Vous êtes sur la page 1sur 10

Journal des Sciences

ETUDE ET MODELISATION DU POTENTIEL SOLAIRE DU SITE DE


NOUAKCHOTT ET DE DAKAR

B. OULD BILAL, V. SAMBOU, C. M. F. KÉBÉ, M. NDONGO*, P. A. NDIAYE


Centre Internationale de Formation et de Recherche en Energie Solaire (C.I.F.R.E.S)
ESP BP : 5085, Dakar Fann, Sénégal
Mail : boudy_bilal@yahoo.fr
*Centre de Recherche Appliqué aux Energies Renouvelables (CRAER) / FST / Université de
Nouakchott
BP : 5026, Nouakchott, Mauritanie
Abstract: Résumé :
This work deals primarily with a theoretical model for Le présent travail traite d’abord d’un modèle théorique
evaluating the potential of solar Nouakchott and Dakar and its d’évaluation du potentiel solaire de Nouakchott et de Dakar et
validation. The development of the modelling was carried out de sa validation. La mise au point de la modélisation a été
using a measurement campaign of global solar radiation on a effectuée à l’aide d’une campagne de mesures du
horizontal plane, carried out a time step of one minute, in the rayonnement solaire global, sur un plan horizontal, réalisée à
year 2004, the site Nouakchott in northwest Mauritania and un pas de temps d’une minute, durant l’année 2004, dans le
with measurements in the period from 1 March 2006 to site de Nouakchott dans le nord-ouest de la Mauritanie et à
February 28, 2007 every 10 minutes, on the site of Dakar in l’aide des mesures effectuées dans la période du 1er Mars
the west of Senegal. The results obtained show that, at each 2006 aux 28 Février 2007 toutes les 10 minutes, sur le site de
site, the solar radiation measured and calculated have the same Dakar dans l’ouest du Sénégal. Les résultats obtenus montrent
allure. A comparative study has led to a fairly good que, sur chaque site, les rayonnements solaires mesurés et
correlation between solar radiation Dakar and Nouakchott. calculés ont la même allure. Une étude comparative a permis
The evaluation of the available solar energy shows that the d’observer une assez bonne correspondance entre le
worst months are December to the site of Nouakchott and rayonnement solaire de Dakar et celui de Nouakchott.
February for the site of Dakar, with irradiation respective 4.9 L’évaluation de l’énergie solaire disponible montre que les
kWh /m² and 4.37 kW /m². mois les plus défavorable sont Décembre pour le site de
Nouakchott et Février pour le site de Dakar, avec des
irradiations respectives de 4,9 kWh/m² et 4,37 kW/m².
Keywords : solar potential, solar radiation, solar energy Mots clés : potentiel solaire, rayonnement solaire, énergie
solaire.

I . INTRODUCTION
Le dimensionnement et la gestion optimale des systèmes énergétiques passent impérativement par la
connaissance des conditions météorologiques auxquelles sont soumises ces systèmes. L’optimisation
d’un système photovoltaïque dépend en partie de valeurs instantanées des variables météorologiques.
Des études poussées sont effectuées dans plusieurs régions du monde pour évaluer et modéliser le
potentiel solaire. On peut citer les approches Markoviennes qui ont contribué à la modélisation des
fluctuations aléatoires du rayonnement solaire [1]. Elles ont permis la mise au point des modèles du
rayonnement solaire. Des études plus récentes s’intéressent à la modélisation du caractère aléatoire du
rayonnement solaire en utilisant les réseaux de neurones [2] et l’analyse fractale [3,4,1]. Quelques
travaux ont utilisé l’insolation [5,6] et d’autres ont utilisé la moyenne journalière de l’humidité
relative, le maximum et le minimum de la température [7,8]. D’autres travaux sont aussi effectués
pour évaluer le potentiel solaire. Il y a lieu de citer les premiers travaux menés par Liu et Jordan [9]
qui ont donné une relation liant l’irradiation solaire journalière diffuse et celle globale sur une surface
horizontale. On peut citer également les travaux de Orgilland et Holands 1977 [10] de même que les
travaux de Erbs et al 1982 [11] qui ont corrélé la fraction diffuse du rayonnement solaire avec l’indice
de clarté.
Dans ce travail, il nous a paru utile, dans un premier temps, d’étudier la modélisation théorique du
rayonnement solaire, puis de procéder à sa validation sur les sites de Nouakchott et de Dakar. En
second lieu, une étude comparative des évolutions du rayonnement solaire des deux sites sera
effectuée, une démarche qui n’a pas été réalisée dans les précédents travaux. Enfin, une détermination

O. B. Boudi et al / J. Sci.Vol. 7, N° 4 (2007) 57 – 66 - 57 -


Journal des Sciences
de l’énergie solaire disponible sur le site sera menée en vue d’un bon dimensionnement des
installations.

