Vous êtes sur la page 1sur 86

ACADEMIE DE LA RENAISSANCE

« MRC, le souffle de l’espoir.


MRC, Changeons d’avenir dans la paix »

MANUEL DE FORMATION AU
MILITANTISME

Mars 2017
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

TABLE DES MATIERES

MANUEL DE FORMATION AU MILITANTISME ............................................................................ 1


TABLE DES MATIERES....................................................................................................................... 2
AVANT-PROPOS (par le Président National) ....................................................................................... 5
INTRODUCTION ................................................................................................................................... 6
PARTIE 1 : LES PREALABLES A LA FORMATION AU MILITANTISME .................................... 7
1. Qu’est-ce que la politique ? ......................................................................................................... 7
2. Qu’est-ce que la démocratie ? ..................................................................................................... 8
3. Qu’est-ce que l’Etat ? .................................................................................................................. 8
4. Qu’est-ce qu’un citoyen ?.......................................................................................................... 10
5. Qu’est-ce qu’un parti politique ? ............................................................................................... 10
6. Qu’est-ce qu’un militant ? ......................................................................................................... 11
7. Qu’est-ce qu’une élection ? ....................................................................................................... 11
8. Les grandes figures historiques ................................................................................................. 12
a. Quelques précurseurs ............................................................................................................ 12
b. Les acteurs de l’indépendance ............................................................................................... 15
c. Les nationalistes post indépendance ...................................................................................... 21
9. Leurs valeurs : ........................................................................................................................... 23
10. L’enjeu du Nationalisme : ..................................................................................................... 23
PARTIE 2 : QU’EST CE QUE LE MRC (LE MOUVEMENT POUR LA RENAISSANCE DU
CAMEROUN) ? .................................................................................................................................... 24
MODULE 1 : L’HISTORIQUE DU MRC ........................................................................................... 24
MODULE 2 : LES CARACTERISTIQUES DU MRC ........................................................................ 28
1. Vision ........................................................................................................................................ 28
2. Emblème .................................................................................................................................... 28
3. Devise ........................................................................................................................................ 29
4. Valeurs....................................................................................................................................... 29
5. Idéologie .................................................................................................................................... 29
6. L’hymne du parti ....................................................................................................................... 30
7. Les slogans ................................................................................................................................ 31
a. Faire la politique autrement ................................................................................................... 31
b. Changeons d’avenir dans la paix ........................................................................................... 31
c. Le souffle de l’espoir ............................................................................................................. 32
MODULE 3 : LA QUALITE DE MILITANT DU MRC ..................................................................... 32
MODULE 4 : L’IDEOLOGIE DU MRC : LE SOCIAL LIBERALISME ........................................... 33
SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
2
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

LES 5 CHANTIERS PRIORITAIRES POUR UN CAMEROUN DIGNE .......................................... 36


Le premier pilier est le pacte républicain .............................................................................................. 36
Le deuxième pilier est le pacte éducatif et de la jeunesse ..................................................................... 36
Le troisième pilier est le pacte productif ............................................................................................... 37
Le quatrième pilier est le pacte de solidarité ......................................................................................... 38
Le cinquième pilier est le pacte patriotique et stratégique avec nos partenaires internationaux et la
diaspora ................................................................................................................................................. 38
LE MRC DANS LE CONTEXTE NATIONAL ................................................................................... 39
CONTEXTE INTERNATIONAL......................................................................................................... 39
ASPECTS JURIDIQUES RELATIFS AUX ELECTIONS ET AUX MANIFESTATIONS
PUBLIQUES ......................................................................................................................................... 44
AVANT-PROPOS................................................................................................................................. 45
INTRODUCTION ................................................................................................................................. 46
HISTOIRE CONSTITUTIONNELLE DU CAMEROUN ................................................................... 47
LE CADRE LEGAL DES ELECTIONS AU CAMEROUN ................................................................ 49
LES TEXTES INTERNATIONAUX REGISSANT LES ELECTIONS AU CAMEROUN ........... 50
Les instruments universels ............................................................................................................ 50
Les instruments régionaux............................................................................................................. 51
LES TEXTES NATIONAUX REGISSANT LES ELECTIONS AU CAMEROUN ....................... 52
1. La constitution ....................................................................................................................... 52
2. Le Code Electoral .................................................................................................................. 53
3. Les autres textes nationaux régissant les élections au Cameroun.......................................... 54
4. Le Code de procédure pénale ................................................................................................ 56
LES CRITERES INTERNATIONAUX RELATIFS AUX ELECTIONS ....................................... 57
1. Les élections libres ................................................................................................................ 57
2. Les élections régulières ......................................................................................................... 59
3. La périodicité et calendrier électoral ..................................................................................... 61
4. Les autres conditions ............................................................................................................. 61
L’EXAMEN DES ELEMENTS COMMUNS DES LOIS ET DES PROCEDURES
ELECTORALES ............................................................................................................................... 63
1. L’administration des élections ............................................................................................... 63
2. Découpage des circonscriptions électorales .......................................................................... 65
3. Les inscriptions des électeurs ................................................................................................ 65
4. Accès aux médias et réglementation des médias ................................................................... 67
5. Nominations, partis et candidats............................................................................................ 67
6. Vote, dépouillement et communication des résultats ............................................................ 68

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
3
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

7. Observation et vérification .................................................................................................... 70


8. Plaintes, demandes d’invalidation et recours ........................................................................ 70
LES REUNIONS ET MANIFESTATIONS PUBLIQUES .................................................................. 72
L’EXAMEN DU CADRE LEGAL ................................................................................................... 72
I. LES AUTORISATIONS A MANIFESTER ............................................................................. 72
CONCLUSION ..................................................................................................................................... 73
LE GUIDE DE L’ELECTEUR ............................................................................................................. 74
Pourquoi le guide de l’électeur ? ........................................................................................................... 75
1. VOCABULAIRE DES ELECTIONS ....................................................................................... 76
2. 2. QUI EST ELECTEUR ?........................................................................................................ 79
3. 3. LE BUREAU DE VOTE ....................................................................................................... 79
4. 4. LE SCRUTIN ........................................................................................................................ 80

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
4
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

AVANT-PROPOS (par le Président National)

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
5
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

INTRODUCTION

En général, militantisme est la matière première de l’action et de l‘activité politique.


Pour la Renaissance d’un pays qui végète, le militantisme est davantage requis comme
l’horizon indépassable du système de valeurs que se dotent les porteurs du changement du
statu quo. En raison du cafouillage observé sur la scène politique camerounaise, Le
Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) choisi de faire la politique autrement,
où le jeu politique prend un sens différent du cadre d’intimidation et de corruption qui a fini
par donner une image tronquée de l’activité politique. Il s’agit de greffer à la volonté des
militants, qui est certes un élément fondamental, les différentes fonctions du pouvoir. De
manière générale, l’on considère le pouvoir comme l’objet central du champ de la compétition
politique, mais l’on omet que ce même pouvoir est également l’objet capital du champ de la
compétence politique. C’est la raison pour laquelle le pouvoir doit d’abord être responsable
avant d’être coercitif. Le caractère responsable du pouvoir exige de ses pratiquants
l’humanité, l’intelligence politique et stratégique, la compétence technique, et l’aptitude à
résoudre les problèmes des citoyens.
Le militant du MRC, en tant que soldat de la Renaissance, doit se munir de toutes les
armes nécessaires au changement, notamment la citoyenneté (respectueux des institutions de
la République), l’histoire du Cameroun, l’idéologie et la vision du MRC, les qualités d’un bon
militant, et le professionnalisme politique. Avec ces armes, les militants du MRC peuvent
conduire leur formation politique au pouvoir décisionnel central, et aux sièges des pouvoirs
locaux et parlementaires, à condition qu’ils appliquent la formule consacrée par la tête du
parti : IVSD

I = inscription sur les listes électorales


V= vote
S= surveillance du vote
D= Défense du vote.

Serge Eric DZOU NTOLO


Coordonnateur exécutif de l’Académie du MRC

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
6
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

PARTIE 1 : LES PREALABLES A LA FORMATION AU


MILITANTISME

1. Qu’est-ce que la politique ?


D’après l’imagerie populaire, faire de la politique relève d’un champ particulier. Et, à
ce titre certains vous diront qu’ils ne font pas la politique. Pour d’autres, faire de la politique
nécessite avoir des « moyens » ou être socialement aisé. Dans cet ordre d’idées, nombreux
n’assimilent la politique, qu’aux campagnes politiciennes et électorales. En cela, cette
conception péjorative de la politique y est prégnante car, elle est assimilée à un champ de
tueries, de tromperies, de roublardises, de duperies, d’enrichissements personnels, de
démagogies, de flatteries, etc. Pour déconstruire cette compréhension erronée de la politique,
il convient pour nous d’épuiser ses différentes approches définitionnelles.
La politique se conçoit clairement comme l’activité relative à la quête, au contrôle, à
la gestion et à la responsabilité du pouvoir dans l’espace public.
Au sens fonctionnaliste, c’est l’art de gérer la communauté, la société. PLATON
dans De la République Exemple : le maire de Touloum dans sa circonscription.
Au sens pratique, la politique est un « champ » d’expression, qu’utilisent des acteurs
ou des citoyens en vue d’améliorer la situation communautaire. Pierre Bourdieu avec la
notion de « champ politique ». Exemple : les manifestations du MRC pour réclamer la
modification de la loi électorale.
Du point de vue stratégique, la politique est aussi un outil d’anticipation, qu’ont les
citoyens et les acteurs politiques pour prévenir leurs difficultés. Exemple : le Cameroun doit
devenir un lion économique en Afrique. Par ailleurs, la politique est du domaine du jeu et de
la compétition politique c’est ainsi, que la scène politique est organisée en règles de jeu (code
électorale, éthique politique, respect des institutions, etc.), où seule la force des arguments a le
monopole ; Raymond ARON, Paix et guerre entre les nations (la communication politique).
C’est aussi un processus qui consiste à la problématisation et à la publicisation des
problèmes politiques (la politisation), par-là, on ne parle pas de récupération politique pour un
parti politique. Maurice DUVERGER Les Partis politiques et Jürgen Habermas, L’espace
public exemple : les manifestations publiques, la communication verbale, déclarations
publiques. Exemple : le cas Monique KOUMATEKEL, le problème anglophone, l’affaire
Ibrahima Bello.
Somme toute, la politique est véritablement la seule voie légale et légitime pour
résoudre les problèmes de la société en général et de l’homme en particulier. C’est dans cet
esprit que Ruben UM NYOBE affirme « Tout est politique, et tout s’encadre dans la politique,
la religion est devenue politique. Le commerce est politique. Même le sport est politique, la
politique touche à tout et tout touche à la politique. Dire que l’on ne fait pas la politique, c’est
avouer que l’on n’a pas le désir de vivre ».
SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
7
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

2. Qu’est-ce que la démocratie ?


Sur le plan étymologique, démocratie veut dire pouvoir du peuple par le peuple.
Pourtant si les régimes politiques modernes se déclarent démocratiques, aucun n’applique
effectivement cette définition. On n’a jamais vu un État gouverné par le peuple directement.
C’est généralement des représentants du peuple et donc une élite généralement élue par le
peuple qui exerce le pouvoir au nom du peuple. Les régimes démocratiques peuvent par
contre être définis comme des régimes qui appliquent le système représentatif du peuple qui
élit librement et souverainement ses gouvernants. Mais aussi un gouvernement garantissant le
principe de la liberté d’opinion. Ces régimes contemporains ont ainsi deux caractéristiques
essentielles qui sont d’un côté l’institution d’un suffrage libre, périodique et souverain, et d’un
autre côté un équilibre entre les différents pouvoirs exerçant la souveraineté au nom du peuple
qui garantit le respect des libertés publiques et individuelles.
C’est le régime politique qui encourage et organise le mieux la diversité d’opinions
et la contradiction au sein de la société (équilibre des pouvoirs, promotion d’une justice
républicaine, libre expression, devoir du citoyen, etc.). D’après Abraham LINCOLN, il s’agit
du « pouvoir du peuple, par le peuple et pour le peuple», et pour Jean Jacques Rousseau par
contre, « l’obéissance à la loi qu’on s’est prescrite n’est que liberté », C’est aussi un ensemble
de règles écrites et non écrites ; Ainsi la démocratie apparait comme un régime politique qui
impose un certain nombre de principes cardinaux, tels que : la séparation des pouvoirs
(exécutif, législatif et judiciaire), l’alternance au pouvoir (la limitation de mandat), « l’Etat de
droit » c'est-à-dire la soumission de l’Etat à ses propres lois et qui doivent être conformes aux
conventions et traités internationaux consacrant les droits de l’homme et son émancipation, le
multipartisme, les libertés publiques et civiles, etc.
La démocratie comme modèle et mécanisme s’appuyant sur la représentation par les
gouvernants se trouve quelque peu limitée dans la mesure où le peuple légal (population)
différent du peuple réel (peuple qui a la capacité électorale et d’action) ne se sent pas
totalement intégré dans gestion de la chose publique du fait d’avoir des parlements non
représentatifs de la diversité sociétale, l’éloignement des élus du terrain et de la réalité
quotidienne, la faiblesse des contre-pouvoirs (médias et société civile), l’augmentation de
l’abstentionnisme électorale, la méfiance envers les hommes politiques.
On parle ainsi de la démocratie participative qui appelle les citoyens à être
véritablement intégrer dans la prise de décision par le principe de gouvernance et la mise en
place d’un système organisé qui favorise une concertation plus dynamique, acceptable par la
grande majorité des citoyens. Exemple : la signature des pétitions en vue de modifier la loi
électorale que le MRC a lancé.

3. Qu’est-ce que l’Etat ?


Né en 1648 par les accords juridiques de Westphalie, l’Etat est la forme
d’organisation qui structure le mieux une société, ceci fait de lui, la forme de gouvernement la

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
8
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

plus répandue au monde (environ 194 Etats reconnus par les nations unies en 2017). Pour
mieux cerner cette notion étatique, il est nécessaire de présenter ses multiples approches.
L’Etat au sens juridique, est une entité (un composé indissociable) qui présente trois
critères : un territoire qui est un espace géographique délimité par des frontières (terre, air et
eau) exemple : le Cameroun a 475.442 Km2 ; une population qui est un ensemble de
personnes ayant des liens de nationalité ou pas, soit par filiation (lien de sang) soit par
naturalisation (l’exemple des étrangers qui prennent la nationalité camerounaise), la diaspora
(tous les nationaux d’un pays ne vivent pas sur le territoire) ; un pouvoir politique
institutionnalisé où le gouvernement qui a le monopole de la puissance publique et de l’action
publique.
Du point de vue sociologique, au sens de Max WEBER, l’Etat est une organisation
politique à caractère institutionnel ayant le monopole de la violence physique légitime. Cela
se matérialise par exemple par la loi qui a un caractère dissuasif et coercitif, « ubi sociétas ubi
jus », la prison, la police, l’armée, etc.
Anthropologiquement, l’Etat c’est aussi des symboles que sont, entre autres : le
Drapeau, l’Hymne nationale, la Devise nationale (Paix-Travail-Patrie pour le Cameroun), les
armoiries, etc. ; des liturgies politiques pour montrer la centralité de l’Etat (les investitures du
Président de la République, les discours officielles (discours du 31 décembre, etc.), les
manifestations officielles (la fête nationale du 20 mai), le culte « de l’intérêt général », etc.
Tout cela pour communier avec le peuple.
L’Etat est une institution qui impose la séparation des pouvoirs, le pouvoir exécutif
qui organise le fonctionnement des pouvoirs publics (les ministères, les mairies, etc.), le
pouvoir législatif (voter les lois et contrôler l’action gouvernementale), le pouvoir judiciaire
(veiller à l’application de la loi) Montesquieu De l’esprit des lois et John LOCKE, Traite sur
le gouvernement civil, Etymologiquement et historiquement, la République ou l’Etat s’est
aussi la distinction et la séparation entre la chose publique et la chose privée (la
dépatrimonialisation), d’où la promotion des valeurs républicaines (la promotion par les
concours, les élections, le non usage des positions partisanes comme la religion, les sectes, la
tribu, la race, etc. dans l’action publique.
C’est aussi, au sens strict, un appareil politique d’administration représenté par les
gouvernants (la Présidence de la République, le Premier Ministère, le gouvernement, le Senat,
l’Assemblée Nationale, le MINATD, Etc.)
Il s’agit aussi d’une entité abstraite, une personne morale de droit public, qu’on ne
peut pas toucher mais qui existe juridiquement (Gaston JEZE « je n’ai jamais déjeuné avec
l’Etat ») exemple : vous pouvez porter plainte contre l’Etat du Cameroun ou contre le maire
de Sa ’a.
L’Etat providence (welfare state) est celui qui intervient activement dans tous les
domaines et qui a le monopole de les organiser (1945-1974). Cet Etat providence subit une

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
9
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

crise de légitimité dans les années 80, liée à son incapacité à produire de la solidarité du fait
des actions sociales limitées de l’Etat.
On pourrait rapidement définir l’Etat-nation comme une superposition de deux
dimensions, l’une politique et institutionnelle et l’autre culturelle et territoriale. Le concept de
nation confronte deux approches diamétralement opposées, la nation à la française qui va au-
delà de race, la tribu, le sexe, etc. Pour imposer une base contractuelle tandis que l’autre
approche de la nation (allemande) est plus organique et s’appuie sur la race, la tribu. Quelles
approches voulons-nous pour le Cameroun ? Nous pensons fondamentalement que nous
devons premièrement œuvrer à la consolidation du « vivre ensemble » camerounais avec
l’avènement d’un véritable pacte républicain quel que soit la forme de l’Etat qu’on aura
choisie.

4. Qu’est-ce qu’un citoyen ?


C’est un individu appartenant à une République, un Etat, dans laquelle il est un
construit social et historique, et ayant des droits (droit à la libre circulation, droit à la
protection des personnes et des biens, le droit de vote, le droit aux manifestations, etc.), mais
aussi des devoirs (respecter le droit d’autrui, ne pas compromettre la sécurité de l’état, etc.).
Ainsi être citoyen s’identifie aux valeurs de la société (histoire, statut de la nationalité, les
valeurs, le vivre ensemble). La citoyenneté impose des contrats entre les individus et la
communauté politique, entre les gouvernants et les gouvernés, entre les individus de la
communauté.
En dépit de cela, une citoyenneté active apparait fondamentale dans le dynamisme
démocratique. Le citoyen actif est un citoyen réfléchi et responsable qui développe et fait
valoir ses différents statuts d’individu, d’administré et d’électeur. Le citoyen actif témoigne
d’une attitude positive dans la vie quotidienne et dépasse ses intérêts individuels pour
favoriser l’intérêt collectif. Le citoyen actif sait revendiquer et agir pour défendre les droits
des nécessiteux, s’est faire ainsi preuve d’une conscience et d’une morale sociale, d’un sens
politique et d’une recherche culturelle. Enfin, il est usager et acteur de son territoire et
participe au bien-être de la société dans laquelle il évolue.

5. Qu’est-ce qu’un parti politique ?


Le parti politique est une organisation structurée qui a pour ambition de conquérir le
pouvoir et le préserver. C’est donc une institution motrice de la démocratie, puisque c’est
l’outil principal d’accession au pouvoir. Du point de vue juridique, c’est une association
privée à but non lucratif.
Du point de vue structurel, c’est une organisation implantée sur toute l’étendue du
territoire ; le MRC est présent administrativement dans toutes les régions, tous les
départements et quelques arrondissements.

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
10
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

Un parti politique concourt à l’expression du suffrage universelle, le MRC a


candidaté aux dernières élections municipales de septembre 2013, alors que nous n’avons que
09 mois à la convocation du corps électoral. En outre, Un parti politique a pour mission de
requérir le soutien populaire ou de porter les aspirations des couches de la population ; les
manifestations, la défense des minorités et des défavorisés, la dénonciation des injustices et
des atteintes aux droits de l’homme, etc.
Il a aussi pour fonction principale l’éducation à la citoyenneté, la socialisation aux
enjeux politiques (politisation), la défense des intérêts qu’il juge légitime et stratégiquement
important et de la promotion des valeurs du parti.

6. Qu’est-ce qu’un militant ?


Historiquement militant, vient du latin « militare » (militaire), qui lui aussi a une
proximité avec le latin « soldare » (soldat) ; pour dire simple, un militant est donc un soldat
politique c'est-à-dire équipé d’armes politiques telles que : l’idéologie, la vision, les valeurs,
etc.
Au sens fonctionnaliste, un militant est un citoyen qui a sa carte d’adhésion qui
s’acquitte de ses contributions et qui occupe une responsabilité au sein du parti tout en
participant aux activités du parti.
Ceci différent du militant passif, c'est-à-dire l’adhérant qui prend simplement une
carte d’adhésion ou du sympathisant qui lui n’est pas encarté mais éprouve un rapprochement
idéologique avec le parti.
Est membre fondateur tout citoyen camerounais ayant œuvré intellectuellement et/ou
matériellement à la création et/ou à la mise en place du parti. La liste des membres fondateurs
est arrêtée avant la tenue de la première Convention du parti par le Président du parti.
Est membre d'honneur, tout citoyen camerounais qui apporte une contribution
particulière à la réalisation des objectifs du parti d’après l’appréciation souveraine du Conseil
National.
7. Qu’est-ce qu’une élection ?
L’élection est l’opportunité majeure, qu’ont les citoyens de se prononcer sur les
grandes questions à travers le vote. C’est aussi l’acte de légitimation des acteurs dans la
société qui a lieu au suffrage universel, égal et secret. Pour le dynamisme de la démocratie,
l’élection est également une phase de désignation des nouveaux dirigeants ou un mécanisme
de renouvellement de la confiance aux dirigeants à travers le vote.
Le processus électoral démarre sur convocation du corps électoral par le président de
république tel que prévu par le code électoral. Elle se déroule en trois phases majeures : avant
l’élection (les opérations d’inscription sur les listes électorales, les différentes commissions
mixtes d’ELECAM et de distribution des cartes électorales, la constitution des dossiers de
candidature, la campagne électorale, la préparation des représentants dans les bureaux de
SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
11
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

votes) ; le jour du scrutin (présence dans les bureaux de vote avant 08 heures muni d’un
mandat , introduction du mandaté dans la commission locale de vote, opérations de vote ,
fermeture du vote à 18 heures , dépouillement et inscription des résultats finaux à l’intérieur
des procès-verbaux signés par autant de membres de la commission locale de vote, remontée
des procès-verbaux aux commissions communales d’ELECTION’S CAMEROUN) ; après
l’élection (contentieux électoral et publication des résultats définitifs).
Les élections au suffrage universel direct sont : les élections présidentielles (mandat :
07 ans), les élections municipales (mandat : 05 ans), les élections législatives (mandat : 05
ans), les référendums.
Les élections au suffrage universel indirect sont : les élections sénatoriales, les
élections régionales. Confrère code électoral de 2012, la constitution, etc.

