Vous êtes sur la page 1sur 21

Z

 ZZ

Exo7
 Z
 
Z 
Z 
Z
Calculs de limites, développements limités, développements asymptotiques
Z

Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile
I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

Exercice 1 IT
Etudier l’existence et la valeur éventuelle des limites suivantes
1. limx→π/2 (sin x)1/(2x−π)
2. limx→π/2 | tan x|cos x
nπ nπ
n
3. limn→+∞ cos( 3n+1 ) + sin( 6n+1 )
4. limx→0 (cos x)ln |x|
5. limx→π/2 cos x.e1/(1−sin x)
2
6. limx→π/3 22cos
cos x+cos x−1
2 x−3 cos x+1

x 1/ sin x
7. limx→0 1+tan

1+th x
8. limx→e, x<e (ln x)ln(e−x)
9. limx→1, x>1 ln(1−x √−1
x

x2 −1)

10. limx→+∞ x ln(ch x−1)


x2 +1
(sin x) −x x sin x
11. limx→0, x>0 ln(x−x 2 )+x−ln x
 x
12. limx→+∞ ln(x+1)
ln x
2
(Arcsin x)2 − π
13. limx→1/√2 2x2 −1
16

x
cos(a+ 1x )
 
14. limx→+∞ cos a (où cos a 6= 0)
Correction H [005426]

Exercice 2 IT
Déterminer les développements limités à l’ordre demandé au voisinage des points indiqués :
1
1. 1−x2 −x3
(ordre 7 en 0)
1
2. cos x (ordre 7 en 0)
Arccos tanx x (ordre 3 en
p
3. 0)
4. tan x (ordre 3 en π4 )
2
5. (ch x)1/x (ordre 2 en 0)
6. tan3 x(cos(x2 ) − 1) (ordre 8 en 0)
ln(1+x)
7. x2
(ordre 3 en 1)
8. Arctan(cos x) (ordre 5 en 0)
q
9. Arctan x+1
x+2 (ordre 2 en 0)

10. 1
x2
− Arcsin
1
2 (ordre 5 en 0)
x
R x2
11. √1 dt (ordre 10 en 0)
x 1+t 4

1
 
xk
12. ln ∑99k=0 k! (ordre 100 en 0)
p
13. tan 3 4(π 3 + x3 ) (ordre 3 en π)
Correction H [005427]

Exercice 3 ***
ax +bx 1/x

Soit 0 < a < b. Etude complète de la fonction f (x) = 2 .
Correction H [005428]

Exercice 4 **
√ √
Etude au voisinage de +∞ de x2 − 3 − 3 8x3 + 7x2 + 1.
Correction H [005429]

Exercice 5 **
x
Soit f (x) = 1−x (n) (0) en moins de 10 secondes puis f (n) (x) pour |x| 6= 1 en à peine plus de temps).
2 . Calculer f
Correction H [005430]

Exercice 6 IT

1. Equivalent simple en +∞ et −∞ de x2 + 3x + 5 − x + 1.
2. Equivalent simple en 0, 1, 2 et +∞ de 3x2 − 6x
2
3. Equivalent simple en 0 de (sin x)x−x − (x − x2 )sin x .
4. Equivalent simple en +∞ de xth x .
5. Equivalent simple en 0 de tan(sin x) − sin(tan x).
Correction H [005431]

Exercice 7 **IT
1 1
Développement asymptotique à la précision n3
de un = n! ∑nk=0 k!.
Correction H [005432]

Exercice 8 **IT
1. Développement asymptotique à la précision x2 en 0 de 1
x(ex −1) − x12 .
2. Développement asymptotique à la précision 1
x3
en +∞ de x ln(x + 1) − (x + 1) ln x.
Correction H [005433]

Exercice 9 **
Soient a > 0 et b > 0. Pour n ∈ N∗ et x ∈ R, on pose fn (x) = 1 + nx .
n

1. Equivalent simple quand n tend vers +∞ de fn (a + b) − fn (a) fn (b).


2. Même question pour e−a fn (a) − 1 + 2n
a 2
.
Correction H [005434]

Exercice 10 ***I
Soit u0 ∈]0, π2 ]. Pour n ∈ N, on pose un+1 = sin(un ).
1. Montrer brièvement que la suite u est strictement positive et converge vers 0.
2. (a) Déterminer un réel α tel que la suite uαn+1 − uαn ait une limite finie non nulle.
(b) En utilisant le lemme de C ESARO, déterminer un équivalent simple de un .

2
Correction H [005435]

Exercice 11 **I
Soit u la suite définie par la donnée de son premier terme u0 > 0 et la relation ∀n ∈ N, un+1 = un e−un . Equivalent
simple de un quand n tend vers +∞.
Correction H [005436]

Exercice 12 ***I
1. Montrer que l’équation tan x = x a une unique solution dans l’intervalle [nπ, (n + 1)π] pour n entier
naturel donné. On note xn cette solution.
1
2. Trouver un développement asymptotique de xn à la précision n2
.
Correction H [005437]

Exercice 13
1. Montrer que l’équation x + ln x = k admet, pour k réel donné, une unique solution dans ]0, +∞[, notée xk .
2. Montrer que, quand k tend vers +∞, on a : xk = ak + b ln k + c lnkk + o lnkk où a, b et c sont des constantes


à déterminer.
Correction H [005438]

Exercice 14 **
Soit f (x) = 1 + x + x2 + x3 sin x12 si x 6= 0 et 1 si x = 0.
1. Montrer que f admet en 0 un développement limité d’ordre 2.
2. Montrer que f est dérivable sur R.
3. Montrer que f 0 n’admet en 0 aucun développement limité d’aucun ordre que ce soit.
Correction H [005439]

Exercice 15 **IT
Etude au voisinage de 0 de f (x) = 1x − Arcsin
1
x (existence d’une tangente ?)
Correction H [005440]

Exercice 16 **I
1. La fonction x 7→ Arccos x admet-elle en 1 (à gauche) un développement limité d’ordre 0 ? d’ordre 1 ?
2. Equivalent simple de Arccos x en 1.
Correction H [005441]

Exercice 17 ***
1
1. Développement limité à l’ordre n en 0 de f (x) = (1−x)2 (1+x)
.
2. Soit ak le k-ème coefficient. Montrer que ak est le nombre de solutions dans N2 de l’équation p + 2q = k.
Correction H [005442]

Retrouver cette fiche et d’autres exercices de maths sur exo7.emath.fr

3
Correction de l’exercice 1 N
1. Si x ∈]0, π[, sin x > 0, de sorte que la fonction proposée est bien définie sur un voisinage pointé de π2
(c’est-à-dire un voisinage de π2 auquel on a enlevé le point π2 ) et de plus (sin x)1/(2x−π) = eln(sin x)/(2x−π) .
Quand x tend vers π2 , sin x tend vers 1 et donc
 π  1 π 2 (2x − π)2
ln(sin x) ∼ sin x − 1 = − 1 − cos −x ∼ − −x = − .
2 2 2 8
ln(sin x)
Donc, 2x−π ∼ − 2x−π
8 → 0 et enfin (sin x)
1/(2x−π) = eln(sin x)/(2x−π) → e0 = 1.

limx→ π2 (sin x)1/(2x−π) = 1.