II . METHODOLOGIE ET PRESENTATION DES SITES


Les données utilisées pour atteindre l’objectif principal, sont collectées durant l’année 2004 et
stockées toutes les minutes, par la centrale d’acquisition de National Instruments de type Datalogger,
pour le site de Nouakchott. Pour le site de Dakar, la période de collecte s’étend du 1er Mars 2006 au
28 Février 2007, le stockage étant effectué toutes le 10 minutes, une centrale d’acquisition du type
datalogger de model CR10X de Campbell Scientific. Ces données correspondent aux moyennes du
rayonnement solaire global mesurées sur un plan horizontal.
Tableau 1 : Localisation géographique des sites
Site Longitude Latitude Altitude
(°) Ouest (°)Nord (m)
Nouakchott 15,58 18,14 1
Dakar 17,28 14.43 31
III. Modélisation du rayonnement solaire [12,13,14,15]
Si on ne dispose pas des mesures, on peut estimer l’ensoleillement direct sur un plan perpendiculaire
au rayonnement solaire en utilisant l’expression suivante :
⎡ TL ⎤ (1)
I = 1370 exp ⎢− ⎥
⎣ 0.9 + 9.4 sin (h ) ⎦
Où TL est le facteur de trouble de linke et h est la hauteur du soleil.
Le facteur de trouble de linke donné par :
TL = 2,4 + 14,6β + 0,4(1 + 2β ) ln ( p v ) (2)

Avec β , le facteur de trouble atmosphérique qui prend les valeurs suivantes selon le site :
β = 0,05 en zone rurale ;
β = 0,1 en zone urbaine ;
β = 0,2 en zone industrielle ou polluée.
p v est la pression partielle de vapeur d’eau (exprimée en mmHg) calculée par l’équation suivante :
(3)
pv =
760
(Pat − P sec)
101325
Avec Pat , la pression atmosphérique (en Pascal), P sec , la pression de l’air sec (égale à
1,01222.105Pa),
La hauteur du soleil est calculée par l’équation suivante :
sin(h) = sin( Ψ ) sin(δ ) + (4)
cos(Ψ ) cos(δ ) cos(ω )
Avec Ψ , la latitude du lieu, ω , l’angle horaire (en degré) donnée par l’équation (5) :
ω = 15°(TS − 12) (5)
TS est le temps solaire vrai, égal à 12H lorsque le soleil est au son zénith. Il est donné par l’équation
ci-après :
L − Lref (6)
TS = Tleg − C + ET −
15
Tleg est le temps légal, C , le décalage horaire (la différence entre l’heure légale et l’heure civile du
fuseaux horaire dans lequel il se trouve) ;