8. Les grandes figures historiques


a. Quelques précurseurs
i. Martin Paul SAMBA
De son vrai nom Mebenga M’Ebono Martin-Paul Samba est né vers 1875 à
Metoutou-Engongong près d’Ebolowa, dans la région du Sud. Quelques temps après sa
naissance, cet originaire du clan Yemeyema et du groupe ethnique Bulu devient orphelin.
C’est ainsi qu’il est recueilli par son oncle paternel Obam Ebono.
En 1885, Obam Ebono envoie le jeune Mebenga chez Banoho Issamba, l’un de ses
amis qui était un commerçant Batanga influent habitant à Kribi. En 1891, le Gouverneur Von
Soden a demandé au chef Véah des Batangas d’envoyer un de ses enfants étudier en
Allemagne. Le chef qui n’a pas vu cette proposition d’un bon œil avait plutôt demandé à son
frère Issamba de le faire. C’est ainsi que ce dernier propose le nom de Mebenga M’Ebono, qui
partira finalement en Allemagne en 1891. En Allemagne, il adopte le nom de Samba
(sûrement le diminutif du nom de son maître Issamba) ; et en novembre 1891, il fut baptisé et
prit le prénom Martin-Paul. Désormais, il sera officiellement connu comme Martin-Paul
Samba.
Après sa formation de soldat, il rentre et se mettre sous les ordres du Lieutenant Hans
Dominik, il joua un grand rôle dans la suppression des révoltes anticolonialistes, de 1894 à
1902. En 1902, il démissionne de l’armée impériale afin de se consacrer aux affaires. A partir
de ce moment, il décide de s’engager dans un combat acharné contre les colonisateurs
allemands, mais sera trahi par les siens. Inculpé de haute trahison envers l’empire allemand,
Martin-Paul Samba est exécuté le 8 août 1914 à Ebolawa.
ii. Douala Manga Bell
Rudolf Douala Manga Bell fût parmi les hommes les plus illustres du Cameroun. Il
s'était opposé à la main mise allemande sur la ville de Douala. Il est mort pendu en
1914. Rudolf Douala Manga Bell naît en 1872 à Cameroontown (ancienne appellation de
SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
12
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

la ville de Douala) de Manga Ndoumbé et de Tomédi Mouasso. Il est le petit-fils de


Ndoumbé Lobé (King Bell, 4ème de la dynastie des Bell fondée en 1792) Depuis 1884, les
chefs Duala, Dicka Mpondo (King Akwa) en tête, ont signé le traité de protectorat germano-
duala, qui place le Cameroun sous la protection de l'Allemagne. Cameroontown devient
Kamerunstadt.
En 1891, à l'âge de 19 ans, après avoir fait son école primaire et une partie du
secondaire à Douala, Douala Manga est envoyé en Allemagne pour y continuer ses études. Il
s'inscrit au lycée d'Aalen puis à l'Université de Bonn où il apprend le droit.
En 1896, après avoir terminé ses études, il rentre à Kamerunstadt (Douala). En 1897,
son grand-père Ndoumbé Lobé meurt. Son père Manga Ndoumbé devient le chef supérieur
des Bell (5ème de la dynastie). En Décembre, Douala Manga épouse une métisse, Mlle
Engome Dayas dont le père Dayas est anglais. En 1902, Kamerunstadt reprend son
appellation originelle et redevient Douala (éponyme d’Ewale fondateur de la ville). Buéa
devient la capitale du Cameroun.
En 1908, suite à la mort de son père, Rudolf Douala Manga est intronisé chef
supérieur du clan des Bell qui regroupe les Bonamandone, Bonapriso, Bonadoumbé, tous
propriétaires et habitants du plateau Joss à Douala.
En 1910, Théodore Seitz, gouverneur allemand au Cameroun soutient un projet
d'urbanisation dit « Gross Duala » qui doit faire de la ville, l'un des plus grands ports
d'Afrique.
Seitz prévoit pour cela d'exproprier les Duala de leur lieu d'habitation traditionnel qui
doit devenir la ville européenne. De nouveaux lotissements (New Bell) seront aménagés à
l'arrière du pays pour les autochtones selon le nouveau plan d'urbanisation. Ces nouveaux
lotissements seront séparés de la ville Européenne par un no man's land d’un kilomètre de
large. Rudolf Douala Manga va s'opposer à ce projet qu'il qualifie de « projet d'apartheid »
En 1913, malgré les protestations de Douala Manga et des habitants du plateau Joss
(Bonanjo) clan Bell, ceux-ci sont notifiés par décret de leur expropriation.
Douala Manga fait alors savoir aux allemands que le traité de 1884 ne prévoit pas
l'expropriation des autochtones de leur lieu d'habitation. La tension s'accroît entre les
populations locales et les autorités coloniales allemandes. Le 4 Août, Douala Manga est relevé
de ses fonctions de chef supérieur, ce qui lui fait perdre sa pension annuelle de 3000 Marks.
Malgré cela, il ne renonce pas à son opposition au projet allemand.
En 1914, à la suite de nombreuses pétitions que Douala Manga Bell envoie en
Allemagne, l'affaire de l'expropriation fait l'objet de vifs débats au parlement allemand
(reichstag).
Pour contrer les manœuvres dilatoires des autorités coloniales locales, Douala Manga
Bell dépêche alors son secrétaire Ngosso Din en Allemagne. La mission de ce dernier est de

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
13
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

susciter en Allemagne un mouvement de solidarité en faveur des autochtones qui refusent


toujours l'expropriation.
Sur place au Cameroun, compte tenu de la tournure que prennent les évènements,
Douala Manga Bell entre en contact avec certains chefs de l'intérieur du pays notamment les
chefs de Yabassi, Yaoundé, Dschang, Banyo, N’Gaoundéré, Bali, Baham et le roi des
Bamoums. Il demande leur appui dans le conflit qui l'oppose avec les autorités coloniales
allemandes.
Informé des contacts pris par Douala Manga avec les chefs supérieurs de l'intérieur
pour le soutenir dans sa lutte, le Secrétaire d'Etat aux colonies M. Solf, ordonne l'arrestation
du chef des Bell. Le 10 Mai, Douala Manga est arrêté à Douala sous l'inculpation de haute
trahison.
Les partisans de Douala Manga Bell, de Ngosso Din et leurs proches parents sont
tous arrêtés en Juillet 1914, enchaînés et jetés en prison. Après une instruction rapide, Douala
Manga Bell et Ngosso Din sont jugés, condamnés à mort puis exécutés par pendaison le 8
Août 1914.
iii. Adolph NGOSSO DIN
Cousin de Rudolph Douala Manga Bell, NGOSSO DIN est un Camerounais qui a
joué un grand rôle dans la résistance aux colons Allemands secrétaire et main droite de
Douala Manga Bell, il s’est fait remarquer par sa loyauté et fidélité à son chef supérieur et a
mené plusieurs opérations ou initiatives afin de réussir le combat mené par Douala manga
Bell.
Dans le cadre de l’expropriation des terres des populations au projet des Européens,
il est allé sur instruction de Douala Manga Bell défendre les terres à exproprier par le biais des
pétitions. La notification en 1913 par décret donne lieu une fois encore à Adolph NGOSSO
DIN l’occasion de faire remarquer son engagement pour la souveraineté du Cameroun.
Lorsqu’il décide de dépêcher un Avocat Allemand pour défendre cette cause. Mais aussi et
surtout lorsqu’il est en route pour Berlin pour porter la énième pétition dans un contexte ou au
parlement Allemand la question fait débat. Malheureusement, dans cet élan de solidarité en
faveur des populations autochtones, il n’y parviendra pas. Le secrétaire d’État aux colonies
Mr. Solf ordonne son arrestation le 10 Mai 1814 avant qu’il n’atteigne Berlin. Ramener par
force au Cameroun et inculper pour haute trahison, il est pendu aux côtés de Douala Manga
Bell et Madola le 08 août 1914. NGOSSO DIN est un modèle pour les générations présentes
et futures, c’est un exemple à suivre car il s’est fait remarquer par son patriotisme, sa fidélité
et surtout sa loyauté.

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
14
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

b. Les acteurs de l’indépendance


iv. Ruben UM NYOBE
Né en 1913, il est la figure la plus marquante de l’histoire du Cameroun dès les
années trente, il entre en politique lorsqu’il adhère à la JEUCAFRA, mouvement d’inspiration
française. Membre clé de l’union des syndicats confédérés au Cameroun (USCC) aux cotés de
Gaston DONNAT, Charles ASSALE et autres. Um NYOBE mène un combat noble,
déterminé et charismatique par ailleurs il savait soulever les foules et les rallier à la cause du
Cameroun dont les trois principaux objectifs selon l’UPC étaient la réunification,
l’indépendance et la justice sociale. Secrétaire exécutif de l’UPC, il a eu à participer, à
Abidjan, en Côte d’Ivoire, au premier congrès panafricain du Rassemblement Démocratique
Africain (RDA) et, il sera chargé de mettre sur pied la branche camerounaise du mouvement.
En 1951, l’UPC rompt avec le RDA sous Félix Houphouët BOIGNY qui s’installe de plus en
plus dans une politique de collaboration avec l’administration coloniale. UM NYOBE trouve
sa voix dans la ligne révolutionnaire et prône la rupture avec l’ordre établi.
Dès lors, dans sa lutte pour la libération du Cameroun, il ira à plusieurs reprises à
l’ONU pour plaider en faveur de la levée de la tutelle sur le Cameroun ; il est pourchassé dans
le maquis où il continu le combat avec la même détermination. Après plusieurs tentatives
menées par l’administration coloniale afin de le corrompre, les colons optent pour son
élimination. Ainsi, après de nombreuses tentatives de déstabilisation menées par
l’administration coloniale à travers les incendies et autres, un commando met fin à ses jours
dans une bourgade de Boumnyebel. Il est à noter aussi que les circonstances de sa mort restent
toujours à élucider car deux thèses s’affrontent et on note aussi une forte odeur de trahison.
On retient de « MPODOL », qu’il demeure la figure emblématique de la lutte pour la
réunification et l’indépendance du « KAMERUN » mort le 13 Septembre 1958. C’était un
homme exceptionnel.

v. Félix Roland MOUMIE


Né à Njisse dans l’arrondissement de Foumban, MOUMIE est un médecin de
formation. De son passage à l’école professionnelle William PONTY à DAKAR (1943-1947),
il découvre la politique car, il fait la connaissance des personnalités comme Gabriel
d’Arbousier, secrétaire général du RDA (rassemblement démocratique africain) et, c’est ainsi
qu’il devient un habitué des cercle anticoloniaux. Dès son retour au Cameroun, il fait la
rencontre d’UM NYOBE alors chef de section du RDA pour le Cameroun. Ce dernier le
convainc de prendre sa carte de l’UPC. Ainsi fait, MOUMIE s’attelle à combattre le
colonialisme, élu vice-président de l’UPC au congrès de l’UPC à Dschang en 1950,
MOUMIE partout où il ira pour ses taches de médecin (Bétaré Oya, Mora, Maroua, etc.), tous
ces malades sortent assez édifiés à l’idée de lutter pour la libération du joug colonial.
Cependant son plus grand mérite réside du fait que de son passage dans la partie nord du pays,
il réussit à implanter la 1ere section régionale de l’UPC en 1951 où les colons s’appuyèrent

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
15
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

sur les Lamibés pour asseoir leur autorité. Surpris, de l’aura upéciste sur tout le territoire,
l’administration coloniale décide de changer de tactique tout en prenant le soin de ramener
tous les leaders dispersés dans le territoire dans une même zone où ils pourront les contrôlés.
C’est ainsi que Moumié est affecté à Douala, de là, il intensifie les actions, il ira en 1951
participer à plusieurs conférences dans le monde. L’UPC sera par la suite taxé de
communiste. La machine coloniale se met en marche car, il faut les pourchasser et les réduire
au silence.
Félix Roland MOUMIE est celui-là que le 22 Avril 1955 rend public un
mémorandum « la proclamation commune » exigeant la fin de la tutelle du Cameroun et exige
la création d’une commission des nations unies pour remplacer l’administration française en
attendant l’indépendance.
Après l’interdiction de l’UPC en juillet 1955, il prend la clandestinité comme
plusieurs de ses camarades, il ira dans le Cameroun britannique puis déporté au Soudan, va
aller dans plusieurs pays où les upécistes étant soutenus : Chine, Guinée Conakry. MOUMIE
sera le conseiller de Sékou TOURE et de plusieurs leaders de mouvements nationalistes tels
Patrice LUMUMBA et Robert MUGABE.
Après la mort de UM NYOBE, il va tenter de relancer le mouvement. Mais, avant de
retourner au Cameroun, il veut s’assurer dès l’Europe du soutien des amis fidèles devant le
fournir en matériel militaire or, il sera assassiné en 1960 à Genève par un agent du service de
contre-espionnage français qui l’empoisonnera au Thallium et qui se faisait passer pour un
journaliste.
On peut retenir de lui l’image d’un homme fort, resté fidèle à ses convictions, il était
très courageux, sage et plein d’abnégation. Le 16 janvier 1991, une loi réhabilitera Felix
Roland MOUMIE et le proclama héros national. En 2005, sa veuve signalait la disparition de
sa dépouille du cimetière de Conakry où elle avait été ensevelie.
Il faut rappeler que jusqu’aujourd’hui le corps n’a jamais été retrouvé.

vi. Ernest OUANDIE


Originaire de la région de l’ouest du pays, Ernest OUANDIE est né en 1924, diplômé
de l’école primaire supérieure de Yaoundé, il en ressort en 1943 avec le diplôme de moniteur
des indigènes. Il découvre la vie associative en 1944 lorsqu’il prend sa carte à l’Union des
Syndicats Confédérés du Cameroun. Véritable école de la politique car, l’essentiel des
dirigeants de l’UPC est issu de ce moule. En 1955, à la suite d’une chasse à l’homme lancée
contre les leaders nationalistes, il va se réfugier à KUMBA. Il n’arrête pas de conscientiser les
masses et il continue d’encadrer plusieurs cellules du parti qui ont pris le maquis. Tout
comme ses camarades après l’interdiction de l’UPC en 1957 en partie britannique Ernest
OUANDIE va en exil et fait connaitre le mouvement sur le plan international, il recherche les
soutiens multiformes.

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
16
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

Suite à la mort de Felix Roland MOUMIE, ses deux adjoints, ERNEST OUANDIE
et Abel KINGUE vont se concerter et avec l’aval des cadres en exil, OUANDIE prend la
direction de l’UPC et en fin stratège en 1961, il est fait commandant en chef de l’ANLK
(Armée Nationale de Libération du Kamerun). Même si en 1960, le Cameroun était déjà
indépendant, il continue le combat car, il estime que le Cameroun n’est pas souverain parce
qu’il est dirigé par des hommes de paille à la solde de la France. Au bout de 10 ans, perdant
progressivement les soutiens et, face à une armée équipée et renforcée par les français, la
supériorité militaire allait peser sur l’ALNK. En 1971, OUANDIE se rend au poste de
gendarmerie de Mbanga, jugé et exécuté le 15 janvier 1971 à Bafoussam en public. Il sera fait
héros national 20 ans après

vii. Castor OSSENDE AFANA


Castor OSSENDE AFANA est né en 1930. Il était un grand intellectuel africain des
années 1950. Doté d’une intelligence exceptionnelle il obtiendra un doctorat en économie en
France, l’objet de sa thèse porte sur les relations économiques entre le nord et le sud. Par la
suite il est l’auteur d’un ouvrage sur les théories sur le développement endogène du continent.
Ces théories ont participé à l’éveil des consciences des africains. Par ailleurs OSSENDE
AFANA était un grand combattant sur le terrain. Déjà, lorsqu’il était élève au lycée Leclerc de
Yaoundé il estimait que les conditions d’hébergement des élèves noirs indigènes étaient
injustes, sous son impulsion il organise en 1952 la première grève au lycée Leclerc de
Yaoundé et par la suite ils obtiendront une nette amélioration de la situation générale.
Étudiant à Toulouse puis à Paris, il mène une vie associative intense et active dans
des organisations des étudiants africains, il anime la section des étudiants camerounais(AEC).
En 1956 il est membre du comité de rédaction du journal « L’étudiant d’Afrique noire »
organe de presse de la FEANF.
Quant à la vie politique en 1954 il va créer la section toulousaine de l’UPC. Et, en
1957 il fait partie de la délégation de l’UPC qui se rend à l’ONU composée de MOUMIE,
KINGUE, OUANDIE. La délégation a besoin de prouver qu’elle dispose d’économistes de
haut vol capables de remplacer n’importe quel blanc. Par ailleurs, en 1961 l’UPC connait un
sérieux déficit de cadres pour mieux organiser la résistance armée ; c’est ainsi que Castor
OSSENDE AFANA rentre au pays et va s’installer à l’Est et organise le front de l’Est de
l’ALNK. Cette position est stratégique pour lui car, nous sommes dans un contexte national
où les troupes d’Ahidjo et de ses alliés français sont concentrées dans les régions de l’Ouest,
du Moungo et Sanaga maritime de l’époque. De même, il trouve que la région de l’Est a des
atouts notamment l’amas de végétation est favorable pour organiser, recruter, former les
jeunes nationalistes, cette région partage une longue frontière avec le Congo où il a quelques
amis, la grosse artillerie ne peut être déployée et les véhicules de transport de troupes
également faute de l’inexistence de voies de communication. Ajoutons aussi que les
populations de cette région semblent dociles c’est ce qui expliquerait le fait que la

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
17
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

surveillance n’était pas assez poussée. Ainsi, son objectif était de surprendre le pouvoir de
Yaoundé.
En 1966 au moment où se prépare l’offensive de Yaoundé, il est pris dans un piège à
Nguilili. Il sera abattu sans sommation et sa tête est coupée et ramenée à Ahidjo. La vérité
étant que OSSENDE avait été trahi, il était entouré des traitres et lâches. On retient de lui que
c’était le tout premier économiste noir africain, un grand militant et surtout stratège militaire
qui mourut alors qu’il venait d’avoir 36 ans.

viii. Abel KINGUE


Abel KINGUE est l’une des premières figures du nationalisme camerounais. Sa date
de naissance et le lieu ne sont pas connus avec exactitude (né en 1924 à Fokoué ou en 1912 à
Bamendou). Infirmier de formation cet homme aux talents oratoires avérés adhère à l’UPC
dès sa création en 1948. Installé à Nkongsamba il crée avec ses camarades politiques le
comité régional du Moungo. En 1950, il entre au directoire de l’UPC au congrès de Dschang.
Dans ses apparitions publiques Abel KINGUE soulève les foules et, est un organisateur hors
pair dans la déstabilisation de l’Etat, qui apparait comme le meilleur instructeur de l’UPC.
Imprévisible l’administration coloniale ne parvient pas à le contrôler, le BRQ (bulletin de
renseignement quotidien) se révèle inutile sur son cas. Abel KINGUE est un rédacteur
confirmé de « la voix du Kamerun » organe de presse de l’UPC. Après plusieurs tentatives
d’assassinats avortés contre lui, son domicile est incendié à Douala tout comme ceux de ses
camarades. Abel KINGUE s’est révélé un chef militaire mais aussi un grand stratège. Il a eu à
organiser des marches pacifiques où on note de milliers de participants bravant ici les
autorités et les troupes. Avec l’arrivée du haut-commissaire Roland Pré connu pour ses
méthodes essentiellement violentes il tente de l’éliminer physiquement mais sans succès. Il
échappe à leurs différents traquenards à travers ses différents déplacements (Moungo, Sanaga-
maritime, Kumba). En 1956 lorsqu’il préside une réunion à Kumba dans la partie britannique
du pays un commando débarque et bastonne l’assistance, il est laissé pour mort. Il trouve
refuge à l’étranger. Ses pérégrinations vont le conduire au Soudan, en Égypte et dans bien
d’autres pays africains. Ses quelques années à l’extérieur et de nouvelles mutations à
l’intérieur du pays (schisme dans l’UPC avec les deux branches qui naissent) l’emporteront
dans sa chute politique. Ajoutons aussi qu’Abel KINGUE est allé aux Nations Unies pour
défendre le Cameroun et a été vice-président du comité révolutionnaire sous maquis en 1962.
Fatigué et malade il meurt en 1964 au Caire en Égypte loin de sa terre natale. On
retient de lui, un homme fort, stratège dans la déstabilisation et, surtout un homme aux talents
oratoires qui attire les foules derrière lui.

ix. Marthe MOUMIE


Née le 04 Septembre 1931 à EBOM ESSAWO, la jeune Marthe EKEMEYONG sera
celle-là dont le destin sera scellé le jour où elle accepte l’union avec Felix Roland MOUMIE,
SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
18
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

grand dirigeant upéciste. Dans un contexte où les mariages mixtes entre les peuples de foret
du sud et ceux de montagnes de l’ouest sont rares. Elle va s’atteler à mener un combat
nationaliste sans précédent, notamment auprès de son mari et au sein de l’UDEFEC (Union
Démocratique des Femmes Camerounaises), organe annexe à l’UPC, Marthe MOUMIE
s’adonne dans ce mouvement à l’encadrement et la formation des femmes camerounaises,
l’essentiel de son temps est consacré à son activité favorite qu’est la politique.
Suite à l’interdiction de l’UPC et de ses organes annexes en 1955, elle suivra son
mari en exil d’abord dans la partie britannique du pays puis, déportée au Soudan, viendra
ensuite l’exil en Egypte de Gamal El NASSER.
Au cours de ses pérégrinations dans l’exil, auprès de son mari, elle fera la rencontre
de plusieurs chefs d’Etat notamment Sékou TOURE, MAO TSE TOUNG, HO-CHI MINH,
MOHAMMED V, etc.
De même après la mort de son mari, elle va continuer le combat. Dans la foulée des
retours des dirigeants qui suivit la loi d’amnistie 1959, Marthe sera arrêtée et incarcérée à la
brigade mixte mobile de Yaoundé où elle va connaitre la torture et humiliation. Elle y avait à
faire au redoutable FOCHIVE. Cinq ans plus tard après avoir maté l’UPC, elle sera libérée
mais très affaibli et diminuée. Elle meurt assassinée la nuit du 4 au 5 janvier 2009, à l’âge 78
ans. Il faut garder d’elle, le souvenir d’une femme pleine de fidélité à son mari et à ses
convictions. Aussi, ajoutons que c’est en partie grâce à elle que la documentation qui traite de
l’assassinat de son époux y est abondante.

x. Marie-Irène NGAPETH BIYONG


Suite à la rencontre de son mari NGAPETH et la fréquentation de son domicile par
UM NYOBE et Roland MOUMIE pour la rédaction d’une édition du journal upéciste « la
voix du Kamerun », la jeune femme de quatre enfants décide d’adhérer à ce mouvement dans
lequel son mari était présent depuis toujours, cette institutrice est membre fondateur de
l’UDEFEC dont la première assemblée constitutive eut lieu le 03 aout 1952. Cette
organisation au départ n’a aucun caractère politique mais très rapidement deviendra un organe
annexe de l’UPC. Marie-Irène BIYONG avait été candidate lors des élections législatives en
1951, malgré cet échec, elle comprend qu’il suffisait d’oser pour faire basculer l’ordre établi.
Cependant suite à l’interdiction de l’UPC, étant Secrétaire Générale de l’UDEFEC, elle est
contrainte à prendre le chemin de l’exil pour échapper à la répression qui s’abat sur les
nationalistes camerounais.
Après l’amnistie, elle renoue avec la branche légaliste de l’UPC et abandonne la lutte
armée et le maquis. Elle tentera en vain de relancer l’UDEFEC après l’indépendance. Mais les
dissensions déjà profondes entre les légalistes et les révolutionnaires de l’UPC vont une fois
encore plomber son action. Par ailleurs, elle joua un grand rôle dans le cadre des pétitions
adressées à l’ONU concernant les fraudes massives du plébiscite des 11 et 12 février 1961 qui
donnèrent le Northern Cameroon (partie du nord du Cameroun favorable au rattachement à la

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
19
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

fédération du Nigeria). Il faut garder d’elle l’image d’une femme audacieuse.

xi. John NGU FONCHA


Cet originaire de la partie anglophone du Cameroun né en 1916 a marqué son temps
et continue d’inspirer respect et honneur. Enseignant de formation, John NGU FONCHA
attisait la fièvre nationaliste dans les années trente lorsqu’il commence par militer au sein du
syndicat d’enseignant de Bamenda. L’année 1953, a vu son entrée en politique, il devient le
chef de section de Bamenda du KNC (Kamerun National Congrès) fondé par Emmanuel
Mbela Lifate ENDELEY puis, il se retire du KNC à cause de la non compatibilité sur la
question de réunification avec ENDELEY et fonde le KNDP (KAMERUN NATIONAL
DEMOCRATIC PARTY).
Après plusieurs élections, son parti devient le parti clé du Southern Cameroon. John
NGU FONCHA devient en 1959 (1erfévrier), Premier Ministre du Cameroun britannique. Ce
dernier mène avec ardeur le processus ayant conduit à la réunification des deux rives du
MOUNGO autre fois séparées par la colonisation.
En outre, FONCHA a été un grand soutien de l’UPC pendant son interdiction en
1955 et qui eut des replis stratégiques dans la partie anglophone. Le KNDP et l’UPC attachés
à la réunification. Ces différents acteurs ont travaillé ensemble. Par ailleurs, John NGU
FONCHA a été dans la République Fédérale du Cameroun, Premier Ministre cumulativement
avec sa fonction de vice-président. Lorsqu’il démissionne en 1990 il évoque comme raison
l’impossibilité de rencontrer le Président de la République pour parler des sujets politiques, le
non-respect des engagements constitutionnels, la désinformation sur la question anglophone,
les détournements de deniers publics.
Ajoutons, qu’il a été un grand rassembleur et artisan de la réunification du
Cameroun.

xii. Winston NDE NTUMAZAH


Il est né en 1926 à MANKON dans le Nord-Ouest, il va cependant évoluer du côté de
la ville d’Ambam. Il est reconnu pour son combat mené en faveur de la libération du
Cameroun. Plusieurs fois jeter en prison et expulsé plus tard dans une ville. Winston NDE
NTUMAZAH s’attire la sympathie des leaders l’UPC tels Um Nyobé, Félix Moumié et
autres. Son militantisme Up ciste l’amène au combat de l’indépendance et de la réunification
à travers le « one Kamerun », traité de communiste et poursuive pour activités subversives, il
est contraint à l’exil dans plusieurs pays à l’instar de l’Algérie et finalement en Angleterre.
En revanche, de son retour au Cameroun à la faveur du multipartisme en 1990, il est
déjà vieux et épuisé. Ses mémoires nous présentent sa version de l’histoire du Cameroun et,
ce que l’on peut retenir c’est le fait que l’église a joué un rôle non moins négligeable dans
l’extermination des nationalistes.

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
20
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

c. Les nationalistes post indépendance


xiii. MONGO BETI (1932-2001).
Alexandre BIYIDI AWALA connu en littérature sous le nom de Mongo Béti est né à
Akometam, le 30 juin 1932, écrivain camerounais spécialiste du genre littéraire romanesque
de grande renommée est aussi un enseignant, éditeur et libraire. Il s’est démarqué par son
dynamisme intellectuel notamment dans la prise de conscience sur les méfaits du colonialisme
et de la lutte contre celle-ci.
Ce diplômé en lettre de la Sorbonne à Paris publie plusieurs ouvrages en 1953 Sans
haine et sans Amour, puis le roman intitulé Ville cruelle signé EZA BOTO en 1954. Sous le
pseudonyme de MONGO BETI, il publie en 1956 Le pauvre christ de Bomba et plusieurs
autres ouvrages. En 1972 il publie « Main basse sur le Cameroun, Autopsie d’une
décolonisation » pour montrer les crimes d’Ahidjo. Cet ouvrage sera censuré. Par ailleurs,
MONGO BETI fonde en 1978 la revue « peuples noirs africains » où il dénonce le
néocolonialisme.
Dès son retour au Cameroun alors qu’il vient de prendre sa retraite d’enseignant en
France, crée en 1994 la librairie « des peuples noires ».
Cet intellectuel rentre dans l’histoire à travers des grands combats intellectuels et ces
publications nombreuses démontrant le plus souvent que les états francophones « l’Afrique
restent sur le joug colonial de la France et la question de la « francophonie ».

xiv. Léopold MOUMIE-ETIA


Né le 22 décembre 1913 à Douala, Moumé-Etia est un pionnier du syndicalisme
camerounais. Originaire du clan Deido, son père Isaac Moumé-Etia était le premier interprète
de ce pays. Il fait ces études primaires à l’école régionale de Bonamouti puis, il va continuer
ces études en France et revient nanti d’un certificat aptitude professionnel (CAP) en
mécanique. En France il a eu à côtoyer les grands leaders africains de leur temps tels :
Houphouêt-Boigny, Sékou Touré, Frantz Fanon. Engagé dans le courant de la négritude, il
combat les injustices faites aux noires, il organise la première grève des employés de la
REGIFERCAM (régie de chemin de fer du Cameroun) en 1947 parallèlement aux côtés de
Um Nyobé, Assalé, Moumié, ils créent l’UPC (union des populations du Cameroun). Dans
son combat il sera arrêté, torturé.
En revanche en 1956 il est élu député à l’assemblé représentatif du Cameron
(l’ARCAM) puis, conseiller municipal, Adjoint au Maire de Douala. Léopold Moumé-Etia se
lance dans l’écriture en se spécialisant dans la littérature de l’histoire du peuple Sawa. Engagé
dans la tradition (Ngondo) il recherche à donner une véritable identité au noir. Il meurt à l’âge
de 91 ans.
On retiendra de lui l’image d’un homme humble.

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
21
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

xv. Marcel BEBEY EYIDI (1914-1966).