2. Si x ∈]0, π[\ π2 , | tan x| > 0, de sorte que la fonction proposée est bien définie sur un voisinage pointé


de π2 et de plus | tan x|cos x = ecos x ln(| tan x|) . Quand x tend vers π2 ,

ln | tan x| = ln | sin x| − ln | cos x| ∼ − ln | cos x|,


puis cos x ln | tan x| ∼ − cos x ln | cos x| → 0 (car, quand u tend vers 0, u ln u → 0). Donc, | tan x|cos x =
ecos x ln | tan x| → e0 = 1.
limx→ π2 | tan x|cos x = 1.


3. Quand n tend vers +∞, cos 3n+1 nπ
+ sin 6n+1 → cos π3 + sin π6 = 1 (et on est en présence d’une indétermi-
nation du type 1+∞ ). Quand n tend vers +∞,

1 −1
  !   
nπ π π π 1
cos = cos 1+ = cos − +o
3n + 1 3 3n 3 9n n
   √       √   
1 π 1 3 π 1 1 1 3 π 1
= cos +o + sin +o = 1+o + +o
2 9n n 2 9n n 2 n 2 9n n
√  
1 3π 1
= + +o
2 18n n

De même,

1 −1
  !   
nπ π π π 1
sin = sin 1+ = sin − +o
6n + 1 6 6n 6 36n n
   √    √  
1 π 1 3 π 1 1 3π 1
= cos +o − sin +o = − +o .
2 36n n 2 36n n 2 72n n

Puis,

  √  ! √  ! √
nπ nπ 3π 1 3π 1 3π
n ln cos + sin = n ln 1 + +o =n +o = + o(1),
3n + 1 6n + 1 24n n 24n n 24

et donc
n √
nπ nπ 3π/24 .
limn→+∞ cos 3n+1 + sin 6n+1 =e

4. Quand x tend vers 0, ln(cos x) ∼ cos x−1 ∼ − x2 . Puis, ln |x| ln(cos x) ∼ − x2 ln |x| → 0. Donc, (cos x)ln |x| →
2 2

e0 = 1.

4
limx→0 (cos x)ln |x| = 1.

5. Quand x tend vers π2 , 1


1−sin x tend vers +∞. Posons h = x − π2 puis ε = sgn(h), de sorte que

(cos x)e1/(1−sin x) = −ε| sin h|e1/(1−cos h) = −εeln | sin h|+ 1−cos h .


1

Or, quand h tend vers 0,

2
1 (1 − cos h) ln | sin h| + 1 (− h2 + o(h2 ))(ln |h| + o(ln |h|)) + 1 1 + o(1) 2
ln | sin h|+ = = = h2 ∼ 2,
1 − cos h 1 − cos h h2
2 2 h
2 + o(h ) 2 + o(h )

et donc, quand h tend vers 0, ln | sin h| + 1−cos


1
h ∼
2
h2
→ +∞. Par suite,

limx→π/2, x<π/2 cos(x)e1/(1−sin x) = +∞ et limx→π/2, x>π/2 cos(x)e1/(1−sin x) = −∞.

6. Pour x ∈ R, 2 cos2 x − 3 cos x + 1 = (2 cos x − 1)(cos x − 1) et donc


 π 
∀x ∈ R, 2 cos2 x − 3 cos x + 1 = 0 ⇔ x ∈ ± + 2πZ ∪ 2πZ.
3
Pour x ∈
/ ± 3 + 2πZ ∪ 2πZ,
π


2 cos2 x + cos x − 1 (2 cos x − 1)(cos x + 1) cos x + 1


= = ,
2 cos x − 3 cos x + 1 (2 cos x − 1)(cos x − 1) cos x − 1
2

1
2 +1
2
et donc, limx→π/3 22cos
cos x+cos x−1
2 x−3 cos x+1 = = −3.
2 −1
1

2
limx→π/3 22cos 2 x−3 cos x+1 = −3.
cos x+cos x−1

7. Quand x tend vers 0,

1 + tan x 1 + x + o(x)
= = (1 + x + o(x)(1 − x + o(x)) = 1 + o(x).
1 + th x 1 + x + o(x)
Puis, quand x tend vers 0,
 
1 1 + tan x ln(1 + o(x)) o(x) o(1)
ln = = = → 0.
sin x 1 + th x x + o(x) x + o(x) 1 + o(1)
Donc,
1+tan x 1/ sin x

limx→0 1+th x = 1.

8. Quand x tend vers e par valeurs inférieures, ln(x) tend vers 1 et donc
x x 1
ln(ln x) ∼ ln x − 1 = ln ∼ − 1 = − (e − x),
e e e
puis,

1
ln(e − x) ln(ln x) ∼ − (e − x) ln(e − x) → 0,
e
et donc (ln x)ln(e−x) = eln(e−x) ln(ln x) → 1.

lim(ln x)ln(e−x) = 1.
x→e
x<e

5
9. Quand x tend vers 1 par valeurs supérieures, x ln x → 0, et donc

xx − 1 = ex ln x − 1 ∼ x ln x ∼ 1 × (x − 1) = x − 1.

Ensuite, x2 − 1 tend vers 0 et donc
p p
ln(1 − x2 − 1) ∼ − x2 − 1 = − (x − 1)(x + 1) ∼ − 2(x − 1).
p p

Finalement, quand x tend vers 1 par valeurs supérieures,

xx − 1 x−1 1 √
√ ∼ p = − √ x − 1 → 0.
ln(1 − x2 − 1) − 2(x − 1) 2

xx − 1
lim √ = 0.
x→1 ln(1 − x2 − 1)
x>e

10. Quand x tend vers +∞,

ex
 
ln(ch x − 1) ∼ ln(ch x) ∼ ln = x − ln 2 ∼ x,
2
et donc

x ln(ch x − 1) x × x
∼ 2 = 1.
x2 + 1 x
x ln(ch x − 1)
lim = 1.
x→+∞ x2 + 1

11. Quand x tend vers 0 par valeurs supérieures,

x2 x2
ln(x − x2 ) + x − ln x = x + ln(1 − x) = − + o(x2 ) ∼ − .
2 2
Ensuite,

x3
 
3 2 3
x ln(x− x6 +o(x3 )) x ln x x ln(1− x6 +o(x2 )) x − x6 +o(x3 )
x
(sin x) = e x ln(sin x)
=e =e e =x e = x 1 − + o(x ) ,
x 3
6
et,

x3 ln x
 
3 3 ln x
(x− x6 +o(x3 )) ln x x ln x − x 3
x sin x
=e =e e 6 +o(x ln x) = x 1−
x 3
+ o(x ln x) .
6
Donc,

x3 x3 ln x
 3
x3 ln x
    
x x ln x
(sin x) −x
x sin x
= x 1 − + o(x ) −x 1 −
x 3 x 3
+ o(x ln x) = x + o(x ln x) ∼
3
,
6 6 6 6
et enfin

