de différentes pollutions.
Ainsi, l’eau qui se trouve dans la nappe est de très bonne qualité. Elle est
protégée en outre par une couche argileuse imperméable, lorsqu’elle
s’enfonce jusqu’au littoral. Cette couche argileuse exerce une grande
pression sur la nappe phréatique, ce qui la rend captive. Cela signifie
notamment qu’elle n’est accessible que par des forages. En outre, elle
constitue une protection supplémentaire contre les pollutions humaines
superficielles, de part sa nature imperméable.

La nappe croise quatre bassins versants différents, associés aux petits Coupe géologique au niveau du trait de côte
fleuves qui se jettent dans la Méditerranée au niveau de la nappe/

Le tourisme en concurrence avec d’autres usagers de la nappe


Cette carte met en lumière les différents usages qui peuvent être faits de l’eau mise à disposition par la nappe
astienne.

Le tourisme est matérialisé par les campings. C’est un mode d’hébergement largement répandu sur ce littoral
touristique, constituant ainsi un bon indicateur de la localisation du tourisme. On dénombre plusieurs dizaines de
ces campings : ceux situés entre Valras et Vias sont alimentés par la nappe astienne. D’après le site du syndicat mixte
de la nappe, 325 000 touristes sont alimentés en eau par la nappe. En outre, le tourisme se développe sur ce littoral :
cette demande est donc appelée à augmenter.

Mais les touristes ne sont pas les seuls à être de plus en plus nombreux sur le territoire irrigué par la nappe. La
population augmente, dans les agglomérations du littoral, comme Agde et Béziers, mais aussi dans les petites
communes de l’arrière-pays.

En outre, les sécheresses accentuées obligent les cultivateurs à prélever de plus en plus d’eau pour irriguer leurs
champs ou leurs vignes. Auparavant, les vignes n’avaient pas besoin d’être irriguées. Mais la gravité des sécheresses
qui se sont produites ces derniers étés, oblige les viticulteurs à recourir à l’irrigation.

L’activité touristique peut apparaître secondaire, face aux besoins des habitants locaux ou des agriculteurs.
Cependant, elle représente une part importante de l’économie littoral, et doit de ce fait, être prise en compte dans
la gestion de la nappe, pour permettre un développement économique durable du territoire.

Le secteur du tourisme confronté à la baisse de niveau de la nappe astienne

Développement du territoire Réchauffement climatique

Hausse de l’activité Hausse de la


Hausse des températures et
touristique population
diminution des précipitations

Hausse de la consommation en eau


Hausse des besoins en
potable issue de la nappe
eau de l’agriculture

Impact néfaste
Dégradation quantitative de la nappe

Dégradation Salinisation
qualitative de la irréversible de la
nappe Baisse du niveau de la nappe
nappe
Des acteurs publics mobilisés pour un usage durable de la nappe

Le syndicat mixte est l’acteur public qui coordonne et contrôle les usages de la nappe, avec une vision à
moyen terme et à long terme des enjeux de sa préservation. Il contrôle les puits de forage et leur entretien, afin
d’éviter la pollution de l’eau de très bonne qualité qu’offre la nappe. Ainsi, elle garantit un apport en eau potable
aux touristes qui viennent en grand nombre l’été.

En outre, le syndicat mène des actions de sensibilisation contre la surconsommation de l’eau. EN effet,
comme l’illustre le graphique, la baisse du niveau de la nappe représente un danger important : elle peut entraîner
la salinisation de la nappe, la rendant alors non potable, autrement dit, elle deviendrait impropre à de nombreux
usages. Cela aurait un impact direct sur la qualité de vie des habitants et des touristes. Les acteurs locaux seraient
forcés de trouver des solutions d’approvisionnement nouvelles, plus coûteuses et moins naturelles.

Sources

Géoconfluences, 2012, « L'approvisionnement en eau : une préoccupation partagée dans le monde


méditerranéen »

Eurostat, 2009, Commission européenne, MEDSTAT II: Etude pilote “Eau et Tourisme”

Région Occitanie, 2019, Contexte et situation vis-à-vis de l’eau en Occitanie Pyrénées / Méditerranée ; Cartothèque

F.Roignant, 2007, Synthèse Technique « L’eau en Méditerranée : usages et enjeux »

http://www.astien.com Site internet du syndicat mixte de la nappe astienne

www.gesteau.fr