O. B. Boudi et al / J. Sci.Vol. 7, N° 4 (2007) 57 – 66 - 58 -


Journal des Sciences
L − Lref
la différence de longitude entre le lieu considéré et le lieu servant de référence au temps
légal (en générale le centre du fuseau horaire) ;
ET est la correction de l’équation du temps, due à la variation de la vitesse de la terre sur sa
trajectoire autour du soleil. Elle est calculable par l’expression suivante :
ET = −[ 0,0002 − 0, 47497 cos( ω ' n ) + (7)
3, 2265 cos( 2ω ' n ) + 0,0903 cos( 3ω ' n ) +
7 ,3509 sin( ω ' n ) + 9,3912 sin( 2ω ' n ) +
0,3361 sin( 3ω ' n )]
Avec : ω '= 0,984 , n le numéro du jour dans l’année : Il est égal à 1 le 1er Janvier et à 32 le 1er
Février ;
δ est la déclinaison solaire donnée par l’équation ci-dessous :
⎡ 360
(284 + n )⎤⎥
(8)
δ = 23.45 sin ⎢
⎣ 365 ⎦
L’éclairement direct sur un plan horizontal est donné par l’équation suivante:
S = I sin (h ) (9)
L’éclairement diffus est calculé par l’équation suivante :
[
D = 54,8 sin( h) TL − 0,5 − sin( h) ] (10)
L’éclairement global, sur un plan horizontal, est la somme de l’éclairement diffus et direct, il est
donné par l’équation (11) :
G=S+D (11)
IV . POTENTIEL SOLAIRE DES SITES DE NOUAKCHOTT ET DE DAKAR
IV . 1 . Taux de couverture
Le traitement des données a porté sur le taux de couverture. Le résultat obtenu montre que les taux de
couverture annuelle sont représentatifs. Ils atteignent 91% pour le site de Nouakchott et 80% pour le
site de Dakar comme montre les tableaux 2 et 3.
Tableau 2 : Le nombre d’échantillons et le taux de couverture (Nouakchott)
mois Nombre d'échantillons Taux (%)
janvier 29839 67
février 40554 97
mars 40876 92
avril 42954 99
mai 44486 100
juin 43081 100
juillet 41823 94
août 44424 100
septembre 41960 97
octobre 44580 100
novembre 34600 80
décembre 32033 72
annuelle 481210 91

O. B. Boudi et al / J. Sci.Vol. 7, N° 4 (2007) 57 – 66 - 59 -


Journal des Sciences

Tableau 3 : Le nombre d’échantillon et le taux de couverture (Dakar)

mois Nombre d’échantillons Taux (%)


mars-06 1808 41
avr-06 3638 84
mai-06 4464 100
juin-06 4328 100
juil-06 4464 100
août-06 2410 54
sept-06 4328 100
oct-06 4440 99
nov-06 3919 91
déc-06 4508 100
janv-07 1544 35
Fevr-07 2263 50
annuelle 42114 80
IV . 2 . Validation du modèle
Les mesures du rayonnement solaire collectées sont aussi utilisées pour valider le modèle théorique
sur les deux sites. Nous avons tracé sur la même figure la courbe du rayonnement solaire théorique
(calculé) et celle du rayonnement mesuré, aussi bien pour le site de Nouakchott que celui de Dakar.
Les résultats obtenus montrent (figures1 et 2) que pour des jours de ciel clair, les courbes présentent
la même allure. Les écarts observés durant certains mois atteignent une valeur relative maximale de
18,75% (le 1er décembre) sur le site de Nouakchott, avec une atténuation importante, observée entre
12h et 17h, sur le site de Nouakchott, qui serait due à des perturbations nuageuses. En effet, des
passages nuageux des pluies, d’origine méditerranéenne, sont souvent observés durant l’hiver. Cet
écart est de 9% sur le site de Dakar (le 12 Février). On constate, par ailleurs, que le lever et le coucher
du soleil est coïncident pour les deux courbes (théoriques et expérimentales).

O. B. Boudi et al / J. Sci.Vol. 7, N° 4 (2007) 57 – 66 - 60 -


Journal des Sciences

Figure 1 : Rayonnement solaire global théorique et mesuré (Nouakchott)

O. B. Boudi et al / J. Sci.Vol. 7, N° 4 (2007) 57 – 66 - 61 -


Journal des Sciences

Figure 2 : Rayonnement solaire global théorique et mesuré (Dakar)

O. B. Boudi et al / J. Sci.Vol. 7, N° 4 (2007) 57 – 66 - 62 -


Journal des Sciences
IV . 3 . Evolution journalière du rayonnement solaire de Nouakchott et de Dakar
L’étude statistique (moyennage) des données solaires nous a permis de comparer les rayonnements
solaires de Nouakchott et de Dakar. Les courbes de la figure 3 présentent, sur le même graphique, les
évolutions des moyennes journalières mensuelles, pour les deux sites. On note à chaque fois, une
bonne correspondance des courbes : les deux sites ont la même allure et présentent
approximativement d’une part, les mêmes heures de lever et d’autre part, les mêmes heures de coucher
du soleil. Le maximum de puissance atteint est compris entre (600 W et 800W aux environs de 13h
30minutes pour le site de Nouakchott) et entre (680W/m² et 900W/m² aux environs de 13h
30minutes aussi pour le site de Dakar).