(sin x)x − xsin x x3 ln x/6 x ln x


∼ =− → 0.
ln(x − x2) + x − ln x −x2 /2 3

(sin x)x − xsin x


lim = 0.
x→0 ln(x − x2) + x − ln x
x>0

6
12. Quand x tend vers +∞,
   
1 1 1
ln(x + 1) = ln x + ln 1 + = ln x + + o ,
x x x
puis
 
ln(x + 1) 1 1
= 1+ +o .
ln x x ln x x ln x
Ensuite,
      
ln(x + 1) 1 1 1 1
x ln = x ln 1 + +o = +o → 0.
ln x x ln x x ln x ln x ln x
 x   
Donc, ln(x+1)
ln x = exp x ln ln(x+1)
ln x → e0 = 1.
 x
ln(x + 1)
lim = 1.
x→+∞ ln x

13. Quand x tend vers √1 ,


2

2
(Arcsin x)2 − π16 1 Arcsin x + π4 Arcsin x − π4 1 π
+ π4 Arcsin x − π4 π Arcsin x − π4
= × × ∼ × 4
× = √
2x − 1
2 2 x+ √ 1
x− √ 1 2 √1 + √12 x − √12 4 2 x − √12
2 2 2
π 1 π 1 π
→ √ (Arcsin)0 ( √ ) = √ q = .
4 2 2 4 2 1− 1 4
2

2
(Arcsin x)2 − π16
limx→1/√2 2x2 −1
= π4 .

14. Quand x tend vers +∞,

!
cos a + 1x
       
1 1 tan a 1 tan a 1
x ln = x ln cos − tan a sin = x ln 1 − +o =x − +o
cos a x x x x x x
= − tan a + o(1),
 x
cos(a+ 1x )
et donc limx→+∞ cos a = e− tan a .

 x
cos(a+ 1x )
limx→+∞ cos a = e− tan a .

Correction de l’exercice 2 N
1.
1
= 1 + (x2 + x3 ) + (x2 + x3 )2 + (x2 + x3 )3 + o(x7 ) = 1 + x2 + x3 + x4 + 2x5 + 2x6 + 3x7 + o(x7 ).
1 − x2 − x3 x→0
1
=
1−x2 −x3 x→0
1 + x2 + x3 + x4 + 2x5 + 2x6 + 3x7 + o(x7 ).

7
−1 2  2 3
x2 x4 x6
 2
x4 x6
  2
x4

1 x x x
= 1− + − 7
+ o(x ) = 1+ − + + − + + o(x7 )
cos x x→0 2 24 720 2 24 720 2 24 2
x2
   
1 1 1 1 1 1 5 61 6
= 1+ +x − +4
+x 6
− + + o(x7 ) = 1 + x2 + x4 + x + o(x7 ).
2 24 4 720 24 8 2 24 720

1
=
cos x x→0 1 + 21 x2 + 24
5 4 61 6
x + 720 x + o(x7 ).
2.
3. Remarques.
(a) Pour x ∈ − π2 , π2 \ {0}, on a 0 < tanx x < 1 et donc la fonction x 7→ Arccos tanx x est définie sur
  

− 2 , 2 \ {0} (qui est un voisinage pointé de 0).


 π π

(b) Quand x tend vers 0, tanx x → 1 et donc Arccos tanx x = o(1) (développement limité à l’ordre 0).


(c) La fonction x 7→ Arccos x n’est pas dérivable en 1 et n’admet donc pas en 1 de développement limité
d’ordre supérieur ou égal à 1 (donc à priori, c’est mal parti).
(d) La fonction proposée est paire et, si elle admet en 0 un développement limité d’ordre 3, sa partie
régulière ne contient que des exposants pairs.
• Recherche d’un équivalent simple de Arccos x en 1 à gauche. Quand x tend vers 1 par valeurs infé-
rieures, Arccos x → 0 et donc,
p √ √
Arccos x ∼ sin(Arccos x) = 1 − x2 = (1 + x)(1 − x) ∼ 2 1 − x.
p

• Déterminons un équivalent simple de Arccos


p x 
tan x en 0. D’après ce qui précède,

s
2 r r
tan x − x |x|
r r r
x3 /3
  
x x x
Arccos ∼ sin Arccos = 1− = ∼ =√ .
tan x tan x tan x tan x x 3

Ainsi, la fonction x 7→ Arccos


p x 
tan x n’est pas dérivable en 0 (mais est dérivable à droite et à gauche) et
n’admet donc pas de développement limité d’ordre supérieur ou égal à 1 (mais admet éventuellement des
développements limités à gauche et à droite pour lesquels la remarque initiale
p x sur la parité des exposants
ne tient plus). • Déterminons un équivalent simple de f (x) = Arccos tan x − √x quand x tend vers 0
3
par valeurs supérieures.

r   r  
x x x x
Arccos − √ ∼ sin Arccos −√
tan x 3 tan x 3
 r       r 
x x x x
= sin Arccos cos √ − sin √ cos Arccos
tan x 3 3 tan x
tan x − x
r   r  
x x x
= cos √ − sin √ = g(x)
tan x 3 tan x 3
Maintenant,

−1 !1/2 1/2


tan x − x
r
x3 2x5 x3
 3
2x5 x2
  
1 x
= + 5
+ o(x ) x + + o(x ) 3
=√ + 5
+ o(x ) 1 − + o(x )
2
tan x 3 15 3 x 3 15 3
1/2 1/2
1 x3 x5 x2
 
x
= √ + + o(x ) 5
= √ 1 + + o(x ) 2
x 3 45 3 15
x x 3
= √ + √ + o(x3 ),
3 30 3

8
et donc,

tan x − x
r
x3 x2 2x3
    
x x x
cos √ = √ + √ + o(x )
3
1 − + o(x ) = √ − √ + o(x3 ).
2
tan x 3 3 30 3 6 3 15 3
Ensuite,

−1/2 
x2 x3 x2 x3
r       
x x x x
sin √ 2
= 1 + + o(x ) √ − √ + o(x ) = 1 − + o(x )
3 2
√ − √ + o(x )
3
tan x 3 3 3 18 3 6 3 18 3
x 2x 3
= √ − √ + o(x3 ),
3 9 3
et finalement,

2x3 2x3 4x3 4x3


   
x x
g(x) = √ − √ + o(x ) − √ − √ + o(x ) = √ + o(x3 ) ∼ √ .
3 3
3 15 3 3 9 3 45 3 45 3
Ainsi, quand x tend vers 0 par valeurs supérieures,

4x3
r 
x x
Arccos − √ = √ + o(x3 ).
tan x 3 45 3
f étant paire, on en déduit que
p x
 |x|
√ 4|x| 3
√ + o(x3 ).
Arccos tan x = + 45
x→0 3 3

(Ce n’est pas un développement limité).


