Vous êtes sur la page 1sur 2

L’organisme de normalisation : l’AAOIFI historique et mission

C’est une institution implantée à Bahreïn en 199110, à l’initiative de plusieurs groupes


bancaires11. Financée au départ par ses fondateurs, ses ressources proviennent actuellement
de la cotisation de ses membres. Actuellement, elle comporte 200 membres institutionnels de
40 pays. Son objectif est de promulguer plusieurs types de standards pour les institutions
financières islamiques : des « standards Charia » qui constituent, en quelque sorte, le droit
musulman, puis des standards comptables et financiers. Elle vise ainsi l’expansion et
l’homogénéisation des pratiques de l’industrie financière islamique. Pour cela, elle propose
des programmes de formation à la comptabilité et à l’audit dont le contenu est conforme aux
règles et principes de la Charia.
L’AAOIFI effectue un gros travail d’adaptation des normes internationales aux particularités
des institutions financières islamiques. Comme l’indique l’étude relative à la réglementation
et au contrôle des banques islamiques déjà citée13, une telle adaptation est nécessaire pour les
raisons suivantes :
1) Les produits islamiques sont spécifiques, ils exigent chacun des dispositions
comptables particulières ;
2) Les normes doivent être uniformisées dans le temps et dans l’espace (différentes
régions et différentes institutions) ;
3) Les normes ont à faire face à des domaines particuliers, ainsi la zakat ;
4) Les normes doivent faciliter le travail des contrôleurs de la Charia ;
5) La transparence est nécessaire en ce qui concerne la responsabilité des banques
islamiques.
Mode de fonctionnement de l’AAOFI :
C’est une organisation non permanente, structurée ainsi :
- L’assemblée générale, organe décisionnel ;
- Un conseil d’administration, dont les membres se réunissent, en principe, une fois par
an ;
- Un secrétaire général ;
- Deux organes : l’Accouting Auditing Board et le Charia Board dont les membres se
réunissent plusieurs fois par an.
Les normes sont élaborées et révisées en concertation avec les organismes représentatifs de la
profession. Les premières ont été introduites en 1993.
Les normes comptables islamiques :
La liste des thèmes couverts par les normes donne une idée de l’importance des travaux de
l’AAOIFI. Les normes publiées comportent cinq parties :
 La comptabilité :
- Les objectifs et les concepts ;
- Les Financial Accounting Standards (FAS), actuellement au nombre de 26, portent
sur :
 Les états financiers des banques et institutions financières islamiques ;
 Les produits financiers : mourabaha, moudharaba, moucharaka, salam, ijara et
istinaa ;
 Les comptes d’investissements ;
 Les provisions et réserves ;
 Les états financiers, les provisions et réserves dans les compagnies
d’assurances ;
 Les fonds d’investissements ;
 Les opérations en devises.

 L’audit comporte 5 « Auditing Standards for Islamic Financial Institutions »


(ASIFI).
 La gouvernance comporte 7 « Governance Standards for Islamic Financial
institutions » (GSIFI).
 L’éthique comporte 2 standards.
 La Charia comporte 43 standards.
Les standards sont eux-mêmes divisés en paragraphes. Les premiers standards sont consacrés
à ce que l’on peut considérer comme étant le cadre conceptuel de la comptabilité destinée aux
institutions financières islamiques. Par contre, les « normes Charia » peuvent être considérées
comme le droit islamique en matière financière.