Vous êtes sur la page 1sur 8

CHAPITRE II : LA THEORIE DES GRAPHES

Introduction

Les graphes sont des structures discrètes formées de sommets et d’arcs reliant ses sommets.ils servent à résoudre
les problèmes concrets dans une multitude de données. Ils permettent de représenter les connections entre les
différents éléments d’un ensemble complexe.ils sont extrêmement utiles dans la modélisation et l’analyse des
réseaux de communication, des réseaux routiers et de certains circuits électriques. Plus généralement l’utilisation
des graphes permet de modéliser une grande variété de problème en les ramenant à l’étude de sommet et d’arcs
ou d’arrêtes

I/ Définitions et Exemples.

a) Graphe non orienté

Soit n un entier naturel. Un graphe non orienté d’ordre n est un couple G ( S, A) ou S est un ensemble dont les
éléments sont des sommets ou des nœuds et A une partie de l’ensemble P2 (S) des parties à deux éléments de S.
S1 S3

S2 S4

b) Graphe orienté

On note n un entier naturel non nul, un graphe d’ordre n est un couple G= (S,A) d’un ensemble S = s1, s2,…sn à n
éléments appelés sommets et un ensemble A = a1, a2,….an partie du produit cartésien dont les éléments sont
appelés arcs. Si a = (x,y) on dit que a est l’arc d’extrémité initiale x et d’extrémité finale y, x est appelé un
précédent de y et y est appelé un successeur de x.

Exemple1
Exemple 2

Un graphe G = (S,A) est un dit simple si tout couple (x,y) de sommets de S est relié par au plus un arc ou une
arête.

Dictionnaire associé à un graphe orienté

A C E

X S(X) suivant de X X P(X) = précédent X

A B,C, D A -

B E B A

C E,D C A

D E D A,C

E - E B,C,D
II/ Terminologie usuelle des graphes

• Un graphe est une paire d'ensemble (V,E) où E est une famille de paires (orientées ou non) d'éléments
de V.
• Un graphe est dit complet si toute paire de sommets de G est une arête.
• Une clique de G est un sous-graphe complet de G.
• Un stable de G est un sous-graphe de G sans arêtes.
• Le degré d'un sommet de G est le nombre des arêtes qui lui sont incidentes.
• Un graphe est connexe lorsqu'il existe un chemin entre chaque paire de sommets.

• Un hypergraphe est une paire d'ensembles (V,F) où F est une famille de sous-ensembles de V..

Un chemin d’origine X et d’extrémité finale Y de G est une suite finie de sommets reliés entre eux par des
arcs tels que le premier élément de la suite soit X et le dernier élément y. on dit simplement chemin de X à y
dans G.

Un chemin est dit simple s’il ne contient pas deux fois le même arc.

Un chemin de X à Y est appelé circuit si X coïncide avec Y.

Un chemin dont l’un au moins des arcs n’est pas orienté est appelé une chaine.

On appelle cycle toute chaine dont les extrémités initiales et finales coïncident.

1) Longueur d’un chemin ou d’une chaine

Soit G = (S,A) un graphe orienté ou non , on appelle longueur d’un chemin C ( ou d’une chaine) dans G au sens
des arcs (ou d’arêtes), le nombre d’arcs (arêtes) qui composent ce chemin ( ou cette chaine). On note L(c) la
longueur d’un chemin c.

Exemple : G4 : L(SC1) =1 ; L (SC1E2P1) = 3

2) Degré d’un sommet dans un graphe orienté

Soit G = (S,A) un graphe orienté d’ordre n et contenant même arcs : X un sommet donné de S.

On appelle degré intérieur de X dans G le nombre d’arcs de G ayant pour extrémité finale X. On note d -(X).

On appelle degré extérieur de X dans G le nombre d’arcs de G ayant pour extrémité

On appelle degré de X dans G la somme des degrés intérieur et extérieur de X. On le note d(X). d(X) = d -(X) +
d+(X).

III/ Matrice booléenne ou matrice d’adjacence d’un graphe orienté :


Exemple

A B C D E sens de la lecture (suivant)

0 1 1 0 0 A degré extérieur du sommet B est m2,1 + m2,2

0 0 1 0 1 B + m2,3 + m2,4 + m2,5 =0+0+1+0+1

0 0 0 1 0 C degré intérieur du sommet E = m1,5 + m2,5 +

1 1 0 0 0 D m3,5 + m4,5 + m3,5 = 0+1+0+0+0 =1

1 0 0 1 0 E

Théorème :

Soit G = (S,A) un graphe orienté simple ayant pour matrice booléenne M = (mij) avec 1≤ i, j ≤n, Mk est la
puissance algébrique de M (définie de la même façon qu’en calcul matriciel). Mk = (mi j)k avec 1≤ i ≤ n et 1≤ j ≤
n. Mi , j (k) est le nombre de chemins de longueur k allant du sommet si au sommet sj.