4. La fonction x 7→ tan x est trois fois dérivable en π4 et admet donc en π4 un développement limité d’ordre
3 à savoir son développement de TAYLOR-YOUNG. tan π4 = 1 puis (tan)0 π4 = 1 + tan2 π4 = 2. Ensuite,


(tan)00 (x) = 2 tan x(1 + tan2 x) et (tan)00 ( π4 ) = 4. Enfin,

(tan)(3) (x) = 2(1 + tan2 x)2 + 4 tan2 x(1 + tan2 x),


et (tan)(3) ( π4 ) = 16. Finalement,
2 3  3 
tan x = 1 + 2 x − π4 + 2 x − π4 + 83 x − π4 + o x − π4

.
x→π/4

2 !
x2 x4 x2 x4 1 x2 1 x2
  
1 1 1
2
4
ln(ch x) = 2 ln 1 + + + o(x ) = 2 + − + o(x4 ) = − + o(x2 ),
x x→0 x 2 24 x 2 24 2 2 2 12

et donc

1 x2 2 √ e 2
1/x2 2 − 12 +o(x ) 1/2 − x12 +o(x2 )
2
(ch x) =e =e e = e− x + o(x2 ).
12
√ √
2
(ch x)1/x = = e − 12e x2 + o(x2 ).
x→0
5.
6
6. tan3 x(cos(x2 ) − 1) = tan x × tan2 x(cos(x2 ) − 1) et un équivalent de tan2 x(cos(x2 ) − 1) en 0 est − x2 . On
écrit donc tan x à l’ordre 2. De même, un équivalent de tan3 x est x3 et on écrit donc cos(x2 ) − 1 à l’ordre
5.
 4  4
x7
 
x x
tan x(cos(x ) − 1) = (x + o(x )) − + o(x ) = (x + o(x )) − + o(x ) = − + o(x8 ).
3 2 2 3 5 3 4 5
x→0 2 2 2

9
7
tan3 x(cos(x2 ) − 1) = − x2 + o(x8 ).
x→0

7. On pose h = x − 1 ou encore x = 1 + h, de sorte que x tend vers 1 si et seulement si h tend vers 0.

ln(1 + x)
= ln(2 + h)(1 + h)−2
x2     
h (−2)(−3) 2 (−2)(−3)(−4) 3
= ln 2 + ln 1 + 1 − 2h + h + 3
h + o(h )
h→0 2 2 6
h h2 h3
 
= ln 2 + − + + o(h ) (1 − 2h + 3h2 − 4h3 + o(h3 ))
3
2 8 24
     
1 9 2 43 3
= ln 2 + − 2 ln 2 h + 3 ln 2 − h + −4 ln 2 + h + o(h3 ).
2 8 24
Donc,
ln(1+x) 1
− 2 ln 2 (x − 1) + 3 ln 2 − 98 (x − 1)2 + −4 ln 2 + 43
24 (x − 1) + o((x − 1) ).
3 3
  
x2
= ln 2 + 2
x→1

8. Pour x réel, posons f (x) = Arctan(cos x). f est dérivable sur R, et pour x réel, f 0 (x) = − 1+cos
sin x
2 x . Puis,

2 !−1
x3 x2
  
0
f (x) = − x − + o(x ) 4
1 + 1 − + o(x )3
x→0 6 2
−1
x3 x3 x2
   
−1 1
= − x − + o(x4 ) 2 − x2 + o(x3 ) =− x − + o(x4 ) 1 − + o(x3 )
6 2 6 2
3 2 3
  
1 x x x x
=− x − + o(x4 ) 1 + + o(x3 ) = − − + o(x4 ).
2 6 2 2 6

Donc, f 0 admet un développement limité d’ordre 4 en 0 et on sait que f admet en 0 un développement


limité d’ordre 5 obtenu par intégration.

x2 x4 π x2 x4
Arctan(cos x) = Arctan(cos 0) − − + o(x5 ) = − − + o(x5 ).
x→0 4 24 4 4 24
2 4
Arctan(cos x) = π
− x4 − 24
x
+ o(x5 ).
x→0 4

q
9. Pour x > −1, posons f (x) = Arctan x+1
x+2 . f est dérivable sur ] − 1, +∞[ et pour x > −1,

1 1 1 1 1
f 0 (x) = = ×
(x + 2)2 2 x+1 1 + x+1
q p
x+2
2 (2x + 3) (1 + x)(2 + x)
x+2

2x −1 x −1/2
   
1 −1/2
 1 2x x  x 
= √ 1+ (1 + x) 1+ = √ 1 − + o(x) 1 − + o(x) 1 − + o(x)
2×3× 2 3 2 6 2 3 2 4
     
1 2 1 1 1 17x
= √ 1− + + x + o(x) = √ 1 − + o(x) .
6 2 3 2 4 6 2 12

Ainsi, f 0 admet donc en 0 un développement limité d’ordre 1 et on sait alors que f admet en 0 un
développement limité d’ordre 2 obtenu par intégration.
q
x+2 = Arctan 2 + 6 2 x − 144 2 x + o(x ).
Arctan x+1 √1 1
√ 17√ 2 2
x→0

10
− 12 − 32 − 12 − 32 − 52
      
1 2 −1/2 1
√ = (1 − x ) = 1+ − 2
(−x ) + 2 2
(−x ) + (−x2 )3 + o(x7 )
1 − x2 x→0 2 2 6
1 3 5
= 1 + x2 + x4 + x6 + o(x7 ).
x→0 2 8 16
3 5 7
Donc, Arcsin x = x + x6 + 3x 5x 8
40 + 112 + o(x ). Ensuite,
x→0

−2
x2 3x4 5x6

1 −2 1 7
= (Arcsin x) = 1+ + + + o(x )
Arcsin2 x x→0 x2 6 40 112
 2 2  2 3 !
3x4 5x6
 2
3x4

1 x x x
= 2 1−2 + + +3 + −4 7
+ o(x )
x 6 40 112 6 40 6
   
1 1 3 1 5 3 1
= 2− + − + x + − + −
2
x4 + o(x5 )
x 3 20 12 56 40 54
1 1 x2 31x4
= 2− − − + o(x5 ).
x 3 15 945
Finalement,
2 4
1
x2
− Arcsin
1
2 = 1 x
+ 15 + 31x 5
945 + o(x ).
x→0 3
x
10.
11. Pour x réel, posons f (x) = √ 1 . f est continue sur R et admet donc des primitives sur R. Soit F la
1+x4
R x2
primitive de f sur R qui s’annule en 0 puis, pour x réel, soit g(x) = √1 dt. g est définie sur R et,
x 1+t 4
pour x réel g(x) = F(x2 ) − F(x). g est dérivable sur R et, pour tout réel x,

2x 1
g0 (x) = 2xF 0 (x2 ) − F 0 (x) = 2x f (x2 ) − f (x) = √ −√ .
1 + x8 1 + x4
Puis,

   
0 1 8 1 4 3 8 1 3
g (x) = 2x 1 − x + o(x ) − 1 − x + x + o(x ) = −1 + 2x + x4 − x8 − x9 + o(x9 ).
8 9
x→0 2 2 8 2 8

