Vous êtes sur la page 1sur 21

Commande scalaire des machines tournantes

Machines synchrones
autopilotées
Machines synchrones autopilotées

 Plan du cours
 Introduction: champ d ’application
 Machine synchrone: Autopilotage
 Réalisation technologique: choix du capteur
Introduction Machines synchrones autopilotées

La machine synchrone est alternative.


En génératrice, elle est l ’alternateur de nos centrales.

L ’utilisation en moteur était un problème, que l ’autopilotage


a permis de résoudre.

C ’est une machine:


 robuste
 possédant un bon rendement
 permettant de fonctionner en vitesse variable.
Introduction Machines synchrones autopilotées

Champ d ’application:
 Traction ferroviaire, véhicules électriques, propulsion
marine 1MW-100MW
 grosse industrie 100kW-1MW
 Maintenant (et de plus en plus) l ’industrie pour les
systèmes de production 100W-100kW
 petits moteurs (typiquement: ventilateurs)
 lecteurs de disquettes 1-100W

Accélération vive
Ondulation de couple réduite
Longue durée de vie

Que manque-t-il?
Machines synchrones autopilotées

 Plan du cours
 Introduction: champ d ’application
 Machine synchrone: Autopilotage
 Réalisation technologique: choix du capteur
Autopilotage Machines synchrones autopilotées

Présentation de la machine synchrone

Distinguer deux types de machines:


 A fém sinusoïdale
 A fém trapézoïdale.
Machine synchrone Machines synchrones autopilotées

Rotor

Stator

Stator

Représentation
Rotor simplifiée
Principe Machines synchrones autopilotées

Aimantation produite par la phase a (seule)

ia
ia(t)

va

T t
Principe Machines synchrones autopilotées

Pour deux phases en quadrature spatiale, et


temporelle

Création d ’un champ tournant


Machines synchrones autopilotées

Aimantation crée par le rotor.

Aimantation du rotor

Aimantation du stator
N
S

ce champ peut entraîner un aimant grâce aux forces


électromagnétiques qui sont créées.
Autopilotage Machines synchrones autopilotées

Schéma électrique équivalent: Modèle de Benh-Eschenburg.

C ’est un Schéma monophasé équivalent. Sur ce schéma, V et I


représentent les grandeurs d ’alimentation de la machine. E représente
la force électromotrice (ou contre électromotrice) fém. r et L sont des
paramètres. Ce schéma est sensé modéliser le comportement électrique
du moteur.

I r L Ce schéma doit être, complété par une


définition de E:
• En module: E=Kdθ/dt=KΩ
V E •en phase : e(t) est en quadrature par rapport
au rotor.

Les grandeurs sont sinusoidales.


Autopilotage Machines synchrones autopilotées

Diagramme de Fresnel associé

I
V=E+(r+jLω)I

V E V
δ jLωI
ψ E rI
I
Aimantation
du rotor
Machines synchrones autopilotées

 Plan du cours
 Introduction: champ d ’application
 Machine synchrone: Autopilotage
 Réalisation technologique: choix du capteur
Technologie du Machines synchrones autopilotées
capteur

Ce que l ’on attend du capteur de position:

 qu ’il soit robuste vis à vis des chocs, de la poussière car c ’est un
élément important dans le fonctionnement du moteur
 qu ’il soit simple à mettre en œuvre et léger
 qu ’il soit peu onéreux
 Doit permettre de repérer les positions permettant l ’alimentation
des 3 phases (cf TD1),

Technologies disponibles:

 Optique
 magnétique.
Machines synchrones autopilotées

Capteur optique. Translucide


Principe.
Opaque
Capteur en fourche. LED émettrice

Question:
donner en fonction
de θ la tension de
sortie de ce capteur
Machines synchrones autopilotées

 On peut aussi trouver des codeurs optiques,


dont les disques comportent des milliers de
points par tour, avec possibilité de connaître
le sens de rotation
 Ces capteurs sont donc bien adapté au cas
des machines à fem sinusoïdale.
Machines synchrones autopilotées

Capteurs magnétiques.
Technologie du capteur: capteur à effet Hall ( Hall sensor )

+15V
GND VH Parfois, c ’est l ’aimant du
rotor lui même qui sert à la détection
de position.

Exemples d ’application: lecteurs de disques et ventilateurs


Machines synchrones autopilotées

Capteurs magnétiques.
Principe: a peu près identique à celui d ’un capteur optique,
mais ici on capte le champ magnétique issu d ’un petit
aimant collé sur le rotor.

θ
0 π 2π

VH Proportionnel au champ
Question: combien de transitions par tour? Conclusion?
Machines synchrones autopilotées

On ne pourra jamais disposer beaucoup de


capteurs sur un tour. Le nombre
d ’impulsions sera limité. C ’est pourquoi, ces
capteurs sont bien adaptés au cas des fém
trapézoïdales.
Machines synchrones autopilotées

Notes: la mise en place du capteur de position sera toujours


suivie d ’une opération de calage, c ’est à dire de la mise en
position des capteurs (optique ou magnétique) par rapport à
l ’aimant du rotor.
Ou bien encore, par rapport à la fem

Bon calage Mauvais calage


Machines synchrones autopilotées

 Détail d ’un variateur de vitesse industriel.

Vous aimerez peut-être aussi