Exemple :

A B C D E le chemin de longueur 3 allant du sommet E au s

2 1 0 2 0 A sommet C : M3 = m5,3(3) = 3. Le chemin de

2 3 1 0 0 B longueur 3 allant de B à D est m 2,4(3) = 0

0 1 2 0 1 C

1 0 1 3 1 D

0 1 3 1 2 E
IV/ Fonction cardinale sur un graphe orienté sans circuit :

Soit G : un graphe orienté et sans circuit : N : G N

X N(X)

Définition

Le niveau d’un sommet X dans G est la longueur du plus p long chemin ayant pour extrémité X.

D F

A E H

B C G

Remarque

Lorsque le graphe est dense avec beaucoup d’arêtes, l’observation visuelle ne permet pas facilement de
savoir qu’il n’y a pas de circuit et de déterminer le niveau des sommets. Dans ce cas on passe par
l’algorithme de Demoucon.

a) Utilisation de la matrice booléenne

A B C D E F G H I suivant

0 1 0 1 1 0 0 0 0 A

0 0 1 1 0 0 0 0 0 B

0 0 0 0 0 0 1 0 0 C

0 0 0 0 1 1 0 0 0 D

0 0 1 0 0 1 1 1 0 E

0 0 0 0 0 0 0 0 1 F

0 0 0 0 0 0 0 1 0 G

0 0 0 0 0 0 0 0 0 H

0 0 0 0 0 0 1 1 0 I
b)Dictionnaire des précédents pour déterminer les différents niveaux

X A B C D E F G H I
P(X) - A B,E A,B A,D D,E C,E,I G,E,I F

N0 ={ A}; N1= {B}; N2 = {0}; N3 = {E}; N4 = {C, F}; N5 ={I} ; N6 = {G}; N7 = {H}

b) Autre méthode

Etape 1:

On forme la ligne L0 avec la somme totale de chaque colonne L0 = 012222331. Notons Nk l’ensemble des points
(sommets) de niveau k. il ya un seul point de niveau 0, c’est le point A correspondant à la colonne de total 0 dans
L0. Exemple N0 = A.

Etape 2 :

On forme la ligne L1 . on soustrait des éléments de L0 , la somme des nombres correspondants aux sommets de
niveau 0

L=012222331

A= 10110000

L 1= 2112331

D’après L1 , N1 = B le point de niveau 0 est B ce qui correspond N1 = B pour l’ensemble du graphe.

A B C D E F G H I N(X)
L0 0 1 2 2 2 2 3 3 1 N0= A
L1 0 2 1 1 2 3 3 1 N1=B
L2 1 0 1 2 3 3 1 N2=D
L3 1 0 1 3 3 1 N3=E
L4 0 0 2 2 1 N4=C,F
L5 1 2 0 N5= I
L6 0 1 N6= G
L7 0 N7= H
L8 N8= 0
V / Graphes values Chemins optimaux

a) Exemple de graphe value

A 5 F 15 G

4 10 6 19 30

B 7 E 15 40 H

3 9 3 25 12 20

C 6 D 30 I

b) Dictionnaire des précédents

X A B C D E F G H I
P(X) B C,D D - A,C,D A,B,E F,E,H F,D,I E,D

N0 ={ D} ; N1 = {C} ; N2 ={B} ; N3 = {A} ; N4 = {E} ; N5 = {F, I} ; N6 = {H} , N7 ={ G}

c) Problème de chemins optimaux dans un graphe orienté

Il s’agit de déterminer le chemin le plus court ou le chemin le plus long sur le graphe modélisant le problème soit
d’un sommet donné à tous les autres sommets soit entre deux sommets donnés.

d) Définition d’un chemin optimal

Soient Xi et Xj deux sommets du graphe. Cij l’ensemble des chemins allant de Xi à Xj. Un chemin C est dit
minimal si L(C) ≤ L(C’) quelque soit C’∈ Cij. Un chemin C est dit de longueur maximal si L ( C) ≥ L ( C ’ )
quelque soit C’ ∈ Cij.

e) Algorithme de Ford

• Ordonner les sommets de G par ordre de niveau croissant


• Eliminer touts les sommets Xk ≠ Xi et de niveau inférieur ou égal à celui de Xi ainsi que tous les arcs
incidents à Xk.
• Eliminer tous les sommets Xk ≠ Xj de niveau supérieur ou égal à celui de Xj ainsi que les arcs incidents
à ce sommet.
• On obtient alors un sous graphe dans lequel Xi est de niveau 0 et Xj de niveau maximal.