Né en 1914 Marcel Bebey Eyidi est un médecin diplômé de la faculté de paris en
1950. Il a servi comme volontaire dans les forces françaises libres, il a accompagné la
première division des forces libres (DFL) en Libye, Tunisie et Italie, blessé lors de la prise de
Rome. Par ailleurs, il participe à la libération de Toulon, et participe à la campagne de
l’Alsace, il sera honoré La légion d’Honneur et décoré comme la Croix de guerre ”.
Cependant de son retour au Cameroun il s’intéresse à la politique et entre dans
l’administration coloniale, il entre comme conseiller au cabinet d’Aujoulat en 1954 et sera
emporté à faux avec les pratiques quotidiennes de l’administration coloniale dont il voit très
bien qu’elle n’a pas l’intention de remplir sa mission c’est-à-dire conduire le Cameron à
l’indépendance. Dans le cadre de son travail il crée son journal “L’opinion du Cameroun ” et
l’affirmait que : « Dieu a voulu qu’en pleine Afrique, notre pays n’ait jamais été la colonie de
personne ». Taxer de crypto-upéciste, son employeur l’accuse de collusion avec l’ennemi, de
l’ autre côté sa position de fonctionnaire lui vend la suspicion des nationalistes qui craignent
qu’il ne soit un bon français mais surtout de son refus de l’ action violente est mal interprété
notamment dans les braises de 1955 opposé à l’idée de violence , il est pacifiste croyant qu’il
est possible d’arriver au même résultat par la négation surtout qu’ avec l’arrivée de Roland
Pré on note des reformes telles : création . Des assemblées locales, étend le nombre de
communes rurales qui passe de 17 à plus de 70. Tout ceci semble pour Bebey une augure
positive et éloignant la violence.
Virulent dans ces critiques à l’égard d’André Marie Mbida, ce dernier le fit
incarcérer en 1957, ainsi Bebey devint le premier prisonnier politique du Cameroun
autonome. Cinq ans plus tard il sera de nouveau jeté en prison dans le cadre du mémorandum
intitulé : Manifeste du front national. Vérifié publié en Juin 1962. Il meurt en 1966. On retient
de lui le souvenir d’un homme honnête, juste ; non violent qui a combattu contre le
colonialisme et contre les opportunistes.
xvi. Abel EYINGA
Abel EYINGA est né en 1933 près d’Ebolowa. Durant ses années étudiantes, Abel
avait fondé La Revue Camerounaise avant de rentrer au Cameroun en 1961. Une fois dans son
pays natal, il est fait Chef de Cabinet du Premier ministre du Cameroun, alors Charles
ASSALE. Son expérience à la primature du Cameroun est plutôt fugace. Son dynamisme et
ses activités ont déplu. Il avait créé à Yaoundé le Cercle Culturel Camerounais avec Jean
Michel Tekam où se retrouvent de jeunes diplômés qui rêvent de façonner l’avenir du
Cameroun, alors qu’on ne leur demande que d’être de dociles exécutants. Il va un temps
travailler à New York au secrétariat de Diallo TELLI, représentant permanent de la Guinée à
l’ONU. C’est de Paris qu’il se déclare candidat à l’élection présidentielle camerounaise de
1970 contre Ahidjo, après avoir demandé en vain à SOPPO PRISO de l’être. Il rendra compte
de cet épisode dans son livre Mandat d’arrêt pour cause d’élections : de la démocratie au
Cameroun : 1970-1978. (L’Harmattan, 1978). Abel EYINGA était indésirable en France. Il
est alors recruté comme professeur à la faculté de Droit d’Alger. Il se déplacera désormais
SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
22
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

avec un sauf-conduit algérien, ni la France ni le Cameroun n’acceptant de lui délivrer un


passeport. Il se fait même refouler à Orly alors qu’il vient en visite pour Noël. Il obtient son
passeport seulement en 1991 et meurt en 2014. Abel EYINGA (docteur en Droit), n’a jamais
cessé d’être un opposant de toujours à l'impérialisme, à la colonisation, puis aux deux
dictatures qu'a connues le Cameroun depuis son indépendance en 1960, le Cameroun a perdu
aujourd'hui l'un de ses plus dignes fils l’un des meilleurs et plus dévoués combattants pour sa
libération - d'abord au sein de l'Union des Populations du Cameroun (UPC) ; puis à « La
Nationale », le parti qu'il fonde à son retour au Cameroun pendant les années 90.
9. Leurs valeurs :
Le courage, Le sens du sacrifice, l’humilité, fermeté, la courtoisie
L’ouverture à la culture et à l’apprentissage, attachement à leurs convictions
L’intransigeance, la justice sociale…

10. L’enjeu du Nationalisme :


Construire une communauté nationale Camerounaise par le biais de
l’homogénéisation d’un espace politique intérieur (réunification, la socialisation à l’idée
nationale à l’échelle de la société globale).

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
23
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

PARTIE 2 : QU’EST CE QUE LE MRC (LE MOUVEMENT


POUR LA RENAISSANCE DU CAMEROUN) ?

MODULE 1 : L’HISTORIQUE DU MRC

Le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) est né en août 2012, à


Yaoundé de la transformation du Mouvement Républicain Populaire (MRP), créé le 25 juillet
2008, et dirigé par Alain FOGUE TEDOM.
Le MRC est le fruit de la fusion entre le MRP et certains partis politiques, et du
rassemblement des acteurs de la société civile, déçus par l’incompétence managériale
généralisée du parti au pouvoir depuis la moitié des années 1980 et la perte de crédibilité des
leaders et partis politiques de l’opposition. En effet, confrontés au déficit d’inventivité
politique de ces leaders et partis, à leurs fréquentations contre natures dissimulées ou
assumées, à leur incapacité à mettre en pratique les exigences démocratiques sur lesquelles ils
fondent pourtant leurs engagements, il s’était installé entre les Camerounais et le pouvoir
autoritaire du RDPC d’une part et entre eux les leaders de l’opposition d’autre part une
relation de défiance.
Le MRC est donc né de l’analyse du paradoxe relatif à la désaffection politique
galopante des Camerounais dans un univers où, en raison, de l’incurie, de l’incompétence
doublée de la mauvaise gouvernance du régime RDPC, ils rêvent et réclament une alternance
au pouvoir que les leaders et les partis de l’opposition traditionnels ne parviennent pas à leur
offrir depuis 1992.
Son lancement officiel a eu lieu au Hilton hôtel de Yaoundé, sous une atmosphère de
guerre urbaine, entretenue par les forces de sécurité instrumentalisées par le régime pour
maintenir l’ordre politique régnant.
Ayant appris au dernier moment que le Pr Maurice KAMTO, qui venait très
fraîchement de démissionner du Gouvernement où il avait occupé la fonction de Ministre
Délégué auprès du Ministre de la justice Garde des sceaux, faisait partie des personnalités de
la société civile devant rejoindre le MRC, en violation des lois et recourant au mensonge
d’État, le régime RDPC décidait d’interrompre violemment et par les armes la tenue de la
conférence de lancement dûment déclarée. Ni la présence du corps diplomatique et des
médias nationaux et internationaux, ni la qualité des personnalités nationales invitées et
encore moins le souci de l’image internationale du Cameroun n’ont dissuadé l’opération
musclée des forces de l’ordre, conduite par monsieur le Sous-préfet de l’arrondissement de
Yaoundé IIIème, M. Albert MEKONDANE OBOUNOU, Administrateur Civil Principal de
Classe Exceptionnelle, et supervisée par le MINATD, René Emmanuel SADI lui-même.
Malgré cette atmosphère hostile faite de violences physiques et morales, et d’humiliations
diverses en mondovision, ceux des organisateurs et des participants qui avaient réussi à
SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
24
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

s’introduire dans la salle de conférence prise d’assaut par la police ont fini par lancer
officiellement le parti. Il faut souligner que certains agents du régime infiltrés ont, jusqu’à la
dernière minute tenté de casser de l’intérieur la tenue de cette conférence historique soit pour
certains par de grossières provocations des autorités administratives et policières venues
l’interdire, soit pour d’autres, par l’envoi de messages aux médias quelques heures avant
l’ouverture de la conférence annonçant son annulation.
L’appréhension du régime vis-à-vis du MRC qui s’est muée en hostilité, tenait au fait
que les personnalités qui étaient à la base de son lancement étaient réputées sérieuses et pas
perméables à la corruption politique avec laquelle, depuis l’élection des délégués à
l’Assemblée Territoriale du Cameroun sous l’administration française, le pays est gouverné.
Aussi, sa création menaçait-elle la « cohabitation politique pacifique » instituée, à coup de
corruption, de chantage policier et judicaire, et d’arrangements secrets faits au mépris des
souffrances du peuple, entre le régime et certains leaders et partis politiques de l’opposition.
La peur du régime de devoir enfin faire face à un véritable adversaire politique,
déterminé et hermétique aux petits arrangements va le conduire à décider l’ostracisme
administratif, médiatique et politique contre le MRC.
La première Convention du parti officiellement prévu les 29 et 30 septembre 2012
dans une salle privée sis route Bastos à Yaoundé, est, comme la conférence de lancement,
soumise à toute l’ingénierie des barbouzards du régime. La veille, le vendredi 27 dans l’après-
midi, le sous-préfet de Yaoundé 1er, M. Luc DONGO, Administrateur Civil Principal, se
charge, ce qui n’est pas très habile, d’informer le parti que le propriétaire de la salle devant
abriter la Convention s’est désisté et veut rembourser l’avance de frais de loyer déjà versée. Il
somme le parti d’aller récupérer son avance. Une fois sur place, le gérant de la salle, qui est
instrumentalisé, par un collaborateur administratif du Président de la République originaire
des Grassfields, s’attaque publiquement à l’honorabilité du Pr. Maurice KAMTO et verse
dans une provocation grossière.
Le provocateur est entouré de policiers en civil qui espèrent l’incident afin que
l’autorité administrative partisane interdise la tenue de la Convention pour menace à l’ordre
public, mais le mandataire du parti ne cède pas à son piège. Sous la contrainte, il est obligé de
récupérer l’avance de la location de la salle. Quelques heures plus tard, vers 18 heures, avec la
finesse d’un éléphant dans un magasin de porcelaine, monsieur le sous-préfet Luc NDONGO
sert, par voie d’huissier, au parti l’interdiction de la tenue de la Convention au motif, curieux,
que le propriétaire de la salle sur la base de laquelle il avait délivré son autorisation à
manifestation l’avait saisi de son renoncement à tenir son contrat de location vis-à-vis du
MRC. L’objectif de toutes ces manœuvres moscovites instruites par le régime et supervisées
par le MINATD, René Emmanuel SADI, était de faire avorter la rencontre. Cependant, les
barbouzes du régime avaient sous-estimé la capacité des stratèges du MRC. Ainsi, alors que le
dispositif répressif était en train d’être convoyé vers la salle qui venait de nous être refusée
par le pouvoir en totale violation du droit, pour repousser dès l’aube les premiers
congressistes, le parti décide, dès réception de l’interdiction illégale délivrée par le militant du

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
25
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

RDPC, M. Luc NDONGO, déguisé en autorité administrative, d’anticiper la tenue de la


Convention. Dans une manœuvre offensive de survie, le parti convoque immédiatement les
congressistes à son siège sis au Dispensaire d’Odza encore méconnu des barbouzes. En moins
de deux heures la Convention est lancée. Quand les barbouzes réalisent qu’elles ont été
battues sur leur propre terrain, ils dépêchent au siège du parti à 23 heures 30mn une
délégation avec à sa tête le 1er Adjoint préfectoral du Mfoundi, monsieur Luc NDONGO et
quelques responsables de la police pour servir, bien après l’heure légale, une autorisation de la
tenue de la Convention qui sonne comme une capitulation. Bien évidemment, les mandataires
du parti allés à leur rencontre leur font remarquer que leur acte n’a aucune valeur juridique et
surtout qu’il arrive bien trop tard car les congressistes venaient de doter le MRC d’un
Directoire dirigé par le Pr. Maurice KAMTO, celui-là même que le régime ne voulait pas voir
aux commandes de ce parti.
Ayant perdu une bataille mais pas la guerre, le régime ne se résigne pas, il actionne
le levier des agents dormants et provocateurs qu’il avait réussi à introduire dans le
mouvement naissant. Certains de ces agents avaient été détectés très tôt, et décision avait été
prise de les laisser mais sous surveillance étroite. Ils ont ainsi été portés à des postes de
responsabilité afin de les mettre en confiance.
Comme pour enlever tout doute sur le fait que le régime est à la manœuvre dans
l’ostracisme d’État organisé contre le MRC, les sous-préfets de Yaoundé III et Yaoundé 1er,
respectivement M. Albert MEKONDANE OBOUNOU et M. Luc NDONGO sont, malgré
leur violation outrancière et répétée des lois régissant la tenue des réunions et manifestations
publiques, et surtout leur acharnement administratif contre le Pr. Maurice KAMTO et le
MRC, promus respectivement préfet du Haut NKAM et du Hauts Plateaux.
Les deux fonctionnaires, qui pourtant venaient de démontrer en mondovision leur
compréhension essentiellement partisane de la fonction préfectorale à travers une violation de
la loi N090/0055 du 19 décembre 1990 portant Régime des Réunions et Manifestations
Publiques, et de mettre en application pour la première fois l’ostracisme administratif contre
le MRC décidé par le pouvoir RDPC sont envoyés à Baham et à Bafang aux fins de
l’endiguer, par tous les moyens, y compris par la terreur d’État. Les actions de barbouzes
menées par des sous-préfets de la République puis ainsi récompensés vont donner le las du
harcèlement d’Etat auquel fait face le MRC depuis son lancement en 2012.
Dans une stratégie de diabolisation bien orchestrée par un régime pris de panique,
rien n’est épargné au MRC et à son Président National le Pr Maurice KAMTO. Par vagues, un
cabinet noir déclenche la publication de listes imaginaires des soutiens financiers du MRC
visant à mettre en garde les milieux d’affaires contre toute sympathie pour le parti et son
leader. Parallèlement, des listes de personnalités politiques influentes du parti au pouvoir qui
seraient des agents du MRC font la Une de certains journaux à gage. Le cabinet noir au sein
duquel un haut collaborateur administratif du président de la République originaire des
Grassfields fait preuve d’un zèle débordant, instrumentalise un ancien étudiant du Pr.
KAMTO afin qu’il l’accuse de plagiat dans l’unique but de salir sa réputation. Prenant

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
26
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

prétexte de l’affaire sur laquelle la justice ne s’était même pas encore prononcée, les
barbouzes du régime ont tenté, en vain, de salir la réputation du Pr. Maurice KAMTO dans les
instances internationales où il officie. Dans une campagne que l’on pourrait désigner de « tout
sauf KAMTO et le MRC » il est alors ourdi un plan visant à empêcher tout contact entre le Pr.
Maurice KAMTO et les Camerounais. Toutes ses sorties publiques sont considérées comme
d’authentiques menaces à l’ordre politique et donc, à l’ordre public au travers de subterfuges
administratifs divers. Il se dégage de cet ostracisme administratif assumé, une volonté
politique, démentie par la réalité observable par tout Camerounais, de confinement du MRC et
de son leader à une ethnie et à un cercle très restreint d’intellectuels coupés des réalités
sociales qui organisent le quotidien de la masse des Camerounais préoccupés par leur survie.
Des partis et des leaders dits de l’opposition, des personnalités de la société civile et des
médias sont mis à contribution pour faire du KAMTO « basching ». Même des menaces de
mort et des projets d’assassinat sont mobilisés contre le Président National et des membres
importants du parti.
Sept mois après son lancement le MRC prend part au double scrutin du 29 septembre
2013 dans seulement une petite dizaine de circonscriptions alors que le pays compte 58
départements et 360 communes, et se classe quatrième parti en termes de nombre d’électeurs,
malgré les fraudes sauvages et barbares du régime et les marques d’hostilité de certains
grands partis dits de l’opposition. Au terme de ce double scrutin qui était tout sauf transparent,
le MRC s’est contenté d’un siège de député dans le Wouri Est gagné par M. Lazare SOUB et
dix–neuf sièges de conseillers municipaux. Dans ce double scrutin où, en raison non
seulement de l’hostilité d’ELECAM, du caractère partisan des juges de la Cour suprême
agissant comme Conseil Constitutionnel, des fraudes d’État, mais également du mode de
scrutin et du découpage électoral, le MRC a recueilli dans le Mfoundi près de 100 mille voix
sur près de 350 mille, sans pourtant avoir un seul siège de député ni de conseiller municipal,
le parti a pu mesurer l’accueil favorable à lui réservé par les Camerounais. Il a aussi été
encouragé à persévérer au regard de ses scores officiels, décidés par le régime, ELECAM, les
autorités administratives et les magistrats, dans l’arrière-pays. C'est-à-dire là où il n’y a pas de
regroupement des intellectuels ni des ressortissants de la tribu du président national Maurice
KAMTO (Monatélé, Deuk, Yakadouma etc.).
Le 24 décembre 2013, par acte N° 00004233/ L/MINATD/DAP/SDE/ le ministre de
l’Administration Territoriale et de la Décentralisation prenait acte du bureau du MRC issu de
la Convention du 28 au 29 septembre 2012 et dirigé par le PR. Maurice KAMTO.
Le MRC est à la vérité le souffle de l’espoir dans un Cameroun qui étouffe
politiquement, socialement, économiquement et diplomatiquement. Les Camerounais l’ont
bien compris, d’où leur mobilisation dans les dix régions du pays que tout observateur peut
constater.
C’est cette mobilisation qui fait que le régime, les leaders et partis politiques de
l’opposition qui sont en alliance assumée ou secrète avec le pouvoir le redoutent et ne se
cachent plus pour animer la campagne de dénigrement de son Président National, Maurice

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
27
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

KAMTO. Cette campagne qui va de la remise en cause publique des services qu’il a
patriotiquement et sans aucun calcul rendu à la Nation à la mise en cause sans aucun élément
objectif, de ses compétences scientifiques et de sa probité morale. Certains médias et curieux
personnages ne gagnent désormais leur pitance qu’en dénigrant pour le compte du régime le
MRC, son Président National et ses militants. C’est ce que démontrent les cabales organisées
contre le Président National Maurice KAMTO au sujet de la scabreuse affaire du marché des
Codes à 14 milliards de FCFA, dévoilée en décembre 2016, et contre le parti après l’action de
solidarité menée, en mars 2017, conformément à son pacte de Solidarité, en faveur du
malheureux Ibrahim BELLO, sauvagement torturé dans la petite ville d’Ombessa et
abandonné sans soins appropriés par l’État.
Face à cette adversité d’État, le MRC se sent fort et poursuit sans relâche son travail
d’implantation à travers le pays.

MODULE 2 : LES CARACTERISTIQUES DU MRC

1. Vision
Le MRC veut mettre en place une nouvelle République faite de justice sociale et
d’autres valeurs que partage la majorité des citoyens. Cette vision repose sur cinq piliers
notamment le pacte républicain, le pacte jeune, le pacte productif, le pacte patriotique et
stratégique avec la diaspora et le pacte de solidarité.
2. Emblème
L’emblème du parti est composé d’un drapeau flottant avec un fond blanc, au milieu
duquel est frappée une étoile, porté par une femme en mouvement de marche avec un bébé
attaché au dos, soutenue par une foule composée d’adultes et d’enfants. La partie supérieure
de l’emblème comporte les noms et sigles du parti en français et en anglais.

SYMBOLISME DU LOGO
Le logo a trois composantes

1-En haut, un ciel bleu, calme, d'où émanent à l'aurore de doux rayons du soleil
symbole de la sérénité de notre parti et de l'espoir de la Renaissance nationale. Il est aussi
porteur de la paix à laquelle sont attachés le MRC et le peuple camerounais.

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
28
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

2- En bas, c'est la terre ferme de notre pays ; une terre généreuse d'herbe fraîche,
couleur vert olive comme celle du drapeau national ; une terre à la végétation
luxuriante, nourricière des hommes et du bétail, qui repousse comme après une période de
sécheresse. Elle symbolise l'enracinement de notre parti dans le terre de notre pays, dans le
Cameroun profond, celui des terroirs, des villages et des campagnes.
3- Au milieu, c'est le peuple camerounais en mouvement ; le signe que le MRC ne
parle pas d'un peuple abstrait, mais bien des femmes et des hommes de notre pays, le
Cameroun. Il s'agit d'un peuple mobilisé dans toutes ses tranches d'âge, mené par une femme,
mais pas n'importe laquelle : une mère vêtue d'un pagne noué au-dessus de la poitrine
ensemble un foulard dans la plus pure tradition camerounaise, et portant son enfant
fermement attache sur le dos, à la manière africaine. D'allure altière, le regard fixe droit sur
l'horizon, elle porte fièrement le drapeau du parti et marche d'un pas déterminé vers le sommet
de cette montagne dont elle amorce la montée. Elle est suivie: a) d'un homme habillé à
l'occidental, symbole de ce Cameroun d'hommes et de femmes ouverts à la modernité; b) d'un
jeune soutenant le drapeau qui symbolise l'engagement de la jeunesse camerounaise dans la
lutte exaltante du MRC pour la marche en avant de notre pays; et c) d'une personne âgée
selon la tradition vestimentaire d'un de nos terroirs et tenant par la main son petit fils; il
symbolise l' engagement de toutes les générations dans le MRC, mais aussi la préparation du
passage de témoin, tant dans l'action militante au sein de notre parti que dans la gestion future
des affaires du pays.

3. Devise
La devise du parti est : « Justice-Travail-Prospérité »

4. Valeurs
Les valeurs du MRC sont celles que partage la grande majorité de la population
camerounaise à savoir : la famille, le travail, la propriété, le patriotisme, la justice, l’égalité
devant la loi, la solidarité, la tolérance religieuse, la liberté politique et d’entreprise, la dignité
humaine.

5. Idéologie
Notre parti veut promouvoir une société où la liberté ouvre grande la voie à
l’initiative individuelle et permet de créer des richesses sources d’emploi et moyens de lutte
efficace et durable contre le chômage, d’une part, et condition pour la justice et une solidarité
nationale significative, d’autre part. Il s’agit d’un libéralisme libérateur dont la finalité ultime
est l’homme en tant qu’être social. C’est un libéralisme qui appelle tous les citoyens au travail
pour que l’ensemble de la société se porte mieux. En somme, le MRC est un parti de la

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
29
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

synthèse idéologique qui met l’homme au cœur de l’action politique. Cette doctrine, c'est le
SOCIAL LIBERALISME.

6. L’hymne du parti

Refrain
Mouvement pour la Renaissance du Cameroun
Choisissons le changement dans la paix (bis)
Couplet 1
Une force motrice
Une force de rassemblement
Et non de fractionnement
Et non de division
M.R.C
M.R.C
Refrain
Mouvement pour la Renaissance du Cameroun
Choisissons le changement dans la paix (bis)

Couplet 2
Né de la décision murie et librement
Consentie d’un certain nombre de partis politiques
De personnalités indépendantes, d’acteurs connus de la société
Ainsi que la diaspora
Ensemble soutenons, soutenons le M.R.C
Pour le changement, le changement de notre paix (bis)
Refrain
Mouvement pour la Renaissance du Cameroun
Choisissons le changement dans la paix (bis)

M.R.C
SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
30
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

Fusion, fusion des partis politiques


M.R.C
Fusion, fusion de toutes les politiques
M.R.C
Fusion, fusion des forces de changement
Refrain
Mouvement pour la Renaissance du Cameroun
Choisissons le changement dans la paix (bis)

7. Les slogans
Le ralliement des militants ou les expressions fortes pour les galvaniser sont : « faire
la politique autrement, « changeons d’avenir dans la paix » et « Le souffle de l’espoir ».

a. Faire la politique autrement


Le MRC veut marquer là sa différence vis-à-vis des autres formations politiques dans
leurs pratiques politiques qui ont presque toujours tendu vers une personnification des
problèmes politiques sur les acteurs au lieu d’attaquer les problèmes de fonds, tout cela dans
une courtoisie républicaine. Par-là, nous structurons notre raisonnement politique en faisant,
en premier, un état de lieu de toute situation et en second, nous donnons notre positionnement
idéologique de toujours mettre l’homme au centre de toutes nos préoccupations. Faire la
politique autrement c’est aussi ce caractère avant-gardiste à toujours prévenir sur les
problèmes de société aux niveaux local, national et international. Par la même occasion, nous
prônons toujours de dialogue comme moteur de la stabilité politique et démocratique ce qui
nous permettra d’éviter les violences.

b. Changeons d’avenir dans la paix


Conscient du fait que le changement dans une société comme le Cameroun peut
s’opérer par plusieurs moyens (les révolutions populaires, les coups d’état, les élections, la
guerre, etc.), le MRC réitère sa posture d’opter pour le changement dans la paix et dans les
urnes. Ce message n’est pas un simple slogan creux, car clairvoyant de ce qu’ont amené les
autres mécanismes de changement dans différents pays africains et même ailleurs. Cette
posture républicaine en revanche, ne saurait nous amener à capituler dans notre combat
politique et à abandonner tous les moyens légaux et légitimes que nous trouvons appropriés
dans notre action politique en vue d’atteindre nos objectifs.