Janvier
800
Février
700 800
l'e n s o le ille m t e n ( W /m ² )

600 700
l' e n s o le ille m e n t e n ( W /m ² )
500 600
Dakar Dakar
400 500

300 400
Nouakchott
Nouakchott 300
200
200
100
100
0
0
1 2 4 6 8 10 12 14 16 18 20 22 1 2 4 6 8 10 12 14 16 18 20 22
le temps en heure (h) le temps en heure (h)

Mars Avril
1000
1000
900
900
l' e n s o l e i l le m e n t e n ( W / m ² )

800
l'e n s o le ille m n t e n W /m ² )

800
700
700
600 600 Dakar
Dakar
500 500
400 400
300 300
200 Nouakchott 200 Nouakchott
100 100
0 0
1 2 4 6 8 10 12 14 16 18 20 22 1 2 4 6 8 10 12 14 16 18 20 22
le temps en heure (h) le temps en heure (h)

Juin
Mai
1000 900
900 800
l'e n s o le ille m e n t e n ( W /m ² )
l ' e n s o le i ll e m e n t e n W /m ² )

800 700
700 600
Dakar Dakar
600 500
500
400
400 Nouakchott
300
300
Nouakchott 200
200
100
100
0 0
1 2 4 6 8 10 12 14 16 18 20 22 1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23
lentemps en heure (h) le temps en heure (h)

Figure 3 a : Evolution de la moyenne journalière mensuelle du rayonnement (Dakar et Nouakchott)

O. B. Boudi et al / J. Sci.Vol. 7, N° 4 (2007) 57 – 66 - 63 -


Juillet Août

800 900
800

l ' e n s o le ille m e n t e n ( W /m ² )
700
l ' e n s o le il le m e n t e n ( W / m ² )
600
700 Dakar
Dakar
600
500
500
400
400
300 300 Nouakchott
200 Nouakchott 200
100 100
0 0
1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23 1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23
le temps en heure (h) le temps en heure (h)

Octobre
Septembre

900
900
800
l'e n s o le ille m e n t e n ( W /m ² )
800
l' e n s o le ille m e n t e n ( W /m ² )

700
700
Dakar 600
600 Dakar
500 500

400 400
300 Nouakchott 300
200 200
Nouakchott
100 100
0 0
1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23 1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23
le temps en heure (h) le temps en heure (h)

Decembre
Novembre
800
800 700
l' e n s o le ille m e n t e n ( W /m ² )

700
l'e n s o le ille m e n t e n ( W /m ² )

600
600 Dakar
Dakar 500
500
400
400
300
300
Nouakchott 200
200 Nouakchott
100
100
0
0
1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23
1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23
le temps en heure (h)
le temps en heure (h)

Figure 3b : Evolution de la moyenne journalière mensuelle du rayonnement (Dakar et Nouakchott)

O. B. Boudi et al / J. Sci.Vol. 7, N° 4 (2007) 57 – 66 - 64 -


IV . 4 . Evolution de l’irradiation solaire journalière, en moyenne mensuelle disponible sur les
sites (Dakar et Nouakchott)
Le calcul a porté aussi sur les moyennes journalière, mensuelle de l’énergie solaire disponible sur le
site. Les résultats sont présentés sur la figure 4.
9.00
8.00
Irradiation solaire (kWh/m²)

7.00
Dakar
6.00
5.00
4.00
Nouakchott
3.00

2.00
1.00
0.00
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
le mois

Figure 4 : Evolution de l’irradiation solaire journalière, en moyenne mensuelle disponible sur les sites
(Dakar et Nouakchott)