A chaque sommet X de ce sous graphe est attaché 2 paramètres : L(X) le plus court (ou le plus long ) chemin de
Xi à X. pred (X) = précédent de X sur le plus court chemin de Xi à X.

L(X) = 0 ; X ∈ ( Xi ; Xj ) X ∈ P (X) ; P(Y)

donc L(X) = min {L(Y) +V(Y,X) } = min { L(Y) + V(Y,X) / Y∈ P(X) }

Exemple :

• L (C ) = L (D) + V (D, C) = 0+6 = 6 ; L(D) = 0 ; D ∈ P(C ) ; L (B) ? C, D, ∈ P (B )


• L(B ) = min { L (C ) + V (C , B); L (D) + V( D, B) } = min { 6+3 ; 0+3} = 3
• L(G) ? F, E, H ∈ P( G); L(G) = min { L(F) +V (F,G); L(E) + V(E,G); L (H) + V(H,G)} ; Min = {
10+15 ; 15+15 ; 29+30 } = 25
X D C B A E F I H G
L(X) 0 6 3 7 15 10 27 29 25
Préd (X) - D D B C B E F F

Le chemin le plus court allant de D à G est : DBFG, sa valeur est 3+7+15 = 25.

QCM
(la bonne solution est repérée par une étoile)
1) Q u’e st c e qu’ un par c our s E ul é r i e n
C’est un parcours passant une et une seule fois par chaque un des sommets du graphe
C’est un cycle Hamiltonien fermé
C’est un parcours passant par toutes les arêtes une et une seule fois *
2) Q u’est ce qu’un parcours Hamiltonien
un parcours passant par toutes les arêtes une et une seule fois
C'est un graphe qu'on peut parcourir en partant et en revenant au même point
C’est un parcours passant une et une seule fois par chaque un des sommets du graphe.*
3) Le nombre chromatique d' un graphe est :
Le nombre de sommets d'un graphe
Le nombre d'arêtes d'un graphe
La moyenne du nombre de sommets voisins
Le nombre de couleurs nécessaires pour colorier les sommets sans que deux sommets voisins aient la même
couleur *
4) Q u’e st q u' un gr aphe c ompl e t ?
Un graphe ayant un parcours eulérien fermé
Un graphe dont tous ses sommets sont adjacents deux à deux *
Un graphe ayant un parcours eulérien et un cycle hamiltonien
5. Q u’est qu' un sous graphe ?
Le graphe initial privé de quelques arêtes
Le graphe initial privé de quelques nœuds et des arêtes qui lui sont adjacentes*
C’est un graphe privé de quelques nœuds et des arêtes qui lui sont adjacentes que l’on prive en suite de quelques
arêtes.
6. Q u’e st q u' un gr aphe par ti e l ?
Le graphe initial privé de quelques arêtes *
Le graphe initial privé de quelques nœuds et des arêtes qui lui sont adjacentes
C’est un graphe privé de quelques nœuds et des arêtes qui lui sont adjacentes que l’on prive en suite de quelques
arêtes.
7. Q u’e st q u' un s ous gr ap he par ti e l ?
Le graphe initial privé de quelques arêtes
Le graphe initial privé de quelques nœuds et des arêtes qui lui sont adjacentes
C’est un graphe privé de quelques nœuds et des arêtes qui lui sont adjacentes que l’on prive en suite de quelques
arêtes.*
8. Q u’e st c e q u’ un ar br e c ouvr ant ?
Un graphe partiel qui est un arbre *
Un sous graphe qui est un arbre
Un sous graphe partiel qui est un arbre.
9. Q u’e st c e q u’ un gr aphe pl anai r e
Un graphe situé dans un plan et dont aucune des arêtes ne se coupe, ni se superpose *
Un graphe situé sur un plan et dont on peut dessiner d'un coup les contours sans lever une seule fois le crayon
Un graphe formé par la projection sur un plan d'un graphe en 3D
10. Une composante fortement connexe d’un graphe est :
Un graphe partiel fortement connexe
Un sous graphe fortement connexe maximal *
Un sous graphe fortement connexe minimal

Vous aimerez peut-être aussi