Vous êtes sur la page 1sur 5

Chapitre 1

L’espace Rn

1.1 Exercices
1. Une métrique sur les nombres réelles.
(a) Montrer que
d tan x
= 1 + tan2 x
dx
(b) Calculer la dérivée de arctan x.
(c) Montrer que pour tout x, y ≥ 0

arctan(x + y) ≤ arctan x + arctan y

Idée : Pour tout y ≥ 0 étudier la fonction

f (x) = arctan(x + y) − arctan x − arctan y.

(d) Conclure que la fonction d : R × R −→ R+ donnée par

d(x, y) = arctan |x − y|

définit une métrique sur R. Décrire les boules

B(a, π/2) = {x ∈ R : d(x, a) < π/2}

pour tout a ∈ R.
2. Une propriéte de la norme euclidienne. Soient x, y ∈ Rn et || · ||2 la
norme euclidienne, i.e.
µX
n ¶ 12
p
||x||2 = hx, xi = x2k
k=1

pour tout x ∈ Rn . Calculer

||x + y||22 + ||x − y||22 − 2||x||22 − 2||y||22

3. Sous-ensembles de Rn

2
CHAPITRE 1. L’ESPACE RN 3


(a) Soit S = {(x, y) ∈ R2 : 0 < y < (1 + x2 )e−|x| }. Donner S, S̄ et ∂S.
Calculer ensuite l’aire de S.

(b) Soit T = {(x, y) ∈ R2 : 1 < x2 + 4y 2 < 4}. Donner T , T̄ et ∂T .
Calculer ensuite l’aire de T .

(c) Considerer l’ensemble des nombres rationnels Q ⊂ R. Donner Q, Q̄
et ∂Q.

Formules utiles.
Z ∞
Γ(x) = tx−1 e−t dt, Γ(n + 1) = n!
0
Z √
x p x 1 − x2 + arcsin x
2
1 − t dt =
2
x2 y2
Ea,b = {(x, y) : + ≤ 1}, a, b > 0 Aire(Ea,b ) = πab.
a2 b2

1.2 Corrigés
1. Une métrique sur les nombres réelles.
(a) Montrer que
d tan x
= 1 + tan2 x
dx

Corrigé. Par la règle du quotient


d sin x
d tan x cos x − d dcos x
sin x cos2 x + sin2 x
= dx
2
x
= = 1 + tan2 x
dx cos x cos2 x

(b) Calculer la dérivée de arctan x.

Corrigé.
d arctan y 1
= ¯
d tan x ¯
dy dx x=arctan y
1
=
1 + tan2 (arctan y)
1
=
1 + y2

(c) Montrer que pour tout x, y ≥ 0

arctan(x + y) ≤ arctan x + arctan y

Idée : Pour tout y ≥ 0 étudier la fonction

f (x) = arctan(x + y) − arctan x − arctan y.


CHAPITRE 1. L’ESPACE RN 4

Corrigé. Il suffit de montrer f (x) ≤ 0 pour tout x ∈ R+ . Nous


avons f (0) = 0 et
1 1
f 0 (x) = 2
− ≤ 0.
1 + (x + y) 1 + x2
Par conséquent, f est décroissante et donc f (x) ≤ f (0).
(d) Conclure que la fonction d : R × R −→ R+ donnée par
d(x, y) = arctan |x − y|
définit une métrique sur R. Décrire les boules
B(a, π/2) = {x ∈ R : d(x, a) < π/2}
pour tout a ∈ R.