Ainsi g0 admet un développement limité d’ordre 9 en 0 et on sait que g admet un développement limité
d’ordre 10 en 0 obtenu par intégration. En tenant compte de g(0) = 0, on obtient
5 9 10
g(x) = −x + x2 + 10
x
− 24
x
− x10 + o(x10 ).
x→0

12.
!
99
x100
 100
xk
   
−x x
ln ∑ = ln e −x
+ o(x ) = ln(e ) + ln 1 − e
100 x 100
+ o(x )
k=0 k!
x→0 100! 100!
 100
x100 x100
   
x
= x + ln 1 − (1 + o(1)) 100
+ o(x ) = x + ln 1 − + o(x ) = x −
100
+ o(x100 )
(100)! (100)! (100)!
 
xk x100
ln ∑99
k=0 k! = x − (100)! + o(x100 ).
x→0

13. Posons h = x − π ou encore x = π + h de sorte que x tend vers π si et seulement si h tend vers 0.

11
q q p
3 3
4(π 3 + x3 ) = 3 4(π 3 + (π + h)3 ) = 8π 3 + 12π 2 h + 12πh2 + 4h3
1/3
3h 3h2 h3

= 2π 1 + + +
h→0 2π 2π 2 2π 3
2 !
1 3h 3h2 h3 1 3h 3h2 5 3h 3
    
= 2π 1 + + + − + + + o(h3 )
3 2π 2π 2 2π 3 9 2π 2π 2 81 2π
   
2 1 1 1 1 5
= 2π + h + h − +h 3
− + + o(h3 )
π 2π 3π 2 π 2 12π 2
h2 h3
= 2π + h + − 2 + o(h3 ).
2π 4π
Puis,

h2 h3
q  
3 3 3
tan( 4(π + x )) = tan h + − 3
+ o(h )
2π 4π 2
h2 h3 h2
   
1 3 1 1
= h+ − 3
+ h + o(h ) = h + + − h3 + o(h3 ).
2π 4π 2 3 2π 3 4π 2

Finalement,

tan( 3 4(π 3 + x3 )) = (x − 1) + 2π (x − 1)2 + − 4π1 2 (x − 1)3 + o((x − 1)3 ).


p 1 1

x→π 3

Correction de l’exercice 3 N
Puisque a > 0, b > 0 et que pour tout réel x, ax +bx
2 > 0, f est définie sur R∗ , et pour

∀x ∈ R∗ , f (x) = exp 1 ax +bx



x ln 2 .

Etude en 0.

ax + bx ex ln a + ex ln b
         
1 1 2 1 2 1 2 2
ln = ln = ln 1 + x ln a + ln b + x ln a + ln b + o(x )
2 2 x→0 2 2 4 4
 √  2 2
ln a + ln b
 √  ln2 a + ln2 b 1 √
= ln 1 + x ln ab + x2 + o(x2 ) = x ln ab + x2 − (x ln ab)2 + o(x2 )
4 4 2
√  1 √  1  a 
= x ln ab + (ln2 a − 2 ln a ln b + ln2 b)x2 + o(x2 ) = x ln ab + x2 ln2 + o(x2 ).
8 8 b
Enfin,

√ √
1/x
ax + bx

1 a 1 a
f (x) = = exp(ln( ab) + ln2 x + o(x)) = ab(1 + x ln2 + o(x)).
2 8 b 8 b

Ainsi, f √se prolonge par continuité en 0 en posant f (0) = ab. Le prolongement obtenu est dérivable en 0 et
f 0 (0) = 8ab ln2 ab (> 0). Etude en +∞.
 
1 1 x 1   a x  1 a
ln x
(a + b ) = ln(bx ) − ln 2 + ln 1 + = (x ln b + o(x)) (car 0 < < 1)
x 2 x b x b
= ln b + o(1).

et limx→+∞ f (x) = b(= Max{a, b}). Etude en −∞. Pour tout réel x,

12
−1/x −1/x
a−x + b−x ax + bx
 
ab
f (−x) = = = ,
2 2ax bx f (x)
et donc,

ab ab
lim f (x) = lim f (−X) = lim = =a (= Min{a, b}).
x→−∞ X→+∞ X→+∞ f (X) b
Dérivée et variations. f est dérivable sur ]−∞, 0∪]0, +∞[ en vertu de théorèmes généraux (et aussi en 0 d’après
l’étude faite plus haut), et pour x 6= 0 (puisque f > 0 sur R∗ ),
0
f 0 (x)
 x
a + bx
 x
a + bx 1 ax ln a + bx ln b
 
1 1
= (ln f )0 (x) = ln (x) = − 2 ln + .
f (x) x 2 x 2 x ax + bx
f 0 a le même signe que (ln f )0 qui, elle-même, a le même signe que la fonction g définie sur R par
 x
a + bx ax ln a + bx ln b

∀x ∈ R, g(x) = − ln +x .
2 ax + bx
g est dérivable sur R et, pour x réel,

ax ln a + bx ln b ax ln a + bx ln b (ax ln2 a + bx ln2 b)(ax + bx ) − (ax ln a + bx ln b)2


g0 (x) = − + + x
ax + bx ax + bx (ax + bx )2
(ab)x (ln a − ln b)2
=x .
(ax + bx )2
g0 est donc strictement négative sur ] − ∞, 0[ et strictement positive sur ]0, +∞[. Par suite, g est strictement
décroissante sur ] − ∞, 0] et strictement croissante sur [0, +∞[. g0 admet donc un minimum global strict en 0 et
puisque g(0) = 0, on en déduit que g est strictement positive sur R∗ . De même, f 0 est strictement positive sur
R∗ . En tant compte de l’étude en 0, on a montré que f est dérivable sur R et que f 0 est strictement positive sur
R. f est donc strictement croissante sur R. Le graphe de f a l’allure suivante :


ab

On peut noter que les inégalités limx→−∞ f < f (−1) < f (0) < f (1) < limx→+∞ f fournissent :

1 √ a+b
a< 1 1 1
< ab < < b.
2(a + b) 2

Correction de l’exercice 4 N
Quand x tend vers +∞,

3 1/2
     
p 3 1 3 1
x −3 = x 1− 2
2 = x 1 − 2 + o( 2 ) = x − + o ,
x 2x x 2x x
et,

  1/3     
p 7 1 7 49 1 7 49 1
− = 2x+ −
3
8x3 + 7x2 + 1 = 2x 1+ +o 2 = 2x 1 + +o 2 +o .
8x x 24x 576x2 x 12 288x x

13
Donc,
 
7 383 1
f (x) = −x − − +o .
x→+∞ 12 288x x
La courbe représentative de f admet donc en +∞ une droite asymptote d’équation y = −x − 12 7
. De plus, le
signe de f (x) − −x − 12 est, au voisinage de +∞, le signe de − 288x . Donc la courbe représentative de f est
7 383

au-dessous de la droite d’équation y = −x − 12


7
au voisinage de +∞.