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
31
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

c. Le souffle de l’espoir

MODULE 3 : LA QUALITE DE MILITANT DU MRC

Un militant du MRC, au-delà d’être encarté et à jour de ses cotisations, doit présenter
un certain nombre de comportements politiques et républicains. Dans cette optique, il
obligatoire à tous les militants MRC de respecter scrupuleusement la loi et les institutions y
compris ceux qui les incarnent même s’ils sont mal élus.
Par ailleurs, Chaque militant du MRC doit être un modèle, tout au moins, être de
bonne moralité, chacun dans son lieu de résidence, de service ou d’appartenance. En
revanche, le MRC réitère sa protection et sa défense à tous les militants qui subiront quelques
intimidations et injustices, du fait de leur combat politique.
Chaque militant du MRC devra intérioriser que nous sommes un parti politique
ouvert à tous les camerounais sans discrimination d’aucune sorte. Ce parti arc-en-ciel se veut
le reflet des diversités socioculturelles (tribu, race, autochtones, allogènes, genre, générations,
etc.), et des différences de couches sociales (pauvres, riches, chômeurs, travailleurs, vieux,
handicapés, etc.). À titre d’exemple : Le directoire national du MRC qui présente une
diversité régionale et sociologique.
Le MRC n’est pas un parti politique de plus sur la scène politique, il est le produit de
rassemblement issu de l’idée murie et consentie par un certain nombre de partis politiques, de
personnalités indépendantes et d’acteurs connus de la société civile nationale ainsi que de la
diaspora, afin de bâtir ensemble une formation politique solide, d’envergure nationale, et
capable d’offrir une alternative crédible au Cameroun.
Tourné vers la modernité, le MRC veut inscrire le Cameroun dans le monde
globalisé afin d’anticiper la vague qui balaiera les pays retardataires. Il veut sortir le pays des
archaïsmes qui le paralysent dans tous les secteurs d’activités : depuis la gouvernance
publique aux politiques économiques en passant par le système éducatif. À cet effet, le
militant du MRC doit :
- Avoir la pleine confiance en lui et à ses capacités d’édifier par sa volonté et sa
conviction un pays fort et puissant ;
- Prendre conscience du poids et de la profondeur de l’histoire et la retranscrire
en levier de développement et perspective vers l’avenir ;
- Honorer tous les hommes et femmes tombés sur le champ d’honneur, pour la
liberté et les idées ;

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
32
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

- Être démocrate, d’après Friedrich Ebert STIFTUNG : «il n’y a pas de


démocraties sans démocrates ».
- Incarner le changement et les solutions, il n’attend pas le changement et la
solution, il les incarne ;
- Être un citoyen actif pour un avenir collectif, car il est l’unité atomique du
corps qu’est le peuple camerounais.
- Être en phase avec les enjeux et les défis qui l’attendent afin d’être fin prêt de
les relever. (Les militants du MRC doivent être les premiers à savoir que les concurrents, en
matière de développement du Cameroun, ne sont pas leurs compatriotes, mais plutôt les
étrangers) ;
- Être un promoteur permanent du dialogue, d’échange d’idées et la collégialité
des orientations, car il n’a pas la science infuse ;
- Savoir accepter ses torts quand il est mis en cause, c’est faire preuve
d’humilité ;
- Participer, autant que possible, à toutes les activités militantes pour la
Renaissance en toute solidarité avec ses amis politiques ;
- Être optimiste à toute épreuve ;
- Se savoir responsable de son destin et de celui de son pays ; Aussi s’engage t-il
à devenir acteur et non spectateur, il porte donc, de ce fait, les initiatives de la Renaissance ;
- Rassembler, prendre soin des autres, réparer, et ne point diviser ;
- Être l’alternative sur la base de la volonté ;
- Rejeter toutes formes de violence et d’extrémisme ;
- Être citoyen du monde et solidaire de l’humanité toute entière ;
- Être toujours respectueux de la hiérarchie du parti.

MODULE 4 : L’IDEOLOGIE DU MRC : LE SOCIAL


LIBERALISME

D’après Destutt de Stacy dans le livre mémoire sur la faculté de penser publier en
1798, l’idéologie se définit comme « une science des idées ». De manière pratique, l’idéologie
est un outil de valeurs moteurs à toutes actions sociales, plus clair, elle peut s’expliquer
comme les fondations pour la construction d’une maison ou encore l’ADN (acide
désoxyribose nucléique) pour un être humain ou le moteur d’une voiture.

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
33
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

Le positionnement idéologique est une question cruciale de nature à créer des


divisions au sein du parti ou à constituer un obstacle au regroupement et à la fusion des forces
politiques tant souhaitée par notre peuple. Il convient de l’aborder sans préjugé aucun, et à la
lumière de l’histoire des idées et des réalités du monde d’aujourd’hui. Il est si commode de
nos jours de dire qu’on est de gauche ou de droite. Ces notions ont une signification profonde
liée à l’histoire propre des pays où elles ont vu le jour. Elles ne renvoient pas aux réalités
historiques et ne revêtent pas le même contenu en France, en Allemagne, en Grande Bretagne,
en Russie ou aux Etats-Unis, pour ne citer que quelques pays importants ayant une tradition
du clivage Gauche-Droite. Quelle tradition devons-nous adopter si tant est qu’il faille
s’inscrire dans ces traditions de clivage idéologique ? Et pourquoi devrions-nous revendiquer
l’héritage historique et idéologique de tel ou tel peuple alors que nous n’avons pas la même
histoire ? La question est du reste plus compliqué dans le cas du Cameroun qui a une double
histoire coloniale, britannique et française. Or, ni la droite, ni les gauches britannique et
française ne sont le produit d’une même histoire, de même que ces notions n’ont pas
exactement le même contenu idéologique. Du point de vue idéologique précisément,
l’opposition droite gauche est née des conceptions politico-philosophiques conflictuelles et
extrêmes des rapports sociaux dominées par la lutte des classes. Mais on a noté que la gauche
française est restée marquée par ses origines communistes, qu’elle est moins bien préparée à
s’adapter dans un monde dominé par le libéralisme économique et marqué en coin par l’échec
du communisme, cependant que la gauche Britannique qui a pourtant, elle aussi, une forte
tradition de lutte sociale ou la gauche allemande qui ne peut ignorer la pensée marxiste se sont
montrées plus aptes à s’adapter dans ce monde-là. Les gauches des pays de l’Europe du nord
ont pour leur part inventé la social-démocratie. Quant aux Etats Unis, la gauche y est
représentée par le Parti démocrate qui correspond idéologiquement à ce que l’on appelle en
Europe les Centristes et non même pas aux socio-démocrates, la gauche dans sa conception
continentale traditionnelle étant représentée par ceux qu’on appelle là-bas les « Liberals ». Le
MRC ne peut se contenter d’un prêt à penser idéologique. Il ne peut se satisfaire en la matière,
comme en bien d’autres, d’un copier-coller, d’une simple transposition. Il doit réfléchir,
débattre, s’adapter, s’inscrire dans la modernité puisque son ambition est de moderniser le
Cameroun. A cet égard, l’on constate que plus aucun parti dit de droite ne conduit une
politique de droite traditionnelle, et plus aucun parti de gauche ne mène une politique de
gauche selon l’idéologie de la gauche traditionnelle. La droite se caractérise
traditionnellement par certaines valeurs telles que la famille, la patrie, le travail, la
responsabilité individuelle. La gauche pour sa part par des valeurs telles que la liberté,
l’égalité de chance, la justice, la solidarité, la responsabilité sociétale. Toutes deux sont depuis
longtemps attachées à la République et ses valeurs cardinales que sont la liberté, l’égalité
devant la loi, la justice, la citoyenneté, la laïcité. En outre, la droite traditionnellement
attachée à un libéralisme sans marque par le règne des plus forts s’est désormais ouverte à un
capitalisme compassionnel marqué par le souci de l’équité et attentif aux plus faibles. La
gauche pour sa part a compris et intègre le fait que le travail est la source de la production des
richesses sans lesquelles il ne peut y avoir de solidarité, de partage et donc de politique de
justice sociale; elle a compris que le libéralisme libère l’énergie et le génie créateur de
SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
34
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

l’homme sources principales de création de richesses et d’emplois et principaux leviers de la


lutte contre le chômage; que les contraintes de la mondialisation ont brouillé le clivage gauche
droite, la gauche se trouvant contrainte et forcée de s’accommoder à l’économie de marché et
de gérer les économies nationales sous la contrainte de la finance internationale. Désormais, la
gauche fait juste un peu plus de social que la droite. Et à la vérité, il est très malaisé de dire
dans un pays en développement où presque tout reste à faire en quoi consistent les politiques
de gauche et celles de droite. Dans le cas du Cameroun, on peut constater, sans qu’il soit
besoin de passer par un sondage ou une enquête d’opinion plus poussée, que la grande
majorité de la population est attachée aux valeurs suivantes : la famille, le travail, la propriété,
le patriotisme, la justice, l’égalité devant la loi, la solidarité, la tolérance religieuse qui est un
autre nom de la laïcité, la liberté politique et d’entreprise, la dignité humaine. On voit bien
que les valeurs traditionnelles de droite et de gauche se trouvent ici mêlées. Or, c’est une
société basée sur l’ensemble de ces valeurs que le MRC veut bâtir, car il veut construire une
société pour les camerounais et non une société basée sur la satisfaction intellectuelle de
poursuivre un idéal idéologique. Notre parti veut promouvoir une société où la liberté ouvre
grande la voie à l’initiative individuelle et permet de créer des richesses source d’emploi et
moyen de lutte efficace et durable contre le chômage, d’une part, et condition de possibilité de
la justice et d’une solidarité nationale significative, d’autre part. Il s’agit d’un libéralisme
libérateur dont la finalité ultime est l’homme en tant qu’être social. C’est un libéralisme qui
appelle tous les citoyens au travail, à travailler dur, pour que l’ensemble de la société se porte
mieux. En somme, le MRC est un parti de la synthèse idéologique qui met l’homme au cœur
de l’action politique. S’il fallait absolument donner un nom à une telle doctrine, nous
l’appellerions SOCIAL LIBERALISME. C’est la condition de la modernisation de notre pays.
Cette modernisation passe par les cinq chantiers suivants : - modernisation politique et
institutionnelle ; - modernisation économique, l’aménagement du territoire national et le
développement durable ; - modernisation de l’éducation et du système social, statut de la
femme, place des jeunes et question de l’emploi ; - modernisation culturelle, tourisme et
développement sportif ; - modernisation de la politique étrangère et de la diplomatie, et place
de la diaspora.
Ainsi, le MRC bâtit sa vision autour de cinq piliers d’action que nous appelons
encore pacte.

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
35
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

LES 5 CHANTIERS PRIORITAIRES POUR UN CAMEROUN


DIGNE

Le premier pilier est le pacte républicain

Les communautés existent dans notre pays. Il faut les respecter. Mais notre mère à
nous tous est la République. Il faut la protéger et la défendre dans ses valeurs fondamentales
de liberté, d’égalité, de citoyenneté, de justice sociale et de solidarité. Un citoyen est un
homme libre et non pas un être enchaîné à un groupe quel qu’il soit. Dans les relations entre
les citoyens, nous voulons travailler à bâtir la confiance à trois niveaux :
- Confiance entre le citoyen et les institutions sur la base d’un contrat de
citoyenneté républicaine ;
- Confiance entre l’élite dirigeante et les populations, tant il est crucial que
celles-ci se reconnaissent dans les décisions et les actions des dirigeants ;
- Confiance enfin entre notre pays et les partenaires au développement à la
faveur de l’instauration d’une gouvernance exemplaire.
Ce pacte républicain doit créer entre les Camerounais une fraternité nouvelle fondée
sur une communauté d’idées et de valeurs et non sur un lien de sang ou l’attachement aveugle
à une ethnie. C’est cela la fraternité républicaine. Celle qui permet de réaliser un vivre
ensemble apaisé, fondé sur le respect mutuel.
Le pacte républicain sera bâti sur le socle d’un pays réconcilié. C’est pourquoi nous
n’épargnerons aucun effort pour trouver avec toutes les composantes de la nation, en
particulier avec la communauté anglophone les réponses appropriées à leurs attentes. Ce pacte
républicain est un pacte pour la paix si chère à notre peuple. Mais il ne peut s’agir d’une paix
proclamée, imposée par la violence et dans l’injustice. Notre conception de la paix repose sur
l’observation objective et notre conviction profonde que toute paix véritable et durable a son
siège dans le cœur des hommes et des femmes et ne se réalise que par la justice.

Le deuxième pilier est le pacte éducatif et de la jeunesse

Le MRC doit faire de l’éducation une priorité nationale. La démocratie comme le


développement se bâtissent avec des citoyens bien éduqués et bien formés, éclairés et
mobilisés. Il n’y a pas de démocratie sans démocrates et la démocratie n’est meilleure que
lorsque le peuple ne se laisse pas abuser par des mots ; lorsqu’il exerce de façon éclairée son
pouvoir de souverain. Le développement ne se réussit qu’avec des femmes et des hommes
formés au meilleur de la science et de la technologie, créatifs et portés à l’innovation

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
36
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

permanente. La formation scientifique et technique est la clé de notre accès au rang des
nations modernes et prospères, capables de transformer en richesses, sources du bien-être
collectif, nos extraordinaires ressources naturelles, mais aussi de créer des richesses nouvelles
à partir des seules ressources de l’intelligence. Le MRC entend proposer au pays, le moment
venu, un plan alternatif pour une éducation centrée sur la maîtrise de la science et de la
technologie dès le cycle de l’éducation de base et orientée vers des résultats mesurables.
L’éducation secondaire et l’enseignement supérieur en particulier ne seront plus des secteurs
uniquement consommatrices des ressources de la nation, ils deviendront des secteurs moteurs
de la production des richesses de l’intelligence et du développement industriel.
La question de l’éducation est une dimension du pacte jeune Ce pacte jeune est un
défi au présent et un pari sur l’avenir. Défi au présent parce qu’il s’agit de rechercher dès
maintenant les solutions les plus efficaces au problème du chômage massif, endémique et
intolérable des jeunes ; d’apporter des réponses au problème du taux de déperdition
inacceptable des jeunes sortis de nos écoles et universités et qui finissent pour la plupart en
chômeurs déguisés en exerçant des emplois précaires sans rapport avec leur formation, après
tant d’années de sacrifices pour eux-mêmes, pour leurs familles et pour la Nation. C’est autant
de talents et d’énergie perdus pour le développement du pays. Sans attendre d’être en capacité
de gouverner, le MRC veut travailler avec ces jeunes, dans les quartiers de nos villes, dans les
villages, partout où ils se battent pour se former et pour survivre, afin de trouver, avec eux,
des réponses imaginatives et innovantes qui permettent de préserver leur dignité. Une
première piste pourrait être la création d’un Service National de Solidarité pour le
Développement du Cameroun (SENASODEC). Il serait un cadre de brassage et d’expression
de la solidarité multiforme entre les régions du pays et entre les générations et les différentes
couches de populations. Il s’agirait également d’un cadre transitoire de recadrage ou de
réajustement de la formation initiale des jeunes diplômés en fonction des besoins du marché
de l’emploi. Il pourra constituer par ailleurs le cadre d’accueil de certaines initiatives des
jeunes d’ici comme de la diaspora qui agissent pour l’instant de façon isolée pour apporter
leur solidarité à nos compatriotes en particulier ceux des zones rurales, notamment sous forme
de soins de santé spécialisés.

Le troisième pilier est le pacte productif

Il repose d’une part, sur un Etat à la fois stratège et inventif qui libère les énergies
créatrices de nos populations et d’autre part, sur notre détermination à remettre le Cameroun
au travail en agissant notamment sur les leviers de création et de compétitivité des entreprises.
Il se bâtit également sur la solidarité et le partage. Mais il n’y a pas de partage s’il n’y a rien à
partager. Le Cameroun doit produire plus et mieux dans tous les secteurs. Cela passe par une
politique des filières clairement identifiées et organisées ; par les incitations compétitives à
l’investissement national et étranger ; l’innovation et l’acquisition des technologies dont nos
filières industrielles ont besoin. Ceci passe par une stratégie d’alliance avec des partenaires
SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
37
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

stratégiques capables de nous ouvrir l’accès à la fois aux technologies et aux marches
mondiaux. Nous avons, à cet égard, devant nous les expériences instructives de divers pays
émergents. Mais pour y réussir, il faut faire confiance aux nationaux dans le cadre d’une
véritable alliance stratégique entre l’Etat et le secteur privé. Il faut également articuler filières
de production et filières de recherche et d’innovation. Tout programme de recherche devra
être un maillon d’une chaîne devant déboucher dans un délai connu sur un résultat concret
transformable en produit utilisable et/ou commercialisable.

Le quatrième pilier est le pacte de solidarité

Sur le plan social, il s’agit, d’une part, de doter notre pays d’un système de santé
reposant sur des structures sanitaires réparties sur l’ensemble du territoire sur la base d’une
carte sanitaire conçue avec les ales professionnels de santé, de restaurer l’éthique médicale
dans les hôpitaux en réservant aux personnels de santé le respect et la rémunération qu’ils
méritent, une couverture médicale minimum pour les principales affections de santé
publiques ; d’autre part, de doter le pays d’infrastructures culturelle et sportive avec
notamment une académie nationale des sciences des arts et des lettres, une académie nationale
de musique, des maisons de la culture dans toutes les régions, des stades et des centres
multisports du niveau national au niveau communal.
Le volet solidarité repose sur une exigence de justice sociale et le sens du partage.
Mais il n’y a pas de partage s’il n’y a rien à partager. C’est pourquoi le Cameroun doit
produire plus et mieux dans tous les secteurs. Solidarité donc, entre les Régions, en particulier
en cas de crise alimentaire, sanitaire ou de catastrophe naturelle. Solidarité avec les catégories
de nos populations les plus vulnérables : les personnes âgées, les personnes vivant avec un
handicap, les enfants abandonnés, les femmes seules ou abandonnées, élevant seules leurs
enfants etc. Solidarité avec tous ceux qui sont dans la souffrance, qui se battent dans des
conditions extrêmement difficiles, dangereuses voire inhumaines et dégradantes pour
survivre, tels que les ouvriers agricoles, les casseurs de pierres, les mineurs de fortunes, les «
bayam-sellams », les « moto-taximen », les petits vendeurs de tout et de rien appelés
« sauveteurs », les personnes réduites à la prostitution etc.

Le cinquième pilier est le pacte patriotique et stratégique avec nos


partenaires internationaux et la diaspora

Avec nos partenaires, traditionnels ou nouveaux nous entendons construire des


relations de confiance dans le respect mutuel et de la souveraineté de notre pays. Notre
coopération internationale sera réalisée en fonction de nos priorités nationales et notre
diplomatie mettra l’accent sur l’ouverture vers les autres Etats africains en affirmant sa

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
38
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

disposition à réaliser avec tout autre Etat africain une étape concrète dans la construction du
panafricanisme. Nul n’a le droit de douter du patriotisme des nombreux Camerounais qui,
pour diverses raisons, vivent à l’étranger. Certains y ont été contraints. Nous sommes
convaincus que l’exposition des Camerounais de la diaspora aux technologies de pointe et à la
rude compétition internationale les met en capacité d’être à la fois les vecteurs de la
modernisation technologique dont le pays a grand besoin, et une vitrine du Cameroun
moderne. C’est pourquoi le MRC entend construire avec la diaspora nationale une alliance
stratégique pour le développement de notre pays.
Ces 5 piliers s’intègrent naturellement dans la vision globale du MRC pour la société
camerounaise et qui a fait l’objet du projet de société adopté par la Convention de notre parti.

LE MRC DANS LE CONTEXTE NATIONAL

En Afrique centrale et au Cameroun en particulier, le contexte sociopolitique est


tumultueux et est marqué par un ensemble de facteurs tels : la difficile démocratisation, les
contestations électorales, les violations de droits et libertés de l’homme, la désaffectation
politique, etc. Tout cela amené à un déficit de politiques publiques aménageant la démocratie.
Ces politiques parviennent difficilement à changer des conditions de vie des populations en
général et des jeunes en particulier résultant d’une construction depuis les années de
confiscation de la scène politique par le parti unique (Union Nationale du Cameroun).
Face à cette situation et aux différents enjeux, il est impérieux que la participation
des populations à la vie politique s’avère capital car les enjeux sont à la fois nationaux et
transnationaux mais et surtout l’avenir immédiat des jeunes est hypothéqué, d’où
l’engagement des jeunes en politique. Ceci permettra de mettre fin aux fantasmes selon
lesquelles la politique est l’affaire des « grands », est une affaire essentiellement sale, où la
morale n’existe pas et, est l’apanage des personnes âgées et fortunées.

CONTEXTE INTERNATIONAL

Sur le plan formel, le Cameroun est membre de la communauté internationale tant


dans sa qualité de membre des Nations Unie, que celle de membre de l’Union Africaine. Il est
également signataire de plusieurs traités tels la charte africaine de la démocratie, des élections
et de la gouvernance, les conventions et protocoles de Genève relatifs au DIH, le traité sur le
commerce des armes etc. Toutefois, bien que la scène internationale soit dotée des règles de
DIP, la dynamique de la realpolitik demeure prépondérante, et comme telle exige une culture
stratégique munie des capacités géopolitique, diplomatique de conduite d’actions
internationales pour la quête, et la préservation des intérêts nationaux du Cameroun.

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
39
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

Qu’est-ce que la realpolitik ?


La realpolitik c’est la conduite de la politique étrangère par un acteur international
faisant aussi bien usage de la coopération que de la dissuasion dans le seul but de la capture et
de la réalisation de ses intérêts. Ces derniers sont généralement axés sur les priorités
économiques, sécuritaires, militaires et même d’image ou de perception.
La realpolitik ou la politique internationale structurée sur la définition de l’intérêt
est au cœur des relations internationales, c’est elle qui fait le jeu des rapports entre les États.

Qu’est-ce que l’action internationale ?


L'action internationale est un acte politique et stratégique. Il est politique parce qu'il
tire son origine ou son support d'une décision prise par le pouvoir, et stratégique par sa
composition et sa réalisation. Cette hypothèse nous mène à comprendre que la colonisation, la
décolonisation, la coopération, l'aide publique au développement, la guerre et d'autres actions
internationales sont des manœuvres politiques et stratégiques, et donc ne sont pas une fatalité,
ni le signe d’une malédiction pour l’Afrique en général et le Cameroun en particulier.
Toutefois, le gouvernement Camerounais a opté pour une action internationale sous
le prisme de la diplomatie de « discrétion » ou de « non présence ». Ce choix correspond à la
renonciation de la puissance en tant qu’objet géopolitique des relations internationales. Car si
la puissance est une finalité, elle est également un moyen d’épanouissement sécuritaire,
économique et diplomatique de l’État sur la scène étrangère. À titre d’illustration, l’absence
remarquée et répétée du chef de la diplomatie du Cameroun aux sommets de l’UA, le refus
explicite d’assumer le leadership dans la sous-région espace CEMAC, malgré son statut de
puissance naturelle, la faible coopération avec les États de la région, sont des situations
contre-productives pour la diplomatie camerounaise.

Qu’est-ce que la géopolitique ?


La géopolitique s’intéresse aux variables géographiques de la puissance sur le plan
international. En tant que pratique, c'est la définition du projet d'appropriation, en termes de
consolidation ou de capture, des variables géographiques de la puissance dans un espace
déterminé. Il s’agit donc de savoir considérer et faire usage des ressources démographiques,
territoriales.
Ressources démographiques : une population déterminante en qualité et en quantité.
Une population de qualité est une population où chaque citoyen a un seuil minimum
d’éducation conforme à l’objectif de résolution structurelle des problèmes du pays (pauvreté,
chômage, sous-industrialisation, abstentionnisme politique, déficit de santé publique, la
sacralisation de la res-publica, l’aptitude à sauvegarder l’intérêt général, le manque
d’infrastructure, la concurrence internationale, la balance commerciale). La résolution de ces
problèmes contribue fondamentalement à l’épanouissement de la population. La quantité de la
SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
40
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

population est tout aussi déterminante à partir du moment où les fondements de sa


transformation qualitative sont mis en place. Ainsi, avoir un effectif important en qualité et en
quantité constitue une base solide pour l’économie en termes de marché intérieur (production-
consommation), de commerce international (production suffisante pour attaquer le marché
international en vue d’une balance commerciale excédentaire), pour la sécurité et le potentiel
d’activation de la défense populaire, pour l’occupation rationnelle du territoire…

Ressources territoriales : espace terrestre, maritime et aérien. L’espace terrestre est


constitué du sol et du sous-sol. Le sol est la surface qui permet l’installation des humains pour
y vivre et mener l’essentiel de leurs activités. Le sous-sol est important pour sa teneur en
ressources énergétiques et minières. L’espace maritime désigne la partie territoriale faite de
grandes aires d’eau. La mer ou l’Océan sont des ouvertures déterminantes pour leurs pays, car
ils sont des espaces de désenclavement, des voies de communication facilitant le commerce
international (plus de 90% du commerce mondial s’y déroulant), de réserve en ressources
halieutiques, Une issue de sécurité aussi bien économique que militaire (Cf. les bases
militaires de certaines puissances étrangères). Quant à l’espace fluvial, il fait également
montre des atouts sur les plans économiques (ressources hydrauliques pour la production de
l’électricité, d’eau douce pour la production publique d’eau pour la consommation industrielle
et domestique, et halieutiques pour la production des aliments d’eau douce), de la
communication (l’espace fluvial peut aussi être une voie de communication). Quant à l’espace
aérien, il est constitué d’éléments immatériels tels que l’atmosphère et les ondes. Il sert de
voie de communication pour le transport aérien et de réservoir pour le système de
télécommunication. L’espace aérien est la matière première à la pointe de la puissance
technologique (la TV, les téléphones, les ordinateurs, les satellites), militaire (Navires sous-
marins, les avions chasseurs, les armes électromagnétiques), et économique (économie
numérique, le marché des consommables informatiques…), de nos jours et encore pour
longtemps.

Qu’est-ce que l’intérêt national ?


L’intérêt national est la priorité que vise l’État à partir d’une définition rationnelle
marquant la distinction entre le gain et la perte, entre le profit national et le profit de l’étranger
dans ses rapports avec les autres acteurs internationaux. L’intérêt national est structuré par la
souveraineté, domaine qui procède davantage de la capacité que de la formalité. Ce qui veut
dire que la conformité à la définition du droit international au statut de l’État ne suffit pas,
encore faut-il revêtir la capacité de définir, de négocier, de défendre ou de capturer ses intérêts
nationaux sur la scène étrangère. Il s’agit, par exemple, d’activer la capacité de veille
stratégique et d’intelligence économique.

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
41
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

En matière de veille stratégique, la manœuvre étatique consiste à anticiper sur toutes


formes de transformation de son espace au service des intérêts étrangers et au détriment des
intérêts nationaux (diplomatie, sécurité, militaire).
En matière d’intelligence économique, l’État est le producteur de la protection des
entreprises nationales, et de la capacité de concurrence. Ainsi donc l’information et le
renseignement économique doivent être disponibles afin de réaliser des prévisions au service
de l’efficacité des entreprises nationales. Par exemple le Cameroun a le potentiel de faire
concurrence à la côte d’Ivoire en matière de production du Cacao. De même avec le Brésil en
ce qui concerne le manioc.

Quelle est la politique internationale du MRC ?