Corrigé. Noter que la fonction arctan est strictement croissante et


arctan 0 = 0. Donc d(x, y) = 0 si et seulement si x = y. La pro-
priété de symétrie d(x, y) = d(y, x) est evidente. Il reste à démontrer
l’inégalité triangulaire :
d(x, y) ≤ d(x, z) + d(z, y) pour tout x, y, z ∈ R.
En utilisant l’inégalité triangulaire |x − y| ≤ |x − z| + |z − y| pour la
valeur absolue (voir chapitre 1.4.5) nous avons
d(x, y) = arctan |x − y|
= arctan |x − z + z − y|
≤ arctan(|x − z| + |z − y|) par la monotonie de arctan
≤ arctan |x − z| + arctan |z − y| par la propriété c.)
= d(x, z) + d(z, y).
Evidemment B(a, π/2) = R car la fonction arctan est positif et stric-
tement croissante sur R+ et satisfait lim arctan x = π/2.
x→∞
2. Une propriéte de la norme euclidienne. Par les propriétés du produit
scalaire nous avons
||x ± y||22 = hx ± y, x ± yi
= hx, xi + hy, yi ± hx, yi ± hy, xi
= ||x||22 + ||y||22 ± hx, yi ± hy, xi
et par conséquent
||x + y||22 + ||x − y||22 − 2||x||22 − 2||y||22 = 0
On appelle cette identité aussi l’identité de parallèlogramme. Pourquoi ?
3. Sous-ensembles de Rn

(a) Soit S = {(x, y) ∈ R2 : 0 < y < (1 + x2 )e−|x| }. Donner S, S̄ et ∂S.
Calculer ensuite l’aire de S.

(b) Soit T = {(x, y) ∈ R2 : 1 < x2 + 4y 2 < 4}. Donner T , T̄ et ∂T .
Calculer ensuite l’aire de T .

(c) Considerer l’ensemble des nombres rationnels Q ⊂ R. Donner Q, Q̄
et ∂Q.
CHAPITRE 1. L’ESPACE RN 5


Corrigé a. S = S. La raison est essentiellement les inégalités strictes
dans la définition de S et la continuité des bords donnés par les fonctions
y = f (x) = (1+x2 )e−|x| et y = 0. La preuve rigoreuse consiste à démontrer
que pour tout point (x, y) ∈ S il existe une boule B² de centre (x, y) et de
rayon ² > 0 telle que B² ⊂ S. Soit alors (x0 , y0 ) ∈ S donné.
– Il existe h > 0 tel que ]y0 − h, y0 + h[⊂]0, f (x0 )[. Par conséquent, le
ségment {x0 }×]y0 − h, y0 + h[ est dans S.
– Par la continuité de f (x) = (1 + x2 )e−|x| il existe δ > 0 tel que f (x) >
y0 + h pour tout x ∈]x0 − δ, x0 + δ[.
– Par conséquent, le rectangle ]x0 − δ, x0 + δ[×]y0 − h, y0 + h[ est dans S.
– Choisir ² = min(h, δ) pour rayon de la boule (euclidienne).
Ensuite on a ∂S = {(x, y) ∈ R2 : 0 = y, ou y = (1 + x2 )e−|x| } et

S̄ = S ∪ ∂S = {(x, y) ∈ R2 : 0 ≤ y ≤ (1 + x2 )e−|x| }

Calcul de l’aire :
Z ∞ Z ∞
Aire(S) = (1+x2 )e−|x| dx = 2 (1+x2 )e−|x| dx = 2Γ(1)+2Γ(3) = 6
−∞ 0

Le domaine S - casque à pointe.

0.8

0.6

0.4

0.2

–10 –8 –6 –4 –2 0 2 4 6 8 10
x


Corrigé b. T = T , ∂T = {(x, y) ∈ R2 : 1 = x2 + 4y 2 , ou x2 + 4y 2 = 4}
et
T̄ = T ∪ ∂T = {(x, y) ∈ R2 : 1 ≤ x2 + 4y 2 ≤ 4}
Calcul de l’aire : Le bord de T est donné par les deux ellipses E(1, 1/2) et
E(2, 1). Noter que E(1, 1/2) ⊂ E(2, 1). Donc
π 3π
Aire(T ) = 2π − = .
2 2
CHAPITRE 1. L’ESPACE RN 6

Corrigé c. Par un résultat du cours Analyse I, l’ensemble Q est dense


dans R. Entre deux nombres réels il existe toujours un nombre rationnel
et vice versa (voir aussi exercices Analyse I, chapitre 1). Par conséquent
tout point de Q est un point frontière. Donc

Q = ∅, , ∂Q = Q̄ = R.

Vous aimerez peut-être aussi