Correction de l’exercice 5 N
f est de classe C∞ sur son domaine R \ {−1, 1} en tant que fraction rationelle et en particulier admet un
développement limité à tout ordre en 0. Pour tout entier naturel n, on a

f (x) = x + x3 + ... + x2n+1 + o(x2n+1 ),


x→0
Par unicité des coefficients d’un développement limité et d’après la formule de TAYLOR-YOUNG, on obtient

∀n ∈ N, f (2n) (0) = 0 et f (2n+1) (0) = (2n + 1)!.

Ensuite, pour x ∈
/ {−1, 1}, et n entier naturel donné,
(n)
(−1)n
  
1 1 1 n! 1
f (n)
(x) = − (x) = − .
2 1−x 1+x 2 (1 − x)n+1 (1 + x)n+1

Correction de l’exercice 6 N
1. p
x2 + 3x + 5 − x + 1 ∼ −x − x = −2x,
x→−∞
et,

p (x2 + 3x + 5) − (x − 1)2 3x + 2x 5
x2 + 3x + 5 − x + 1 = √ ∼ = .
x2 + 3x + 5 + x − 1 x→+∞ x+x 2
2. 3x2 − 6x ∼ −6x et 3x2 − 6x ∼ 3x2 . Ensuite, quand x tend vers 1, 3x2 − 6x tend vers −3 6= 0 et donc,
x→0 x→+∞
3x2 − 6x ∼ −3. Enfin, 3x2 − 6x = 3x(x − 2) ∼ 6(x − 2).
x→1 x→2

3x2 − 6x ∼ −6x 3x2 − 6x ∼ 3x2 3x2 − 6x ∼ −3 3x2 − 6x ∼ 6(x − 2).


x→0 x→+∞ x→0 x→2

3.
x2
 
(x − x ) ln(sin x) = (x − x ) ln x + (x − x ) ln 1 − + o(x ) = x ln x − x2 ln x + o(x2 ln x).
2 2 2
2
x→0 6
Ensuite,

x3 x3
 
sin x ln(x−x ) = x − + o(x ) (ln x+ln(1−x)) = (x− +o(x3 ))(ln x−x+o(x)) = x ln x+o(x2 ln x).
2 3
x→0 6 6
Donc,

(sin x)x−x − (x − x2 )sin x = ex ln x (e−x


2 2 ln x+o(x2 ln x) 2 ln x)
− eo(x ) = ex ln x (1 − x2 ln x − 1 + o(x2 ln x))
= (1 + o(1))(−x2 ln x + o(x2 ln x)) ∼ −x2 ln x.
x→0

14
2
(sin x)x−x − (x − x2 )sin x ∼ −x2 ln x.
x→0

−2x
4. th x = 1−e
1+e−2x
= = (1 − e−2x )(1 − e−2x + o(e−2x )) = 1 − 2e−2x + o(e−2x ), et donc th x ln x = (1 − 2e−2x +
x→+∞
o(e−2x )) ln x = ln x + o(1). Par suite,

xthx ∼ eln x = x.
x→+∞

5. Tentative à l’ordre
 3. 3   
3 3
tan(sin x) = tan x − x6 + o(x3 ) = x − x6 + 31 (x)3 + o(x3 ) = x + x6 + o(x3 ), et,
x→0
 3
  3
 3
sin(tan x) = sin x + x3 + o(x3 ) = x + x3 − 61 (x)3 +o(x3 ) = x+ x6 +o(x3 ). Donc, tan(sin x)−sin(tan x) =
x→0 x→0
o(x3 ). L’ordre 3 est insuffisant pour obtenir un équivalent. Tentative à l’ordre 5.

3
x3 x5 x3 x5 x3
    
1 2
tan(sin x) = tan x − + + o(x5 ) = x − + + x− + (x)5 + o(x5 )
x→0 6 120 6 120 3 6 15
x3 x3 x5
 
1 1 2
= x+ +x 5
− + + o(x5 ) = x + − + o(x5 ),
6 120 6 15 6 40
et,

3
x3 2x5 x3 2x5 x3
    
1 1
sin(tan x) = sin x + + 5
+ o(x ) = x + + − x+ + (x)5 + o(x5 )
x→0 3 15 3 15 6 3 120
x3 x3 x5
 
2 1 1
= x+ + − + x5 + o(x5 ) = x + − + o(x5 ).
6 15 6 120 6 40

Donc, tan(sin x) − sin(tan x) = o(x5 ). L’ordre 5 est insuffisant pour obtenir un équivalent. Le contact
x→0
entre les courbes représentatives des fonctions x 7→ sin(tan x) et x 7→ tan(sin x) est très fort. Tentative à
l’ordre 7.

x3 x5 x7
 
tan(sin x) = tan x − + − 7
+ o(x )
x→0 6 120 5040
3 5
x3 x5 x7 x3 x5 x3
   
1 2 17 7
= x− + − + x− + + x− + x + o(x7 )
6 120 5040 3 6 120 15 6 315
x3 x5
     
1 1 1 1 2 5 17
= x+ − + − + 3× +3× + − + x7 + o(x7 )
6 40 5040 3 120 36 15 6 315
x3 x5
 
1 1 1 1 17
= x+ − + − + + − + x7 + o(x7 ),
6 40 5040 120 36 9 315
et,

x3 2x5 17
 
7
sin(tan x) = sin x + + + 7 315 + o(x )
x→0 3 15 x
3 5
x3 2x5 17x7 x3 2x5 x3
   
1 1 1
= x+ + + − x+ + + x+ − (x)7 + o(x7 )
3 15 315 6 3 15 120 3 5040
x3 x5
   
17 1 2 1 1 5 1
= x+ − + − 3× +3× + × − x7 + o(x7 )
6 40 315 6 15 9 120 3 5040
x3 x5
 
17 1 1 1 1
= x+ − + − − + − x7 + o(x7 ).
6 40 315 15 18 72 5040

15
Finalement,

x7
 
1 1 1 1 1 1
tan(sin x) − sin(tan x) = + − + + − x7 + o(x7 ) = + o(x7 ),
x→0 120 36 9 15 18 72 30
et donc
x7
tan(sin x) − sin(tan x) ∼ 30 .
x→0

Correction de l’exercice 7 N
Pour n ≥ 5, on a
n−5
1 1 1 1 1
un = 1 + + + + +∑ .
n n(n − 1) n(n − 1)(n − 2) n(n − 1)(n − 2)(n − 3) k=0 n(n − 1)...(k + 1)
Ensuite,
n−5
1 1 1
0 ≤ n3 ∑ ≤ n3 (n − 4) ∼ → 0.
k=0 n(n − 1)...(k + 1) n(n − 1)(n − 2)(n − 3)(n − 4) n→+∞ n n→+∞
Donc, ∑n−5 1 1 1 1
 
k=0 n(n−1)...(k+1) = o n3 et de même n(n−1)(n−2)(n−3) = o n3 . Il reste
n→+∞ n→+∞