Le MRC opte pour la coopération comme le mode d’action internationale.
Toutefois cette coopération se situe sous le prisme de la dialectique des intelligences, c'est-à-
dire que toute action posée aura pour indicateur l’intérêt national en termes de sécurité, et de
puissance. Le MRC s’engage donc à donner une image respectable au Cameroun par le biais
de son rayonnement diplomatique, en remplaçant l’absence du Cameroun par sa présence sur
la scène étrangère, en substituant le mépris à l’encontre des États voisins, par la coopération
respectueuse.
Le MRC pose un regard privilégié sur la diaspora camerounaise comme faisant
partie de la population nationale, et qui constitue également un partenaire au développement à
partir de l’expérience étrangère. Des passerelles d’échanges seront donc activées et mise en
place par des voies d’intégration officielle de la diaspora (la diplomatie).
Le MRC projette de rapprocher, sans condescendance, le Cameroun des puissances
de la région pour davantage coopérer : avec le Nigéria, formaliser et renforcer les échanges
commerciaux et acquérir l’expérience sur le lancement d’un tissu industriel sur la base du
renseignement économique ; avec l’Angola, établir des canaux diplomatiques et acquérir
l’expérience de la politique immobilière et du développement des HLM.
Le MRC fera appliquer le bilinguisme au Cameroun en introduisant
l’apprentissage égalitaire des deux langues (anglais et français) dès la maternel, et tout au long
du parcours scolaire. La maîtrise des deux langues est un atout pour le Cameroun en tant que
destination pour les investisseurs dont le produit est familier à l’une ou l’autre langue. Il en
est de même pour le tourisme qui constitue un domaine clé pour l’image du pays, mais
également un facteur de croissance économique. L’industrie du tourisme est composée de
plusieurs services qui feront l’objet d’un accompagnement gouvernemental pour la
conformité aux standards internationaux.
Le MRC classe la question du franc CFA à l’échelle des questions hautement
stratégiques, ce qui signifie qu’elle ne procède pas du simple besoin d’afficher la fierté de
l’Afrique en général et du Cameroun en particulier. La problématique n’est plus posée sur la
question : Faut-il sortir du franc CFA ? Mais elle est bien plus avisée et repose sur
SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
42
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

l’interrogation : Comment sort-on du franc CFA ? La souveraineté monétaire dépend de la


dynamique économique, ainsi donc si l’industrie nationale garantit une production de nature à
rendre la balance commerciale compétitive, avec une capacité d’accumuler des réserves en
devises, ainsi la sortie du Franc CFA peut être une solution technique pour le problème
politique de la souveraineté monétaire.
Le MRC condamne fermement le terrorisme et les actes terroristes où qu’ils se
manifestent à l’intérieur et à l’extérieur du Cameroun. Il s’engage à mener une lutte ferme sur
les plans préventifs et répressifs des actes terroristes.

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
43
ACADEMIE DE LA RENAISSANCE

« MRC, le souffle de l’espoir.


MRC, Changeons d’avenir dans la paix »

ASPECTS JURIDIQUES RELATIFS AUX


ELECTIONS ET AUX MANIFESTATIONS
PUBLIQUES
Mars 2017
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

AVANT-PROPOS
Le MRC est heureux de proposer ce guide sur le militantisme, le premier de sa série
destiné en particulier à la formation au militantisme de ses cadres, de tous ses militants et en
général à tous ceux qui souhaitent prendre part à la conduite des affaires publiques par la voie
des élections libres et régulières.
Conscient du fait que les élections constituent un aspect important des droits de
l’homme, « parce qu’elles permettent au peuple d’exprimer sa volonté politique »1, le MRC,
à travers ce guide souhaite mettre à la disposition de ses militants et de tous les lecteurs
éventuels les moyens intellectuels et juridiques suffisants pour exprimer et défendre ce droit
en toute légitimité tant avant, pendant et après les élections.
L’élaboration de ce guide est un moyen pour le Mouvement pour la Renaissance
du Cameroun de répondre à la demande sans cesse croissante de ses militants et du besoin
constaté du peuple tout entier de bénéficier d’une formation adéquate suffisante pour prendre
part à la vie politique afin de construire par le choix d’hommes politiques dignes, conscients
et éclairés une nation, un pays, une République où la démocratie, le respect de la loi, l’intérêt
du peuple en sortent privilégiés plus que toute autre chose.
Le présent guide a été élaboré par les cadres du parti, bénéficiaires de multiples
formations relatives aux droits de l’homme, aux sciences sociales et avec la collaboration de
plusieurs universitaires.

1
Nations Unies, série de formation professionnelle N°2, Droits de l’homme et élections, 1994, p. v.
SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
45
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

INTRODUCTION

L’idée que l’homme ordinaire a de la politique, c’est qu’elle n’est pas bien. Alors
que UM NYOBE estimait que « tout est politique, et tout s’encadre dans la politique. La
religion est devenue. Le commerce est politique. Même le sport est politique. La politique
touche à tout et tout touche à la politique. Dire que l’on ne fait pas de politique, c’est avouer
que l’on n’a pas le désir de vivre »2. Le MRC dans la même lancée, à travers ce guide, veut
réveiller les consciences et faire comprendre à ses militants et à tous les camerounais que
prendre part à la conduite des affaires publiques est un droit fondamental de l’homme. C’est
dans cette perspective que les textes internationaux tels la Déclaration Universelle des Droits
de l’Homme, le Pacte International relatif aux Droits Civils et Politiques proclament ledit
droit et le garantissent.
Malgré des multiples obstacles relevés ça et là, il est essentiel de noter que
l’intensification récente, dans le monde entier, du combat que des hommes mènent, en courant
souvent de grands risques personnels, pour des élections libres et régulières témoigne de ce
que ce droit est devenu important pour tous les individus. La voie qui mène donc à la
démocratisation exige des élections libres et régulières qui demeurent l’élément indispensable
pour permettre l’expression de la volonté populaire, qui est le fondement même de l’autorité
des pouvoirs publics.
Le droit de prendre part à la gestion des affaires publiques par la voie des élections
doit être accompagné de la jouissance d’autres droits internationalement protégés. Il s’agit du
droit à la liberté d’opinion, d’expression, d’association et de réunion pacifique et à la liberté
de ne pas faire l’objet de menaces ni d’intimidation. L’exercice desdits droits doit se faire
sans discrimination, notamment de race, de sexe, de langue, de religion, de couleur, d’origine
nationale ou sociale, d’opinion politique, de fortune de naissance ou de tout autre élément. Il
doit être protégé par un gouvernement démocratique tenu de garantir des élections libres et
régulières. Ce n’est donc pas à tord qu’en 1991, l’Assemblée générale des Nations Unies
soulignait que « des élections périodiques et honnêtes sont un élément nécessaire et
indispensable des efforts soutenus visant à protéger les droits et intérêts des administrés et
que, comme le montre l’expérience pratique, le droit de chacun de prendre part à la direction
des affaires publiques de son pays est un facteur crucial de la jouissance effective par tous
d’un grand nombre d’autres droits de l’homme et libertés fondamentales, y compris les droits
politiques, économiques, sociaux et culturels »3.
Avec ce guide, il question pour le MRC d’outiller ses militants d’arguments légaux
et convaincants dans un environnement politique marqué de plus en plus par l’intimidation de
la part des pouvoirs publics.

2
Ruben UM NYOBE, « Rapport présenté au deuxième congrès statutaire de l’UPC », Eséka 29 septembre
1952, cité par Achille MBEMBE, Ecris sous maquis, Paris, l’Harmattan, 1989, pp. 81-82.
3
Résolution 46/137 de l’Assemblée générale en date du 17 décembre 1991, par.3.
SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
46
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

HISTOIRE CONSTITUTIONNELLE DU CAMEROUN

L’histoire constitutionnelle du Cameroun est un aspect important pour tout militant


du MRC. Il est question de présenter au peuple camerounais les différentes étapes par
lesquelles est passée la construction de la République du Cameroun.
____Sur ce plan, tout commence avec la constitution du 2 juin 1972 qui, à la suite du
référendum du 20 mai 1972 matérialise par écrit la naissance de la République Unie du
Cameroun. Pour la petite histoire, c’est le 20 mai 1972 qu’a eu lieu le référendum pour l’État
unitaire où le oui l’emporta à 99.97%. La même année, l’hymne national a été revu, corrigé et
adopté.
____La constitution du 2 juin 1972 fut modifiée en 1975. La modification portait sur la
création du poste de premier ministre chargé d’animer et de coordonner l’action des
départements ministériels. Il était membre du Conseil centrale du parti, mais en principe ne
jouait aucun rôle politique. Son rôle de grand commis se résumait à l’exercice des tâches
techniques dans le domaine de suggestion, d’exécution et de proposition. La modification le
désignait comme la personne tenue d’assurer les fonctions du Président de la République en
cas d’empêchement du président de l’Assemblée Nationale intérimaire.
____En 1979, la modification constitutionnelle apportée à celle de 1972 faisait du Premier
Ministre le dauphin constitutionnel du chef de l’État. Ainsi, le Premier Ministre était investi
des fonctions du Président de la République pour la période du mandat présidentiel en cours,
en cas de vacance du poste de président de la République, pour cause de décès, démission ou
empêchement définitif constaté par la cour suprême.
____Les modifications de 1979 sont complétées par celles de 1983 qui autorisaient, en cas de
vacance de poste du Président, le nouveau Président de la République à décider ou pas, s’il le
juge utile, de la tenue d’élection Présidentielle anticipée. Le scrutin devait dans ce cas avoir
lieu dans les délais prescrits, à savoir vingt (20) jours au moins et cinquante (50) jours au
plus à compter de la notification de cette décision au Président de la cour suprême. La même
année, plus précisément le 05 juillet par la loi N°83/10, le nombre de députés à l’assemblée
Nationale passa de 120 à 150.
____En 1984, des modifications majeures sont à noter. D’abord, elles portent sur le
rétablissement de la dénomination de la République du Cameroun, sur la suppression du poste
du Premier Ministre. Désormais, il n’existe plus que les Ministres ou Secrétaires d’État.
Ensuite, en cas d’empêchement temporaire, il revient au Président de la République
de charger un Ministre de son choix d’exercer ses fonctions dans le cadre d’une délégation
expresse. Lorsque la vacance de la présidence de la République est constatée par la cour
suprême, les pouvoirs du Président de la République sont exercés de plein droit par le
Président de l’Assemblée Nationale jusqu’à l’élection du nouveau Président. Si le PAN est
empêché, les fonctions sont assurées par son suppléant suivant l’ordre de présence à
l’Assemblée.

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
47
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

Enfin, la modification apportée interdit au Président de la République par intérim, de


modifier la constitution, ni la composition du gouvernement, il ne peut recourir au
Référendum, ne peut être candidat l’élection présidentielle organisée. Pour finir, les délais
pour le Président par intérim d’organiser une élection passent de vingt (20) au moins à
quarante (40) jours au plus après l’ouverture de la vacance.
____En 1988, par la loi N°88/01 de mars 1988, il y’a amendement de l’article 7 afin de
donner au Président de la République le pouvoir d’abréger son mandat et d’organiser
l’élection présidentielle anticipée s’il le juge utile. La même année, par la loi N°88/03 du 17
mars 1988, l’amendement de l’article 12 de la constitution fait passer le nombre de députés à
l’Assemblée Nationale de 150 à 180.
____En 1991, la modification rétablit le poste de Premier ministre. L’article 5 nouveau
autorise le Président de la République de lui déléguer certains de ses pouvoirs ainsi qu’à
certains autres membres du gouvernement et à certains hauts responsables de l’administration
de l’État dans le cadre de leurs attributions respectives. Le P.M devient par cette modification
le chef du gouvernement chargé de diriger son action. Il est tenu de veiller à l’exécution des
lois, il exerce le pouvoir réglementaire, nomme aux emplois civils et dirige tous les services
administratifs nécessaires à l’accomplissement de sa mission. Il est responsable devant
l’Assemblée Nationale.
C’est également en 1991 que l’âge de la majorité électorale fut modifié. Il est passé
de 21 à 20 ans.
____En 1996, l’on assiste presqu’à une refonte entière de notre constitution. Les
modifications apportées ont touché presque l’ensemble des domaines traités par la
constitution. La loi N°96/06 du 18 janvier 1996 apporte donc des modifications majeures sur
plusieurs plans.
Au niveau du pouvoir exécutif, la possibilité donnée au Président de la République
d’organiser l’élection présidentielle anticiper et par là de pouvoir abréger son mandat est
écartée ; il a désormais compétence pour destituer le PM, pour dissoudre l’assemblée national
en cas de crise grave ou de nécessité. Son mandat est augmenté de deux ans dont il passe de 5
ans à 7 ans renouvelables une seule fois.
Le PM est désormais tenu de faire la présentation des différents problèmes
économiques, sociaux et financiers du gouvernement à l’assemblée nationale lors de la
session budgétaire du mois de juin.
Sur le plan législatif, le Sénat est créé, les sessions ordinaires de l’assemblée
nationale passent de 2 à 3 par an d’une durée de 30 jours chacune, au cours de ces sessions,
l’interpellation des membres du gouvernement par les députés une fois par semaine est
instituée.
Concernant le pouvoir judiciaire, il y a création des tribunaux administratifs et donc
décentralisation de la juridiction administrative, la création d’une chambre des comptes avec
des échelons inférieurs et la chambre administrative de la cour suprême devient compétente
pour connaître en appel du contentieux des élections régionales et municipales.

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
48
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

Relativement aux citoyens, la réforme instaure le contrôle des biens des hauts
fonctionnaires de l’État, de toute personne qui a compétence pour gérer des deniers publics.
En plus, elle consacre le principe selon lequel les droits de l’homme et du citoyen sont
désormais garantis par la constitution.
Sur le plan constitutionnel, la réforme de 1996 crée le conseil constitutionnel.
Enfin, sur le plan territorial et administratif, les provinces sont désormais
transformées en régions.

LE CADRE LEGAL DES ELECTIONS AU CAMEROUN

De prime à bord, il faut noter que la liberté d’association est régie au Cameroun par
la loi N°90/053 du 19 décembre 1990. D’après l’article 1er al.2 de ce texte, la liberté
d’association « …est la faculté de créer une association, d’y adhérer ou de ne pas y
adhérer », « elle est reconnue à toute personne physique ou morale sur l’ensemble du
territoire national » complète l’alinéa 3. D’après cette loi, l’association est une convention
par laquelle des personnes mettent en commun leurs connaissances ou leurs activités dans un
but autre que de partager les bénéfices4. Le parti politique répond complètement à cette
définition à l’exception qu’il est une association des personnes ou d’un groupe de personnes
qui partagent les mêmes intérêts, les mêmes opinions, les mêmes idées, et qui s'associent dans
une organisation ayant pour objectif de se faire élire, d'exercer le pouvoir et de mettre en
œuvre un projet politique ou un programme commun. C’est donc le principal élément par
lequel doit en principe passer tout homme qui aspire prendre part à la gestion des affaires
publiques par le biais d’une élection libre, transparente, régulière et démocratique5.
Dans ce sens, L'élection est un choix opéré au moyen d'un suffrage auquel toutes les
personnes disposant du droit de vote (corps électoral) sont appelées à participer. La fonction
première de l'élection est ainsi de permettre aux citoyens de choisir les candidats qu'ils
chargent de les représenter. La République fonctionnant selon le principe du gouvernement
représentatif, la fonction première de l’élection est donc de permettre aux citoyens de choisir
leurs gouvernants et leurs représentants, qui rédigeront et voteront la loi en leur nom au
Parlement. Elle est une délégation de Souveraineté et constitue, au sein d’une société

4
Article 2 loi camerounaise numéro 90/053 du 19 décembre 1990 portant liberté d’association.
5
Dans le cadre camerounais, les associations obéissent à deux régimes : le régime de la déclaration et celui de
l’autorisation. Seules les associations étrangères et religieuses obéissent au second régime (ART.5 loi N°90/053
du 19 décembre 1990 portant liberté d’association). Les partis politiques quant à eux, sont régis par des textes
particuliers (Voir article 1er de la loi N°99/011 du 20 juillet 1999 modifiant et complétant certaines dispositions
de la loi N°90/053 du 19 décembre 1990 relative à la liberté d’association)
.

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
49
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

organisée, une « soupape de sécurité ». L’élection peut aussi permettre de régler une
crise. Lorsqu’un débat extrêmement important divise les citoyens, le recours au suffrage
universel peut permettre de trouver une solution.
Au Cameroun plusieurs textes, internationaux, nationaux voire régionaux régissent
les élections.

LES TEXTES INTERNATIONAUX REGISSANT LES ELECTIONS AU


CAMEROUN
Ils regroupent l’ensemble de traités internationaux ratifiés par le Cameroun traitant
des élections. On a donc les instruments universels et les instruments régionaux.

Les instruments universels


Les plus connus sont entre autres :
___La Déclaration Universelle des Droit de l’Homme, article 21 al.1 : « Toute personne à le
droit de prendre part à la direction des affaires publiques de son pays, soit directement, soit
par l’intermédiaire de représentants librement choisis ».
al.2 : « Toute personne a droit à accéder, dans des conditions d’égalité, aux
fonctions publiques de son pays ».
al.3 : « La volonté du peuple est le fondement de l’autorité des pouvoirs publics ;
cette volonté doit s’exprimer par des élections honnêtes qui doivent avoir lieu
périodiquement, au suffrage universel égal et au vote secret ou suivant une procédure
équivalente assurant la liberté du vote ») ;
___Le Pacte International relatif aux Droits Civils et Politiques, article 25 : « Tout citoyen a le
droit et la possibilité, sans aucune des discriminations visées à l’article 2 et sans restrictions
déraisonnables:
a) De prendre part à la direction des affaires publiques, soit directement, soit par
l’intermédiaire de représentants librement choisis;
b) De voter et d’être élu, au cours d’élections périodiques, honnêtes, au suffrage
universel et égal et au scrutin secret, assurant l’expression libre de la volonté des électeurs;
c) D’accéder, dans des conditions générales d’égalité, aux fonctions publiques de
son pays ».
___La Convention sur l’Elimination de toutes les formes de Discrimination à l’égard des
Femmes, article 7 : « Les Etats parties prennent toutes les mesures appropriées pour éliminer
la discrimination à l’égard des femmes dans la vie politique et publique du pays et, en
particulier, leur assurent, dans des conditions d’égalité avec les hommes, le droit :
a) De voter à toutes les élections et dans tous les référendums publics et être
éligibles à tous les organismes publiquement élus;
SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
50
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

b) De prendre part à l’élaboration de la politique de l’Etat et à son exécution,


occuper des emplois publics et exercer toutes les fonctions publiques à tous les échelons du
gouvernement;
c) De participer aux organisations et associations non gouvernementales s’occupant
de la vie publique et politique du pays » ;
___La Convention sur les Droits politiques de la Femme, article 1er : « Les femmes auront,
dans des conditions d’égalité avec les hommes, le droit de vote dans toutes les élections, sans
aucune discrimination ».
Article II : « Les femmes seront, dans des conditions d’égalité avec les hommes,
éligibles à tous les organismes publiquement élus, constitués en vertu de la législation
nationale, sans aucune discrimination ».
Article III : « Les femmes auront, dans des conditions d’égalité, le même droit que
les hommes d’occuper tous les postes publics et d’exercer toutes les fonctions publiques
établis en vertu de la législation nationale, sans aucune discrimination ».

Les instruments régionaux


On y range :
___La Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, article 13 al.1 : « Tous les
citoyens ont le droit de participer librement à la direction des affaires publiques de leur pays,
soit directement, soit par l'intermédiaire de représentants librement choisis, ce, conformément
aux règles édictées par la loi ».
Al.2 : « Tous les citoyens ont également le droit d'accéder aux fonctions publiques de
leurs pays ».
Al.3 : « Toute personne a le droit d'user des biens et services publics dans la stricte
égalité de tous devant la toi ».
___Le Protocole à la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples relatif aux
Droits des Femmes, article 9 droit de participation au processus politique et à la prise de
décisions : al.1 :« Les États entreprennent des actions positives spécifiques pour promouvoir
la gouvernance participative et la participation paritaire des femmes dans la vie politique de
leurs pays, à travers une action affirmative et une législation nationale et d’autres mesures de
nature à garantir que :
a) les femmes participent à toutes les élections sans aucune discrimination;
b) les femmes soient représentées en parité avec les hommes et à tous les niveaux,
dans les processus électoraux;
c) les femmes soient des partenaires égales des hommes à tous les niveaux de
l’élaboration et de la mise en œuvre des politiques et des programmes de développement de
l’État ».

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
51
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

Al.2 : « Les États assurent une représentation et une participation accrues,


significatives et efficaces des femmes à tous les niveaux de la prise des décisions ».
En somme, il est donné de constater que le Cameroun n’évolue pas en vase clos en
matière électorale, il est soumis au respect des textes internationaux donc le respect s’impose.
Bien plus, sur le plan interne, on note l’existence d’autres textes.

LES TEXTES NATIONAUX REGISSANT LES ELECTIONS AU


CAMEROUN
On note une multitude. Dont le premier est la loi fondamentale suivie par le code
électoral et biens d’autres.

1. La constitution
Une constitution est une loi fondamentale ou un ensemble de principes qui fixe
l'organisation et le fonctionnement d'un organisme, généralement d'un État ou d'un ensemble
d'États. La valeur de la Constitution d'un État varie selon le régime en place, elle a
généralement une valeur supérieure à la loi. En matière électorale au Cameroun, elle jette les
premières bases.
A son article 2 al.2, elle stipule que : « les autorités chargées de diriger l’État
tiennent leurs pouvoirs du peuple par voie d’élections au suffrage universel direct ou indirect,
sauf dispositions contraires de la présente constitution. ». L’al.3 ajoute en précisant que « le
vote est égal et secret ; y participent tous les citoyens âgés d’au moins vingt (20) ans ».
L’article 3 complète et précise que : « les partis et formations politiques concourent
à l’expression du suffrage. Ils doivent respecter les principes de la démocratie, de la
souveraineté et de l’unité nationale. Ils se forment et exercent leurs activités conformément à
la loi ».
Relativement à l’élection du Président de la République, la constitution précise qu’il
est élu au suffrage universel direct, égal et secret, à la majorité des suffrages exprimés pour un
mandat de sept ans renouvelable6.
Quant au pouvoir législatif, il est incarné par deux chambres : le Senat et
l’Assemblée Nationale. La constitution prévoit leur mode d’élection. D’après l’article 15, les
députés sont élus au suffrage universel direct et secret pour un mandat de 5 ans et les
sénateurs tel que le précise l’article 20 al.2, dans chaque région, 7 sénateurs sont élus au
suffrage universel indirect sur la base régionale et 3 sont nommés par le PR.
En matière de contentieux électoral, c’est la constitution qui jette les bases du
tribunal compétent. Elle prévoit à l’article 48 que cette compétence est attribuée au conseil
constitutionnel qui peut être saisi en cas de contestation sur la régularité de l’élection
présidentielle, des élections parlementaires et des consultations référendaires, par tout

6
Cf. article 6 de la constitution.
SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
52
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

candidat ou tout parti politique ayant pris part à l’élection dans la circonscription concernée
ou toute personne ayant qualité d’agent du gouvernement pour cette élection.
Lorsqu’il, s’agit d’une élection référendaire, le conseil peut être saisi par le PR, le
PAN, ou le Président du Senat, un tiers des députés ou un tiers des Sénateurs.
Enfin, au niveau régional, l’article 57 de la constitution précise l’élection des
différents membres du conseil régional. Les délégués de départements sont élus au suffrage
universel indirect pour un mandat de 5 ans tandis que les représentants du commandement
traditionnel sont élus par leurs pairs. Tout est donc clair, les bases des différentes élections
sont jetées au Cameroun par la loi fondamentale.
Concernant les litiges en matière des élections, la compétence revient au conseil
constitutionnel. D’après l’article 48 al. 1 de la constitution, le Conseil Constitutionnel veille
à la régularité de l’élection présidentielle, des élections parlementaires, des consultations
référendaires. Il en proclame les résultats.
L’alinéa 2 du même texte continue en précisant qu’ « en cas de contestation sur la
régularité de l’une des élections prévues à l’alinéa 1 ci-dessus, le Conseil Constitutionnel
peut être saisi par tout candidat, par tout parti politique ayant pris part à l’élection dans la
circonscription concernée ou toute personne ayant qualité d’agent du gouvernement pour
cette élection ».
Les dispositions de l’article 48 sont complétées par son alinéa 3 qui mentionne
qu’ « en cas de contestation sur la régularité d’une consultation référendaire, le Conseil
Constitutionnel peut être saisi par le Président de la République, le Président de l’Assemblée
Nationale ou le Président du Sénat, un tiers des députés ou un tiers des sénateurs ».

2. Le Code Electoral
Pour certains, il n’est véritablement pas un Code Electoral mais un assemblage de
l’ensemble des lois disparates qui régissaient l’activité électorale au Cameroun. D’ailleurs,
c’est l’impression qui ressort de la lecture de son article 297. Le Code Electoral nait à la suite
de deux textes majeurs à savoir le texte de 2000, Loi n° 2000/016 du 19 Décembre 2000
portant création d’un Observatoire National des Élections (ONEL 1) et celui de 2006 qui
viendra transformer l’ONEL 1 en ONEL 2, avec pour dénomination Office National des
élections. C’est en avril 2012 que le Code Electoral voit le jour. Il est issu de la loi
N°2012/001 du 19 avril 2012 portant Code Electoral, modifiée et complétée par la loi
N°2012/017 du 12 décembre 2012. En son article 1er, il est précisé que la loi portant code
électoral fixe les dispositions spécifiques à l’organe chargé de l’organisation, la gestion et de
la supervision du processus électoral et référendaire (article 4 à 44) ; les dispositions
communes à l’élection du président de la République, des députés, des conseillers municipaux
et au référendum (article 45 à 115) ; les dispositions spécifiques à l’élection et à la vacance à
la présidence de la République (article 116 à 147) ; les dispositions spécifiques à l’élection
des députés à l’Assemblée Nationale (article 148 à 168) ; les dispositions spécifiques à
l’élection des conseillers municipaux (article 169 à 196), des sénateurs (article 214 à 242), des

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
53
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

conseillers régionaux (article 243 à 270); des dispositions spécifiques au référendum (article
197 à 213), au vote des citoyens camerounais établis ou résident à l’étranger (article 271 à
274); des dispositions relatives au financement des partis politiques et des campagnes
électorales et référendaires (article 275 à 287).
Le Code Electoral comporte 12 titres, 299 articles qui encadrent l’activité électorale
avant, pendant et après une élection. Il est aujourd’hui malgré ses multiples limitations
l’instrument légal sur lequel repose les modalités d’accès au pouvoir de gestion des affaires
publiques. Sa légalité est renforcée par d’autres textes nationaux.