On observe que le rayonnement de Dakar présente des valeurs d’énergie solaire plus élevées que
Nouakchott (excepté pendant saison froide). La figure 4 montre également que les mois les plus
favorables sont Mai pour le site de Nouakchott et Juin pour le site de Dakar avec respectivement (7
kWh/m² et 8,25 kW/m²) et ceux les plus défavorables sont Décembre et Février pour les deux sites
avec (4,9 kWh/m² et 4,37 kW/m² d’irradiation solaire).
V. CONCLUSION
Le traitement des données est effectué sur des mesures couvrant l’année 2004, collectées toutes les
minutes pour le site de Nouakchott et sur des mesures collectées du 1er Mars 2006 au 28 Février 2007
toutes les 10 minutes pour le site de Dakar. Les résultats obtenus montrent des taux de couverture
global importants pour les deux sites (91% pour le site de Nouakchott et 80% pour le site de Dakar).
Ces mesures sont aussi utilisées pour valider le modèle théorique qui donne une bonne
correspondance entre le modèle et la réalité.
La comparaison des courbes d’évolution journalière du rayonnement solaire de Nouakchott et de
Dakar montre aussi une bonne concordance entre le rayonnement solaire de Nouakchott et celui de
Dakar.
L’évolution de l’irradiation solaire journalière, en moyenne mensuelle disponible sur les sites (Dakar
et Nouakchott) montre que les mois Décembre et Février sont les plus défavorables (4,90 kWh/m² et
4.37 kWh/m² respectivement).
En raison des données disponibles actuellement, l’étude n’a été effectuée que sur une durée globale
d’une année pour les deux sites. Afin de mieux valider la méthodologie employée, il sera important de
mener l’étude sur une période nettement plus longue (20 à 30ans) et pendant la même période pour les
deux sites. En perspectives, on peut envisager d’utiliser cette démarche, mieux améliorée pour évaluer
le potentiel solaire pour d’autres sites en Mauritanie, au Sénégal et dans la sous région afin d’établir
une carte du potentiel solaire de l’Afrique de l’ouest.
VI . REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
[1] S. HARROUNI et A. MAAFI. Classification des éclairements solaires à l’aide de l’analyse
fractale, Rev. Enrg. Ren, Vol.5, pp. 107-122, 2002
[2] A. MAAFI et S. HARROUNI. Measuring the fractal dimension of solar irradiance in view of PV
systems performance analysis, Proc.6th WREC, Brighton (UK), Part IV, 2032p, 1-7 July, 2000
[3] A. SFETSOS et A. H. COONICK. Univariate and multivariate forecasting of hourly solar radiation
with artificial intelligence techniques ", Solar Energy, Vol.68, 169p, 2000
[4] S. BARBARO, G. CANNATA, S. COPPOLINO, C. LEONE and SINAGRA. Correlation between
relative sunshine and state of the sky, Solar Energy, Vol.26, 537p, 1981

O. B. Boudi et al / J. Sci.Vol. 7, N° 4 (2007) 57 – 66 - 65 -


[5] J. Canada. Global Solar Radiation in Pais Valenciano using Sunshine Hours, International Journal
of Ambient Energy, Vol.4, pp. 197-201, 1988.
[6] C. Gueymard. Analysis of Monthly Average Solar Radiation and Bright Sunshine for Different
Thresholds at Cape Canaveral, Florida, Solar Energy, Vol.51, pp. 139-145, 1993.
[7] I. Supit and R.R. Van Kappel. A Simple Method to Estimate Global Radiation, Solar Energy,
Vol.63, pp. 147-160, 1998.
[8] J.C. Ododo et al. The Importance of Maximum Air Temperature in the Parameterization of Solar
Radiation in Nigeria, Renewable Energy, Vol.6, pp. 751-763, 1995.
[9] B.Y.H. Liu and R.C. Jordan. The Interrelation and Characteristic Distribution of Direct, Diffuse
and Total Solar Radiation, Solar Energy, Vol. 4, pp.1-19, 1960.
[10] J.F. Orgill and K.G.T. Hollands. Estimation Equation for Hourly Diffuse Radiation on Horizontal
Surface, Solar Energy, Vol. 19, n°4, pp. 357-359, 1977.
[11] Beriot NICOLAS. Rapport sur l’évaluation de la ressource énergétique solaire à l’aide de
satellites météorologiques, WMO, WCP-80, Genève, 82p, 1985.
[12] Y. JANNOT. Thermique solaire, 75p, Octobre 2003
[13] J. M. Chassériaux. Conversion thermique du rayonnement solaire, 272p, Dunod, Paris, Février
1984.
[14] N. NDONG. Modélisation du potentiel solaire par temps clair à Dakar, Mémoire de DEA, ESP,
UCAD, 55 p, 2003
[15] A. Ozdamar, N. Ozbalta, A. Akin, E. D. Yildirim. An application of a combined wind and solar
energy system in Izmir, Renewable and Sustainable Energy Reviews, Vol. 9,p. 624–637, 2005

O. B. Boudi et al / J. Sci.Vol. 7, N° 4 (2007) 57 – 66 - 66 -

Vous aimerez peut-être aussi