1 −1 1
       
1 1 1 1 1 1 1 1
un = 1 + + 2 1 − + 3 +o 3 = 1+ + 2 1+ + 3 +o 3
n→+∞ n n n n n n n n n n
 
1 1 2 1
= 1+ + 2 + 3 +o 3 .
n n n n

1
∑nk=0 k! = 1 + 1n + n12 + n23 + o 1

n! n3
.
n→+∞

Correction de l’exercice 8 N
1.
−1 !
x x2 x3 x4

1 1 1 1 1
− =  − 2 = 2 1+ + + + 4
+ o(x ) −1
x(ex − 1) x2 x→0 x x + x2 + x3 + x4 + x5 + o(x5 ) x x 2 6 24 120
2 6 24 120
2  3   !
x x2 x3 x4 x x2 x3 x x2
  
1 x 4
= 2 − + + + + + + − + + 4
+ o(x )
x 2 6 24 120 2 6 24 2 6 2
         
1 x 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
= 2 − +x − + 2
+x − + −
3
+x −
4
+ + − + 4
+ o(x )
x 2 6 4 24 6 8 120 36 24 8 16
1 1 x2
=− + − + o(x2 ).
2x 12 720
2
1
x(ex −1) − x12 = − 2x
1 1
+ 12 − 720
x
+ o(x2 ).
x→0

     
1 1 1 1 1 1
x ln(x + 1) − (x + 1) ln x = x ln x + ln 1 + − (x + 1) ln x = − ln x + x − 2 + 3 − 4 +o 4
x x→+∞ x 2x 3x 4x x
 
1 1 1 1
= − ln x + 1 − + 2 − 3 + o 3 .
2x 3x 4x x

16
x ln(x + 1) − (x + 1) ln x = − ln x + 1 − 2x
1
+ 3x12 − 4x13 + o 1

x3
.
x→+∞
2.

Correction de l’exercice 9 N
1.
a2 a2
     
  a  1 1
fn (a) = exp n ln 1 + = exp a − + o = e 1− +o
a
.
n n→+∞ 2n n 2n n
En remplaçant a par b ou a + b, on obtient

(a + b)2 a2 b b2
       
1
fn (a + b) − fn (a) fn (b) = e 1−
a+b
−e 1−
a
e 1− +o
n→+∞ 2n 2n 2n n
−(a + b) + a + b
2 2 2 a+b
   
1 ab e 1
= ea+b +o =− +o .
2n n n n
a+b
Donc, si ab 6= 0, fn (a + b) − fn (a) fn (b) ∼ − ab en . Si ab = 0, il est clair que fn (a + b) − fn (a) fn (b) =
n→+∞
0.
     2   2 2
2. e−a fn (a) = exp −a + a − 2n
a2 a3 1
= 1 + − 2n
a a3
2 − 2n
1 a 1

+ 3n2 +o n2
+ 3n2 + +o n2
, et donc
n→+∞

a2 a3 a4
 
−a 1
e fn (a) − 1 + ∼ + .
2n n→+∞ 3 8 n2

Correction de l’exercice 10 N
1. Pour x ∈ 0, π2 , posons f (x) = sin x. On a f 0, π2 =]0, 1] ⊂ 0, π2 . Donc, puisque u0 ∈ 0, π2 , on
       

en déduit que ∀n ∈ N, un ∈ 0, π2 . Il est connu que ∀x ∈ 0, π2 , sin x < x et de plus, pour x ∈ 0, π2 ,


     

sin x = x ⇔ x = 0. La suite u est à valeurs dans 0, π2 et donc ∀n ∈ N, un+1 = sin(un ) < un . La suite u
 
π
est donc strictement décroissante  étant minorée par 0, converge vers un réel ` de 0, 2 qui vérifie ( f
 πet,
étant continue sur le segment 0, 2 ) f (`) = ` ou encore ` = 0. En résumé,

la suite u est strictement positive, strictement décroissante et converge vers 0.

2. Soit α un réel quelconque. Puisque la suite u tend vers 0 , on a


u3

uαn+1 − uαn = (sin un )α − uαn = un − n + o(u3n ) − uαn
n→+∞ 6
α !
2 u2n
  
u
α
= un 1 − + o(un ) − 1 = un −α + o(un )
n 2 α 2
6 6
unα+2
= −α + o(unα+2 )
6
Pour α = −2 on a donc

1 1 1
− = + o(1).
u2n+1 2
un 3
   
D’après le lemme de C ESARO, 1n ∑n−1
k=0
1
u2k+1
− u12 = 13 +o(1) ou encore n1 u12 − u12 = 13 +o(1) ou enfin,
k n 0

1
= n
u2n n→+∞ 3
+ u12 + o(n) = n
+ o(n) ∼ n
.
0 n→+∞ 3 n→+∞ 3

17
Par suite, puisque la suite u est strictement positive,
q
un ∼ 3
n.
n→+∞

Correction de l’exercice 11 N
Il est immédiat par récurrence que ∀n ∈ N, un > 0. Donc, ∀n ∈ N, uun+1 n
= e−un < 1 et donc, puisque la suite u
est stritement positive, un+1 < un . La suite u est strictement décroissante, minorée par 0 et donc converge vers
un réel ` vérifiant ` = `e−` ou encore `(1 − e−` ) = 0 ou encore ` = 0.

u est strictement positive, strictement décroissante et converge vers 0.

Soit α un réel quelconque. Puisque la suite u tend vers 0,

uαn+1 − uαn = uαn (e−αun − 1) = uαn (−αun + o(un )) = −αunα+1 + o(uα+1


n ).
Pour α = −1, on obtient en particulier 1
un+1 − u1n = 1 + o(1). Puis, comme au numéro précédent, 1
un = n + u10 +
o(n) ∼ n et donc
n→+∞

un ∼ 1
.
n→+∞ n

Correction de l’exercice 12 N
Pour n entier naturel donné, posons In = − π2 + nπ, π2 + nπ . • Soit n ∈ N. Pour x ∈ In , posons f (x) = tan x − x.
 

f est dérivable sur In et pour x dans In , f 0 (x) = tan2 x. Ainsi, f est dérivable sur In et f 0 est strictement positive
sur In \ {nπ}. Donc f est strictement croissante sur In .
• Soit n ∈ N. f est continue et strictement croissante sur In et réalise donc une bijection de In sur f (In ) = R.
En particulier, ∀n ∈ N, ∃!xn ∈ In / f (xn ) = 0 (ou encore tel que tan xn = xn . • On a x0 = 0 puis pour n ∈ N∗ ,
f (nπ) = −nπ < 0 et donc, ∀n ∈ N∗ , xn ∈]nπ, π2 + nπ[. En particulier,

xn = nπ + O(1).
n→+∞

• Posons − ∀n ∈ ∗ , y ∈ 0, π . De plus, tan(y ) = tan(x ) = nπ + y et donc, puisque


 
alors yn = xn nπ. N n 2 n n n
yn ∈ 0, π2 ,
 

π
> yn = Arctan(yn + nπ) ≥ Arctan(nπ).
2
Puisque Arctan(nπ) tend vers π2 , on a yn = π2 + o(1) ou encore

xn = nπ + π2 + o(1).
n→+∞

• Posons maintenant zn = yn − π2 = xn − nπ − π2 . D’après ce qui précède, ∀n ∈ N∗ , zn ∈ − π2 , 0 et d’autre part