3. Les autres textes nationaux régissant les élections au Cameroun


Ils sont divers. On cite entre autre le Code Pénal, la loi portant organisation du
conseil constitutionnel et bien d’autres encore.
1. Le Code Pénal
D’après la loi N°2016/007 du 12 juillet 2016 portant Code Pénal, les délits
électoraux sont pénalement sanctionnés. Dans ce sens, l’article 122 du Code Pénal réprime
d’un emprisonnement de 3 mois à 2 ans et d’une amende de 50.000 à 500.000 francs ou de
l’une de ces deux peines seulement, celui qui :
a) Se fait inscrire sur les listes électorales sous une fausse identité ou qui,
en se faisant inscrire, dissimule qu’il :
 est condamné pour crime, même par défaut ;
 est condamné à une peine privative de liberté sans sursis
supérieure à 3 mois ;
 est condamné à une peine privative de liberté assortie de sursis
simple ou avec probation supérieure à 6 mois ;
 fait l’objet d’un mandat d’arrêt ;
 est failli non réhabilité et dont la faillite a été déclarée, soit par
les tribunaux camerounais, soit par un jugement rendu à l’étranger et
exécutoire au Cameroun ;
b) à l’aide de déclarations mensongères ou de faux certificats, se fait
inscrire indûment sur une liste électorale ou qui, à l’aide des mêmes moyens, inscrit ou
raye indûment un citoyen,
c) déchu du droit de vote, participe au scrutin ;
d) vote soit en vertu d’une inscription frauduleuse, soit en prenant les
noms et qualités d’autres électeurs inscrits ;
e) à la suite des inscriptions multiples, vote plus d’une fois ;

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
54
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

f) étant chargé dans un scrutin de recevoir, compter ou dépouiller les


bulletins contenant les suffrages des citoyens, soustrait, ajoute ou altère des bulletins,
ou indique un autre nom que celui inscrit ;
g) à l’aide de fausses nouvelles, de propos calomnieux ou autres
manœuvres frauduleuses, supprimes ou détourne des suffrages, détermine un ou
plusieurs électeurs à s’abstenir de voter ;
h) avant, pendant ou après un scrutin, par inobservation des dispositions
législatives ou réglementaires, ou par tout autre acte frauduleux, viole le secret, porte
atteinte à la sincérité, empêche les opérations du scrutin ou modifie le résultat ;
i) se rend coupable de manœuvres frauduleuses dans la délivrance ou la
production des certificats d’inscription ou de radiation des listes électorales ;
j) utilise à des fins autres qu’électorales, les données personnelles
contenues dans le fichier électoral ;
k) le jour du scrutin, avec violence ou non, se rend auteur ou complice
d’un enlèvement frauduleux de l’urne ou de tout autre matériel électoral.
2) Si l’auteur ou son complice est fonctionnaire au sens de l’article 131 du présent
Code, il est passible d’un emprisonnement de 1 à 5 ans.
Dans cette logique de crédibilisation des mécanismes électoraux, l’article 123 du
Code Pénal continue avec la répression de la corruption et violence en matière électorales.
Ainsi, est puni d’un emprisonnement de 3 mois à 2 ans et d’une amende de 10.000 à 100.000
francs ou de l’une de ces deux peines seulement celui qui :
a) par attroupement, par clameur ou démonstration menaçantes, trouble les
opérations électorales ou porte atteinte à l’exercice du droit ou à la liberté du vote ;
b) le jour du scrutin, se rend coupable d’outrage ou de violence envers la
commission locale de vote ou envers un de ses membres, ou en envers un de ses
membres, ou qui, par voie de fait ou de menace, retarde ou empêche les opérations
électorales ;
c) par don, libéralité, faveurs, promesses d’octroi d’emploi publics ou
privé ou d’autres avantage particulier faits en vue d’influencer le vote d’un ou de
plusieurs électeurs, obtient leur suffrage soit directement, soit par l’entremise d’un
tiers ;
d) directement ou par l’entremise d’un tiers, accepte ou sollicité des
candidats des dons, libéralités, faveurs ou avantages cités au paragraphe (c) ci-dessus ;
e) par voie de fait, violence ou menace contre un électeur, soit en lui
faisant craindre de perdre son emploi, soit d’exposer à un dommage sa personne, sa
famille ou sa fortune, influence son vote.

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
55
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

A l’article 123-1, le Code réprime le port d’arme en période électorale et prévoit un


emprisonnement de 10 jours à 2 mois et d’une amende de 25.000 à 250.000 francs ou l’une de
ces deux peines seulement, celui qui entre dans un bureau de vote avec une arme apparente.
Cette peine peut être portée à 4 mois et l’amende à 500.000 francs, si larme était cachée.
Relativement aux activités ou manifestation à caractère politique en période
électorale, l’article 123-2 les interdit au sein des établissements publics ainsi que dans les
établissements scolaires ou universitaires. Ces infractions sont punies d’un emprisonnement
de 10 jours à 4 mois et d’une amende de 25.000 à 250.000 francs ou de l’une de ces deux
peines seulement.
Pour finir, la loi pénale punit les détournements de fonds publics en matière
électorale : les peines prévues ici sont traité à l’article 184 du Code Pénal. Il traite aussi des
poursuites pénales en matière électorale. Sur ce, l’article 123-4 précise que hors les cas de
flagrant délit, aucune poursuite pénale contre un candidat pour infraction aux dispositions de
la présente section ne peut être intentée avant la proclamation des résultats.

4. Le Code de procédure pénale


Issu de la Loi N°2005/007 du 27 juillet 2005 portant code de procédure pénale, elle
édicte les règles concernant notamment :
• La constatation des infractions à la loi pénale ;
• La recherche de leurs auteurs ;
• L’administration de la preuve ;
• Les attributions des organes de poursuites ;
• L’organisation, la composition et la compétence des juridictions
répressives ;
• Le prononcé de la culpabilité ou de la non culpabilité ;
• L’application de la loi pénale ;
• Les voies de recours ;
• Les droits des parties ;
• Les modalités d’exécution des peines7.
Aux termes de ces dispositions, les différentes infractions mentionnées ci haut
relativement aux articles 122, 123, 123-1, 123-2, 123-3 et 123-4 du Code pénal camerounais
sont régies en matière de procédure par le Code de procédure pénale.

7
Cf. Art. 1er du Code de procédure pénale.
SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
56
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

LES CRITERES INTERNATIONAUX RELATIFS AUX ELECTIONS

Sur le plan international, il existe un certain nombre de critères fondamentaux à


satisfaire pour la tenue d’une élection libre et régulière.
1. Les élections libres
Le facteur déterminant d’une élection libre est la mesure dans laquelle elle facilite la
pleine expression de la volonté politique du peuple. Cette volonté étant le fondement même de
l’autorité publique, il est donc nécessaire qu’elle se donne dans un contexte de pleine liberté
renforcé par le respect des droits des citoyens. De ce fait, toute personne a le plein droit de
prendre part à la direction des affaires publique de son pays, soit directement en se présentant
à une élection, soit indirectement en soutenant la candidature d’un candidat de son choix8. Les
élections libres exigent aussi que le peuple détermine librement son statut politique9.
Pour être libre, la participation aux élections doit avoir lieu dans un climat caractérisé
par l’absence d’intimidation et par le respect des droits fondamentaux de l’homme. A cet
égard, la liberté d’expression et d’opinion, de réunion et d’association, l’indépendance des
procédures judiciaires et la protection contre les discriminations constituent des vertus qui ne
peuvent être mises en veilleuse pendant la période électorale.
Relativement à l’indépendance des procédures judiciaires, elles doivent être évincées
de la corruption et toute influence partisane susceptibles de compromettre le meilleur
traitement des demandes d’invalidation, de contestation et des plaintes suite à une élection.
L’élection libre exige donc l’existence des textes assurant la participation égale pour tous au
moyen des mesures non discriminatoires caractérisées par l’absence de facteurs
d’intimidation. De ce fait, la magistrature doit être indépendante afin de protéger la légalité à
la fois pendant et entre les périodes électorales. Elle doit être totalement à l’abri de toute
influence ou contrôle partisan.
Quant à la liberté d’opinion et d’expression, tant que chacun ne se sent pas libre
d’émettre ses opinions et de s’exprimer, de propager sans crainte toute information politique
légitime dans le dialogue national, nul ne peut garantir que les élections expriment
véritablement la volonté du peuple. L’article 19 du Pacte International relatif aux Droits
Civils et Politique dispose dans ce sens que, al.1 « nul ne peut être inquiété pour ses
opinions », « toute personne a droit à la liberté d’expression ; ce droit comprend la liberté de
rechercher, de recevoir et de répandre des informations et des idées de toute espèce, sans
considération de frontières, sous une forme orale, écrite, imprimée ou artistique, ou par toute
autre moyen de son choix » complète l’alinéa 2. Cependant, tout citoyen doit comprendre que
l’exercice des libertés ci-dessus énoncées comporte des responsabilités. Il peut aussi être
soumis à certaines restrictions qui doivent toutefois être expressément fixées par la loi. Dans
ce sens, l’État est autorisé à réglementer la liberté d’expression en interdisant les appels à la

8
Art. 21 Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.
9
Art. 1 du Pacte International relatif aux droits économiques, sociaux et culturels.
SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
57
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

haine nationale, raciale, ou religieuse qui constituent une incitation à la discrimination, à


l’hostilité ou à la violence10.
La liberté d’expression suppose enfin que l’État doit accepter des opinions légitimes
d’autres Hommes politiques autre que ceux qui sont au pouvoir ; dans ce sens on parle de
l’opposition. Cette dernière suppose l’existence des partis politiques ou les mouvements
n’appartenant pas à la majorité parlementaire et donc s’y opposant. L’opposition constitue un
contre-pouvoir : elle permet d’éviter que la majorité, une fois parvenue au pouvoir, n’ait la
tentation de mener une politique portant atteinte aux droits et libertés. Elle dispose au
Cameroun de la mise en cause de la responsabilité gouvernementale devant l’Assemblée
nationale par la motion de censure, la saisine du Conseil constitutionnel lorsqu’il dispose d’un
tiers des députés à l’assemblée nationale ou d’un tiers des sénateurs11, les questions posées au
gouvernement dans les enceintes parlementaires.
L’opposition représente aussi la possibilité d’une alternance politique : elle
participe à l’existence du pluralisme politique, qui est une des bases de la démocratie. Ce
pluralisme permet de choisir ses gouvernants. Or, il n’y a de choix véritable que si l’électeur
peut se prononcer entre plusieurs possibilités. Ainsi, l’opposition, en proposant un nouveau
cours à la politique nationale, permet aux citoyens éventuellement mécontents de disposer
d’un recours. L’opposition permet enfin de renouveler le personnel politique : lorsque la
majorité perd le pouvoir, une nouvelle génération d’hommes politiques peut trouver une place
de choix dans l’opposition et se préparer ainsi à assumer des fonctions importantes à
l’occasion d’une victoire à venir.
Pour finir, la liberté d’expression et d’opinion suppose aussi :
✓ une liberté de réunion pacifique garantie par l’article 21 du Pacte
International relatif aux droits civils et politiques : « Le droit de réunion pacifique est
reconnu. L’exercice de ce droit ne peut faire l’objet que des seules restrictions imposées
conformément à la loi et qui sont nécessaires dans une société démocratique, dans
l’intérêt de la sécurité nationale, de la sûreté publique, de l’ordre public ou pour
protéger la santé ou la moralité publiques, ou les droits et les libertés d’autrui ».
✓ une liberté d’association garantie par la loi camerounaise du 19
décembre 1990 et l’article 22 du Pacte International relatif aux droits civils et
politiques : al.1 : « Toute personne a le droit de s’associer librement avec d’autres, y
compris le droit de constituer des syndicats et d’y adhérer pour la protection de ses
intérêts », al.2 : « L’exercice de ce droit ne peut faire l’objet que des seules restrictions
prévues par la loi et qui sont nécessaires dans une société démocratique, dans l’intérêt
de la sécurité nationale, de la sûreté publique, de l’ordre public, ou pour protéger la
santé ou la moralité publiques ou les droits et les libertés d’autrui. Le présent article
n’empêche pas de soumettre à des restrictions légales l’exercice de ce droit par les
membres des forces armées et de la police », al.3 : « Aucune disposition du présent
article ne permet aux Etats parties à la Convention de 1948 de l’Organisation

10
Voir article 20 paragraphe 2 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques.
11
Article 47 al.2 de la constitution camerounaise.
SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
58
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

internationale du Travail concernant la liberté syndicale et la protection du droit


syndical de prendre des mesures législatives portant atteinte – ou d’appliquer la loi de
façon à porter atteinte – aux garanties prévues dans ladite convention ».
✓ et l’absence de discrimination. Garantie par les articles 2 et 7 de la
Déclaration Universelle des Droit de L’Homme et 3 et 26 du Pacte International relatif
aux droits civils et politiques, le principe de non-discrimination exige que chacun puisse
participer dans les conditions égales au processus électoral. De ce fait, tout individu qui
se présente à une élection doit être éligible12. Il doit avant tout être électeur, ce qui
exclut par exemple les mineurs, les personnes privées de leurs droits civiques en raison
de condamnations pénales. Les candidats à l’élection présidentielle doivent être
citoyens camerounais d’origine, jouir de leurs droits civiques et politiques et avoir 35
ans révolus à la date de l’élection13. Lorsqu’il s’agit d’une élection législative, le Code
Electoral exige 23 ans révolus à la date du scrutin. Le candidat doit savoir lire et écrire
le français ou l’anglais, il doit jouir du droit de vote et régulièrement inscrit sur une liste
électorale14. Presque les mêmes conditions sont exigées pour tout candidat à une
élection municipale en plus du fait que le candidat doit justifier d’une résidence
effective d’au moins 6 mois sur le territoire de la commune15.
Quand il s’agit d’une élection sénatoriale, la loi exige 40 ans révolus à tous les
candidats à la date de l’élection ou de la nomination, ils doivent être citoyens camerounais
d’origine et justifier d’une résidence effective sur le territoire de la région concernée 16 ; savoir
lire et écrire le français ou l’anglais, jouir du droit de vote et régulièrement inscrits sur une
liste électorale. Enfin, les conditions d’éligibilité prévues pour les conseillers municipaux sont
les mêmes qui régissent l’élection des conseillers régionaux17

2. Les élections régulières


L’élection régulière est toute élection évincée de toute mesure susceptible de
contrecarrer la volonté du peuple. Comme le mentionne l’article 21 paragraphe 3 de la
Déclaration Universelle des Droit de l’Homme : « la volonté du peuple est le fondement de
l’autorité des pouvoirs publics ; cette volonté doit s’exprimer par des élections honnêtes qui
doivent avoir lieu périodiquement, au suffrage universel égal et au vote secret ou suivant une
procédure équivalente assurant la liberté du vote », une élection libre regroupe donc en
premier des mesures non-discriminatoires, un suffrage égal, universel et non discriminatoire
et enfin des mesures de protection des voix des électeurs.
En ce qui concerne la non-discrimination, l’article 5 al. c de la Convention
Internationale sur l’Elimination de Toutes les Formes de Discrimination Raciale proscrit toute

12
L’éligibilité est la possibilité juridique de se présenter comme candidat à une élection.
13
Art. 6 al.5 de la Constitution camerounaise, art. 117 du Code Electoral camerounais
14
Art. 156 du Code électoral du Cameroun.
15
Art. 175 du Code électoral du Cameroun.
16
Art.220 du Code électoral du Cameroun.
17
Voir les articles 251 et suivants du Code électoral.
SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
59
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

discrimination raciale affectant le droit de voter ou d’être candidat aux élections et demande
d’une manière expresse l’application d’un suffrage universel et égal. Sont également
proscrites toute discrimination à l’égard des femmes ou leur exclusion du processus politique
(article 4 de la Déclaration sur l’Elimination de la Discrimination à l’égard des Femmes ;
article 7 de la Convention sur l’Elimination de Toutes les Formes de Discrimination à l’égard
des Femmes). D’une manière claire, l’article 1er de la Convention sur les Droits Politiques de
la Femme précise que : « Les femmes auront, dans des conditions d’égalité avec les hommes,
le droit de vote dans toutes les élections, sans aucune discrimination », l’article 2 du même
texte conclut dans ce sens : « Les femmes seront, dans des conditions d’égalité avec les
hommes, éligibles à tous les organismes publiquement élus, constitués en vertu de la
législation nationale, sans aucune discrimination ». La non-discrimination exige aussi une
participation équitable et égale de tous les individus à l’élection.
Relativement au suffrage égal, universel et non-discriminatoire, La Déclaration
Universelle des Droits de l’Homme (article 2 et 21), Le Pacte International relatif aux Droits
Civils et Politiques (article 2 et 25 al. b) et le Code Electoral du Cameroun prévoient que le
suffrage doit être égal, universel, non-discriminatoire et secret. Le suffrage universel implique
la protection de la participation aux élections du groupement raisonnablement le plus vaste
possible d’électeurs. Quant au scrutin direct et secret, il doit se faire sur la base d’une liste
électorale générale où sont inscrits tous les électeurs remplissant les conditions requises
relativement en termes de l’âge minimum, de nationalité et de capacité mentale. Le caractère
secret du scrutin protège le vote contre toute intimidation, il garantit le caractère absolument
confidentiel du contenu du vote. Le Pacte International relatif aux droits Civils et Politiques
précise donc de manière impérative que les élections aient lieu « au scrutin secret »18. Cela
n’est pas très différent de ce que précise l’article 21 paragraphe 3 de la Déclaration
Universelle des Droits de l’Homme qui dispose que les élections doivent avoir lieu « au vote
secret ou suivant une procédure équivalente assurant la liberté du vote ».Le scrutin secret va
donc de la conception des bulletins de vote et des isoloirs aux dispositions juridiques
établissant que nul ne peut être contraint par une autorité judiciaire ou politique, de dévoiler le
contenu de son vote19.
Pour finir, l’élection régulière est aussi celle qui garantit la protection du vote du
citoyen. Dans ce sens, l’égalité du suffrage prônée par les textes internationaux est incarnée
par la formule bien connue « à chacun une voix ». Le respect de ce principe combat toutes les
techniques visant à affaiblir ou à déprécier le vote de certains individus, groupes ou régions
géographiques. En bref, dans le respect de ce principe, chaque vote doit avoir la même valeur
pour satisfaire le critère de régularité.

18
Art. 25 al. b.
19
Principe VI du projet de principes généraux relatifs à la liberté et à la non-discrimination en matière de droits
politiques.
SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
60
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

3. La périodicité et calendrier électoral


i. La périodicité
Pour assurer que l’autorité publique continue d’être l’expression de la volonté du
peuple, il est impératif que les élections aient lieu assez souvent20. Le respect de cette
exigence assure un ordre démocratique durable, comptable en permanence de ses actes devant
le peuple. Le respect du principe de périodicité implique que les élus du peuple aient un
mandat limité dans le temps. Au Cameroun pour le Président de la République, il est de 7 ans
renouvelable21 ; pour les sénateurs22, les députés23 et les conseillers régionaux24, il est de 5
ans. Cependant, il est possible qu’il y ait un report des élections. Dans ce cas, il est nécessaire
qu’il y ait une situation d’urgence publique. Même devant cette situation, il est impératif pour
aboutir à un report d’élections que la démocratie ne soit pas menacée et une certaine
compatibilité avec toutes les normes internationales relatives à cette dérogation. Dans ce sens
La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme apportent des éclaircissements et précise
que « dans l’exercice de ses droits et dans la jouissance de ses libertés, chacun n’est soumis
qu’aux limitations établies par la loi exclusivement en vue d’assurer la reconnaissance et le
respect des droits et libertés d’autrui et afin de satisfaire aux justes exigences de la morale,
de l’ordre public et du bien-être général dans une société démocratique »25. Bref,
l’interruption de la périodicité des élections constituera, dans toutes les circonstances sauf les
plus exceptionnelles, une violation des normes internationales et d’un droit fondamental des
citoyens.
ii. Le calendrier électoral
La périodicité des élections ne peut se faire sans un calendrier électoral. Il est donc
impératif que chaque fois que les élections sont planifiées, qu’on veille à ce que les dates
fixées dans le calendrier électoral pour chaque phase du processus laissent suffisamment de
temps pour que la campagne électorale et les activités d’information puissent être menées
efficacement, que les électeurs puissent s’informer et que les dispositions nécessaires puissent
être prises dans le domaine administratif, juridique, logistique et de la formation. Dans un
souci d’information, de transparence, de compréhension et de confiance de la population à
l’égard du processus électoral, le calendrier électoral doit être rendu public.

4. Les autres conditions


Elles renvoient au rôle joué par la police, les forces de l’ordre et les observateurs.

20
Cf. Art. 25 al. b. du Pacte International relatif aux droits Civils et Politiques.
21
Art. 6 al.2 de la Constitution du Cameroun.
22
Art. 20 al. 4 de la Constitution du Cameroun.
23
Art. 15 al. 1 de la Constitution du Cameroun.
24
Art. 57 al. 2 de la Constitution du Cameroun.
25
Art. 29 al.2 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.
SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
61
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

i. Le rôle des observateurs


Le recours à des observateurs est un moyen efficace de vérifier l’authenticité du
résultat des élections. Leur présence vise à diminuer les risques d’intimidation ou de fraude.
Ceux derniers, parce que neutres et objectifs peuvent inspirer un sentiment de confiance dans
l’électorat et accroître non seulement le désir des électeurs de participer au processus électoral
mais aussi leur aptitude à exprimer librement leur volonté politique dans l’isoloir sans crainte
de représailles. Dans ce sens, Le Cadre d’action future pour renforcer l’efficacité du principe
d’élections périodiques et honnêtes adopté par la commission des droits de l’Homme en 1989
prévoit que « les institutions nationales devraient garantir l’universalité et l’égalité du
suffrage ainsi que l’impartialité de l’administration »26, le pays hôte doit alors « inviter les
observateurs ou demander la fourniture de services consultatifs. Dans l’un ou l’autre cas, ou
dans les deux, il pourra s’adresser aux organisations régionales ou aux organisations des
Nations Unies »27.
Pour maximiser donc les avantages que peut apporter la présence d’observateurs, il
est impératif qu’ils soient légalement autorisés à circuler librement et à accéder à toutes les
manifestations électorales et être protégées contre tout préjudice et toute ingérence dans
l’exercice de leurs fonctions officielles. Il est également important que ceux derniers soient
nombreux pour que leur présence soit manifeste et admise par les électeurs.
ii. Le rôle de la police et des forces de sécurité
Elles jouent un rôle dual. D’abord, la bonne administration de la justice en période
électorale exige de concilier la nécessité d’assurer la sécurité électorale et le maintien de
l’ordre. Ensuite, elle exige de ne pas faire obstacle aux droits des citoyens et d’assurer un
climat exempt d’intimidation.
Relativement au maintien de l’ordre, le Code de conduite pour les responsables de
l’application des lois adopté par l’assemblée générale en 1979 en son article 1er exige à tous
les représentants de la loi le devoir de servir la collectivité. Cela implique que les forces de
sécurité et de l’ordre sont tenues de faire en sorte que tous les citoyens bénéficient d’élections
qui soient régulières sur le plan administratif et à l’abri de toues forces perturbatrices qui
cherchent à contrarier la libre expression de la volonté populaire.
En son article 2 le même Code dispose que « les responsables de l’application des
lois doivent respecter et protéger la dignité humaine et défendre et protéger les droits
fondamentaux de toute personne ». Ces différents droits englobent le droit de participer aux
élections mais aussi les autres droits de l’homme. Pour ne donc pas créer un climat
d’intimidation et de trouble susceptible de compromettre l’authenticité des résultats des
élections, les forces de polices et de sécurité doivent respecter les droits fondamentaux de
l’homme.
En ce qui concerne la protection des droits des citoyens, les responsables de
l’application des lois telle que l’exige l’article 7 du Code évoqué « doivent s’opposer

26
Voir section 3 du cadre d’action future.
27
Voir section 4 du cadre d’action future.
SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
62
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

vigoureusement à tous actes de corruption et les combattre ». Ils sont donc tenus d’empêcher
les tentatives de fraude électorale, d’usurpation d’état civil, de corruption, d’intimidation et de
tous autres actes susceptibles de compromettre l’authenticité du résultat des élections. Ceux
derniers eux-mêmes sont tenus de ne « commettre aucun acte de corruption ». En gros, le rôle
de la police en matière de sécurité des élections doit être subordonné à celui des
fonctionnaires électoraux dont la présence en nombre minimal est nécessaire pour assurer la
sécurité. Leur présence dans les lieux d’inscription électorale ou de vote doit être discrète,
professionnelle et disciplinée. Elle ne doit dans ce sens pas être placée de manière à gêner un
accès autorisé, intimider les électeurs ou les dissuader de prendre part aux élections.

L’EXAMEN DES ELEMENTS COMMUNS DES LOIS ET DES


PROCEDURES ELECTORALES

L’organisation des élections libres et honnêtes obéit à un certain nombre des règles
dont la violation entache ces dernières d’un caractère irrégulier. L’ensemble de ces normes et
règles est contenu soit dans les textes internationaux, dans la constitution de chaque État ou
dans les lois régissant les opérations électorales sur le plan interne. Parmi ces éléments, on a :
l’administration des élections, le découpage des circonscriptions électorales, l’inscription des
électeurs, la nomination, partis et candidats, le vote, dépouillement et communication des
résultats, plaintes, demandes d’invalidation et recours, le respect des droits fondamentaux de
l’homme, les infractions, sanctions et maintien de l’ordre, l’accès aux médias et
réglementation des médias, l’information et l’éducation des électeurs, l’observation et
vérification.
1. L’administration des élections
Elle doit être assurée par une structure administrative efficace, indépendante,
impartiale et objective. La rémunération, la qualification et la nomination du personnel de
cette structure doit faire l’objet d’une très grande attention. Ce personnel doit être à l’abri des
partis pris et des pressions politiques. Chaque État étant libre d’opter pour la structure qu’il
trouve mieux, le lus important reste que la structure choisie présente des garanties juridiques
susceptibles de préserver l’administration électorale des partis pris et de la corruption. Dans
ce sens, il est nécessaire que tous les agents électoraux reçoivent à l’avance une formation
adéquate afin que toutes les activités électorales soient menées en toute transparence.
Au Cameroun, la structure en charge des élections est « Elections Cameroun »
(ELECAM)28. Chargé de l’organisation, de la gestion et de la supervision du processus
électoral et référendaire29, Elections Cameroun est doté d’une personnalité juridique et jouit
d’une autonomie de gestion30 ; pour l’exécution de ses missions, il est doté d’un conseil
électoral (CE), d’une direction générale des élections31(DGE) placés sous l’autorité du

28
Art. 4 al.1 du Code électoral.
29
Art. 7 al.1 du Code électoral.
30
Art. 4 al.3 du Code électoral.
31
Art. 8 du Code électoral.
SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
63
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

conseil électoral qui veille à son bon fonctionnement32. Chargé de veiller au respect de la loi
électorale par tous les intervenants de manière à assurer la régularité, l’impartialité,
l’objectivité, la transparence et la sincérité des scrutins, le conseil électoral est composé de 18
membres (leur mandat est de 4 ans renouvelable), dont un Président et un Vice-président,
(nommés par décret du Président de la République après consultation des partis politiques
représentés à l’Assemblée Nationale et de la société civile), choisis parmi des personnalités de
nationalité camerounaise, reconnues pour leur compétence, leur intégrité morale, leur
honnêteté intellectuelle, leur sens patriotique et leur esprit de neutralité et d’impartialité33. Le
fait que le président et le vice-président du conseil soient élus par décret du Président de la
République, annihile toute tentative de transparence d’Elections Cameroun. Il serait
contradictoire de penser que ce directoire nommé par le Président de la République puisse
prendre des décisions qui ne défendent pas les intérêts de celui qui les a nommés. Pour un
conseil électoral transparent, neutre, impartial et objectif, il est préconisé que ses membres
viennent des différents partis politiques présents au parlement et que le choix du président et
du vice-président se fasse par les membres eux-mêmes à l’issu d’un vote.
Quant à la direction générale des élections, elle est placée sous l’autorité d’un
directeur général, assisté éventuellement d’un directeur général adjoint. Son rôle se résume à
la préparation et l’organisation matérielle des opérations électorales et référendaire, sous
l’autorité du Conseil Electoral34. Le directeur général et son adjoint sont également désignés
par décret du Président de la République pour un mandat de 5 ans renouvelable après
consultation du Conseil Electoral35. A notre avis, cela semble une aberration lorsqu’on veut
une structure des élections impartiale, neutre et honnête. Il serait mieux que les membres du
directeur soient choisis parmi les partis politiques présents et majoritaires au parlement dont,
le premier désignera le directeur général et le deuxième le directeur général adjoint. Le
Directeur Général des élections assure aussi l’administration d’Elections Cameroun sous
l’autorité du Conseil Electoral. Il représente ELECAM dans le cadre de ses attributions et peut
ester en justice, il a compétence pour recruter le personnel pour le compte d’ELECAM.
Dans le cadre de la mise en œuvre de ses missions, Elections Cameroun dispose de
démembrements territoriaux aux niveau régional, départemental et communal dont les règles
de fonctionnement restent déterminées par le Conseil Electoral (sur proposition du Directeur
Général des Elections) et dont les responsables sont nommés au niveau régional par le Conseil
Electoral (sur proposition du Directeur Général des Elections), au niveau départemental et
communal par le Directeur Général des Elections (après approbation du Conseil Electoral)36.
Sur le plan financier, Elections Cameroun dispose d’un budget annuel et d’un budget
des élections programmées dans l’année dont le Directeur Général des élections est
l’ordonnateur. Ses ressources sont des deniers publics, gérés conformément aux règles de la
comptabilité publique37 et dont le contrôle permanent est fait par un commissaire aux comptes

32
Art. 9 du Code électoral.
33
Cf. article 12 du Code électoral.
34
Art. 23 du Code électoral.
35
Cf. article 24 du Code électoral.
36
Cf. article 30 du Code électoral.
37
Art. 31.
SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
64
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

nommé par le ministre chargé des finances pour un mandat de trois (3) ans, renouvelable une
fois et le contrôle annuel fait par un auditeur financier des services compétent de l’État chaque
fin d’année38.
2. Découpage des circonscriptions électorales
Son rôle est de garantir l’égalité d’accès dans chaque circonscription. Le découpage
des circonscriptions électorales doit se faire conformément au principe de l’égalité du
suffrage. Dans ce sens, tout découpage qui vise à affaiblir ou à déprécier les votes de tel ou tel
groupe ou région est proscrit. Ainsi pour un découpage efficace, certains critères doivent être
pris en compte : on fait référence à la répartition géographique, topographique, aux données
des recensements disponibles et à l’intégrité territoriale. D’après le Code Electoral, il revient
au Directeur Général d’ELECAM de fixer pour chaque commune, la liste des bureaux de
vote. Chaque bureau de vote doit comprendre 500 électeurs au plus et doit se situer dans un
lieu public ou ouvert au public39. Chacun des démembrements communaux d’ELECAM après
réception de la liste des bureaux de vote doit procéder à l’affiche au moins 8 jours avant la
date du scrutin40.
3. Les inscriptions des électeurs
C’est le préalable indéniable que doit effectuer tout individu qui souhaite prendre
part à la gestion des affaires publiques par le biais de son vote. Elles doivent se dérouler avant
le vote des électeurs. Les inscriptions des électeurs avant le vote visent à empêcher les votes
doubles et celui de personnes ne remplissant pas les conditions requises pour voter. Dans ce
sens, les procédures d’inscription doivent permettre une grande participation de personnes
remplissant les conditions requises. Elles doivent alors être débarrassées de toute pratique
inutile susceptible d’empêcher ou de représenter une discrimination non autorisée visant à
anéantir la participation maximale des électeurs. Le calendrier électoral doit prévoir la durée
des inscriptions. La clôture des listes doit intervenir le plus tard possible afin de faciliter au
maximum l’inscription des électeurs. Au Cameroun, l’inscription sur les listes électorales est
un droit41 et nul ne peut être inscrit sur plus d’une liste électorale ou plusieurs fois sur la
même liste. Dans le cas ou cela arriverait, il ne peut subsister qu’une seule inscription, la
radiation des autres inscriptions ayant lieu d’office. Bien plus, lorsqu’un électeur a été inscrit
sur plusieurs listes, c’est la dernière inscription en date qui est prise en compte sauf option
contraire de l’électeur42.
Les listes électorales sont permanentes et doivent faire l’objet d’une révision
annuelle sur l’ensemble du territoire national. Cette révision annuelle débute chaque 1er
janvier et s’achève chaque 31 août de chaque année43. La révision des listes électorales visent
à ajouter à la liste des personnes qui remplissent les conditions exigées par la loi, celles qui
ont été précédemment omises. Elles visent aussi à retrancher de la liste des personnes

38
Art. 39.
39
Art. 96 du Code électoral.
40
Art.97.
41
Art. 71 du Code électoral.
42
Art. 73 du Code électoral.
43
Art. 74.
SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
65
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

décédées, celles radiées par l’autorité judiciaire compétente, celles qui ne remplissent plus les
conditions exigées par la loi et enfin celle qui ont été indûment inscrites44. A l’issue des
opérations de révision, et au vu des documents et données communiqués par les
démembrements régionaux d’ELECAM, le Directeur Général des Elections établit et rend
publique la liste électorale nationale au plus tard le 30 décembre45.
Il est aussi admis des inscriptions sur les listes électorales en dehors des périodes de
révision. Cette dernière concerne une catégorie de personnes dont les fonctionnaires et agents
des administrations publiques mutés ou admis à faire valoir leurs droits à la retraite après la
clôture des délais d’inscription, ainsi que les membres de leurs familles domiciliés avec eux à
la date de la mutation ou de la mise à la retraite ; les militaires démobilisés après la clôture des
délais d’inscription. De même, les agents du secteur privé mutés ou admis à faire valoir leurs
droits à la retraite sont concernés46.
A l’issue des inscriptions, les électeurs doivent recevoir une carte électorale
biométrique qui porte ses noms, prénoms, date et lieu de naissance, filiation, photo,
empreintes digitales, profession, domicile ou résidence. La distribution de ces cartes
électorales permanentes doit avoir lieu dans les 40 jours qui précèdent la tenue du scrutin. Les
cartes non retirées par leurs titulaires sont déposées aux bureaux d vote où ceux-ci sont
inscrits. Elles y restent à la disposition des intéressés jusqu’à la clôture du scrutin 47.cette
pratique nous semble inappropriée. Il est possible que d’autres personnes puissent se présenter
aux bureaux de vote et utiliser les cartes électorales disponibles pour voter en lieu et places
des propriétaires véritables et ceci avec l’aide frauduleuse des gestionnaires de bureau de
vote. C’est l’occasion de voir cette technique comme un moyen de fraude. A notre avis, le non
retrait de sa carte dans les délais doit être sanctionné par la non-participation au scrutin du
réfracteur et cela enlèverait l’idée selon laquelle, les pouvoirs publics supplient les citoyens à
prendre part au scrutin.
Les cartes non retirées sont comptées par la commission, mises sous pli, cachetées et
apportées au démembrement communal d’Elections Cameroun avec procès-verbal des
opérations qui en mentionne le nombre.
Les inscriptions des électeurs ne peuvent se dérouler normalement que si les
électeurs sont mieux informés. De ce fait, il est nécessaire de prévoir le financement et
l’administration de campagnes d’éducation et d’information objectives et impartiales à
l’intention des électeurs. Cette éducation, qui reste importante pour les populations qui ont
peu ou qui n’ont pas l’expérience d’élections démocratiques, vise à informer les électeurs du
lieu, de la date des élections, de la manière de voter et du pourquoi il est important de voter.
L’éducation des électeurs et leur information doivent se faire par le biais d’une
documentation diffusée et publiée dans les différentes langues nationales afin d’assurer la
participation effectives de tous les électeurs. L’usage du multimédia est d’ailleurs

44
Art. 76 al. 2 du Code électoral.
45
Cf. art. 80.
46
Cf. art. 82.
47
Art. 85 al. 2 du Code électoral
SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
66
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

incontournable pour les électeurs à fort niveau d’éducation. Cela doit se faire sur l’ensemble
du territoire du pays, y compris dans les régions rurales et isolées.
4. Accès aux médias et réglementation des médias
La participation effective des électeurs au vote de leurs représentants ne peut
réellement être assurée que si ses derniers sont mieux informés des différents projets de
sociétés proposés. De ce fait, l’accès équitable des candidats et les partis politiques aux
médias constituent un point important de la loi électorale. L’accès équitable proscrit la
censure politique, l’octroi au gouvernement d’un avantage injuste et l’inégalité d’accès aux
médias pendant la campagne électorale.
L’accès équitable aux médias implique une égalité au niveau du temps et de l’espace
attribué, mais aussi que l’on prête attention aux horaires de diffusion ainsi qu’à
l’emplacement choisi dans les journaux. Il suppose également une responsabilité de toutes les
personnes et de tous les partis qui diffusent des messages ou communications au moyen des
médias. Il est donc important que l’État institue pour une diffusion équitable et responsable en
période électorale, un organe indépendant chargé de surveiller les émissions politiques, la
diffusion des programmes d’éducation civique et l’attribution de temps d’antenne aux
différents partis politiques ainsi que de recevoir les plaintes concernant l’accès aux médias,
l’équité et la responsabilité, et d’y donner suite.
Au Cameroun, l’accès aux medias des candidats et des partis politiques est aménagé
par le gouvernement. Le temps d’antenne et le lieu sont établis en fonction du nombre de
parlementaire que détient chaque parti politique à l’assemblée nationale. Cela nous paraît
illogique si tant est que l’accès aux médias permet l’information des électeurs et la mise à leur
disposition des projets de société de chaque candidat. Le fait de permettre à certains partis
d’avoir plus de temps d’antenne que d’autres est à notre avis une limitation grave non
seulement du droit d’information des électeurs mais aussi de la liberté d’expression des
candidats.
5. Nominations, partis et candidats
Les partis politiques ne doivent pas se heurter à des restrictions déraisonnables
s’agissant de leur participation aux élections ou de leur campagne électorale. La loi doit alors
établir clairement les procédures relatives à la désignation des représentants des partis
politiques, le moment, le lieu de nominations et le financement de la campagne électorale.
Elle doit permettre à ceux derniers à travers un calendrier électoral clair de bénéficier
suffisamment de temps pour la conduite de la campagne électorale et des activités
d’information. Le Code électoral camerounais prévoit ainsi que la campagne électorale est
ouverte à partir du quinzième jour précédant le scrutin. Elle prend fin à la veille du scrutin à
minuit48. Chaque candidat à l’élection est tenu de faire une déclaration de candidature revêtue
de leur signature légalisée49. Il peut être soit investi par un parti politique, soit indépendant50.

48
Art.87 Code électoral.
49
Art. 120, 164 al.1, 181 al.1,
50
Lorsqu’il s’agit de l’élection du président de la République, cf. article 121 du Code électoral.
SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
67
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

Il est proscrit à l’État ou au gouvernement d’apporter son appui ou de faire bénéficier


d’un avantage injuste les candidats aux élections. Tous les candidats doivent remplir les
conditions exigées, toute discrimination à l’égard des femmes ou de tel ou tel groupe racial ou
ethnique est interdite et les rejets de candidature doivent pouvoir faire l’objet d’un réexamen
indépendant. Dans ce sens, relativement à l’élection du Président de la République, le Code
électoral prévoit que les contestations ou les réclamations sont faites sur simple requête
adressée au conseil constitutionnel51 qui est tenu de statuer dans un délai maximum de 10
jours suivant le dépôt de la requête52. Lorsqu’il s’agit des élections des conseillers municipaux
et régionaux, toute décision d’acceptation ou de rejet d’une candidature ou d’une liste de
candidats peut être attaquée par requête portée devant la juridiction administrative compétente
dans un délai maximum de 5 jours suivant la notification de la décision de rejet ou
d’acceptation53. Ladite juridiction est tenue de statuer dans un délai de 7 jours suivant le dépôt
de la requête lorsqu’il s’agit des conseillers régionaux54 et de 5 jours s’il s’agit des conseillers
municipaux55.
6. Vote, dépouillement et communication des résultats
Une élection libre, régulière et honnête exige un certain nombre de conditions parmi
lesquelles la forme des bulletins de vote, la conception des urnes et des isoloirs, le mode de
scrutin. Le respect de ces exigences concoure favorablement à empêcher les pratiques
frauduleuses et à assurer le respect du secret du scrutin.
Relativement aux bulletins de vote, ils doivent être rédigés avec une clarté absolue et
doivent être identiques dans toutes les langues. Leur forme56 doit tenir compte de la diversité
des niveaux d’instruction dans le pays. Les électeurs ayant des besoins particuliers 57 doivent
soigneusement être pris en considération58 et la loi électorale doit prévoir des dispositions
relatives au vote par procuration59.
Quant au vote, le bureau de vote doit se situer dans un lieu public ou ouvert au
public. Il doit comprendre cinq cent électeurs au plus et disposer en quantité suffisante du
matériel de vote ; les délégués y affectés doivent au préalable bénéficier d’une formation
adéquate pour l’admission et l’identification des électeurs habilités à prendre part au vote. Ils
ne doivent aucunement intimider les électeurs par des questions embarrassantes, l’abus de
pouvoir et la discrimination.
Dans chaque bureau de vote, les bulletins de vote de chaque candidat ou liste de
candidats, ainsi que les enveloppes ; doivent être en nombre supérieur à celui des électeurs

51
Art. 130.
52
Art. 131.
53
Articles 189 et 259 du Code électoral.
54
Art. 259 du Code électoral.
55
Art. 190 al.1 du Code électoral.
56
Au Cameroun, le format des bulletins est fixée par décision du Directeur Général des Elections, après avis du
Conseil Electoral (article 88 al.2 du Code Electoral)
57
On fait allusion ici aux handicapés, aux personnes âgées, le personnel consulaire et diplomatique, les détenus
ayant conservé leur droit de vote, les travailleurs émigrés qui sont hors du pays.
58
Cf. article 105 du Code Electoral.
59
L’on déplore que le Code Electoral camerounais n’ait prévu aucune disposition y relative.
SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
68
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

inscrits. Tout électeur régulièrement inscrit sur une liste électorale a le droit de prendre part au
vote. Ce droit peut être suspendu si l’électeur est frappé d’une condamnation pénale ou fait
l’objet d’une détention préventive ou d’une garde à vue administrative ou judiciaire. Le
scrutin est donc secret. Le vote a lieu sous enveloppes réglementaires uniformes et opaques.
A l’entrée du bureau de vote, l’électeur doit présenter sa carte électorale. Il doit en
outre s’identifier par la présentation de la carte nationale60. Après s’être identifier, l’électeur
prend lui-même une enveloppe et chacun des bulletins de vote mis à sa disposition, rentre
obligatoirement dans l’isoloir et y opère son choix, ressort de l’isoloir il introduit l’enveloppe
dans l’urne. Son vote est constaté par sa signature et par l’apposition d’une empreinte digitale
à l’encre indélébile sur la liste d’émargement61. Cette constatation nous paraît légère et
promotrice de la fraude. Pour qu’elle soit complète, il est impératif que l’électeur y inscrive
aussi le numéro de sa carte nationale d’identité pour éviter les cas réguliers des personnes qui
votent avec les cartes électorales des autres disponibles au bureau de vote.
En ce qui concerne le dépouillement des votes, il est effectué par les membres de la
commission locale de vote assistés par les scrutateurs désignés lesquels sont tenus de
consigner au procès-verbal de chaque commission locale de vote62. Tous les partis politiques
concernés par le vote doivent officiellement y assister à titre d’observateurs. Le Code
Electoral permet aussi en dehors de la présence du responsable du démembrement communal
d’Elections Cameroon ou de son représentant et des membres de la commission locale de
vote63, la présence des électeurs qui en manifestent le désir dans la mesure où la salle peut les
contenir sans gêne pour le déroulement des opérations64.
Les procédures concernant le compte des voix, la vérification, la communication des
résultats et la conservation des documents officiels doivent être biens aménagées. Et en cas de
contestation des résultats, des mesures doivent être prévues pour un nouveau décompte.
Immédiatement après le décompte, les résultats acquis dans chaque bureau de vote doivent
être rendus public65 et consignés au procès-verbal lequel doit être rédigé en autant
d’exemplaires qu’il y a de membres qui sont tenus de signer66. A chacun d’eux est remis un
exemplaire du procès-verbal dont l’original est transmis par le président de la commission
locale de vote au responsable du démembrement communal d’Elections Cameroon. C’est cet
original qui fait foi67. Lorsqu’il s’agit de l’élection présidentielle, il revient au conseil
constitutionnel d’arrêter et de proclamer les résultats dans un délai maximum de 15 jours à
compter de la date de clôture du scrutin68. Ce délai passe à 20 jours maximum en cas des
élections législatives69. Pour les élections municipales, c’est la Commission communale de
supervision qui proclame les résultats des élections municipales au niveau de la

60
Art.103.
61
Art.106.
62
Art. 111 du Code Electoral
63
Art. 110 al.3.
64
Cf. article 109.
65
Cf. article 113.
66
Cf. Article 115 du Code Electoral.
67
Art.115 al.3.
68
Art.137.
69
Art.168.
SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
69
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

circonscription électorale concernée, dans un délai maximum de 72 heures à compter de la


clôture du scrutin70.
En cas de référendum, l’article 212 du Code Electoral donne compétence au Conseil
Constitutionnel de proclamer les résultats dans un délai de 15 jours à compter de la date de
clôture du scrutin. Quant à l’élection des conseillers régionaux, il est créé au niveau de chaque
région une commission régionale de supervision qui a compétence de centraliser, de recenser
des votes, de vérifier des opérations de décompte des suffrages et de proclamer les résultats
des élections des conseillers régionaux au niveau de la circonscription électorale concernée et
ceci dans un délai maximal de 72 heures à compter de la clôture du scrutin71.
7. Observation et vérification
Il est impératif que toute législation relative à une élection prévoie des procédures
pour l’observation et la vérification de la préparation des élections, du vote et du compte des
voix par les représentants des partis politiques et les candidats. A ces derniers, il est également
impératif d’associer des observateurs impartiaux appartenant à des organisations non
gouvernementales nationales et à des organisations internationales afin d’assurer la confiance
de la population et la crédibilité des résultats des urnes.
Afin de mieux remplir leurs fonctions, les observateurs accrédités doivent bénéficier
de la liberté de circulation et d’accès et être protégés contre tout préjudice et toute ingérence
dans leurs fonctions officielles. Ils doivent donc être assez nombreux pour assurer leur
présence dans un nombre suffisant de lieux de vote. Ils doivent aussi recevoir une formation
appropriée et être au fait de la culture locale. Au Cameroun, le Code Electoral prévoit à son
article 296 qu’Elections Cameroon peut dans la cadre de la supervision du processus électoral
et référendaire, collaborer avec les observateurs nationaux et internationaux accrédités.
Relativement aux observateurs, ceux nationaux sont accrédités par le ministre chargé de
l’administration territoriale et ceux des Nations Unies et d’autres organisations internationales
le sont par le biais du ministre chargé de l’administration territoriale après avis du ministre
chargé des relations extérieures ; c’est également au MINADT que revient de concert avec
Elections Cameroon d’établir le code de conduite des observateurs accrédités.
En ce qui concerne les partis politiques, pour éviter les fraudes, il est impératif à ces
derniers d’être représentés par un observateur au moins dans chaque bureau de vote sur
l’étendue du territoire national.
8. Plaintes, demandes d’invalidation et recours
Il est impératif que les législations nationales prévoient les possibilités de contester le
résultat des élections et de demander réparation pour les parties lésées. Toute personne se
plaignant d’un refus de voir reconnaître son droit de vote ou d’autres droits politiques doit
pouvoir former un recours devant une autorité indépendante et obtenir réparation. Dans ce
cas, la loi doit bien déterminer le champ d’application des recours, les pouvoirs de l’organe

70
Art.193 du Code Electoral.
71
Art. 265.
SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
70
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

judiciaire indépendant compétent, la marche à suivre pour entamer une procédure de recours
et le cas échéant, les divers niveaux de recours possibles.
Au Cameroun, il existe plusieurs organes judiciaires en la matière. Relativement à
l’élection du Président de la République, des députés, des sénateurs et des opérations
référendaires, il revient tel que le précisent les articles 132 et suivants, 168 et suivants, 209 et
suivants, 239 et suivants du Code Electoral, au Conseil Constitutionnel de statuer sur toute
requête en annulation totale ou partielle des opérations électorales et référendaires. De prime à
bord, nous contestons le caractère indépendant de cet organe dans la mesure où tous ses
membres sont nommés par le Président de la République également candidat à l’élection.
Bien plus, il est attribué à cet organe des pouvoirs incongrus comme celui de statuer en
premier et dernier ressort et celui de pouvoir rejeter sans instruction contradictoire préalable,
par décision motivée, les requêtes irrecevables ou ne contenant que des griefs ne pouvant
avoir aucune incidence sur les résultats de l’élection. Dans ce cas, le Conseil ne serait-il pas
juge et partie dans la mesure où sans entendre les prétentions du requérant il viole l’article 10
de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme en décidant lui-même d’empêcher un
justiciable de se faire entendre ?
Lorsqu’il s’agit des opérations référendaires, l’article 210 du Code Electoral
détermine sans motivation les personnes aptes à saisir l’organe judiciaire. Il s’agit du
Président de la République, du Président de l’Assemblée Nationale ou du Président du Sénat,
un tiers des députés ou un tiers des sénateurs. Bien d’autres exagérations sont à relever
comme celle de l’article 136 u Code Electoral où il est précisé que les décisions du Conseil
Constitutionnel ne sont susceptibles d’aucun recours.
En ce qui concerne les élections des conseillers régionaux et municipaux, les articles
194 et suivants, 267 et suivants du Code Electoral attribuent la compétence en cas de
contestation à la juridiction administrative : « tout électeur, tout candidat ou toute personne…
peut réclamer l’annulation des opérations électorales de la commune concernée, devant la
juridiction administrative compétente ». C’est dans les mêmes termes que l’article 267 prévoit
la contestation relative à l’élection des conseillers régionaux.
Somme toute, il est important de savoir qu’en matière de contestation du processus
électoral, il existe des juridictions diverses donc la compétence tient compte de la nature de
l’élection en cause.

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
71
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

LES REUNIONS ET MANIFESTATIONS PUBLIQUES

L’EXAMEN DU CADRE LEGAL

I. LES AUTORISATIONS A MANIFESTER

Les éléments nécessaires pour une demande à manifestation publique

Les voies de recours en cas de rejet

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
72
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

CONCLUSION

Au terme de cette formation, tout citoyen doit savoir que prendre part à la gestion des
affaires publiques par le biais du vote est un droit fondamental qui bénéficie des garanties
diverses relatives à son exercice et sa protection. Nul ne devrait donc pas être intimidé ni
sanctionné parce qu’il a fait usage de ce dernier. Voter est un droit tout comme s’inscrire sur
une liste électorale l’est aussi.
Le présent guide donne une idée des éléments fondamentaux qui caractérisent des
élections démocratiques modernes et de la complexité de leur conduite. Tel qu’analysé, le
Cameroun n’apparaît véritablement pas bien placé pour que l’on puisse parler d’une loi
électorale véritable. Tout est conçu de sorte que le pouvoir en place bénéficie de tous las
avantages ce qui obstrue le caractère libre, démocratique et honnête des élections. Il est donc
temps de s’approprier des connaissances nécessaires pour savoir contrer et faire face aux
différentes irrégularités donc fait montre notre loi électorale ainsi qu’aux différentes forces
qui gagnent à ce qu’elle ne change pas.

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
73
ACADEMIE DE LA RENAISSANCE

« MRC, le souffle de l’espoir.


MRC, Changeons d’avenir dans la paix »

LE GUIDE DE L’ELECTEUR

Mars 2017
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

Pourquoi le guide de l’électeur ?


Parce que depuis la promulgation du code électoral par le Chef de l’Etat, en mars 2012, les
camerounais ne le maitrisent vraiment pas. Très peu de camerounais ont même vu sa couleur.
On l’a remarqué dans le cafouillage. Or ce code octroie des pouvoirs extraordinaires à
l’électeur s’il le maitrise parfaitement. Par exemple les gens pensent souvent que pour
demander l’annulation d’une élection, il faut avant tout être président de parti. C’est faux, tout
électeur peut le faire. Il y a dans les villages les gendarmes qui entrent voter en sortant des
armes. Un électeur peut interdire à une telle personne de voter si le président du bureau de
vote ne le fait pas. Dans certains coins, on chasse les électeurs juste après la clôture du bureau
de vote pour qu’il n’assiste pas au dépouillement jusqu’à la fin. Comment déclare-t-on un
candidat élu ? il faut qu’il le sache. Il y a le débat sur le vote sans la carte électorale. Le code
est clair : c’est avec la carte d’électeur et une pièce d’identité. Sans les deux documents, on ne
peut voter. Sauf si la commission « peut » … pour des élections dans les règles et dans la
paix, pour minimiser les chauds contentieux d’après élections, le guide de l’électeur version
interactive du Code électoral (volet électeur), est incontournable. Pour bien voter et protéger
son vote.