 

zn = o(1). Ensuite, tan zn + π2 = nπ + π2 + zn et donc − cotan(zn ) = nπ + π2 + zn ∼ nπ. Puisque zn tend



n→+∞ n→+∞
vers 0, on en déduit que

− z1n ∼ − cotan(zn ) ∼ nπ,


n→+∞ n→+∞

ou encore zn = − nπ
1
+ o n1 . Ainsi,

n→+∞

18
xn = nπ + π2 − nπ
1 1

+o n .
n→+∞

• Posons enfin tn = zn + nπ
1
= xn − nπ − π2 + nπ
1 1

. On sait que tn = o n et que

− cotan tn − nπ
1
= − cotan(zn ) = nπ + π2 + zn = nπ + π2 − nπ
1
+ o( 1n ).


Par suite,

1 −1
     
1 1 1 1 1 1
− tan tn − = 1 + + o( ) = − 2 +o 2 ,
nπ nπ 2n n nπ 2n π n
puis,
   
1 1 1 1 1 1 1
− tn = Arctan − 2 + o( 2 ) = − 2 +o 2 ,
nπ nπ 2n π n nπ 2n π n
1
+ o n12 . Finalement,

et donc tn = 2n2 π

xn = nπ + π2 − nπ
1
+ 2n12 π + o 1

n2
.
n→+∞

Correction de l’exercice 13 N
1. Pour x > 0, posons f (x) = x + ln x. f est continue sur ]0, +∞[, strictement croissante sur ]0, +∞[ en
tant que somme de deux fonctions continues et strictement croissantes sur ]0, +∞[. f réalise donc une
bijection de ]0, +∞[ sur f (]0, +∞[) = ]limx→0, x>0 f (x), limx→+∞ f (x)[ =] − ∞, +∞[= R. En particulier,

∀k ∈ R, ∃!xk ∈]0, +∞[/ f (xk ) = k.

= 2k + ln 2k < k pour k suffisament grand (car k − ( 2k + ln 2k ) = 2k − ln 2k → +∞ d’après les théo-


k

2. f 2 k→+∞
k

rèmes de croissances comparées). Donc, pour k suffisament grand, f 2 < f (xk ). Puisque f est stricte-
ment croissante sur ]0, +∞[, on en déduit que xk > 2k pour k suffisament grand et donc que limk→+∞ xk =
+∞. Mais alors, k = xk + ln xk ∼ xk et donc, quand k tend vers +∞,

xk = k + o(k).
k→+∞

Posons yk = xk − k. On a yk = o(k) et de plus yk + ln(yk + k) = 0 ce qui s’écrit :

yk = − ln(k + yk ) = − ln(k + o(k)) = − ln k + ln(1 + o(1)) = − ln k + o(1).


Donc,

xk = k − ln k + o(1).
k→+∞

Posons zk = yk + ln k = xk − k + ln k. Alors, zk = o(1) et − ln k + zk = − ln(k − ln k + zk ). Par suite,


    
ln k ln k ln k ln k
zk = ln k − ln(k − ln k + o(1)) = − ln 1 − +o = +o .
k k k k
Finalement,

xk = k − ln k + lnkk + o ln k

k .
k→+∞

19
Correction de l’exercice 14 N
1. x3 sin x12 = O(x3 ) et en particulier x3 sin 1x = o(x2 ). Donc, en tenant compte de f (0) = 1,
x→0 x→0

f (x) = 1 + x + x2 + o(x2 ).
x→0

f admet en 0 un développement limité d’ordre 2.


2. f (x) = 1 + x + o(x). Donc, f admet en 0 un développement limité d’ordre 1. On en déduit que f est
x→0
continue et dérivable en 0 avec f (0) = f 0 (0) = 1. f est d’autre part dérivable sur R∗ en vertu de théorèmes
généraux (et donc sur R) et pour x 6= 0, f 0 (x) = 1 + 2x + 3x2 sin x12 − 2 cos x12 .
3. f 0 est définie sur R mais n’a pas de limite en 0. f 0 n’admet donc même pas un développement limité
d’ordre 0 en 0.

Correction de l’exercice 15 N
2 4
√ 1 = 1 + x2 + 3x8 + o(x4 ), et donc
1−x2 x→0

x3 3x5
Arcsin x = x + + + o(x5 ).
x→0 6 40
Puis,

−1
x2 3x4 x2 3x4 x4 1 x 17x3
  
1 1 1
= 1+ + 4
+ o(x ) = 1− − + + o(x ) = − −
4
+ o(x3 ),
Arcsin x x→0 x 6 40 x 6 40 36 x 6 360

et donc,

3
1
− Arcsin
1
x =
x
+ 17x 3
360 + o(x ).
x x→0 6

La fonction f proposée se prolonge donc par continuité en 0 en posant f (0) = 0. Le prolongement est dérivable
en 0 et f 0 (0) = 16 . La courbe représentative de f admet à l’origine une tangente d’équation y = 6x . Le signe de la
3
différence f (x) − 6x est, au voisinage de 0, le signe de 17x
360 . La courbe représentative de f admet donc à l’origine
une tangente d’inflexion d’équation y = 6x .

Correction de l’exercice 16 N
1. Arccos x = − o(1) (développement limité à l’ordre 0). Mais la fonction x 7→ Arccos x n’est pas dérivable
x→1
en 1 et n’admet donc pas en 1 un développemement limité d’ordre 1.
2) Puisque Arccos x = − o(1),
x→1
p √ √
Arccos x ∼ − sin(Arccos x) = 1 − x2 = (1 + x)(1 − x) ∼ − 2 1 − x.
p
x→1 x→1
√ √
Arccos x ∼ − 2 1 − x.
x→1

Correction de l’exercice 17 N

20
1. Quand x tend vers 0,

!
n n n
1 1 1 1 1 1 1 1
= +
(1 − x) (1 + x) 4 1 − x 2 (1 − x)
2 2
+ =
4 1 + x x→0 4 ∑ xk + 2 ∑ (k + 1)xk + ∑ (−1)k xk + o(xn )
k=0 k=0 k=0
n
2k + 3 + (−1)k
= ∑ xk + o(xn ).
k=0 4

2. On a aussi,

! !
n n
1 1
= =
(1 − x) (1 + x) (1 − x)(1 − x2 ) x→0
2 ∑ xp ∑ x2q + o(xn )
k=0 k=0
!
n n
= ∑ ∑ 1 xk + o(xn ) = ∑ ak xk + o(xn ).
k=0 p+2q=k k=0

Par unicité des coefficients d’un développement limité, on a donc


2k+3+(−1)k
∀k ∈ N, ak = 4 .

(ak est le nombre de façons de payer k euros en pièces de 1 et 2 euros).

21