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
75
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

1. VOCABULAIRE DES ELECTIONS

Affiche (électorale) : affiche visant à favoriser l’élection de la personne ou du groupe qu’elle


promeut.
Biométrie : parlant des élections, il s’agit du système d’identification des électeurs en
fonction de caractéristiques biologiques telles que les empreintes, les traits du visage, etc.
Bulletin (de vote) : généralement morceau de papier utilisé pour enregistrer les choix des
votants, et sur lequel est inscrit le logo et le nom du candidat.
Bureau (de vote) : salle où l’on procède au vote.
Campagne (électorale) : période précédant une élection, durant laquelle les candidats et leurs
partis « font campagne », c’est-à dire font leur promotion dans le but de récolter le plus grand
nombre de voix possible.
Candidat : personne physique qui se présente à une élection pour être élue.
Capacité (électorale) : qualification pour être électeur ou candidat à une élection.
Carte (électorale) : carte utilisée dans le cadre d’un vote.
Certificat (de non inscription) : attestation délivrée par un représentant de l’organe gérant
les élections prouvant que vous n’êtes pas inscrit sur les listes.
Circonscription (électorale) : division du territoire servant de cadre au déroulement des
opérations électorales. La commune est la circonscription pour les élections municipales.
Code (électoral) : ensemble de textes régissant les élections et précisant comment les
opérations de vote doivent se dérouler, que ce soit pour l’annonce ou pour l’affichage lié aux
élections. Il comporte aussi la manière dont le bureau de vote doit être géré (personnes
présentes par exemple) ainsi que la manière dont les votants expriment leur vote.
Collège (électoral) : groupe de personnes restreint ayant les mêmes qualités et participant à
une élection.
Commission (électorale) : organe mis sur pied de manière ponctuelle pour s’occuper de
taches précises durant les élections.
Commission (électorale mixte) : commission composée de membres représentants plusieurs
entités indépendantes (administratives, partis politiques, candidats, tec)
Commission (nationale de recensement des votes) : commission chargée de faire le
décompte final des votes enregistrés par les différents partis en lice.
Commission (locale de vote) : Commission établie ou niveau de la commune.
Commission (de supervision) : Commission placée au-dessus des commissions locales et
chargée de coordonner leurs opérations.

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
76
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

Commune : division administrative, d'un territoire clairement défini, qui correspond


généralement à une partie d'une ville entière, ou à un bourg avec ses villages et hameaux, etc.
Conseil (constitutionnel) : juridiction chargée de s'assurer que la Constitution du pays soit
respectée dans tous les aspects des élections.
Conseil (électoral) : organe de gestion des élections au Cameroun qui est chargé de veiller au
respect de la loi électorale par tous les intervenants de manière à assurer la régularité,
l’impartialité, l'objectivité, la transparence et la sincérité des scrutins.
Conseil (municipal) : organe élu, chargé de régler par ses délibérations les affaires de la
commune ou de la collectivité territoriale décentralisée.
Conseiller (municipal) : membre du Conseil municipal.
Contentieux (électoral) : tout malentendu né des élections (contestation des opérations, des
résultats, réclamations diverses, etc.).
Corps (électoral) : ensemble des électeurs pouvant participer à une élection et disposant du
droit de vote pour cette élection.
Décompte (des suffrages) : comptage physique des voix obtenues par les diverses parties
Défaillant (membre) : se dit du membre d'une commission qui ne s'est pas présenté pour les
travaux.
Démembrement (territorial) : représentation locale d’une administration centrale
Dépouillement : décompte des voix.
Élection : le processus, l'action et le résultat du fait de designer (c’est-a-dire choisir) une
personne, un groupe, un parti ou une option par le biais d'un vote.
Eligibilité : aptitude, capacité à être élu, pour un candidat réunissant toutes les conditions
exigées à une élection.
Fichier (électoral) : document comportent l'ensemble des électeurs ainsi que tous leurs
attributs
Inéligibilité : désigne l'incapacité à briguer un mandat électoral parce que ne réunissant pas
toutes les conditions exigées.
Isoloir : dispositif physique placé dans un bureau de vote chargé de dissimuler le choix de
ceux qui participent un vote secret. Instauré en Australie en 1857, ce dispositif est
généralement une cabine fermée par un rideau aujourd'hui.
Mandat : période de fonction pour un élu
Mandataire : personne désignée par un plénipotentiaire pour défendre ses intérêts en son
absence

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
77
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

Observateur : Personne neutre ou organisme chargé de vérifier la régularité du déroulement


de l'élection.
Proportionnelle (représentation) : système de vote selon lequel les électeurs votent, puis les
sièges sont attribués aux différents partis proportionnellement au nombre de voix qu'ils ont
obtenu. Les candidats élus sont pris dans chacune des listes dans leur ordre d'apparition.
Procès-verbal : document dans lequel est consigne fidèlement le déroulement de toutes les
opérations de vote, et qui fait lors de la proclamation des résultats.
Recensement (des votes) : comptages finals des suffrages exprimés.
Référendum : procédure par laquelle l'ensemble des citoyens d'un territoire donné est appelé
à exprimer une position sur une proposition qui leur est faite, concernant une mesure qu'une
autre autorité a pris ou envisage de prendre.
Refonte (des listes) : réinitialisation des inscriptions sur les listes électorales, sans tenir de
compte des anciennes listes existantes élus.
Révision (des listes) : nettoyage et mise leur jour des listes électorales existantes.
Secret (vote) : vote individuel qui se déroule sans qu'un électeur ne sache ce que l'autre a
choisi.
Scrutateur : toute personne qui participe à des opérations de vote à quelque niveau que ce
soit dans un bureau de vote.
Scrutin : ensemble des opérations entrant dans le cadre du vote lors d’une élection
Scrutin (uninominal) : élection au cours de laquelle les candidats se présentent
individuellement devant les électeurs.
Siège : place mise en compétition dans une élection électorale municipale législative ou
sénatoriale.
Suffrage : vote par lequel on exprime ses opinions en matière d’élection.
Suffrage (direct) : vote par lequel l'électeur désigne l’élu sans l’intervention d’aucun
intermédiaire.
Suffrage (indirect) : mode de vote à deux ou plusieurs niveaux, les électeurs élisant ceux qui
éliront eux-mêmes leur(s) représentant(s).
Suppléant : qui ne peut siéger que si le titulaire est empêché.
Titulaire : personne élue pour occuper elle-même un poste ou un siège.
Tour : séquence dans une élection. On parle d'une élection ou d'un tour de scrutin ou de deux
tours.
Urne : récipient utilisé lors des élections pour recevoir des bulletins de vote secrets
Vote : méthode permettant à un groupe une prise de décision commune dans un délai donné.
SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
78
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

2. 2. QUI EST ELECTEUR ?

1. Qui peut voter au Cameroun ?


Est électeur, toute personne de nationalité camerounaise, sans distinction de sexe, âgée de
vingt (20) ans révolus, inscrite sur une liste électorale et ne se trouvant dans aucun cas
d'incapacité prévue par la loi.
2. Quels sont ces cas d’incapacité électorale ?
a) Les personnes condamnées crime, même par défaut ;
b) Les personnes condamnées pour une peine privative de liberté sans sursis supérieur à
trois (03) mois ;
c) Les personnes condamnées à une peine privative de liberté assortie de sursis simple ou
avec probation supérieure à six (06) mois
d) Les personnes qui font l'objet d'un mandat d'arrêt
e) Les faillis non réhabilités dont la faillite a été déclarée soit par les tribunaux
camerounais, par un jugement rendu à l'étranger et exécutoire au Cameroun
f) Les aliénés mentaux.
Par ailleurs, ne peuvent être inscrites sur les listes électorales pendant un délai de dix ans, sauf
réhabilitation ou amnistie, les personnes condamnées pour atteinte de la sécurité de l'État. Le
délai de dix ans (10) prévu à l’alinéa 1 ci-dessus court du jour de la libération, pour les
condamnés à une peine privative de liberté au jour du paiement de l'amende, le cas échéant
3. Je réside à Paris, puis-je y voter ?
Pour l'instant, les citoyens camerounais établis ou résidant à l'étranger exercent leur droit de
vote par la participation à l’élection du président de la République et au référendum.
4. Parlant maintenant du scrutin, dans quel endroit se déroule-t-il ?
Le scrutin se déroule dans un bureau de vote. Le Directeur Général des Élections fixe pour
chaque commune, la liste des bureaux de vote. La liste indique le ressort de chaque bureau de
vote.

3. 3. LE BUREAU DE VOTE

5. Combien d’électeurs peuvent se trouver dans un bureau de vote ?


Chaque bureau de vote comprend cinq cent (500) électeurs au plus.
6. Une maison privée peut-elle servir de bureau de vote ?

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
79
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

Non. Tout bureau de vote doit se situer dans un lieu public ou ouvert au public.
7. La liste des bureaux de vote est-elle connue longtemps à l’avance pour éviter
les cafouillages ?
La liste des bureaux de vote est transmise aux démembrements communaux d’Elections
Cameroon pour affichage au moins (08) jours avant la date du scrutin.
8. Les listes électorales se trouvent-elles dans les bureaux de vote ?
Chaque bureau de vote dispose des listes des électeurs devant prendre part au vote. Une de ces
listes est destinée aux émargements par les électeurs. Une liste est affichée devant le bureau
de vote.
9. Quel matériel trouve-t-on dans un bureau de vote ?
02 urnes dont une pour chaque scrutin, un ou deux isoloirs, des scellés, deux poubelles (sac à
rebut), un encrier contenant de l'encre indélébile, un encreur, un dateur des stylos à bille, une
calculatrice, une lampe, une copie de la décision d’Elections Cameroon organisant les
bureaux de vote, un exemplaire du guide des présidents et des membres des commissions de
vote, des bulletins de vote de chaque parti politique en concurrence selon le scrutin, des
procès-verbaux de dépouillement, des feuilles de pointage, des enveloppes additionnelles, des
fournitures de bureau.

4. 4. LE SCRUTIN

10. Qui conduit les opérations de vote ?


C’est le président de la commission locale de vote. Il est créé pour chaque bureau de vote, une
commission locale de vote composée ainsi qu’il suit :
Le président : une personnalité désignée par le responsable du démembrement départemental
d’Elections Cameroon.
Les membres :
• Un représentant de L'Administration, désignée par le sous-préfet
• Un représentant de chaque candidat, liste de candidats ou parti politique.

11. Qu'arrive-t-il si tous ces membres ne sont pas présents à l’ouverture du


scrutin ?
Si un ou plusieurs représentants désignés par les candidats, mandataires de liste ou partis
politiques font défaut à l’ouverture du scrutin, le président de la commission locale de vote
doit, par décision consignée au procès-verbal, désigner, pour la compléter, des électeurs

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
80
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

sachant lire et écrire le français ou l’anglais, inscrits sur la liste électorale correspondant au
bureau de vote.
12. Si les membres ainsi remplacés arrivent après l’ouverture du scrutin,
peuvent-ils reprendre leur place ?
Les représentants de candidats, listes de candidats ou partis politiques qui, sans motif valable,
ne se présentent pas à l’heure de l’ouverture du scrutin et qui sont remplacés par le président
dans les conditions ci-dessus ne peuvent prétendre siéger au sein de la commission locale de
vote.
13. Qui assure la police du bureau de vote pendant le scrutin ?
Le président de la Commission locale de vote assure seul la police du bureau de vote. Il doit
faire expulser du bureau de vote toute personne qui n'a pas la qualité d'électeur du ressort
dudit bureau de vote, l'exception des candidats, des chefs de circonscriptions administratives
dans le ressort desquelles se trouve le bureau de vote, et de leurs représentants. Il interdit tout
stationnement encombrant devant le bureau de vote. Il peut requérir la force publique pour
faire rétablir l'ordre ou faire d’évacuer le bureau de vote.
14. Qui supervise le scrutin au niveau départemental ?
Il est créé au niveau de chaque département, une Commission départementale de de
supervision chargée de veiller au bon déroulement des opérations préparatoires aux élections
et des opérations électorales proprement dites
15. Quelles sont ses attributions pendant le scrutin ?
Elle centralise et vérifie les opérations de décompte des suffrages effectués par les
commissions locales de vote ainsi que tout document y relatif. En cas de simples vice de
forme, elle peut en demander la régularisation immédiate aux membres de la Commission
locale de vote ainsi que tout document y relatif.
16. Qui fait partie de la Commission ?
Président : le président du tribunal de grande instance du ressort.
Membres : trois représentants de l'Administration, désignés de par le préfet ; trois
représentants d'Elections Cameroon, désignés par le responsable du démembrement
départemental ; un représentant de chaque candidat.
17. Qui lance les opérations de vote ?
C’est le président de la Commission locale de vote. Il doit constater, au début des opérations
de vote, l'heure à laquelle le scrutin est ouvert. Il la mentionne au procès-verbal
18. Comment savoir que l'urne n’est pas bourrée l'avance ?
Préalablement au vote du premier électeur, le président de la Commission locale de vote
ouvre publiquement chaque urne afin de permettre tous les membres de ladite Commission,
aux observateurs nationaux et internationaux dûment accrédités de et aux électeurs présents
SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
81
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

de constater qu'elle est vide et ne comporte qu'une ouverture destinée à l'introduction des
enveloppes. Il referme chaque urne sous le contrôle des personnes citées plus haut.
19. Je suis gendarme. Ai-je le droit d'aller voter en portant mon arme de
service ?
Non. Aucun électeur ne peut entrer dans le bureau de vote s'il est porteur d'une arme
quelconque. Est puni d'une amende de 25.000 à 250.000 francs et d'un emprisonnement de dix
(10) jours à deux (2) mois ou de l'une de ces deux peines seulement, celui qui entre dans un
bureau de vote avec une arme apparente. La peine d'emprisonnement peut être portée à quatre
(4) mois et l'amende 500.000 francs si l'arme était cachée.
20. Je suis électeur, et aussi représentant de mon parti. Puis-je avoir accès aux
autres bureaux de vote pour faire mon travail ?
Chaque candidat, liste de candidats ou parti politique peut désigner trois (3) représentants par
arrondissements, lesquels ont libre accès dans tous les bureaux de vote de l’arrondissement.
Ils ne peuvent être expulsés qu’en cas de désordre provoqué par eux. Ils peuvent présenter à la
commission locale de vote des observations sur le déroulement du scrutin. Ces observations
sont consignées au procès-verbal.
21. Je suis membre de la commission locale de vote, mais inscrit dans un autre
bureau de vote. Puis-je voter ici où je me trouve ?
Le président et les membres de la commission locale de vote sont autorisés à y voter sur la
présentation de leur carte d'électeur.
22. J'ai oublié ma carte d'électeur, mais mon nom est sur la liste. Puis-je voter ?
A son entrée dans le bureau de vote, l'électeur doit présenter sa carte électorale. Il doit en
outre prouver son identité par la présentation de la carte nationale d'identité. La commission
locale peut autoriser à voter tout électeur inscrit dans ce bureau qui se trouverait, pour une
cause quelconque, empêché de présenter sa carte électorale. Elle doit au préalable s’assurer de
son identité.
23. Je suis un électeur handicapé et je ne peux pas voter seul…
Tout électeur atteint d'une infirmité ou se trouvant dans un état physique qui le met dans
l’incapacité d’effectuer seul les opérations de vote peut se faire assister par un électeur de son
choix. L'électeur choisi doit être inscrit sur la liste électorale du bureau de vote concerné. Il ne
doit être ni candidat, ni mandataire d'un candidat à une liste de candidats ou d'un parti
politique. Il ne peut assister plus d'une personne le jour du scrutin.
24. Comment certifie-t-on qu’un électeur a effectivement voté ?
Le vote de chaque électeur est constaté par sa signature et par l'apposition d'une empreinte
digitale à l'encre indélébile sur la liste d'émargement.

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
82
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

25. Et si l'électeur ne sait ni lire ni écrire ?


Si l'électeur ne sait ou ne peut pas signer, la constatation de son vote s'effectue par l'apposition
d'une empreinte digitale l'encre indélébile sur la liste d'émargement.
26. Un individu est venu créer le désordre en prétendant que les bulletins de son
candidat n’étaient pas en place. En a-t-il le droit ?
En tout cas, l’auteur du désordre doit savoir que : est puni des peines prévues par l’article
123-1 du code pénal celui qui, par attroupement, par clameurs ou démonstrations menaçantes,
trouble les opérations électorales ou porte atteinte à l'exercice du droit ou de la liberté du
vote ; celui qui, le jour du scrutin, se rend coupable d'outrages ou de violences, envers la
commission locale de vote ou envers un de ses membres, ou qui par voies de fait ou de
menaces, retarde ou empêche les opérations électorales ; celui qui par voies de fait, violences
ou menaces contre un électeur, soit en lui faisant craindre de perdre son emploi, d'exposer un
dommage à sa personne, sa famille ou sa fortune, influence son vote
27. Pendant le scrutin, un candidat est venu proposer de l'argent aux
électeurs…
Est puni des peines prévues par l'article 123-1 du Code Pénal, celui qui, par dons, libéralités,
faveurs, promesses d'octroi d'emplois publics ou privés, ou d'autres avantages particuliers faits
en vue d'influencer le vote d'un ou de plusieurs électeurs, obtient leur suffrage soit
directement, soit par l'entremise d'un tiers ; celui qui, directement ou par l'entremise d'un tiers,
accepte ou sollicite des candidats, dons, libéralités, faveurs ou avantages.
28. Je suis arrivé dix minutes seulement après la clôture du scrutin Puis-je
voter ?
Aucun électeur arrivé après le prononcé de la clôture ne peut être admis à voter. Cependant,
les électeurs présents à ce moment-là à l'intérieur du bureau de vote ou qui attendent devant la
porte pour pouvoir y pénétrer doivent être admis à voter. Le procès-verbal de la commission
mentionne l'heure effective de la fin des opérations de vote.

29. J'ai fini de voter. Puis-je assister au dépouillement des votes ?


Le dépouillement du scrutin et le recensement des votes se font dans chaque bureau de vote
immédiatement après la clôture effective du scrutin en présence des électeurs qui en
manifestent le désir dans autre la mesure où la salle peut les contenir sans gêne pour le
déroulement des opérations.
30. Qui dépouille les votes ?
Le dépouillement du scrutin est opéré par les membres de la commission locale de vote,
assistés par des scrutateurs désignés. Les noms des scrutateurs désignés sont consignés au
procès-verbal de chaque commission locale de vote.

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
83
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

31. Comment se passe le dépouillement ?


Le dépouillement est opéré de la manière suivante : l'urne est ouverte et le nombre des
enveloppes y contenues est vérifié ; l'un des scrutateurs extrait le bulletin de chaque
enveloppe et le passe déplié à un autre scrutateur ; celui-ci le lit à haute voix ; le nom du
candidat ou de la liste de candidats, ou le choix « oui » ou « non » en cas de référendum, porté
sur les bulletins est relevé par deux scrutateurs sur des feuilles de pointage préparées à cet
effet. Si une enveloppe contient plusieurs bulletins, le vote est nul quand ces bulletins sont
différents ; ils ne comptent que pour un seul quand les bulletins sont identiques.
32. Tous les bulletins sont-ils comptabilisés ?
N'entrent pas en compte dans le résultat du dépouillement : tous les bulletins qui porteraient
des signes, mentions ou signature permettant d'identifier l'électeur ; les bulletins contenus
dans des enveloppes portant à un des signes de même nature ou dans des enveloppes autres
que celles qui ont été mises à la disposition des électeurs tous les bulletins autres que ceux
imprimés officiellement. Sont également comptés comme nuls et mentionnés au procès-
verbal, les bulletins trouvés dans l'urne sans enveloppe et les enveloppes trouvées vides. Les
bulletins ainsi annulés et, le cas échéant, les enveloppes qui les contenaient sont annexés au
procès-verbal.
33. Les résultats du dépouillement sont-ils communiqués au public ?
Immédiatement après le dépouillement, le résultat acquis dans chaque bureau de vote est
rendu public.
34. Et s'il y a déjà une contestation ?
Les contestations qui peuvent être présentées par les électeurs à l'occasion du dépouillement
font l'objet d'une décision de la commission locale de vote. Il en est fait mention au procès-
verbal.
35. Et que fait-on des résultats ?
Les résultats du scrutin sont immédiatement consignés au procès-verbal. Celui-ci, rédigé en
autant d'exemplaires qu'il y a de membres plus deux (02), est clos et signé de ceux-ci. Un
exemplaire du procès-verbal est remis à chaque membre présent de la commission locale de
vote l'ayant signé. L'original est transmis par le président, de la commission locale de vote au
responsable du démembrement communal d'Elections Cameroon pour archivage. Cet original
fait foi. Un exemplaire est transmis, dans les quarante-huit (48) heures suivant la clôture des
opérations de vote, au président de la commission départementale de supervision ou au
président de la commission communale de supervision le cas échéant.
36. A cause de troubles, le dépouillement n'a pu avoir lieu. Que faut-il faire ?
Si les nécessités de l'ordre public l'exigent, le président de la commission locale de vote ferme
l'urne sous le contrôle des membres de la commission locale de vote et des forces du maintien
de l'ordre. Accompagné des membres de la commission, il transporte l'urne au démembrement
communal d'Elections Cameroon.

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
84
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

37. Comment se déroule le dépouillement ?


L'ouverture de l'urne, le dépouillement et le recensement des votes se font alors en présence
du responsable du démembrement communal d'Elections Cameroon, ou de son représentant et
des membres de la commission locale de vote.
38. Des personnes mécontentes ont emporté, l'urne du scrutin. Seront-ils
poursuivis ?
Est puni des peines prévues par l'article 122-1 du Code Pénal, celui qui le jour du scrutin,
avec violence ou non, se rend auteur ou complice d'un enlèvement frauduleux de l'urne ou de
tout autre matériel électoral. Est également puni des mêmes peines, celui qui, étant chargé
dans un scrutin de recevoir, compter ou dépouiller les bulletins contenant les suffrages des
citoyens, soustrait, ajoute ou altère des bulletins contenant les suffrages des citoyens,
soustrait, ajoute ou altère des bulletins ou indique un autre nom que celui inscrit ; ou celui qui,
à l'aide de fausses nouvelles, de propos calomnieux ou autres manœuvres frauduleuses
supprime ou détourne des suffrages détermine un ou plusieurs électeurs à s'abstenir de voter ;
ou celui avant pendant ou après un scrutin, par inobservation des dispositions législatives ou
réglementaires, ou par tout autre des acte frauduleux, viole le secret, porte atteinte à la
sincérité, empêche les opérations du scrutin ou en modifie le résultat.
39. Comment se déroule le scrutin pour l'élection des députés ?
L'élection des députés se fait au scrutin de liste sans vote préférentiel ni panachage. L'élection
a lieu au scrutin mixte à un tour, comportant un système majoritaire et un système de
représentation proportionnelle. Toutefois, dans les circonscriptions où il n'y a qu'un seul siège
à pourvoir, l'élection se fait au scrutin uninominal majoritaire à un tour.
40. Comment proclame-t-on le vainqueur ?
Dans les circonscriptions à scrutin uninominal, est déclaré élu le candidat ayant obtenu la
majorité des voix, en cas d’égalité, le candidat le plus âgé est proclamé élu. Dans les
circonscriptions à scrutin de liste : si une liste obtient la majorité absolue des suffrages
exprimés, elle se voit attribuer la totalité des sièges à pourvoir. Si aucune liste n’obtient la
majorité absolue des suffrages exprimés, la répartition des sièges se fait de la manière
suivante : la liste arrivée en tête se voit attribuer un nombre de sièges égal à la moitié des
sièges à pourvoir, arrondi, le cas échéant à l’entier supérieur ; en cas d’égalité des voix entre
deux ou plusieurs listes, ce nombre de sièges arrondi le cas échéant à l’entier supérieur est
attribué à la liste dont les candidats ont la moyenne d’âge la plus élevée ; le restant des sièges
est reparti aux autres listes par application de la représentation proportionnelle au plus fort
reste ; en cas d’égalité des voix, la liste ayant la moyenne d’âge la plus élevée est privilégiée.
41. Et le scrutin des Conseillers municipaux ?
Le scrutin pour l'élection des conseillers municipaux est un scrutin mixte à un (01) tour,
comportant un système majoritaire et un système de représentation proportionnelle.

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
85
MOUVEMENT POUR LA CAMEROON RENAISSANCE
RENAISSANCE DU CAMEROUN MOVEMENT
M.R.C C.R.M

Autorisation MINATD N°000221 du 25 Juillet 2008/ Lettre MINATD N°0002249/LMINATD/DAP/SDE/STP du 02 août 2012

42. Comment sont désignés les vainqueurs ?


A l'issue du scrutin : lorsqu'une liste a obtenu la majorité absolue des suffrages exprimés, elle
est proclamée élue et remporte la totalité des sièges à pourvoir ; lorsqu'aucune liste n'a obtenu
la majorité absolue des suffrages exprimés, la répartition des sièges se fait ainsi qu'il suit : la
liste arrivée de en tête se voit attribuer un nombre de sièges à pourvoir, arrondi, le cas
échéant, à l'entier supérieur en cas d'égalité des voix entre deux ou plusieurs listes, ce nombre
de sièges arrondi le cas échéant, est attribué à la liste ayant la moyenne d'âge la plus élevée.
Le restant des sièges est réparti aux autres listes, y compris celle ayant obtenu la majorité
relative, par application de la représentation proportionnelle suivant la règle du plus fort
reste ; en cas d'égalité des voix, la liste ayant la moyenne d'âge la plus élevée est privilégiée.
Les listes ayant obtenu moins de 5% des suffrages exprimés au niveau de la circonscription ne
sont pas admises à la répartition proportionnelle des sièges. Les sièges sont attribués aux
candidats dans l'ordre de présentation sur chaque liste.
43. L'électeur a-t-il le droit de réclamer l'annulation d'une élection dans une
commune ?
Tout électeur, tout candidat ou toute personne ayant la qualité d'agent du Gouvernement pour
l'élection, peut réclamer l'annulation des opérations électorales de la celle commune
concernée, devant la juridiction administrative compétente. Les contestations font l'objet d'une
simple requête et doivent intervenir dans un délai maximum de cinq jours à compter de la
proclamation des résultats par la commission communale de supervision.

SIEGE/Headquaters : Près du Dispensaire d’Odza – Yaoundé - B.P. : 8704 Yaoundé/ Cameroun. Téléphone : (+237)
22.19.80.65 / 51.17.39.40 E-mail. : Administration : mrpcm08@ymail.com Info line : mrpprminfoline@gmail.com Site :
www.mrcparty.org Comptes : CM21 10005 00001 03458061001-74 (AFRILAND FIRST BANK) / ICL RCMCXXXX
10001/066864/51963664001/47 (BICEC) / UCMACMCX/10023/00040/00413014245/01 (UBC)
86